Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Violences physiques et violences verbales : le « prêtre criminel » d’après les archives ecclésiastiques du diocèse de Gênes

Elena Taddia

Texte intégral

  • 1 Mercier Dupaty, Lettres sur l’Italie en 1785. Première partie, à Paris, chez Desenne-Maradon, 1797, (...)

« Il y a tant de libertinage à Gênes,
qu’il n’y a pas de filles publiques ;
tant de prêtres, qu’il n’y a point de religion »1

1. Sources judiciaires et justice ecclésiastique

  • 2 La République de Gênes, correspondait grosso modo à l’actuelle Ligurie.

1Mon propos est d’analyser une série d’exemples et de problématiques liés à la figure du « prêtre criminel » dans la République de Gênes à l’époque moderne2.

  • 3 Selon l’étude de Felloni, en 1777, sur l’ensemble de la République, les paroisses étaient au nombre (...)

2Les sources exploitées se trouvent dans le fonds Criminalium des Archives historiques du diocèse de Gênes. Ce fonds contient la documentation qui concerne uniquement le territoire du diocèse de Gênes par rapport à la surface plus étendue de la République (Cf. carte)3. Contrairement aux archives laïques (Archivio di Stato), ce fonds, que j’ai analysé pour la période allant de 1569 à 1747, c’est-à-dire environ 70 % des 135 liasses présentes, couvre totalement et sans interruption la période étudiée, permettant ainsi d’établir une considérable continuité spatio-temporelle.

3À partir de la Contre-Réforme, l’Église institua un système de contrôle des consciences dans le domaine de la justice criminelle et cette politique est bien visible dans les fonds des archives diocésaines italiennes qui sont consultables. Bien que l’Église ait eu la charge de soigner les consciences, la cura animarum, elle n’avait pas une véritable autorité en matière criminelle. Le for ecclésiastique était compétent pour les délits de for mixte lorsqu’un ecclésiastique était impliqué dans une affaire criminelle ; de même que les séculiers, ils pouvaient faire l’objet d’une enquête de la part de la cour ecclésiastique, par la « police des mœurs » de l’archevêque. Il faut préciser que les Archives historiques du diocèse de Gênes ne gardent pas la documentation de l’Inquisition génoise, qui était d’ailleurs indépendante de la justice ecclésiastique ordinaire.

  • 4 Cf. Dictionnaire de Droit Canonique, Paris, Letouzey, 1965, tome VII.
  • 5 Cf. Turchini Angelo, « Officiali ecclesiastici fra centro e periferia. A proposito dei vicari foran (...)

4Au sommet du tribunal ecclésiastique se trouve le vicaire général pour les procès criminels, il est l’héritier de l’évêque dans son rôle médiéval de juge et maître d’une juridiction. Depuis le Concile de Trente (sess. XXIV, De Reform.), les vicaires forains sont compétents dans les procès matrimoniaux et criminels. Nommé par l’évêque, le vicaire peut être curé et recteur d’une église paroissiale tandis que le vicaire général est l’auxiliaire de l’évêque4. Les vicaires forains sont au niveau le plus bas, ce sont les représentants de l’évêque dans les périphéries. C’est un système construit comme une toile d’araignée ; les vicaires soignent les âmes (ce sont toujours des prêtres), ils s’occupent des « délits privilégiés », des constitutions provinciales et diocésaines et ils vérifient sur le terrain les mœurs et le zèle du clergé et font ensuite leur rapport à l’évêque5. Le vicaire forain, selon l’archevêque de Milan Charles Borromée, a le pouvoir de punir et de découvrir ce qui se passe autour de lui. Le vicaire général, de plus, donne aux forains le droit d’absolution des « délits privilégiés » y compris les homicidi voluntarii. En général, une armée archiépiscopale l’assiste, six officiers sous Charles Borromée, et il existe des prisons dans l’archidiocèse, où des laïques et des ecclésiastiques sont enfermés, souvent pour être transférés ensuite au bras séculier de l’État.

  • 6 Allard Albéric, Histoire de la justice criminelle au XVIe siècle, Paris, Durand et Lauriel, 1868, p (...)

5Mais comment l’Église surveillait-elle le clergé et mettait-elle un frein aux violences et aux intempérances ? Dans les actes classés comme criminalia il y a les « délits privilégiés », parmi lesquels l’homicide (y compris l’infanticide), l’adultère et l’hérésie. Ces casus reservati varient de diocèse en diocèse et sont « tous les méfaits qui n’étaient pas exceptés de la règle générale à raison de leur atrocité »6 ; ils ont permis aux évêques et aux prêtres, au travers du pouvoir des décrets du Concile de Trente, de procéder par voie légale et policière contre les pécheurs, par le biais des châtiments tels que les pénitences, les amendes ou les exils. Le tribunal ecclésiastique n’est pas un tribunal ordinaire en effet c’est un tribunal qui soigne l’âme et les consciences et non un tribunal ordinaire. Ces décrets ont également donné aux officiers de l’Eglise le droit de commuer les pénitences de peines publiques en peines secrètes.

  • 7 Voir le recueil : Puncuh Dino (a cura di), Il cammino della Chiesa genovese dalle origini ai nostri (...)

6A Gênes, la Contre-Réforme s’installa avec difficulté et lenteur sous l’archevêque Stefano Durazzo (1593-1667), surnommé « le Borromée Génois », fils d’un doge de la République, élu en 1635. Pendant cette période historique particulièrement difficile, se met en place, en 29 ans, le séminaire diocésain pour former le clergé ; pour la première fois et bien tardivement, nous remarquons qu’on applique les canons du Concile de Trente7. En 1643, l’archevêque convoque un synode diocésain qui contient une liste de onze « délits privilégiés » dont les sept premiers concernent des pratiques liées aux mœurs, à la sexualité et à la violence que nous retrouvons souvent dans les fonds d’archives génois :

  1. Blasphemia haereticalis

  2. Omnes, et quaecumque superstitiones, cum expressa daemonis invocatione, vel cum Sacramentorum, aut sacramentalium abusu

  3. Homicidium voluntarium, non tantum quoad committentes, sed etiam quoad mandantes, et consulentes, et quomodolibet cooperantes effectu sequuto

  4. Procuratio abortus, foetu animato, et effectu sequuto

  5. Oppressio infantis, sive proprii, sive alieni, facta in lecto, infra aetatem unius anni

  6. Vitium sodomiticum ex consuetudine, etiam cum foemina ; crimen bestialitatis, copula carnalis cum persona infideli ; violenta virgini stupratio

    • 8 Synodi Diocesanae et Provinciales editae atque ineditae S. Genuensis Ecclesiae accedunt Acta et Dec (...)

    Incestus in primo, vel secundo consanguinitatis gradu, et in primo affinitatis, vel spiritualis cognationis, vel cum persona, quam in sacramentali confessione quis audivit8.

2. Violences

7Le prêtre, d’après le Concile de Trente, contrevenant aux règles strictes de la pastorale, qui côtoie des femmes et agit comme un séculier, transgresse souvent les limites imposées par son appartenance à l’Eglise. On trouve ainsi dans ces archives des violences à l’égard de ses ennemis, des femmes, et aussi des enfants. La violence, à Gênes, se déroule dans la rue, souvent la nuit, elle peut être physique mais aussi verbale. Ces prêtres bandits, fomenteurs de rixes, étaient souvent blessés à leur tour après une embuscade. Malgré cela, l’ecclésiastique génois, contrairement à ses victimes, semble pouvoir échapper facilement aux conséquences de sa propre violence.

2. 1 Corps

8Voyons quelques exemples directs de violence.

  • 9 ASDG (Archivio Storico Diocesano), Crim., fz. 408.
  • 10 Sur le témoignage détaillé d’une femme victime d’une violence devant un juge à Gênes voir Elena Tad (...)
  • 11 Pour une étude sur les bonnes de curés à Sienne, cf. Oscar Di Simplicio, « Le perpetue. (Stato Sene (...)
  • 12 Comment et par quelle juridiction doivent être punis les avortements et les infanticides commis par (...)

9Le 17 octobre 1675, dans un bois du Capitanat génois de Rivarolo, deux villageois retrouvent le cadavre d’un nouveau-né. La vox populi montre du doigt Angelica Picaluga, engrossée par le Révérend Giuseppe Fabiano, lequel, dit-on, l’a faite avorter plusieurs fois9. Dans le témoignage fait par Angelica peu après devant le vicaire général – le témoignage de la femme représente déjà un fait assez rare dans les archives génoises – 10 celle-ci, qui se définit elle-même comme très pauvre, poveretta, raconte qu’elle allait chez le Père Fabiano pour travailler comme bonne11, mais un jour il la prît violemment dans l’étable (« hebbi da far seco nella stalla dove mi fece assai male ») et elle cria, tant la douleur était forte, mais personne ne pouvait l’entendre. Les rapports charnels continuent jusqu’au jour où Angelica s’aperçoit qu’elle n’a plus ses règles (« mi accorsi che mi mancavano le mie purghe »). Le Père Fabiano, mis au courant, décide alors qu’il faut agir avec des remèdes, des poudres dans le vin ou dans le bouillon et pour cela il sera banni du diocèse et de la ville de Gênes pendant trois ans et condamné à cinquante livres d’amende12. Mais le dossier de Fabiano conservé dans les archives inclut aussi sa lettre de demande de rémission envoyée de Rome – probablement son lieu d’exil volontaire à l’archevêque – et écrite à la troisième personne peu de jours après la sentence, ce qui pourrait expliquer sa condamnation par contumace. Fabiano résume l’évolution des événements en ajoutant des détails que l’enquête n’avait pas révélés – dont un coup de pistolet qu’il aurait tiré deux ans auparavant et d’autres épisodes liés aux vengeances de la communauté – et supplie, en se déclarant innocent, s’apitoyant sur son pénible état, « les larmes aux yeux », l’archevêque de lui accorder sa grâce. L’a-t-il obtenue ? Les documents sont muets, et cette lettre est la dernière trace de cette intrigue dans le dossier.

  • 13 Au début du XVIIIe siècle, un édit du diocèse génois plusieurs fois renouvelé, impose en effet l’in (...)
  • 14 Ottavia Niccoli, Storie di ogni giorno in una città del Seicento, Roma-Bari, Laterza « Robinson Let (...)
  • 15 En italien « storpio, ignorante, pubblico sonatore di timpano ; lascivo e bigamo ». Dans ASDG, Crim(...)

10Comme ce cas le prouve, les ecclésiastiques, pour des raisons « environnementales » ont été facilement exposés à certains comportements sexuels plus ou moins déviants, y compris la sodomie. La sexualité, la tentation diabolique ou le simple désir d’avoir une femme près de soi, tout ceci soulève la question de savoir comment ces hommes répondaient à leurs pulsions corporelles ; c’est l’un des sujets les plus sensibles dans ces dossiers criminels. Les modalités de la séduction sont variées. Certains religieux approchent les jeunes femmes à cause de leur pauvreté, par exemple en leur offrant du pain ou des vêtements en échange d’un rapport sexuel obtenu par la force, rapport qui se consomme normalement dans la chambre même du prêtre. Les descriptions des viols se ressemblent : bouche fermée de sorte qu’elle ne crie pas, satisfaction rapide de ses envies à lui, et une petite récompense pour assurer le silence de la victime. Généralement, ces jeunes femmes malgré la violence – telle que nous la percevons – restent au service du curé, et de temps en temps cette étrange liaison se transforme en concubinage13. On remarque, et cette thèse semble confirmée par O. Niccoli d’après l’analyse de plusieurs procès-verbaux à Bologne au XVIIe siècle, comment la violence initiale n’empêche pas le début d’un lien affectif14. La découverte d’une grossesse et son achèvement vient évidemment compliquer la vie de ces hommes et de ces femmes, protagonistes de ces histoires qui seraient oubliées. Il en découle ainsi un autre type de violence : l’infanticide, ou l’avortement, parfois manqué, parfois réussi, mais dénoncé par les mauvaises langues du village, les ennemis des religieux, les paroissiens. Par exemple, en 1718, une dénonciation est portée contre un clerc, Michele Longinato qui, selon ses accusateurs, est « estropié, lascif et bigame » et sonne « publiquement le tympan »15, mais qui a aussi violé Maria, et dont l’enfant, né de cette liaison, aurait subi une violence extrême, enterré, dit-on, par Longinato, vivant et sans baptême…

  • 16 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand (...)
  • 17 Osvaldo Raggio, « Parentele, fazioni e banditi : la Val Fontanabuona tra Cinque e Seicento », Ortal (...)
  • 18 ASDG, Crim., fz. 353.
  • 19 ASDG, Crim., fz. 448, Lettera del popolo di Castiglione 23 febraro 1732.

11Dans le territoire du diocèse de Gênes, les violences ont lieu en ville mais aussi dans l’arrière-pays. L’arrière-pays génois c’est la montagne, comme écrit F. Braudel « ce monde perché, hérissé de remparts, avec ses rares maisons et ses hameaux »16. Ici, comme en Corse, les religieux, dans l’isolement des montagnes, mais aussi dans les petits bourgs marins du littoral, peinent à suivre les ordonnances de l’archevêque, les échos de la pastorale milanaise sont lointains et le territoire est souvent celui de l’anéantissement. Le tissu social et rural se rassemble autour de la paroisse, les ecclésiastiques côtoient les commerçants, les notaires et les nobles, souvent protecteurs des banditi qui infestent les vallées de l’arrière pays17. L’une des régions les plus souvent mentionnées dans les archives est celle de Castiglione dans l’arrière-pays de Chiavari, dont le podestariat comptait 820 habitants en 1700. La tension est forte. Là-bas les prêtres, comme l’écrivent vers 1630 les paroissiens de ce petit village dans une lettre collective de dénonciation adressée à l’archevêque, ressemblent plus à des séculiers et à des soldats qu’à des religieux : « sembrano più seculari e soldati che religiosi »18. En 1732 les choses n’ont pas l’air d’avoir changé. Une lettre anonyme atteste encore du mécontentement des habitants de la « malheureuse église » de Castiglione qui sont persécutés par les ambitions des ecclésiastiques, ce qui peut mener, selon les paroissiens, à la « chute de la maison de Dieu »19.

  • 20 ASDG, Crim., fz. 392, Lettera, Genova 22 novembre 1656, Francesco Salabello [?] Vic. Gen. le. Très (...)

12L’arrière-pays met en relief aussi un mélange de passions et de haines au sein des familles de ces petites communautés montagnardes. Le père Giovanni Rebuzzi de Frassinello, âgé de 38 ans, se retrouve incarcéré dans les prisons du for laïc en octobre 1656, annus horribilis car c’est le début de la dernière épidémie de peste. La raison de sa détention est une bagarre, una briga, avec ses frères, suite à quoi il a été capturé par les famegli (sbires) du podestat. Giovanni réclame sa part d’héritage paternel mais la réaction est violente et, selon la déposition rendue par le Révérend, l’un de ses frères lança une pierre contre lui et ensuite on le malmena, cependant il admet avoir répondu avec un couteau en blessant un de ses frères dans le dos. Mais l’enquête ne s’arrête pas là : le père Rebuzzi a acheté des médicaments et des sirops. Le témoignage de l’épicier chez qui il se sert révèle qu’il était très mélancolique à cause d’une femme – Benedetta – qu’il avait engrossée et qu’il voulait faire avorter. C’est enfin un rapport du vicaire général qui nous informe clairement sur les événements qui dérangent tant le for ecclésiastique. Ce ne sont pas tant les violences familiales qui gênent, mais la liaison entre ce prêtre et Benedetta, cette femme étant la veuve de l’un de ses frères, cette liaison est considérée comme incestueuse20.

  • 21 ASDG, Crim., fz. 440.

13Dans un autre copieux dossier se trouve le procès pour infanticide le mieux documenté que j’ai trouvé dans ces archives. Il se déroula à Lavagna sur le littoral, près de Chiavari, en 1722. Parmi les protagonistes de cette histoire, où une violence extrême se développe à plusieurs échelles, on trouve le révérend Matteo Castagnola, qui a, comme le déclare un témoin, une très mauvaise réputation, et Cecilia, sa maîtresse, servante et mère d’une petite fille qui sera tuée. Le révérend Matteo aurait obligé un certain Francesco Castelletto, en le menaçant avec des bâtons, de prendre l’enfant qui se trouvait sur le lit de Cecilia et de le jeter dans un vivier. Comme il le relate lui-même dans son témoignage, Casteletto se rendit chez Cecilia qui était au lit avec la petite fille nue et qui avait le « nombril dehors », il prît entre ses mains ladite créature et l’emmena vers la citerne – elle ne pleurait pas car elle avait dans la bouche un chiffon pour ne pas qu’on l’entende pleurer – mais elle était bien vivante car elle bougeait les jambes… Pendant son interrogatoire, Casteletto déclare aussi que Cecilia lui ordonna de faire « ce que le Père Matteo [m’] avait dit »21. Cecilia fuit la nuit-même, accompagnée par Casteletto tandis que le révérend partira à Venise avec son frère, ecclésiastique lui aussi, pour retourner, impuni, chez lui, pardonné par l’archevêque, un an après. (Cf. illustration).

2.2. Mots

  • 22 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, traduit de l’italien (...)

14La violence, l’impetus, est aussi liée à la parole. La violence verbale nous ramène directement aux sept péchés capitaux22 dont la colère qui était considérée, au Moyen Âge, comme l’une des fautes les plus graves. La colère suscite déjà dans le monde grec et latin, et ensuite au Moyen Âge – avec saint Thomas en premier lieu – des réflexions chez les philosophes. La colère est aussi une maladie de l’âme, et correspond à la passion et à l’irascibilité. Enfin, elle peut être aussi la colère de Dieu. Elle peut avoir une force destructrice et on en retrouve des épisodes dans la Bible comme dans les Évangiles ; elle est liée à la parole et à la communication au travers des insultes et des menaces. La colère est en somme le « vice principal », matrice à la fois de toute une série de fautes : les rixes, les insultes, les hurlements, les blasphèmes, la vengeance, l’homicide. C’est le pain quotidien de nombreux prêtres génois à cette époque.

  • 23 Trevor Dean, « Gender and insult in an Italian city : Bologna in the later Middle Ages », Social Hi (...)
  • 24 Peter Burke, The historical anthropology of early modern Italy : essays on perception and communica (...)
  • 25 Elisabeth Horodowich A., Language and Statecraft in early modern Venice, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 26 À Gênes nous trouvons les traces de la violence verbale dans la codification de la loi. Les Statuti (...)

15Le langage violent, par conséquent, apparaît aussi dans les sources judiciaires, où il n’est pas rare de retrouver des insultes et des épithètes contre l’ennemi. Un certain nombre d’historiens a analysé l’insulte et la violence verbale dans l’Italie médiévale et moderne à travers le langage provenant du bas : cette violence semble être plutôt masculine et une différence de codes de la violence verbale et physique entre les hommes et les femmes a été constatée23. Ces études s’appuient sur des paradigmes correspondant aux modèles de Peter Burke24, où l’insulte est interprétée comme un acte de communication violente et directe, soit vers un individu, soit vers un groupe ou une institution. Ainsi, on a mis en évidence le rôle de la place publique, des rixes près du port, de la foule, de la « café society » dans une ville portuaire comme Gênes, et la ritualisation de la violence dans un contexte à haute urbanisation où l’interprétation des formes d’abus et de violence verbale non conventionnelles peut être aussi fonctionnelle à l’État, à la constitution de son identité25 et au droit citoyen26.

2. 3. « Essere assaliti dalle parole : le cas de Dominico Bertoni »27

  • 27 Traduction littérale « être assaillis par les mots ».

16Peut-on de cette façon saisir une caractéristique originale dans le langage violent chez l’ecclésiastique ? Comment réunir les différentes formes sous lesquelles se manifeste la violence physique et verbale chez l’ecclésiastique en un seul exemple ? Un homme semble bien incarner ces modèles avec, toutefois, ses spécificités originales : Dominico Bertoni, un ecclésiastique qui a laissé d’abondantes traces entre 1599 et 1624.

  • 28 ASDG, Crim., fz. 338.
  • 29 Sur ce personnage voir : Elena Taddia « Histoire d’archives. Une célébrité douteuse à Gênes au XVIe(...)

17La raison pour laquelle Dominico Bertoni est resté dans les annales des Archives historiques du diocèse de Gênes remonte à un procès qui avait été intenté contre lui en 1599 par le vicaire général du for ecclésiastique génois28. Le père Dominico avait défié le pouvoir refusant de faire la révérence à son abbé chef et aux autres prêtres de San Matteo, son église. La haine entre l’abbé et le prêtre Dominico est violente. Dominico se distingue par son tempérament coléreux. Au fil du temps, la parole colérique, écrite comme dite, aussi bien que son arquebuse, se révéleront ses armes de provocation. Dominico a été interrogé à plusieurs reprises par le vicaire général. Il répond, ferme et diligent, à toutes les questions. On lui reproche de ne pas pratiquer suffisamment la confession, et il objecte qu’il peut dire de mémoire son bréviaire, même en prison. Douze témoins, un laïc – le titulaire de la taverne qu’il fréquentait – et onze ecclésiastiques, témoignent contre lui. Il est accusé d’avoir jeté un candélabre contre l’abbé dans la sacristie, de sortir la nuit, de rentrer tard quand le cloître est déjà fermé, de manger et boire avec des séculiers, de passer la nuit avec des filles publiques, de jouer de la guitare et du luth, de chanter à haute voix accompagné d’un musicien, de ne pas porter le surplis. D’être, en somme, plutôt un soldat qu’un religieux – phrase récurrente comme nous avons vu auparavant dans une lettre de dénonciation – et d’avoir acheté une arquebuse et de la poudre pour les envoyer à son frère et enfin d’avoir, comme il l’avoue lui-même, des ennemis29. L’inventaire, rédigé par un notaire, des objets trouvés dans sa chambre au moment de son arrestation rassemble aussi bien des objets de son quotidien, qu’un vrai arsenal d’armes et de nombreux écrits :

  • 30 La traduction en français d’une partie des textes de Dominico Bertoni se trouve dans : Elena Taddia(...)

En premier une arquebuse longue suspendue dans cette chambre à un clou
Puis un pistolet court avec une crosse travaillée en os, sans barillet, chargé de poudre, long d’un empan et de deux doigts
Puis un autre pistolet court d’un empan sans barillet
Puis une petite épée suspendue à un clou
Puis une paire de cartes à jouer
Puis dans dix chemises des papiers écrits, en partie constituées de lettres, à première vue des lettres d’amour et des sonnets également d’amour
et enveloppés dans du papier les livres du dit prêtre Domenico
Puis une barbe blanche postiche
Puis une paire de chaussettes de soie…30.

  • 31 Au moins jusqu’en 1625, lorsque je perds ses traces dans les archives paroissiales de cette petite (...)

18Quelques jours avant la libération de Dominico un homme illustre qui avait fait de la parole son arme de combat, Giordano Bruno, avait été condamné au bûcher à Rome. Dominico, quant à lui, six mois après son arrestation – il sera libéré en février 1600 – est gracié mais paye peut-être sa véhémence par son éloignement de la capitale et retourne à son office de prêtre dans l’arrière-pays, probablement jusqu’à la fin de ses jours, près de son village natal, à San Giorgio de Castello, le pays qu’il avait quitté bien des années auparavant31.

19J’ai retrouvé Dominico en 1612 dans une autre liasse du même fonds criminel, protagoniste d’une autre enquête liée à la violence. Cette fois il s’agit d’une rixe, fomentée par Dominico et ses compagnons qu’il dirigeait comme un chef de clan, contre leurs ennemis jurés. Il est accusé par le vicaire forain d’être violent et de fomenter les vengeances, de mépriser publiquement ses ennemis et d’importuner les plus vertueuses femmes du village. Les faits qui déclenchent l’enquête se déroulent une nuit sur la place devant l’église de San Giorgio, et débutent avec des échanges d’insultes avec Sebastiano Gianello et son clan, ses ennemis depuis longtemps. L’ecclésiastique ouvre le feu le premier, mais son arquebuse ne tire pas et son neveu Oberto ouvre le feu à son tour pour le défendre. Dominico est blessé à l’épaule gauche et rentre chez lui. Gianello, le lendemain, dépose une plainte (« sporge querella ») contre Dominico mais l’enquête, qui se présente pourtant longue et avec de nombreux témoins, se terminera encore sans aucune accusation à sa charge.

  • 32 Elena Taddia « Histoire… cit », p. 84.
  • 33 Sur l’usage de ces mots cf. Dizionanario letterario del lessico amoroso. Metafore eufemismi trivial (...)

20Dominico, au-delà des enquêtes dont il est le protagoniste, a laissé aussi un vif témoignage dans ses écrits : un recueil de lettres d’amour, des sonnets érotiques, des poèmes, à côté de simples reçus de sa vie ordinaire de prêtre. Dans ses poèmes, il utilise le répertoire du langage licencieux parfois même scatologique – ce qui représente déjà un acte violent à l’égard de l’ennemi souvent visé dans ses écrits et du lecteur aussi – utilisant des métaphores de l’appareil génital masculin et féminin, du langage ordurier jusqu’aux images hardies suivant le modèle de l’Arétin. On remarque, en effet, une correspondance entre la violence dans ses écrits et celle de sa langue parlée, par exemple avec l’emploi des mêmes mots voués à disqualifier l’ennemi. Dominico est un homme tiraillé entre deux mondes au tournant de la modernité : avant et après la Contre-Réforme et, en tant que prêtre, il transgresse - à travers l’emploi de la violence - les codes qui lui sont imposés. Il répète sans cesse le terme becco fottuto en particulier, une variante de coglione fottuto qui se rapporte aussi à la satire, non pas seulement dans ses écrits contre ses ennemis, mais aussi pour les insulter sur la place, devant son église lors de la rixe de 1612. Becco fottuto, en effet, « est une figure rhétorique très courante au XVIe siècle, exactement comme fesso et asino en langage familier aujourd’hui, con/corniaud et âne en français [aussi bien qu’] une expression très répandue chez les gens de lettres autant que dans l’ensemble de la population génoise »32. Mais d’autres formes d’insultes sortent de sa bouche : gallo (coq), lié à la métaphore du sexe masculin en tant qu’oiseau ou asino (âne), également lié au langage sexuel et associé à la luxure et au mythe de Priape33.

3. Conclusion

  • 34 Parmi les rares études sur le prêtre criminel voir : Eric Wenzel, « Persistance des déviances dans (...)
  • 35 Cécile Dauphin, Arlette Farge (sous la direction de), De la violence et des femmes, Paris, Albin Mi (...)
  • 36 Le restant des infanticides découverts reste d’auteur inconnu. Il faut préciser, à propos de l’équi (...)

21Ces exemples nous amènent à réfléchir sur la perception de la violence, et sur sa fonction au sein de la communauté dans l’ancienne société. La violence a ses codes et se déroule dans une société dominée par la vendetta et l’honneur. Dominico Bertoni est un emblème, à sa façon, de la violence et d’une forme de libertinage du langage où les codes comportementaux de la violence physique et verbale sont constants. L’ancienne société génoise, à travers les violences des ecclésiastiques34, nous guide vers différentes typologies de violence, qu’elles soient physiques ou verbales, morales ou sexistes, souvent cachées et loin des stéréotypes de la violence collective des massacres ou des guerres. La violence entre ainsi dans un domaine qui aujourd’hui nous est familier, celui de la vie privée, au sein d’une communauté ou d’une paroisse. La violence des prêtres nous permet de percer un domaine presque inconnu, celui de la vie privée des ecclésiastiques, et de la violence qu’ils ont exercé contre les femmes et les enfants, un cliché qui entre bien dans le schéma du dominant/dominé et qui a pourtant été récemment brisé, par exemple, avec l’analyse de la violence perpétrée par les femmes35. Parmi les cas que nous n’avons pas analysés ici il y a, par exemple, celui d’un prêtre maître d’école qui viole une fille ou d’un autre qui frappe les enfants de sa paroisse. La violence, il ne faut pas la chercher loin. Comme on le dénonce aujourd’hui, elle se déroule en général au sein de la communauté, souvent entre les murs du foyer, et elle arrive rarement aux oreilles du juge. La violence des ecclésiastiques croise aussi celle des lieux : le territoire âpre des montagnes de Ligurie. Une violence extrême ressort aussi de ces archives : l’infanticide. Malgré les limites quantitatives des sources et leur fragmentation sur le territoire, on ne peut pas ignorer à Gênes la concentration de pratiques infanticides où les hommes auteurs d’infanticides (31 %) – avec un équilibre entre ecclésiastiques et laïques – sont plus nombreux que les femmes (26 %)36. Le prêtre, s’il est le père de l’enfant à naître, doit sauver son honneur, cacher sa transgression et, pour effacer la preuve de son manque d’obéissance à la loi de l’Église, commet ou fait commettre un infanticide. La difficulté à connaître ce type de meurtre perpétré par un ecclésiastique s’accorde avec le caractère secret qui entoure une bonne partie de son activité. La découverte du corps mort du nouveau-né, parfois dans l’église-même, la preuve apportée par des lettres anonymes ou les soupçons au sein de la communauté, peuvent, seuls, déclencher une enquête.

  • 37 Un portrait de l’ecclésiastique d’Ancien Régime à Sienne, et, surtout, une analyse des comportement (...)

22Les archives judiciaires du diocèse permettent donc d’écrire un portrait presque inédit de l’ecclésiastique et plus amplement de l’ancienne société, aussi bien que de faire ressortir des liens et des dynamiques quasiment inexplorées dans le domaine de l’histoire criminelle et sociale. En Italie, la violence des prêtres doit encore être écrite37. D’après ces sources, l’arquebuse est souvent le fidèle compagnon des ecclésiastiques, et les alliances avec les clans dictent la loi. On saisit la difficulté, encore au début du XVIIIe siècle, à s’adapter à la rupture, accentuée par la Contre-Réforme, avec une société séculière où, après tout, la violence, au moins selon nos critères, semble dominer les actes des hommes.

Archivo Storico Diocesano di Genova, Carta di Vinzoni, 25 marzo 1768
(carte du diocèse génois – XVIIIe siècle)

Jensky Kodex (Anthitesis Christi et Antichristi), « On the devious character of the clergy », IV b. 24-77 r (1490-1510). Reproduction avec l’aimable autorisation du Docteur Marta Vaculínová, National Museum Library, Dpt of Manuscrits and Old Prints, Prague. Cette illustration représente un prêtre en train de tuer l’enfant illégitime d’un autre religieux

Notes

1 Mercier Dupaty, Lettres sur l’Italie en 1785. Première partie, à Paris, chez Desenne-Maradon, 1797, p. 80.

2 La République de Gênes, correspondait grosso modo à l’actuelle Ligurie.

3 Selon l’étude de Felloni, en 1777, sur l’ensemble de la République, les paroisses étaient au nombre de 602, dont 275 faisaient partie du diocèse génois. Voir : Giuseppe Felloni, « Le circoscrizioni civili ed ecclesiastiche nella Repubblica di Genova alla fine del secolo XVIII », Rivista Storica Italiana, LXXXIV, fasc. III, 1972, pp. 1067-1110.

4 Cf. Dictionnaire de Droit Canonique, Paris, Letouzey, 1965, tome VII.

5 Cf. Turchini Angelo, « Officiali ecclesiastici fra centro e periferia. A proposito dei vicari foranei a Milano nella seconda metà del XVI secolo », Studia Borromaica, 8, 1994, p. 153-213 ; Zardin Danilo, « La struttura della curia arcivescovile al tempo di Carlo Borromeo », Id., p. 123-152 ; Nubola Cecilia, Turchini Angelo (a cura di), Fonti ecclesiastiche per la storia sociale e religiosa d’Europa : XV-XVIII secolo, Bologna, Il Mulino, Annali dell’istituto storico italo-germanico, 50, 1999.

6 Allard Albéric, Histoire de la justice criminelle au XVIe siècle, Paris, Durand et Lauriel, 1868, p. 126.

7 Voir le recueil : Puncuh Dino (a cura di), Il cammino della Chiesa genovese dalle origini ai nostri giorni, Atti della Società Ligure di Storia e Patria, 1999.

8 Synodi Diocesanae et Provinciales editae atque ineditae S. Genuensis Ecclesiae accedunt Acta et Decreta Visitationis Francisci Bossii episcopi novariensis, ann. MDLXXXII, Genuae, ex Tipographia Archiepiscopali, 1833, p. 745.

9 ASDG (Archivio Storico Diocesano), Crim., fz. 408.

10 Sur le témoignage détaillé d’une femme victime d’une violence devant un juge à Gênes voir Elena Taddia, « Una voce di donna negli archivi criminali genovesi. L’accusa di infanticidio e incesto ad Angela Maria Noceta nel 1736 », Archivio per la Storia delle Donne, n. VI, a cura di Adriana Valerio, 2009, pp. 55-88.

11 Pour une étude sur les bonnes de curés à Sienne, cf. Oscar Di Simplicio, « Le perpetue. (Stato Senese, 1600-1800) », Quaderni Storici, 68, 1988, pp. 381 - 412.

12 Comment et par quelle juridiction doivent être punis les avortements et les infanticides commis par les ecclésiastiques ? L’article Abortum, d’après un abrégé de droit canonique, met en évidence que les ecclésiastiques qui provoquent l’avortement d’un foetus, qu’il soit animé ou pas, doivent être soumis à la loi du droit humain pour homicide volontaire et non pas à celle du droit divin, montrant bien comment l’infanticide commis par un membre de l’Église relève bien des juridictions laïque et ecclésiastique de for mixte. Voir Lucio Ferraris, Adm. R.P.F. Lucii Ferraris... Prompta bibliotheca canonica, juridica, moralis, theologica nec non ascetica, polemica, rubricistica, historica ordine alphabetico congesta ac in octo tomos distributa, editio quarta, Venetiis, apus Gasparem Storti, 1763, tome I, f. 11.

13 Au début du XVIIIe siècle, un édit du diocèse génois plusieurs fois renouvelé, impose en effet l’interdiction à tout ecclésiastique de cohabiter avec des femmes à moins qu’elles ne fassent partie de sa famille, ou âgées au moins de 45 ans et de bonne réputation, afin d’éviter tout scandale : voir ASDG, Crim. fz 427, Editto per li preti et ecclesiastici, s.d. (1705 env.). Il s’agit d’une édition manuscrite qui réunit une série d’édits précédents.

14 Ottavia Niccoli, Storie di ogni giorno in una città del Seicento, Roma-Bari, Laterza « Robinson Letture », 2004.

15 En italien « storpio, ignorante, pubblico sonatore di timpano ; lascivo e bigamo ». Dans ASDG, Crim., fz. 436.

16 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1990, p. 24.

17 Osvaldo Raggio, « Parentele, fazioni e banditi : la Val Fontanabuona tra Cinque e Seicento », Ortalli Gherardo (a cura di), Bande armate banditi, banditismo e repressione di giustizia negli stati europei di Antico Regime, Atti del Convegno, Venezia, 3-5 novembre 1983, Roma, Jouvence, 1986, pp. 233-275.

18 ASDG, Crim., fz. 353.

19 ASDG, Crim., fz. 448, Lettera del popolo di Castiglione 23 febraro 1732.

20 ASDG, Crim., fz. 392, Lettera, Genova 22 novembre 1656, Francesco Salabello [?] Vic. Gen. le. Très commun à Gênes, l’inceste par affinité s’étend jusqu’au quatrième degré de parenté et consiste en « une proximité qui vient d’un commerce charnel, légitime ou non, sans aucune parenté naturelle […] par le mari, avec les parents de la femme ; et par la femme avec les parents du mari ». Cf. Jean Pontas, Abrégé du Dictionnaire des Cas de Conscience, à Paris, chez les Libraires Associés, 1771, deux tomes.

21 ASDG, Crim., fz. 440.

22 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, traduit de l’italien par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Le Grand Livre du Mois, 2002.

23 Trevor Dean, « Gender and insult in an Italian city : Bologna in the later Middle Ages », Social History, 29, 2, 2004, pp. 217-231.

24 Peter Burke, The historical anthropology of early modern Italy : essays on perception and communication, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

25 Elisabeth Horodowich A., Language and Statecraft in early modern Venice, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

26 À Gênes nous trouvons les traces de la violence verbale dans la codification de la loi. Les Statuti Criminali ou Leges Novae qui remontent à la réforme de la justice criminelle de 1575, imposent des sévères sentences contre la violence physique mais aussi verbale. À part le blasphème contre la République (le délit de lesa majestatis) puni jusqu’à la relégation en Corse, on prévoit de lourdes peines contre celui qui agresse physiquement un citoyen génois. En particulier, d’après le décret de 1634, De percutientibus baculo, ferientibus vultim, et offendente civem honeste conditionis in preiudicium honoris. Le décret prévoit de lourdes peines, allant jusqu’à la pendaison, pour l’offense verbale contre les magistrats de la cour criminelle et leurs familles « se l’offesa sarà di parole gravemente ingiuriose » et contre ceux, femmes et enfants compris, qui insultant les officiers de justice, les empêchent de mener à bien leur office. Cfr. Criminalium Iurium Sereniss. me Reipublicae Ianuensis, libri duo, Genuae, ex. Typographia Benedicti Guaschi, 1653.

27 Traduction littérale « être assaillis par les mots ».

28 ASDG, Crim., fz. 338.

29 Sur ce personnage voir : Elena Taddia « Histoire d’archives. Une célébrité douteuse à Gênes au XVIe siècle, au défi des pouvoirs civils et religieux », Mémoire et subjectivité (XIVe -XVIIe siècle). L’entrelacement de « memoria », « fama » et « historia », Actes de la journée d’étude organisée par Dominique de Courcelles, Paris, 4 avril, 2003, École Nationale des Chartes, Paris-Champion, Genève-Droz, « Études et Rencontres de l’École des Chartes » n° 22, 2006, pp. 77-87.

30 La traduction en français d’une partie des textes de Dominico Bertoni se trouve dans : Elena Taddia « Et de loin la mer » avec une traduction en français de poèmes inédits du XVIe siècle (avec Lionel Dax), Ironie. Interrogation critique et ludique, n. 140, Juillet-Août-Septembre 2009, p. 16.

31 Au moins jusqu’en 1625, lorsque je perds ses traces dans les archives paroissiales de cette petite église qui n’a guère changé depuis.

32 Elena Taddia « Histoire… cit », p. 84.

33 Sur l’usage de ces mots cf. Dizionanario letterario del lessico amoroso. Metafore eufemismi trivialismi, a cura di Valter Boggione, Giovanni Casalegno, Torino, UTET, 2000.

34 Parmi les rares études sur le prêtre criminel voir : Eric Wenzel, « Persistance des déviances dans le clergé paroissial bourguignon au XVIIIe siècle », Le clergé délinquant, XIIIe-XVIIIe siècle, Dijon, EUD, 1995, p. 97-115. Je signale, entre curiosité et histoire : Amours et intrigues des prêtres français, depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours ou désordres, malheurs et crimes qui sont le fruit du célibat des prêtres, Paris, chez les Marchands de Nouveautés, 1830.

35 Cécile Dauphin, Arlette Farge (sous la direction de), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997.

36 Le restant des infanticides découverts reste d’auteur inconnu. Il faut préciser, à propos de l’équilibre entre ecclésiastiques et laïques, que les archives diocésaines gardent principalement des dossiers d’ecclésiastiques, dont le nombre total reste incertain. Le recensement du clergé dans le diocèse génois est très fragmentaire étant donné que chaque recteur peut avoir, à cette époque, un vice-parroco et un curé qui ne sont pas, en général, recensés. Pour ces données voir : Elena Taddia, L’infanticide à Gênes à l’époque moderne, thèse de doctorat, École Normale Supérieure de Lyon Lettres et Sciences Humaines, 2007, 2 vol.

37 Un portrait de l’ecclésiastique d’Ancien Régime à Sienne, et, surtout, une analyse des comportements liés à la sexualité, a été esquissé dans : Oscar Di Simplicio, Peccato Penitenza Perdono. Siena 1575-1800. La formazione della coscienza nell’Italia moderna, Milano, Franco Angeli, 1994.

Table des illustrations

Légende Archivo Storico Diocesano di Genova, Carta di Vinzoni, 25 marzo 1768(carte du diocèse génois – XVIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Jensky Kodex (Anthitesis Christi et Antichristi), « On the devious character of the clergy », IV b. 24-77 r (1490-1510). Reproduction avec l’aimable autorisation du Docteur Marta Vaculínová, National Museum Library, Dpt of Manuscrits and Old Prints, Prague. Cette illustration représente un prêtre en train de tuer l’enfant illégitime d’un autre religieux
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

Auteur

Docteur ès lettres ENS, boursière du Welcome Trust, London

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540