Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

La production de la violence dans l’Espagne du Siècle d’Or. Le témoignage du juge de cour Juan de Quiñones (1643)

Olivier Caporossi

Texte intégral

  • 1 Yves Michaud, La violence, Paris, PUF, coll. QSJ, 1986, p. 4.
  • 2 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, Barcelona, reed. Alta Fulla, (...)
  • 3 Pour mieux situer le concept de violence par rapport aux notions de résistances et de pouvoirs nou (...)

1L’apparente absence du mot « violence » dans le Tesoro de la lingua castellana o española de Sebastian de Covarrubias (1611), comme dans les chroniques et les canards ou encore dans les procès pénaux, peut faire croire à l’absence de la violence en tant qu’objet historique. Au-delà du paradoxe, qui conduirait l’historien à rechercher une définition a priori dans la pulsion de mort chère à Freud, la démarche étymologique n’est pas inutile. Le latin violentia renvoie à l’idée de force en action, de puissance et de transgression1, dont les termes se retrouvent dans l’usage juridique de la notion de fuerza par les letrados de la monarchie catholique. Sebastian de Covarrubias définit la force comme une contrainte morale ou physique qu’il qualifie de violence2. Il en situe l’usage dans une économie particulière, entre résistances et pouvoirs3.

  • 4 Voire notre travail : Olivier Caporossi, « Los tribunales de Corte y el conflicto de jurisdiccione (...)

2À l’échelle d’une ville de cour, comme l’est Madrid au XVIIe siècle, ce sont les événements de violence qui imprègnent manuscrits, imprimés, iconographies ou architectures, au gré des rapports de pouvoir entre les tribunaux laïcs, militaires et ecclésiastiques4. La production de la violence s’imprime dans son récit événementiel – seul prisme par lequel elle nous est perceptible – au travers de l’exercice d’un contrôle social complexe.

  • 5 Sur cette source en particulier voir notre travail : Olivier Caporossi, « Être alcade de cour au d (...)
  • 6 Olivier Caporossi, « Les livres de pratique judiciaire castillans (XVIe-XVIIe siècles) », Jean Pau (...)
  • 7 Geronimo Fernández de Herrera Villaroel, Practica criminal, instrucción (nueva útil) de substancia (...)

3La pratique de la police et de l’administration des six juges de l’Hôtel et de la Cour, dont l’audience supérieure porte le titre de cinquième chambre du conseil de Castille, alimente la production des livres de gouvernement, où apparaissent les difficultés quotidiennes de la police madrilène : rixes entre les ministres de l’audience et les militaires ou les laquais des ambassades, manifestations violentes de certaines corporations contre le contrôle fiscal de la capitale sur les places de marché et aux principales portes de l’enceinte bâtie en 1625, inquiétude des juges et de leur procureur face à certaines affaires judiciaires. Les mémoires judiciaires, comme les Advertençias para la plaza de alcalde de casa y corte de Juan Alonso Elezarraga (1704)5, se nourrissent de la richesse documentaire des livres de gouvernement pour ordonner en un traité manuscrit à usage interne, les peurs des alcades de cour, qui deviennent autant de bons conseils de police pour exercer l’autorité du tribunal sur les Madrilènes. A la violence des différents corps de la société madrilène qui manifestent ainsi leur résistance à l’exercice de la police par les alcades de cour, répondent les pratiques d’autorité de ces derniers contre les supposés « picaresques » du moment (les étrangers, les Galiciens, les artisans, les militaires, les clercs, etc.). Plus complets sur cette autre violence, celle des ministres du roi, les livres de pratique judiciaire6, comme le montre la Practica criminal rédigée par le greffier des alcades de cour en 1672, Geronimo Fernández de Herrera Villaroel, explicitent et légitiment dans un langage plus juridique encore, les contraintes exercées sur les corps et les esprits par les alguazils de cour et leurs supérieurs7. L’usage de la force n’est pas seulement physique. Elle n’est pas simplement le récit type de la torture judiciaire ou des supplices publics. Au-delà des corps, elle s’exerce sur des groupes entiers, en termes symboliques, dans le cadre des conflits de juridiction. La lutte contre la juridiction ecclésiastique ne se manifeste-t-elle pas dans cette procédure exceptionnelle et si fréquente au XVIIe siècle : le recurso de fuerza ?

  • 8 Elisabeth Balancy « Le pouvoir du pardon. Famille-État dans l’Espagne du XVIIe siècle », Michel Be (...)
  • 9 Francisco Tomás y Valiente, « El perdón de la parte ofendida en el derecho penal castellano (Siglo (...)
  • 10 Olivier Caporossi « Les Madrilènes face à la violence : la pratique du pardon privé au XVIIe siècl (...)

4Les sources judiciaires et juridiques de l’Espagne d’Ancien Régime, témoins de la production de la violence des justiciables et de celle des alcades de cour, reprennent les arguments de la littérature des pratiques judiciaires sans s’y limiter. Les procès dont nous disposons, parce qu’ils appartiennent aux pardons du Vendredi Saint ou aux pardons al sacar, n’évoquent qu’un certain type de violences individuelles : les homicides dont sont exclues les femmes8. Ils suivent la hiérarchie des délits de la législation des différentes compilations du droit royal de Castille mais conservent aussi une certaine part d’arbitraire. L’arme blanche, les armes à feu après 1560, sont souvent utilisées pour régler des conflits de voisinage, des disputes professionnelles ou des querelles de couple. Les pardons du Vendredi Saint obligent les accusés ou les condamnés à réinventer leurs méfaits pour pouvoir s’inscrire dans la politique de grâce du roi. Cette réécriture implique la collaboration de la partie plaignante qui doit concéder son pardon au prévenu ou au fugitif devant notaire : ce sont les pardons de la partie offensée, sans lesquels le roi n’a pas l’habitude d’exercer sa grâce et son pouvoir de rémission des peines prononcées ou non9. Dans cette typologie particulière, il faut souligner l’apport essentiel des apartamientos faits à l’hôpital général de Madrid10. Rédigés par les greffiers de la cour qui doivent y visiter les blessés deux fois par semaine, ces actes notariés, souvent complétés par le rapport du chirurgien sur la nature des blessures du mourant, donnent une grande place à la violence conjugale et laissent s’exprimer plus qu’ailleurs la voix des femmes, victimes de leur époux, de leur concubin ou de leur frère.

  • 11 Olivier Caporossi, « La figura de la criminalidad en las relaciones de sucesos de la corte durante (...)
  • 12 Les nouvelles à la main sont des gazettes manuscrites compilant le plus souvent des articles selon (...)
  • 13 Voir notre travail : Olivier Caporossi, « La figura de la criminalidad en las relaciones de suceso (...)

5Toutes ces sources judiciaires et notariales inspirent une littérature extra-judiciaire, multiforme, où l’analyse du crime et des événements de violence structure un récit, voire un discours, sans doute plus original car moins institutionnel, même si la problématique de la force dans le cadre de la dialectique entre résistances et pouvoirs y est toujours présente. Désormais, ce n’est plus l’institution qui est à l’origine du discours sur l’événement de violence, mais un individu qui doit se trouver une posture entre le fait de violence et l’institution. Nous citerons d’abord les chroniques de la cour11, qu’elles aient ou non la forme manuscrite des nouvelles à la main ou imprimée des gazettes et des canards12, dont les auteurs se plaisent à commenter brièvement les événements de violence collectifs et individuels qu’ils rapportent13. Le vol, l’homicide, les viols, les crimes de lèse-majesté sont évoqués des deux points de vue, celui du fait délictueux et celui de la réponse institutionnelle. Les différents types de violence sont présentés, y compris la guerre des tribunaux qui renvoie à cette logique de la force.

  • 14 « En diferentes iornadas, causas graves que ha averiguado contra delinquentes, y castigos que se (...)

6Le témoignage extra-judiciaire s’incarne aussi dans la mémoire de ceux qui la pratiquent et qui, à la fin d’une riche carrière, retranscrivent leurs expériences dans un récit événementiel des violences de la ville de cour et des autres contrées de l’Espagne. C’est le cas des écrits de l’alcade de cour Juan de Quiñones qui synthétisent l’information et les apports des différentes sources historiques citées plus haut. Juan de Quiñones est à la fois un des acteurs des livres de gouvernement de l’audience de cour, un auteur de référence dans la littérature des livres de pratique judiciaire, et le sujet de certains chroniqueurs, comme José de Pellicer. La richesse de son témoignage vaut par la mémoire d’une expérience multiple des événements de violence de la société hispanique. A la fin d’une riche carrière qui l’a conduit de la junta de Obras y Bosques jusqu’au tribunal de cour, il publie, en 1643, un Memorial de los servicios que hizo al rey Don Felipe III. Nuestro Señor ; que santa gloria aya, y que ha hecho a V. Magestad, que Dios guarde destiné au roi, dans lequel sont à l’œuvre les différentes modalités du récit et du discours sur la production de la violence dans l’Espagne du Siècle d’Or. Le texte de la première page met l’accent sur le récit : « les causes graves qu’il a instruites contre les délinquants pendant différents voyages et les châtiments qui leur ont été infligés »14. Juan de Quiñones exprime, dans ses écrits, la manière dont il se représente l’activité idéalisée de la magistrature mais aussi, parce qu’il s’agit de convaincre le roi des bienfaits de son service effectué entre 1614 et 1643, quels sont les éléments qui, pour les élites de pouvoir du XVIIe siècle, construisent la pratique du meilleur des juges. La nature de sa littérature témoigne d’une représentation sociale de la fonction judiciaire et confère au témoignage de Juan de Quiñones une valeur représentative plus large que son cas particulier.

7Juan de Quiñones incarne la figure d’un brillant magistrat du Siècle d’Or espagnol. Il fut, tour à tour, magistrat de l’Escorial, puis lieutenant du corregidor de Madrid avant d’intégrer la cinquième chambre du conseil de Castille comme alcade de cour (c’est-à-dire le tribunal suprême de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte), où il devint alcalde antiguo. Connu pour ses liens de clientèle avec le favori de Philippe IV, le comte-duc d’Olivares, il devient pour les chroniqueurs de la cour qu’il fréquente, le symbole de la volonté de réformation de cette populeuse Babylone (130.000 habitants vers 1617) qu’est devenue la capitale des Habsbourg, Madrid.

8C’est qu’à son activité de magistrat et de courtisan (il participe à la réception des personnalités étrangères à la cour comme le prince de Galles en 1623), il ajoute celle de publiciste et de propagandiste du tribunal de cour, qu’il défend dans plusieurs traités : l’un consacré aux gitans (1632), l’autre à l’exécution publique du faussaire et espion Miguel de Molina (1642), un troisième aux principales affaires criminelles de l’ensemble de sa carrière (1643) et un dernier sur l’immunité ecclésiastique (1650). Ces quatre traités constituent pour lui autant d’occasions pour développer sa vision de la criminalité d’une ville de cour et plus généralement de l’Espagne puisqu’il accomplit, à la demande du roi, des missions particulières aussi bien à Séville qu’à Saragosse, menacée par les Catalans révoltés. Le succès de ces ouvrages est tel qu’ils deviennent, bien souvent, de véritables autorités morales et intellectuelles pour les auteurs des livres de pratique judiciaire castillans de la deuxième partie du XVIIe siècle. Le témoignage que délivre Juan de Quiñones dans son Memorial de 1643 apparaît donc comme une source majeure de l’histoire de la violence hispanique sous l’Ancien Régime.

9La lutte contre le crime domine son activité au sein du corregimiento de Madrid puis de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte. 54,25 % des actions racontées dans le Memorial de 1643 s’y rapportent. L’essentiel des délits dénoncés se situe dans la capitale puisque consécutif aux juridictions exercées ; les autres appartiennent à une sphère géographique proche (l’Escorial, les chemins environnant la ville de cour), plus rarement lointaine (Alcalá de Henares, Sepúlveda, Saragosse, Séville). Mais le plus important demeure de savoir quels sont les événements de violence retenus pour convaincre le lecteur du bien-fondé des assertions du juge de cour.

La violence de foi

  • 15 « En la Corte siendo Iuez Ordinario, prendi unos Iudios retajados, y los entregué a don Andres Pa (...)
  • 16 « Corrio fama que era hechizero, y que tenia pacto », ibidem, p. 67.
  • 17 « Una hechizera, que vivia en la calle de la Carrera de San Geronymo », ibidem.
  • 18 Cette collaboration n’est pas propre à Madrid mais existe dans tout le royaume. Jean Pierre Dedieu (...)

10Juan de Quiñones choisit d’évoquer d’abord son rôle dans la répression des déviances religieuses : l’hérésie calviniste de militaires étrangers, la présence de judaïsants cachés, la sorcellerie, insistant sur sa collaboration avec l’Inquisition. Il emprisonne le capitaine hollandais Aventroot et son neveu Juan Coot, qualifiés d’hérétiques parce qu’annotant le texte d’une Bible, et les remet au Saint Office de Tolède. En 1614, Aventroot avait déjà utilisé la présence de son neveu à l’Escorial pour y faire diffuser sa missive contre le pape et le catholicisme. Revenu à Madrid pour convertir Philippe IV au protestantisme, il est reçu par le comte-duc d’Olivarès afin d’être livré à l’Inquisition et exécuté le 22 mai 1633. L’exécution de la sentence – ici, un autodafé – vient conclure chacun de ses récits, établissant le bienfondé de ses suspicions et légitimant du même coup son activité judiciaire. « Étant juge ordinaire à la Cour, j’appréhendai quelques juifs circoncis, et je les livrai à Andrés Pacheco, qui était alors Inquisiteur Général de la Suprême »15, écrit-il un peu plus loin. La sorcellerie apparaît dans la pratique du faux monnayage. Parce que l’accusé décède dans son cachot sans raison aucune, « la rumeur courut qu’il était un sorcier, et qu’il avait fait un pacte [avec le démon] »16. Elle confirme les dires de Juan de Quiñones qui croit constater que l’inculpé réussit à faire bouger la flamme d’une bougie par magie dans sa maison, rue San Bernardo. Le juge s’attaque aussi à « une sorcière, qui vivait dans la Carrera de San Geronymo »17 au prix d’un mauvais sort, qui rend douloureux son bras et sa main droite et les laisse paralysés malgré l’intervention des médecins. Une fois remise à l’Inquisition, il explique ses douleurs par le sort qu’elle lui aurait jeté afin qu’il ne puisse pas signer un arrêt contre elle et son rétablissement par la grâce de Dieu dont il a défendu les préceptes. Les causes de foi, dont la répression appartient principalement aux tribunaux inquisitoriaux, bénéficient d’un tel prestige, qu’un ministre de la juridiction royale, se doit de montrer qu’il participe, lui aussi, à ce combat pour l’orthodoxie catholique, sans contester la juridiction du Saint Office. Cette démarche implique la démonstration d’une collaboration entre les diverses justices du royaume18.

La violence des foyers

  • 19 « Fue tanta la turbacion, y inquietud que tuvo, que confesso la muerte de su muger », Juan de Qui (...)
  • 20 « Delicto bien extraordinario », ibidem., p. 61.

11Mais l’activité judiciaire des juges de cour et du corrégidor de Madrid trouve surtout son sens dans la défense de la famille madrilène, base et modèle de l’organisation sociale. Juan de Quiñones se remémore, ainsi, la procédure établie contre un vendeur d’eau de vie coupable du meurtre de son épouse dont il tentait de vendre les biens. L’assassin interrogé dans la prison nie d’abord les faits. Mais l’inspection de sa maison par le magistrat permet la découverte du cadavre enfermé dans un coffre et de l’arme du crime, une masse. Face à cet objet probant, « le trouble et l’inquiétude qu’il [le mari] ressentit, furent tels qu’il confessa la mort de sa femme »19. La protection de la justice royale s’étend à l’ensemble des membres « mineurs » de la famille. À côté de l’épouse, l’enfant doit en bénéficier. Juan de Quiñones croit donc utile de relater le « délit bien extraordinaire »20 de trois maîtres chanteurs, auteurs de l’enlèvement du fils d’un riche Catalan.

  • 21 Ibid., pp. 62-64.

12La conservation de la famille s’élargit à la sauvegarde de la maison et du lignage. Un laquais décide avec la complicité d’un collègue, de profiter du décès de son employeur – une femme fortunée – ne laissant aucun testament, pour prétendre être son parent et héritier. Le corps de la maîtresse de maison est caché et une vieille servante se laisse corrompre afin de la remplacer dans le lit et de dicter un testament en faveur du laquais à un notaire appelé pour la circonstance. Le cadavre de la maîtresse de maison reprend ensuite sa place et sa mort est rendue publique. Juan de Quiñones réussit cependant à démasquer les escrocs21.

  • 22 Ibidem., pp. 53-56.
  • 23 « La sous-représentation féminine correspond à l’image et au rôle dévolus à la femme » selon Nico (...)

13C’est encore une maisonnée qu’il défend lorsqu’il fait arrêter les deux serviteurs portugais responsables de l’assassinat du chevalier cordouan Diego de Figueroa dans la rue Valverde22. Une cassette en argent pleine de réaux a ocho constitue le mobile du crime et une dague son instrument. La relation de ce fait-divers est d’autant plus longue qu’il faut à Juan de Quiñones comprendre le rôle de l’amante d’un des deux accusés. Le surgissement d’une femme dans l’accomplissement d’un délit pose problème au juge. La représentation aristotélicienne de la femme interdit aux juristes du XVIIe siècle de la penser comme l’égale de l’homme. La femme incarne dans les mentalités masculines de cette époque le principe de la passivité. Sa rareté dans les procès pénaux relatifs aux crimes de sang n’est pas, à mon sens, un hasard23. Sa participation à l’acte criminel risque de la placer au même rang que l’homme, de la faire accéder au principe actif et de bouleverser les schémas mentaux de la domination masculine. Dans le cas présent, la référence implicite à la biblique Eve permet à Juan de Quiñones d’échapper aux contradictions de son temps. L’amante du majordome portugais, qualifiée d’audacieuse, incarne la voix de la tentation. C’est elle qui encourage les assassins à accomplir leur tâche. Si c’est elle qui distribue le premier coup de dague à Diego de Figueroa et qui serre l’estomac d’un autre laquais, qu’il faut réduire au silence, ce sont ses complices masculins qui donnent le coup de grâce. Donner la mort ne peut être que le privilège des hommes.

  • 24 « Su muger correspondencia deshonesta con el oficial », Juan de Quiñones, Memorial, p. 52.
  • 25 Pour comprendre la relation entre la femme et le crime de sang, on lira : Arlette FARGE, « La viol (...)

14C’est à la femme qu’appartient l’idée du crime et à son amant, ou à d’autres complices, l’exécution pratique de celui-ci. Juan de Quiñones répète ce schéma narratif dès qu’il s’agit d’évoquer l’assassinat d’un vendeur d’habits dans la rue de Tolède. « Son épouse avait une relation adultérine avec l’employé [aide du mari] »24 commence-t-il par affirmer. Ils confectionnent ensemble un poison, à base de pierre pilée, que l’amant doit donner au mari. Cela ne suffit pourtant pas à le tuer. Ils achètent alors les services de deux soldats pour qu’ils assassinent l’époux. Le meurtre n’est donc pas accompli par la femme25.

15Il ne me semble pas possible d’isoler la relation de ces exemples, d’une destruction de l’unité du couple ou de la maisonnée, d’un droit castillan qui rejette le concubinage. La relation adultérine ou le concubinage constitue le premier lien qui unit une femme et un homme dans la préparation et l’exécution des délits que rapporte le juge de cour Juan de Quiñones.

Les manifestations de la cruauté

16Il faut aussi compter avec la méchanceté. Dans le cas du vecino d’Alcalà, le trompettiste Luys Gonçalez, un certain goût pour le crime que montrerait son habitude à le commettre, explique, autant que l’argent, l’assassinat de Gregorio de Torres de la Cavalleria en 1631.

  • 26 Juan de Quiñones, Memorial, p. 49.
  • 27 « Que toda la plata la llevavan a un platero, el qual fundia, y hazia rieles », ibidem.

17Le meurtre est souvent associé au vol. Les tribunaux du roi en défendant la vie d’autrui défendent aussi la propriété. Juan de Quiñones ne peut donc pas effacer de son récit l’une des principales activités pénales de l’institution judiciaire à laquelle il appartient depuis 1623. Tous les voleurs ne sont pas des assassins. Il rappelle ainsi avoir procédé contre trois cambrioleurs dont il explicite la technique : l’un d’eux informait les autres des lieux à visiter et des moments pour le faire26. A cela il ajoute la description de petites organisations criminelles en réseaux. L’arrestation de deux voleurs spécialisés dans le cambriolage des églises et des couvents madrilènes et de leurs objets d’argent lui permet de comprendre « qu’il portait tout l’argent à un orfèvre, qui le fondait, et en faisait des lingots »27.

  • 28 Sancho de Moncada, Restauración de España, Madrid, ed. de Jean Vilar, IEF, 1974, pp. 218-220.
  • 29 Juan de Quiñones, Memorial, op. cit., p. 51.
  • 30 « Escribi un libro contra ellos », ibidem., p. 38.
  • 31 « De las informaciones que hize, y de otras noticias que se me han dado, he venido a entender, qu (...)

18Mais le vol demeure, dans son esprit, associé à une catégorie particulière de délinquants : les gitans. Rappelons ici l’abondante littérature législative et arbitriste qui les présente comme les parasites de la société hispanique. Le docteur tolédan Sancho de Moncada a déjà proposé, en 1619, de les condamner à mort parce qu’il les accusait de trahison, espionnage, vagabondage, vols et pratiques magiques28. Juan de Quiñones se flatte d’avoir fait exécuter un gitan qu’il accuse de 24 vols accompagnés de quelques meurtres29. Il se déplace jusqu’aux terres de Sepúlveda afin de poursuivre d’autres gitans accusés d’avoir dévalisé la poste des Flandres et nourrit, à partir de cet événement, une réflexion de rejet raciste, rapportant pour conclure : « j’écrivis un livre contre eux »30. En effet, faire œuvre de justice ne se résume pas au métier de la procédure et de l’enquête. La défense de la société et celle de la juridiction royale s’écrivent. Certains ouvrages de Juan de Quiñones sont directement liés à sa pratique des tribunaux. Citons pour exemple son Discurso Contra los Gitanos édité à Madrid en 1631, et son Tratado de falsedades. Delitos que cometio Miguel de Molina, i suplicio que se hizo del en esta Corte édité en 1642. Le premier de ces deux traités s’ouvre sur un bref rappel des procédures établies par le magistrat qui termine sa description par les mots suivants : « J’en suis venu à penser, à partir des enquêtes que je fis et des autres informations que l’on m’a données, que ces gens sont pernicieux, mauvais, oisifs, vagabonds, inutiles et sans utilité pour ces royaumes ; ils sont de grand danger pour les sujets et vassaux »31. L’expérience professionnelle en vient à fonder ainsi les a-priori racistes d’un magistrat envers une population précise. Elle est commune à l’ensemble des juges de cour.

  • 32 « Vivir mas biçiosa y liçenciosamente » et « toman un modo de vida diferente de todos los demas d (...)

19Un manuscrit écrit à l’usage interne de leur collège judiciaire au début du XVIIIe siècle, qui compile des considérations pratiques et le texte de nombreuses pragmatiques correspondantes existant depuis la fin du règne de Philippe III, témoigne de cet état d’esprit. Accusés de « vivre vicieusement et licencieusement », les gitans y sont dénoncés parce qu’ils « adoptent un mode de vie différent de toutes les autres personnes de la république et sont si nuisibles que l’on doute qu’ils soient baptisés ou mariés »32.

  • 33 Memorial de los servicios..., op. cit., p. 64.
  • 34 Juan de Quiñones, Tratado de falsedades.., pp. 20-24.

20Avec le Tratado de falsedades Juan de Quiñones révèle sa compréhension d’une autre catégorie de crimes ; ceux qui constituent une offense publique plus que privée ; l’espionnage, le faux monnayage, le faux en écriture. Ces délits ne relèvent généralement pas de plaintes privées. C’est le juge, en tant que représentant du roi, qui prend l’initiative d’un procès pénal. Dans ce contexte le rôle de la victime est joué par la monarchie elle même. Juan de Quiñones rappelle dans son Memorial de servicios comment il fit arrêter en 1642 à Saragosse un espion portugais au service de la France ou encore comment il réussit à débusquer trois faux monnayeurs français à Madrid33. Mais le cas de Miguel de Molina représente bien plus pour lui. La carrière criminelle du personnage y est pour beaucoup. Le quatrième chapitre entier lui est consacré34.

21Né à Cuenca, Miguel de Molina est éduqué par les jésuites et y devient séminariste de la cathédrale, ce qui lui permet d’accéder à l’étude des arts à l’université d’Alcalà de Henares. Il s’installe ensuite à la cour dans le but de faire fortune par le moyen de sa plume. Il est arrêté comme faussaire dès 1622 par le tribunal de cour ; le conseil de Castille, au bout de dix mois de procédure pendant lesquels il demeure incarcéré dans la prison de cour, le condamne à six ans de galère. Conduit au puerto de Santa Maria, il exécute sa peine jusqu’en 1627, date où son navire est pris par les Barbaresques. Il réussit à se libérer et revient en Andalousie avant de rejoindre la cour en 1631. De 1632 à 1635, il est au service du trésorier du comte de Saldaña. A cette date, il est arrêté par l’alcade de cour Gregorio López de Mendizabal qui l’accuse d’espionnage, puis libéré suite à un vice de forme. Il continue sa carrière de faussaire produisant de fausses lettres, de faux décrets et de faux arrêts. Il se fait même passer pour le laquais du secrétaire du conseil d’État, le chevalier de Saint Jacques, Andres de Roças. Il vend aussi des faux papiers aux secrétaires de la nonciature, de l’ambassade de France et celle de Venise. Il faut attendre 1641 pour que Juan de Quiñones mette fin à ses activités délictueuses.

  • 35 « Las falsedades, embelecos, i mentiras que cometio Miguel de Molina, pues son las mas raras, i e (...)
  • 36 « Los puntos que ofrece son varios, i graves : doi à la publicidad una noticia (no solo à mi pare (...)
  • 37 « Zelos de fiel Ministro », ibidem.

22La figure de Miguel de Molina réunit donc la typologie délictive des crimes de lèse-majesté. Juan de Quiñones ne cesse de le répéter dans son traité. Il souligne, dès son introduction, l’originalité de cette affaire et avoue que « les faux, les tromperies et les mensonges que commit Miguel de Molina, sont les plus rares et les plus extraordinaires qui se soient vus dans les tribunaux, et lus dans les Histoires. »35. Les crimes sont d’autant plus graves que la confection de fausses écritures attaque la réputation des juristes et l’efficacité de l’ensemble du système juridique de la république. « Les délits qu’il présente sont divers, et graves : j’en donne le rapport au public, nécessaire (pas seulement selon moi), en raison du préjudice qu’ont causé ces tromperies »36 écrit Juan de Quiñones. A côté de l’affaire elle-même, il place un autre fait, le discours qui le raconte, une preuve supplémentaire de son « zèle de ministre fidèle »37.

  • 38 « El Pueblo siempre fue malo de contentar y facil en alborotarse », AHN, Consejos, libro 1173, ca (...)
  • 39 « Previlegio para vivir licenciosa y escandalosamente », ibidem., f° 93.

23L’appréhension du crime est aussi pour les magistrats royaux une question de police. Le contrôle territorial de la capitale, détermine chez ceux-ci l’image d’un peuple (pueblo) madrilène prêt à se révolter. « Le peuple a toujours été difficile à contenter et prompt à se révolter »38, à en croire l’expérience des alcades de cour. Le magistrat doit donc s’en méfier. Mais le texte consulté reste dans l’imprécision dès qu’il s’agit de dresser un tableau de ce peuple madrilène. Il ne se laisse pas identifier à certains groupes sociaux ou à des minorités déviantes (conversos, gitans). En fait, il n’existe que dans l’attroupement : le peuple, c’est la foule, la nuit, les églises protectrices du délinquant, c’est la multiplicité juridictionnelle, ce « privilège pour vivre dans la licence et le scandale »39, qui recèle en lui tous les délits possibles.

Conclusion

24La production de la violence est au cœur de la pensée de Juan de Quiñones, qui en construit le caractère événementiel pour ordonner le sens de sa vie au service du roi et de sa justice. Il est donc essentiel d’en comprendre la construction, la valeur sociale et la portée pour l’histoire de l’exercice de la violence judiciaire, en accordant une attention particulière aux documents manuscrits des livres de gouvernement de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte et des chroniques de la cour, qui nous donnent un regard différencié sur les activités du juge Juan de Quiñones.

25Les modalités d’intégration de la violence dans l’espace judiciaire d’une société de cour, dont témoignent l’œuvre littéraire et l’expérience professionnelle de Juan de Quiñones, nous permettent de comprendre la mise en place d’un nouveau savoir qui, situé entre la norme juridique et l’exercice de la police par le tribunal de cour, établit une série de distinctions définitoires entre des violences urbaines ; celles légitimes de l’Institution judiciaire, celles du cadre privé (violences conjugales), celles de la rue (manifestations de violences collectives), celles des lieux de sociabilité (maisons de jeux, auberges), celles des sexes (les violences de l’homme/la femme peut-elle être violente ?). Notre propos a été de reconstituer ce processus de catégorisation pour comprendre l’évaluation de la dangerosité que sous entend la pensée de Juan de Quiñones (la hiérarchie des délits, la stigmatisation de certains groupes comme les gitans, les étrangers, etc), en comparant son témoignage avec la réflexion d’autres juristes sur la justice, le droit et la violence. L’auteur du Memorial de 1643 catégorise les événements de la violence sociale madrilène, et plus largement espagnole, pour mettre en avant les corps privilégiés : les militaires réunis dans la capitale et ses environs pour la campagne d’Aragon ou de Portugal, les gardes royales, les clercs très nombreux à Madrid, du fait de la présence de plus de 130 couvents et monastères. Une deuxième catégorie est constituée par l’attitude des minorités religieuses et ethniques : les judeo-convers, les gitans, les étrangers, c’est-à-dire les Français et les Hollandais toujours suspects d’hérésie. Un seul groupe de délinquants échappe à cette définition religieuse et ethnique de l’étranger parce que les événements politiques en imposent la dangerosité potentielle : les Portugais après la rébellion de 1640. Enfin, le troisième groupe des acteurs de la violence sociale est celui des individus. Juan de Quiñones distingue ceux et celles qui commettent des crimes de sang remettant en cause l’ordre de la maison (l’épouse, l’amante, l’amant, le laquais) et des délinquants plus puissants encore puisqu’ils s’attaquent à l’harmonie de la république d’Espagne par leur activité de faussaire et d’espion.

26En étudiant l’analyse du crime que construit un magistrat castillan du XVIIe siècle, nous espérons avoir apporté une réflexion d’ordre méthodologique sur les violences privées comme sur les violences judiciaires de la société hispanique d’Ancien Régime.

Notes

1 Yves Michaud, La violence, Paris, PUF, coll. QSJ, 1986, p. 4.

2 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, Barcelona, reed. Alta Fulla, 1993, p. 614.

3 Pour mieux situer le concept de violence par rapport aux notions de résistances et de pouvoirs nous renvoyons à Etienne Balibar, « Violence : idéalité et cruauté », Françoise Héritier, De la violence, Paris, Odile Jacob, 2005, vol. 1, pp. 65-67. On renverra aussi le lecteur pour le rapport entre ordre et violence à Wolfgang Sofsky, Traité de la violence, Paris, Gallimard, 1996, pp. 17-25.

4 Voire notre travail : Olivier Caporossi, « Los tribunales de Corte y el conflicto de jurisdicciones en el Madrid del siglo XVII », José I. Fortea et Juan E. Gelabert, Ciudades en conflicto (Siglos XVI-XVIII), Valladolid, Junta de Castilla y León, 2008, pp. 57-80.

5 Sur cette source en particulier voir notre travail : Olivier Caporossi, « Être alcade de cour au début du XVIIIe siècle. Les Advertençias para el servizio de la plaza de alcalde de Casa y Corte de Juan Alonso Elezarraga », Histoire Urbaine, n° 15, avril 2006, pp. 137-156.

6 Olivier Caporossi, « Les livres de pratique judiciaire castillans (XVIe-XVIIe siècles) », Jean Paul Pittion (actes réunis par), Droit et justice dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Champion, 2009, pp. 59-80.

7 Geronimo Fernández de Herrera Villaroel, Practica criminal, instrucción (nueva útil) de substanciar las causas, Madrid, Imprenta real, 1672.

8 Elisabeth Balancy « Le pouvoir du pardon. Famille-État dans l’Espagne du XVIIe siècle », Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs de la famille. Familles de pouvoir, Toulouse, Université de Toulouse Le Mirail – Méridiennes, 2005, p. 457-477. Rudy Chaulet, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2007.

9 Francisco Tomás y Valiente, « El perdón de la parte ofendida en el derecho penal castellano (Siglos XVI, XVII, XVIII), Anuario de Historia del Derecho Español, 1961, t. XXXI, pp. 55-114. Olivier Caporossi, « Le pardon de la partie offensée ou le statut d’un discours moral, religieux et juridique sur l’homicide dans l’Espagne des XVIIe et XVIIIe siècles », Traverses, n° 2, 2008, pp. 51-61.

10 Olivier Caporossi « Les Madrilènes face à la violence : la pratique du pardon privé au XVIIe siècle », Hispania Sacra, LX, 121, enero-junio 2008, pp. 231-266.

11 Olivier Caporossi, « La figura de la criminalidad en las relaciones de sucesos de la corte durante el siglo XVII. Algunos apuntes sobre el crimen de majestad », Patrick Begrand (ed.), Representaciones de la alteridad, ideológica, religiosa, humana y espacial en las relaciones de sucesos (siglos XVI-XVIII), Besançon, Université de Besançon, 2008, pp. 119-132.

12 Les nouvelles à la main sont des gazettes manuscrites compilant le plus souvent des articles selon l’ordre chronologique de l’actualité.

13 Voir notre travail : Olivier Caporossi, « La figura de la criminalidad en las relaciones de sucesos de la corte durante el siglo XVII. Algunos apuntes sobre el crimen de majestad”, Patrick Begrand (ed.), Representaciones de la alteridad, ideológica, religiosa, humana y espacial en las relaciones de sucesos publicadas en España, Italia y Francia en los siglos XVI-XVIII, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009, pp. 113-125.

14 « En diferentes iornadas, causas graves que ha averiguado contra delinquentes, y castigos que se les dieron », Juan de Quiñones, Memorial de los servicios..., p. 1.

15 « En la Corte siendo Iuez Ordinario, prendi unos Iudios retajados, y los entregué a don Andres Pacheco, Inquisidor General de la Suprema, que era entonces era », ibidem, p. 31.

16 « Corrio fama que era hechizero, y que tenia pacto », ibidem, p. 67.

17 « Una hechizera, que vivia en la calle de la Carrera de San Geronymo », ibidem.

18 Cette collaboration n’est pas propre à Madrid mais existe dans tout le royaume. Jean Pierre Dedieu cite de nombreux exemples de cette collaboration entre le corrégidor de Tolède et le tribunal inquisitorial du district correspondant et conclut : « Il est donc clair que, jusque dans la première moitié du XVIIe siècle au moins, la collaboration avec les juges séculiers et ecclésiastiques, par remise de compétence, par échange d’information, a été l’un des instruments de contrôle dont l’Inquisition disposait pour dominer l’espace qui lui était confié », Jean-Pierre Dedieu, L’administration de la foi. L’inquisition de Tolède (XVIe -XVIIIe siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 1992, p. 181.

19 « Fue tanta la turbacion, y inquietud que tuvo, que confesso la muerte de su muger », Juan de Quiñones, Memorial, p. 50.

20 « Delicto bien extraordinario », ibidem., p. 61.

21 Ibid., pp. 62-64.

22 Ibidem., pp. 53-56.

23 « La sous-représentation féminine correspond à l’image et au rôle dévolus à la femme » selon Nicole Castan qui déclare aussi : « Une plongée dans la délinquance anormalement inférieure, une exposition prépondérante aux délits sexuels et aux vols non qualifiés, un rôle préférentiel de complice, ce qui n’exclut pas celui d’instigatrice mais qui permet d’ignorer les agissements de son mari... Telles sont les caractéristiques de la criminalité féminine », Nicole CASTAN, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, p. 233 et p. 236.

24 « Su muger correspondencia deshonesta con el oficial », Juan de Quiñones, Memorial, p. 52.

25 Pour comprendre la relation entre la femme et le crime de sang, on lira : Arlette FARGE, « La violence, les femmes et le sang au XVIIIe siècle » in Arlette FARGE, Affaires de sang, Paris, Imago, 1988, pp. 95-111.

26 Juan de Quiñones, Memorial, p. 49.

27 « Que toda la plata la llevavan a un platero, el qual fundia, y hazia rieles », ibidem.

28 Sancho de Moncada, Restauración de España, Madrid, ed. de Jean Vilar, IEF, 1974, pp. 218-220.

29 Juan de Quiñones, Memorial, op. cit., p. 51.

30 « Escribi un libro contra ellos », ibidem., p. 38.

31 « De las informaciones que hize, y de otras noticias que se me han dado, he venido a entender, que esta gente es perniciosa, mala, ociosa, vagante, inutil, y sin provecho para estos Reynos, y de mucho daño para los subditos y vasallos. », Juan de Quiñones, Discurso Contra los Gitanos, Madrid, Juan Gonçalez, 1631, p. 2 (la numérotation est mienne).

32 « Vivir mas biçiosa y liçenciosamente » et « toman un modo de vida diferente de todos los demas de la republica y son tan perjudiciales que se duda si se bautiçan ni se casan », AHN, Consejos, libro 1173, cap. 54, f° 83.

33 Memorial de los servicios..., op. cit., p. 64.

34 Juan de Quiñones, Tratado de falsedades.., pp. 20-24.

35 « Las falsedades, embelecos, i mentiras que cometio Miguel de Molina, pues son las mas raras, i extraordinarias que se han visto en Tribunales, ni leîdo en Historias », Al lector, ibidem.

36 « Los puntos que ofrece son varios, i graves : doi à la publicidad una noticia (no solo à mi parecer) necessaria, por el perjuizio que han hecho estos engaños. », ibidem.

37 « Zelos de fiel Ministro », ibidem.

38 « El Pueblo siempre fue malo de contentar y facil en alborotarse », AHN, Consejos, libro 1173, cap. 59, f° 91.

39 « Previlegio para vivir licenciosa y escandalosamente », ibidem., f° 93.

Auteur

Maître de conférences d’histoire moderne, Université de Pau et des pays de l’Adour

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540