Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Aux sources des violences lignagères dans le nord de la corse entre Moyen Âge tardif et période Moderne (1483 – C. 1540)1

Damien Broc

Texto completo

  • 1 Dans les références de cet article, CSG désignera le fonds des Cancellieri di San Giorgio et PCSG (...)
  • 2 A. Zorzi, « I conflitti nell’Italia comunale. Riflessioni sullo stato degli studi e sulle prospett (...)
  • 3 Relevons toutefois : A. Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société 1433-1483, p. 276-3 (...)

1Les violences constituent une matière privilégiée pour qui entend mieux saisir l’état et la nature des rapports sociaux et bien discerner les structures mentales des différents groupes impliqués dans les conflits. Les recherches récentes, spécialement celles sur les vendette de l’Italie communale, l’ont bien démontré2. De ce point de vue, la Corse du bas Moyen Âge et du premier Âge Moderne fournit un terrain d’enquête particulièrement riche. En effet, les violences sociales posaient alors un problème si lancinant que les Corses, surtout populaires, le plaçaient, pendant les deux derniers siècles du Moyen Âge, au cœur même de leurs luttes et de leurs expérimentations politiques. Or, ce terrain de recherche demeure pour partie en friche : trop peu d’études ont porté une attention suffisamment soutenue aux violences, de sorte que les systèmes de valeurs et les modes de structuration des principaux groupes sociaux n’ont pas encore été dévoilés dans toute leur complexité3. Je me propose donc de rouvrir ici ce dossier.

  • 4 A. Franzini, La Corse…, op. cit., pp. 31-256.
  • 5 J.-M. Arrighi et O. Jehasse, Histoire de la Corse et des Corses, Paris, 2008, pp. 214-215 et M. Ve (...)

2Au long des XIVe et XVe siècles, afin de réguler ces rapports sociaux tendanciellement conflictuels et violents, les Corses tendaient à se doter d’un pouvoir supra-local, jusque-là presque inexistant. Il serait confié à un comte, à un prince ou à un gouvernement (stato) étranger, censé garantir la paix et la justice4. Parallèlement, l’idée d’une contractualisation des rapports politiques progressait, sous l’influence du popolo5.

  • 6 J.-A. Cancellieri, « Corses et Génois : éléments pour une phénoménologie de la colonisation dans l (...)
  • 7 Sur l’origine de cette division : A. Casanova et M. Giacomo-Marcellesi, Chronique médiévale corse. (...)
  • 8 A. Franzini, La Corse…, op. cit., p. 45.

3Toutefois, le gouvernement des factions et des formations sociales l’emportait sur ces aspirations à l’unité et au consensus. La société corse se trouvait, en effet, divisée par de multiples lignes de fracture que les ambitions colonisatrices aragonaise et génoise ranimaient et accentuaient6. D’abord, les populaires nourrissaient un projet démocratique, dit a popolo e comune, qui se heurtait au système seigneurial. Ils se révoltaient en 1357-1358, détruisaient la quasi-totalité des châteaux du nord de l’île et instauraient des communautés et des pièves organisées démocratiquement. En outre, depuis la seconde moitié du XIIIe siècle, les deux partis seigneuriaux issus de Giovanninello da Loreta et de Giudice da Cinarca se disputaient l’hégémonie. Ils continuaient à s’affronter durant le Quattrocento au travers de la via dalla Rocca et de la via da Leca. Enfin, dans le dernier quart du XIVe siècle, la Corse se scindait entre Ristagnacci et Cagionacci, deux factions qui rivalisaient pour le contrôle des charges publiques locales7. Aussi, au moins jusqu’en 1453, date du début du premier gouvernement de l’Office de Saint-Georges dans l’île, la Corse, morcelée en plusieurs ensembles politiques qui se gouvernaient le plus souvent librement, semblable à un archipel, demeurait-elle le « théâtre d’un affrontement endémique »8.

  • 9 P. Antonetti, Histoire de la Corse, Paris, 1973, pp. 164-165 ; A. Casanova, « Caporaux et communau (...)

4Or, le problème des violences se posait avec une acuité accrue, dans le Nord de la Corse, à partir du second quart du XVe siècle, du fait de potentats ruraux, dénommés caporali9. Ils déstabilisaient tant les rapports sociaux que le chroniqueur corse Marc’Antonio Ceccaldi, pourtant luimême apparenté aux « caporaux » de La Casabianca et d’Omessa, dénonçait, vers 1560, leurs méfaits :

  • 10 Marc’antonio Ceccaldi, Histoire de la Corse, introd. trad. et notes A.-M. Graziani, Ajaccio, 2006, (...)

L’ambition et la rapacité de ces caporali étaient si grandes que la pauvre Corse était extrêmement désolée, par les troubles les plus profonds, parce que le frein de la justice n’existant pas, tout était sens dessus dessous et les plus faibles étaient écrasés10.

  • 11 Ces maisons étaient les suivantes : Arenoso ou Ernoso, La Brocca, La Campana, Campocasso, La Casab (...)

5Ces caporali, répartis en une vingtaine de maisons11 (case, casate, masnate), étaient fondamentalement des combattants à cheval. Leur dénomination même les désignait comme des chefs de troupes. Leur positionnement social connaissait une évolution majeure entre 1350 et 1450. Au milieu du XIVe siècle, ils formaient une riche et influente notabilité populaire. Aussi appuyaient-ils le popolo lors des révoltes antiseigneuriales de 1357-1358. Ils acquéraient alors une position de chefs du peuple qu’ils conservaient près d’un siècle. Cependant, dans ce laps de temps, ils développaient une culture de la violence et un style de vie de type nobiliaire qui les détachaient complètement du popolo. Vers 1450, ils constituaient une aristocratie noble, mais ne détenaient pas de droits seigneuriaux. Par ailleurs, les caporali - capables de rassembler sous leur autorité une importante troupe armée, composée de leurs parents et de leurs clients - se mettaient au service des pouvoirs étrangers lancés à la conquête de la Corse. Ils devenaient des alliés politiques et militaires d’autant plus précieux que les colonisateurs débarquaient en Corse avec trop peu de soldats - quelques centaines - pour pouvoir prendre le contrôle de l’île par leurs propres forces. Toutefois, les caporali s’avéraient peu fiables, changeant de camp au gré de leurs intérêts. Enfin, une mutation essentielle intervenait, lourde de conséquences pour l’avenir. Alors que dans la première moitié du XVe siècle, les « caporaux » percevaient un salaire, en contrepartie de leurs services, le popolo, qui leur était désormais très hostile, faisait interdire ce mode de rémunération dans les Capitula Corsorum (1453 et 1454). Dorénavant, les caporali seraient exclusivement rétribués par des bénéfices ecclésiastiques et des offices publics.

6Si ces lignages « caporalices » ne détenaient pas le monopole de la violence, ils en étaient indéniablement les instigateurs principaux, à double titre. D’une part, les caporali cultivaient de virulentes inimitiés (inimicizie) interlignagères, sous-tendues par une rude concurrence politico-économique. Ces haines généraient des violences pendant des décennies. D’autre part, les « caporaux » tentaient d’assujettir par la force le popolo rural et urbain qui rejetait leur culture et leur tutelle.

7Les structures mentales, familiales et économiques des lignages « caporalices » constituaient donc les ressorts essentiels de ces inimitiés. Nous les examinerons en détail. Bien que ces violences fussent particulièrement vives dès le milieu du XVe siècle, mon propos se limitera aux soixante premières années du second gouvernement de l’Office de Saint-Georges (1483-c. 1540) lorsque celui-ci, pour le compte de Gênes, éradiquait définitivement les seigneurs rebelles du sud de la Corse (1511) et instaurait une longue période de domination, jusqu’aux guerres dites des Français et de Sampiero (1553-1567). Cette période s’avère particulièrement intéressante pour deux raisons. En premier lieu, les lignages « caporalices » connaissaient alors une crise sérieuse, notamment liée à un système économique dépassé, qui se manifestait par des violences paroxystiques. En outre, les Génois menaient une politique très ambiguë à l’égard des caporali, cherchant à les amadouer (carezzare) tout en les abaissant.

  • 12 I. Lazzarini, L’Italia degli stati territoriali (secoli XIII-XV), Rome-Bari, 2003, pp. 173-176.

8La particulière abondance des sources pour cette période dicte aussi le choix de cet espace chronologique. Les très nombreuses correspondances, émises par les caporali, par les bourgeois et par les communautés villageoises corses à destination des Protecteurs de Saint-Georges formeront la matière de cette recherche. Corses et Génois avaient, en effet, érigé ce mode de communication épistolaire en un authentique instrument de gouvernement, à la manière des gouvernants et des gouvernés des États territoriaux d’Italie continentale12. Or, ces correspondances présentent cette qualité irremplaçable de permettre d’observer la violence du point de vue des personnes et des groupes impliqués. Elles livrent quantités d’indications sur les relations sociales dans lesquelles s’inséraient ces actes violents.

Une culture du conflit

  • 13 J.-C. Maire-Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, X (...)

9Les caporali, à l’image des milites de l’Italie communale des XIIe-XIIIe siècles13, portaient une authentique culture du conflit, d’essence guerrière, nourrie par les valeurs de vengeance et d’honneur. Celle-ci se manifestait principalement par des violences entre lignages « caporalices ».

10Les caporali développaient une double culture de la haine et de l’amitié. Ils pensaient, en effet, les relations sociales sous le rapport exclusif de la dichotomie amis (amici) / ennemis (nimici), massivement présente dans leurs discours épistolaires. L’inimitié se concevait comme une relation d’opposition durable entre deux lignages, à l’origine d’une véritable guerre privée. Les Corses la regardaient comme le facteur essentiel des violences, tandis que la vendetta stricto sensu, c’est-à-dire le désir de venger un parent mort, se trouvait plus rarement invoquée. Autrement dit, les violences n’étaient pas que vengeances. Elles visaient encore à nuire, à affaiblir voire à détruire le lignage adverse.

  • 14 Sur le concept d’amitié dans la Corse contemporaine : P. Torre, « Amitié et politique en Corse sou (...)
  • 15 PCSG, liasse 35, 791-793 (7 octobre 1489).
  • 16 Ibid., liasse 18, 429 (12 janvier 1492).
  • 17 CSG, liasse 77 (6 octobre 1525).
  • 18 V. Marchi Van Cauwelaert, Rinuccio della Rocca. Vie et mort d’un seigneur corse à l’époque de la c (...)

11Toutefois, l’amitié ne doit pas se négliger14. Elle se nouait principalement par des alliances matrimoniales et liait généralement des case qui se trouvaient dans le même camp politique. Le mémoire (ricordo), dans lequel Carlo da Casta dressait la liste des partisans (amici) et des adversaires (contrari) de l’Office de Saint-Georges, montre le rôle fondamental des liens matrimoniaux dans l’appartenance au parti progénois ou proseigneurial15. Angelino da Lo Pruno était, par exemple, tenu pour ennemi de l’Office par ledit Carlo, car il avait pris pour épouse la sœur de Giudice da Casta, un opposant aux Génois. Mais, en ce domaine, la force de l’amitié n’était pas absolue. Vincentello da Casta demeurait fidèle à Saint-Georges bien qu’il fût cousin des seigneurs rebelles de Nonza. En outre, on cherchait à se renforcer en s’alliant aux ennemis de ses ennemis. De la sorte, les lignages « caporalices » tissaient, au sein de leur groupe social et parmi les familles seigneuriales, la toile d’une parentèle élective (parenti di affinità) aux ramifications très vastes. Les deux branches ennemies des da Casta disposaient de tant de parents et d’amis que toutes les « bonnes maisons » de l’île étaient engagées, paraît-il, dans leur différend16. L’amitié créait un lien de solidarité, qui jouait efficacement en cas de conflit ouvert avec un lignage ennemi. Ainsi, de nombreux parents par alliance aidaient, les armes à la main, les fils de Vincentello da Casta à exterminer, dans leur tour, Teramo da Casta et son lignage, en 152517. En somme, dans ce schéma binaire, l’amicizia paraît seconde car essentiellement nouée pour soutenir l’inimicizia. Cette conception de l’amitié prévalait encore dans le Sud, spécialement dans la seigneurie della Rocca18.

  • 19 CSG, liasse 49 (20 septembre 1534).

12Cette vision dichotomique des rapports sociaux, portée par les « caporaux », était directement liée à leur métier de chef de guerre. Tout au long du XVe siècle, les caporali servaient les armes à la main les pouvoirs étrangers ou les seigneurs corses qui prétendaient imposer leur autorité sur l’île. Or, dans ces circonstances, les « caporaux » se divisaient presque toujours en partis opposés. Ils se combattaient donc, ce qui provoquait ou ravivait de solides inimitiés. Cela se produisait encore, entre 1483 et 1511, lors des révoltes de Giovan Paolo da Leca et de Renuccio della Rocca. Plusieurs décennies après les faits, les caporali gardaient la mémoire de leurs parents morts ou emprisonnés, pendant ces guerres, du fait d’un lignage rival. En 1534, le Piévan de La Casabianca, chef des Rouges, rappelait aux Protecteurs qu’au temps des guerres contre Renuccio della Rocca (1502-1511) son père avait été emprisonné et torturé par ses rivaux, les Noirs de La Casabianca19. Cet épisode avait ranimé une inimitié qui avait probablement éclaté dans les années 1460.

  • 20 PCSG, liasse 40, 635 (3 juillet 1491).
  • 21 Ibid., liasse 12 (3 août 1485).
  • 22 Ibid., liasse 42, 776 (29 mai 1509).
  • 23 Ibid., liasse 35, 610-611 (19 janvier 1510).
  • 24 Ibid., liasse 18, 608 (31 mars 1509).
  • 25 Il s’agissait des Casta, des Omessa et peut-être des Rouges de La Casabianca. CSG, liasse 1639.
  • 26 Ibid., liasse 76 (12 mai 1525).

13Les caporali adoptaient donc un mode de vie guerrier, y compris durant les temps de paix publique. Ainsi ne se déplaçaient-ils jamais sans être escortés par une suite de compagnons armés, qui comprenait jusqu’à 15 ou 30 hommes20. La prohibition générale du port d’armes, édictée dès le début du second gouvernement de l’Office, s’appliquait également aux caporali, mais elle demeurait sans effet, car les gouverneurs faisaient généralement preuve de laxisme en la matière21. Toutefois, quelques-uns, particulièrement énergiques, menaient des campagnes systématiques de confiscation des armes, en vain. Ainsi, d’après un bourgeois de Saint-Florent, Vincentello da Casta et sa bande (sua secta) portaient les armes continuellement22. Lorsqu’il allait visiter le gouverneur établi à La Bastia, ce caporale se contentait de les dissimuler à Suerta, une villa située au voisinage de la ville, avant de les reprendre à son retour23. Des poursuites judiciaires étaient quelquefois engagées24. Mais, durant les années 1510, l’Office finissait par accorder des patentes de port d’armes à certains caporali25, tout en limitant à un maximum de cinq le nombre de compagnons armés26. Il retirait parfois ces licences, à la suite d’affrontements.

  • 27 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 28 Sur la vendetta italienne, voir en dernier lieu : A. Zorzi (dir.), Conflitti, paci et vendette nel (...)
  • 29 Sur la dette d’honneur aux périodes moderne et contemporaine : J. Busquet, Le droit de la vendetta (...)

14Par ailleurs, la culture de l’honneur imprégnait profondément les comportements « caporalices » et représentait, comme dans une large partie de l’Occident médiéval, une source essentielle de violences27. Elle s’exprimait spécialement par la pratique de la vendetta. Dans le sens qui prévalait dans la Corse du Moyen Âge tardif, la vendetta s’entendait comme l’acte destiné à venger l’assassinat d’un proche parent. Elle s’accomplissait généralement par l’élimination physique de l’homicide28. On devine, plus qu’on ne le lit, qu’elle tendait à réparer la blessure d’honneur subie par le lignage du fait du sang versé29.

  • 30 PCSG, liasse 18, 439 (5 juin 1498).
  • 31 Ibid., liasse 12, 83 (31 juillet 1484).
  • 32 Ibid., liasse 35, 885 (sans date, vers le printemps 1507).
  • 33 Ibid., liasse 18, 415 (28 septembre 1509).
  • 34 Ibid., 429 (12 janvier 1492).

15La vengeance se faisait parfois « transversale », s’exerçant alors à l’encontre des parents proches du criminel, frères ou cousins30, ou des parents par alliance31. Elle aurait donné lieu, dans de rares cas, à un déchaînement de violences qui frappaient, au hasard, des gens sans rapport avec la « dette de sang » (document 3)32. Les vendette pouvaient se dérouler sur de très longues périodes. Ainsi des caporali de L’Ortale et du Petricaggio avaientils noué, en 1509, une alliance jurée dans le but d’assassiner Orsatone da Lo Petricaggio afin de venger un de leurs cousins qui avait été tué vingt ans plus tôt33. Toutefois, selon le caporale Antone da Lo Lugo, il existait, dans les coutumes corses, une alternative non violente à la vendetta, à savoir le bannissement hors de l’île : « Nos usages veulent que celui qui tue doive être assassiné ou bien banni, à la discrétion des parents du défunt […]34 ». Dans l’hypothèse où le meurtrier était banni, il ne pouvait retourner en Corse qu’après autorisation des parents du défunt. À défaut, la vendetta reprenait ses droits. En théorie, dès lors que la vengeance était accomplie, la dette de sang s’éteignait. En réalité, il n’en était rien. La vengeance suscitait une contre-vengeance, laquelle appelait à son tour une nouvelle vendetta. Et ainsi de suite. Les violences s’engrenaient donc sans fin.

16Par ailleurs, tout ce qui touchait au rang social (grado) d’une casa mettait en jeu son honneur. En effet, les lignages « caporalices », groupes nobles et privilégiés, rivalisaient pour le contrôle des attributs de leur statut social. Ils provoquaient de la sorte des différends nombreux qui, en définitive, consistaient en des conflits d’honneur.

17Pour bien comprendre, il convient d’examiner le contrat politique à la base du ralliement des caporali à l’Office de Saint-Georges, après 1483. Les lignages « caporalices », qui s’étaient montrés fidèles, devenaient des recommandés (ricomandati) ou des favoris (favoriti) de l’Office. Ils se voyaient gratifier d’honneurs (honori ou honoranze), de prééminences (preheminencie), de grâces (gratie) et de privilèges (privilegi) qui leur assuraient un rang social éminent dans la société corse. Les caporaux de La Campana écrivaient ainsi aux Protecteurs :

  • 35 CSG, liasse 196 (10 décembre 1541).

Les prédécesseurs de Vos Seigneuries ont reconnu le service rendu avec empressement [par nos ancêtres] et les ont accepté au nombre de leurs très fidèles serviteurs. Ils ont voulu et ordonné qu’ils soient et doivent être admis aux honneurs et aux prééminences qu’il est de coutume de concéder dans l’île. Ils ont ordonné aux gouverneurs d’alors que fût donnée une bonne part des offices de leur piève, à tout le moins la moitié de ceux-ci35.

  • 36 Giovanni, Ambrogio et Antonio da Omessa. A. Franzini, La Corse…, op. cit., pp. 286-297.

18En vertu de leur recommandation, les caporali captaient des bénéfices ecclésiastiques, très rémunérateurs : canonicats ou piévanies. En revanche, les évêchés étaient réservés aux Génois. Le temps était donc révolu où les Omessa accédaient à l’épiscopat, à trois reprises, à la fin du XIVe siècle et dans la première moitié du XVe siècle36. Les chefs de lignage se faisaient désigner, en outre, aux plus éminentes charges publiques. Ils exerçaient les fonctions de « syndics » (sindici) et, à ce titre, examinaient les plaintes que les Corses pouvaient élever contre les plus hauts fonctionnaires génois à leur sortie de charge. Désignés Nobles XII, ils conseillaient le gouverneur. Ils obtenaient également des charges de moindre importance, comme celles de greffier de cour de justice (scrivania), de collecteur des tailles (terzanaria) ou d’officiers des communautés locales (podestat, raxionero). Enfin, ils bénéficiaient d’une exemption de taille.

  • 37 PCSG, liasse 18, 378 (29 avril 1494).
  • 38 A. Franzini, La Corse…, op. cit., p. 44.
  • 39 Ce double aspect de l’honneur n’était pas propre à la Corse : C. Gauvard, « Honneur », in Dictionn (...)
  • 40 PCSG, liasse 18, 441 (4 juin 1491).
  • 41 Ibid., 393 (23 juillet 1490).
  • 42 Ibid., 532 (7 août 1515).
  • 43 Ibid., 352 (10 novembre 1506).

19L’honneur des caporali était indissociablement lié à la possession de ces bénéfices matériels. Antone da Lo Lugo ne réclamait-il pas à l’Office de telles rétributions afin, disait-il, de « maintenir vos intérêts et mon honneur »37 ? Cette intrication se révèle dans le double sens du mot onore. Dans l’expression, employée par les caporali, più per onore ca per utilità, l’honneur, opposé au profit, s’entendait comme une dignité morale38. Mais le mot s’écrivait aussi au pluriel et désignait les charges publiques39. Ainsi, Piero da La Pancaraccia, qui demandait confirmation de tous les offices publics de la piève de Rogna, les qualifiait-il d’onori40. Ces rétributions ne se confondaient pas avec la vile rémunération sonnante et trébuchante et élevaient la dignité des caporali41. Aussi, tout acte qui portait atteinte aux attributs matériels du statut social (onori) des caporali se ressentait comme une injure (injuria), c’est-à-dire comme une blessure d’honneur (onore). Ainsi, en août 1515, les fils de Griffo d’Omessa considéraient que si leur cousin perdait la piève qu’il possédait, leur lignage subirait une injure (injulia)42. De même, Vincente da La Casabianca jugeait que l’Office lui avait fait iniuria en lui retirant la charge de syndic (sindicaria)43. Autrement dit, les conflits d’honneur ne formaient pas un type particulier de litiges mais une catégorie d’un niveau supérieur, qui englobait tous les différends. Ainsi le cas corse rejoint-il l’approche récemment développée par Gerd Schwerhoff concernant Cologne :

  • 44 G. Schwerhoff, « Justice et honneur. Interpréter la violence à Cologne (XV-XVIIIe siècle) », in An (...)

D’évidence, il n’est pas satisfaisant de faire des conflits d’honneur un type de conflit parmi d’autres (comme les conflits de propriété). Bien plutôt, l’importance des causes et des motifs de conflit, d’une part, et celle de l’honneur, d’autre part, se situent à différents niveaux. L’honneur constituait un langage à même de dissimuler toute allusion à des intérêts matériels. […] Donc, quels qu’aient été les motifs et les causes de la plupart des disputes « agonales » violentes, un code de l’honneur rigide les chapeautait, qui harmonisait des motifs hétérogènes en les traduisant, en quelque sorte, dans le langage de l’honneur44.

20Outre ces valeurs « caporalices », le mode de structuration et d’affirmation des lignages ajoutait aux ferments de divisions et de violences.

Modes de structuration et d’affirmation des case « caporalices »

  • 45 PCSG, liasse 18, 372 (2 mai 1495) et liasse 43, 392 (30 novembre 1507).

21Les maisons de caporali tenaient leur force de leurs dizaines ou centaines de membres. Le lignage des fils de Lanfranco da Matra comptait 60 membres et celui de Quilico da La Campana comprenait « 300 parents soldés et payés »45. Cependant, cette extension considérable des case posait un problème de ressources économiques, d’autant plus aigu que celles-ci se concentraient dans des zones d’influence assez restreintes.

  • 46 J. Bouju, « Lignage », in Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dir. P. Bonte et M. (...)
  • 47 CSG, liasse 224 (3 décembre 1550).
  • 48 PCSG, liasse 18, 376 (22 août 1494).

22Les maisonnées (masnate) « caporalices » se structuraient d’abord sur le mode du lignage46. Elles regroupaient, en principe, tous les parents issus d’un ancêtre commun, par filiation patrilinéaire. Plusieurs branches collatérales composaient donc une même maison47. Les termes case, casate, masnate, employés pour désigner les groupes « caporalices », montrent l’importance du principe de la communauté de résidence : les membres des lignages demeuraient ensemble dans une même tour ou dans un même hameau. Toutefois, si les enfants mâles demeuraient sous le toit paternel avec leur épouse, les filles mariées rejoignaient le lignage du conjoint. Le groupe se soumettait à l’autorité du frère aîné, mais les prises de décisions et la représentation de la casa s’effectuaient parfois collégialement. Généralement, les chefs de lignage se succédaient par ordre de naissance48. Au-delà du noyau lignager, les masnate regroupaient des compagnons d’armes (famegli ou seguaci), des domestiques, des ouvriers qui travaillaient dans leurs propriétés. Elles élevaient et nourrissaient en leur sein des enfants et des jeunes gens (alevati di casa) qui ne faisaient pas partie des proches parents par le sang. Certains s’occupaient des tâches domestiques, d’autres recevaient probablement une certaine éducation. Les caporali rassemblaient encore une importante clientèle de partisans (partexani, aderenti) qu’ils protégeaient et à laquelle ils procuraient parfois des moyens de subsistance. C’est au vu de ces ramifications, qui s’étendent bien au-delà du simple lignage, qu’on peut qualifier les groupes « caporalices » de clans.

  • 49 PCSG, liasse 34, 628.
  • 50 Sur la fragilité des liens de sang, un exemple italien : A. Gamberini, « La faida e la costruzione (...)
  • 51 CSG, liasse 224 (3 décembre 1550).

23Un strict principe de solidarité imposait un certain nombre d’obligations aux membres des lignages, notamment celle de ne pas fréquenter d’ennemi. Vers 1514, une altercation opposait Ranuccio da Campocasso à son neveu Giovanninello, parce que ce dernier s’était rendu aux noces de leur ennemi Vincentello da Nonza49. En retour, les chefs de lignage devaient entretenir les membres de leur maison. Or, la question de la juste répartition des richesses au sein des groupes « caporalices » était essentielle. Le principe de solidarité et d’unité interne n’avait, en effet, rien d’absolu50. Un différend de nature économique pouvait scinder le lignage. Ainsi, en 1550, la masnata de Giovanni da Lo Pruno et de ses oncles se trouvait sur le point de se diviser, en raison précisément d’un conflit relatif aux rémunérations. Ils s’efforçaient d’éviter l’écueil et décidaient, à cet effet, de distribuer équitablement les offices de la piève d’Ampugnani, afin que tous « puissent vivre pacifiquement, tous étant d’une même maisonnée (cazada), et afin que l’un n’ait pas plus que l’autre »51.

  • 52 Ibid., liasse 220 (2 mars 1548) ; liasse 224 (10 et 28 mars 1550) et liasse 71 (14 juillet 1523).
  • 53 PCSG, liasse 43 (15 juin 1531).
  • 54 Ibid., liasse 43, 166.

24Or, la descendance masculine des lignages s’avérait nombreuse, voire pléthorique. Teramo da Casta avait six enfants mâles, son frère Pietro Paolo cinq. Au total, le clan de Teramo comptait, vers 1525, au moins une vingtaine d’hommes en âge de combattre. D’où de sérieuses difficultés économiques, accrues par le fait que les caporali ne pratiquaient pas le commerce, alors en pleine expansion. En fait, le système économique des lignages reposait sur trois types de ressources. En premier lieu, les caporali tiraient des revenus de leurs biens fonciers : maisons, moulins, terres à blés, vignes, oliviers, troupeaux etc52. Par ailleurs, ils pouvaient exiger de leurs parents et partisans des « cadeaux » obligatoires (acati), notamment sous forme de bétail, à condition d’avoir préalablement obtenu l’accord des autorités génoises. Les caporali entrés dans la cléricature pouvaient recevoir, dans les mêmes conditions, des « cadeaux » à l’occasion de la célébration de leur première messe (prima messa) ou de la messe nouvelle (messa novella)53. Enfin, et surtout, le contrôle des charges publiques ou religieuses revêtait une importance économique capitale. Ainsi, Vincentello da Casta aurait joui, dans les deux premières décennies du XVIe siècle, de 600 à 900 livres de revenus annuels liés à des bénéfices ecclésiastiques, soit l’équivalent de ce que pouvait rapporter un petit évêché corse. Les caporali n’exerçaient pas de jus patronatus, stricto sensu, sur les onori. Cependant, dans les faits, certains de ces bénéfices, surtout les piévanies et les canonicats, demeuraient presque toujours entre les mains d’un même lignage. Les « caporaux » s’attachaient, spécialement, à conserver entre leurs mains les honneurs de leur piève de résidence ou des pièves voisines. Ils les redistribuaient ensuite à leurs partisans, selon leur bon vouloir. Mais ce mode de rétribution sous forme de bénéfices et d’offices, en nombre fixe, se trouvait par nature limité, d’autant plus que la bourgeoisie citadine et la notabilité rurale prenaient de l’importance dans la vie publique et prétendaient à de telles rémunérations. En outre, certaines casate qui étaient tombées en disgrâce, au temps des rébellions de Giovan Paolo da Leca et de Renuccio della Rocca, retrouvaient la faveur des Génois dans les premières décennies du XVIe siècle et obtenaient des concessions de charges. Dès 1512-1513, le fils de Ristorcello de Sant’Antonino, qui était pourtant le neveu du seigneur rebelle Giovan Paolo da Leca, recueillait la moitié des offices de son village54.

25La compétition entre lignages s’avérait intense et accroissait les risques de désordres, selon Damiano Canacio, le trésorier de Corse :

  • 55 Ibid., liasse 12 (3 août 1485).

Concernant les affaires de l’île, les choses ne vont pas aussi bien [qu’on pourrait l’espérer] en raison des grands différends qui interviennent entre les uns et les autres, surtout à cause des bénéfices des églises. Quand un bénéfice est vacant, chacun veut en prendre possession par les armes et tous veulent être pape. Si Vos Seigneuries n’y donnent pas quelque remède, cela se terminera certainement mal car, pour un bénéfice, il peut y avoir 500 ou 600 hommes les armes à la main55.

  • 56 Ibid., liasse 35, 917.
  • 57 Ibid.

26La concurrence pour les bénéfices ecclésiastiques engendrait des pressions, des menaces physiques, des agressions et parfois des meurtres. Ainsi le prêtre de l’église Sant’Angelo d’Asco, harcelé par Teramo da Casta, se voyait-il obligé de lui reverser chaque année la moitié de ses revenus56. Plus tard, le frère de Teramo l’agressait et lui dérobait ses bulles pontificales57.

  • 58 Pour un intéressant exemple de médiation politique : M. Della Misericordia, « Dal patronato alla m (...)
  • 59 PCSG, liasse 43, 18.
  • 60 Ibid., 56 (28 septembre 1496 et 102 (18 juillet 1484).

27Par cette politique d’accaparement et de redistribution des onori de leur piève de résidence et des pièves voisines, les caporali affirmaient leur prééminence sur ces territoires. Ils renforçaient encore leur influence en se comportant en médiateurs privilégiés des populations auprès de l’Office58. Ils réclamaient ainsi continuellement pour leurs parents, leurs amis ou leurs partisans des rémissions et des grâces judiciaires. Disposer d’une solide zone d’influence justifiait qu’on obtînt une part, sinon la totalité, des charges d’une piève. Ainsi, Antonio da Sant’Antonino revendiquait une part des offices de la piève du Giunssani, parce qu’il disposait sur place, affirmait-il, d’une majorité de partisans59. Sur la base de ces sphères d’influence, les offices étaient assez strictement répartis entre les lignages, comme par exemple en Balagne, dans les années 1490, entre les « caporaux » da Sant’Antonino, da La Corbaia et da Casta60.

  • 61 Les recherches en cours d’Anne Dor apporteront bientôt un éclairage neuf sur l’habitat « caporalic (...)
  • 62 CSG, liasse 63 (1519 environ) : liste des tours « caporalices », dressée par Francesco da Matra.
  • 63 Ibid., liasse 40 (15 octobre 1531).

28Dans le cadre de cette stratégie territoriale, l’édification ou l’aménagement des tours revêtait une importance symbolique majeure, au-delà de leur réel rôle défensif61. Les torri qui se multipliaient, durant le premier tiers du XVIe siècle62, inscrivaient dans l’espace villageois, la dignité, le prestige et la puissance des lignages « caporalices », au point qu’une telle expression de pouvoir, de la part d’adversaires, se ressentait comme une injure63.

29L’espace des pièves et des villages se révélait trop étroit et porteur de trop d’enjeux pour que plusieurs lignages pussent cohabiter en paix. Dans ce cadre-là, les rapports sociaux s’organisaient généralement autour de deux « partis » qui cherchaient à s’affaiblir et à s’offenser par des actes variés de violence.

Bipolarisation des groupes « caporalices » et engrenage des violences

30Ces inimitiés se manifestaient par une tendance forte à la bipolarisation de la lutte sociale et politique, à l’échelle des villages, des pièves et du nord de la Corse (document 1). Les case nouaient, en effet, des relations d’amitié et de parenté, avec les ennemis de leurs ennemis, qui donnaient souvent naissance à deux réseaux de lignages opposés. Dans le Nebbio, par exemple, les case de Vincentello da Casta et des Campocasso s’alliaient, par mariage, contre celles de Teramo da Casta et des Pruneta. De même, dans la piève d’Aregno, Lanzalago da La Corbaia et Ristorcello de Sant’Antonino, cousins par le sang, se battaient ensemble contre la casa de Silvagnolo de Sant’Antonino. De surcroît, une telle bipolarisation se produisait à l’intérieur même des lignages. Ainsi, les descendants de Deodato da Casta se divisaient en deux branches collatérales : celle de Luciano, que perpétuaient Carlo puis Teramo et celle de Barnabone, qu’Orlanduccio puis Vincentello dirigeaient après sa mort. Ils s’affrontaient violemment pendant plus d’une cinquantaine d’années. Dans les années 1480-1490, deux meurtres et une accumulation de litiges d’ordre matériel mettaient le feu aux poudres. À Pâques 1493, les deux lignages se combattaient dans les rues de Santo Pietro di Tenda. Après 15 ans de calme relatif, les hostilités reprenaient vers 1508-1510. Elles se poursuivaient jusqu’à l’extermination presque complète des partisans de Teramo, en 1525, dans l’incendie de leur tour du Montagione, à Oletta.

  • 64 CSG, liasse 77 (6 octobre 1525).

31Du fait des réseaux d’amitié, les violences se diffusaient au-delà des deux groupes lignagers directement opposés par une inimitié. Ainsi, durant les années 1520-1530, les inimitiés entre les Casta s’étendaient aux Casabianca et peut-être même à d’autres case (document 2). En effet, lorsque les fils de Vincentello da Casta exterminaient Teramo da Casta et quinze autres membres de son lignage, ils se faisaient assister des plus éminents membres de l’aristocratie « caporalice » et seigneuriale64. Or, Martino da La Casabianca, du parti des Noirs, avait participé au massacre du lignage de Teramo, par solidarité avec Vincentello, son cousin par alliance. Sept ans plus tard, le 22 janvier 1532, les fils survivants dudit Teramo se vengeaient et assassinaient Martino. Or, à cette nouvelle, Renuccio du parti des Rouges, se réjouissait publiquement. Furieux, les Noirs ruminaient leur haine puis tuaient Renuccio, le 9 septembre 1534. Trois ans après, le fils de Renuccio assassinait Giorgio, le chef du parti des Noirs.

  • 65 CSG, liasse 1639 (20 mai 1520).
  • 66 PCSG, liasse 43, 24 (15 mai 1509).
  • 67 Ibid., liasse 35, 909 (7 avril 1493) et 731-733 (10 avril 1493).

32L’histoire des inimitiés des Casabianca et des Casta démontre que les violences « caporalices » évoluaient, en nature et en intensité, en fonction de l’importance du contentieux accumulé et du degré de tension atteint. Dans un premier temps, l’inimitié se construisait ou se réactivait à la faveur de différends d’ordre matériel, d’injures, de disputes verbales, de dommages aux biens. Les « caporaux » volaient le bétail, saccageaient les moulins, les maisons, taillaient les arbres, les vignes. Ils s’attaquaient également aux chevaux de leurs adversaires, car les montures valaient cher et constituaient un signe de distinction sociale. La tension accumulée se libérait ensuite, lors d’une phase de guerre ouverte, émaillée de meurtres, de rixes et de batailles de rue qui engageaient jusqu’à 200 belligérants65. Les parties opposées se tendaient des embuscades, loin des regards. Quelquefois, cependant, les assauts avaient lieu en plein village et même à l’intérieur des églises, durant les offices66. Dans un tel contexte, plusieurs affrontements pouvaient éclater en une journée ou en l’espace de quelques jours. Dans certains cas, très rares, on prenait d’assaut la tour dans laquelle le lignage adverse s’était réfugié. Un tel scenario se déroulait entre les Casta, en avril 1493 et en octobre 152567. Enfin, après ce pic, une période de calme plus ou moins durable s’installait, à la suite de l’exil des auteurs des violences ou grâce à la conclusion d’une paix, mais le désir de vengeance pouvait ensuite ranimer l’inimicizia.

33Les violences « caporalices » ne visaient pas seulement les lignages concurrents. Elles s’exerçaient encore, en certains lieux, à l’encontre de la bourgeoisie populaire qui, dans le contexte d’essor du commerce insulaire, s’enrichissait, se développait et tendait à s’affirmer sur le plan politique.

Les violences « caporalices » contre le popolo

34Le Nebbio et le Centre-Est de l’île constituaient les principaux terrains d’affrontement entre le popolo et les caporali. Un profond fossé culturel séparait ces deux groupes sociaux.

  • 68 En 1472, par exemple, Vincentello Cortinco réunissait le popolo du Nebbio aux fins de se faire éli (...)

35En effet, les populaires aspiraient à vivre librement, sous l’autorité directe de l’Office de Saint-Georges, et à jouir de la paix, de la sécurité et de la prospérité. Ils n’acceptaient plus la culture de la violence et du désordre, que les caporali véhiculaient. À l’opposé, les caporaux entendaient, selon un strict principe hiérarchique et autoritaire, imposer leur ordre et leurs valeurs. Ils étouffaient les velléités populaires d’expression politique68.

  • 69 PCSG, liasse 42, 174 (29 août 1511).
  • 70 Agostino Giustiniani, Description de la Corse, trad. M. Giacomo Marcellesi et A. Casanova, Ajaccio (...)

36Ce conflit s’avérait particulièrement virulent à Saint-Florent, la cité épiscopale du diocèse de Nebbio. Ce bourg portuaire, développé à partir de 1440 à l’instigation du Génois Giano Fregoso, devenait très rapidement le point de ralliement et le territoire politique des populaires de l’extrême nord de l’île, grâce à un statut juridique et fiscal privilégié, obtenu en 1449 et 1455. Saint-Florent embarrassait les caporali du Nebbio parce qu’elle exerçait une forte polarisation sur leurs zones d’influence et parce qu’elle avait développé une culture civique radicalement opposée à la leur. Les habitants du bourg voulaient « être libres et n’avoir d’autre sujétion qu’à [l’Office] » affirmaient-ils69. Autrement dit, les Sanfiorenzeschi voulaient s’affranchir des tutelles seigneuriales et « caporalices » qu’ils jugeaient porteuses de violences et d’arbitraire. À cet effet, dès 1455, les bourgeois de Saint-Florent se dotaient d’une réglementation de l’immigration, qui excluait les caporali de la ville. Ainsi, pendant plus d’un demi-siècle, la population de cette cité « qui était très estimée pour son âge et sa prudence […] tenait la ville en paix »70.

37Mais dès les années 1510, la culture civique se délitait et les violences gagnaient du terrain. Par une intense activité de médiation politique et en mariant des filles illégitimes à des hommes de Saint-Florent, les caporali réussissaient à se constituer une clientèle dans cette cité. En outre, le caporale Jodato da Casta, cousin de Teramo, s’installait dans la ville, où il importait les inimitiés de son lignage. Surtout, Jodato harcelait les bourgeois qui s’opposaient à lui et détruisait leurs biens. Et les habitants de protester :

  • 71 PCSG, liasse 42, 174 (29 août 1511).

[Les caporaux] sont la ruine de votre terre, tant par les divisions qu’ils provoquent que par les dommages aux bêtes ou aux vignes qu’ils font tailler. C’est à qui ils cassent la porte, à qui le mur71.

  • 72 CSG, liasse 73 (22 juin 1524).
  • 73 Ibid., liasse 71 (18 juillet 1523).

38Jodato attirait à lui des jeunes et les incitait à commettre toutes sortes de méfaits72. Il introduisait dans la ville des hommes de mauvaise de vie et même des criminels73. Dans ce climat, intervenaient plusieurs batailles de rue, qui mettaient aux prises jusqu’à une quarantaine de participants armés.

  • 74 Ibid., liasse 53 (11 mars 1535).
  • 75 PCSG, liasse 43, 384-385 et 399-400 (7 juin 1505).
  • 76 CSG, liasse 72 (17 avril 1523). Source citée dans : Marc’antonio Ceccaldi, Histoire de la Corse…, (...)

39Par ailleurs, les violences contre le popolo prenaient un caractère économique très marqué, du moins dans la plaine orientale. Certains caporali se livraient, au début du XVIe siècle, à un authentique brigandage. Ainsi, le « caporal » Gasparo da Matra, accompagné de huit ou dix hommes armés, volait à deux reprises le bétail que des populaires, Vincente da Murato et ses cousins des Murracciole, faisaient pacager dans la plaine d’Aleria74. En outre, les lignages « caporalices » de Matra, Chiatra et Pancaraccia visaient à ruiner la riche notabilité populaire de Zuani, dans la piève de la Serra. Pendant un demi-siècle au moins, ces « caporaux » harcelaient le lignage populaire de Taddeo et Fregoso da Zuani, assassinant, volant et vandalisant leurs biens75. La lutte faisait une cinquantaine de victimes entre les deux parties76. Ainsi, persistait la contradiction séculaire entre, d’une part, des rapports sociaux tendanciellement violents et, d’autre part, l’exigence de paix et de justice des Corses.

Régulation et évolution des violences

40La situation de la Corse ne s’améliorait guère, en effet, durant les soixante premières années du second gouvernement de Saint-Georges, excepté peutêtre dans les années 1540. L’Office – bien trop ambigu, faible et inconstant – utilisait timidement ses pouvoirs de justice à l’égard des caporali.

41Pourtant, le désir de justice s’exprimait très fortement, essentiellement dans les milieux populaires, qui contestaient l’inaction des autorités locales génoises. Ainsi Griffo d’Antisanti critiquait-il, en 1505 :

  • 77 PCSG, liasse 18, 548 (5 juin 1505) et liasse 35, 885.

Il est un grand mécontentement des peuples de Corse à propos des hommes qui meurent chaque jour et qui s’entretuent […] Si Vos Seigneuries n’accordaient pas des rémissions et des pardons, il ne se ferait pas ce qui se fait. Chacun dit que Vous êtes satisfaites de ne pas rendre la justice77.

  • 78 CSG, liasse 55 (16 septembre 1516).
  • 79 Ibid., liasse 59 (23 avril 1517). Sur la vengeance par voie judiciaire : D.L. Smail, The consumpti (...)

42Certains caporali louaient l’effet dissuasif des sanctions judiciaires, tel Vincentello da Casta78. D’aucuns utilisaient même la justice génoise comme un instrument de vengeance personnelle79. Mais, en réalité, beaucoup de Corses et de caporali refusaient de se soumettre à la justice publique. Dans la plupart des cas de crimes de sang, les meurtriers prenaient « le maquis » (la selva) puis le chemin de l’exil en Terre Ferme, où ils attendaient l’autorisation de revenir dans l’île, quelques mois ou quelques années.

  • 80 PSCG, liasse 35, 885 et CSG 77 (6 octobre 1525).
  • 81 CSG, liasse 73 (22 juin 1524 et 29 juillet 1524).

43Les criminels issus des groupes « caporalices » profitaient de la faiblesse des officiers génois qui hésitaient à agir, par crainte des répercussions politiques80. La justice génoise s’appliquait, en outre, très inégalement, variant en fonction de la personnalité du gouverneur et des officiers en place. Certains faisaient preuve d’un grand laxisme, tel ce podestat et châtelain génois du bourg de Saint-Florent qui, d’après le gouverneur, passait la journée à jouer avec les jeunes délinquants de la cité81.

  • 82 PCSG, liasse 16, 449 (16 juillet 1507).
  • 83 CSG 76 (1525).

44De plus, la corruption des officiers, y compris au plus haut niveau, s’avérait très importante. D’après un courrier anonyme de 1507, trois caporali – le piévan de Campocasso, le chanoine de La Casabianca et le piévan da Casta – « commandaient » la famigla du gouverneur, grâce à des victuailles82. Dans ces conditions, les autorités faisaient preuve à l’égard des « caporaux » d’une clémence toute particulière. Des caporali, qui avaient commis des homicides, obtenaient leur libération moyennant finance83.

45Cette politique génoise ne contribuait pas à calmer la situation. Elle confortait les délinquants dans leur sentiment d’impunité, tandis que les familles de victimes la ressentaient comme une injustice. De surcroît, les Génois ne bénéficiaient pas des moyens suffisants pour exercer effectivement la haute justice. Le gouverneur et son vicaire ne disposaient ainsi que d’un cavalier, assisté d’une petite troupe, pour conduire des enquêtes de terrain et faire arrêter les criminels, à l’échelle de la presque totalité du nord de l’île.

46Les criminels prenaient donc le maquis sans peine et, après quelques mois ou quelques années d’exil, ils parvenaient généralement à retourner légalement en Corse. En effet, après une première phase, qu’on pourrait dire « répressive », les Génois cherchaient davantage à rétablir la paix entre les groupes adverses qu’à punir les coupables. La justice était alors, en quelque sorte, suspendue aux négociations que les lignages engageaient, afin de permettre le retour des bannis. Les Génois mettaient fin au bannissement dès lors que les parents du défunt donnaient leur consentement.

  • 84 PCSG, liasse 18, 439 (5 juin 1498).
  • 85 CSG, liasse 1639 (20 mai 1520).
  • 86 Les traités de 1533 et 1535 ne suffisaient pas à maintenir durablement la paix entre les Casabianc (...)

47Au-delà de ces accords ponctuels, les Génois obligeaient parfois les ennemis à conclure des traités de paix (paci), destinés à mettre un terme définitif aux inimitiés. L’affaire était en général remise, par les parties adverses, entre les mains d’arbitres. La sentence qu’ils rendaient était ratifiée par les lignages ennemis, puis approuvée par le gouverneur. Ces paci se concrétisaient par un rituel : les chefs de lignage se donnaient une accolade, un baiser sur la bouche et se tenaient les mains en signe de paix. Elles se confirmaient par plusieurs mariages. À la suite de ces traités, les Génois accordaient des rémissions plénières (remissione plenaria de ogni dellicto)84 aux belligérants et autorisaient les bannis à retourner en Corse pour « jouir de la paix » (godere la pace)85. Mais la bonne foi des parties manquait souvent et ces paix se trouvaient violées86.

  • 87 CSG, liasse 220 (2 mars 1548 et 15 juin 1548) et liasse 224 (5 février 1550).
  • 88 Ibid., liasse 220 (22 juin 1548).

48Toutefois, à la fin des années 1530 et durant les années 1540, les inimitiés et les violences paraissaient se calmer quelque peu, sous l’effet de l’épuisement de certains lignages, principalement ceux des Casta et des Casabianca, après des décennies d’affrontements. Ils concluaient des traités de paix, partiellement efficaces : les Noirs avec les Rouges de La Casabianca, de même que les descendants de Teramo da Casta avec les Noirs de La Casabianca (1542). En outre, les caporali employaient plus utilement qu’auparavant leur esprit guerrier. Ainsi assuraient-ils, dans le second quart du XVIe siècle, la garde des premières tours édifiées pour protéger le littoral contre les raids turcs et barbaresques (guardia delle torri)87. D’autres caporali exerçaient le métier des armes en Italie du Nord et du Centre. Giocante, des Noirs de La Casabianca, occupait par exemple la fonction de capitaine de la place de Gênes dans les années 1530-154088.

  • 89 Ibid., liasse 196 (4 mars 1541).

49Enfin, les mentalités « caporalices » évoluaient, lentement, dans le sens de la paix. Ainsi, les Rouges de La Casabianca condamnaient très fermement, en 1541, le meurtre que Giacomo, leur parent, avait commis sur la personne de Giorgio, le chef des Noirs, pour venger son père Renuccio. Ce lignage rejetait donc la vendetta et la solidarité parentale ne jouait plus en faveur de celui qui l’accomplissait89.

Conclusion

50Sous le second gouvernement de Saint-Georges, les caporali traversaient une crise sérieuse, moins liée à une politique génoise très timorée qu’à une inadaptation croissante des valeurs et de l’organisation de leurs lignages à l’évolution de la société. En somme, les violences « caporalices » constituaient un mode de réaction et de résistance aux mutations que connaissait alors la Corse.

  • 90 Sur la question des relations entre les États et les lignages : E. I. Mineo, « Stati e lignaggi in (...)

51Au fond, les valeurs des caporali étaient d’essence « privée ». D’une part, ces lignages nobles et privilégiés entendaient imposer leurs intérêts et leur force à tout autre groupe social. Cette conception aristocratique heurtait les idées d’une partie du popolo, très attachée, au contraire, à une vision républicaine du pouvoir. D’autre part, bien que les « caporaux » aient contribué, pour bon nombre d’entre eux, à établir un gouvernement génois en Corse, ils acceptaient mal que l’Office exerçât certaines prérogatives de puissance publique. Ainsi consacraient-ils beaucoup d’efforts à entraver l’exercice de la justice90.

  • 91 Cette situation de crise des aristocraties et de violences interlignagères fait écho à celle de Le (...)

52Par ailleurs, la cohésion lignagère, qui se trouvait à la base du pouvoir des caporali, était fragilisée par les importants besoins économiques que générait une descendance nombreuse. L’unité des lignages était conditionnée par une « juste » redistribution interne des rémunérations. Or, les bénéfices ecclésiastiques et les offices publics, qui représentaient un mode majeur de distinction sociale tout autant qu’une source essentielle de revenu, se trouvaient de plus en plus disputés, notamment par la notabilité populaire, qui cherchait à s’affirmer socialement et politiquement. Ce relatif déclin économique et politique aggravait la concurrence et les violences interlignagères91.

53Ces différends d’ordre matériel emportaient des conséquences d’autant plus graves que l’honneur se trouvait toujours mis en jeu. D’une manière générale, les caporali développaient une culture de la haine et du conflit, liée à leur métier des armes, qui se traduisait par un mode de pensée organisé autour de la dichotomie ami et ennemi. La pratique de la vengeance privée et la promiscuité entre lignages ajoutaient aux ferments de division.

  • 92 G. T. Colesanti et D. Santoro, « Omicidi, ingiurie, contenziosi : violenza verbale e fisica nella (...)
  • 93 O. Raggio, Faide e parentele, lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, 1990.
  • 94 F. Braudel, « Misère et banditisme au XVIe siècle », in Annales, Économies, Société, Civilisations(...)
  • 95 A.-L. Serpentini a, d’ailleurs, pu ramener à de justes proportions la violence prêtée à la Corse : (...)

54Toutefois, les violences du Sud italien au Quattrocento92, les faide ligures du Cinquecento93 et, dans une certaine mesure, le banditisme, endémique aux XVIe et XVIIe siècles, dans de nombreuses régions du pourtour méditerranéen94, tendent à démontrer que la Corse, malgré ces pratiques « caporalices », ne doit pas se regarder comme un isolat d’une exceptionnelle violence95.

Document 1 : carte des divisions politiques parmi les caporali, d’après le mémoire de Carlo da Casta (octobre 1489)

Document 1 : carte des divisions politiques parmi les caporali, d’après le mémoire de Carlo da Casta (octobre 1489)

Document 2 : diffusion des inimitiés des Casta aux Casabianca

Document 2 : diffusion des inimitiés des Casta aux Casabianca

Document 3 : un cas extrême de déchaînement de violences « caporalices » ? (Archivio di Stato di Genova, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri di San Giorgio, liasse 35, pièce 885, mai 1507. Source traduite de l’italien ancien)

En mai 1507, des hommes du Nebbio et d’autres pièves du nord de la Corse dénonçaient, dans un courrier adressé aux Protecteurs de l’Office de Saint-Georges, les violences que Vincentello da Casta, son clan et ses alliés avaient perpétrées, afin d’accomplir la vendetta de Filippino, le fils de Vincentello, récemment assassiné. Témoignage sincère ou calomnies ? Un fait doit alerter notre attention. Alors que les Corses signaient la presque totalité de leurs correspondances – même celles dans lesquelles ils visaient à nuire à leurs adversaires – cette lettre-ci était anonyme. Ce fait donne à penser que les auteurs de la missive craignaient réellement pour leur vie et que les violences dénoncées ne constituaient pas une pure invention. Pour leur part, les Protecteurs de Saint-Georges ajoutaient foi à ce courrier et tançaient le gouverneur en poste, Franco Giustiniani, auquel ils commandaient de punir les auteurs du meurtre de Filippino da Casta et de confisquer leurs armes aux Casta et à leurs alliés (Archivio di Stato di Genova, Banco di San Giorgio, Litterarum Sancti Georgii, 31 mai 1507). Quant à Vincentello da Casta, il contestait vigoureusement une partie des accusations, tout en confessant de graves crimes. Il reconnaissait seulement avoir lâché ses puissants mâtins aux trousses des hommes de basse condition qu’il suspectait du meurtre de son fils. À son corps défendant, ses chiens auraient égorgé et déchiqueté les corps de deux des prétendus criminels. En outre, personne n’aurait eu la tête et les mains tranchées, puis clouées à des portes. Un parent de Vincentello aurait proféré des menaces de cette nature, mais Vincentello aurait ordonné de donner une sépulture aux victimes (Archivio di Stato di Genova, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri di San Giorgio, liasse 35, pièces 677-679, 5 juin 1507).
« […] Le fils de Vincentello da Casta ayant été assassiné, les fils dudit Vincentello, les fils de Raffe da Campocasso et les fils de Pizzino da Pastoreccia avec beaucoup d’autres gens – deux cents hommes environ – ont pris les armes et sont allés à travers l’île, faisant beaucoup de mal à ceux qui n’avaient rien à voir avec la mort du fils [de Vincentello]. Ils ont assassiné des hommes avec leurs enfants. Ils leur ont tranché la tête et les mains qu’ils ont accrochées aux portes de leurs maisons. Ils ont brûlé des maisons avec tous leurs biens, blessé aussi un frère de Saint-François, ils ont tourmenté et maltraité beaucoup de personnes et ont volé une grande quantité de bétail. Ils ont fait cela selon leur bon plaisir parce que les officiers de Vos Seigneuries n’ont pas laissé les suppliants prendre leurs armes pour pouvoir se défendre. Lesdits officiers n’ont même pas empêché Vincentello et les siens de faire tout ce mal parce qu’ils disent qu’ils sont des favoris du gouvernement de Vos Seigneuries […]. Qu’il plaise [à Vos Seigneuries] de bien vouloir donner auxdits suppliants quelque secours pour qu’ils ne soient point tués ou tourmentés sans pouvoir se défendre. Surtout que 250 personnes environ ont fui leur maison, alors qu’elles n’ont aucune responsabilité dans ladite mort. Qu’il plaise encore à Vos Seigneuries de vouloir faire justice aux quatre personnes qui ont été tuées sans raison. […] Lesdits suppliants prient Vos Seigneuries de bien vouloir avoir de la compassion et de la miséricorde. Et de nouveau, ils se recommandent à Vous, en criant sans fin miséricorde, miséricorde, miséricorde ».

Notas

1 Dans les références de cet article, CSG désignera le fonds des Cancellieri di San Giorgio et PCSG celui des Primi Cancellieri di San Giorgio. Ces deux fonds sont déposés à l’Archivio di Stato di Genova.

2 A. Zorzi, « I conflitti nell’Italia comunale. Riflessioni sullo stato degli studi e sulle prospettive di ricerca », in Conflitti, paci e vendette nell’Italia comunale, dir. A Zorzi, Florence, 2009, p. 17.

3 Relevons toutefois : A. Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société 1433-1483, p. 276-309. Ainsi qu’une étude anthropologique qui repose exclusivement sur les chroniques corses : C. Tihanyi, Violence on the rebound : a semiotics of justice, feud, colonialism and self in and around the Corsican chronicles, thèse de doctorat, Simon Fraser University, 1998.

4 A. Franzini, La Corse…, op. cit., pp. 31-256.

5 J.-M. Arrighi et O. Jehasse, Histoire de la Corse et des Corses, Paris, 2008, pp. 214-215 et M. Vergé-Franceschi, Histoire de Corse, Paris, 1996, pp. 118-120.

6 J.-A. Cancellieri, « Corses et Génois : éléments pour une phénoménologie de la colonisation dans la Méditerranée médiévale », in État et colonisation au Moyen Âge, dir. M. Balard, Lyon, 1989, pp. 35-53.

7 Sur l’origine de cette division : A. Casanova et M. Giacomo-Marcellesi, Chronique médiévale corse. Giovanni della Grossa, Ajaccio, 1998, pp. 210-219. Ce clivage demeurait vivace dans les dernières années du XVe siècle, en ce qui concerne le partage des offices des pièves, notamment en Balagne : PCSG, liasse 43, 56 (28 septembre 1496).

8 A. Franzini, La Corse…, op. cit., p. 45.

9 P. Antonetti, Histoire de la Corse, Paris, 1973, pp. 164-165 ; A. Casanova, « Caporaux et communautés rurales aux XIVe et XVe siècles », Corse historique, 9-10, 1963, pp. 19-24, 11, 1963, pp. 23-34, 16, 1964, pp. 21-34 et 26, 1967, pp. 37-60 ; J.-A. Cancellieri, « Corses et Génois : éléments… », op. cit., pp. 43-44 ; A. Franzini, La Corse…, op. cit., pp. 70-79 ; É. Gabrielli, « Les caporaux : la version corse d’un pouvoir mafioso », Le Mémorial des Corses, Ajaccio, 1982, t. 1, pp. 434-437 ; F. POMPONI, « La société corse au XVe siècle », in Histoire de la Corse, Paris, 1979, pp. 99-107.

10 Marc’antonio Ceccaldi, Histoire de la Corse, introd. trad. et notes A.-M. Graziani, Ajaccio, 2006, pp. 44-45.

11 Ces maisons étaient les suivantes : Arenoso ou Ernoso, La Brocca, La Campana, Campocasso, La Casabianca, Casta, Chiatra, La Corbagia, La Crocicchia, Erbagio, Lo Lugo, Matra, Omessa, L’Ortale, Pancaraccia, Pastoreccia, Lo Petricagio, Li Prunelli, Lo Pruno, Sant’Antonino.

12 I. Lazzarini, L’Italia degli stati territoriali (secoli XIII-XV), Rome-Bari, 2003, pp. 173-176.

13 J.-C. Maire-Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe - XIIIe siècles, Paris, 2003, pp. 285-355.

14 Sur le concept d’amitié dans la Corse contemporaine : P. Torre, « Amitié et politique en Corse sous la IIIe République », in Amitiés. Anthropologie et histoire, dir. G. Ravis-Giordani, Aix-en-Provence, 1999, p. 312.

15 PCSG, liasse 35, 791-793 (7 octobre 1489).

16 Ibid., liasse 18, 429 (12 janvier 1492).

17 CSG, liasse 77 (6 octobre 1525).

18 V. Marchi Van Cauwelaert, Rinuccio della Rocca. Vie et mort d’un seigneur corse à l’époque de la construction de l’État moderne, Ajaccio, 2005, pp. 165-174.

19 CSG, liasse 49 (20 septembre 1534).

20 PCSG, liasse 40, 635 (3 juillet 1491).

21 Ibid., liasse 12 (3 août 1485).

22 Ibid., liasse 42, 776 (29 mai 1509).

23 Ibid., liasse 35, 610-611 (19 janvier 1510).

24 Ibid., liasse 18, 608 (31 mars 1509).

25 Il s’agissait des Casta, des Omessa et peut-être des Rouges de La Casabianca. CSG, liasse 1639.

26 Ibid., liasse 76 (12 mai 1525).

27 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, pp. 705-752.

28 Sur la vendetta italienne, voir en dernier lieu : A. Zorzi (dir.), Conflitti, paci et vendette nell’Italia comunale, Florence, 2009.

29 Sur la dette d’honneur aux périodes moderne et contemporaine : J. Busquet, Le droit de la vendetta et les paci corses, Marseille, 1994 (1ère éd. 1920), pp. 90-92.

30 PCSG, liasse 18, 439 (5 juin 1498).

31 Ibid., liasse 12, 83 (31 juillet 1484).

32 Ibid., liasse 35, 885 (sans date, vers le printemps 1507).

33 Ibid., liasse 18, 415 (28 septembre 1509).

34 Ibid., 429 (12 janvier 1492).

35 CSG, liasse 196 (10 décembre 1541).

36 Giovanni, Ambrogio et Antonio da Omessa. A. Franzini, La Corse…, op. cit., pp. 286-297.

37 PCSG, liasse 18, 378 (29 avril 1494).

38 A. Franzini, La Corse…, op. cit., p. 44.

39 Ce double aspect de l’honneur n’était pas propre à la Corse : C. Gauvard, « Honneur », in Dictionnaire du Moyen Âge, dir. C. Gauvard, A. DE Libera, M. Zink, Paris, 2002, pp. 687-689.

40 PCSG, liasse 18, 441 (4 juin 1491).

41 Ibid., 393 (23 juillet 1490).

42 Ibid., 532 (7 août 1515).

43 Ibid., 352 (10 novembre 1506).

44 G. Schwerhoff, « Justice et honneur. Interpréter la violence à Cologne (XV-XVIIIe siècle) », in Annales Économie Société Culture, 5, 2007, p. 1045.

45 PCSG, liasse 18, 372 (2 mai 1495) et liasse 43, 392 (30 novembre 1507).

46 J. Bouju, « Lignage », in Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dir. P. Bonte et M. Izard, Paris, 2008, pp. 421-422.

47 CSG, liasse 224 (3 décembre 1550).

48 PCSG, liasse 18, 376 (22 août 1494).

49 PCSG, liasse 34, 628.

50 Sur la fragilité des liens de sang, un exemple italien : A. Gamberini, « La faida e la costruzione della parentela. Qualche note sulle famiglie signorili reggiane alla fine del medioevo », in Società e storia, 94, 2001, pp. 664-667.

51 CSG, liasse 224 (3 décembre 1550).

52 Ibid., liasse 220 (2 mars 1548) ; liasse 224 (10 et 28 mars 1550) et liasse 71 (14 juillet 1523).

53 PCSG, liasse 43 (15 juin 1531).

54 Ibid., liasse 43, 166.

55 Ibid., liasse 12 (3 août 1485).

56 Ibid., liasse 35, 917.

57 Ibid.

58 Pour un intéressant exemple de médiation politique : M. Della Misericordia, « Dal patronato alla mediazione politica. Poteri signorili e comunità rurali nelle Alpi lombarde tra regime citadino e stato territoriale (XIV-XV secolo) », in Poteri signorili e feudali nelle campagne dell’Italia settentrionale fra Tre e Quattrocento : fondamenti di legittimità e forme di esercizio, dir. F. Cengarle, G. Chittolini, G.-M. Varanini, Reti medievali, Florence, 2004, p. 5.

59 PCSG, liasse 43, 18.

60 Ibid., 56 (28 septembre 1496 et 102 (18 juillet 1484).

61 Les recherches en cours d’Anne Dor apporteront bientôt un éclairage neuf sur l’habitat « caporalice ».

62 CSG, liasse 63 (1519 environ) : liste des tours « caporalices », dressée par Francesco da Matra.

63 Ibid., liasse 40 (15 octobre 1531).

64 CSG, liasse 77 (6 octobre 1525).

65 CSG, liasse 1639 (20 mai 1520).

66 PCSG, liasse 43, 24 (15 mai 1509).

67 Ibid., liasse 35, 909 (7 avril 1493) et 731-733 (10 avril 1493).

68 En 1472, par exemple, Vincentello Cortinco réunissait le popolo du Nebbio aux fins de se faire élire capitaine du peuple mais le caporale Gianni da Casta empêchait la tenue de cette réunion politique (veduta). Archivio di Stato di Milano, Fondo sforzesco, Carteggio estero, 447 (septembreoctobre 1472).

69 PCSG, liasse 42, 174 (29 août 1511).

70 Agostino Giustiniani, Description de la Corse, trad. M. Giacomo Marcellesi et A. Casanova, Ajaccio, 1998, p. 69.

71 PCSG, liasse 42, 174 (29 août 1511).

72 CSG, liasse 73 (22 juin 1524).

73 Ibid., liasse 71 (18 juillet 1523).

74 Ibid., liasse 53 (11 mars 1535).

75 PCSG, liasse 43, 384-385 et 399-400 (7 juin 1505).

76 CSG, liasse 72 (17 avril 1523). Source citée dans : Marc’antonio Ceccaldi, Histoire de la Corse…, op. cit., p. 220.

77 PCSG, liasse 18, 548 (5 juin 1505) et liasse 35, 885.

78 CSG, liasse 55 (16 septembre 1516).

79 Ibid., liasse 59 (23 avril 1517). Sur la vengeance par voie judiciaire : D.L. Smail, The consumption of justice. Emotions, publicity, and legal culture in Marseille, 1264-1423, Ithaca, 2003.

80 PSCG, liasse 35, 885 et CSG 77 (6 octobre 1525).

81 CSG, liasse 73 (22 juin 1524 et 29 juillet 1524).

82 PCSG, liasse 16, 449 (16 juillet 1507).

83 CSG 76 (1525).

84 PCSG, liasse 18, 439 (5 juin 1498).

85 CSG, liasse 1639 (20 mai 1520).

86 Les traités de 1533 et 1535 ne suffisaient pas à maintenir durablement la paix entre les Casabianca. CSG, liasse 196.

87 CSG, liasse 220 (2 mars 1548 et 15 juin 1548) et liasse 224 (5 février 1550).

88 Ibid., liasse 220 (22 juin 1548).

89 Ibid., liasse 196 (4 mars 1541).

90 Sur la question des relations entre les États et les lignages : E. I. Mineo, « Stati e lignaggi in Italia nel tardo medioevo. Qualche spunto comparativo », Quaderni storici, 58, 1995, pp. 9-41.

91 Cette situation de crise des aristocraties et de violences interlignagères fait écho à celle de Legnano : F.M. Vaglienti, « « Non siando may puniti de li excessi fati, ogni dì presumono fare pegio », violenze consortili nella Legnano di fine ‘ 400 », in L’Alto milanese nell’età del ducato, dir. C. Tallone, Varese, 1995, pp. 143-170.

92 G. T. Colesanti et D. Santoro, « Omicidi, ingiurie, contenziosi : violenza verbale e fisica nella Calabria del XV secolo », Anuario de estudios medievales, 38/2, 2008, pp. 1009-1022.

93 O. Raggio, Faide e parentele, lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, 1990.

94 F. Braudel, « Misère et banditisme au XVIe siècle », in Annales, Économies, Société, Civilisations, 2, 1947, p. 129-142 ; C. GIOIA, « Aristocratic bandits and outlaws : stories of violence and blood vendetta on the border of the Venetian Republic », in Imagining frontiers, contesting identities, Pise, 2007, pp. 93-107.

95 A.-L. Serpentini a, d’ailleurs, pu ramener à de justes proportions la violence prêtée à la Corse : A.-L. Serpentini, « La criminalité de sang en Corse sous la domination génoise (fin XVIIe – début XVIIIe siècle) », Crime, histoire et société, 7/1, 2003, pp. 57-78.

Índice de ilustraciones

Título Document 1 : carte des divisions politiques parmi les caporali, d’après le mémoire de Carlo da Casta (octobre 1489)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3406/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 776k
Título Document 2 : diffusion des inimitiés des Casta aux Casabianca
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3406/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 433k

Autor

Doctorant en histoire médiévale, Université de Corse – Université d’Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540