Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Deuxième partie. Les arts mobilisés

La pratique photographique au ministère de la Guerre 1850-1900

Mathilde Meyer-Pajou

Résumé

La description du territoire, conquis ou à conquérir, est une nécessité de l’art militaire : en témoignent, aux XVIIIe et XIXe siècles, les relevés des ingénieurs géographes, les plans des ingénieurs du génie, les reconnaissances des officiers d’état-major, les tableaux des peintres de batailles
Aussi la photographie est-elle étudiée de près par le ministère de la Guerre, qui ouvre dès 1859 un atelier au Dépôt de la Guerre. Quel regard les militaires portent-ils sur ce nouveau média ? Suscite-t-il des réticences ? Y a-t-il concurrence entre la photographie et les autres techniques figuratives militaires ? L’armée forme-t-elle des personnels spécialisés ? Comment les équipe-t-elle ? À partir de l’exploitation des archives de l’état-major et des armes dites « savantes » de l’artillerie et du génie, conservées au Service historique de la Défense, le présent article s’efforce de répondre à toutes ces questions

Texte intégral

1En 1855, le photographe Louis-Cyrus Macaire propose de doter l’armée d’un service photographique :

  • 1 Louis-Cyrus Macaire, « Note relative à la création d’une section de photographie au ministère d’Ét (...)

« […] chaque régiment, soit en garnison, soit en campagne, serait chargé de fournir la reproduction des événements réalisés à sa portée, ou de vues qui comporteraient un caractère d’intérêt quelconque. Ce serait là l’histoire militaire positive du temps. […] Chaque navire ayant à bord un photographe dans son équipage, plus de sites, plus de rivages, plus de côtes (dont on aura ainsi le relevé universel), plus de ports, etc., plus un type étranger quelconque d’hommes, d’animaux, de plantes, etc., qui n’aient leur reproduction identique dans les cartons du gouvernement »1.

2Cette proposition reprend le rêve du relevé « universel » de captation par la photographie du monde entier. Elle contient également, comme un effet d’annonce, la première fonction assignée par les militaires à la photographie : représenter le territoire.

  • 2 N. Salat, E. Pénicaut, Le Dépôt des fortifications et ses archives, 1660-1940, p. 30.

3La représentation du territoire, c’est-à-dire le dessin de cartes et plans à partir de levers topographiques réalisés sur site, est l’œuvre des cadres des deux armes « savantes » : les officiers du génie et les ingénieurs géographes. Depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, les premiers œuvrent au sein du Dépôt des fortifications, tandis que les deuxièmes ont rejoint le Dépôt de la guerre2. Les expérimentations autour de la photographie et des usages qui peuvent en être faits sont naturellement prises en charge par ces deux administrations.

4Le milieu du XIXe siècle a vu l’apparition des premières photographies de guerre ; prises d’abord par des civils, Felice Beato, Roger Fenton ou Léon Méhédin, elles apportent un regard nouveau sur la guerre, au travers des images rapportées de Crimée ou d’Italie. Elles introduisent une réflexion sur la représentation du champ de bataille et des combats par la photographie et influencent le travail des peintres de bataille ; pour autant, sont-elles en mesure de concurrencer ce genre en plein renouveau ?

1. Représenter le territoire

1.1. Le travail du colonel Laussédat

5Au sein de l’armée, les recherches sur l’optique et la photographie sont dominées par la figure du colonel Aimé Laussédat (Moulins, 1819-Paris, 1907).

  • 3 Capitaine en 1846, il est nommé chef de bataillon en 1863, lieutenant-colonel en 1870 et enfin col (...)
  • 4 Membre fondateur de la société de Géographie (1871), il fut membre également du conseil d’administ (...)
  • 5 Une chambre claire est un dispositif optique utilisé comme aide au dessin, breveté en 1806 par Wil (...)
  • 6 Service historique de la Défense, SHD/GR, 1 V r 178.
  • 7 SHD/GR, 1 V r 178.

6Aimé Laussédat intègre en 1838 l’école Polytechnique ; il en sort en 1840 et rejoint l’arme du Génie3. Il mène une carrière plus scientifique4 que militaire et est resté connu des géographes et des cartographes pour ses inventions. Affecté au Dépôt des fortifications, il cherche à améliorer la technique du lever topographique, base de l’élaboration des cartes. Le travail de lever est effectué au moyen d’une boussole et d’une planchette : la mesure d’angles permet d’établir une triangulation ; répétée sur une portion de territoire défini, cette opération permet de dresser une carte par application des règles mathématiques de trigonométrie (fig. 1-3). Pour accroître la rapidité d’exécution des levers, le capitaine Laussédat modifie la chambre claire5 pour permettre la mesure des angles. Ce travail est présenté dans un mémoire rédigé en juillet 1851, intitulé : « Mémoire sur la chambre claire organisée pour le lever et le nivellement des reconnaissances topographiques »6. Le chef de la brigade topographique accueille ce procédé de façon élogieuse : « le rendu des angles et du nivellement semble aussi précis et satisfaisant que s’il avait été fait de manière traditionnelle, relevé à la planchette et mesuré à la boussole. […]. Cet « appareil facile d’utilisation, qui ne nécessite que peu d’apprentissage [serait] très utile pour des positions militaires en pays de montagne difficiles d’accès » ; il est également applicable pour la représentation des bâtiments7 (fig. 4).

FIG. 1, FIG. 2, FIG. 3 : Tablette servant au lever des cartes et plans et exemple de carte. Croquis extraits de l’instruction pratique sur le lever de reconnaissance militaire, rédigée par le capitaine du génie Goulier (1851)

FIG.4 lever à la chambre claire

  • 8 Après la guerre de 1870, Laussédat est nommé directeur de la commission des communications aérienn (...)

7Ainsi encouragé, le capitaine Laussédat poursuit ses recherches en optique et, vers 1859, adapte la chambre claire à la lunette terrestre sous le nom de « télémétrographe ». Pendant le siège de Paris, Laussédat est nommé commandant du génie de la rive gauche. Il est également chargé d’installer des observatoires militaires pour reconnaître les mouvements ennemis. Grâce à son « télémétrographe », il parvient à construire un plan général des travaux d’attaque des Allemands8.

  • 9 Ou photohéliomètre.
  • 10 Cet appareil est également employé 1874 et 1882 par les astronomes français et américains pour l’o (...)

8Il invente également en 1860 un instrument pour l’observation photographique des éclipses du soleil, nommé (photo) héliographe horizontal9 qu’il utilise en Algérie lors d’une éclipse totale de soleil10.

FIG. 5 : lever photographique du Mont-Valérien réalisé par le capitaine Laussédat (détail)

  • 11 Ibid.

9Ses travaux sur la chambre claire l’amènent à tenter d’adapter la photographie au lever des plans : en 1861, Aimé Laussédat réalise un lever du Mont-Valérien lors d’un simulacre de siège (fig. 5). Les épreuves sont réalisées sur papier ciré puis au collodion. Il choisit d’appeler cette méthode nouvelle « photogrammétrie » ou « phototopographie » ou encore « métrophotographie ». La même année, la proposition d’appliquer la photographie aux levers militaires est validée ; la méthode du capitaine Laussédat doit être expérimentée à l’école régimentaire de la division du génie de la garde impériale (fig. 6). Fort de ces succès d’estime, le chef de bataillon Laussédat propose en 1864 la création d’une « brigade photographique ». Cette brigade aurait en charge les travaux strictement militaires, tels que l’étude de positions militaires, les travaux préparatoires pour servir à la réalisation des plans directeurs des places, spécialement dans les pays accidentés, mais également les copies, la réduction et l’amplification de cartes et de dessins. Le commandant Laussédat propose en outre l’exécution d’un atlas de vues pittoresques des forteresses de montagne, ainsi que celle d’un atlas des monuments militaires les plus remarquables11.

  • 12 Ibid.
  • 13 SHD/GR, 1 V k 84.
  • 14 Ibid.
  • 15 En 1875, le Dépôt des fortifications dispose d’un laboratoire photographique.

10Un officier du génie, le capitaine Javary, est adjoint au commandant pour poursuivre les expérimentations de la méthode de lever photographique. Les étapes d’un lever photographique sont codifiées : il s’agit tout d’abord de choisir les stations ou points de vue d’où seront réalisées les prises de vue, l’ensemble de ces stations devant former un polygone ; vient ensuite le calcul des mesures pour relier les stations entre elles, puis l’exécution des vues et enfin la mise en œuvre de celles-ci pour la construction du plan et du nivellement. Le capitaine Javary réalise des prises de vues en 1863 et 1864, renouvelées en 1865, en 1866 et en 1867 avec l’« appareil pour levers du commandant Laussédat »12. En 1864, à partir des photographies qu’il a prises, il dessine un plan de Grenoble. Ce plan est comparé au plan directeur de la même place établi par les levers des officiers topographes entre 1816 et 1840 : le nivellement et la détermination des différentes parties de la fortification sont exacts. Le résultat est jugé satisfaisant, d’autant plus que l’exécution de ce plan a été rapide : si un topographe peut lever, en moyenne à l’échelle 1/5 000, trente-trois hectares par mois en pays accidenté, le lever photographique de Grenoble, qui embrasse deux mille hectares, n’a demandé que deux mois et demi de travail13. Pour soutenir ces expériences, le Dépôt des fortifications demande en janvier 1865 une allocation pour installer un atelier de photographie, arguant qu’il est indispensable pour le programme d’expériences du capitaine Javary14 ; refusés en 1865, les subsides sont redemandés en 186615. Le capitaine Javary procède cette même année au lever d’une grande étendue de terrain autour de la position de Faverges (Savoie) et à la reconnaissance rapide de la place de Belfort, faite conjointement avec la brigade d’officiers du génie chargée d’étudier les opérations de siège de cette place et « comme s’il était devant l’ennemi ». Un compte-rendu détaille les étapes de cette reconnaissance : les stations photographiques ont été reliées au lever fait à la boussole et les épreuves ont été obtenues au moyen d’un appareil ordinaire. Le travail sur le terrain a duré six heures ; la mise au net et la rédaction ont exigé huit heures. Après quatorze heures de travail, le capitaine Javary a ainsi pu remettre au commandant de la brigade un levé exact et de la fortification, et du château de Belfort (fig. 7).

FIG. 6 : L’appareil pour lever du commandant Laussédat (1862) : la chambre noire est portée « par un pied sur lequel il peut tourner autour d’un axe vertical auquel correspond un cercle horizontal gradué ; un niveau à bulle d’air et à lunette est disposé sur l’une des faces latérales de la chambre obscure. La platine sur laquelle s’appuie l’axe horizontal de la lunette pour une graduation pour la mesure des angles verticaux. Enfin, le réticule de la lunette se compose, indépendamment de la croisée des fils qui sert au pointé, de deux autres fils horizontaux formant un micromètre pour l’évaluation des distances entre les stations »

  • 16 Le mémoire du capitaine Javary relatif à l’application de la photographie au lever des plans, est (...)
  • 17 SHD/GR, 1 V k 84.

11Ces résultats sont examinés et salués par le Comité des fortifications16 en juin 1867. Le Comité conclut que « les levers de Faverges et de Belfort montrent tout le parti qu’on pourra tirer de cette méthode en temps de paix ou de guerre »17 et propose que le capitaine Javary présente sa méthode de lever photographique dans les trois écoles régimentaires du génie afin de susciter des vocations.

FIG. 7 : lever de la place de Belfort construit et nivelé au moyen de perspectives photographiques par le capitaine Javary

  • 18 Lettre en date du 9 juillet (SHD/GR, 1 V k 84).
  • 19 SHD/GR, 1 V k 84.

12L’année 1867 semble ainsi être un tournant en faveur de la diffusion de la pratique photographique au sein du ministère. En juillet 1867, le ministre de la Guerre approuve un programme d’expériences à exécuter à l’école d’artillerie de Versailles à partir de trois instruments : la planchette photo d’Auguste Chevallier, l’appareil de Laussédat adapté pour les levers exacts ainsi que la planchette topographique ordinaire. Le même mois, une lettre du général directeur du Génie annonce qu’un « officier de chaque régiment du génie sera exercé chaque année à Paris, pendant un mois et sous la direction du capitaine Javary, à la pratique des levers de reconnaissance à l’aide de la photographie »18. Il semble cependant que les décisions projetées n’aient pas eu la conclusion espérée. En août 1875, le chef du service du génie, assistant à des tests de blindage, juge qu’« il est indispensable que les diverses phases des expériences soient reproduites par la photographie »19. Faute de photographes formés au sein des régiments, il doit avoir recours à l’atelier photographique du Dépôt des fortifications pour prendre ces clichés.

  • 20 SHD/GR, 1 V t 25.
  • 21 Le compte-rendu est accompagné de vingt tirages (SHD/GR, 1 V q).
  • 22 Rapport à S. E. le Maréchal Ministre de la Guerre [maréchal Randon] par Disdéri. De l’emploi de la (...)
  • 23 Le commandant de Lartigue dirige en 1898 la colonne qui capture Samory Touré, dernier opposant à l (...)

13Pour autant, la présence de la photographie, dans les comptes-rendus de tests d’armes, comme dans les autres comptes-rendus, est permanente : des tirages appuient les conclusions d’un rapport de la commission de cuirassement sur les expériences faites « en vue d’étudier comparativement les propriétés de fontes dures et d’aciers de diverses provenances comme métal de cuirassement » en date du 16 octobre 187720 (fig. 8), comme celles du compte-rendu du simulacre de guerre souterraine réalisé par l’école du génie d’Angers en 189721. La photographie, comme l’écrit Disdéri, est perçue comme un « moyen puissant et unique de constatation fidèle, de renseignements absolument exacts »22. Elle possède une valeur de vérité et une force de témoignage et permet de justifier des combats, des opérations. En complément d’un rapport, elle authentifie le récit et lui donne plus de force (et plus d’attrait). Elle permet de « rendre-compte » de son activité, tant opérationnelle – ainsi la capture du chef militaire rebelle Samory Touré23 (fig. 9) – que de renseignement – ainsi les clichés réalisés par le commandant Corvisart, attaché militaire au Japon –, mais également des régions traversées et des populations rencontrées.

FIG. 8 : test de blindage

FIG. 9 : « Samory dans la cour de sa prison à Saint-Louis »

1. 2. L’atelier photographique du dépôt de la guerre

  • 24 T. Sarmant, S. Gibiat Guide des archives et de la bibliothèque du Service historique, p. 24.
  • 25 Ibid., p. 25.

14Le Dépôt de la guerre, est, au XVIIIe siècle, « un organisme hybride, à la fois dépôt d’archives et service chargé de rédiger une histoire militaire officielle »24. Les ingénieurs-géographes lui sont rattachés depuis les années 1770 : « pendant les trois premiers quarts du XIXe siècle, le Dépôt de la guerre serait d’abord un service cartographique, secondairement un service de recherche historique, et […] le conservatoire des archives de l’armée »25, avec pour grande mission l’établissement de la carte de France.

15Au mois d’avril 1859, le général Blondel, directeur du Dépôt de la guerre, charge le capitaine de Milly d’organiser un atelier photographique. Cet officier, qui étudie la photographie dans le cadre de ses loisirs depuis 1853, s’est distingué en l’utilisant pour son travail d’ingénieur-géographe. Chargé d’exécuter des levés, il photographie son travail de topographe et réussit de cette manière à le restituer à différentes échelles ; le résultat est suffisamment probant pour être présenté au directeur du Dépôt de la guerre. Ces expériences personnelles sont mises en œuvre à grande échelle au début de la campagne d’Italie (1859) : il faut donner des cartes à l’armée, c’est-à-dire faire reproduire dans des délais courts les quelques cartes autrichiennes de la Lombardie et de la Vénétie conservées au Dépôt de la guerre. L’armée autrichienne entre en Piémont-Sardaigne le 29 avril ; Napoléon III part prendre le commandement de ses troupes le 10 mai. Les premières cartes photographiées sont fournies à l’armée dès le 20 mai 1859.

  • 26 Bulletin de la réunion des officiers, 4 mai 1872.

16Le Dépôt de la guerre reprend ensuite les travaux de la carte de France. Bénéficiant de l’expérience acquise dans l’urgence pour la campagne d’Italie, la photographie est utilisée pour faire passer les dessins de l’échelle du levé, manuscrit, à celle de la carte définitive, gravée : tous les travaux, dont le nivellement, dressés au 40.000e sont photographiés pour être restitués à l’échelle 80 000e. L’atelier photographique du Dépôt poursuit également son travail de reproduction, par amplification ou réduction, de cartes, notamment pour la guerre du Mexique, et établit une carte du Liban à partir des levés réalisés pendant l’expédition de Syrie. En 1863, grâce à la réduction par la photographie de cent cinquante plans de l’état-major piémontais donnant le levé au 10 000e, le Dépôt de la guerre peut présenter une carte au 80000e des départements annexés de la Savoie, de la Haute-Savoie et des Alpes maritimes. Ce résultat est le fruit d’un long travail d’expérimentation, consacré par la mise au point d’objectifs orthoscopiques, qui reproduisent à l’identique les mesures des angles. Le capitaine de Milly exploite ainsi ce qu’il nomme « la puissance de reproduction de la photographie », véritable pantographe perfectionné. Dans les années 1870, le capitaine Dumas prend la suite du capitaine de Milly à la direction de l’atelier photographique du Dépôt de la guerre ; il y développe la photolithographie et l’héliogravure26.

  • 27 Le Comité des fortifications, créé en 1791, était chargé de « délibérer sur les projets généraux e (...)
  • 28 Conclusions rendues le 27 mai 1862.
  • 29 SHD/GR, 1 V k 84.
  • 30 Bulletin de la réunion des officiers en date du 4 mai 1872.

17Des initiatives privées voient simultanément le jour : à partir de 1856, Auguste Chevallier, médecin à l’hôpital militaire du Gros-Caillou, mène des recherches pour relever, à l’aide du daguerréotype, « le panorama qui se déroule autour d’un observateur en conservant les positions angulaires relatives des objets ». Un premier brevet est déposé en 1858. En 1862, la planchette photographique de Chevallier (fig. 10-11) est présentée au Comité des fortifications27. Après examen (fig. 12-13), le Comité conclut cependant que l’instrument ne paraît pas susceptible d’être appliqué utilement au lever des plans28. Auguste Chevallier poursuit ses recherches et met au point un nouvel appareil qu’il présente en 1867. Pour en prouver l’efficacité, il demande l’autorisation de mener une expérience : il s’agirait d’exécuter le lever de la place de Toulon, sous la direction des officiers du génie employés dans cette place. Il a obtenu, pour cette expérience, le soutien de Viollet-le-Duc et l’accord du ministre de la Marine29. On sait que la planchette photographique est également expérimentée par le service de l’artillerie et par la marine, mais il semblerait qu’aucun travail topographique d’envergure n’ait été exécuté avec la planchette d’Auguste Chevallier30.

FIG.10, fig.11 :croquis et photographie de la planchette d’A. Chevallier

Fig. 12 : photographie prise avec l’appareil d’A. Chevallier, recto

FIG.13 :photographie prise avec l’appareil d’A. Chevallier, verso

18Dès les années 1860, l’utilité de la photographie au sein de l’armée est démontrée. Pour autant, la pratique photographique reste confidentielle, majoritairement dévolue à la réalisation de levers et à la reproduction de cartes ou à l’illustration de comptes-rendus. Quelques voix s’élèvent pour appeler à répandre et diversifier la pratique de la photographie.

2. Peindre la guerre et les hommes

2.1. Représenter la guerre

  • 31 Musée d’histoire contemporaine (BDIC), Voir, ne pas voir la guerre, p. 38.
  • 32 F. Robichon, A. Rouillé, Jean-Charles Langlois, la photographie, la peinture, la guerre, p. 35.

19L’idée couramment répandue que la photographie a pris le pas dès son invention sur la peinture d’histoire remonte au début du XXe siècle. Comme le rappelle François Robichon, le tournant se fait dans les mentalités françaises lors de la guerre russo-japonaise (1904-1905)31. Au XIXe siècle, la technique photographique ne permet pas encore la représentation de l’action et « n’a pas cette faculté de synthèse de la peinture d’histoire »32. La période qui s’étend de la guerre de 1870 à la veille de la Première Guerre mondiale est considérée, en France, comme un âge d’or pour la peinture de sujet militaire.

  • 33 F. Robichon, L’armée française vue par les peintres, p. 9.
  • 34 J. Delaplanche, A. Sanson, Peindre la guerre, p. 175, 176.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 F. Robichon, L’armée française vue par les peintres, p. 15.

20Pendant les campagnes de Crimée et d’Italie, le second Empire fait la part belle à la peinture officielle33. Après la victoire de l’Alma en 1854, le gouvernement choisit d’envoyer le peintre Horace Vernet en Crimée pour réaliser les premières esquisses de cette campagne. On le sait, la technique – temps de pose, poids des appareils et des préparations chimiques – « cantonne les images à la périphérie de l’action, aux vues de cantonnements, aux portraits posés de groupes de combattants ou des états-majors »34. Pour autant, le renouveau du genre de la peinture de bataille concomitant des campagnes de Crimée, d’Italie ou du Mexique est marqué par une recherche accrue de fidélité à l’événement35. La prise en compte de la vie quotidienne de l’armée et la recherche du réalisme des détails est significative, notamment dans les œuvres de Detaille et Berne-Bellecour. Cette « tension vériste »36 est liée aux transformations du regard par la photographie. « La photographie intervient comme mémoire, comme documentation. Elle complète l’observation quand celle-ci est difficile. »37

  • 38 F. Robichon, A. Rouillé, Jean-Charles Langlois, la photographie, la peinture, la guerre, p. 10-20.
  • 39 Ibid., p. 21.

21L’armée participe à ce mouvement. En novembre 1855, le colonel Langlois est en Crimée, dans le cadre d’une mission officielle et dans un but précis : réunir les éléments nécessaires à la réalisation d’un panorama de la bataille de Sébastopol. Il choisit de se faire accompagner d’un assistant photographe, Léon Méhédin, rémunéré sur ses fonds propres38. En complément des croquis réalisés sur le terrain, le colonel Langlois reconnaît à la photographie des qualités de fiabilité et de rapidité. Des photographies de Sébastopol avaient été présentées en 1855 lors de l’Exposition universelle. Le colonel Langlois a pu s’assurer par la prise de vues qu’il ne serait pas pris en défaut pour des détails ou des imprécisions dans son panorama peint39.

  • 40 en date du 14 mai 1859.
  • 41 Anthony Petiteau cite notamment la maison Gaudin, qui envoie deux photographes et édite deux série (...)
  • 42 Musée d’histoire contemporaine (BDIC), Voir, ne pas voir la guerre, p. 42.

22Quatre ans plus tard, au début de la campagne d’Italie, le journal La Lumière40 signale que « plusieurs officiers de l’artillerie de la garde en garnison à Versailles avaient reçu des appareils photographiques et que des laboratoires spéciaux étaient organisés pour eux ». La semaine suivante, le même journal informe que la photographie « est attachée officiellement à l’armée. Elle bivouaquera avec elle, et les objectifs seront braqués en même temps que les canons ». Malgré cette annonce, les photographes et leur production sont difficiles à identifier41, et l’on peut considérer que le seul photographe passé à la postérité pour sa production en Italie est Léon-Eugène Méhédin42. Il n’y a pas de traces des photographies annoncées par le journal La Lumière. Au Dépôt de la guerre, les représentations de la campagne d’Italie, puis de la guerre de 1870 sont celles des peintres Théodore Jung et Gaspard Gobaut.

  • 43 Le Gray avait été sollicité à plusieurs reprises par la famille impériale ; dès 1851 pour réaliser (...)
  • 44 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 132.

23L’intérêt des pouvoirs publics pour la photographie, et particulièrement la photographie de sujet militaire, se manifeste cependant sous le Second Empire par la commande de reportages. On peut citer la présence de Gustave Le Gray lors des revues militaires au camp de Chalons en 185743 et celle de Méhédin en Italie, où il est nommé « photographe de l’état-major de l’empereur [et chargé] de photographier les hauts lieux de la campagne d’Italie »44. Un grand nombre de photographes s’intitulent ainsi « photographes de l’empereur » : parmi eux, Félix-Jacques Moulin réalise une excursion photographique en Algérie « sous les auspices de S. Exc. le ministre la Guerre ».

24La représentation de l’« art militaire » et de la guerre par la photographie semble être prise en mains par les pouvoirs publics ou les civils et échappe, volontairement ou non, aux militaires.

2.2. Représenter les hommes

  • 45 En témoignent les très nombreux albums régimentaires publiés à la fin du XIXe siècle.
  • 46 Cet album est conservé au Service historique de la Défense sous la cote SHD/GR, 2 K 178.
  • 47 À Marseille, Lyon, Charleville, Toulouse, Perpignan, Fontenay (Vendée), Versailles, Limoges, Orléa (...)
  • 48 Le capitaine Gochot a également publié un historique de ce régiment, Le 1er régiment de Zouaves 18 (...)
  • 49 Le recrutement des premiers zouaves fut réalisé en 1830 pour l’expédition d’Alger ; le 1er régimen (...)

25A contrario, les officiers se saisissent de la photographie comme moyen de représenter les hommes. Les images produites sont le fait de nombreuses initiatives individuelles : les chefs de corps font appel à des photographes privés pour photographier leurs subordonnés ainsi que leur caserne45. L’engouement pour le portrait, et notamment pour le portrait-carte à partir des années 1860, touche le monde militaire. L’album de la salle d’honneur du premier régiment de zouaves est symptomatique de cette vogue46. Cet album de cent quatre-vingt photographies (fig. 14), réalisé entre 1852 et 1895, était vraisemblablement destiné à la salle d’honneur du premier régiment de zouaves : il rassemble, avec quelques lacunes, l’ensemble des portraits des officiers de ce régiment. La plupart des portraits-cartes qui le composent ont été réalisés à Alger (Geyser) et à Paris (notamment par Disdéri, Mayer & Pierson, Pierre Petit, et de nombreux autres ateliers), mais également dans de nombreuses villes françaises47. Cette collection de portraits est due à l’initiative du capitaine Gochot48 ; elle doit permettre la perpétuation des traditions militaires. Remarquable par le nombre de portraits collectés, elle témoigne à la fois de l’engouement pour la photographie de ces officiers mais aussi du choix de cette technique pour représenter une unité d’élite à forte identité49. Même si le recours aux photographes civils reste obligatoire pour enrichir l’historique du régiment.

FIG. 14 : Une page de l’album du premier régiment de zouaves

  • 50 SHD/GR, 19 N 974.

26Le recours à la photographie d’identité, autrement appelée portrait, à des fins d’identification est d’abord le fait de la préfecture de police de Paris : la police avait compris le profit d’une systématisation de la réalisation de portraits photographiques après la Commune, et créé son premier service photographique au début des années 1870. Au sein de l’armée, le portrait est lié à la fabrication et la perpétuation du souvenir entre pairs et pour la postérité. En 1913, une circulaire prescrit toutefois aux officiers et assimilés de produire régulièrement, soit tous les cinq ans, une photographie d’identité pour être apposée sur leur carte d’identité militaire. Pour lutter contre l’espionnage, un contrôle systématique des identités est mis en place sur le front pendant la Première Guerre mondiale ; cette pratique étend à grande échelle l’obligation de présenter un portrait photographique récent, et similaire à celui conservé par l’état-major de chaque corps d’armée, sur sa carte d’identité militaire50.

2.3. Une diffusion désordonnée dans l’armée

27Si l’utilisation du médium photographique est précoce et multiple au sein de l’armée, elle reste également diffuse et cloisonnée. Pour autant, les appels en faveur de la création d’un service de photographie au sein de l’armée sont nombreux au sein de la société civile et du monde militaire. Ils participent d’une réflexion sur les moyens et les possibilités de représenter la guerre.

  • 51 Rapport à S. E. le Maréchal Ministre de la Guerre [maréchal Randon] par Disdéri. De l’emploi de la (...)
  • 52 « Pour contenir dans un « cube de 30 à 40 [cm] » ; l’appareil serait augmenté d’une deuxième boite (...)

28Dès le début de l’année 1860, Disdéri adresse au ministre de la Guerre un projet relatif à la création d’un service de photographie dans l’armée. Par décision du 19 février 1861, il est appelé à le réaliser51, et détaille dans un deuxième rapport ce projet, dont il présente les avantages avant de développer les moyens pratiques de sa mise en œuvre. Pour Disdéri les avantages seraient doubles. « Les premiers concernent les arts, les sciences et l’industrie en général » : s’appuyant sur l’exemple de la campagne d’Égypte de Bonaparte, il imagine que, de la même manière, la photographie pourrait reproduire les monuments et les arts en marge des campagnes militaires et cite les « Antiques en Italie », les ruines grecques ou les monuments chinois. Disdéri évoque également des applications pour la botanique, l’histoire naturelle ou la médecine, grâce à la capacité de la photographie de « [conserver] à l’étude des types exacts ». Les seconds avantages intéressent l’armée et ses opérations : les « grandes luttes militaires de Magenta et Solferino [seraient] reproduites dans leur ensemble et dans leurs épisodes ». Bien plus, des images « pacifiques surgiraient de toutes parts : de l’Afrique avec les types, les costumes, les mœurs des Arabes, leur architecture […] ». Par la pratique de la photographie, l’armée obtiendrait une exacte reproduction des mouvements de terrain, des fortifications, ou de l’état des travaux élevés par l’ennemi, soit la possibilité de reconnaissances du champ de bataille rapides et fidèles. La photographie « viendra enfin, fixant les traits des hommes et le spectacle des faits, consacrer par des images irrécusables, la gloire et le courage ». Pour mettre en œuvre ce grand projet, les photographes doivent être nombreux ; l’essentiel, écrit-il, est « que la photographie ne soit point un corps à part, mais une fonction ajoutée aux autres, et que le photographe soit toujours présent, comme le lieutenant ou le fourrier ». Aussi propose-t-il qu’« un officier par régiment [soit] donc choisi pour photographe ; des élèves et des aides volontaires se grouperaient autour de lui ». Le mémoire de proposition de Disdéri porte également sur le matériel à employer : le bagage photographique devant être réduit autant que possible52, il recommande l’appareil stéréoscopique.

  • 53 Disdéri propose enfin de rédiger une « sorte de vade mecum du photographe, écrit spécialement pour (...)

29Enfin, le photographe met son établissement et ses compétences à la disposition du ministre de la Guerre pour dispenser l’enseignement préalable nécessaire53.

  • 54 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 139.

30On ne sait quelle réponse fut apportée à ce mémoire, mais les propositions de Disdéri ne furent pas suivies d’effet concret et le projet de création d’un service de photographie de l’armée fut vraisemblablement attribué à Nadar54.

  • 55 Notes sur l’importance militaire des principales découvertes modernes : les chemins de fer, la navi (...)

31Dans le même temps, le lieutenant-colonel Berthaut, affecté au Dépôt de la guerre, fait paraître ses Notes sur l’importance militaire des principales découvertes modernes55. Dans cet ouvrage, publié en 1861, il plaide pour que la photographie soit pratiquée couramment par les « officiers d’état-major chargés du service des reconnaissances ». Ainsi, selon lui, en temps de guerre ils opéreraient en même temps que les officiers topographes, « de manière à reproduire rapidement la forme et l’aspect du terrain ». Les vues photographiques seraient employées pour connaître les positions occupées par l’ennemi.

32L’intérêt pour la photographie est particulièrement manifeste dans le corps des officiers du génie militaire. Le Dépôt des fortifications est le foyer de nombreuses expérimentations menées en parallèle de celles du colonel Laussédat et au Dépôt de la guerre. Les buts recherchés sont principalement l’application de la photographie à la réalisation et la reproduction des plans et au renseignement militaire.

  • 56 SHD/GR, 1V r 178, Note sur la planchette photographique de M. Chevallier, rédigée par M. Paté (lie (...)

33On l’a vu, le Dépôt de la guerre dispose d’un atelier photographique dès 1859. Le Dépôt des fortifications demande ainsi en 1865 et à plusieurs reprises des fonds afin de pouvoir disposer de son propre atelier photographique. Plusieurs officiers se consacrent également à l’application de la photographie au lever des plans : parmi eux, le lieutenant Paté travaille à l’utilisation et à la diffusion de la planchette photographique du médecin A. Chevallier56. En 1886, le capitaine Colson publie les résultats de ses travaux sur la réalisation et l’emploi de vues panoramiques.

  • 57 SHD/GR, 1 V r 179.

34Des recherches sont simultanément menées sur la photographie à distance, qui doit permettre de recueillir des informations exactes sur les fortifications frontalières ennemies ou les positions de ce dernier lors d’un conflit. Les différents travaux menés peuvent être présentés à travers ceux du commandant Allotte de la Füye57 et ceux du capitaine Colson. Ce dernier propose ainsi en 1893 l’adaptation d’une chambre noire légère à une jumelle, pour prendre des vues photographiques de reconnaissance.

  • 58 Un des précurseurs de cette pratique est Paul-Émile Miot.
  • 59 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 136.
  • 60 SHD/GR, 1M 2191.
  • 61 Ibid.

35Le foisonnement de recherches et d’expérimentations se retrouve également pour la photographie à distance. Le lieutenant-colonel Mangin propose un « périgraphe instantané » (fig. 15-16), permettant d’obtenir une vue panoramique depuis un point fixe, tandis que les ingénieurs hydrographes prennent du large des vues des côtes pour accompagner les cartes qu’ils réalisent58. Au sein de la société civile, le goût de Nadar pour l’aérostation et les expérimentations est connu. La présence du photographe en Italie en 1859 permet « la première tentative de photographie aérienne à usage militaire »59. Encouragé par l’administration militaire, il mène des études sur ce même domaine et propose un « appareil de téléphotographie » à l’état-major de l’armée en 189260. Cet appareil est transmis au service géographique de l’armée pour études. Ce service répond toutefois que « depuis longtemps des appareils de ce genre existent et ont été expérimentés ». […] Les épreuves présentées par Nadar « ne paraissent pas supérieures à celles des expérimentations antérieures ; la plus grande distance atteinte ne dépasse pas un kilomètre et la photographie n’est pas instantanée ». Il apparaît en effet que le Service géographique de l’armée utilise dès 1887 la photographie à longue distance, réalisée depuis un ballon sur une distance de plus de sept kilomètres pour ses missions de reconnaissance et de lever topographique61 (fig. 17).

FIG. 15 : croquis du périgraphe instantané du lieutenant-colonel Mangin

FIG. 16 : Photographie prise avec ce même appareil

FIG. 17 : Photographie longue distance de fortifications italiennes : « Coupure de la route et vue du blockhaus au-delà de Clavières »

36De nombreuses recherches sont conduites pour adapter cette nouvelle technique de reproduction du réel aux besoins et aux attentes de l’armée. Ce foisonnement, s’il semble malheureusement souffrir d’un manque de concertation et d’orientation, est salué : lors de la onzième exposition universelle qu’elle organise en 1876, la Société française de Photographie délivre un diplôme d’honneur au Dépôt des fortifications pour l’application de la photographie aux services de la guerre.

  • 62 Paul-Émile Miot est né sur l’île de la Trinité en 1827, d’une famille française établie aux Antill (...)

37De nombreux officiers ont très tôt compris ce que la technique photographique pouvait apporter. Les recherches et les expérimentations qui en découlent, principalement au Dépôt de la guerre et au Dépôt des fortifications, sont à l’origine d’inventions destinées à faciliter les travaux de reconnaissance de sites ou de places fortes et les levers topographiques. La photographie est également utilisée pour reproduire les cartes et plans et modifier leur échelle. L’utilité du médium photographique comme source de renseignements est comprise et mise en œuvre, comme son intérêt documentaire dans les comptes rendus. La création d’un service de photographie de l’armée est appelée par des voix tant civiles que militaires. On ne peut que s’étonner que la photographie, dont les possibilités étaient bien comprises, n’ait pas été encouragée et encadrée par le biais d’un tel service. Peut-être le ministère de la Guerre a-t-il manqué de belles photographies, alors que la Marine a bénéficié des prises de vues de Paul-Émile Miot62.

  • 63 H. Guillot, « La section photographique de l’armée et la Grande Guerre. De la création en 1915 à l (...)
  • 64 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 131.

38L’armée n’a semble-t-il pas su voir le pouvoir d’évocation de la photographie avant les guerres balkaniques (1911) ; la création de la Section photographique de l’Armée intervient en avril 1915, quelques mois après celle de la Section cinématographique pour répondre à la demande d’images, « [servir] la propagande française et, surtout, [répondre] à la propagande adverse »63. Dans l’intervalle, la photographie participe au sein de l’armée, à travers les albums régimentaires et de tradition destinés au souvenir, à la perpétuation d’une histoire commune, alors que ce medium, bien diffusé dès le XIXe siècle par le biais de la gravure, « participe de plus en plus à la médiatisation des événements et à la formation de l’opinion »64.

Bibliographie

Bibliographie

Bousquet Charles, La Garde impériale au camp de Châlons en 1857, Paris, Blot, 1858.

Delaplanche Jérôme, Sanson Axel, Peindre la guerre, Paris, éditions Nicolas Chaudin, 2009.

Guillot Hélène, « La section photographique de l’armée et la Grande Guerre. De la création en 1915 à la non-dissolution », Revue historique des Armées, 1-2010, n°258, 1er trimestre 2010, p. 110-117.

Musée D’Histoire Contemporaine (bdiC), Voir, ne pas voir la guerre : histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy, 2001.

Musée DE L’Armée, Une visite au camp de Châlons sous le Second Empire, Paris, Musée de l’Armée : Hôtel des Invalides, 1996.

Petiteau Anthony, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », Napoléon III et l’Italie : naissance d’une nation 1848-1870, catalogue de l’exposition du musée de l’Armée, Paris, éditions Nicolas Chaudun.

Robichon François, rouillé andré, Jean-Charles Langlois, la photographie, la peinture, la guerre. Correspondance inédite de Crimée, 1855-1856, Nîmes, J. Chambon, 1992.

Robichon François, L’armée française vue par les peintres, 1870-1914, Paris, Herscher/ministère de la Défense, 1998.

Rouillé André, La photographie en France. Textes et controverses : une anthologie. 1816-1871, Paris, Macula, 1989.

Salat Nicole, Pénicaut Emmanuel, Le Dépôt des fortifications et ses archives, 1660-1940, Paris, Archives et Culture, 2011.

Sarmant Thierry, Gibiat Samuel (dir.), Guide des archives et de la bibliothèque du Service historique, 2e édition revue et augmentée, château de Vincennes, SHAT, 2001.

Notes

1 Louis-Cyrus Macaire, « Note relative à la création d’une section de photographie au ministère d’État », 5 février 1855 (Archives nationales, F21 562), cité par A. Rouillé, La photographie en France. Textes et controverses : une anthologie. 1816-1871, p. 330-334.

2 N. Salat, E. Pénicaut, Le Dépôt des fortifications et ses archives, 1660-1940, p. 30.

3 Capitaine en 1846, il est nommé chef de bataillon en 1863, lieutenant-colonel en 1870 et enfin colonel en 1874.

4 Membre fondateur de la société de Géographie (1871), il fut membre également du conseil d’administration de la Société française de photographie et participa au projet du musée des Photographies documentaires de Léon Vidal (1894) (Archives nationales, F21 4062).

5 Une chambre claire est un dispositif optique utilisé comme aide au dessin, breveté en 1806 par William H. Wollaston. La chambre claire permet de superposer le sujet à dessiner et la surface où doit être reporté le dessin, en en maintenant les perspectives. L’artiste utilise cette superposition pour placer des points clés du sujet à reproduire, ou même ses grandes lignes.

6 Service historique de la Défense, SHD/GR, 1 V r 178.

7 SHD/GR, 1 V r 178.

8 Après la guerre de 1870, Laussédat est nommé directeur de la commission des communications aériennes. Il participe en 1876, avec le concours du capitaine Renard, à la réouverture de l’École de Chalais-Meudon, dénommée « établissement central de l’aérostation militaire ». Membre fondateur de la société de Géographie (1871), il fut membre également du conseil d’administration de la Société française de photographie et participa au projet du musée des Photographies documentaires de Léon Vidal (1894).

9 Ou photohéliomètre.

10 Cet appareil est également employé 1874 et 1882 par les astronomes français et américains pour l’observation des passages de Vénus.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 SHD/GR, 1 V k 84.

14 Ibid.

15 En 1875, le Dépôt des fortifications dispose d’un laboratoire photographique.

16 Le mémoire du capitaine Javary relatif à l’application de la photographie au lever des plans, est approuvé le 4 juin 1867 (SHD/GR, 1 V k 84).

17 SHD/GR, 1 V k 84.

18 Lettre en date du 9 juillet (SHD/GR, 1 V k 84).

19 SHD/GR, 1 V k 84.

20 SHD/GR, 1 V t 25.

21 Le compte-rendu est accompagné de vingt tirages (SHD/GR, 1 V q).

22 Rapport à S. E. le Maréchal Ministre de la Guerre [maréchal Randon] par Disdéri. De l’emploi de la photographie dans l’armée, des avantages qui en peuvent résulter et des moyens pratiques de l’y organiser (SHD/BG, C 2 b 87).

23 Le commandant de Lartigue dirige en 1898 la colonne qui capture Samory Touré, dernier opposant à la présence française en Afrique occidentale. Un album de photographies, peut-être prises par le futur général, relate cette opération et permet de montrer en France les terres conquises et le visage du vaincu (SHD/GR, 2 K 194).

24 T. Sarmant, S. Gibiat Guide des archives et de la bibliothèque du Service historique, p. 24.

25 Ibid., p. 25.

26 Bulletin de la réunion des officiers, 4 mai 1872.

27 Le Comité des fortifications, créé en 1791, était chargé de « délibérer sur les projets généraux et particuliers des différenties places de guerre, la répartition des fonds, l’instruction de l’école du génie, les progrès et la perfection des différentes branches de l’art des fortifications ou tels objets de théorie ou de pratique militaire que le ministre jugera à propos de donner à discuter au Comité » ; un décret du 11 mars 1850 le rendait cependant « purement consultatif » (N. Salat, E. Pénicaut, Le Dépôt des fortifications et ses archives, p. 46).

28 Conclusions rendues le 27 mai 1862.

29 SHD/GR, 1 V k 84.

30 Bulletin de la réunion des officiers en date du 4 mai 1872.

31 Musée d’histoire contemporaine (BDIC), Voir, ne pas voir la guerre, p. 38.

32 F. Robichon, A. Rouillé, Jean-Charles Langlois, la photographie, la peinture, la guerre, p. 35.

33 F. Robichon, L’armée française vue par les peintres, p. 9.

34 J. Delaplanche, A. Sanson, Peindre la guerre, p. 175, 176.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 F. Robichon, L’armée française vue par les peintres, p. 15.

38 F. Robichon, A. Rouillé, Jean-Charles Langlois, la photographie, la peinture, la guerre, p. 10-20.

39 Ibid., p. 21.

40 en date du 14 mai 1859.

41 Anthony Petiteau cite notamment la maison Gaudin, qui envoie deux photographes et édite deux séries de photographies : Théâtre de la guerre d’Italie et Armée d’Italie et la maison Soulier, qui édite 185 photographies sous le titre Guerre d’Italie. A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 132.

42 Musée d’histoire contemporaine (BDIC), Voir, ne pas voir la guerre, p. 42.

43 Le Gray avait été sollicité à plusieurs reprises par la famille impériale ; dès 1851 pour réaliser un portrait du Prince-Président et des photographies de l’impératrice Eugénie. Il photographie les navires de retour de Crimée en 1855 et en 1856, les mouvements de la flotte française en partance pour le Spitzberg et le yacht impérial La Reine Hortense. Le reportage photographique au camp militaire de Chalons apparaît vraisemblablement être une commande impériale. Charles Bousquet rapporte que « S. M. avait chargé ces messieurs [G. Le Gray et B. Masson] de reproduire, par la photographie, les principales scènes militaires dont le Camp aura été le théâtre, en y joignant une vue panoramique du camp, des scènes pittoresques empruntées à chacun des campements de la Garde, et les portraits des officiers généraux et supérieurs, français et étrangers, qui auront séjourné au camp de Chalons, soit comme commandants, soit comme hôtes de l’Empereur ». Charles Bousquet, La Garde impériale au camp de Châlons en 1857, Paris, Blot, 1858, p. 246, cité par Florence Le Corre dans Une visite au camp de Châlons sous le Second Empire, p. 130-131.

44 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 132.

45 En témoignent les très nombreux albums régimentaires publiés à la fin du XIXe siècle.

46 Cet album est conservé au Service historique de la Défense sous la cote SHD/GR, 2 K 178.

47 À Marseille, Lyon, Charleville, Toulouse, Perpignan, Fontenay (Vendée), Versailles, Limoges, Orléans, Brive, Metz, Bastia, Ajaccio, Nîmes, Neufchâteau, Salon-de-Provence, Dôle, Mâcon, Bordeaux, Belfort et Montbéliard, Angers, Alençon et Milan. A noter particulièrement le portrait du sous-lieutenant Carruel réalisé par Agustin Velazco, « fotografo mejicano Zacatecas ».

48 Le capitaine Gochot a également publié un historique de ce régiment, Le 1er régiment de Zouaves 1852-1895 à Paris.

49 Le recrutement des premiers zouaves fut réalisé en 1830 pour l’expédition d’Alger ; le 1er régiment de zouaves fut créé en 1842, les 2e et 3e en 1852.

50 SHD/GR, 19 N 974.

51 Rapport à S. E. le Maréchal Ministre de la Guerre [maréchal Randon] par Disdéri. De l’emploi de la photographie dans l’armée, des avantages qui en peuvent résulter et des moyens pratiques de l’y organiser (SHD/BG, C 2 b 87).

52 « Pour contenir dans un « cube de 30 à 40 [cm] » ; l’appareil serait augmenté d’une deuxième boite comprenant les produits chimiques, sous la forme d’un cube de 35 cm de côté.

53 Disdéri propose enfin de rédiger une « sorte de vade mecum du photographe, écrit spécialement pour l’Armée ».

54 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 139.

55 Notes sur l’importance militaire des principales découvertes modernes : les chemins de fer, la navigation à vapeur, la télégraphie électrique, la photographie et les armes de précision (SHD/GR, 1 M 1993).

56 SHD/GR, 1V r 178, Note sur la planchette photographique de M. Chevallier, rédigée par M. Paté (lieutenant au 2e régiment du génie), 1862.

57 SHD/GR, 1 V r 179.

58 Un des précurseurs de cette pratique est Paul-Émile Miot.

59 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 136.

60 SHD/GR, 1M 2191.

61 Ibid.

62 Paul-Émile Miot est né sur l’île de la Trinité en 1827, d’une famille française établie aux Antilles anglaises. Reçu à l’École navale en 1843, il en sort en 1849 avec le grade d’enseigne de vaisseau. Dessinateur hydrographe, il effectue son premier reportage photographique au cours d’une mission à Terre-Neuve, entre 1857 et 1862, principalement dans le but d’établir des relevés des zones côtières. Entre 1868 et 1871, il participe à bord de la frégate L’Astrée à une mission dans le Pacifique. Ce voyage est l’occasion de nouvelles prises de vues, où préoccupations esthétiques et ethnographiques se rejoignent. Navigateur et diplomate infatigable, Paul-Émile Miot avait pris part aux campagnes du Mexique et de Tunisie ; en 1885, il met fin à deux années de tensions à Madagascar en obtenant de la reine Ranavalona la signature d’un traité, premier jalon de la présence française sur cette île. Il est élevé au grade de vice-amiral en 1888 et prend sa retraite en 1891. Conservateur du musée de la Marine à partir de 1893, il occupe ce poste jusqu’à sa mort. Tout au long de sa carrière, Miot a constitué des albums de photographies, dont quatre sont aujourd’hui conservés au Service historique de la Défense. Premier des grands marins photographes, Miot nous transmet, à travers son œuvre, sa grande connaissance du monde marin, sa maîtrise de la prise de vue et du développement, et une vive empathie pour ses modèles.

63 H. Guillot, « La section photographique de l’armée et la Grande Guerre. De la création en 1915 à la non-dissolution », p. 111.

64 A. Petiteau, « 1859 : la Guerre d’Italie photographiée », p. 131.

Table des illustrations

Légende FIG. 1, FIG. 2, FIG. 3 : Tablette servant au lever des cartes et plans et exemple de carte. Croquis extraits de l’instruction pratique sur le lever de reconnaissance militaire, rédigée par le capitaine du génie Goulier (1851)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende FIG.4 lever à la chambre claire
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende FIG. 5 : lever photographique du Mont-Valérien réalisé par le capitaine Laussédat (détail)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 6 : L’appareil pour lever du commandant Laussédat (1862) : la chambre noire est portée « par un pied sur lequel il peut tourner autour d’un axe vertical auquel correspond un cercle horizontal gradué ; un niveau à bulle d’air et à lunette est disposé sur l’une des faces latérales de la chambre obscure. La platine sur laquelle s’appuie l’axe horizontal de la lunette pour une graduation pour la mesure des angles verticaux. Enfin, le réticule de la lunette se compose, indépendamment de la croisée des fils qui sert au pointé, de deux autres fils horizontaux formant un micromètre pour l’évaluation des distances entre les stations »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende FIG. 7 : lever de la place de Belfort construit et nivelé au moyen de perspectives photographiques par le capitaine Javary
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende FIG. 8 : test de blindage
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende FIG. 9 : « Samory dans la cour de sa prison à Saint-Louis »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende FIG.10, fig.11 :croquis et photographie de la planchette d’A. Chevallier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 12 : photographie prise avec l’appareil d’A. Chevallier, recto
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende FIG.13 :photographie prise avec l’appareil d’A. Chevallier, verso
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende FIG. 14 : Une page de l’album du premier régiment de zouaves
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Légende FIG. 15 : croquis du périgraphe instantané du lieutenant-colonel Mangin
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende FIG. 16 : Photographie prise avec ce même appareil
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende FIG. 17 : Photographie longue distance de fortifications italiennes : « Coupure de la route et vue du blockhaus au-delà de Clavières »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3460/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 857k

Auteur

Service historique de la Défense, Chef du bureau des archives iconographiques, Département de l’armée de Terre, Château de Vincennes

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540