Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Troisième partie. Médias multiples

La trêve de Noël

Sylvie Dallet

Texte intégral

1Le terme de « Trêve de Noël » recouvre une série de récits et de symboles cinématographiques qui contredisent directement les imaginaires de la guerre et de la violence, dont le « massacre des innocents » des Evangiles, un mythème du quel la plupart des films pacifistes font leur miel.

  • 1 La dynamique de la recherche « Cinéma & Histoire » s’articule autour de la formule polysémique que (...)

2La mise en perspective de quelques œuvres récentes forme trame mais également relief, soulignant les contours du sujet qui nous intéresse, « Images de guerre, guerre des images, paix en images », dans une partie contemporaine qui rompt délibérément avec des dispositifs d’énonciation traditionnels. La filmographie restreinte que je souhaite analyser dans ses choix de rupture scéniques, a atteint, sans l’avoir espéré, la qualité de chef-d’œuvre, adoubée par sa rencontre avec un public multiconfessionnel. Cette attention permet, au-delà d’une analyse combinatoire des formes filmiques, d’interroger un ressenti social, une démarche inédite de la générosité et de l’émotion, dans une dynamique renouvelée des axes de la recherche « Cinéma & Histoire »1.

  • 2 Le terme de « prince de la paix » est le mot qu’emploie le prieur de Tibhirine (Des Hommes et des (...)

3Pour analyser cette attention nouvelle du public et comprendre la singularité signifiante des œuvres présentées, je me permettrai de caractériser rapidement ce qui fait d’ordinaire le « film de guerre », dans sa gestuelle et ses grandes lignes métaphoriques, avant de souligner combien Joyeux Noël de Christian Carion (2005) et Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois (2010), réalisés à cinq années d’intervalle sur des sujets douloureux (les débuts de la guerre de 1914 et l’Algérie de la « guerre sans nom »), traduisent une véritable révolution copernicienne dans les approches scénaristiques du temps présent. En effet, ces films aux héros collectifs, comme naguère l’exceptionnel Itto (film coréalisé par Jean-Benoit Lévy et Marie Epstein en 1934 sur une résistance berbère à la colonisation), ont rencontré un extraordinaire succès public qui va bien au-delà de la cinéphilie ou de l’exploration inédite des zones d’ombre de l’Histoire contemporaine. Ces trois œuvres explorent grâce à quatre créateurs agnostiques (Epstein, Benoit-Lévy, Carion, Beauvois une représentation sensible de la transcendance humaine, individuelle et communautaire, qui, du « prince de la paix »2 de Noël aux renaissances spirituelles de l’Homme, offre à un public hétérogène et curieux des pistes de pensée œcuméniques. Ces observatoires concernent des épisodes de guerre coloniale, nationale ou religieuse, contemptés dans leurs formes les plus contemporaines, dans des récits relationnels liés à des « espaces vécus ».

  • 3 Deux millions d’entrées pour le film de Beauvois (Grand prix du Festival de Cannes) en progression (...)
  • 4 Le scénario d’Itto décrit les résistances marocaines à la colonisation : Au Maroc, Itto, fille d’u (...)
  • 5 A l’infirmerie militaire, la « fille de joie » qui accompagne le régiment français assiste, à la d (...)

4Le film Des Hommes & des Dieux retrace sobrement les trois dernières années d’une communauté algérienne de huit cisterciens français, prêtres et moines, dont l’aventure culmine entre deux célébrations de la naissance du Christ, présenté comme « le prince de la paix » des musulmans. Joyeux Noël, réalisé comme un long instantané utopique, met en scène la fraternisation franco-anglo-allemande de Frelinghien pour Noël 1914. Ces deux œuvres, aux scénarios multiculturels et pacifistes, ont attiré, contre toute attente, un public nombreux3. Le fil ténu qui relie le Itto de 19344 à Joyeux Noël puis à Des hommes et des Dieux, procède, au-delà de leurs scénarios originaux, d’une conjugaison réfléchie entre des actes de résistance pacifique, alliés à un dialogue interculturel constant. Alors que les films de guerre doivent multiplier les effets spéciaux pour convaincre le public de « teen-agers » du XXIe siècle, ces trois œuvres réussissent le pari d’attirer des générations différentes, des confessions séparées ou des philosophies antinomiques, sur la base commune de la prévalence spirituelle. Il faut par ailleurs souligner l’importance de la figure du médecin ou du soignant dans ces trois œuvres, en contrepoint des figures d’enfants pour Des Hommes et des Dieux, de la grossesse pour Joyeux Noël ou des nourrissons pour Itto. Les portraits de femmes apparaissent également comme familières et agissantes, soit dans leur fonction maternelle fondamentale et multiple (dont la prostituée de l’armée française dans Itto5), soit dans des prises de décision culturelles ou politiques qui engagent toute la communauté.

5Pour mémoire, les images traditionnelles de guerre correspondent à des mouvements de caméra rapides qui accompagnent des figures de chasse à l’homme par l’homme, dans un monde désolé, strié d’images violentes et de bruits discordants. La représentation de la guerre au cinéma correspond à l’au-delà même du cinéma qui traduit dans son essence un mouvement collectif de grande ampleur. Pour cette narration, le temps est fracturé en séquences le plus souvent actives et contradictoires, renforçant cette doxa de l’événement qui caractérise le récit historique classique. Cette plasticité audiovisuelle du récit a donné au film de guerre classique sa double identité de bruit assourdissant, métaphore de l’événement foudroyant et du mouvement précipité des jambes et des corps, syndrome de l’épouvante et du courage à la surmonter. Le récit de guerre est le plus souvent une métaphore du courage devant l’épreuve inconnue et collective, une geste héroïque qui fait contrepoint du récit mélodramatique dont les réalisateurs américains ont imposé le rythme à des sujets civils. Le « devoir d’assistance » révélateur des trois œuvres d’analyses citées plus haut, se réduit ici le plus souvent à une succession d’actions rapides de désincarcération, sans relation profonde à la communauté.

6Dans ce cadre d’expression où la violence collective se conjugue souvent avec une histoire d’amour brisée, dans une écriture sous contrainte qui révèle les ressources intimes du héros, tous les sujets sont peu ou prou apparus au grand jour, selon les registres de la propagande, de la palette subtile des formes de l’émotion et de la prise de conscience. Le romancier Maurice le Glay (parfois surnommé le « Kipling français »), créateur d’Itto, réunit en 1930 des récits de la guerre de 1914 sous le terme Les Sentiers de la guerre et de l’amour, une façon de pointer ironiquement, avant Les Sentiers de la Gloire (Paths of glory 1957) de l’Américain Stanley Kubrick, combien l’Histoire se construit entre les chemins de traverse des mémoires contestataires.

7De fait, parmi les quelque 600 œuvres consacrées à la Première Guerre mondiale, les films qui sont passés à la postérité par leur qualité de chef d’œuvre sont les films contestataires qui récusent l’imaginaire des violences nationales, d’Abel Gance (1918 et 1936, J’accuse) à Charlie Chaplin (1919, Charlot soldat) et Raymond Bernard (1932, Les Croix de Bois), de Stanley Kubrick (Les sentiers de la gloire) à Joseph Losey (1954, Pour l’exemple traduction de King and Country). Si ces œuvres sont aujourd’hui commentées dans les écoles et les universités, aucune, sauf peut-être les Sentiers de la Gloire, n’a connu en sa date de parution, un succès public comparable à Joyeux Noël ou Des Hommes & des Dieux. En effet, ces deux films font porter l’accent non sur une humiliation définitive qui serait liée à la défaite d’idéaux extérieurs, mais sur la notion de rédemption intime par l’épreuve, tel que l’annonce ce fragment des Psaumes, mis en exergue chez les Cisterciens :

  • 6 Psaume 82, 6-7 du Livre des Psaumes (Ancien Testament) mis en exergue du site des chants de l’abba (...)

« J’ai dit : « Vous êtes des dieux,
des fils du Très-Haut, vous tous.
Pourtant, vous mourrez comme des hommes ;
comme des princes, tous, vous tomberez ! »6

Un lieu pour aimer, un pays pour prier

  • 7 Ordre cistercien de Stricte Observance (OCSO) dit plus communément « trappiste », depuis la refond (...)

8Le film Des Hommes et des Dieux, avec sa double majuscule de titre, conjugue une réflexion sur l’espace à celle de la transcendance au travers d’un moment historique qui, fragmenté en séquences signifiantes et inspirées de la réalité, forment le sens de ce « don de la paix », que les Cisterciens de la communauté de l’Atlas s’appliquent à offrir chaque matin comme une alliance. La description de la communauté du monastère Notre-Dame de l’Atlas à Tibhirine apparaît d’emblée, non comme le récit d’un monde en guerre, mais comme un hymne d’amour à un lieu familier et symbolique, ce « jardin » de Tibhirine, dont la vie s’exprime depuis 1937 au travers les activités journalières de la communauté de cisterciens de stricte observance7 (prières, chants, travail aux champs, soins, vaisselle). Cet affairement d’abeilles humaines, porteuses du miel céleste, participe intimement du quotidien des villageois berbères musulmans, dépositaires de cet Atlas « porteur de ciel » pour les Grecs, montagne mythique et pointe imaginaire de la mystérieuse civilisation des Atlantes. La guerre civile se raréfie dans ces espaces ouverts, comme une mer dont la colère inexpliquée s’arrêterait aux portes du monastère, sans pouvoir y entrer autrement que par effraction.

  • 8 Cette forme-refrain qui évolue sur trois strophes correspond au Voici la Nuit, composé par le père (...)
  • 9 La destinée de la cantatrice, comédienne et productrice artistique Simone Berriau est également tr (...)
  • 10 H.G. Clouzot (1907-1977) journaliste et compositeur de musique deviendra par la suite un des maîtr (...)

9Ce lieu décrit pour aimer, prier, chanter, bavarder et soigner, insuffle sa paix sur tout le village séculaire : les moines deviennent, comme une des villageoises l’exprime à voix haute, littéralement « la branche » sur laquelle sont perchés les oiseaux-civils, une branche qui fournit à profusion à la fois l’abri, le nid et l’espace légitime d’envol. Ce chant qui « illumine la longue nuit de Palestine »8, prélude à une hospitalisation nocturne et forcée d’un terroriste, ouvre les ténèbres de tous champs de bataille : le chant de Noël qui émeut les bataillons internationaux de la guerre de 1914 dans l’épisode décrit par Carion est comme le lien de souffle qui associe le soin des blessés au récit des souffrances humaines. De même, c’est la cantatrice Simone Berriau9 qui interprète la rebelle berbère Itto dans le film homonyme, dans d’inédits dialogues berbèrophones et francophones, associés aux musiques originales des deux compositeurs Albert Wolff et Henri-Georges Clouzot10. L’éclosion des langues prépare l’envol des langages. De fait, les mises en scène des trois films gomment les aspérités douloureuses des chants pour valoriser les traits de persévérance et d’espoir : du Voici la Nuit de Tamié, le film ne conserve que la partie oecuménique, soit trois strophes sur cinq, évacuant les phases de mort et de résurrection christique. Le Stille Nacht chanté lors du film de Carion permet également une écoute plurielle des combattants.

10Dans le roman documentaire Itto de Maurice le Glay (1923), adapté douze années plus tard pour le cinéma parlant, comme dans Des Hommes et des Dieux, issu après quatorze ans de maturation, de la collecte des lettres des moines, le paysage intervient donc comme un agent souterrain de l’Histoire, une force archaïque qui explique sans doute une partie du succès public des œuvres ; le « temps suspendu de la paix » trouve dans la beauté des paysages une expression révélatrice. Pour Maurice le Glay du côté marocain et Xavier Beauvois sur le versant algérien, ce pays du bonheur, fait du fruit du travail des hommes, c’est le Maghreb des montagnes, pétri de communautés originales, comme si le double versant de l’Islam et du Christianisme venait à y communier ensemble. La lettre testamentaire de Christian de Chergué parle du peuple algérien et de son pays comme un corps lié à une âme. L’Atlas berbère est, depuis longtemps, profondément identifié comme un pays de saints, ces « igurramen », issus des « imaziren », ces « hommes libres » qui construisent depuis le Moyen Age des zaouyas charitables, c’est-à-dire des confréries de bienfaiteurs. Dans ces communautés bâties sur l’écoute et le don, le silence, l’étude et le chant conjuguent leurs œuvres.

  • 11 Le langage occulte des oiseaux, qui s’exprime dans des expressions comparables dans l’Orient musul (...)

11Le romancier Maurice le Glay, ancien officier comme le prieur trappiste Christian de Chergé, a écrit, la même année qu’Itto, un conte philosophique Le chat aux oreilles percées qui confronte, dans un dialogue interculturel et interreligieux sans concession, les deux pensées, chrétienne et musulmane. Dans une continuité spirituelle analogue, Tibhirine accueille dans les années 1980, outre la communauté monastique chrétienne, des soufis, ces amoureux poètes de l’islam, habiles traducteurs du langage des oiseaux11, avec qui le prieur entretient des dialogues. Cet « Á-Dieu » en deux syllabes qui ponctuent le testament de Christian leur est un dernier hommage.

Paix et suspension du temps

  • 12 Les prières cisterciennes journalières sont au nombre de sept alors que les prières musulmanes son (...)

12Nous savons avec Bunuel qu’au cinéma « le temps et l’espace deviennent flexibles, se rétrécissent ou s’étirent à volonté ». Ici, les espaces dilatés en lumière sont conçus comme des clairières dans la jungle des conflits : la paix s’incarne au travers des chants et des souffles collectifs, des corps paisibles, des poignées de mains ou des accolades dans les films de Carion et Beauvois, et, dans une moindre mesure pour Itto d’Epstein et Benoit Lévy qui passe tour à tour du regard du médecin français au combat déchiré d’une jeune Berbère. La paix qui sourd des dialogues et des images des habitants de l’Atlas s’enracine dans des rendez-vous anciens que le chant magnifie : il est, pour les Cisterciens, « le rendez-vous du sang versé ». L’entrelac des prières12 et des chants prend le relais du dispositif scénique ouvert : le chant partagé correspond à ce sang versé « pour vous et pour la multitude »…

13Si la suspension du temps s’articule profondément autour du précepte trappiste de « prie et travaille », il reçoit une force nouvelle par l’emploi des travellings qui rythment à la fois la perception des paysages et le cheminement des moines. Si le film de Beauvois donne la part belle aux récits autographes chrétiens, la confrontation des deux religions, vécues de l’intérieur, rivalise de grandeur dans ce pays âpre. L’essai métaphorique Le chat aux oreilles percées de Maurice Le Glay dirige le dialogue du théologien musulman avec son ami français de telle façon que son propos résonne encore au souvenir de la communauté de l’Atlas : « matériellement, vous nous avez maîtrisés (…) Du point de vue religieux, vous êtes restés les vaincus ».

  • 13 À Ephèse au IVe siècle, sept soldats chrétiens persécutés se seraient endormis et réveillés au Ve (...)
  • 14 La confrérie des Regragra, sous la protection de sept saints fondateurs, institue tous les ans dep (...)

14Enfin, le choix du temps suspendu lié à l’espace du partage puise à la source d’une légende ancienne, celle des Sept Dormants, commune aux Chrétiens et aux Musulmans. Avec le proverbe « les sept dormants redressent le temps », la géographie mythique de ces saints, pourtant nés en Asie Mineure13, court du Maroc, avec la confrérie des Regragra14, à la Bretagne, construisant depuis quelque 1500 ans le palimpseste des cartes mentales et des points de rencontre entre les religions du Livre. Pour l’Islam, ces pieux seraient restés 300 ans endormis dans une caverne jusqu’à ce qu’un juste gouvernement revienne. La sourate 18, dite de la Caverne, récitée le vendredi, mentionne ceci : « les bonnes œuvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et [suscitent] une belle espérance ». C’est curieusement sept moines que les islamistes viennent kidnapper durant la nuit de mars 1996.

15Enfin, si l’on peut encore souligner des occurrences, les thèmes du massacre des innocents de l’Évangile et la fuite en Égypte qui suivit la naissance de Bethleem, apparaissent en filigrane dans les œuvres de Carion et de Beauvois, comme si la répétition cyclique des actes de persécution renforçait de ses fils subtils l’histoire particulière d’un XXe siècle par ailleurs shakespearien, périodiquement agité d’une énorme tempête de « bruit et de fureur ». Le soir de Noël, de nombreux récits populaires admettent parmi la Chrétienté que la venue d’un enfant suspend la violence dans un espace-temps qui cristallise les espoirs du monde.

La responsabilité collective des hommes

  • 15 La notion « d’Ange exterminateur » est commune aux deux religions, alors que la notion de « massac (...)

16Le principe même du mouvement désordonné de la guerre s’articule, dans les récits classiques, en équilibre sur un point de valeur incarné par le héros. De fait, la valeur du héros guerrier conduit, à l’inverse, à construire une entité qui relève de l’Ange exterminateur de la Bible, dans un combat duel fortement teinté d’Apocalypse. Cet Ange exterminateur15 ouvre l’espace de l’enfer parce qu’il donne de l’espace au bourreau, dans une perception du monde que des laïcs tels Sartre ont également cautionnée : « L’enfer c’est les autres ».

17Á l’inverse, la plupart des films pacifistes tentent de présenter un dispositif à héros doubles voire multiples, personnages forts d’un récit où chacun a le choix des armes : les Sentiers de la gloire de Kubrick ou Pour l’exemple de Losey apparaissent comme autant de tentatives en ce sens, que le scénario français de Raymond Bernard, adapté du roman de Dorgeles, Les Croix de Bois, réussit mieux que les films anglo-américains parce qu’il reste à l’écoute des anciens combattants. Le principe du film choral, paradoxalement expérimenté au travers des séries télévisées américaines aujourd’hui profondément tributaires de l’émergence anonyme d’internet, reflète l’ambivalence démocratique de la société occidentale, qui démultiplie les cercles d’appartenance, familiaux, régionaux et nationaux. La tradition occidentale qui récuse le héros guerrier lui a naguère substitué depuis la Révolution française, cette ingénieuse notion de « grand homme », serviteur d’une cause qu’il représente, mais qu’il n’incarne plus seul. La valeur du « grand homme », analogue à celle du « trésor vivant » de la tradition japonaise, sous-tend les récits des trois œuvres, d’Itto à Des Hommes et des Dieux. Le médecin d’Itto supplie sa femme française de prendre soin des femmes berbères qui viennent lui demander secours. Le prieur Christian de Chergé prie pour un chef islamiste tué dans des conditions ignominieuses, de même que les soldats sur le front mis en scène par Carion partagent, contre toute consigne, un sourire, une poignée de main, un chant, un jeu collectif. L’indignation collective devant la vilenie des systèmes prend racine dans une fermeté morale qui n’a plus besoin de paroles. La guerre et la vengeance sont proscrites parce qu’elles sont simplement dégradantes pour tout le monde. Ce sont les femmes chleuhes du Haut Atlas qui rapporteront au médecin décrit dans Itto les médicaments qui lui manquent pour continuer à vacciner les enfants.

  • 16 Cette phrase qui reprend l’antienne de la Société des Nations est inscrite sur le dernier carton d (...)

18Les films de Carion et Beauvois développent à l’extrême cette force du groupe, autour du thème pluriel de la communauté des belles âmes, dont la force spirituelle perdure au delà de la mort. Le regard de chacun, cette « ouverture de l’âme » pour le Chrétien comme pour le Musulman, est sollicité de façon constante par la caméra, comme une porte de lumière. Les frères sont filmés en plan épaule, œuvrant et priant de façon collective, mais également discutant démocratiquement dans l’écoute des avis de chacun ; la scène d’ouverture collective est sur ce point remarquable : « nous ne t’avons point élu pour que tu prenne des décisions seul » dira frère Jean-Pierre au père Christian, prieur du couvent. Cette diversité des caractères s’exprime au travers des multiples nationalités de Joyeux Noël ou au travers les âges divers et les identités provinciales des frères de Tibhirine, reprenant le motif du roman puis du film Les Croix de Bois. Les deux œuvres récusent le racisme ordinaire que le combattant se forge contre l’autre : le père Christian a été élu en 1971 prieur à Tibhirine pour nouer fortement des liens entre les communautés musulmanes et chrétiennes. La démarche est largement inhabituelle : le film de Chaplin de 1919, Charlot soldat, pourtant chantre de « la paix entre les hommes de bonne volonté »16, ridiculisait au contraire les combattants allemands, décrits comme lubriques, grossiers, brutaux.

19En ce qui concerne la fraternité universelle que porte Des Hommes et des Dieux, le film cite en voix off, lors du départ chancelant des moines vers la mort, la lettre testamentaire de Christian de Chergé :

« S’il m’arrivait un jour – et ça pourrait être aujourd’hui – d’être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j’aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNEE à Dieu et à ce pays [...]
Et toi aussi, l’ami de la dernière minute, qui n’aura pas su ce que tu faisais, oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI, et cet « Á-DIEU » envisagé pour toi. Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s’il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. »

Atlantes et arbres de vie

20De fait et pour esquisser une conclusion partielle, le respect que le public a ressenti devant les deux films de Carion et Beauvois, mais plus encore celui de Beauvois, réside dans la perception d’un feuilleté, d’une épaisseur de sens et de vie collective qui réussit à rendre nette la coupure entre un monde violent, traversé de conflits, et un monde de paix où seul l’esprit émerveillé et l’effort fraternel peuvent accéder. Cette démonstration s’appuie sur la parole évangélique, mais également la transcende pour les non-croyants. Dans cette portée œcuménique, elle rejoint une forme de pacte civique porté par une morale d’entraide et de respect, naguère véhiculée par la IIIe République.

21Ce qui fait chef-d’œuvre et mérite donc que l’on considère le sens politique de son succès public, traduit une forme complexe : les films se construisent ici en boucles profondes à la mesure des lectures en palimpseste ou en labyrinthe. Ces récits de fiction enracinent une trame documentaire sur des terreaux philosophiques et mythiques complexes, qui en appellent à une morale universelle de la solidarité.

22En regard du mythe, le lieu de la narration s’en réfère à la matrice du jardin, celui d’Eden et de Tibhirine, mais touche également aux légendes des Sept Dormants et des Atlantes, porteurs de ciel et de confiance en l’Homme. La proximité des corps, des regards et des chants offre une symphonie de liens physiques, où l’âme collective dévoile ses liens profonds, bien au-delà du J’accuse de Gance qui convoquait la douleur des morts sans sépulture. L’histoire politique transmise au travers des détails, des anecdotes et des récits est remarquablement précise, confortée par des entretiens de témoins, des récits autographes, des émotions. Enfin, le symbolique « dialogue des temples », analogie des têtes humaines, ne verse jamais dans une réflexion sur l’échec de la mission de la paix car, comme l’explique l’agnostique Beauvois, une décision intuitive, sans doute dictée par l’esprit même du lieu et des moines, lui a fait supprimer les scènes de décapitation qui eussent donné au film un inutile aspect terrifiant. Nous sommes alors dans un dialogue mythique avec le dernier avatar du poète Orphée, naguère proto – symbole du Christ, dont le chef coupé contiue à chanter et faire entendre les accents de sa lyre.

  • 17 Dans la religion chrétienne le martyre « rouge » signifie le martyre de sang (de sang versé). La l (...)

23Au delà de ce choix intime, l’histoire collective de la guerre à l’écran exprime un témoignage persistant, qui forme observatoire heuristique : en effet, le scénario de Raymond Bernard, organisé en boucle en 1932 sur des croix de tombes, s’ouvrait sur la flamme du souvenir, sans s’attarder sur le sang versé et les blessures des hommes autres que celles portées par les lettres et les voix off. Les arbres de vie que sont les existences de ces hommes ne sont pas mutilés par les images du film, de même que Joyeux Noël résume sobrement la dégradation des hommes de la troupe au travers de wagons qui, métaphoriquement annoncent, en télescopage temporel, les wagons plombés de la déportation juive quelque vingt-huit années plus tard. De même et de façon troublante, la vie du monastère de Tibhirine se confond avec les dates de naissance et de mort de son dernier prieur, Christian de Chergé, comme si la destinée du lieu et de l’homme fusionnaient dans un même signe des temps. Ces occurrences sont des rémanences qui colorent en profondeur, en résonance avec un public ému, la vision abstraite d’une histoire purement événementielle. Ces formes de références contrebalancent également subtilement la notion de « guerre sainte » qui, dans l’Islam, a pu donner naissance à des mouvements extrémistes tels que décrits fugitivement au travers le martyre « rouge »17 des moines de l’Atlas. Mais là encore la notion de « don de soi » total et dans une présence intime, l’emporte sur toute allusion aux racines intellectuelles de la violence. Le sensible force alors le respect et stupéfie le public convié dans la force d’une représentation collective. L’élu de l’Evangile est bien celui qui fait taire le bruit des armes.

24De fait, les films de Carion et de Beauvois ne sollicitent plus les commémorations nationales identitaires, mais œuvrent plutôt dans le recueillement de la méditation ou de la prière, au gré de l’expression spirituelle de chacun. Cette morale de la floraison partagée, timidement esquissée dans les années 1930 par les œuvres de Bernard, Espstein et Benoit-Lévy, rejoint quarante ans plus tard le poème de l’algérien Ahmed Azzegah (1972), composé en coïncidence au moment où Christian de Chergé a pris sa place à Tibhirine :

« Arrêtez de célébrer les massacres
Arretez de célébrer des fantômes
Arrêtez de célébrer des dates »

25Au final d’Itto, la femme du médecin français, donne le sein à un nourisson arabe orphelin. Notre-Dame de l’Atlas, dédiée à la mère commune des deux dernières religions du Livre, Marie, perdure cette image de l’allaitement des deux communautés. Par la priorité qu’ils ont choisi de donner à l’amour, par essence désarmé, ces récits filmiques portent au monde une joie qui restaure la vie collective et personnelle dans sa fécondité et, en terme ultime, une liberté spirituelle que chacun, quelles que soient ses croyances, exprime à sa manière au plus profond de son être. La voie qui s’ouvre dans la sombre nuit des productions de guerre est, comme l’antique fuite en Égypte, le nécessaire chemin des renaissances.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Films de référence

Itto, comédie dramatique de 117 minutes (N & B, 35 mm), réalisation de Jean Benoît-Lévy & Marie Epstein, Scénario de Georges Duvernoy et Etienne Rey d’après l’œuvre originale de Maurice Le Glay, Dialogues de Roger Féral et Etienne Rey, Eden productions (directeur de production Pierre Lazareff), 1934 (sortie le 22 mars 1935).

Joyeux Noël, drame de 116 minutes (couleur, 35mm) réalisation Christian Carion, scénario et dialogues de C. Carion adapté d’un fait divers de fraternisation militaire (Noël 1914), Nord-Ouest Productions, 2005 (sortie festival de Cannes puis novembre 2005).

Des Hommes & des Dieux, drame de 120 minutes (couleur, 35mm), réalisation Xavier Beauvois, scénario Etienne Comar, adaptation et dialogues Xavier Beauvois & Etienne Comar, directrice de photographie Caroline Champetier, répertoire musical proposé par Henri Quinson, coproduction Why not productions/Armada Films/France 3 Télévisions, 2010 (sortie Cannes, mai 2010).

Il est difficile d’associer une bibliographie spécifique à ce travail, qui cllationne des films très récents et connus (Joyeux Noël et Des Hommes et des Dieux sont désormais consultables en format DVD), à des recherches personnelles sur les résurgences culturelles et mythiques.

En ce qui concerne Des Hommes et des Dieux, un CD audio (production Why not production/Armada Films, 2010) présente avec la compilation musicale intégrale du film, deux enregistrements sonores significatifs du frère médecin, « L’Amour selon frère Luc » et un extrait du frère prieur, « Testament spirituel du frère Christian ». Par ailleurs, le DVD, Des Hommes et des Dieux apporte sur les éléments de création de l’œuvre et de l’énigme historique de la responsabilité de l’enlèvement des documents importants.

A l’inverse, Itto de Marie Epstein et Jean Benoit-Lévy, est un film rare, sur laquelle les archives papier de la Bifi restent peu prolixes.

Grâce au succès du film de Beauvois, de nombreux ouvrages religieux ou biographiques relatifs aux moines de Tibhirine ont été publiés, mais je ne m’en suis pas servie (les citations des carnets du père de Chergui sont consultables partiellement sur internet, de même que les textes des chants, les citations de la Bible et du Coran) pour rester au plus près des sources filmiques.

Citons pour fil rouge et complément de recherches :

Christian Carion, Joyeux Noël, Perrin, 2005.

Chalaye Gérard, « René Euloge entre tradition berbère et modernité coloniale » article consultable sur le site web de la Société Internationale d’Etude des Littératures coloniales, (SIELEC, université Paul Valéry, Montpellier).

Durand Jean-François & Servy Jean, (collectif sous la direction de), Regards sur les littératures coloniales, l’Harmattan, 1999. Cet ouvrage contient les articles complémentaires de Gérard Chalaye (« René Euloge, un destin dans la montagne berbère ») et de Michel Lafon (« Un écrivain oublié, Maurice le Glay »). Ces articles sont consultables sur le web.

Dallet, Sylvie, (sous la direction de), Guerres révolutionnaires (Histoire & Cinéma), L’Harmattan/Publications de la Sorbonne, 1984.

Dallet, S., « Boîter avec l’humanité, la représentation de l’histoire à travers la filmographie gancienne », article in Abel Gance, Laurent Veray (dossier réuni par), 1895, n° 31, nov. 2001.

Dallet, S., « La littérature et le cinéma au secours de l’instruction civique (1872/1939) » in Histoire, Images, Imaginaire (volume 4 financé par le programme Culture 2000 de l’Union Européenne), Université de Pise, Edizioni Plus Italie, octobre 2002.

Dallet, S., « Filmer les colonies, filtrer le colonialisme », Chapitre relatif au cinéma, in Marc Ferro (sous la direction de), Le Livre noir du colonialisme, Éditions Robert Laffont, janvier 2003. Poche, février 2004. Traductions en Allemagne, Brésil, Danemark, Espagne (castillan et catalan), Italie, Portugal, Suède, Turquie, USA, janvier 2007.

Dallet S., « La violence révolutionnaire, pudeurs et ostentations filmiques », in Annie Duprat (sous la direction de), Révolutions & mythes identitaires (Mots, violences, mémoires) Nouveau Monde Editions, janvier 2009.

Henry Jean-Robert et Martini Lucienne, Littératures et temps colonial (métamorphoses du regard sur la Méditerranée et l’Afrique), Actes du colloque d’Aix-en-Provence, Edisud, 1999.

Le Glay Maurice, Itto, récit marocain d’amour et de bataille, Plon Nourrit & Cie, 1923

Jean Servier, Les portes de l’année, l’Algérie dans la tradition méditerranéenne, Robert Laffont, 1962

Vignaux Valérie, Jean Benoit – Lévy ou le corps comme utopie – Une histoire du cinéma éducateur dans l’Entre-deux-Guerres en France, (DVD joint), AFRHC, 2007.

Notes

1 La dynamique de la recherche « Cinéma & Histoire » s’articule autour de la formule polysémique que Marc Ferro a proposé à la fin des années 1970, « le Cinéma comme source et agent de l’Histoire ». Cette communauté méthodologique a été redéfinie lors du premier colloque international « Le cinéma au prisme de l’Histoire », co-organisé en mai 2010 par Sylvie Dallet, Kristian Feigelson et Nadja Vuckovic à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (19 mai) et à l’EHESS (20 et 21 mai). Actes à paraître.

2 Le terme de « prince de la paix » est le mot qu’emploie le prieur de Tibhirine (Des Hommes et des Dieux), pour en appeler à une trêve de Noël, lors de la rencontre forcée avec le groupe de combat islamiste. Cette formule est littéralement ue formule « sésame », dans une force mythique conjuguée.

3 Deux millions d’entrées pour le film de Beauvois (Grand prix du Festival de Cannes) en progression constante grâce à l’édition DVD, plus de deux millions pour Joyeux Noël en total cumulé.

4 Le scénario d’Itto décrit les résistances marocaines à la colonisation : Au Maroc, Itto, fille d’un chef dissident de l’Atlas et épouse du fils du chef d’une tribu alliée à l’occupant français, est partagée entre son amour et sa révolte contre l’occupant, présente par son armée et ses auxiliaires médicaux. Un médecin français et sa femme aident et soignent les indigènes des montagnes. La jeune femme adopte le bébé d’une Berbère dissidente, tombée sous les balles des partisans.

5 A l’infirmerie militaire, la « fille de joie » qui accompagne le régiment français assiste, à la demande d’un médecin, un jeune soldat blessé et délirant, qui la prend pour sa mère et meurt dans ses bras.

6 Psaume 82, 6-7 du Livre des Psaumes (Ancien Testament) mis en exergue du site des chants de l’abbaye de Tamié, repris dans le scénario d’Etienne Comar (scénariste) et Xavier Beauvois (réalisateur). Ce Psaume dit « Psaume d’Asaph » est particulièrement significatif du contexte des deux films de Carion et de Beauvois car il a tiré son origine d’Asaph, chef de cœur, musicien et prophète. La traduction citée plus haut est la traduction cistercienne consultable sur internet.

7 Ordre cistercien de Stricte Observance (OCSO) dit plus communément « trappiste », depuis la refondation de l’ordre de Cîteaux à la Trappe en 1899.

8 Cette forme-refrain qui évolue sur trois strophes correspond au Voici la Nuit, composé par le père Didier Rimaud pour le répertoire vocal de l’abbaye cistercienne de Tamié. Cette forme mythique ternaire, dédiée aux naissances nocturnes, longue nuit « des origines », « de Palestine », « où on chemine », innerve le rythme subtil et souterrain du scénario.

9 La destinée de la cantatrice, comédienne et productrice artistique Simone Berriau est également très liée au thème de cet article : à quinze ans, elle part au Maroc et épouse le colonel Berriau (décédé en 1918), bras droit du maréchal Lyautey et créateur du service des Affaires Indigènes et des renseignements. Après avoir débuté sous le nom de Simone Berry à l’Opéra-Comique dans Pelléas et Mélisande de Debussy, elle connaît la célébrité au cinéma dans les années 1930 et 1940, puis devient productrice de théâtre et administratrice d’un domaine vinicole.

10 H.G. Clouzot (1907-1977) journaliste et compositeur de musique deviendra par la suite un des maîtres du film noir français avec Le corbeau, L’assassin habite au 21, etc…

11 Le langage occulte des oiseaux, qui s’exprime dans des expressions comparables dans l’Orient musulman et l’Occident chrétien (les bâtisseurs de cathédrales et les soufis) consiste à valoriser la prononciation orale sur l’écrit. Ce « qu’entends-tu par là ? » de la langue des anges (syrianite) qui transparait à l’écoute se nomme la langue des oiseaux et suppose à la fois une écoute particulière et un recueillement aux symboles. « En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau, puis je souffle dedans : et, par la permission d’Allah, cela devient un oiseau. Et je guéris l’aveugle-né, et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission d’Allah. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants ! Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui vous était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur » (Sourate 3 : 48-51).

12 Les prières cisterciennes journalières sont au nombre de sept alors que les prières musulmanes sont codifiées à cinq.

13 À Ephèse au IVe siècle, sept soldats chrétiens persécutés se seraient endormis et réveillés au Ve siècle. Le savant orientaliste Louis Massignon a recréé en Bretagne dans les Côtes d’Armor un pèlerinage mixte, chrétien et musulman, en l’honneur de ces septs saints.

14 La confrérie des Regragra, sous la protection de sept saints fondateurs, institue tous les ans depuis le christianisme et dans le cadre d’un Islam mystique un pèlerinage circulaire de 39 jours qui débute à l’équinoxe du printemps, une date curieusement en coïncidence avec la disparition des moines.

15 La notion « d’Ange exterminateur » est commune aux deux religions, alors que la notion de « massacre des innocents » ne concerne que la religion chrétienne.

16 Cette phrase qui reprend l’antienne de la Société des Nations est inscrite sur le dernier carton du film de Chaplin.

17 Dans la religion chrétienne le martyre « rouge » signifie le martyre de sang (de sang versé). La lettre testamentaire de frère Christian qui inspire le final du film récuse cette « pureté du martyre » en association le Amen chrétien au Inch’ Allah musulman.

Auteur

Professeur des universités, Université de Paris Est, Marne-La-Vallée, Chercheur au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines – CHCSC – E. A. 2448 – de l’Université de Versailles-Saint Quentin

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search