Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Deux documents à propos des violences aristocratiques dans les comtés nord-catalans au XIe et au XIIIe siècle

Aymat Catafau

Texte intégral

1En quoi consiste la violence aristocratique au Moyen Âge central ? Quelles formes prend-elle, qui sont les coupables et les victimes ? Les sources qui nous permettent de les connaître varient selon les époques et les auteurs. Je me suis intéressé ici à la manière dont des documents très différents, distants de deux siècles, parlent de la violence.

2L’un de ces documents est le célèbre sermon du moine Garsias de Cuxa, non daté, sans doute des années 1043-1046. Il a suscité l’attention des historiens de l’art et de la liturgie par la description précise des travaux réalisés par Garin puis par Oliba au monastère de Saint-Michel de Cuxa. On a moins remarqué que ce texte met en situation ces travaux et leur symbolique liturgique dans un contexte de violence, et comment ces travaux et ce texte sont une réponse à cette violence.

  • 1 A. Catafau, « Una familia aristocràtica en la història dels comtats nord-catalans, segles XI-XV », (...)

3L’autre document, inédit, expose une situation complètement différente. Cette querimonia date de 1225 et émane de deux frères, héritiers de la seigneurie de Llupia par leur sœur, veuve du dernier Llupia direct1, qui s’estiment lésés par leur seigneur direct, le vicomte de Castelnou. Les actions qu’ils rapportent révèlent quelques aspects de la petite violence quotidienne des seigneurs entre eux et contre leurs possessions et leurs hommes.

Le sermon de Garsias : de la violence réelle à la violence rhétorique

  • 2 Pierre Ponsich, « Le Conflent et ses comtes du IXe au XIIe siècle », Études roussillonnaises, 3-4, (...)

4Le sermon du moine Garsias (parfois appelé lettre-sermon en raison de sa dédicace en forme de lettre à Oliba) est un document dont la singularité et la richesse ont depuis longtemps été relevées. La complexité du style et de la construction de ce long texte ont fait obstacle à son étude et à sa connaissance détaillée. C’est à l’occasion de sa traduction récente que j’ai eu l’opportunité de me pencher de manière plus précise sur ce morceau de littérature2.

5Pour la Catalogne, alors que les documents de la pratique sont nombreux, nous ne disposons que de peu de sources narratives. Ce sermon est en lui-même une narration, celle des constructions successives faites par les abbés Pons, Garin puis Oliba, à Saint-Michel-de-Cuxa. Avec quelques autres documents emblématiques, comme les reconstitutions jurées des actes perdus dans la destruction du monastère Saint-André d’Eixalada par les eaux, à l’automne 878, les donations de Protasius, et plusieurs actes de consécration, confirmation de biens ou plaids, ce document constitue une des pièces du dossier « historique » de l’abbaye, réunion d’actes qui fait office, dans les cartulaires catalans, de récit des origines, en l’absence des textes écrits spécifiquement dans ce but, comme on en trouve dans les cartulaires languedociens. Le sermon de Garin est à mi-chemin des deux types de documents, car il est un texte circonstancié, écrit et peut-être prononcé en une occasion précise, l’anniversaire de la consécration de l’abbaye par Oliba, en même temps sa forme littéraire, son rappel des épisodes antérieurs de la vie du monastère et de ses vicissitudes en font un texte à caractère historique très marqué. Le style de sa rédaction, le fait qu’il ne soit pas daté, comme celui d’avoir été copié dans le cartulaire renforcent ce caractère de valeur générale du sermon, qui fixe un cadre programmatique et liturgique pour la vie future de l’abbaye.

6Dans son sermon le moine Garsias évoque dans l’exorde dédicatoire à l’abbé Oliba les informations que lui a fournies un certain moine Arnau, au sujet des reliques, de la dédicace de l’autel, de l’incendie (accidentel) qui a ravagé la plus grande partie du monastère, des travaux de restauration d’Oliba, de la nouvelle dédicace (le texte dit « la nouvelle bénédiction de cette vallée » expression sur laquelle nous reviendrons) « et aussi de la razzia des destructeurs » (a destruentibus etiam irruptione). Garsias ajoute à la fin de cet exorde qu’il a « trouvé certaines choses décrites dans les documents », et qu’il s’est appliqué à les mettre par écrit pour l’utilité générale.

7Garsias commence par évoquer la consécration de l’abbaye Saint-Michel par l’abbé Garin, en compagnie de l’évêque Sunyer, un 30 septembre. Puis, revenant sur les premiers temps de l’abbaye, il rappelle de trois mots, « le coup de foudre de la punition », la destruction du monastère Saint-André d’Eixalada qui introduit le long développement sur la refondationreconstruction à l’initiative du comte Sunifred.

  • 3 A. Catafau, « À propos des origines de l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech », Bulletin de l’AAPO(...)

8Comment interpréter la violence des éléments, ici l’inondation destructrice d’Eixalada en 878, et plus tard l’incendie du monastère de Cuxa, un 5 janvier (peut-être en 1026) ? La destruction par l’eau et le feu de la maison de Dieu, est sans aucun doute une violence, certes d’origine non humaine, mais, comme la razzia normande qui cause la destruction de la première abbaye de Sainte-Marie, aux Bains d’Arles, en 8683, ces catastrophes sont inscrites dans les desseins de Dieu : « punition » est appelée l’inondation (et rappelons qu’elle est meurtrière : non seulement l’abbaye est entièrement détruite, emportée dans les flots, mais plusieurs moines y périssent), « punition » aussi la razzia normande. Les moines ont oublié Dieu, leur discipline et leur foi se sont relâchées, ces violences, entraînant morts et destructions, sont occasion de rédemption.

9Donc ces violences, quoique non directement causées par les chrétiens vivant auprès de l’abbaye, ont aussi une origine humaine lointaine, les péchés des fidèles ou des moines. C’est toujours le mal qui est à la source de la violence, même quand celle-ci est une manifestation de la colère divine et est à la base d’une œuvre rédemptrice.

10Le sermon, avec un raccourci de presque un siècle, mêle dans la même phrase la destruction de Saint-André, la restauration de l’église Saint-Germain et le gouvernement de Pons, abbé de la deuxième moitié du Xe siècle. Ainsi la violence des éléments se trouve presque directement liée à un autre épisode de violence, dont les fauteurs sont bien des nobles, au milieu du Xe siècle.

11Garsias imagine une conversation, au style direct, entre l’abbé Pons et le comte Sunifred, comte mort en 966, auquel on peut attribuer le financement de la construction de la nouvelle abbatiale de Cuxa (succédant à la première église Saint-Michel mentionnée en 941). Cette conversation fictive a peut-être été écrite par Garsias sur la base du préambule d’un acte d’attribution d’immunité et de confirmation de biens, rédigé par le comte Sunifred en faveur de Cuxa et de son abbé Pons, acte qui aurait été perdu. La motivation de Sunifred, ainsi qu’il l’exprime à l’abbé, est le renoncement aux avantages du siècle et à l’accroissement du pouvoir, afin de trouver un moyen qui plaise à Dieu pour « réparer la guerre d’une double hostilité et les tumultes d’une sauvage révolte ». L’allusion à des troubles politiques est ici évidente, bien que très peu claire. La « double hostilité » et la « sauvage révolte » peuvent se rapporter à deux épisodes distincts auxquels aurait été confronté Sunifred.

  • 4 P. Ponsich, « Le Conflent et ses comtes… », op. cit.

12Certains événements connus peuvent être rapprochés de cette allusion, des troubles politiques que P. Ponsich a déjà évoqués : vers 957-958 Wifred, comte de Besalú, frère de Sunifred, est tué par un certain Adalbert qui a pris la tête du soulèvement d’une famille noble pour s’emparer du comté et du château de Besalú. Le comte Sunifred, intervenu directement, reprend le château, s’empare des usurpateurs, confisque leurs biens et réunit le comté de Besalú à celui de Cerdagne qu’il administrait. Le rebelle Adalbert ayant pour principal complice son frère (un autre Sunifred) il pourrait s’agir là de la « double hostilité » évoquée, de même la « sauvage révolte » pourrait aussi qualifier cette action où le propre frère du comte Sunifred avait été assassiné4.

  • 5 Ibidem.

13Mais l’adjectif « double » peut aussi renvoyer à une autre rébellion, en plus de celle-ci, celle du vicomte de Conflent Hunifred, dont les biens, parmi lesquels l’alleu d’Aiguatebia, avaient été confisqués par les comtes Sunifred et Oliba Cabreta, avant 962. Il semble bien que le dénommé Hunifred ait payé de la vie sa rébellion5.

14La réunion du comté de Besalú à celui de Cerdagne, comme la confiscation des biens d’Hunifred peuvent l’une et l’autre être les « avantages du siècle » et « l’accroissement » délaissés par les propos apocryphes de Sunifred.

  • 6 Christian Lauranson-Rosaz, « De la Chiusa à Cuixà, la Romania de l’an mil sous le signe de l’archan (...)

15Les violences effectives auxquelles ces lignes renvoient prennent place dans un contexte dont on a souligné le caractère généralisé dans les années 950, une première vague de « violences aristocratiques » autour de la mise en place du contrôle des lignages dominants sur les grandes principautés qui étaient en train de s’établir comme des entités politiques autonomes6. C’est à des violences de même nature qu’est mêlé, à la même époque, ou peu après, le doge de Venise Orseolo, violences qui motivèrent son repentir et sa retraite à Cuxa, tout comme le comte Oliba Cabreta, pour les mêmes raisons, se retire au Mont-Cassin. Seniofred, frère de Cabreta, choisit une autre voie de rédemption : doter Cuxa d’une nouvelle abbatiale, en employant à une œuvre pie les richesses accumulées et en se défaisant d’une part du pouvoir qu’il a recherché en attribuant à Cuxa une immunité générale « en telle sorte que la maison du Seigneur ne soit soumise au pouvoir de personne » (Garsias).

16Outre les deux épisodes de « violence » ou de punition et d’épreuves divines imposées aux moines, la destruction par les eaux en 878 et l’incendie sous l’abbatiat d’Oliba, qui motive une partie des travaux de cet abbé et du transfert des reliques, puis ce rappel de l’expiation des violences nobiliaires dans l’œuvre du comte Sunifred, le moine Garsias multiplie dans son sermon, depuis l’exorde jusqu’à la péroraison, les allusions à d’autres violences. L’objet et les coupables de ces dernières, bien que jamais identifiés par Garsias, sont plus clairement visés, et sans doute pour des contemporains parfaitement identifiables.

17À quatre reprises le sermon fait référence, directement ou indirectement à ces violences. Dès l’exorde Garsias parle de la « razzia des destructeurs », puis, évoquant l’immunité accordée par Sunifred, il dit, très généralement, mais avec des paroles si dures qu’elles ne semblent pas placées ici de manière seulement rhétorique, que ce pouvoir donné à l’abbaye permettra « que les misérables ennemis soient mis en fuite par l’archange, et qu’ils soient chassés plutôt que chasseurs ».

18Dans la péroraison (parties VI à IX) Garsias développe longuement la question des violences auxquelles s’est trouvée récemment confrontée l’abbaye. Dans la partie VII, il y consacre 12 lignes, dans la partie VIII 2 lignes (plus 9 lignes à propos de l’incendie et du sens général des épreuves infligées au monastère), dans la partie IX, 5 lignes enfin.

19Dans ce cas les violents, les « destructeurs » coupables de cette « razzia », sont des « opposants », en fait « des gens du pays » « coupables de réclamations mal conseillées », « vaniteux, orgueilleux », qui « apprécient ce qui est de la terre » et aspirent à « l’abondance superflue des richards ».

20La nature des violences subies par l’abbaye est donc assez claire, surtout pour des contemporains au fait des affaires en cours, et pour les personnes visées. Il s’agit de revendications de biens fonciers par des « gens du pays », peut-être d’invasions de domaines (« la terre » peut être lu au sens concret et pas seulement métaphorique), d’usurpations de terres. Le contexte de l’article VII, s’il était pris au pied de la lettre, pourrait avoir l’air de situer ces attaques et ces gens du pays dans la vallée même de Cuxa. En fait, commençant par la description du cadre idyllique de vie de la vallée, dont la douceur est comme renforcée par la présence bienveillante des moines, le sermon oppose ceux qui y vivent en harmonie (dans l’amour) avec les moines à ces « opposants » ou « ennemis ». On précise qu’ils sont aussi « gens du pays », notion qui peut renvoyer à une zone plus vaste que la vallée du Lliterà, le comté de Conflent par exemple, appelé aussi pagus, « pays », dans les sources.

  • 7 Marca Hispanica, appendix n° 281 et P. Ponsich, « Le Conflent et ses comtes… », op. cit., p. 314, P (...)
  • 8 On renverra aux deux études les plus récentes : Michel Zimmermann, « Sur la terre comme au ciel : l (...)

21Il est tentant de chercher dans les documents le souvenir de faits qui pourraient être rapprochés de ces allusions très appuyées, manifestement fondées sur des événements réels. Certains auteurs avaient proposé de mettre en relation les allusions du sermon et l’acte de juillet 1075 par lequel le comte de Cerdagne-Conflent faisait réparation de l’irruption violente (intervenue sans doute à la Noël précédente) de ses hommes dans le monastère de Cuxa, dont ils expulsèrent le comte Guilabert de Roussillon qui s’y trouvait (en visite de dévotion ou pour autre chose ?)7. Mais le sermon, dont l’exorde s’adresse directement à l’abbé Oliba, sans aucune des formules qui pourraient évoquer son trépas, est rédigé et lu du vivant de l’abbé, et sans doute en sa présence même. Or Oliba est mort le jeudi 30 octobre 10468. Le sermon est donc antérieur à cette irruption violente.

22En revanche, l’acte de réparation de ce forfait inclut, outre des dons aux moines, plusieurs restitutions de mas et d’églises à Sauto et à Ventaiola (?), restitutions qui semblent concerner des biens dont la possession était contestée par le comte à l’abbaye. Sans doute, affaibli par son forfait excessivement scandaleux, le comte fut-il contraint, en 1075, de renoncer à ses prétentions sur certains domaines fonciers et églises revendiqués par l’abbaye. Il accompagne cette restitution d’un versement de 300 pièces d’or, qui pourraient représenter une pénalité compensatoire pour la période pendant laquelle il avait retenu ces exploitations foncières et ces églises et leurs revenus. Dans ce cas l’usurpation devait durer depuis un certain temps. Les moines, en position de force, en profitent pour solder d’anciens comptes et mécomptes. Peut-être était-ce aux racines anciennes de ce conflit que fait allusion le moine Garsias dès les années 1040. Les biens concernés et les coupables, tous du Conflent, pourraient parfaitement être ceux visés par le sermon, qui place ce conflit entre l’abbaye et des « gens du pays ».

  • 9 A. Catafau, « Contentiones fuerunt... Conflits et violences dans le Roussillon féodal (XIe-XIIe siè (...)
  • 10 Paragraphe 9 du sermon : « tes afflictions se sont changées en joie… le mur de la discorde, que le (...)

23Il existe une autre possibilité d’identification de l’objet de ces conflits, plus proche chronologiquement. Parmi les documents se rapportant à l’abbatiat d’Oliba figure celui d’un concile tenu à Narbonne, en 1043, par lequel furent excommuniés les envahisseurs de biens de Cuxa, situés en Fenouillèdes et en Roussillon, précisément dans la partie de la vallée de la Têt dépendant du comte de Cerdagne9. Cela pourrait correspondre à des « terres » et « gens du pays ». Intervenue peu avant la rédaction du sermon, la condamnation des usurpateurs justifierait le ton du sermon, qui, dans son style ampoulé et parfois énigmatique, semble se réjouir de l’échec de ces réclamations et de la déroute des méchants10. La fin de ce sermon pouvant à la fois exalter les succès remportés face aux ennemis du monastère et soutenir l’effort des moines face à d’autres usurpations, non encore condamnées (comme celles qui ne le seraient qu’en 1075).

24Le sermon de Garsias ne masque donc pas les épreuves subies par le monastère et les moines depuis sa fondation. Il prévient de ne pas se révolter contre « l’adversité des choses », car Dieu « relie toujours la fin de ce qui a été au début de ce qui sera ». Garsias ne semble pas faire de différence entre les désastres de la nature (l’inondation et l’incendie) et les attaques des hommes. Pourtant, si les deux catégories relèvent d’un même plan divin et doivent être acceptées sans récriminer par les moines, les désastres naturels sont des punitions divines qui frappent l’abbaye, ces punitions sont méritées et suivies d’effets positifs, matériels (relocalisation du monastère, reconstruction) mais surtout spirituels (réformation de la vie monastique). En revanche les violences causées par les hommes contre l’abbaye sont l’œuvre du Malin, c’est le diable qui les inspire, les hommes qui s’en rendent coupables n’écoutent pas Dieu (chap. VII). Avec l’aide de l’archange et du Christ les moines sauront les vaincre (chap. IX). Reste la violence inhérente à l’exercice du pouvoir politique, celle qui réprime les séditions, réunit les nouvelles terres aux comtés. Garsias ne la condamne pas, mais, dans la bouche de Seniofred, il en mesure la vanité, qui doit être écartée au profit d’œuvres plaisant davantage à Dieu : la dotation du monastère, sa reconstruction, le renforcement de son immunité.

25Le monde dans lequel vivent les moines, malgré l’harmonie qu’ils souhaitent faire triompher en eux, dans leurs murs et autour d’eux, est un monde de dangers et de violence. Tout le sermon de Garsias est fondé sur l’explication du sens de ces épreuves, il est un reflet des conflits auxquels est en butte l’Église face aux laïcs, au moment où s’amorce la conception grégorienne (ou pré-grégorienne) de la supériorité de l’Église face aux pouvoirs séculiers. Les moines bénédictins de Cuxa, rattachés au mouvement clunisien organisent leur défense, par l’immunité, l’appel aux conciles et au vicaire du Christ. Garsias dans son sermon en place les justifications spirituelles.

La querimonia de Pons et Arnal de Santa Fé contre le vicomte de Castelnou

26L’autre document que je voudrais présenter brièvement est une querimonia, une de ces « plaintes », les Catalans disent queixes, greuges ou rancures, qui se multiplient entre la deuxième moitié du XIe siècle et la fin du XIIIe siècle. Celle-ci, faisant mention de torts causés le jour de l’Assomption de la Vierge de 1225 est donc postérieure au 15 août de cette année.

  • 11 Josep Maria Salrach, séminaire de Pierre Bonnassie, Toulouse-Le Mirail, 1990-1991, et Thomas Bisson (...)
  • 12 Pelayo Negre a publié les querimoniae du comte Pons d’Empúries contre son cousin Gauzfred de Roussi (...)

27La genèse, la typologie et les apports des querimoniae ont donné lieu à des travaux importants11. Elles ont deux origines différentes : populaire, ou aristocratique comme celle présentée ici12. Mais les fauteurs de violences y sont dans les deux cas les mêmes : les chevaliers. Seuls les plaignants changent (mais pas toujours les victimes).

28Ces documents, issus de laïcs, sont probablement écrits par des clercs, soit le petit clergé rural pour les plaintes populaires, soit des clercs de la chapelle seigneuriale, pour les comtes se plaignant d’autres comtes, ou ici pour les seigneurs de Llupia. Ces documents, sortes de memoranda, sont dépourvus de certains caractères diplomatiques des actes publics ou privés : le protocole initial et l’eschatocole comme le préambule sont réduits à leur plus simple expression, voire inexistants. Comme celui des Santa Fé, ils n’ont souvent pas de date, pas de seings, pas de sceaux, pas de signataires, ni de liste de témoins. En revanche ils se veulent précis et méticuleux dans la description des torts causés et des outrages subis : les noms, lieux, faits et parfois dates, comme ici, n’y manquent pas, ce qui permet d’en préciser la chronologie, l’attribution et les circonstances.

  • 13 Laudimium tocius feudi de Luppiano, 1221, ADPO, 1B350, fol 78 r° : le vicomte de Castelnou Guillem, (...)

29Les auteurs de cette querimonia sont les frères Pons et Arnald de Santa Fé, ils ont à se plaindre de l’attitude à leur égard du vicomte Guillem de Castelnou, leur seigneur direct. Les frères de Santa Fé ont reçu en 1221, après la mort de leur beau-frère Bernard de Llupia, le fief de Llupia. Le document de cette concession de fief est conservé13, mais, dans les années suivantes, Guillem a sans doute essayé de contester cette concession, pour reprendre la seigneurie de Llupia et les droits qui s’y rattachent. Guillem de Castelnou refuse de mettre en pouvoir effectif les Santa Fé, il s’approprie de nombreux droits seigneuriaux et droits de justice qu’il prélève lui-même ou qu’il reprend par la force aux agents et hommes des Santa Fé sur les terres et seigneuries dépendant du village et château de Llupia.

30La précision des plaintes permet de suivre les hommes, leurs objectifs, leurs méthodes d’action, les effets et les victimes de leurs attaques.

  • 14 Gabriel Poisson, Les Vicomtes de Castelnou (XIe-XIVe siècle), maîtrise, Laurent Macé dir., Universi (...)

31Outre Guillem de Castelnou14 et sa femme Ramona (Raimunda), le document montre en action les dépendants du vicomte : un homme du prieur de Castelnou à Llupia, ses hommes (du château et lieu de Castelnou) et sa familia, ses messagers, envoyés (suos nuncios), ses agents, huissiers (saiones suos), ses hommes de Ponteilla, son viguier Escharrasszim (curieux nom, peut-être d’origine mudéjar ou mozarabe ?), Pere de Panissars et Bertran Peregri (deux fidèles).

32Les plaintes identifient aussi les dépendants des Santa Fé, le plus souvent victimes ou témoins des actions des Castelnou : ses amis (suos amicos), Arnau de Vilar de Loba et les hommes de Vilar de Loba, Pere Voluda tenancier de mas de Llupia, les hommes du village de Llupia (populus, homines per villam), Pere de Mollet, homme propre et solide, Arnal Menestral, homme propre et solide (deux tenanciers dépendants, des « serfs » sans doute en charge de responsabilités d’administration des tenures), Pere de Bago de Montauriol, les hommes de Montauriol, le batlle des Santa Fé à Montauriol, Pere Rossa, homme des frères, possesseur d’une vigne.

  • 15 Un intéressant document de 1267 relate la prise de possession par le vicomte de Castelnou du castru (...)

33D’autres personnages, liés aux Santa Fé apparaissent : « Bernat Huc qui était leur seigneur » : de la famille de Serralongue15, Bernat de Llupia, mort, le portier du Mas Déu (commanderie templière, sur le territoire de Trouillas, village voisin de Llupia), les bergers des chèvres de Saint-Salvador (com. de Trouillas) qui se trouvaient à la bergerie de Montauriol, et payaient cens aux Santa Fé pour leurs troupeaux.

  • 16 A. Catafau, Quelques éléments de réflexion sur l’intérêt historique et archéologique de la fouille (...)

34Les lieux où se déroulent les faits sont situés au pied des Aspres, sur les terres dépendant des seigneurs de Llupia et dans leurs environs : Llupia, l’église Saint-Thomas, le château, le mas de Pere Voluda ; Sant Salvador, près du Mas Déu (appelé Villare Ceceranum en 844 et Sant Salvador de Cira iuxta domus mansi dei au XIIe siècle)16 ; Ponteilla ; Thuir (où sont gardés les otages) ; Villar de Loba ; à Montauriol, le château, le mas du chapelain du château de Montauriol, la bergerie où vont les bergers de Cira ; Cheixans (sans doute le village de Caixas dans les Aspres) ; Castelnou, allusions au château et au prieuré du château.

35Les verbes d’action, le vocabulaire caractérisant les actes du vicomte de Castelnou, les adverbes et qualificatifs qui les complètent, indiquent la violence, la contrainte, l’illégalité, l’arbitraire : guerra, fregerunt domos, fecit equitari, injuriat eis (« leur fait offense, les blesse »), vi (adverbe, « par la force » : 9 occurrences), furtim (« par vol »).

36Les plaintes portent en particulier sur des redevances perçues par force ou contrainte, ou injustement par Guillem de Castelnou : le bladagium, bladatge (sur le blé), les albergas (droit de logement, perçu en nature par les chevaliers), les questias, le bovaticum, bouatge (sur l’abattage des bœufs).

37Les frères Santa Fé refusent de payer au vicomte le droit de bovaticum « par crainte de mauvaise coutume » (timore male consuetudinis) qu’ils assimilent à ce qui serait une exheredatio (privation d’héritage, usurpation, perte) par le vicomte. Ils craignent donc qu’une exigence circonstancielle soit transformée par « mauvaise coutume » en permanente.

38Les plaintes des Santa Fé portent sur les agissements de Guillem de Castelnou envers eux en tant que seigneur. Ils l’accusent de s’être comporté de manière indigne d’un seigneur à de nombreuses reprises : Guillem tarde à leur concéder le fief de Bernard de Llupia, puis leur demande de payer mille sous pour leur remettre le fief, que les frères versent ; lors d’une guerre, il requiert leur aide contre leur seigneur direct, Bernard Huc de Serralongue ; Pons de Santa Fé est utilisé comme otage par Guillem, la garantie qu’il exige de la part des Santa Fé leur coûte 1300 sous ; il leur demande la potestas du château de Montauriol, qu’ils lui remettent, il le garde huit mois (durée excessive à leurs yeux), le tort causé par cette période de perte de potestas est estimé par eux à cent pièces d’or. Ce dernier point donne une idée du rapport d’une seigneurie très secondaire (150 pièces d’or par an environ pour Montauriol qui n’est qu’un château dépendant des Llupia) ; ces revenus consistent sans doutent en redevances, en droits de justices en droits de directum et laudimium, sur les mas, terres, pâturages et leur transmission.

  • 17 Le dictionnaire Alcover donne pour fatiga de dret la définition : « declaració de mancament al dret (...)
  • 18 Manulevavit : suppose paiement d’une somme, terme employé aussi à l’occasion des otages et des firm (...)

39Les Santa Fé se plaignent aussi des exactions commises par Guillem à leur détriment, mais dont les victimes sont les hommes des Santa Fé : à Villar de Loba il s’est emparé d’un homme (des Santa Fé), ses envoyés brisent les maisons des hommes de Villar de Loba, emportent de force (vi) du blé ; sur les hommes de Llupia il perçoit par force les albergas ; sans [qu’il y ait eu] manquement au droit féodal, donc sans prétexte valable17 il a fait chevaucher contre les hommes de Cheixans, a pris cinq bœufs et les a gardés jusqu’à ce que le batlle des Santa Fé les rachète18 ; il perçoit par force une redevance sur le blé (sur récolte, sur culture) le bladagium sur les hommes des Santa Fé de Cheixans.

40Le fait le plus scandaleux, du point de vue des plaignants, et peut-être le plus caractéristique des tactiques employées par les chevaliers du XIIIe siècle, est celui où le vicomte de Castelnou fait chevaucher ses hommes à Llupia pendant que le peuple était dans l’église (il est intéressant de noter l’emploi ici du mot peuple, plutôt que de dire « les hommes de Llupia », ou « leurs hommes de Llupia », car ce collectif, populus, exprime l’universalité : hommes, femmes, enfants, qui assistent à la messe, mot aussi qui renvoie à « peuple de Dieu », peuple chrétien). Le vicomte, par duplicité, choisit le jour de la fête du patron du village, avec la certitude que tout le monde sera à la messe. Ses hommes profitent de ce jour saint, plus encore qu’un dimanche quelconque, pour fracturer une maison (le texte dit précisément que les agresseurs « ne sont pas entrés par la porte mais par ailleurs », le sens et le symbole sont clairs : cette action est une effraction, une violence, pas seulement un vol) pour prendre une paire de bœufs.

41Puis suit un passage curieux, qui évoque non pas ce qu’a fait le vicomte mais ce que les Santa Fé ont été contraints de faire pour s’opposer à ses manœuvres : alors qu’ils détenaient toutes les justices de Llupia ils ont pris un bœuf et une ânesse d’un homme du prieur de Castelnou qui ne voulait pas leur payer les justices qu’il devait leur donner. On peut comprendre que pour les Santa Fé c’est le vicomte qui est de fait responsable de leur mauvaise action et c’est l’obéissance du prieur de Castelnou aux consignes du vicomte de refuser de payer les justices aux Santa Fé (en tant que seigneurs de Llupia sans doute) qui les a contraints à faire cette saisie. L’autorité du vicomte sur le prieur de Castelnou est sous-entendue comme évidente.

42Ce passage est révélateur d’une certaine attitude seigneuriale. Quels que soient les torts du vicomte ou des Santa Fé, sur lesquels nous n’avons ni les moyens ni l’envie de nous prononcer, les uns et les autres, une fois convaincus d’être dans leur « bon droit », agissent par la force, la contrainte, la violence, pour prendre ce qui d’après eux leur revient. La faute en revient toujours alors à l’autre partie, qui les a contraints à user de la force pour faire respecter leur droit. La « justice » que l’on exerce soi-même ne saurait être que violence et loi du plus fort.

43Les coupables des violences sont toujours les hommes des seigneurs, leurs nuncii, leurs fidèles, leurs actions se déroulent à cheval, lors de chevauchées, leur méthode est d’emporter des bêtes, de les faire disparaître (les manger, les tuer) ou de les retenir en gage et de les faire « racheter » contre argent par les hommes à qui on les a prises. À l’occasion ils s’emparent de la même manière des hommes.

44Les victimes directes des violences ne sont pas les Santa Fé, ce sont leurs « hommes », parfois des fidèles, hommes d’armes de leur entourage peut-être, mais le plus souvent leurs paysans, volés, détenus, pressurés par l’exigence de l’alberga, du bladatge, du bouatge, perçus par la force.

45On ne sait ce qu’il advint de cette plainte, on ignore d’ailleurs si elle fut déposée, devant qui, dans quel but. Le seul exemplaire que nous en connaissions est resté dans les archives de la famille de Llupia, déposées à l’ANC.

46Les dépendants directs des seigneurs s’affrontent parfois directement ce que ne font que rarement leurs seigneurs. Mais ce qui est apparent dans ce document est le climat de tension et de pression physique et matérielle que font peser les hommes des seigneurs sur les hommes du peuple. La force, la contrainte, parfois la contrainte par corps, les vols et pillages, les effractions de maisons sont les formes que revêt cette violence de tous les jours, et non la « guerre entre seigneurs ». Certes la mort d’homme doit rester l’exception. Mais on devine qu’encore, au premier quart du XIIIe siècle, présenté souvent comme un siècle d’apogée, époque du triomphe du droit, de la justice et de la seigneurie comme un tout harmonieux, la réalité est bien autre. Thomas Bisson disait que les querimoniae permettent d’entendre la voix de ceux qui sont silencieux habituellement, les paysans, les petits. La querimonia des Santa Fé n’est pas de même nature, mais elle laisse deviner que les victimes sont en tout cas toujours les mêmes. Ce document exprime avec la plus grande clarté que les idées sur un développement équilibré et efficace de la seigneurie comme un système assurant à ses administrés autant d’avantages que de contraintes est au moins une vue de l’esprit, et peut-être même une déformation tendancieuse de la réalité historique, très répandue de nos jours, le pourquoi relevant plus de l’histoire très contemporaine que de celle du Moyen Âge.

Annexes

Annexe 1 : Structure du sermon du moine Garsias de Cuxa (v. 1043-1046)

Le sermon du moine Garsias de Saint-Michel-de-Cuxa v. 1043-1046

Le sermon du moine Garsias de Saint-Michel-de-Cuxa v. 1043-1046

Annexe 2 : Plaintes des frères de Santa Fé contre le vicomte de Castelnou sans date (après le 15 août 1225)

Les frères Pons et Arnau de Santa Fé font la liste des plaintes qu’ils ont envers leur seigneur, Guillem vicomte de Castelnou. Ils accusent celui-ci d’avoir tardé, après la mort de Bernat de Llupia, à leur donner le fief que le seigneur de Llupia tenait pour lui, et d’avoir exigé qu’ils lui versent mille sous pour le faire, malgré leur aide dans sa guerre contre Ramon Huc, et les promesses qu’il leur avait faites. Il s’est fait remettre la potestas du château de Montauriol, qu’ils tenaient pour lui, et l’a gardé pendant huit mois. Ils lui reprochent aussi d’avoir commis de nombreuses exactions et prélèvements forcés contre leurs hommes de Llupia, Montauriol et Cheixans et leurs biens, en particulier lors de l’année 1225.

A. Original, parchemin, Fonds privé du marquis d’Alfarràs, perg. n° 0477, Arxiu nacional de Catalunya

Hec sunt querimonie quas Poncius de Sancta Fide et Arnaldus fratres faciunt de Guillelmo vicecomite de Castronovo.

In primis mortuo Bernardo de Lupiano, statim cum amicos suis venerunt ante eius presentiam et rogaverunt eum quod daret et concederet eis feodum quod dominus de Lupiano tenebat a dicto vicecomite quod minime facere voluerit, ymo distulit quantum potuit.

Ipsis vero castrum de Lupiano tenentibus, dictus vicecomes habuit guerram cum Bernardo Ugone et rogavit dictos fratres quod iuvarent eum de guerra illa contra Bernardo Ugone qui erat eorum dominus et est quod predicti fratres fecerunt, eorum amicis eis prohibentibus (?). Sed dictus Guillelmus vicecomes promisit eis quod taliter erga eos se haberet quod ipsi et eorum amici maximas ei gracias (?) referrent. Finita vero guerra cum pluries eum rogarent et monerent tam per se quam per amicos suos quod feodum eis concederet et daret, minime facere volerit, donec ei M solidos dati essent, quos ei plenarie dederunt quamvis ab eo sperarent comodum et incrementum.

Et feodo ipsis ab eodem (?) concesso et ab eisdem ei facto hominatico, misit in firmanciam dictum Poncium de Sancta Fide quam fecit eius mandato cum sacramento. Et ipso ostaticos tenente in villa de Tuhyr, ipse Guillelmus sciebat utrum ipse tenebat aut non. Dictus Poncius manulevavit se de ostaticis et venit ad eum apud Pontilianum rogans eum ut servaret ipsum indempnem. Quod nisi faceret dum (?) se ostensuerit (?) domino terre qui erat eius dominus et ipsius vicecomitis. Sed dictus vicecomes maliciose et yronace (?) erexit se in pedibus et dixit ei : « Vos vocatis hic alium dominum, firmate (?) mihi directum ». Quod fecit super quam (?) scilicet firmancia evenit dictis fratribus dampnum. M. et. CCC. solidos. Firmato vero directo, cum ipsi pluries monerent eum quod servaret eos indempnes de firmanciis quas pro eo fecerant, et dicerent ei quod non habuerent (?) pro malo si eius pignoram acciperent, conturbavit se et petiit ab eis firmanciam quam ei dederunt.

Aufert etiam eis iniuste. I. hominem nomine Arnaldo de Villar de Loba.

Preterea eius nuncii mandato ipsius, ut ipsi dicunt, postquam dicti fratres tenuerunt honorem, fregerunt domos hominum suorum de Villar de Loba et vi abstraxerunt inde bladum quantum voluerint, quod ipse vel sui ibi nunquam habuerunt nec debent habere.

Item ipse vicecomes petiit ad eis potestatem castri de Monte Auriol, quam potestatem dicti castri ei dederunt sicut debuerunt. Quod castrum sibi retinuit per. VIII. menses et amplius. Et cum pluries ab eis fuisset amonitus quod redderet eis castrum, facere recusavit, unde evenit eis dampnum. C. aureorum et amplius.

Et dum ipse castrum reddere eis nolebat, facit equitari in manso cappellani dicti castri et habuit inde res valentes. C. solidos.

Item facit eis injuriam accipiendo bladagium vi super homines de senioratico de Monte Auriolo, quod facere non debet nec aliquis de genere suo fecit.

Item injuriat eis quia vi accipit albergas in hominibus de Lupiano, quod facere non debet nec aliquis de genere suo fecit.

Item sine fatigatione directi fecit equitari super homines suos de Cheixans et habuit inde. V. boves et retinuit tam diu quousque bajulus eorum manulevavit.

Et injuriat eis quia vi accipit bladagium super eorum homines de Cheixans, quod facere non debet nec aliquis de genere suo fecit.

Item alia vice fecit equitari homines suos ad villam de Lupiano et, dum populus erat in ecclesia in festo beati Thome ad missam, fregerunt mansum Petri Volude non intrantes per ostium sed aliunde et abstraxerunt inde. I. par bovum.

Item cum ipsi haberent et tenerent omnes justicias de Lupiano acceperunt. I. bovem et. I. asinam cuiusdam hominis prioris de Castronovo qui nolebat eis dare justiciam quam dare debebat.

Dictus vicecomes fecit equitari apud Montem Auriolum homines suos et habuerunt inde .XIII. boves quod tenuit dictus vicecomes per. I. mensem et plus.

Item ipse vicecomes quadam vice venit apud Lupianum et intravit intus castrum cum militibus suis et familia eius et dum sederent ad mensam Petrus de Panisszars et Bertrandus Peregrini, qui manebant cum eo et erant de eius familia et venerant cum eo, furtim acceperunt. IIII. porcos pingues dictorum fratrum valentes bene .C.XX. solidos et plus, et est publica fama, et est certum quod dicti porci missi fuerunt in villam de Castronovo. Et dum dicti fratres scirent rei veritatem super hec, venerunt ad Guillelmum de Castronovo et dixerunt ei quod Petrus de Panisszars et Bertrandus Peregrini furati erant eorum. IIII. porcos et si ipsi vellent negare in posse dicti vicecomitis darent eis eorum contrasimiles (?). Qui vero dictus vicecomes, dicens eorum racionem quod erat in congruum, dicebat dictum Bertrandum Peregrini non esse hominem suum et non debebat ipsum compellere stare duello, de Petro vero de Panisszars dicebat quod non habuerat dictos porcos ad comodum suum, et ita dicti fratres dictos porcos amiserunt.

Item alia vice venit dictus vicecomes apud Lupianum et fecit ibi questiam hominibus de Lupiano de. C. solidos, quod facere non debuit nec aliquis de genere suo fecit.

Item predictus vicecomes postea petiit a predictis fratribus Poncio et Arnaldo quod darent ei bovaticum in hominibus de dominio suo. Et ipsi respondentes dixerunt quod super hec haberent deliberationem, et, habita deliberationem, dixerunt quod non darent ei bovaticum timore male consuetudinis et esset eis maxima exheredatio, eo quod ipse vel sui nunquam per se habuerunt bovaticum. Et super hec ipsis nolentibus ymo contradicentibus (trois mots grattés) unde ipsi sunt gravati in hec et in multis aliis quod facere non debeat.

Item dictus vicecomes mittit nuncios suos per terram eorum dominacionis cum mensura et vi accipit bladagium quod facere non debet nec aliquis de genere suo fecit.

Item postquam dicti fratres tenuerunt terra, dictus vicecomes fecit et facit questas. III. vel. IIII. annuatim, ipsis nolentibus ymo contradicentibus quod facere non debet nec aliquis suorum fecit.

Item alia vice, domina Raimunda uxor dicti vicecomitis venit apud Lupianum oves querendo, et, antequam ipsa ibi veniret, miserat jam ibi saiones suos et homines et faciebat auferri vi illis qui ei dare nolebant quod facere non debuit nec debet.

Item dictus vicecomes sustinet Petrum de Molleto et Arnaldum Ministralem qui sunt homines proprii et solidi dictorum fratrum, bauzando eos quamvis firmatum sit in curia sua quod Petrus de Molleto sit eorum homo proprius et solidus, et detinet Arnaldum Ministralem in domo sua, ipsis nolentibus, quamvis sit eorum homo proprius et solidus et coram eo dictus Arnaldus Ministralis recognovit se esse hominem proprium et solidum Bernardi de Lupiano.

Item alia vice fecit equitari homines suos apud Montem Auriolum et ceperunt Petrum de Bago et fecit ipsum vi redimi.

Item ipse vicecomes aufert cuidam homini ipsorum fratrum nomine Petro Rosse quandam vineam quam emit dictus Petrus Rossa .CCC.XV. solidos, quamvis ipse vicecomes laudaverit ei instrumentum emptionis et insuper firmato directo in posse ipsius vicecomitis, et habuit ab eodem Petro Rossa. C. solidos et plus.

Item alia vice, Escharrasszim, qui tunc temporis tenebat vicariam ipsius vicecomitis, quia portarium Mansi Dei non permisit illum infra ipsam domum intrare, venit apud Montem Auriolum in ovile ubi erant capras Sancti Salvatoris juxta Mansum Dei et vi rapuit et abstulit pastoribus ipsarum caprarum omnes suas flaciatas et caseos et illud quod erat in predicto ovile. Que capre erant in manutenentia fratrum predictorum omni tempore, pro recognicione quarum dabatur ipsis fratribus predictis pro censu annuatim. II. bestias cargatas frumenti et. III. dotzenas caseorum et .II. cabritz praeter alio servicio, quod inde accipiebant quocienscumque volebant et propter hoc supradicti fratres perdiderunt deinde predictum censum.

Item alia vice, in transacto mense julii anno Christi .M.CC.XX.V., venit ipse vicecomes apud Lupianum et cenavit ibi in castro ipsa nocte. In crastino autem, misit saiones suos et homines per villam et fecit congregari homines et venire ante eius presenciam et petiit a predictis hominibus bladum. Ipsi vero fratres rogaverunt illum et monuerunt multis modis quod per dominationem quam in eis habebat, ne peteret ibi bladum timore male consuetudinis et exheredacione eorum, et quod, quia facere non debebat nec aliquis de genere suo fecit, quod pro ipsis minime facere voluit.

Item eodem anno, circa festum Assumptionis Sancte Marie augusti, fecit equitari homines suos de Pontiliano apud Lupianum sine clamore et sine fatigatione directi, et bestiarium inde depredare et apud Pontilianum revertere et imitere.

Item dictus vicecomes alia vice fecit equitari apud Montem Auriolum homines suos et vi omnem predictam caperunt capere quam predictam sibi retinuit et habuerunt in omnem predictam et alia bona valentia .M. et .XC. solidos utim (?) homines predicti de Monte Auriolo juraverunt et fecerunt veritatem quod tunc valebat scilicet .M. et .XC. solidos.

Traduction

Voici les plaintes que les frères Pons de Santa Fé et Arnald formulent à l’encontre de Guillem, vicomte de Castelnou.

D’abord, une fois mort Bernard de Llupia, ils vinrent aussitôt avec leurs amis en sa présence et lui demandèrent qu’il leur donne et concède le fief que le seigneur de Llupia tenait du vicomte, ce qu’il ne voulut pas faire, et au contraire il le différa autant qu’il put.

Cependant alors que ceux-ci tenaient le château de Llupia, le dit vicomte fut en guerre avec Bernat Huc et demanda aux frères qu’ils jurent de faire la guerre avec lui contre Bernat Huc qui était leur seigneur, et c’est ce que les frères firent, contre l’avis de leurs amis. Mais le vicomte Guillem leur avait promis qu’il se comporterait envers eux de la même façon qu’eux et leurs amis s’ils lui rapportaient de grands avantages. Mais une fois finie la guerre, alors qu’ils lui demandèrent et l’avertirent plusieurs fois, à la fois directement que par l’intermédiaire de leurs amis, de leur concéder et donner le fief, il ne voulut pas le faire avant que mille sous ne lui soient donnés, qu’ils donnèrent entièrement quoiqu’ils aient espéré de lui une récompense et davantage.

Et une fois que le fief leur eut été confié, et qu’ils lui eurent prêté hommage, il envoya Pons de Santa Fé en garantie, ce qu’il fit sur son ordre selon son serment. Étant donné qu’il gardait les otages dans la ville de Thuir, Guillem savait bien s’il le tenait ou non. Pons se libéra de sa position d’otage et vint voir le vicomte à Ponteilla pour lui demander qu’il le garde indemne, et que s’il ne le faisait pas, alors il se présenterait au seigneur de la terre qui était son seigneur et celui du vicomte. Mais le vicomte avec mauvaiseté et moquerie se dressa sur ses pieds et lui dit : « Vous appelez ici un autre seigneur, confirmez mon droit ! ». Ce qu’il fit, et de la dite assurance découla un dommage de 1300 sous pour les frères. Son droit ayant été confirmé, alors que plusieurs fois les frères l’avertissaient de les indemniser des garanties qu’ils avaient jurées pour lui et lui dirent qu’ils ne feraient pas de mal s’ils recevaient son gage, il se mit en colère et leur demanda la garantie qu’ils lui donnèrent.

Il leur enleva injustement un homme, appelé Arnau de Vilar de Loba.

En plus, ses envoyés, sur son ordre comme ils le dirent eux-mêmes, après que les frères aient tenu cet honneur, entrèrent avec effraction dans les maisons de leurs hommes et par force en prirent autant de blé qu’ils voulurent, chose que ni lui ni les siens n’eurent jamais en ce lieu ni ne doivent avoir.

Et aussi le vicomte leur demanda de lui remettre le pouvoir sur le château de Montauriol, pouvoir qu’ils lui remirent ainsi qu’ils le devaient. Il garda ce château pendant huit mois et plus. Et alors qu’ils requéraient de lui à plusieurs reprises qu’il leur rende ce château, il refusa de le faire, d’où découla pour eux une perte de cent pièces d’or et plus.

Et pendant qu’il refusait de leur rendre ce château, il fit chevaucher sur le mas du chapelain de ce château et il prit là des biens pour une valeur de cent sous.

Et aussi il leur fit tort en percevant par force le bladatge sur les hommes de la seigneurie de Montauriol, ce qu’il ne doit pas faire ni personne de sa famille n’a fait.

Et aussi il leur fait tort car il perçoit les albergues sur les hommes de Llupia, ce qu’il ne doit pas faire et qu’aucun de sa famille n’a fait.

Et aussi sans fatiga de dret il fit chevaucher contre leurs19* hommes de Cheixans et eut là cinq bœufs et les retint jusqu’à ce que leur batlle les ait fait libérer.

Et il leur fait tort car il perçoit le bladatge sur leurs hommes de Cheixans, ce qu’il ne doit pas faire et qu’aucun de sa famille n’a fait.

Et aussi, une autre fois, il fit chevaucher ses hommes dans la ville de Llupia et, alors que le peuple était à l’église pour la messe de la fête de la Saint-Thomas, ils firent effraction dans le mas de Pere Voluda, n’entrant pas par la porte mais par ailleurs et en emportèrent une paire de bœufs.

Et aussi, comme eux avaient et tenaient toutes les justices de Llupia, ils perçurent un bœuf et une ânesse d’un homme du prieur de Castelnou qui ne voulait pas s’acquitter du droit de justice qu’il devait leur donner.

Le vicomte a fait chevaucher ses hommes à Montauriol et là ils ont pris douze bœufs que le vicomte a gardés pendant un mois et plus.

Et aussi, le vicomte une fois est venu à Llupia et est entré dans le château avec ses hommes d’armes et son escorte, et pendant qu’ils étaient assis à table, Pere de Panissars et Bertran Peregrí, qui demeuraient avec lui, étaient de son entourage et étaient venus avec lui, dérobèrent quatre cochons gras appartenant aux frères, valant bien cent vingt sous et plus, et cela est de connaissance publique, et il est certain que ces cochons furent envoyés à Castelnou. Et comme les frères apprirent la vérité sur ces faits, ils allèrent trouver Guillem de Castelnou et lui dirent que Pere de Panissars et Bertran Peregrí avaient volé leurs quatre cochons, et que s’ils prétendaient le nier, ils remettraient au vicomte leurs contre-témoins. Mais le vicomte, tout en disant de leur évaluation qu’elle était correcte, déclara que Bertran Peregrí n’était pas son homme et qu’il n’avait pas à le contraindre à se présenter en duel judiciaire, et au sujet de Pere de Panissars il déclara qu’il n’avait pas tiré profit de ces cochons, et ainsi les frères abandonnèrent les cochons.

Et aussi une autre fois, le vicomte est venu à Llupia et a perçu là la questa sur les hommes de Llupia pour la valeur de cent sous, ce qu’il ne devait pas faire et qu’aucun de sa famille ne fit.

Et aussi le vicomte demanda aux frères Pons et Arnal qu’ils lui donnent le bouatge sur les hommes de leur domaine. Et eux lui répondirent en disant qu’ils avaient débattu entre eux de cette affaire, et, après en avoir débattu, dirent qu’ils ne lui donneraient pas le bouatge par peur que cela ne devienne une mauvaise coutume et que ce soit une diminution de leur héritage, pour la raison que ni lui-même ni les siens n’avaient jamais perçu pour eux le bouatge. Et après ces faits, contre leur volonté et leurs oppositions, les frères furent forcés à donner cela et beaucoup d’autres droits qu’il ne devait pas percevoir.

Et aussi le vicomte envoya des messagers par les terres sous leur autorité avec (sa) mesure et perçut par force le bladatge, ce qu’il ne doit pas faire et qu’aucun de sa famille n’a fait.

Et aussi, après que les frères aient tenu la terre, le vicomte a perçu et perçoit trois ou quatre questes par an, contre leur volonté et leurs oppositions, ce qu’il ne doit pas faire et qu’aucun des siens n’a fait.

Et aussi, une autre fois, la dame Raimonda, épouse du vicomte, vint à Llupia en demandant des brebis, et, avant même qu’elle vint là, elle avait envoyé déjà ses agents et ses hommes et fait emporter par la force ceux qui ne voulaient pas les lui donner, ce qu’elle ne devait pas faire ni ne doit faire.

Et aussi le vicomte détient Pere de Mollet et Arnal Menestral qui sont hommes propres et solides des frères, les trompant bien qu’il ait été signé dans sa cour que Pere de Mollet soit leur homme propre et solide, et il détient Arnal Menestral dans sa maison, contre leur volonté, bien qu’il soit leur homme propre et solide et devant lui Arnal Menestral a reconnu être homme propre et solide de Bernat de Llupia.

Et aussi une autre fois il fit chevaucher ses hommes à Montauriol et ils s’emparèrent de Pere de Bago et il l’obligea par la force à se racheter.

Et aussi le vicomte prit à un homme de ces frères, appelé Pere Rossa, une vigne que Pere Rossa avait achetée trois cents quinze sous, bien que le vicomte lui-même ait approuvé sa charte d’achat et en outre qu’ait été confirmé le directum en pouvoir du vicomte, et qu’il ait perçu de Pere Rossa cent sous et plus.

Et une autre fois, Escharrassim, qui à cette époque était le viguier du vicomte, parce que le portier du Mas Déu ne lui avait pas permis d’entrer dans ce lieu, vint à Montauriol dans la bergerie où étaient les chèvres de Saint-Sauveur près du Mas Déu et par la force enleva et emporta aux bergers de ces chèvres tous leurs manteaux et leurs fromages et ce qui se trouvait dans la bergerie. Les chèvres étaient en tout temps sous la protection des deux frères, en reconnaissance de quoi il était donné aux frères à titre de cens chaque année deux bêtes chargées de froment et trois douzaines de fromages et deux chevreaux indépendamment de tout autre service qu’ils percevaient là chaque fois qu’ils le voulaient, et pour cette raison les frères perdirent par la suite ce cens.

Et aussi, une autre fois, le mois de juillet de l’année 1225 passé, le vicomte vint à Llupia et mangea là dans le château la nuit même. Mais le lendemain il envoya ses agents et ses hommes dans le village et fit rassembler les hommes et les fit venir devant lui et demanda à ces hommes du blé. Mais les frères lui demandèrent et l’avertirent de nombreuses façons qu’il ne demande pas là de blé au nom de la seigneurie qu’il avait sur eux, par crainte d’une mauvaise coutume et atteinte à leur héritage, et que, parce qu’il ne devait pas le faire ni personne de sa famille ne le fit, il ne veuille pas le faire pour ces raisons.

Et aussi la même année, autour de la fête de l’Assomption de la Vierge en août, il fit chevaucher ses hommes de Ponteilla à Llupia sans avertissement ni fatiga de dret, et emporter le bétail de ce lieu, et le ramener et le garder à Ponteilla.

Et aussi le vicomte, une autre fois, fit chevaucher ses hommes à Montauriol et par la force ils prirent en tout ce qui a été dit qu’il gardé pour lui et ils prirent tout ce qui a été dit et d’autres biens d’une valeur de mille quatre-vingt dix sous, de sorte que les hommes de Montauriol ont juré et établi la vérité que cela valait alors mille quatre-vingt dix sous.

Notes

1 A. Catafau, « Una familia aristocràtica en la història dels comtats nord-catalans, segles XI-XV », Història dels Llupià (1088-1771), dir. Josep Fernández Trabal, ed Trabucaire, 2006, pp. 23-74.

2 Pierre Ponsich, « Le Conflent et ses comtes du IXe au XIIe siècle », Études roussillonnaises, 3-4, 1951, pp. 241-344.

3 A. Catafau, « À propos des origines de l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech », Bulletin de l’AAPO, décembre 2000, pp. 76-81.

4 P. Ponsich, « Le Conflent et ses comtes… », op. cit.

5 Ibidem.

6 Christian Lauranson-Rosaz, « De la Chiusa à Cuixà, la Romania de l’an mil sous le signe de l’archange Michel et de saint Pierre », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, L’an Mil, fin d’un monde ou renouveau ?, vol. 32, 2001, pp. 89-101.

7 Marca Hispanica, appendix n° 281 et P. Ponsich, « Le Conflent et ses comtes… », op. cit., p. 314, Pierre Ponsich, « Les Problèmes de Saint-Michel de Cuxa d’après les textes et les fouilles », Études roussillonnaises, 1-2, 1952, p. 35.

8 On renverra aux deux études les plus récentes : Michel Zimmermann, « Sur la terre comme au ciel : la paix chrétienne. Oliba (1008-1046), pacificateur et guide des âmes » et Ramon Ordeig i Mata, « La documentació del monestir de Cuixà referent a Oliba i als anys del seu abadiat », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, Le monde d’Oliba, n° 40, 2009, pp. 7-38 et pp. 39-52.

9 A. Catafau, « Contentiones fuerunt... Conflits et violences dans le Roussillon féodal (XIe-XIIe siècles) », Le Roussillon de la Marca Hispanica aux Pyrénées Orientales (VIIIe-XXe s.), Actes du LXVIIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Perpignan, 1996, pp. 221-249.

10 Paragraphe 9 du sermon : « tes afflictions se sont changées en joie… le mur de la discorde, que le diable avait élevé, a été détruit par la paix du Christ… Pleurs et honte pour l’antique brigand qui a perdu sa proie !… Restons éveillés… nous dévouant pour la mise en déroute de toute réclamation sur toutes choses vivantes et non vivantes, mobiles et immobiles… ».

11 Josep Maria Salrach, séminaire de Pierre Bonnassie, Toulouse-Le Mirail, 1990-1991, et Thomas Bisson, Tormented voices, : power, crisis, and humanity in rural Catalonia, 1140-1200, Harvard University Press, 1998.

12 Pelayo Negre a publié les querimoniae du comte Pons d’Empúries contre son cousin Gauzfred de Roussillon, Pelayo Negre Pastell, « Dos importantes documentos del conde de Ampurias, Poncio I », Anales del instituto de estudios gerundenses, vol. XIV, Gérone, 1960, pp. 229-261.

13 Laudimium tocius feudi de Luppiano, 1221, ADPO, 1B350, fol 78 r° : le vicomte de Castelnou Guillem, fils de Saurina concède à Pons de Sancta Fide et à Arnal son frère, fils de Grisse, tout le fief de Llupia, (témoin Guillem de Sancta Fide, prieur de Sainte-Marie d’Espira-de-l’Agly).

14 Gabriel Poisson, Les Vicomtes de Castelnou (XIe-XIVe siècle), maîtrise, Laurent Macé dir., Université de Toulouse-Le Mirail, 2005, 2 vol.

15 Un intéressant document de 1267 relate la prise de possession par le vicomte de Castelnou du castrum de Serralongue, ADPO, 1B-79. Guillaume-Hugues de Serralongue, partant pour la croisade, laisse en 1267 un testament par lequel il dote de nombreuses églises du Vallespir, ADPO, 1B 79, parchemin original.

16 A. Catafau, Quelques éléments de réflexion sur l’intérêt historique et archéologique de la fouille du site du Mas Domenech (commune de Trouillas), pré-rapport d’évaluation de site, LGV 66, INRAP, 2004, (en collaboration avec Olivier Passarrius).

17 Le dictionnaire Alcover donne pour fatiga de dret la définition : « declaració de mancament al dret o a les obligacions degudes al senyor feudal. Tot lo mal que alcun hom farà a son senyor ho’l senyor al seu home sens fadiga de dret e senes acundament deu esser retut de la una part e de la altra, doc. segle XIII (Anuari IEC, i, 290). Per raó tan solament de regonexensa de feu e de fadiga de dret, Pere IV, Cròn. 413. Alguna persona strangera no deu esser penyorada sino per fadiga de dret, doc. a. 1470 (BABL, XI, 280) ».

18 Manulevavit : suppose paiement d’une somme, terme employé aussi à l’occasion des otages et des firmancias.

19 Et non pas « ses hommes », comme écrit dans le document.

Table des illustrations

Titre Le sermon du moine Garsias de Saint-Michel-de-Cuxa v. 1043-1046
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3398/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M

Auteur

Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Perpignan Via Domitia, EA 2984 CRHISM

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540