Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Première partie. Images antiques

Représentations de la Guerre et de la Paix dans le cinéma à sujet antique hollywoodien

Florent Pallares

Résumé

Cet article traite de le représentation de la guerre et de la paix dans le cinéma à sujet antique hollywoodien entre les années 1960 et 2000, avec l’étude d’œuvres telles que : Ben-Hur, de William Wyler, 1960, Spartacus, de Stanley Kubrick 1961, Cléopâtre, de Joseph Leo Mankiewicz, 1963, La chute de l’Empire romain, d’Anthony Mann, 1963, Gladiator de Ridley Scott, 2000, Troie, de Wolfgang Petersen, 2004, Alexandre, d’Oliver Stone, 2005, 300, de Zack Snyder, 2007.
On analyse ainsi l’évolution idéologique de la première puissance mondiale, son utilisation de l’Antiquité pour évoquer la guerre froide et les conflits actuels concernant le Moyen Orient, en passant bien évidemment par la guerre du Vietnam qui a profondément bouleversé les codes de représentation de la guerre et de la paix.
Nous nous questionnerons également sur l’engagement des artistes au service de la guerre ou contre la guerre

Texte intégral

1L’Antiquité a fourni à de nombreuses œuvres hollywoodiennes des supports qui ont permis à la production cinématographique de réaliser quelques-unes de ses plus belles séquences : la course de chars de Ben-Hur, l’affrontement « géométrique » des légions romaines face à Spartacus, l’entrée majestueuse de Cléopâtre dans Rome et la bataille d’introduction de Gladiator, pour n’en citer que quelques unes.

  • 1 F. Martin, L’Antiquité au cinéma, p. 80.

2Comme le soulignait en 2002 Fréderic Martin, auteur de L’Antiquité au cinéma, les représentations de la Guerre et de la Paix y sont nombreuses puisque 90 % de ces productions les évoquent plus ou moins directement.1

3Lorsque les classiques du genre sont mis en parallèle avec les œuvres les plus récentes, l’une des premières observations que nous pouvons faire, réside dans la différence de traitement artistique des scènes de conflits. Les décapitations, amputations de bras ou de jambes ainsi que les nombreuses gerbes de sang des nouvelles représentations « tranchent violemment » avec les productions plus anciennes. Pourtant, la sortie de Ben Hur avait suscité de vives émotions de la part de nombreux journalistes quant à la violence qui y était représentée, et Spartacus avait subi les foudres de la censure pour quelques plans « sanglants » contenant notamment une simple amputation de bras.

4Cette constatation induit naturellement un questionnement. Cette différence de représentation n’est-elle due qu’à l’assouplissement de la censure ou traduit-elle une modification quant à la perception de la guerre entre les années 1960 et les années 2000 ? La réponse pourrait trouver son origine dans le contexte politique de ces deux époques.

5Après la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme suscité par les violences faites aux civils, particulièrement aux juifs d’Europe, se retrouva dans le cinéma à sujet antique des années 1950/1960. En effet, bien qu’il soit d’une époque totalement différente, le personnage de Ben-Hur incarna la souffrance du peuple juif aux yeux des spectateurs. Sa déportation dans d’horribles conditions aux galères, son identité remplacée par un matricule et sa condition d’esclave travaillant jusqu’à épuisement pour survivre, suffirent à transposer une situation contemporaine dans une histoire censée se dérouler deux millénaires plus tôt. Dans le même esprit, le charnier d’hommes, de femmes et d’enfants représentés après la bataille opposant Spartacus à Crassus, ne pouvait qu’évoquer les massacres de la Seconde Guerre mondiale.

6Pour éviter le renouvellement de tels drames, l’ONU fut créée en 1945 afin d’assurer la paix mondiale et l’OTAN en 1949 afin d’assurer la sécurité de l’Occident. Nous retrouvons une image proche de ces organisations dans La chute de l’Empire romain, qui montre la réception des consuls et proconsuls de l’Empire romain par Marc Aurèle. Ses différents « peuples civilisés » se sont réunis pour lutter ensemble contre les barbares de l’Est qui menacent la paix des citoyens.

7Cette vision bipolaire et manichéenne du monde traduit parfaitement cette division en deux blocs distincts qu’a été la Guerre froide mais également la volonté des États-Unis de se poser en gendarme du monde. Les images de l’Antiquité sont ainsi détournées afin d’affirmer qu’à l’instar de l’Empire romains, seuls les États-Unis peuvent rassembler les peuples pour garantir la paix et la liberté. La Pax Romana prend alors les accents d’une Pax Americana.

8Cette représentation du processus de paix et de liberté se retrouve également dans la majorité des œuvres à sujet antique des années 1950/1960, même dans les œuvres où le Mal est incarné par l’Empire romain. Spartacus luttant pour la liberté face au totalitarisme de Rome en est un exemple frappant : et pour s’assurer qu’aucune confusion ne fut possible, les esclaves y furent joués par des acteurs américains et les Romains par des acteurs anglais. Le même principe est utilisé dans Ben-Hur où les Juifs ont un accent américain et les Romains, un accent anglais.

9Un autre point caractérise ces œuvres : l’importance du message biblique. Dans Ben-Hur, c’est le message du Christ qui parviendra à étancher la soif de vengeance du héros. Dans Spartacus, la crucifixion du héros, qui conclut le film, annonce clairement l’ère chrétienne qui amènera la libération de tous les esclaves.

  • 2 F. Martin, L’Antiquité au cinéma, p. 110
  • 3 H. Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, p. 298

10Certains auteurs comme Frédéric Martin2 ou Hervé Dumont3, le Conservateur de la Cinémathèque de Suisse, y ont même vu l’image d’un nouveau Moïse guidant les esclaves vers la terre promise, conférant ainsi aux Etats-Unis le statut de peuple élu.

11Rappelons que dans les années 1950/1960, les tournages étaient étroitement surveillés par des instances religieuses comme la Catholic Legion of Decency. Ce fut le cas également de Ben-Hur avec de nombreux conseillers du Vatican, des églises protestantes et des institutions juives qui furent chargés de vérifier les représentations religieuses.

  • 4 Stephen Boyd est un bon exemple de cette codification. Lorsqu’il interpréta Messala dans Ben Hur, i (...)

12Ainsi, cette génération de films à sujet antique fut marquée par des messages pacifiques issus principalement de la religion chrétienne, dans laquelle les États-Unis semblaient se conforter dans leur double position de peuple élu et de gendarme du monde. Tout cet univers était fortement codifié, avec des héros blonds aux yeux bleus luttant contre des déments bruns aux yeux sombres, comme pour suggérer la pureté de l’un et la noirceur de l’autre4.

13Autre point intéressant, le héros ne cesse d’essayer de trouver des compromis pour résoudre la situation et la force n’est utilisée qu’en dernier recours, toujours dans un but pacificateur, pour le bien-être du plus grand nombre.

14Dans les années 2000, la démarche semble quelque peu différente. Ne serait-ce qu’au niveau de la représentation du héros. Ils sont moins stéréotypés et vont avoir des personnalités plus complexes, plus fortes mais aussi plus bestiales, capables de véritables carnages. Le temps des compromis semble révolu. Les personnages auront des décisions plus rapides et plus brutales que les héros des années 1960. Dans Gladiator, Maximus se transformera en véritable machine à tuer pour obtenir sa vengeance. Malgré son envie de quitter le conflit, Achille continuera la guerre de Troie pour venger la mort de son cousin Patrocle, en tuant Hector, même s’il s’agit du propre cousin de sa bien-aimée, Briséis. Léonidas va au devant d’un suicide assuré et se plaint d’avoir si peu à sacrifier. Avec ses hommes, ils préfèrent mourir au combat plutôt que d’accepter un quelconque compromis et vont même jusqu’à sacrifier les éléments qui, dès la naissance pourraient perturber le fonctionnement de l’armée. Comme le rappelle fréquemment 300, il n’y a « pas de pitié », il n’y a pas de demi-mesures possibles. De son côté, Alexandre, dans un excès de colère, tuera Cléitos, l’un de ses plus fidèles compagnons, et n’hésitera pas à traquer Darius dans les montagnes afghanes pendant trois longues années.

  • 5 G. W. Bush, « Déclarations de George W. Bush », France 2, Journal de 20h du 17/09/2001, disponible (...)

15Un parallèle avec le contexte politique contemporain rappelle étrangement les déclarations de George W. Bush sur Ben Laden, quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001 : « Je le veux et je veux la justice. Il y avait une affiche au temps de la conquête de l’Ouest : Recherché : Mort ou Vif ! »5. L’utilisation de la première personne du singulier ainsi que cette référence à la conquête de l’Ouest, projettent l’image d’un cowboy solitaire qui va rétablir la justice par la force. Ce comportement se retrouve dans les œuvres des années 2000, comme Gladiator par exemple, où le héros semble être le seul capable de rendre une justice expéditive.

  • 6 P. Deschuyteneer, « Recherches sur les sources de la révolution Américaine : le républicanisme onto (...)

16Ainsi que l’a analysé Patrick Deschuyteneer, spécialiste de la mondialisation : « C’est une position très à la Machiavel qui circule dans le cinéma américain : une pensée désireuse d’une religion violente, d’une vertu armée et sauvage, qui renoue avec l’Ouest cruel et fondateur […]. Le cinéma américain « réalise » ce que Machiavel a préconisé au plan de la politique religieuse et s’écarte, malgré quelques dénégations, d’un Dieu dont la bonté serait pacifique et non-violente. »6

  • 7 G. W. Bush, « State of the Union Address », 29 janvier 2002, disponible sur : http://georgewbush-wh (...)

17Cette religion violente, nous la retrouvons dans la représentation de la mort de Léonidas. Il est entouré de ses fidèles « apôtres », les bras en croix, criblé de flèches. Dans le même esprit, la composition de l’éclairage est étudiée afin que le public ne se trompe pas ; il s’agit bien d’un saint, d’un martyr, d’un Jésus Christ avant l’heure. Dès lors, une certaine idéologie semble être véhiculée par le film lorsqu’elle est comparée au contexte politique des années 2000. Par exemple, rappelons-nous les déclarations du discours sur l’état de l’Union de Georges W. Bush, le 29 janvier 2002, qui qualifiait notamment l’Irak et l’Iran d’« Axe maléfique qui s’arme pour menacer la paix mondiale »7.

  • 8 D. Minoui, « Téhéran dénonce une ‘’guerre psychologique’’ de l’Occident », disponible sur http://ww (...)

18Ces propos avaient été ressentis comme la proclamation d’une « nouvelle croisade » dans laquelle les représentants des chrétiens allaient défendre la paix mondiale face à l’agresseur islamiste. Dans ce contexte, la sortie de 300, cinq ans plus tard, provoqua un conflit politique entre l’Iran et les États-Unis. Les Iraniens, à travers Internet et la presse, dénoncèrent la manière dont leurs ancêtres, les Perses, étaient assimilés à tous les vices de l’humanité. Delphine Minoui, journaliste au Figaro, rendit compte de cette situation à travers son article Téhéran dénonce une « guerre psychologique » de l’Occident.8 Elle nous indique que le journal réformateur Ayandeh-No titra : « Hollywood déclare la guerre aux Iraniens » et que le quotidien conservateur Keyhan déclara : « Le film […] véhicule une version fausse de l’histoire en faisant passer les Perses pour des faibles et des lâches ». Le président Iranien, Mahmoud Ahmadinejad, réagit également en accusant les États-Unis « de falsifier l’Histoire » et en déclarant : « Par la guerre psychologique, la propagande […], ils tentent d’empêcher le développement de notre nation ». Il eut le soutien du Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui affirma que Téhéran « utilisera toutes ses capacités pour répondre aux menaces et à l’utilisation de la force contre l’Iran ».

  • 9 M. Eloy, « 300 (Zack Snyder, EU - 2006) », disponible sur : http ://www.peplums.info
  • 10 G. W. Bush, « Greek Independence Day : A National Day of Celebration of Greek and American Democrac (...)

19De plus, comme le souligne Michel Eloy, spécialiste belge du cinéma à sujet antique9, la sortie américaine de 300, le 9 mars 2007, coïncida à quelques jours près, avec la proclamation de Georges W. Bush qui fit du jour de l’Indépendance grecque le jour national de célébration de la démocratie. Le discours, prononcé le 21 mars, est en effet assez démonstratif d’une récupération politique de l’Antiquité et du succès récent du film 300 : « Les États-Unis et la Grèce partagent une longue amitié construite sur des valeurs communes et un amour constant pour la Liberté […] Aujourd’hui, nous continuons à défendre la liberté ensemble dans la guerre globale à la terreur, car les forces armées américaines et grecques travaillent pour créer la base de la paix pour les générations futures... »10

  • 11 Consulter par exemple La tribune, Télérama, Libération ou Le Canard Enchaîné du 05/01/2005.

20Cela dit, la majorité des œuvres à sujet antique ne véhicule pas une idéologie aussi marqué que 300 mais cela permet de rappeler les dangers d’une généralisation facile ou tout simplement d’une surinterprétation, dans la transmission d’une idéologie antiaméricaine. Ainsi, à la vue d’Alexandre, de nombreux critiques11 ont accusé Oliver Stone de soutenir George W. Bush. Ils ont mis en parallèle certains éléments scénaristiques de l’œuvre avec des événements contemporains, et ont émis des hypothèses qui semblent être totalement erronées en regard des interviews d’Oliver Stone.

21Dans le film, les cités grecques seraient présentées comme étant corrompues par l’or perse, légitimant les décisions guerrières de Philippe. De son côté, Alexandre semble justifier auprès de ses troupes la conquête de l’Orient, d’une part en accusant les Perses d’être à l’origine de la mort de son père, et d’autre part en apportant la liberté aux peuples soumis de l’Orient.

22Par ailleurs, l’Empire perse comportait plusieurs grandes cités dont la capitale était Persépolis qui n’est pas représentée dans le film. Seule l’entrée des Macédoniens dans Babylone évoque la conquête de l’Empire perse. Dès lors, un reflet du contexte politique des années 2000 a pu sembler évident. Des conquérants, les Américains, dirigés par un chef, George W. Bush, qui veut venger le mal fait à son père, viennent de l’Ouest apporter « la liberté » à des peuples de l’Est tyrannisés qui ne leur ont rien demandé, notamment à Babylone en Irak plutôt qu’à Persépolis en Iran. Oliver Stone, à travers son personnage d’Alexandre, aurait donc établi un parallèle avec Georges W. Bush dans le but de « glorifier » son action militaire en Irak.

  • 12 Voir à ce propos le documentaire Comandante d’Oliver Stone, sorti en 2003.
  • 13 O. Stone, « Commentaires audio d’Oliver Stone », Alexandre, Edition collector 2 DVD, Pathé, 2004.

23Ces affirmations semblent en totale contradiction avec la personnalité d’Oliver Stone, dont les préférences politiques sont plus proches de Fidel Castro12 que du gouvernement américain. Aussi, l’analyse des interviews d’Oliver Stone, nous offre une autre interprétation de son œuvre : « Alexandre savait gagner les guerres et les étudiait. Il n’aurait jamais détourné les ressources du front pour mener une guerre d’arrière-plan, comme Bush en Irak. Si votre objectif premier est Ben Laden, vous ne faites pas la guerre en Irak […]. Là où Alexandre passait, quoi qu’en disent ses détracteurs, il apportait la paix, il ne semait pas la discorde. Il allait toujours plus loin, ne se contentait pas d’exploiter. Washington s’empare du pétrole au Moyen-Orient pour les États-Unis… Les Romains exploitaient l’Orient pour le profit de Rome. Pas Alexandre. »13

  • 14 D’après M. Eloy, la comparaison d’Hélène avec les armes de destruction massive est de W. Petersen l (...)

24Ceci nous renvoie à la question des « Armes de Destruction Massive », considérée bien souvent comme un prétexte à des intérêts pétroliers. Dans Troie, cette question est semble-t-il soulignée par le choix scénaristique de l’action. Si l’on compare George W. Bush à Agamemnon, une sorte de version antique des Armes de Destruction Massive n’est-elle pas visible ? Agamemnon ne se sert-il pas du prétexte de l’enlèvement d’Hélène à des fins personnelles ?14 Autre point intéressant : bien que les principales séquences du film soient consacrées à des batailles, à la glorification des soldats par l’Histoire, certains dialogues révèlent une position assez différente. En effet, dès le début de l’œuvre, Hector s’adresse à Pâris en ces termes : « J’ai tué des hommes, je les ai entendus mourir, je les ai vus mourir et je ne ressens aucune gloire à avoir fait cela ». Achille est dans la même orientation, lorsqu’il explique à son cousin Patrocle : « Les soldats se battent pour des rois qu’ils n’ont même jamais rencontrés, ils font ce qu’on leur dit et meurent quand on leur ordonne… Ne gâche pas ta vie à suivre les ordres de quelques fous. »

25Ce discours dénonçant la violence guerrière et son inutilité peut être mis en parallèle avec les effets de la guerre du Vietnam sur la population américaine. Pour la première fois de leur histoire, les États-Unis furent violemment contestés, par leur propre jeunesse et par la communauté internationale, et virent leur image de « gendarme du monde », d’un « peuple élu » œuvrant à la paix mondiale, singulièrement affaiblie. De nombreux cinéastes tels que Francis Ford Coppola, Oliver Stone et Stanley Kubrick contribuèrent à changer les codes de représentation de l’armée, à travers des œuvres telles qu’Apocalypse Now, Platoon et Full Metal Jacket. Dans leurs œuvres, aucun doute : la guerre y est dénoncée comme quelque chose de néfaste. Il est difficile d’en dire autant pour les productions à sujet antique des années 2000 qui proposent un déluge d’images choquantes, dont le summum semble être atteint avec 300, où même le générique a été constitué à partir de gerbes de sang.

  • 15 Plus de 456 millions de dollars de recette pour un film ayant couté 65 millions de dollars, soit pl (...)

26D’une volonté de dénoncer la violence des conflits, il semblerait que le cinéma Hollywoodien soit passé à une vision purement « esthétique », spectaculaire donc commerciale de la violence. Le succès de ces œuvres au box office mondial ne le dément pas, le record de bénéfices ayant été réalisé par 300, avec près de 400 millions de dollars15. Cet attrait des spectateurs pour la violence guerrière ne peut qu’évoquer le propos tenu par Ridley Scott dans Gladiator. Plus Maximus sera violent dans l’arène, plus il sera apprécié des spectateurs romains. Ces derniers seraient-ils un reflet de notre société ?

27L’organisateur des combats de gladiateurs proposait au public des reconstitutions historiques sanglantes, de plus en plus spectaculaires, avec de plus en plus de moyens, pour les divertir et les satisfaire, à l’image de nos cinémas. Mais la gladiature était également une arme politique efficace dans l’Antiquité pour préparer idéologiquement la population aux combats ou pour s’attirer ses faveurs. Dès lors, ne devrions-nous pas prêter plus d’attention au contenu des œuvres hollywoodiennes qui dominent le marché mondial de la culture de masse ? Par exemple, l’ensemble des œuvres à sujet antique de la nouvelle génération ridiculise les assemblées où se prennent les décisions. Elles sont soit corrompues, soit inefficaces. Dans Gladiator, les sénateurs sont représentés comme des êtres privilégiant le débat stérile sur la prise de décisions. Il en est de même pour 300, où Théron et les conseillers, pour la plupart corrompus, refusent d’affronter l’ennemi Perse : la solution des problèmes ne peut venir que d’une seule personne, qui agit sous l’impulsion de son courage, de sa compétence et de sa puissance.

  • 16 F. Bousquet, « Les blockbusters américains, essai d’analyse idéologique d’un produit culturel mondi (...)

28Rapportée à l’échelle mondiale, l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Irak, sans tenir compte de l’avis des Nations Unis, semble assez proche de ce raisonnement. Comme le souligne Franck Bousquet, spécialiste des blockbusters américains : « Le culte de la puissance et le mépris de la parole sont les corollaires de la volonté hégémonique d’un pays qui n’hésite désormais plus à se penser comme un empire devant préserver sa place dans le monde. […]. Détenteur de la puissance, il est dans l’intérêt des États-Unis de l’utiliser et de la mettre en avant, alors que l’Europe ayant fait le choix de la protection sociale et de la négociation, il est dans son intérêt de minimiser les avantages du recours à la force. »16

  • 17 H. Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, p. 223
  • 18 M. Eloy, « 300 (Zack Snyder, EU - 2006) », disponible sur : http://www.peplums.info

29Plus troublant encore, de nombreux spécialistes ont analysé 300 et y ont vu des similitudes avec l’idéologie nazie. Par exemple, Hervé Dumont écrit à ce sujet : « Ce n’est pas à Sparte ni à Washington qu’il faut rechercher ce concept alliant l’idolâtrie du chef à l’obsession nietzschéenne de la puissance physique, le mépris de l’individu à la calomnie de l’autorité spirituelle […] ainsi que la représentation esthétisante de la boucherie avec son appel à la « belle mort » (synonyme de gloire), le tout servi par des éclairages de foules à la torche et la promesse d’un « âge nouveau » etc. mais plutôt du côté d’Arno Brecker, artiste suprême de la statuaire aryenne du troisième Reich, et des hymnes cinématographiques de Leni Riefenstahl. […] 300 pourrait bien être le premier film véritablement hitlérien depuis… 1945 »17. Michel Eloy, de son côté, pense que l’utilisation de l’affrontement du loup par Léonidas s’inspire directement du Tierkampf, un combat à mains nues contre des chiens-loups qui était imposé aux élèves-officiers de la Waffen SS18. Ceci semble d’autant plus choquant que les Spartiates poussent le cri de guerre des marines américains quand Léonidas leur demande qui ils sont : l’épisode est totalement absent de la bande dessinée de Frank Miller.

  • 19 Ibid.

30Comme le précise Michel Eloy, « le Los Angeles Times a étudié la réception du film chez les Marines de Camp Pendleton, qui sont totalement en phase avec l’idéologie spartiate et voient dans le film un parallèle avec leur combat en Irak […]. Les Marines ont retrouvé l’esprit de leur entraînement, par exemple quand Léonidas dit à son fils que « plus on transpire à l’entraînement, moins on saigne au combat ». Un ancien de la bataille de Fallouja a reconnu « à chaque seconde » le code d’honneur des Marines dans celui des Spartiates. »19

  • 20 R. Dubois, Hollywood, cinéma et idéologie, p. 135-155.

31Régis Dubois, dans son dernier ouvrage, Hollywood, cinéma et idéologie20, a étudié la réception du film par le public. Après avoir écumé une grande partie des forums internet consacrés au sujet, l’analyse qui en ressort est surprenante. La grande majorité des internautes s’indigne que « des intellectuels gauchistes », puissent oser voir autre chose qu’un simple divertissement dans 300. De plus, une partie d’entre eux rappelle fièrement qu’il ne s’agit que d’une adaptation de bande dessinée de Frank Miller, elle-même s’inspirant d’une histoire ayant réellement existé. C’est ignorer que le cinéma est un long processus de création où rien n’est laissé au hasard. Les réécritures sont nombreuses, car le scénario définitif devra satisfaire le réalisateur et surtout le producteur garant des millions de dollars investis. Des études précises sont menées pour minimiser au maximum les risques d’échec. Rien que pour 300, l’élaboration aura duré six ans.

32De plus, même si Zack Snyder se défend de s’être inspiré du contexte politique actuel, les déclarations de Frank Miller du 24 janvier 2007, sur la radio américaine NPR (National Public Radio), ne laissent aucun doute à ce sujet :

  • 21 F. Miller, « Talk of the nation », NPR (National Public Radio), 24 janvier 2007, entre 30’30 et 34’ (...)

33« Il me semble évident que notre pays et tout le monde occidental sont en conflit avec un ennemi qui sait parfaitement ce qu’il veut – et nous nous comportons comme un empire qui s’effondre […]. Je pense qu’une partie de cela, vient de notre éducation. On nous dit constamment que toutes les cultures sont égales, et que tout système de croyance est aussi valable qu’un autre. […] Pour une raison que j’ignore, personne ne parle de ceux que nous combattons et de cette barbarie du VIe siècle qu’ils représentent en réalité. Ces gens-là décapitent. Ils soumettent leurs femmes à l’esclavage et infligent des mutilations sexuelles à leurs filles. Leur comportement n’obéit à aucune norme culturelle compréhensible […]. Pourquoi avons-nous attaqué l’Irak ? […] Eh bien, nous nous en prenons à une idéologie. Personne ne demande pourquoi, après Pearl Harbor, nous avons attaqué l’Allemagne nazie. C’était parce que nous étions confrontés à une forme de fascisme global : nous faisons la même chose aujourd’hui »21. Dès lors, n’est-il pas légitime de s’inquiéter de cette manipulation de l’histoire, mettant en avant des valeurs politiques sans demi-mesure qui peuvent apparaître proches, dans une lecture simpliste mais possible, de celles prônées par le régime hitlérien ?

34Ainsi, ces représentations de la guerre et de la paix soulèvent la délicate question de l’association du cinéma hollywoodien à une certaine idéologie. Une idéologie qui semble s’être radicalisée depuis les attentats du 11 septembre 2001. Une radicalisation qui s’est traduite par un retour à l’esprit de la conquête de l’Ouest, basé sur une religion violente, qui n’arrive pas à imaginer un monde en paix autrement que par la prise des armes. Et qui véhicule parfois une idéologie douteuse auprès d’un public qui semble, dans sa majorité, totalement ignorant des processus de fabrication d’un film, n’y voyant qu’un simple divertissement, objectif.

35Les conditions de la mort d’Oussama Ben Laden peuvent refléter, une nouvelle fois, cette idéologie américaine présente dans certaines productions hollywoodiennes. La manière dont se serait déroulée son exécution, son corps jeté à la mer, l’utilisation de l’expression « Justice est faite », cette impression de vengeance accueillie dans une ambiance proche du délire aux États-Unis, détonnent quelque peu avec l’attribution du prix Nobel de la paix 2009 à Barak Obama.

36Depuis son élection, aucun film à sujet antique n’a connu de succès important mais une multitude de projets sont à l’étude, dont une nouvelle adaptation de Cléopâtre et la suite de 300. Il sera alors intéressant de prêter attention à ces nouvelles représentations de la guerre et de la paix, dans un contexte politique où l’inspiration guerrière pourrait à nouveau se manifester.

Bibliographie

Filmographie

Kubrick Stanley, Spartacus, Edition spéciale 2 DVD, Universal Studios, 2004.

Mankiewicz Joseph Leo, Cléopâtre, Coffret 3 DVD, Twentieth Century Fox, 2002.

Mann Anthony, La chute de l’Empire romain, DVD vidéo, éditions Fabbri (Les plus grands Peplums en DVD, n°5), 2004.

Petersen Wolfgang, Troie, Edition Collector Double DVD, Warner Home Vidéo France, 2004.

Scott Ridley, Gladiator, Version longue inédite, édition 3 DVD, Universal Studios, 2005.

Stone Oliver, Alexandre, Edition collector 2 DVD, Pathé, 2004.

Wyler William, Ben-Hur, DVD vidéo, éditions Fabbri (Les plus grands Peplums en DVD, n°1), 2004.

Snyder Zack, 300, Edition collector double DVD, Warner Bros., 2007.

Bibliographie

Dubois Régis, Hollywood, cinéma et idéologie, Cabris, éd. Sulliver, 2008.

Dumont Hervé, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, Paris/Lausanne, Nouveau monde éd./Cinémathèque suisse, 2009.

Martin Frédéric, L’Antiquité au cinéma, Paris, éd. Dreamland, 2002.

Site internet (consulté le 02.05.2011)

Bousquet Franck, « Les blockbusters américains, essai d’analyse idéologique d’un produit culturel mondialisé », Congrès International des Sciences de l’Information et de la Communication, Bucarest, 2003, disponible sur : http ://archivesic.ccsd.cnrs.fr

Box office américain et mondial, disponible sur :
http ://www.boxofficemojo.com

Bush George W., « President Delivers State of the Union Address », The White House, 29 janvier 2002, disponible sur :
http ://georgewbush-whitehouse.archives.gov

Bush George W., « Greek Independence Day : A National Day of Celebration of Greek and American Democracy, 2007 », The White House, 21 mars 2007, disponible sur :
http ://georgewbush-whitehouse.archives.gov

Bush George W., « Déclarations de George W. Bush », France 2, Journal de 20h du 17/09/2001, disponible sur :
http ://www.ina.fr

Deschuyteneer Patrick, « Recherches sur les sources de la révolution Américaine : le républicanisme ontologique de Machiavel », La construction européenne et la mondialisation, disponible sur : http ://www.cosmopolitanuniversity.ac

Eloy Michel, « 300 (Zack Snyder, EU - 2006) », disponible sur : http ://www.peplums.info

Eloy Michel, « Troie (Wolfgang Petersen, 2004) », disponible sur : http ://www.peplums.info

Miller Franck, « Talk of the nation », NPR (National Public Radio), 24 janvier 2007, entre 30’30 et 34’20, disponible sur : http ://www.npr.org

Minoui Delphine, « Téhéran dénonce une “guerre psychologique’’ de l’Occident », Le Figaro, 15/10/2007, disponible sur www.lefigaro.fr

Notes

1 F. Martin, L’Antiquité au cinéma, p. 80.

2 F. Martin, L’Antiquité au cinéma, p. 110

3 H. Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, p. 298

4 Stephen Boyd est un bon exemple de cette codification. Lorsqu’il interpréta Messala dans Ben Hur, il était brun aux yeux sombres tandis que pour la Chute de l’Empire romain, il était blond aux yeux bleus pour incarner le héros Livius.

5 G. W. Bush, « Déclarations de George W. Bush », France 2, Journal de 20h du 17/09/2001, disponible sur : http://www.ina.fr

6 P. Deschuyteneer, « Recherches sur les sources de la révolution Américaine : le républicanisme ontologique de Machiavel », disponible sur : http://www.cosmopolitanuniversity.ac

7 G. W. Bush, « State of the Union Address », 29 janvier 2002, disponible sur : http://georgewbush-whitehouse.archives.gov

8 D. Minoui, « Téhéran dénonce une ‘’guerre psychologique’’ de l’Occident », disponible sur http://www.lefigaro.fr

9 M. Eloy, « 300 (Zack Snyder, EU - 2006) », disponible sur : http ://www.peplums.info

10 G. W. Bush, « Greek Independence Day : A National Day of Celebration of Greek and American Democracy, 2007 », disponible sur : http ://georgewbush-whitehouse.archives.gov

11 Consulter par exemple La tribune, Télérama, Libération ou Le Canard Enchaîné du 05/01/2005.

12 Voir à ce propos le documentaire Comandante d’Oliver Stone, sorti en 2003.

13 O. Stone, « Commentaires audio d’Oliver Stone », Alexandre, Edition collector 2 DVD, Pathé, 2004.

14 D’après M. Eloy, la comparaison d’Hélène avec les armes de destruction massive est de W. Petersen lui-même. M. Eloy, « Troie (Wolfgang Petersen, 2004) », disponible sur : http://www.peplums.info

15 Plus de 456 millions de dollars de recette pour un film ayant couté 65 millions de dollars, soit plus de 391 millions de dollars de bénéfice rien qu’au cinéma. Source : http://www.boxofficemojo.com

16 F. Bousquet, « Les blockbusters américains, essai d’analyse idéologique d’un produit culturel mondialisé », Congrès International des Sciences de l’Information et de la Communication, Bucarest, 2003, disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr

17 H. Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, p. 223

18 M. Eloy, « 300 (Zack Snyder, EU - 2006) », disponible sur : http://www.peplums.info

19 Ibid.

20 R. Dubois, Hollywood, cinéma et idéologie, p. 135-155.

21 F. Miller, « Talk of the nation », NPR (National Public Radio), 24 janvier 2007, entre 30’30 et 34’20, disponible sur : http ://www.npr.org

Auteur

Docteur en histoire, Chargé de cours à l’Université de Perpignan Via Domitia, CRHISM E. A. 2984

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search