Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle

 | 
Emile Eadie
, 
Liliane Fardin
, 
Rodolphe Solbiac

III – Histoire

Haïti et l’invention de liberté dans la Caraïbe

Vertus Saint-Louis

Texte intégral

1Au vu de l’oppression que subit aujourd’hui la population d’Haïti, on s’imagine difficilement une contribution quelconque de ce pays à l’invention de la liberté dans la Caraïbe. Pour explorer notre sujet, nous partons du concept de mésentente à propos des principes de liberté et d’égalité.

  • 1 Arendt, Hannah. Essai sur la révolution, traduit de l’anglais, Gallimard, p. 39.

2En nous renfermant strictement dans la tradition occidentale, nous dirons que la mésentente, à propos des principes de liberté et d’égalité, est une question propre non à l’antiquité mais à la modernité. Dans les systèmes gréco-romains de société, la liberté, comme concept philosophico politique, supposait en théorie et sans discussion le principe de l’esclavage par nature. L’inégalité prétendument naturelle1, questionnée seulement par les sophistes, justifie l’esclavage. Le concept philosophico politique de liberté antique ne laisse pas de place à l’interprétation, en ce qui concerne l’esclavage. Le concept philosophico politique moderne se veut l’expression d’intérêts généraux de la communauté au nom de la « Moralité », du droit naturel et de l’humanité. L’inégalité de fait expose les principes modernes de liberté et d’égalité en droits à des interprétations intéressées, notables dans les métropoles colonialistes, encore plus vivaces dans leurs possessions extérieures, où l’ordre social esclavagiste suppose l’idée de la supériorité d’une race sur une autre. L’expression liberté moderne prend un sens différent suivant qu’il s’agit des grandes puissances de l’Europe ou des populations qu’elle tient sous sa domination. La liberté des grandes puissances, en s’appuyant sur le commerce maritime international pour se développer, suppose l’asservissement des peuples et admet leur réduction en esclavage. Il faut, donc, convenir d’une opposition entre la liberté moderne en Europe et la liberté de droit naturel moderne des peuples.

  • 2 Geggus, David Patrick. “The British Government and the Saint-Domingue Revolt” English Historical R (...)
  • 3 Geggus, David. P. “The Great Powers and the Haitian Revolution » Haitian Revolutionary Studies, 20 (...)
  • 4 Moreau de Saint-Méry. Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le vent, Pa (...)

3La mésentente à propos de la liberté est profonde dans la colonie française de Saint-Domingue qui, grâce au travail de 500 000 esclaves, produit, à la veille de 1789, 40 % du sucre du monde et la moitié du café qu’il consomme2, ce qui est la source de 40 % du commerce extérieur de la France3. Le colon planteur y entend la liberté comme capacité de se soustraire au régime militaire colonial et de commercer sans entrave, surtout avec l’Amérique du Nord. La conquête de ses deux objectifs mettrait fin à sa situation de citoyen de second rang par rapport au négociant de France. Il demande à être ressortissant à part entière de deux sociétés imbriquées sur le plan économiques mais différentes sur le plan du droit par suite de l’esclavage dans les colonies. Un texte de 1785 distingue, à cause de certaines particularités des lois sur l’esclavage, Saint-Domingue « pays régi par la coutume » de la France métropolitaine, « pays de droit écrit »4. Ces particularités concernent le statut de l’esclave comme bien meuble ou immeuble. Le rêve de liberté et d’égalité du colon blanc est assorti de l’esclavage de l’Africain et de la discrimination à l’égard des libres de couleur. C’est pour défendre cette conception des choses que les colons sollicitent, en 1788, une représentation aux États généraux de France. Malgré le refus de l’administration en France et dans la colonie, ils se choisissent des députés qui se font admettre le 20 juin 1789 à l’assemblée constituante.

  • 5 Elicona, Anthony. Un colonial sous la révolution en France et en Amérique… Paris, Jouve et Cie, 19 (...)
  • 6 Mims, Steward. Ed. Voyage aux États-Unis de l’Amérique, 1793-1798, New Haven, Yale University Pres (...)

4Moreau de Saint-Méry, avocat au Conseil supérieur de Saint-Domingue, grand artisan de la politique des colons, nous paraît être, un acteur et témoin, symbolique de la contradiction qui traverse leur conception de la liberté. Moreau de Saint-Méry est un franc-maçon, adepte des Lumières, qui embrasse, avec enthousiasme, la cause de la Révolution en France. Choisi, le 21 avril, comme électeur, par le district de Saint-Eustache, dont il rédige les cahiers, il s’inspire certainement de la philosophie quand il propose : « Les députés ne délibéreront sur aucun sujet particulier avant que la constitution de l’État n’ait été fixée et arrêtée. » Il devient un des 407 électeurs qui choisiront les députés du Tiers État de Paris. Il est membre de l’assemblée des électeurs qui se constitue par la suite. Le 26 juin, ce corps félicite les États généraux d’avoir pris le titre d‘Assemblée Nationale. Moreau déclare à l’Assemblée Nationale que le corps des électeurs soutiendra ses principes « dans tous les temps et dans toutes les circonstances. » Le 1er juillet, il est élu président de ce corps. Moreau est le grand organisateur de la milice votée, le 13 juillet 1789, pour défendre Paris contre les troupes royales et qui, le 14, prendra la Bastille. Il en reçoit les clefs des mains des vainqueurs. Le 15, il fait désigner Lafayette commandant de la garde nationale de Paris et il porte à élire Bailly président de la commune. Le 30, il présente à Necker la cocarde en lui disant : « ces trois couleurs nous sont chères, ce sont les couleurs de la liberté. » Il déclare au roi qu’il mérite maintenant, par la vertu, la couronne qui lui était destinée par la naissance5. En octobre, le peuple ramène à Paris, le roi et l’Assemblée Nationale. L’autorité suprême passe à la Commune dont Moreau, le premier secrétaire depuis juillet, est devenu le vice-président, le 21 septembre. Il est du groupe des vingt qui accompagnent Louis XVI à l’Hôtel de Ville. Moreau perçu, lors des troubles de juillet, comme un roc immobile au milieu de la tempête et considéré comme le soldat fidèle à son poste lorsque bien d’autres6, semble être devenu en octobre un grand arbitre entre les partis. Pourtant, il renonce à son élection, le 4 octobre, comme chef de la police de Paris et, le 10, il démissionne de la Commune. Il prétexte de raisons urgentes de se rendre en Amérique. Il déclare qu’il lui faut plus de temps pour se consacrer à sa nouvelle fonction de député de la Martinique à la Constituante.

  • 7 Aulard, François-Alphonse. La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l’histoire du Club d (...)

5Moreau de Saint-Méry tourne le dos à la révolution en France pour se constituer l’un des plus ardents défenseurs de la cause des colons et des villes maritimes de France, regroupés principalement dans le Club Massiac. Leur argumentation peut se résumer en ces termes : pas d’esclavage, pas de colonies ; pas de colonies, pas de denrées tropicales ; pas de denrées tropicales, pas de commerce colonial ; pas de commerce colonial, pas de commerce national de France, donc pas de marine marchande, pas de marine militaire, pas de liberté pour la France. De plus, on ne saurait reconnaître aux mulâtres propriétaires de droits politiques, car il faut maintenir l’idée d’une barrière infranchissable entre d’un côté, les Européens blancs, de l’autre les Africains et leurs descendants, pour faire admettre l’infériorité naturelle qui voue la grande masse des Noirs à l’esclavage. Toute modification du statut des personnes dans la colonie serait finalement ruineuse pour la liberté en France et finalement favorable à l’Angleterre. En conclusion, la Déclaration des droits bonne pour la France est destructrice pour les colonies7 ».

  • 8 Raimond, Julien. Correspondance de Julien Raimond. A. N. DXXV/56/549,13 ; M. S., série 2, vol. 35. (...)
  • 9 Correspondance de Julien Raimond. A. N. DXXV/56/549,13 ; M. S., série 2, vol. 35. Lettre du 27 août (...)

6De leur côté, les libres de couleur en France, menés par les quarterons Vincent Ogé et Julien Raimond revendiquent leurs droits à une représentation à l’assemblée constituante en invoquant non la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen mais leur statut de propriétaires et contribuables à l’égal des colons qui en ont obtenu une. Ils réclament l’égalité sociale et politique avec les colons blancs et demandent que soit appliqué l’article 59 du Code noir. Les sentiments politiques des libres de couleur à l’égard des esclaves, plus sensibles aux principes authentiques de liberté et d’égalité, sont exprimés dans une lettre adressée de Saint-Domingue par François Raimond à son frère Julien8. Les libres de couleur revendiquent non une égalité de principe de tous les hommes mais une égalité sur le plan de la couleur de tous les propriétaires contribuables. Ils craignent les esclaves, comme le montre cette lettre de Labuissonnière de Saint-Domingue à son congénère J. Raimond9.

7Contrairement aux colons et libres de couleur, des esclaves font référence aux droits de l’homme dans leurs revendications. On en a pour preuves le passage suivant, relatif à l’insurrection d’août 1791 : « …, on trouve dans les archives du vicomte Lainé, alors un jeune homme présent à Saint-Domingue pour essayer de récupérer des loyers impayés faisant partie de l’héritage de son père, et que les événements obligent à faire son service de garde national abords du Cap assiégé, une indication intéressante. Le 28 août, le chef d’un détachement insurgé « s’est courageusement approché en disant qu’il demandait les Droits de l’Homme ou une amnistie générale de Monsieur le Général ». Auparavant, Lainé avait signalé l’arrestation « d’un jeune homme de la Gironde qui, placé sur une habitation, se plaisait à lire les gazettes des Jacobins et autres philosophes ennemis des blancs ». Le manuscrit Clément signale aussi l’exécution de ce blanc, avec quatre insurgés sans mentionner les raisons. Mais ce même manuscrit mentionne sous la date du 26 septembre que le Père Cachetan, curé de la paroisse du Trou, restait avec les insurgés « pour leur prêcher les Droits de l’Homme et l’évangile de la Liberté ». Celui-là aussi sera pris et exécuté. » (Voir Yves Bénot. « Les insurgés de 1791… » Cahiers des Anneaux de la mémoire, no. 6, Nantes, 2004, 70-83, 79). D’autre part, l’information relative au Père Cachetan concorde avec celle concernant le Père Philémon dont la tête tranchée a été exposée en face de celle de Boukman. Or, le Cap est, au moins dès 1792, le modèle pour les autres insurgés. Ceux des Platon diront : « Ce que le Cap fera, fera loi pour tout le reste de la colonie ».

  • 10 Grégoire Discours à la séance du 11 mai. M. S., série 1, vol. 33. Voir aussi le journal : Point du (...)
  • 11 Robespierre. Discours du jeudi 12 mai 1791. M. S., série 1, vol. 33 ; Robespierre. Œuvres complète (...)

8Il est important d’observer à quel point la question coloniale met en France même les philosophes à l’épreuve. Laissons de côté le vote des décrets des 8 et 28 mars 1790 au cours duquel la minorité révolutionnaire au sein de la Constituante n’avait pas pu s’exprimer. Considérons les débats de mai 1791 de la Constituante sur la question coloniale. L’abbé Grégoire applique une tactique qui remonte à 1790 en se gardant de soulever la question de l’esclavage10. Déjà en 1789, les Amis des Noirs n’ont pas osé demander l’abolition de l’esclavage mais seulement la suppression de la traite. L’abolition de l’esclavage par le gouvernement se heurte en principe au droit de propriété des maîtres et en pratique au besoin de denrées coloniales pour le commerce national de France. Les ennemis des Amis des Noirs peuvent la présenter comme un acte anti-patriotique. En mars 1790, les Amis des Noirs opèrent un nouveau recul. Sous la pression du Club Massiac, ils cessent de réclamer l’abolition de la traite et s’alignent totalement sur la position des libres de couleur qui revendiquent l’égalité sociale et politique avec les colons blancs. Les Amis des Noirs, conscients des conséquences de cette politique qui joue l’égalité contre la liberté, se disent que c’est assez d’avoir accepté l’esclavage pour des motifs politiques. Mais ils affirment que si la France ne consacre pas le droit de cité des hommes de couleur libres, elle ne peut s’expose à perdre ses colonies. Robespierre exprime ce point de vue conservateur, le jeudi 12 mai, en invoquant les exigences de la politique et de l’humanité11. Robespierre est pourtant un révolutionnaire radical à qui a été attribué le fameux « Périssent les colonies plutôt qu’un principe ». La vérité historique exige une nuance.

  • 12 Robespierre. Oeuvres complètes, Bouloiseau et G. Lefebvre. Eds. P U F, 1950, vol. 7, p. 362… Il ex (...)

9Le 13 mai 1791, Moreau de Saint-Méry propose à l’Assemblée de déclarer, comme article constitutionnel, qu’elle ne se prononcera pas sur le sort des esclaves. Moreau de Saint-Méry place ainsi les Amis des Noirs dans la nécessité de se prononcer clairement sur l’esclavage, ce qu’ils évitent de faire depuis au moins mars 1790. Les colons et la bourgeoisie maritime ont en effet acquis la grande majorité de l’Assemblée à l’idée que soulever la question de l’esclavage, c’est mettre en danger la prospérité et la liberté de la France. Ils estiment que les Amis des Noirs se retranchent derrière les libres de couleur pour masquer leur jeu et faire avancer leur objectif politique réel : obtenir la fin de l’esclavage aux colonies. Le projet de décret de Moreau de Saint-Méry provoque une célèbre réplique de Robespierre : « Le plus grand intérêt, Messieurs, dans cette discussion, est de rendre un décret qui n’attaque pas d’une manière trop révoltante et les principes et l’honneur de l’Assemblée. Dès le moment où, dans un de vos décrets, vous aurez prononcé le mot : esclaves, vous aurez prononcé et votre propre déshonneur… et le renversement de votre Constitution. C’est un grand intérêt que la conservation de vos colonies ; mais cet intérêt est relatif à votre Constitution et l’intérêt suprême de la nation et des colonies elles-mêmes est que vous ne renversiez pas de vos propres mains les bases de cette liberté. Eh, périssent vos colonies si vous les conservez à ce prix ! »12.

  • 13 Robespierre. Œuvres. P. U. F., 1950, 730-731.
  • 14 L’Ami du Peuple, le journal de Marat, no. 561, B. N. Paris.
  • 15 L’Ami du Peuple, no. 588, B. N. Paris.

10Les révolutionnaires de France demandent en 1791 une conciliation entre propriétaires de toutes couleurs dans les colonies. Leur tournure d’esprit ne les prédispose pas à comprendre la révolte des esclaves qui les surprendra, aussi bien que les colons. Le 24 septembre 1791, Robespierre dénonce comme faux un soulèvement d’esclaves imaginaire inventé par les colons dans le but de faire rapporter le décret du 15 mai. Il ne croit pas capables de s’insurger des esclaves soumis à des mesures rigoureuses de surveillance13. Le 29 septembre 1791, Marat accuse les « légistes infâmes »14 de la Constituante de fouler aux pieds la justice et l’humanité en révoquant le décret du 15 mai 1791 qui accordait le droit de participer aux élections aux libres de couleur nés de pères et mères libres. Ces légistes n’ont ainsi laissé aux hommes de couleur, poussés au désespoir, d’autres moyens que le massacre des tyrans pour échapper à l’oppression. Le 2 novembre, alors que l’on est en train de discuter du soulèvement de Saint-Domingue, il revient sur ses accusations antérieures et il se dit pleinement assuré que déjà l’on a envoyé des forces pour écraser le parti de la liberté. Il prévoit que ces forces seront vaincues et dénonce les constituants qui ont ainsi contribué à la perte des colonies15. Pense-t-il que la révolte des esclaves est en elle-même légitime et qu’il faille l’appuyer ? Il envisage la possibilité d’une intrigue des monarchistes dans la révolte servile qui bouleverse Saint-Domingue. Marat passe pour un homme violent par excellence, pourtant ce texte démontre le pacifisme profond de l’homme et de tous les révolutionnaires de 1789, qui n’ont pas la violence de façon systématique dans leurs plans et ne font que réagir. S’ils ont des visées pacifistes pour la France ils en ont encore davantage pour ses possessions d’outre-mer où ils redoutent toute violence car la paix dans les colonies est, de leur avis, une garantie que l’on peut bouleverser les choses en France.

11Brissot, qui mène le jeu au sein de la Législative, est directement confronté au problème du soulèvement. Les colons lui en font porter la responsabilité comme dirigeant des Amis des Noirs. Lorsqu’il devient convaincu que le soulèvement de 1791 est une réalité, il éprouve le sentiment qu’on assassine ses « frères » à Saint-Domingue. Il croit qu’il est du devoir de la France de les secourir. Pense-t-il que le soulèvement des esclaves est juste ? Sans répondre à cette question, il a accepté que d’importantes forces militaires soient envoyées à Saint-Domingue pour y faire rentrer les esclaves dans les ateliers. Brissot pense-t-il que le soulèvement des hommes de couleur est juste au point de mériter son appui politique ? Brissot exploite la nouvelle situation pour soutenir que la révolte des esclaves justifie sa politique de conciliation des propriétaires de toutes couleurs. Il demande de la mettre en application et fait voter le décret du 28 mars 1792 pour faire appliquer cette politique comme moyen d’obtenir la rentrée des esclaves insurgés dans les ateliers. L’attitude de Brissot et de ses pairs se comprend à la lumière des conséquences immédiates en France de l’insurrection d’août 1791 à Saint-Domingue.

  • 16 Société des Amis de la Constitution… Extrait du procès-verbal de la séance du 30 janvier 1792.
  • 17 Buchez et Roux. Histoire parlementaire de la révolution française ou Journal des Assemblées nation (...)

12L’une d’entre elles, c’est une crise du sucre à laquelle certains répondent en communiant dans une sorte de dévotion idéologique. En la séance du 30 janvier 1792 de la Société des Amis de la Constitution siégeant aux Jacobins, un membre rappelle la résolution des citoyens de la section dite de la Croix Rouge de renoncer à l’usage du sucre « habitudes molles, efféminées. » Cependant, des dames révolutionnaires sont à l’honneur. Celles qui ont déjà déposé leurs bijoux et diamants à Versailles acceptent le sacrifice. La rhétorique se déchaîne : « A Sybaris, est-il dit, le sucre peut être de nécessité première mais dans Sparte menacée… on doit s’accommoder d’avance à s’habituer aux aliments communs ». On recommande « de prendre l’engagement de n’employer le sucre dans aucun aliment si ce n’est en cas de maladie. » A l’unanimité on renonce au sucre et au café. « Pour donner un nouvel exemple des sacrifices généreux que les Parisiens n’ont cessé de faire pour conquérir et maintenir la liberté, à l’instant, les citoyens et les citoyennes des tribunes se lèvent en s’écriant unanimement : « Oui, nous prenons le même engagement16. » Lorsqu’en janvier 1792, le député Fauchet demande un rapport du comité de commerce sur la rareté de denrées, le rapport admet que l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue est l’un des trois facteurs de la crise alimentaire. L’on suggère d’importer du sucre d’Angleterre et, ce qui est significatif, un député demande à la Législative de décréter qu’elle ne délibérera pas sur la question17. Les révolutionnaires ne peuvent déclarer aux sans-culottes que la France utilise des esclaves pour produire le sucre dans ses colonies. L’insurrection des esclaves provoque, outre la crise du sucre, l’effondrement du commerce national de France. On n’a pas encore évalué suffisamment le rôle de ce dernier facteur dans la décision précipitée de nombre de Jacobins d’engager, en avril 1792, leur pays dans la guerre.

  • 18 Révolutions de Paris, no. 63, 18 au 25 septembre 1790, 517-531, 523-524.
  • 19 Cambefort, Joseph-Paul-Augustin. Mémoire Justificatif du colonel Joseph-Paul-Augustin Cambefort, P (...)
  • 20 Lettre de Sonthonax à la Convention, février 1793, Archives Nationales de France, Série D/XXV, Reg (...)
  • 21 Maurel, Blanche. Saint-Domingue et la révolution française. Les représentants des colons en France (...)
  • 22 Grégoire, Henri. (Evêque). Mémoires de Grégoire, ancien évêque de Blois… précédés d’une notice his (...)
  • 23 Robespierre. Projet du rapport fait à la Convention nationale par Saint-Just contre Fabre d’Églant (...)
  • 24 Gauthier, F. Gauthier, Florence. Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, 1789-1795-1802, (...)
  • 25 Ibid. voir aussi : Vadaud, Pierre. « La révolution française et l’abolition de l’esclavage » Halpe (...)
  • 26 Débats entre les accusateurs et les accusés dans l’affaire des colonies 1795. 1795, Imprimés en exé (...)

13C’est dans ce contexte que le gouvernement choisit les trois commissaires civils, chargés de l’exécution à Saint-Domingue du décret du 28 mars 1792, sanctionné comme loi par le roi le 4 avril suivant. Parmi eux se détache la personnalité de Sonthonax. Relatant en septembre 1790, les affrontements opposant à Saint-Domingue les colons planteurs opposés à l’administration royaliste soutenue par les libres de couleur, Sonthonax se découvre comme un philosophe, adversaire résolu de la traite et de l’esclavage dont il prédit la fin imminente18. La Lettre philosophique des insurgés du Nord, adressée, en juillet 1792, aux nouveaux commissaires civils destinés à la colonie, insiste sur la contradiction entre les principes de la Déclaration des Droits de l’Homme et le maintien, par les dirigeants de France, de l’esclavage à Saint-Domingue19. Lors de leur réception par l’Assemblée Coloniale au Cap en septembre 1792, les commissaires civils Sonthonax et Polvérel acceptent le principe du maintien de l’esclavage. Le philosophe Sonthonax tarde à admettre le désir de liberté qui anime les insurgés20. Les guerres civiles, les soulèvements d’esclaves, les conséquences, à Saint-Domingue, des guerres de la Révolution française, la nécessité de faire face à l’intervention militaire espagnole et britannique, mettent à l’ordre du jour l’affranchissement des esclaves, que les commissaires civils proclament dans des déclarations successives, en fonction des circonstances et des intérêts stratégiques de la France. Une députation de Saint-Domingue, élue dans le Nord à l’initiative de Sonthonax, se rend en France pour rendre compte de la situation. Durant son passage aux États-Unis et même à son arrivée en France, elle se heurte à des colons qui depuis 1793 dictent à la Convention sa politique à l’endroit de Saint-Domingue. Après maintes péripéties, elle obtient de la Convention nationale l’abolition, le 4 février 1794, de l’esclavage dans toutes les colonies françaises. Les manifestations officielles et populaires qui ont accompagné l’abolition de l’esclavage par la Convention traduisent, sans aucun doute, les sentiments profonds qui ont animé le peuple de France ainsi que ses diverses organisations. Elles ne peuvent cacher le malaise que cette décision a provoqué dans les milieux dirigeants d’alors. Elle ne rentre pas dans leurs plans mais s’impose pour des motifs politiques d’intérêt national. Ils se sentent contrariés et continuent de discuter de l’opportunité de l’acte d’abolition21. Un passage des mémoires de l’abbé Grégoire22, un mot de Robespierre23 sont révélateurs de l’esprit d’une fraction importante si ce n’est pas de l’ensemble des dirigeants. Il faut voir dans l’ambiguïté de leur conduite la délicatesse d’une situation24. Chaumette et Grégoire25 ont réclamé de la Convention l’abolition de l’esclavage et Chaumette a pris la tête d’une manifestation en faveur de l’acte du 4 février 1794, mais il a dénoncé en 1793 un plan secret d’abolition que lui aurait insinué Sonthonax26.

  • 27 Fox, W. Address to the People of Great Britain on the Utility of Refraining from the Use of West I (...)
  • 28 Morton T. Blood Sugar, In T. Fulford and T. Morton (Ed.) Romanticism and Colonialism, Writing and (...)
  • 29 Pitt, William. The Speech of the Right Honourable William Pitt, on a Motion for the Abolition of t (...)
  • 30 Logan, Rayford. Logan, Rayford. The Diplomatic Relations of the United States with Haiti (1776-189 (...)
  • 31 Fortescue, John William. A History of the British Army, 1906, 4 vol., vol. IV.
  • 32 Mahan, A. T. Influence of Sea Power upon the French Revolution and Empire 1793-1812. Boston, Littl (...)
  • 33 Fortescue, John. W. John. A History of the British Army. Macmillan, London, and New York, 1930, vo (...)
  • 34 Williams, Eric Eustace. Capitalism and Slavery, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1 (...)

14Pour compléter l’illustration par la révolution haïtienne de la mésentente à propos des concepts de liberté et d’égalité, il faut aussi jeter un coup d’œil sur l’Angleterre, la plus constitutionnelle des monarchies, qui en 1793 intervient militairement à Saint-Domingue, dans le but, entre autres, de sauver l’ancien système colonial esclavagiste dans cette colonie et dans toute la Caraïbe. La politique d’intervention britannique prouve une fois de plus que les États agissent d’abord en fonction de leurs intérêts et non des principes de philosophie. En Angleterre, Fox, un abolitionniste, a déjà demandé de renoncer au sucre comme moyen de mettre fin à l’esclavage. « Si nous cessons de consommer du sucre, il sera jeté sur les marchés étrangers, les prix tomberont et la traite cessera27. » Le discours abolitionniste essaie de provoquer l’aversion pour le sucre : « Si Jésus était encore vivant, il ne changerait pas l’eau en vin mais ferait retourner le sucre en sang28. » Pitt soumet en avril 1792, un projet d’abolition de la traite devant le Parlement britannique29. Lord Grenville comprend au moins depuis 1793 que l’ancien système colonial est parvenu à terme et que l’on peut seulement en retarder l’échéance30. Pitt, premier ministre anglais, veut profiter des faiblesses qu’il croit déceler dans la France révolutionnaire pour s’emparer de ses possessions dans les Antilles, qui sont d’un grand avantage sur le plan commercial et stratégique31. Un quart du commerce britannique se fait avec les îles anglaises, ce sera une bonne affaire que de leur ajouter celles de la France32. Ensuite, juguler l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue, c’est assurer la sécurité de la Jamaïque33. L’un des premiers effets de ce projet d’intervention est de faire mettre de côté les projets anglais d’abolition de la traite34. L’Angleterre maintient l’esclavage en Martinique et dans toutes les régions passées sous son contrôle à Saint-Domingue. Pour sauvegarder la liberté générale, les indigènes sont obligés de livrer pendant cinq ans de 1793 à 1798 la guerre aux forces anglaises d’occupation, alliées aux colons et aux indigènes contre-révolutionnaires. Les républicains indigènes menés par Toussaint et Rigaud infligent à la puissance britannique une défaite militaire telle, que la Grande Bretagne, si soucieuse d’avoir un mémorial pour ces entreprises militaires, demeurera silencieuse sur celle de Saint-Domingue.

  • 35 King, C. R. (ed.) The Life and Correspondence of Rufus King. Putnam’s sons, 1899, 6 vol., vol. 2, (...)

15Si les Britanniques étaient de véritables amants de la liberté, ils devraient saluer la victoire des indigènes comme une preuve de l’égalité des hommes. Mais, ils ne se pensent pas comme libres sans esclaves ou dépendants. Ils vont travailler à étrangler la liberté à Saint-Domingue et plus tard en Haïti. Le colonel anglais Maitland met à profit l’inexpérience et l’ambition personnelle de Toussaint et de Rigaud pour signer avec eux des accords séparés prévoyant le retrait des Anglais de Saint-Domingue. Il prépare à sa manière la guerre civile que précipite l’agent français Hédouville en déliant Rigaud de toute obéissance envers Toussaint son chef hiérarchique. D’un autre côté, la conspiration contre l’épanouissement de la liberté à Saint-Domingue se trame activement à Londres. Rufus King, ministre américain en cette capitale, discutant avec Lord Grenville ministre britannique, les deux conviennent du danger que représente une puissance noire montante dans la Caraïbe suite à la victoire militaire des indigènes sur la puissance britannique. Ils prévoient une réunion du cabinet britannique sous la direction de Pitt et en présence de Rufus King au cours de laquelle seraient discutés les moyens de contrecarrer la montée d’une puissance noire qui serait une menace pour l’ordre colonial et esclavagiste dans la Caraïbe. Lord Grenville, Pitt et King mettent au point une politique visant à lier Toussaint Louverture par le commerce et l’empêcher d’avoir une marine35.

  • 36 Dubois, L. “The Promise of Revolution. Saint-Domingue and the Struggle for Autonomy in Guadeloupe… (...)

16Les chefs indigènes vont finalement tomber dans le piège des puissances européennes. Toussaint et Rigaud se font la guerre pour le pouvoir local. En un sens, Toussaint a raison sur Rigaud. Il est plus logique. Comment Rigaud et ses partisans peuvent-ils s’imaginer, qu’après être entrés en possession des terres des colons français, la métropole leur faciliterait une victoire qui les rendrait tout-puissants sur le terrain ? Ils ont de nombreux contacts en Guadeloupe, et ils ne peuvent ignorer que, depuis 1798, pour plusieurs personnes en cette île, combattre pour la République, c’est combattre les autorités métropolitaines36. Toussaint remporte la victoire sur son adversaire en s’appuyant principalement sur les Américains. Il demeure lié par des accords avec l’Angleterre qui lui interdit l’accès au grand commerce maritime, facteur essentiel à la promotion de la liberté. Rigaud porte plainte contre Toussaint auprès de la France qui le garde en réserve pour l’utiliser ensuite contre Toussaint au cours de l’expédition de 1802. Avant même de procéder à l’arrestation de Toussaint en juin, le général français Leclerc fait déporter Rigaud qui croyait pouvoir rentrer en possession de ses biens dans le Sud.

17L’indépendance proclamée en 1804 ne met pas fin aux querelles de couleur et de pouvoir qui ont porté Rigaud et Toussaint à se faire la guerre. Elles réapparaissent en force pour contribuer à la chute de Dessalines et à la guerre civile entre Pétion et Christophe. Les puissances étrangères qui contrôlent le commerce extérieur continuent d’exploiter les rivalités entre chefs pour étrangler la liberté en Haïti. A cause de cette situation, le pays est affaibli lorsqu’en 1825 la flotte du baron de Mackau pénètre dans la baie de Port-au-Prince pour imposer l’ordonnance de Charles X exigeant paiement d’une lourde indemnité en contre partie de la reconnaissance de l’indépendance d’Haïti. A partir de ce moment, la dépendance financière s’ajoute à la dépendance commerciale pour miner la liberté du peuple haïtien, exclu par les grandes puissances de la société des nations. En 1826, Haïti, qui avait aidé Bolivar, n’est pas admise, en raison de sa couleur, à la conférence de Panama. A cause de l’esclavage et de la discrimination aux États-Unis, c’est seulement au cours de la guerre de sécession, que le gouvernement de ce pays reconnaît l’indépendance d’Haïti. Les grandes puissances ont convenu de combattre systématiquement Haïti, dont la venue au monde n’était pas dans leurs calculs. L’expérience haïtienne d’émancipation des esclaves est un événement original qui défie les prévisions des Européens, même les plus révolutionnaires.

  • 37 Debien, G. Les colons de Saint-Domingue et la Révolution Essai sur le Club Massiac, 1953. Voir les (...)
  • 38 Proclamation du 28 avril 1804, publiée dans Beaubrun Ardouin. Etudes sur l’histoire d’Haïti, 11 to (...)

18En mai 1791, Raynal a personnellement dénoncé ses écrits, en mettant à leur compte ce qu’il considérait comme les excès d’une révolution, qu’il n’avait pas envisagée37. Les philosophes de France ont hésité à étendre aux colonies les principes de liberté et d’égalité qu’ils ont voulu imposer en Europe. Les esclaves de Saint-Domingue ont embrassé spontanément ces principes et ont contraint les philosophes de les proclamer dans les colonies. Lorsque l’esclave considère la liberté, il ne se trouve pas sur la même position que le philosophe de France, même s’il s’agit de Robespierre, un révolutionnaire radical qui a vu avec tristesse le vieux Raynal dénoncer ses propres écrits. Robespierre ne réalise pas que l’esclave des plantations des Antilles n’est qu’un ouvrier non rétribué du système capitaliste de l’Europe, que sa situation au niveau le plus bas et le plus exploité de cet ensemble ne l’empêche pas de prêter l’oreille aux appels à la liberté qui partent d’en haut. Robespierre et les siens sont demeurés prisonniers de la contradiction entre la liberté moderne qui prend appui en Europe sur le commerce maritime et la liberté de droit naturel des peuples qu’ils ne cessent de proclamer sur le plan politique. La mésentente est radicale entre Robespierre et Dessalines qui n’hésite pas à dénoncer « la politique infernale des Européens », à porter « la hache à l’arbre antique de l’esclavage et des préjugés »38. Robespierre voit d’abord la liberté moderne en Europe, Dessalines se positionne sur la liberté de droit naturel des peuples.

  • 39 Yacou, Alain. « Révolution française dans l’île de Cuba et contre-révolution », dans Michel L. Mar (...)
  • 40 Pestre de Ameida, Lilian. « Textes fondateurs d’Amérique et l’esprit de 1789. Analyse du discours (...)
  • 41 Buck-Morss, Susan. Hegel, Haiti and Universal History, Published by the University Press of Pittsb (...)
  • 42 Oppenheim, A. Leo. Ancient Mesopotamia, Portrait of a Dead Civilzation, The University of Chicago (...)

19Haïti sera une source d’inspiration pour des esclaves de Cuba39, du Brésil…40 ainsi que pour les patriotes grecs luttant pour leur liberté. Sa façon de conquérir la liberté soulève des questions d’histoire et de philosophie politique. L’esclave est la première propriété véritable dans l’histoire. En tant que propriété, il ne peut devenir libre que par la volonté et au nom du droit du maître. L’indépendance d’Haïti, rejetant de fait le principe de l’imprescriptibilité de la propriété, a dû causer un grand embarras aux maîtres de ce monde. On comprend que la révolution haïtienne ait influencé la réflexion de Hegel sur la dialectique du maître et de l’esclave41. Aujourd’hui, des découvertes historiques ont démontré les liens originels entre pratique de l’esclavage et formation des concepts de propriété et de liberté42. On évite presque d’en parler dans l’enseignement du droit, de la sociologie, des sciences politiques et de la philosophie. Cette vérité dérange car elle met en question tout un enseignement idéaliste que ces disciplines véhiculent sur la société. Cela donne encore plus de sens et de relief à la révolution anti-esclavagiste d’Haïti, en ce qui a trait à la question de la liberté.

Conclusion

  • 43 Douglass, Frederick. Conférence sur Haïti faite à l’Église métropolitaine de Washington le 22 octo (...)

20En arrachant l’affranchissement des esclaves de Saint-Domingue puis l’abolition de l’esclavage, le 4 février 1794, et en infligeant la défaite au projet esclavagiste de Bonaparte, Haïti a contribué à l’invention de la liberté dans la Caraïbe. L’apport d’Haïti à la liberté va au-delà de cet événement précis. C’est dans le défi aux dominants et à leurs principes que réside la contribution la plus importante d’Haïti à l’invention de la liberté. De ce point de vue la portée de la révolution haïtienne doit se comprendre sur la longue durée. Elle soulève la nécessité d’une liberté qui exclut tout principe de domination. Elle demeure un symbole, dont le grand Frederick Douglass avait l’intuition lorsque vers la fin du 19e siècle, il écrivait : « Je veux bien croire que, comme l’étoile du Nord, Haïti et ses satellites continueront à briller jusqu’à ce que la justice et la liberté deviennent la portion de la race noire entière sur la terre. Je ne veux pas, je ne peux pas croire que l’étoile d’Haïti soit destinée à s’éteindre dans les ténèbres »43.

Notes

1 Arendt, Hannah. Essai sur la révolution, traduit de l’anglais, Gallimard, p. 39.

2 Geggus, David Patrick. “The British Government and the Saint-Domingue Revolt” English Historical Review, 96, 1981, 285-305.

3 Geggus, David. P. “The Great Powers and the Haitian Revolution » Haitian Revolutionary Studies, 2002, 171-178, 171. Saint-Louis, Vertus. « Sucre, science et révolution à Haïti » A paraître.

4 Moreau de Saint-Méry. Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le vent, Paris : l’auteur, 6 vol., vol. 6.
Acte de notoriété du Châtelet de Paris sur la Nature mobiliaire des esclaves des colonies et leur assujettissement en cette qualité à la loi du domicile de leurs Maîtres et à la Maxime générale que les meubles suivent la personne. Sur la requête de Magdeleine Marin veuve de Jean François Marin vivant en la ville de… lequel par testament du 31 janvier 1776 l’a instituée héritière de moitié de ses biens meubles et immeubles.

5 Elicona, Anthony. Un colonial sous la révolution en France et en Amérique… Paris, Jouve et Cie, 1934, p. 49.

6 Mims, Steward. Ed. Voyage aux États-Unis de l’Amérique, 1793-1798, New Haven, Yale University Press, 1913, introduction.

7 Aulard, François-Alphonse. La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l’histoire du Club des jacobins de Paris, Paris, Librairie Jouaust, 1889-1897, VI vol., vol. I, p. 9.

8 Raimond, Julien. Correspondance de Julien Raimond. A. N. DXXV/56/549,13 ; M. S., série 2, vol. 35. M. S., s. 2, vol. 35, 38. Lettre du 10 octobre 1789.

9 Correspondance de Julien Raimond. A. N. DXXV/56/549,13 ; M. S., série 2, vol. 35. Lettre du 27 août 1791.

10 Grégoire Discours à la séance du 11 mai. M. S., série 1, vol. 33. Voir aussi le journal : Point du Jour.

11 Robespierre. Discours du jeudi 12 mai 1791. M. S., série 1, vol. 33 ; Robespierre. Œuvres complètes, vol. 7.

12 Robespierre. Oeuvres complètes, Bouloiseau et G. Lefebvre. Eds. P U F, 1950, vol. 7, p. 362… Il existe plusieurs versions de ce passage. Archives parlementaires, XXXI, p. 9, p. 60. Point du Jour… Journal des États généraux…

13 Robespierre. Œuvres. P. U. F., 1950, 730-731.

14 L’Ami du Peuple, le journal de Marat, no. 561, B. N. Paris.

15 L’Ami du Peuple, no. 588, B. N. Paris.

16 Société des Amis de la Constitution… Extrait du procès-verbal de la séance du 30 janvier 1792.

17 Buchez et Roux. Histoire parlementaire de la révolution française ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 jusqu’à 1815, Paris, Paulin, 1834. 40 tomes, tome XIII, p. 101 ; Bourdin, Isabelle. Les sociétés populaires à Paris pendant la Révolution française jusqu’à la chute de la royauté. Librairie du Recueil, Sirey, 1937. pp. 322, 366.

18 Révolutions de Paris, no. 63, 18 au 25 septembre 1790, 517-531, 523-524.

19 Cambefort, Joseph-Paul-Augustin. Mémoire Justificatif du colonel Joseph-Paul-Augustin Cambefort, Paris, 1793. Extrait analytique des pièces justificatives, p. 4-11.

20 Lettre de Sonthonax à la Convention, février 1793, Archives Nationales de France, Série D/XXV, Registre E XXV, F5, No. 48.

21 Maurel, Blanche. Saint-Domingue et la révolution française. Les représentants des colons en France de 1789 à 1795. P U F, 1943. En haut lieu, on maintient une certaine confiance à Page et Brulley qui, de leur prison, signent des passeports comme commissaires représentants de Saint-Domingue. Bangou, H. « Révolution et esclavage dans les colonies françaises des Antilles. » Halpern, J. Esclavage, colonisation, libérations nationales de 1789 à nos jours. Colloque organisé les 24, 24, 26 février 1989 à l’Université de Paris VIII à Saint-Denis. L’Harmattan, 1990, 152-159. En 1795, Billaud Varenne, qui, ironie du sort, trouvera refuge en Haïti, affirme que s’il devait se prononcer de nouveau il n’accorderait pas la liberté à des gens qui ne savent pas en jouir.

22 Grégoire, Henri. (Evêque). Mémoires de Grégoire, ancien évêque de Blois… précédés d’une notice historique sur l’auteur par H. Carnot. Paris, A. Dupont [etc], 1837, et Paris, J. Yonet, 1840. 2 vol., vol. 1, pp. 390-391 : « Nous fûmes d’avis unanime que les nègres et mulâtres libres devaient être assimilés aux blancs par les droits politiques et civils, et que, quant aux esclaves, il ne fallait pas brusquer leur émancipation, mais les amener graduellement aux avantages de l’état social. […] On conçoit dès lors que l’émancipation subite provoquée par le décret du 16 pluviôse an II, qu’avait provoqué Levasseur (de la Sarthe) nous parut une mesure désastreuse ; elle était en politique ce qu’est en physique un volcan. »

23 Robespierre. Projet du rapport fait à la Convention nationale par Saint-Just contre Fabre d’Églantine, Danton, Philipeaux, Lacroix et Camille Desmoulins. Paris, 1841. p. 20.

24 Gauthier, F. Gauthier, Florence. Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, 1789-1795-1802, Paris, PUF, 1992.

25 Ibid. voir aussi : Vadaud, Pierre. « La révolution française et l’abolition de l’esclavage » Halpern, J. Esclavage, colonisation, libérations nationales de 1789 à nos jours. 1990, p. 88-96.

26 Débats entre les accusateurs et les accusés dans l’affaire des colonies 1795. 1795, Imprimés en exécution de la loi du 4 pluviôse an III. Neuf volumes qui correspondent aux cartons 91-109 de la sous-série D/XXV des Archives Nationales de France vol. I, p. 178-180, vol. II. 155, 222, 332-339.

27 Fox, W. Address to the People of Great Britain on the Utility of Refraining from the Use of West India Sugar and Rum, Sunderland, England, 1791. Printed and sold by T. Reed.

28 Morton T. Blood Sugar, In T. Fulford and T. Morton (Ed.) Romanticism and Colonialism, Writing and Empire, 1780-1830, Cambridge University Press, 87-106.

29 Pitt, William. The Speech of the Right Honourable William Pitt, on a Motion for the Abolition of the Slave Trade, in the House of Commons on Monday the Second of April 1792, London. Printed by James Philips, 1792. KF 1792. New York Public Library.

30 Logan, Rayford. Logan, Rayford. The Diplomatic Relations of the United States with Haiti (1776-1891). University of North Carolina Press, 1941, 73-75.

31 Fortescue, John William. A History of the British Army, 1906, 4 vol., vol. IV.

32 Mahan, A. T. Influence of Sea Power upon the French Revolution and Empire 1793-1812. Boston, Little Brown and Company, 1898, 2 vol., vol. I, ch. IV, p. 109.

33 Fortescue, John. W. John. A History of the British Army. Macmillan, London, and New York, 1930, vol. IV.

34 Williams, Eric Eustace. Capitalism and Slavery, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994.

35 King, C. R. (ed.) The Life and Correspondence of Rufus King. Putnam’s sons, 1899, 6 vol., vol. 2, (Lettre du 10 janvier 1799). Logan, Rayford. Logan, Rayford. The Diplomatic Relations of the United States with Haiti (1776-1891). University of North Carolina Press, 1941, 73-75.

36 Dubois, L. “The Promise of Revolution. Saint-Domingue and the Struggle for Autonomy in Guadeloupe…” Geggus, David Patrick. The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic world, University of South Carolina Press, 2001, pp. 112-134, 115.

37 Debien, G. Les colons de Saint-Domingue et la Révolution Essai sur le Club Massiac, 1953. Voir les débats de mai 1791 sur la question coloniale au sein de la Constituante.

38 Proclamation du 28 avril 1804, publiée dans Beaubrun Ardouin. Etudes sur l’histoire d’Haïti, 11 tomes, 1855, réédition de 1958 par François Dalencour, tome VI, ch. II, pp. 16-17.

39 Yacou, Alain. « Révolution française dans l’île de Cuba et contre-révolution », dans Michel L. Martin et Alain Yacou. De la révolution française aux révolutions créoles et nègres, Éditions caribéennes, Paris, 1989, pp. 15-40, 30-40.

40 Pestre de Ameida, Lilian. « Textes fondateurs d’Amérique et l’esprit de 1789. Analyse du discours dans des textes historiques », dans La révolution française et Haïti, publiée sous la direction de Michel Hector, Société d’histoire et de géographie, Edition Henri Deschamps, Port-au-Prince, 1989, 2 tomes, tome II, 163-185, p, 185.

41 Buck-Morss, Susan. Hegel, Haiti and Universal History, Published by the University Press of Pittsburg, Pittsbug, 2009.

42 Oppenheim, A. Leo. Ancient Mesopotamia, Portrait of a Dead Civilzation, The University of Chicago Press, 1964, p. 282. Kramer, S. N. From the Tablets of Sumer, The Falcon’s Wing Press, Indian Hills, Colorado, 1956, 47-50. Goody, Jack. « Slavery in Space and Time » African and Asian Systems of Slavery. James Watson ed. Berkley, University of California Press, 1980, 16-42. Benveniste, E. Le vocabulaire des institutions indo-européennes. Éditions de Minuit, 1969, 2 vol., II, p. 324. Finley. The Ancient Greeks, Vikings Press, N. Y., 1964, p. 30. Pelican Books, p. 46) Finley souligne que le paradoxe final de l’histoire de la Grèce archaïque est cette marche la main dans la main de la liberté et de l’esclavage. Il rappelle même que la première indication d’institutions démocratique est dans un texte de l’île de Chios remontant à la période entre 575 et 550 av. J.-C. Il note que, selon une tradition grecque persistante, Chios est la première à acheter des esclaves des barbares. Voir aussi : Finley, Moses. L’économie antique. Les éditions de Minuit, 1973, 1975, ch. III.) Finley voit une corrélation entre l’apparition et de la multiplication des esclaves marchandises réside dans la croissance de la vie urbaine à laquelle les formes de travail dépendant ne correspondaient pas. Patterson, Orlando. Freedom in the Making of the Western Culture, Basic-Books, 1991, preface, et ch. XIV. Patterson établit une relation génétique entre pratique de l’esclavage et invention de l’idée de liberté.

43 Douglass, Frederick. Conférence sur Haïti faite à l’Église métropolitaine de Washington le 22 octobre 1891, traduction de Mgr. J. A. Holly, Journal Le Peuple, Imprimerie de la Jeunesse, Maison Athanase Laforest, Port-au-Prince, s. d.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540