Version classiqueVersion mobile

Images de guerre, Guerre des images, Paix en images

 | 
Martin Galinier
, 
Michel Cadé

Première partie. Images antiques

Scènes de violences et de conflits dans l’art rupestre de la fin de l’âge du fer au Moyen âge en Cerdagne

Pierre Campmajo et Denis Crabol

Résumé

Les gravures tracées sur les roches sont, dans la plupart des cas, des actes prémédités. En effet, les roches de Cerdagne se trouvent dans des lieux choisis à proximité de points d’eau, sur une crête ou sur un lieu remarquable. Le nombre important de symboles, de croix simples, souvent associés à des dessins plus figuratifs, laisse supposer que ces gravures ont un sens religieux.
Mais que penser de ces scènes de violences, de ces multiples représentations d’armes, régulièrement tracées sur les roches, qui ont suffisamment frappé les esprits pour qu’elles y soient gravées. Si les armes sont très bien représentées dans le corpus des roches gravées de Cerdagne, elles le sont surtout à la période médiévale et plus précisément dans une fourchette située entre l’an mil et les débuts du XVe siècle, période d’instabilité politique. Dans la plupart des cas elles sont associées à des figures humaines qui adoptent une posture

Texte intégral

Introduction

1A partir de la description exhaustive du corpus recueilli, par site et au sein de chaque site par panneau, cet article vise à aborder en premier lieu la question difficile de la datation des gravures. Leur production s’étend sur la longue durée, mais le nombre élevé d’écritures ibères et leur répartition géographique disparate permettent une première distinction importante, entre les sites d’époque ibère et les autres sites. Sur ces derniers, les écritures sont moins fréquentes et la datation repose donc en grande partie sur d’autres traceurs chronologiques. Vêtements, armes, harnachements, styles des représentations mettent en évidence une seconde période importante de production de gravures, qui correspond peu ou prou au plein Moyen Âge. Entre ces deux époques, il semble que se dégage un style particulier, dont la datation est sujette à maints débats, depuis l’Antiquité jusqu’au Haut Moyen Âge. La gravure de dessins sur des roches en plein air s’est poursuivie au cours des époques moderne et contemporaine.

2Dans ce corpus, qui compte pas moins de 10 000 dessins, les représentations d’armes sont nombreuses : la majorité l’est dans des scènes plus ou moins « animées » dont certaines peuvent être datées avec toute la prudence qui s’impose.

Le cadre géographique de la Cerdagne

3Le plateau cerdan est une vallée d’altitude, couverte d’alluvions quaternaires récentes, dont l’altitude varie de 1200 à 1300 mètres (fig. 1). Il est entouré de montagnes élevées, dont les plus hauts sommets culminent à 2900 m (Photos 1 et 2). De nombreux cols permettent d’accéder aux régions limitrophes : au nord, les cols du Puymorens, de la Coume d’Agnères, du Lanoux, de la Grave et de la Coumette d’Espagne débouchent sur le département de l’Ariège et sur la Principauté d’Andorre ; au nord-est, le col de la Quillane communique avec le Capcir et la haute vallée de l’Aude ; au sud, les cols de Fou, Pedró, Toses, Marcé, Mayans, Caralps, Finestrelles et Núria ouvrent sur l’Espagne ; à l’est, le col de la Perche amorce la vallée de la Têt ; enfin, à l’extrémité ouest de la Cerdagne espagnole, le défilé de la Seu d’Urgell débouche sur la province de Lérida. C’est une voie de pénétration importante empruntée de tout temps.

Aux origines des gravures

4Les gravures rupestres de la Cerdagne datent de la fin du IIIe siècle avant notre ère et correspondent à l’arrivée des populations de culture ibère en provenance du sud des Pyrénées. Ces nouveaux venus apportent avec eux l’écriture ibère jusqu’alors inconnue des populations montagnardes. En Cerdagne, elles sont en grande majorité gravées sur les roches, quelques-unes sur des poteries. Ces écritures sont accompagnées d’une grande variété de signes symboliques, zigzag, rouelles, étoiles, scalariformes, etc. et de figures schématiques anthropomorphes ou zoomorphes.

5L’arrivée des Ibères en Cerdagne coïncide avec les événements militaires de la seconde guerre punique qui voit s’affronter, au sud des Pyrénées, des légions romaines et carthaginoises.

La seconde guerre punique, un fait marquant pour l’art rupestre cerdan

6Les événements militaires, qui ont amené l’émigration des populations du sud des Pyrénées vers la Cerdagne des Cerretani, débutent en 219 avant J.-C. avec le siège de Sagonte (province de Valence), alliée des Romains, par les Carthaginois et qui déclenche la deuxième guerre punique.

7En 218, Hannibal traverse les Pyrénées pour s’installer aux portes d’Illibéris. On croit savoir que le général carthaginois divisa ses légions en trois grands corps dont un serait passé par la Cerdagne en suivant la voie du Sègre. De cet épisode, aucune gravure n’a été repérée en Cerdagne.

Photo 1 : Le massif du Campcardos et les contreforts du Carlit séparés par la vallée du Carol, vus d’Osséja

Photo 2 – Le massif du Puigmal vu de Guils

Figure 1 - La Cerdagne à l'est des Pyrénées

8Les Ibères du sud, mêlés à ces conflits, prendront pour certains le parti des Romains, pour d’autres celui des Carthaginois. La victoire définitive des Romains sera catastrophique pour les Ibères ayant soutenu le parti des vaincus. Les répressions très dures, dont celle de Caton entre 186 et 183, favoriseront une émigration vers les zones de montagnes, zones refuges par excellence, et notamment la Cerdagne où il est très probable que le peuple autochtone, connu sous le nom de Cerretani, entretenait avec les autres ethnies du sud des Pyrénées, Lacetani, Ausetani et Indiketes du Bergueda, des relations de proximité et cela de longue date, tant au niveau du commerce que du pastoralisme de haute montagne comme nous le montre l’archéologie.

9Curieusement, pendant cette période ibère qui a duré, en Cerdagne, environ 200 ans, les représentations d’armes sont inexistantes dans l’art rupestre. Nous avons pourtant les preuves matérielles que les armes étaient bien présentes en Cerdagne. A Valcebollère, une épée datée de 150 avant J.-C. a été découverte à 2200 mètres d’altitude tout près de gravures rupestres. A Llo, les fouilles menées sur l’oppidum protohistorique ont livré plusieurs balles de fronde ibères en plomb et des flèches en fer.

10L’arrivée des Romains en Cerdagne, et surtout la fondation de Llívia vers 40 avant J.-C., n’a pas dû se faire sans heurts. Curieusement, l’art rupestre, là encore, ne montre aucune arme de cette période.

11Un conflit est connu en Cerdagne avec le soulèvement, en 39 avant J.-C., des Cerretani vite maté par le proconsul de la Tarraconnaise, Domitius Calvinus. Seules les écritures en alphabet ibère de la 2e période, où les inscriptions non duales représentent la strate la plus moderne, datent de cette fin du 1er siècle avant J.-C. (Campmajo, Ferrer 2010). Sur les roches, aucune gravure ne reflète ces événements.

Le Haut Moyen Âge, une période riche en événements militaires

12Cette partie de l’article, qui va du Haut Moyen Âge jusqu’au Royaume de Majorque, est largement inspirée des études menées par Jean Abelanet et Pierre Ponsich et publiées dans l’ouvrage Le Pays Catalan – Tome 1 sous la direction de Jean Sagnes (Abelanet 1983 ; Ponsich 1983). Nous en avons extrait les faits historiques et militaires intéressant la Cerdagne.

13La plaine du Roussillon voit passer toutes les hordes d’envahisseurs – Barbares, Alains, Burgondes, etc – qui pénètrent en Espagne à travers les Pyrénées. Le christianisme s’implante en Roussillon, en témoigne la mention d’une église à Elne dès 350 qui ne deviendra évêché qu’entre 568 et 572. Les conciles d’Arles en 442 et Auxerre en 586, et plus tard les capitulaires de Charlemagne en 789, indiquent, par leurs condamnations, qu’un culte était encore rendu aux lacs, aux sources, aux arbres, aux roches. Ces faits sont vérifiables. En Cerdagne, un bon pourcentage de roches est gravé près des points d’eau ou des lacs.

14De ce Haut Moyen Âge, qui fait la part belle aux Wisigoths, la littérature regorge de faits d’armes et autres anecdotes. Le Roussillon est toujours en première ligne avec notamment l’implantation de la forteresse d’Ultrera, bâtie sur le flanc nord des Albères. De nombreux conflits émaillent cette partie de l’histoire. Après la trahison du Duc Paul en 673, le roi Wamba, installé en Espagne, entreprend la reconquête du nord des Pyrénées. La Cerdagne est aux premières loges. Trois corps d’armée sont constitués. Le premier est envoyé en Cerdagne, sous le commandement de Désisérius, neveu de Wamba, avec l’ordre de s’emparer du « Castrum Libye » (Llívia). La cité capitule et l’évêque rebelle Jacinthus (peut-être l’évêque d’Urgell) et Araugiscle (comte d’Urgell – Cerdagne) furent capturés.

15De récentes fouilles archéologiques (Aliaga et al. 2001) ont montré l’existence d’une fortification sur l’emplacement du castrum dès le premier quart du VIIe siècle. On sait aussi que le site a connu de très nombreuses modifications jusqu’à la construction du château au XIIIe siècle dont il nous reste les bases. Flanqué de quatre tours rondes et d’un donjon, il fut rasé par Louis XI en 1479.

16L’incursion des Arabes au nord des Pyrénées dès le début du VIIIe siècle, avec la prise de Narbonne en 720, a des répercussions en Cerdagne. C’est encore à Llívia que ces événements sont mentionnés. Un conflit éclate entre l’émir de Cordoue, Abd-al-Rahman, et un certain Munnuz accusé d’opprimer les gens d’Abdal-Rahman. Une expédition fut entreprise par Abd-al-Rahman qui mit le siège devant Llívia. Munnuz était accusé de s’être auparavant gorgé du sang des chrétiens, livrant même aux flammes le noble et jeune évêque Anambadus (l’évêque d’Urgell ?), ce qui n’avait pu que lui aliéner aussi les naturels du pays. Cet épisode se termina par la mort de Munnuz.

17De cette époque, une gravure au moins pourrait illustrer, sous toute réserve, ces événements. A Latour de Carol 2, une gravure représente ce qui pourrait bien être un maure, cimeterre à la main, dansant devant une église (fig. 7 n° 2).

Latour de Carol 2 - roche 1 n° 4
Fig. 7 n°2 Homme au cimeterre

18Cette période du Haut Moyen Âge et les invasions arabes, dont nous passerons les nombreuses péripéties, se termine en 842 avec la dernière attaque lancée au sud des Pyrénées par l’émir de Cordoue, Abd-al-Rahman II, contrée par Suniefred, père de Wilfred le Velu. Ce succès sera récompensé par Charles le Chauve qui lui donna, en toute propriété, les villas de Canohès en Roussillon, Prades en Conflent, Montellà et Samsor en Cerdagne ainsi que la vallée d’Andorre.

L’avènement des comtes et les temps féodaux

19L’épisode de Suniefred nous fait entrer de plain-pied dans l’histoire des Comtes de Cerdagne dont Borrel fut le premier (783-793). Il n’est pas dans notre propos de retracer la longue histoire des Comtes. Sachons simplement que Llívia en fut le premier fief. La cathédrale d’Urgell fut consacrée en 839. En 870, Wilfred le Velu et ses frères Miron et Radulfe remplacent le comte Salomon. Cette date est d’une grande importance car elle marque l’avènement des temps proprement féodaux caractérisés par l’hérédité.

20Cette période féodale des comtes héréditaires (entre 988 et 1117) n’est pas des plus calme. Le partage entre les héritiers de l’immense territoire que constituent les Comtés de Cerdagne-Besalu, du Conflent, du Bergada, de Barcelone, du Roussillon etc. donna lieu à de nombreux conflits. Nous en évoquerons un qui nous semble important car il montre la puissance de la religion à cette époque. Le 26 mai 1035, le comte de Barcelone, Berenguer-Raymond Ier, alors âgé de 30 ans, meurt à la guerre à Baltarga en Cerdagne au cours d’un conflit qui oppose la Maison de Barcelone à celle de Cerdagne, dirigée par le comte Guifred. Cet événement eut pour conséquence le retrait en 1035, dans l’abbatiale de Saint Martin du Canigou, du comte Guifred qui, plein de remords, y mourut le 31 juillet 1049.

21En 1095, à la suite du concile de Clermont-Ferrand, présidé par le pape Urbain II, un grand mouvement religieux lança la grande croisade pour la délivrance des lieux saints. Sous la houlette de Raimond de Saint Gilles, demi-frère de Sancia de Cerdagne, une grande partie de la noblesse occitane, provençale, catalane et cerdane se mit à la tête d’une puissante armée constituant l’un des trois corps du grand host chrétien. Ce départ donna lieu, dans chacun des fiefs, à des rédactions de testaments dans lesquels les seigneurs désignèrent ou leurs hommes de confiance ou leurs héritiers s’il leur advenait de ne pas revenir. On peut imaginer les conséquences que générèrent ces héritages et autres donations entrainant les nombreux conflits qui émaillent cette partie de l’histoire.

De la Monarchie Catalano-Aragonaise à la fin du Royaume de Majorque (1172-1344)

22À la mort du comte Raimond-Bérenger IV en 1162, la reine Pétronille assure la régence pour son fils Raimond, le Primogenit, né en 1152. Fidèle au testament de son époux, la reine donna à Raimond le nom d’Alfonse II en souvenir d’Alphonse Ier, le Batailleur, frère aîné du roi Ramire et véritable fondateur de la puissance aragonaise.

23De ce long épisode de l’histoire des catalans, nous ne retiendrons que les faits qui intéressent la Cerdagne.

24Le roi Alphonse II avait pour habitude de passer une bonne partie de l’été au Palais Comtal d’Hix. En 1176, il y signa un acte par lequel il rachetait à Arnaud-Bertrand de Torrelles « tout son honneur dans la vicomté de Joch, depuis Villefranche jusqu’à la Seu d’Urgell », excepté les cavallerias de Pons de Lillet et de Bernard de Nahuja. En 1177, il déplace la population d’Hix sur le Mont Cerdà où se trouvait un ancien château comtal cité en 1095. La ville de Puigcerdà venait de voir le jour.

25L’autorisation, en 1183, du roi Alphonse II de fortifier Nahuja et Ro, toutes localités de la haute Cerdagne, montre bien la nécessité de se protéger. Alphonse II meurt à Perpignan le 24 avril 1196 et c’est son fils Pierre II qui lui succède.

26Dès 1197, les progrès de l’hérésie « albigeoise » aux frontières du Roussillon et de la Cerdagne intriguent fortement l’Église. Pierre II, pourtant très catholique, devait douze ans plus tard passer dans le camp des hérétiques, ce qui lui coûta la vie en 1213.

27En 1198, un fait important se produit en Cerdagne avec l’invasion par des soudards « plus ou moins hérétiques » du comte de Foix et du vicomte de Castellbó qui prirent et mirent à sac la Seu d’Urgell et pillèrent de nombreuses églises.

28En 1204, Pierre II épouse Marie de Montpellier. De cette union, naît le 1er février 1208 Jacques 1er le Conquérant (roi d’Aragon, 1242-1276).

29En 1233, sous Nunyo Sanç, seigneur de Roussillon, Vallespir, Conflent, et Cerdagne, des troubles graves ont lieu en Cerdagne et dans le Baridà du fait du comte de Foix Roger-Bernard II.

30Le 11 mai 1258 eut lieu la signature du Traité de Corbeil entre le roi Jacques 1er et le roi de France Louis IX. Par ce traité, le roi de France renonçait définitivement pour lui et ses successeurs à toute prétention sur « les comtés de Barcelone, Urgel, Besalu, Roussillon, Empourdan, Cerdagne, Conflent, Gérone, Ausone ». Le roi d’Aragon, de la même manière, renonçait à des droits ou prétentions sur des territoires qui allaient de Carcassonne à Toulouse en passant par Béziers, Millau, etc. Ce traité devait déboucher sur le mariage du fils de Louis IX, Philippe, avec Isabelle fille du roi d’Aragon, mariage qui fut célébré en 1262.

31À la mort de Jacques 1er, c’est son fils Jacques II qui devint roi de Majorque, comte du Roussillon et de Cerdagne, seigneur de Montpellier. Cet épisode des Rois de Majorque est marqué par de nombreux conflits entre les rois de Majorque et d’Aragon. Il se termine par la prise du château royal de Perpignan en 1344 et la soumission de Jacques III au roi d’Aragon Pierre IV. Jacques III tentera, à plusieurs reprises, d’entrer en résistance mais c’en est terminé du Royaume de Majorque.

32En 1345, Jacques III rentre en Cerdagne. Puigcerdà lui ouvre ses portes et le reçoit triomphalement. Les Aragonais reprennent Puigcerdà, obligeant Jacques III à se réfugier à Foix via le col du Pimorent. Cet épisode coûta la vie à de nombreuses personnes et plusieurs notables de Puigcerdà furent décapités sur les ordres de Pierre IV.

33Après d’autres tentatives et échecs militaires, on entre dès lors dans le règne de Pierre IV, roi d’Aragon, de Valence et de Majorque, de Sardaigne et de Corse, comte de Barcelone, du Roussillon et de Cerdagne. Un fait marquant toutefois : la mort en 1410 du dernier roi catalan, Martin I l’Humain, dernier descendant en ligne directe masculine de la dynastie wifredienne.

  • 1 Les documents étudiés sont des revues d’hommes (mostras) tirés des archives de Cerdagne (ACCE), du (...)

34La suite de l’Histoire est faite d’alliances et de conflits entre les royaumes de France, de Castille et d’Aragon, où la Cerdagne n’eut qu’une place secondaire avec toutefois des répercussions non négligeables sur la sécurité des villes et villages cerdans, comme le montre un document provenant du fonds du syndicat de Cerdagne daté de 1535. L’étude1 de ce document nous renseigne sur les milices mises en place par les communautés. 288 hommes recensés portent des armes. La grande majorité de ces armes concerne les arbalètes (198 pièces) ainsi que 53 lances ou piques. Les épées et les écus sont également mentionnés. On voit avec ce document que la paix n’est que relative et que les populations locales doivent en permanence se prémunir contre les incursions des Français et des malfaiteurs organisés en bande.

Les hommes armés

35Les événements historiques, évoqués plus haut, nous ramènent aux gravures rupestres : la grande majorité des armes y sont d’époque médiévale.

36Dater certaines figurations humaines par comparaison avec d’autres sites, qu’ils soient cerdans ou étrangers, est possible. Pour ce qui concerne la période médiévale comprise entre le XIIe et le XVe siècles, les exemples ne sont pas rares. Des comparaisons peuvent être faites avec des dessins gravés sur les murs de châteaux-forts ou d’édifices religieux. Les dates de construction et parfois de destruction de ces bâtiments étant souvent connues, les gravures recensées ne peuvent être antérieures aux dates de construction.

Quelques exemples à titre comparatif

37Commençons par le plus proche, le château de Llívia qui se trouve au centre de la Cerdagne. En 1479, le château est pris d’assaut par les troupes de Louis XI qui le détruisent. Avant cette date, il faut savoir que le site était déjà occupé au début du VIIe siècle, qu’il a servi de résidence aux comtes de Cerdagne jusqu’en 1118 et, nous l’avons vu, a été le théâtre de nombreux conflits. Quant aux douves qui l’entourent, les archéologues s’accordent pour dater leur creusement entre le XIIIe et le XIVe siècles (Aliaga et al. 2001). Pendant les fouilles de ces fossés, nous avons découvert, dans les matériaux extraits, une série de vingt-huit ardoises, provenant de la toiture du château, gravées de huit figures de jeux mais aussi de gravures très figuratives (Campmajo 2001). L’une d’elles présente deux guerriers en train de combattre (fig. 8 n°2). Leurs vêtements, pincés à la taille, sont ornés de hachures qui représentent probablement des bandelettes de cuir ou de tissu très en vogue à cette époque. Les pieds triangulaires nous ramènent à une gravure d’Osseja (fig. 3 n°7) qui est d’une ressemblance frappante, tant dans le style que dans le mouvement. Les dessins de Llívia ne peuvent dater que de l’époque de construction du château au XIIIe siècle.

Fig. 8 n°2 : dessin través sur des ardoises de toituree (château de llívia, Cerdagne – XIIIe, XIVe siècle)

Figure 10 : 1 - Dessin tracé sur un bâtiment hors de la Cerdagne
2 - Gravures médiévales sur roche (Andorre)
3 à 6 - Dessins gravés sur roche (fin du Moyen Âge) à Banyuls sur Mer (côte catalane roussillonnaise)

Fig. 3, n°7 : Osséja – Zone 2, roche 4 n°22 Les lances du Moyen Âge en Cerdagne

38Au sud des Pyrénées, en Espagne, sur le site de « El Covacho de las Pintas » (Carrascosa de la Sierra, Cuenca), une gravure, datée du XIIIe au XIVe siècles, montre un guerrier tenant une arbalète (Gadea 2003, p. 705). Les pieds triangulaires (fig. 10 n°1) sont identiques à ceux des gravures médiévales de nos sites cerdans.

Fig. 10, n°4 : Dessin gravé sur la roche (fin du Moyen-Âge) à Banyuls-sur-Mer

39Un autre exemple de similitude, légèrement plus récent, est celui du site maritime de Banyuls sur Mer, Pyrénées-Orientales (Comps et Rigaud 2005). Les gravures présentent une série de navires. Sur l’un d’eux (fig. 10 n°3), on peut voir des militaires et des hommes d’équipage. Un dessin (fig. 10 n°4) représente un soldat habillé avec un vêtement pincé à la taille, très proche de la figure roche 22 n°1 de la zone 2 d’Osséja (fig. 2 n°6). Le sujet, coiffé d’un casque identique à ceux de la figure 4 n°8, porte une épée à la taille, les pieds triangulaires rappellent ceux des dessins cerdans. Les auteurs comparent cette gravure avec celle d’un homme d’arme, daté de la fin du XVe siècle (fig. 10 n°4, à gauche). Sur le dessin n°3 (fig. 10), l’équipage du bateau est représenté avec des figures filiformes anthropomorphes. Là aussi, les pieds sont en forme de triangle. On remarquera également, sur le dessin 6 (fig. 10), les simples lignes brisées qui marquent les pieds des sujets. Ce site présente également des symboles arciformes anthropomorphes (fig. 10 n°5) qui montrent qu’en plein XVe siècle ces figures très schématiques existent encore.

Les armes de bons éléments pour la chronologie

40Trouvées lors de fouilles, sculptées sur des monuments, peintes sur des poteries, dessinées sur des documents, peintes ou gravées sur les parois rocheuses, les armes ont occupé une place privilégiée dans l’iconographie de toutes les époques.

41L’arme présente deux caractères essentiels : sa datation précise à l’intérieur d’une chronologie et sa signification symbolique.

42Le corpus des roches gravées de Cerdagne compte, parmi les nombreuses scènes qui y figurent, une quantité significative d’armes, principalement des lances, des épées, des arcs et des arbalètes. Ces armes apparaissent dans des situations très variées, telles ces scènes animalières que sont les chasses au cerf, de massacres humains ou sur des figurations plus statiques dans lesquelles le guerrier semble poser, souvent accompagné de signes symboliques.

Une absence remarquée d’armes à la période ibère

Fig. 8 n°5 : Dessin tracé sur roche à Err – Zone 1 en Cerdagne

43Une première analyse du corpus a mis en évidence que les sites ibères ne comportent pas d’armes. C’est le cas pour les sites de Guils, Latour de Carol 1, la partie haute de Latour-de-Carol 2, la zone ibère d’Osséja – Zone 3 (roche 1), et Zone 5 (roche 1), enfin les parties ibères des sites de Ger et de Bolvir. Sans omettre les sites qui sont à placer immédiatement entre la période ibère et le Moyen Âge central, Queixans, qui doit se situer entre les premiers siècles de notre ère et le Xe siècle, et le site d’Err – Zone 1. Sur ce dernier site, la seule représentation d’arme est un arc tenu en main par un anthropomorphe arciforme (fig. 8 n°5).

Les épées (fig. 2)

44Les quelques épées identifiables (fig. 2 – dessins 1 à 5) sont toutes des épées à pommeau aux quillons de longueur variable. Toutes ces armes ont des lames longues, si on les compare à la taille des hommes qui les portent. On peut raisonnablement les dater, d’après la typologie de Viollet-le-Duc (Bernage 1993, Tome 2, p. 299 et suivantes), de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle.

45Sur les autres dessins (de 6 à 13), l’épée n’est pas assez détaillée pour en tirer une quelconque analyse. On observera que les « guerriers » armés d’une épée possèdent également une lance et parfois un écu. Ces associations sont majoritaires comme il était d’usage à cette époque.

46Les comparaisons avec d’autres gravures dans notre périmètre d’étude restent rares. En Andorre, une scène médiévale gravée sur la Roca de las Bruixes de Prats possède des éléments à rapprocher des dessins cerdans (fig. 10 n°2 ; Canturri 2003). Sur la côte roussillonnaise, à Banyuls-sur-Mer (Comps, Rigaud 2005), dans de magnifiques scènes de débarquement (fig. 10 – dessins n°3 à 6), des guerriers en armes, datés du XVe siècle, côtoient des dessins très schématiques proches de ceux de Cerdagne. On y remarquera les pieds triangulaires des sujets ainsi que les vêtements à la taille pincée.

Figure 2 - Les épées du Moyen Âge en Cerdagne

47En Normandie, la tapisserie de Bayeux reste le meilleur exemple du milieu du XIe siècle. Les armes y sont tissées avec une pléthore de détails et tout ce que comportait l’armement de l’époque est ici largement exposé (Wilson 1985).

Les lances (fig. 3 et 4)

Figure 3 - Les lances du Moyen Âge en Cerdagne

48Dans le corpus des scènes où figurent des armes, la lance tient une place privilégiée au point que presque toutes en possèdent au moins une. Techniquement ces lances se distinguent en javelots ou piques, et leur longueur diffère suivant leur usage. Dès le XIe siècle, la lance est l’arme essentielle du cavalier. Elle mesure alors environ trois mètres, et cinq aux XIVe et XVe siècles. Les lances du XIe siècle se terminent par un fer de forme foliacée alors que plus tard, dès le XIVe siècle, les fers sont plus variés pour devenir de véritables piques très pénétrantes (Bernage 1993, Tome 2, p. 390-399).

Figure 4 - Les lances du Moyen Âge en Cerdagne

49Le javelot, arme de jet, dépassait rarement un mètre soixante et s’employait à pied ou à cheval. Sur la tapisserie de Bayeux, de nombreux cavaliers en sont armés. (Wilson 1985). Contrairement à l’épée, la lance est un médiocre marqueur chronologique car, sur nos roches, pratiquement toutes les pointes sont foliacées, comme c’était déjà le cas dès l’Âge du Bronze (Briard 1983). Les Ibères utilisaient eux aussi la lance. Dans sa monographie sur El armamento ibérico, Fernando Quesada en fait une typologie très détaillée (Quesada 1997, p. 402-403). Si la longueur des pointes varie considérablement, la forme générale reste foliacée. Mise à part la longueur du manche, les graveurs cerdans ne se sont pas embarrassés de détails où cette forme domine.

Les arbalètes (fig. 5)

50L’arbalète à main est probablement d’origine chinoise. Elle daterait du début du IIe siècle avant J.-C. (Foley et al. 1985), comme le montrent les mécanismes de détente en bronze, trouvés lors de fouilles archéologiques. En France, on connaît au moins deux cas où l’arbalète est attestée avant l’ère chrétienne. La première est gravée sur une fusaïole provenant du site d’Arnoux en Ardèche (Bellin 1959), la deuxième sur le cippe funéraire de Solignac, au Puy-en-Velay, et daterait du IVe siècle avant J.-C. (Abelanet 1986), ce qui en ferait l’une des plus vieilles représentations connues.

51L’étude de Fernando Quesada Sanz sur l’armement ibère montre très clairement que les Ibères ne connaissaient pas l’arbalète (Quesada 1997). Les stèles guerrières, présentées à la page 440 de son étude, n’en comportent aucune. L’arc et l’épée y sont par contre très présents. L’absence d’arbalète est manifeste sur les nombreuses peintures qui ornent les vases de cette époque (Péricot 1980 ; Bonet Rosado 1995). Il est toutefois indéniable que son extension date de la période médiévale. Sur un manuscrit provenant de la Bibliothèque Nationale et datant de la fin du Xe siècle, on peut voir deux arbalétriers à pied tirant contre les remparts de la ville de Tyr. Cette arme redoutable pour l’époque fut interdite par le concile de Latran entre les armées chrétiennes, mais permise contre les Infidèles (Bernage 1993, Tome 2, p. 190).

52En Catalogne, quelques beaux spécimens d’arbalètes sont gravés sur les murs des châteaux-forts. A Castellfollit de Riubregós (l’Anoia), une scène de siège, datée du XIIIe siècle (Casanovas et Rovira 2003, p. 676), montre plusieurs arbalètes associées à des cavaliers et des fantassins (fig. 9 n°3) et proches stylistiquement de celles que nous connaissons en Cerdagne. Plusieurs autres scènes, gravées sur les murs de châteaux-forts, sont connues à La Pica (fig. 9 n°2) ou encore sur le site de « El Covacho de las Pintas » (fig. 10 n°1), daté lui aussi du XIIIe siècle (Jiménez Gadea et al. 2003).

Figure 5 - Les arbalètes cerdanes appartenant au Moyen Âge

53Toujours en Catalogne, sur le site « del Barri de Santa Caterina de Barcelona », notre collègue Natàlia Salazar Ortiz signale des éléments d’arbalète (noix de décoche en os et arc en fer) trouvés dans un contexte daté des XIVe-XVe siècles (Salazar Ortiz 2008/2009). C’est un argument important, parce que rare, qui consolide l’utilisation massive de cette arme au Moyen Âge et jusqu’au début de l’époque moderne.

Figure 9 : Dessins tracés sur des bâtiments hors de la Cerdagne

54Plus près de nous, le site de la Peyra Escrita de Formiguères en compte lui aussi de nombreux exemplaires (fig. 8 n°3 et 4 ; Abelanet 1976, roche A). Les pieds de forme pectiniforme placent ces gravures à la période médiévale.

55L’arbalète, en tant qu’arme, est bien attestée dans le corpus des gravures rupestres cerdanes et il est fort probable qu’elles datent toutes de la période médiévale, comme semblent le démontrer les inventaires des châteaux-forts et notamment celui de la Tour Cerdane qui défend l’entrée de la vallée du Carol (Crabol 1991) ou ceux des châteaux de Formiguères et Puyvalador à la frontière nord du Capcir (Badie 1986).

Figure 8 : 1 et 2 - Dessins tracés sur des ardoises de toitures (château de Llivia, Cerdagne - XIIIe, XIVe siècles).
3 et 4 - Dessins tracés sur roche, région du Capcir.
5 - Dessin tracé sur roche à Err - Zone 1 en Cerdagne.

Objets énigmatiques (fig. 6)

56A quatre reprises, nous avons pu observer, dans les dessins, des objets que nous n’arrivons pas à déterminer. Il s’agit de boules fixées à l’extrémité d’un axe.

57Dans l’encyclopédie de Viollet-le-Duc (Bernage 1993, Tome 2, p. 401), un objet représenté pourrait montrer que les nôtres en sont des dérivés. Il s’agit d’un marteau encore appelé maillet, mail ou plommée. Ce type d’arme apparaît dans les armées occidentales vers le milieu du XIIIe siècle. En plomb à l’origine, ce simple marteau a vite évolué vers des formes très sophistiquées où la boule acquiert de redoutables pointes. Cette arme était surtout portée par les fantassins. La date d’apparition de ces marteaux correspond parfaitement avec celle que nous attribuons aux guerriers vêtus de longues tuniques en vogue à cette époque (fig. 6 – dessins 1 et 2).

Figure 6 - Objets énigmatiques d'époque médiévale

58Sur le dessin 3, l’un des « marteaux » oblitère un cheval. On peut penser qu’ici c’est le cavalier qui devait tenir l’arme. Les pieds triangulaires du sujet du bas plaident pour une datation au Moyen Âge. Les figures solaires, dont l’une est un anthropomorphe, ont ici une valeur symbolique. Sur le dessin 4, les yeux du sujet sont très expressifs. Le sujet est sexué. Le pied triangulaire place également cette figure à la période médiévale. Le « marteau » est tenu dans la main gauche.

La scène du cavalier – OSSÉJA – Zone 2 – Roche 5 n° 56 (fig. 11)

59Cette scène, tout à fait exceptionnelle, mérite une description détaillée parce qu’elle est l’un des meilleurs exemples de chronologie comparative. Elle représente un cavalier à pied, menant son cheval par la bride. Dans la main gauche, il tient une longue lance, sa coiffure est constituée d’un casque rond et pointu posé sur le camail qui lui couvre les épaules. Fixée au niveau de la ceinture, côté gauche, une longue épée à pommeau circulaire complète la panoplie militaire. Le cheval, parfaitement proportionné, est doté d’une selle à bâtes avant et arrière, maintenue par une sous-ventrière et une croupière. Des traits parasites oblitèrent le dessin.

Figure 11 – Exemple d’éléments de chronologie comparée (Osseja – Zone 5, Roche 5 n° 56)

60Cette représentation revêt, pour la chronologie des gravures, une très grande importance, car les nombreux détails vestimentaires, l’armement et le harnachement du cheval se prêtent à une fine approche chronologique. Pour analyser les éléments dont nous disposons sur ce dessin, nous avons utilisé la description de la Tapisserie de Bayeux, datant de 1066 (Wilson 1985), et l’Encyclopédie Médiévale de Viollet-le-Duc (Bernage 1993). Ces deux ouvrages décrivent parfaitement les tenues vestimentaires militaires du Moyen Âge. Chaque élément de la figure est ici décrit en fonction de sa présence ou non à une période déterminée. La Tapisserie de Bayeux et l’Encyclopédie Médiévale n’étant que des ouvrages de base, des comparaisons peuvent être effectuées avec des dessins gravés sur des édifices dont l’on connaît la chronologie (Bolòs et Sanchez 2003 ; Casanovas et Rovira 2003).

61Le cavalier :

62Le casque, rond, légèrement pointu, connaît son apogée aux XIe et XIIe siècles mais il perdure jusqu’au XIVe.

63Le camail se porte sur le haubert, très en vogue aux XIIIe et XIVe siècles.

64La lance, représentée sur notre dessin, n’excède pas trois mètres de longueur. Bien attestée dès le XIe siècle, la tendance à l’allongement va en s’accentuant les siècles suivants.

65L’épée, qui sur notre gravure pourrait dépasser le mètre de longueur, n’apparaît qu’à la fin du XIIe siècle.

66Le cheval :

67La selle à bâtes est connue dès le VIIIe siècle mais perdure largement dans les siècles qui suivent.

68La croupière enfin ne se développe qu’à partir du XIIIe siècle.

69Pris séparément, ces éléments s’étalent du VIIIe au XIVe siècle, c’est long. Pris dans leur globalité, trois éléments – le camail, l’épée et la croupière – indiquent que cette scène ne peut être antérieure au XIIIe siècle. La date proposée par l’analyse la place donc entre le XIIIe et le XIVe siècle, ce qui est déjà bien pour ce type de gravure. L’on peut ainsi en conclure qu’un élément isolé n’est pas un bon marqueur chronologique mais que plusieurs détails associés peuvent approcher la réalité.

Évolution chronologique des gravures cerdanes liée aux événements historiques (fig. 12).

70Les différentes évolutions des marqueurs chronologiques permettent de détailler la périodisation en plusieurs phases correspondant aux événements historiques qui ont jalonné la genèse des gravures de la Cerdagne.

Figure 12 - Evolution chronologique des gravures de Cerdagne

Les écritures latines (fig. 13). Textes pouvant servir à la chronologie

71Huit roches portent des graffiti que l’on peut lire comme du latin. Parmi eux, deux textes (fig. 13) ont été soumis à l’analyse de l’historien catalan Pierre Ponsich dont nous donnons ici le commentaire intégral. Ces écritures, qui sont des prières, ont peut-être un rapport direct avec les faits historiques.

Figure 13 - Les écritures latines : 1 - Ger - Zone 2, roche 2 n° 1
2 - Osseja - Zone 2, roche 4 n° 36

En guise de conclusion. Des événements historiques aux gravures rupestres

72L’inventaire, loin d’être exhaustif, des événements historiques qui ont émaillé les vingt siècles de l’histoire de la Cerdagne, a montré que rares étaient les moments de paix.

73Le conflit entre Romains et Carthaginois au sud des Pyrénées, qui eut comme effet l’arrivée d’Ibères en Cerdagne amenant avec eux les premières gravures et surtout les écritures qui les datent, est le premier événement historique bien reconnu.

74L’implantation, au milieu du 1er siècle avant J.-C., des Romains en Cerdagne ne s’est pas faite non plus dans la douceur, en témoigne la révolte des Cerdans.

75Le Haut Moyen Âge, et surtout la parenthèse des Wisigoths, a laissé des traces tout comme l’invasion arabe des débuts du 8e siècle de notre ère essentiellement connue en Cerdagne par les événements qui se produisirent au château de Llívia.

76La Marche d’Espagne eut pour conséquence la nomination en Cerdagne des premiers comtes et rapidement, dès 870, la mise en place des comtes héréditaires. Dès lors, toute la Catalogne fut sujette à des conflits liés aux divers successions et héritages.

77Plus tard, l’avènement du Royaume de Majorque vit s’affronter, dans une succession de guerres fratricides, les divers héritiers de Jacques Ier.

78À ces conflits, viennent s’ajouter, dès la fin du 12e siècle, les contrecoups de l’hérésie cathare qui eurent, en Cerdagne, des conséquences non négligeables.

79On ne s’étonnera pas alors de trouver, sur les roches de Cerdagne, toutes ces gravures où figurent, surtout pour la période du Moyen Âge, de nombreux dessins montrant des hommes armés.

80Certains semblent poser comme sur des instantanés photographiques. D’autres scènes, plus animées, montrent de véritables combats ou scènes de massacre dont celle d’Osseja (fig. 5 n°11) ou encore celle de ce personnage pendu, toujours à Osseja (fig. 7 n°1). Les deux prières, celle de Ger, datée au plus tard du XIIIe siècle, où l’on peut lire « Aide-moi », et celle d’Osseja « Aide-nous Jésus » (fig. 13), probablement de la même époque, sont-elles liées à des conflits ? Cette question restera probablement sans réponse.

Oseeja- Zone 2 - roche 20 n°9
Fig. 7 n°1 Scène du pendu

81Il est pratiquement impossible de relier directement les gravures avec les faits historiques. Nous sommes dans des fourchettes chronologiques trop larges pour trancher mais les faits sont là. Ils corroborent les événements historiques et renseignent presque « physiquement », comme le ferait un album de famille.

Bibliographie

Bibliographie

Abelanet J. 1976, « Les gravures rupestres du Roussillon. 1er partie : Roches à cupules et gravures schématiques d’ambiance dolménique. 2e partie : Les gravures schématiques linéaires. », Thèse doctorale, Université Paul Valéry, Montpellier.

Abelanet J. 1983, « L’entrée en Histoire » dans Le Pays Catalan, Tome 1, sous la direction de Jean Sagnes. Pau, Sociéte Nouvelle d’Editions Régionales et de Diffusion, p. 71-137.

Abelanet J. 1986, Signes sans paroles, Cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale, Hachette littérature, Paris.

Aliaga S., Caballe G., Subiranas C. 2001, « El Castell de Llívia (la Cerdanya) : Resultats de les intervencions archeològiques (1995-2000) », Ceretania n°3, Quaderns d’estudis Cerdans, Arxiu Històric Comarcal de Puigcerdà, p. 193-203.

Badie E. 1986, « Histoire du Capcir et des capcinois ou le long combat d’une communauté catalane (Essai) », Revue Terra Nostra n°53-54-55-56, Prades

Bellin p. 1959. « Schématisme méditerranéen en Ardèche » dans Bulletin de la S. P. F., tome LVI, p. 521-525.

Bernage G. 1993, Encyclopédie médiévale d’après Viollet-le-Duc, Tome II, Éditions Inter-livres, Paris.

Bonet Rosado H. 1995, El Tossal de Sant Miquel de Lliria. La Antigua edeta y su territorio, Deputación de Valencia, servicio de investigación Prehistórica, Valencia.

Campmajo P. 2001, « Les plaques en schiste gravées du château de Llívia « quelques exemples de jeux au Moyen Age » », Ceretania n°3, Quaderns d’estudis Cerdans, Arxiu Històric Comarcal de Puigcerdà, p. 205-238.

Campmajo P. 2005, « Les signes en arbalète de Cerdagne : essai d’analyse formelle et sémantique » dans Roches ornées, Roches dressées, aux sources des arts et des mythes. Les hommes et leur terre en Pyrénées de l’Est, actes du colloque en hommage à Jean Abelanet, 24 au 26 mai 2001, p. 225-248.

Campmajo P. 2008, « Les gravures rupestres de Cerdagne (Pyrénées orientales) de la fin de l’Âge du fer à l’époque contemporaine – Corpus – Approches chronologique, spatiale et culturelle », Thèse de doctorat Archéologie. Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales, Toulouse, 4 vol.

Canturri Montanya P. 2003, « Els gravats prehistórics de les Valls d’Andorra », dans González-Pérez J.-R. (coord.), Actes del Ier Congrés Internacional de gravats rupestres i murals : homenatge a Lluís Díez-Coronel. 23-27 novembre 1992, Lleida. Institut d’Estudis Ilerdencs, Lleida, p. 619-634.

Carbonell Et Alii 1981, « Els grafits de Castellfollit de Riubregós, primeres aportacions » dans Quaderns d’Estudis Medievals, Any II, núm. 5, vol. I, p. 278-310.

Casanovas A., Rovira J. 2003, « « STATUS QUAESTIONIS » de les representacions gravades medevials a Catalunya, Una visió de conjunt », dans González-Pérez J.-R. (coord.), Actes del Ier Congrés Internacional de gravats rupestres i murals : homenatge a Lluís Díez-Coronel. 23-27 novembre 1992. Institut d’Estudis Ilerdencs, Lleida, p. 637-684.

Comps J.-P., Rigaud p. 2005, « Les roches gravées de Banyuls sur Mer (Pyrénées Orientales) » dans Roches ornées Roches dressées, actes du colloque en hommage à Jean Abelanet, Association archéologique des Pyrénées Orientales, collection Etudes, Presses Universitaires de Perpignan, p. 249-274.

Conesa M. à paraître, « À l’ombre des monarchies : milice urbaine et milice paysanne dans un pays de la frontière pyrénéenne (Cerdagne XIVe – XVIIe siècles) » dans Faire la Paix, Faire la guerre, actes du 136e Congrès du CTHS, Perpignan 2011

Crabol D. 1991, « La Tour Cerdane : nouvelles approches de l’étude d’un château en Cerdagne » dans Ceretania n°1, Quaderns d’estudis Cerdans, Arxiu Historic comarcal, Puigcerdà, p. 117-134.

Foley V., Palmer G., Soedel W. 1985, « L’arbalète », dans Pour la Science n°9, p. 24-30.

Jiménez Gadea J., Díaz-andreu GarCía m., Pérez Gomez t. 2003, « Los grabados medievales del Covacho de las Pintas (Carrascosa de la Sierra, Cuenca) » dans González-Pérez J.-R. (coord.), Actes del Ier Congrés Internacional de gravats rupestres i murals : homenatge a Lluís Díez-Coronel. 23-27 novembre 1992. Institut d’Estudis Ilerdencs, Lleida, p. 695-707.

Pericot L. 1980, Céramique ibérique, Editions Cercle d’Art, Paris.

Ponsich P. 1983, « Des Wisigoths aux Arabes et aux Carolingiens, p. 139-175. Les temps féodaux – Les Comtes héréditaires – Dynasties comtales d’Empories-Roussillon, de Cerdagne-Besalu puis de Barcelone, p. 177-241. La société féodale en Roussillon et Cerdagne, p. 243-287. La monarchie catalano-aragonaise (1172-1276), p. 289-347. Les rois de Majorque (1276-1344), p. 349-390. La thalassocratie catalano-aragonaise (1344-1410), p. 391-424 » dans Le Pays Catalan, Tome 1, sous la direction de Jean Sagnes, Pau, Société Nouvelle d’Éditions Régionales et de Diffusion.

Quesada Sanz F. 1997, El armamento ibérico. Estudio tipológico, geogràfico, funcional, social y simbólico de las armas en la cultura iberica (siglos VI-I aC,), Editions Monique Mergoil, Montagnac, 2 vol.

RICO C. 1997, Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.), Casa de Velázquez, Madrid.

Salazar Ortiz N. 2008-2009, « Notícia sobre la troballa en context arqueològic d’una ballesta baixmedieval a Barcelona », Arqueologia Medevial, revista catalana d’arqueologia medieval n°4/5, ACRAM, p. 120-127.

Wilson D. 1985, La tapisserie de Bayeux, Fonds Mercador, Antwerpen ; Albin Michel, Paris.

Notes

1 Les documents étudiés sont des revues d’hommes (mostras) tirés des archives de Cerdagne (ACCE), du fonds du Syndicat de Cerdanya, chargé, au XVIe siècle, de surveiller le territoire face aux incursions des Français et des bandits (bandolers). Les auteurs remercient Marc Conesa qui leur a fait part de cette recherche.

Auteurs

Archéologue, Chercheur associé, Centre de Recherches Préhistoriques et Protohistoriques de la Méditerranée (C.R.P.P.M.), UMR 5608, C.N.R.S.-E.H.E.S.S., TRACES, Université de Toulouse II – Le Mirail et GRAHC

Archéologue, Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Cerdagne (GRAHC)

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search