Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

L’État romain et les violences collectives dans les provinces de l’Afrique du Nord

Arbia Hilali

Texte intégral

Romanos, rerum dominos, gentemque togatam
Virgile, Enéide, I, 282.

  • 1 A. Piganiol, Histoire de Rome, Paris, 1962, 5e éd., p. 1 : « C’est avant tout l’histoire d’une con (...)
  • 2 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 (2e éd. 2005), p. 19 et p. 25 : (...)

1L’État romain apparaît comme une expérience privilégiée de stabilité et d’unité qui n’a pas fini d’exercer sa fascination1. Cette construction politique est le fruit d’un effort continu pour mettre en place un nouvel ordre et pour maîtriser les mécanismes de régulation du désordre. En Afrique romaine, la violence est une réaction de défense contre une politique territoriale romaine qui met en cause le mode de vie de la population locale. L’histoire de l’Afrique romaine sera marquée par « un dosage, subtil et varié, d’acceptation et de refus2 » de cette présence romaine. Les sources littéraires (Dion Cassius, Tacite ou Ammien Marcellin) rapportent certaines oppositions tribales internes au pouvoir romain. Les discours épigraphiques ne fournissent des éléments sur le désordre que lorsqu’ils célèbrent un retour à l’ordre. À partir du IIIe siècle, le lien entre violence et religion est au centre des préoccupations de l’État romain. Déterminer les facteurs qui provoquent des ruptures entre des groupes (les chrétiens), mais aussi entre les autorités et les gouvernés, et réfléchir sur les modes par lesquels s’affirme l’autorité de l’État romain constituent les axes de cette recherche.

1. Africains et Romains : l’équilibre africain traditionnel rompu

1. 1 Rome à la recherche d’un nouvel ordre en Afrique

  • 3 J. Desanges, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 196 (...)
  • 4 R. MacMullen, La romanisation à l’époque d’Auguste (traduit de l’anglais par F. Regnot), Paris, 20 (...)
  • 5 M. Bénabou, op. cit., pp. 44-45.
  • 6 Ibid., p. 45.

2L’Afrique, telle que l’ont trouvée les Romains, connaît un équilibre qui repose sur la coexistence de modes de vie divers : sédentaires et nomades. La répartition de ces populations obéit au schéma suivant : les sédentaires sont des Maures et des Numides, les nomades sont des Gétules et des Garamantes. Les Maures occupent la partie occidentale de l’Afrique du Nord, les Numides en occupent le centre et l’est, à l’exception des territoires carthaginois. Les Gétules et les Garamantes occupent au sud les steppes et les régions désertiques3. A partir d’Auguste, il est appliqué un projet politique qui vise à imposer à l’Afrique une transformation profonde : il s’agit de mettre en place les éléments susceptibles de créer les conditions d’une véritable romanisation4. Un double motif a contribué à attirer sur l’Afrique l’attention du prince : l’importance géographique et économique du territoire5. Par conséquent, pour redonner toute son importance à la présence romaine en Afrique, il fallait trouver un moyen d’intégrer la population dans un ensemble plus vaste. L’action d’Auguste se déroule donc sur plusieurs plans, visant à la fois à obtenir la consolidation des positions acquises et à s’assurer des gains nouveaux. Les mesures d’intégration qui devaient permettre ce passage furent judicieusement réfléchies : refonte du système administratif et militaire et organisation progressive de la vie des collectivités africaines sur le modèle des cités d’Italie6.

  • 7 F. Prévot, L’Afrique romaine, 69-439, éd. Atlande, Neuilly, 2006, p. 19.

3Avec Auguste, le mécanisme lent de la romanisation se mit en marche. Cependant, cette présence romaine pouvait déranger les habitudes et le mode de vie des tribus. En effet, chez les Africains, la présence romaine cessa d’être vue comme un phénomène lointain et périphérique. La sujétion des populations des régions nouvellement conquises, en Numidie particulièrement, n’était pas gênante tant qu’elle restait théorique. Elle devenait menaçante dès lors que les Romains s’avisaient de la traduire concrètement sur le terrain, comme le faisait précisément le plan augustéen. Face à cette romanisation, les réactions de la population africaine peuvent se rapporter à trois catégories d’attitudes : acceptation, indifférence et refus7. Aussi bien, assiste-on, dans le dernier tiers du Ier siècle avant J.-C. et au début du Ier siècle après, à une série de réactions violentes des Africains. Pour certaines tribus, cette violence qui prend la forme d’une intervention militaire résulte d’un équilibre rompu. C’est une réaction contre une politique territoriale active et qui traduit une confrontation entre deux modes de vie : l’urbs et la tribu.

1. 2 Une réaction de défense tribale

  • 8 A. Gonzales, « Tacite et la révolte de Tacfarinas », L’Africa romana, 1996 [1998], pp. 937-958 (p. (...)
  • 9 Ibid., p. 941.

4Il semble que d’un point de vue romain, ces révoltes tribales ont revêtu la structure caractéristique des révoltes du premier siècle de notre ère, du moins dans la partie occidentale de l’Empire, dans la mesure où elles se sont produites dans une zone sous contrôle romain, jugée donc comme partie intégrante de l’Empire8. Les tribus ont contesté cette domination romaine ou en tout cas certaines de ses manifestations. Elles ont protesté contre la colonisation romaine qui pouvait mettre en cause leur mode de vie et supprimer leurs terrains de parcours. C’est une série de soulèvements contre le centralisme romain, mais pas forcément contre la romanité9. Aux yeux des Romains, ces violences menacent l’intégrité territoriale et politique de l’Empire et relèvent d’une affaire de police intérieure.

  • 10 L. Statilius Taurus : 30 juin 34 ; L. Cornificius : 3 décembre 33 ; L. Autronius Paetus : 16 août (...)
  • 11 A. Gonzales, loc. cit., p. 948.
  • 12 Ibid., p. 948.

5Il nous est malheureusement impossible de connaître avec précision ces premières réactions, sur lesquelles ni l’épigraphie ni les sources littéraires ne fournissent de renseignements. Seules nous sont restées des mentions d’une suite très rapprochée de triomphes, remportés dans la province d’Afrique par des généraux romains10. La multiplication de ces triomphes montre la montée en puissance des tensions entre certaines parties de la population africaine et Rome. A l’exception de la révolte de Tacfarinas, Rome faisait face à des révoltes isolées les unes des autres, éclatant ponctuellement, sans véritable synergie11. Jusque-là, la technique d’opposition à la pénétration romaine se traduisait par des ripostes de type classique pour les tribus nomades ou semi-nomades. Le pillage, les razzias, les attaques de convois ou de particuliers étaient le mode le plus courant et le plus approprié pour une survie en milieu traditionnel. Or, s’opposer à l’organisation militaire romaine réclamait d’autres techniques et d’autres moyens humains12. Par conséquent, les tribus tentèrent de s’organiser politiquement en concluant des alliances dans le but d’une intervention militaire. Certaines tribus protestèrent contre la personne qui représentait l’autorité romaine sur place, en l’occurrence leur roi ou leur chef de tribu qui avaient signé un accord ou une alliance avec les Romains.

6Le bellum Gaetulicum (3-6 ap. J-C.)

  • 13 Dion Cassius, LV, 28, 3-4.
  • 14 M. Bénabou, op. cit., p. 62.

7D’après Dion Cassius, les Gétules « irrités contre le roi Juba II et se refusant à tomber à leur tour sous l’obédience romaine, se soulevèrent contre lui, ravagèrent le territoire voisin de leurs pays et tuèrent plusieurs des généraux romains qui leur furent opposés »13. La guerre des Gétules illustre le comportement des tribus face à la politique territoriale romaine. Il y avait une irritation de la part des Gétules auxquels se joignirent les Musulames contre la politique de Juba II, qui n’était autre que celle des Romains. Ils refusaient ainsi d’être inclus dans la sphère d’influence romaine et de devenir, comme Juba II, un instrument aux mains des Romains14. Certes, Rome avait réussi à s’allier le roi maure mais elle ne pouvait pas contenir la colère de la population tribale. En effet, la réaction tribale se poursuivit au Ier siècle avec la tribu des Musulames et son chef charismatique, Tacfarinas.

8La guerre de Tacfarinas (17-24 ap. J.-C.)

  • 15 F. de Pachtère, « Les camps de la IIIe légion en Afrique au premier siècle de l’Empire », CRAI, 19 (...)
  • 16 CIL., VIII. 10018, 10023 ; ILAf, 654 ; IRT, 346.
  • 17 Orose, VI, 21, 18.

9Le premier siècle fut marqué par la guerre de la tribu des Musulames. Ces derniers ont subi une présence militaire romaine à travers l’installation de la légion romaine, la IIIa Augusta au sud-est de leur territoire15. Cette politique territoriale fut accompagnée par la construction d’une route stratégique depuis le camp d’Ammaedara jusqu’au sud de la Tunisie (Gabès). Cette route coupait en effet aux Musulames la liaison avec leurs voisins du Sud-Est, par exemple les Cinithii16. Par conséquent, il y avait une mainmise effective de l’autorité romaine sur une grande partie du Sud tunisien. Cela se traduisit, pour les tribus semi-nomades, habituées à se retirer dans les montagnes en été et à passer l’hiver dans la steppe, par l’impossibilité de continuer leurs déplacements saisonniers. Les Musulames qui avaient déjà vu leurs terres réduites – Musolamos et Gaetulos… artatis finibus cohercuit, dit Orose17 – se trouvaient maintenant privés, à cause de la nouvelle route, d’une bonne moitié de leur territoire.

  • 18 Le passage à la rébellion d’un ancien officier d’auxiliaires est un phénomène fréquent : voir l’ex (...)
  • 19 Tacite, Annales, III, 9, 58 ; IV, 5, 13, 23.
  • 20 Tacite, Annales, IV, 13.
  • 21 M. Bénabou, op. cit., p. 81.
  • 22 A. Gonzales, loc. cit., p. 944.
  • 23 Ibid., p. 942.
  • 24 Dion Cassius, LIX, 25 ; Suétone, Caligula, 35 ; T. Kotula, « Encore sur la mort de Ptolémée, roi d (...)

10La guerre qui va commencer en 17 sera tout entière dominée par la personnalité de Tacfarinas. Celui-ci, qui avait servi dans l’armée romaine, dans un corps d’auxiliaires, sut mettre à profit son expérience militaire romaine dans cette guerre18. Notre source principale pour le déroulement de cette guerre est Tacite19. Tacfarinas réussit à obtenir la participation effective des Garamantes et de leurs troupes20. Ainsi la presque totalité du sud de l’Africa se trouva liguée contre les Romains. Sa révolte est le fruit d’une synthèse entre les aspirations collectives d’une région soumise à de fortes pressions territoriales, fiscales et juridiques et le destin d’un chef. Tacfarinas, quoique vaincu à deux reprises, proposa un accord et demanda, pour cesser les combats, l’octroi de terres pour lui et pour son armée. Il s’agit sans doute des terres dont la progression de la domination romaine avait privé les Musulames21. Cette révolte est à envisager non pas dans le contexte d’une lutte, mais d’une guerre de libération ou, en tout cas, d’une révolte cherchant à préserver une certaine autonomie tribale. Les terres, que Tacfarinas a tenté de négocier auprès de Tibère, par le biais de son ambassadeur, en échange d’une cessation des combats, sont certainement le révélateur des tensions entre Rome et les tribus22. Tacfarinas remet en question les fondements de l’État romain en tentant de ménager un espace libéré de la tutelle romaine, donc en introduisant le germe de la dislocation de l’unité de l’Empire sous une autorité unique et universelle23. Au bout de sept ans de conflits, la guerre se termine par la défaite de Tacfarinas. Rome a réussi à imposer la pax romana en Afrique proconsulaire, source d’approvisionnement de l’annone. A partir de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère et jusqu’au IVe siècle, le lieu des violences tribales s’est alors déplacé dans les deux provinces les moins romanisées de l’Afrique du Nord, à savoir les Maurétanies Césarienne et Tingitane. Là, la première réaction tribale sera la conséquence de l’annexion en 40 du royaume de Maurétanie, après la mise à mort du roi Ptolémée par Caligula, acte marquant la mainmise romaine sur l’ensemble de l’Afrique24.

11La révolte d’Aedemon (40-42)

  • 25 M. Bénabou, op. cit, p. 90.
  • 26 Dion Cassius, LX, 8, 6.
  • 27 Ph. Leveau, « L’aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du No (...)
  • 28 Inscriptions antiques du Maroc (IAM), 356 à 361 ; G. di Vita-Evrard, « En feuilletant les inscript (...)

12Les Maures se soulèvent sous la direction d’un affranchi de Ptolémée, Aedemon. Certes, la révolte d’Aedemon fut déclenchée sous prétexte de venger le roi assassiné, mais elle traduit l’inquiétude des populations de la région devant l’administration romaine. En effet, les tribus maures avaient l’habitude de fonctionner avec une administration royale lointaine. Or, elles se sont trouvées face à une organisation romaine plus efficace, c’està-dire mieux à même d’intervenir dans la vie des populations pour leur imposer un nouvel ordre, avec des contraintes économiques et spatiales (impôts, déplacements contrôlés)25. L’armée romaine remporte la victoire, ce qui permet à Claude de célébrer un triomphe en 4226. La tension entre Rome et les populations autochtones a connu des phases successives dont le point commun est la radicalisation. Cependant, avec l’avancée de la romanisation et le développement d’une politique municipale, l’État romain recourt de moins en moins à la solution militaire. Il compte sur l’élite locale (chefs de tribus et notables de cités) pour jouer le rôle d’intermédiaires. Elle recrute localement des soldats et, progressivement, les officiers romains seront remplacés par des chefs militaires africains, les praefecti gentis27. Enfin, Rome se sert de la diplomatie pour conclure des « traités de paix » avec les chefs de certaines tribus comme les Bavares et les Baquates à Volubilis28.

2. Les Romains et les Africains romanisés : diplomatie et contrôle, troubles et répressions

2.1 Diplomatie et contrôle

  • 29 F. Prévot, L’Afrique romaine, p. 19.
  • 30 Ibid., p. 19.

13Dans l’étude des réactions de la population locale, il convient de ne pas perdre de vue la durée : un habitant des Aurès ayant vécu sous les Flaviens (69-96) ne perçoit forcément pas la présence romaine de la même manière que l’un de ses compatriotes ayant vécu sous le règne de Dioclétien (284-305). De même, le nomade ou le semi-nomade qui craint de voir se restreindre ses territoires et sa liberté de déplacement ne prendra pas la même position devant la romanisation que le marchand d’huile de Leptis Magna29. Ainsi, les élites locales autochtones, qui semblent le plus souvent désireuses d’accélérer cette romanisation pour eux et les leurs, participent à la vie civique locale autant pour conserver leurs pouvoirs et éventuellement les accroître par de nouveaux privilèges que par réelle admiration pour Rome. De même, il semble que, par désir de promotion sociale, par stratégie ou par intérêt matériel, la majeure partie de la population accepte cette romanisation (ou lui soit indifférente), sans abandonner cependant ses traditions et ses modes de vie30.

  • 31 M. Coltelloni-Trannoy, « Rome et les Rois en Afrique », Pallas, 68, 2005, pp. 117-144 (p. 137).

14Pour le pouvoir impérial romain, il n’était pas question de prétendre gouverner ses provinces uniquement par la force et la répression militaire : il fallait se ménager un appui solide au sein de la couche sociale des notables. Par conséquent, cette dernière trouve un avantage dans la soumission au pouvoir romain, avantage qui, de plus, ne remet pas en cause sa place d’élite : le consentement des notables doit entraîner celui de leurs subordonnés. C’est ce processus qui est à l’œuvre derrière l’octroi de la citoyenneté. Ce nouveau contrôle est exercé sur les sujets de l’empire à travers des dispositifs juridiques et diplomatiques. Les relations qui ont prévalu en Afrique du Nord entre les rois et Rome ont suivi un modèle constant : appartenance des rois aux clientèles aristocratiques ; alliance officielle avec Rome, votée par le sénat, prenant appui aussi sur la tradition romaine de la societas31.

  • 32 IAM, II, 94 ; W. Seston et M. Euzennat, « La citoyenneté romaine au temps de Marc Aurèle d’après l (...)
  • 33 M. Christol, « L’armée des provinces pannoniennes et la pacification des révoltes Maures sous Anto (...)
  • 34 M. Christol, « Les troubles en Maurétanie Césarienne sous le gouvernement de T. Licinius Hiéroclès (...)
  • 35 VIII, 43, 3.
  • 36 Éloge de Rome, 70.
  • 37 J. Morizot, L’Aurès ou le mythe de la montagne rebelle, Paris, 1991.

15Pour donner un exemple, une inscription datée de 161-169 illustre l’acquisition de la citoyenneté romaine par une famille de notable Zegrenses, une tribu de Maurétanie32. La fidélité acquise des notables des grands peuples de Maurétanie était précieuse à Rome ; car elle n’était pas acquise pour tous et partout. Les sources épigraphiques montrent que la Maurétanie n’était pas une province totalement calme. Dans les années 140 et 170, la Tingitane avait connu des opérations militaires relativement importantes. Il avait fallu faire venir des troupes d’autres provinces pour rétablir l’ordre33. Les troubles et les opérations militaires romaines s’étaient ensuite portés dans la province voisine de Césarienne34. Si l’on en croit Pausanias, ce conflit avait été vécu, du côté impérial, comme déclenché par les Maures35. Aelius Aristide l’attribuait à l’incapacité de ces peuples de profiter de ce qu’ils avaient36. Certains chercheurs modernes ont développé le mythe du « nomade rebelle ». Ils ont lié le refus des tribus à la nature même du berbère, incapable, disait-on, de consolider une union, toujours prêt à s’insurger37.

  • 38 Saint Augustin, Ép. 47, 2 ; P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 2001, p. 554.

16La question du bon rapport des notables des tribus avec le pouvoir provincial et romain persistait, et bien longtemps après, saint Augustin pouvait encore dire : « ce n’est pas aux frontières seulement, mais dans toute l’étendue des provinces (d’Afrique) que nous devons notre paix aux serments échangés avec les barbares »38. Ces troubles peuvent trouver leur origine, en tout ou partie, dans les relations imposées par l’administration romaine : exigence fiscale, limitation des territoires et des terrains de parcours, abus de la part des agents de Rome ; mais avec l’édit de Caracalla de 212, qui généralise la citoyenneté romaine à toute la population libre de l’Empire, l’opposition entre romain et non romain n’est plus en vigueur. On a un territoire avec des sujets dont le statut est juridiquement identique. D’autres contradictions et oppositions surviennent entre les divers éléments qui composent la société. C’est dans ce nouveau contexte que surgissent le mouvement de révolte de 238 à Thysdrus en Proconsulaire, ainsi que d’autres troubles en Maurétanie.

2. 2. Troubles et répressions

17La révolte de 238 à Thysdrus

  • 39 J. Gagé, « Les organisations de iuvenes en Italie et en Afrique, du début du IIIe siècle au bellum (...)
  • 40 Hérodien, VII, 4 ; Hist. Aug, Gordien, 7 ; T. Kotula, « L’insurrection des Gordiens et l’Afrique r (...)
  • 41 Ch. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées romaines, Montpellier, 1999.
  • 42 D. Van Berchem, « L’annone militaire dans l’Empire romain au IIIe siècle », MSAF, 1937, LXXX, pp. (...)
  • 43 AE., 1948, 109. Banasa en 215-216 : remise des arriérés d’impôts en blé ou en argent dus au fisc.
  • 44 Histoire Auguste, Les deux Maximins, XIII, 5.
  • 45 Hérodien, VII, 7, 5 Juxta Thydrum…apud plebem vel urbanam vel rusticanam in agro suo.
  • 46 T. Kotula, loc. cit., p. 210.

18Les événements de 238, c’est-à-dire la révolte entamée par la juventus39 de Thysdrus, qui a porté le vieux proconsul d’Afrique, Gordien, sur le trône impérial et s’est achevée par la répression sanglante opérée par le légat de Numidie, Capellien, occupent une place particulière dans l’histoire de l’Afrique. La population africaine, dans toutes ses couches, semble y avoir pris part40. La position de l’Afrique, à la veille de l’éclatement de cette révolte, est importante pour le ravitaillement de Rome en soldats et en nourriture. Militairement, les provinces africaines fournissent un nombre important de recrues, particulièrement les cavaliers maures41. Économiquement, la production africaine est la base même de l’annone : le blé et l’huile42. Avec l’accroissement des dépenses de l’État, les charges pesant sur l’Afrique ont augmenté. Diverses inscriptions font apparaître la difficulté de la population à faire face aux exigences fiscales nouvelles. Concrètement, le mécontentement se traduit par une protestation contre le fisc et les soldats43. En effet, en 224-227, les plaintes renouvelées des provinciaux contre les exactions commises par les officiales amenèrent l’empereur à prendre des mesures en leur faveur. Cependant le règne de l’empereur Maximin était marqué par le désir de pousser au maximum l’exploitation et la rentabilité de l’Afrique44. La réaction fut un mouvement vaste et profond et l’action des juvenes fut suivie par l’ensemble de la population des villes et des campagnes45. Ce nouveau mécontentement fut plus dangereux puisqu’il atteignit des couches sur lesquelles reposaient, en grande partie, la sécurité et la romanisation. T. Kotula voit dans ce soulèvement « au moins en germe, certaines tendances séparatistes menaçant Rome »46.

19Les troubles de Maurétanie et le discours idéologique de « guerres heureuses »

  • 47 CIL., VIII, 20836.
  • 48 CIL., VIII, 20827 = ILS, 3000.
  • 49 AE., 1912, 24.
  • 50 CIL., VIII, 9324.
  • 51 CIL., VIII, 18219 ; 2615.
  • 52 A. Hilali, « Guerres heureuses aux frontières de l’Afrique romaine », L’Africa romana XV, (Tozeur, (...)

20Avec la crise du IIIe siècle, l’intervention militaire romaine fut accompagnée par un discours idéologique qui exaltait sa victoire. Pour comprendre cette situation, il faut placer les inscriptions commémorant ces victoires dans leur contexte. Les Romains furent souvent vaincus (en 251, Dèce fut tué et son armée vaincue par les Goths ; en 260, l’empereur Valérien et ses troupes se rendirent aux Perses). Les inscriptions évoquent souvent la félicité et la béatitude des temps sous les empereurs régnants47. Les inscriptions de Maurétanie illustrent une mise en scène par le vainqueur romain de sa propre gloire. L’image qui revient souvent est celle des tribus battues et écrasées (barbari caesi48, gentes prostratae49) allant jusqu’à une destruction radicale (barbari erasi funditus50) ; et enfin une représentation de la fuite de l’ennemi et de la capture du chef51. L’image de Rome devait toujours être celle d’une puissance invincible. Le scénario de la « guerre heureuse » est le suivant : d’un côté les Romains luttaient pour la gloire et la grandeur de l’Empire et de l’autre côté, les tribus menaient une guerre désespérée pour leur vie. En gravant ces textes pour la postérité, Rome voulait éveiller chez le lecteur des sentiments contrastés mais qui se complètent, à savoir, la terreur, la pitié et l’admiration52. Certes, l’activité militaire des tribus pouvait être considérée comme une agitation parfois gênante, voire même dangereuse, mais elle restait purement locale.

21A partir du IIIe siècle, à côté de cette vague de réactions violentes limitées dans le temps et dans l’espace, l’État romain devait faire face dans tout l’Empire au succès massif d’une nouvelle religion : le christianisme. Rome avait, en un premier temps, une réaction agressive, les persécutions, avant de passer à une deuxième étape, celle de la paix de l’Église avec l’intégration officielle de cette religion.

3. Rome face à un nouveau mode de pensée et de croyance : le christianisme

3. 1. Les chrétiens, un élément de désordre

  • 53 Cl. Lepelley, « Les chrétiens et l’Empire romain », in Histoire du christianisme, T1, le nouveau p (...)
  • 54 M. Meslin, Le christianisme dans l’Empire romain, Paris, 1970, p. 70-71 ; J. Scheid, « Le délit re (...)
  • 55 R. Hannoune et J. Scheid, Nos ancêtres les Romains, Paris, 1993, pp. 72-73.
  • 56 H. Ménard, Maintenir l’ordre à Rome (II-IVe siècles ap. J.-C.), Paris, 2004, p. 134.
  • 57 R. Hanoune et J. Scheid, op .cit., p. 72.
  • 58 H. Ménard, op. cit., p. 159.
  • 59 L. Robert, « Une vision de Perpétue martyre », CRAI, 1982, pp. 258-276 ; Brent D. Shaw, « The Pass (...)
  • 60 R. Mac Mullen, « Judicial Sauvagery in the Roman Empire », in Changes in the Roman Empire, Princet (...)
  • 61 P.-A. Février, « Les chrétiens dans l’arène », dans Spectacula I, gladiateurs et amphithéâtres : T (...)
  • 62 C. Vismara, Il supplicio come spectacolo, Rome, 1990, pp. 44-52.
  • 63 H. Ménard, op. cit., p. 155.

22Pour l’autorité romaine, les chrétiens s’opposaient aux fondements de la cité53. En effet, les chrétiens ne participaient pas aux cérémonies civiques, en particulier à celles du culte impérial54. Or, la cité antique est un organisme commun aux dieux et aux hommes et la religion publique se fonde sur cette relation, respectueuse mais ferme, de la res publica, avec les dieux55. Les chrétiens ne respectaient pas ce pacte établi entre les hommes et les dieux de la cité. Par conséquent, ils étaient accusés de comploter contre l’ordre établi. Ils constituaient un élément de désordre, du moins dans l’esprit des autorités. Leur situation était en fait ambiguë et ils étaient considérés comme des perturbateurs et poursuivis comme ennemis publics (hostes publici)56. Les enjeux d’un culte public sont le bien et la réussite terrestre de la communauté concernée. Sous l’Empire, le culte public envisage, à côté de la réussite du peuple, celle de l’empereur57. Si les chrétiens refusent le culte public pratiqué par toutes les communautés composant la société romaine, c’est qu’ils n’espèrent pas la victoire qui a fondé l’Empire romain. Les chrétiens sont désormais au cœur des problèmes d’ordre public dans les régions où leurs communautés sont dynamiques, mais le traitement de cette question reste le plus souvent suspendu à l’attitude des gouverneurs et à leur contrôle de la pression populaire. Les autorités locales et provinciales suffisent, en général, à mettre fin et à contrôler ces désordres d’origine populaire58. Des actes de violence sont commis contre les chrétiens, les plus souvent mentionnés sont les clameurs au cirque « les chrétiens aux lions ». Ils sont condamnés ad bestias. Ainsi Perpétue, bien que fille d’un notable de Thuburbo Majus jouissant de la cité romaine, et ses compagnons sont condamnés aux bêtes, lors de la fête anniversaire du César Géta en mars 20359. La publicité du procès, tenu le plus souvent au forum, comme la mise à mort dans l’amphithéâtre, manifeste cette volonté d’une remise en ordre visible et dans un cadre précis, celui de la cité. Il s’agit avant tout de réaffirmer l’ordre public60. Le spectacle de la mort de condamnés ad bestias est alors populaire en Afrique61. L’atteste la représentation des venationes et d’exécutions tant sur les mosaïques que sur des céramiques d’usage quotidien62. Pour les autorités comme pour la foule, le chrétien mérite son châtiment, car il est germe de désordre63.

3.2 La réaction de l’État au temps de la crise du IIIe siècle : les persécutions

  • 64 Ibid., p. 155.
  • 65 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, T2, Aix-en-Provence, 1990, pp. 164-165.
  • 66 J.-M. Lassère, « La christianisation de l’Afrique », Pallas, 68, 2005, pp. 311-331 (p. 325).
  • 67 Ibid., p. 326.
  • 68 Sur les premières persécutions en Afrique, voir P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chré (...)
  • 69 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, VII, 13 ; P. Monceaux., o. c., T3, pp. 3-4.

23Vers le milieu du IIIe siècle, confrontée aux fortes poussées barbares aux frontières ainsi qu’aux usurpations, l’attitude du pouvoir impérial devint radicale. L’impulsion de la répression vient désormais du centre, de l’empereur lui-même avec les persécutions64. Le milieu du IIIe siècle est, pour l’Église d’Afrique, marqué par une crise, avec des persécutions ordonnées par des édits impériaux65. Ces derniers règlent la procédure de manière à abolir l’initiative qui était jusque-là laissée aux magistrats : dans toute l’étendue de l’empire, tous les citoyens, et pas seulement les chrétiens, furent convoqués pour attester leur foi païenne. On devait célébrer un sacrifice, procéder à une libation, prononcer une formule de reniement, ou participer à un repas sacrificiel. A la suite de quoi était délivré un libellus, un certificat de paganisme66. En cas de refus, les chrétiens étaient condamnés à la peine capitale. Du point de vue des païens, c’est une manifestation d’unité nationale derrière l’empereur face au danger barbare67. En Afrique, les persécutions sont attestées à la fin du IIe siècle (180), au IIIe siècle (203, 212, 250 et 257-259 et à la fin du siècle) et en 303-30468. En Afrique comme ailleurs, l’édit de tolérance de Gallien, promulgué sans doute en 260, mit fin à la longue persécution de Valérien. En 260, après la capture de Valérien par les Perses (qui provoqua un choc considérable dans l’opinion romaine), son successeur Gallien, soucieux de reforger une unité, promulgua un édit de tolérance. Les églises, comme les particuliers, rentrèrent en possession de leurs biens confisqués ; les fidèles purent de nouveau se réunir dans la maison de leur évêque69.

  • 70 M-F. Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité, victimes, héros, martyrs, Paris, 2007, p. 391.
  • 71 Ibid., p. 392.
  • 72 Ibid., pp. 394-395.
  • 73 Tertullien, Apologétique, 37, 4 : « Nous avons rempli la terre et tout ce qui est à vous : les vil (...)

24Ce qui est posé comme un devoir civique, depuis l’Antiquité, c’est la reconnaissance des dieux traditionnels de la communauté à laquelle on appartient par un acte cultuel approprié70. Cette pratique vise à intégrer l’individu ou le petit groupe dans la communauté locale, sa communauté de vie ou sa communauté professionnelle (l’armée). Dans le processus de répression collective décidée par le pouvoir central, celui-ci ne fait rien d’autre que de formaliser le devoir de pratique religieuse en pratique obligatoire. Ainsi, la célébration sacrificielle prend valeur de test parce que c’est l’acte constitutif du polythéisme gréco-romain, celui qui met les individus en relation avec les dieux et qui rassemble la communauté dans la tradition des gestes accomplis71. A partir de là, le délit religieux est assimilé à la désobéissance civique. Certes, la persécution a pu prendre la forme d’émeutes populaires spontanées, mais il faut plutôt les considérer comme des réactions épidermiques, compte tenu des nombreuses tentatives de compromis et des actes de complaisance. Cela s’explique par l’insertion très précoce du christianisme dans les réseaux de sociabilité. Ainsi dans la cité, les chrétiens ne vivaient pas entre eux, repliés sur eux-mêmes72. Tertullien lui-même parle de ces chrétiens qui envahissent l’armée73.

  • 74 M-F. Baslez, op. cit., p. 395.
  • 75 V. Saxer, Saint anciens d’Afrique du Nord, Città del Vaticano, 1979 ; Y. Duval, Le culte des marty (...)
  • 76 W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie, Paris, 1946, pp. 122-125.
  • 77 P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, Paris, T. 3, 1901-1923, pp. 26-27.

25En Afrique, tout particulièrement, les documents locaux suggèrent d’écrire l’histoire de la grande persécution autrement que comme le heurt entre deux systèmes politiques et religieux étrangers l’un à l’autre, et plutôt comme la recherche d’aménagements pour laisser intact le tissu social où les chrétiens ont gardé leur place74. Les Actes des martyrs militaires développent la même idée. De la part des autorités locales, il n’était pas question d’une sorte d’épuration des corps de troupe, pour en chasser les fidèles : même pendant les persécutions systématiques (sous Dèce, Dioclétien), les répressions ne frappaient pas tous les membres des communautés chrétiennes. Pour comprendre pourquoi les persécutions frappaient certains chrétiens plutôt que d’autres, il faut tenir compte de deux types de circonstances. D’un côté, les personnes qui, au moment de la persécution, se trouvaient particulièrement exposées au danger (refus de sacrifice, de porter les images de l’empereur), car elles symbolisaient, aux yeux des membres de la communauté, ce comportement aberrant, ce mépris des normes traditionnelles. De l’autre côté, une nouvelle politique militaire qui mit fin au recrutement volontaire. Par conséquent, il y avait une pression qui s’exerçait sur les individus, qui fut plus ressentie chez les chrétiens, conscients d’être exposés à des pratiques païennes. Prenons l’exemple des résistances de militaires. En effet, on assiste à des attitudes provocatrices qui résultent d’une fidélité aux théories intransigeantes de Tertullien (le De corona), de conversions pendant le service militaire (le centurion Marcel) ou enfin de haines personnelles, de conflits individuels qui pouvaient pousser telle personne ou telle autre à dénoncer un chrétien75. Il est vrai que la persécution de Dioclétien touchait aussi bien les civils que les militaires, mais les soldats ont été arrêtés pour des actes isolés d’indiscipline et de perturbation de l’ordre public. Ce ne sont que des actes isolés d’insoumission que les autorités militaires réprimaient tout naturellement sans qu’aucun édit ne s’ensuive76. Tout ce que nous constatons, c’est que l’on a traduit devant les tribunaux militaires un certain nombre d’officiers et de soldats, pour refus de service ou contravention aux règlements. Les soldats n’ont pas été exécutés comme chrétiens, mais on les a frappés, en vertu des règlements militaires77.

3.3. L’orthodoxie face au schisme donatiste

  • 78 H. Ménard, op. cit., p. 175.
  • 79 J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, Paris, 1958, p. 270.
  • 80 C. Lepelley, « Le lieu des valeurs communes. La cité, terrain neutre entre païens et chrétiens dan (...)
  • 81 F. Prévot, L’Afrique romaine, p. 242.

26L’adhésion du détenteur du pouvoir impérial à une religion jusqu’alors combattue manifeste aussi le succès croissant du christianisme et la volonté officielle d’intégrer cette nouvelle religion. Constantin, par sa conversion au christianisme, modifie les rapports entre le pouvoir et la religion chrétienne. Les foules chrétiennes, qui étaient des instruments de désordre, deviennent des outils de remise en ordre à l’égard des nouveaux perturbateurs : juifs, païens et hérétiques78. L’évêque devient le garant, voire le régulateur de l’ordre public, par sa place de plus en plus importante au sein de la cité. Il est reconnu par les autorités publiques, en particulier par le biais de la juridiction épiscopale79. Il est possible qu’il y ait eu des tensions entre les chrétiens et les païens. Cependant le matériau épigraphique gravé sur ordre des autorités municipales (près de 550 documents recensés) entretient un silence en cette matière dès le règne de Constantin80. Il ne s’agit pas tant de prudence que d’une volonté de tenir l’espace civique à l’écart des tensions qui seront particulièrement sévères au sein même du christianisme. La neutralité documentaire de la cité doit être interprétée comme le révélateur d’une profonde distinction entre identité religieuse et appartenance municipale. L’Église demeure une institution de droit privé. Elle n’est pas conviée à sacraliser les actes de la curie municipale et n’est pas la bénéficiaire de constructions entreprises sur fonds civiques81.

  • 82 Cyprien, Lettres, XVI, 2, 1.
  • 83 Optat de Milev, Traité contre les donatistes, II, 18, 1.
  • 84 A. Mandouze, « Les donatistes entre ville et campagne », in Histoire et archéologie de l’Afrique d (...)
  • 85 P.-A. Février, op. cit., p. 165 ; 174.
  • 86 C. Lepelley, « Les sénateurs donatistes », BSNAF, 1990, pp. 45-56.

27Dans ce contexte, l’État doit faire face à un nouveau schisme en Afrique : le donatisme. Cyprien oppose de façon systématique le schismatique-tyran à l’évêque, souverain légitime. Un glissement s’est donc opéré du domaine doctrinal aux domaines politique et moral : le schismatique est avant tout le perturbateur de la tranquillité de la communauté chrétienne, comme le tyran est le perturbateur de l’ordre public. Il dénonce la recherche de la popularité, pour ne pas dire l’attitude démagogique, des perturbateurs82. Les écrits d’Augustin et d’Optat de Milève ont pu induire une image du donatisme comme phénomène violent, issu des populations rurales et peu romanisées de Numidie83. Les populations urbaines sont toutefois également touchées par ce mouvement schismatique, issu de la grande persécution84. En effet, si Augustin et Optat stigmatisent la cruauté et la violence des circoncellions, essentiellement dans les campagnes, la lutte entre les communautés catholique et donatiste s’exprime aussi dans les centres urbains, y compris Carthage. Timgad et Bagaï sont des bastions de l’Église schismatique85. C. Lepelley a, par ailleurs, souligné l’implication des élites dans ce mouvement, en évoquant une « aristocratie donatiste »86.

  • 87 Optat de Milev, Traité contre les donatistes, II, 18, 1.
  • 88 Ibid, II, 18, 4-5.
  • 89 P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 2001, pp. 296-297.
  • 90 Augustin, Contra litteras Petiliani, II, LXXXIII, 184.

28Les formes que prennent les violences entre communautés ne sont en rien originales par rapport à ce qui se passe dans d’autres régions, notamment à Rome. Ainsi la plupart des violences commises le sont lors de la prise de possession des églises par la violence. C’est le cas au castellum Lemellefense, où les donatistes s’emparent de l’édifice cultuel par la force, en jetant des tuiles sur les catholiques défendant le bâtiment87. Optat précise plus loin les exactions commises au sein de la population catholique, dans les villes de Maurétanie, en particulier à Tipasa, où les donatistes sont accusés, avec la complicité des autorités, d’avoir « chassé, blessé et expulsé de leur église la foule catholique : ils ont massacré des hommes, ils ont violé des femmes, ils ont tué des enfants, ils ont arraché des fœtus »88. Les communautés peuvent cependant coexister pacifiquement. À Hippone, il semble que les catholiques se fondent progressivement dans la communauté donatiste, majoritaire89. Le recours à la violence physique n’est pas toujours une nécessité. Ainsi, sous le règne de Julien, l’évêque donatiste de la cité, Faustinus, tenta de faire pression sur la minorité catholique en interdisant de lui vendre du pain90.

  • 91 CTh. XVI, V.
  • 92 CTh. XVI, V, 6 ; 7 ; 11 ; 12 ; 13 ; 19 ; 20 ; 22.
  • 93 CTh. XVI, 18 ; 7 ; XVI, VII, 2.
  • 94 CTh. XVI, V, 6 ; 10 ; 12 ; 13 ; 18 ; 19 ; 20.
  • 95 CTh. XVI, V, 9 (31 mars 382).
  • 96 H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Paris, 1996, p. 178. ; M. R. Salzma (...)

29La répression des pratiques religieuses considérées comme déviantes s’exerce d’abord au niveau local, dans la perspective du maintien de l’ordre public. Lorsque les compétences locales sont dépassées par l’ampleur du problème, c’est au gouverneur, voire à l’empereur, que l’on fait appel. Un titre du Code Théodosien a conservé un certain nombre de lois concernant les hérétiques91 : l’hérésie se répand comme une peste. L’espace urbain doit être protégé de cette contamination. Ainsi, les constitutions impériales interdisent-elles les réunions et confisquent-elles les lieux de culte92. L’éloignement des personnes est également une solution bien connue depuis l’époque républicaine. Les hérétiques sont juridiquement retranchés de la communauté93. Le vocabulaire de l’exclusion physique, mais aussi sociale, est récurrent dans les constitutions impériales94. On assiste donc à une marginalisation géographique, puis civile, de ceux qui n’adhèrent pas à l’orthodoxie. Le tournant a lieu dans les années 380-390. C’est alors que l’on passe de mesures ponctuelles à la définition de l’hérésie comme crime public. Les citoyens sont ainsi incités, comme pour tout ennemi public, à dénoncer ceux qui n’adhèrent pas à la loi officielle95. Le fait que les empereurs soient chrétiens à partir de Constantin conduit le pouvoir impérial à définir progressivement, par ses décisions législatives, une orthodoxie96.

***

  • 97 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1979, T1, p. 372. « Les contempo (...)
  • 98 C. Lepelley, loc. cit., p. 277. Jusque-là, dans la cité, païens cultivés et clercs s’efforcent de (...)

30Dans un contexte de reconstruction de l’Empire, l’État romain a eu recours à la force publique pour maintenir l’ordre et assurer la pax romana à l’intérieur et aux frontières des provinces de l’Afrique romaine. Auguste a bâti un Empire qui semble garantir la paix à Rome. Après une phase de confrontation militaire avec la population autochtone, l’État peut compter sur la fidélité acquise des notables des cités et des grandes tribus de la Maurétanie. À mesure que l’État se développait et se perfectionnait, son effort de centralisation le poussait à réglementer de plus en plus la vie associative et donc à contrôler les communautés religieuses. La christianisation des empereurs, qui établit la religion nouvelle dans l’État, nécessite l’intervention du pouvoir central à côté de celui des gouverneurs pour faire face aux hérésies. Enfin, la violence a pu être maîtrisée car le christianisme est issu de cette culture romaine dominante celle de la cité. Persécuteurs et persécutés ont dépassé cette tension entre le culturel et le religieux. L’empire chrétien a conservé le régime de la cité classique, avec le rôle judiciaire reconnu à l’évêque97. Ce n’est qu’à partir du Ve siècle que se sont progressivement mis en place des éléments d’un système civique fondé sur le christianisme98.

Notes

1 A. Piganiol, Histoire de Rome, Paris, 1962, 5e éd., p. 1 : « C’est avant tout l’histoire d’une construction politique grandiose, qui n’a été réalisée qu’une fois dans le passé ».

2 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 (2e éd. 2005), p. 19 et p. 25 : « L’étude de la résistance africaine ne peut se séparer de celle de la romanisation. Les deux notions sont liées et n’acquièrent sens et contenu que par la tension qui les oppose : car l’attitude des Romains et celle des Africains s’engendrent et se déterminent sans cesse mutuellement ».

3 J. Desanges, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962 ; M. Bénabou, op. cit., p. 69 ; G. Camps, « Massinissa ou le début de l’Histoire », Libyca, T. 8, 1960.

4 R. MacMullen, La romanisation à l’époque d’Auguste (traduit de l’anglais par F. Regnot), Paris, 2003, pp. 55-79.

5 M. Bénabou, op. cit., pp. 44-45.

6 Ibid., p. 45.

7 F. Prévot, L’Afrique romaine, 69-439, éd. Atlande, Neuilly, 2006, p. 19.

8 A. Gonzales, « Tacite et la révolte de Tacfarinas », L’Africa romana, 1996 [1998], pp. 937-958 (p. 939).

9 Ibid., p. 941.

10 L. Statilius Taurus : 30 juin 34 ; L. Cornificius : 3 décembre 33 ; L. Autronius Paetus : 16 août 28 ; L. Sempronius Atranius : 12 octobre 21 ; L. Cornelius Balbus : 27 mars 19. Voir les Fasti Triumphales : CIL, I2, p. 50, 76 ; S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1913, T. VIII, p. 197 ; M. Benabou, op. cit., pp. 58-59.

11 A. Gonzales, loc. cit., p. 948.

12 Ibid., p. 948.

13 Dion Cassius, LV, 28, 3-4.

14 M. Bénabou, op. cit., p. 62.

15 F. de Pachtère, « Les camps de la IIIe légion en Afrique au premier siècle de l’Empire », CRAI, 1916, pp. 273-284 ; N. Duval, « Topographie et urbanisme d’Ammaedara », ANRW, II, 10.2., 1982, pp. 633-671.

16 CIL., VIII. 10018, 10023 ; ILAf, 654 ; IRT, 346.

17 Orose, VI, 21, 18.

18 Le passage à la rébellion d’un ancien officier d’auxiliaires est un phénomène fréquent : voir l’exemple de Vercingétorix pour la Gaule.

19 Tacite, Annales, III, 9, 58 ; IV, 5, 13, 23.

20 Tacite, Annales, IV, 13.

21 M. Bénabou, op. cit., p. 81.

22 A. Gonzales, loc. cit., p. 944.

23 Ibid., p. 942.

24 Dion Cassius, LIX, 25 ; Suétone, Caligula, 35 ; T. Kotula, « Encore sur la mort de Ptolémée, roi de Maurétanie », Archéologia, 1964, XV, p. 76-92 ; D. Fishwick, « The annexion of Mauretania », Historia, 1971, XX, pp. 467-487.

25 M. Bénabou, op. cit, p. 90.

26 Dion Cassius, LX, 8, 6.

27 Ph. Leveau, « L’aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », Ant. Afr., T. VII, 1973, pp. 153-192.

28 Inscriptions antiques du Maroc (IAM), 356 à 361 ; G. di Vita-Evrard, « En feuilletant les inscriptions antiques du Maroc », ZPE, 68, 1987, pp. 193-225.

29 F. Prévot, L’Afrique romaine, p. 19.

30 Ibid., p. 19.

31 M. Coltelloni-Trannoy, « Rome et les Rois en Afrique », Pallas, 68, 2005, pp. 117-144 (p. 137).

32 IAM, II, 94 ; W. Seston et M. Euzennat, « La citoyenneté romaine au temps de Marc Aurèle d’après la Tabula Banasitana », CRAI, 1961, pp. 317-324 ; M. Euzennat et W. Seston, « Un dossier de la chancellerie romaine, la tabula Banasitana », CRAI, 1971, pp. 468-490.

33 M. Christol, « L’armée des provinces pannoniennes et la pacification des révoltes Maures sous Antonin le Pieux », Ant. Afr., 17, 1981, pp. 133-141 ; Id., « Rome et les tribus indigènes en Maurétanie tingitane », L’Africa romana, 1987 [1988], pp. 305-337.

34 M. Christol, « Les troubles en Maurétanie Césarienne sous le gouvernement de T. Licinius Hiéroclès », coll. Latomus, 226, 1994, pp. 254-266.

35 VIII, 43, 3.

36 Éloge de Rome, 70.

37 J. Morizot, L’Aurès ou le mythe de la montagne rebelle, Paris, 1991.

38 Saint Augustin, Ép. 47, 2 ; P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 2001, p. 554.

39 J. Gagé, « Les organisations de iuvenes en Italie et en Afrique, du début du IIIe siècle au bellum Aquileium », Historia, 1970, XIX, pp. 232-258.

40 Hérodien, VII, 4 ; Hist. Aug, Gordien, 7 ; T. Kotula, « L’insurrection des Gordiens et l’Afrique romaine », Eos, 1959-1960, 50, pp. 197-211.

41 Ch. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées romaines, Montpellier, 1999.

42 D. Van Berchem, « L’annone militaire dans l’Empire romain au IIIe siècle », MSAF, 1937, LXXX, pp. 117-202 ; H. Pavis D’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin, EFR, 1976.

43 AE., 1948, 109. Banasa en 215-216 : remise des arriérés d’impôts en blé ou en argent dus au fisc.

44 Histoire Auguste, Les deux Maximins, XIII, 5.

45 Hérodien, VII, 7, 5 Juxta Thydrum…apud plebem vel urbanam vel rusticanam in agro suo.

46 T. Kotula, loc. cit., p. 210.

47 CIL., VIII, 20836.

48 CIL., VIII, 20827 = ILS, 3000.

49 AE., 1912, 24.

50 CIL., VIII, 9324.

51 CIL., VIII, 18219 ; 2615.

52 A. Hilali, « Guerres heureuses aux frontières de l’Afrique romaine », L’Africa romana XV, (Tozeur, 11-15 décembre 2002), Rome, 2004, pp. 253-259.

53 Cl. Lepelley, « Les chrétiens et l’Empire romain », in Histoire du christianisme, T1, le nouveau peuple (des origines à 250), Paris, 2000, p. 251.

54 M. Meslin, Le christianisme dans l’Empire romain, Paris, 1970, p. 70-71 ; J. Scheid, « Le délit religieux dans la Rome tardo-républicaine », in Le Délit religieux, Rome, 1981, pp. 163-164 ; Cl. Lepelley, loc. cit., pp. 244-245.

55 R. Hannoune et J. Scheid, Nos ancêtres les Romains, Paris, 1993, pp. 72-73.

56 H. Ménard, Maintenir l’ordre à Rome (II-IVe siècles ap. J.-C.), Paris, 2004, p. 134.

57 R. Hanoune et J. Scheid, op .cit., p. 72.

58 H. Ménard, op. cit., p. 159.

59 L. Robert, « Une vision de Perpétue martyre », CRAI, 1982, pp. 258-276 ; Brent D. Shaw, « The Passion of Perpetua », Past and Present, 139, 1993, pp. 3-45.

60 R. Mac Mullen, « Judicial Sauvagery in the Roman Empire », in Changes in the Roman Empire, Princeton, 1991, pp. 206-207.

61 P.-A. Février, « Les chrétiens dans l’arène », dans Spectacula I, gladiateurs et amphithéâtres : Toulouse 1987 [1990], pp. 265-273.

62 C. Vismara, Il supplicio come spectacolo, Rome, 1990, pp. 44-52.

63 H. Ménard, op. cit., p. 155.

64 Ibid., p. 155.

65 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, T2, Aix-en-Provence, 1990, pp. 164-165.

66 J.-M. Lassère, « La christianisation de l’Afrique », Pallas, 68, 2005, pp. 311-331 (p. 325).

67 Ibid., p. 326.

68 Sur les premières persécutions en Afrique, voir P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, Paris, T. 1, 1901-1923, pp. 28-47 ; pour les persécutions sous Dèce et Valérien, Id., o. c. T2, pp. 18-26.

69 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, VII, 13 ; P. Monceaux., o. c., T3, pp. 3-4.

70 M-F. Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité, victimes, héros, martyrs, Paris, 2007, p. 391.

71 Ibid., p. 392.

72 Ibid., pp. 394-395.

73 Tertullien, Apologétique, 37, 4 : « Nous avons rempli la terre et tout ce qui est à vous : les villes, les îles, les postes fortifiés..., les camps eux - mêmes,... ; nous ne vous avons laissé que les temples. » ; et 42,3 : il explique que les chrétiens ne sont pas inutiles à la société « Avec vous encore nous naviguons, avec vous nous servons comme soldats... ».

74 M-F. Baslez, op. cit., p. 395.

75 V. Saxer, Saint anciens d’Afrique du Nord, Città del Vaticano, 1979 ; Y. Duval, Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, EFR, 1982 ; Y. Le Bohec, « Tertullien, De corona », Revue des études augustiniennes, 38, 1992, pp. 6-18.

76 W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie, Paris, 1946, pp. 122-125.

77 P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, Paris, T. 3, 1901-1923, pp. 26-27.

78 H. Ménard, op. cit., p. 175.

79 J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, Paris, 1958, p. 270.

80 C. Lepelley, « Le lieu des valeurs communes. La cité, terrain neutre entre païens et chrétiens dans l’Afrique romaine tardive », dans Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain, hommage à Claude Lepelley, Paris, 2002, pp. 271-285.

81 F. Prévot, L’Afrique romaine, p. 242.

82 Cyprien, Lettres, XVI, 2, 1.

83 Optat de Milev, Traité contre les donatistes, II, 18, 1.

84 A. Mandouze, « Les donatistes entre ville et campagne », in Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord, IIIe colloque international (Montpellier, 1-5 avril 1985), Paris, 1986, pp. 193-200.

85 P.-A. Février, op. cit., p. 165 ; 174.

86 C. Lepelley, « Les sénateurs donatistes », BSNAF, 1990, pp. 45-56.

87 Optat de Milev, Traité contre les donatistes, II, 18, 1.

88 Ibid, II, 18, 4-5.

89 P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 2001, pp. 296-297.

90 Augustin, Contra litteras Petiliani, II, LXXXIII, 184.

91 CTh. XVI, V.

92 CTh. XVI, V, 6 ; 7 ; 11 ; 12 ; 13 ; 19 ; 20 ; 22.

93 CTh. XVI, 18 ; 7 ; XVI, VII, 2.

94 CTh. XVI, V, 6 ; 10 ; 12 ; 13 ; 18 ; 19 ; 20.

95 CTh. XVI, V, 9 (31 mars 382).

96 H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Paris, 1996, p. 178. ; M. R. Salzman, « The Evidence for the Conversion of the Roman Empire To Christianity in Book 16 of the Theodosian Code », Historia, 42, 1993, pp. 375-378.

97 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1979, T1, p. 372. « Les contemporains d’Augustin, même s’ils étaient chrétiens, ne vivaient pas dans un système de chrétienté »

98 C. Lepelley, loc. cit., p. 277. Jusque-là, dans la cité, païens cultivés et clercs s’efforcent de maintenir « un univers séculier, profane, nous dirions aujourd’hui laïque ».

Auteur

Professeur d’histoire ancienne, Université de Sfax

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540