Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Le buzz médiatique dans Manifiesto por la lengua común

Chrystelle Burban

Texte intégral

1. LE DISCOURS MÉDIATIQUE

1L’histoire des médias a commencé il y a bien longtemps. Déjà au xviie siècle, on peut parler des médias sous leur forme imprimée, diffusée par les almanachs et le colportage. Les médias écrits se sont développés substantiellement au xviiie siècle, pour exploser à la fin du xixe siècle, en raison de la fin du contrôle très serré des gouvernants et de l’extension de l’instruction publique. Avec cela, les médias se sont diversifiés – c’est l’apparition de la radio en 1906, de la télévision à la moitié du siècle et plus récemment d’Internet. On distingue donc désormais plusieurs médias : la presse écrite, la radio, la télévision, le cinéma et l’Internet. Certes, ils ne sont pas équivalents, et l’apparition d’un nouveau a eu tendance à en faire reculer un ou plusieurs autres. Il en a été ainsi de la presse écrite face à la radio, et de la radio face à la télévision. Seul démenti : la place de la télévision qui n’a pas reculé face à l’irrésistible montée d’Internet, lequel finalement pourrait œuvrer pour une réconciliation des différentes formes de médias, puisque tous s’y retrouvent.

2Leur audience a pris une telle ampleur que l’on parle désormais de mass médias – le média de masse par excellence étant la télévision – pour évoquer leur puissance de pénétration dans les foyers.

3Cette puissance de pénétration est telle que l’on a parlé à l’endroit des médias d’un quatrième pouvoir. Cette expression est plus particulièrement appliquée à la presse, que l’on peut envisager dans une perspective négative, dans la mesure où elle manipule l’opinion publique (choix de l’événement, « événementisation », captation, dramatisation) et joue parfois un rôle néfaste sur la politique (scandales, suicide – celui de Pierre Bérégovoy a ainsi parfois été qualifié d’« assassinat médiatique »). La perspective peut également s’avérer plutôt positive puisque, compte tenu de leur fort impact supposé sur l’opinion publique, les médias peuvent parfois servir de contre-pouvoir.

4A priori, donc, tout oppose le monde politique et médiatique. En effet, face aux médias qui se posent en pourvoyeur d’un discours d’information vraie et transparente, le discours politique serait quant à lui caractérisé négativement par la manipulation et la dissimulation, et

  • 1 Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris (...)

c’est donc au nom de la lutte contre cette opacité [...] contre ce qui fait obstacle à l’information du citoyen que les médias d’information se donnent pour rôle (pour vocation ?) de dévoiler ce qui est caché, et de contrecarrer toute stratégie de « communication » manipulatrice ; on touche là l’un des points forts du discours de légitimation que produisent les médias, celui de l’information présentée comme une conquête contre les forces obscurantistes du pouvoir1.

5C’est une vision caricaturale, que Patrick Charaudeau baptise du nom de « point de vue naïf », puisque la manipulation n’est pas non plus étrangère aux médias et à leur discours, en raison des conditions de production ou construction de leur discours.

6Parmi les stratégies des médias destinées à capter le public, le buzz médiatique en est une qui a récemment été mise en œuvre par la presse espagnole. Le buzz, ou tapage médiatique, est une technique consistant à surmédiatiser un événement, en lui consacrant une couverture médiatique qui, par la quantité d’articles, d’émissions, selon le type de média, peut paraître disproportionnée par rapport à l’importance réelle de l’événement. Le dernier buzz médiatique en date à ce jour (octobre 2008) en Espagne est directement en rapport avec l’article 3 de la Constitution, puisqu’il tournait autour de la relation entre le castillan et les autres langues d’Espagne dans les Communautés autonomes dites « bilingues ».

2. EL MANIFIESTO POR UNA LENGUA COMÚN : UN BUZZ MÉDIATIQUE

A. Contexte

7Entre les mois de juin et juillet 2008, environ du 23 juin au 30 juillet, un sujet, qui occupe toujours une place de choix dans une certaine presse, s’est trouvé bombardé avec une intensité sans précédent dans la presse espagnole : il s’agit concrètement d’une polémique au sujet des relations de la langue espagnole et de celles des Communautés autonomes dites « bilingues », qui a donné lieu à quelque quatre-vingt articles par journal au cours de cette période. À l’origine de ce fait, une action citoyenne à l’initiative d’une groupe d’intellectuels hispanophones, dont l’instigateur principal, Fernando Savater, a rédigé un texte portant le nom de Manifiesto por la lengua común2, dans lequel ce collectif s’insurge contre le traitement réservé à l’espagnol, langue officielle de l’État espagnol, dont les locuteurs seraient discriminés en Catalogne, Pays basque et même Galice, en raison du contenu des lois de normalisation linguistique.

8Ce manifeste a été présenté au public lors d’un acte organisé le 23 juin 2008 à l’Ateneo de Madrid, institution culturelle empreinte d’un grand prestige où se sont exprimées, depuis sa création en 1835, pléthore de personnalités issues de la vie culturelle et politique de l’Espagne – aussi diverses et opposées que peuvent l’être par exemple, Manuel Azaña et José Antonio Primo de Rivera. L’instrumentalisation qu’en a fait le régime franquiste pour y diffuser son idéologie et la décadence qui a suivi n’enlève rien au lustre qui entoure encore tout acte s’y déroulant.

9Les auteurs signataires ayant commis le texte du Manifeste sont au nombre de treize : Mario Vargas Llosa, José Antonio de la Marina, Aurelio Arteta, Félix de Azúa, Albert Boadella, Carlos Castilla del Pino, Luis Alberto de la Cuenca, Arcadi Espada, Albert González Troyano, Antonio Lastra, Carmen Iglesias, Carlos Mártinez Gorriarán, José Luis Pardo, Álvaro Pombo, Ramón Rodríguez, José María Ruiz Soroa et Fernando Savater. Ces treize personnalités de la vie intellectuelle du monde hispanique n’ont pas pour unique dénominateur commun leur préoccupation pour l’avenir de la langue espagnole dans les Communautés autonomes dites bilingues. À bien y regarder, on trouve entre eux une forte convergence, du point de vue professionnel certes, mais aussi du point de vue idéologique. En effet, un certain nombre, comme M. Vargas Llosa, F. Savater, Á. Pombo, C. Martínez Gorriarán, A. Boadella se trouvent être proches de l’UpyD de Rosa Díez, sans nécessairement compter au nombre des militants affiliés. Les thèmes du programme politique de ce parti récemment créé (le 29 septembre 2007), qui a accueilli des transfuges du parti socialiste et un noyau basque important, tournent autour de la lutte anti-terroriste, de « la regeneración democrática de España », de l’opposition au « nacionalismo obligatorio », de la réforme de la Constitution ainsi que de la Loi électorale, dans le dessein de :

  • 3 Cf. www.upyd.es

superar el bipartidismo imperfecto que ahora prima a los partidos nacionalistas y luchar por la libertad e igualdad efectiva de los ciudadanos españoles ante la ley con independencia de sus ideas, fortuna, lugar de residencia o lengua materna3.

10Quelques autres des signataires du Manifeste, Albert Boadella, Félix de Azúa et Arcadi Espada, sont quant à eux proches du parti catalan Ciutadans. La différence de parti n’implique pas pour autant une différence idéologique significative, car on retrouve avec Ciutadans (créé un an plus tôt, en juillet 2006), un programme politique presque identique à celui de l’UpyD, puisqu’ils déclarent vouloir

  • 4 Cf. www.ciudadanos-cs.org/

regenar la política española, defender la igualdad de derechos de los ciudadanos y plantear una alternativa a la actual clase política tradicional, consideramos necesario un debate sobre el modelo de estado actual y denunciamos el abuso de los nacionalistas4.

B. Les circonstances de l’agenda politique

11La stratégie du buzz médiatique n’est pas innocente et la perception que l’on en a généralement est plutôt péjorative, car il peut n’être qu’un coup d’opportunité. Et il y a de toute évidence une stratégie d’opportunité à l’origine de ce buzz et du choix de la période de son lancement : l’agenda politique du moment n’y était certainement pas étranger.

12Premièrement, il a eu lieu quelque temps après les élections législatives du 9 mars 2008 qui ont une nouvelle fois donné une victoire relative au PSOE. Dans le spectre politique du Congrès des députés, la formation politique de Rosa Díez a obtenu un siège. Le buzz en question pourrait être, au-delà de l’expression d’une préoccupation politique bien réelle, un objet publicitaire destiné à promouvoir le parti UpyD et ses idées, et à en multiplier le nombre de voix à l’occasion de prochains rendez-vous électoraux.

13Deuxièmement, l’objectif du buzz autour de la question linguistique – principalement en Catalogne – pourrait être de faire indirectement pression sur le Tribunal Constitutionnel, dont la sentence sur la constitutionnalité ou non du Statut d’autonomie de 2006 de la Catalogne était alors attendue. Cette pression trouvait en quelque sorte sa justification à ce moment précis, puisque, au mois de mai 2008, le Tribunal Constitutionnel (TC) avait laissé filtrer que, dans le projet de sentence non encore voté, la définition de la Catalogne comme nation serait acceptée, sans que cela puisse cependant avoir de conséquences juridiques. Ce ne serait pas le seul type de pression subi par le TC, puisque celui-ci a par ailleurs dénoncé les pressions du PP qui ont eu pour effet de retarder la sentence.

14Finalement, même si cela n’est pas directement à l’origine du Manifeste, l’amplification du thème (socio)linguistique a pu être servie par une sentence Tribunal Superior de Justicia de Cataluña, au terme de laquelle la Generalitat est sommée d’étendre à trois heures hebdomadaires – au lieu de deux – l’enseignement de l’espagnol dans les cursus scolaires.

C. Le Manifeste

15Venons-en au texte du Manifeste. Il est destiné, comme son titre l’indique, à défendre la langue espagnole dans les Communautés autonomes dites bilingues. Dans lesdites Communautés, que l’on identifie comme étant principalement la Catalogne, le Pays basque et la Galice, les locuteurs du castillan sont envisagés comme des victimes des « imposiciones abusivas », de « discriminación », « marginación », « minusvaloración », etc. Leur bourreau : les politiques de normalisation linguistique mises en place par les nationalistes de la périphérie ; elles sont qualifiées dans le Manifeste de « atropello », « felonía », « [forma] de conseguir coactivamente hablantes ». Les deux principaux domaines dans lesquels s’exercerait la discrimination la plus criante – et donc la plus révoltante – sont ceux de l’éducation et de l’administration publique :

que ciertas autoridades autonómicas anhelen como ideal lograr un máximo techo competencial bilingüe no justifica decretar la lengua autonómica como vehículo exclusivo ni primordial de educación o de relaciones con la administración pública.

16Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les signataires du Manifeste se présentent eux-mêmes sous un jour politiquement correct, comme des adeptes de la cause du plurilinguisme. Cela dit, comment faire autrement dans un pays où centralisation et uniformisation, entre autre linguistiques, riment quasiment, depuis l’expérience franquiste, avec autoritarisme. Soutenant le principe de la diversité linguistique (« en las comunidades bilingües es un deseo encomiable aspirar a que todos los ciudadanos lleguen a conocer bien la lengua co-oficial »), ils s’adossent au texte de la Constitution, article 3, soit en le citant abondamment :

Ciertamente, el artículo tercero, de la Constitución establece que las distintas modalides lingüísticas de España son un patrimonio cultural que será objeto de especial respeto y protección,

17soit en le justifiant ; après en avoir cité le texte, ils précisent en effet :

nada cabe objetar a esta disposición tan generosa como justa, proclamada para acabar con las prohibiciones y restricciones que padecían estas lenguas.

18Malgré cela, leur cheval de bataille consiste à redonner au castillan la place qu’ils considèrent lui être due dans ces Communautés autonomes. Paradoxalement, ils prônent à la fois l’égalité des langues d’Espagne (« todas las lenguas oficiales en el estado son igualmente españolas y merecedoras de potección institucional como patrimonio compartido ») et leur inégalité. C’est bien sûr le caractère asymétrique – pour reprendre le terme employé dans le texte – qui est privilégié. Pour le justifier, ils utilisent plusieurs arguments :

  • celui de langue commune, officielle dans tout l’État espagnol ;
  • celui qui établit une relation (fallacieuse) entre démocratie et langue commune, donc unité linguistique ;
  • celui, relevant du texte constitutionnel, qui rend seule exigible la connaissance du castillan ;
  • celui d’une implantation séculaire de l’espagnol sur l’ensemble du territoire espagnol ;
  • et celui de sa formidable extension hors des frontières de l’Espagne, étant sous-entendu que l’attitude à contre-courant des Communautés autonomes concernées est incompréhensible et inadmissible, et celui du mythe d’un (soi-disant) bilinguisme dit « naturel » en Catalogne.

19Cette asymétrie de fait et de droit, justifierait donc un traitement tout aussi asymétrique des langues d’Espagne, jusque et y compris dans le cadre de leur Communauté autonome respective, en déniant toute validité au principe de territorialité, précisément en vigueur, qui permet de donner un droit de préférence à la « langue propre ». Les signataires du Manifeste considèrent comme seul valable le principe de personnalité, qui donne la priorité aux droits individuels, et qui installerait une égalité factice entre les deux langues co-officielles : « son los ciudadanos quienes tienen derechos lingüísticos, no los territorios ni mucho menos las lenguas mismas ».

20Ces bases étant établies, les exigences du collectif signataire consistent à maintenir et accentuer la situation diglossique dans les nationalités historiques, puisque les castillanophones doivent pouvoir vivre pleinement dans leur langue (« es lógico suponer que siempre habrá muchos ciudadanos que prefieran desarrollar su vida cotidiana y profesional en castellano »), la connaissance de la langue propre de la Communauté autonome n’étant envisagée que dans une perspective minimaliste :

conociendo sólo de la lengua autonómica lo suficiente para convivir cortésmente con los demás y disfrutar en lo posible de las manifestaciones culturales en ella.

21Dans les domaines concrets de revendication en matière d’enseignement, partant du présupposé – sans preuve tangible – que les politiques linguistiques actuelles ne garantissent pas la connaissance du castillan, on exige que le castillan devienne au moins en partie ou au mieux de manière exclusive la langue véhiculaire de l’enseignement, tout en en refusant l’exclusivité à la langue propre. Ainsi, la présence de cette dernière en tant que langue véhiculaire ne serait vraisemblablement plus garantie.

22On retrouve des revendications similaires concernant l’administration publique, où bien sûr le droit d’option linguistique des citoyens n’est pas remis en cause, contrairement à l’obligation faite à l’ensemble du corps des fonctionnaires de connaître la langue de la Communauté autonome.

23Les auteurs du Manifeste se positionnent en faveur d’un fonctionnement, au pire (pour eux) bilingue de la société, au mieux unilingue en castillan, car ce qui revient constamment dans leur texte, c’est l’apologie d’une certaine forme d’unité (« única lengua », « solo una de ellas es común a todos »), le principe de diglossie qu’ils défendent étant un moyen évident d’y parvenir, en s’adossant au texte de la Constitution et en lui faisant dire ce qu’elle ne dit pas.

3. L’ORGANISATION DU BUZZ AUTOUR DES MÉDIAS

  • 5 www.elideal.es
  • 6 www.elplural.com
  • 7 www.laverdad.es

24On peut constater qu’une grande partie de la presse écrite et en ligne s’est associée à la création de ce buzz. La presse nationale est bien sûr concernée à travers El País, La Vanguardia, ABC, El Mundo, ainsi que la presse qualifiée de régionale : El Periódico de Catalunya, El Xornal, par exemple ; la presse exclusivement en ligne s’est elle aussi ralliée au mouvement : El Ideal5, El Plural6, La Verdad7, etc. Pour chaque journal cité, on dénombre entre seize et quatre-vingt-deux articles pour la période concernée.

25Tous ces organes de presse n’ont pas évidemment appréhendé le sujet de la même façon. On pourrait distinguer trois groupes d’articles correspondant à des journaux précis, en fonction de leur positionnement par rapport à l’information. Le premier est constitué de ceux ayant adhéré inconditionnellement dans leurs articles au texte du Manifeste et qui ont traité l’information dans le même sens ; on peut inclure dans ce groupe El Mundo, ABC. Le deuxième groupe comprendrait les journaux qui se sont démarqués du Manifeste dans le traitement de l’information, tout en critiquant les politiques linguistiques des Autonomies ; il s’agirait de El Plural, El Ideal. Le dernier groupe inclurait ceux qui produisent un contre-discours, parmi lesquels La Vanguardia, El Periódico, El País.

26On retrouve ces principes dans la plupart des très nombreux articles qui se positionnent en faveur du Manifeste. Ces articles répondent à deux modèles de rédaction. Le premier, qui correspond aux articles d’ABC, ne font pas dans la nuance. Ils condamnent en bloc les politiques de normalisation linguistique. Leurs arguments reprennent ceux du Manifeste en les exagérant, ainsi que l’on peut le constater dans l’article intitulé « Contra la lengua española »8.

27On y lit la dénonciation des politiques de normalisation linguistique qui poursuivent l’établissement d’un monolinguisme en catalan (« hasta lograr que se expulse del territorio de Cataluña a la lengua común »), politiques qui ne seraient pas validées par les citoyens (catalans) (« se trata de una sociedad [...] que contempla muchas veces con perplejidad y disgusto las imposiciones de los políticos »). Le discrédit de la (soi-disant) imposition du catalan se poursuit au moyen d’une batterie d’exemples pris hors contexte, servant à étayer l’impression de persécution, significatifs d’attitudes radicales et intransigeantes, qui en appelle aux émotions, à l’affect, à la révolte contre une telle situation. Le pendant de cette politique linguistique agressive est la victimisation des castillanophones qui sont traités en « cuidadanos de segunda división », auxquels « se trata de hacer la vida imposible », qui subissent « agresiones », « indefensión », « imposiciones ».

28À la base ce jugement, il y aurait un argument d’autorité, à savoir la Constitution et son article 3 : « el castellano es la lengua española oficial del estado [...] todos los españoles tienen el deber de conocerla y el derecho de usarla », selon lequel la Catalogne serait hors-la-loi (« la norma fundamental no se cumple »). De là à qualifier d’autoritaire la politique linguistique de la Catalogne, il n’y a qu’un pas, qui est franchi ; sauf que, ce qui est imposé dans l’article de Carlos Carnicero, c’est une lecture restrictive du texte constitutionnel, à l’instar du Manifeste qui confond le devoir de connaître le castillan et son degré de présence dans l’école et l’administration. C’est là une évaluation affective et superficielle des politiques linguistiques en-dehors de toute considération scientifique.

29Le deuxième type d’articles que l’on rencontre dans des journaux comme El Plural, El Ideal, et occasionnellement El País, adopte une position plus nuancée qui ne soutient pas le Manifeste, mais reconnaît que les politiques linguistiques sont condamnables. Par exemple, l’un d’eux dans son titre même problématise la question « ¿Está en peligro el español ? »9. Carlos Carnicero, qui en est l’auteur, répond à cette question par la négative. Il voit, plutôt qu’il ne dénonce, à l’origine de cette polémique une manœuvre politique (« normalmente detrás de una llamada de auxilio hay una operación política ») qu’il n’hésite pas à rapprocher de techniques condamnables, utilisées à des fins autoritaires :

es una técnica tan antigua que soporta la metodología de los golpes de estado : se genera la sensación de peligro, de falta de control, para instar a una intervención de salvadores que siempre se ofertan en situaciones en las que pretenden que están en riesgo valores fundamentales.

30Le bénéficiaire désigné de ce catastrophisme : le PP. L’argument massue pour invalider le catastrophisme de certains médias est l’expansion internationale de l’espagnol, qui est loin d’avoir atteint son zénith. Cependant, une fois que cela est dit, Carlos Carnicero en revient aux mêmes arguments que ceux que dénoncent les signataires du Manifeste, pour critiquer la place du castillan dans le dispositif des politiques de normalisation linguistique. Les responsables de cet état de fait ? Les nationalistes qualifiés d’impérialistes : « ocurre que los nacionalistas, en general, y algunos no nacionalistas acomplejados, tienen duda de la viabilidad de sus proyectos de colonización lingüística ». Les politiques linguistiques et les sociétés qui les promeuvent sont présentées sous un jour péjoratif, comme primitives (« estos complejos [desconfianza en la lengua que es privativa] son más propios de sociedades tribales »), d’un passéisme lassant (« la insistencia en las disquisiciones sobre las persecuciones que sufrieron las lenguas catalana, vasca y gallega en épocas pasadas resulta agotadora »), allant à contre-courant du mouvement de mondialisation (« el establecimiento de fronteras culturales interiores sería un síntoma de pérdida de la realidad en este mundo globalizado »).

31L’attitude apparente à l’égard des langues de la périphérie est d’autant plus positive (« la grandeza del euskera, el catalán o el gallego », « son unas maravillosas lenguas minoritarias », « valiosísima parte del patrimonio cultural español ») qu’elles resteront minoritaires et ne chercheront pas à rivaliser avec le castillan, toujours (fallacieusement) assimilé à l’état démocratique. On retrouve encore l’absence totale – par ignorance ou mauvaise foi ? – de connaissances sociolinguistiques de base générales et particulières à l’Espagne, que ce soit :

  • sur le dénouement du processus diglossique (« estos complejos son más propios de sociedades tribales que siempre temen que la invasión de culturas más poderosas terminen con las propias ») ;
  • sur la reconnaissance de l’inégalité fondamentale des langues (« dos lenguas en perfecta igualdad ») ;
  • sur l’existence même d’un conflit linguistique (« una competencia que no existe ») ;
  • sur la relativité de l’efficience de l’outil juridique (« la Constitución de 1978 acabó con cualquier persecución ») ;
  • sur l’implication réelle de l’État (« gracias a un estado fuerte podrán disponer de medios para que todos podamos defender nuestra pluralidad lingüística ») ;
  • sur le contenu de la Constitution, thème qui lui aussi revient comme un leitmotiv (« si alguna autoridad pone trabas para el desenvolvimiento de la vida en el idioma español o castellano no está atentando contra la lengua sino contra la Constitución »).

32Finalement, par un argumentaire très similaire à celui de ABC, Carlos Carnicero en vient à valider la publication du Manifeste.

33Les contre-discours existent. On les doit essentiellement à El País et à la presse régionale. Les manières d’aborder le problème sont très différentes. Particulièrement intéressants sont ceux qui tentent d’élaborer un discours pédagogique courtois. Carles Duarte, dans El Periódico de Catalunya, et son article « Contra el monolingüismo »10, répond aux attaques généralement formulées, premièrement, par des données sociolinguistiques effectives qui permettent de mettre en avant l’ignorance des adversaires et leur mauvaise foi :

No conocen los datos rigurosos sobre conocimiento y uso del español y del catalán por ámbitos que el jueves difundió el barómetro de la comunicación y la cultura », « la escuela garantiza el conocimiento [...] cualquier ciudadano que viva en estos territorios el castellano en una posición predominante cuando lee las publicaciones [...] cuando ve la televisión, cuando mira las carteleras del cine.

34Deuxièmement, il met les signataires du manifeste face à leurs contradictions : celle qui leur fait dire que seules les personnes ont des droits, alors qu’ils défendent eux-mêmes la territorialité de l’espagnol en Espagne ; celle qui les voit valoriser la pluralité linguistique alors qu’ils exigent de pouvoir vivre uniquement en castillan... Troisièmement, il explicite la politique linguistique de la Catalogne dans une perspective apaisée, mettant en lumière une Catalogne ouverte aux autres cultures (« defender el catalán no significa destruir el castellano ») :

Catalunya aspira a lograr que el catalán tenga un uso institucional y público destacado, que no debe impedir el conocimiento y el uso normal del castellano, que es también oficial en Catalunya, y la adquisición por parte de la población catalana de conocimientos crecientes de otras lenguas.

35Finalement, selon Carlos Duarte, les politiques de normalisation linguistique sont les vecteurs de valeurs communément admises : celles de l’interculturalité (« aprender una nueva lengua nos enriquece cultural y comunicativamente ») et du plurilinguisme (« Catalunya no aspira a la opción monolingüista »). Cela lui permet, malgré la courtoisie du ton, d’égratigner au passage les partisans du Manifeste, implicitement dénoncés de tenir un discours qui va à contre-courant de ces idées largement admises.

4. LE BUZZ : IMPACT ET SIGNIFICATION

36Ce que met en évidence le buzz du Manifeste, c’est que tout un chacun produit son propre discours de vulgarisation sur les langues indépendamment de toute réalité, rationalité ou scientificité, sans avoir pour autant une quelconque autorité en la matière. Car ce qui peut surprendre, c’est d’abord l’incurie généralisée de la majorité des auteurs d’articles en matière sociolinguistique. Feinte ou réelle, cette ignorance fait le jeu des détracteurs des politiques de normalisation linguistique, et finalement la place du discours scientifique est bien marginale dans l’ensemble et a donc d’autant moins de chances de se faire entendre.

37Par ailleurs, le buzz est un exemple flagrant de mélange des genres, où l’interférence entre discours politique et discours médiatique est telle qu’il devient impossible de les séparer, comme cela se passe vraisemblablement dans toute société médiatisée, puisque, comme le rappelle Charaudeau,

ce qui caractérise en propre la société médiatisée, c’est précisément qu’elle brouille les cartes en confondant les espaces et que du même coup toute action politique se trouve sous la dépendance de la médiatisation de l’opi nion, au point qu’elle doit elle-même en jouer si elle veut obtenir quelques résultats. (Charaudeau, 1997 : 19)

38Désormais les médias se trouvent bien loin de leurs principes éthiques déclarés. En effet, ce qui apparaît ici, c’est une alliance entre politiques et médias ainsi qu’une totale soumission du discours médiatique au discours politique : le premier nommé a repris à son compte celui du deuxième et en particulier celui du PP – qui, bien qu’il en soit le représentant le plus acharné, n’en a cependant pas l’exclusivité au niveau national –, déjà partagé au xxe siècle par la majorité des formations politiques espagnoles. Ce coup médiatique partirait donc d’une manipulation politique camouflée en action civique sur des médias consentant à manipuler eux-mêmes l’opinion publique. Le danger est donc grand que ces discours trouvent une large audience dans la société espagnole ; ce qui est en jeu, ce n’est rien d’autre que la continuité des politiques de normalisation linguistique.

39Mais pour qu’il y ait véritablement danger, encore faudrait-il pouvoir attribuer un effet quelconque sur le public au discours médiatique, et au buzz en particulier. Le buzz qui s’est produit autour de la question linguistique n’a rien d’un acte gratuit, et on peut supposer que l’information des citoyens n’était pas son principal objectif, en tout cas pas le seul. On peut supposer que, à travers l’appel à signature à l’adresse des lecteurs, dans les rues de la capitale et dans les grandes métropoles espagnoles, mais aussi en ligne – la progression du nombre de signatures et des ralliements a été, par exemple, le sujet de prédilection de El Mundo –, l’objectif était, d’une part, de créer un groupe de pression suffisamment important pour engager un bras de fer avec le pouvoir politique en place coupable d’avaliser les politiques de normalisation linguistique. L’objectif était, d’autre part, d’amener le Congrès des députés à légiférer sur la question, dans le sens d’un renforcement du castillan dans les Communautés autonomes « bilingues ». Quel pourrait être en effet le sens de récolter des signatures si ce n’est – comme le prescrivent la Constitution dans son article 83 et la Loi Organique Reguladora de la iniciativa legislativa popular qui le développe – d’en réunir au moins 500 000 dans un délai de neuf mois, pour proposer un projet de loi au parlement ?

40Pour obtenir l’effet visé, c’est-à-dire une mobilisation en masse des citoyens, les auteurs du Manifeste ont instrumentalisé une thématique, qui fait effectivement partie de leur programme politique, et qui constitue un dénominateur commun de l’ensemble des citoyens espagnols, en ce sens que la langue espagnole, qui est une composante identitaire forte, doit intrinsèquement exercer un fort pouvoir de captation. Ce pouvoir de captation supposé s’est par ailleurs démultiplié par le traitement de cette information par les médias : dramatisation, discours alarmiste appelant à une réaction urgente, appel aux émotions et non à la raison, absence totale de toute donnée scientifique, recours à l’argument d’autorité pour justifier du caractère injuste du traitement réservé aux castillanophones, et recours à ces procédés jusqu’à saturation par un pilonnage constant, devaient seconder les partisans du Manifeste dans leur quête de soutiens.

41Cependant, Patrick Charaudeau nous met en garde contre un impossible amalgame entre effets visés et effets produits :

Il n’y a pas un rapport de reflet entre les lieux de la production et de la réception. Ce qui est construit dans le premier en effets « visés » ne coïncide que rarement avec ce qui est (re)construit dans le second en « effets produits ». (Charaudeau, 1997 : 229)

42Par ailleurs, s’ajoute à cela la difficulté à évaluer les effets produits : on peut difficilement évaluer l’effet visé à travers les articles publiés postérieurement sur ce thème, puisqu’il y en a toujours eu. Les manifestations de Barcelone contre l’immersion linguistique en Catalogne qui ont eu lieu au mois de septembre de la même année ne sont pas davantage un indice valable, car elles ont été convoquées par Ciutadans, qui est dans la mouvance de l’UpyD et qu’elles ont réuni un faible comité (pas plus de 5 000 personnes). Cependant, si l’on part du postulat établi par Charaudeau selon lequel « l’information est d’autant plus forte que la cible est dans un grand degré d’ignorance du savoir qui lui est transmis » (Charaudeau, 1997 : 8), alors nous pouvons à notre tour supposer qu’elle a dû toucher un public relativement large, car, même si la Constitution – et donc l’État espagnol – a pris à sa charge de reconnaître les langues autres que le castillan, les politiques de normalisation linguistique ont été et sont toujours l’apanage exclusif des communautés autonomes concernées. Alors que l’on prétend que ces langues sont le patrimoine de tous les Espagnols, rien n’a été fait pour qu’ils se les approprient effectivement, pour leur donner un savoir sociolinguistique, pour une éducation interculturelle intra-étatique, bien plus difficile à faire accepter que celle concernant les « lointaines » langues des autres états. Finalement, les langues périphériques de l’État espagnol sont restées de grandes inconnues dans l’État même qui les reconnaît tout en les ignorant substantiellement. On ne peut donc pas s’étonner des échanges virulents que l’on peut lire dans les blogs et dans les commentaires des lecteurs des journaux en ligne, parlant de nazis, de fascistes et en appelant à l’armée. On ne peut pas s’étonner non plus du nombre de signatures recueillies, qui pourrait se révéler un indice fiable de l’effet produit, et qui, le 4 juillet (soit une dizaine de jours après le début des hostilités) s’élevait pour le seul El Mundo à 130 000.

43Finalement, c’est le discours politico-médiatique déformant – quand il ne devient pas mensonger – transmis lors du buzz qui risque ainsi d’avoir pris le dessus sur le discours politico-scientifique que mettent en avant les Communautés autonomes « bilingues ». Mais on comprend bien que les langues ne sont pas le véritable nœud du problème, mais plutôt celui de la communication sur les langues, dans laquelle le discours monolinguiste reste dominant, avec l’arbitrage volontaire des médias.

CORPUS

44Corpus d’articles de presse espagnole publiés entre le 23 juin et le 30 juillet 2008 dans :

45ABC

46El Ideal

47El Mundo

48El País

49El Periódico de Catalunya

50El Plural

51La Vanguardia

52La Verdad

53El Xornal

Notes

1 Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan, Institut National de l’Audiovisuel, 1997, p. 33.

2 Le texte est disponible sur le site de El País : http://www.elpais.com/articulo/espana/Manifiesto/lengua/comun/elpepues/20080623

3 Cf. www.upyd.es

4 Cf. www.ciudadanos-cs.org/

5 www.elideal.es

6 www.elplural.com

7 www.laverdad.es

8 http://www.abc.es/hemeroteca/historico-05-10-2007/abc/Opinion/contra-la-lengua-española

9 http://www.elplural.com/opinion/detail.php?id=22409&print=1

10 http://www.elperiodico.com/print.asp?idpublicacio_PK=46&idnoticia_PK=522864&i

Auteur

Chrystelle BURBAN - chrysburban@voila.fr - est maître de conférences d’espagnol à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Après sa thèse sur les politiques d’éducation « bilingue » en Catalogne, Galice et Pays Basque (2000), elle a publié une série d’articles sur cette question (« Transmettre l’héritage et intégrer l’allophone : les enseignements "bilingues" » [2002], « Enseignements bilingues et projets politiques dans les Nationalités Historiques d’Espagne » [2002], « L’enseignement des langues régionales : personnalité ou territorialité ? Regards croisés France-Espagne » [2004]) ; d’autres sur la substitution linguistique (« Les langues minoritaires ou le sauvetage impossible » [2006], « Faut-il vraiment sauver l’espagnol ? » [2007]) ; d’autres sur les « dialectes historiques » (« Quid des dialectes historiques ? » [2006], « L’aragonais entre deux feux. Dialecte historique ou langue ? » [2008]). Elle a co-édité le vol. 2 de Écrire en situation bilingue (2004), et L’école, instrument de sauvegarde des langues menacées ? (2007).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540