Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle

 | 
Emile Eadie
, 
Liliane Fardin
, 
Rodolphe Solbiac

I – Littératures

Aimé Césaire et Georges Desportes, deux éclaireurs d’avant-garde

Liliane Fardin

Texte intégral

  • 1 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais cont (...)

1Les héritages sont traditionnellement définis comme les coutumes, langues, courants de pensée, en un mot les valeurs dont les différentes générations se font les relais et qui forgent l’identité, le sentiment d’appartenir à un ensemble familial ou social. Les peuples issus de l’esclavage de l’Africain en Amérique, au confluent de multiples cultures, ont eu à subir la relation dominant – dominé, qui ne favorisait pas l’éclosion d’une vraie culture locale ; mais les talents ont pu néanmoins s’exercer, car nul ne peut bâillonner l’imaginaire, ainsi que le dit Georges Desportes, qui « peut nous arrêter de rêver, de désirer et de vouloir ?1 »

2Ces héritages sont donc comme une nourriture, une substance dont chacun s’imprègne, mais ce sont les éléments personnels qui, changeant la tradition ou parfois même la contestant, marquent l’originalité, la personnalité de l’écrivain. Ce dernier exerce sa liberté de création, parfois dans les sujets, mais surtout dans la forme. Ainsi la vitalité et le dynamisme de la littérature antillaise s’expriment-ils au travers des œuvres de nombreux écrivains, et nous avons choisi de développer l’exemple de deux poètes : Aimé Césaire et Georges Desportes, deux éclaireurs d’avant-garde, éveilleurs de conscience.

Aimé Césaire

  • 2 TROPIQUES n° 1 p. 12, in TROPIQUES 1941 – 1945, Paris, Réédition Jean-Michel Place, 1978.
  • 3 TROPIQUES p XII, op. cit.
  • 4 RIMBAUD, Arthur, Œuvres complètes, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, 1972, p. 251-252-253

3Aimé Césaire ne renie pas la culture européenne en tant que telle, définissant Lautréamont2 comme, « le premier à avoir compris que la poésie commence avec l’excès, la démesure, les recherches frappées d’interdit, dans le grand tam-tam aveugle, dans l’irrespirable vide absolu, jusqu’à l’incompréhensible pluie d’étoiles ». Ainsi envisage-t-il la poésie comme une3 « noria qui permet de racler les profondeurs [de l’être] et de les faire remonter au jour », héritier des « ancêtres » du surréalisme, de Baudelaire et des symbolistes, de Mallarmé ou de Rimbaud, qui définissait le poète comme4 « le suprême Savant ! – Car il arrive à l’inconnu ! [ ] Demandons aux poètes du nouveau, dit Rimbaud, [puisque] Les inventions d’inconnu réclament des formes nouvelles. »

  • 5 TROPIQUES n° 11, « Martinique charmeuse de serpent », p 121, op. cit.

4Ces formes nouvelles, elles apparaissent chez Césaire par exemple dans le choix peu répandu du poème en prose pour l’écriture du Cahier d’un retour au pays natal, ou encore dans les textes de Tropiques qu’André Breton découvre par hasard en 1941 et à propos desquels il affirme – quoique ces textes ne se soient pas voulus spécifiquement surréalistes – que ce que Césaire exprimait ne lui « était en rien étranger » ; et Breton met en évidence l’aspect novateur, le caractère d’avant-garde de la poésie césairienne5 : « Ainsi donc, défiant à lui seul une époque où l’on croit assister à l’abdication générale de l’esprit, [] où l’art même menace de se figer dans d’anciennes données, le premier souffle nouveau, revivifiant, apte à donner toute confiance est l’apport d’un noir. »

  • 6 Cité par Georges Desportes, Aimé Césaire Entretien avec Philippe Decraene 6/12/1981, Le Rebelle(...)
  • 7 NADEAU, Maurice, Histoire du surréalisme, Coll. Points, Seuil, 1964, p. 14.

5Aimé Césaire fera ensuite délibérément le choix de cette technique surréaliste dont il accepte alors « l’héritage » ; c’est pour lui un enrichissement, il s’en saisit6 : « Pour ma part, dit-il, [ ] j’ai emprunté à André Breton une technique littéraire se confondant avec la recherche de la liberté. Il m’a appris la sincérité, l’amour de la vérité, l’authenticité. » Quelle technique peut donc lui apporter le surréalisme ? Laissons la parole à Maurice Nadeau qui nous expose les phases de l’élaboration de ce mouvement7 :

« Orphée va-t-il pouvoir rassembler les morceaux de son corps déchiré ? Un immense espoir est né. Les surréalistes trouvent dans les découvertes de Freud une solution provisoire. [ ] Ouvrez les portes au rêve, place à l’automatisme. Nous allons voir l’homme tel qu’il est, nous serons des hommes entiers, « déchaînés », délivrés, osant prendre enfin conscience de nos désirs, et osant les réaliser. »

  • 8 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 22-23

6L’écrivain vivant dans un contexte colonial, ou victime d’une quelconque assimilation ne peut qu’être séduit par un semblable programme, et cette liberté authentique, cette spontanéité se traduisent bien sûr dans les choix d’écriture, puisque Maurice Nadeau précise bien que « les surréalistes ne sont ni des politiques, ni des savants, ni des philosophes, et fort peu des médecins. Ce sont des poètes, des spécialistes du langage, et c’est à lui qu’ils vont s’attaquer. » André Breton définit en effet la démarche surréaliste8 comme « un automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer soit verbalement, soit par écrit le fonctionnement réel de la pensée. »

  • 9 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 22-23
  • 10 NADEAU, Maurice, Histoire du surréalisme, op. cit. p 14

7Césaire indique que sa9 « référence a été le surréalisme parce que l’écriture automatique permet d’aller de la surface des choses jusqu’au fond » ; et s’il accepte cet héritage, cela est bien compréhensible puisque Maurice Nadeau explique que cette écriture fait d’abord10 « foin de la logique. [ ] Il n’y a plus de verbes, de sujets, de compléments. Il y a des mots, qui peuvent signifier autre chose que ce qu’ils disent en réalité. [ ] Il faut que la poésie soit ‘de l’âme parlant à l’âme’, que le rêve se substitue au ‘penser dirigé’, que les images ne soient plus le feu follet courant à la surface des pensées ou des sentiments, mais des éclairs de foudre, illuminant à tout instant ‘les cavernes de l’être’. Un seul moyen : laisser s’exprimer ‘l’hôte inconnu’, dans sa profondeur, dans sa totalité, automatiquement. »

  • 11 TROPIQUES 1941 – 1945, op. cit. p VI

8Césaire dit avoir lu très tôt les Manifestes du surréalisme et bien entendu la Revue intitulée Légitime Défense de ses amis surréalistes martiniquais Etienne et Thélus Léro, René Ménil par exemple ; cependant lorsque Jacqueline Leiner lui demande si son œuvre était surréaliste avant sa rencontre personnelle avec Breton, il répond11 : « ce n’était pas entièrement vrai, ce n’était pas entièrement faux », tout en expliquant qu’après cette rencontre, à partir du troisième numéro, la Revue Tropiques le devient parce que, dit-il, « la rencontre avec Breton a été une confirmation de la véracité de ce qu’[il avait] trouvé par [ses] propres réflexions ».

  • 12 Le Magazine Littéraire n° 34 - Novembre 1969. Source Internet www. magazine-litteraire.com/.../arti (...)

9Notre poète martiniquais n’adhère pourtant pas au mouvement, revendiquant sa liberté. Et lorsque François Beloux lui fait remarquer que le titre de la publication nommée Le Surréalisme au service de la Révolution, dont les six numéros s’échelonnent de 1930 à 1933, semblait refléter le contenu de ses écrits, Aimé Césaire répond12 : « C’était ça. Et je me trouvais d’accord avec Breton sur la plupart des points. [ ] Oui, Breton, c’est un homme pour qui j’ai eu beaucoup d’admiration et d’affection. »

10« Mais... [ ] en même temps, je me tenais sur mes gardes. Et je n’ai jamais voulu appartenir au mouvement surréaliste parce que ce à quoi je tiens le plus, c’est ma liberté. J’ai horreur des chapelles, j’ai horreur des églises ; je ne veux pas prendre de mot d’ordre - quelque sympathie que puisse m’inspirer tel ou tel groupement. Je refuse à être inféodé. C’est ce que je craignais avec Breton ; il était tellement fort, léonin, que j’ai craint de devenir un disciple, et je n’y tenais pas, ce n’est pas dans ma nature. J’ai toujours eu le sentiment de notre particularisme, alors je voulais bien me servir du surréalisme comme d’une arme, tout en restant fidèle à la négritude... »

11Ainsi, comme les surréalistes, à l’ère de la psychanalyse, il donne libre cours à son imagination à partir des lois du rêve, mais marque en effet son originalité de différentes manières, en affirmant : « J’ai inventé mon vocabulaire et j’ai forgé ma mythologie ».

  • 13 « Poésie et connaissance », in TROPIQUES n° 12, 1945, op. cit. p 162.

12– L’on peut noter par exemple l’importance majeure du végétal dans son œuvre, le végétal vrai, dit-il, par lequel il exprime son moi : pensons à la symbolique de l’arbre qui lui paraît représenter l’image de notre humanité, ou à l’algue laminaire - ballottée mais qui résiste - mythe végétal exemplaire de la condition humaine antillaise ; et il explique : « C’est ici l’occasion de rappeler que cet inconscient à quoi fait appel toute vraie poésie est le réceptacle des parentés qui, originelles, nous unissent à la nature. [ ] Tout se passe comme si avant l’éparpillement secondaire de la vie, il y avait une noueuse unité primitive dont les poètes auraient gardé l’éblouissement13 ». De même, dans le langage : il estime que la langue du poète « le ramène à l’état pur. Etat pur, [c’est à dire] soumis non pas à l’habitude ou à la pensée, mais à la seule poussée du cosmos ».

13– Et l’expression de sa personnalité s’exprime aussi par une écriture où l’on retrouve parfois des expressions calquées sur les tournures créoles, par exemple dans son œuvre dramatique Une Tempête, lors d’un échange de répliques truculentes entre Prospero et Caliban (Acte 1 scène 2) :

« Caliban :
C’est ça ! Au début, Monsieur me cajolait : Mon cher Caliban par çi, mon petit Caliban par là ! [ ] Ingrat ! Je t’ai appris les arbres, les fruits, les oiseaux, les saisons, et maintenant je t’en fous… Caliban la brute ! Caliban l’esclave ! [ ]
Prospero :
Oh !
Caliban :
Je mens, peut-être ? C’est pas vrai que tu m’as fichu à la porte de chez toi et que tu m’as logé dans une grotte infecte ? Le ghetto quoi !
Prospero :
Le ghetto, c’est vite dit ! Elle serait moins « ghetto » si tu te donnais la peine de la tenir propre ! »

  • 14 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 28

« Mon effort, dit Césaire, a été d’infléchir le français, de le transformer, pour exprimer disons ce moi nègre, ce moi créole, ce moi martiniquais. C’est pour cela que je me suis plus intéressé à la poésie qu’à la prose, et dans la mesure où c’est le poète qui fait son langage, alors qu’en général le prosateur se sert du langage14 »

  • 15 CESAIRE, Aimé, La Poésie, (Extrait d’une lettre d’Aimé Césaire à Lilyan Kesteloot), Seuil, 1994, p. (...)

14Dans sa poésie, si le mot qui exprime le moi et qui fait naître l’image est essentiel, le rythme l’est tout autant : c’est lui qui va décider de l’appréhension du mot et créer le lyrisme du poème ; le rythme, c’est « l’émotion première », dit-il, « non artificiellement imposé du dehors, mais jailli des profondeurs15 ». Un exemple avec quelques vers du poème intitulé « Fantasmes », extrait de Comme un malentendu de salut (recueil inédit) :

[ ] C’est un peuple de cris sous le talon de fer
Cris serpents
Cris crotales
Cris lézards attendant le soleil
Cris phasmes desséchés
Outre les cris de tous les jours il y a les cris
De toujours
Ceux-là se tiennent debout hautains
Prostrés dans la vague inquiétude de leur témoignage
Et gainés dans l’armure de leur rôle
Cris criquets des solitudes dévoreuses. »

15Ainsi se confirme cette magie du rythme dont il poursuit ainsi l’explication : le rythme est « le tempo de la vie ; sa saccade ; non la musique des mots captée, mais ma plus profonde vibration intérieure. C’est pourquoi, dit-il, le sculpteur soudanais ne travaille que de nuit et en chantant, incorporant dans la statue le verbe incantatoire. »

  • 16 Ibid.

16Quant à sa mythologie, il fait corps avec son île et avec son volcan et se définit comme en proie à une colère péléenne, légitime et créatrice : « alors quid de la poésie ? Il faut toujours y revenir : surgie du vide intérieur, comme un volcan qui émerge du chaos primitif, c’est notre lieu de force ; la situation éminente d’où l’on somme ; magie ; magie16 »

  • 17 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 27

17La justification de cette colère est bien sûr liée à cet héritage douloureux du passé : « il ne faut pas oublier que nous, antillais, sommes descendants d’esclaves. Nous sommes des êtres déchirés. La condition antillaise est pathétique. Nous avons été trompés, opprimés, dépouillés de notre terre et de notre langue. C’est pourquoi il y avait chez moi le besoin de rugir, cette rage fondamentale, et que ma poésie est faite de révoltes, d’angoisses et d’appels à la reconquête. Me reconquérir, voilà mon obsession.17 »

  • 18 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

18Car il s’agit bien en effet d’un surréalisme qui dépasse Breton, dans la mesure où il le relie à l’Afrique : c’est avant tout une recherche identitaire dans la voie royale de la Négritude. Pour cet héritier d’une double culture, il s’agit bien d’utiliser un outil de la culture occidentale dans sa quête du nègre fondamental. Car il avait la conviction que18 « même dans un monde aussi aliéné que le monde martiniquais », les antillais demeuraient cependant, « au fond, conscients de [leur] nature africaine ».

  • 19 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

19Et Césaire d’expliquer alors que la rencontre avec Senghor a été pour lui « la révélation de l’Afrique ». Ainsi la poésie devient-elle l’arme qui marque le refus de la fausseté et du mensonge, car c’est cette révélation qui a déclenché la prise réelle de conscience de ce dont jusqu’alors il avait intuitivement eu le sentiment19 : « La Martinique est double et nous, Martiniquais, nous vivons dans un monde de fausseté ; il nous faut retrouver la vérité de notre être... Tout naturellement, j’ai débouché sur la poésie, parce que c’était un moyen d’expression qui s’écartait du discours rationnel. La poésie, telle que je la concevais – que je la conçois encore, – c’était la plongée dans la vérité de l’être. Si notre être superficiel est européen, et plus précisément français, je considère que notre vérité profonde est africaine. Il s’agissait de retrouver notre être profond et de l’exprimer par le verbe : c’était forcément une poésie abyssale »

  • 20 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 23
  • 21 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

20Ainsi son rapport avec le surréalisme se conçoit-il, de son propre aveu, dans l’apport du « surréalisme méthode » et non du « surréalisme système ». Et il constate clairement la mise en évidence d’un paradoxe20 : « En empruntant une technique européenne, j’ai obtenu le jaillissement du Moi nègre », auquel il donne une portée qui va au-delà des limites de son île21 : « Voilà la négritude. Elle affirme une solidarité. D’une part dans le temps, avec nos ancêtres noirs et ce continent d’où nous sommes issus (cela fait trois siècles, ce n’est pas si vieux) et puis une solidarité horizontale entre tous les gens qui en sont venus et qui ont, en commun, cet héritage. »

  • 22 In Liliane Fardin, 12 Poètes antillais contemporains, Les Perséides, 2008, p 58

21Car l’essentiel pour lui est bien22 d’« être soi-même, être ce qu’on est, le reste est superficiel ! Et en allant jusqu’au bout nous trouvons une fraternité, elle est là… » : ainsi cette démarche qui mêle le singulier et l’universel va-t-elle se concrétiser tant dans sa poésie que dans son action politique, car si dans ses textes poétiques nous constatons aussi souvent l’emploi du « nous » (incluant son peuple) que celui du « je » de la première personne, il a changé bien des choses sur le plan sociétal, et c’est pourquoi il a acquis cette dimension dans la mémoire collective de notre monde.

Georges Desportes

22Georges Desportes se définit comme appartenant à la pré-négritude, et bénéficie aussi de « l’héritage » de Césaire qui est son aîné. Il est féru de littérature et de musique, héritier lui aussi des deux cultures, européenne et antillaise, mais il a l’ambition de les transformer à l’ordre du jour de son temps, avec les agencements de la modernité et le signe de sa personnalité. Un écrivain dont l’objectif, à l’exemple des surréalistes, est de :

« surprendre le sens commun
et la logique dans son bon
sens
les mots dans leur paresse »

23Ainsi a-t-il voulu, dit-il, « débalkaniser » la littérature et y introduire toutes les facettes, toutes les « tiges » de l’art, de façon que l’une (le cinéma, le jazz,) enrichisse l’autre, et que les domaines ne soient pas compartimentés, pour faire l’unité dans la diversité.

  • 23 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais cont (...)

24« 23La poésie est le jazz de choc de l’esprit en jubilation. Un jazz rythmé par le sang du tam-tam du cœur, ébranlant de la danse de sa voix le bloc total du monde, de la chair et du corps. », nous dit-il dans le recueil intitulé Sous l’œil fixe du soleil. Léopold Sedar Senghor, dans une lettre qu’il lui adresse en mars 1983, après la lecture du recueil intitulé L’Amour m’aime, se dit frappé par sa « puissance de fabulation [], [par ses] images analogiques, mais aussi [par] la spontanéité de sa Parole, qui épouse le rythme de la marche, de la danse, de la vie. Ce rythme vivant qui, dit-il, lui est venu d’Afrique, fait qu’il est de répétitions qui ne se répètent pas. »

25Le « courant rythmique » du poème intitulé « Magique » où triomphent les riffs et les breaks du jazz, avec les sonorités de la percussion de notre patrimoine musical traditionnel, extrait de l’ouvrage Sous l’œil fixe du soleil, semble confirmer cette opinion :

26La caméra plante le décor dans les cinq premiers vers en cherchant le tempo et la musique des mots ; c’est un premier plan :

« Un cercle de foule
Un tambour
Deux hommes qui dansent
Damier
Sous les tamariniers »

27Ensuite, en deuxième vision, un gros plan sur le tambour, puis le roulement du tambour et la danse commence (vers 6 à 12)

« Tam-tam
Tam-tam et baguettes
Baguettes et baguettes et baguettes
Roulez tambour
Tam-tam sourd
Baguettes sons silex secs et drus
Navette des mains tricotées des pieds »

28Ensuite les chants démarrent :

« Ma voix hélée
Poussée grattée lessivée des ongles
Gestes d’Afrique
Ignorée oubliée désolée
Fleurissez »

29Chez cet écrivain, pas de ponctuation, le rythme et le souffle du poème sont typographiquement marqués par les blancs. La musique peut être froide, ou chaude, suivant le rythme, hot jazz, ou free jazz par exemple. Ici, l’orchestration dirigeant la musique du poème est plutôt tumultueuse comme le bèlè ; il peut s’agir parfois en revanche d’une musique « de brise » ou de flûte des mornes permettant un contentement dans la sérénité…

  • 24 FARDIN, Liliane, 12 Poètes antillais contemporains, op. cit, p. 41.

30Georges Desportes, qui a exercé au titre d’adjoint au Directeur artistique de la radio et de la télévision à la Martinique, a produit ou animé des émissions littéraires et musicales, notamment Hot Jazz Fantaisie, et estime que24 «depuis que la poésie moderne s’est libérée de la versification et de la rime, la poésie ne se confond plus avec la musique proprement dite, mais elle jaillit dans le même élan du jazz, qui vise à l’improvisation, et se façonne de toutes ses structures rythmiques déjà élaborées par tous les grands musiciens et compositeurs du monde du jazz. ».

  • 25 In France Antilles du 12-12-1987
  • 26 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du soleil, Paris, Debresse-poésie, 1961, p. 28.

31Une œuvre qualifiée souvent par la critique littéraire25 de mosaïque littéraire « en ce sens qu’y voisinent le conte bref, le poème, la pochade, l’esquisse théâtrale, le roman ». L’écrivain use aussi de techniques de cinéaste, et dit employer des techniques audio-visuelles pour donner des vues différentes, « en employant la caméra-stylo qui permet de visualiser les choses et de les faire comprendre de l’intérieur à partir de l’extérieur ! C’est une connaissances à facettes ». Il nous entraîne par exemple, dans une sorte de panoramique, « A la dérive des chemins du volcan26 » :

« Ici un monde
Notre monde
Et tout le long des plages des nasses de varech des filets
D’araignées
Sur les cases et les têtes et les barques de pêche retournées
Bariolées et qui attendent
– quand parleras – tu volcan ? »

32Notre auteur révèle également la créativité de ses inventions dans l’architecture de ses recueils. Par exemple, L’Amour m’aime, un recueil qui étage trois parties : la première, « les jours de soleil », où l’on voit la naissance de l’amour, le coup de foudre ; la seconde, « les nuits de lune », s’ouvre sur la lune de miel et son érotisme poétique, la troisième partie s’intitule « Eclipses » et dévoile les moments noirs de l’amour, absences, chagrins, séparation, le rythme soleil et lune déroulant dans l’œuvre la spirale du Temps. Dans sa démarche, l’auteur se tient ferme aux impératifs d’André Breton qui disait : « la beauté sera convulsive, érotique-voilée, explosante fixe. »

33Autre exemple : Sous l’œil fixe du soleil qui a pour sous-titre « Poèmes masqués », et est présenté à l’instar d’une symphonie classique avec un « Prélude » ou ouverture qui définit la thèse ; ensuite il y a trois mouvements et un final. La poétique n’est manifestement pas classique pourtant, mais surréaliste, et le poème n’est pas seulement chant, il est à soi-même une orchestration avec autant d’arrangements que d’inventions et d’improvisations jazzistiques.

34Un troisième exemple de son originalité dans l’architecture de l’ouvrage intitulé Cette île qui est la nôtre : chaque poème présentant un tableau de la Martinique sous l’angle géographique, social, culturel, ou matériel, se rattache au suivant dans un procédé cinématographique que l’on pourrait qualifier de « fondu enchaîné » ; en effet, à une idée ou à un mot qui ferme un poème vient se « superposer » graduellement une idée ou un mot qui ouvre le poème suivant : par exemple, le poème initial se termine sur la géographie des Antilles qui ouvre le second poème. Autre exemple, l’avant-dernier texte présenté comme un monologue s’achève par la phrase suivante : « Aujourd’hui, mes amis, je savoure l’esprit de ma chair au printemps de ma terre et je taille un éclat de mon rire, assis sur le soleil » ; tandis que le dernier débute avec la sollicitation du conteur face aux répondeurs en ces termes : « Messieurs, mesdames, je me présente devant vous avec ma parole pour témoin ; car n’ayant jamais rien déguisé de ma vie, j’ai toujours puisé ma force et ma sagesse à la source profonde, claire et pure comme l’innocence ; et où se mire le ciel bleu sous le plus beau soleil ! – est-ce que la cour dort ? » Et l’on pourrait citer bien d’autres exemples de ces enchaînements progressifs, soit thématiques, soit s’appliquant au décor, au cadre, et très souvent non dénués d’humour…

  • 27 DESPORTES, Georges, « Etude de la poésie : positions et propositions », ANTILLA n° 464, 13 Décembre (...)

35Desportes estime que ce caractère « audio-visualisé » de la poésie est indispensable au regard du27 « progrès humain qui a subi une métamorphose qualitative », et de « l’accélération psychique de l’homme moderne et cultivé ». L’homme d’aujourd’hui sans cesse sollicité par le web, le cinéma, l’audio-visuel, la publicité, ou la télévision n’échappe pas à son temps.

36Ainsi, explique-t-il, la poésie moderne, dynamique, « utilise la dialectique de la métaphore : condensation, substitution, transfert, etc… qui sont des lois du rêve », et non celles de la poésie classique « soumise à la continuité logique » et plutôt « statique. »

  • 28 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais cont (...)

37Il est intéressant de s’interroger avec les écrivains, et avec celui-ci en particulier, sur la place qu’occupe la poésie aujourd’hui, dans cette société contemporaine où triomphent l’image et l’Internet ; écoutons-le « A notre époque naissante du XXIe siècle, dominée par la globalisation, il faut souligner que le pragmatisme mondial ne s’intéresse qu’aux produits qui rapportent de l’argent et augmentent les bénéfices. Sur le plan de l’édition, le roman par exemple a détrôné la poésie qui ne résiste que sous sa forme bâtarde sinon médiocre, dans les chansons à succès des stars de la planète. Mais si, dans le domaine du livre, il y a mésestime et indifférence, en revanche, dans la technologie de pointe on expérimente des combinaisons insolites qui utilisent à la fois l’informatique, le cinéma et ses trucages, les jeux vidéo, pour contribuer à faire revivre, modernes, le merveilleux et le fantastique de la science-fiction ; ce qui révèle une nouvelle saisie poétique de la vie, sa mise à portée des foules. Mais n’assassinons pas trop vite la poésie. [J’ai dit ailleurs :] ‘N’oublions pas que Hegel avait placé la poésie en tête de tous les Arts. Elle restera, quoiqu’on en dise, l’état de la plus grande force, de la plus grande lumière. C’est aussi un état de grâce naturelle qui permet le rééquilibrage de l’homme. Elle nous permet d’assumer toutes les contradictions du monde présent, en suppléant à tout manque pour parvenir à être à l’aise avec le Tout, en redéfinissant l’adéquation avec le Temps. La Poésie est le refus de mourir28…’ »

***

  • 29 . Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 28

38Ces écrivains, qui peuvent être considérés comme des pionniers, ouvrent la voie à d’autres qui, quoiqu’ils s’affirment parfois dans la contestation, poursuivent, pour le bonheur de la littérature antillaise moderne, cette quête et cette aventure de la pensée et de la langue… Car, ainsi que le dit Aimé Césaire, « si la poésie est un langage de Nuit, c’est pourquoi dans le noir de la Nuit se manifeste l’éclat phosphorescent du rêve29 »

Notes

1 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais contemporains, Les Perséides, 2008, p 41

2 TROPIQUES n° 1 p. 12, in TROPIQUES 1941 – 1945, Paris, Réédition Jean-Michel Place, 1978.

3 TROPIQUES p XII, op. cit.

4 RIMBAUD, Arthur, Œuvres complètes, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, 1972, p. 251-252-253

5 TROPIQUES n° 11, « Martinique charmeuse de serpent », p 121, op. cit.

6 Cité par Georges Desportes, Aimé Césaire Entretien avec Philippe Decraene 6/12/1981, Le Rebelle n° 4, Martinique, Centre Césairien d’Études et de Recherches, p 22.

7 NADEAU, Maurice, Histoire du surréalisme, Coll. Points, Seuil, 1964, p. 14.

8 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 22-23

9 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 22-23

10 NADEAU, Maurice, Histoire du surréalisme, op. cit. p 14

11 TROPIQUES 1941 – 1945, op. cit. p VI

12 Le Magazine Littéraire n° 34 - Novembre 1969. Source Internet www. magazine-litteraire.com/.../article ? id...

13 « Poésie et connaissance », in TROPIQUES n° 12, 1945, op. cit. p 162.

14 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 28

15 CESAIRE, Aimé, La Poésie, (Extrait d’une lettre d’Aimé Césaire à Lilyan Kesteloot), Seuil, 1994, p. 6.

16 Ibid.

17 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 27

18 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

19 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

20 Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 23

21 Le Magazine Littéraire n° 34, op. cit.

22 In Liliane Fardin, 12 Poètes antillais contemporains, Les Perséides, 2008, p 58

23 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais contemporains, op. cit. p 40

24 FARDIN, Liliane, 12 Poètes antillais contemporains, op. cit, p. 41.

25 In France Antilles du 12-12-1987

26 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du soleil, Paris, Debresse-poésie, 1961, p. 28.

27 DESPORTES, Georges, « Etude de la poésie : positions et propositions », ANTILLA n° 464, 13 Décembre 1991, p. 29.

28 DESPORTES, Georges, Sous l’œil fixe du Soleil, cité par Liliane Fardin, in 12 Poètes antillais contemporains, op. cit. p 41

29 . Cité par Georges Desportes dans Le Rebelle n° 4, op. cit. p 28

Auteur

Maître de conférences à l’Université Antilles-Guyane

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540