Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Les auteurs

Texte intégral

1Georg KREMNITZ (Georg.Kremnitz@univie.ac.at) est professeur à l’Institut für Romanistik de l’Université de Vienne. Spécialiste de langues et littératures romanes (français, espagnol, catalan, occitan) et de créolistique, il a été président de l’Association Internationale d’Études Occitanes (AIEO), de l’Association Germano-Catalane (DK) et coordonne le projet d’« Histoire Sociale des Langues de France » (DGLFLF). Ses recherches portent entre autre sur la sociologie de la communication, la sociolinguistique (politiques linguistiques, contacts et conflits de langues) et les littératures bilingues. Parmi ses principales publications, on retiendra Versuche zur Kodifizierung des Okzitanischen seit dem 19 (1974), Français et créole : ce qu’en pensent les enseignants (1983), Gesellschaftliche Mehrsprachigkeit (1990, version catalane Multilingüisme social, 1994), Mehrsprachigkeit in der Literatur (2004), et les éditions de Sprachen im Konflikt. Theorie und Praxis der katalanischen Soziolinguisten (1979), Le rayonnement de la civilisation occitane à l’aube d’un nouveau millénaire (2001), Lenguas, literaturas y sociedad en la Argentina (2004).

2Patrick CHARAUDEAU (pcharaud@wanadoo.fr) est professeur de sciences du langage à l’Université de Paris-Nord (Paris XIII) où il dirige le Centre d’analyse du Discours (CAD). Ses recherches portent sur l’analyse du discours, la problématique identitaire à travers le langage, l’analyse des discours politique et des médias, ainsi que sur l’analyse discursive de l’image. Parmi ses publications, on peut citer : Dictionnaire d’analyse du discours (avec D. Maingueneau, 2002), La voix cachée du Tiers. Des non-dits du discours (2004), Le discours politique. Les masques du pouvoir (2005), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours (2005), Petit traité de politique à l’usage du citoyen (2008), La médiatisation de la science. Clonage, OGM, manipulations génétiques (2008) et Entre populisme et peopolisme. Comment Sarkozy a gagné (2008).

3Pilar MARTÍNEZ-VASSEUR (pilar.martinez@wanadoo.fr) est professeur d’Histoire et Civilisation de l’Espagne contemporaine à l’Université de Nantes. Elle y dirige le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI). Après une thèse en sciences politiques sur Le rôle de l’armée espagnole pendant le régime franquiste (1939-1975), elle a poursuivi des travaux sur l’institution militaire tout en se consacrant à l’étude des rapports culturels de l’idéologie franquiste (Rapport Histoire-Cinéma), à l’étude des questions identitaires en Espagne et des rapports entre les nationalismes et l’armée espagnole du xixe siècle à nos jours. Sur chacun de ces sujets elle a publié de nombreux articles, en France et en Espagne. On retiendra, parmi ses travaux les plus récents « Les conséquences du face à face Etat espagnol-terrorisme basque » (2002), L’armée espagnole (xixe-xxe siècles), 2004, et en tant qu’éditeur, La guerre civile espagnole : du réel au légendaire, 2006, et La question nationale en Espagne, 2006. Par ailleurs, elle est directrice du Festival du cinéma espagnol de Nantes (www.cinespagnol-nantes.com, Prix de l’Académie des Arts et Sciences Cinématographiques d’Espagne en 2007).

4Santiago DEPABLO (santi.depablo@ehu.es) est catedrático d’Histoire Contemporaine à l’Universidad del País Vasco (Euskal Herriko Unibertstitatea). Parmi ses ouvrages, il convient de mentionner El País Vasco en los años treinta (1995), Tierra sin paz. Guerra Civil, cine y propaganda en el País Vasco (2006) et En tierra de nadie. Los nacionalistas vascos en Álava (2008). Il est également co-autor, entre autres, de El péndulo patriótico. Historia del Partido Nacionalista Vasco (1999, 2001 y 2005) et de Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx (2002 y 2009). Il a donné des séminaires aux États-Unis, en Argentine, en Colombie, en France, en Italie, au Japon, au Ghana, etc. Il est co-directeur de la revue de recherche Sancho el Sabio et membre de l’Academia de las Artes y Ciencias Cinematográficas de España.

5Henri BOYER (Henri.Boyer@univ-montp3.fr) est professeur de sciences du langage à l’Université Montpellier III où il co-dirige le Laboratoire DIPRALANG. Il est responsable des collections « Sociolinguistique » et « Langue et Parole » aux éditions L’Harmattan. Ses recherches et publications portent, en particulier, sur le fonctionnement des représentations sociolinguistiques et le poids des imaginaires des langues : idéologies, attitudes, stéréotypes ; sur les pratiques linguistiques, le statut et la dynamique des langues au sein des sociétés plurilingues ; sur le traitement sociolinguistique des conflits de type diglossique ainsi que sur les politiques linguistiques. Dans la dernière période il a publié, entre autres : De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires (2003), Langue et identité. Sur le nationalisme linguistique (2008).

6Christian LAGARDE (christianlagarde@orange.fr), membre du CRILAUP, est professeur à l’Université de Perpignan Via Domitia où il enseigne la linguistique et sociolinguistique espagnoles. Ses recherches portent sur l’immigration espagnole en France, le bilinguisme individuel, les politiques linguistiques, les identités, les nationalismes et les écritures « bilingues », principalement sur les terrains catalan, occitan, hispanophones et francophones. Outre de nombreux articles, il a entre autre publié : Le parler « melandjao » (1996), Des écritures « bilingues » (2001), Identité, langue et nation (2008), co-dirigé L’Espagne et ses langues (2002) et Le catalan au nord des Pyrénées (2002), édité Écrire en situation bilingue (2004) et Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (2008).

7Miquel STRUBELL i TRUETA (MSTRUBELL@OC.EDU), après avoir été directeur du Servei de Normalització Lingüística de la Generalitat de Catalunya de 1980 à 1988, puis de l’Institut de Sociolingüística Catalana jusqu’en 1998, est depuis lors professor à l’Universitat Oberta de Catalunya, à Barcelone et aujourd’hui secrétaire exécutif de la Càtedra de Multilingüisme Linguamón. Il a publié : Llengua i població a Catalunya (1981), La llengua catalana a l’àrea barcelonina (avec J. M. Romaní, 1986), The Catalan Language : Progress towards normalisation (avec Jude Webber 1991) ; coordonné Estudis i propostes per a l’extensió de l’ús social de la llengua catalana (1991) ; Euromosaic. Production and reproduction of minority language groups in the EU (1996) ; Discussion manual on lesserused languages (avec Jordi Bañeres, 1998). En 1984, il avait co-édié le n° spécial (vol. 47) de l’International Journal of the Sociology of Language sur « Catalan Sociolinguistics ». Il a coordonné deux rapports pour le compte du Parlement européen, été missionné comme expert par le Conseil de l’Europe et l’OSCE ; il a coordonné l’étude Euromosaic (1991-1993) et DROFoLTA (2005-2006) et été co-rédacteur du Report on the diversity of language teaching oered in the European Union (DiTLang, 2007).

8Miquel NICOLÁS AMORÓS (Miquel.nicolas@uv.es) est professor de Filologia Catalana à l’Universitat de València a pour spécialités de recherche la méthodologie de l’histoire linguistique, l’histoire sociale du catalan et l’analyse du discours médiatique. Il partage la direction, sur l’ensemble des universités de la Communauté valencienne, du Master « Assessorament lingüístic i cultura literària ». Il a pris une part active à l’élaboration d’une série de manuels de langue destinés à l’enseignement secondaire. Il est l’auteur de La història de la llengua catalana : la construcció d’un discurs (1998) et co-auteur d’un Panorama d’història de la llengua (1993) puis d’une Història de la llengua catalana (2 vol. 2000, 2002). Il a édité Bernat i Baldoví i el seu temps (2002) et co-édité La configuració social de la norma lingüística a l’Europa llatina (2006).

9Franck MARTIN (franckmartin42@wanadoo.fr) est maître de conférences d’espagnol à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne où il dirige le Master Relations Commerciales Internationales. Ses recherches se centrent sur l’identité, la culture et la langue de la Communauté valencienne (sociolinguistique, politiques linguistiques, « sécessionnisme »). Au-delà de sa thèse soutenue en 2000 : Les Valenciens et leur langue régionale : approche sociolinguistique de l’identité de la Communauté valencienne, il a publié sur ce thème les articles : « Patrimoine linguistique et faiblesse de l’État : l’émergence des nationalismes autour de la question linguistique » et « Pays valencien : la revendication d’une langue régionale » (2002) ; « Le sécessionnisme linguistique valencien : des dangers et des dérives d’un usage partisan de la linguistique » (2003), et « Nouveau Statut d’autonomie valencien (2006) : résolution ou pérennisation d’un conflit linguistique rétrograde ? » (2008).

10Josep V. FORCADELL SAPORT (JOSEPV.FORCADELL@UA.ES) est directeur technique du Secretariat de Promoció del Valencià de la Universitat d’Alacant et a occupé les fonctions de directeur de l’Observatoire de la Langue de cette même université. On lui doit à ce titre la co-édition avec Ferran Isabel de El valencià a Alacant. Observatori de la Llengua (2002/2003), 2004 et de A Alacant, en valencià. Observatori de la Llengua (2003/2005), 2007. Il avait auparavant collaboré à la traduction en catalan du Coran (l’Alcorà) de Míkel de Epalza, 2001 (Premi Ciutat de Barcelona i Premio Nacional de Traducción 2002) et publié « Una (altra) política língüistica per alvalencià », L’Espill, 15, 2003, Institut Alacantí de Cultura Juan Gil-Albert (Diputació d’Alacant).

11Sandrine SINTAS (Sandrine.Sintas@univ-nantes.fr) est maître de conférences d’espagnolà l’Université de Nantes et membre du CRINI. Sociolinguiste, elle s’est spécialisée dans l’analyse du discours et la jurilinguistique. Elle s’intéresse aux revendications linguistiques et nationalo-identitaires, tout particulièrement dans le domaine des Pays Catalans et des Baléares. À côté d’articles dans la ligne sa thèse De la "langue baléare" à la (micro)nation baléare ? (2000) (« Les Îles Baléares entre « Pays Catalans » et (micro)nationalisme » [2002] ; « Du statut juridique des langues dans l’archipel baléare au devenir de la langue catalane » [2004] ; « Le bilinguisme, cheval de bataille du Parti Populaire dans l’archipel baléare : du slogan politique à la réalité sociolinguistique » [2005] ; « Mémoire de la langue ou langue de la mémoire ? Des textes normatifs du xixe siècle à nos jours ou comment les défenseurs de l’idiosyncrasie îlienne veulent faire de la "langue baléare", une "langue parfaite" » [2008]), elle en a également publié au sujet de la langue de l’étiquetage commercial.

12Xosé Luís REGUEIRA FERNÁNDEZ (xoseluis.regueira@usc.es) est catedrático de Filoloxía Galega à l’Universidade de Santiago de Compostela. Il est spécialiste de phonétique du galicien et de sociolinguistique, tout en ayant publié également des travaux sur l’historiographie et la grammaire. On lui doit, publiés en propre ou en collaboration, Gramática galega (1986), Guía bibliográfica de lingüística galega (1996), Os sons da lingua (1998), Dicionario de pronuncia da lingua galega (2009) et de nombreuses contributions à des ouvrages collectifs. Il est coordonnateur, depuis sa fondation en 1990, de la revue Cadernos de Lingua, publiée par la Real Academia Galega. Il est chercheur à l’Instituto da Lingua Galega et membre correspondant de la Real Academia Galega.

13Xoán Paulo RODRÍGUEZ YÁÑEZ (xoanp@uvigo.es) est profesor de linguistique générale et de sociolinguistique à l’Universidade de Vigo. Ses domaines d’intérêt sont le bilinguisme et l’analyse conversationnelle. Il a entre autre coordonné, sur la sociolinguistique galicienne, le n° 6 de Plurilinguismes (1993), et co-coordonné le n° 47 de Lengas (2000). Il est par ailleurs co-auteur de Manual de Ciencias da Linguaxe (2000) et co-éditeur de Bilingualism and Education. From the Family to the School (2005). De 2000 à 2006 il a co-dirigé la revue Etudios de Sociolingüística (Vigo, 14 n° parus), et depuis lors, Sociolinguistic Studies (Londres, Equinox, 3 n° parus).

14Alain VIAUT (alain.viaut@msha.fr) est linguiste, chargé de recherches au CNRS (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine) / Bordeaux 3. Il travaille dans un cadre pluridisciplinaire sur les langues minoritaires en Europe. Il a abordé en relation avec celles-ci certaines notions (standardisation, variation, normalisation linguistique, frontière et espace linguistiques), et pratiques (ateliers d’écriture, langage technique en situation de diglossie). Outre ses productions sur l’occitan (Flor de vinha, 1992, sur la terminologie viticole occitane en Médoc, Écrire pour parler : los Tradinaires, 1998, sur un atelier d’écriture occitan en milieu rural dans cette même région), pour lequel il continue de mener des recherches de terrain, il a entre autre dirigé deux ouvrages collectifs : Langues d’Aquitaine. Dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique (1995), et dans un cadre international, en relation avec la notion de territoire linguistique, Variable territoriale et promotion des langues minoritaires (2007). Il s’est aussi intéressé à la configuration particulière des langues minoritaires de l’Espagne à travers, en particulier, l’occitan dans le Val d’Aran, l’asturien et la notion de langue propre.

15Karine BALLANEDA (karine.ballaneda@univ-perp.fr) est actuellement ATER d’espagnol à l’Université de Perpignan Via Domitia. À la suite d’une Maîtrise et d’un D.E.A., elle vient d’y soutenir une thèse intitulée La quête d’identité à travers les mythes en Cantabrie (2009). Elle a jusqu’ici publié quelques articles sur ce même thème, en particulier : « La place de l’imaginaire dans la réélaboration de la mémoire collective en Cantabrie » (2009).

16Mercè PUJOL BERCHÉ (mercepujolberche@gmail.com) est professeure à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense). Ses recherches portent sur l’acquisition et l’enseignement des langues étrangères en contexte multilingue, la sociolinguistique de l’émigration et l’analyse de discours. Elle a récemment publié : « Reflexiones acerca de la relación entre lengua y cultura en didáctica de lenguas » (2005), « La cognició social de l’espai simbòlic i les reestructuracions de les identitas dels autòctons catalans » (2005), « Política lingüística en España y población extranjera » (2006), « Essai d’interprétation (socio)linguistique de quelques poèmes de Miquel Martí i Pol » (2007), « El papel de la escuela ante la inmigración y la diversidad lingüística » (2008), « Cultures en dialogue. Comment bâtir un avenir commun » (2008), « Políticas lingüísticas y de integración en materia de emigración en Europa como reflejo de la construcción de los estados-nación (2009).

17Chrystelle BURBAN (chrysburban@voila.fr) est maître de conférences d’espagnol à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Après sa thèse sur les politiques d’éducation « bilingue » en Catalogne, Galice et Pays Basque (2000), elle a publié une série d’articles sur cette question (« Transmettre l’héritage et intégrer l’allophone : les enseignements "bilingues" » [2002], « Enseignements bilingues et projets politiques dans les Nationalités Historiques d’Espagne » [2002], « L’enseignement des langues régionales : personnalité ou territorialité ? Regards croisés France-Espagne » [2004]) ; d’autres sur la substitution linguistique (« Les langues minoritaires ou le sauvetage impossible » [2006], « Faut-il vraiment sauver l’espagnol ? » [2007]) ; d’autres sur les « dialectes historiques » (« Quid des dialectes historiques ? » [2006], « L’aragonais entre deux feux. Dialecte historique ou langue ? » [2008]). Elle a co-édité le vol. 2 de Écrire en situation bilingue (2004), et L’école, instrument de sauvegarde des langues menacées ? (2007).

18Joxean FERNÁNDEZ (Josean.Fernandez@univ-nantes.fr) est maître de conférences d’espagnol à l’Université de Nantes, spécialiste de l’histoire de la Guerre Civile au Pays basque et du cinéma, thèmes sur lesquels porte sa thèse. Il a entre autre publié : « El final de las viejas glorias : entre el fuego y las ascuas » (Nosferatu n° 48 et 49, 2005), « Cinéma et Guerre Civile au Pays Basque : le cas de « La pelota vasca : la piel contra la piedra » (2006), « La memoria cinematográfica de dos nacionalistas vascos durante la Guerra Civil : Esteban Urkiaga y Jesus de Galíndez » (2008). Journaliste spécialisé dans le 7e Art (Festival de San Sebastián), il est également coréalisateur du documentaire « A las puertas de París » sur les émigrées espagnoles à Paris dans les années soixante et animateur du Festival de Cinéma espagnol de Nantes.

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540