Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Conclusions du colloque

Michel Cadé

Texte intégral

1Il fallait de l’audace pour prétendre en quelques vingt contributions traiter d’un sujet aussi complexe que « Violence(s) de la Préhistoire à nos jours : les sources et leur interprétation ». La tranche chronologique était sans autre limite que le temps de l’homme et l’intitulé du sujet exigeait qu’on considérât d’un même œil les sources et le mouvement d’écriture de l’histoire, chose qui devrait sans doute aller de soi, mais n’y va pas souvent. Le pari, risqué, est tenu et ce qui frappe qui, comme moi, a écouté les intervenants puis lu leurs écrits c’est, au-delà d’une inévitable hétérogénéité de temps et de lieu, la convergence des démarches.

Temps et lieux

2Dix neuf communications donc, cinq moments, dont deux émergent singulièrement, une localisation dominante, bâtissent les axes autour desquels s’organise une réflexion sur le rapport de l’histoire de la violence à ses sources. La Préhistoire ouvre le bal avec deux communications ignorant les limites géographiques et dont la temporalité ne connaît pour terme que les débuts, plus ou moins tardifs, selon les espaces, de l’Histoire.

3L’histoire antique, une communication et l’histoire moderne, deux, font figure de parents pauvres quand l’histoire du Moyen Âge et l’histoire contemporaine, avec chacune sept communications, se taillent la part du lion. Faut-il voir là l’effet d’une organisatrice médiéviste ? Dans un cas peut-être, mais dans l’autre faut-il invoquer l’effet du hasard ? Sans doute pas, ces choix de participation reflètent des préoccupations à l’œuvre dans ces secteurs des études historiques. Les historiens d’un Moyen Âge souvent présenté dans les discours dominants comme violent et brutal, s’interrogent sur la réalité de cette affirmation. Les historiens d’un monde contemporain, où la violence s’est manifestée sous toutes ses formes, guerres étrangères, devenues à deux reprises mondiales, guerres coloniales et postcoloniales, guerres civiles en tous genres, dictatures exterminatrices, génocides, emploi d’armes de destructions massives, terrorisme pour ne rien dire des ressentis insécuritaires, ne peuvent faire l’économie d’une réflexion sur un phénomène, qui, autant qu’une progression exponentielle des techniques, caractérise l’époque dont ils tentent d’écrire l’histoire. Il est à noter cependant qu’aucune des deux guerres mondiales, ni la Shoah, ni la Guerre d’Espagne, tous sujets qu’on eût attendu ici, ne sont évoquées dans les communications.

4Douze communications concernent l’espace méditerranéen, majoritairement les deux rives du bassin occidental de la mer commune, les cinq autres, si l’on excepte les deux communications sur la Préhistoire, la France de l’Ouest ou du Nord. La chose tient sans doute aux axes de recherche du CRHISM, qui privilégient comme espace la Méditerranée occidentale, sans négliger aussi des raisons de proximité, tant dans la réception des appels à communication, que dans les facilités de déplacement. La trame et la chaîne ainsi dévoilées, il est temps de s’atteler à la tâche.

Angle d’attaque

5Plusieurs voies s’offrent à qui veut entreprendre de tirer des conclusions d’un ensemble construit au carrefour de l’hétérogénéité des discours et de l’homogénéité des démarches : d’abord celle de la fausse évidence de la chronologie, s’organisant au fil des communications ou divisée en périodes. Puis celle, guère plus originale, du découpage thématique, égrenant violences guerrières, violences civiles, violences d’État voire inclassables violences. Sans totalement rejeter ces options, il m’a semblé plus efficace de prendre le colloque au mot et de choisir pour guide la première formulation de son objet « Quelles sources pour une histoire de la violence ? » Sans doute, pour la plupart, en bons historiens ou juristes qui ont le souci de la matérialité charnelle du passé, les participants ont-ils, en général, abordé la question des sources – quelles sont-elles et comment les utiliser ? – à travers des récits concrets. Un colloque d’archivistes eût été plus directement à l’objet central, mais ce qu’on eût gagné en précision l’eût été aux dépens de la matière vivante, des palpitations de la nature humaine, car ces sources ne sont pas n’importe quelles sources mais celles du côté noir de l’âme humaine, la violence, tant privée que publique, tant individuelle que collective, tant sauvage que réglementaire. Sans doute, cette façon de procéder aboutira à une réflexion par certains côtés décevante, eu égard à la richesse et à la complexité des communications, mais c’est le revers obligé de toute tentative de synthèse. Par ailleurs le croisement des sources, à l’œuvre dans nombre de communications, entraînera des redites et des approximations, lot habituel et commun à toute tentative de classement.

Sources judiciaires

6La première impression que l’on retire de ce colloque a trait à la multiplicité des sources, à leur foisonnement, à leur épaisseur. Les premières qui viennent à l’esprit sont les sources judiciaires, s’agissant d’abord de la violence privée, qu’elle s’exerce ou non dans un cadre collectif. Curieusement, elles ne sont apparues dans le cadre du colloque qu’un peu tardivement. Sans doute les querimoniae qu’évoque Aymat Catafau, quoique provenant d’archives familiales, s’y apparentent-elles quand celles qu’utilise Claire Soussen sont d’un autre ordre, et il fallut attendre l’intervention de Pierre Prétou pour les voir apparaître. Dans une communication passionnante celui-ci se livre à l’analyse de la légitimité comme de l’illégitimité de la violence privée, à travers des notions comme « l’honneur bafoué », la « chaude colère » ou le « guet apensé » avant que l’État ne pointe un nez normalisateur pour retenir cependant la notion de préméditation. Il est intéressant que, pour nous faire entrer dans la vision du licite et de l’illicite au Moyen Âge finissant, l’auteur ait eu l’idée de croiser sources judiciaires et représentations iconographiques. Isabelle Mathieu utilisant elle aussi des sources judiciaires montre à son tour, rejoignant le propos de Pierre Prétou, la façon dont se met en place à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne une définition-catégorisation de l’acte violent. Celui-ci ne concerne d’ailleurs pas que les faits de violence physique mais inclut ceux de violence langagière, souvent ignorés des approches rapides et spectaculaires du phénomène et qu’il est bon de penser aujourd’hui où, sous le terme générique d’incivilité, ils sont mis en avant dans l’analyse du quotidien de la violence contemporaine. Marie-Claude Marandet, en croisant trois sources judiciaires, les « coutumes » qui établissent les délits de la compétence, dans le Lauragais médiéval, des consuls, les registres d’enquêtes et les lettres de rémission accordées par le pouvoir royal, établit un bel échantillonnage des violences en tout genre que l’on peut rencontrer dans les bourgs et les campagnes du Lauragais médiéval, ainsi que des normes qui établissent et la gradation des violences et celle des sanctions. Est ainsi révélé un paysage du quotidien où l’emmêlement des violences est complexe et bien loin des simplifications qu’en donne la vision « grand public » portée, depuis l’époque moderne et culminant aujourd’hui, malgré quelques efforts récents, par ce qu’il est désormais convenu d’appeler les médias. Si les archives judiciaires ne sont pas au cœur de la communication de Damien Broc autour de la double violence des caporali corses, violence entre eux et face au popolo, à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne, elles y participent par l’utilisation des registres de sentences. Par contre, combinées aux archives gouvernementales, elles se retrouvent dans l’étude qu’effectue Emmanuel Berger des mesures de « Haute police » sous le Consulat et l’Empire, succédant d’une certaine façon aux lettres de cachet et précédant, même si en histoire comparaison est rarement raison, les mesures d’internement administratif contemporaines. Incertitude des chiffres alors produits, encadrement incertain des mesures, négation des verdicts des tribunaux, traduisent, par delà les formes juridiques, l’injustice profonde d’une violence d’État. Céline Regnard-Drouot à son tour interrogeait les sources en choisissant de réfléchir sur la façon dont elles sont utilisées, sans parfois être suffisamment contextualisées. S’efforcer de comprendre l’intention de leurs rédacteurs, maîtriser suffisamment le moment de leur production, mesurer la part d’individuel irréductible qu’elles recèlent et, dans le même mouvement, leur situation dans un contexte social prégnant, voilà, entre autres, quelques éléments nécessaires à leur bonne compréhension, et donc à une écriture satisfaisante de l’histoire. Suivant ses propres règles Céline Regnard-Drouot fait la démonstration de leur bien fondé en analysant une affaire de vol avec violences à Marseille en 1894 : l’affaire Sesia et Penna.

Archives administratives et textes réglementaires

7Un autre type de sources, proche du précédent est constitué d’archives émanant des différents pouvoirs administratifs qui ont à traiter de la violence et des textes réglementaires et juridiques produits par eux. Pouvoir d’État, royal en l’occurrence, dans l’intervention que Claire Soussen a consacré aux violences antijuives à l’occasion de la Semaine Sainte et dont la source principale est constituée par les rappels à l’ordre des rois d’Aragon consécutifs à ces débordements. L’analyse, par l’auteure, d’une ritualisation tolérée de ces mouvements populaires et du mécontentement royal lorsque ceux-ci prennent un caractère très violent, mettant en cause, de fait, l’autorité du roi, protecteur des juifs, nous permet d’aborder d’une autre façon que précédemment les catégories du licite et de l’illicite. L’utilisation, par Damien Broc, dans son travail sur la violence induite en Corse par les luttes des Caporali, de la correspondance des communautés et acteurs de la vie politique avec l’Office de Saint-Georges, représentant de la puissance génoise, permet de voir fonctionner une gestion administrative de la violence. Utilisant peu leur pouvoir judiciaire, les Protecteurs de Saint-Georges s’efforcent de contrer la violence par la conclusion de « traités » entre les familles de « caporaux » et d’intervenir pour faire cesser les vengeances lignagères en facilitant, en tiers habilité les, provisoires, réconciliations. Dans un territoire empêtré dans un cycle de violences complexe, à forte composante lignagère, faute de pouvoir assurer la justice, l’autorité administrative s’efforce d’assurer un semblant d’ordre par des procédures contractuelles à caractère administratif, démonstration éclairante de la pluralité des sources en matière de violence. Le recours d’Elena Taddia au fonds criminel des archives ecclésiastiques du diocèse de Gênes s’apparente à l’utilisation d’archives juridiques. Mais ce fonds produit dans un autre cadre, amène à une approche ciblée des phénomènes de violence, à travers la pratique d’une catégorie d’individus, les prêtres, censés en être éloignés par leur positionnement social même. Tandis que son étude révèle les mécanismes mis en place par l’Église pour circonscrire ces dérives, elle met en évidence des délits spécifiques où, à coté des homicides, prennent place le viol, l’infanticide et les violences verbales, restituant un quotidien insoupçonné de la vie ecclésiastique dans l’arrière-pays génois à l’Époque Moderne. Emmanuel Berger, analysant les textes réglementaires qui définissent les mesures de haute police, montre, encore une fois, que le croisement des sources est plus souvent la norme en matière de violence que l’utilisation d’un seul type de sources. Examinant une notion juridique, l’état d’exception, et en en étudiant l’application au XIXe siècle à deux ensembles géographiquement et politiquement discontinus, mais de même nature, la propriété foncière à vocation forestière, en Algérie et dans les Alpes, Nicolas Krautberger montre, avec brio, comment l’application de principes juridiques peut être le moteur de violences, en l’occurrence les dépossessions foncières, à l’égard de populations au statut différent. Dans les Alpes, au prétexte du risque d’inondations, l’État patrimonialise les terres qu’il estime nécessaire de reboiser ; en Algérie, au prétexte du risque d’incendies, assimilés par une dialectique douteuse à de possibles actes de révolte, il confisque, domanialise et, à l’occasion, revend, spoliant les paysans, détruisant les sociabilités traditionnelles au nom de l’application de principes juridiques recouvrant avec un certain cynisme le droit du plus fort. C’est aussi à l’état d’exception que s’attaque Marie Goupy à propos de l’usage de la torture par les troupes françaises pendant la Guerre d’Algérie. Elle souligne le paradoxe d’une volonté d’encadrer cette dérive, à travers la proclamation de l’état d’urgence de 1995 et la loi dite des pouvoirs spéciaux de 1956. Faisant appel à la théorie de la dictature chez Carl Schmitt, elle dépasse et essaie d’éclairer les contradictions de l’État de droit lorsqu’il se sent menacé, ce que s’efforce d’une autre manière de mettre à la portée de tout un chacun la fameuse série américaine 24 heures chrono. Toujours en prise sur l’histoire récente des rapports conflictuels entre la France et l’Algérie, la recherche d’Abderahmen Moumen sur les violences commises en Algérie contre les harkis entre 1962 et 1965, s’appuie essentiellement sur les archives de l’État français, archives du SHD/Armée de terre, correspondance du secrétaire d’État aux Affaires algériennes puis de l’ambassadeur de France en Algérie ainsi que sur les notes du sous-préfet d’Akbou. Croisant ces archives d’État avec des archives privées, des archives d’association humanitaires CICR, Cimade et des témoignages divers, Abderahmen Moumen montre comment on peut dépasser la simple chronique des violences en tout genre pour commencer à construire l’histoire d’un moment traumatique tardif du conflit, en attendant l’ouverture des archives algériennes pour mieux pénétrer sa compréhension. L’ouverture des archives, françaises en l’occurrence, c’est la question que posent Nicolas Lebourg et Dominique Sistach dans l’intervention qu’ils ont intitulée : « Le droit à l’archive et la morale de l’histoire. Les limites juridiques de l’écriture de l’histoire présente : le cas François Duprat ». On peut objecter que l’on est ici loin du sujet du colloque, si la vie, et la mort, de François Duprat furent marquées par la violence, les études d’histoire immédiate sont toutes logées à la même enseigne, la difficulté d’accès aux archives publiques. Sans doute, cette difficulté est-elle accrue lorsqu’il s’agit d’enquêter sur des événements mettant à contribution des archives de type policier, mais finalement c’est surtout par la violence faite à l’historien que cette communication se rattache au thème général du colloque. Solide mise au point sur les conditions d’accès, ou plutôt de non accès, des archives publiques récentes, analyse de leur fondement juridique et de la pratique administrative, illustrée d’exemples pertinents tirés du « dossier Duprat », proposant des solutions en s’inspirant de l’exemple allemand, cette communication un peu décalée constitue pour l’apprenti historien de l’immédiat un excellent manuel abrégé des difficultés qui l’attendent et des moyens de les contourner.

Le recours aux écrits « littéraires »

8Un troisième type de sources est constitué par des textes destinés au public, on peut parler de façon large de textes littéraires, voire parfois de représentations. Nous avons eu l’occasion déjà de les rencontrer, croisées avec d’autres sources plus importantes pour les auteurs, aussi bien dans les témoignages qu’utilise Abderamen Moumen que dans les miniatures sur lesquelles s’appuie Pierre Prétou, dans les citations par Claire Soussen d’ouvrages des érudits juifs du XIIIe siècle David Kimhi et Nahmadide ou dans les recueils de lettres et poèmes du prêtre Dominico Bertoni cités par Elena Taddia. Mais ils n’étaient là qu’en complément, sources annexes, dans ce qui suit ils sont principale source. Tenter d’analyser la violence dans l’Antiquité, surtout sur une longue période, exige le recours aux sources écrites appartenant le plus souvent au genre historique ou religieux. C’est le cas dans l’étude consacrée par Arbia Hilali à « L’État romain et les violences collectives en Afrique du Nord » qui s’appuie sur de multiples auteurs, Dion Cassius, Tacite, Suétone, Amien Marcellin, Orose, Eusèbe, Tertullien, saint Augustin, pour nous fournir une typologie descriptive des révoltes et violences populaires face à l’intégration à l’Empire de régions possédant leur propre vision de la société et de la violence d’État qui leur est opposée. Par ailleurs, l’utilisation qu’elle fait des inscriptions déchiffrées par les épigraphistes renvoie aussi à une forme particulière de littérature. C’est à un seul texte que Jean-Christophe Robert consacre sa communication le « Traité de gouvernement islamique » d’Al-Mâwardî, rédigé dans la première partie du XIe siècle, alors que son auteur était proche du calife Al-Qâ’im à Bagdad. Ce texte est ici analysé pour la définition qu’il donne de la rébellion dans l’aire religieuse et culturelle musulmane, laissant aux rebelles, qui appartiennent à la communauté des croyants, une étonnante latitude de retour au sein de celle-ci, d’ailleurs l’ont-ils jamais quittée ? Au passage, cette brillante étude bouleverse quelque peu les approximations contemporaines sur un Islam dont la caractéristique principale serait l’usage de la violence et non sa gestion. Appartenant à la même époque, mais à une aire lointaine, la lettre-sermon du moine Garcias de Cuxa, étudiée par Aymat Catafau, montre qu’un texte littéraire, surtout pour une époque où la documentation est relativement réduite, permet, si ce n’est de mesurer la violence, du moins de la repérer. Ainsi, dans le regard des moines de l’abbaye catalane de Saint-Michel de Cuxa, elle est d’abord liée à la spoliation de terres, reflet des conflits pour leur possession entre les deux premiers ordres du monde chrétien. Faut-il placer ici l’étude des ouvrages du juge espagnol Juan de Quiñones, plus particulièrement son Memorial de 1643, qualifié par Olivier Caporossi de source extra-judiciaire ? Alcade de cour, important magistrat et courtisan de haut vol, il témoigne dans cet ouvrage, au soir de sa vie, de son activité de magistrat et par là même de la violence de son temps. Catégorisant les violences, y incluant le retour aux pratiques judaïsantes et l’hérésie, il nous permet de comprendre le sentiment de la violence du Siècle d’Or espagnol. Ce recueil d’exemples, tirés de sa pratique de haut magistrat, fut lu et médité par ses successeurs et par là peut s’apparenter aux productions administratives, mais sa qualité littéraire comme sa diffusion assurent sa place ici. Si les sources littéraires forment le socle de la communication d’Olivier Berger consacrée à la violence allemande pendant la guerre de 1870-1871 dans la région parisienne, elles ne sont pas uniques mais croisées avec des sources administratives et policières. C’est leur importance dans le travail d’Olivier Berger qui justifie que celui-ci soit évoqué sous leur signe. Sources multiples, ouvrages français écrits juste après le conflit pour dénoncer la violence des troupes allemandes, mémoires éditées plus tardivement, ouvrages à destination des enfants, souvenirs divers et même monographies d’instituteurs, on a affaire à une production littéraire rarement étudiée, infralittérature en quelque sorte mais on s’étonne un peu de ne guère voir la littérature ayant pignon sur rue utilisée, Maupassant, Daudet, par exemple, ce qui n’est pas tout à fait le cas pour la production allemande. En tout état de cause on voit, à travers cette parole un peu brute, croisée avec les textes administratifs voire avec des témoignages inscrits dans le paysage, s’exercer la violence d’une armée inquiète, aux méthodes parfois expéditives, et se construire une légende noire de l’armée allemande qui s’épanouira lors du premier conflit mondial. De la bonne utilisation de sources secondaires devenues, par la force des choses, premières. Pascal Semonsut réussit l’exploit d’inscrire sa communication dans un espace chronologique quasi illimité allant de la Préhistoire au second vingtième siècle. Prenant pour sujet la représentation de la violence préhistorique dans l’enseignement et la fiction du second XXe siècle, son corpus se nourrit du roman, de la bande dessinée, des ouvrages scolaires, accessoirement du cinéma et de la peinture. Il nous fait découvrir un monde de grande insécurité, où les violences des hommes répondent à celles de la nature et où la guerre paraît consubstantielle à la nature humaine. Curieusement, l’enseignement, dans ses représentations, diffère peu des littératures, écrite ou dessinée, reflet projeté de l’incertitude du temps présent sur les « âges farouches » ou souci de faire toucher du doigt aux enfants l’abîme du temps. Enseignement, littérature, préhistoire, même combat ?

L’archéologie à la rescousse

9Si l’archéologie n’a été que faiblement représentée durant ce colloque, peut être parce que les historiens ne sont pas encore accoutumés de croiser avec les autres sources répertoriées précédemment, ces données pourtant souvent éclairantes, que l’on pense à l’apport essentiel des méthodes de l’archéologie à la connaissance des grands conflits récents, mais ils furent absents de la manifestation, elle a pourtant introduit magistralement ces journées. En choisissant pour sujet « La violence dans la préhistoire » Jean Guilaine entendait nous offrir une vue cavalière des résultats de la recherche la plus récente en la matière et parallèlement poser la question, très débattue, de la présence de la violence intra-humaine dans la plus longue période de l’histoire de l’humanité. Son propos d’abord nuance la terminologie, préférant éviter le mot guerre pour parler de conflits qui, lorsqu’ils sont avérés, ou semblent l’être, ne concernent que des groupes de dimensions restreintes, quelques dizaines d’hommes, pour ensuite replacer le questionnement sur la violence dans son contexte social. Si préhistoriens et historiens ont relancé les études sur la violence et la guerre c’est, entre autres, que ces interrogations sont celles de notre temps, un temps de violences. Partant d’exemples concrets, découvertes récentes, ou regard nouveau porté sur des découvertes anciennes, Jean Guilaine, tout en soulignant l’extrême rareté des sources – sur des centaines de milliers d’années quelques témoignages épars – note des violences entre humains au Paléolithique ancien et au Paléolithique supérieur. Sans que l’on soit capable d’en mesurer la fréquence, la trace qui en demeure remet en cause les visions idylliques de chasseurs-cueilleurs pacifiques vivant, paisibles, dans une sorte de paradis terrestre d’avant la propriété et le travail. Le contrôle des territoires de chasse, le poids de la démographie sont sans doute des éléments déclencheurs de conflit. Le Néolithique, avec une territorialisation accrue des groupes humains, une volonté de contrôle des ressources mobilisables dans un espace, une accumulation de richesse tentatrice pour des groupes moins bien lotis, semble engendrer plus le conflit, on en trouve des traces dès les débuts de l’agriculture mais leur nombre croît vers la fin de la période, tandis que l’âge du Bronze voit naître une fonction nouvelle, celle du guerrier. Jean Guilaine cependant met en garde contre, à la fois, la sousinterprétation et la sur-interprétation des traces, contre aussi l’explication économique unique des conflits, dans l’océan de nos ignorances, les signes doivent être médités avec sagesse et modestie. La leçon vaut pour tous.

Complexité et circulations

10Une première série de remarques vient à l’esprit lorsque l’on veut reprendre de façon synthétique l’acquis de l’ensemble des communications, elle a trait à la distance qui sépare le présent de l’historien de son objet. Bien sûr ces remarques valent pour tout travail historique mais la part d’effroi qui git dans tout discours sur la violence les rend ici plus prégnantes. La première formalisée clairement par Jean Guilaine, mais sous-jacente à nombre de communications, est que l’historien pose toujours à l’histoire les questions de son temps. Or, la violence est une des questions centrales de notre temps dans le réel, j’ai eu l’occasion de l’écrire plus haut, mais aussi dans les médias et dans les représentations, complaisance ou exorcisme, force est de constater le phénomène. Si l’historien veut ne pas céder aux vertiges de l’époque, il doit opérer une mise à distance des manifestations de la violence dans le temps et surtout les contextualiser. L’on s’est relativement peu interrogé ici sur les formes de violence on, a par contre, mis en évidence leur enracinement dans le moment de leur production. Ainsi furent vécues comme violences insupportables, même si le mot n’est parfois pas utilisé, le fait de professer une religion autre que celle acceptée de façon consensuelle par une formation sociale donnée, l’usurpation de terres, dans un système économique reposant sur la production agricole, tandis que les violences faites aux femmes, pour ne pas être niées, apparaissent à diverses reprises comme appartenant à l’ordinaire du fonctionnement social. En une matière délicate, très liée à l’affectif, les communicants ont toujours eu le souci de ne pas oublier que les mots et les faits ont un contenu différent selon les époques et les milieux et d’ainsi s’approcher, à partir de sources marquées par l’arbitraire d’un regard qu’il faut analyser, du ressenti des hommes vivants en d’autre temps du monde.

11Une autre caractéristique de ce corpus est le croisement des sources à l’intérieur des communications. Si je l’ai souligné plus haut pour quelques cas où la chose était très manifeste, aucune communication quasiment n’y échappe. Les sources croisées peuvent être de même type mais éloignées dans l’espace ou le temps, Damien Broc, Elena Taddia, Arbia Hilali ou Jean Guilaine, ou de types divers, je ne reviens pas ici sur les divers exemples donnés dans le cours de ces conclusions. On me dira que le croisement des sources est la base du métier d’historien et que l’étude de la violence dans l’histoire n’est qu’un cas particulier auquel s’appliquent les règles générales de la profession, sans doute. Pourtant la violence, moment noir où s’abolissent les limites sociales pour laisser émerger une individualité sans frein, n’est pas un sujet noble, elle réside dans les marges, au cœur de sources dont le propos est autre, voire contraire : l’exceptionnaliser, la limiter, voire, impossible horizon, l’éradiquer. S’il existe des archives administratives, judiciaires, électorales, diplomatiques, militaires ou policières, il n’existe pas d’archives de la violence. Celles-ci doivent se construire à l’intersection de sources extrêmement diverses, ce colloque en a témoigné avec éclat.

12Enfin, appartenant en propre à ces journées, se sont construites des circulations qui, d’une communication l’autre, ont donné à l’événement sa teinte propre, montrant la pertinence du sujet dans ces effets de résonance. Certaines sont évidentes, parce que placées dans un même champ chronologique, ainsi le bloc médiéval tardif, réunissant Marie-Claude Marandet, Isabelle Mathieu et Pierre Prétou ou, pour avoir des sources très éloignées, s’organisant autour d’un même objet, ainsi le bloc préhistorique, réunissant Jean Guilaine et Pascal Semonsut. On serait tenté de lire aussi dans cette partition, diverse et semblable, une ligne algérienne unissant, par delà des propos différents, certains plutôt juridiques, l’un plutôt historien, les interventions de Nicolas Krautberger, Marie Goupy et Abderahmen Moumen, comme une ligne consacrée aux persécutions des juifs d’Espagne regroupant les communications de Claire Soussen et d’Olivier Caporossi ou une ligne génoise construite à partir des propos de Damien Broc et d’Elena Taddia. De même, voit-on plusieurs communications évoquer les violences faîtes aux femmes, ainsi celles de Claire Soussen, d’Isabelle Mathieu, Marie-Claude Marandet, Elena Taddia, que les auteurs soient toutes des femmes n’est, soit dit en passant, peut-être pas un effet du hasard. Mais, il arrive que la rencontre soit plus inattendue. Ainsi, lorsque Al-Mâwardî affirme que dans le rebelle il faut d’abord voir le musulman, quand le moine Guifred, environ à la même époque mais à des milliers de kilomètres de distance, évoque le Comte Sunifred se repentant des violences occasionnées par son action en dotant richement l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, leurs conceptions du monde, que nous révèlent Jean-Christophe Robert et Aymat Catafau, ne sont pas si éloignées qu’il peut y paraître au premier abord. Dans l’un et l’autre cas, troublés par la violence, les deux penseurs voient une solution aux désordres du monde dans l’appel à la communauté de religion. Si les uns se reconnaissent comme musulmans et les autres comme chrétiens, alors la violence peut-être réduite par une sorte de morale de son refus ou de son rachat, à l’intérieur évidemment d’un même ensemble religieux. Le souverain qui, dans le rebelle n’oublie pas le croyant, le grand seigneur qui, pour prix de ses fautes, dote une communauté religieuse, privilégient tous deux la communauté de religion face à l’enchaînement des violences et des contre-violences.

13C’est pour ces rencontres, ces rapprochements, ces circulations, qui font que chaque participant repart enrichi de l’échange avec des chercheurs dont les préoccupations pouvaient lui sembler bien loin des siennes, que les colloques de ce type sont précieux. Le discours contemporain sur la violence, sa représentation privilégiée dans les arts de masse, cinéma, télévision, jeux vidéo, bande-dessinée pour ne rien dire de la vogue du « polar », ont amené les historiens à l’autonomiser comme objet d’étude. Le colloque de Perpignan, moment de rencontre ouvert, a été un jalon passionnant pour en définir les contours. Que Marie-Claude Marandet, qui en fût le maître d’œuvre, soit ici remerciée.

Auteur

Professeur émérite, Université de Perpignan Via Domitia, EA 2984 CRHISM

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540