Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence(s) de la préhistoire à nos jours

 | 
Marie-Claude Marandet

Avant-propos

Marie-Claude Marandet

Texte intégral

1La violence est aujourd’hui particulièrement médiatisée ; la presse et surtout les journaux télévisés utilisent abondamment les faits-divers dramatiques liés à celle-ci ; le nombre d’entrées sur Google la concernant me semble constituer un indice de l’inquiétude ou, tout au moins, de l’intérêt qu’elle suscite : 98 400 000 contre, par exemple, 33 200 000 pour le mot « république » et seulement 8 910 000 pour le mot « démocratie ».

  • 1 Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, (...)

2Les violences, si l’on se réfère aux travaux de Robert Muchembled, n’ont cessé de décroître depuis le Moyen Âge, essentiellement par autocontrôle des pulsions agressives et désarmement généralisé des populations. Les brutalités et homicides sont en baisse constante depuis le XIIIe siècle, passant de 100 à un ; ce serait l’interdiction des armes par Louis XIII, sauf pour l’armée et la maréchaussée, qui ferait diminuer la violence qui ne s’exercerait plus qu’avec les poings, les armes improvisées. Notre civilisation, dit-il, est globalement apaisée, contrairement aux idées actuelles1. En 2009, en France, le taux d’homicides volontaires était de 1,78 pour 100 000 habitants contre 10 pour 100 000 entre 1600 et 1650, contre 50 en Amérique Centrale et du Sud, ce qui était peut-être le taux médiéval. Il existe donc un hiatus entre la réalité et la perception qu’on en a. Si la violence est bien moindre qu’elle ne l’était autrefois, on assiste toutefois, en France, en 2010, à une augmentation des violences contre les personnes de l’ordre de 2,5 %.

3L’effort des sociétés a été constant pour expulser la violence ou au moins la limiter par les règles, les lois, l’usage de la menace spirituelle : l’Enfer promis aux pécheurs… Le pardon toutefois était accordé par le souverain, même aux crimes de sang (lettres de rémission) d’où l’idée d’une violence acceptable, tolérée, au moins au Moyen Âge, alors qu’aujourd’hui elle constitue un tabou majeur.

4Ce colloque consacré à la violence semble correspondre aux inquiétudes actuelles de la population, en fait, il est lié au thème « Violence et ordre social » choisi par le CRHISM, Centre de Recherches HIstoriques sur les Sociétés Méditerranéennes, centre de recherches du département d’histoire de l’université de Perpignan Via Domitia, pour fédérer les travaux de ses chercheurs (titulaires, associés ou étudiants), répartis dans les deux axes permanents de recherche (le projet scientifique pour la période 2008-2010 portait sur deux thèmes : l’espace pyrénéen et ses piémonts : histoire et patrimoine et arts et patrimoines des sociétés méditerranéennes). Des cours de Master 1 et Master 2 reprennent ce sujet : l’ordre social comme objet historique ; normes publiques et privées, transgressions en Méditerranée occidentale ; violences individuelles, violences collectives : typologie de la violence en Méditerranée occidentale.

5Quatre colloques consacrés au thème « Violence et ordre social » ont été prévus, privilégiant l’aire méditerranéenne (rives Nord et Sud), sur la longue durée, de la Préhistoire à nos jours. Le premier, organisé sous ma direction en novembre 2009, fait l’objet de cette publication. Un deuxième colloque aura lieu en mai 2011 dans le cadre du 136e congrès du CTHS qui se tiendra à Perpignan : « Images de guerre, guerre d’images, paix en images » sous la direction de Michel Cadé et de Martin Galinier.

6Sont encore prévus : « Représentants de l’ordre et violences de l’Antiquité à nos jours » (sous la direction de J. -L. Laffont), « Violence (s) et politique (s) de l’Antiquité à nos jours » (sous la direction de N. Marty).

7Ce premier colloque qui s’adressait aux historiens, mais aussi aux juristes, sociologues, anthropologues, psychanalystes travaillant sur le thème de la violence et de sa régulation, ne prétendait pas renouveler totalement le regard porté sur les violences mais voulait, par une approche plurielle, en faisant appel à des méthodes de travail différentes, enrichir notre vision souvent très historique de la violence et, en choisissant un champ chronologique très vaste, de la Préhistoire à nos jours, découvrir l’évolution des notions de normes sociales et d’infraction à celles-ci, ce qui constitue une nouveauté, la violence n’ayant surtout intéressé depuis quelques décennies que les historiens modernistes et médiévistes, il n’est besoin que de signaler les travaux d’Yves Castan, « Honnêteté et relations sociales en Languedoc 1715-1780 », 1974, de Nicole Castan, « Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières », 1980 ; les ouvrages de Jacques Chiffoleau, « Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au XIVe siècle », 1984, de Nicole Gonthier, « Délinquance, justice et société dans le Lyonnais médiéval (fin XIIIe -début XVIe), 1993, la thèse fondatrice de Claude Gauvard, « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge », 1991 ; tous les travaux de ses étudiants dont certains contribuent à cette publication… Des ouvrages collectifs, des colloques ont aussi été consacrés à celle-ci : « La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge », 1996, La violence dans le monde médiéval, 1994, Violence et contestation au Moyen Âge, 1990. Peu toutefois envisagent la violence de façon diachronique, par exemple « Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle, nouvelles approches », 1992 ; « Le mot qui tue : une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours », 2009.

8L’appel à communications prévoyait trois thèmes : sources, historiographie et méthodologie de la violence (la guerre étant exclue). Les violences envisagées étant les violences individuelles, les violences collectives (émeutes, révoltes), ainsi que la violence d’État. Le premier thème devait permettre d’aborder les diverses sources avec leurs apports et leurs limites. Le deuxième « Historiographie » devait intégrer une comparaison de l’histoire de la violence dans divers pays du bassin méditerranéen. Le troisième « Méthodologie » devait comprendre les travaux des historiens de la violence mais aussi des anthropologues et sociologues. Il devait intégrer le discours sur la violence et le crime, en particulier le discours tenu par l’État ; le droit pénal, la répression des violences collectives, les lois d’exception pouvant éclairer les rapports entre ce dernier et la violence.

9Les deux thèmes historiographie et méthodologie n’ont entraîné que peu de communications, deux contributions permettent d’aborder la lecture, la représentation que l’on se faisait ou que l’on se fait aujourd’hui de certaines violences. Les sources et leur utilisation ont, par contre, suscité un certain enthousiasme. Tout ceci sera évoqué dans les conclusions par Michel Cadé.

  • 2 René Girard, La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972.
  • 3 Max Weber, Le savant et le politique, 1919, publication par Julian Freund, 1959.

10Ce colloque permet de vérifier que la violence (la force dont on use contre le droit, contre la loi, contre la liberté publique, contre les personnes ; la force déréglée) habite la communauté humaine depuis les origines ; pour la criminologie moderne, elle est un phénomène socio-culturel, inhérent à toute vie collective, elle serait pour ainsi dire normale. Elle est toujours présente sous les formes les plus diverses, agressions verbales (injures, diffamations), physiques (atteintes aux personnes au cours de rixes, meurtres, homicides), tyrannie de l’État. Effectivement, toutes ces violences apparaissent dans les sources narratives (correspondances même), normatives, les traités juridiques, les archives judiciaires (justices seigneuriales, registres d’enquête) utilisées par les intervenants. Les violences individuelles ainsi que les violences collectives, visant une catégorie, la victime émissaire investie à la fois de la responsabilité de la crise et de sa résolution, créant ainsi l’ambivalence du sacré2, sont présentes. La violence d’État a été abordée, ce dernier revendiquant le monopole de la violence légitime3 pour exécuter les décisions de justice, assurer l’ordre public, ou en cas de guerre ou de risque de guerre (lors de la guerre d’Algérie en particulier). Les pratiques actuelles de l’État fixant des limites juridiques au travail des historiens ont aussi été évoquées.

11Ce colloque auquel ont participé beaucoup de jeunes chercheurs proposant leurs interprétations, leurs hypothèses, ne peut que stimuler la recherche dans ce domaine ; des débats enrichissants ont été suscités par les communications, éveillant peut-être des vocations parmi nos étudiants.

12Quelques regrets subsistent bien sûr : l’absence à ce colloque d’anthropologues, de sociologues ou de psychanalystes qui auraient pu apporter leur propre analyse du phénomène, à partir de sources très différentes.

  • 4 Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1906, 4e édition définitive, Paris, Rivière, 1919. G. S (...)

13Certaines violences n’ont pas été évoquées ou très peu, étant donné les sources utilisées : la violence économique, par exemple, très présente au Moyen Âge ; quelques mauvaises récoltes conduisent les paysans à emprunter au seigneur local, au marchand ou au juriste de la ville voisine, et, ne pouvant rembourser, ils finissent par vendre parfois leur récolte sur pied, par constituer une, puis plusieurs rentes sur leurs terres. En dernier recours, ils vendent leurs parcelles aux notables, a réméré parfois, mais, le plus souvent, faute de remboursement, ces ventes deviennent définitives. Plus généralement, les relations entre société et violence, le rôle que tient cette dernière dans les rapports sociaux4 n’ont pas été traitées.

  • 5 Dominique Barthélemy, L’an Mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et médiévale 980-1060, Par (...)
  • 6 Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

14De même, l’infra-judiciaire, c’est-à-dire les médiations et compensations financières, qui font que peu d’atteintes aux personnes, peut-être, passent en justice (au Moyen Âge tout au moins) n’est guère apparu. Qu’il y ait ou non un État, ce système existe. Si la notion de vengeance, de faide, est présente, le sont aussi la composition, la discussion, l’entente qui y mettent fin5. Une régulation, une résolution des conflits existe au Moyen Âge et probablement plus récemment, la violence n’est pas illimitée6.

15Tout ceci sera peut-être évoqué dans les prochains colloques.

Notes

1 Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008.

2 René Girard, La violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972.

3 Max Weber, Le savant et le politique, 1919, publication par Julian Freund, 1959.

4 Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1906, 4e édition définitive, Paris, Rivière, 1919. G. Sorel fut ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Perpignan jusqu’en 1892.

5 Dominique Barthélemy, L’an Mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et médiévale 980-1060, Paris, Fayard, 1999.

6 Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540