Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Première partie. Images antiques

Guerre et Paix à Rome dans le monnayage de Trajan, l’Optimus Princeps

Martin Galinier

Résumé

Il s’agira d’observer, dans les frappes monétaires du règne de Trajan, la manière dont les périodes de guerre (101-102 et 105-107 : guerres daciques ; 106-108 : contrôle de l’Arabie ; 113-117 : guerre parthique) sont représentées sur les pièces de l’atelier romain, en regard des périodes de paix. À une iconographie « réaliste » (Trajan cavalier écrasant un adversaire), répond-il une iconographie allégorique (des abstractions, souvent féminines, véhiculant les thèmes pacifiques) ? Des comparaisons avec les monnaies de restitutions trajaniennes, nombreuses (72 occurrences), et les monnaies de l’atelier d’Alexandrie permettront d’étudier l’articulation que Trajan, empereur militaire, a voulu entre l’exaltation de ses conquêtes et la célébration de ses réalisations pacifiques

Texte intégral

  • 1 D’après le tableau synthétique de J. Bennett, Trajan Optimus Princeps, p. VIII-IX. Voir également (...)

1L’image que Trajan a laissé dans la mémoire romaine est d’abord celle d’un empereur conquérant. Né à Italica près de Séville, il vit son père avoir une carrière exemplaire sous plusieurs princes. Proconsul de Bétique sous Néron puis légat de légion en Syrie, Trajan pater suivit Vespasien lors de la guerre civile de 68-69, fut consul suffect en 70 peu après l’entrée du Flavien à Rome, légat d’Auguste en Cappadoce et Syrie, puis quindecemvir etc. Fort de cette ascendance, Trajan fils (Marcus Ulpius Traianus) suivit aussi la carrière militaire : tribun en Syrie vers 75 puis en Germanie, questeur à Rome vers 81, préteur en 86, légat de légion en Germanie vers 87, il y réprima des révoltes, fut élu consul en 91 puis nommé légat d’Auguste (c’était alors Domitien) en Germanie, puis Pannonie. Lors de l’assassinat de Domitien en septembre 96, il y est en poste et est victorieux des Suèves : cette victoire entraîne son adoption par Nerva (27 octobre 97) et l’octroi de son premier surnom, Germanicus, en novembre 97 ; son père adoptif le fait élire consul avec lui le 1er janvier 98. À la mort de Nerva le 28 janvier de la même année, Trajan, successeur désigné (il détient la puissance tribunicienne depuis octobre 97), prend le temps d’inspecter les frontières du Danube, et ce n’est qu’en septembre 99 que, devoir militaire accompli, le nouvel empereur entre dans Rome1.

  • 2 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Paris, (...)
  • 3 Du De Dacica de Trajan, subsistent cinq mots : Inde Berzobim, deinde Aizim processimus. Fragment d (...)
  • 4 Pline le Jeune, Panégyrique, 2, 7 : « Est-il rien qui convienne mieux à un citoyen, mieux à un sén (...)

2Cette rapide biographie montre les indéniables compétences militaires de Trajan. Elles ne sont cependant pas exceptionnelles, et si ce Princeps devint modèle dans l’histoire romaine puis européenne à partir du XVIe siècle2, c’est en partie grâce à la colonne Trajane, qui joua pour sa légende le rôle du Commentaire de la Guerre des Gaules pour César3 ; en partie aussi grâce au Panégyrique de Pline le Jeune, modèle du discours politique : prononcé le 30 septembre 100 par le nouveau consul, réécrit et édité en 101, il dresse un portrait élogieux de celui que, déjà, on surnomme l’Optimus Princeps4.

  • 5 Ibid., 9, 2 ; 14-15.
  • 6 Le portait que dresse de lui Dion Cassius LXVIII, 6-7, est complet : « Bien loin de porter envie à (...)

3Si l’on observe la manière dont Pline évoque la carrière antérieure de Trajan, si l’on croise donc biographie et représentation littéraire de celle-ci5, on voit émerger quelques thèmes, que j’analyserai en regard des frappes numismatiques du règne. Le portrait du Prince qui en sortira sera plus complet et plus complexe que celui, bien connu et en partie réducteur, de dux. Si Trajan fut le Meilleur, il le fut à la guerre mais aussi à Rome, dans ses relations avec le sénat et avec les citoyens6.

  • 7 Seuls défauts que lui attribue Dion Cassius LXVIII, 7 : « Je sais bien qu’il avait la passion des (...)
  • 8 M. Galinier, « L’image publique de Trajan », 1998 (le présent article entend compléter cette premi (...)

4Mais d’abord un préalable : l’excellence de Trajan est en priorité attestée (sur la colonne, la Grande Frise, les monnaies, par Pline et les historiens Florus et Dion Cassius) par la réalité historique de ses conquêtes, de ses constructions et de son comportement personnel7. Au-delà de la construction rhétorique usuelle, à l’œuvre pour lui comme pour les autres princes, ses qualités furent, aux yeux des Romains, démontrées par les faits : le choix du registre historique (les saynètes de combat autour des guerres daciques abondent dans son monnayage au COS V, soit en 103-111) est une des particularités du règne, et on a à juste titre souligné l’absence de scènes de ce type sous Hadrien. Le choix trajanien de l’Histoire comme véhicule de son idéologie était donc délibéré : l’ayant étudié par ailleurs, je ne rappelle ici cette caractéristique que pour mémoire8.

1. Trajan, l’empereur adopté

  • 9 Aureus de 112-117 : avers : buste de Trajan et IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P ; rever (...)

5Premier thème, celui de l’élection de Trajan par Nerva, mais surtout par Jupiter9. Aux premières lignes du Panégyrique, on peut lire :

  • 10 Pline le Jeune, Panégyrique, 1.

« Ce n’est pas l’obscur pouvoir du destin, c’est Jupiter lui-même, au vu et au su de tous, qui l’a révélé : n’a-t-il pas été élu devant tous les autels et dans le lieu même où ce dieu réside aussi visible et présent que dans le ciel et les astres ? »10.

  • 11 Ibid., 8, 1 : « Aussi n’est-ce pas dans un appartement (non in cubiculo), mais dans un temple (in t (...)
  • 12 Certainement la statue représentée sur un aureus de Trajan du COS V, 103-111, avec le dieu assis t (...)
  • 13 Pline le Jeune, Panégyrique, 8, 3.
  • 14 Ibid., 7, 4.
  • 15 P.-A. Besombes, Monnaies, n°3 p. 36 ; Également : RIC II, n°28, p. 246 ; BMC III, n°54, p. 38. Had (...)

6Ce fut en effet devant le temple de Jupiter Optimus Maximus, au Capitole, que Nerva adopta Trajan11, absent car encore en Germanie. Le vieil empereur déposait les lauriers de la victoire en Pannonie sur les genoux de la statue de Jupiter12 lorsqu’il choisit Trajan « comme son seul soutien dans cette pénible crise »13. Imperator, Trajan l’était par ses victoires : il le devint par l’adoption : « lui [Nerva] t’a donné l’empire, et toi tu le lui as rendu »14. Une monnaie de l’année d’accession (98-99) illustre à merveille cette transmission harmonieuse du pouvoir (Fig. 1)15.

FIG. 1 : Denier, 98-99 après J.-C. Avers : Trajan lauré et IMP NERVA CAES TRAIAN AVG GERM PM ; revers : Nerva en toge lui donnant le globe, légende PROVID (entia) et TR P COS II PP

2. La comparaison avec domitien, à l’avantage de Trajan

  • 16 Pline le Jeune, Panégyrique, 2, 3 ; voir également 20 ; 47-50 ; 52 ; 54-55 ; 81, 4 – 85 ; etc.
  • 17 Ibid., 2, 6.

« Nous ne parlons pas d’un tyran, mais d’un concitoyen (de ciue) ; nous ne parlons pas d’un maître, mais d’un père »16. Et Pline d’indiquer que le peuple romain « sait distinguer entre ses chefs ; c’est avec le même concert d’acclamations que récemment il célébrait la beauté (formosum) de tel autre [Domitien] et qu’aujourd’hui il célèbre le grand courage (fortissimum) du nôtre, avec les mêmes cris qui jadis saluaient les attitudes et la voix de tel autre [Néron] qu’il salue la piété, le désintéressement et la bonté du nôtre »17.

7Trajan débuta bien sa carrière sous Domitien, mais il y œuvra comme un Hercule vertueux aux ordres d’Eurysthée :

  • 18 Ibid., 14, 5.

« Certainement l’homme [Domitien] qui, en pleines guerres de Germanie, t’avait appelé du fond de l’Espagne comme le plus puissant renfort, cet empereur, bien que fainéant et jaloux des mérites d’autrui même quand il en avait besoin, conçut pour toi autant d’admiration, un peu mêlée d’alarmes, que le fameux rejeton de Jupiter en inspirait à son roi après les durs travaux où l’obligeaient des ordres impitoyables (…) »18.

  • 19 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 41 n°75. Également : RIC II, n°37, p.247 ; BMC III, n°56, p.38. Sur H (...)
  • 20 Quadrans à l’identique de l’aureus précédent : BMC III, n°1058, p.225 ; RIC II, n°690, p.293.
  • 21 BMC III, n°1072, p. 227 ; RIC II, n°699, p. 293.
  • 22 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 33, les date entre 105 et 107 ou 108 et 111. Le seul indice chronolog (...)
  • 23 BMC III, n°674, p. 132 (110 avant J.-C.) ; RIC II, n°773, p. 306 (111 avant J.-C.) ; le site du Bri (...)
  • 24 Restitution d’un denier de Marcus Eppius. Avers : Q METELL SCIPIO IMP (Q Caecilius Metellus Pius S (...)
  • 25 AVT TPAIAN CEB GEPM DAKIK / LI ; An 10, 106-107 (document d’après Soheir Bakhoum, Alexandrie I. Au (...)

8Précisément, Hercule réapparaît sous Trajan dans le monnayage romain, dont il avait disparu depuis Antoine (Fig. 2)19 : le thème est présent sur aureus, denier, quinaire, semis, quadrans20, avec parfois des variantes iconographiques (Fig. 3)21. On retrouve le dieu dans les monnaies de restitution trajaniennes, frappées entre 102 et 11622 et reprises d’exemples antérieurs (République et Empire) : ainsi cet exemplaire de Titus Quinctius (original républicain de 105 avant J.-C. ; Fig. 4)23 ; un autre denier restitué, dont l’original date de 47-46 avant J.-C.24, dû à Marcus Eppius, montre sur l’avers le buste d’Africa et sur le revers l’Hercule de Lysippe, dit Farnèse. Enfin, on voit le type inventé à Rome en 100 apparaître à Alexandrie en 106-107 (Fig. 5)25 : c’est le modèle trajanien, il y a donc bien diffusion de la comparaison Trajan-Hercule dans l’Empire, diffusion dont la monnaie est l’indice.

FIG. 2 : Aureus, 100 après J.-C. Avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : statue d’Hercule de face avec léonté sur la tête et massue main droite, et PM TR P COS III PP (reproduit avec l’aimable autorisation du Musée Puig : photo de l’A.)

FIG. 3 : Quadrans (datation ?). Avers : buste d’Hercule et IMP CAES TRAIAN AVG GERM ; revers : massue et SC

FIG. 4 : Restitution trajanienne d’un denier de Titus Quinctius (original de 105 avant J.-C.). Avers : tête d’Hercule barbu avec massue et léonté ; revers : cavalier sur un socle avec deux chevaux et un rat sous le cheval, et S / TI Q / DSS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 5 : Monnaie d’Alexandrie, An 10, 106-107 après J.-C. Avers : buste de Trajan, et AVT TPAIAN CEB GEPM DAKIK ; revers : statue d’Héraklès de face, massue et léonté, et LI (revers d’après Soheir Bakhoum, Alexandrie I. Auguste-Trajan, n°1044)

9L’objectif était double. D’abord, présenter l’Optimus Princeps comme le digne successeur d’Alexandre le Grand. Au 4e siècle, Julien l’Apostat, tout en se moquant de cette prétention dans Les Césars, la confirme :

  • 26 Julien, Les Césars, 37-38 (pour mémoire, Constantin se dirige vers la Mollesse et la Débauche, où (...)

« Après cette proclamation, Alexandre courut auprès d’Héraclès, Octavien vers Apollon, tandis que Marc Aurèle s’attachait étroitement à Zeus et à Cronos. Après avoir longtemps erré et vagué à la ronde, César fut pris en pitié par le grand Arès et Aphrodite qui l’appelèrent auprès d’eux, et Trajan courut auprès d’Alexandre pour prendre place à ses côtés »26.

10La proximité Alexandre-Trajan se retrouve dans un second passage de Julien :

  • 27 Julien, Les Césars, 34.

« Hermès, se tournant vers Trajan : ‘ Et toi, dit-il, à quelles intentions a répondu ta conduite ? – Aux mêmes qu’Alexandre, répond-il, mais avec plus de modération dans mes désirs’ »27.

11Alexandre avait répondu à la question « quel avait été son idéal » par un bref :

  • 28 Ibid., 31.

« De tout vaincre »28

FIG. 6 : Bas-relief disparu : Forum de Trajan ? (gravure de 1556 tirée de J.-J. Boissard, Romanae Urbis Topographia et Antiquitates IV, Francfort 1598, planche 80)

  • 29 J.-J. Boissard, Romanae Urbis Topographia et Antiquitates IV, Francfort 1598, planche 80 : en haut (...)
  • 30 Voir la restitution de la scène de l’arc de Bénévent, avec Jupiter, Mercure et Hercule dans S. Rei (...)
  • 31 Extraits de Dion Chrysostome, Discours I, 56-68. Voir A. Gangloff, « Le sophiste Dion de Pruse, le (...)
  • 32 BMC III, n°702, p. 143 ; RIC II, n°828, p. 312. La consecratio de plusieurs empereurs est citée sur (...)

12L’association Jupiter, Hercule et Hermès / Mercure, est attestée sous le règne de Trajan. Un bas-relief disparu, découvert en 1556 sur le Forum de Trajan, montrait semble-t-il Mercure et Hercule (Fig. 6) : cette gravure de Jean-Jacques Boissard en garde trace29. Préservé jusqu’à nous, l’attique de l’arc de Bénévent montre lui-aussi Jupiter (avec Junon et Minerve), et en arrière-plan Mercure et Hercule30. Est perceptible ici le second objectif, philosophique, de cette association. Dans un discours sur la royauté prononcé devant Trajan, Dion Chrysostome en révèle la valeur idéologique31. Envoyé par Zeus, Hermès doit éprouver Héraclès : « Hermès donc vint à Thèbes, où le jeune Héraclès était éduqué, et lui dit qui il était et qui l’en voyait ». Le choix est entre deux destinations, deux itinéraires : « L’un porte le nom de Pic Royal et était consacré à Zeus le Roi ; l’autre, le Pic Tyran, était nommé d’après le géant Typhon ». Modèle stoïcien du bon souverain, Hercule choisit le chemin vertueux, promesse d’apothéose. L’importance du thème est confirmée par les monnaies de restitution trajanienne : ainsi la consecratio de Vespasien, guidé par Mercure vers Jupiter et l’Olympe (Fig. 7)32. Tel est également le destin de Trajan, de par ses qualités militaires mais aussi ses qualités civiles. Miles protégé de Mars, dieu qui figure abondamment dans le monnayage du règne, l’empereur fut aussi respectueux de la République en tant que civis qu’il l’avait été en tant que légat.

FIG. 7 : Restitution trajanienne d’un aureus de Titus : avers : tête de Vespasien et DIVVS VESPA-SIANVS ; revers : buste de Mercure et Jupiter face à face au-dessus d’une étoile, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

3. Imperator et république

13Nommé empereur alors qu’il est général, Trajan respecta les devoirs de cette fonction jusqu’à son entrée à Rome fin 99 :

  • 33 Pline le Jeune, Panégyrique, 10, 3.

« Tu étais empereur au témoignage des inscriptions et des imagines et des enseignes, tandis que ta simplicité, ton activité, ta vigilance ne te faisaient paraître que général, et légat, et soldat »33.

14Il est ainsi à l’image des grands généraux de la République :

  • 34 Ibid., 12, 1.

« C’est qu’ils [les ennemis] voient un capitaine romaine (Romanum ducem), un de ceux du temps jadis qui devaient leur nom d’imperator aux champs couverts de morts et aux mers teintes par des victoires »34.

  • 35 Ibid., 53, 1.

15Le lien avec l’histoire romaine revient plusieurs fois dans le discours de Pline, selon le principe qu’« Il n’y a pas de bon éloge sans comparaison »35 :

  • 36 Ibid., 13, 4.

« Je ne jugerais pas digne d’admiration l’imperator qui aurait une aussi belle conduite au temps et des Fabricius et des Scipions et des Camilles »36.

16Et encore, pour justifier le surnom d’Optimus :

  • 37 Ibid., 88, 6.

« Ce nom est pour toi aussi personnel que le nom paternel ; et l’on n’est pas plus clair, on ne se fait pas mieux comprendre en disant Trajan qu’en disant Optimus, de même que jadis on désignait les Pisons par leur frugalité, les Laelii par leur sagesse, les Metelli par leur piété filiale ; toutes vertus qui sont d’un coup contenues dans ce seul surnom qui est tien. Et ne peut être jugé Optimus que celui qui l’emporte sur tous les hommes parfaits dans la vertu où chacun d’eux excelle »37.

17Trajan serait donc l’aboutissement de l’histoire romaine, non par son ascendance comme le proclamait Auguste, mais par la somme inédite et personnelle des qualités de chacun des summi viri du passé.

  • 38 Sur le Forum de Trajan, des imagines clipeatae composaient une galerie non d’ancêtres, mais d’exem (...)
  • 39 Pompée : BMC III, n°693, p. 137 ; RIC II n°811, p. 310 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 618, y voit la p (...)
  • 40 Pline le Jeune, Panégyrique, 55, 6. Ou encore : 57, 5.

18Précisément, les monnaies de restitution trajaniennes consacrent une galerie de grands Romains des temps passés, dont sont soigneusement exclus les empereurs frappés de l’abolitio memoriae : Caligula, Néron, Domitien38. On y croise des monétaires des IIe et Ier siècles avant J.-C., certains optimates, d’autres populares : Pompée le Grand (Fig. 8) côtoie ainsi César et la figure d’Énée portant Anchise et le Palladium (Fig. 9)39. Si l’exercice est évoqué par Pline : « On te dresse des statues semblables à celles qui jadis étaient dédiées à des particuliers pour services extraordinaires rendus à la patrie ; on voit des statues de César [Trajan] qui sont de la même matière que celles des Brutus, des Camilles »40, le choix numismatique est original car associant les adversaires des guerres civiles : ce sont bien leurs vertus personnelles qui sont célébrées, et non leurs opinions politiques.

FIG. 8 : Restitution trajanienne d’un denier original de Sextus Pompée (original frappé entre 42 et 40 avant J.-C.). Avers : tête du grand Pompée entre lituus et praefericulum et MAG PIVS IMP ITER ; revers : Neptune entre Anapias et Amphinomus portant leurs parents et CLAS ET ORAE / MARIT EX S C / PRAEF / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 9 : Restitution trajanienne d’un denier original de César (original frappé en 47-46 avant J.-C.). Avers : tête de Vénus et CAESAR ; revers : Énée et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

  • 41 A. Dardenay, Les mythes fondateurs de Rome, p. 19, fig. III : Pompéi (Maison IX, 13, 5), copie de (...)

19Un prototype victorieux de ces grands Romains existait dans l’histoire romaine : Romulus offrant les dépouilles opimes au temple de Jupiter Férétrius. Cette imagerie du trophée était coutumière aux Romains, comme le montre l’ouvrage récent d’Alexandra Dardenay41, et Pline y fait référence :

  • 42 Ibid., 17, 3.

« Toi-même tu ne manqueras pas de dépouilles opimes au cas où quelque roi [il s’agit de Décébale] oserait se mesurer à toi […] »42.

  • 43 Par exemple un dupondius de 116-117 : avers : buste de Trajan radié et IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO (...)
  • 44 BMC III, n°689, p. 136 ; RIC II, n°809, p. 310 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 338-339.
  • 45 BMC III, n°704, p. 144 ; RIC II, n°831, p. 313 ; P.-A. Besombes, Monnaies, p. 73 n°483.
  • 46 Aureus, avers : tête de Trajan lauré et IMP CAES NER TRAIAN OPTIM AVG GER DAC PARTHICO ; revers : (...)
  • 47 Alexandrie : revers : trophée avec deux prisonniers parthes et AVT KAI TPAIAN CEB гEP ΔAKIK / LIг  (...)

20Élu de Jupiter, Trajan se représenta souvent entouré de trophées sur ses monnaies43 : reprise républicaine de M. Claudius Marcellus (Fig. 10 ; il s’agit bien du temple de Jupiter Feretrius)44 ; reprise impériale (Titus ; Fig. 11)45 ; ou frappes du règne, à Rome46 et à Alexandrie47. L’évocation de Julien l’Apostat suffit à démontrer l’impact à long terme de ces représentations sur la mentalité romaine :

  • 48 Julien, Les Césars, 8.

« [C’est Zeus – Jupiter qui parle :] je vais introduire à sa suite plusieurs bons empereurs.’ Aussitôt donc Trajan fit son entrée, portant sur ses épaules tous ses trophées, tant ceux des Gètes [Daces] que ceux des Parthes »48.

FIG. 10 : Restitution trajanienne d’un denier original de M. Claudius Marcellus (original daté de 50 avant J.-C.) : avers : tête de Marcellus et MARCELLINVS ; revers : Marcellus portant des dépouilles gauloises vers un temple et MARCELLVS / COS QVINQ / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 11 : Restitution trajanienne d’un aureus de Titus : avers : tête de Titus et IMP TITVS CAES VESPASIAN AVG P M ; revers : trophée avec deux boucliers et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

21Ou encore :

  • 49 Ibid., 28. Le discours que l’auteur prête à Trajan met l’accent sur son succès contre les Gètes [Da (...)

« Vociférant plus que parlant, il se met à étaler devant l’assemblée ses trophées des Mèdes et des Parthes »49.

4. Trajan, homme de paix

22Le pouvoir de l’empereur n’est cependant pas que militaire. Pour prétendre à l’excellence, le « cahier des charges » est plus complet, et c’est encore Pline qui l’énonce :

  • 50 Pline le Jeune, Panégyrique, 4, 5. Voir notre article à paraître sur ces vertus complémentaires ex (...)

« Tel s’est illustré dans la guerre, qui s’est obscurci durant la paix ; tel autre s’est distingué sous la toge, mais non pas sous les armes »50.

23La première entrée à Rome, en 99, marque bien l’arrivée d’un princeps inter parens et non d’un dominus, et les qualités civiles de Trajan se manifestent aussitôt, tout comme ses vertus militaires s’étaient révélées sur le champ de bataille. À propos de la justice rendue non seulement aux citoyens, mais aux alliés barbares, Pline écrit :

  • 51 Pline le Jeune, Panégyrique, 56, 7.

« Il est magnifique déjà de rendre la justice aux citoyens, mais la rendre aux ennemis ! Il est éclatant d’être sur la chaise curule dans la paix assurée du forum ; mais la fixer avec les traces de la victoire dans ces plaines sauvages ! »51.

24Par la iustitia du Prince, la paix règne dans l’Empire :

  • 52 Ibid., 20, 1. En 23, 4, Trajan monte sacrifier au Capitole et la foule l’acclame en souvenir de son (...)

« […] ton amour des camps le cédait à la tendresse pour ta patrie. Ton retour fut paisible et modeste, vraiment celui d’un prince qui revenait de la paix »52.

  • 53 Sesterce, 98-99 : avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM P M ; revers : P (...)
  • 54 Aureus, 98-99 : avers : buste de Trajan lauré et IMP NERVA CAES TRAIAN AVG GERM PM ; revers : Pax (...)
  • 55 Denier, 98-99 ; avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Pax deb (...)
  • 56 Aureus : avers : buste de Tibère lauré et TI CAESAR DIVI AUG F AVGVSTVS ; revers : Pax (ou Livie ? (...)
  • 57 À propos des frappes de 98-99, je me permets de renvoyer à l’article déjà cité « Trajan l’Égyptien (...)
  • 58 Denier, 98-99 ; avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Germani (...)
  • 59 Denier, 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Concord (...)

25En 98-99, Pax figure ainsi sur un sesterce, assise, rameau d’olivier à la main et sceptre au bras53 ; à l’identique sur un aureus54 ; debout sur un denier, avec rameau et cornucopia au bras55 ; elle se manifeste ensuite dans le corpus des monnaies de restitution, avec un aureus copié de Tibère56. Et si la Victoire apparaît sur tout métal de l’année inaugurale du règne57, elle est accompagnée sur les deniers de Fortuna, Rome victorieuse, Germania tenant un rameau d’olivier58, mais aussi de personnages féminins identifiés à Abundantia, Pietas, Vesta et Concordia59. Cette dernière m’intéresse plus particulièrement car elle est chez Pline le Jeune et Tacite l’indice majeur de la précellence de Trajan : sa bonne entente avec le sénat garantit le retour de la concordia, synonyme de libertas.

  • 60 Pline le Jeune, Panégyrique, 62, 4.
  • 61 Ibid., 66, 4.
  • 62 Tacite, Histoires, I, 1.

« César a les mêmes sujets d’approbation et de désapprobation que le sénat »60, affirme Pline, ou : « Tu nous ordonnes d’être libres ; nous le serons »61. Et Tacite d’annoncer au début de ses Histoires : « (…) j’ai réservé pour ma vieillesse le principat du divin Nerva et celui de Trajan, sujets plus riches et moins dangereux, grâce au rare bonheur d’une époque où l’on peut penser ce que l’on veut et dire ce que l’on pense »62.

  • 63 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 128 (index Concordia).
  • 64 P.-A. Besombes, Monnaies, n°498 pl. 25 ; commentaire sur le denier républicain : C. Pérez, Monnaie (...)
  • 65 BMC III, n°700, p. 143 ; RIC II, n°823, p. 312 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°479.
  • 66 U. Kampmann et Th. Ganschow, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, n°27.220. À nouveau en (...)

26On retrouve Concordia surtout aux premières années du principat, de 98 à 103, avec patère, corne d’abondance et autel63 – la transition politique explique le thème, mais il demeure un marqueur fort tout au long du règne. On le rencontre en abondance sur les monnaies restituées : par exemple (Fig. 12) un denier en l’honneur de Paul Émile, avec tête de Concordia sur l’avers et au revers le rappel (avec trophée) du triomphe de Paul Emile sur Persée en 168 avant J.-C. : on le voit, la complémentarité des thèmes trajaniens (victoire extérieure / paix, concorde et liberté intérieures) s’enracine bel et bien dans les pratiques républicaines64. Autre occurrence : un aureus avec Concordia restitué du Divus Claudius (Fig. 13)65 ; à Alexandrie, la divinité Homonoia n’apparaît qu’en 109-11066, An 13 du règne, mais toujours en compagnie d’Eirénè, soit la Pax latine.

FIG. 12 : Restitution trajanienne d’un denier en l’honneur de Paul Emile (original daté de 62 avant J.-C.). Avers : tête féminine voilée et PAVLLVS LEPIDVS / CONCORDIA ; revers : L. Aemilius Paulus en toge devant un trophée, le roi Persée et ses deux enfants, et TER / PAVLLUS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (document d’après P.-A. Besombes, Monnaies, n°498 pl. 25)

FIG. 13 : Restitution trajanienne d’un aureus en l’honneur de Claude. Avers : buste de Claude lauré et DIVVS CLAVDIVS ; revers : Concordia assise avec patère et corne d’abondance, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC PP REST

  • 67 RIC II, n°123, p. 252 ; BMC III, n°312, p. 74 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°422-424.
  • 68 BMC III, n°684, p. 135 ; RIC II, n°797, p. 307 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°501 ; C. Pérez, Monnai (...)
  • 69 BMC III, n°701, p. 143 ; RIC II, n°824, p. 312 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°480.

27En parallèle, se développe donc le thème du retour de la liberté. Les monnaies du règne le proclament (Fig. 14)67, ainsi que les monnaies de restitution : ce denier (Fig. 15)68 est en l’honneur de L. Junius Brutus, premier consul de la République romaine en 509 avant J.-C., avec LIBERTAS sur l’avers ; la divinité apparaît de même sur un aureus restitué de Galba (Fig. 16)69.

FIG. 14 : Aureus, 103-111 (COS V). Avers : buste de Trajan lauré et IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P ; revers : Libertas avec pileus et bâton, et COS V P P S P Q R OPTIMO PRINC

FIG. 15 : Restitution trajanienne d’un denier en l’honneur de L. Junius Brutus (original daté de 60 avant J.-C.). Avers : tête féminine et LIBERTAS ; revers : Brutus accompagné de deux licteurs et d’un accensus, et BRVTVS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 16 : Restitution trajanienne d’un aureus de Galba. Avers : buste de Galba et GALBA IMPERATOR ; revers : Libertas avec pileus et bâton, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 17 : Restitution trajanienne d’un denier anonyme (115-114 avant J.-C.). Avers : tête de Roma et ROMA / X ; revers : Roma assise et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 18 : Restitution trajanienne d’un denier de C. Memmius (original de 56 avant J.-C.). Avers : tête laurée de Quirinus et C MEMMI C F / QVIRINVS ; revers : Cérès voilée, assise, avec épis et roche, devant elle un serpent, et MEMMIVS AED CERIALIA PREI-MVS FECIT / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

  • 70 Denier, 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES TRAIAN AVG GER ; revers : Roma assise su (...)

28Ce retour aux fondements de Rome est essentiel, car il assure la permanence de l’Urbs : Rome règne70. Comme le proclame Florus au début du règne d’Hadrien :

  • 71 Florus, Histoire romaine, praef. Même tonalité chez Julien, Les Césars, 28 : « […] alors que j’ava (...)

« De César Auguste à notre temps (in saeculum nostrum), il n’y eut pas beaucoup moins de deux cents ans, pendant lesquels, sous l’effet de l’inertie des Césars (inertia Caesarum), il vieillit et se réduisit en quelque sorte, sinon que, sous le principat de Trajan, il fit jouer ses muscles : contrairement à toute attente, le vieil Empire voit, comme si on lui avait rendu la jeunesse, ses forces reverdir »71.

  • 72 BMC III, n°673, p. 132 ; RIC II, n°771, p. 306 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°489.
  • 73 BMC III, n°687, p. 136 ; RIC II, n°799, p. 309 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°499 ; commentaire du d (...)
  • 74 À rapprocher de l’aqua Traiana sans doute. Denier, original de 56 avant J.-C. (je n’ai pas trouvé (...)
  • 75 Denier, Italie du sud ( ?), 170 avant J.-C. : avers, tête de Roma, et X / DECIVS MVS ; revers : Di (...)

29Ce renouveau d’énergie militaire garantit l’avenir de la Ville. Un exemplaire républicain de 115-114 avant J.-C. a ainsi été repris par Trajan (Fig. 17) : à la Rome casquée de l’avers répond une Rome assise sur un monceau d’armes au revers, avec les jumeaux et la louve ainsi que deux proues de navire72. L’arrivée d’Énée en Italie a été évoquée par le biais de la monnaie césarienne déjà vue (Fig. 9), et on retrouve Romulus divinisé sur un denier restitué avec QVIRINVS (Fig. 18)73. Un autre denier restitué rappelle Ancus Marcius, quatrième roi de Rome, et son « descendant » le préteur Q. Marcius Rex bâtisseur de l’aqua Marcia en 146 avant J.-C.74, et d’autres les héros Horatius Coclès et Decius Mus, qui sauvèrent Rome75.

  • 76 Par exemple un denier de 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; (...)
  • 77 RIC II, n°789 p. 307 ; BMC III, n°682, p. 134 ; commentaire du denier original dans H. Zehnacker, M (...)
  • 78 Denier, original de M. Aemilius Lepidus, 61 avant J.-C. : avers : buste de la vestale Aemilia avec (...)
  • 79 RIC II, n°795-796 p. 309 ; BMC III, n°685, p. 135, et 24 p. 140 pl. 22.22 ; commentaire du denier o (...)
  • 80 Aureus, avers : buste de Claude lauré et DIVVS CLAVDIVS ; revers : Vesta assise avec patère et tor (...)
  • 81 Aureus : avers : buste de Jupiter lauré avec palme et DIVVS IOM CAPITOLI ; revers : Vesta assise a (...)

30Le feu de Vesta incarne cette permanence de la Ville. Aussi est-ce sans surprise que la déesse figure durant tout le règne dans le monnayage trajanien76, et c’est la divinité la plus citée dans le corpus des monnaies de restitution : elle figure sur un denier de 61 avant J.-C. avec Vesta et du matériel sacrificiel (Fig. 19)77 ; sur un second, avec la vestale Aemilia et la Basilica Aemilia78, thème peut-être contemporain de l’inauguration ex manubiis de la Basilica Ulpia du Forum de Trajan le 1er janvier 112 ; sur un troisième, avec buste de la déesse, édifice avec sella curulis et matériel de vote des citoyens (urne et tablette) (Fig. 20)79 : cette monnaie porte alternativement la légende VEST (A) ou LIBERTAS inscrite sous le buste féminin, ce qui atteste la double valence de la représentation. Enfin deux monnaies impériales restituées illustrent le thème : un aureus de Claude80, et un autre de Galba81 : ce dernier associe Vesta et Jupiter Capitolin, dieu cher à Trajan.

FIG. 19 : Restitution trajanienne d’un denier de P. Sulpicius Galba (original de 61 avant J.-C.). Avers : buste de Vesta et SC ; revers : couteau, vase et hache sacrificielles, et AE CVR / P GALB / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 20 : Restitution trajanienne d’un denier de Q. Cassius (original de 58 avant J.-C.). Avers : buste de Vesta et Q. CASSIVS / VEST ; revers : monument et matériel de vote, AC / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 21 : Denier, 103-111 après J.-C. (COS V). Avers : tête de Trajan lauré et IMP TRAIA-NO AVG GER DAC PM TRP ; revers : personnage féminin debout, voilée, avec tête de Sol radiée main droite et Luna avec croissant sur le front main gauche, et COS V PP SPQR OPTIMO PRINCIPI AET AVG

FIG. 22 : Restitution trajanienne d’un denier de L. Lucretius Trio (original daté de 76 avant J.-C.) Avers : tête de Sol ; revers : croissant de lune et sept étoiles, et L LVCRETI TRIO / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

  • 82 BMC III, n°373, p. 81 ; RIC II, n°91, p.250 (denier) ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°445-446 ; n°650 (...)
  • 83 BMC III, n°681, p. 134 ; RIC II, n°785, p. 307 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°497 ; commentaire du d (...)
  • 84 BMC III, p. 141 n°34 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 489 n°1002. Même monétaire que celui de Valeria Lup (...)
  • 85 BMC III, n°691, p. 137 ; RIC II, n°814, p. 310 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 220 note 120.
  • 86 Ultime apparition de Sol sur des aurei du règne : COS VI, soit en 113-117, lors des guerres contre (...)
  • 87 P.-A. Besombes, Monnaies, n°934.

31Le successeur de Nerva assure donc la permanence, voire l’éternité de Rome. Un petit groupe de deniers du COS V et COS V DESIGNATVS VI (103-111) présentent en effet une personnification féminine porteuse de Sol et Luna et identifiée à Aeternitas grâce à la légende AET AVG (Fig. 21)82. Là encore, les monnaies de restitution témoignent de l’importance de cet élément idéologique : un denier restitué de 76 avant J.-C. (Fig. 22) montre le soleil sur l’avers, et sur le revers un croissant de lune et sept étoiles83 ; un autre, de 45 avant J.-C., montre Sol radiée et Diane en bige84 ; enfin (Fig. 23) un denier repris de 42 avant J.-C. montre encore Apollon et Diane85. Cette fréquence est d’autant plus remarquable qu’Apollon n’apparaît jamais sur les monnaies de Trajan86… et Diane y est très discrète : elle ne figure que sur un semis87.

FIG. 23 : Restitution trajanienne d’un denier de L. Valerius Acisculus (76 avant J.-C.). Avers : tête de Sol radiée et ACISCVLVS ; revers : Diane en bige et L. VALERIVS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

FIG. 24 : Restitution trajanienne d’un denier de P. Clodius (original de 42 avant J.-C.). Avers : tête d’Apollon avec lyre ; revers : Diane tenant deux torches et M F / P CLODIVS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

  • 88 Aureus : avers : tête de César et DIVVS IVLIVS ; revers : Némesis ailée avec un caducée ailée et u (...)
  • 89 Aureus : avers : tête de Trajan cuirassé et IMP TRAIANO AVG GER DAC PM TRP ; revers : Némesis posa (...)

32De manière générale, les monnaies de restitution constituent un bon révélateur des thèmes idéologiques du règne de l’Optimus Princeps. Une unique monnaie reprise d’Auguste, mais en l’honneur du Divus Iulius (Fig. 24)88, montre ainsi Némesis ailée avec un caducée et un serpent au pied : à l’origine en relation avec la vengeance du meurtre de César et sa divinisation, ce choix trouve un écho unique dans un aureus trajanien du COS V89, contemporain de la Seconde Guerre Dacique et de ses slogans martiaux, tel celui rapporté par Ammien Marcellin :

  • 90 Ammien Marcellin XXIV, 3, 8.

« Puissé-je ainsi voir les Dacies réduites à la condition de provinces ! et franchir également sur un pont le Danube aussi bien que l’Aufide ! »90.

33Ou encore, selon Dion Cassius :

  • 91 Sur la pratique des serments par Trajan, Dion Cassius LXVIII, 5.

« Lorsqu’il fut devenu empereur, il écrivit au sénat de sa propre main, entre autres choses, qu’il ne ferait périr ou ne noterait d’infamie aucun homme de bien ; et ces promesses, il le confirma par serments, tant sur le moment que dans la suite »91.

34Punition des superbes, protection des justes : Némesis joue ici un rôle double, complémentaire, dans la paix et dans la guerre.

35Autre qualité du nouvel empereur, sa moderatio. Pline le Jeune la mentionne :

  • 92 Pline le Jeune, Panégyrique, 16. Formule en écho chez Julien, Les Césars, 28 : « Quant aux Parthes (...)

« Ta modération mérite d’autant plus d’être prônée que, nourri dans la gloire guerrière, tu aimes la paix (…) Tu ne crains pas les guerres mais ne les provoques pas »92.

  • 93 Pline le Jeune, Panégyrique, 73, 1 : laetitia ; 74, 1 ; 74, 4 ; 74, 5 : felicitas liée à la pietas(...)

36D’autres notions sont encore citées par Pline : le bonheur, la félicité, la charité ou la clémence93, clémence dont Julien fit la qualité première de Trajan :

  • 94 Julien, Les Césars, 28 ; en regard, César est dit « jouer les généreux »...

« De tous les empereurs qui m’ont précédé, j’ai été, au regard de mes sujets, le plus clément, et ni César ici présent, non plus qu’aucun autre ne pourrait me contester ce titre, tant il est évident (…). Clément envers mes sujets, redoutable entre tous mes ennemis, n’ai-je pas également révéré votre fille, la philosophie ?’Sur ces mots de Trajan il fut décidé qu’il l’emportait en clémence sur tous les autres, les dieux montrant par là tout le plaisir que leur cause cette vertu »94.

  • 95 Aureus de 69. Avers : A VITELLIVS IMP GERMANICVS ; revers : CLEMENTIA IMP GERMAN (H. Mattingly, Co (...)

37Le thème n’apparaît cependant pas dans le monnayage, pas plus que dans celui des autres empereurs (sauf sur une frappe espagnole de Vitellius95).

  • 96 Pline le Jeune, Panégyrique, 18, 2 ; 27, 1 ; 33, 3 (aux Jeux) ; 42, 3 (sécurité domestique) ; 43 ( (...)

38En définitive, les deux thèmes majeurs qui s’entremêlent chez Pline sont la liberté (intérieure) et la sécurité (extérieure)96, accompagnées par la fécondité universelle :

  • 97 Ibid., 32, 1 ; et 79, 6, sur les provinces satisfaites.

« Quelle joie pour toutes les provinces d’être tombées sous notre loi, puisque nous devons à la fortune un prince capable de faire passer d’un lieu à l’autre la fécondité de la terre (…) »97.

39Le tout est lié à la personne de l’empereur :

  • 98 Ibid., 88, 7-10.

« Nous ne te prions pas pour la paix, pour la concorde, pour la sécurité, pour la richesse, pour les honneurs : un seul et unique vœu, qui embrasse tous ces biens, le salut du prince »98.

  • 99 Denier, avers : tête de Trajan lauré et IMP TRAIANO AVG GER DAC PM TRP ; revers : Spes tenant une (...)
  • 100 U. Kampmann et Th. Ganschow, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, n°27.7, 27.22, 27.95…
  • 101 Citée dans BMC III, n°7 p. 145 ; RIC II n°822.
  • 102 Pline le Jeune, Panégyrique, 94, 2.

40Le thème de l’excellence trajanienne trouve son expression synthétique dans une allégorie féminine présente à Rome lors du COS V99, à Alexandrie au début du règne (Ans 2 et 4) puis de l’Année 11 (107-108100) à la fin : Elpis, Spes en latin, l’Espoir, personnage féminin tenant une fleur ; elle-aussi bénéficia d’une restitution tirée du règne de Claude101. Espoir que Rome refleurisse, avec sa liberté et son énergie conquérante. Avec Trajan, Optimus car égal à Jupiter et meilleur que César et Auguste102, l’idéal est atteint. Comme l’écrit Pline :

  • 103 Ibid., 75, 1.

« Mais pourquoi poursuivre et rassembler les détails ? Comme si vraiment je pouvais faire tenir dans un discours ou garder dans ma mémoire les faits que, pour les soustraire à l’oubli, vous avez décidé, Pères conscrits, de faire insérer aux Actes publics et de graver dans le bronze »103.

Fig. 25 : Restitution trajanienne d’un denier de L Scribonius Libo (original de 55 avant J.-C.). Avers : tête de Bonus Eventus et LIBO / BON EVEN ; revers : Puteal Scribonianum avec guirlandes et lyres, et PUTEAL SCRIBON / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST

  • 104 BMC III, p. 135 n°686 pl. 23.1 ; RIC II, p. 307 n°787 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 582 n°927-928.
  • 105 P.-A. Besombes, Monnaies, index « Bonus Eventus ».
  • 106 Le puteal scribonianum figuré au revers est un lieu sacré du forum romain, car frappé par la foudr (...)

41Dans la guerre comme dans la paix, Trajan demeura donc le modèle des Romains. Une unique monnaie de restitution présente Bonus Eventus (Fig. 25)104, et plusieurs coins du règne, datés du COS VI (112-117)105, portent la même légende. À quel « Bon événement » ces frappes font-elles allusion ? L’inauguration par Trajan de la via Traiana jusqu’à Bénévent, ville d’Italie rebaptisée ainsi après la victoire de Manius Curius Dentatus en 275 avant J.-C. sur Pyrrhus, est une possibilité, mais le bon déroulement de la guerre contre les Parthes en est une autre106.

  • 107 Pline le Jeune, Panégyrique, 51, 3 : « Mais combien au contraire tu vois grand pour les ouvrages p (...)
  • 108 Ibid., 45, 6.

42Ainsi porté par cette mémoire métallique et littéraire, par le marbre de la colonne Trajane, du Forum et de la Basilica Ulpia107, le « Bon Événement » que constitua le saeculum Traiani ne pouvait s’effacer. Aux successeurs de méditer cette ultime sentence plinienne et de s’efforcer d’égaler, par les faits, le Meilleur des Princes : « L’effroi (metus) est un bien mauvais maître de morale. Le meilleur enseignement des hommes réside dans les exemples (exemplis) dont le principal mérite est de prouver que leurs préceptes sont exécutables »108.

Liste des illustrations

43Sauf mention contraire, tous les documents sont publiés avec l’aimable autorisation du British Museum (http://www.britishmuseum.org) : que leurs responsables trouvent ici mes remerciements les plus vifs.

Bibliographie

Sources

Ammien Marcellin, Histoire XXIV, texte établi et traduit par J. Fontaine, Paris 1977.

Dion Cassius, Histoire romaine, LXVIII, traduction de E. Gros et V. Boissée, Paris 1867 (voir également la traduction anglaise de E. Cary, Londres 1970).

Dion Chrysostome, Discours I, d’après la traduction anglaise de J.W. Cohoon, Londres 1949.

Florus, Œuvres, texte établi et traduit par P. Jal, Paris 1967.

Julien, Les Césars, texte établi et traduit par C. Lacombrade, Paris 1964.

Pline Le Jeune, Panégyrique, texte établi et traduit par M. Durry, Paris, 1959.

Tacite, Histoires I, texte établi et traduit par H. Goelzer, Paris 1959.

Bibliographie

Bakhoum Soheir, Sylloge Nummorum Graecorum France 4 ; Alexandrie I. Auguste-Trajan, Paris-Zurich 1998.

Belloni Gian G., « La colonna Traiana, qualche questione », dans Aevum, 64, 1990, p. 95-102

Bennett Julian, Trajan Optimus Princeps, Londres, 1997.

Besombes Paul-André, Monnaies de l’Empire romain IV. Trajan (98-117 après J.-C.), Paris-Strasbourg, 2008.

Coarelli Filippo, « Moneta. Le officine della Zecca di Roma tra repubblica e impero », Annali Istituto italiano di numismatica, 1994, p. 23-66.

Crawford M. H., Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974,

Dardenay Alexandra, Les mythes fondateurs de Rome. Images et politique dans l’Occident romain, Paris 2010.

Fittschen Karl, « Das Bildprogramm des Trajansbogens zu Benevent », dans Archäologischer Anzeiger, 87, 1972-1974, p. 742-788.

Galinier Martin, « L’image publique de Trajan », dans Florence Dupont et Clara Auvray-Assayas (dir.), Images romaines, Paris, Etudes de littérature ancienne 9, 1998, p. 115-141.

Galinier Martin, La colonne Trajane et les forums impériaux (collection de l’Ecole française de Rome 382), Rome, 2007.

Galinier Martin, « Trajan l’Égyptien : portrait croisé d’un empereur, dans le monnayage romain et alexandrin », dans Stéphane Benoist, Anne Daguet-Gagey, Chr. Hoët-van Cauwenberghe éd., Figures d’empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (IIe s. av. n.è.-VIe s de n.è.), Collection Archaiologia, Lille, 2011 p. 123-152.

Galinier Martin, « DOMI FORISQUE : les vêtements romain de la Vertu », dans Vêtements antiques : s’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Centre ANHIMA (Anthropologie et Histoire des mondes anciens, Paris), 26-27 novembre 2009 (à paraître).

Gangloff Anne, « Le Sophiste Dion de Pruse, le bon roi et l’empereur », Revue Historique 2009.1, n°649, p. 3-38.

Kampmann Ursula Et Ganschow Thomas, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, Battenberg 2008.

Lasserre Jean-Marie, Manuel d’épigraphie romaine 2, Paris, 2005.

Mattingly Harold et Sydenham Edward A., The Roman Imperial Coinage II.Vespasian to Hadrian, Londres, 1923.

Mattingly Harold, Coins of the Roman Empire in the British Museum I : Augustus to Vitellius, Londres, 1976.

Mattingly Harold, Coins of the Roman Empire in the British Museum III : Nerva to Hadrian, Londres, 1936.

Milella Marina, « I ritrovamenti », Archeologia Classica, 41, 1989, p. 55-100.

Pérez Christine, Monnaie du pouvoir, pouvoir de la monnaie (Centre de recherches d’Histoire ancienne 71 – Annales littéraires de l’Université de Besançon 332), Paris 1986.

Poole R. Stuart, Catalogue of the Coins of Alexandria and the Nomes (A Catalogue of the greek Coins in the British Museum), Bologne 1964.

Poulle Bruno, « Rome vue par l’humaniste Jean-Jacques Boissard (1528-1602) », dans P. Fleury et O. Desbordes éd., Roma illustrata Caen, 2008, p. 365-376.

Reinach Salomon, Répertoire des reliefs grecs et romains I : Les ensembles, Paris, 1909.

Smallwood E. M., Documents illustrating the Principates of Nerva Trajan and Hadrian, Cambridge, 1966.

Ungaro Lucrezia Et Milella Marina, « Marmi del Foro di Traiano », dans I luoghi del consenso imperiale. Il Foro di Augusto, Il Foro di Traiano : catalogo, Rome, 1995, p. 99-243.

Hubert Zehnacker, Moneta. Recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 avant J.-C.), Rome 1973.

Notes

1 D’après le tableau synthétique de J. Bennett, Trajan Optimus Princeps, p. VIII-IX. Voir également E. M. Smallwood, Documents illustrating the Principates of Nerva Trajan and Hadrian, p. 2 (fastes consulaires), p. 29 (fasti ostienses) ; et J.-M. Lasserre, Manuel d’épigraphie romaine 2, p. 1007-1008.

2 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Paris, 1734, chapitre XV : « Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l’histoire ait jamais parlé. Ce fut un bonheur d’être né sous son règne. Il n’y en eut point de si heureux ni de si glorieux pour le peuple romain. Grand homme d’état, grand capitaine, ayant un coeur bon qui le portait au bien, un esprit éclairé qui le montrait le meilleur, une âme noble, grande, belle, avec toutes les vertus, n’étant extrême sur aucune. Enfin l’homme le plus propre à honorer la nature humaine, et à représenter la divine ».

3 Du De Dacica de Trajan, subsistent cinq mots : Inde Berzobim, deinde Aizim processimus. Fragment dans Priscien, Institutiones Grammaticae VI, 13 (cité par G.G. Belloni, « La colonna Traiana, qualche questione », p. 95 note 3).

4 Pline le Jeune, Panégyrique, 2, 7 : « Est-il rien qui convienne mieux à un citoyen, mieux à un sénateur que ce titre d’Optimus que nous lui avons décerné […] ». Et surtout 88, 4-10.

5 Ibid., 9, 2 ; 14-15.

6 Le portait que dresse de lui Dion Cassius LXVIII, 6-7, est complet : « Bien loin de porter envie à quelqu’un ou de l’amoindrir, il honorait tous les gens de bien et il les élevait en dignité ; aussi ne redoutait-il et ne haïssait-il aucun d’eux. Il n’ajoutait aucune foi aux calomnies, et n’était nullement esclave de la colère. Il s’abstenait du bien d’autrui à l’égal des guerres injustes. […] Il mettait de la douceur dans ses rapports avec le peuple, et de la dignité dans ses entretiens avec le sénat ; chéri de tous, et redoutable seulement aux ennemis. Il prenait part au chasses des citoyens, à leurs festins, à leurs travaux et à leurs projets, comme aussi à leurs distractions ; souvent même il occupait la quatrième place dans leur litière, et il ne craignait pas d’entrer sans garde dans leur maison ».

7 Seuls défauts que lui attribue Dion Cassius LXVIII, 7 : « Je sais bien qu’il avait la passion des jeunes garçons et du vin ». Mais il commence le résumé de son règne par ces mots : « Il dépensait beaucoup pour la guerre, beaucoup aussi pour des travaux pendant la paix ; mais les dépenses les plus nombreuses et les plus nécessaires avaient pour objet la réparation des routes, des ports et des édifices publics […] ».

8 M. Galinier, « L’image publique de Trajan », 1998 (le présent article entend compléter cette première étude, consacrée aux monnaies du règne) ; M. Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux, 2007, en particulier p. 261-268.

9 Aureus de 112-117 : avers : buste de Trajan et IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P ; revers : Trajan sous le bras de Jupiter portant le foudre et CONSER-VATORI PATRIS PATRIAE (P.-A. Besombes, Monnaies, n°736, p. 94 ; H. Mattingly, A. Sydenham, The Roman imperial coinage II (dorénavant RIC II), n°250, p. 261 ; H. Mattingly, Coins of the roman empire in the British Museum III (dorénavant BMC III), n°493, p. 100). La première apparition de Jupiter dans le monnayage trajanien date de COS V, soit 103-111 (P.-A. Besombes, Monnaies, n°648, p. 86 : quadrans avec Junon et Minerve, soit la triade capitoline).

10 Pline le Jeune, Panégyrique, 1.

11 Ibid., 8, 1 : « Aussi n’est-ce pas dans un appartement (non in cubiculo), mais dans un temple (in templo), non devant le lit nuptial (genialem torum), mais devant le pulvinar de Jupiter Optimus Maximus que l’adoption a été consommée, qui fondait enfin non notre servitude, mais notre liberté et notre bonheur et notre sécurité ». Également sur le « dieu ton père » (Jupiter) : 23 ; et sur Jupiter qui n’a plus qu’à régner sur le ciel, Trajan remplissant « son rôle à l’égard du genre humain tout entier » : 80, 4.

12 Certainement la statue représentée sur un aureus de Trajan du COS V, 103-111, avec le dieu assis tenant la Victoire main droite (P.-A. Besombes, Monnaies, n°417 pl. 22 ; RIC II n°153, p. 255).

13 Pline le Jeune, Panégyrique, 8, 3.

14 Ibid., 7, 4.

15 P.-A. Besombes, Monnaies, n°3 p. 36 ; Également : RIC II, n°28, p. 246 ; BMC III, n°54, p. 38. Hadrien se fit représenter à l’identique en 117, preuve que l’imagerie était efficace (RIC II, n°2c, p.338, BMC III, n°4, p. 237).

16 Pline le Jeune, Panégyrique, 2, 3 ; voir également 20 ; 47-50 ; 52 ; 54-55 ; 81, 4 – 85 ; etc.

17 Ibid., 2, 6.

18 Ibid., 14, 5.

19 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 41 n°75. Également : RIC II, n°37, p.247 ; BMC III, n°56, p.38. Sur Hercule et Antoine : Plutarque, Antoine, 5.

20 Quadrans à l’identique de l’aureus précédent : BMC III, n°1058, p.225 ; RIC II, n°690, p.293.

21 BMC III, n°1072, p. 227 ; RIC II, n°699, p. 293.

22 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 33, les date entre 105 et 107 ou 108 et 111. Le seul indice chronologique est la mention des titres GER (manicus) et DAC (icus), ce qui permet de dater, d’après J.-M. Lasserre Manuel d’épigraphie romaine 2, p. 1007, entre printemps 102 et février 116. Mais il est probable que ces frappes, liées à la victoire dacique, ont accompagné le triomphe de l’été 107.

23 BMC III, n°674, p. 132 (110 avant J.-C.) ; RIC II, n°773, p. 306 (111 avant J.-C.) ; le site du British Museum (http : / / www.britishmuseum.org : bonnes reproductions et fiches techniques récentes) donne la date de 112-111 avant J.-C. Commentaire (sur la monnaie républicaine) dans H. Zehnacker, Moneta, p. 527 et 532 n°563.

24 Restitution d’un denier de Marcus Eppius. Avers : Q METELL SCIPIO IMP (Q Caecilius Metellus Pius Scipio) ; revers : EPPIVS LEG F C, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (BMC III, n°33 p. 141 pl. 23.6).

25 AVT TPAIAN CEB GEPM DAKIK / LI ; An 10, 106-107 (document d’après Soheir Bakhoum, Alexandrie I. Auguste-Trajan, n°1044).

26 Julien, Les Césars, 37-38 (pour mémoire, Constantin se dirige vers la Mollesse et la Débauche, où l’attend le Christ…). Autres points communs (18, et 28) : Alexandre et Trajan sont décrits par Silène comme attirés par la boisson (voir à ce propos Dion Cassius, note 7 ci-dessus).

27 Julien, Les Césars, 34.

28 Ibid., 31.

29 J.-J. Boissard, Romanae Urbis Topographia et Antiquitates IV, Francfort 1598, planche 80 : en haut, inscription : « In Carpensibus Hortis » ; buste (de Trajan ?) ; sous le relief, la dédicace : IMP CAESARI DIVI NERVAE FILIO / NERVAE TRAIANO AVG GERMANICO / DACICO PONT MAX TRIB POTEST VIIII / IMP IIII COS III. La neuvième puissance tribunicienne est bien contemporaine de la 4e acclamation Imperator, entre automne 104 et mai 105, mais pas du 3e consulat (année 100)… à moins qu’il n’y ait une lacune ou une erreur de retranscription (COS V ou IIIII au lieu de COS III), auquel cas la dédicace serait cohérente et daterait de l’automne 104 - mai 105 (J.-M. Lasserre, Manuel d’épigraphie romaine 2, p. 1007 ; ce dernier indique d’autres inscriptions trajaniennes avec titres aberrants du fait d’erreurs de lapicide). À propos de J.-J. Boissard, voir B. Poulle, « Rome vue par l’humaniste Jean-Jacques Boissard (1528-1602) », dont p. 372 sur certaines de ses inscriptions, imaginaires… ce qui ne paraît pas le cas ici (voir M. Milella, « I ritrovamenti », p. 87 et 90, à propos de ce bas-relief).

30 Voir la restitution de la scène de l’arc de Bénévent, avec Jupiter, Mercure et Hercule dans S. Reinach, Répertoire I, 1909, p. 64 Figure 1 ; et une photographie dans l’article de K. Fittschen, « Das Bildprogramm des Trajansbogens zu Benevent », p. 772 figure 23.

31 Extraits de Dion Chrysostome, Discours I, 56-68. Voir A. Gangloff, « Le sophiste Dion de Pruse, le bon roi et l’empereur ».

32 BMC III, n°702, p. 143 ; RIC II, n°828, p. 312. La consecratio de plusieurs empereurs est citée sur les monnaies de restitution trajaniennes : RIC II, p. 311 n°820, BMC III, p. 142 n°699 (avers : tête d’Auguste laurée et DIVVS AVGVSTVS ; revers : aigle entre deux étendards) ; RIC II, p. 312 n°823, BMC III, p. 143 n°700 (avers : tête laurée de Claude et DIVVS CLAVDIVS ; revers : Concordia assise / ou : Vesta) ; RIC II, p. 313 n°833, BMC III, p. 144 n°705 (avers : tête laurée de Titus et DIVVS TITVS ; revers : trône avec foudre ailée / ou Minerve et Mars face à face) ; (RIC II, p. 313 n°835 ; BMC III, p. 144 n°706 (avers : tête de Nerva laurée et DIVVS NERVA ; revers : Nerva dans un char tiré par deux éléphants / ou : deux mains jointes).

33 Pline le Jeune, Panégyrique, 10, 3.

34 Ibid., 12, 1.

35 Ibid., 53, 1.

36 Ibid., 13, 4.

37 Ibid., 88, 6.

38 Sur le Forum de Trajan, des imagines clipeatae composaient une galerie non d’ancêtres, mais d’exemples vertueux que l’Optimus Princeps avait surpassé : Trajan pater ou Nerva (L. Ungaro et M. Milella, « Marmi del Foro di Traiano », p. 107) ; autres portraits : Agrippina Minor ; fragments de César ; Livie ; Agrippine ; Vespasien (M. Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux, 2007, p. 203-204).

39 Pompée : BMC III, n°693, p. 137 ; RIC II n°811, p. 310 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 618, y voit la preuve de la pietas de Sextus pour son père ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 223 et 278-279. César : RIC II, n°801, p. 309 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 750 n°1013 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 270-271, 382-384 : symbole de la pietas.

40 Pline le Jeune, Panégyrique, 55, 6. Ou encore : 57, 5.

41 A. Dardenay, Les mythes fondateurs de Rome, p. 19, fig. III : Pompéi (Maison IX, 13, 5), copie de fresques ornant la façade : Romulus portant un trophée ; même maison, représentation de la fuite d’Énée portant Anchise et guidant Iule. Aureus d’Hadrien, 128-132 : avers : buste d’Hadrien et HADRIANVS AVGVSTVS P P ; revers : Romulus portant un trophée et ROMVLO CONDITORI (ibid., p. 120 ; RIC II, n°370, p. 382 ; BMC III, n°528, p. 306). Sous Hadrien, l’hommage au « Fondateur » renvoie aussi à Trajan.

42 Ibid., 17, 3.

43 Par exemple un dupondius de 116-117 : avers : buste de Trajan radié et IMP CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC P M TR P COS VI P P ; revers : Trajan en cuirasse entre deux trophées et SC / SENATVS POPVLVSQVE ROMANVS (P.-A. Besombes, Monnaies, p. 111-112 n°926-929 ; BMC III, n°1051-1054, p. 224 ; RIC II, n°676, p. 292).

44 BMC III, n°689, p. 136 ; RIC II, n°809, p. 310 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 338-339.

45 BMC III, n°704, p. 144 ; RIC II, n°831, p. 313 ; P.-A. Besombes, Monnaies, p. 73 n°483.

46 Aureus, avers : tête de Trajan lauré et IMP CAES NER TRAIAN OPTIM AVG GER DAC PARTHICO ; revers : trophée avec deux prisonniers parthes et PARTHIA CAPTA PM TRP COS VI PP SPQR (RIC II, n°324 pl. IX. 149 ; P.-A. Besombes, Monnaies, p. 106 n°863-864 ; datation : 116-117).

47 Alexandrie : revers : trophée avec deux prisonniers parthes et AVT KAI TPAIAN CEB гEP ΔAKIK / LIг ; An 13, 109-110 (R. Stuart Poole, Catalogue of the Coins of Alexandria and the Nomes, n°562 pl. XXXI ; U. Kampmann et Th. Ganschow, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, n°27.206).

48 Julien, Les Césars, 8.

49 Ibid., 28. Le discours que l’auteur prête à Trajan met l’accent sur son succès contre les Gètes [Daces] dont il vante le courage. Et ailleurs (17) : « Hermès invita donc Jules César à comparaître, puis Octavien après lui et Trajan en troisième lieu, en leur qualité de grands hommes de guerre ».

50 Pline le Jeune, Panégyrique, 4, 5. Voir notre article à paraître sur ces vertus complémentaires exprimées par le vêtement : « DOMI FORISQUE : les vêtements romain de la Vertu », dans Vêtements antiques : s’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Centre ANHIMA (Anthropologie et Histoire des mondes anciens), Paris.

51 Pline le Jeune, Panégyrique, 56, 7.

52 Ibid., 20, 1. En 23, 4, Trajan monte sacrifier au Capitole et la foule l’acclame en souvenir de son adoption.

53 Sesterce, 98-99 : avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM P M ; revers : Pax assise et TR POT COS II P P / SC (RIC II, n°401, p. 273 (type) ; BMC III, n°718, p. 148 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°25-26, 28-33 et 61 ; denier à l’identique : n°4).

54 Aureus, 98-99 : avers : buste de Trajan lauré et IMP NERVA CAES TRAIAN AVG GERM PM ; revers : Pax assise avec rameau d’olivier et sceptre, TRP COS II P P (RICII, n° 29, p. 246 ; BMCIII, n° 48 p. 37).

55 Denier, 98-99 ; avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Pax debout avec rameau et corne d’abondance et P M TR P COS II P P (BMC III, n°40, p. 36 ; RIC II, n°6, p. 245 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°15-16 et 54-57).

56 Aureus : avers : buste de Tibère lauré et TI CAESAR DIVI AUG F AVGVSTVS ; revers : Pax (ou Livie ?) assise avec sceptre et fleur et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°821 p. 311 ; BMC III, n°6 p. 144).

57 À propos des frappes de 98-99, je me permets de renvoyer à l’article déjà cité « Trajan l’Égyptien : portrait croisé d’un empereur, dans le monnayage romain et alexandrin ».

58 Denier, 98-99 ; avers : buste de Trajan lauré et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Germania assise sur un monceau d’armes, fleur à la main, et P M TR P COS II P P (BMC III, n°35, p. 36 ; RIC II, n°5, p. 245 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°8).

59 Denier, 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Concordia assise devant un autel, avec patère et double corne d’abondance, et PONT MAX TR POT COS II (RIC II, n°12, p. 245 ; BMC III, n°5, p. 32 ; P.-A. Besombes, Monnaies, denier : n°12-13 et 52 ; sesterce de même type : n°23 et 62).

60 Pline le Jeune, Panégyrique, 62, 4.

61 Ibid., 66, 4.

62 Tacite, Histoires, I, 1.

63 P.-A. Besombes, Monnaies, p. 128 (index Concordia).

64 P.-A. Besombes, Monnaies, n°498 pl. 25 ; commentaire sur le denier républicain : C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 342-343.

65 BMC III, n°700, p. 143 ; RIC II, n°823, p. 312 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°479.

66 U. Kampmann et Th. Ganschow, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, n°27.220. À nouveau en 110-111 (n°27.312) ; en 112-112 (n°27.445-446) ; 113-114 (n°27.528-529) ; 116-117 : Eirénè seule (n°27.663 et 665, 671-674).

67 RIC II, n°123, p. 252 ; BMC III, n°312, p. 74 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°422-424.

68 BMC III, n°684, p. 135 ; RIC II, n°797, p. 307 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°501 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 56 et 298. H. Zehnacker, Moneta, p. 511-512 n°906, fait de l’original de Q. Caepio Brutus « les symboles des vertus républicaines » (daté de 60 avant J.-C. : ibid. p. 593 et 701).

69 BMC III, n°701, p. 143 ; RIC II, n°824, p. 312 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°480.

70 Denier, 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES TRAIAN AVG GER ; revers : Roma assise sur des armes, avec Victoire et parazonium, et PONT MAX TR POT COS II (P.-A. Besombes, Monnaies, n°9).

71 Florus, Histoire romaine, praef. Même tonalité chez Julien, Les Césars, 28 : « […] alors que j’avais reçu un empire languissant et, pour ainsi dire, déchiré tant par la tyrannie domestique qui en avait été longtemps maîtresse que par l’insolence des Gètes, seul j’ai eu l’audace de soumettre les peuples situés au delà du Danube ».

72 BMC III, n°673, p. 132 ; RIC II, n°771, p. 306 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°489.

73 BMC III, n°687, p. 136 ; RIC II, n°799, p. 309 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°499 ; commentaire du denier original dans H. Zehnacker, Moneta, p. 509-510 et p. 705 n°921.

74 À rapprocher de l’aqua Traiana sans doute. Denier, original de 56 avant J.-C. (je n’ai pas trouvé de reproduction de la restitution trajanienne) : avers : tête d’Ancus Marcius et ANCVS ; revers : statue équestre sur aqueduc et AQVA MAR PHILIPPVS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°798, p. 309 ; BMC III, n°28, p. 140 ; commentaire du denier original dans H. Zehnacker, Moneta, p. 510, p. 515 et p.580 n°919 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p.91). Numa, second roi de Rome, existait dans le monnayage républicain (par exemple H. Zehnacker, Moneta, p.543, n°607, denier de L. Pomponius Molo, 93-91 avant J.-C.) : son absence des restitutions trajaniennes est-il le fruit des lacunes de la documentation, ou le reflet d’un choix délibéré ?

75 Denier, Italie du sud ( ?), 170 avant J.-C. : avers, tête de Roma, et X / DECIVS MVS ; revers : Dioscures à cheval, au sol armes et ROMA (RIC II, p. 305 n°766 ; BMC III, n°3 p. 138 pl. 22.4) ; Denier, Italie du sud ( ?), 170 avant J.-C. : avers, tête de Roma, et X / COCLES ; revers : Dioscures à cheval et tête féminine, et ROMA (RIC II, p. 305 n°767 ; BMC III, n°2 et 3, p. 138, pl. 22.2-3).

76 Par exemple un denier de 98-99 : avers : tête de Trajan laurée et IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM ; revers : Vesta voilée, assise et avec patère et torche, et PONT MAX TR POT COS II (RIC II, n°21, p. 246 ; BMC III, n°3, p. 322 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°17 p. 37). En fin de règne (112-117), c’est à Plotine que revient la frappe des aurei en l’honneur de Vesta (P.-A. Besombes, Monnaies, n°676-681 et 909).

77 RIC II, n°789 p. 307 ; BMC III, n°682, p. 134 ; commentaire du denier original dans H. Zehnacker, Moneta, p. 579-580 n°839 : emblèmes du pontificat / Vesta ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 73 note 117.

78 Denier, original de M. Aemilius Lepidus, 61 avant J.-C. : avers : buste de la vestale Aemilia avec couronne et simpulum ; revers : vue de la basilique Émilienne et M LEPID-VUS REF SC / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°790 p. 307 ; BMC III, n°683, p. 134 pl. 22.17 ; et H. Zehnacker, Moneta, p. 510 n°833-834 et p. 581-582 : pour cet auteur, l’allusion portait aussi sur les fondateurs de Rome : « M. Aemilius Lepidus, le futur triumvir, présente probablement au droit de ses deniers Syd. 833-834 une effigie de la vestale Aemilia qui était, d’après une tradition également conservée par Plutarque [Romulus, 2], la mère de Romulus et Rémus »). Une autre Romaine fut mise en valeur sur le monnayage restituée de Trajan : le modèle était un denier de 45 avant J.-C., de L. Valerius Acisculus, avec sur l’avers la tête d’Apollon et ACISCVLVS, et sur le revers non pas Europa sur le taureau (H. Zehnacker, Moneta, p. 489 n°998), mais Valeria Luperca chevauchant une génisse et L VALERIVS / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°804 p. 309 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 60 et note 71, et p. 72). L’ancêtre féminine du monétaire, destinée à être sacrifiée pour enrayer une épidémie qui frappait Rome, fut sauvée par un prodige.

79 RIC II, n°795-796 p. 309 ; BMC III, n°685, p. 135, et 24 p. 140 pl. 22.22 ; commentaire du denier original (n°918) dans H. Zehnacker, Moneta, p. 515-516 et 593-594 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 198-199 : daté de 55 avant J.-C.

80 Aureus, avers : buste de Claude lauré et DIVVS CLAVDIVS ; revers : Vesta assise avec patère et torche, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°23. A p. 312 ; BMC III, n°9 p. 145).

81 Aureus : avers : buste de Jupiter lauré avec palme et DIVVS IOM CAPITOLI ; revers : Vesta assise avec patère et torche / IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (RIC II, n°825 p.312 ; BMC III, n°11 p.145 pl.24.3).

82 BMC III, n°373, p. 81 ; RIC II, n°91, p.250 (denier) ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°445-446 ; n°650 (idem mais sur l’avers : IMP TRAIANO AVG GER DAC PM TRP COS V DES VI).

83 BMC III, n°681, p. 134 ; RIC II, n°785, p. 307 ; P.-A. Besombes, Monnaies, n°497 ; commentaire du denier original dans H. Zehnacker, Moneta, p. 488 n°783 ; il donne la date « vers 74 avant J.-C. »

84 BMC III, p. 141 n°34 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 489 n°1002. Même monétaire que celui de Valeria Luperca : voir note 78 ci-dessus.

85 BMC III, n°691, p. 137 ; RIC II, n°814, p. 310 ; C. Pérez, Monnaie du pouvoir, p. 220 note 120.

86 Ultime apparition de Sol sur des aurei du règne : COS VI, soit en 113-117, lors des guerres contre les Parthes et leur dieu Mithra (P.-A. Besombes, Monnaies, n°865 et 880-884 et 887-888) : y avait-il un lien religieux, voulu par Trajan ? Ou bien la notion d’Aeternitas est-elle toujours prégnante ? Le motif est cependant différent : c’est l’association Sol / Luna qui traduit la succession du temps, Sol (ou Apollon) seul ayant un sens différent. Or, les aurei avec tête de Sol radiée, du COS VI, sont contemporains des frappes avec trophées, prisonniers et légende Parthia Capta. Le contexte historique plaiderait donc pour une allusion au Mithra parthe, auquel répondrait l’affirmation que le Sol romain protège Trajan et ses légions.

87 P.-A. Besombes, Monnaies, n°934.

88 Aureus : avers : tête de César et DIVVS IVLIVS ; revers : Némesis ailée avec un caducée ailée et un serpent, et IMP CAES TRAIAN AVG GER DAC P P REST (BMC III, n°697, p. 142 ; RIC II, n°816, p. 311).

89 Aureus : avers : tête de Trajan cuirassé et IMP TRAIANO AVG GER DAC PM TRP ; revers : Némesis posant sa main gauche sur une roue et COS V PP SPQR OPTIMO PRINCIPI (P.-A. Besombes, Monnaies, n°425 p. 68).

90 Ammien Marcellin XXIV, 3, 8.

91 Sur la pratique des serments par Trajan, Dion Cassius LXVIII, 5.

92 Pline le Jeune, Panégyrique, 16. Formule en écho chez Julien, Les Césars, 28 : « Quant aux Parthes, avant qu’ils ne m’aient offensé, je n’ai pas cru devoir recourir contre eux aux armes. Une fois offensé, en revanche, j’ai riposté, sans que mon âge fut pour moi une entrave, quoique autorisé par la loi à ne plus faire campagne ».

93 Pline le Jeune, Panégyrique, 73, 1 : laetitia ; 74, 1 ; 74, 4 ; 74, 5 : felicitas liée à la pietas ; clémence dans les affaires judiciaires : « quelle douce sévérité, quelle clémence sans faiblesse ! » : 80, 1 ; 91, 6.

94 Julien, Les Césars, 28 ; en regard, César est dit « jouer les généreux »...

95 Aureus de 69. Avers : A VITELLIVS IMP GERMANICVS ; revers : CLEMENTIA IMP GERMAN (H. Mattingly, Coins of the Roman Empire in the British Museum 1, p. 384). Vitellius ayant été exclu des prédécesseurs « cités » par Trajan, l’absence de restitution n’est pas donc étonnante.

96 Pline le Jeune, Panégyrique, 18, 2 ; 27, 1 ; 33, 3 (aux Jeux) ; 42, 3 (sécurité domestique) ; 43 (sécurité dans les testaments) ; 50, 7 ; 58, 3 (liberté publique) ; 67, 2-3 ; 78.

97 Ibid., 32, 1 ; et 79, 6, sur les provinces satisfaites.

98 Ibid., 88, 7-10.

99 Denier, avers : tête de Trajan lauré et IMP TRAIANO AVG GER DAC PM TRP ; revers : Spes tenant une fleur et COS V PP SPQR OPTIMO PRINC.

100 U. Kampmann et Th. Ganschow, Die Munzen der römischen Münstatte Alexandria, n°27.7, 27.22, 27.95…

101 Citée dans BMC III, n°7 p. 145 ; RIC II n°822.

102 Pline le Jeune, Panégyrique, 94, 2.

103 Ibid., 75, 1.

104 BMC III, p. 135 n°686 pl. 23.1 ; RIC II, p. 307 n°787 ; H. Zehnacker, Moneta, p. 582 n°927-928.

105 P.-A. Besombes, Monnaies, index « Bonus Eventus ».

106 Le puteal scribonianum figuré au revers est un lieu sacré du forum romain, car frappé par la foudre. Situé à proximité de la Regia et du temple de Vesta, la restitution trajanienne renvoyait sans doute à la Rome républicaine et au respect de Jupiter, mais peut-être aussi à la fonction monétaire de cet espace : des boutiques de changeurs s’y trouvaient (Horace, Satires 2, 6, 35 ; Ciceron, Pro Sestio, 8). Les deniers originaux montraient, sur le puteal, pinces et maillet ; la restitution trajanienne ne reprend pas ce détail, mais une autre monnaie restituée le fut à l’effigie de Junon Moneta et des outils des monétaires (RIC II, p. 309 n°805 ; BMC III, p. 136 n°688 pl. 23.5 : denier de T. Carisius, 45 avant J.-C.). L’atelier de Rome, dont on connaît la localisation et l’organisation sous Trajan (F. Coarelli, « Moneta » ; P.-A. Besombes, Monnaies, p. 25-26), ainsi que les métiers « financiers » concernés par sa réforme monétaire, auraient ainsi été honorés par le Prince.

107 Pline le Jeune, Panégyrique, 51, 3 : « Mais combien au contraire tu vois grand pour les ouvrages publics ! Ici un portique, là des sanctuaires s’élèvent (…) ».

108 Ibid., 45, 6.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search