Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Annexe : L’Espagne entre la légende noire et les afrancesados

Marcel Oms

Texte intégral

1La communication ci-dessous a pour auteur Marcel Oms, président de l’Institut Jean Vigo de Perpignan. Renouvelant l’expérience du colloque de 1989 sur « Les Français et la guerre d’Espagne », le CREPF avait voulu que ce colloque eût également un prolongement cinématographique. Ce fut, le vendredi 2 octobre 1992 en soirée au palais des congrès de Perpignan, la projection du film Général Prim de José Buchs choisi par Marcel Oms et présenté par cette communication qui, en raison de l’absence de son auteur, fut lue ce soir-là par Jean Tena, professeur à l’université Paul Valéry de Montpellier. La disparition de Marcel Oms le 21 juillet 1993 donne à la publication de ce texte le sens d’un hommage à celui qui avait introduit en novembre 1970 l’enseignement du cinéma à l’université de Perpignan et qui, à la tête de l’Institut Jean Vigo, avait su nouer des liens si forts entre le monde de la critique cinématographique et celui des historiens de très nombreuses universités françaises et étrangères.

2Il est de tradition, dans de nombreux colloques, de prévenir l’auditoire qu’on ne tiendra pas toutes les promesses d’un titre ambitieux. Je faillirai d’autant moins à cette tradition qu’il y avait dans ma formulation hâtive une certaine imprudence. De la « leyenda negra » qui sous prétexte de lui contester une suprématie maritime chargea l’Espagne des plus noirs desseins et des plus sombres entreprises, il ne sera pas question ici ; quant aux « afrancesados » et autres « ilustrados » dont ma lointaine formation universitaire garde le souvenir attendri, ils ne seront convoqués ici que par un jeu gratuit et dialectique d’ombres et de lumières qu’autorise à mes yeux le recours à un film en noir et blanc pour dire quelques mots d’un personnage dont les spécialistes contesteront vraisemblablement la filiation par rapport aux Philosophes des Lumières et à ces penseurs espagnols donc Maurice Sarrailh fit le sujet de sa thèse : L’Espagne éclairée.

3A vrai dire j’ai conscience de mal cacher mon embarras d’avoir relevé le défi du président Jean Sagnes qui m’avait demandé de trouver pour ce colloque une illustration filmique qui rendit compte d’un thème à la vérité fort peu traité dans le cinéma espagnol : celui de l’influence éventuelle des idées de la Convention en Espagne. Il m’eût été plus aisé d’illustrer le refus des idées de la Révolution française par quelque siège de Saragosse extrait de l’une ou l’autre version d’Agustina de Aragón, où l’on voit le peuple espagnol rejeter fièrement une émancipation qui passerait dans le sillage de Napoléon...

4Mais ce n’était pas le vrai sujet.

5C’est néanmoins par ce cheminement tortueux qu’est passée ma suggestion de Prim, puisque le réalisateur du film, José Buchs est aussi l’auteur d’un fameux Dos de Mayo, muet réalisé en 1927 et reconstituant le soulèvement du peuple de Madrid contre l’armée de Napoléon, le 2 mai 1808.

6José Buchs, lorsqu’il réalise Prim en 1930 est déjà un vieux routier de la mise en scène et un spécialiste du film historique d’exaltation nationaliste et patriotique. Son film suivant, après Prim sera une Isabel de Solis à grande mise en scène également et il a derrière lui El Guerrillero (1928) consacré à El Empecinado.

7Par ailleurs le personnage de Prim est en lui-même des plus intéressants dans la mesure où il s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion sur les influences des idées libérales en Espagne. Le romantisme de ce général dont « l’existence aventureuse au cours des années 60 » (pour reprendre la formulation de Jacques Beyrie) a fait un chef progressiste, avait tout pour séduire un cinéaste ; d’autant que les péripéties de sa biographie cinématographique ne manquent pas d’ambigüité comme on va le voir.

8José Buchs réalise son film avec de très gros moyens et l’aide de l’armée espagnole, dans un contexte politique assez confus où la dictature de Primo de Rivera s’achève, où Alphonse XIII cherche l’appui des monarchistes constitutionnels et où le général Berenguer conduit un gouvernement soutenu par les banques.

9Dans sa monographie sur José Buchs, Carlos Fernandez Cuenca, en 1949, apporte quelques précisions chiffrées : « Prim fut le plus cher des films historiques de Buchs : pour la seule scène reproduisant la bataille de Castillejas il disposa de près de 2000 hommes et d’environ 600 chevaux. Les extérieurs furent tournés à Tetuan, à Reus et à Tarragone ».

10Il est clair que le projet du film correspondait à une intention politique : illustrer par un exemple concret venu du passé le bien-fondé de la monarchie constitutionnelle. La figure de Prim était en soi suffisamment représentative d’un libéralisme anti-républicain pour justifier ce qu’il faut bien considérer comme une entreprise d’Etat.

11Dans l’instabilité politique qui a caractérisé l’Espagne du XIXe siècle divisée par les Guerres Carlistes, ébranlée par l’échec des Révolutions de 1848 et de 1856, le Parti progressiste d’Espartero, entravé par la loi électorale avait du mal à s’exprimer et militait dans une opposition pratiquement illégale.

12Le nom de Prim apparaît, après la dissolution des Cortès de mai 1863, au bas des manifestes de protestation du parti progressiste. En 1864, Prim que beaucoup de ses amis prennent pour un républicain, est porté à la tête du parti progressiste en remplacement d’Espartero jugé trop respectueux de la monarchie. Cet officier catalan sorti du rang jouit par ailleurs d’une réelle popularité dans les troupes depuis la campagne d’Afrique, et il n’a de cesse de préparer un pronunciamento à Valence.

13Le contexte espagnol semble favorable après le massacre de la Saint Daniel qui marque le plus haut point d’impopularité du gouvernement Narvaez. Mais Prim n’est pas suivi et son pronunciamento échoue.

14La monarchie semble momentanément tirée d’affaire d’autant que le nouveau premier ministre, O’Donnell, bénéficie du soutien de la France et a reconnu le Royaume d’Italie. Mais en 1866, Prim, dont le parti avait refusé de participer aux élections, organise un nouveau pronunciamento qui échoue encore et le contraint à fuir au Portugal avec ses hommes.

15Passons rapidement sur une période de turbulences où alternent insurrections militaires localisées et répression, pour arriver au 18 septembre 1868 qui voit Prim revenu à Cadix déclencher la révolution avec l’aide de la marine et de l’armée et le soutien actif du peuple. Le mouvement victorieux déclenché par Prim s’étend le long des côtes méditerranéennes : Malaga, Alméria, Carthagène, Alicante et Valence adhèrent à la révolution.

16Les révolutionnaires veulent maintenant marcher sur Madrid. La reine demande en vain l’intervention de Napoléon III et, le 29 septembre a lieu la bataille d’Alcolea sur les rives du Guadalquivir. L’issue victorieuse pour les troupes révolutionnaires, qu’a même ralliées une partie de l’armée de la reine, ouvre la route de la capitale et la reine après avoir tenté de résister prend le chemin de l’exil et se réfugie à Pau.

17Prim va-t-il prendre le pouvoir ? Non. L’homme se contentera du ministère de la Guerre dans le gouvernement provisoire de Serrano, tandis qu’il s’affirme personnellement partisan de la déchéance des Bourbons et défenseur d’une monarchie constitutionnelle élue par les Cortès ; partisan de la liberté des cultes et de la suppression des ordres ; protecteur du clergé paroissial et tenant de la souveraineté nationale.

18Les problèmes ne sont pas résolus pour autant : l’agitation sociale et paysanne continue, les finances s’épuisent, Cuba se soulève et on cherche un roi pour l’Espagne...

19Après le vote de la Constitution par les Cortès, Serrano est nommé régent et Prim devient chef du gouvernement, en 1869. Il doit aussitôt faire face à l’insurrection républicaine en Andalousie, en Estremadoure, en Catalogne. Le sang coule à Barcelone, à Tarragone, à Valence où l’insurrection est matée, mais la Catalogne ne renonce pas et des barricades s’élèvent à Barcelone et dans les banlieues populaires.

20La question dynastique est restée pendante. Un instant la diplomatie prussienne semble tenir la corde, Bismarck ayant demandé à l’ambassadeur d’Espagne l’engagement d’attaquer la France en cas de guerre franco-prussienne. Le gouvernement espagnol informé de cette manœuvre désavoue son ambassadeur et Bismarck accuse Prim de complicité avec Napoléon III. Après le déclenchement de la guerre entre la Prusse et la France, l’Espagne reste neutre et la chute de Napoléon III ouvre la voie à Amédée d’Aoste élu roi d’Espagne par 191 voix contre 116.

21Quand le roi met le pied sur la terre d’Espagne, Prim meurt des suites d’un attentat. La tradition veut qu’Amédée de Savoie soit allé s’incliner devant la dépouille mortelle de Prim en un geste immortalisé par le peintre Antonio Gisbert.

22De cette succession d’événements touffus, le diplomate Francisco de Agnonte a tiré le scénario du film de José Buchs qui s’ouvre sur l’entrée de Prim dans la ville de Reus dont le siège s’achève. Le film d’ailleurs rappelle que Prim avait annoncé à la population qu’un jour au lieu de le maudire on lui érigerait une statue et c’est, par une audace narrative de projection vers l’avenir, cette statue aujourd’hui visible sur la place de Reus que l’on voit apparaître sur l’écran dans un cache.

23C’est dans le même souci d’authenticité iconographique qu’à la fin de son film José Buchs a littéralement reconstitué le tableau d’Antonio Gisbert sur Amédée de Savoie devant le cercueil du héros.

24Le secours cinématographique à la culture picturale procède toujours d’une volonté de populariser un événement donné en prenant le relais de sa représentation antérieure figée et de doter de mouvement des personnages immobilisés par le peintre, afin d’accroître la crédibilité du témoignage artistique.

25Les exemples de cette pratique sont nombreux dans l’histoire du cinéma et si je me borne à rappeler ici la reconstitution par D.W. Griffith de l’assassinat de Lincoln par John Wilkes Booth telle que l’on peut la voir dans Naissance d’une nation c’est que, toutes proportions gardées, le film Prim procède de cette même volonté de dire et représenter l’Histoire pour mieux éclairer (ou orienter) le présent.

26Il ne fait pas de doute que Prim n’est en rien un film innocent : ses intentions politiques sont clairement exprimées dans une époque, 1930, où l’Espagne s’interroge à nouveau sur l’avenir de la monarchie et de sa constitutionnalité.

27En témoigne par exemple la manière dont est résolu le conflit entre monarchistes et républicains dans le film.

28Alors que dans la réalité le comportement de Prim, dans l’action des progressistes, peut paraître conflictuel au niveau de l’individu même, on lui oppose ici le personnage d’Alberni, un militaire qui a détourné d’importantes sommes. La caricature du méchant aboutit à identifier la cause républicaine à des comportements malhonnêtes ou à des désirs mesquins de vengeance personnelle, sans que jamais soit évoquée une dimension morale de la République.

29Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que l’accueil réservé au film par la critique de gauche n’ait pas été des plus enthousiastes : « Si cet homme se distingue par quelque chose c’est par son obstination laborieuse. Que la critique lui dise qu’il ne doit plus faire de films car ils sont pires chaque fois et voilà que José Buchs arrive avec un nouveau ! Que le public prenne pour une blague ce qu’il a, lui, fait très sérieusement et voilà que José Buchs apparaît avec un autre film encore plus tragique en apparence, mais encore plus drôle sur le fond ! Qu’un producteur se plaigne de ce que ses spectateurs ont protesté bruyamment à la projection d’un de ses films et voilà que José Buchs lui promet la revanche à son prochain ! Et c’est toujours comme ça. Toujours le dos tourné au bon goût, au bon cinéma, réunissant pourtant des sujets intéressants qu’il démolit ; des figures espagnoles qu’il ridiculise en voulant les exalter... Des situations historiques qu’il rapetisse en voulant les agrandir, en prétendant leur donner sur l’écran toute leur amplitude... » (Juan Figueras, in Nuestro Cinema).

30Opinion que ne partageait pas le critique d’A.B.C. qui soulignait le 28 janvier 1931, « la grande honnêteté dans la reproduction du climat de l’époque et dans la caractérisation des personnages qui interviennent dans l’action » avant d’avouer ce qui l’avait le plus impressionné : « On reconstituera un plan très étendu : le célèbre épisode où les fantassins espagnols » récupèrent leurs havresacs abandonnés aux mains des Maures et la célèbre charge à la baïonnette des volontaires catalans ».

31Avec le recul de plus de soixante ans nous pouvons juger sur pièces un film dont l’accès fut longtemps réservé à quelques privilégiés de cinémathèque, mais dont le Ministère espagnol de la Culture actuel a jugé bon de le montrer dans toutes les manifestations de prestige consacrées à la Rétrospective des Grandes Œuvres de son patrimoine, et notamment au Palais de Chaillot, à Paris, pour Les cent jours du cinéma espagnol, ou à Rome, Spagna Anni 30 (en décembre 90).

32Prim est un film qui esthétiquement porte la marque de son époque mais dont la force spectaculaire s’impose dans les épisodes où l’action domine alors que le statisme un peu théâtral fige la plupart des scènes d’intérieur. Mais c’est là une particularité propre à beaucoup de films de l’époque et pas seulement espagnols. Sous réserve de vérification ultérieure il ne semble pas que Prim ait eut sous le franquisme une nouvelle carrière ailleurs qu’en cinémathèque et plusieurs historiens du cinéma espagnol de l’époque le mentionnent à peine quand ils ne le passent pas sous silence.

33Pourtant l’histoire d’un général passé maître dans les coups d’Etat militaires après une popularité acquise en Afrique pouvait avoir quelque dimension édifiante, même si sa modestie et son souci de s’effacer au profit du roi pour mieux le servir pouvaient prêter à quelques interprétations ou comparaisons malignes. En fait le vrai péché originel du film est peut-être plus souriant.

34Réalisé à la fin du cinéma muet et de ce fait atteint d’un handicap rédhibitoire face à la concurrence, Prim a été post-sonorisé à Paris. Certains disent dans les studios Tobis, d’autres, comme Roman Gubern, parlent des studios Henry... Toujours est-il que dans une sorte de souci d’équilibre on fit se combiner sur la bande-son les accords de la Marche Royale et les mesures martiales du très républicain Hymne de Riego, une manière comme une autre de traduire en termes audio-visuels le concept de monarchie constitutionnelle, à défaut de celui plus polémique de... « monarchie républicaine »...!...

35Toujours est-il que le public espagnol du début 1931 en prit prétexte pour manifester bruyamment son adhésion et que l’on put même parler de « manifestations d’adhésion passionnée ». Si Prim n’est pas pour autant responsable du résultat des élections du 14 avril 1931 et de la proclamation de la République, les réactions provoquées dans le public par le film n’en ont pas moins valeur d’une indication de tendance.

36Autre aspect qui pouvait hypothéquer la valeur emblématique de Prim aux yeux du franquisme : la catalanité affirmée dans le film, du héros de l’histoire. En effet dans un souci louable de réalisme, José Buchs et son scénariste prirent soin de rédiger un carton d’intertitres en catalan dans la scène où le général s’adresse précisément dans cette langue aux soldats catalans de ses bataillons, lors de la bataille des Castillejos, à Rio Martin.

37Si par malheur il devait sembler à certains d’entre vous que mon choix de film n’est pas totalement judicieux par rapport au sujet de votre colloque, qu’il me soit au moins tenu compte, dans votre éventuelle condamnation, de la légitime présence d’un catalan parlant catalan comme d’une circonstance atténuante dans les problèmes de la frontière.

Auteur

Docteur d’État ès lettres

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search