Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Deuxième partie. Les arts mobilisés

Les glorieuses conquêtes de Louis Le Grand de Sébastien de Beaulieu : éloge et justification

Françoise Pellicer

Résumé

L’originalité de l’œuvre de Sébastien de Beaulieu (v. 1612-1674) réside en partie dans le fait qu’il était à la fois maréchal de camp, ingénieur-géographe ordinaire, et qu’il a dessiné et fait graver les campagnes du règne de Louis XIV. Il reçut privilège de Louis XIII dès 1642 pour faire graver le Siège de Perpignan, puis poursuivit par la représentation et le récit des grandes victoires de la France depuis Rocroi en 1643. Après sa mort, ses héritiers continuèrent son œuvre jusqu’en 1694 et publièrent l’ensemble des gravures sous le titre des Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand.
Beaulieu était officier, tout en étant géographe de terrain, dessinateur, historiographe et éditeur. Ses scènes de batailles, ses profils et plans de villes, les portraits des vainqueurs, qu’il confia aux meilleurs graveurs de Paris constituent un véritable monument à la gloire du roi. Conçus à l’origine pour commémorer les victoires du règne, ils furent intégrés au Cabinet du Roi, c’est-à-dire qu’ils étaient destinés à être offerts par le roi de France aux souverains étrangers et aux hommes distingués qu’il voulait récompenser. La « propagande » du Beaulieu s’est donc exercée en deux temps : immédiatement après les événements et dans la durée

Texte intégral

« La forte inclination qu’eut pour la guerre le gentilhomme dont je vais parler, lui fit prendre les armes dès l’âge de quinze ans. Ce fut au fameux siège de La Rochelle qu’il commença de se signaler. Il donna tant de marques de courage, de conduite et d’intrépidité, que le Roy, sans autre raison que celle du mérite, lui donna une charge de commissaire d’artillerie malgré le bas âge où il était. »

  • 1 Sébastien de Pontault (ou Ponthault), seigneur de Beaulieu (v. 1612 - 1674).
  • 2 C. Perrault, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, tome II, p. 43.
  • 3 Sergent de bataille : selon Diderot, « c’était un officier de grade inférieur à celui de maréchal (...)

1C’est en ces termes élogieux que Charles Perrault commence la notice qu’il consacre à Sébastien de Beaulieu1 dans son ouvrage sur les hommes illustres2. Cette biographie dithyrambique se poursuit par les principales étapes de sa carrière : campagnes en Flandres, en Catalogne, en Palatinat, il est Contrôleur Général d’artillerie, Contrôleur Provincial d’artillerie en pays d’Artois, il sera gouverneur de la place d’Aire. Cet avancement est ponctué de nombreuses blessures : mousquetade à l’épaule, coups d’épée au travers du corps et surtout, le 29 août 1644, le bras droit emporté d’un coup de canon lors de la bataille de Philippsbourg, dans le Palatinat, alors que Beaulieu se battait sous les ordres du Grand Condé, encore duc d’Enghien. Son portrait gravé par Lubin d’après une œuvre de Pesne (fig. 1) nous le présente en armure, tourné sur sa gauche, avec les instruments qui rappellent ses fonctions : règle, compas, livre et plans de fortifications. Sa devise : « Fregerunt fulmina dexteram/Supplet laeva vices » (Les foudres de la guerre ont brisé sa droite, Mais par ses seuls moyens la gauche la supplée) résument le destin et exaltent la force de caractère du modèle, dans un esprit qui est bien celui de la « première génération » du Grand Siècle. Beaulieu continua en effet à se battre vaillamment et à « conduire la tranchée » jusqu’à ce que l’âge et les séquelles de ses blessures ne l’obligent à se retirer. Cependant, ce n’est pas sa bravoure qui a fait passer à la postérité celui qui, de son vivant même, était surnommé « le Donjon ». Beaulieu était aussi « Ingénieur-Géographe du Roi », sergent de bataille (il est parfois désigné comme maréchal de camp)3, il a représenté les batailles dont il a lui-même dressé les plans, en dessinant de sa main gauche à partir de 1644-45 et il les a fait graver par les meilleurs artistes présents alors à Paris. En premier lieu, il fit appel à deux figures très en vue, dans la suite du grand Jacques Callot : son élève François Collignon et son émule florentin Stefano della Bella, puis les Cochin et les Pérelle. Ces représentations sont connues sous le titre des Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand, qui retracent les victoires des armées françaises depuis Rocroi en 1643 jusqu’à Namur en 1692.

Fig. 1 : Sébastien de Beaulieu, gravure de Lubin d’après un portrait de Pesne. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

  • 4 C. Perrault, Ibid.
  • 5 Médiathèque de Perpignan. Auparavant, on connaît « un plan de Beaulieu du cimetière des Saints-Inn (...)
  • 6 J’ai travaillé sur l’exemplaire conservé dans les réserves de la Médiathèque centrale d’Agglomérat (...)
  • 7 C. Levantal, Chronographie d’un règne, tome I, p. 405.
  • 8 M. Pastoureau, les Atlas français XVIe-XVIIe siècles, p. 14-36.
  • 9 M. Pastoureau, Ibid.
  • 10 La typologie des planches du Beaulieu, notamment des profils de villes (8 compositions possibles) (...)
  • 11 Voir les premiers plans de La bataille de Rocroi, fig. 4 ; des soldats jouant aux dés sur un tambo (...)
  • 12 Voir en particulier l’Eventail de 1619.

2L’aventure de Beaulieu commence dès 1642, lors du siège de Perpignan, où le duc d’Enghien, futur Grand Condé, le remarque et décide de l’attacher à son service, et où Louis XIII, un an avant sa mort, lui accorde privilège pour dessiner et faire graver les batailles livrées par les armées du roi. Ce n’est donc pas dans sa retraite militaire qu’il a entrepris cette œuvre gigantesque, contrairement à ce que certains auteurs ont affirmé4. Sous la régence d’Anne d’Autriche puis sous le règne de Louis XIV, Beaulieu ne cessera d’être apprécié pour ses compétences d’ingénieur-géographe et de spécialiste en poliorcétique. Le Siège de Perpignan5 est le prélude à son œuvre majeure qui se présente en deux volumes grand folio, le premier embrassant la période 1643 - 1646 (de la bataille de Rocroi à la prise de Porto-Longone, dans l’île d’Elbe), le second va de 1647, avec la victoire de Dixmude à Namur, en 1692. On note des ajouts dans certains exemplaires6. Beaulieu étant décédé en 1674, c’est sa nièce, Reine de Beaulieu, épouse Desroches, qui terminera l’ouvrage, qu’elle dédicace au roi en 1694, et pour lequel elle obtiendra pension. Auparavant, les gravures étaient vendues pièce à pièce. D’autres planches s’y ajouteront jusqu’en 1705, avec la bataille de Lérida, en Catalogne. Il faut noter que les planches posthumes, bien qu’elles relèvent de la même typologie que celles qui sont de l’invention de Beaulieu, sont d’une exécution nettement inférieure en qualité. Le titre Les Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand est dû à Reine de Beaulieu, puisque la ville de Paris n’a attribué ce nom au monarque qu’en janvier 16807 soit six ans après la disparition de l’ingénieur. On lui doit encore quatorze atlas, communément appelés « petits Beaulieu », représentant les provinces conquises et qui sont aussi de qualité inférieure. Ils furent publiés de son vivant à partir des années 40 et après sa mort par ses héritiers (il existe des pièces datées de 1678)8. « Le Beaulieu » ou « grand Beaulieu », ou encore le « Beaulieu XV »9, comme il est parfois appelé, se compose de plans de divers types10. On trouve des cartes en « plan géométral » qui représentent les sièges et plans de batailles ; elles mesurent environ 45 centimètres de haut sur 55 de large ; des profils de villes qui sont composés de plusieurs planches : une pour l’entourage, une pour le profil de la ville, une pour le ciel dans lequel un médaillon, vide à l’origine, accueille le portrait gravé du vainqueur. Ces planches, de facture soignée mais moins brillante que les plans de batailles leur sont aussi postérieures. Nous en avons pour preuve le portrait de Condé représenté à l’âge mûr, qui domine le Profil de la ville de Thionville (fig. 2), alors qu’il n’avait que vingt-deux à vingt-trois ans lorsqu’il emporta cette place. Il s’agit d’une copie en miroir du portrait bien connu par Nicolas de Poilly de 1660. Les profils de villes ont le même format que la plupart des cartes des batailles (Carte de la ville de Thionville, fig. 3). Viennent ensuite de très grandes planches qui, pour être insérées dans les volumes, ont été pliées. Ce sont notamment deux planches qui illustrent la Bataille de Rocroi, l’une représentant Les armées en ordre de bataille (deux feuilles assemblées, ensemble 67 x 45 cm.), et La bataille de Rocroi (deux feuilles assemblées, ensemble 60 x 85 cm., fig. 4). On voit d’entrée où Beaulieu a puisé son inspiration : ce sont les œuvres magistrales de Callot, alors très prisées à Paris comme ailleurs, comme le Siège de Breda, les Sièges de Ré et de la Rochelle. De Callot, l’ingénieur a emprunté la technique des impressions multiples, en utilisant plusieurs planches de cuivre pour obtenir de très grands formats, la vue plongeante qui permet d’embrasser de vastes étendues de terrain, en les animant de scènes de camp, où il représente des soldats dans la même veine picaresque11 ou bien, dans une tonalité plus mondaine, des officiers et des princes venus passer en revue leurs troupes. On trouve aussi le goût de l’ornement baroque où Callot avait excellé dès sa période florentine12 ; cet art s’épanouit dans l’œuvre de Beaulieu, dans les bordures et les cartouches à volutes et à motifs exubérants, où apparaissent parfois des paysages ou des profils de villes (La bataille de Lens de 1648, détail : vignette représentant la ville d’Ypres, fig. 5) ou encore des personnages aux détails microscopiques. On se souvient de la fascination que le graveur lorrain a exercée sur ses contemporains par sa faculté à suggérer « l’infiniment grand », tout en reconstituant scrupuleusement « l’infiniment petit ». C’est d’ailleurs à l’élève de Callot, François Collignon, et à son émule florentin Stefano della Bella que Beaulieu confiera ses premières œuvres d’importance, comme La campagne du Palatinat, très représentative de cette tradition. D’autres gravures consacrées à la gloire du monarque ou des généraux sont insérées entre les batailles. Beaucoup d’entre elles sont dues au burin de Frosne. Il s’agit de monuments, ornés de trophées, ou encore de compositions où sont assemblés canons, boucliers et, dans la majorité des cas, le portrait du vainqueur.

Fig. 2 : Profil de la ville de Thionville, avec le portrait de Condé. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

Fig. 3 : Carte de la bataille de Thionville. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

Fig. 4 : La bataille de Rocroi. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque Centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

  • 13 Comte César de Plessis-Praslin (Paris 1598 - 1675), maréchal et pair de France. Fait maréchal en 1 (...)
  • 14 Voir notamment H. Hasquin, Louis XIV face à l’Europe du Nord ; F. Bluche, Louis XIV, « Le Soleil a (...)

3Dans les Glorieuses Conquêtes, c’est-à-dire les deux volumes montés par les soins de Reine de Beaulieu, les gravures sont accompagnées du récit des batailles, parfois y figurent aussi les articles de la capitulation, les noms des officiers tués ou blessés dans les deux camps ainsi que des prisonniers de condition. Il s’agit des textes parus dans la Gazette de Théophraste Renaudot qui se basent sur les rapports ou « relations » qui étaient envoyés par le général ou par l’état-major, comme cela est indiqué de façon explicite à la fin du récit de la bataille du Réthel, gagnée en 1650 par le maréchal du Plessis-Praslin13. Parfois des commentaires soulignent les mérites des serviteurs de Sa Majesté ou de Sa Majesté elle-même. Les autres textes que nous pouvons analyser ici sont, outre la dédicace de Reine de Beaulieu, la lettre des estampes, puisque certains cartouches comportent des discours à la gloire du roi ou visent à justifier ses campagnes. On pourra aussi prendre en compte quelques pages manuscrites qui viennent s’insérer entre les plans et les expliciter. Le Beaulieu couvre presque la totalité du règne de Louis XIV, depuis les années de la Régence (on sait que la bataille de Rocroi fut remportée quelques jours après la mort de Louis XIII), le début du règne effectif dès la mort de Mazarin, en passant par les grandes années de la maturité, les victoires remportées par le roi lui-même, comme Namur, les guerres quasi-permanentes contre l’Espagne, les campagnes en Allemagne, et ce que l’on a appelé « le coucher du Soleil », avec les désastres des guerres de Hollande14, le revers de la médaille, les hivers aux records de froid, les levées d’impôts, sans oublier durant l’adolescence du monarque les troubles de la Fronde, Fronde parlementaire d’abord puis Fronde des « Grands », où certains officiers parmi les plus valeureux passent momentanément, mais effectivement, au service de l’ennemi.

Fig. 5 : La ville d’Ypres, détail de La bataille de Lens, Le Grand Beaulieu, tome II, Médiathèque centrale d’Agglomération, Montpellier

  • 15 D. Paladilhe, Le Grand Condé, héros des armées de Louis XIV, p. 72 – 75.
  • 16 H. Hasquin, Ibid., p. 216 – 218.
  • 17 Voir par exemple l’almanach publié par Moncornet : La Glorieuse Campagne de 1667, ou La Prise de M (...)
  • 18 B. Kempers, “Allegory and symbolism in Rembrandt’s De eendracht van het land. Images of concord an (...)

4Il y a en effet bien des silences et des omissions dans les Glorieuses Conquêtes, qui, de ce fait, n’ont pas pour but la véracité historique : il n’est jamais question des défaites des armées du roi et pourtant il y en eut de cuisantes, comme l’échec de Condé en juin 1647 devant Lérida15, celle de Tourville en 1692 face à la flotte anglo-hollandaise16. Il n’est jamais question des « misères de la guerre » comme chez Callot et en ce sens, on peut considérer que Beaulieu est un anti-Callot, ou encore qu’il bâtit son œuvre en opposition avec une des parties les plus célèbres de celle de son modèle. Chez Beaulieu point d’allégories somptueuses comme sur les plafonds de Versailles ou encore dans les almanachs, qui glorifient le roi et ses armées et humilient les ennemis17. Pas non plus d’images héroïques du monarque en vainqueur absolu sur les champs de bataille, comme dans les œuvres d’un van der Meulen. Louis apparaît dans le Beaulieu çà et là de façon bien discrète, en quelques rares occasions : lors du siège de Dunkerque en 1658 (fig. 6), où il vient passer la revue des troupes, et lors de la signature du traité des Pyrénées, sur L’Île de la Conférence et à Fontarabie. Le monument où il apparaît, adolescent, semble bien modeste lorsqu’on le compare aux peintures, statues équestres et autres monuments innombrables à sa gloire, et plus encore si on considère les allégories complexes dont les Provinces Unies, se sont montrées friandes18.

Fig. 6 : Louis XIV au siège de Dunkerque, détail, Grand Beaulieu, Tome II, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

5Dans le Beaulieu, le roi est le plus souvent glorifié à travers les faits d’armes de ses maréchaux et de ses armées. Certes au début de son règne, il n’a que cinq ans à la mort de son père et ce sont les victoires des Condé, Gassion, Turenne qui assurent la pérennité du royaume. La victoire de Rocroi, le 19 mai 1643, cinq jours après son avènement à l’instant même de la mort de Louis XIII, coupait aux ennemis la route vers la capitale, en écrasant l’infanterie espagnole, ces fameux « Tercios » qui étaient la terreur des champs de bataille de l’Europe entière. Elle mettait fin à l’invincibilité légendaire de ces phalanges armées de piques, mousquets et même de canons (celles-là même que l’on aperçoit dans les Lances de Velasquez) que le vieux comte de Fontaine commandait depuis une chaise. Surtout, cette victoire protégeait – de façon momentanée mais spectaculaire – la couronne de France. La Gazette de Renaudot insiste d’entrée sur le bon augure que ce triomphe du jeune duc d’Enghien, bientôt prince de Condé, apporte pour la suite du règne du jeune Louis :

  • 19 Grand Beaulieu, tome I, texte non folioté ; C. Levantal, Ibid., tome I, p. 45.
  • 20 « Monsieur le Tellier Secrétaire d’Etat ayant le département de la guerre mérite icy une louange p (...)

« Une victoire est toujours la bienvenue, mais quand elle est des plus grandes de son siècle, quand elle vient au commencement d’un règne, d’un emploi (il s’agit de Condé), et d’une campagne, alors elle tient des rayons du soleil (…). Elle est de bon augure pour le roi, sous les auspices duquel elle sert de première marche et de piédestal à ses trophées, et comme d’un hiéroglyphe à marquer les félicités que nous promet la Régence de la meilleure et plus parfaite Reine que la France ait jamais eue. Elle sert de pronostic assuré de ce qu’il faut attendre de l’heur, de la valeur et de la conduite d’un général qui commence ses exploits par où les autres voudraient finir les leurs (…) »19. De même, en 1654, on doit la victoire d’Arras aux conseils de Le Tellier (Louvois), qui a su « inspirer à nos généraux avec toute la lumière possible les ordres de Notre Grand Monarque »20

  • 21 Ibid., p. 124.

6Sa Majesté s’est d’ailleurs avancée vers Arras, pour encourager ses troupes et « appuyer ce grand dessein par sa présence, [et] parut merveilleusement touchée d’un événement si glorieux ». C’est précisément à partir de 1654 (Louis est alors âgé de seize ans) qu’il est régulièrement fait mention de sa bravoure et de son goût pour les armes. Toujours selon la Gazette du 18 juillet de cette année-là, il « trouve l’air des camps et des armées plus agréables que celui de la Cour »21. Par la suite, on évoquera régulièrement son habitude de s’approcher des lignes ennemies sans crainte, du plaisir qu’il éprouve à passer lui-même les troupes en revue, de son aptitude à prendre les décisions décisives lors des grandes batailles. Après les compétences et le dévouement des serviteurs, il s’agit de souligner les vertus du jeune roi, comme une assurance de la pérennité ou de la viabilité du règne.

  • 22 Erasme, Plaidoyer pour la Paix, p. 82.
  • 23 Ibid., p. 80.
  • 24 Ibid., p. 72-73 ; 58.
  • 25 D’autres princes bénéficient de la faveur d’Erasme, notamment le pape Léon X qui avait conclu la p (...)
  • 26 Ibid., p. 100-102.
  • 27 G. Livet, article « Guerre », p. 684-685.
  • 28 Apologie pour Machiavel ou le politique des rois et la science des souverains, présenté et analysé (...)
  • 29 Hugo de Groot ou Grotius, Delft 1583 - Rostock 1645, juriste des Provinces Unies, connu pour avoir (...)

7La guerre, la paix, justifier la guerre par le désir de paix, par la défense de la paix, pour étendre la paix… voilà une attitude et un discours bien anciens. Au XVIIe siècle, il convient d’appréhender cette position en se plaçant dans l’optique de l’absolutisme et remonter à la génération précédente et même au siècle précédent. Erasme, dans son Plaidoyer pour la Paix de 1516, donne la parole à cette dernière, tout comme il l’avait fait pour « Moria – la Folie » dans son célèbre Eloge de la Folie. L’humaniste chrétien prête à la Paix une vision bien amère : l’Homme, qui a pourtant reçu le message de l’Ancien Testament et des Evangiles, demeure violent pour ses semblables. Nulle part ne règne le véritable allié de la Paix qui est le souci du Bien commun. Ni chez les rois et les princes, ni à l’intérieur des états, ni dans l’Eglise, ni dans les couples ou au sein des familles… mais Erasme présente les « titres légitimes » selon lesquels un prince peut ou même doit faire la guerre. C’est ainsi qu’il introduit l’idée de « guerre contre la guerre » ou, comme nous le dirions, de guerre justifiée. S’il réfute l’intérêt privé des princes comme motif pour entreprendre une guerre, il admet en revanche que « (…) les raisons d’entreprendre une guerre devraient être éminemment des raisons d’intérêt public »22. Il fustige certes la guerre et tous les désastres qu’elle entraîne, avec une virulence que l’on ne retrouvera guère que chez un Voltaire dans son Candide ou dans son article « Guerre » de l’Encyclopédie, mais il est question des guerres entre chrétiens. Il avoue : « Je n’ai pas la même opinion de ceux qui, animés d’un zèle pur et plein de piété, veulent repousser la violence d’agressions barbares et, au risque de leur propre vie, assurer la sécurité publique »23 ; faisant ainsi allusion au péril ottoman. Ailleurs, le philosophe va se faire le défenseur du royaume de France, en s’en prenant nommément au pape Jules II, « instigateur de la guerre », qui « a pu exciter une guerre funeste » avec sa Sainte Ligue contre la France. Cette dernière doit d’ailleurs faire face à tant d’attaques de toutes parts car elle est en butte à la jalousie et à l’avidité de ses voisins : « (…) pour dire vrai, quelle autre raison a poussé et pousse encore aujourd’hui tant de princes à déchirer par les armes le royaume de France, sinon son exceptionnel épanouissement ? Aucun ne s’étend plus loin, nulle part on ne trouve d’assemblée politique plus vénérable, d’université plus célèbre ; nulle part la concorde n’est aussi grande, et, en conséquence, nulle part de puissance aussi forte ». Après avoir attribué à la France le titre de « fleur de la civilisation chrétienne », car elle n’est pas corrompue par l’influence juive, comme l’Italie, ni par les Turcs et les maranes, comme l’Espagne et la Hongrie, après avoir placé à un rang mineur « la Germanie, pour ne rien dire de la Bohême, [qui] sous la coupe de divers roitelets, n’a pas le plus petit air de royaume »24, il rappelle le titre de « roi de France Très-Chrétien » qui suit l’enseignement du Christ, car « [il] ne renâcle pas à acheter la paix, (…) accepte de sacrifier quelque chose de sa propre souveraineté pour assurer la paix publique »25, et il termine sa péroraison en souhaitant que « l’intérêt public l’emporte sur les passions privées » en affirmant la nécessité de veiller « au bien commun »26. C’est ainsi qu’il laisse une porte ouverte à des « titres légitimes » pour faire la guerre : ce seront les conflits dynastiques, les problèmes de prééminence, les revendications de provinces. Autant de motifs – ou de prétextes – qui seront érigés en principes au XVIIe siècle. En France, pour Louis XIII et Richelieu, la loi suprême est l’intérêt de l’Etat. Des écrivains, historiens et juristes, vont argumenter en ce sens. Ce sont d’Aubigné, Naudé et surtout le chanoine Machon27, qui, sur l’ordre de Richelieu, écrit une Apologie pour Machiavel28, qui se base sur les Ecritures. Pour lui, « la justice de la guerre est la véritable utilité du prince ». C’est le parti de l’autorité qui prévaut, autrement dit, le prince existe pour et par la guerre, à travers elle. C’est la guerre qui le justifie et il s’impose grâce et à travers elle, toujours dans l’intérêt de l’Etat. A cette justification existentielle va venir s’ajouter la gloire du monarque. Cette gloire est intimement liée à la force et à son usage, elle en est même indissociable, et parfois elle prend le pas sur elle, ou en tout cas on la voit au devant de la scène. La force, ou la violence guerrière, qu’on l’appelle comme on veut, apparaîtra (lorsqu’elle apparaît) en toile de fond. Alberico Gentili dans son De jure belli (Du droit de la guerre, 1612), parle du droit de la guerre « introduite par nécessité ». Sa pensée influencera fortement le Hollandais Hugo Grotius29 qui, dans son De jure belli ac pacis (Du droit de la guerre et de la paix), développe la notion de « guerre juste », en se plaçant sur le terrain du droit naturel et d’une société internationale, que l’abbé de Saint-Pierre reprendra à la fin du siècle. Ainsi se trouve justifiée l’attitude du despote face à la guerre.

8Toutes ces raisons d’entreprendre ou d’entretenir la guerre : conflits dynastiques, prééminence, revendications de provinces, ne sont pas exposées dans le Beaulieu de manière théorisée ou aussi explicite, mais elles apparaissent régulièrement en filigrane. D’autres fois, au contraire, elles se présentent comme la réalité la plus naturelle du monde. Lors de la prise d’Armentières le 24 mai 1667, durant la guerre de Dévolution, une mention manuscrite ajoute au Profil de la ville d’Armentières :

« Le Roy étant allé en Flandre le 24 may 1667 prendre possession de ce qui était échu à la Reine conquit Armentières (…) »

  • 30 « La Victoire de Mont-Cassel fut toute glorieuse, des plus complètes, et d’autant plus remarquable (...)
  • 31 F. Bluche, article « Guerre de la Ligue d’Augsbourg », p. 687-688.

9Il s’agit dans ce cas d’une justification d’ordre dynastique, qui entre donc dans les trois « titres légitimes » selon lesquels un prince peut et même doit faire la guerre. Nous trouvons un autre exemple de justification d’ordre historique lors de la Bataille de Mont-Cassel, gagnée par Monsieur, frère du roi, contre le prince d’Orange en 1677 : un cartouche rappelle les batailles que la France a remportées sur cette même place en 1304 et 130830. Parfois, c’est la volonté de puissance du monarque qui s’affirme, selon des procédés d’intimidation et par des démonstrations de force qui se multiplient à la fin du règne, au fur et à mesure que les nuages s’amoncellent au-dessus du royaume de France, alors que les ennemis se coalisent. Par exemple, durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), la France intervient dès le début du conflit par l’occupation de Bonn et de l’électorat de Cologne d’une part, et du Palatinat d’autre part, dans le but d’intimider l’adversaire, Léopold Ier. Louis XIV justifiera son action auprès des princes d’Empire par le manifeste du 24 septembre 1688, en expliquant que s’il prend des gages, ce n’est que pour obtenir la conversion de la trêve de Ratisbonne (15 août 1684) en paix définitive31. Dans le Beaulieu, nous retrouverons ce savant dosage d’intimidation par la force et de déclarations de bonne volonté : lors de la Prise d’Ath par le maréchal de Catinat, le 5 juin 1697, un cartouche l’exprime ainsi :

  • 32 Grand Beaulieu, tome II.

« Le Roy voulant faire voir à ses ennemis que bien qu’il leur offrit une Paix favorable, il étoit plus que jamais en état de leur faire sentir sa puissance, résolut le siège d’Ath qui fut investie le 16 may 1697 (…) ». Ce sont aussi des protestations de bonne volonté pour la paix universelle, notamment lors du Siège de Barcelone, prise par Vendôme en août 1697 : « Le roi ayant absolument résolu de donner la Paix à l’Europe, sa majesté ne pouvait forcer ses ennemis à l’accepter par un coup plus sensible que par la prise de Barcelone. (…) La place (…) fut enfin obligée de se soumettre à l’obéissance de Louis le Grand le 10 août 1697 après 55 jours de tranchée poussée et soutenue par de continuelles et surprenantes actions de valeur qui rendront à jamais cette conquête aussi glorieuse que la Paix générale dont elle a été suivie la rend utile »32.

10Dans ce dernier cas, on voit que la justification de la guerre est liée à la louange. Elles sont imbriquées l’une dans l’autre, se nourrissent l’une de l’autre. On conduit une guerre qui est « juste » à l’origine, en accomplissant des actions éclatantes. L’honneur et la bravoure des hommes contribuent à justifier la guerre et à justifier la conduite du monarque.

  • 33 p. 9 ; D. Paladilhe, Ibid., p.49.
  • 34 François-Henri de Montmorency-Bouteville, maréchal de Luxembourg (Paris 1628 – Versailles 1695).

11On ne saurait omettre ici la dimension religieuse des actions du Roi Très-Chrétien et de ses serviteurs. Rappelons le jeune héros de Rocroi, Condé, encore duc d’Enghien, qui se découvre de son feutre orné d’un panache blanc à l’issue de la bataille, se jette à genoux et rend grâce33. Les étendards pris aux ennemis sont envoyés au roi enfant et à la régente sa mère qui, par piété, les fait apporter à Notre-Dame-de-Paris. C’est plus tard le maréchal de Luxembourg qui sera surnommé « le tapissier de Notre-Dame »34, en raison du nombre d’étendards, guidons et cornettes qu’il prit aux adversaires et qui vinrent décorer la cathédrale de Paris. Ce sont tous les Te Deum chantés après chaque victoire et dont la Gazette ne manque pas de se faire l’écho. C’est la piété et l’innocence d’Anne d’Autriche et du jeune roi qui expliquent en partie la victoire de Nördlingen, que l’armée a montré autant de courage, de respect et d’obéissance à l’égard de son général, Condé, « reconnaissant qu’après Dieu (que l’innocence et la piété de Leurs Majestés mettent toujours de leur côté), c’est à sa résolution, de laquelle le bonheur s’est trouvé jusqu’à présent inséparable, que ces prospérités doivent être rapportées ». On peut trouver aussi dans la mort des hommes, nobles comme roturiers, illustres comme anonymes, une dimension sinon religieuse, du moins sacrificielle. C’est ainsi qu’on peut lire à la fin du récit de la bataille de Nördlingen :

  • 35 Grand Beaulieu, tome I.

« Et comme les grandes victoires ne sont point des sacrifices non sanglants, nous y avons aussi environ quinze cents hommes tués ou blessés »35.

12Pour nos sensibilités contemporaines, quelle sinistre désinvolture, qui ne prend pas la peine de distinguer blessés et tués et qui les présente tous en un même holocauste à la glorification du monarque, tout ce sang contribuant à magnifier et à justifier la guerre…

13Cependant, ce sont surtout les images qui vont glorifier le roi, par le biais d’une rhétorique particulière qui se cache derrière la précision scrupuleuse avec laquelle Beaulieu retrace les batailles et leurs péripéties, en n’omettant de représenter aucune action importante, parfois même des faits plus anecdotiques, en nommant tous les régiments, en dessinant les fortifications et parfois le détail d’un bastion, en spécialiste qu’il était (La contrescarpe de La Mothe, en Lorraine, ville prise en 1645 par Villeroy). Il faut voir dans son œuvre non pas un compte-rendu exact sur le plan historique, mais une véritable épopée.

  • 36 J. von Schlosser : La littérature artistique, p. 216.
  • 37 Sergent de bataille : selon le dictionnaire de Pierre Richelet, 1680, « c’est un officier considér (...)
  • 38 Il fut tué d’un coup de canon près de Salzbach le 27 juillet 1675. Ni la bataille ni le récit de l (...)

14Penchons-nous sur quelques-unes de ces gravures et notre regard sera capté par le récit que tracent le trait du dessinateur et la pointe du graveur : l’image se fait régulièrement narrative et verse dans l’épique, en utilisant souvent la « représentation discursive », contre laquelle Léonard avait été le premier à protester36 : elle consiste à représenter les moments successifs de l’action sur une seule et même œuvre. Montrer plusieurs moments d’une bataille sur la même gravure constitue en l’occurrence un procédé pratique, malgré son archaïsme. C’est ainsi que dans certaines pièces, on verra un officier représenté en plusieurs endroits (c’est le cas de Condé à Rocroi, ainsi que de Gassion). Dans ces cas-là, les récits qui accompagnent les gravures sont fort utiles. Beaulieu, en homme de guerre qu’il était lui-même, nous donne toutes les précisions pour suivre les opérations : le sergent de bataille37 nous emmène avec lui sur le terrain et nous entraîne dans le feu de l’action : il nous en fait vivre les moments cruciaux ou critiques, en utilisant plusieurs tons ou « modes », selon le terme qu’emploie la peinture classique. Mode héroïque bien sûr pour retracer les grandes victoires, les exemples de bravoure des maréchaux et de leurs lieutenants, mais aussi mode élégiaque ou pathétique, lorsqu’il représente non pas la mort du fidèle Gassion, mais son brancard quittant le siège de Lens ; il mourra à Arras le 3 octobre 1647 (fig. 7). On peut aussi être ému par la jeunesse de Condé, représenté comme un adolescent dans un portrait en médaillon sur la planche qui commémore sa glorieuse Campagne du Palatinat, ainsi que la Bataille de Rocroi (fig. 4). C’est encore l’hommage rendu au grand héros Turenne, à travers sa pompe funèbre et son épitaphe38. Ce sont aussi les détails moins marquants mais qui sont autant de péripéties qui gardent le spectateur-lecteur en haleine : toujours à Rocroi, une embuscade des Espagnols, la débandade des ennemis, des mousquetaires couchés sur le ventre, la prise d’un canon (fig. 8).

  • 39 Dans un cartouche, en haut à gauche de la planche : « Le Mareschal de Granmont lieutenant gnal. De (...)
  • 40 M. Pelletier, « Le peintre et le cartographe. Cartes-portulans et insulaires, XIVe-XVIIe siècle » (...)

15Tous ces « récits » gravés sont rehaussés de scènes de camp qui renvoient bien sûr au modèle qui a fait la célébrité de Callot, puis de Stefano della Bella : des soldats qui jouent aux dés sur des tambours, des vivandiers, mais aussi des officiers, plus élégants dans leurs habits et leurs attitudes. Parfois encore, les « belles manières » de la cour se transportent sur les champs de bataille ou en marge de celles-ci. C’est ainsi que l’on voit le duc d’Orléans recevant devant sa tente la reddition de la ville de Bourbourg en Flandre, le 9 août 1645, et, quelques jours plus tard, la libération de Gramont à Dinkelsbühel (cette bataille se déroula du 19 au 26 août 1645), où il remercie Condé qui l’a échangé contre le général Glean, commandant l’armée bavaroise, fait prisonnier par les Français (fig. 9). L’attitude des deux hommes est bien sûr inspirée des acteurs de la Reddition de Breda de Velasquez et le cartouche qui rend compte des conditions de cette libération est composé à l’honneur des deux parties39. On trouve aussi la représentation de vues de villes, non seulement dans les « profils » dont il a été précédemment question, mais aussi dans les vignettes qui entourent les grandes planches consacrées à une campagne (comme La ville d’Ypres, déjà citée, fig. 5). En cela, le Beaulieu rejoint la tradition des premières cartes et des portulans qui, dès les origines à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance, s’adressaient à l’imaginaire et faisaient rêver le spectateur de ces contrées sinon très lointaines, du moins étrangères40.

Fig. 7 : La bataille de Lens. Détail : départ du maréchal de Gassion, blessé, dans son brancard. Grand Beaulieu, tome II. Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

Fig. 8 : Détail de la Bataille de Rocroi, deuxième planche (fig. 4), Prise du canon ennemi, mille mousquetaires qui étaient couchés sur le ventre… Plus au nord, une attaque de Gassion, alors qu’il est représenté aussi en bas à gauche. Grand Beaulieu, Tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

Fig. 9 : la bataille de Dinkelsbühl. Détail : le maréchal de Grammont remerciant Condé après sa libération. Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier

16A cela on peut ajouter la « mise en scène » des gravures les plus somptueuses, ces grands formats qui font mémoire des grandes campagnes. Si les monuments insérés dans le Beaulieu sont plutôt discrets, les ornements et cartouches mettent en valeur les scènes de bataille en soulignant leur signification symbolique : la peau de lion fait allusion à l’Espagne vaincue (fig. 10), alors que les aigles sont une référence à l’Empire. L’ensemble constitue un ensemble d’une magnificence hors pair, véritable monument à la gloire de Louis le Grand et relève de fait des arts de propagande.

Fig. 10 : La bataille de Lens, les armées en ordre de bataille (première planche sur deux). Médiathèque centrale d’Agglomération, Montpellier

  • 41 G. Duplessis, Le cabinet du Roi, collection d’estampes, commandées par Louis XIV, dans Le Biblioph (...)
  • 42 M. Grivel, Ibid., p. 185.

17On sait en effet que le Beaulieu fut intégré au Cabinet du Roi et qu’il fut offert par les rois de France aux hôtes qu’ils souhaitaient honorer. Il s’agissait, une fois encore, de démontrer la puissance militaire de la France, la valeur de ses maréchaux et même de son roi guerrier, éventuellement sa volonté de domination. Henri IV et Louis XIII n’avaient montré à l’égard de l’estampe qu’un intérêt d’ordre législatif mais Louis XIV fut l’un des plus grands collectionneurs de son temps et aussi, sous l’impulsion de Colbert, l’un des principaux éditeurs d’estampes de Paris. Les Glorieuses Conquêtes figureront dans le Cabinet du Roi aux côtés de productions aussi différentes que les vues des maisons royales, gravées par Sylvestre, accompagnées des « Discours et descriptions » rédigées par Félibien, les ornements des Tuileries gravées par Chauveau, les tableaux et statues des collections royales représentées par Audran, Rousselet et Mellan. Elles voisineront avec des ouvrages illustrés d’« Histoire naturelle », de plantes et d’animaux, à partir de la création de l’Académie des Sciences en 1666. L’ensemble formera un tout, certes disparate, mais prestigieux, constitué d’« une série de [neuf-cent-cinquante-six] planches réunies en vingt-trois volumes in-folio, tirées sur papier uniforme et formant un corps d’ouvrage que le Roi de France donnait aux souverains étrangers ou aux hommes distingués qu’il voulait récompenser »41. Cette entreprise, qui fut déficitaire, illustre bien, avec la volonté de créer un secteur neuf dans le monde de l’édition de l’estampe, la volonté de mécénat et de propagande de Louis XIV : le roi, devenu le principal éditeur parisien tout en étant le seul client de cette entreprise, fera vivre ainsi des dizaines d’artistes et d’artisans42. Mais l’enjeu était de taille : ces ouvrages étaient destinés à la propagande royale. Louis XIV, puis ses successeurs, les offriront à ceux qu’ils veulent honorer ou éblouir (ce sera le cas notamment des ambassadeurs lors de leurs légations, tout comme les Provinces-Unies offraient l’Atlas Major de Joan Blaeu dans son édition de luxe à leurs hôtes de marque).

18Mais redonnons la parole à Charles Perrault qui avait commencé à nous présenter le personnage de Sébastien de Beaulieu :

« (…) il entreprit de nous laisser des monuments éternels des victoires et des prodiges du règne de Sa Majesté ». Ces volumes sont « des dépôts de la gloire du Prince, & de la Nation française, mais sont des monuments capables d’allumer le courage des moins zélés pour la gloire & le bonheur de leur patrie ».

19Il s’agit donc, selon Perrault, d’un ouvrage propre à susciter le patriotisme de jeunes nobles prêts à en découdre, sinon pour se faire un nom, du moins pour servir la patrie. On rejoint ainsi le but déclaré par Reine de Beaulieu dans sa dédicace au roi mais elle marquait davantage l’aspiration à la paix qui justifiait tout ce règne de guerre :

« (…) c’est au siège de Namur que tout Louis le Grand s’est fait voir à ce monde d’ennemis qui travailloit de concert avec les Elements de la Nature pour y mettre un obstacle invincible à tout autre ».

20Faut-il voir dans ces deux derniers jugements, derrière la reconnaissance de la gloire du monarque et de la justice de ses armes, une volonté d’unité de la nation derrière son chef ?

Bibliographie

Bibliographie

Sources anciennes

Beaulieu Sébastien Pontault de, Les Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand, Paris, 1694.

Diderot Denis, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, réed. 1969, Paris, Pergamon Press, vol. III.

Erasme, Plaidoyer pour la Paix, traduit du latin et présenté par Chantal Labre, Arléa, Paris, éd. 2005.

Perrault Charles, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, éd. 1698, Paris, tome II.

Richelet Pierre, Dictionnaire de la langue françoise, ancienne et moderne, Vis Unitas Major, Amsterdam, 1732, tome II.

Bibliographie

Bluche François, Louis XIV, Paris, Arthème Fayard, 1986.

Bluche François 2005, « Guerre de La Ligue d’Augsbourg », dans Bluche F. (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Arthème Fayard, 2005, p. 687-688.

Cavaillé Jean-Pierre, Dis/simulations. Jules – César Vanni, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008.

Grivel Marianne, Le commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1986.

Hasquin Hervé, Louis XIV face à l’Europe du Nord, Bruxelles, éditions Racine, 2005.

Kempers Bram, “Allegory and symbolism in Rembrandt’s De eendracht van het land. Images of concord and discord in prints, medals and paintings” dans Jacques Thuillier et Klaus Buszman, 1648 Paix de Westphalie. L’Art entre la Guerre et la Paix, Paris, Klincksieck, 1999, p. 71-113.

Levantal Christophe, Chronographie d’un règne, Golion, Infolio, 2009, 2 vol.

Livet Georges, 2005, « Guerre », dans Bluche F. (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Arthème Fatard 2005, p. 684-685.

Paladilhe Dominique, Le Grand Condé, héros des armées de Louis XIV, Paris, Pygmalion, 2008.

Pastoureau Mireille, Les atlas français XVIe-XVIIe siècles : répertoire bibliographique et étude, Bibliothèque Nationale, Département des Cartes et Plans, Paris, B.N.F., 1984.

Pelletier Monique, « Le peintre et le cartographe. Cartes-portulans et insulaires, XIVe-XVIIe siècle », p. 41-48, dans Monique Pelletier, Couleurs de la Terre, Paris, Seuil/B.N.F., 1998.

Pellicer Françoise, « Les Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand (Le Grand Beaulieu ou Beaulieu XV) de Sébastien Pontault de Beaulieu : quelques problèmes d’attribution » dans Barrucand Marianne, Arts et culture, une vision méridionale, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne (IVe congrès de l’A.P.A.H.A.U., Montpellier, Novembre 1996), 2001, p. 101-106.

Préaud Maxime, Les effets du Soleil. Almanachs du règne de Louis XIV, Paris, Editions des Musées Nationaux, 1995.

Schlosser Julius vo, La littérature artistique, Paris, Flammarion, éd. 1984.

Notes

1 Sébastien de Pontault (ou Ponthault), seigneur de Beaulieu (v. 1612 - 1674).

2 C. Perrault, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, tome II, p. 43.

3 Sergent de bataille : selon Diderot, « c’était un officier de grade inférieur à celui de maréchal de bataille, mais dont les fonctions approchaient celles des inspecteurs ». Encyclopédie, volume III, (Tomes XIII-XVII, p. 509) ; infra, p. 15, note 1.

4 C. Perrault, Ibid.

5 Médiathèque de Perpignan. Auparavant, on connaît « un plan de Beaulieu du cimetière des Saints-Innocents, gravé par Pérelle en date du 18 avril 1642 », Bibl. Nat. Est., Coll. Henin, t. XXXV, n°3090. M. Grivel, Le commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, p. 64.

6 J’ai travaillé sur l’exemplaire conservé dans les réserves de la Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola de Montpellier (cote 1050 RES), dont la dernière planche représente La prise de Barcelone en 1697.

7 C. Levantal, Chronographie d’un règne, tome I, p. 405.

8 M. Pastoureau, les Atlas français XVIe-XVIIe siècles, p. 14-36.

9 M. Pastoureau, Ibid.

10 La typologie des planches du Beaulieu, notamment des profils de villes (8 compositions possibles) a été établie par Mireille Pastoureau, Ibid., p. 37-38. Voir aussi F. Pellicer, « Les Glorieuses Conquêtes de Louis le Grand, (le Grand Beaulieu ou Beaulieu XV) de Sébastien Pontault de Beaulieu : quelques problèmes d’attribution », p. 102.

11 Voir les premiers plans de La bataille de Rocroi, fig. 4 ; des soldats jouant aux dés sur un tambour, premier plan du Siège de Link (juillet 1645, tome I), ce motif mis à la mode par Callot et della Bella est repris sur le Plan de Vigevano en Milanais (septembre 1645, tome I), ou encore les marchands et vivandiers suivant la cour lors de la signature du traité des Pyrénées dans les planches consacrées à L’Île de la Conférence (tome II).

12 Voir en particulier l’Eventail de 1619.

13 Comte César de Plessis-Praslin (Paris 1598 - 1675), maréchal et pair de France. Fait maréchal en 1645 et duc de Choiseul par Louis XIV, auquel il restera fidèle durant la Fronde. « Jusques icy je vous ay transcrite de mot à mot la Relation envoyée par le Général de l’armée du Roy, sans vous y avoir ajouté autre chose que ses louanges qu’il avait obmises & si bien méritées, puisque c’est à sa valeur & à sa conduite que cette victoire est principalement due (…). »

14 Voir notamment H. Hasquin, Louis XIV face à l’Europe du Nord ; F. Bluche, Louis XIV, « Le Soleil a ses taches », p. 294-323.

15 D. Paladilhe, Le Grand Condé, héros des armées de Louis XIV, p. 72 – 75.

16 H. Hasquin, Ibid., p. 216 – 218.

17 Voir par exemple l’almanach publié par Moncornet : La Glorieuse Campagne de 1667, ou La Prise de Maastricht, repr. dans Les effets du Soleil, Almanachs du règne de Louis XIV, p. 42 et 56, cat. Exp. Louvre, R. M. N., 1995.

18 B. Kempers, “Allegory and symbolism in Rembrandt’s De eendracht van het land. Images of concord and discord in prints, medals and prints”, p. 71-113. Voir notamment la gravure représentant La colonne de la Paix, la Religion, la Justice et l’Unité de l’Atlas Van Stolk 1243, repr. p. 103.

19 Grand Beaulieu, tome I, texte non folioté ; C. Levantal, Ibid., tome I, p. 45.

20 « Monsieur le Tellier Secrétaire d’Etat ayant le département de la guerre mérite icy une louange particulière pour avoir esté inspirer nos Généraux avec toute la lumière possible, les ordres de Notre Grand Monarque à la présence duquel est dû le principal honneur d’un succez si advantageux à ses armes ». Grand Beaulieu, Tome II ; C. Levantal, Ibid, tome I, p. 125.

21 Ibid., p. 124.

22 Erasme, Plaidoyer pour la Paix, p. 82.

23 Ibid., p. 80.

24 Ibid., p. 72-73 ; 58.

25 D’autres princes bénéficient de la faveur d’Erasme, notamment le pape Léon X qui avait conclu la paix avec les Français après Marignan, avait appelé à la paix entre nations chrétiennes et les avait invitées à une croisade commune contre les Turcs. Ibid., p. 72, note 1.

26 Ibid., p. 100-102.

27 G. Livet, article « Guerre », p. 684-685.

28 Apologie pour Machiavel ou le politique des rois et la science des souverains, présenté et analysé par J. P. Cavaillé, Dis/simulations, Chapitre IV, p. 267-332. De fait, l’Apologie de Machiavel ne fut jamais publiée, Richelieu étant mort avant sa réalisation mais il est probable qu’il ne l’aurait pas autorisée, comme furent interdits d’autres écrits de Machon, qui contenaient des idées contraires à la religion. Il existe trois manuscrits autographes de cette œuvre, née d’une « érudition pragmatique et belliqueuse » : l’un de 1643, dédié à Séguier, un autre datable des années 1649-1651, édité par J.H.C. Buchon qui en ignorait l’auteur (œuvres complètes de N. Machiavel…, Paris, 1843, t. I), et le troisième, daté de 1668, conservé à la Bibliothèque Municipale de Bordeaux, ms.535. Ibid., p. 270.

29 Hugo de Groot ou Grotius, Delft 1583 - Rostock 1645, juriste des Provinces Unies, connu pour avoir posé les fondations du droit international, fondé sur le droit naturel.

30 « La Victoire de Mont-Cassel fut toute glorieuse, des plus complètes, et d’autant plus remarquable que c’est la 3e bataille gagnée en ce lieu sur les Flamands par les armées françoises commandées par des PHILIPPES. / PHILIPPES LE BEL le 18e aoust 1304 et PHILIPPES DE VALOIS en 1328 tous deux rois de France, les vainquirent en bataille rangée. Et PHILIPPES DUC D’ORLEANS frère unique de Louis le Grand a esté le 3e qui apres les avoir entierement defait (sic), pour fruit de sa Victoire, soumit a l’obeissance du Roy la Ville et Citadelle de St. Omer ». Grand Beaulieu, tome II.

31 F. Bluche, article « Guerre de la Ligue d’Augsbourg », p. 687-688.

32 Grand Beaulieu, tome II.

33 p. 9 ; D. Paladilhe, Ibid., p.49.

34 François-Henri de Montmorency-Bouteville, maréchal de Luxembourg (Paris 1628 – Versailles 1695).

35 Grand Beaulieu, tome I.

36 J. von Schlosser : La littérature artistique, p. 216.

37 Sergent de bataille : selon le dictionnaire de Pierre Richelet, 1680, « c’est un officier considérable qui, dans un jour de combat reçoit du général le plan de la forme qu’il veut donner à son armée, la disposition des corps de cavalerie et d’infanterie, l’assiette de l’artillerie et l’ordre qu’on doit tenir au combat, ensuite le sergent de bataille avec les maréchaux disposent (sic) l’armée selon que le général l’a prescrit. », p. 705. voir aussi supra, p.2, note 1.

38 Il fut tué d’un coup de canon près de Salzbach le 27 juillet 1675. Ni la bataille ni le récit de la mort de Turenne ne figurent dans le Beaulieu.

39 Dans un cartouche, en haut à gauche de la planche : « Le Mareschal de Granmont lieutenant gnal. De l’armée du Roy en allemagne sous Monseigr. le Duc dAnguien ayant esté fait prisonnier en la bataille de Norling par les Bavarois, et mené à Munick au Duc de Baviere. Et le gnal. Glean commandant l’Armée Impériale ayant aussi esté fait prisonnier par les François en la dite bataille et gardé en leur camp, fut renvoïé par Mondit Seigneur le Duc d’Anguien, en eschange du dit Sr. Maral qui fut faite (sic) au château de Hornebourg près Donauert sur le Danube, le 19 Aoust, ou de part et d’autre, après avoir esté très bien traité furent escortez par la Cavallerie, apres le retour des quels le gnal Glean tres satisfait des beaux presens que son Altesse luy fit, renvoya tous les prisoniers des nostres qui se trouverent dans les armées, sans aucune rançon ». Grand Beaulieu, tome I.

40 M. Pelletier, « Le peintre et le cartographe. Cartes-portulans et insulaires, XIVe-XVIIe siècle » dans M. Pelletier, Couleurs de la Terre, Paris, Seuil/B.N.F., 1998, p. 41-48.

41 G. Duplessis, Le cabinet du Roi, collection d’estampes, commandées par Louis XIV, dans Le Bibliophile français, tomme III, p. 87-105, cité par M. Grivel, Ibid., p. 182.

42 M. Grivel, Ibid., p. 185.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Sébastien de Beaulieu, gravure de Lubin d’après un portrait de Pesne. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 2 : Profil de la ville de Thionville, avec le portrait de Condé. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Légende Fig. 3 : Carte de la bataille de Thionville. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Légende Fig. 4 : La bataille de Rocroi. Le Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque Centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Légende Fig. 5 : La ville d’Ypres, détail de La bataille de Lens, Le Grand Beaulieu, tome II, Médiathèque centrale d’Agglomération, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Légende Fig. 6 : Louis XIV au siège de Dunkerque, détail, Grand Beaulieu, Tome II, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Légende Fig. 7 : La bataille de Lens. Détail : départ du maréchal de Gassion, blessé, dans son brancard. Grand Beaulieu, tome II. Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Légende Fig. 8 : Détail de la Bataille de Rocroi, deuxième planche (fig. 4), Prise du canon ennemi, mille mousquetaires qui étaient couchés sur le ventre… Plus au nord, une attaque de Gassion, alors qu’il est représenté aussi en bas à gauche. Grand Beaulieu, Tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 9 : la bataille de Dinkelsbühl. Détail : le maréchal de Grammont remerciant Condé après sa libération. Grand Beaulieu, tome I, Médiathèque centrale d’Agglomération Emile Zola, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Légende Fig. 10 : La bataille de Lens, les armées en ordre de bataille (première planche sur deux). Médiathèque centrale d’Agglomération, Montpellier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3456/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

Auteur

Maître de Conférences, histoire de l’art moderne, CRISES EA 4424, Université Paul Valéry, Montpellier 3

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540