Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle

 | 
Emile Eadie
, 
Liliane Fardin
, 
Rodolphe Solbiac

Marius Gottin : Hommage posthume

Emile Eadie

Texte intégral

1Marius, mon Ami, me voilà devant ta dépouille, avec tes autres amis rassemblés. MARIE-LINE m’a sollicité pour cette prise de parole d’hommage, j’ai accepté en toute humilité par devoir de grande amitié.

2Je commence par m’incliner très respectueusement devant la douleur de tes familles, de tes enfants, de tes petits enfants, de Marie Line, de ta famille du SERMAC.

3La presse, où tu as beaucoup d’amis, a beaucoup parlé de toi déjà ou écrit à ton sujet. Je vais donc m’attacher à la trace, au sillon, que tu as laissé dans notre Martinique. Nous devons cette notion de sillon à Marie Curie, femme de science d’origine polonaise. Mais je compare ton sillon à une rivière pour marquer sa profondeur.

4Bien sûr que ce sillon tu l’auras tracé avec les outils que tu auras su manipuler à travers tes activités culturelles différentes, tes relations avec les autres, au pays, mais aussi dans le monde.

5L’amour est certainement le premier de ces outils puisque j’ai eu l’occasion de noter ceci :

« Marius aimait naturellement toutes sortes de gens. »

6Il faut admettre qu’aujourd’hui, si tous tes amis sont priés de revêtir pantalon et chemise, c’est bien pour signifier que tu places tous les hommes et femmes sur le même plan et les considèrent avec le même regard.

7C’est dans cette philosophie, si l’on peut dire, qu’il faut placer la générosité, le respect, que tu donnes à chacun dans ton accueil. Il n’est pas faux d’affirmer que pour toi : « tout moun sé moun ».

8Mais ce comportement mû par l’amour n’empêche pas à Marius d’exercer son discernement pour savoir sur qui vraiment compter.

9Et au-delà des hommes et des femmes, MARIUS aimait profondément ce pays qu’est la Martinique. Il y retourne en 1974, après les évènements de Chalvet qui l’ont beaucoup secoué.

10Ton EDUCATION, est assurément un autre outil d’importance. Tu en as parlé en 2009 et 2010, à l’occasion de conversations sur l’état de notre société, du pays.

11Un coup de projecteur sur la famille d’où tu viens.

12Tu es fils de la sœur de Me Manville et de Monsieur Gottin, défenseur de la classe ouvrière, militant communiste exemplaire que nous avons bien vu dans les défilés de 1er mai. Aux obsèques de Me Manville nous avons appris que son père lui avait recommandé d’attacher son char à une étoile. Mais le père de Me Manville est, aussi et tout simplement, le grand’père de Marius. La parole chère à nos aînés, donc à la mère de Marius est :

« Ti bolom moin lé ou fè en sujet ba moin ».

13L’exigence étant donc la vertu capable de servir l’ambition, c’est pourquoi Marius avait beaucoup de respect pour sa mère.

14Cette éducation exigeante a nourri le travailleur consciencieux rencontré au SERMAC, à Radio Balisier ou au service des sports de la ville.

15Un autre outil d’importance est certainement l’homme de culture élaboré à partir du goût pour les langues maîtrisées et d’une facilité à les aborder. Il faut ajouter le goût pour les littératures et les musiques de tous les genres y compris notre musique traditionnelle sur laquelle tu as beaucoup dansé.

16Tout cet acquis favorise du même coup l’ouverture au monde et non la fermeture due à l’inertie, à l’absence de volonté de transformer les choses.

17Avant d’aborder un dernier outil important, il faut citer des outils comme l’esprit critique manifesté dans les écrits de presse, en particulier, mais qui est constamment permanent dans sa vie quotidienne ; l’activité théâtrale qui l’a aussi aidé à progresser personnellement et l’autorise à voir dans le théâtre un moyen de transformer l’homme.

18Le dernier outil auquel je m’arrête, c’est l’homme de contact et de communication, qui a une complicité fine avec Aimé Césaire, et dont la réflexion est bâtie autour de l’action socioculturelle, l’action culturelle et la politique culturelle. Marius est fier du Nègre Aimé Césaire, il admire l’homme de lettres et de culture, son œuvre, et en particulier, sa poésie. Vous voyez, par conséquent, c’est l’homme qu’il fallait pour produire « Insurrection perlière » constitué d’extraits de l’œuvre d’Aimé Césaire. C’est Marius, lui-même, qui a choisi les dénominations « Insurrection perlière » et « DODINE ».

19C’est dans les dimensions de ce dernier outil qu’il y a lieu de placer :

20L’action à radio Balisier et la formation de journalistes actuellement en exercice à la Martinique ;

21L’action éducative auprès de la jeunesse la moins nantie ;

22Son adhésion au projet des « Humanités créoles » mis en œuvre avec Bernard Alaric, son ami, IPR de mathématiques. Son adhésion à ce projet signifie que même en étant ouvert au monde il n’y a pas à se diluer dans l’universel.

23En demeurant aussi un homme de paroles, un homme de « transfert de paroles » (comme dit Lucien Polénor), Marius exprime son ancrage dans la culture martiniquaise sur l’oralité, c’est aussi exprimer sa liberté. Marius est incontestablement un homme de gauche épris de liberté.

24Je termine, MARIUS, sur une observation transmise par un proche qui avait décelé un changement chez toi lorsque tu as habité rue du Chapeau l’évêque. Tu étais devenu plus exigeant pour tout ce qui concerne le pays, la Martinique.

25 Enfin, Marius, tes amis peuvent dire : voilà les outils que tu as mis en œuvre pour creuser ton sillon. Ce sillon est ton œuvre. Et maintenant, va Marius, accompagne le poète qui nous a précisé :

  • 1 Aimé Césaire, Cahier d’un Retour au Pays Natal, Œuvres complètes, tome 1, Poèmes, Fort-de-France, (...)

« Il n’est pas vrai que l’œuvre de l’homme est terminée
Que nous n’avons rien à faire au Monde
Que nous parasitons le Monde
L’œuvre de l’homme ne fait que commencer. »1

26Salut, MARIUS, comme nous te regrettons.

27Cimetière du Trabaud, 23 juin 2011, 16 heures.

Notes

1 Aimé Césaire, Cahier d’un Retour au Pays Natal, Œuvres complètes, tome 1, Poèmes, Fort-de-France, 1976, ed. Désormeaux, p. 71.

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540