Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La récupération de l’occitan par l’écrit en milieu rural : approche sociolinguistique

p. 383-391


Texte intégral

1L’occitan fait partie des langues minoritaires qui, à l’heure actuelle, sont confrontées à une situation plus que critique quant à leur transmission traditionnelle tant à travers des variétés primaires qu’à travers d’autres, plus ou moins normées, voire standardisées, lorsqu’elles existent. Une des représentations qui ont le plus souvent cours à propos des langues minoritaires, régionales et/ou tout simplement minorées est que leur usage a plutôt eu tendance à se maintenir, dans un premier temps tout au moins, à tavers des variétés héritées, dans les couches populaires de la société. Un des effets classiques de la diglossie, avec sa répartition fonctionnelle des types d’usage linguistique, est l’absence ou la rareté de l’écrit dans une telle configuration. Il est bien sûr de nombreuses situations intermédiaires où celui-ci existe néanmoins "à la marge", à des titres divers, en langue minorée. Cette marge, qui peut être significative sur les plans quantitatif ou qualitatif, peut se manifester de plusieurs façons, à travers les registres et les genres pratiqués, les choix graphiques, les types de diffusion et la nature de leurs supports, ainsi que le lectorat. Parmi les caractéristiques propres à l’histoire de l’écrit occitan depuis l’époque moderne, il y a celle, prégnante, d’une interrogation sur la langue. Cette interrogation contient en elle-même sa réponse dans le fait même d’écrire. L’écriture vaut preuve de l’existence de la langue, mais, au-delà, elle reste ou devient aussi elle-même. Pour Philippe Gardy, "littérature et attachement à la langue sont ici liés, mais par des liens qui excèdent, par leur complexité et leur force d’entraînement, ceux qui exprimeraient une simple (?) volonté militante" (Gardy, 1996 : 12). Ce lien entre désir de langue et création possède fatalement, dans un tel contexte, sa propre complexité : "La fracture productrice d’écriture, ainsi, s’inscrit à l’emplacement d’une autre fracture, d’ordre linguistique cette fois. À moins que ce ne soit l’inverse, le désir d’écriture investissant alors quelque chose qui s’apparenterait au sentiment d’un manque de langue" (Ibid. : 13).

2Or, une des particularités de la situation de l’occitan, comme de celle d’autres langues minoritaires qui s’inscrivent dans cette configuration générale, est qu’il se trouve placé de nos jours à un moment crucial de son histoire où les restes de pratique héritée ne sont que symboliquement relayés par de nouveaux usages linguistiques. La langue se retrouve alors de plus en plus à l’état de traces. Au-delà des bribes d’usage traditionnel et de quleques rares nouveaux emplois, éventuellement formels en outre, celles-ci par exemple sont sensibles dans les régionalismes du français alors que les locuteurs n’en n’ont généralement plus conscience. Ces traces ont elles-mêmes tendance à s’estomper, même si certaines peuvent se maintenir en faible quantité et de manière parfois emblématique à travers les phénomènes multiformes dits d’"accent". Ces vestiges substratiques peuvent d’autant plus être mis en avant que le continent linguistique dont ils sont issus est en train de s’engloutir peut-être inexorablement. Possible réaction compensatoire parfois seulement, en fait, tant le phénomène qui nous semble majoritairement l’emporter est plutôt celui de l’amuïssement continu.

1. Les Tradinaires

3Depuis 1980, dans une partie encore rurale du Médoc (principalement les cantons de Lesparre et de Saint-Vivien), un groupe de personnes se réunit pour écrire en occitan. Cela pourrait ressembler à un atelier d’écriture (Viaut, 2001) si le but et les méthodes avaient dès le début été conçus dans ce sens. Or, l’objectif était au début, après avoir fait le constat de la disparition en cours des formes locales d’occitan gascon, de retrouver la sonorité et la trame de son expression orale. Un exercice de mémoire s’ensuivit. L’écriture fut imaginée comme un recours efficace et, de moyen, cette dernière devint la finalité principale du groupe. Ecrire pour parler a ainsi été le titre d’un ouvrage (Viaut, 1998) consacré à l’étude de cette expérience, celle donc développée par les "Tradinaires" (dérivé de tradin : résurgence d’eau douce sur la côte du Médoc, filet d’eau souterrain), autonyme choisi par les membres de cette association d’abord informelle des "maîtres des eaux souterraines". Plus de deux cents textes ont ainsi été écrits individuellement, puis chaque fois revisités en groupe, depuis 1980, en occitan local en utilisant les conventions de l’orthographe occitane dite "normalisée" ou "classique". Sur les cent-soixante qui furent produits entre 1980 et 1996 que nous avions étudiés et dont nous avions présenté une anthologie dans l’ouvrage publié en 1998 (cf. supra), nous avions distingué trois grands groupes de textes : ceux que nous avions qualifiés de "traditionnels", incluant les productions de la tradition orale, les "informatifs", généralement autobiographiques et à contenu ethnographique, et ceux dits de "création" comprenant surtout de la poésie et de courts récits en prose. Venaient enfin à part, et en nombre très minoritaire quelques traductions à partir du français.

4C’est en référence à l’observation de ces pratiques, revisitées dernièrement en vue de la présente mise au point que nous ferons les remarques qui suivent sur quelques aspects de la récupération d’une langue minoritaire en milieu rural. Si, à la suite de Jack Goody, on peut dire que l’écriture est un lieu de passage de l’oreille à l’œil, de la voix à la main (Goody, 1979 : 97), nous vîmes que là, sans que cela ait été envisagé au départ, “c’est bien après avoir constaté la perte en cours du son proféré et entendu que l’idée du recours, substitutif, à la médiatisation visuelle s’est imposée" (Viaut, 1998 : 71).

2. "Renouveler le patois"

5Phénomène prégnant au cours du XXe siècle en France, la relation à la langue – ou à la variété de langue – que l’on utilise passe par la référence à l’école comme lieu d’apprentissage linguistique. Cela a commencé dans un milieu et à une époque où l’on était encore couramment en contact avec l’occitanophonie en milieu rural gascon ou, à travers l’exemple évoqué plus loin, médoquin. Durant cette première moitié du XXe siècle, la pratique de l’occitan, sinon, au moins, une compétence d’intellection et de locution sont répandues dans les milieux sociaux que nous avons observés. En même temps, du passage par l’école publique, surtout, ou également privée, nos auteurs ont certes retenu que le français possédait une orthographe complexe et, en définitive, sacralisée. Cette caractéristique qui est alors perçue comme l’une des marques de l’idée sociale de langue a sans doute contribué, plus qu’avant l’époque de l’école primaire obligatoire, à repousser l’occitan, dans sa variété gasconne ici, dans les sous-sols de la non-langue, du patois. Puis vint le moment où se répand l’idée selon laquelle ce patois est une langue. Celle-ci se répand au-delà des cercles de militants culturels, des spécialistes et des initiés, elle se popularise plus qu’on ne le croit peut-être. Cela renvoie à une hypothèse qui demanderait certes à être vérifiée par des sondages, mais nous pouvons au moins retenir de notre observation des Tradinaires que l’emploi qu’ils font et continuent de faire de la dénomination "patois", pour désigner leur langue propre traditionnelle, ne serait-ce que pour les plus âgés, n’a rien de contradictoire avec le fait que pour eux cela est synonyme d’"occitan" (Viaut, 1998 : 33). Ces deux types de désignation s’appliquent clairement dans leur esprit à la même expression linguistique et ont en commun de nommer ce qu’ils ont découvert être une langue. Or la langue sert à communiquer, ce que peut faire le "patois", à une petite échelle, mais aussi à une autre plus large, à travers une intercompréhension qui, même si elle n’offre pas toutes les facilités d’une langue standardisée, existe néanmoins et demeure identifiée. Elle peut d’ailleurs l’être d’autant plus qu’elle n’est pas complète où qu’elle n’est que relativement majoritaire à l’intérieur d’un même dialecte géographique. Ce potentiel traditionnel, et fonctionnel à une époque où le standard français était encore insuffisamment répandu et maîtrisé en milieu rural, tout au moins pour répondre aux besoins de communication entre deux zones dialectales, voire sous-dialectales, revint alors à la mémoire comme un des constituants de la langue. De fait, il accéda au temps de la conscience en venant de celui de la mémoire où il assumait des fonctions réelles, même si ces dernières étaient réduites par rapport à celles auxquelles peut répondre le standard. À partir de là, l’auto-conscience linguistique retrouvait spontanément l’idée d’orthographe et d’écriture "sans fautes", ancrée dès l’enfance par le moyen de l’école. À la question "Comment ça s’écrit ?", dans un milieu non lecteur, ou à peine, des quelques écrits littéraires notés à l’aide de l’orthographe du français au XIXe siècle et au début du XXe répondit l’idée de demander à ceux qui savaient où qui étaient connus pour avoir cette capacité. Cela devait être la "bonne" orthographe, la plus "convenable", ou la plus "sérieuse". De cette façon, la découverte d’une orthographe nouvelle et différente de celle du français ne fut pas perçue comme une inutile étrangeté, mais simplement comme un outil adéquat et nécessaire, et la confusion, parfois entretenue à dessein, ne fut pas faite entre graphie et variété de la langue. Cela vint peut-être du fait que les Tradinaires ont établi spontanément une relation triangulaire entre la graphie, leur variété linguistique locale et l’idée de langue englobante. Cela pourrait correspondre aux impressions sans doute imprécises qui sont sous-jacentes dans l’emploi fait en Médoc par des représentants de la dernière génération de locuteurs primaires de l’expression "renoverar lo patoas" (littéralement : "renouveler le patois"). Leur parler a ainsi été perçu comme la modalité d’un tout et les nominations linguistiques pratiquées et/ou assimilées, "patois" ou "occitan" pour les deux plus employées, purent dès lors s’appliquer indifféremment à la partie comme au tout.

6L’absence d’une médiatisation associative traditionnaliste de type félibréen, sur le modèle béarnais, ou occitaniste, sur le modèle des sections de l’Institut d’études occitanes, a peut-être, et paradoxalement, œuvré en faveur de ce processus. Il ne s’agit pas de valoriser un quelconque état originel de la naissance à la conscience linguistique, mais ce contexte n’a pas été déterminant dans le sens de positions partisanes dans un sens ou dans un autre. Celles-ci ne se dégagent pas des pratiques et des conceptions régulièrement affichées par les membres de ce groupe. De fait, des contacts récents et ponctuels, depuis 1999 essentiellement, existent entre ce groupe et l’association culturelle occitaniste Comitat girondin per la lenga occitana e la cultura gascona (Comité griondin pour la langue occitane et la culture gasconne) sans que la question de la conception de la langue et de la manière de la graphier ait été évoquée, alors même que cela a pu l’être dans d’autres régions, en Béarn par exemple.

3. Traces de langue

7Le choix volontariste d’une orthographe autonome et malgré tout répandue participa d’une démarche qui partit d’une absence de prestige même latent accordé au parler local, pour se placer délibéremment sur un axe de prestige manifeste, lié à une attitude globalement consciente et active, dans un sens favorable au parler, cette fois articulé à la notion de langue. Si, comme nous l’avions retenu, l’absence de reconnaissance légale peut accentuer l’érosion d’une loyaute "routinière" et la non émergence d’une loyauté active (Viaut, 1999 : 41), la reconnaissance sociale, dont l’attitude des Tradinaires nous apparaît avoir finalement été une illustration et un relais, aura joué là un rôle de déclencheur d’une attitude positive. Ce passage de l’état au processus se produisit à un moment où la transmission de la pratique héritée était en train de disparaître et où l’on devait s’en remettre à la diffusion d’une langue normée et apprise. Or, peu de possibilités existent en France pour cette prise de relais, et les sondages sociolinguistiques dont on dispose, y compris pour le basque, font état, pour la compétence de locution, de courbes décroissantes en fonction des tranches de population, des plus âgées vers les plus jeunes. Le passage de l’héritage à l’apprentissage est rendu d’autant plus difficile que le niveau du premier est bas et que l’offre du second est faible. De là, la connexion entre ces deux types d’acquisition de la langue peut s’avérer difficile, voire point envisageable sans une réflexion préalable quant aux objectifs recherchés. Pourtant, si un aménagement linguistique demeure toujours imaginable, sous réserve d’en accepter des termes qui participeraient d’abord du volontarisme, sa mise en œuvre pourrait alors s’inscrire à l’intérieur d’un éventail de choix possibles qui devraient forcément réserver une part plus ou moins importante à l’artificialité des méthodes. La démarche spontanée des Tradinaires nous rappellera opportunément l’importance des traces et leur productivité dans un processus de récupération linguistique. Ces traces sont de plusieurs ordres, et nous pouvons, à partir de nos observations – celles de 1998 et celles de cette année – en proposer une première liste :

  • Traces d’oralité primaire à travers la capacité à communiquer de façon continue, sans "trébucher" sur le français. De fait, cette oralité se définit plus par une potentialité que par une évidente réalisation. C’est en cela que nous parlons de traces également pour elle. Ainsi, la situation de communication, le degré de compétence de, ou des, interlocuteur(s) conditionneront le passage à la performance. Dans l’ensemble du paysage communicationnel, on aura néanmoins affaire à des bribes, des traces de langue en situation de communication dans des registres a priori familiers.

  • Traces de langue à travers des items, des formes courtes du langage, des expressions figées qui interviennent fortuitement ou selon des alternances codiques préméditées. Ces traces-là confèrent des marques d’identité passive ou active à un contexte langagier en français, ou plus diffusément en français régional.

  • Traces de langue à travers des mots, y compris des mots outils tels que certains adverbes (alavetz : alors ; perqué : pourquoi). Ces mots ressortent à travers leur phonie originelle ou celle qui résulte des différentes interférences avec celle du français dominant. Ils sont souvent employés volontairement afin de préciser les sens d’un signifié, un contexte de communication que l’on marque du sceau de la connivence.

  • Traces inconscientes et de plus en plus évanescentes qui contribuent à marquer le français régional tout en perdant progressivement de la teneur d’une génération à l’autre.

8Or, c’est sur la base et le constat de ces traces que s’est développée la conscience de la langue. Le passage obligé par les traces accompagna de la part des Tradinaires un travail de mémoire. Celui-ci en passa par la fixation par l’écrit, point de départ de l’écriture et du passage du souvenir du mot et de l’expressivité à la création. Le moyen pour retrouver la parole estompée ou perdue devint assez rapidement le but. Le passage par l’écrit contribua à instaurer une distance par rapport à la langue enfouie. Sa position devint ambiguë : originellement familière, l’investissement dont elle fit l’objet afin de revenir à sa place dans la communication en passa par une mise à distance facilitée par l’usage de l’écrit. Ce dernier prit d’autant plus d’importance qu’il ne déboucha pas, ou que de façon insuffisamment significative, sur ce que l’on avait attendu initialement de son rôle, à savoir de "déverrouiller" la parole et d’en retendre la trame distandue en vue, peut-être, d’en éprouver une fonctionnalité. Pour reprendre Bloomfield, "l’écrit est une façon de garder des traces visibles de la langue" (Bloomfield, 1933 : 70), on se trouve face à une contradiction qui existe entre un écrit supplétif de la mémoire et, par conséquent, de l’oralité, et la fonction positive qu’il exerce sur cette même oralité qu’il peut contribuer à rappeler (Viaut, 1998 : 71).

4. Les méandres de l’écriture

9Les procédures ayant pour objectif un retour de la parole vivante doivent répondre à plusieurs besoins. Le français répond à celui de communication et les locuteurs s’y sont habitués. L’évocation du besoin d’identité nous paraît ici pleinement valide. Il résulte au moins de la part des Tradinaires du constat de la disparition d’un pan culturel qu’ils avaient en propre ou qu’ils considèrent comme faisant partie d’eux. Et les fonctions linguistiques ne sont pas seulement instrumentales, elles sont également d’ordre psychologique et symbolique. C’est aussi à ces différents titres qu’elles sont globalement sociolinguistiques. Des références communes qui relèvent des attitudes psycholinguistiques et, plus fondamentalement, de la symbolisation du groupe sont de nature à exprimer son sens commun et entrent dans le champ large de la fonction communicative du langage. Simplement, dans ce cas, on ne saurait retenir la perspective précise du retour à la parole, mais d’un retour au champ, évidemment plus large et imprécis, de la langue

10Ayant effectué ce pas, nos quêteurs de langue orale se retrouvèrent piégés par l’écrit. Ils se découvrirent écrivains, ce qu’ils n’avaient pas imaginé être en français. Créer en écrivant afin que la langue trouve une cohérence et un sens devenait la réponse à leur quête linguistique. Ce recul par rapport au monde que connaît l’écrivain fut là aussi expérimenté à travers cet éloignement même dans lequel se plaçait désormais la langue finalement outil et donc fonctionnelle pour créer. Si parler sert à communiquer, cet emploi-là dans la langue minoritaire et de plus en plus cantonnée dans le souvenir de locution se ferait au prix d’un détour par une distanciation utile à une création à la fois individuelle et collective. On évoquera ainsi une autre assertion, à savoir que si l’on communique au moyen d’un langage codé, on le fait aussi en référence à lui, en particulier à travers des formes qu’il possède dans une langue donnée. Ces formes sont également porteuses de significations dans lesquelles un groupe se reconnaît. Cela peut être analysé en termes d’identité et de fonction symbolique, mais nous y incluons alors la représentation de la langue comme potentiel de langage effectif. La langue concernée, on le sait, est conditionnée par une situation post-diglossique. Distance imposée par les faits et, à la différence d’autres configurations bilingues impliquant une langue première et une autre langue, toutes deux effectivement utilisées ou utilisables dans un nombre significatif de situations où la primauté n’a plus sa place que dans un affect plus ou moins inconscient. La langue initialement seconde a recouvert le champ de la spontanéité expressive ou l’a en tout cas acquise. Dans ce contexte, la langue d’auteur possède certaines caractéristiques d’attrait et d’exoticité que peut avoir une langue seconde par rapport à une langue première, élimée par l’usage quotidien, dont on percevrait moins, faute de distanciation, l’attirance. Autant la langue de création que se fabrique l’auteur peut être bâtie avec les matériaux remodelés d’une langue standardisée créant ainsi cette distance par rapport au donné linguistique utile à la création, autant dans le cadre d’un bilinguisme d’auteur, le recours à une langue seconde peut justement être pourvoyeur de distance. Chez nos écrivains, dont l’expérience n’est sans doute pas unique, le recours à la langue "ex-première", que l’on retrouve à partir de traces rassemblées, autant pour constituer une masse convaincante et rassurante que pour amasser, archiver, une réserve de matière première d’écriture, participe de ce passage par la distanciation vis-à-vis de la langue "base". Cela s’accompagne d’un travail sur cette langue pour en faire une expression d’auteur. La distance ne se construit pas d’abord, elle apparaît comme un donné dont s’approprie l’auteur, quitte à le façonner par la suite.

11Une autre caractéristique qui nous paraît se dégager de nos observations sur ce terrain médoquin est l’importance du "je" dans l’ensemble des productions, ses implications personnelles, directes et autobiographiques ou indirectes, s’accordant avec le statut aussi esthétique que thérapeutique de cette création. Pour le dire familièrement, ces écrivains, qui ne sont spontanés qu’en apparence, ont "mal à leur langue", et l’écrire peut être un remède qui finit par être une voie en soi. Comme nous l’avions déjà noté, "il s’agit de construire du texte autour d’une trame qui évolue, au fil de nos trois catégories, du récit vers le discours, en passant par un récit où le "je" est présent, en position intermédiaire entre narration et discours, avec pour but de mettre en valeur les mots de la langue et des situations ou des "prétextes" qui lui correspondent, eussent-ils pour référence l’"avant", l’intimité ou l’incursion, forcément marginale et quantitativement minoritaire, dans le présent." (Viaut, 1998 : 62). De là l’importance prise par le vécu autobiographique ou rapporté, comme s’il traduisait un besoin de témoigner du lien entre la langue et sa vitalité effacée. "Le récit [de vie] paraît donc se situer dans une polarité entre l’expressivité littéraire et l’authenticité du vécu. Il puise sa force de conviction dans les valeurs de l’oralité : la vérité du témoignage, la sincérité sans détour, l’absence d’artifices. Mais d’autre part, l’expérience vécue n’accède au sens qu’à travers le langage, et le passé ne peut se dire qu’en se coulant dans des formes narratives qui appartiennent irrémédiablement à l’"ordre du discours"" (Marc, 1985 : 46). Enfin, autre référence importante pour ce type de textes, celle qui se rapporte à la notion de territoire. Celle-ci est ici illustrée par la mise en avant de motifs qui participent du lieu célébré et, de fait, par la patiente construction, à travers même la diversification des genres pratiqués, d’un "territoire de la mémoire" (Fabre, 1997 : 40).

5. Quel futur ?

12Quatre années environ après notre premier compte-rendu de ces presque vingt années d’existence des Tradinaires, qu’en est-il d’eux aujourd’hui ? Les derniers à avoir une bonne compétence en langue orale et désormais écrite, même si parmi eux il n’y a plus de locuteurs premiers en occitan gascon, continuent à écrire en oc. Leur nombre a diminué et d’autres, qui sont venus récemment s’agréger à eux, n’ont pas encore suffisamment accroché à ce type de travail où n’y sont pas encore habitués. Un problème de masse critique et de la productivité que celle-ci induirait se pose. Phénomène nouveau : au fur et à mesure que les derniers héritiers de la langue s’effacent, de nouveaux membres de l’association y viennent en quête eux aussi de langue, mais pour essayer de l’apprendre directement, sans forcément en passer par la création. Cette dernière, il est vrai, était facilitée par un niveau minimal de compétence même passive qui a globalement tendance à diminuer, voire à disparaître. D’autre part, cette création cède parfois le pas à la traduction à partir du français ou d’autres formes topolectales d’occitan. Autant de signes des modifications qui sont en train de s’inscrire dans la vie du groupe. La création n’en a pas disparu, peut-être est-elle en train de s’orienter vers d’autres formes, peut-être aussi deviendra-t-elle plus collective par une mise en commun accentuée des ressources partielles de langue dont chacun serait encore détenteur. Poursuite du recueil des traces et des tentatives de les dynamiser pour continuer à répondre à la question première de la réappropriation et de la reformulation linguistiques, cette fois alliée à un processus non plus de réutilisation, mais carrément d’apprentissage de la langue sous des formes moins premières. Enfin, la notion de ruralité ne peut pas, même, être abordée comme on pouvait encore le faire à la fin des années soixante-dix du siècle dernier, et les vestiges de l’ancienne civilisation rurale continuent de s’estomper au profit de modes de vie d’inspiration urbaine que les défis d’une récupération linguistique ne peuvent ignorer et auxquels ils doivent tâcher de s’adapter quand cela est encore possible.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bloomfield, Leonard, 1933, Language, New York. Holt ; Rinehart & Winston, 1933, Trad.fr.: Le langage, Paris, Payot.

Fabre, Daniel, 1997, "Introduction. Seize terrains d’écriture", in Daniel Fabre (dir.), Par écrit : ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

10.4000/mefrim.3385 :

Gardy, Philippe, 1996, L’écriture occitane contemporaine, Paris, L’Harmattan.

Goody, Jack, 1979, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Les Editions de Minuit.

Marc, E., 1985, "Le récit de vie ou la culture vivante", Pratiques, n° 45, pp. 32-51.

10.3406/prati.1985.1332 :

Viaut, Alain, 1998, Ecrire pour parler. Présentation d’une expérience d’écriture en occitan en Médoc, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Viaut, Alain, 2001, "Ateliers d’écriture et réactivation de l’occitan", in Le rayonnement de la civilisation occitane à l’aube d’un nouveau millénaire. 6e congrès international de l’Association internationale d’études occitanes, 12-19 septembre 1999, Vienne, Praesens, pp. 611-622.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.