Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Comment écrire l’histoire de la violence de guerre allemande pendant la guerre de 1870-1871

Olivier Berger

Texte intégral

1Sujet tabou, les violences de guerre de l’armée allemande en France pendant l’occupation de 1870-1871 sont restées mal connues, occultées par un peuple traumatisé par la défaite. Soit conscience de vivre des violences ordinaires du temps de guerre, soit volonté de tourner la page, les Français se sont tus sur les actes de violence dont ils ont été les victimes. En effet, l’occupant s’en est pris violemment à la population civile, accusée d’aider en secret l’armée française et de cacher en son sein des francstireurs, première « armée secrète » du genre.

2Ce sujet sort de l’oubli aujourd’hui grâce à la prise en compte de sources qui, bien que dispersées, existent : dessins, gravures, rapports de police, témoignages publiés après guerre sous forme de journaux, mémoires ou simples récits de l’occupation. Des enquêtes au sein de certains départements ont été menées, comme en Seine-et-Oise, où le cabinet du préfet interroge chaque commune sur les faits de guerre. À travers la question de l’indemnisation des dommages de guerre, on se rend compte aussi de l’ampleur du pillage et des dégâts causés. Sans oublier la mémoire de la guerre, entretenue en partie par les vétérans jusqu’à la victoire de 1918, qui rend le précédent conflit sans intérêt d’un point de vue historique.

3Par ailleurs, le discours contemporain sur le « barbare allemand » passe sous silence les viols, meurtres dont certains concernent des enfants ; les bastonnades et mauvais traitements ne sont pas davantage mis en relief. Seules semblent compter les dénonciations du pillage, des incendies de maisons et de l’utilisation des otages. L’indignation devant l’exécution des francs-tireurs ne parvient pas à alerter suffisamment l’opinion publique européenne.

  • 1 Frédéric Rousseau, Burghart Schmidt (dir), Les dérapages de la guerre du XVIe siècle à nos jours/K (...)

4Or, les recherches actuelles montrent que les sources dont nous disposons peuvent aider à comprendre la violence allemande, encouragée, tolérée par l’État-Major, et qui s’explique en partie par la hantise du franc-tireur. Elles sont essentiellement françaises, bien que des récits allemands évoquent des exécutions de jeunes francs-tireurs en essayant de se justifier le cas échéant. Ce sont donc des violences collectives plus ou moins tolérées par l’État allemand naissant. Par violences collectives, nous entendons toute forme de mauvais traitements ou sévices, tortures physiques ou morales, infligés à un ou plusieurs individus voire à des catégories spécifiques, et exercés par les soldats en tant que groupe. Le caractère répétitif de ces violences et leur omniprésence dans les sources et les régions occupées, dont l’Île-de-France, cadre de notre thèse, justifient cette terminologie. C’est une violence qui se surimpose à la violence inhérente à la guerre entre deux armées, une « hyperviolence » pourrait-on dire1.

5Comment écrire cette histoire de la violence en croisant toutes ces sources ? Est-il possible par les sources de remonter à toutes les exactions ou y a-t-il des lacunes ? Peut-on pallier l’absence de témoignages oraux ? Quelles sont les forces et les faiblesses des sources sur la violence allemande ? Comment s’intègrent-elles dans l’historiographie plus générale de la guerre elle-même ? Enfin quelle démarche méthodologique permet de cerner et d’éclairer les faits ? Tels sont les enjeux de ce sujet novateur.

6En premier lieu, il faut revenir sur les sources contemporaines de l’après-guerre en tenant compte de leur valeur, puis poser la question du statut de la preuve, dans une guerre où les vaincus ne peuvent juger les crimes de guerre des vainqueurs, enfin montrer la nécessité de croiser toutes les sources disponibles pour écrire cette histoire de la violence.

I) Premières sources contemporaines : archives et livres, preuves des violences collectives

A) Enquête de la préfecture

7Dès la fin de l’occupation des départements, en décembre 1871, la préfecture de Seine-et-Oise prend une initiative, celle de collecter des témoignages sur l’occupation du département, particulièrement longue en raison du siège de Paris, donc riche en événements en tous genres. De plus ce département, par sa superficie, a subi d’importants dégâts. Il constitue une grande partie de la banlieue avec la Seine-et-Marne et les quelques communes de la première couronne, appartenant au département de la Seine, dont une partie était dans le secteur aux mains des Français, l’autre aux mains des Allemands.

  • 2 La consultation de dossiers des communes d’Île-de-France laisse apparaître des thèmes répétitifs, (...)
  • 3 Cf l’ouvrage de Gustave Desjardins, Tableau de la guerre des Allemands dans le département de Sein (...)

8Donc, des questionnaires type sont envoyés à tous les maires, curés et instituteurs des communes, par le cabinet du Préfet, demandant à chacun de faire un récit des événements de la guerre2. Ces personnes, restées en place pendant le siège de Paris, ont pu apporter des renseignements précis sur les incidents qui ont marqué leur ville. Elles ont été choisies car jugées fiables par l’administration, étant instruites, ayant une autorité ou un ascendant sur la population. Elles ont été le cas échéant les interlocuteurs de l’occupant, tels le maire ou l’instituteur faisant office de maire par intérim. Elles ont souvent subi des brimades, des actes de violence voire des tortures morales et physiques, des menaces. Les questions posées devaient permettre de dégager une synthèse de l’occupation, des traits généraux, un témoignage sur le vif, utile à l’histoire de France3.

  • 4 Circulaire du 18 décembre 1871 adressée à chaque maire, curé et instituteur des communes de Seine- (...)
  • 5 Les violences sexuelles sont évacuées des récits quand elles ne sont pas évoquées discrètement.
  • 6 Le service des étapes était chargé d’assurer les liaisons entre le front et les bases arrières, de (...)
  • 7 Le 11 décembre, deux soldats prussiens arrêtés pour viols sont condamnés à mort à Montmorency, l’u (...)

9Malheureusement, les questions pouvaient orienter légèrement les réponses dans un sens. Le préfet se fiait à la parole et à l’honnêteté intellectuelle du déclarant qui se devait de garantir l’exactitude des renseignements donnés, et était invité à transmettre tout document complémentaire pourvu qu’il soit original et intéressant4. Les réponses sont parfois lacunaires, les notables n’ayant pas vécu les mêmes mésaventures que celles de simples concitoyens, ne relatent pas les mêmes choses. Les hommes du peuple n’ont pas été interrogés car on craignait peut-être que leur témoignage ne soit trop passionné. De même, un questionnaire présentant une occupation sans problème peut passer sous silence des faits graves5. Enfin, on regrettera que seules les grandes villes soient mieux connues en raison de l’abondance de sources et de leur situation sur le théâtre de la guerre, des villes de garnison ayant plus de troupes que des bourgs isolés, hors des lignes d’étapes6. En raison de l’absence des habitants et d’un conseil municipal, des questionnaires reviennent vides à la préfecture, faute de témoins, d’autres questionnaires sont tous identiques, l’un des notables ayant été absent, se met d’accord avec les autres sur un récit commun, d’autres enfin renvoient au récit de leur collègue. Cette enquête n’a pas été menée partout avec la même rigueur, elle ne saurait servir de source unique pour connaître les dérapages de l’armée allemande sur la population civile. Elle ne reflète que le point de vue de l’élite. Comme elle n’était pas destinée telle quelle à la publication, les témoins racontent néanmoins des faits qu’ils n’auraient pas osé révéler comme l’existence de rares cas de viols7.

10Toujours est-il que ce sont les premières sources avec lesquelles l’historien peut appréhender les violences collectives perpétrées. Elles ne sont qu’un point de départ de recherches plus approfondies. Les sources imprimées sont alors un complément indispensable.

B) Publications sur le vif et récits personnels présentés pour un intérêt local

  • 8 Emile Delerot, Versailles pendant l’occupation, Paris, Plon, 1873, rééd. 1900 ; J.-E. Dieuleveut, (...)

11On remarquera que toutes les communes où des faits graves, des incidents se sont produits, ont été connues par la publication d’une ou de plusieurs monographies. Les cas de Versailles, siège du Grand Quartier Général, ou de Corbeil, ville de garnison sur une ligne d’étapes, par leur importance stratégique accordée par l’ennemi, ont donné lieu à de multiples publications8.

  • 9 Sur cet aspect nous renvoyons à notre article en ligne : « Expérience vécue de la souffrance dans (...)
  • 10 Voir l’excellent journal du maire de Sannois, très documenté : Pierre-Paul Retali, Occupation alle (...)
  • 11 Ce que confirme tous les recoupements avec d’autres sources, aussi différentes soient-elles. Voir (...)

12Pourquoi écrit-on ? Pour témoigner sur des faits exceptionnels, une situation jugée grave pour la France, que l’on compare volontiers aux calamités que furent les invasions de 1814-1815, on écrit parce que l’on s’ennuie, dans un climat d’angoisse, les villes évacuées spontanément par leurs habitants ressemblant à un véritable désert, bientôt envahi par des pillards indigènes avant d’être, plus tard, relayés par les soldats allemands. Écrire sert à extérioriser sa souffrance devant la vue de tant de misères9. Les maires, toujours sur la brèche, avaient beaucoup à dire10. Leurs récits sont donc de loin les plus précieux. Riches de détails, d’anecdotes, ils apportent un éclairage sur le contexte des incidents, rapportant des dialogues avec des Allemands, expliquant comment, en négociant, ils parviennent à rendre à la liberté quelque malheureux tombé dans une rixe avec des soldats ivres, ce qui est monnaie courante, à en croire les témoins11. Tout acte de légitime défense face à une telle agression était considéré comme un acte hostile contre l’occupant et rendait son auteur passible d’exécution, le plus souvent de quelques jours de prison au lieu de la déportation réservée aux « délits graves ». De plus des affiches et documents officiels allemands sont publiés et la répétition de certains textes prouve à quel point l’occupation a été terrifiante, traumatisante pour les témoins.

13Un de nos ouvrages de référence est celui de Gustave Desjardins, synthèse des événements en Seine-et-Oise, qui se veut un tableau des aspects généraux de la guerre en région parisienne. Mais G. Desjardins s’est limité à ne citer que certains faits, manque d’objectivité, et a choisi un format limité. Publiée par les soins de la Préfecture, c’est alors une sorte d’histoire officielle, passionnée. Évidemment, sa lecture des sources est marquée par l’époque, par son vécu, et mérite d’être entièrement revue. Fondé sur le dépouillement des questionnaires cités plus haut, l’ouvrage reste assez engagé et rempli de considérations morales.

  • 12 Tel le notaire Émile Milliard, maire provisoire, dans son récit Souvenirs de l’invasion. Les Allem (...)
  • 13 Victor-Adolphe Malte-Brun, Marcoussis, histoire d’une commune de Seine-et-Oise pendant l’invasion (...)
  • 14 Sur ces notions de violences de guerre en général, voir Frédéric Rousseau, Burghart Schmidt (dir),(...)

14Certains auteurs contemporains, publiant dans la décennie 1870-1880, présentent leur travail comme s’il n’avait qu’un intérêt local même s’il pourrait être utile aux historiens futurs de la guerre, ils se dépeignent comme des historiens ou chroniqueurs rigoureux, soucieux d’exactitude, de preuves, témoins directs, ayant vérifié leurs dires, croisés avec d’autres sources, collecté des témoignages oraux, ils se réclament de l’école positiviste alors en vogue au XIXe siècle, revendiquant une histoire plus scientifique, proche de la vérité12. Dans la majorité des cas les publications sont fiables, certaines de grande qualité, constituant une source indispensable pour la recherche sur la guerre. En fait ils ne se rendent pas compte que leur travail est aussi utile à la grande Histoire, qu’il a plus d’intérêt que ce qu’ils estimaient. Chaque contribution comparée à une autre, et rassemblée avec les livres publiés sur une même région, permet de bien cerner le comportement de l’armée allemande, sa mentalité, ses pratiques, et d’établir de nombreux parallèles. Sans ces titres locaux ou régionaux, écrits par les protagonistes eux-mêmes ou des historiens locaux comme des géographes13, médecins, notaires, reconstituer l’histoire des violences collectives allemandes n’aurait pas été possible. Ils ouvrent des pistes, mettent en lumière des événements graves tels des meurtres d’enfants, actes oubliés. Toutes ces preuves collectées par les Français auraient permis, aujourd’hui, de poursuivre les responsables allemands devant un tribunal international. S’en prendre aux civils masculins, aux prêtres catholiques et aux francstireurs, des catégories précises, les brimer, les déporter ou les tuer, sans jugements ni preuves, constitue un crime contre l’humanité14.

15Mais leur histoire est également une histoire engagée, écrite par les contemporains, sans avoir toujours le recul nécessaire. Jusqu’à la Première Guerre Mondiale, on a une historiographie marquée par l’intention des auteurs.

C) Une historiographie engagée visant à démontrer la barbarie allemande

  • 15 François ROTH, La guerre de 70, Paris, Fayard, 1990, pp. 698-708.

16À la lecture des livres publiés à l’époque de l’après-guerre, et qui sont selon F. Roth de gros succès de librairie15, l’histoire de la guerre de 1870-1871 pourrait se confondre avec une histoire de la violence de guerre allemande. L’expression « cruautés allemandes » ou « atrocités allemandes », apparaît quelquefois, notamment comme titres de gravures reconstituant une scène de fusillade. Mais l’histoire des « crimes de guerre », terme à employer avec prudence au risque d’être anachronique, puisque la guerre est essentiellement régie par la coutume, interprétée de manière large, est une histoire en retrait, les exactions sont citées seulement après un engagement militaire, ou de manière anecdotique, les auteurs ne leur accordent pas une place particulière. Cela paraît intrinsèquement lié à la guerre. En résumé, l’histoire de ces violences collectives se confond avec la guerre elle-même et n’est pas vraiment un objet d’étude distinct.

  • 16 Docteur Louis Fleury, Occupation et bataille de Villiers-sur-Marne et du Plessis Lalande, Paris, L (...)
  • 17 Voir la correspondance diplomatique entre Chaudordy, délégué aux Affaires Étrangères, et Jules Fav (...)

17Pourtant les auteurs ont conscience que des abus de la force se sont produits, contre le droit de la guerre, des abus de pouvoir, dirions-nous. Écrire sert à dénoncer ces abus devant la conscience publique16. L’opinion publique de l’Europe, qui aurait abandonné la France à cette époque, est sans doute l’une des cibles des publications17. Même si les auteurs ou historiens ne sont pas qualifiés en droit, ils prétendent relever les excès, comparer les pratiques avec les coutumes existantes, souligner les violations des premières conventions de Genève. Ils sont conscients du caractère anormal de ces violences collectives accomplies sous leurs yeux, parfois sur eux ou leurs proches et sont choqués par la tolérance des chefs et des États allemands confédérés qui semblent approuver, ou du moins laisser commettre les violences de leurs hommes, à de rares exceptions près.

  • 18 Le livre de Monin sur Saint-Denis était remis en prix aux écoliers en 1912, cf. Hippolyte Monin, H (...)
  • 19 De nombreuses cartes postales anciennes, des années 1900-1920, présentent des monuments entretenus (...)

18Ensuite, elles sont écrites à destination des enfants, les dédicaces ne laissent aucun doute à ce sujet, la jeune génération doit prendre connaissance de la guerre, de manière à haïr l’ennemi héréditaire et à se tenir prête à l’heure de la Revanche. On donne ces livres comme prix aux écoliers, on insiste sur les incidents, les crimes allemands, les bastonnades, de manière à rendre l’adversaire haïssable et à entretenir la mémoire du conflit. Les jeunes ont donc un « devoir de mémoire » comme on dirait aujourd’hui18. Encadrés par des instituteurs patriotes, baignés dans les souvenirs et récits de leurs parents ou grands-parents, présents lors des commémorations de certaines batailles, ils sont appelés à reprendre le flambeau. Sur les monuments aux morts, la présence de nombreuses couronnes de fleurs atteste d’une mémoire de la guerre entretenue par les citoyens19. La jeune IIIè République cherche à édifier le jeune citoyen en lui enseignant le patriotisme à travers les récits de guerre. Il devra être le bon soldat que la société attend de lui, au jour venu.

  • 20 Parmi les travaux du XXe siècle, on peut citer Jacques Desmarest, La Défense nationale, Paris, Fla (...)

19On a donc une historiographie engagée, produite peu après les faits, qui prône une explication naturelle à ces violences : la « race » allemande est une mauvaise « race », les hommes du Nord n’ont rien en commun avec le génie français ; l’alcool, la discipline humiliante, la saleté, la violence sont des thèmes récurrents. La supériorité française sur l’ennemi est une constante, mise en avant pour démontrer que malgré tout la France a gagné la guerre moralement et qu’elle en sort réformée, purifiée. La violence est donc inhérente au « Barbare moderne » qu’est désormais l’Allemand. Depuis, aucun travail n’a été fait sur les violences allemandes, confondues avec l’histoire de la guerre ; on privilégie les aspects politiques et diplomatiques, dans une vision plus nuancée, moins marquée par les influences du XIXè siècle comme les théories raciales20. Peu à peu la morale et les jugements de valeur disparaissent au profit d’une histoire plus apaisée.

  • 21 Cf Les Allemands en France …, op. cit., pp. 63-64 ; Dieuleveut, op. cit., p. 174. Suite à un coup (...)

20Cette prétendue barbarie est étayée par les preuves, elles ne manquent pas, au dire des auteurs : tous prétendent attester la réalité des faits qu’ils relatent. Il n’y a presque pas de photos mais des dessins reconstituant la réalité donc peu fiables, pas de preuves matérielles qui subsistent. Les auteurs doivent être crus sur parole. Ils ne cherchent pas à rendre les comportements allemands intelligibles mais restent en surface, ne poussent pas plus loin l’analyse d’incidents avérés comme les violences sexuelles de Saint-Arnoult21.

21Face aux doutes qui peuvent surgir sur les violences collectives et la possibilité de les nier du côté allemand, la question du statut de la preuve est un point fondamental.

II) La question du statut de la preuve à travers les sources

A) Revenir aux récits, croiser les sources, vérifier en archives

22Selon nous, le récit doit être réévalué pour ce qu’il est : un témoignage plutôt rigoureux, qui se veut véridique, citant les nombreux incidents du quotidien de l’occupation. Écrire a été pour les témoins une catharsis, une purification de l’âme face à la vue de tant de cruautés inutiles. Les mesures draconiennes des Allemands visant à confiner les civils chez eux ont beaucoup marqué les esprits. En général la conscience d’avoir vécu une expérience exceptionnelle incite les Français à témoigner à l’échelle de leur commune.

  • 22 Dans les villes où nous étions, en Essonne, dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Mar (...)
  • 23 Ces dossiers sont classés en séries O ou R, soit administrations communales soit affaires militair (...)
  • 24 Voir notamment ceux du commissaire central de Versailles conservés aux Archives communales de cett (...)

23La méthode que nous employons consiste à croiser les sources d’archives. Après lecture des récits, les Registres des Délibérations du conseil municipal, notamment, apportent un certain éclairage sur les incidents ; les documents officiels cités dans les livres comme les procès-verbaux des séances sont souvent recopiés méthodiquement, sans être dénaturés22. Grâce à la méthode positiviste employée par les témoins, l’exactitude des récits en regard des sources manuscrites est confirmée dans la majorité des cas. En dernier lieu, les dossiers de dommages de guerre renseignent sur l’état de la dévastation des propriétés ou des spoliations en règle accomplies sous le nom de réquisition : destruction gratuite de mobilier, de parquet pour faire du bois à brûler quand ce dernier était pourtant disponible, utilisation de maisons comme écuries, litiges avec des communes au sujet de réquisitions importantes non remboursées23. Des rapports de police journaliers rédigés dans les grandes villes renseignent sur les exactions des soldats et les conflits avec la population24.

24En fait, la complémentarité des sources permet de cerner les comportements violents et de confirmer les incidents révélés par le récit. En faisant abstraction de la passion d’un auteur, les faits restent avérés.

25De ce point de vue, on conçoit qu’une démarche judiciaire aurait pu porter ses fruits si une cour de justice internationale avait fonctionné, dans le but de réprimer les crimes de guerre. Par ces enquêtes et publications, le rassemblement des preuves a été fait et aurait peut-être pu déboucher sur une instruction. Faire déposer tous les témoins et les victimes de violence aurait constitué, selon nous, des volumes entiers de faits ou d’anecdotes aujourd’hui perdus pour l’histoire, ou enfouis dans la mémoire de familles qui ont gardé le silence.

26Les vaincus parlent, leur récit ressemble à une déposition sous serment mais sans le moindre élément matériel ; il a tout de même un statut de preuve qu’on ne peut lui dénier. Avec le croisement des sources écrites, les sources imprimées sur la guerre de 1870 restent solides et méritent d’être examinées avec plus de confiance, la fiabilité des auteurs étant indubitable.

B) Le constat d’après les sources : une violence collective qui se ressemble sur tous les points de la région

  • 25 John Horne, Alan Kramer, 1914. Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005. pp. 601-602.

27La différence entre les violences de 1870 et celles de 1914-1918 analysées par J. Horne et A. Kramer25 est l’existence de sources produites par les commissions d’enquête des Alliés vainqueurs, et rassemblées pendant la guerre même ; pour l’historien du premier conflit franco-allemand, il faut collecter des sources éparses et lire entre les lignes, croiser les récits, afin de retrouver les faits et se rapprocher de la vérité historique.

28On ne peut que constater après lecture des sources le caractère systématique des violences contre les personnes, le pillage généralisé, toléré par les officiers et institutionnalisé sous forme de spoliation des biens des absents, jugés « coupables » de s’être soustraits aux charges de la guerre. Quant aux justifications des soldats ou officiers face aux protestations, elles sont aussi semblables, le fameux refrain « c’est la guerre » (das ist Krieg !) aurait été prononcé maintes fois.

29Pris isolément, les témoignages publiés et remplis de réflexions personnelles, de morale et de jugements de valeur sur une barbarie moderne ne valent rien s’ils ne sont pas comparés entre eux et lus avec un esprit critique : il est facile pour l’historien d’éliminer le passionnel et de ne garder que les faits qui ressemblent à ce qu’il a découvert ailleurs dans les sources. Ainsi le récit apporte beaucoup sur la connaissance des violences du conflit de 1870, il donne accès à une forme de savoir. Et les archives confirment ou infirment des hypothèses, amènent parfois à explorer de nouvelles pistes.

30Sources, méthodologie et historiographie sont intimement liées et le maniement des outils à la disposition de l’historien l’amène à repenser l’événement autrement que les contemporains et les premiers historiens du sujet.

C) La lecture des sources amène à envisager de nouvelles hypothèses

31La première idée avancée par l’historiographie de la guerre de 1870, cherchant à rendre intelligibles les violences commises, était celle d’une peur du franc-tireur, conduisant la troupe à des représailles très sévères dans certaines communes. Plus largement, c’est la peur du civil qui dicte le comportement de l’armée qui craint une levée en masse sur le modèle de 1792 et voit dans tout civil un ennemi potentiel, un participant à la guerre en secret. Cette grille de lecture est pertinente au regard des mesures prises contre la population autour de Paris : surveillance, appel, interdiction de circuler ou de rejoindre l’armée, fermeture des fenêtres donnant sur la capitale, décision de tirer sur tout civil trouvé dans les bois. Il s’agit d’empêcher les compagnies franches de se former, et les civils de communiquer avec les assiégés.

32Il existe aussi une spécificité des violences contre le clergé catholique, considéré comme un adversaire idéologique, ce qui est le cas déjà en Allemagne. Des prêtres sont maltraités, arrêtés ou déportés pour avoir soidisant communiqué en secret avec Paris, accusés très souvent à tort de commettre des actes d’espionnage, d’être les chefs de l’insurrection armée qui se prépare, ils sont éloignés par l’occupant ou fusillés pour conjurer le danger. Leur mobilité inquiète les Allemands qui voient en eux des agents de renseignement, qui peuvent circuler librement. Aussi la méfiance vis-àvis des prêtres est-elle omniprésente parmi les troupes.

  • 26 En 1866, les Prussiens ont arrêté la guerre après Sadowa, notamment en raison du déclenchement d’u (...)
  • 27 Noëlle Sauvee-Dauphin, art. cit., pp. 239-240.

33Une autre crainte du Grand État-Major, partagée par la base, est la peur d’un conflit long, avec le risque d’une intervention des pays neutres, ainsi qu’une épidémie comme dans les précédentes guerres de l’unité allemande26, et, pour la première fois, la peur d’une défaite. Elle est envisagée, semble-t-il, devant Paris. Le doute s’installe quand la ville semble tenir et les pertes allemandes s’aggraver sans rapport avec les résultats acquis lors des tentatives de sortie repoussées. Une mesure révélatrice de cet esprit est l’obligation décrétée pour les civils, en octobre, de rester chez eux en cas d’alerte, car on craint qu’ils ne tendent la main à l’armée française et ne participent à la poursuite des Allemands défaits. Comme le dit Noëlle Sauvée-Dauphin, les périodes de violences contre les civils correspondent à des périodes d’insécurité pour les Allemands27.

  • 28 Voir la réédition du Moniteur par Georges d’Heylli, Le Moniteur prussien de Versailles, Paris, L. (...)
  • 29 Adolphe de La Rue, op. cit., pp. 209-214. Il n’est pas excessif de parler comme l’auteur de « cada (...)

34Enfin, 1870 est le moment venu de se venger des guerres françaises en Allemagne, de Louis XIV à Napoléon Ier. Là aussi, à travers les sources, le souvenir de ces calamités est prégnant dans les consciences allemandes, la propagande s’en empare dans le Moniteur Officiel pour faire admettre le bien-fondé de l’indemnité de paix, qui ne serait qu’une maigre compensation des ravages commis autrefois en Allemagne28. Brutaliser les civils semble permis avec la justification des excès français sous Napoléon, comme ce sous-officier de Corbeil qui prétend que les paysans qu’il réquisitionne avec charrette et chevaux sont moins maltraités que les Allemands ne l’étaient sous l’Empereur, alors que des décès sont fréquents suite au régime imposé. Ils sont utilisés comme des esclaves29.

35Nous nous limitons à ces exemples, pour dire que la microhistoire peut apporter beaucoup d’éléments nouveaux, à condition de savoir croiser les sources.

III) Croiser les sources et combler les lacunes : de la microhistoire pour une histoire totale

A) Les enquêtes orales et anecdotes tirées de la mémoire orale

  • 30 Epinay-sur-Orge, Monographie de l’instituteur, 1900, Archives départementales de l’Essonne ; Paul (...)

36Un premier point fondamental est la prise en compte de sources jugées peu sérieuses ou peu rigoureuses mais qu’il faut savoir lire avec précaution : les Monographies des instituteurs, rédigées dans chaque commune par l’instituteur en 1899, avaient été commandées par le Ministère de l’Instruction Publique en vue d’avoir un tableau du pays pour l’Exposition universelle de 1900. Elles contiennent certes des erreurs, mais elles sont précieuses lorsqu’elles évoquent la période de la guerre de 1870. L’instituteur relate des faits dont il a été témoin ou qui lui ont été rapportés, par son prédécesseur ou par des habitants. Il mentionne des faits connus seulement par la mémoire orale ou la rumeur. Ainsi la monographie d’Epinay-sur-Orge est la seule source sur l’exécution du franc-tireur Léopold Pillot, obligé de creuser sa propre tombe, fusillé devant la population réunie, à demi-enterré avec un bras hors du sol, appuyé sur un bâton, afin de faire un exemple destiné à terroriser les candidats désireux de prendre les armes. Son acte de décès enregistré en 1873 est aussi l’unique document sur l’identité du défunt30.

  • 31 Victore-Adolphe Malte-Brun, op. cit., pp. 13-15.
  • 32 Henri Germain, Marcoussis, le réveil de son histoire et monographie, Marcoussis, 1973, pp. 215-216 (...)

37Un autre récit du géographe Malte-Brun sur l’occupation de Marcoussis, est digne de foi, lorsque l’auteur rapporte que les proclamations sur la loi martiale jetèrent la terreur parmi les habitants31. Il était absent, mais ses concitoyens lui ont rapporté tous les faits, comme un incident au cours duquel des soldats déchargèrent eux-mêmes leurs armes et accusèrent les civils d’avoir tiré sur eux. Le livre d’un érudit local, Henri Germain, éclaire cet aspect, après avoir cité le géographe, il explique qu’un jeune homme était venu de nuit donner une correction à un soldat logé dans la famille de sa fiancée. Pour se venger de cette humiliation, les soldats procédèrent à ce stratagème et extorquèrent une amende à la ville conformément à leur code militaire32. À noter que les érudits locaux manquent parfois de méthode et ne citent pas leurs sources, ce qui rend leur travail inutilisable pour la recherche.

  • 33 Wladimir d’Ormesson, La Ville et les champs, Paris, Fayard, 1958, pp. 76-79.
  • 34 Jean-Noël Plichon, Émilie ou la vie de château, chez l’auteur, 1989, en particulier les lettres d’ (...)

38Wladimir d’Ormesson raconte les souvenirs de sa famille, des bribes de mémoires sur la guerre : tous les meubles du château avaient été détruits et jetés par les fenêtres dans la pièce d’eau lors du départ des hommes logés chez eux à Ormesson, ce qu’il évoque dans son livre La ville et les champs. C’est son grand-père qui alla ramasser les débris flottants33. Faute d’archives privées, on trouve des documents publiés comme des lettres qui couvrent notre période : les constats de la famille Guérin devant la désolation du village d’Orly, où elle a laissé son château pour se réfugier à Paris, valent pour le département. Partout ce ne sont que maisons vidées, démolies, excréments humains à l’intérieur, les Allemands remplaçant les Français dans leurs demeures34.

  • 35 Sur le traumatisme de la défaite, cf. Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricature, Paris, Presses (...)

39Cette occupation, si elle fut moins violente que celles du XXe siècle, a laissé des traces dans la mémoire française, elle fut traumatisante et contribua à créer un climat de terreur que les historiens ont oublié ou mal pris en compte35. Donc, ces récits s’appuient sur ce que nous appellerions aujourd’hui une enquête orale, de nombreux auteurs ont pris note des faits de guerre auprès de leurs concitoyens afin de s’approcher au plus près de la vérité comme certains le disent dans les préfaces, en historiens positivistes.

40Mais pour éviter une perspective trop française, les récits allemands doivent être pris en considération.

B) Les récits allemands

  • 36 Anton von Werner, Erlebnisse und Eindrücke, 1870-1890, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, K (...)

41Dans les récits allemands, l’historien trouvera des réflexions tendancieuses, des jugements erronés à l’égard des vaincus, mais il saisira une certaine mentalité, comprendra des comportements a priori inintelligibles, comme la mise à sac des maisons des absents, coupables de se dérober à leur devoir, consistant à loger et nourrir la troupe ennemie, selon une coutume d’ancien régime. Les soldats y tiennent : quand ils arrivent épuisés et affamés et qu’ils trouvent porte close, ils fracturent les maisons, pillent et détruisent. Ils sont fascinés par un pays qui paraît riche. Anton von Werner, le peintre, n’est pas le dernier à s’émerveiller du luxe des maisons de campagne de Brunoy36.

  • 37 Cf. Oskar LEIBIG, Erlebnisse eines freiwilligen Jägers im Feldzuge 1870-71, Nördlingen, Ch. Beck, (...)

42Ces écrits servent aussi d’autojustification pour des actes à considérer comme des crimes de guerre : l’exécution de deux civils à Sceaux dont un enfant, est présentée comme une mesure salutaire contre la traîtrise des francs-tireurs, alors qu’aucune preuve n’est avancée, la culpabilité de l’enfant semblant douteuse. Toujours est-il que le soldat bavarois Oskar Leibig se réjouit de cette fusillade37.

  • 38 Gustave Desjardins, op. cit., pp. 9-10, 62 ; Baron Ernouf, Histoire des chemins de fer français pe (...)
  • 39 Cf. Moritz Busch, Le Comte de Bismarck et sa suite pendant la guerre de France, Paris, Dentu, 3è é (...)

43Il est important pour l’historien de se placer du point de vue allemand pour voir autrement les exactions : un simple engagement relaté par un auteur français est en fait considéré comme une vraie bataille du côté allemand, tel l’accrochage entre les francs-tireurs du train arrêté à Ablon contre des soldats sur la rive opposée de la Seine. Les viols commis à Ablon le soir même s’expliquent par la recherche des francs-tireurs dans les maisons d’où des coups de feu avaient été tirés et la vengeance des soldats sur les femmes, car les habitants étaient jugés coupables ou responsables de l’attaque. Aucun récit français ne peut convaincre s’il s’appuie uniquement sur la morale et la dénonciation d’un ennemi « barbare » par nature. Revenir au récit est un acte fondamental38. Traduites en français, les conversations privées de Bismarck éclairent les historiens sur ses conceptions de la guerre et ses souhaits de répression des francs-tireurs39.

44Voir les événements des deux points de vue amène l’historien à écrire une histoire totale des crimes de guerre allemands, dans laquelle ils deviennent des faits compréhensibles, analysés sans passion. Sans étude complémentaire sur le terrain, l’histoire ne serait pas de la même qualité.

C) Le terrain et ses apports

  • 40 J.-E. Dieuleveut, op. cit., p. 171 ; Docteur Bourdereau, L’Hospice Brézin à Garches pendant l’occu (...)

45Combler les lacunes des sources écrites passe par une enquête de terrain, retrouver les lieux des exactions, les plaques commémoratives, monuments et tombes. Ainsi, l’enfant de Ville-d’Avray foulé aux pieds par les soldats, après l’éclatement du ballon avec lequel il jouait, pris pour un coup de feu, retrouve une identité que les récits ne donnent pas, avec l’examen de sa pierre tombale. Sa maison, celle du père Froidure, nous a conduit à chercher une tombe Froidure au cimetière communal : né en 1861, il avait alors neuf ans, c’est donc lui la victime frappée par les Bavarois40.

  • 41 Cf. Abbé Bonnin, Ablon-sur-Seine, Recherches historiques, Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1890, pp. 1 (...)
  • 42 Gustave Desjardins, op. cit., p. 131. C’est par délibération du 29 juin 1888 que le conseil munici (...)
  • 43 La plaque principale précise que François Debergue, 60 ans, a été fusillé à cette place le 27 sept (...)

46Nous avons mentionné l’acte de décès du franc-tireur Pillot, ajoutons qu’il a une rue à son nom à Epinay, de même qu’un jeune émissaire fusillé à Orly, Yvan Provost41, sans oublier Louis Foury, tambour de ville à Sèvres exécuté le jour de l’invasion42. Les conseils municipaux ont rendu hommage aux martyrs : des monuments comme celui du jardinier François Debergue à Bougival nous apprennent, grâce à la plaque du socle de la statue, les dates d’inauguration, les raisons de l’exécution de cet homme âgé, et les actes de vandalisme effectués sur la statue par les Nazis, soucieux d’effacer les traces de la guerre, comme le régime de Vichy qui a fait fondre certains monuments en bronze43. Ces monuments sont autant de preuves de la violence allemande à l’égard de civils, commémorés par les contemporains des victimes.

47Écrire l’histoire de la violence exercée par l’armée allemande sur les civils est possible en tenant compte du caractère éparpillé des sources, de leur partialité, des documents émanant des deux parties, malgré l’absence de témoignages substantiels sur certains faits dont on ignore les circonstances, comme des assassinats sans motifs connus. Les sources tels les récits donnent accès aux événements, à une forme de vérité. Faute de sources orales, on se contente d’anecdotes relatées aux auteurs et couchées sur le papier par ces derniers. Écrire une histoire dépassionnée et moins « francofrançaise » demande à l’historien de faire abstraction des sentiments des témoins, et de regarder les justifications éventuelles chez les Allemands, comme la prise en compte du contexte de la guerre, un siège qui s’éternise avec la crainte de revers infligés par des civils qui pourraient se soulever. L’absence de front localisé explique en partie les « dérapages » allemands.

48Les sources sur la violence allemande n’ont pas été examinées par les historiens qui préfèrent s’attarder sur les aspects politiques et diplomatiques de la guerre, rarement les exactions sont citées sinon pour dénigrer un adversaire jugé barbare, mais encore sans la moindre tentative d’explication de son comportement. En fait l’histoire de la violence de guerre se confond pendant longtemps avec l’histoire de la guerre elle-même, comme si les violences n’étaient que des actes banals inhérents aux guerres, des détails parmi les événements militaires.

49Dès lors une méthodologie particulière s’impose avec le croisement de toutes les sources existantes, manuscrites et imprimées, françaises et allemandes, sans oublier un travail de terrain. Tout est source et tout est complémentaire.

50Ainsi, une histoire totale et apaisée des violences de guerre de 1870 semble réalisable.

Notes

1 Frédéric Rousseau, Burghart Schmidt (dir), Les dérapages de la guerre du XVIe siècle à nos jours/Kriegsverbrechen vom 16. Jahrhundert bis zur Gegenwart, actes du colloque de Montpellier III, 2007, Hamburg, DOBU Verlag, 2009, pp. 9-11.

2 La consultation de dossiers des communes d’Île-de-France laisse apparaître des thèmes répétitifs, l’occupation se ressemble en maints endroits. Pourtant, on doit noter que ces questionnaires envoyés en janvier 1872 ont tendance à noircir le tableau car ils tombent en même temps que les problèmes d’indemnisation des dommages de guerre, certains font une surenchère de la souffrance, l’expression « notre ville/village est sans doute l’un de ceux qui eurent le plus à souffrir… », parfois les trois réponses sont identiques, les autorités s’arrangeant pour rendre un texte commun. D’autres dossiers sont incomplets et une seule réponse sur trois est parvenue au préfet. Ils sont donc d’une fiabilité élevée mais à nuancer. Archives départementales des Yvelines, sous-série 4 M 1 (fonds de la Préfecture de Versailles). Rien d’équivalent n’existe pour la Seine et la Seine-et-Marne.

3 Cf l’ouvrage de Gustave Desjardins, Tableau de la guerre des Allemands dans le département de Seine-et-Oise, Paris, Cerf, 1882, 1ère éd. 1873. Ce livre est un point de départ mais reste insuffisant, l’auteur ayant fait un choix d’événements, le format ne permet pas du reste de relater toute l’occupation. L’Annuaire de Seine-et-Oise de 1872 avait été le premier à publier des extraits de Desjardins.

4 Circulaire du 18 décembre 1871 adressée à chaque maire, curé et instituteur des communes de Seine-et-Oise, Recueil des actes administratifs de Seine-et-Oise, 1871, Archives communales de Palaiseau. Afin d’aider l’archiviste du département G. Desjardins, ils sont tous invités à remplir et retourner rapidement un questionnaire type demandant de relater les principaux événements de l’occupation. On les encourage à joindre tout document complémentaire : notes, mémoires, journaux, et manuscrits authentiques. Un livre sur la banlieue a été composé à partir de ces archives en dehors de sources privées : Arthur Hustin, Les Allemands à l’est de Paris, Paris, Librairie contemporaine, 1912.

5 Les violences sexuelles sont évacuées des récits quand elles ne sont pas évoquées discrètement.

6 Le service des étapes était chargé d’assurer les liaisons entre le front et les bases arrières, de faire parvenir courrier et ravitaillement, et de choisir des villes qui servaient de magasins généraux, de centres de cantonnements et de nœuds ferroviaires. Un réseau couvrait le secteur nord-est du pays, cf Major von Lingk, Souvenirs d’un commandant d’Étapes, Paris, Chapelot, 1909, éd. allemande. 1888.

7 Le 11 décembre, deux soldats prussiens arrêtés pour viols sont condamnés à mort à Montmorency, l’un se suicide pour échapper à la sentence, cf Auguste Rey, Journal et impressions du maire et du curé de Saint-Prix pendant la guerre, 1899, p. 177.

8 Emile Delerot, Versailles pendant l’occupation, Paris, Plon, 1873, rééd. 1900 ; J.-E. Dieuleveut, Versailles quartier général prussien, Paris, Lachaud, 1872 ; Ernest Jaime, Guerre de 1870, les Prussiens à Versailles et dans le département de Seine-et-Oise : protestations contre les assertions du « Moniteur officiel prussien », Paris, Lachaud, 1871 ; Noëlle Sauvee-Dauphin, « L’occupation prussienne à Versailles », in Levillain Philippe, Riemenschneider Rainer (dir), La guerre de 1870/71 et ses conséquences, Colloque historique franco-allemand, Bonn, Bouvier Verlag, 1990, p. 231-248 ; Paul Darblay (maire de Corbeil), Mes souvenirs, Paris, Chapelot, 1904 ; Adolphe De La Rue, Sous Paris pendant l’invasion, Paris, Furne, 1871, pour ne citer que les principales références.

9 Sur cet aspect nous renvoyons à notre article en ligne : « Expérience vécue de la souffrance dans les récits de la guerre de 1870 en Île-de-France », M@gm@ Revue en Sciences Humaines et Sociales, dossier Écritures de soi en souffrance, volume 8, 1/2010.

10 Voir l’excellent journal du maire de Sannois, très documenté : Pierre-Paul Retali, Occupation allemande de Sannois, Sannois, Bernard, 1903.

11 Ce que confirme tous les recoupements avec d’autres sources, aussi différentes soient-elles. Voir éventuellement Henri Le Brun, Cinq mois d’invasion aux environs de Paris, Paris, Lachaud, 1871. Il raconte les faits dans la région de Meulan, et explique qu’à Triel, le maire parvint à désamorcer les conflits, pp. 20-21.

12 Tel le notaire Émile Milliard, maire provisoire, dans son récit Souvenirs de l’invasion. Les Allemands à La Ferté-Alais, Paris, Pougin, 1871, qui écrit : « En me livrant à ce travail, je n’ai point d’autre prétention que celle de ne rien dire qui ne soit parfaitement exact. J’ai été dans la situation de voir par moi-même la plus grande partie des choses que je me propose de raconter, et c’est là assurément la meilleure garantie d’exactitude que je puisse offrir. 1er Juillet 1871 », p. 2. Autre témoignage, celui de Louis Rogeron, Provins pendant l’invasion 1870-1871, Provins, Vernant, 1886, pp. V-VI : « Bien que les événements qui se sont accomplis à Provins n’aient eu qu’une importance secondaire, il eût été regrettable qu’ils fussent perdus pour notre histoire locale […] Composé de notes prises au jour le jour, sous l’impression du moment, il est écrit avec sincérité ». Sur le positivisme, voir Guy Thuillier, Jean Tulard, Les écoles historiques, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 2506, 1993, pp. 18-31.

13 Victor-Adolphe Malte-Brun, Marcoussis, histoire d’une commune de Seine-et-Oise pendant l’invasion allemande, Paris, Challamel, 1871. Ce géographe y possédait une maison de campagne.

14 Sur ces notions de violences de guerre en général, voir Frédéric Rousseau, Burghart Schmidt (dir), Les Dérapages de la Guerre du XVIe siècle à nos jours/Kriegsverbrechen vom 16. Jahrhundert bis zur Gegenwart, op. cit., pp. 7-16 ; sur la notion de crime de guerre, voir l’article de Stephan Steiner, « Ein vergessenes Kapitel europäischer Gewaltgeschichte. Deportationen im Habsburgerreich der Frühen Neuzeit im Kontext (1730) », pp. 75-84. Il étudie la qualification des déportations dans l’empire Habsbourg à l’Époque Moderne, en tant que crime contre l’humanité. Si des tortures ont été commises en 1870, elles n’ont pas été systématiques mais méritent d’être notées : souvent des simulacres d’exécutions, des menaces de mort, des tortures morales pour des « suspects » mis au secret et privés d’aliments. Rien de comparable avec le cas de la guerre d’Algérie, cf. Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Paris, Gallimard, 2001. Une étude qui a fait date.

15 François ROTH, La guerre de 70, Paris, Fayard, 1990, pp. 698-708.

16 Docteur Louis Fleury, Occupation et bataille de Villiers-sur-Marne et du Plessis Lalande, Paris, Lacroix, 1871, pp. 185-258. Ses conclusions sont une forme de réquisitoire contre les méthodes de guerre allemandes et la neutralité coupable de l’Europe. Il n’est pas le seul, un auteur anonyme qui a fait un voyage dans le département pour rendre compte des faits de guerre, conclut en appelant à la revanche à travers le relèvement moral, cf. Les Allemands en France, huit jours dans la Seine-et-Oise, Paris, Librairie générale, 1872, pp. 103-106.

17 Voir la correspondance diplomatique entre Chaudordy, délégué aux Affaires Étrangères, et Jules Favre, son ministre de tutelle, avec les ambassadeurs européens, in Jules Valfrey, Histoire de la diplomatie du gouvernement de la Défense nationale, tome 3, Paris, Amyot, 1872, pp. 268-329.

18 Le livre de Monin sur Saint-Denis était remis en prix aux écoliers en 1912, cf. Hippolyte Monin, Histoire du Siège et de l’occupation de Saint-Denis par les Allemands en 1870-71, Saint-Denis, Bouillant, 1911, de même que celui d’Eugène Seinguerlet, Propos de table du comte de Bismarck pendant la campagne de France, Paris, Dreyfous, 1879, 3è éd. Des titres sont destinés aux enfants ou aux jeunes comme la brochure anonyme Le dernier jour d’un soldat français à Orly sous les murs de Paris, Pau, Menetière, 1878, pp. 3-4 ; chez Delerot « Dédié aux élèves de nos écoles, pour qu’ils n’oublient pas », page de garde, éd. de 1900 ; la notice anonyme sur Saint-Chéron est claire quant à ses destinataires : « Ce petit livre est destiné à faire connaître à nos jeunes compatriotes présents et futurs les tristes événements qui se sont accomplis chez eux pendant la guerre des Prussiens contre la France », cf Notice historique sur l’occupation prussienne de Saint-Chéron, Paris, Dupont, 1872, p. 1. Dès la fin de la guerre commence l’esprit de revanche.

19 De nombreuses cartes postales anciennes, des années 1900-1920, présentent des monuments entretenus, fleuris par les municipalités, la Ligue des Patriotes de Paul Déroulède, les associations d’anciens combattants. Nous possédons de telles cartes dont les plus courantes sont l’ossuaire de Champigny, le monument de Buzenval, de Neuilly-Plaisance (Avron), etc.

20 Parmi les travaux du XXe siècle, on peut citer Jacques Desmarest, La Défense nationale, Paris, Flammarion, 1949 ; le numéro spécial de la Revue Historique de l’Armée, n° 1/1971, 27è année ; le livre de Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, Colin, 1989 ; François Roth, op. cit., 1990 ; Pierre Milza, « L’année terrible », la guerre franco-prussienne, septembre 1870-mars 1871, Paris, Perrin, 2009. Des éditions de sources sont à signaler comme celle de Jean-François Lecaillon, Été 1870. La guerre racontée par les soldats, Paris, Giovanangeli, 2002 : extraits de lettres, récits publiés et archives du SHD de Vincennes.

21 Cf Les Allemands en France …, op. cit., pp. 63-64 ; Dieuleveut, op. cit., p. 174. Suite à un coup de feu qui aurait été tiré et qui valut à Saint-Arnoult une amende, sous prétexte de chercher de l’argent caché, les Allemands déshabillèrent des femmes et se seraient livrés à des actes jugés indécents. On n’en sait pas plus.

22 Dans les villes où nous étions, en Essonne, dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, les Délibérations du conseil municipal sont une source de référence, quand elles ont été enregistrées sur la période ; en cas d’interruption, les séances de l’après-guerre évoquent tous les problèmes de l’occupation : indemnisations, tombes militaires, réparations. C’est parfois l’unique document qui parle de la guerre de 1870-1871.

23 Ces dossiers sont classés en séries O ou R, soit administrations communales soit affaires militaires. Ils sont rangés par communes et par ordre alphabétique des habitants aux Archives départementales des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, les Archives de Paris conservent des dossiers de l’ancien département de la Seine, les Archives départementales des Yvelines n’ont gardé que quelques dossiers de l’ex Seine-et-Oise. En série U (Justice), on trouve mention de procès entre des particuliers et des communes concernant le remboursement de réquisitions. Des procédures ont parfois traîné sur dix années.

24 Voir notamment ceux du commissaire central de Versailles conservés aux Archives communales de cette ville, siège du Grand État-Major.

25 John Horne, Alan Kramer, 1914. Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005. pp. 601-602.

26 En 1866, les Prussiens ont arrêté la guerre après Sadowa, notamment en raison du déclenchement d’une épidémie de choléra parmi les soldats, aggravant leurs pertes.

27 Noëlle Sauvee-Dauphin, art. cit., pp. 239-240.

28 Voir la réédition du Moniteur par Georges d’Heylli, Le Moniteur prussien de Versailles, Paris, L. Beauvais, 1871, 2 tomes ; Adolphe de La Rue, op. cit., p. 475.

29 Adolphe de La Rue, op. cit., pp. 209-214. Il n’est pas excessif de parler comme l’auteur de « cadavres ambulants » pour désigner les requis malgré eux. Nombreux sont les décès comme dans les villages de Seine-et-Marne, cf. Adolphe Besoul, Recherches historiques sur Favières-en-Brie pendant l’invasion de 1870-1871, Meulun, Drosne, 1891, pp. 8-9.

30 Epinay-sur-Orge, Monographie de l’instituteur, 1900, Archives départementales de l’Essonne ; Paul Darblay, op. cit., p. 65 ; Notes du maire d’Epinay-sur-Orge, 15 février 1872, Archives départementales des Yvelines, 4 M1 86 ; Acte de décès, 1873, Archives communales d’Epinay-sur-Orge. Au cimetière, il a son monument, un obélisque, que j’ai vu en 2006.

31 Victore-Adolphe Malte-Brun, op. cit., pp. 13-15.

32 Henri Germain, Marcoussis, le réveil de son histoire et monographie, Marcoussis, 1973, pp. 215-216. Il tient ce récit du protagoniste qui le raconta maintes fois lorsqu’il était très âgé. Grâce à de tels témoignages transmis, le travail de Malte-Brun est enrichi, et les anecdotes deviennent plus intelligibles.

33 Wladimir d’Ormesson, La Ville et les champs, Paris, Fayard, 1958, pp. 76-79.

34 Jean-Noël Plichon, Émilie ou la vie de château, chez l’auteur, 1989, en particulier les lettres d’Émilie Guérin de février 1871, pp. 165-171.

35 Sur le traumatisme de la défaite, cf. Ouriel Reshef, Guerre, mythes et caricature, Paris, Presses de la FNSP, 1984.

36 Anton von Werner, Erlebnisse und Eindrücke, 1870-1890, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, Königliche Hofbuchhandlung, 1913, p. 13.

37 Cf. Oskar LEIBIG, Erlebnisse eines freiwilligen Jägers im Feldzuge 1870-71, Nördlingen, Ch. Beck, 1887, 2è éd. 1889, pp. 105-106 ; Auguste Panthier, La guerre de 1870 à Sceaux, Le Puy, Imp. Hte Loire, 1930, p. 16. Ce dernier a été le premier à découvrir cet épisode dans le récit allemand.

38 Gustave Desjardins, op. cit., pp. 9-10, 62 ; Baron Ernouf, Histoire des chemins de fer français pendant la guerre franco-prussienne, Paris, Librairie Générale, 1874, pp. 250-253 ; Edmond Neukomm, Les Prussiens devant Paris d’après des documents allemands, Paris, Librairie de la Société des Gens de Lettres, 1874, pp. 35-36 ; P. de Pardiellan (éd.), Chevauchées prussiennes, journaux de guerre d’officiers allemands, cf. fragment du journal d’un officier de cavalerie, Paris, Dentu, s.d., pp. 38-40.

39 Cf. Moritz Busch, Le Comte de Bismarck et sa suite pendant la guerre de France, Paris, Dentu, 3è éd. 1879.

40 J.-E. Dieuleveut, op. cit., p. 171 ; Docteur Bourdereau, L’Hospice Brézin à Garches pendant l’occupation allemande, Paris, Debons, 1879, pp. 21-22. À noter quelques contradictions entre les deux récits tels qu’ils sont relatés, même s’ils se complètent, l’un donnant le nom, l’autre la profession des victimes. Nous avons photographié la tombe Froidure en 2006 : l’enfant s’appelait Henri Froidure (1861-1935).

41 Cf. Abbé Bonnin, Ablon-sur-Seine, Recherches historiques, Paris, Lecène, Oudin et Cie, 1890, pp. 106-107 ; Jean Delarue et alii, Histoire de la ville d’Orly, publiée par la municipalité, Paris-Miribel, 1980, p. 161 ; enfin un titre anonyme, Le Dernier Jour d’un soldat français à Orly, sous les murs de Paris (3 janvier 1871), op. cit ; Registre des Délibérations, séance du 17 novembre 1872, Archives communales d’Orly, 1 Mi 1205. Le conseil municipal émet le vœu qu’une inscription soit gravée sur le monument funèbre pour le souvenir de ce sacrifice. Une rue porte son nom avec la plaque « en souvenir du héros fusillé ici par les Prussiens en 1871 ». Quant à la tombe, elle est surmontée d’une plaque « centième anniversaire hommage de la municipalité » posée en 1971 sous le mandat de Gaston Viens, qui avait fait rénover la tombe sachant qu’elle avait un intérêt (entretien oral de janvier 2009).

42 Gustave Desjardins, op. cit., p. 131. C’est par délibération du 29 juin 1888 que le conseil municipal décida de baptiser une rue du nom de Louis Foury tué le 19 septembre 1870. Cf. Henri Moreau, Sèvres, rues et lieux-dits, s.l., Maury, 1989, article « Rue Foury ».

43 La plaque principale précise que François Debergue, 60 ans, a été fusillé à cette place le 27 septembre 1870 pour avoir coupé trois fois le télégraphe prussien. La statue, offerte par une artiste, a été érigée en mai 1923 sur décision de la municipalité. Une second plaque indique que la statue fut mutilée et déboulonnée lors de la Seconde Guerre mondiale et qu’elle a été restaurée et replacée en 1958 par la ville de Bougival (d’après photos faites en 2009). Des érudits locaux conservent de la documentation sur le monument, devant lequel une gerbe est déposée chaque année en septembre.

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine à Paris IV Sorbonne, Membre du GETM. Centre Alberto Benveniste.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540