Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Deuxième partie. Les arts mobilisés

Le vitrail de guerre à l’époque contemporaine

Jean-Claude Lescure

Résumé

Alors que la présentation « images de guerre, guerre d’images, paix en images » énumère les divers types d’images elle néglige un type de figuration, totalement méconnu aujourd’hui, le vitrail de guerre de l’époque contemporaine. Présent dans les églises, les temples, les établissements scolaires, les mairies, les tombes, les monuments publics, il n’est pas rare, sans être banal, et inscrit une mémoire de la guerre spécifique, souvent souvenir privé dans un lieu public. Récent, il ne fait que rarement l’objet de classement ou d’inscription à l’inventaire ; fragile, il est menacé. Cet article présente le corpus constitué par l’auteur, en mobilisant toutes sortes de sources : bases de données du ministère de la Culture, publications diverses, questionnaires… Le corpus comporte aujourd’hui près de 1500 vitraux pour les guerres de 1870, 1914-1918 et 1939-45. La localisation de ces vitraux oppose deux France, tandis que la chronologie de la création des vitraux s’étale de 1870 à 2010. Phénomène diffus, la création verrière de vitraux de guerre est l’œuvre de plus de 150 maîtres verriers

Texte intégral

  • 1 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr ? ACTION=CHERCHER & FIEL D_1=REF & VALUE_1=IM02 (...)
  • 2 http://www.ville-yvreleveque.fr/clients/yvreleveque/upload/fichiers/c.r.c.m._du_21_octobre_08.pdf
  • 3 « Un vitrail patriotique », Sud-Ouest, 11/11/2006

1Les textes qui traitent des verrières de guerre les apprécient de façon très contradictoires : sur la base Mistral du ministère de la Culture, un chargé de recherche précise qu’une verrière posée à Couvrelles (02), dans l’église Saint-Lubin, « se situe parmi les verrières commémoratives qui sont venues en nombre orner, à titre privé ou collectif, les baies des églises à l’issue de la Grande Guerre »1. Pour ce spécialiste, elles sont nombreuses et donc banales. A l’opposé, à Yvré-L’Évêque (72), alors que le Conseil municipal cherche des financements pour restaurer une chapelle dotée de verrières de guerre, le procès-verbal du Conseil municipal du 21 octobre 2008 affirme : « Elle est en l’état de nos recherches la seule chapelle dédiée aux zouaves pontificaux en France et témoigne des combats de 1870-1871 »2. Souligner l’unicité est important pour convaincre de la nécessité de restaurer et donc d’obtenir des financements, ce qui n’est pas la préoccupation du journaliste du journal Sud-Ouest qui évoque en 2006 « une des seules églises de France à afficher une scène de combat évoquant la grande guerre »3.

2Ces trois exemples illustrent la confusion qui règne sur les verrières de guerre, les appréciations varient du tout au tout, sans que l’on puisse répondre à la question suivante : sont-elles rares ou communes ?

3Pour constituer le corpus d’études, j’ai retenu tous les vitraux qui présentent explicitement un lien avec les guerres, depuis le renouveau du vitrail initié à Sèvres vers 1830. Le conflit de 1870, la guerre de 1914-1918 et la seconde guerre mondiale sont les temps majeurs de la création de vitrail de guerre. On entendra par vitrail de guerre une verrière en rapport explicite avec la guerre : cela signifie qu’au minimum se trouve une inscription rappelant la guerre, sous forme d’ex-voto, de commémoration d’un disparu au pied d’un vitrail dont le sujet peut être purement religieux, mais pas forcément. L’iconographie pourra également être directement en rapport avec la guerre, présentant un soldat, des armes, des décorations… parfois en jouant de l’anachronisme, comme à Béthune (62) où Clovis et Saint-Vaast entrent dans la ville avec des soldats, qui portent le casque Adrian. Sont écartés du corpus les vitraux de paix : la paix du Christ est en effet illustrée sur les vitraux, sans rapport immédiat avec les conflits contemporains, ce qui exclut les travaux de Marc Chagall par exemple.

  • 4 Voir http://www.boisleuxaumont62.fr/articles.php?lng=fr&pg=70. C’est l’expression retenue par Patri (...)
  • 5 Voir http://lafrancedesclochers.xooit.com/t467-Allainville-aux-bois-78660.htm
  • 6 AM Rennes Fonds Rault 1Z18 Fascicule Minihic-sur-Rance
  • 7 C’est le titre retenu par les Galesne père et fils pour leurs deux ouvrages sur l’Illeet-Vilaine et (...)
  • 8 http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php ?insee=90099&dpt=90&idsource=13 (...)

4Cette recherche se heurte à plusieurs difficultés, de dénomination et de sources car les verrières qui peuvent relever de cette catégorie ne sont pas actuellement désignées d’un nom commun. Selon les publications, on rencontre les noms de « vitrail de souvenir4 », « vitrail des morts5 », « fenêtre des morts6 », « vitrail des soldats », ou « vitrail patriotique »7, « vitrail commémoratif »8. Sur un même site, les expressions peuvent être utilisées l’une pour l’autre, y compris sur les sites officiels comme Palissy qui utilise tantôt une expression (« vitrail commémoratif ») pour la commune d’Hary dans l’Aisne, tantôt une autre (« vitrail patriotique ») pour le village de Bouze-les-Beaune en Côte-d’Or. Le vocabulaire n’est pas fixé, les descriptions ne sont pas normalisées.

5Cela posé, le corpus d’étude qui a pu être réuni compte une cinquantaine de verrières pour la guerre de 1870, près de 1 200 pour la Grande guerre, et plus de 170 pour la Seconde Guerre mondiale.

Les sources

Les publications

  • 9 Hargrove, June, “Souviens-toi”, Revue des Monuments Historiques, n°124 (déc. 1982 - janv. 1983), p. (...)
  • 10 Prost, Antoine, “Les monuments aux morts”, in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome I, Paris, Gal (...)
  • 11 Becker, Annette, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire, Paris, Errances, 1988 : Becker, A (...)
  • 12 Wintrebert, Patrick, Le vitrail dans le Pas-de-Calais de 1918 à 1939, Arras, Archives départemental (...)
  • 13 Blin, Jean-Pierre, « Le vitrail dans les églises de la reconstruction en Picardie (1919-1939) », in (...)
  • 14 Peche, Valérie, Vitrail Commémoratif de la Grande Guerre en Meuse. Monuments de Lumière, catalogue (...)
  • 15 Jurbert, Odile, Marby, Jean-Pierre, Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs de (...)
  • 16 Du Pouget, Marc, « Les vitraux commémoratifs de la guerre 1914-1918 dans l’Indre », dans Le vitrail (...)

6Depuis les articles fondateurs de June Hargrovre9 en 1982 sur la monumentalité publique, d’Antoine Prost10 en 1984 consacré aux monuments commémoratifs, un regard a été porté sur les vitraux de guerre par Annette Becker dans ses différents ouvrages11, mais de façon incidente à son objet principal, les monuments aux morts et la mémoire. Les vitraux concentrent l’attention sous forme d’études départementales, avec les travaux de Patrick Wintrebert consacrés aux vitraux du Pas-de-Calais12 en 1989, piste suivie ensuite par Jean-Pierre Blin13 sur la Picardie qui dresse un premier inventaire. A ces travaux viennent s’ajouter l’organisation d’expositions, accompagnées de catalogues qui recensent les vitraux dans la Meuse14 en 1998 et en Ardennes15 en 2004. Ces catalogues tentent de présenter l’exhaustivité des œuvres du département, et inventorient 150 verrières en Meuse et 58 en Ardennes : j’en ai pour ma part recensé 165 en Meuse et 62 en Ardennes. D’autres publications effectuent un premier repérage comme le fait Marc Du Pouget, conservateur des Archives départementales de l’Indre, pour son département16.

  • 17 FINANCE, Laurence (de), Un Patrimoine de lumière 1830-2000 : verrières des Hautsde-Seine, Seine-Sai (...)

7Pour l’Ile-de-France, sous la direction de Laurence de Finance, un bel ouvrage se centre sur le vitrail17 de l’époque contemporaine et fait un focus sur quelques verrières de guerre, signalant les beaux vitraux de l’atelier Mauméjean dans le mémorial de l’escadrille La Fayette à Marne-la-Coquette (92), et indiquant le vitrail de la mairie du Kremlin-Bicêtre qualifié d’« hapax », à tort, car j’ai repéré d’autres vitraux de guerre installés dans des hôtels de ville. De la même façon, d’autres œuvres existent et n’ont pas été signalées dans ce livre passionnant.

  • 18 FISSOT, Patrick, DIGARD, Arnaud, GAUTIER, René, Les Manchois dans la Grande Guerre, Mémorial 14-18,(...)
  • 19 Héros de la Grande Guerre au cimetière du Montparnasse, 2009.
  • 20 Le vitrail du souvenir. 3 circuits en Loire Atlantique, Brochure réalisée par le service de l’Offic (...)
  • 21 GALESNE, Erik et Norbert, Les vitraux patriotiques en Ille et Vilaine, Collection patrimoine, éditi (...)

8D’autres publications accordent au vitrail une partie de leur pagination, comme le livre mémorial de la Grande Guerre consacré au département de la Manche18 qui recense les différents lieux de mémoire, dont de nombreux vitraux, mais en oublie plusieurs, signalant par exemple un seul vitrail pour l’église paroissiale de la commune de Les Chambres alors que quatre vitraux sont visibles. Plus récemment, un fascicule à destination des touristes entrant dans le cimetière du Montparnasse19 permet de localiser des tombes ornées de vitraux. Pour les touristes également, un fascicule a proposé en Loire-Atlantique trois itinéraires autour des « vitraux du souvenir » à l’initiative de l’ONAC20 du département, modeste guide qui mettait en lumière un patrimoine délaissé. L’idée a été reprise et développée par le président de l’ONAC d’Ille-et-Vilaine qui, en 2009, a publié un ouvrage sur son département et un autre sur les Côtes-d’Armor21. Ces deux livres sont conçus comme des guides touristiques permettant de découvrir les « vitraux patriotiques » des guerres de 1870, 1914 et 1939. Une page reproduit le vitrail, une autre page présente la paroisse et donne quelques rapides détails sur le vitrail. Des vitraux non répertoriés ailleurs ont été repérés par les auteurs, mais d’autres n’ont pas été vus, comme à Pommerit-le-Vicomte où les deux vitraux sont ignorés. L’oubli est parfois curieux comme à Jugon-les-Lacs où une verrière présentant des scènes de bataille est signalée, tandis qu’une seconde est passée sous silence alors qu’elle figure un moment de deuil et de recueillement après les combats, manifestation de l’Union sacrée, pourtant négligée par les deux auteurs des livres sur les « vitraux patriotiques ».

  • 22 Catalogue de vente, Hôtel Drouot le 9 et 10 mai 1995, expert François de Lavaissière, Rieuner & ass (...)
  • 23 LE GUEN, Jean, « Trébeurden et la Roumanie », Bulletin Municipal de Trébeurden, septembre 2008, p. (...)

9D’accès plus difficile sont les catalogues des ventes aux enchères qui procèdent parfois à la liquidation de vitraux22, ou les monographies, les articles courts consacrés à un vitrail le plus souvent publiés dans des revues savantes régionales, voire dans les publications municipales. Dans ces dernières, on trouve une présentation avec souvent le contexte de l’installation du vitrail, malheureusement aucune source archivistique ou orale n’est indiquée, voire le titre peut paraître elliptique, comme « Trébeurden et la Roumanie », pourtant consacré à un vitrail de guerre, financé en partie par la Reine Marie de Roumanie23 et installé dans une église de Trébeurden (22).

  • 24 CAILLAUD, Marthe, « La reconstitution de l’après-guerre 1914-1918. Les vitraux de l’église de Resso (...)
  • 25 « La renaissance du vitrail en France au XIXe siècle », Antony d’hier et d’aujourd’hui, bulletin de (...)
  • 26 Église Saint-Rémy de Rombies, cercle historique et archéologique de Rombies-et-Marchipont, 2009.
  • 27 DALON Pierre, « L’iconographie des vitraux du XIXe siècle dans les églises du Lot », Bulletin de la (...)
  • 28 DEROCHE, Gilles « A propos d’un vitrail de la chapelle de l’hôpital de Clermont-en-Argonne. Jean-Ba (...)
  • 29 WAUTHOZ, Marie-Thérèse, « Vitraux commémoratifs de la guerre 1914 – 1918 », Le Curieux Vouzinois, n (...)
  • 30 « Le Vitrail dans une église de Nancy Pro Patria par V. Descaves », L’Echos des Gourbis, n°20, 1/9/ (...)
  • 31 « Bénédiction d’un vitrail souvenir de guerre à Ty Man doué », Semaine religieuse de Quimper et Léo (...)

10Parmi les revues savantes locales et régionales, on trouve des articles d’érudition ou plus souvent de curiosité locale, consacrés aux vitraux de Ressons-sur-Matz24 (60), d’Antony25 (92), Rombies-et-Marchipont26 (59), du Lot27, de Clermont-en-Argonne28 (55), ou de Vouziers29 (08), autant de monographies qui permettent de repérer des pièces ou d’approfondir les circonstances de leur installation. Incidemment, quelques références glanées dans des études permettent de localiser des articles parus lors de cérémonies autour des vitraux, dès 1916 à Nancy30 ou 1921 à Quimper31, et d’appréhender la réception de l’œuvre.

  • 32 DAVID, Véronique, STAHL, Fabienne, « Les vitraux de Maurice Denis à Fère-en-Tardenois », Revue de l (...)

11Dans un autre genre, certains articles analysent avec précision une verrière, la resituent dans son contexte32, précisent les enjeux et situent les acteurs, ce sont fréquemment des articles rédigés par des chercheurs du CNRS ou des universitaires, travaillant le plus souvent pour le laboratoire d’étude du vitrail du centre André Chastel.

  • 33 FROUTE, Pierre-Albert, « Pierre Arcencam et les Montaut, des artisans peintres verriers béarnais ma (...)
  • 34 CAMUS, D., « Les vitraux du maître verrier Louis Balmet à Châteauroux », Revue de l’académie du cen (...)
  • 35 Voir CAPPRONNIER, Jean-Charles, DAVID, Véronique, STAHL-ESCUDERO, Fabienne, « Les monuments aux mor (...)
  • 36 PERROT, Françoise, « Francis Chigot, maître verrier à Limoges », Monuments Historiques, n°152, juil (...)
  • 37 MEDAILLE, Marie-Noëlle, François Decorchemont, maître-verrier, Connaissance du patrimoine de Haute- (...)
  • 38 LUNEAU, Jean-François, Félix Gaudin, peintre-verrier et mosaïste, 1851-1930, Histoires croisées, Pr (...)
  • 39 ARCHIERI, Jean-François, Atelier Louis Barillet, Paris, 2005, 246 p.
  • 40 HARDOUIN-FUGIER, Elisabeth, « Augustin Burlet, peintre-verrier, ami de Monseigneur Lavarenne », dan (...)
  • 41 LESTAGE, Colette, « François Maurice Roganeau (1883-1973) le dernier peintre classique de Bordeaux  (...)

12La bibliographie concernant les maîtres-verriers est également universitaire et résulte de travaux menés par le groupe de travail sur le vitrail du centre André Chastel de Paris 4. Parfois, quelques articles de revues locales ou régionales se penchent sur la production d’un maître-verrier de la région33, ou venu travailler dans la région alors que son atelier est ailleurs34. Les articles du Point Riche sont sur ces aspects très précieux35, tout comme les publications successives des monuments historiques36, ou des services de l’Inventaire37. Des études universitaires donnent lieu à publication sous forme d’ouvrages savants38, d’ouvrages de vulgarisation39 ou de notices de dictionnaire40. Les études sur les peintres et les cartonniers travaillant avec les maîtres-verriers sont plus rares41, à l’exception des études concernant Maurice Denis, Marguerite Huré ou George Desvallières.

Les sites web

13L’absence de normalisation conduit à interroger les bases de données en utilisant et en variant de multiples descripteurs, comme vitrail + guerre, vitrail + poilu… afin de faire remonter des données.

14De nombreux sites fournissent des informations sur les vitraux, à commencer par les sites institutionnels. A l’échelon national, les bases de données de l’Inventaire, service du ministère de la culture, sont disponibles en ligne, comme le site Palissy42, qui ne recense qu’une partie des verrières existantes. A l’échelon régional, les rythmes de collation de l’information diffèrent sensiblement d’une région à l’autre. En Picardie, le site de l’inventaire du Patrimoine43 recense actuellement 69 communes. Seule l’une d’entre elle possède un vitrail. Le site de la région Bretagne nous apporte plus de renseignements44, avec 8 verrières de guerre recensées. En Champagne-Ardenne45, le travail est en cours, avec une rubrique sur les vitraux du XXe siècle riche de quelques occurrences qui permettent néanmoins de localiser les vitraux de l’hôpital de Rethel (08) et ceux de l’église de Dammartin-sur-Meuse (55).

15Les érudits et passionnés diffusent leurs connaissances et découvertes par l’intermédiaire du web. Un érudit s’est intéressé aux vitraux de la guerre de 1870 et en présente de jolis clichés sur son site46. Sur les vitraux de la guerre de Vendée, deux sites47 permettent d’accéder à des galeries photos qui fournissent plus de cent clichés. Un spécialiste d’un régiment, le 74e RI, met en ligne de précieuses informations sur les batailles et les hommes du régiment, y compris des dédicaces sur des vitraux à des soldats du régiment décédés48. Un site de généalogie49 donne des précisions sur les lieux, et signale à l’occasion les vitraux dédiés à telle ou telle personne, commettant parfois des erreurs de localisation50. Pour le Pas-de-Calais, le site « Mémoiresdepierre »51 relève toutes les informations et photos pour les communes du département, avec les monuments aux morts, et parfois signale les vitraux. Moins complet est le site « Patrimoine de la grande guerre »52 qui fournit quelques renseignements ponctuels.

16Le site « MémorialGenWeb » de l’association FranceGenWeb53 propose une série de bases de données concernant principalement les « Morts pour la France » : les vitraux qui comportent des noms sont également mentionnés. Le relevé par département se veut systématique, mais la tâche est immense et il manque des secteurs géographiques entiers.

  • 54 http://www.lesmortspourlafrance80.fr
  • 55 http://www.premiumwanadoo.com/memorial-morts-pour-la-france-80/memorial/memorial.htm
  • 56 http://www.picardie1418.com/

17Certains sites sont spécialisés sur un département : pour la Somme, le site « les morts pour la France »54 peut être considéré comme faisant autorité : son animateur, Jacques Foure-Larivière, recense tous les lieux de mémoire, commune par commune, avec souvent des photographies55. « Picardie1418 »56 est un autre site spécialisé sur la Picardie : il répertorie les monuments collectifs et individuels, les cimetières, mais ne donne aucune indication sur les vitraux. Les sites des journaux régionaux sont riches d’informations locales : Le Télégramme de Brest, Ouest France, les Dernières Nouvelles d’Alsace, La Provence, La Montagne, La Voix du Nord, Paris Normandie, Le Progrès de Lyon, Le Dauphiné Libéré, Sud Ouest, Le Midi libre, La Dépêche, L’Est républicain… tous ont été consultés.

18Les ressources de l’Internet ont également été sollicitées par d’autres approches : la recherche a été systématiquement faite avec les mêmes descripteurs pour les catégories Images et pour les catégories Blog. Ces types d’indicateurs ont également permis de repérer quelques verrières, notamment sur les blogs de particuliers qui racontent leurs promenades, leurs visites, notamment d’église, et font part de leur étonnement devant telle ou telle verrière de guerre, que l’on ne voit pas apparaître dans d’autres sources. Ceci est particulièrement vrai pour les églises rurales qui sont désormais rarement ouvertes au public, et dont le patrimoine n’est plus accessible facilement. Le recours à ces technologies de l’information est complété par l’utilisation des archives papiers classiques.

Les archives

19Les archives qui traitent de vitraux sont parfois des documents administratifs, relevant des collectivités locales, mais qui ne sont que rarement conservés, des documents d’associations cultuelles, encore plus fragiles, et des documents privés des verriers, qui sont paradoxalement ceux que l’on peut le plus souvent localiser car ils attirent l’œil des conservateurs.

  • 57 Catalogue de vente, Hôtel Drouot le 9 et 10 mai 1995, expert François de Lavaissière, Rieuner & ass (...)
  • 58 Archives Départementales de l’Isère, fonds Louis Balmet 138 J
  • 59 JAJOUX, Christel, Etude du fond Höner-Janin-Benoit (1850-1950), déposée à l’Inventaire général de L (...)

20Les ateliers connaissent souvent une pérennité, et conservent leurs documents. Quelques ateliers ont néanmoins déposé leurs archives, sous forme de dépôt privé, dans des archives départementales : c’est le cas du verrier Francis Chigot à Limoges (à compléter, référence et contenu de l’inventaire). A Grenoble, la situation est particulière : le fonds de l’atelier Balmet a été dispersé par une vente aux enchères57 en 1995 : les Archives départementales se sont portées acquéreur de plusieurs lots désormais conservés à Grenoble58 et en cours de classement. Un grand atelier de Nancy, l’atelier Höner-Janin-Benoit, voit ses archives conservées par l’Inventaire général de Lorraine59. A Bordeaux se trouve le fonds Dagrand, qui n’a pas fait l’objet d’étude spécifique, tandis que le fonds du verrier Rault déposé aux archives municipales Rennes est inventorié.

  • 60 CHAIZE, Jean, Le vitrail et l’oeuvre de Charles Borie, Le Puy, Éd. de la Société académique, 1988, (...)

21Exceptionnellement, quelques publications mettent à disposition des documents d’archives : Jean Chaize a ainsi édité le carnet de commande de Charles Borie60, maître-verrier au Puy-en-Velay. Son exploitation reste néanmoins difficile, car le vocabulaire employé n’est pas toujours explicite : des commandes sont par exemple désignées sous le nom de « sacré cœur », comme celui de Flayat en Creuse, donc en apparence sans lien avec la guerre, mais le vitrail possède une dédicace sans équivoque : « en mémoire de leur père mort pour la France », ou reprend un élément militaire comme un casque Adrian toujours à Flayat (23), sans être signalé dans le carnet de commande. Autre difficulté, des commandes sont signalées dans le répertoire Chaize, mais ne se trouvent plus dans l’église : c’est le cas à Lempdes (63) où le carnet indique une commande reçue en avril 1945 sous le nom « Notre-Dame de France », indice d’un vitrail ex-voto pour célébrer la Libération, or une visite effectuée le 4 août 2000 ne permet pas de trouver le vitrail parmi les trois vitraux figuratifs existants, et les témoins rencontrés ne se souviennent pas de l’existence d’un vitrail de ce type qui aurait été détruit depuis 1945. La commande n’aura sans doute pas été honorée, mais aucun document ne donne de précision.

22Cette méthode, sans exclusive, pour constituer le corpus se révèle efficace, mais n’est pas suffisante. Une fois le vitrail localisé en effet, d’une façon ou d’une autre, il importe de recouper l’information, d’obtenir clichés et informations en s’adressant à la mairie, à la paroisse ou à l’association historique locale. Là, les réactions des interlocuteurs sont variées : quelques uns ne répondent pas, d’autres transmettent au service, à l’association ou à la personne qui localement possèdent les ressources pour évoquer les vitraux. S’engage alors un dialogue par mail et téléphone qui permet d’obtenir des photos de la verrière, voire de la contextualiser dans le meilleur des cas. Il reste enfin la visite sur place pour appréhender le vitrail dans son milieu.

Les verrières de la Grande Guerre

23On peut considérer ces quelques dizaines de représentations comme les pilotes d’un phénomène qui croît avec la Grande Guerre : plus de 1200 vitraux traitent de la Première guerre mondiale en France, et plus de 170 évoquent la Seconde guerre mondiale.

Une chronologie de la longue durée

  • 61 http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-49-14489-104352-P167322-255820.html
  • 62 Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des (...)

24La chronologie du phénomène s’inscrit dans la longue durée : les premiers vitraux de guerre identifiés sont liés à la guerre de Crimée. En France, dès 1855, un soldat revenu vivant de Sébastopol offre un vitrail en remerciement à l’église Saint-Nicolas de Saint-Maur-des-Fossés61. A Eteignières (08), l’église Sainte-Anne abrite un vitrail dédié à saint Ludger, et porte en bas, dans un cartouche, l’inscription suivante : « A la mémoire du docteur Ludger-Lallemand médecin en chef de l’armée du Mexique. Mort en 1862 à Vera-Cruz à l’âge de 42 ans »62. Il s’agit de la seule évocation connue en France des aventures mexicaines de Napoléon III, verrière non datée, mais installée vraisemblablement sous le Second Empire. Le phénomène commence donc très tôt, dès les années 1850. Il s’amplifie avec la guerre de 1870, se développe avec la première guerre mondiale, et perdure avec la seconde. Un corpus de 719 vitraux donne des indications chronologiques.

25Le mouvement débute bien avant 1914, avec moins d’une dizaine de réalisations dès le Second Empire. Le souvenir de 1870 est davantage présent, sous une double commémoration : la présence des zouaves pontificaux dans les combats contre les Allemands et des représentations de combats sur les lieux mêmes, comme à Loigny-la-Bataille.

26Les installations perdurent pendant la guerre, et leur nombre croît considérablement dans l’entre-deux guerres. Dans cet entre-deux guerre, la création n’est pas linéaire, deux pics se détachent : l’un dans l’immédiat après guerre, jusqu’à 1923, l’autre en 1927 et 1928, soit pour le 10e anniversaire de la fin du conflit : des initiatives locales sont visibles. Il reprend après 1945 et se poursuit timidement jusqu’à aujourd’hui. Il n’en reste pas moins que le vitrail de guerre est massivement une manifestation de la Grande Guerre. Ce n’est pas un épiphénomène limité dans le temps ; il dure depuis 140 ans, avec une intensité qui n’est pas linéaire.

Les localisations

27J’ai recensé près de 1 200 vitraux pour la guerre de 1914-1918. Les lieux qui les abritent sont variés : églises, temples, cimetières, hôpitaux, mairies, lycées et collèges, voire maison particulière.

28Les églises catholiques sont les plus nombreuses : la tradition du vitrail dans les églises est ancienne, elle a été revigorée dans la deuxième moitié du 19e siècle. Les églises de toutes les tailles en abritent, depuis la petite chapelle de campagne jusqu’aux cathédrales (Le Mans par exemple).

29Majoritairement placés dans des églises, ils sont également visibles dans d’autres lieux : des temples protestants accueillent ces vitraux de guerre. C’est notamment le cas des implantations de culte portées par des Américains : on trouve ainsi des verrières à Château-Thierry dans le temple mémorial, ou dans les églises américaines de Paris.

  • 63 TISON, Stéphane, « Histoire d’un deuil de guerre : le maître-verrier Albert Echivard et son fils Ma (...)

30Les chapelles des hôpitaux sont parfois destinatrices de verrières de guerre : à Paris, un vitrail se trouve dans la chapelle de l’hôpital Saint Joseph (14e arrondissement). Au Mans, la chapelle de l’hôpital possède un vitrail de guerre posé en 1934 par Albert Echivard63.

31Ces verrières sont fréquentes dans les nécropoles militaires : Sillery-Bellevue (51), Fromeréville-les-Vallons (55). A Loupeigne (02), la configuration mêle une nécropole militaire, et à l’écart une chapelle dans laquelle se trouve un vitrail de guerre. Des nécropoles étrangères en accueillent également, comme à Marne-la-Coquette (92), dans la nécropole édifiée en souvenir des aviateurs américains de l’escadrille La Fayette.

  • 64 PECHE, Valérie, op. cit, p. 68.
  • 65 Idem, p. 154.

32En dehors des lieux de culte, les verrières sont présentes dans les cimetières, soit dans des chapelles publiques, soit dans des tombes privées. Les chapelles des cimetières accueillent exceptionnellement ce type de vitrail : la chapelle du cimetière de Nomexy (88) est éclairée par un oculus ornée d’une verrière ; dans le cimetière de Mônétier-les-Bains (05) est édifiée une chapelle dédiée aux morts de la Grande Guerre, dans laquelle se trouvent plaque du souvenir, casques et drapeaux, et deux vitraux. Dans les tombes privées, les exemples sont un peu plus nombreux : à Paris au Père Lachaise, notamment dans des sépultures juives, ou dans le Cimetière du Montparnasse ; en région parisienne, deux verrières sont également répertoriées, l’une au cimetière de Puteaux (92) dans la chapelle de la famille Goujon, l’autre dans le cimetière de Bondy (93) dans la chapelle de la famille Seguin-Singeon ; en province, trois chapelles sont répertoriées, l’une à Marcq-en-Bareuil (59) dans la chapelle de la famille Dillies, l’autre à Triau-court-en-Argonne64 (55), la troisième à Belrupt-en-Verdunois65 (55), mais l’on sait la difficulté de localiser les verrières dans ces lieux privés, souvent inaccessibles.

  • 66 Le cinéma Omnia a ouvert en 1910 à la place du music-hall L’Alhambra, décoré d’une verrière représe (...)
  • 67 http://www.havre-libre.fr/index.php/cms/13/article/188034/L_Alhambra

33Des lieux civils accueillent également ces représentations : c’était le cas jusqu’en 1944 du cinéma L’Omnia66 de Rouen, où un véritable hapax, une grande verrière de 9 mètres sur 5, figurait un drakkar sur lequel naviguait Jeanne d’Arc accompagnée d’un Gaulois, de Pierre Corneille et d’un poilu67 ! Si les télescopages chronologiques ne sont pas exceptionnels sur les verrières, les verrières de cinéma sont plus rares, et celle-ci était absolument exceptionnelle.

34Quelques mairies sont décorées également de vitraux de guerre : en région parisienne, au Kremlin-Bicêtre (94), le hall de l’hôtel de ville est orné d’un grand vitrail civil ; à Boisguillaume (76), une pièce étonnante figure un mélange de Jeanne d’Arc – Marianne en arme, foulant aux pieds l’aigle allemand tombé à ses pieds. A Arques est inaugurée dès 1919 dans la mairie une « salle du Poilu », utilisée pour les réunions du conseil municipal et les mariages, dont les fenêtres portent des vitraux nommant en toutes lettres les grandes batailles de la Première Guerre mondiale. A Doullens, la mairie abrite la « salle du commandement unique » dans laquelle les Alliés confièrent au Maréchal Foch le commandement sur toutes les armées alliées : cette salle est décorée d’un vitrail qui figure la réunion et chacun de ses participants.

35Quelques établissements scolaires ont des vitraux de guerre : à Bordeaux, le lycée Montaigne abrite dans son parloir un vitrail de guerre, tout comme le collège Francisco Goya ; à Douarnenez (29), le collège Saint Blaise est également dans ce cas. C’est paradoxalement dans ces lieux où l’information est la plus difficile à obtenir, les chefs d’établissement refusant de communiquer la moindre image.

36Enfin, très exceptionnel est le vitrail réalisé à Epernay dans l’hôtel particulier Gallice : en 1921, le propriétaire passe commande à Jacques Grüber d’un vitrail intitulé « la victoire » afin de rappeler les malheurs d’Epernay. A Bar-le-Duc, c’est également un vitrail « La paix et la guerre » qui est installé en 1920 dans une maison particulière, rue Saint-Mihiel, figurant une colombe, une jeune fille et un soldat68.

37Il n’en demeure pas moins que le vitrail est un objet qui n’est pas limité aux lieux de culte catholique.

***

38Ce recensement en cours des verrières de guerre offre d’ores et déjà plusieurs enseignements : loin d’être un phénomène exceptionnel, limité à quelques dizaines d’œuvres, les verrières figurant la guerre représentent un ensemble depuis 1870 d’environ 1500 pièces, avec une variation chronologique importante. L’après-guerre 1870 – 1871 développe un thème peu présent auparavant, et accorde alors une place prépondérante à la glorification de l’engagement et du sacrifice des zouaves pontificaux. Avec la Première Guerre mondiale, le phénomène s’amplifie, pour concerner près de 1200 verrières, avec une fabrication concentrée entre les deux guerres, et selon deux périodes qui se détachent clairement : l’immédiat après-guerre et le dixième anniversaire de la fin du conflit. L’art du vitrail ne se limite plus alors aux seules églises catholiques, il gagne d’autres espaces publics et privés, si bien que les manifestations ne se limitent pas à des images pieuses, à la glorification du double sacrifice, celui de Jésus sur la croix et celui du poilu sur le champ de bataille. La tendance se poursuit avec une moindre intensité après 1945, et telle une longue traîne continue d’exister jusqu’à aujourd’hui.

Bibliographie

Bibliographie

Archieri, Jean-François, Atelier Louis Barillet, Paris, 2005, 246 p.

Becker, Annette, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire, Paris, Errances, 1988

Becker, Annette, La guerre et la foi, de la mort à la mémoire, Paris, Colin, 1994

Blin, Jean-Pierre, « Le vitrail dans les églises de la reconstruction en Picardie (1919-1939) », in CHALINE, Nadine-Josette (dir.). Le vitrail en Picardie et dans le nord de la France aux 19e et 20e siècles. Actes du colloque, Amiens, 25 mars 1994, Amiens : Encrage, 1995.

Blin, Jean-Pierre, « Le vitrail commémoratif de la Grande Guerre », dans Chrétiens dans la première guerre mondiale, Paris, Cerf, 1993

Cappronnier, Jean-Charles, David, Véronique, Stahl-Escudero, Fabienne, « Les monuments aux morts d’églises, les exemples de George Desvallières, Maurice Denis et Henri Marret », Le Point Riche, n°4, juin 2006, p. 3-40.

Chaize, Jean, Le vitrail et l’oeuvre de Charles Borie, Le Puy, Éd. de la Société académique, 1988, 140 p.

David, Véronique, Stahl, Fabienne, « Les vitraux de Maurice Denis à Fère-en-Tardenois », Revue de l’art, n° 164, 2009/6, p. 47-55

Du Pouget, Marc, « Les vitraux commémoratifs de la guerre 1914-1918 dans l’Indre », dans Le vitrail au XXe siècle, intelligences de la lumière, Châteauroux, Rencontre avec le Patrimoine Religieux, 2004, p. 100-107

Finance, Laurence (de), Un Patrimoine de lumière 1830-2000 : verrières des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Paris, Monum, Editions du Patrimoine, 2003. - 384 p. + 1 CDRom.

Fissot, Patrick, Digard, Arnaud, Gautier, René, Les Manchois dans la Grande Guerre, Mémorial 14-18, éditions Eurocibles, Marigny, 2008, 732 p.

Galesne, Erik et Norbert, Les vitraux patriotiques en Ille et Vilaine, Collection patrimoine, éditions P’Tit Louis, mars 2009, 66 p.

Galesne, Erik et Norbert, Les vitraux patriotiques en Côtes d’Armor, Collection patrimoine, éditions P’Tit Louis, septembre 2009, 80 p.

Hargrove, June, “Souviens-toi”, Revue des Monuments Historiques, n° 124 (déc. 1982 - janv. 1983), p. 59-65.

Jurbert, Odile, Marby, Jean-Pierre, Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes, catalogue de l’exposition organisée par le Conseil général, Charleville-Mézières, 6 novembre-5 décembre 2004, Charleville-Mézières, 2004, 3 fascicules, (20, 36, 60 p.)-72 p. de pl. en coul. : ill., carte, couv. ill. en coul. ; 31 cm.

Luneau, Jean-François, Félix Gaudin, peintre-verrier et mosaïste, 1851-1930, Histoires croisées, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2006

Peche, Valérie, Vitrail Commémoratif de la Grande Guerre en Meuse. Monuments de Lumière, catalogue de l’exposition du Centre d’art sacré de Saint-Mihiel, juillet 1998-octobre 1999, Nancy, 1998, 178 p.

Perrot, Françoise, « Francis Chigot, maître verrier à Limoges », Monuments Historiques, n° 152, juillet-août 1987, p. 70-76 Prost, Antoine, “Les monuments aux morts”, in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome I, Paris, Gallimard, 1984, pp. 195-225.

Texier-Boulte, Elodie, « La restauration des vitraux photographiques de la crypte Notre-Dame-de-Lourdes, Sotteville-lès-Rouen, Seine-Maritime », Monumental, Editions du Patrimoine, n° 1, 2008 ;

Tison, Stéphane, « Histoire d’un deuil de guerre : le maître-verrier Albert Echivard et son fils Maxime ; 1914-1939 », in Revue historique et archéologique du Maine, 4e série, tome 3, 2003, p. 178-203

Wintrebert, Patrick, Le vitrail dans le Pas-de-Calais de 1918 à 1939, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1989, p. 97.

Notes

1 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr ? ACTION=CHERCHER & FIEL D_1=REF & VALUE_1=IM02004338

2 http://www.ville-yvreleveque.fr/clients/yvreleveque/upload/fichiers/c.r.c.m._du_21_octobre_08.pdf

3 « Un vitrail patriotique », Sud-Ouest, 11/11/2006

4 Voir http://www.boisleuxaumont62.fr/articles.php?lng=fr&pg=70. C’est l’expression retenue par Patrick Wintrebert dans Le Vitrail dans le Pas-de-Calais, de 1918 à 1939.

5 Voir http://lafrancedesclochers.xooit.com/t467-Allainville-aux-bois-78660.htm

6 AM Rennes Fonds Rault 1Z18 Fascicule Minihic-sur-Rance

7 C’est le titre retenu par les Galesne père et fils pour leurs deux ouvrages sur l’Illeet-Vilaine et les Côtes-d’Armor, ou http://www.inventaire.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr ? ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=B&NUMBER=82&GRP=0&REQ=((B) %20 %3AAUTR %20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4 %24 %2534P&SPEC=1&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MA-X2=200&MAX3=200 & DOM=Tous

8 http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php ?insee=90099&dpt=90&idsource=131130&table=00

9 Hargrove, June, “Souviens-toi”, Revue des Monuments Historiques, n°124 (déc. 1982 - janv. 1983), p. 59-65.

10 Prost, Antoine, “Les monuments aux morts”, in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome I, Paris, Gallimard, 1984, pp. 195-225.

11 Becker, Annette, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire, Paris, Errances, 1988 : Becker, Annette, La guerre et la foi, de la mort à la mémoire, Paris, Colin, 1994

12 Wintrebert, Patrick, Le vitrail dans le Pas-de-Calais de 1918 à 1939, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1989, 119 p.

13 Blin, Jean-Pierre, « Le vitrail dans les églises de la reconstruction en Picardie (1919-1939) », in Chaline, Nadine-Josette (dir.). Le vitrail en Picardie et dans le nord de la France aux 19e et 20e siècles. Actes du colloque, Amiens, 25 mars 1994, Amiens : Encrage, 1995. On lira également avec intérêt Blin, Jean-Pierre, « Le vitrail commémoratif de la Grande Guerre », dans Chrétiens dans la première guerre mondiale, Paris, Cerf, 1993.

14 Peche, Valérie, Vitrail Commémoratif de la Grande Guerre en Meuse. Monuments de Lumière, catalogue de l’exposition du Centre d’art sacré de Saint-Mihiel, juillet 1998-octobre 1999, Nancy, 1998, 178 p.

15 Jurbert, Odile, Marby, Jean-Pierre, Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes, catalogue de l’exposition organisée par le Conseil général, Charleville-Mézières, 6 novembre-5 décembre 2004, Charleville-Mézières, 2004, 3 fascicules, (20, 36, 60 p.)-72 p. de pl. en coul. : ill., carte, couv. ill. en coul. ; 31 cm.

16 Du Pouget, Marc, « Les vitraux commémoratifs de la guerre 1914-1918 dans l’Indre », dans Le vitrail au XXe siècle, intelligences de la lumière, Châteauroux, Rencontre avec le Patrimoine Religieux, 2004, p. 100-107.

17 FINANCE, Laurence (de), Un Patrimoine de lumière 1830-2000 : verrières des Hautsde-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Paris, Monum, Editions du Patrimoine, 2003. - 384 p. + 1 CDRom.

18 FISSOT, Patrick, DIGARD, Arnaud, GAUTIER, René, Les Manchois dans la Grande Guerre, Mémorial 14-18, éditions Eurocibles, Marigny, 2008, 732 p.

19 Héros de la Grande Guerre au cimetière du Montparnasse, 2009.

20 Le vitrail du souvenir. 3 circuits en Loire Atlantique, Brochure réalisée par le service de l’Office national des Anciens combattants de la Loire Atlantique, 2005, 20 p.

21 GALESNE, Erik et Norbert, Les vitraux patriotiques en Ille et Vilaine, Collection patrimoine, éditions P’Tit Louis, mars 2009, 66 p. GALESNE, Erik et Norbert, Les vitraux patriotiques en Côtes d’Armor, Collection patrimoine, éditions P’Tit Louis, septembre 2009, 80 p.

22 Catalogue de vente, Hôtel Drouot le 9 et 10 mai 1995, expert François de Lavaissière, Rieuner & associés : vente d’une partie de l’atelier Louis Balmet (1898 – 1957), maître verrier à Grenoble. Catalogue de vente, Hôtel Drouot le 25/9/2009, expert François de Lavaissière, Rieuner & associés.

23 LE GUEN, Jean, « Trébeurden et la Roumanie », Bulletin Municipal de Trébeurden, septembre 2008, p. 23.

24 CAILLAUD, Marthe, « La reconstitution de l’après-guerre 1914-1918. Les vitraux de l’église de Ressons-sur-Matz », Annales historiques compiégnoises, juin 1991, pp. 6-16.

25 « La renaissance du vitrail en France au XIXe siècle », Antony d’hier et d’aujourd’hui, bulletin de l’Association pour la promotion du patrimoine d’Antony, n°15, 2e semestre 2006, p. 33-42.

26 Église Saint-Rémy de Rombies, cercle historique et archéologique de Rombies-et-Marchipont, 2009.

27 DALON Pierre, « L’iconographie des vitraux du XIXe siècle dans les églises du Lot », Bulletin de la société des études du Lot, 1991/III/215.

28 DEROCHE, Gilles « A propos d’un vitrail de la chapelle de l’hôpital de Clermont-en-Argonne. Jean-Baptiste Jouët-Pastré. », Horizons d’Argonne, Centre d’études argonnais, n°78, 2004, pp. 79 – 86.

29 WAUTHOZ, Marie-Thérèse, « Vitraux commémoratifs de la guerre 1914 – 1918 », Le Curieux Vouzinois, n°63, juin 2003, pp. 35-41.

30 « Le Vitrail dans une église de Nancy Pro Patria par V. Descaves », L’Echos des Gourbis, n°20, 1/9/1916. C’est le journal du 131e Territorial.

31 « Bénédiction d’un vitrail souvenir de guerre à Ty Man doué », Semaine religieuse de Quimper et Léon 1886-1973, 1921.

32 DAVID, Véronique, STAHL, Fabienne, « Les vitraux de Maurice Denis à Fère-en-Tardenois », Revue de l’art, n°164, 2009/6, p. 47-55.

33 FROUTE, Pierre-Albert, « Pierre Arcencam et les Montaut, des artisans peintres verriers béarnais mal connus », Pyrénées, la revue des amis du musée pyrénéen, n°237, janvier 2009 ; RIOU, Yves-Jean, « Louis Mazetier et la Vendée. Redécouverte d’un artiste (1888-1952) », 303, n°80, pp. 70-80, 11 ill.

34 CAMUS, D., « Les vitraux du maître verrier Louis Balmet à Châteauroux », Revue de l’académie du centre, 2001-2002, p. 107 – 117. Son atelier est à Grenoble.

35 Voir CAPPRONNIER, Jean-Charles, DAVID, Véronique, STAHL-ESCUDERO, Fabienne, « Les monuments aux morts d’églises, les exemples de George Desvallières, Maurice Denis et Henri Marret », Le Point Riche, n°4, juin 2006, p. 3-40.

36 PERROT, Françoise, « Francis Chigot, maître verrier à Limoges », Monuments Historiques, n°152, juillet-août 1987, p. 70-76 ; TEXIER-BOULTE, Elodie, « La restauration des vitraux photographiques de la crypte Notre-Dame-de-Lourdes, Sotteville-lès-Rouen, Seine-Maritime », Monumental, Editions du Patrimoine, n°1, 2008 ; MAGNIEN, Aline, « Le temple-mémorial de Château-Thierry : approche monographique », In Situ, revue des patrimoines [en ligne], 2005, http://insitu.revues.org/9352

37 MEDAILLE, Marie-Noëlle, François Decorchemont, maître-verrier, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, Service régional de l’Inventaire général de Haute-Normandie, Rouen, 1993, 16 p.

38 LUNEAU, Jean-François, Félix Gaudin, peintre-verrier et mosaïste, 1851-1930, Histoires croisées, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2006.

39 ARCHIERI, Jean-François, Atelier Louis Barillet, Paris, 2005, 246 p.

40 HARDOUIN-FUGIER, Elisabeth, « Augustin Burlet, peintre-verrier, ami de Monseigneur Lavarenne », dans les actes du colloque Le langage du vitrail, Le Frigollet, 1984.

41 LESTAGE, Colette, « François Maurice Roganeau (1883-1973) le dernier peintre classique de Bordeaux », Société d’Archéologie de Bordeaux, 2007.

42 http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/

43 http://inventaire.picardie.fr/index?qid=sdx_q1&mode=text&p=2 ou http://inventaire.picardie.fr/docs/MERIMEEIA02001845.html

44 http://patrimoine.region-bretagne.fr

45 http://www.culture.gouv.fr/champagne-ardenne/11vitraux-XXe-siecle/IA51000003.html

46 http://www.loire1870.fr/pages/pa_vitmos/vitraux.htm

47 http://www.loire-france.com/histoire/guerres-vendee/ vitraux/galerie/index.htm et http://www.leguide-loire.com/histoire/guerres-vendee/vitraux/vendee/index.html

48 http://74eri.canalblog.com/archives/05_thil_chauffour/index.html

49 http://www.memorial-genweb.org

50 Confusion entre saint Georges-de-Livoye (commune) et Notre-Dame-de-Livoye (église de la commune) : deux références différentes 22270 (Notre-Dame) et 35584 (Saint Georges), or il s’agit du même vitrail.

51 http://pagesperso-orange.fr/memoiresdepierre/vitraux.html

52 http://www.patrimoinedelagrandeguerre.com/

53 http://memorialgenweb.org/

54 http://www.lesmortspourlafrance80.fr

55 http://www.premiumwanadoo.com/memorial-morts-pour-la-france-80/memorial/memorial.htm

56 http://www.picardie1418.com/

57 Catalogue de vente, Hôtel Drouot le 9 et 10 mai 1995, expert François de Lavaissière, Rieuner & associés : vente d’une partie de l’atelier Louis Balmet (1898-1957), maître verrier à Grenoble.

58 Archives Départementales de l’Isère, fonds Louis Balmet 138 J

59 JAJOUX, Christel, Etude du fond Höner-Janin-Benoit (1850-1950), déposée à l’Inventaire général de Lorraine, s.l., 1987.

60 CHAIZE, Jean, Le vitrail et l’oeuvre de Charles Borie, Le Puy, Éd. de la Société académique, 1988, 140 p.

61 http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-49-14489-104352-P167322-255820.html

62 Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes, cahier 3, p. 3.

63 TISON, Stéphane, « Histoire d’un deuil de guerre : le maître-verrier Albert Echivard et son fils Maxime ; 1914-1939 », in Revue historique et archéologique du Maine, 4e série, tome 3, 2003, p. 178-203.

64 PECHE, Valérie, op. cit, p. 68.

65 Idem, p. 154.

66 Le cinéma Omnia a ouvert en 1910 à la place du music-hall L’Alhambra, décoré d’une verrière représentant une femme échevelée à la poitrine visible, représentation qui choquait la bonne société rouennaise. Le vitrail est détruit par une bombe allemande en 1918. Remplacé, le nouveau vitrail est à son tour détruit dans le grand incendie qui ravage le sud de la ville du 9 au 11 juin 1940. http://www.rouen.fr/edition/laissezvousconterlaruedelarepublique et http://www.rouen.fr/mairie/deliberations/dl20090925_1_10

67 http://www.havre-libre.fr/index.php/cms/13/article/188034/L_Alhambra

68 L’Est républicain, 5/7/2002 ; http://monnier.jeanpierre.free.fr/pl/auteurs.htm ; http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/marque_fr. Le vitrail est visible de l’extérieur.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search