Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

La violence dans la Préhistoire

Jean Guilaine

Texte intégral

1Plus que de la guerre et de l’affrontement armé, il sera plus globalement question, dans cet exposé, de la violence préhistorique. Pourquoi ? Le terme « guerre » évoque aujourd’hui l’engagement d’armées aux effectifs plus ou moins importants alors que la guerre préhistorique, celle opposant des bandes de chasseurs-cueilleurs ou des communautés villageoises anciennes, doit forcément être ramenée à des proportions tout à fait modestes. S’il m’arrive d’employer le terme « guerre » pour les périodes que j’étudie, il faut bien entendu être conscient que ces conflits ne font intervenir qu’un nombre limité d’intervenants. Souvent même, les données dont nous disposons se limitent à des cas ponctuels, individuels, de victimes à partir desquels il est difficile de généraliser. Voilà pourquoi le terme, plus vague et plus général de violence, me paraît plus adéquat dans le présent exposé.

2Cette mise au point faite, je souhaite, avant de réfléchir sur des cas concrets, donner quelques réflexions générales sur l’archéologie de la violence et de la guerre. Car nous devons avoir aussi une réflexion théorique sur le sujet. Je le fais d’autant plus volontiers que travaillant moi-même dans mes recherches de terrain sur des périodes sans texte, le Néolithique et l’Âge du bronze européens (à l’exclusion pour l’Âge du bronze de la sphère des palais orientaux, de Mycènes à la Mésopotamie), je situe ma recherche dans une approche qui est purement archéologique, qui ne peut s’appuyer que sur des faits matériels. Seule l’archéologie est en lice en amont de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer. Pour les périodes plus récentes, archéologie et histoire peuvent fonctionner sur ces sujets en plus ou moins forte complémentarité. On l’a vu récemment par exemple avec la fouille des fosses communes de Vilnius en Lituanie dans lesquelles on enterrait en masse les soldats de l’armée napoléonienne victimes du typhus (Dutour, 2004) lors de la retraite de Russie et, plus récemment encore, les fouilles anthropo-archéologiques entreprises sur les charniers de Bosnie et du Rwanda. Je rappelle aussi l’impact émotionnel soulevé par la mise au jour des dépouilles du petit détachement exécuté le 22 septembre 1914 à Saint-Rémi-la-Calonne (Meuse) et parmi lesquelles se trouvait celle de l’auteur du Grand Meaulnes, Alain Fournier (Duday, 2005). Cette conjonction histoire-archéologie ne vaut donc que pour les périodes historiques. Or, ne prendre en compte que la guerre historique, celles dont les textes nous fournissent aussi des témoignages, ce n’est analyser, approcher qu’une partie du problème.

3En effet, se développe de plus en plus la volonté épistémologique de mieux apprécier la trajectoire de l’humanité dans son ensemble, c’est-à-dire en ne se séparant pas, de façon il faut bien l’avouer un peu artificielle, voire arbitraire, histoire et préhistoire. La recherche donc d’une perspective de temps long, permettant de mieux apprécier la violence et la guerre depuis leur origine jusqu’à aujourd’hui, en les inscrivant dans l’évolution des contextes sociaux, économiques, politiques, techniques, etc. qui les ont engendrées, est désormais à l’ordre du jour.

4De sorte que l’archéologie de la violence et de la guerre, longtemps insignifiante, connaît aujourd’hui et depuis une vingtaine d’années un développement sans précédent. Au départ le signal a pu être donné par des anthropologues. Je pense au travail de P. Clastres : « Recherches d’Anthropologie politique », Seuil, 1980, avec notamment son chapitre « Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives » (republié en 1997), à l’ouvrage dirigé par J. Hass : « The Anthropology of War », Cambridge, University Press, 1990, ou encore à l’ouvrage de Laurence Keeley : « War before Civilization », Oxford University Press, 1996, qui reste dans une optique anthropologique. On peut aussi citer les ouvrages de R.B. Ferguson qui a travaillé sur les guerres chez les Yanomami du Vénézuela et d’Amazonie, puis qui est passé à des considérations plus générales sur la naissance de la guerre (Ferguson, 1995, 2004). D’autres travaux ont une teinte plus archéologique : ainsi de l’ouvrage édité par J. Carman et A. Harding : Ancient Warfare. Archaeological perspectives, paru en 1999 ou celui de R.H. Osgood et S. Monks : Bronze Age Warfare. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’ouvrage que j’ai publié en 2001 avec Jean Zammit : Le Sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique. En 2004, Maria Roksandic a édité un ouvrage sur les conflits mésolithiques et en 2005 Mike Parker Pearson et I.J.N. Thorpe ont dirigé un ouvrage sur la guerre, la violence et l’esclavage dans la Préhistoire. Se déroule actuellement un programme d’ANR sur la guerre des origines jusqu’à la conquête romaine en France mais aussi au-delà des frontières (dir. L. Baray). Les recherches et la littérature ne cessent donc de prospérer sur un tel sujet.

5Divers auteurs constatent que cette floraison est corrélative aux évènements contemporains qui ont marqué le retour de la guerre en Europe dans les années quatre-vingts. En effet, entre 1870 et 1945, l’Europe a vécu dans la guerre, les mouvements de troupes, les déplacements de populations, les déportations, de sorte qu’histoire et archéologie ont alors privilégié dans leurs interprétations et leurs scénarios des processus d’invasions, de migrations, de mouvements de populations. Par contre, depuis la deuxième guerre mondiale, dans un monde occidental en paix, les auteurs – archéologues et ethnologues – ont été plutôt portés à décrire des sociétés pacifiques, laborieuses, unies par diverses formules d’alliance, autant dans la sphère occidentale que dans le bloc communiste. Il a fallu que sur notre continent surgissent les conflits en Bosnie, au Kosovo ou en Tchéchénie pour que le thème de la guerre réapparaisse dans les sujets de recherche. Si l’hypothèse de cette corrélation est juste c’est, par effet miroir, l’histoire contemporaine qui aurait pu servir d’élément déclenchant à l’archéologie des temps les plus anciens.

6Pendant longtemps, traiter de la guerre ou de la violence dans les temps préhistoriques n’allait pas de soi. En effet, plus l’on remonte le temps, plus le dossier est mince et d’interprétation difficile. A ces difficultés méthodologiques s’ajoute la force des idées reçues, notamment pour les temps paléolithiques. Par exemple l’idée que les chasseurs ne stockant pas (sauf à leur stade terminal, épipaléolithique), ils ne créent pas de surplus, de richesses et donc la convoitise n’existe pas. Comment imaginer aussi que dans des populations à démographie basse, les hommes puissent se supprimer entre eux ? De leur côté, certains anthropologues (Sahlins, 1976) ont développé la notion pour ces périodes d’un « âge d’abondance », manger à sa faim contribuant à amoindrir les motifs de tensions. Et ne parlons pas des a priori philosophiques et du mythe paradisiaque d’un âge d’or paléolithique. Tout cela, bien entendu, a beaucoup freiné l’idée que les chasseurs-cueilleurs pouvaient être violents.

7Finalement ce sont des anthropologues culturels qui ont contribué à relancer le débat, entre autres P. Clastres qui a montré que les sociétés de chasseurs-cueilleurs non seulement se battaient mais que la société « primitive » était, par essence, guerrière. Ou encore L. Keeley qui a reproché à ses collègues d’avoir campé dans leurs écrits un passé pacifié, fort loin selon lui de la réalité. En archéologie, ce sont souvent des découvertes inattendues qui ouvrent de nouvelles perspectives et ont un effet d’entraînement. Je prends trois exemples :

81) ainsi de la découverte, en 1991, dans les Alpes austro-italiennes, de la momie d’Otzi, datée vers 3200 avant notre ère. La dépouille est dans un bon état de conservation et, de plus, vêtements et équipement sont conservés. Première interprétation : ce sujet est mort de froid. Puis, la dépouille ayant été livrée par les chercheurs autrichiens à leurs collègues italiens, ceux-ci ont découvert que le sujet a reçu un projectile, probablement mortel, dans l’épaule gauche. Le malheureux n’est donc pas mort de froid mais a succombé à un tir meurtrier. En 2003, on découvre qu’il y a du sang séché sur la lame de son poignard, sur sa cape et sur deux de ses flèches. Comble de l’horreur : non seulement ce n’est pas le sang d’Otzi mais aucun de ces quatre sangs n’appartient à la même personne. Du coup Otzi devient louche : peut-être s’agit-il d’un « serial killer » qui n’a eu que le sort qu’il méritait.

9On voit donc l’enchaînement des scénarios successifs dès lors que les techniques à la disposition de l’archéologue deviennent plus pointues. Dans ce cas, on est passé de l’hypothèse d’un montagnard pacifique à celle d’un milieu où la violence se déchaîne.

102) Second exemple, celui du massacre de Talheim, en Bade-Wurtenberg, daté vers – 5000. Jusque dans les années 80, on se représentait les premiers agriculteurs de l’Europe tempérée migrant vers l’Ouest depuis le Sud-Est du continent comme de petites communautés pacifiques et solidaires dans leur colonisation d’un milieu réfractaire : la forêt post-glaciaire qu’ils devaient défricher pour y installer leurs champs. Or la découverte en 1983 d’une fosse commune dans laquelle gisaient les dépouilles de 34 personnes (18 adultes, hommes et femmes, et 16 enfants) fit un peu l’effet d’une douche froide chez les archéologues. Les crânes des victimes avaient été fracassés à coup de hache, les chocs ayant été donnés sur des sujets debout, essayant sans doute de se protéger ou de fuir. Bras, jambes et bassins avaient aussi subi des traumatismes. Bref, il s’agissait d’une tuerie au sein même de la société du Néolithique ancien à céramique à décor rubané. Les raisons n’en sont pas connues mais d’autres cas de figure contemporains ont, depuis, été identifiés (Wahl et Konig, 1987).

113) Ceci a incité d’autres chercheurs anthropologues à réviser des restes plus anciennement mis au jour afin de voir si des traumatismes n’étaient pas passés inaperçus. Et c’est ainsi que les sujets mésolithiques issus de deux fosses dans la grotte d’Ofnet, en Bavière, ont été revus. Il s’agit respectivement de 28 crânes et de 6 crânes et de diverses vertèbres cervicales se rapportant à une population de tous âges. Le réexamen de ces vestiges a révélé des traces de découpe sur les vertèbres cervicales, indice d’actes de décapitation. De plus, six sujets au moins ont reçu des coups mortels sur la tête. Les chasseurs-cueilleurs n’étaient donc pas moins violents que leurs successeurs néolithiques (Orschiedt, 2005).

12L’amélioration des techniques de laboratoire dans le cas d’Otzi, une fouille d’urgence dans le cas de Talheim, le réexamen des vestiges anthropologiques à propos d’Ofnet : autant de démarches qui ont mis ou remis la violence au cœur des problématiques archéologiques.

13Peut-on donc, dans une perspective de longue durée, dresser un rapide bilan et en tirer quelques conclusions provisoires ?

1. La violence paléolithique

14Ce dossier a été récemment synthétisé par I. J. N. Thorpe (Thorpe, 2005) auquel je renvoie. Cet auteur fait observer que blessures ou cicatrices existent sur des ossements du Paléolithique ancien. Mais, pour cette période, on se heurte souvent aux difficultés à établir des diagnostics entre traumatismes vrais et avatars post-dépositionnels subis par les vestiges. Les néandertaliens offrent, pour leur part, un bilan plus fourni. Des sujets porteurs de traumatismes avérés ont été décrits sur divers sites : Shanidar (Irak), Kebara, Tabun, Skhul (Israël), la Ferrassie, la Chapelle-aux-Saints, Saint-Césaire (France), etc. Certains auteurs tel Brothwell soutiennent, pour expliquer les blessures observables sur un certain nombre de sujets, l’existence d’affrontements plutôt que de simples accidents (Brothwell, 1999).

15La documentation concernant le Paléolithique supérieur est plus ambiguë. Les sources s’élargissent ; les données anthropologiques sont plus nombreuses, l’armement devient plus sophistiqué et l’art constitue une nouvelle source questionnable. Les données restent pourtant assez maigres. On connaît des sujets ayant reçu des flèches fichées dans leurs os : enfant de Grimaldi, femme de San Teodoro (Sicile), vertèbre percée de Montfort à Lizier (Ariège). Dans la grotte Maszycka, en Pologne, des individus ont été décapités, désarticulés et, peut-être, consommés. La donnée la plus intéressante est fournie par la nécropole du Djebel Sahaba (ou site 117) au Soudan, datée du Paléolithique final (Wendorf, 1968). Dans des fosses contenant de un à cinq individus, avaient été déposées les dépouilles de 59 sujets (hommes, femmes, enfants) dont 24 au moins avaient succombé à des impacts de flèches encore fichées dans leurs ossements. Mais il ne s’agit là que d’un chiffre minimal, la plupart des autres disparus ayant, selon toute vraisemblance, péri lors des mêmes agressions. Des armatures de flèches erratiques, trouvées dans les fosses, ont sans doute touché mortellement les chairs d’autres individus. Djebel Sahaba est certainement l’exemple le plus démonstratif d’un conflit paléolithique mettant en jeu une violence meurtrière de masse.

16Les données de l’art quaternaire sont handicapées par la rareté des figurations humaines. Mais on connaît les anthropomorphes représentés dans les grottes du Sud-Ouest de la France (Cougnac, Pech Merle, Combels, Gourdan) qui semblent avoir été transpercés de projectiles. Plus originale est la scène des « acrobates » ou des « suppliciés » de l’Addaura, une cavité des environs de Palerme. Une couronne de personnages bizarres, probablement masqués, très agités, entoure deux sujets ligotés, disposés sur le centre, jambes ramassées sur le postérieur. Une corde semble relier la cheville de ces derniers à un possible nœud coulant fixé au cou. Le moindre geste de redéploiement des jambes, inévitable dans une telle position, entraîne l’étranglement et l’asphyxie des victimes et c’est peut-être le sens de cette scène : l’exécution, sans émission de sang, de deux individus dans un contexte de dramatisation de l’événement.

17Un autre exemple, beaucoup plus étiré dans le temps, mais toujours dans le domaine des chasseurs-cueilleurs, nous est fourni par la Préhistoire australienne. Aux alentours de – 10 000, l’art rupestre de la Terre d’Arnhem, au Nord du pays, connaît des scènes d’escarmouches ou d’affrontements entre deux sujets. A compter de – 6000, on connaît des scènes de combat, voire d’authentiques batailles opposant des dizaines d’individus. Lors de la phase récente, postérieure à – 3000, les panneaux représentant des conflits sont plus fréquents et attestent d’une violence accrue. On retire de ces données l’impression que la complexité sociale grandissante au fil du temps a accentué les causes de conflits au sein de sociétés de chasseurs-cueilleurs (Taçon et Chippindale, 1994).

2. Les derniers chasseurs-cueilleurs : le Mésolithique

18Le dossier de la violence prend soudain plus de poids avec les derniers chasseurs-cueilleurs, ceux qui, quelquefois, adoptent des comportements de semi-sédentarité, voire de sédentarité totale. Un ouvrage leur a même été consacré ces dernières années (Roksandic, 2004). Ainsi entre – 12 000 et – 10 000, les restes anthropologiques des natoufiens du Levant montrent des indices de blessures ou de traumatismes. Des sujets blessés ou tués par flèches ont été reconnus dans les nécropoles de la région des Portes de Fer, sur le Danube (19 blessés sur 57 sujets à Schela Cladovei). Il en est de même des divers cimetières épipaléolithiques du cours du Dniepr (Voloshkoe, Vasilyevka 1 et 3), en Ukraine, où des sujets ayant reçu des impacts de flèches ont été mis au jour.

19Cette augmentation des affrontements peut s’expliquer par la compétition entre communautés désireuses de se fixer sur des territoires riches en ressources diversifiées, c’est-à-dire combinant sur un espace restreint plusieurs niches écologiques. La fixation au sol, la territorialisation ne vont pas sans heurts.

3. Le Néolithique

20L’avènement de l’économie agricole est souvent considéré comme source potentielle de conflits : appropriation par les groupes d’un espace dans la durée, renforcement des frontières et de l’affichage identitaire, richesses alimentaires convoitées (denrées agricoles et troupeaux), pression démographique, compétition pour le pouvoir, montée progressive des inégalités sociales, autant de motifs de dissensions intra et inter-communautaires. Dès les débuts du Néolithique, les massacres de Talheim, Herxeim, Asparn-Schletz en témoignent. Mais c’est vers la fin du Néolithique que le nombre de sujets blessés par flèches ira croissant grâce à une documentation anthropologique plus fournie en raison du développement des sépultures collectives. Des indices, autres que les flèches fichées dans les os, peuvent être questionnés (on doit penser que des sujets atteints dans les parties molles du corps ont aussi pu succomber). Ainsi lorsqu’une sépulture collective livre une documentation montrant une mortalité anormale de jeunes adultes associée à de nombreuses flèches erratiques, l’hypothèse d’un fait de guerre est vraisemblable (hypogée de la Costa de Can Martorell à Dosrius, El Maresme en Catalogne, Mercadal, 2003).

21C’est dans le contexte du Néolithique, au cours des 4e et 3e millénaires avant notre ère, que l’on voit progressivement émerger en Europe l’image du guerrier (j’exclue évidemment de mon propos le monde oriental, égyptien et mésopotamien où des milices sont connues dès – 3000). Bien entendu, il n’existe pas dans l’Europe de ces temps-là ni armées ni guerriers à plein temps. Ce sont les jeunes mâles qui, à certains moments, vont en découdre. C’est dès lors par les armes que le mâle affiche son statut social, qu’il se représente et s’identifie. Et c’est à cette époque que l’on passe progressivement de la célébration du chasseur valeureux à celle du guerrier. Dans des cultures comme la civilisation à céramique cordée ou celle dite du vase campaniforme, les sépultures d’hommes renferment un équipement à base d’armes : arc, carquois, « hache de bataille », poignard, tandis que les tombes féminines se voient attribuer des parures ou des instruments d’artisanat textile. A la même époque cette dichotomie se retrouve sur les statues-menhirs et stèles anthropomorphes qui reflètent une même codification du genre : les femmes sont figurées par des traits biologiques, naturels (les seins), les hommes sont authentifiés par leurs armes (arcs, flèches, haches, hallebardes et, surtout, l’emblématique poignard).

22L’iconographie de cette époque, et notamment celle du Levant espagnol, peut aussi camper des scènes de combat, voire des scènes d’exécution.

4. L’âge du Bronze

23Jusqu’ici le combattant est resté essentiellement un archer, mobile et tirant à distance, même si, à compter du 4e millénaire, le poignard à lame de silex, puis de cuivre et bientôt de bronze, indique la possibilité de corps à corps. Les choses vont changer à partir de – 1500 en Europe avec la généralisation de l’épée. Celle-ci est souvent accompagnée de la pique. Sans renier l’arc, l’on passe donc globalement à une forme de combat rapproché dans lequel l’épée et la pique sont les armes clés. C’est donc un combat de fantassins, non collectif (ce n’est pas encore la phalange d’hoplites), mais un affrontement individuel, une confrontation sous forme de duels. L’engagement est destiné à mettre en valeur les qualités personnelles du guerrier pour en faire potentiellement un héros.

24Apparaissent alors les armes défensives de métal : casques, cuirasses, boucliers, jambières. La guerre est un moteur économique fort qui dope l’industrie métallurgique, une large part des productions bronzières étant des armes. Des sépultures de guerriers ou de personnages en armes apparaissent, surtout à compter du 13e siècle. La présence, à côté des armes, d’éléments de toilette (pince à épiler, rasoir) ou de parures montre que ces combattants soignent aussi leur physique (cf. les miroirs figurés sur les stèles du Sud-Ouest ibérique). La montée de l’insécurité explique, vers les débuts du 1er millénaire, le perchement des sites et le développement des fortifications. Tout ceci donne l’impression d’une forte compétition dans un contexte politique instable où l’usage de la force favorise l’émergence de guerriers au service d’aristocrates. La guerre devient une culture en ce sens qu’elle concurrence la production, le travail de la terre, comme tremplin vers le pouvoir, une façon de parfaire son statut ou de l’améliorer.

*

25Cette rapide trajectoire nous permet d’ébaucher une esquisse de la violence tout au long des temps préhistoriques et de construire peu à peu une image toujours plus fine des comportements humains en ce domaine. Violence et guerre sont désormais des sujets inscrits dans les problématiques archéologiques. D’autres thèmes pourtant ne vont pas de soi : ainsi du cannibalisme qui semble patent en Europe dès Homo antecessor, il y a 800 000 ans, dans le site de Gran Dolina (Atapuerca, Burgos, Espagne) et dont les indices sont attestés tout au long de la préhistoire, mais qui reste pour autant un sujet irritant. Même gêne en ce qui concerne l’esclavage, possible pour le Néolithique et l’âge du Bronze mais qui ne peut que rester à l’état d’hypothèse en raison de l’absence handicapante de textes.

26On ne doit pas pour autant mésestimer les difficultés. Les faits archéologiques bien observés sont rares, même si le dossier s’épaissit. On risque donc la surévaluation comme la sous-évaluation. Faut-il considérer un fait de violence ou de guerre préhistorique comme représentatif d’un comportement général ou ne doit-on lui accorder qu’une valeur très ponctuelle, anecdotique ? C’est le débat qui oppose les anthropologues comme L. Keeley (pour qui l’humanité a toujours conservé, depuis ses débuts, un fonds de barbarie guerrière) et R. B. Ferguson qui voit la Préhistoire comme un monde pacifique dans lequel la guerre n’apparaît que tardivement, tout en demeurant peu fréquente (Ferguson, 2004). L’analogie ethnologique, souvent sollicitée (cf. P. Clastres), a aussi ses limites : certaines populations considérées traditionnellement comme guerrières ne sont vraiment devenues belliqueuses qu’une fois entrées en contact avec les colons européens (Ferguson, 1995).

27Que des preuves de violence ou de guerre viennent s’ajouter à la documentation actuelle ne nous en dira pas forcément davantage sur les raisons de ces affrontements. On a tendance à mettre en avant des causes économiques ou démographiques. Mais l’on sait que des motifs d’ordre psychologique (ruptures d’alliance, rapts, problèmes frontaliers, vexations, injures, superstitions, envie d’en découdre) sont aussi de puissants facteurs de confrontation.

28Si la violence paraît ancienne, la guerre, en l’état des données – mais celles-ci sont-elles représentatives ? – ne semble attestée que vers la fin des temps paléolithiques et ne cesse de progresser en même temps que la complexité sociale. Au risque de surinterpréter la documentation archéologique, on peut faire l’hypothèse qu’à ses origines paléolithiques et mésolithiques, les motifs, sans pour autant souscrire à une explication unique, en sont principalement économiques : le facteur déclenchant serait le souci d’assurer avec la sédentarisation la base alimentaire, l’accès aux ressources. Avec le Néolithique, la production et le stockage de denrées, les surplus, les stress démographiques ont certainement accentué les motifs de conflits. Mais dès la fin du Néolithique, le renforcement de la compétition entre villages ou au sein de ceux-ci fait progressivement apparaître un modèle masculin qui est déjà le stéréotype du guerrier. Celui-ci ne deviendra que beaucoup plus tard un acteur « à plein temps » de la scène européenne et de cette mutation, lors de l’âge du Bronze sans doute, l’archéologie témoigne : sophistication des armes, personnalisation des affrontements, culte du héros, apparition d’aristocraties guerrières (Kristiansen, 1999). Outre la diversité des motifs qui peuvent la générer, la guerre, à travers le contrôle par les élites des flux économiques et des réseaux de biens de prestige, est alors devenue un tremplin social.

Bibliographie

S. Balakin et D. Nuzhnyi, 1995, The Origins of graveyards. The Influence of Landscape Elements on Social and Ideological Changes in Prehistoric Communities, Préhistoire Européenne, Liège, 7, pp. 191-202.

F. Bocquentin, 2003, Pratiques funéraires, paramètres biologiques et identités culturelles au Natoufien : une analyse archéo-anthropologique, Thèse, Université Bordeaux I.

B. Boulestin, 1999, Approche taphonomique des restes humains. Le cas des mésolithiques de la grotte des Perrats et le problème du cannibalisme en Préhistoire récente européenne, BAR International Séries, 776, Oxford.

D. R. Brothwell, 1999, Biosocial and Bioarchaeological aspects of conflits and warfare, in J. Carman et A. Harding (dirs.) : Ancient Warfare, Sutton, Stroud, pp. 25-38.

J. Carman et A. Harding (dirs.), 1999, Ancient Warfare. Archaeological Perspectives, Sutton, Stroud.

P. Chambon, 1999, Du cadavre aux ossements. La gestion des sépultures collectives dans la France néolithique, Thèse, Université de Paris 1.

P. Clastres, 1997, Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives, Editions de l’Aube, Marseille.

L. Dams, 1984, Les peintures rupestres du Levant espagnol, Picard, Paris.

R. Drews, 1993, The end of the Bronze Age. Changes in Warfare and the Catastroph ca 1200 BC, Princeton University Press.

R. B. Ferguson, 1995, Yanomami Warfare : a Political History, School of American Research Press.

R. B. Ferguson, 2004, La naissance de la guerre, La Recherche, 373, mars, pp. 51-56.

J. Guilaine Et J. Zammit, 2001, Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, Seuil, Paris.

J. Haas, 1990, The Anthropology of War, Cambridge University Press.

M. K. Jackes, 2004, Osteological evidence for Mesolithic in Neolithic violence : problems of interpretation in M. Roksandic (dir.) : Violent Interactions in the Mesolithic. Evidence and meaning, BAR International Series, 1237, Oxford, pp. 23-39.

J. Keegan, 1996, Histoire de la guerre. Du Néolithique à la guerre du Golfe, Dagorno, Paris.

L. Keeley, 1996, War before Civilization, Oxford University Press, New-York/Oxford.

R. C. Kelly, 2000, Warless Societies and the origin of War, University of Michigan Press, Ann Arbor.

K. Kristiansen, 1999, The emergence of warrior aristocraties in later European Prehistory and their long-term history, in J. Carman et A. Harding (dirs.) : Ancient Warfare. Archaeological Perpectives, Sutton, Stroud, pp. 175-189.

M. C. Lillie, 2004, Fighting for your Life ? Violence at the Late-glacial to Holocene transition in Ukraine, in M. Roksandic (dir.) : Violent Interactions in the Mesolithic. Evidence and meaning, BAR International Series, 1237, Oxford, pp. 89-96.

D. Lewis-Williams, 2002, The Mind in the Cave : Consciousness and the origins of art, Thames and Hudson, London.

O. Mercadal, 2003, La Costa de Can Martorell (Dosrius, El Maresme). Mort i violencia en une comunitat del litoral català durant el tercer millenni A. C., Laietania, 14, Mataro.

J. Orschiedt, 2005, The Head burials from Ofnet cave : an example of warlike conflict in the Mesolithic, in M. Parker Pearson et I. J. N. Thorpe (dirs.) : Warfare, Violence and Slavery in Prehistory, BAR International Series, 1374, Oxford, pp. 67-74.

R. H. Osgood et Monks S., 2000, Bronze Age Warfare, Sutton, Stroud.

M. Parker Pearson, 2005, Warfare, violence and slavery in later prehistory : an introduction, in M. Parker Pearson et I. J. N. Thorpe (dirs.) : Warfare, Violence and Slavery in Prehistory, BAR International Series, 1374, Oxford, pp. 19-34.

M. Parker Pearson et I. J. N. Thorpe (dirs.), 2005, Warfare, Violence and Slavery in Prehistory, BAR International Series, 1374, Oxford.

M. Roksandic, 2004, Contextualizing the evidence of violent death Mesolithic : burials associated with victims of violence in the Iron Gates Georges, in M. Roksandic (dir.) : Violent Interactions in the Mesolithic. Evidence and meaning, BAR International Series, 1237, Oxford, pp. 53-74.

M. Roksandic (dir.), 2004, Violent Interactions in the Mesolithic. Evidence and meaning, BAR International Series, 1237, Oxford.

M. Sahlins, 1976, Age de Pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Gallimard, Paris.

P. Taçon et C. Chippindale, 1994, Australia’s Ancient Warriors : Changing Depictions of Fighting in the Rock Art of Arnhem Land, NT, Cambridge Archaeological Journal, 4, 2, pp. 211-248.

I. J. N. Thorpe, 2005, The ancient origins of warfare and violence, in M. Parker Pearson et I. J. N. Thorpe (dirs.) : Warfare, Violence and Slavery in Prehistory, BAR International Series, 1374, Oxford, pp. 1-18.

S. Vencl, 1991, Interprétation des blessures causées par des armes au Mésolithique, L’Anthropologie, 95, pp. 219-228.

S. Vencl, 1999, Stone Age warfare, in J. Carman et A. Harding (dirs) : Ancient Warfare. Archaeological Perspectives, Sutton, Stroud, pp. 57-72.

J. Wahl Et H. G. König, 1987, Anthropologisch traumatologisch Unyersuchung der meuschlichen Skelettreste aus dem bankeramischen Massengrab bei Talheim, Kreis Heilbronn, Funderberichte aus Baden-Wurtemberg, 12, pp. 65-193.

F. Wendorf (ed.), 1968, The Prehistory of Nubia, Southern Methodist University Press, Dallas.

Auteur

Professeur honoraire au Collège de France, 11 place Marcellin Berthelot 75005 Paris

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540