Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Quatrième partie. Empires, lendemains d'empires et crises postcoloniales

Images de guerre méconnues : le conflit franco-tahitien (1843-1847)

Viviane Fayaud

Résumé

Lundi 8 novembre 2010, deux obus du XIXe siècle ont été découverts à Tahiti. Déjà en octobre 2008, les artificiers avaient neutralisé à Papeete des dizaines d’obus datant de 1859. Charles Giraud, un artiste tombé aujourd’hui dans l’oubli, et jouissant de son vivant d’une célébrité qu’il doit à sa proximité au pouvoir, puis à son long séjour à Tahiti, précède de cinquante années l’illustrissime Paul Gauguin à Tahiti. Appelé à servir les ambitions du gouverneur local Armand-Joseph Bruat, il vit la situation particulière de l’artiste au cœur de la guérilla coloniale. Débarquant au début de novembre 1843 alors qu’éclate la guerre franco-tahitienne qui aboutit en 1847 à la mise en place du Protectorat français sur Tahiti, il laisse une quarantaine de dessins et de croquis, et réalise à son retour à Paris cinq huiles et vingt-quatre gravures de presse de ce conflit aujourd’hui plus qu’oublié. Son album prouve la valeur des images comme documents historiques

Texte intégral

  • 1 Agence tahitienne de presse, repris in Tahiti Press, 8 novembre 2010.

1À Tahiti, le lundi 8 novembre 2010, des artificiers neutralisent deux obus qui rejoignent ceux déjà mis au jour en octobre 2008.1 Tous datent du milieu du XIXe siècle, certains provenant vraisemblablement de la guerre franco-tahitienne qui débuta par l’affaire Pritchard et s’étendit de 1843 à 1847. Ce conflit largement méconnu ne l’était pas du Président Charles de Gaulle qui, exaspéré par l’hostilité aux essais nucléaire français, déclarait au cours d’un entretien le 21 octobre 1964 :

  • 2 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome II, p. 123.

« Il y a cent vingt ans que l’affaire Pritchard s’est produite et ces querelles sont toujours aussi vives ! [...] et derrière tout ça, on retrouve toujours les Anglo-Saxons ».2

2Cette période trouble s’avère aujourd’hui totalement oubliée même, et faut-il écrire surtout, des chercheurs comme le constate l’historien Colin Newbury qui écrit :

  • 3 C. Newbury, Tahiti Nui, p. 100.

« Tahitian historians […] have tended to take refuge in the period before 1842 – or pass as quickly as possible over the whole uncomfortable episode in terms which reflect contemporary European sources.3 »

  • 4 Tahiti 1842-1848, 30 p.

3Plongés au cœur du conflit qui agite les Îles de la Société, quelques dessinateurs, tant professionnels qu’amateurs, en dépeignent tour à tour les sites, les bâtiments de guerre et les forts, les dirigeants prestigieux ou les combattants anonymes. Cette diversité cantonne les dessins au rôle d’illustrations d’un discours savant. À ce jour, aucune analyse n’a été menée pour déterminer leur apport à la connaissance historique de cette période. Ainsi, en 2000, le Musée National des Arts Africains et Océaniens publie un livret de seize pages accompagnant l’exposition de vingt-cinq dessins de l’artiste Charles Giraud.4 Après une dizaine de pages sur l’histoire et la vie tahitienne, le sous-titre intitulé « la guerre franco-tahitienne, 1844-1847 », concerne directement dix des œuvres exposées, sans cependant que ce texte de trois pages n’étudie les dessins pour eux-mêmes, se contentant de relater les différentes phases de la guerre et de ses conséquences. Après un rapide rappel des faits qui, à Tahiti, conduisent à la lutte armée, l’étude ouvre quelques pistes de réflexion notamment sur la méconnaissance française des forces en présence, et plus encore, explicite l’importance des emblèmes de la puissance nationale dans la mentalité française, avant de revenir sur le nom donné au conflit.

L’imbroglio du protectorat

  • 5 C. Newbury, Tahiti Nui, p. 88. S. Al Wardi, Tahiti et la France, p. 196.

4Les deux puissances anglaise et française se montrent bien peu empressées dans leur volonté politique envers la lointaine Tahiti. Depuis 1822, les dirigeants de Tahiti ont adressé huit demandes de Protectorat au Foreign Office5. La dernière du 8 novembre 1838 est signée par quatre chefs Tahitiens, Tati, Utami, Hitoti et son frère, Pa’ofa’i encore appelé Upaparu qui serait le réel instigateur de la demande. Ces courriers sans réponse incitent, d’une part Hitoti à solliciter en janvier 1841 la France, et d’autre part, le consul et missionnaire anglais George Pritchard à s’embarquer le mois suivant vers l’Angleterre pour obtenir enfin la protection tant sollicitée. En février 1842, Londres persiste dans son refus de Protectorat et l’en informe.

  • 6 le 7 septembre 1842, C. Newbury, Tahiti Nui, p. 106.
  • 7 R. Lovett, The History of the London Missionary Society, p. 317.
  • 8 P.-Y. Toulellan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 37.

5À Papeete, sept mois plus tard,6 au cours d’un dîner offert par le représentant du gouvernement français Abel Dupetit Thouars, les chefs tahitiens Paraita, Tati, Utami, Hitoti et, semble-t-il, Pa’ofa’i et Paete, renouvellent leur requête de Protectorat qui leur est immédiatement accordée. Le texte est signé le 9 par Pomare IV, la dirigeante locale ainsi que par son orateur (‘auvaha) Paraita7, et trois chefs de l’Assemblée législative8, Tati, Hitoti, Utami. Le 10, le Protectorat est proclamé et matérialisé par un drapeau où le pavillon français est placé en yacht sur celui de Tahiti. Un gouvernement provisoire se met en place.

6Au début de l’année suivante, le 8 février 1843, le commandant du Talbot Thomas Thompson refuse de reconnaître le Protectorat français, ce qui attise la controverse. Il reçoit à son bord Pomare IV et les chefs tahitiens qui, à l’exception de Paraita, récusent leur signature. Le 15, il quitte Tahiti, et le 24 George Pritchard débarque, de retour de Londres. Le 9 mars l’Assemblée législative et Pomare IV dénoncent le Protectorat français, alors qu’en ce même mois de mars, à Paris, les Français installent enfin le Protectorat. Le 28, Louis-Philippe le ratifie alors que son ministre, François Guizot, rappelle à la Chambre des députés la nécessité de points de relâche dans le Pacifique et qu’il nomme en avril Armand-Joseph Bruat gouverneur des Établissements français de l’Océanie et commissaire du roi auprès de Pomare IV.

7Sept mois plus tard, le 4 novembre 1843, le nouveau gouverneur rallie Papeete où la Reine Blanche de son compatriote, l’amiral Abel Dupetit Thouars, mouille depuis trois jours. Un désaccord éclate entre les représentants français et Pomare IV sur le drapeau à hisser dans le ciel tahitien. Le point de rupture est atteint : Abel Dupetit Thouars et le nouveau gouverneur abrogent le Protectorat et prennent possession des Îles du Vent, prononcent la destitution de Pomare IV et le gouverneur Bruat s’installe dans sa résidence. Alors que Mare, orateur de Pomare IV, prononce un discours de protestation écrit par le consul britannique George Pritchard, des dissensions éclatent entre les chefs tahitiens euxmêmes, et en décembre, certains d’entre eux réunis à Papara décident de se lancer dans le combat armé affrontant ceux qui, tel Pe’e a pe’e, chef de Maatea à Moorea, défendent le Protectorat. La chronologie des batailles s’étend du 21 mars 1844 au 17 décembre 1846.

Trois forces en présence

  • 9 Service historique de la Marine (ci-après SHM), « Album de dessins de Max Radiguet », n°14, 51. Ch (...)
  • 10 Voir notre étude, V. Fayaud, « Dess (e) ins oubliés : Charles Giraud, prédécesseur de Paul Gauguin (...)
  • 11 Charles Giraud, Musée National du Château de Versailles, MV 1461/MI 172 ; MV 1462/MI 173 ; Musée d (...)
  • 12 L’Illustration, n°105, p. 3.
  • 13 Intervention au colloque Images de guerre (…) paix en images », session du 4 mai 2011.

8Les images conservent en bonne place les traits physiques de quelques acteurs français (Abel Dupetit Thouars ou Armand-Joseph Bruat), portant toutefois le meilleur de leur intérêt aux combattants locaux, adversaires (Pomare IV, l’orateur Mare) ou alliés (Hitoti, Paraita, Tati, Tari’iri’i, ou encore par rapprochement avec l’homme atteint d’éléphantiasis de Max Radiguet, l’un des chefs atteint de cette maladie invalidante, Mare, Tairapa de Moorea ou Utami).9 Elles dépeignent également, tour à tour, les sites, les bâtiments de guerre et les forts.10 Le conflit par lui-même s’illustre au travers des camps retranchés, des opérations (Fausse attaque du fort de Fautahua, Prise du fort de Fantahua, Bataille de la Papenoo)11, des combattants (fantassins, marins, auxiliaires indigènes, tahitiens « insurgés »), mais très rarement au travers des drames, telles la mort de Max de Nansouty, ou celle de Tahitiens (Bataille de la Papenoo).12 Comme le note le professeur Cadé, la mort semble un sujet tabou dans la représentation de la guerre.13

  • 14 BNF, est., SNR Lebreton Louis, « I. Taïti, Le C. A. Dupetit Thouars faisant amener le pavillon Taï (...)

9Plus intéressant s’avère ce que les dessins ignorent. D’une manière générale, les œuvres des témoins oculaires français évincent les Anglais. Cet aspect plus qu’étonnant semble révélateur : toutes les personnes impliquées sont escamotées. Citons George Pritchard (ennemi) ou Alexander Salmon (plutôt allié), les commandants de marine anglais et leurs vaisseaux, à l’exception du Dublin14, les missionnaires protestants qu’ils se rallient au pouvoir français jusqu’à être rejetés par leur tutelle, la London Missionary Society tels Alexander Simpson ou John Muggridge Orsmond, ou tout simplement qu’ils collaborent occasionnellement (David Darling qui sert d’interprète).

  • 15 R. Lovett, The History of the London Missionary Society, p. 315. P. De Deckker, Jacques-Antoine Mo (...)
  • 16 P.-Y. Toullelan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 41, 42.

10Les deux forces en présence, française et tahitienne, occultent cette « troisième » composante qui, bien que ne s’exprimant pas sur le champ de bataille, n’en n’est pas moins redoutable, éclatant avec vigueur par la voix d’un pasteur, George Pritchard. Les Tahitiens rassemblés autour de Pomare IV reçoivent des Anglais depuis bientôt cinquante ans, étant accoutumés à les fréquenter quotidiennement par le biais des pasteurs protestants et des navires qui accostent régulièrement à des fins commerciales. Certains indigènes, et en premier lieu Pomare IV, comptent donc sur l’aide de l’Angleterre, cet espoir étant adroitement entretenu par le représentant du gouvernement britannique, le consul et pasteur George Pritchard qui exerce une influence notoire auprès de Pomare IV, et se montre fort opposé tant au pouvoir français qu’à la religion catholique. Absent de Tahiti deux ans, de février 1841 à février 184315, afin de solliciter l’appui de l’Angleterre qu’il n’obtient pas, il persiste à son retour dans une opposition farouche et convainc la reine de dénoncer le traité de Protectorat16. Incite-t-il pour autant, lui un pasteur de la LMS, à recourir aux armes ? Deux courriers d’août 1844 donnent quelques indices :

  • 17 Courriers du comte de Jarnac à M. Guizot, Londres le 10 août 1844 et de M. Guizot

« Après examen, le Gouvernement du Roi est demeuré convaincu : […] 2 ° Que M. Pritchard, du mois de février 1843 au mois de mars 1844, a constamment travaillé, par toutes sortes d’actes et de menées, à entraver, troubler et détruire l’établissement français à Taïti [sic], l’administration de la justice, l’exercice de l’autorité des agents français et leurs rapports avec les indigènes. Lors donc qu’au mois de mars dernier, une insurrection a éclaté dans une partie de l’île de Taïti et se préparait à Papeïti [sic] même, les autorités françaises ont eu de légitimes motifs, et se sont trouvées dans la nécessité d’user de leur droit de renvoyer M. Pritchard du territoire de l’île, où sa présence et sa conduite fomentaient, parmi les indigènes, un esprit permanent de résistance et de sédition. »17

  • 18 P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 291.
  • 19 Encyclopédie de la Polynésie, vol. 7, p. 15.

11Fauteur de troubles pour la nouvelle administration française (mais également pour l’oncle de la reine Victoria, le roi des Belges18), George Pritchard est emprisonné le 3 mars 1844 à 17 h dans un fort récemment construit à Papeete, et transféré le 7 sur la Meurthe. Expulsé, il est forcé d’embarquer sur le Cormorant le 8 mars qui l’emmène le 13 loin de Tahiti. Une campagne de presse se déchaîne Outre-Manche et la presse française s’en fait volontiers l’écho amplifié. Afin de ne pas envenimer les relations entre les deux pays, un émissaire est dépêché à Londres. George Pritchard obtient finalement une indemnité comme dédommagement de son exil forcé.19 Les Anglais et George Pritchard sont accusés par les Français de soutenir la cause de l’adversaire tahitien, car outre le consul britannique, les commandants de la Marine anglaise, loin d’être neutres, prennent une part active aux actions en cours, comme les commandants Tucker en 1842 puis Henry Hunt en 1843, qui refusent de reconnaître l’un, la proclamation du Protectorat, l’autre celle de l’annexion. Certes, une question se pose : qui fournit armes et munitions ? Le point de vue français est extrêmement tranché :

  • 20 E. Caillot, Histoire de la Polynésie orientale, p. 236, note 2, p. 237.

« Toutes les armes et les munitions des insurgés étaient de fabrique anglaise ; toutes leurs cartouches étaient confectionnées avec des journaux anglais. La défaite de Mahaena ne découragea pas les insurgés. Ils étaient braves, et de plus, les Anglais, – à l’exception des missionnaires protestants – continuaient à les exciter et à leur fournir de la poudre. Habilement conseillés par eux, les rebelles se rapprochèrent de Papeete et par une série d’incursions se mirent à l’inquiéter à la fois par l’est et par l’ouest.20 »

  • 21 N. Gunson Messengers of Grace.
  • 22 Nombre de leurs lettres se plaignent de George Pritchard et de ses activités. P. De Deckker, Jacqu (...)

12La présence anglaise est donc perçue comme hostile, globalisée dans de rares dessins sous quelques symboles inanimés (maison du consul, drapeau), ses acteurs humains étant cependant ignorés. Cette impasse sur les portraits des Anglophones atteste sans doute en creux d’une carence relationnelle, avec pour corollaire une intelligence insuffisante des tensions internes de ce groupe. Les Anglophones sont en effet représentés comme un ensemble homogène, aussi uniforme qu’antagoniste. Or, les missionnaires protestants, pour ne prendre que ce seul exemple, ne manifestent à aucun moment de leur histoire une belle unité21. Ainsi, tous ou presque contestent la personnalité et les actes de George Pritchard22 et certains, tels John Muggridge Orsmond ou Alexander Simpson, acceptent le pouvoir français. Une appréciation plus précoce de ces nuances aurait peut-être permis de circonvenir George Pritchard sans provoquer de dissensions.

  • 23 SHM, mss sh 356, « Jules Louis Lejeune, Voyage autour du monde sur la corvette la Coquille command (...)

13Les dessins négligent également l’implication de femmes, alors qu’en France la Tahitienne constitue une thématique majeure de la littérature et de l’art portant sur la Polynésie. Dans les faits, la cheffesse d’Hitiaa, Teri’itua Vahine, est l’instigatrice des premiers échanges armés. À Mahaena elle dirige longtemps et activement l’opposition. Plus significatif encore s’avère le désintérêt pour deux actrices majeures des hostilités. Vingt ans auparavant soit dès 1823, Jules-Louis Lejeune portraiture Teremoemoe et sa sœur Ari’ipaea, encore appelée Pomare Vahine, alors âgées respectivement de 25 ans et 35 ans (si l’on en croit les inscriptions de l’auteur).23 À la date du Protectorat, elles appartiennent à la suite de Pomare IV, Teremoemoe étant sa mère et Ari’ipaea [encore appelée Teri’itaria], sa tante. Le 31 janvier 1844, le commandant Hunt les installe toutes deux à son bord, ce geste est interprété comme une invitation à prendre les armes, ce qui se concrétise à Taravao dès le mois suivant. Le Basilisk les reçoit de janvier à mars 1844, et à la mi-juillet le commandant George Paulet sur le Carysforth se propose de les emmener à Honolulu mais les dépose à Raiatea, accompagnées d’Ari’ipaea Haumure et d’une cinquantaine de femmes dont Aifenua Vahine. Le choix de l’île n’est pas fortuit. La mère et la tante de Pomare IV sont toutes les deux filles de Tamatoa, grand chef de l’île, leur frère y détient également une large autorité. En outre, bien que très proche de Tahiti, l’île de Raiatea ne relève pas du Protectorat, comme les commandants de la Marine anglaise le rappellent régulièrement aux autorités françaises. Devenue cheffesse d’une autre île proche, Huahine, Ari’ipaea remporte contre les troupes de Armand-Joseph Bruat une victoire qui les oblige à abandonner l’île. Cette puissante guerrière, au contraire de sa nièce, Pomare IV, non seulement repousse victorieusement les Français à Huahine, mais elle la défend également par la voie diplomatique. Huahine, Raiatea et l’ensemble des Îles-sous-le-Vent n’ont finalement pu être annexées par la France que cinquante ans plus tard, à l’extrême fin du siècle, en 1898. En évinçant les Anglais ou les cheffesses en guerre, les œuvres graphiques françaises traduisent peut-être une perception partielle donc lacunaire des pratiques et des mentalités, une incompréhension qui expliquerait en partie ce conflit armé, écueil évité par les Anglais implantés depuis plus longtemps.

Envoyer les couleurs

14En revanche, il émane des dessins certains paramètres cruciaux qui expriment quelques-unes des raisons au conflit et à l’appropriation des îles. L’un porte sur les symboles que les dessins glorifient. Il convient de rappeler qu’un symbole est destiné à remplir plusieurs fonctions :

  • 24 D. Jameux, « Symbole », Encyclopædia universalis.

« Le symbole, d’abord, montre ; il rend sensible ce qui ne l’est pas : valeurs abstraites, pouvoirs, vices, vertus, communautés. (…) Il a pouvoir de rassemblement, de consensus, en d’autres termes, le symbole est social. Il réunit. (…) Il symbolise évidemment ce qui relève de la nation française et ce qui n’en relève pas »24.

15Le facteur déclenchant du conflit est un symbole de premier ordre : le drapeau, trame de l’action de la Marine. En l’installant au tout premier plan, les dessins en révèlent l’importance, importance sur laquelle les cérémonies d’appropriation qui le prennent pour pivot insistent.

  • 25 SHM, « Album de dessins de Max Radiguet », n°57.
  • 26 BNF, est., SNR Lebreton Louis.
  • 27 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

16Le corpus iconographique de la guerre décrit les symboles des pouvoirs en présence. D’abord le pouvoir tahitien symbolisé par les cases de Pomare IV à Paofai, à Motu Uta où se jouent la lutte des drapeaux, dans l’île de Moorea où elle signe la convention du Protectorat le 9 septembre 1842, et à Papeete où s’installe Armand-Joseph Bruat. Le pouvoir anglais s’exprime par trois éléments : les vaisseaux (le Dublin), la résidence de George Pritchard, et le drapeau anglais. Enfin, le pouvoir français s’exprime largement dans divers emblèmes puissants : la résidence du consul de France, Jacques Moerenhout, l’hôtel du gouvernement, les vaisseaux, le drapeau et les forts. Cependant, en s’attardant sur le facteur déclenchant du conflit, le drapeau, les œuvres en exhibent l’importance. Le drapeau du Protectorat forme le sujet d’une aquarelle25 et d’une gravure. La première, de Max Radiguet, illustre sans doute la cérémonie du 30 septembre 1842 qui célèbre l’adoption récente de ce nouveau pavillon. Le toit en végétal sur lequel il flotte ne peut être celui de l’hôtel du gouverneur des Établissements français de l’Océanie, en zinc, mais peut-être celui d’une case de Pomare IV, celle de Papeete par exemple. Une gravure de Louis Lebreton commémore également la controverse en choisissant le jour crucial du 6 novembre 1843, date de la déchéance de la reine symbolisée par son drapeau affalé. La gravure s’intitule le C. A. Dupetit Thouars faisant amener le pavillon Taïtien et prenant possession au nom de la France.26 Elle est révélatrice de la lutte de pouvoir et, en préférant aux humains les symboles de leur puissance, de son importance. Elle leur accorde une taille différente : au premier plan, occupant les trois quarts gauche de la composition, la flotte de guerre française se déploie autour de la Reine Blanche qui repousse dans le quart restant à l’arrière-plan, l’îlot de Motu Uta, fief de Pomare IV. Charles Giraud rappelle également l’implication du pavillon du Protectorat par un croquis sans prétention où un Tahitien27 fier et droit, fusil sur l’épaule, serre contre lui la hampe d’un drapeau qui se déploie largement. Le corpus graphique dévoile ainsi quelques aspects intéressant l’anthropologie historique, ne serait-ce que sur l’objet même de la controverse.

  • 28 Louvre, n°RF 129.

17À l’évocation du mot « drapeau », l’allégorie d’Eugène Delacroix se présente instantanément à l’esprit : Le 28 juillet, ou la Liberté guidant le peuple sur les barricades.28 Exposée au Salon de 1831, cette toile glorifie la Révolution de 1830 par le biais de son symbole, le drapeau. Il occupe à lui seul la moitié de la toile. Il témoigne de valeurs hautement symboliques, dont la récente adoption, de haute lutte, des trois couleurs n’est pas la moindre. Pour un civil hors du territoire national, le drapeau est le « lien » avec la mère patrie. Pour un militaire, le lien avec le drapeau est encore plus étroit, puisqu’il est prêt à donner sa vie pour lui. L’historien Raoul Girardet appuie ce propos :

  • 29 R. Girardet, « Les trois couleurs, ni blanc, ni rouge », vol. 1, p. 61.

« Dans les récits légendifiés de nos campagnes militaires, l’Algérie, la Crimée, la guerre prussienne, on retrouve de plus en plus fréquemment, au centre de l’action, la présence du drapeau : le drapeau que l’on plante sur la position arrachée à l’ennemi, que l’on défend, que l’on sauve, que l’on serre dans ses bras, au pied duquel on meurt »29.

18Les possessions françaises de l’Océanie se placent dans la même perspective.

19En revanche, le drapeau n’appartient pas à la culture polynésienne préeuropéenne et l’attitude acharnée de Pomare IV à ce sujet paraît surprenante surtout en regard de celle qu’adopte Abel Dupetit Thouars. Il écrit :

  • 30 B. de La Roncière, La Reine Pomaré, p. 176.

« Je vous ai déjà dit plusieurs fois que je serais très heureux de reconnaître une marque de votre souveraineté […] je vous supplie […] de substituer dans votre marque personnelle, à l’actuelle couronne des étoiles d’or ou d’argent qui attesteront également votre dignité de souveraine […] et je vous recevrai avec les honneurs royaux »30.

20Le litige porte sur un emblème du pavillon de la reine, une couronne trop britannique au goût de l’amiral qui lui autorise en revanche n’importe quel élément, telles des étoiles. Les étoiles étaient précisément le symbole précédemment utilisé par Pomare IV. Pourtant celle-ci refuse. Cette mutuelle obstination intrigue. Celle de Pomare IV ne se conçoit que si George Pritchard la conseille. En effet, le drapeau revêt du sens surtout pour les Occidentaux, qu’il s’agisse des Anglais ou des Français. Ainsi, en 1767, à peine à terre, l’expédition du Britannique Samuel Wallis s’approprie l’île de Tahiti et y plante sur le champ le drapeau anglais, l’un des premiers à flotter sur le sol tahitien. Voici la description de cette cérémonie au demeurant assez sommaire :

  • 31 G. Robertson, Journal of G. Robertson, Master of H. M. S. Dolphin, cité par P. Bachimon, Tahiti en (...)

« Tahiti, le 25 juin 1767, se voit annexé au Royaume d’Angleterre, selon le cérémonial suivant : « Furneaux, deuxième commandant, fait aligner ses hommes, retourne une motte de gazon et déclare Tahiti annexé à la couronne britannique en lui conférant le nom d’île du Roi George III. Puis, il s’approche de la rivière, goûte à l’eau qu’il trouve excellente, la mélange avec du rhum et donne un verre à chaque homme. Tous boivent à la santé de Sa Majesté le Roi. Enfin les soldats « dressent un mât et y accrochent une flamme aux couleurs anglaises » ».31

21Puis, Louis-Antoine de Bougainville prend à son tour possession de l’île et plante le drapeau français blanc fleurdelisé. En mai 1823, le drapeau tahitien, premier du genre, est décrit en ces termes par le capitaine Louis-Isidore Duperrey :

  • 32 J. Cottez, « Essai sur les pavillons océaniens », p. 11-33.

« L’île de Tahiti s’est déclarée indépendante il y a environ deux mois. Le pavillon anglais qui, depuis Wallis y flottait est remplacé par un pavillon rouge sur lequel on remarque une étoile blanche (à cinq branches) placée dans l’angle supérieur. »32

22Quelque vingt ans plus tard, lors de la guerre franco-tahitienne, les partisans de Pomare IV portent à leur tour le drapeau tahitien ou parfois anglais. Un témoin oculaire en signale les couleurs :

  • 33 L. Jore, L’océan Pacifique au temps de la Restauration, vol. 1, p. 194, note 2 ; Dunmore John, Les (...)

« Les couleurs tahitiennes sont rouges et blanches avec l’inscription Victoria ea Pomare et une couronne peinte sur elles. Certains pavillons portaient l’Union Jack britannique sur les couleurs tahitiennes. Tous ces pavillons sont de fabrication indigène. »33

  • 34 SHM, mss sh 356, « Jules Louis Lejeune, Voyage autour du monde sur la corvette la Coquille command (...)
  • 35 SHM, mss sh 355, anciennement mss sh 4211A, Jules Louis Lejeune, « Journal de Mr Le Jeune, dessina (...)
  • 36 Voir note 26.
  • 37 Encyclopédie de la Polynésie, vol. 7, p. 14.

23D’après les dessins, cet élément d’acculturation compte deux décennies d’existence. Un dessin de Jules-Louis Lejeune, en 1823, affirme son importance. À l’extrême gauche de la pointe Vénus s’exhibe un large drapeau tahitien qui s’élève à la hauteur des cocotiers sur sa droite.34 L’artiste le décrit dans son journal, « rouge avec une étoile blanche ».35 En croquant, en 1843, un autochtone serrant contre lui un pavillon, Charles Giraud manifeste sa compréhension de l’appropriation de ce symbole occidental.36 Si, en 1829, le nouveau pavillon tahitien arboré, est donné… par les Anglais, suite à la signature du Protectorat entre l’amiral Dupetit Thouars et le régent Paraita, en l’absence de la Pomare IV le 9 septembre 1842, le drapeau du Protectorat mêle les couleurs tahitiennes et françaises. Très vite, le drapeau devient pomme de discorde. En effet, « Pomare avait reçu des mains de Nicolas [commandant anglais], un pavillon personnel qu’elle fit flotter au mépris des ordres du gouvernement provisoire ».37 Alors qu’Abel Dupetit Thouars autorise n’importe quel pavillon s’il ne rappelle pas la couronne britannique, Pomare IV se montre acharnée à défendre un décor récemment introduit et auquel elle n’attribue certainement pas la valeur qu’il revêt pour les Anglais et les Français qui l’entourent. Cette intransigeance provient-elle de l’influence exercée par George Pritchard et par le commandant Toup-Nicolas qui mouille dans la rade ? Le drapeau cristallise une volonté publique de s’opposer aux Français. Provient-elle de Pomare IV ? Abel Dupetit Thouars l’interprète ainsi et puisque Pomare IV refuse pendant un temps de baisser pavillon ou plutôt de ramener son pavillon, le commandant excédé, rassemble ses hommes et le capitaine d’Aubigny.

  • 38 P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 276, 279, 280.

« [Il] harangua ses soldats et déclara qu’au nom de Sa Majesté Louis-Philippe, le Roi des Français, il prenait possession des Dominions de la reine Pomare, son pavillon fut baissé et les couleurs françaises hissées à sa place. Ensuite, ils crièrent qu’ils juraient de les défendre avec leur vie ».38

24Pomare IV est finalement contrainte de céder car elle est destituée. L’amiral Dupetit Thouars agit de son propre chef en annexant Tahiti et, pour lui, l’affaire du drapeau est fondamentale car elle symbolise l’affirmation du pouvoir et du Protectorat français.

25Du coup, George Pritchard dont le drapeau anglais flotte au-dessus de la demeure, annonce qu’il cesse ses fonctions de consul et amène son drapeau. Le missionnaire montre, par là-même, l’importance qu’il attribue également à ce symbole. Ainsi, « l’affaire » des drapeaux est loin d’être anodine. Il ne s’agit pas d’un jeu triangulaire entre Tahiti, la France et l’Angleterre. Par Pomare IV interposée, deux puissances antagonistes s’affrontent sur un élément hautement symbolique car le drapeau planté sur un territoire en marque de façon univoque le possesseur. Les dessins proclament son identité : la France. Finalement la Convention du 5 août 1847 règle définitivement la question. Deux articles concerne le ou plutôt les drapeaux.

Article 38 – Pour attester le Protectorat de la France sur les Îles de la Société le pavillon du Protectorat, c’est-à-dire l’ancien pavillon tahitien écartelé du pavillon français flotte sur les établissements municipaux. Le pavillon national français est arboré sur les postes militaires et les points défensifs des îles.
Article 39 – La Reine, comme signe de son autorité personnelle reçoit du gouvernement français et arbore le pavillon du Protectorat avec l’emblème de la Royauté.

26Ainsi s’achève, pour la période qui nous intéresse, la mésentente sur le drapeau. Ce bref récapitulatif est donc bien révélateur des deux influences étrangères qui s’affrontent à travers cet emblème politique, l’Angleterre et la France.

Un conflit tahitiano-tahitien ?

  • 39 8857 habitants en 1848, P.-Y. Toullelan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 66.
  • 40 Bibliothèque Nationale de France, est. « I. Taïti, Le C. A. Dupetit Thouars faisant amener le pavi (...)
  • 41 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

27À Tahiti, les forces françaises se montent à la force navale de la Station des Mers du Sud qui, en 1841, compte plusieurs navires dont la Reine Blanche, le Bucéphale, la Triomphante, la Boussole et l’Embuscade et totalisent environ 1 800 marins. Au milieu du XIXe siècle, Tahiti compterait moins de 9 000 habitants39, ce qui établit une proportion à 1 soldat pour 5 habitants au plus fort des installations militaires françaises, un ratio qui dépasse l’opération de police surtout lorsque des apports ponctuels en hommes et en matériaux arrivent par divers vaisseaux, tels la Virginie, l’Ariane, la Charte, la Clémentine, le Phaéton, l’Uranie40, et la Meurthe. Les troupes comprennent des marins, des troupes d’infanterie de marine, des voltigeurs, des obusiers. En outre, ces hommes sont soutenus par des indigènes qui apportent une contribution essentielle comme éclaireurs et guides. « Un corps d’Indiens, dressé équipé par nous qui parcourt les montagnes et qui les [les adversaires] inquiète beaucoup. On leur apprend l’exercice et ils ne vont pas trop mal »,41 rapporte l’artiste Charles Giraud qui doit la vie à l’un de ces Tahitiens. Il rapporte :

  • 42 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

« Je me suis attaché à la fortune de Tairiri, chef de Haapape, pourvu d’une très grande bravoure. J’étais persuadé qu’il ne me laisserait pas dans le pétrin et c’est à lui que je dois la vie, […] c’est lui qui en voyant un fusil briller me prit par le bras et me jeta par terre. »42

28Si les combats armés opposent les troupes du gouverneur français Armand-Joseph Bruat à la dirigeante Tahitienne, Pomare IV, tous deux reçoivent dans les faits le soutien d’une partie de la population tahitienne. En conséquence, bien que l’histoire retienne l’appellation de guerre franco-tahitienne, celle-ci s’avère fortement restrictive par rapport à la réalité : une partie des chefs tahitiens appuie mais également s’appuie sur l’armée française. Selon une pratique séculaire aux Îles de la Société, la guerre concerne largement des autochtones adversaires les uns des autres.

  • 43 V. Fayaud, « Desseins oubliés », p. 324-325.
  • 44 . P.-Y. Toulellan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 31.
  • 45 . L. Peltzer, Chronologie, p. 31.

29Les images orientent puissamment vers une appellation de guerre « tahitiano-tahitienne ». Elles portraiturent plus fréquemment les autorités tahitiennes que les autorités nationales qu’un artiste tel Charles Giraud payé par l’État et présent quatre années à Tahiti devrait d’autant plus largement dessiner qu’il publie ensuite ses dessins dans la presse. Certes, les artistes saisissent le pittoresque des Polynésiens, tout à fait étranges lorsqu’ils sont équipés à l’européenne.43 Cependant, la fréquence de la présence tahitienne dans les œuvres trahit une prosaïque réalité : celle d’une guerre entre Polynésiens avant d’être un conflit entre pouvoir français et pouvoir tahitien. Conscient depuis une vingtaine d’années des avantages à tirer de l’alliance avec une puissance étrangère, chaque chef indigène la négocie au mieux de ses intérêts et les jeux de pouvoirs s’exercent alors entre diverses factions : Pomare IV et son clan, les missionnaires, les autres chefs et enfin les puissances étrangères. La guerre des Français est peut-être d’abord celle de Tati, chef de Papara, associé commercial du Belge Jacques Moerenhout, qui constituent avec Utami et Pa’ofa’i, les « ari’i [chefs] traditionnellement hostiles au Pomare »44. N’est-ce pas également le cas de Tati, Hitoti ou Paofai, ennemis latents de Pomare depuis 180845 ?

30Cette guerre, celle d’entre autres chefs locaux, Paraita, Hitoti, Utami, Pa’ofa’i, poursuit une pratique traditionnelle : user de la puissance de feu exogène, française en l’occurrence, pour régler des luttes internes. En conséquence, se pose la question de la manipulation des autorités françaises par les adversaires en présence. Dans quelle mesure les Français ont voulu le conflit et dans quelle mesure y ont-ils été entraînés par leurs alliés qui ont ainsi réglé définitivement des intérêts privés ? Pomare IV défend auprès de la reine Victoria cette interprétation :

  • 46 . R. Aldrich, The French Presence, p. 187.

« My government is taken from me by my enemies, Paraita, Hitoti, Tati and others connected with the French. They have banished me, that I should not be sovereign of Tahiti – that they should be kings »46.

31L’abandon et les retournements d’alliances appartiennent également à la pratique de la politique locale et se résument à l’adage :

  • 47 . J.-F. Baré, Tahiti, les temps et les pouvoirs, p. 234.

« Qui est contre qui, et combien de temps cela durera-t-il ? »47

32Aussi, l’alliance franco-tahitienne a pu ne pas être qu’à l’avantage des premiers. En tout état de cause, la victoire finale est en grande partie une victoire locale, les grands chefs voyant leurs prérogatives confirmées voire élargies tant par le gouvernement du Protectorat que par l’autorité tahitienne.

33En conclusion, entre 1843 et 1847, l’artiste Charles Giraud, l’écrivain de marine Maximilien Radiguet, le dessinateur Louis Lebreton, ainsi que divers officiers parmi lesquels Charles Antiq, réalisent des croquis, des dessins, des gravures de presse et des tableaux à l’huile qui ne se limitent pas à illustrer les sources écrites. L’image dépeint les lieux, les acteurs et les symboles de ce que les historiens connaissent sous le nom de guerre franco-tahitienne. Une fois constituées en corpus puis analysée, ces images confirment leur caractère de sources historiques, riches de nouvelles voies de compréhension. L’éradication de certains protagonistes de la représentation iconographique dévoile des méconnaissances ou la négligence de certains acteurs majeurs du drame : les Anglais et les cheffesses. L’exposition d’un élément exogène s’inscrivant dans « la moyenne durée », le drapeau, suscite de nouvelles questions. Est-il symbole politique et social d’unité nationale pour un Tahitien du milieu du XIXe siècle ? Alors que le sentiment « national » tahitien n’existe pas encore, le drapeau n’est-il pas simplement un élément visuel très facilement reconnaissable par lequel le Tahitien manifeste son accord ou sa désapprobation en hissant tantôt le drapeau tahitien, tantôt le drapeau français selon les circonstances. En revanche, ce symbole politique est lourd de sens pour les Occidentaux et notamment pour les militaires français de la Monarchie de Juillet qui gardent le souvenir aigu des récents affrontements de leur nation autour du choix de ses couleurs. Les images conduisent également à s’interroger sur l’appellation de « guerre franco-tahitienne » car elles exhibent largement l’implication locale qui s’avère présente, constante, et active dans chacun des camps impliqués. Ces œuvres témoignent surtout de l’intérêt de l’image sur tout support pour une meilleure intelligence de l’histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Aldrich Robert, The French Presence in the South Pacific, 1842-1940, London, MacMillan Press, 1990.

Al Wardi Sémir, Tahiti et la France, le partage du pouvoir, Paris, L’Harmattan, 1998.

Bachimon Philippe, Tahiti entre mythes et réalités, essai d’histoire géographique, Paris, CTHS, 1990.

Baré Jean-François, Tahiti, les temps et les pouvoirs, pour une anthropologie historique du Tahiti post-Européen, Paris, Orstom, 1987.

Caillot Eugène, Histoire de la Polynésie orientale, Paris, E. Leroux, 1910.

Cottez Jean, « Essai sur les pavillons océaniens », Bulletin de la Société des Études Océaniennes, mars 1950, n° 90, pp. 11-33.

De Deckker Paul, Jacques-Antoine Moerenhout (1797-1879) ethnologue et consul, Pirae, Au vent des îles, 1997.

Dunmore John, Les explorateurs français dans le Pacifique, II : le XIXe siècle, Papeete, Éd. du Pacifique, 1983. Encyclopédie de la Polynésie, Papeete, C. Gleizal/Multipress, 1990, 9 vol.

Fayaud Viviane, « Dess(e)ins oubliés : Charles Giraud, prédécesseur de Paul Gauguin à Tahiti », Outre-Mers. Cahiers d’histoire, n° 368, décembre 2010, p. 311-332.

Girardet Raoul, « Les trois couleurs, ni blanc, ni rouge », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 3 vol.

Gunson Niel, Messengers of Grace, Evangelical Missionaries in the South Seas, 1797-1860. Melbourne, Oxford, Oxford UP, 1978.

Jameux Dominique, “Symbole”, Encyclopædia universalis. CD-Rom version 7. s. l. : Encyclopædia universalis S. A.

Jore Léonce, L’océan Pacifique au temps de la Restauration et de la Monarchie de Juillet (1815-1848), Paris, Besson-Chantemerle, 1959, 2 vol.

La Roncière de Bertrand, La Reine Pomaré, Tahiti et l’Occident, 18121877, Paris, L’harmattan, 2003.

Lovett Richard, The History of the London Missionary Society, 1795-1895, London, Henry Frowde, 1899.

Newbury Colin, Tahiti Nui, Change and Survival in French Polynesia 1767-1945, Honolulu, University press of Hawaii, 1980.

Peltzer Louise, Chronologie des événements politiques, sociaux et culturels de Tahiti et des archipels de la Polynésie française, Pirae, Au vent des îles, 2002.

Peyrefitte Alain, C’était de Gaulle, Paris, Fallois/Fayard, 1997, 2 vol.

Tahiti 1842-1848, Punaauia, Musée de Tahiti et des îles, 2003, 30 p.

Toullelan Pierre-Yves Et Gille Bernard, Le mariage franco-tahitien, histoire de Tahiti du XVIIIe siècle à nos jours, Papeete, Polymages-scoop, 1994.

Notes

1 Agence tahitienne de presse, repris in Tahiti Press, 8 novembre 2010.

2 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome II, p. 123.

3 C. Newbury, Tahiti Nui, p. 100.

4 Tahiti 1842-1848, 30 p.

5 C. Newbury, Tahiti Nui, p. 88. S. Al Wardi, Tahiti et la France, p. 196.

6 le 7 septembre 1842, C. Newbury, Tahiti Nui, p. 106.

7 R. Lovett, The History of the London Missionary Society, p. 317.

8 P.-Y. Toulellan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 37.

9 Service historique de la Marine (ci-après SHM), « Album de dessins de Max Radiguet », n°14, 51. Chaque dessin est désigné par un numéro qui provient du Catalogue préliminaire des dessins et aquarelles de Maximilien Radiguet secrétaire attaché à l’amiral Abel Du Petit Thouars, Anne Lavondès. Cote 3 S 3644, 23230. Voir également : L’Illustration, n°1, p. 1 ; n°4, p. 3 ; n°256, p. 328-329 ; n°278, p. 268-269 ; Le Tour du monde, 1860, vol. 1, p. 304.

10 Voir notre étude, V. Fayaud, « Dess (e) ins oubliés : Charles Giraud, prédécesseur de Paul Gauguin à Tahiti », p. 319-325.

11 Charles Giraud, Musée National du Château de Versailles, MV 1461/MI 172 ; MV 1462/MI 173 ; Musée du quai Branly, auparavant conservé au MNAAO, fonds dessins, SH 93.5.10.

12 L’Illustration, n°105, p. 3.

13 Intervention au colloque Images de guerre (…) paix en images », session du 4 mai 2011.

14 BNF, est., SNR Lebreton Louis, « I. Taïti, Le C. A. Dupetit Thouars faisant amener le pavillon Taïtien ». Le Dublin est représenté dans la rade de Papeete.

15 R. Lovett, The History of the London Missionary Society, p. 315. P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 182.

16 P.-Y. Toullelan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 41, 42.

17 Courriers du comte de Jarnac à M. Guizot, Londres le 10 août 1844 et de M. Guizot

18 P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 291.

19 Encyclopédie de la Polynésie, vol. 7, p. 15.

20 E. Caillot, Histoire de la Polynésie orientale, p. 236, note 2, p. 237.

21 N. Gunson Messengers of Grace.

22 Nombre de leurs lettres se plaignent de George Pritchard et de ses activités. P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 291, note 294.

23 SHM, mss sh 356, « Jules Louis Lejeune, Voyage autour du monde sur la corvette la Coquille commandée par Monsieur Duperrey, chr de St Louis », fol. 44.

24 D. Jameux, « Symbole », Encyclopædia universalis.

25 SHM, « Album de dessins de Max Radiguet », n°57.

26 BNF, est., SNR Lebreton Louis.

27 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

28 Louvre, n°RF 129.

29 R. Girardet, « Les trois couleurs, ni blanc, ni rouge », vol. 1, p. 61.

30 B. de La Roncière, La Reine Pomaré, p. 176.

31 G. Robertson, Journal of G. Robertson, Master of H. M. S. Dolphin, cité par P. Bachimon, Tahiti entre mythes et réalités, p. 131-132.

32 J. Cottez, « Essai sur les pavillons océaniens », p. 11-33.

33 L. Jore, L’océan Pacifique au temps de la Restauration, vol. 1, p. 194, note 2 ; Dunmore John, Les explorateurs français, vol. II, p. 121 ; J. Cottez, « Essai sur les pavillons océaniens », p. 11-33.

34 SHM, mss sh 356, « Jules Louis Lejeune, Voyage autour du monde sur la corvette la Coquille commandée par Monsieur Duperrey, chr de St Louis », fol. 31.

35 SHM, mss sh 355, anciennement mss sh 4211A, Jules Louis Lejeune, « Journal de Mr Le Jeune, dessinateur de l’expédition de Louis-Isidore Duperrey (11 août-1822-avril 1823), Payta-O’Taïti », p. 22.

36 Voir note 26.

37 Encyclopédie de la Polynésie, vol. 7, p. 14.

38 P. De Deckker, Jacques-Antoine Moerenhout, p. 276, 279, 280.

39 8857 habitants en 1848, P.-Y. Toullelan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 66.

40 Bibliothèque Nationale de France, est. « I. Taïti, Le C. A. Dupetit Thouars faisant amener le pavillon Taïtien », SNR Lebreton Louis. La Reine-Blanche, la Danaé, l’Uranie, et l’Embuscade sont représentés dans la rade de Papeete.

41 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

42 Musée du Louvre, « Lettre autographe à Hardin », BC. B5. L11.

43 V. Fayaud, « Desseins oubliés », p. 324-325.

44 . P.-Y. Toulellan et B. Gille, Le mariage franco-tahitien, p. 31.

45 . L. Peltzer, Chronologie, p. 31.

46 . R. Aldrich, The French Presence, p. 187.

47 . J.-F. Baré, Tahiti, les temps et les pouvoirs, p. 234.

Auteur

Chercheur en histoire contemporaine et histoire de l’art, CNRS, Réseau Asie-Imasie (UPS 2999)

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search