Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle

 | 
Emile Eadie
, 
Liliane Fardin
, 
Rodolphe Solbiac

IV – Histoire des techniques

Une médecine traditionnelle à base de plantes. Un héritage à conserver

Geneviève Leti

Texte intégral

1S’il existe une tradition qui perdure aux Antilles, c’est bien celle des plantes médicinales et de leur utilisation par la population. Rares sont ceux qui n’ont pas pris un bain où ont infusé, au soleil, des plantes comme le bois carré, le balai doux, ou des feuilles de corossol pour lutter contre les boutons de chaleur par exemple, ou encore des tisanes d’atoumaux, de citronnelle ou d’hibiscus (on dit coquelicot) bues pour mettre fin à une toux ou à un rhume pour ne citer que ces maladies bénignes. C’est qu’aux Antilles, tout le monde se targue de connaître les plantes et vous trouvez toujours quelqu’un pour vous donner une recette, la recette qui convient à votre maladie ! D’autre part, nombreux sont les guérisseurs qui tiennent toujours une place, reconnue ou non, et qui se proposent de guérir leurs patients souvent à partir de plantes médicinales dont ils connaissent les vertus. Ne les appelle-t-on pas « docteur feuilles » à Haïti ?

2Le succès des nombreux livres parus sur ce sujet, les vendeuses de simples au marché et même certaines émissions télé ou radio assurent la perpétuation d’une tradition ancestrale dont les racines remontent aux premiers temps de l’esclavage et même au-delà, car tous les peuples qui ont contribué à la constitution de la population actuelle ont apporté les médications et la connaissance des plantes de leur ancienne patrie.

Comment expliquer un rapport aussi étroit entre population et thérapeutique par les plantes sous nos latitudes ?

3Pour cela, il faut remonter dans le passé, à une époque où pratiquement n’existait que la thérapie par les plantes et ce, dès l’époque des Amérindiens.

Écoutons Descourtilz, (la flore médicale des Antilles 1824) : « Ce n’est pas l’arrivée de l’Européen aux Antilles qui a procuré au Caraïbe des moyens curatifs pour tous ses maux, son instinct (moi, je dirai son expérience) les lui avait depuis longtemps fait connaître. Ce n’est pas l’établissement d’aucune officine, ou d’aucune pharmacie, que le vieux et robuste Africain doit sa force et sa santé ; c’est à la découverte et à l’emploi des simples qu’il a reconnues propres à détourner de lui toute affection morbifique »

4On sait que les Caraïbes connaissaient le roucou qui mêlé à l’huile de palme donnait une peinture rouge dont ils se teignaient le matin et qui les protégeait des coups de soleil et des piqûres de moustiques, ils utilisaient aussi la goyave contre les maux de ventre. Ce sont eux qui ont appris aux Européens et aux Noirs comment utiliser le manioc amer sans s’empoisonner et faire de la farine ou encore à guérir les morsures de serpents qui pullulaient dans l’île (par exemple en utilisant les feuilles de tabac) et à éviter de consommer du mancenillier ou les poissons en ayant consommé.

  • 1 Descourtilz : Flore médicale des Antilles (8 tomes)

5A l’époque de l’esclavage, nous assistons à une mondialisation avant la lettre de la botanique. Alors que notre île possède de nombreuses plantes, on en a aussi fait venir de toutes les parties du monde, surtout après la création du Jardin des plantes de St Pierre au début XIXe siècle. Une partie de la surface était réservée à la naturalisation de nombreuses plantes médicinales qui étaient ensuite distribuées gratuitement à la population pauvre. Dans le même temps on assiste à un effort de nomenclature des plantes tropicales destinées à guérir et aussi à leur utilisation pratique1.

Qui soigne à l’époque de l’esclavage ?

6L’île manquant de médecins, et éloignée de la métropole, devait trouver sur place les moyens de se soigner surtout dans les périodes d’épidémie.

7Aussi voit-on apparaître, à côté d’un groupe de médecins formés dans les facultés métropolitaines, dès le début de la colonisation, un groupe de soigneurs assez hétérogènes et ce, malgré les nombreuses interdictions, car dans notre île on confond souvent guérisseurs et empoisonneurs. En effet, suite aux lois de 1743 qui punissent le crime d’empoisonnement aux Antilles, souvent, il faut bien le dire, sans aucune preuve matérielle, on condamne les prévenus à la peine de mort. Ils peuvent être des guérisseurs, connus pour leur utilisation des simples. En dépit de cela, ils continuent à prospérer dans l’île et la réédition des nombreuses lois à leur encontre, montre que le système perdure envers et contre tout.

8Ces thérapeutes ont des noms variés : empiriques, panseurs, guérisseurs, séanciers, sorciers, quimboiseurs, charlatans, magnétiseurs, psylles, devins...

  • 2 Rufz de Lavison, Études statistiques…, p. 66.

9Selon la loi, ils ne devaient soigner que les morsures de serpents et le pian, mais, avec la rareté des médecins dans les campagnes, ils sont amenés à soigner toutes sortes de maladies mêlant magie et utilisation de simples. Selon le Dr Rufz de Lavison, « On aime à médicamenter aux colonies, c’est un goût du pays, c’est un plaisir tout comme ailleurs de converser ou de faire de la musique. Tout homme déclassé de sa profession, toute femme qui commence à vieillir, se fait médecin et trouve une clientèle. On parle de cataplasme de madame X, de lavement de monsieur X.2 »

10La seule qui ait un rôle reconnu sur l’habitation est celle que l’on appelle « hospitalière », surtout depuis la loi de 1786 : l’habitant ayant plus de 20 esclaves est tenu d’avoir une infirmerie (qu’on appelle hôpital). Elle seconde le médecin avec qui l’habitant propriétaire a signé un contrat. L’hospitalière apporte les premiers soins et use de ses connaissances botaniques, pour apporter les premiers soins. Cela explique que, non loin de l’infirmerie, il y ait un jardin de plantes médicinales où on trouve de tout en particulier l’herbe à vers ou semen contra, (qui servait entre autres à purger les enfants qui décédaient souvent suite « à des crises de vers ») des tamariniers, des cassiers…

11Elle est perçue comme l’auxiliaire privilégié du médecin. Elle doit être non seulement une femme propre, mais aussi relativement instruite pour suivre les prescriptions médicales.

  • 3 Cité par Gabriel Debien, Plantations et esclaves.

12Stanislas Foëche3, un planteur écrit ceci « Une bonne hospitalière est un sujet précieux. Elle doit être aussi intelligente pour distinguer le commencement, la période et le déclin dans les accès de fièvre et en rendre compte au chirurgien qui ne peut suivre constamment les malades. Il faut qu’elle sache panser les malingres, et qu’elle connaisse les différents moyens qu’il est nécessaire d’employer et surtout qu’elle soit assez ferme pour résister aux demandes indiscrètes des malades et empêcher que leurs parents et amis ne leur apportent ce qui pourrait leur nuire. Si elle remplit son devoir avec zèle il faut la traiter aussi bien que le premier commandeur. Après lui c’est le sujet le plus utile à l’habitation. Si l’habitation est considérable il faut lui donner pour l’aider une jeune négresse intelligente afin de la former, sans quoi la perte de l’hospitalière serait très fâcheuse ». Certains habitants préconisent deux infirmières pour une habitation de 300 esclaves et plus en temps d’épidémie car il faut adapter les secours aux besoins.

13Chargées du linge, de la préparation des remèdes et tisanes ordonnées par le médecin, des aliments des convalescents, elles doivent veiller à ce que les malades couchent à l’hôpital, qu’ils se baignent.... Elles doivent suivre les malades, noter les crises dont ils ont été l’objet, pour en rendre compte au médecin lors de sa visite journalière ou hebdomadaire.

14Elles l’accompagnent lors de ses consultations à l’hôpital et lors des visites impromptues des ateliers pour dépister les porteurs de maladies vénériennes qui rechignent à se faire traiter.

15L’hôpital est donc sous leur surveillance constante. Suivant un autre planteur Poyen de Sainte Marie « Elles doivent connaître les simples, savoir préparer toutes les tisanes possibles, les sirops, la nourriture des convalescents ; mais sa principale qualité est l’autorité. Les petits maux ordinaires, c’est à elle de les soigner sans avoir à faire appel au chirurgien. Elle est responsable des divers objets de l’hôpital, du linge ; c’est à elle de faire les pansements. Elle rend compte au gérant, au colon ou au chirurgien des événements de la nuit, de l’état des malades ».

16En général elle est amenée à soigner près de 10 % de l’atelier en temps normal et en cas d’épidémie, c’est souvent un quart de l’atelier qui est atteint et elle est astreinte à de lourds horaires d’autant plus qu’elle dort sur place et détient la clé de l’infirmerie.

17A la longue, elle acquiert des notions de médecine et une bonne connaissance des plantes. Connaissance qui peut lui être nuisible car lors des procès d’empoisonnement qui ont été nombreux dans notre île, elle peut être la première suspectée et payer de sa vie sa trop bonne connaissance des simples. On peut noter aussi qu’au contact des chirurgiens attachés à la propriété, elles acquièrent des connaissances disons plus scientifiques.

18A côté des hospitalières, on trouve les garde-malades dans les villes : ce sont presque uniquement des femmes de couleur libres qui hébergent et soignent chez elles les malades qui viennent les trouver surtout des militaires et marins métropolitains. Elles sont amenées à traiter tous les types de maladies, et en temps d’épidémies, elles deviennent des auxiliaires indispensables. On les surnomme par dérision « les docteurs en jupe ». Elles aussi connaissent bien les plantes Elles sont donc amenées à traiter tous les types de maladies, et en temps d’épidémies, elles deviennent indispensables. Il faut aussi remarquer que si les femmes de couleur sont aussi achalandées, lors des épidémies de fièvre jaune par exemple, c’est qu’elles apportent une certaine humanisation des soins qui manque alors à l’hôpital. Les médecins, alors bousculés par l’urgence des secours, n’ont pas le temps de se pencher sur chaque malade comme il le faudrait. Les métropolitains, souvent loin de chez eux, recherchent un certain réconfort et pourquoi pas la tendresse que leur apportent ces femmes. La peur de l’hôpital, milieu jugé malsain, est aussi à mettre en relation avec la notoriété de ces gardes-malades, de ces « hospitalières » à domicile.

Quelles maladies soignent-ils ?

19A l’époque, la population est confrontée à un certain nombre de maladies regroupées sous les noms génériques de dysenteries, c’est-à-dire tout ce qui est en rapport avec les maux de ventre, les maladies de poitrine, les fièvres, en particulier la fièvre jaune qui a particulièrement préoccupé les autorités car on pensait que les natifs de l’île étaient immunisés et que cette maladie frappait surtout les Européens nouvellement arrivés et non encore habitués au climat…

20On pensait que c’étaient les changements de température qui étaient responsables de la mauvaise santé des habitants : la dysenterie serait provoquée par exemple par le fait de boire de l’eau froide quand on a chaud ; les maladies de poitrine, la tuberculose dite phtisie par exemple frappaient une grande partie de la population : on pensait que cela était dû au fait que l’on s’était déshabillé dans un courant d’air…

21On incriminait aussi les conditions de vie et de travail déplorables : l’eau serait cause de dysenterie, de bilharziose, les chiques infestaient les pieds mais aussi d’autres parties du corps de tous les va nu pieds… Les conditions de vie des esclaves variaient d’une habitation à l’autre, celles des hommes de couleur libres varient aussi en fonction de leur situation, c’est ainsi qu’on voit de nouveaux libres, à partir de 1830 où leur nombre se développe, habiter dans ce qu’on appelle des cours ou dans des zones qu’on peut appeler bidonvilles avant la lettre : signalons à Fort de France, de l’autre côté du canal actuellement boulevard Général de Gaulle la ville noire ou Crozanville qui se développe à partir des années 1830.

22La mortalité infantile est très importante surtout lors des épidémies : diarrhées, fièvres, vers, rougeole, choléra, variole, oreillons, pians, scarlatine, coqueluche… On peut citer comme autres maladies : la lèpre, le vitiligo dit nègre pie, les ulcères, l’éléphantiasis dit aussi gros pieds ou jambes de la Barbade, les malingres, auxquels s’ajoutent les méfaits des boissons alcoolisées en particulier la démence…

23Pour toutes ces maladies il n’y avait pas 36 manières de se soigner : vomitifs, purgatifs, frictions, saignées, bains…

  • 4 Dutrouleau, Topographie médicale…, p. 117.

24Dutrouleau signale que le coup de soleil « réputé par le vulgaire pour être une maladie primitive et particulière du cerveau due à l’insolation a été longtemps abandonné aux soins des docteurs en jupe, toujours disposées dans nos colonies à monopoliser au profit des simples du pays la cure des maladies locales dont elles prétendent seules posséder le secret. »4

Mais comment et où trouver les plantes adéquates ?

25Aux Antilles et plus précisément à la Martinique, la médecine traditionnelle a longtemps tiré l’essentiel de ses remèdes de l’environnement immédiat car la Martinique offre à profusion des plantes curatives. Mais le côté magique est indissociable de leur utilisation.

26Il faut trouver la plante adéquate qui présente les qualités propres à la maladie que l’on désire soigner. Comment faire ?

27Tout d’abord il fallut observer la nature avec circonspection car il faut faire le tri entre plantes vénéneuses et plantes salutaires, même si les premières sont utilisées dans certains cas.

28Par exemple, on voit les oiseaux manger impunément des baies de l’Azéradach qui sont délétères pour l’homme. D’autre part, en observant la couresse, sorte de couleuvre non venimeuse, on a pu la voir se frotter ou manger de l’herbe dite par suite herbe couresse pour se guérir de la morsure du fer de lance. Le sucrier des montagnes appelé vulgairement « bois cochon » est entré dans les médications d’après l’usage que le porc en faisait car les animaux ont semble-t-il un instinct pour se détourner des plantes vénéneuses.

29La deuxième démarche consiste à l’étude des plantes car l’on pensait qu’à chaque maladie correspondait, disait-on, une plante bénéfique car « Dieu dans sa bonté avait placé un remède à côté de chaque mal ». En effet, à côté du mancenillier croît l’olivier local ou cèdre blanc considéré comme un contrepoison naturel, et, par ailleurs, le mancenillier pousse près de la mer et une des médications utilisées contre ses effets est l’eau de mer. Il arrive que la racine d’une plante soit un poison, la feuille ou le fruit sont considérés comme des contrepoisons efficaces, c’est le cas de la barbadine. L’amérindien a bien su extraire le suc vénéneux du manioc pour le rendre comestible.

30De plus, la nature fait bien les choses puisque l’on pense que, pour trouver la plante adéquate, il faut recourir à 3 de nos sens : la vue, le goût et l’odorat. A cela s’ajoute l’expérience.

31Il suffit d’observer la feuille ou le fruit : s’il présente une ressemblance avec l’organe malade ou l’animal responsable de l’affection, c’est le remède idéal. C’est ainsi que la plante utilisée contre la chique présente une ressemblance avec l’animal en gestation. Mais il est à remarquer qu’on a cru que le Satyrion ayant une ressemblance avec les testicules de l’homme, cette espèce devait être aphrodisiaque ou stimulante de l’organe sexuel masculin mais l’expérience a montré que c’était une absurdité.

32L’odeur de la plante peut être aussi une indication. Certaines sont choisies pour leur odeur forte, pénétrante et désagréable. Pour enlever les chiques, on mettait le pied atteint dans un cataplasme à base d’huile de carapat très amère et la pulpe rouge du roucou ou encore dans une décoction faite d’herbe à chiques, la tournefortia qui est amère, rugueuse et puante. Le diabète sucré est soigné par des plantes amères.

  • 5 Le trèfle est une plante grimpante qui attire une espèce particulière de chenille. Une fois « engra (...)

33C’était et c’est encore une habitude à la Martinique de cultiver des plantes médicinales aux abords des maisons pour les avoir à portée de mains, par exemple : herbe à vers ou semen contra, haies de roucou pour éloigner les serpents et on cultivait aussi la liane serpent dont on vantait l’efficacité contre les morsures de ces animaux. On peut penser qu’il s’y ajoute d’autres comme l’ayapana venu de l’Inde à cette époque, le thé pays, le guérit-tout, l’atoumaux ou la citronnelle ou la chenille trèfle5.

34Nécessité faisant loi, pratiquement presque toutes les plantes que nous voyons autour de nous sont étudiées et utilisées car elles pourraient avoir des effets bénéfiques sur la santé. …

35Dans le même temps, certaines plantes sont utilisées comme de véritables spécifiques car tous sont à la recherche de la plante miracle qui guérirait toutes les maladies.

  • 6 Il est vrai qu’encore de nos jours, on fait un large usage du citron pour assaisonner tous les plat (...)

36Le citron a été le fruit utilisé par excellence dans de nombreuses maladies pour combattre la putridité. On pensait même qu’aux Antilles on abusait de ce fruit et que cela pouvait être nocif.6

37Même si on déplore un certain nombre d’échecs, il est certain que cette médication remporte quelques succès surtout dans les cas de fièvre jaune.

38Le gaïac appelé aussi bois saint, bois de vie ou arbre saint était utilisé surtout pour les fièvres ou les maladies vénériennes.

39Le quinquina : A la Martinique, il poussait sur les mornes, l’espèce locale appelée quinquina piton ou bois tabac montagne est plus amer et peut-être plus actif. A forte dose il sert pour les vomissements et les diarrhées, il agit aussi sur les fièvres, le scorbut, la gangrène, la variole, la coqueluche, l’épilepsie. Lors des épidémies de fièvre jaune on l’utilisait en lavement camphré. Le ricin dont on extrayait l’huile dite de palma christi : on l’utilisait comme laxatif dans les cas de fièvre jaune ou comme vermifuge. Le tamarinier : utilisé comme laxatif ou purgatif. La casse ou séné : il existe 9 variétés aux Antilles. On utilise les feuilles séchées comme purgatif mais aussi contre les constipations opiniâtres, les fièvres… L’acacia utilisé en infusion dans les cas de dyspepsies ; les Noirs utilisaient l’écorce pour apaiser les douleurs des articulations, on utilisait l’écorce dans des bains, en décoction dans certains cas de fièvres.

  • 7 Descourtilz : Flore médicale des Antilles, tome 1, p. 15

40La fièvre jaune et la dysenterie sont communément traitées, toujours avec des plantes « Nul autre pays, plus que les Antilles, n’offre à l’homme, dans l’état de santé plus de plantes et de fruits destinés à la lui conserver, ou quand il l’a perdue, plus propres à la lui rendre7. » Ce dernier raconte qu’à Saint Domingue, lors des épidémies de fièvre jaune, il a vu des mulâtresses arracher à la mort tous ceux qu’elles traitaient avec des plantes du crû.

41A cette époque, c’est surtout pour la médication des morsures de serpent que nous avons le plus de renseignements sur les plantes utilisées. Chaque panseur a sa médication qu’il juge infaillible. Il essaie de la garder secrète et la transmet au sein de sa famille : feuilles de tabac, jus de citron, herbe couresse, poivre de Guinée, la mal-nommée, la racine d’envers, la liane serpent, l’arada, l’acacia, l’herbe à charpentier pour ne citer que ceux-là.

42Le côté magique est toujours présent par le nom que l’on donne à certaines plantes : Qui vivra verra, plus fort que les hommes, qui mourra saura… A côté des plantes curatives, il existe des plantes de protection : arada, bois moudongue, bois fragile ou porcelaine, romarin

  • 8 « Contribution à la pharmacopée traditionnelle de la Martinique »

43Cependant dans les campagnes, on remarque que souvent un rituel particulier accompagne les soins. Le dosage reste purement subjectif ou magique comme le. montre l’utilisation du chiffre trois dans les médications populaires. Quand on est piqué, il faut se frotter par exemple avec trois feuilles différentes. Mme Capdepelle8 indique dans sa thèse que pour traiter les rhumatismes, on conseille de mélanger trois feuilles de bananier avec trois grains de sel, une cuillère d’huile de maïs et un jus de citron, on s’en frotte pendant trois jours et on répand le surplus sur la route. On retrouve ici la valeur magique du chiffre trois.

44Lors des morsures de serpents, il y a un rituel à respecter pour que les remèdes puissent agir. Ainsi, les frictions avec le citron, doivent se faire de haut en bas. Il faut couper la racine de citronnier en quatre mais se garder d’en employer la quatrième partie. L’herbe à femmes utilisée contre les morsures de serpent doit être préalablement passée au feu. Quelquefois, le citron est utilisé rôti.

45Pour soigner les personnes mordues par le serpent, les « vieux-nègres » utilisent les petites calebasses comme ventouses tout en récitant la prière suivante : « Venin, arrête ton cours. Comme Judas a trahi notre seigneur, les sept ventouses sont en l’honneur des sept plaies qu’a souffert notre seigneur Jésus-Christ, » puis on récite un pater et un ave à chaque ventouse.

46Par ailleurs les médecins eux-mêmes, ne recevant pas toujours les remèdes venus de la métropole en temps voulu, devaient avoir de solides connaissances botaniques pour y suppléer. Pour cela, il fallait se référer aux pratiques des guérisseurs locaux et on assiste à un va et vient des médications entre les deux groupes opposées. De même les guérisseurs ont emprunté aux médecins leurs pratiques du chaud et du froid, distinguant les fruits chauds et les fruits frais par exemple qu’il faut éviter de consommer suivant le moment de la journée et les efforts que l’on venait de faire. Pour donner un exemple, la pomme cannelle est un fruit chaud alors que la banane dite makanja est considérée comme un fruit frais dont la consommation peut entraîner la mort si on la consomme quand on a chaud.

L’héritage c’est surtout la transmission : Comment se faisait la transmission de ce savoir ?

47Le père Labat parle des guérisseurs nègres : « Ils connaissent des simples admirables, dont les sucs, les feuilles ou les écorces font des cures incroyables, mais ils en font un mystère que rien au monde n’est capable de pénétrer. Ils ne se font pas prier pour les employer pour les blancs, mais ils ont un soin extrême de les défigurer de manière qu’il est impossible de les reconnaître… Ils se laisseraient plutôt tuer que de rien découvrir. Les pères laissent leurs connaissances à l’aîné de leurs enfants, après en avoir exigé un serment solennel sur ce qu’ils ont de plus sacré, qu’ils ne le déclareront jamais. » (Voyages du chevalier des Marchais, cité par Tardo Dino, Le collier de servitude, p. 234).

  • 9 Descourtilz, note de page, tome 1, p. 16

48Descourtilz raconte sa rencontre avec une guérisseuse mulâtresse à Haïti qui a consenti à lui donner quelques recettes « Reléguée dans un rocher caverneux où elle donnait clandestinement ses consultations… Elle ne sortait de son antre qu’avec regret, pour se glisser ou fureter au travers des lianes qui recouvrent les précipices, afin d’y recueillir les simples dont elle composait ses divers remèdes. Six petites chaudières, quelques vases d’argile grossièrement faits, formaient son modeste laboratoire9. » Elle accepte de lui transmettre une de ses recettes contre des dessins de plantes de l’Artibonite. Elle avait elle-même reçu son savoir de sa mère qui avait recours aux plantes pour guérir.

49En conclusion, on peut dire que, pour se soigner la population a eu recours aux plantes, plantes venues du monde entier, transmises en partie par les Caraïbes et utilisées par nos ancêtres car les médecins étaient rares et les vertus des plantes à portée de main. L’expérience de certains a permis une meilleure connaissance et par suite une meilleure pratique des plantes médicinales. Les Africains retrouvaient, sans nul doute ici les plantes tropicales de chez eux et par expérience réussissaient à appréhender les inconnues. De plus, comme je l’ai signalé, il y une osmose qui se crée entre les pratiques scientifiques des médecins et celles plus empiriques des guérisseurs.

50De nos jours, le goût de plus en plus prononcé pour les médecines douces, les scandales liés aux médicaments de synthèse ramènent de plus en plus les gens vers le jardin médicinal. Retour facilité par les associations qui se penchent de plus en plus vers l’étude des plantes médicinales comme TRAMIL et facilitent leur emploi dans les pays pauvres par tous ceux qui ne peuvent s’offrir les médicaments vendus en pharmacie.

51De nos jours, malgré l’importance des laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques, il se développe un courant de valorisation des plantes aromatiques et médicinales faisant partie de la flore des Antilles Françaises. Ce courant de valorisation de la biodiversité déjà matérialisé par la gamme des produits de la marque « Fidéline 2000 », à la Martinique, prend davantage d’importance avec les produits élaborés par le laboratoire « Phytobokaz » implanté à la Guadeloupe. Cette gamme de produits actuellement commercialisée comporte : l’Huile de Galba, le Rubago, le Bioven, la Banuline, et le Virapic, qui sont obtenus à partir des principes actifs de plantes aromatiques et médicinales faisant partie de la flore de la Guadeloupe.

52L’huile de Galba, de couleur jaune or, est extraite d’amandes portées par l’arbre. Le Rumago est un gel à base d’herbe charpentier et de gommier rouge. Le Bioven est un autre gel préparé uniquement à partir d’herbe charpentier. La Banuline est fabriquée uniquement à partir de poudre de banane. Le Virapic, pour finir, utilise les principes actifs de l’herbe à piques.

53Ces résultats indiquent qu’une exploitation ciblée de plantes médicinales et aromatiques des Antilles Françaises basée sur des brevets est essentielle et doit être intégrée au développement durable.

Notes

1 Descourtilz : Flore médicale des Antilles (8 tomes)

2 Rufz de Lavison, Études statistiques…, p. 66.

3 Cité par Gabriel Debien, Plantations et esclaves.

4 Dutrouleau, Topographie médicale…, p. 117.

5 Le trèfle est une plante grimpante qui attire une espèce particulière de chenille. Une fois « engraissées » par les feuilles de trèfle, les chenilles sont mises à macérer dans du rhum. La décoction obtenue est réputée comme un bon antipoison.

6 Il est vrai qu’encore de nos jours, on fait un large usage du citron pour assaisonner tous les plats : aussi bien le poisson que le porc ou le poulet. Cela enlève l’odeur de « frai » du poisson par exemple.

7 Descourtilz : Flore médicale des Antilles, tome 1, p. 15

8 « Contribution à la pharmacopée traditionnelle de la Martinique »

9 Descourtilz, note de page, tome 1, p. 16

Auteur

Dr en Histoire, Martinique

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540