Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Entre tyrannie et malfaisance : de l’état dangereux à l’État dangereux à la fin du Moyen Âge français

Pierre Prétou

Texte intégral

  • 1 A l’exception des sources du Moyen Âge central qui ne sont pas ici notre objet et pour lesquelles (...)
  • 2 Tels que les travaux de Claude Gauvard l’ont démontré, en particulier : Claude Gauvard, « De grace (...)
  • 3 Sur les apports de la recherche dans la connaissance de cette chronologie : Xavier Rousseaux, « Hi (...)
  • 4 Sur la distinction entre accusatoire et inquisitoire, ainsi que sur la chronologie d’évolution des (...)
  • 5 Voir les importantes avancées de la recherche historique dans : Claude Gauvard (dir.), L’enquête a (...)
  • 6 Jacques Chiffoleau, « Avouer l’inavouable : l’émergence de la procédure inquisitoriale au Moyen Âg (...)

1Alors que nos représentations contemporaines perçoivent intuitivement une violence omniprésente dans les sociétés de la fin du Moyen Âge, le terme est singulièrement absent des archives1. Cette notion, très relative, résiste au regard historique. Elle doit donc être éprouvée auprès de ce que l’historien est en mesure de détecter : la variabilité des comportements licites et illicites dans le temps, fondement d’une esquisse de la fabrique des comportements tolérables et intolérables. Or, tandis que la documentation judiciaire demeure la source la plus profitable pour cette approche2, son évolution tardive laisse apparaître de grands changements dans la perception du mal, de la dangerosité et, au-delà, de l’ordre public3. À plus d’un titre, la violence est fondatrice ; comme réalité ou comme menace subjective, elle ne peut qu’être liée au fait politique et au contrôle social. Dès lors qu’elle s’incarne dans des individus réputés pour remettre en cause les fondements de la collectivité, elle devient hautement politique. La violence est, au cœur même des sociétés, attachée au crime comme à sa peine réparatrice ou vengeresse. Elle devient discours lorsqu’elle se transforme en diagnostic ciblant des catégories d’individus, diagnostic justifiant un opprobre public, ou la mise en œuvre d’une réglementation censée contrer leurs agissements. Ce propos, lié aux évolutions de la sociologie interactionniste, mais aussi aux vigoureuses suggestions de Michel Foucault, nous invite à observer le Moyen Âge en mêlant les comportements des déviants et de leurs justices, les violences supposées des justiciables et celles que l’on pourrait observer chez leurs juges. Or, l’analyse de la fabrique du licite et de l’illicite relevée dans les archives des deux derniers siècles du Moyen Âge, prolongée par les sources de sa réception par la société – chroniques, relations et figurations iconographiques – révèle de singulières évolutions. L’évaluation du néfaste, en plein essor, moralise la violence et se corrèle à une croissance continue des pratiques inquisitoires4. Aux dommages subis, la rhétorique des archives substitue sensiblement l’intention coupable et la témibilité qu’elle y associe. Le juge du XVe siècle traque le mal dans le cœur des accusés traduits au prétoire tout en occultant la subjectivité de cette notion auprès de la « science certaine » produite par l’enquête5. Que la procédure inquisitoire soit liée au développement de l’État moderne n’étonnera guère6. Le processus de civilisation est désormais engagé par l’historien qui, observant les XIVe et XVe siècles, constate un glissement de l’idée de la violence de la sphère privée vers la sphère publique. Confiscation de la vengeance par le monopole de la puissance publique, régulation, pacification et rédemption sont autant de propositions qui font écho à l’élaboration de la notion d’état dangereux, que nous voulons ici placer en vis-à-vis de l’État dangereux. Or, la témibilité perçue par les archives judiciaires aux XIVe et XVe siècles nous semble se cristalliser autour d’une nouvelle forme de recherche de l’intention coupable, laquelle se mêle étroitement au succès des rhétoriques de la tyrannie. Nous tenterons donc d’imbriquer trois phénomènes : le diagnostic de violence qui, une fois sublimé par l’intention coupable, refonde l’idée même de l’ordre public.

I. L’état dangereux

  • 7 Voir Raffaele Garofalo, La criminologie : étude sur la nature du crime et la théorie de la pénalit (...)

2Fondée par la criminologie italienne du XIXe siècle, la notion d’état dangereux de l’individu peut-elle s’appliquer au Moyen Âge ?7 La question revient à s’interroger sur l’historicité du diagnostic de témibilité, ou prédisposition à la violence illicite, qui justifie un déploiement de contraintes autour d’une catégorie identifiée d’individus. Or, lorsqu’il appelle les séries statistiques élaborées à partir des archives de l’appareil justicier, l’historien peine à transposer les outils de la criminologie moderne, que ce soit pour les valider, ou pour les contester. Dans les archives médiévales, tandis que la récidive n’est pas juridiquement formée, des stéréotypes de criminels endurcis se rencontrent. Trois profils d’individus, qui ont tendance à se recouper, suscitent une émotion sociale vive, support d’une répression orientée. Dans les sociétés à honneur de la fin du Moyen Âge français, c’est de ces individus qu’est attendue la violence illicite.

La « mauvaise fame, renommée et dishonneste conversacion »

  • 8 Claude Gauvard, « De grace especial », op. cit., p. 135.
  • 9 Sur la fama, nous renvoyons à Thelma Fenster et Daniel LordSmail (éds.), Fama, The Politics of Tal (...)
  • 10 Voir Claude Gauvard (dir.), « La renommée », dans Médiévales, n° 24, 1993.

3Claude Gauvard a mis en lumière une trilogie de termes à l’occasion de ses études sur les lettres de grâce du Trésor des Chartes : « la bonne fame, renommée et honneste conversacion »8. Cette trilogie signale l’honorabilité qui excluait qu’un suppliant puisse être considéré plus longtemps comme un criminel et justifiait ainsi sa rémission par le roi. La « bonne fame » était la bonne réputation dont jouissait l’individu avant sa faute et dans laquelle le roi entendait le restituer par son pouvoir de grâce9. La « renommée » était la reconnaissance de cette bonne vie, reconnue des autres avant que la faute du coupable n’ait brisé les liens de cette sociabilité habituelle10. La bonne « conversacion » était le fait de résider sans troubles notables, là où l’on habitait, dans la paix de son voisinage. Le motif est connu mais son inversion mérite l’attention. Les archives signalent régulièrement les termes de la vie « faulse et dishonneste », des gens « rioteux », « cédicieux » et « noiseux ». S’ils ne sont pas des chefs d’accusation, ces termes viennent qualifier les acteurs du procès pénal à l’occasion des informations, des témoignages et parfois des décisions de justice. Il existe donc bien un diagnostic de témibilité dans l’archive. Au cœur de la rixe et de la vengeance de l’honneur blessé, à suivre la logique des lettres de grâce, tous ces termes se relient, se nouent dans les affaires d’homicide et se rencontrent dans plus de 70 % des rémissions sous le règne de Charles VI et au-delà. Alors que la « bonne fame, renommée et honneste conversacion » expliquait le pardon royal, « la mauvaise fame », la « cedicion » et l’existence « dishonneste » expliquaient l’inverse : le fait d’avoir pris des coups de la part du suppliant. Sur ce fondement prospère un usage politique lié à l’exercice de la miséricorde : les liens de bonne sujétion et d’amour du roi distinguent ainsi le bon, du mauvais sujet.

Les larrons cavernicoles et sylvestres

  • 11 Claude Gauvard, Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge peuvent-elles permettre une approch (...)
  • 12 Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2005, pp (...)
  • 13 Bronislaw Geremek avait ouvert la voie à cette approche : Bronislaw Geremek, Les marginaux parisie (...)
  • 14 BNF, Ms français 33, fol. 94v°.

4La part des agressions contre les biens dans la statistique criminelle à la fin du Moyen Âge est faible. Encore ne s’agit-il ici que d’une comptabilité judiciaire puisque, selon les institutions, la proportion varie de 5 à 20 % des délits poursuivis11. Ce constat contraste avec l’ampleur discursive prise par les voleurs dans les relations chroniquées et les rhétoriques issues de l’administration royale. Comme le signale Claude Gauvard, le motif de la « caverne des voleurs » que l’on dit être le royaume se révèle d’une grande prégnance. Il nous faut donc suivre ici les propositions de Valérie Toureille, en distinguant le vol, du voleur12. Bien que la documentation multiplie les références aux bandes sans aveu constituées de « faulx larrons », cette existence, bien qu’incontestable, semble marginale. Si le vrai crime du voleur est d’avoir agi à l’insu de tous, il nécessite donc sa peine afflictive exemplaire, dans la mesure où cette dernière révèle le forfait aux yeux de tous. Bien entendu, l’on ne peut en déduire que le vol soit plus grave que l’homicide, mais le premier est incontestablement support d’une répression plus visible. Ceci explique qu’il préoccupe fortement les justices criminelles de la fin du Moyen Âge et que les pouvoirs publics l’observent avec une acuité grandissante13. Les moyens de l’ordre public demeurent rares mais ils diffusent de manière perlée grâce à ces affaires. Elles légitiment l’usage de la force licite et la mise en œuvre des moyens de coercition. Et l’iconographie accompagnant les manuscrits de cour d’appuyer cette idée. Dans les exemplaires, flanqués de la marque des Valois, de la traduction de Pierre Bersuire du Ab urbe condita, le motif des Romains colonisant le Latium est l’occasion de promouvoir le contrôle des campagnes14. Une soldatesque municipale y sécurise l’ordre policé des clochers et des champs, permettant les échanges et l’enrichissement de la ville. Rome étant assimilable au royaume de France, cette imagerie politique hérissée de murs dénonce avec clarté les bandes de pillards sans aveu. Elle justifie également l’extension de la res publica par analogie au ban royal, lequel s’accompagne de l’emploi légitime de la violence figuré en arrière-plan.

Romains colonisant le Latium – Cliché Bibliothèque Nationale de France

L’étranger invaseur

  • 15 Nous renvoyons ici à l’étude de Jean-Marie Carbasse, Consulats méridionaux et justice criminelle, (...)
  • 16 Bernard d’Alteroche, De l’étranger à la seigneurie à l’étranger au royaume, XIe-XVe siècles, Paris (...)
  • 17 Ernst Schubert, « L’étranger et les expériences de l’étranger dans l’Allemagne médiévale et modern (...)
  • 18 Telle que l’avait développée Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 (...)

5L’étranger ne constitue pas un danger a priori, il l’est in fine pour deux raisons. En premier lieu, il échappe aux médiations pénales qui s’intercalent entre les offenses et les jugements. Arbitrages, tarifications, conventions, asseurements ou pactes d’assegurament s’efforcent d’écarter les rigueurs de la justice. Toutefois, ils ne sont applicables, particulièrement dans le Midi, qu’aux habitants bénéficiaires d’une coutume protectrice15. Ces bourgeois ou besins bénéficiaires du privilège statutaire des communautés et veziau médiévales contestent, dès qu’ils le peuvent, le fait que la procédure inquisitoire puisse leur être appliquée. Simultanément, ils l’exigent pour les autres, c’est-à-dire les étrangers à la seigneurie. En second lieu, une insolvabilité pèse sur les étrangers. Elle est essentiellement d’ordre immobilier : l’étranger n’a rien dans le finage communautaire qui garantisse sa parole et qui puisse fonder une réparation conventionnelle. À cet égard, il est une source d’inquiétude. Ceci explique que c’est sur l’étranger que s’abattent les moyens les plus coercitifs. La xénophobie, même si elle existe, n’en est pas nécessairement à l’origine. À la fin du Moyen Âge, s’y ajoute l’élaboration d’une notion d’extranéité au royaume16. Les termes se multiplient pour qualifier les étrangers selon la seigneurie, ou selon le royaume. Alors que les pays allemands séparent fremde d’auslander, les îles britanniques distinguent l’alien des foreigners17. Et le premier d’être anxiogène partout, corrélé avec la naissance de la nation18. Cet étranger-là est réputé invaseur dans le nord du royaume et invasor dans le midi. Sur ce motif prospère l’idée de la naturalité promue par la royauté et celle de la déchéance citoyenne par le bannissement, ou le bandiment.

6À la fin du Moyen Âge, les trois cas évoqués ci-dessus modifient sensiblement les identités en privilégiant un être au roi lié successivement à la sujétion honorable, la protection du bien et la naturalité. À l’inverse, on se défie du déshonoré, de l’insolvable et de l’étranger lointain. Il s’agit sans doute ici d’une conséquence des fois jurées lorsqu’elles fondent le développement de l’ordre public. Toutefois, ces identités néfastes stéréotypées ne délimitent pas pour autant un état dangereux des individus. Si ces catégories demeurent malléables, elles ne le restent pas longtemps lorsque le juge des deux derniers siècles du Moyen Âge entreprend d’observer le for intérieur des justiciables. Le diagnostic de l’homme dangereux s’emballe alors, enrichi par l’étude de son âme.

II. Le guet de l’homme, archéologie de la préméditation

7Crispées sur les stéréotypes précédents, les justices royales de la fin du Moyen Âge investissent la personnalité de justiciables filtrés. Cet infléchissement croissant est sensible dans les rhétoriques liées à l’enquête, lesquelles prennent pour point d’appui un vieil interdit : les violences commises par guet-apens. Le guet de l’homme ainsi manipulé autorise alors une nouvelle invention de la haine froide, fondement d’une élaboration néfaste des cycles vindicatoires, ou des « contrevenjances ».

L’aguet lointain

  • 19 Ordonnances des rois de France, III, p. 128.
  • 20 Ordonnances des rois de France, III, p. 526.
  • 21 ANF, JJ 179, n° 348, fol. 196 v°.
  • 22 1450, février - Rouen. Rémission en faveur de Fortemer de Saint Paul, de Vidausan en Comminges, re (...)

8Motif récurrent dans les rhétoriques judiciaires et littéraires, le guet de l’homme est hautement répréhensible. Au XIVe siècle, les ordonnances royales valident cette approche. En 1357, le roi s’interdit de pardonner les violences commises dans le soi intérieur, par aguet : « Nous ne ferons pardons ne remissions de murdre ou de mutillacions de membres faiz et perpetré de mauvais agait, par mauvaise volunté et par deliberacion19 ». En 1361, sont blâmées les : « prinses de biens et de personnes sanz justice, venjances et contrevenjances, desroberies et aguez20 ». Les termes « aguet apensé », « trayt apensat » en langue d’Oc, se rencontrent dès le XIe siècle. Il s’agit du fait de s’embusquer et de se cacher pour agresser un adversaire. Ce comportement est à l’inverse de la belle vengeance et des poétiques de la belle riposte en public : si on occulte ses raisons, on est faux. Le faux truque les règles du duel et donc l’issue divine qui exalte un idéal chevaleresque. Ce phénomène ne touche pas les seuls combattants privilégiés. Tous ceux qui tuent à l’occasion d’une rixe sont censés le faire de « chaude colle » : ils défendaient leur honneur et n’ont tué que par hasard. La juste riposte est donc avant tout imprévisible. Son auteur peut bien éprouver la colère : il est « esmeu », « desplaisant », « courroucie », « eschauffe ». Aveuglé par son sang chaud, il s’apprête à commettre l’irréparable en public. Son geste était prévisible, visible et compréhensible. En revanche, celui qui s’embusque a prévu froidement. C’est mal. Le duc d’Orléans en 1407 avait été tué : « par aguet loingtain, de faict appensé et propos déliberé ». Dans les lettres de grâce du roi de France, à l’instar de ce cas connu, d’autres agresseurs plus communs ont méfait : « se mist en ung coing de rue avec ses compaignons en actendant21 », « estoit embuschié audit lieu », « assailly de guet apense le dit suppliant et lui bailla ung grant coup de son espieu sur la teste qui le abaty a terre22 ». Ce comportement ne constitue pas un « beau fait ». Il est à l’inverse de celui que la documentation gracie et qui lui « n’avoit pas entencion de tuer ». Il a frappé « souldainement et sans aucun guet apense ». Ce qui implique souvent que son adversaire défunt l’avait épié. Paradoxalement, les lettres de grâce contiennent pléthore de cas de suppliants attaqués par surprise mais qui ont triomphé de leurs guetteurs. L’« entencion » initiale de l’homme est donc observée comme l’est son « propos déliberé », « ab prepaus deliverat » en langue d’Oc. Comment alors en établir la preuve sinon en investissant les motivations lors de l’enquête ? Là est l’enjeu, car en sondant le for intérieur, les juges de la fin du Moyen Âge rencontrent la haine froide, opposable en tous points à la chaude colère.

La haine froide

  • 23 Un exemple frappant en 1463 dans ANF, JJ 199, n° 292, fol. 174 : « machinacions conspiracions entr (...)
  • 24 1449, juillet - Chinon. Rémission pour Jehan Benesel, d’Espalion, demeurant à Lombez, pour avoir t (...)
  • 25 Voir Claude Gauvard, « La violence commanditée : la criminalisation des « tueurs à gages » aux der (...)

9Les « hayneulx » des archives judiciaires sont les rivaux et les adversaires. Ils éprouvent « haine rancœur et malveillance », ou « hodi, rancor et malibolence ». Ces émotions sont néfastes et s’associent au lexique maléfique : « tempté par l’ennemy », il « delibera en son mauvais couraige ». Le haineux est alors animé par son désir lointain de vengeance. Il n’a plus d’amour mais désir et nécessité de « soy venjer ». Il veut « chevir » et faire « machinacion23 ». Il pense de loin, c’est-à-dire « d’aguet lointain ». Est-on encore dans les limites sémantiques du guet-apens ? Entre guetter dans son âme et guetter embusqué, il est tout de même un écart de sens considérable. L’homme ainsi tourmenté par le mal veut « mectre a execucion » et il planifie sa violence comme ce suppliant qui « espia plusieurs fois de jour et de nuyt24 ». Rongé par l’Ennemi, le Diable s’est introduit en lui par la haine. Si l’on peut laisser affluer la colère, tel n’est pas le cas de la haine. Dès lors, tout l’environnement social du « haineulx » s’en trouve dénaturé. Autant le colérique est assisté par ses parents et amis lors de sa riposte, autant le « haineulx » ne trouve réconfort qu’auprès des serviteurs et des tueurs à gages, des laquais, des gens « bien à sa poste » à qui il verse une motivation qui n’est ni la foi jurée, ni la parentèle : le prix en or25. Ces mauvais serviteurs sont désignés dans les archives par des qualifications inverses de celles évoquées plus haut. Ils sont de « mauvaise fame ». On les suspecte aussi d’être de faux larrons qui s’ébattent dans les périphéries éloignées des habitats, ou qui viennent d’un pays voisin. En un mot, ce sont des étrangers. Ce motif vient donc confluer avec le diagnostic de l’état dangereux.

La « contrevenjance »

  • 26 Jean Goulain, Rational, BNF 437, f° 155 r°. Cité dans Godefroy.
  • 27 Les Passages de oultremer, f° 9 v°, éd. 1492. Cité dans Godefroy. Voir Thierry Delcourt, Fabrice M (...)
  • 28 Mathieu d’Escouchy, Chronique, chap. CXXXIII. Édition G. Du Fresne de Beaucourt, tome second, Pari (...)

10Thomas d’Aquin avait théorisé la juste colère. Elle était opposable en tous points à l’injuste haine, celle qui, selon les archives tardives, fut conçue « sans cause juste et raisonnable ». Or, il est bien de la mission des pouvoirs justiciers de détruire la haine ainsi constituée. Abattre le mal, c’est bien. Jean Goulain l’écrit sans détours : « Car le justicier, comment que on ne le doie mie dire homicide, mais appeler malicide, pource que il n’entent que a destruire le mal principalment26 ». De même, dans les Passages d’oultre mer : « Jamais n’est nommé homicide qui fait la vengeance et est vray deffenseur de la loy Nostre Seigneur, mais mieulx malicide27 ». Toutefois, ce raisonnement déstabilise profondément l’économie du duel et de la rixe homicide, en particulier dans la 2nde moitié du XVe siècle. Suivons ici un cas exemplaire. À Valenciennes, dans les années 1450, un champ de bataille judiciaire oppose deux habitants qui s’accusent l’un l’autre. Le premier estimait que son « haineulx » avait tué son parent de haine froide : « qu’il avoit meurdry et occis son parent d’aguet et de fait apensé28 ». Inversement, l’autre prétendait « avoir tué de beau fait ». Peu à peu, l’idée qu’un duel judiciaire fût à même de trancher l’insoluble s’imposa. Le bruit de l’affaire se répandit alors et, excités par cette nouvelle notoriété, les deux protagonistes confirmèrent leur volonté d’en découdre « a oultrance ». Le jour venu, malgré les tentatives d’apaisement, le combat trouva son vainqueur et le cadavre du vaincu fut pendu, convaincu de guet-apens par la divine issue du duel. Toutefois, cette démonstration suscita l’horreur des spectateurs. Mathieu d’Escouchy relate ce spectacle comme étant un « martyre », « une chose abominable à recorder et sembloit a plusieurs y estans que c’estoit faire contre nostre foy ». Les protagonistes se tuèrent à coups de bâtons et le chroniqueur de décrire l’horreur de la scène : « De ses mains lui creva les deux yeux de la teste et fist saillir dehors. Aveuc, lui estant sur son estomach a genoux, lui creva le cœur et l’estrangla de ses mains, puis le jetta hors des dictes lices ». La violence avait rapporté la preuve du guet-apens mais personne ne fut convaincu car le défunt défait en lice, au demeurant malingre, s’était battu avec vaillance contre plus fort que lui. L’adhésion collective se déroba donc, la juste violence et la colère également. Les chroniqueurs prirent parti pour le défunt et Mathieu d’Escouchy ajouta que le défi porté par le vainqueur, sûr de sa force physique, avait été planifié « froidement, a long trait et de longue pensée ». Autant dire que ce vainqueur l’avait emporté de guet-apens mais, bien évidemment, utiliser un tel qualificatif pour un champ de bataille public, eût été illisible et irréaliste. Avait-il instrumentalisé la justice pour parvenir à ses fins ? L’accusation était grave, suffisamment diabolique pour retenir un instant les réflexions du chroniqueur. En cette fin de Moyen Âge, la machination paraissait donc comme un motif particulièrement réversible, comme le sont le maléfice et la foi véritable. Dans l’immédiat, l’affaire survenue à Valenciennes démontrait que la justice de l’intention coupable troublait considérablement les règles du défi d’honneur.

11Il faut alors comprendre que les prémices de la translation de la vengeance à la puissance publique sont en place. Le duel ne rend pas toujours l’honneur et la haine s’infiltre insidieusement. Elle ruine la structure égalitaire de l’économie du duel : si l’une des parties est retirée à la suite de l’investigation de ses motivations, tout s’effondre. Toutefois, l’État justicier pouvait-il s’emparer de la vengeance licite sans absorber aussi l’illicite ? Si le Prince confisque la vengeance au nom du bien commun, il absorbe également l’intention malfaisante.

III. L’État dangereux : tyrannicide et malicide

  • 29 Patrick Boucheron, « Tyrannicide », dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, Dictionna (...)

12Au XVe siècle, les affaires criminelles les plus notoires accentuent la réversibilité de l’idée même de l’ordre public et de la vengeance. De la haine au tyran, du malicide au tyrannicide, il n’y a qu’un pas à franchir. Cette rhétorique est également sensible dans les traités politiques les plus connus, qu’il s’agisse des écrits de Guillaume D’Ockham, ou de Nicolas Oresme. Comme le signale Patrick Boucheron, le motif n’est pas sensible qu’au sommet du pouvoir royal : il l’est aussi au creux des communautés constituées et il agit comme un « puissant dissolvant des théories politiques médiévales29.

Les réactions communautaires

  • 30 Voir les études pionnières rassemblées par : Didier Lett et Nicolas Offenstadt (dir.), Haro ! Noel (...)
  • 31 Voir Ernest Glasson, « Étude historique sur la clameur de haro », RHDFE, 1882, p. 397 sq., 517 sq  (...)
  • 32 Nous nous permettons de renvoyer à notre synthèse dans : Pierre Prétou, « Clameur contre fureur : (...)
  • 33 Jean Froissart, Chroniques, livre II, chap. 73, éd. Peter Ainsworth, Paris, Le Livre de Poche, 200 (...)
  • 34 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. Jean-Alexandre Buchon, Paris, Abel Pilon, 1875, livre I, (...)
  • 35 Yolanda Serrano Seoane, « El sistema penal del tribunal eclesiástico de la diócesis de Barcelona e (...)
  • 36 Flocel Sabaté, « El somatén en la Cataluña Medieval », Clio & Crimen, 2006, n° 3, pp. 209-304.

13Un détour par les expressions collectives révèle l’infléchissement tardif des réactions communautaires. Face au criminel « invaseur », de nombreuses coutumes disposaient de singuliers cris d’appel judiciaire censés mobiliser les habitants contre la force illicite30. Ces cris autorisaient la mise en œuvre de moyens coercitifs aboutis et fonctionnaient comme une soupape au sein de collectivités ne disposant pas d’agent de force publique. Le phénomène est particulièrement sensible dans le Midi car, jusqu’au XVe siècle, la culture municipale y entrave au mieux le développement des moyens de la procédure inquisitoire. Les communautés privilégiaient le rassemblement collectif et la saisie des agresseurs en flagrance. Un prototype de ces clameurs publiques est bien connu en Normandie. Le cri de « Haro ! » y mobilisait la coercition justicière mue par la collectivité contre un suspect31. Le phénomène est loin d’être nordique puisqu’une clameur similaire, dite « Biafora ! », existait dans les usages gascons. Elle se rencontre également en Catalogne où cette mise en défense populaire s’écrit « Via fora ! ». Au criminel, le cri déclenche la mise en défense collective contre l’injustice. Il jette la foule par les rues qui s’empare du suspect immédiatement confié au juge, sommé de procéder de manière forte et rapide32. Or, une évolution remarquable affecte ces clameurs publiques de la fin du XIVe siècle au début du XVe siècle. Phénomène sonore, elles sont difficilement saisies par l’historien. Toutefois, s’ils semblent initialement être un appel au Prince et à la force publique, la documentation tardive ajoute des compléments à l’écriture de ces cris. Sensiblement, ils se dressent contre les formes coercitives du pouvoir judiciaire, s’opposent aux enquêtes, aux sergents et, in fine, fustigent le pouvoir oppressif. Le cas de la Harelle relaté par Froissart en est un exemple33. Enguerrand de Monstrelet signale la même évolution dans la Normandie révoltée contre les Anglais : « Il m’est enjoint de par les habitans de la ville de Rouen a crier contre vous [], le grant haro, lequel signifie l’oppression qu’ilz ont des Anglois34. » Dans le Midi, les mêmes compléments sont observables dans une chronologie analogue : « Biafore ! force de tort ! » clame-t-on pour contrer « oppression » et « compulsions ». C’est en Catalogne que le phénomène paraît le plus abouti. Au cri de « Via fora ! » s’ajoute « resistencia ! »35. Comme le note Flocel Sabaté, l’espace catalan sublime le cri, devenu identitaire puisqu’il véhicule avec lui le for communautaire, les privilèges des voisins et donc l’identité collective jetée par les rues. Dans la Catalogne du XVe siècle, ce cri motive alors l’apparition d’une para police communautaire dressée contre les couches nobiliaires de la société : le somatén36. Partout où elles sont recensées, ces clameurs publiques semblent donc s’être dressées contre le pouvoir, retournées contre le Prince et ses supposées tyrannies fiscales, judiciaires et politiques.

Fureur et cruauté du Tyran

  • 37 Olivier Bertrand, « L’évolution sémantico-lexicale du mot tyran en ancien et moyen français (Xe-XV(...)
  • 38 BNF, Ms français 236, fol. 113.
  • 39 Le cycle se compose de : l’émasculation de Sporus, les assassinats, le supplice d’Agrippine, l’inc (...)
  • 40 Boris Bove, « Violence extrême, rumeur et crise de l’ordre public : la tyrannie du bâtard de Vauru (...)

14La clameur mène au tyran. Jean de Salisbury avait distingué la tyrannie d’usurpation de la tyrannie d’exercice. L’évolution lexicale y fait écho37. Au XIe siècle, le tyran est un chef autoritaire. Aux XIIe et XIIIe siècles, le terme qualifie la sauvagerie et les bourreaux. Aux XIVe et XVe siècles, le mot désigne un chef politique furieux et cruel. Cependant, la distinction théorique classique entre exercice et usurpation ne se rencontre que peu dans les archives de la pratique. Toutefois, le lexique tyrannique envahit les procès politiques du XVe siècle. Liquidation des mauvais officiers et justification des homicides empruntent les détours de la dénonciation des êtres faux et cruels. Le prototype théorique est Néron auquel les exemplaires des écrits de Boccace, mais également la Légende dorée de Jacques de Voragine font grand écho. Selon une interprétation médiévale, Néron avait voulu voir où il avait été conçu, raison pour laquelle il fit ouvrir le ventre de sa mère. La saisissante miniature d’un exemplaire de Boccace traduit par Laurent de Premierfait l’illustre sans détours38. L’artiste y déploie les méfaits de Néron à la manière d’un cycle maléfique qui se termine par la violence la plus extrême : celle que l’on se fait à soi-même en croyant disposer de la vie accordée par le Créateur39. Les programmes iconographiques qui enrichissent les ouvrages escortent alors les traductions commandées par les Valois d’images particulièrement sanglantes. Qu’il s’agisse des miniatures accompagnant les écritures de Jean Mansel, de Laurent de Premierfait et ou de Pierre Bersuire, partout Néron est représenté gourmand, haineux et cruel. Il machine froidement, « d’aguet lointain ». Le motif se poursuit dans la lecture que le Moyen Âge tardif fait de l’histoire d’Hérode et des saints Innocents : figure du loup judiciaire, le tyran consomme son propre peuple. Dans les procès politiques, la rhétorique judiciaire reprend la démonstration. Le fait est sensible dans la dénonciation des excès du bâtard de Vaurus par le Bourgeois de Paris40. Cette figure de fureur détourne le juste pouvoir afin de méfaire, au point d’offenser directement la divinité. Le pouvoir par la grâce de Dieu trouvait là un motif réversible de ses propres fondements. Restait à définir une issue appropriée à ces violences haineuses paroxystiques. Au XVe siècle, les spéculateurs débattent fort autour de la mort du tyran.

Les malfaisances de Néron [BNF, Ms français 236, fol. 113]. Cliché BNF

Le tyrannicide

  • 41 Voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans 23 novembre 1407, Pari (...)
  • 42 Interrogatoires. Robert Guillot, Le procès de Jacques Cœur (1451-1457), Bourges, Caisse nationale (...)
  • 43 Une réappropriation exemplaire, au fil de l’eau de la rivière d’un contado : Andrea Zorzi, « Déris (...)

15La justification de la mort du duc d’Orléans par Jean Petit est bien connue41. On exagère généralement la déstabilisation du pouvoir qui en découlerait. Les rhétoriques des procès politiques mêlent régulièrement les lexiques de la tyrannie d’exercice, comme d’usurpation. Pourquoi ? Parce que toutes deux alimentent les causes pour justifier la condamnation capitale. L’accusation ne dessert pas le pouvoir, elle démontre au contraire que ce dernier est en mesure de débarrasser la terre d’un tyran qui lui est rebelle, d’un faux pouvoir furieux dont le souverain protège ses sujets. Et l’accusation d’autoriser alors la liquidation, non des rois et des princes, mais de leurs officiers devenus insupportables. Dans le procès Jacques Cœur, le lexique tyrannique est déployé. L’arrêt de Lusignan évoque l’avarice, l’envie, la gloutonnerie, le crime de plagiat et le fait que l’Argentier a armé les ennemis du Christ. Il a commis de « grands excès de force publicque ». Par exemple, en Méditerranée, il aurait abusé de la Presse par laquelle il recrutait de force les marins nécessaires à ses galées, en détournant un ordre royal qui lui faisait mandement de poursuivre « les coquins et les ruffiens »42. L’arrêt déploie alors sa démonstration. Ces excès avaient eu des conséquences abominables, bien qu’invérifiables : ici des sergents du roi avaient été embarqués par erreur, là un pèlerin allemand avait été réduit à la condition de galérien – chose horrible – car, « de dueil et desplaisance s’estoit gecté en la mer et noyé ». Détournement d’autorité et confusion dans la foi, la fureur n’était pas supposée engendrer autre chose. Toutefois, le terme de tyrannie ne constituait pas un chef d’accusation au criminel : il s’agissait d’une rhétorique. En revanche, les chroniqueurs n’hésitent pas. L’ensemble légitime alors la peine capitale reconstructrice du juste pouvoir, une peine aussi visible que l’occulte machination révélée par la procédure. Le corps du tyran est fragmenté, éparpillé dans l’espace public afin de permettre à la collectivité de se réapproprier cet espace43. Le tyrannicide, quant à lui, trouve sa figure historique dans l’exaltation de Judith. Sensible dans l’Italie communale, cette représentation témoigne d’une érotisation politique tardive qui se rencontre largement dans les manuscrits à peinture français.

Judith sortant de la tente d’Holopherne [BNF, Ms Français 55, fol. 122 v°]
Cliché Bibliothèque Nationale de France

  • 44 BNF, Ms Français 55, fol. 122 v° : « De Judith la vaillant dame qui trencha le chief au malvais pr (...)

16Dans une miniature ornant un exemplaire de La Fleur des histoires de Jean Mansel44, Judith accomplit une étonnante mise en boîte de la violence. Elle sort avec prestance de la tente où elle a décapité secrètement le tyran Holopherne, accompagnée d’une servante tenant la boîte qui dissimule la tête tranchée. De la domesticité de la tente, Judith transite vers l’espace public avec la posture du devoir accompli. L’image accorde donc aux femmes le dernier mot dans la violence juste, transportée par une dialectique de l’intérieur de la haine et de la chambre de justice. Écho des élaborations de Christine de Pisan, cette miniature illustre l’exploitation des représentations féminines dont le corps devient progressivement le théâtre pictural de la violence des hommes. Cette figure féminine n’est cependant pas une représentation sédative de la violence masculine, elle emblématise en réalité la domesticité. Cœur lourd de l’ordre public médiéval, c’est là que commence et se termine le cycle du licite et de l’illicite, dépassé par la juste colère qui étaye le tyrannicide. A l’instar de cette figuration, la fin du Moyen Âge engage la modernité dans une lecture de la violence qui établit une tension permanente entre le privé et le public. Absolument réversible, elle est tour à tour rassurante et anxiogène, protectrice ou menaçante. Cette lecture politique débouche sur la dangerosité de la chose publique. Roue de fortune. Elle suscite cette réflexion selon laquelle la genèse de la modernité repose autant sur l’imaginaire néfaste que sur les vertus additionnées de la construction de l’État. Cette dernière puise visiblement dans la violence ses fondements théoriques en s’appuyant sur des motifs inversés. C’est donc sur Judith quittant l’intérieur de sa tente avec sa boîte que nous achevons cette exploration de la violence dans l’investigation médiévale du for intérieur des esprits du XVe siècle.

Notes

1 A l’exception des sources du Moyen Âge central qui ne sont pas ici notre objet et pour lesquelles nous renvoyons à : Dominique Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme de l’an Mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993.

2 Tels que les travaux de Claude Gauvard l’ont démontré, en particulier : Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991 et Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005.

3 Sur les apports de la recherche dans la connaissance de cette chronologie : Xavier Rousseaux, « Historiographie du crime et de la justice criminelle dans l’espace français (1990-2005) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 10, n° 1, 2006, pp. 123-158.

4 Sur la distinction entre accusatoire et inquisitoire, ainsi que sur la chronologie d’évolution des deux systèmes procéduraux : Jean-Marie Carbasse, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris, PUF, 2ème éd., 2000.

5 Voir les importantes avancées de la recherche historique dans : Claude Gauvard (dir.), L’enquête au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2009.

6 Jacques Chiffoleau, « Avouer l’inavouable : l’émergence de la procédure inquisitoriale au Moyen Âge », dans Dulong Renaud (dir.), L’aveu, histoire, sociologie, philosophie, Paris, PUF, 2001 et Jacques Chiffoleau, « Sur le crime de majesté médiéval », dans Genèse de l’État moderne en Méditerranée, Rome, 1993, École française de Rome, pp. 183-213.

7 Voir Raffaele Garofalo, La criminologie : étude sur la nature du crime et la théorie de la pénalité, Paris, Germer Baillière et Cie., Félix Alcan, 1890. Pour des mises au point récentes : Loïck Villerbu, Bernard Gaillard, Astrid Ambrosi, Pascal Le Bas (dir.), Dangerosité et vulnérabilité en psychocriminologie, Paris, L’Harmattan, coll. « Sciences criminelles », Paris, 2003.

8 Claude Gauvard, « De grace especial », op. cit., p. 135.

9 Sur la fama, nous renvoyons à Thelma Fenster et Daniel LordSmail (éds.), Fama, The Politics of Talk and Reputation in Medieval Europe, New York, Cornell University Press, 2003.

10 Voir Claude Gauvard (dir.), « La renommée », dans Médiévales, n° 24, 1993.

11 Claude Gauvard, Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge peuvent-elles permettre une approche statistique du crime ?, in Philippe Contamine, Thierry Dutour et Bertrand Schnerb, Commerce, finances et société (XIe-XVIe siècles), Mélanges Dubois, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1993, pp. 469-482.

12 Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2005, pp. 9-56.

13 Bronislaw Geremek avait ouvert la voie à cette approche : Bronislaw Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe-XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976. Cf. Claude Gauvard, « Fear of Crime in Late Medieval France », in B. Hanawalt et D. Wallace (eds), Medieval Crime and Social Control, Minneapolis, Londres, University of Minneapolis Press, 1999, pp. 1-48.

14 BNF, Ms français 33, fol. 94v°.

15 Nous renvoyons ici à l’étude de Jean-Marie Carbasse, Consulats méridionaux et justice criminelle, thèse dactylographiée, Montpellier, 1974.

16 Bernard d’Alteroche, De l’étranger à la seigneurie à l’étranger au royaume, XIe-XVe siècles, Paris, LGDJ, 2002.

17 Ernst Schubert, « L’étranger et les expériences de l’étranger dans l’Allemagne médiévale et moderne », in L’Étranger au Moyen Âge, Actes du XXXe congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, pp. 191-215 et James L. Bolton, « La répartition spatiale de la population étrangère à Londres au XVe siècle », in Jacques Bottin et Donatella Calabi (éds), Les étrangers dans la ville, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme Paris, 1999, pp. 425-438.

18 Telle que l’avait développée Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985. Voir également Patrick Gilli, « Comment cesser d’être étranger : citoyens et non-citoyens dans la pensée juridique italienne à la fin du Moyen Âge », in L’Étranger au Moyen Âge, Actes du XXXe congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, pp. 59-78.

19 Ordonnances des rois de France, III, p. 128.

20 Ordonnances des rois de France, III, p. 526.

21 ANF, JJ 179, n° 348, fol. 196 v°.

22 1450, février - Rouen. Rémission en faveur de Fortemer de Saint Paul, de Vidausan en Comminges, responsable de la mort de Jehan Loo, de Valcabrère, excommunié pour dettes, qui l’avait attaqué près de Saint-Bertrand-de-Comminges. ANF, JJ 180, n° 64, fol. 28.

23 Un exemple frappant en 1463 dans ANF, JJ 199, n° 292, fol. 174 : « machinacions conspiracions entreprises et perseveracions ».

24 1449, juillet - Chinon. Rémission pour Jehan Benesel, d’Espalion, demeurant à Lombez, pour avoir tué à Toulouse Jehan de Cardeilhac qui l’avait menacé et mutilé au visage. ANF, JJ 179, n° 348, fol. 196 v°.

25 Voir Claude Gauvard, « La violence commanditée : la criminalisation des « tueurs à gages » aux derniers siècles du Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 62e année 2007/5, pp. 1005-1029.

26 Jean Goulain, Rational, BNF 437, f° 155 r°. Cité dans Godefroy.

27 Les Passages de oultremer, f° 9 v°, éd. 1492. Cité dans Godefroy. Voir Thierry Delcourt, Fabrice Masanès et Danielle Quéruel (éd.), Sébastien Mamerot : Les Passages d’Outremer. Une chronique des croisades, Cologne, Taschen, 2009, 2 vol.

28 Mathieu d’Escouchy, Chronique, chap. CXXXIII. Édition G. Du Fresne de Beaucourt, tome second, Paris, Renouard, 1863, pp. 297-305. Cf. également Jean Chartier, Histoire du roy Charles VII, éd. Valet de Viriville, tome II, Paris, 1858.

29 Patrick Boucheron, « Tyrannicide », dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 2002, pp. 1413-1414.

30 Voir les études pionnières rassemblées par : Didier Lett et Nicolas Offenstadt (dir.), Haro ! Noel ! Oye ! : pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

31 Voir Ernest Glasson, « Étude historique sur la clameur de haro », RHDFE, 1882, p. 397 sq., 517 sq ; Hippolyte Pissard, La clameur de haro dans le droit normand, Caen, Société d’histoire du droit normand, 1911 ; Denise Angers, « Voir, entendre, écrire : les procédures d’enquête dans la Normandie rurale », in Claude Gauvard (dir.), L’enquête au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2009, pp. 169-183.

32 Nous nous permettons de renvoyer à notre synthèse dans : Pierre Prétou, « Clameur contre fureur : cris et tyrannie à la fin du Moyen Âge », dans François Foronda, Christine Barralis, Bénédicte Sère, Violences souveraines à la fin du Moyen Âge : travaux d’une école historique, Paris, Presses universitaires de France, collection « Le nœud Gordien », 2010, pp. 271-282.

33 Jean Froissart, Chroniques, livre II, chap. 73, éd. Peter Ainsworth, Paris, Le Livre de Poche, 2001, p. 890.

34 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. Jean-Alexandre Buchon, Paris, Abel Pilon, 1875, livre I, chap. 207, pp. 444-445.

35 Yolanda Serrano Seoane, « El sistema penal del tribunal eclesiástico de la diócesis de Barcelona en la Baja Edad Media », Clio & Crimen, 2006, n° 3, pp. 430-508.

36 Flocel Sabaté, « El somatén en la Cataluña Medieval », Clio & Crimen, 2006, n° 3, pp. 209-304.

37 Olivier Bertrand, « L’évolution sémantico-lexicale du mot tyran en ancien et moyen français (Xe-XVe siècles), dans Denis BjaÏ et Silvère Menegaldo, Figures du tyran antique au Moyen Âge et à la Renaissance, pp. 15-32.

38 BNF, Ms français 236, fol. 113.

39 Le cycle se compose de : l’émasculation de Sporus, les assassinats, le supplice d’Agrippine, l’incendie de Rome et le suicide.

40 Boris Bove, « Violence extrême, rumeur et crise de l’ordre public : la tyrannie du bâtard de Vaurus », dans François Foronda, Christine Barralis, Bénédicte Sère, Violences souveraines à la fin du Moyen Âge : travaux d’une école historique, Paris, Presses universitaires de France, collection « Le nœud Gordien », 2010, pp. 123-132.

41 Voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992 et Corinne Leveuleux-Texeira, « Du crime atroce à la qualification impossible : les débats doctrinaux autour de l’assassinat du duc d’Orléans (1408-1418) », dans François Foronda, Christine Barralis, Bénédicte Sère, Violences souveraines à la fin du Moyen Âge, op. cit., pp. 261-271.

42 Interrogatoires. Robert Guillot, Le procès de Jacques Cœur (1451-1457), Bourges, Caisse nationale des Monuments historiques et des Sites, 1974, p. 95.

43 Une réappropriation exemplaire, au fil de l’eau de la rivière d’un contado : Andrea Zorzi, « Dérision des corps et corps souffrants dans les exécutions en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Élisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger, La dérision au Moyen Âge, de la pratique sociale au rituel politique, Paris, PUPS, 2007.

44 BNF, Ms Français 55, fol. 122 v° : « De Judith la vaillant dame qui trencha le chief au malvais prince Holoferne ».

Table des illustrations

Légende Romains colonisant le Latium – Cliché Bibliothèque Nationale de France
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Légende Les malfaisances de Néron [BNF, Ms français 236, fol. 113]. Cliché BNF
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Judith sortant de la tente d’Holopherne [BNF, Ms Français 55, fol. 122 v°]Cliché Bibliothèque Nationale de France
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

Auteur

Maître de conférences d’histoire du Moyen Âge, Université de La Rochelle, CRHIA EA 1163

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540