Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Étudier la violence à partir des archives judiciaires : quelques remarques appliquées au cas de Marseille au XIXe siècle

Céline Regnard-Drouot

Texte intégral

  • 1 Que soit salué ici le travail de Jean-Claude Farcy, qui depuis de nombreuses années contribue à écr (...)

1Pour les historiens du contemporain, l’histoire de la violence est arrivée à maturité. Les bilans historiographiques, toujours plus riches, esquissant de nouvelles pistes, soulignent le poids de cette vigne à vendanger. Les quelques lignes qui vont suivre ne prétendent pas à autre chose qu’à s’inscrire dans leur lignée, tout en s’attardant plus spécifiquement sur l’exemple marseillais, cher à leur auteur1.

2Si les sources d’une histoire de la violence sont multiples, les archives de la justice y occupent une place primordiale, comme en atteste leur fréquente utilisation dans la plupart des travaux publiés sur ce thème depuis une trentaine d’années. Nous voudrions ici rappeler leurs particularités, étroitement liées à leurs conditions de production. Ce faisant, nous lèverons inévitablement un certain nombre de problèmes qui tous ramènent à la même interrogation : étudier la violence à partir des archives judiciaires est-ce possible ? La réponse à cette question nous conduira à une analyse des différentes positions adoptées par les historiens. Enfin, à partir d’une source marseillaise, nous tenterons d’esquisser des pistes d’interprétation et d’analyse, ménageant une part importante à la mise en contexte d’une histoire sociale et culturelle des conflits violents.

1. De la violence à l’archive : sinuosités d’un parcours

  • 2 Joseph Morsel « Les sources sont-elles « le pain de l’historien » ?, Hypothèses, 2003, 1, pp. 271-2 (...)

3La réflexion sur les conditions de production des sources fait partie intégrante du travail de l’historien, quel que soit son sujet. Elle devient même parfois un passage obligé des travaux de doctorat2. Il ne s’agit donc pas de faire croire ici à une quelconque exceptionnalité des sources judiciaires en la matière. Constatons tout au plus que l’interrogation sur la nature de ces archives et l’utilisation qui peut en être faite est récurrente, et légitime en grande partie les débats historiographiques sans cesse renouvelés autour de l’histoire de la violence et des différentes formes de déviance.

  • 3 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 ; « Les archives du singulier. Quelques réf (...)

4Cela tient sans doute à l’aspect fascinant des sources de la justice. Comme l’a écrit Arlette Farge, elles sont une porte ouverte d’une qualité unique sur la vie des petites gens, des anonymes qui ne laissent que peu de traces. Derrière les mots, à travers ces histoires « singulières », c’est la vie qui palpite sous les doigts de l’historien, c’est le quotidien qui semble accessible, le langage du « peuple » qui paraît restitué dans toute sa verdeur3. Comment, dès lors, ne pas s’y laisser prendre ? Comment résister à la tentation de croire les confessions bruissant de l’intimité du cabinet du juge d’instruction ? Bref, comment douter qu’il s’agisse bien là d’une source complète, permettant non seulement de mesurer la violence mais aussi de la comprendre ? Cet intense pouvoir de fascination explique sans doute la récurrence des descriptions du processus de production des archives de la justice qui, pour les historiens du champ, relève presque de l’exercice de style. Résumons-le rapidement.

  • 4 Jean-Marie Carbasse, Introduction historique au droit pénal, Paris, PUF, 1990 ; Jean-Pierre Alline,(...)

5Les archives de la justice sont produites par le système pénal, qui présente une commode constance depuis 1810, date de publication du Code napoléonien4. Dès lors, est considéré comme répréhensible moralement ce qui est défini légalement et associé à une peine. Il existe trois niveaux d’infraction : la contravention, le délit, le crime, délimités par la gravité des peines qui y sont associées.

  • 5 Sur ce point on se réfèrera aux deux bilans historiographiques de Xavier Rousseaux : « Historiograp (...)

6Cette première remarque implique que l’ensemble des faits de violences, autrement dit la « réalité » reste inaccessible en tant que telle à l’historien. Derrière cette apparente banalité – qui n’est que le lot de celui qui prétend faire œuvre d’histoire et donc reconstituer le passé à partir de sources dans une dimension problématique – se dissimulent en réalité deux conséquences immédiates : d’une part il est chimérique de vouloir quantifier « la » violence, mais il est aussi illusoire de contester toute entreprise visant à le faire, dès lors que celle-ci ne prétend pas mesurer autre chose que les infractions jugées. Ajoutons que cette « réalité » des violences pose d’épineux problèmes de définition, devenant un sujet d’étude à part entière. Montrer que la violence est une catégorie variable dans le temps et un qualificatif nécessairement contextualisé est d’ailleurs une des principales directions de la recherche toutes périodes historiques et tous domaines géographiques confondus depuis plusieurs années5.

  • 6 Jean-Claude Farcy, « Les archives judiciaires et l’évolution de la recherche en histoire contempora (...)
  • 7 François Billacois, Hugues Neveux, « Porter plainte : stratégies villageoises et institutions judic (...)
  • 8 Jean-Clément Martin, « Violences sexuelles, études des archives, pratique de l’histoire », Annales (...)

7La première des sinuosités est donc celle qui amène des faits à être connus des divers agents de police judiciaire, c’est-à-dire, pour les chercheurs, à passer du stade des violences « réelles » aux violences « légales » – la différence entre ces deux ensembles constituant le « chiffre noir »6. Enquête policière, flagrant délit, dépôt de plainte, initiative du ministère public, quelle que soit la procédure suivie, elle suppose qu’une ou plusieurs personnes aient considéré qu’un acte était répréhensible en droit ; et si l’on s’en tient au domaine qui nous intéresse, que cet acte était inadmissible et condamnable, du fait de sa violence et de ses conséquences. Le problème de la cohabitation de normes d’ordre divers (culturel, moral ou encore légal) est posé, de même que celui des motifs de la plainte et de sa réception, éléments qui sont susceptibles de varier dans le temps et au gré des stratégies individuelles, sans parler des intérêts professionnels des agents des forces de l’ordre7. Le cas d’une enquête suite à la découverte d’un cadavre est, certes, relativement simple. Mais celui d’une plainte pour injures apporte déjà bien plus d’incertitudes. Quant à celui des violences sexuelles, il devient très aléatoire…8.

8Les violences qui arrivent au jugement sont donc soumises à un tri de la part des institutions policières et judiciaires. Or, les voies de garage ne manquent pas, à différentes étapes du processus. Le commissaire de police (ou le maire tenant lieu d’officier de police judiciaire) peuvent tenter de décourager les plaignants, par exemple en ne prenant pas de procès-verbal mais en inscrivant leurs doléances sur une main-courante. En outre, ils peuvent ne retenir qu’une partie des récriminations qui leurs sont rapportées, anticipant le travail de la justice et écartant d’emblée les aspects qui ne leur semblent pas répréhensibles en droit. Par la suite, un grand nombre de faits est évacué par le ministère public qui agit non seulement selon des critères juridiques mais également selon des directives politiques ou des intérêts professionnels. Enfin, même une fois la procédure d’enquête ouverte, le juge d’instruction dispose encore du non-lieu, lui permettant de résoudre des affaires qui ne trouvent pas d’issue.

9Toutefois, à partir du moment où la révélation d’un acte violent est faite à la police ou à la justice, l’historien est moins démuni, bien que les archives produites soient de qualité inégale. Ainsi, les rapports de police et de gendarmerie sont nombreux, mais présentent fréquemment des lacunes, et leur étude suppose un brassage d’archives considérable. Les mains-courantes, rarement conservées, ne permettent pas de restituer le contexte d’un acte violent de manière précise. Les affaires non transmises à l’instruction ne laissent que peu de traces. Seuls les dossiers de procédure conservés bien qu’ayant fait l’objet d’une procédure de non-lieu permettent un travail un tant soit peu complexe. Mais l’absence de présumés coupables ne permet pas de restituer tous les enjeux sociaux à l’œuvre dans l’interprétation des comportements violents.

  • 9 La loi du 15 juillet 2008 sur les archives a réduit le délai d’incommunicabilité de 100 à 75 ans ho (...)
  • 10 Sur les dossiers de procédure, on consultera Laurence Montel, « Une source judicieuse : les dossier (...)

10C’est pourquoi les violences parvenues au terme du processus institutionnel visant à leur répression, les violences « jugées », sont celles qui produisent les archives les plus complexes et les plus intéressantes, et donc les plus utilisées. Si l’on se fonde sur la quantité de travaux qui les utilisent, les dossiers de procédure en constituent assurément le fleuron. Consultables 75 ans après le jugement – sur dérogation pour les affaires plus récentes – ils renferment les pièces de l’instruction, du procès-verbal de constatation des faits à la décision du jury9. Ainsi, le lecteur peut-il suivre les arcanes d’une enquête. Cet avantage possède son revers : le dossier visant avant tout à élucider le crime, le processus social et culturel à l’œuvre dans l’acte violent, de même que la compréhension de la personnalité du suspect (qui est une préoccupation récente), n’apparaissent qu’au second plan, parfois de manière trop fugace pour ne pas laisser le chercheur sur sa faim. Enfin, ce type de source apporte aussi son lot de surprises, par l’accès à un certain nombre de pièces annexes et parfois insolites (photos, pièces à conviction, rapports d’experts, plan, articles de presses etc.)10. Bien que relativement minces pour les procédures correctionnelles, et parfois aléatoirement conservés, les dossiers de procédure constituent donc les sources les plus riches pour l’histoire des comportements considérés comme déviants.

  • 11 Bruno Aubusson de Cavarlay, La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques (...)
  • 12 Série U. On se reportera pour le détail à Jean-Claude Farcy, Guide des archives judiciaires et péni (...)

11Mais l’historien dispose également, à ce stade, de sources sérielles, autres fruits du travail de la justice. D’une part, il peut à loisir se plonger dans les statistiques annuelles du Compte général de l’administration et de la justice criminelle, que tous les ressorts de cour d’appel contribuent à nourrir depuis 1825 afin que la Chancellerie puisse suivre et analyser en temps voulu l’évolution de l’activité de la justice pénale11. Ces statistiques nationales permettent de produire une étude d’ensemble sur la répression des crimes et délits par la justice française sur la longue durée, et non pas de mesurer une évolution objective des comportements. D’autre part, chaque tribunal correctionnel et chaque cour d’appel produit des registres gardant la trace des décisions rendues. Jugements et arrêts sont en général conservés sans lacunes dans les fonds des archives départementales concernées12. Bien que relativement pauvres en informations sur les faits et la victime, ils permettent de se faire une idée de l’évolution du contentieux, et de la part qu’y occupe la violence, de même que de la sociologie des prévenus et des accusés.

12Alors que les études historiques de la violence n’ont jamais été plus nombreuses, l’histoire contemporaine n’étant pas en reste, la particularité des sources sur lesquelles ces travaux se fondent contribue à nourrir l’antienne d’une « histoire impossible ». La description du processus de production de quelques-unes de ces archives a permis d’esquisser des pistes menant à des difficultés d’interprétation certaines, il convient à présent de les explorer afin de comprendre cet apparent paradoxe.

2. De l’archive à l’étude : une histoire impossible ?

13L’histoire des crimes, des délits et de la violence n’étant pas un champ hermétique aux grands courants historiographiques français et internationaux, on ne s’étonnera pas de voir que les travaux sur ce sujet se sont progressivement émancipés de l’influence de l’École des Annales pour rejoindre les lumières de l’histoire des représentations et de l’histoire culturelle. Il n’y a là, à vrai dire, rien de très original.

14Plus intéressant est le constat que, derrière cette inscription dans le contexte global de la recherche historique, agit en réalité une réflexion propre à ce champ spécifique, liée à une autocritique constante des sources utilisées et des voies de l’analyse.

  • 13 Pour une synthèse récente : Quentin Deluermoz (dir.), « Norbert Elias et le XXe siècle. Le processu (...)
  • 14 Gabriel Desert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie », in Marginalité, Déviance, (...)

15La production de séries relativement constantes séduisit en son temps quelques chercheurs influencés par les théories de l’École des Annales, mais aussi par le modèle éliassien : soucieux de vérifier l’hypothèse d’un processus de civilisation, appuyé sur une canalisation des pulsions violentes, ils cherchèrent à en trouver la preuve dans les statistiques de la justice13. La validation du passage d’une criminalité violente à une criminalité astucieuse attendait ses défenseurs. À vrai dire, elle tarda à venir, car ces études sérielles menées au cours des années 1980 montraient exactement l’inverse. Au plan national comme au plan régional, elles ne permettaient pas de prouver une régression des comportements violents. Au contraire, leur croissance dans des contextes spécifiques était mise en évidence, que les chercheurs peinaient à expliquer au-delà des facteurs sociaux (pauvreté, alcoolisme)14. L’absence de croisement des sources ne permettait pas d’étayer ou d’affiner ces hypothèses.

  • 15 Michelle Perrot, « Première mesure des faits sociaux ; les débuts de la statistique criminelle en F (...)

16Outre la relative pauvreté des conclusions générales, ce type de travaux souffrait également d’un manque de crédibilité dû à la virulente critique de l’utilisation quelque peu naturaliste des sources judiciaires par les historiens et les sociologues. Les comptes du crime ne sont pas les comptes de la violence, démontraient, parmi d’autres, Michelle Perrot et Philippe Robert, plaidant pour une utilisation plus mesurée, voire réorientée de ces sources15.

  • 16 Arlette Farge, « Écrire l’histoire », Hypothèses, 2003, 1, pp. 317-320 ; « Les archives du singulie (...)
  • 17 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au XIXe siècle, Paris, Brepo (...)

17Parallèlement, l’École des Annales faisait sa mue vers l’histoire des « mentalités ». Les apports de l’anthropologie étaient intégrés à la réflexion des historiens sur des objets nouveaux. Les archives judiciaires étaient utilisées dans une optique qualitative afin de restituer un faisceau de relations sociales inscrit dans un contexte politique et culturel plus large. Les historiens du contemporain empruntaient les chemins esquissés déjà par les modernistes, qu’il s’agisse d’Arlette Farge, de Robert Muchembled, ou d’Élisabeth Claverie16. Témoignage des rapports de force dans une société (rurale le plus souvent), la violence laissait entrevoir les mutations fondamentales de l’époque contemporaine (urbanisation, construction de l’État républicain) et offrait une porte d’entrée nouvelle pour la compréhension des rapports sociaux. Dans les années 1990, des numéros spéciaux de revue furent consacrés à ce thème, de même que des ouvrages marquants, relevant le défi de l’anthropologie historique17.

  • 18 Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004
  • 19 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, Pr (...)
  • 20 Laurent Ferron, La répression pénale des violences sexuelles au XIXe siècle : l’exemple du ressort (...)
  • 21 Anne-Emmanuelle Demartini, « L’Affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception sociale dan (...)
  • 22 Francis Demier, Jean-Claude Farcy, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du XIXe siècle, C (...)
  • 23 Laurence Montel, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de l (...)
  • 24 Patricia Peccoud, Ville et délinquance : l’exemple de Grenoble au XIXe siècle (1789-1914), thèse de (...)
  • 25 Cf. Infra.

18À la faveur de ce type d’études, auxquelles se sont bientôt ajoutés des travaux sur un type de crime – le parricide18, l’infanticide19, les violences sexuelles20, bientôt l’inceste21 – ou sur le monde urbain – Paris22, Marseille23, Grenoble24 –, les questionnements les plus récents ont contribué à remettre en cause l’idée de la faisabilité, voire même de la pertinence d’une histoire de la violence25.

  • 26 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, P (...)
  • 27 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime dans la France de la Belle époque de 1894 à 1 (...)
  • 28 Adrienna Surot, « Des Apaches à Angers 1903-1905 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tom (...)
  • 29 Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du p (...)

19Tout d’abord, un certain nombre d’auteurs montre que toute tentative d’étude de la violence est moins un travail sur le phénomène que sur les représentations de celui-ci. Ces historiens s’inscrivent, d’une façon générale, dans la lignée du modèle proposé par Elias, en insistant sur l’idée que la visibilité accrue de la violence est davantage liée à une augmentation de sa dénonciation ou de sa désapprobation qu’à une réelle augmentation des faits. Il ne s’agit pas ici de nier l’existence ni la réalité de la violence, mais de remettre en cause le postulat selon lequel on pourrait en mesurer les fluctuations indépendamment du contexte culturel, social ou politique dans lesquelles elles se produisent. Ainsi, Anne-Claude Ambroise-Rendu accorde-t-elle une place fondamentale aux sources de presse, montrant combien le média contribue à façonner des angoisses sécuritaires, et donc une visibilité de la violence26. Le même phénomène est décrit par Dominique Kalifa dans son approche culturelle du crime, notamment à travers l’exemple des Apaches, bandes de jeunes qui terrorisent la population française à la Belle Époque, et dont la célébrité doit beaucoup à la presse à sensation27. Les thématiques sécuritaires ainsi créées possèdent deux effets structurants pour les discours et les statistiques : d’une part elles contribuent à orienter le travail de la justice et de la police, et donc à nourrir les statistiques ; d’autre part elles constituent des modèles qui connaissent une popularité cyclique. Les Apaches parisiens sont ainsi imités à Angers ou à Marseille28. Ludivine Bantigny, avec ses travaux sur les blousons noirs, décrit des phénomènes similaires dans la seconde moitié du XXe siècle29.

  • 30 Pour une synthèse récente : Antoine Follain et alii, La violence et le judiciaire, op. cit. ; voir (...)
  • 31 Voir les travaux de Benoît Garnot, notamment (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque cont (...)
  • 32 Jean-Clément Martin, « Violences sexuelles, », article cité, p. 643.
  • 33 Céline Regnard-Drouot, « Polissons ou criminels ? », article cité ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, « A (...)

20Un second apport critique fondamental, porté par les historiens médiévistes et modernistes, concerne à la fois les conditions de production des sources et leur lecture par les historiens. Analysant les formes de violence dans les sociétés médiévales et modernes, ainsi que les processus de recours à la justice, ils insistent sur la dimension individuelle et stratégique des dépôts de plainte. Il s’agit donc de resituer le recours à la justice dans un faisceau de rapports sociaux et de l’analyser comme un mode de régulation des conflits parmi d’autres30. La violence, largement minoritaire dans les sociétés médiévales et d’Ancien Régime serait dominée et apprivoisée. Le recours à la justice ne serait que le symptôme de l’échec des tractations infrajudiciaires ou le fruit de la volonté de porter un fait à la connaissance publique31. L’intérêt d’une telle démarche est d’insister sur l’utilisation de la justice par les individus. Dès lors, l’analyse statistique des archives de la justice est décriée : elle ne permet pas une mesure des conflits, mais elle tend aussi à faire croire à une passivité de la société face à une justice omnisciente et omnipotente. Or, à la lecture stimulante de ces travaux, il apparaît que le chiffre noir est autant, si ce n’est plus, un résultat de l’impossibilité de la justice à réprimer la totalité des conflits sociaux que d’un contrôle social extra-judiciaire de la violence, contrôle dicté par les intérêts individuels ou collectifs. Dans le cas des crimes sexuels, la démonstration est lumineuse. Jean-Clément Martin montre combien la notion de stratégie individuelle doit être rétablie au cœur du processus qui lie la violence à son jugement : « L’archive n’est pas seulement le témoin ou la trace de ce qui s’est passé, elle est d’abord la marque de l’action d’individus engagés dans des entreprises vitales pour eux, modifiant leur environnement et prenant des risques »32. Dès lors, l’étude des archives judiciaires ne permet pas tant de mesurer une croissance ou une régression des violences sexuelles que d’en étudier le sens dans un contexte historique donné33. Au XIXe siècle, la saisie de la justice s’inscrit dans une histoire de la sexualité et de ses interdits, mais aussi dans une histoire politique sociale et culturelle de l’acceptation de normes légales émanant d’un État républicain en quête d’assises sociales et territoriales.

  • 34 Robert Muchembled, Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008.
  • 35 Xavier Rousseaux, « Conclusion : Violence et judiciaire en Occident : des traces aux interprétation (...)
  • 36 Jean-Claude Farcy « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », article cité.

21De fait, il semble désormais difficile de prétendre faire l’histoire de la violence. La dernière tentative en la matière est d’ailleurs prudemment titrée Une histoire de la violence, soulignant le caractère personnel et expérimental de la démarche34. Une histoire objective de la violence est-elle donc impossible ? Sans doute, dans la mesure où elle supposerait une simplification d’un objet ontologiquement protéiforme. En outre, une histoire de la violence (au singulier) supposerait une constance dans la longue durée. Or l’étude de sources et de contextes géographiques ou sociaux différents rend l’éventualité de ce type de synthèse pour le moins hypothétique et ses résultats sujets à caution. Pour sortir de cette impasse, c’est donc, comme le souligne Xavier Rousseaux, moins le substantif qui doit être l’objet d’étude que le qualificatif35. De fait, les historiens s’interrogent aujourd’hui sur les infractions violentes, au prisme du social, du judiciaire ou du culturel. C’est pourquoi, nous penchons, dans la droite ligne des réflexions de Jean-Claude Farcy, pour une histoire des comportements violents en contexte36. Une telle histoire sociale et culturelle des violences permet de gagner en précision et en complexité et apporte non seulement au champ de l’histoire des illégalismes mais également à l’échelle de la société prise en considération. Afin d’illustrer ce point de vue, nous prendrons le cas d’une affaire marseillaise.

3. Pour une histoire des violences en contexte : les dessous de l’affaire Sesia et Penna

  • 37 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 2 U 2/1291.

22Le 20 mars 1895 comparaissent devant la cour d’assises des Bouchesdu-Rhône les nommés Michel Penna et Félix Sésia pour répondre du chef d’accusation de tentative de meurtre, tentative de vol et vol37. Durant l’automne de l’année précédente, plusieurs plaintes ont été déposées pour des attaques nocturnes à main armée s’étant déroulées dans les quartiers ouvriers de la périphérie Nord de Marseille, notamment Saint-André et Saint-Henri, où sont implantées de nombreuses fabriques et une population ouvrière à forte dominante italienne. À la suite de la plainte de Jean-Baptiste Gianello, Sésia et Penna sont arrêtés et doivent répondre de faits d’une grande violence commis dans des circonstances qu’une des nombreuses plaintes déposées dans la nuit du 14 au 15 octobre 1894 permet d’illustrer :

  • 38 Id., déposition de Gianello Jean-Baptiste, 23 ans, journalier demeurant à Saint-André devant Vincen (...)

« J’ai été arrêté sur la route par deux individus qui venaient dans le sens opposé et qui au moment où ils m’ont rencontré se sont jetés sur moi, l’un me saisissant par les bras à bras-le-corps et me serrant le cou, tandis que l’autre me fouillait les poches ; heureusement pour moi que j’avais entendu parler ces deux individus avant de les rencontrer et que je les avais reconnus à la voix pour être l’un Michel Penna demeurant à Saint-André et l’autre pour Félix dit Capel avec lequel j’ai eu travaillé à l’usine Guichard Carvin (sic.). (…) Lorsque je me suis vu pris de la sorte, je me suis fait connaître et m’adressant à ce dernier je lui ai dit : « C’est toi Capel qui me fais cela à moi qui suis de ton pays. » Il m’a alors regardé et me reconnaissant il a dit à l’autre : « Laissons-le je le connais ». Ils m’ont alors lâché sans rien me prendre mais en me recommandant de ne rien dire. Penna a ajouté : « Je suis malheureux, je me trouve sans le sou et nous tâchons moyen de faire un peu d’argent ». Je lui ai répondu que j’étais aussi malheureux que lui et qu’il avait eu tort de s’en prendre à moi. Michel Penna me demanda alors si je connaissais le charretier de Chaylan dit le rouge, il a dit alors qu’ils étaient deux et qu’ayant voulu l’arrêter comme ils m’avaient arrêté, on leur avait tiré deux coups de revolver et qu’on les avait manqué de peu, ajoutant que cela venait de se passer un peu plus haut, sur la même route. Dès que j’ai été libre, j’ai couru chez moi et ayant prévenu mon frère de ce qui venait de m’arriver, nous sommes sortis tous deux pour voir de quel côté ils se dirigeaient et pour venir les faire arrêter, car depuis quelques temps on ne peut plus sortir le soir, sans être arrêté »38.

23Les accusés Penna et Sésia ne sont donc pas les seuls à tenter de détrousser les passants sur les routes de la périphérie marseillaise…

  • 39 Id., rapport du commissariat de la sûreté, 27 novembre 1894.

24L’enquête de police permet de se faire une idée plus précise de l’identité et du parcours des deux malfaiteurs. Félix Sésia est âgé de 20 ans en 1894. Il est né en Italie, et vit à Marseille depuis trois ans sans y avoir d’attaches familiales. Il réside à Saint-André, quartier de la ville qualifié de « village » par le préposé de la sûreté, où il est locataire de Michel Penna, propriétaire de la maison Cabasson. En tant que journalier, il travaille avec une certaine régularité, mais « a la réputation d’être joueur, batailleur et de fréquenter les milieux mal famés ». Toutefois, son passé judiciaire est vierge à Marseille. Ce n’est pas le cas de son complice, Michel Penna, âgé de 34 ans, né lui aussi en Italie. La date de son arrivée à Marseille reste inconnue, bien qu’il y ait été condamné en 1880 pour coups et blessures. Marié, père de trois enfants, le rapport de police dresse de lui un sombre portrait : « Il rend sa famille malheureuse car il dépense l’argent qu’il gagne en travaillant dans les usines au jeu et dans les lieux mal famés. C’est un individu querelleur et dangereux, marchant presque toujours armé »39.

25On peut faire de cette affaire, de cette archive judiciaire, une lecture à plusieurs niveaux.

  • 40 Pour une synthèse et une bibliographie détaillée nous renvoyons à Céline Regnard-Drouot, Marseille (...)

26Du point de vue de l’histoire économique sociale, les actes de Sésia et Penna sont à replacer dans le contexte particulier qui est celui des populations immigrées italiennes à Marseille à la fin du XIXe siècle. Si l’immigration en provenance de la Péninsule est ancienne, elle prend, à la faveur de l’industrialisation que connaissent Marseille et sa région, une ampleur décisive à partir de la Monarchie de Juillet, et plus encore à partir des années 187040.

Graphique 1 – Les Italiens dans la population marseillaise au XIXe siècle (source : Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration en France, Paris, Autrement, 2002)

27Originaires en grande majorité du Piémont, puis du Mezzogiorno, ces migrants sont pour la plupart des journaliers venus vendre leur force de travail. Comme il est de coutume de le constater dans les épisodes migratoires intenses, ils occupent majoritairement des emplois déqualifiés, durs et parfois dangereux, devenant une main-d’œuvre indispensable au développement industriel local.

  • 41 Marcel Roncayolo, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseil (...)
  • 42 Céline Regnard-Drouot, « Le creuset des infortunes. Les violences comme conséquences de la précarit (...)

28Sésia et Penna sont tout à fait emblématiques de ces journaliers italiens gagnant difficilement leur pain dans les usines des quartiers industrieux du Nord de Marseille. En effet, si les conditions salariales sont plutôt attractives dans la ville jusqu’au début du Second Empire, la situation se dégrade progressivement au cours du siècle. Les prix augmentent plus vite que les salaires, ce qui induit une régression du salaire nominal dans l’échelle nationale41. La Grande Dépression, qui touche la France dans la seconde moitié des années 1880, est d’autant plus durement ressentie qu’elle s’inscrit à Marseille dans un contexte préalablement dégradé. Les années 1890 sont marquées par un grand marasme. Le chômage et la stagnation des revenus accentuent les difficultés de la frange la plus démunie du monde ouvrier, dont les journaliers italiens font partie. Ainsi, lorsque Penna tente de se justifier auprès de Gianello en arguant de son état de nécessité, il ne fait qu’énoncer une réalité. Sa misère, bien qu’accentuée par de vraisemblables pratiques dispendieuses, n’en possède pas moins des accents de réalité42.

Graphique 2 – Part des ouvriers dans les jugements pour violences (gris clair) et dans le total des jugements (gris foncé) 1851-1911 en % du total des accusés (source : C. Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. 149)

29Le pic de criminalité violente dont les ouvriers marseillais se rendent responsables à la fin du XIXe siècle trouve donc sa source dans des conditions sociales et économiques particulièrement tendues. De fait, bon nombre d’ouvriers frayent à cette époque avec une activité criminelle lucrative leur permettant de gagner leur pain. Le témoignage de l’épouse de Penna insiste sur cette façon d’arrondir ses fins de mois qui semble devenue une habitude pour un certain nombre de compagnons d’infortune :

  • 43 2 U 2/1291 déclaration de Faima Louise épouse Penna devant le commissaire de police du 17e arrondis (...)

« C’est ainsi que j’ai entendu [Sesia] dire à mon mari que pourtant les Marçon qui ne faisaient rien avaient toujours de l’argent, qu’en allant avec eux faire les agressions aux abords de la ville ou dans les villages environnant ils avaient toujours fait quelque petite aubaine, sans courir aucun risque, et comme mon mari lui disait qu’avec tout le bruit que faisaient ces agressions, les gens qui sortent la nuit, marchaient armés et pourraient leur faire un mauvais parti, Sésia lui répondit qu’il n’avait rien à craindre parce qu’ils étaient nombreux et qu’ils faisaient cause commune avec une autre bande de jeunes de Saint-Louis dans laquelle il y a un nommé Janin qui par le même procédé a une existence assez heureuse, attendu qu’il ne fait rien et a toujours de l’argent en poche, il ajoute qu’ils avaient aussi des camarades au boulevard Oddo et que comme le plus souvent ils étaient 4 ou 5 quand ils faisaient les agressions, les agressés ne faisaient habituellement aucune résistance. Sésia étaient encore une ami de Perone Boniface, dit Garibaldi qui faisait les agressions et que vous avez arrêté il y a six mois (sic.) »43.

  • 44 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. 242 et suivantes.

30Malgré l’évidente intention de charger Sésia pour mieux disculper son mari, ce témoignage, recoupé avec les conclusions de l’enquête de police, éclaire les ressorts de comportements criminels d’occasion, en grande partie guidés par la nécessité. Si l’on replace cette affaire dans une série statistique cohérente, à partir du relevé des arrêts de la cour d’assises pour la fin du XIXe siècle, on perçoit une augmentation et une aggravation des violences crapuleuses à la même période, phénomènes qui peuvent être mis en résonnance avec les difficultés du contexte évoquées plus haut44. Les bandes criminelles recrutent avec facilité à partir des années 1890.

  • 45 Laurence Montel, Marseille capitale du crime…, op. cit., p. 433 et suivantes.

31Laurence Montel, dans sa thèse sur la criminalité organisée à Marseille, confirme que la fin du XIXe siècle est un moment où l’utilisation fréquente d’une très grande violence dans les pratiques de prédation distingue des criminels jeunes ou en début de carrière, n’hésitant pas à faire un usage risqué et immodéré de la brutalité, et des criminels professionnels de plus en plus discrets, dont le répertoire d’action dépasse ce type de pratiques. Elle décrit ainsi une polarisation des techniques de vol : l’élite des voleurs déjouant les pièges mis au service de la sécurité des biens, tandis que le prolétariat des voleurs n’a que la violence pour satisfaire ses besoins d’argent facilement gagné45.

32On peut ensuite proposer une lecture de cette affaire prenant pour cadre l’histoire urbaine singulière de Marseille. Si la commune est très étendue, elle n’a occupé que tardivement et partiellement cet espace. Le XIXe siècle voit donc une extension urbaine très rapide, gagnant progressivement les villages de la campagne environnante à l’intérieur même des limites administratives de la commune. Avec une certaine liberté et au gré de logiques économiques, l’urbanisation marseillaise mite l’immense espace communal, influencée par les implantations industrielles. Les quartiers de Saint-André et Saint-Henri où se déroule l’affaire Sésia et Penna sont donc loin d’être des espaces anciennement urbanisés. Il s’agit davantage de villages rattrapés par la ville, où se superposent une population d’origine et une forte composante ouvrière et immigrée liée à la proximité des usines.

Figure 1 – Répartition spatiale des Italiens : l’influence des répartitions industrielles (Source : Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration… op. cit.)

  • 46 Marcel Roncayolo, « La croissance urbaine », in Marseille au XIXe siècle, rêves et triomphes, Musée (...)

33Il en résulte un environnement semi-urbain, en pleine mutation, où les infrastructures se démarquent par leur insuffisance. La voirie et les équipements sont sommaires, l’éclairage quasiment inexistant46.

Figure 2 – Le boulevard Saint-Martin, actuel boulevard d’Hanoï, Saint-André, début du XXe siècle (Source : Isabelle Langlade et Sylvie Masson, Marseille et ses quartiers, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2002, p. 67)

34Le rapport de police demandé par le juge d’instruction au début de l’année 1895 permet de s’en faire une plus juste idée :

  • 47 2 U 2/1291, procès-verbal de police, exécution d’une délégation judiciaire le 4 janvier 1895.

« Le chemin sur lequel a eu lieu la tentative de vol Clément Justin, le 14 octobre est l’ancien chemin de grande communication de Saint-Louis aux Martigues, que le département a cédé, il y a environ deux ans, à la commune de Marseille, c’est la grande route qui traverse le village de Saint-André, Saint-Henri et l’Estaque, dont il constitue la principale artère. Un réverbère éclairé au schiste se trouve placé sur cette route à l’intersection de la traverse Picaron, au point où a eu lieu l’arrestation, seulement cette lanterne est masquée par un platane dont l’ombre se projette justement à l’endroit précis où clément Justin fut arrêté »47.

  • 48 Cf. Infra.

35Un tel cadre facilite les attaques nocturnes, comme celui de la périphérie et de la banlieue parisienne à la même époque48. Ceci est d’autant plus vrai que les effectifs de la police marseillaise n’augmentent pas dans les proportions nécessaires. Cette police municipale, depuis longtemps décriée pour son insuffisance, paraît en effet bien dérisoire pour surveiller un tel territoire. En 1907, à la veille de son étatisation, sa situation est décrite comme alarmante :

  • 49 AD Bouches-du-Rhône 4 M 9, projet de loi présenté par M. Clemenceau, président du Conseil, le 24 oc (...)

« (…) on n’a plus, en fin de compte, que 115 agents de garde à la fois, soit, pour 517 498 habitants et 12 000 hectares, un agent par 4 500 habitants et par 104 hectares le jour. La nuit, les gardiens marchant deux à deux, chaque groupe doit surveiller 208 hectares. (à Paris pour 2 763 393 habitants et 7 802 hectares, on a 7 890 gardiens de la paix, cadres compris). Le tiers seulement, soit 2 630 étant de garde à la fois, cela fait un agent par 1 050 habitants et par 3 hectares environ. La nuit, chaque groupe de deux hommes surveille 6 hectares (…) »49.

  • 50 Dominique Kalifa, « Les lieux du crime. Topographie criminelle et imaginaire social à Paris au XIXe(...)

36Pourtant, les quartiers périphériques parisiens font l’objet de discours similaires, dès la fin du XIXe siècle. Les attaques s’y multiplient, profitant de l’insuffisance de l’encadrement policier. Les angoisses sécuritaires, suivant le processus d’haussmannisation, trouvent leur nouveau lieu de prédilection50.

  • 51 Ce courant historiographique a été initié par les historiens modernistes : Arlette Farge et André Z (...)
  • 52 Dominique Kalifa, « L’Attaque nocturne », Sociétés & Représentations, n° 4, 1997, pp. 121-138 ; Gér (...)
  • 53 Sur les faits divers à Marseille voir Marine Msili, Le fait-divers en République. Histoire sociale (...)
  • 54 Simone Delattre, Les douze heures noires…, op. cit. ; Alain Cabantous, Histoire de la nuit XVIIe - (...)

37De fait, on touche ici à un troisième niveau de lecture, culturelle cette fois, de cette affaire. Elle s’inscrit pleinement dans une histoire des angoisses sécuritaires, et plus largement dans une histoire des représentations. Celles-ci sont tout d’abord liées aux lieux du crime51. L’attaque nocturne de grand chemin est en effet un motif récurrent dans les récits de faits divers qui, tout à la fois, terrorisent et fascinent la population française de la Belle Époque, lectrice assidue de romans feuilletons et des journaux à sensation52. Le lectorat de province ne fait pas exception à la règle : les chroniques de telles attaques fourmillent dans les faits divers de la presse populaire marseillaise, ravivant les angoisses liées au banditisme de grand chemin, bien ancrées en Provence depuis l’Empire53. Si le motif est populaire, il se double dans le cas présent d’un cadre temporel et d’acteurs principaux également anxiogènes. L’histoire culturelle a montré ces dernières années combien la nuit représente un moment inquiétant, venant accroître l’horreur que suscitent de telles affaires criminelles54.

  • 55 Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France XIXe -XXe siècle. Discours publics, (...)
  • 56 Nous renvoyons à nos travaux, notamment Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. (...)

38À Marseille, cette histoire des représentations est aussi une histoire des figures de l’Étranger. Le fait que les accusés soient Italiens ravive la stigmatisation dont souffre cette population à la fin du XIXe siècle. L’Italien – joueur, tricheur, manieur de couteau et criminel – cristallise, depuis l’épisode des Vêpres marseillaises de 1881, un certain nombre d’angoisses sécuritaires. À partir de cette date, dans la presse nationale, l’immigration fait figure de problème et Marseille en devient le symbole55. De fait, dans les années 1880 et 1890, dans un contexte économique dégradé, la population marseillaise est traversée par des courants xénophobes, qui s’illustrent notamment par l’intensité de la surveillance qui s’exerce envers les Italiens ainsi que par la dureté de la répression judiciaire à leur endroit56.

  • 57 Arlette Farge, Le goût de l’archive, op. cit., pp. 112-113.

39« Le procédé anecdotique est un outil inutile, il ne rend compte de rien ; le goût pour l’étrange n’est pas d’un plus grand secours, tant il déforme le regard sur les documents. Il reste, au ras des paroles, la fine analyse de la rareté à détacher à la fois de l’habituel et de l’exceptionnel. Il reste à trouver un langage capable d’intégrer les singularités dans une narration apte à en restituer les rugosités, à en souligner les irréductibilités ainsi que les affinités avec d’autres figures. Apte à reconstruire et à déconstruire, à jouer avec le même et le différent. (…) Une histoire de la personne vient parfois déranger les certitudes acquises sur l’ensemble des phénomènes dits collectifs ; en même temps elle ne peut être envisagée qu’en interaction avec des groupes sociaux »57. Voilà bien, magistralement résumés par Arlette Farge, les enjeux d’une histoire qui prendrait pour source ces archives judiciaires, singulières, traces de l’individu et de l’étrange. De la délicate articulation du cas au contexte surgit un récit historique, travail artisanal tentant de conjurer les chausse-trappes imposées par la recherche d’un perpétuel équilibre. De ce procédé d’artisan, nous avons tenté ici de restituer la matière, les différentes façons, et d’en montrer les potentialités à condition que l’on veuille bien prêter attention à la définition de l’objet et à son inscription dans un contexte donné. Mais les archives judiciaires ne sont pourtant que des traces, dévoilant le réel autant qu’elles le cachent. Comme nous avons essayé de le montrer à travers une analyse de cas, leur mise en récit ne saurait faire l’économie de l’apport d’autres types de sources.

Notes

1 Que soit salué ici le travail de Jean-Claude Farcy, qui depuis de nombreuses années contribue à écrire et à faire connaître l’histoire de la justice et des illégalismes. Cette contribution doit beaucoup à son travail. On se réfèrera au sitehttp://www.criminocorpus.cnrs.fr/ pour un aperçu complet. Pour un bilan récent voir Jean-Claude Farcy « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », in Aude Musin, Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini (dir.), Violence, conciliation et répression. Recherches sur l’histoire du crime, de l’Antiquité au XXIe siècle, Louvain, UCL Presses Universitaires de Louvain, 2008, pp. 299-324. Sur Marseille voir Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

2 Joseph Morsel « Les sources sont-elles « le pain de l’historien » ?, Hypothèses, 2003, 1, pp. 271-286, p. 274.

3 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 ; « Les archives du singulier. Quelques réflexions à propos des archives judiciaires comme matériau de l’histoire sociale », in Christophe Charle, Histoire sociale, Histoire globale, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1993. Sur le peuple voir Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe / XXIe siècles), Champ Vallon, Seyssel, 2010.

4 Jean-Marie Carbasse, Introduction historique au droit pénal, Paris, PUF, 1990 ; Jean-Pierre Alline, Gouverner le crime. Les politiques criminelles françaises de la Révolution au XXIe siècle. 1/ L’ordre des notables (1789-1920), Paris, L’Harmattan, 2003.

5 Sur ce point on se réfèrera aux deux bilans historiographiques de Xavier Rousseaux : « Historiographie du crime et de la justice criminelle dans l’espace français (1990-2005). Partie I. Du Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime », Crime, Histoire & Sociétés, 2006, vol. 10, n° 1, pp. 123-158 ; « Historiographie du crime et de la justice criminelle dans l’espace français (1990-2005). Partie II. De la Révolution au XXIe siècle », Crime, Histoire & Sociétés, 2006, vol. 10, n° 2, pp. 123-161.

6 Jean-Claude Farcy, « Les archives judiciaires et l’évolution de la recherche en histoire contemporaine », La Gazette des Archives, n° 58-59, 1992, pp. 251-261.

7 François Billacois, Hugues Neveux, « Porter plainte : stratégies villageoises et institutions judiciaires en Île-de-France (XVIIe-XVIIIe siècles) », Droit et cultures, n° 19, 1990 ; Arnaud-Dominique Houte, Le Métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; Quentin Deluermoz, Les policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913) : la construction d’un ordre public, Thèse d’histoire, Université Paris 1, 2006.

8 Jean-Clément Martin, « Violences sexuelles, études des archives, pratique de l’histoire », Annales HSS, mai-juin 1996, n° 3, pp. 643-661 ; Céline Regnard-Drouot « Polissons ou criminels ? Jeunes hommes et violences sexuelles dans le Var au XIXe siècle » in Véronique Blanchard, Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité. Initiation, interdits, identités (XIXe -XXIe siècles), Paris, Autrement, 2010, pp. 244-254 ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Attentats à la pudeur sur enfants : le crime sans violence est-il un crime ? (1810-années 1930) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 56-4, 2009/4, pp. 165-189.

9 La loi du 15 juillet 2008 sur les archives a réduit le délai d’incommunicabilité de 100 à 75 ans hors dérogation.

10 Sur les dossiers de procédure, on consultera Laurence Montel, « Une source judicieuse : les dossiers de procédure correctionnelle (Marseille, années 1860) », Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, pp. 45-76.

11 Bruno Aubusson de Cavarlay, La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques et résultats. France 1836-1936, Colloque IAHCCJ. La violence dans la longue durée, Paris, MSH, 3-4 juin 1994. Bruno Aubusson de Cavarlay, Philippe Robert, Marie-Lys Pottier, Pierre Tournier, Les comptes du crime, Paris, L’Harmattan, 2ème édition, 1994.

12 Série U. On se reportera pour le détail à Jean-Claude Farcy, Guide des archives judiciaires et pénitentiaires, 1800-1958, Paris, CNRS Éditions, 1992.

13 Pour une synthèse récente : Quentin Deluermoz (dir.), « Norbert Elias et le XXe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 106, 2010/2.

14 Gabriel Desert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie », in Marginalité, Déviance, Pauvreté en France, XIVe -XIXe Siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 13, 1981, pp. 221-316 ; Claude Chatelard, Crime et criminalité dans la Loire au XIXe siècle. Un exemple : l’arrondissement de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Centre d’études foreziennes, 1981 ; Marie-Renée Santucci, Délinquance et répression au XIXe siècle, l’exemple de l’Hérault, Paris, Economica, 1986 ; Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident, Paris, Laffont, 1981.

15 Michelle Perrot, « Première mesure des faits sociaux ; les débuts de la statistique criminelle en France 1780-1830 », Pour une histoire de la statistique, INSEE, t. I, 1976, pp. 125-137 ; Philippe Robert, « Les statistiques criminelles et la recherche. Réflexions conceptuelles. », Déviance et société, vol I, n° 1, 1977, pp. 3-28.

16 Arlette Farge, « Écrire l’histoire », Hypothèses, 2003, 1, pp. 317-320 ; « Les archives du singulier… », article cité ; Robert Muchembled, « Anthropologie de la violence dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles) », Revue de synthèse, n° 108, 1987, pp. 31-55 ; Élisabeth Claverie, Pierre Lamaison, L’impossible mariage. Violence et parenté dans le Gévaudan XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Hachette, 1982.

17 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au XIXe siècle, Paris, Brepols, 1991 ; Les passions villageoises au XIXe siècle. Les émotions rurales dans les pays de Beauce, du Hurepoix et du Mantois, Paris, Publisud, 1995 ; « Violences », Sociétés et représentations, CREDHESS, n° 6, juin 1998 ; Alain Corbin, Le village des « cannibales », Paris, Aubier, 1990 ; « L’histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’un bilan », Ethnologie française, tome XXI, 1991, n° 3, pp. 224-236 ; Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, 2 vol., Toulouse, 1987 ; François Ploux, Guerres paysannes en Quercy : violences, conciliation et représentations sociales dans les campagnes du Lot, 1810-1860, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002.

18 Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004.

19 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

20 Laurent Ferron, La répression pénale des violences sexuelles au XIXe siècle : l’exemple du ressort de la cour d’appel d’Angers, thèse d’histoire, Angers, 2000.

21 Anne-Emmanuelle Demartini, « L’Affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années 1930 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 56-4, 2009/4, pp. 190-214 ; Fabienne Giuliani, « Monsters in the village ? Incest in Nineteenth-Century France », Journal of Social History, n° 42-4, 2009, pp. 919-932.

22 Francis Demier, Jean-Claude Farcy, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du XIXe siècle, Centre d’histoire de la France contemporaine, Université de Paris X Nanterre, 1997.

23 Laurence Montel, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820-1940), thèse de doctorat, Université de Paris X Nanterre, 2008 ; Céline Regnard-Drouot, Nécessité et honneur. Violences quotidiennes, violences criminelles à Marseille 1851-1914, thèse, Université de Provence, 2006 ; Marseille la violente…, op. cit.

24 Patricia Peccoud, Ville et délinquance : l’exemple de Grenoble au XIXe siècle (1789-1914), thèse de doctorat, histoire du droit, Université de Grenoble II, 2001.

25 Cf. Infra.

26 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, Paris, Larousse, 2001 ; Petits récits des désordres ordinaires. Les faits divers dans la presse française des débuts de la Troisième République à la Grande guerre, Paris, Seli Arslan, 2004.

27 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime dans la France de la Belle époque de 1894 à 1914, Paris, Fayard, 1995 ; Thomas Cragin, Cultural Continuity in Modern France. The Representation of Crime in the Popular Press of Nineteenth Century Paris, Ph. D. dissertation, Indiana University, 1996 ; Simone Delattre, Les Douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2000 ; Gregory K. Shaya, Mayhem for Moderns. The Culture of Sensationalism in France, c. 1900, Ph. D., University of Michigan, 2000 ; Anne-Emmanuelle Demartini, L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.

28 Adrienna Surot, « Des Apaches à Angers 1903-1905 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 110, n° 1, 2003 pp. 145-160.

29 Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène « blousons noirs » (1959-1962) » in Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli (dir.), Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, pp. 19-39.

30 Pour une synthèse récente : Antoine Follain et alii, La violence et le judiciaire, op. cit. ; voir aussi Hervé Piant, Une justice ordinaire. Justice civile et criminelle dans la prévôté royale de Vaucouleurs sous l’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006 ; Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, Publications de la Sorbonne, 1991 ; Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005.

31 Voir les travaux de Benoît Garnot, notamment (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1996.

32 Jean-Clément Martin, « Violences sexuelles, », article cité, p. 643.

33 Céline Regnard-Drouot, « Polissons ou criminels ? », article cité ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Attentats à la pudeur sur enfants », article cité.

34 Robert Muchembled, Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008.

35 Xavier Rousseaux, « Conclusion : Violence et judiciaire en Occident : des traces aux interprétations (discours, perceptions, pratiques) » in Antoine Follain, et alii, La violence et le judiciaire…, op. cit., p. 347

36 Jean-Claude Farcy « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », article cité.

37 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 2 U 2/1291.

38 Id., déposition de Gianello Jean-Baptiste, 23 ans, journalier demeurant à Saint-André devant Vincent Burguière secrétaire de police du 17e arrondissement le 14 octobre 1894.

39 Id., rapport du commissariat de la sûreté, 27 novembre 1894.

40 Pour une synthèse et une bibliographie détaillée nous renvoyons à Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., introduction, p. 21 et suivantes.

41 Marcel Roncayolo, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, éditions de l’EHESS, 1996 p. 157.

42 Céline Regnard-Drouot, « Le creuset des infortunes. Les violences comme conséquences de la précarité, Marseille 1851-1914 » Interrogations, n° 4, 2007, pp. 130-149.

43 2 U 2/1291 déclaration de Faima Louise épouse Penna devant le commissaire de police du 17e arrondissement le 24 novembre 1894 et procès-verbal de police, exécution d’une délégation judiciaire du 4 janvier 1895.

44 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. 242 et suivantes.

45 Laurence Montel, Marseille capitale du crime…, op. cit., p. 433 et suivantes.

46 Marcel Roncayolo, « La croissance urbaine », in Marseille au XIXe siècle, rêves et triomphes, Musées de Marseille/Musées nationaux, Marseille, Lafont, 1991, pp. 21-41.

47 2 U 2/1291, procès-verbal de police, exécution d’une délégation judiciaire le 4 janvier 1895.

48 Cf. Infra.

49 AD Bouches-du-Rhône 4 M 9, projet de loi présenté par M. Clemenceau, président du Conseil, le 24 octobre 1907.

50 Dominique Kalifa, « Les lieux du crime. Topographie criminelle et imaginaire social à Paris au XIXe siècle », Sociétés & Représentations 2004/1, n° 17, pp. 131-150 ; Luc Passion « Conjoncture et géographie du crime à Paris sous le Second Empire », Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 1982, pp. 187-224.

51 Ce courant historiographique a été initié par les historiens modernistes : Arlette Farge et André Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1979, n° 5, pp. 984-1015 ; Patrice Peveri, « Les pickpockets à Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 29-1, 1982, pp. 150-173.

52 Dominique Kalifa, « L’Attaque nocturne », Sociétés & Représentations, n° 4, 1997, pp. 121-138 ; Gérard Jacquemet, « La violence à Belleville au début du XXe siècle », Bulletin de la société d’histoire de Paris et d’Île-de-France, 1978, pp. 141-167.

53 Sur les faits divers à Marseille voir Marine Msili, Le fait-divers en République. Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS-Éditions, 2000 ; sur l’attaque nocturne à Marseille voir Laurence Montel, Marseille, capitale du crime…, op. cit., p. 68 et suivantes.

54 Simone Delattre, Les douze heures noires…, op. cit. ; Alain Cabantous, Histoire de la nuit XVIIe - XIXe siècle, Paris, Fayard, 2009.

55 Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France XIXe -XXe siècle. Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 1997, p. 149 et suivantes ; Laurent Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette littérature, 2004 ; Pierre Milza, Voyage en Ritalie, 3e ed. Payot, 2004.

56 Nous renvoyons à nos travaux, notamment Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. 184 et suivantes.

57 Arlette Farge, Le goût de l’archive, op. cit., pp. 112-113.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Les Italiens dans la population marseillaise au XIXe siècle (source : Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration en France, Paris, Autrement, 2002)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3416/img-1.jpg
Fichier image/, 220k
Légende Graphique 2 – Part des ouvriers dans les jugements pour violences (gris clair) et dans le total des jugements (gris foncé) 1851-1911 en % du total des accusés (source : C. Regnard-Drouot, Marseille la violente…, op. cit., p. 149)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3416/img-2.jpg
Fichier image/, 300k
Légende Figure 1 – Répartition spatiale des Italiens : l’influence des répartitions industrielles (Source : Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration… op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3416/img-3.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Figure 2 – Le boulevard Saint-Martin, actuel boulevard d’Hanoï, Saint-André, début du XXe siècle (Source : Isabelle Langlade et Sylvie Masson, Marseille et ses quartiers, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2002, p. 67)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3416/img-4.jpg
Fichier image/, 230k

Auteur

Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Provence Aix-Marseille I, UMR 6570 TELEME

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540