Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Conclusions du colloque

Jean-René Aymes

Texte intégral

1Deux tâches m’incombent à cet instant, l’une agréable et aisée à accomplir, l’autre extrêmement difficile.

2Je m’acquitte bien volontiers de la première : elle consiste à adresser, au nom de tous les « communiquants » à ce colloque arrivé à son final, des remerciements destinés à toutes les personnes qui ont contribué à son succès et, en particulier, à Madame Marie Edith Brejon de Lavergnée, Directeur des Archives des Pyrénées-Orientales et à Monsieur Jean Sagnes, Président de l’Université. Nous leur sommes reconnaissants pour leur amabilité, leur sens de l’hospitalité et leur efficacité.

  • 1 Un temps suffisamment long m’était laissé après le colloque pour que je puisse réélaborer et dévelo (...)

3La seconde tâche, dont m’a chargé Monsieur Sagnes, est malaisée, voire intellectuellement périlleuse, pour plusieurs raisons conjuguées1. Tout d’abord, au rebours de ce qui se pratique habituellement, le « préposé aux conclusions » n’a pu bénéficier, ni d’une « soirée de recueillement », ni d’une petite heure, pour rassembler ses souvenirs et ses idées, rédiger un texte et échapper de la sorte aux affres de l’improvisation.

4Comme si je voulais aggraver mon embarras, voilà que j’ai la prétention d’éviter la facilité, laquelle aurait consisté, en l’occurence, à puiser dans les notes abondantes prises tout au long du colloque et à juxtaposer les résumés des communications entendues. Il aurait été déjà plus ardu d’articuler, plus ou moins ingénieusement, ces résumés dont certains n’avaient pas de points communs manifestes, bien qu’aucun des exposés – c’est déjà l’un des mérites des organisateurs et des participants – n’ait dérivé hors sujet. Par ailleurs, et bien que ma familiarité avec l’une des séquences chronologiques abordées (les années de guerre 1793- 1795) m’en donne l’envie constante, il n’est pas question que je m’érige en correcteur, superviseur, et encore moins que je m’arroge le droit d’établir une sorte de palmarès destiné à marquer la qualité, l’ampleur ou l’intérêt inégaux – selon mon seul critère – des communications. Je prends donc le parti – et le risque –, plutôt que de suivre le cheminement chronologique des communications et me laisser porter par elles, de les survoler et de livrer, dans la plus grande partie de cet exposé, des remarques relatives à l’historiographie, telle que cette science a été pratiquée ou envisagée au cours de ces trois journées de colloque.

5Je voudrais, pour commencer, faire état, non pas d’une opinion, mais d’une impression, forte et agréable à exprimer, parce qu’elle implique autant l’auditoire – silencieux ou bien actif à travers les « question posées dans la salle » – que les orateurs, à savoir que l’Histoire présentée ici a été une Histoire vivante, parfois amusante, qui exprimait chez le « communiquant » le plaisir de ressusciter un passé non enterré dans l’oubli, puis de le conter, et, dans le public, le plaisir d’écouter, d’apprendre et de réfléchir. En bref, s’est trouvée bannie l’Histoire austère et ennuyeuse.

6Après tout, l’ennui, à supposer qu’il ait guetté – et cela n’a pas été le cas –, aurait pu être chassé par l’irruption, intempestive ou désirée, de polémiques parfois créatrices de « happenings » excitants. Or – et je vois là le deuxième trait majeur de ce colloque –, l’Histoire, telle qu’elle a été offerte à un auditoire apparemment non homogène, s’est révélée « consensuelle » – un signe des temps... –, ce qui éliminait l’exaltation, la suffisance et le sectarisme. C’est tout juste si les échanges de vues qui faisaient suite à la lecture des communications ont mis à jour, parfois, quelque divergences d’opinions, naturelles et prévisibles, portant toujours sur des point non essentiels, tels que la genèse et la signification d’un violent mouvement gallophobe à Barcelone pendant la « Guerra Gran » ou la modalité d’organisation de l’armée révolutionnaire (le « double encadrement ») ou encore la pertinence du terme « collaboration » appliqué au ralliement de tel ou tel village roussillonnais à l’armée espagnole (d’invasion ? libératrice ?).

7Or ce souci d’un impeccable contrôle du discours, cette prédominance de la mesure et ce règne de la tolérance n’étaient pas directement liés à la nature des thèmes abordés. Bien au contraire. Deux thèmes, au moins, constituaient a priori des « points chauds » autour desquels auraient pu se développer des affrontements. Le premier, associant ici le Pays basque (Euskadi-Nord et Euskadi-Sud) et la Catalogne (Catalogne-Nord et Catalogne-Sud), avait trait aux rapports, alors très perturbés, entre, d’une part, chacune des quatre zones mentionnées ci-dessus et, de l’autre, les pouvoirs centraux respectifs (Paris et Madrid) ou la province voisine appartenant à une autre nation. En d’autres termes, la guerre de 1793-1795 projetait à l’actualité de la réflexion des notions et des options toutes porteuses d’une énorme « charge détonante », comme l’étaient la « collaboration » (avec l’« ennemi » ou l’« allié »), la « sécession » (vis-à-vis du pouvoir central), l’indépendance, etc. Or, à part la mention réitérée de la soumission de Saint-Laurent-de-Cerdans aux Espagnols, l’allusion rapide aux capitulations – suspectes et exigeant des examens approfondis – de Saint-Sébastien et de Figueras, il est un fait que ne s’est pas ouvert un débat, qui aurait pu être passionné, autour du phénomène, certes sporadique et minoritaire, du ralliement des populations civiles aux forces militaires étrangères, tour à tour espagnoles et françaises, qui, selon des points de vue opposés, venaient envahir ou délivrer des territoires situés au-delà des frontières politiques d’alors.

8Le deuxième « point chaud » ramène à un épisode de l’Histoire qu’une expression à la mode invite à qualifier de « franco-française », bien que les voisins espagnols aient aussi leur mot à dire à ce sujet : il s’agit des « représentants du peuple en mission » – abordés dans une communication – et dont le rôle, les mérites, les responsabilités suscitent habituellement des opinions divergentes, notamment quand vient le moment d’évoquer leur « programme de terreur » ou les décisions de nature militaire (audacieuses ? insensées ? opportunes ?) qu’ils s’attribuèrent le droit de prendre, parfois à l’encontre des officiers de carrière. Le sujet est, à l’évidence, propre à la polémique. Des signes d’acquiescement et de réprobation, perceptibles dans la salle, ont indiqué que les représentants en mission, surtout les Montagnards, continuent à alimenter une réflexion d’autant plus pointue que les certitudes ne paraissent pas fixées, peut-être tout simplement parce que la connaissance du thème est jugée encore insuffisante par ceux qui étudient le sujet et par ceux qui en entendent parler.

9A ce souci, manifesté par les « communiquants », de ne pas se complaire dans l’examen de thèmes potentiellement créateurs de discordances, tels que « terreur » ou « collaboration », a correspondu l’abandon d’un modèle unique d’historiographie. Les communications présentées rendaient compte de la diversité des intérêts des chercheurs et de la diversité des regards portés sur la réalité historique. En cela, le colloque perpignanais n’est pas fondamentalement différent des nombreux colloques célébrés en France et à l’étranger depuis 1989, à l’occasion de la commémoration des grands événements survenus entre 1789 et 1992. Il est symptomatique, à ce propos, que l’on puisse attribuer au colloque perpignanais la plupart des caractères généraux qu’ont dégagés Michel Vovelle et Antoine de Baecque en tête de l’ouvrage collectif intitulé Recherches sur la Révolution (La Découverte – Institut d’Histoire de la Révolution Française – Société des Etudes Robespierristes, Paris, 1991). Que lit-on là sous la plume de Michel Vovelle ? Sans cacher que le bicentenaire « avait été le lieu d’un affrontement idéologique et méthodologique » – ce qui, en revanche, ne s’est pas produit à Perpignan –, il avait souligné la netteté d’une tournure nouvelle, à savoir « le retour du politique, l’effacement au moins relatif de l’histoire sociale, en un mot le basculement apparent du tout social d’hier au tout politique d’aujourd’hui (...) ». En vérité, le colloque perpignanais n’a pas fait assister au « basculement au tout politique » pour la raison qu’y ont trouvé leur place – comme on le verra plus loin – d’autres objets historiographiques qui, justement, ont été plutôt délaissés au cours de manifestations scientifiques placées sous l’égide de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Le colloque perpignanais me paraît surtout se rattacher à la dominante historiographique de l’époque présente en ceci que – comme l’observe Antoine de Baecque – « la complexité retrouvée de la Révolution » se traduit par « l’éclatement du champ des études en une multitude de micro-objets, tant biographiques que monographiques », « pulvérisation de formes culturelles » et « dispersion des circuits relationnels approchés par l’intermédiaire de corpus littéraires, artistiques ou politiques très concentrés mais, sans doute, d’autant plus révélateurs ». Le même auteur avait observé peu avant que « les ambitions du chercheur se limitent, pour le moment, à des objets plus restreints (qu’antérieurement), à des champs d’études plus circonscrits, plus maîtrisables, impliquant des découpages plus personnels, sans doute plus originaux ». Cette fois-ci, le colloque perpignanais qui, effectivement, a proposé une « juxtaposition d’objets d’histoire éclatés » – d’où l’impossibilité de la mission qui m’est impartie, à supposer qu’on ait attendu de moi une synthèse – se range, en toute dignité, aux côtés des nombreux colloques antérieurs où ont pareillement prévalu le droit individuel à l’expérimentation, la micro-histoire et – pour reprendre une expression de François Revel, qu’on ne devrait pas prendre en mauvaise part – « l’Histoire au ras du sol ».

10Cette diversification historiographique des approches et des objets d’étude a été rendue possible par la disparition, observable à Perpignan – libre à chacun de la déplorer ou de s’en féliciter – d’une Histoire ordonnée autour de concepts fondateurs ou essentiels, Histoire qui, en général, comporte des présupposés idéologiques, mène au systématisme et condamne à une vision réductrice de la réalité soumise à examen. On sait que cette Histoire a été promue, ici et là, il n’y a pas si longtemps, par des régimes intellectuellement oppresseurs. Le colloque perpignanais est, déjà en cela, tranquillisant et bien venu, parce qu’il a confirmé qu’au sud des Pyrénées, en l’occurrence à Barcelone, Valence et Alicante, des historiens, appartenant ou non aux jeunes générations, continuent à discuter, et souvent à mettre à mal, des schémas explicatifs et des postulats qui prévalaient sous le franquisme, parce qu’ils se rattachaient d’ordinaire à l’Histoire ultra-traditionnaliste et contre-révolutionnaire, voire réactionnaire.

11Le non emploi circonstanciel ou le rejet prémédité, à Perpignan, de concept théoriques ou englobants (du genre lutte de classes, patriotisme, triomphe de la bourgeoisie, combat du Bien contre le Mal...) a été accompagné d’une raréfaction des termes et alliances terminologiques qui auraient rendu compte, soit d’un effort de conceptualisation de la part des chercheurs, soit de leur intérêt porté à la désignation des êtres et des choses. En d’autres termes, l’Histoire lexicologique n’a pas été plus présente à Perpignan qu’elle ne l’a été – si l’on se reporte à la table des matières de Recherches sur la Révolution et au mutisme des auteurs de synthèses – dans les colloques qui se sont succédés depuis trois ans. A peine quelques termes tels que « stratégie », « frontière naturelle », « assermenté » et « inassermenté » ou « catalanisme » ont-ils inspiré quelques remarques. Sans doute les historiens universitaires et les « historiens du terrain » sont-ils mal armés pour s’aventurer du côté de la lexicologie et de la sémantique, mais cette inhibition – car il ne s’agit pas d’incuriosité – peut susciter des regrets, parce que la Catalogne-Nord où cohabitent le français et le catalan constitue, tout comme la Catalogne-Sud et le Pays basque, pour une raison similaire, un magnifique champ d’observation. Pour ma part, j’en demeure persuadé depuis l’époque où j’ai tenté de montrer, dans un article modeste, comme « la langue espagnole (a été) révolutionnée » sous l’effet de l’obligation de signifier et d’intégrer, pour mieux en rejeter le référent, des termes tels que « guillotiner » (« guillotinar » ou « aguillotinar » ?) « sans-culottes » (ou « sin calzones » ?), « montagnard » (ou « montañés » ?), Marais, etc.

12Sur les 19 communications présentées à Perpignan, une seule relève de l’Histoire économique, ce qui conforte « l’idée que la montée en force de l’histoire culturelle et de l’histoire politique dans l’historiographie de la Révolution s’est accompagnée de l’effondrement symétrique de l’histoire économique qui y aurait été naguère prépondérante ». Dans le livre déjà cité, Recherches sur la Révolution, François Hincker à qui j’emprunte la citation antérieure, a beau soutenir que « l’idée de la décadence de l’histoire économique de la Révolution est pur phantasme » et que le chantier de cette histoire est, de nouveau, en activité, l’exemple du colloque de Perpignan, apprécié selon le seul critère quantitatif, et non pas qualitatif, de la représentation relative des différentes Histoires, ne semble pas justifier cet optimisme. Il est même à remarquer que, de manière plus générale, peu de chiffres ont été produits et utilisés, si ce n’est pour évaluer des catégories d’émigrés, des vaisseaux et des effectifs militaires. Mais rien, ou presque, pour apprécier des prix, des fortunes familiales, des évolutions démographiques, des productions... Irait-on vers une Histoire moins rigoureuse ? Ou, simplement – comme il a été dit plus haut – a-t-on donné la préférence à une Histoire plus humanisée et, partant, moins rébarbative pour les profanes, que si l’on avait présenté à l’auditoire de vastes tableaux numériques de longues séries de chiffres, des courbes ou des « fromages » ? Il reste que la seule communication relevant de l’Histoire économique, portant sur le commerce bayonnais, semble répondre au vœu de François Hincker qui estime que « l’histoire économique de la Révolution doit être régionalisée, car la perturbation principale introduite par les événements politiques et par les désordres monétaires fut la segmentation des circuits économiques ».

13Encore que dans les Recherches sur la Révolution la rubrique « biographie » n’ait pas été ouverte, il est incontestable qu’en France et plus spécialement hors du camp thématique de la Révolution, on assiste, depuis un certain nombre d’années, à l’essor, médiatique et commercial, du genre de l’Histoire-biographie. En Espagne, sous le franquisme, cette Histoire avait été d’autant plus en vogue que l’Histoire sociale et l’Histoire économique étaient réduites à la portion congrue. Or le colloque perpignanais n’a pas consacré la renaissance de l’Histoire biographique, ni semblé flatter le goût du jour, propre au grand public. Sans doute, Manuel Godoy et Jaubert de Passa ont-ils alimenté deux communications, mais il ne s’agissait pas de la classique construction ou reconstruction d’une vie, élaborée par l’historien ; ces communications reposaient sur des mémoires autobiographiques rédigés, dans les deux cas, longtemps après les événements vécus pendant l’épisode révolutionnaire, circonstance rendant nécessaire et intéressant l’examen de tous les facteurs qui ont pu interférer dans le jeu de la mémoire et l’entrecroisement des mobiles des écrivains.

14A trop allonger la liste des histoires qui, durant le colloque, ont subi une éclipse ou un semi-effacement, on serait conduit fâcheusement à donner une importance excessive aux lacunes et insuffisances. Or ce colloque me paraît trouver sa justification et son intérêt – comme je l’ai dit plus haut – dans l’heureuse cohabitation de différentes manières d’aborder l’Histoire et aussi au vu de la place avantageuse qui a été accordée à l’Histoire militaire (quatre communications), alors que cette Histoire militaire stricto sensu est pratiquement passée sous silence dans les Recherches sur la Révolution. Ce traitement qui a été réservé à l’histoire militaire et que commandait l’obligation d’étudier le conflit franco-espagnol des années 1793-1795, puis l’entrée des troupes impériales avant que n’éclate le conflit des années 1808-1814, me semble mériter quelques remarques de nature exclusivement épistémologique. Le problème que je me permets d’évoquer n’est pas propre à la France ; en Espagne, entre autres pays, la collaboration scientifique entre des universitaires et des militaires ou historiens spécialisés dans les affaires militaires n’est pas toujours facile à établir et à prolonger quand il s’agit d’étudier une période de conflit armé, par exemple celle de la Guerre d’indépendance. Il va sans dire – et pourtant il est préférable de le redire – que l’histoire de la réalité militaire est, sans conteste, utile et indispensable, et, partant, qu’est légitimement déplorable sa trop faible présence relative dans les colloques et congrès sur la Révolution. Alors que les universitaires – historiens ou littéraires – ont été rarement préparés à aborder les questions militaires, qui, mieux qu’un spécialiste appartenant à l’armée, pourra présenter le territoire concerné par un conflit ouvert, les forces en présence, les objectifs concrets d’une campagne ou d’une bataille, la tactique, la logistique...? Mais il serait dommage, à mon sens, que cette Histoire, se repliant sur elle-même ou s’établissant dans une autonomie illusoire et appauvrissante, ne prenne en compte d’autres aspect que des historiens non militaires s’intéressant aux idéologies, aux mentalités, à l’écrit, à la diplomatie, à la « politique politicienne », sont en mesure d’aborder. En l’occurrence – je me réfère à la « Guerra Gran » de 1793-1795 –, il me semble que pourrait être conduite, une fois éliminé tout cloisonnement entre les historiens militaires et les autres, une histoire de la guerre qui combinerait les aspect de « guerre à l’ancienne » et les aspects de « guerre innovatrice », surtout dans l’ordre de l’importance attribuée au discours mobilisateur, à la parole instrument de guerre, à la propagande. Cette dernière, orchestrée en Espagne par le pouvoir et mise en œuvre, au premier chef, par le clergé, a joué un rôle important, mais moins sans doute qu’en France où le soldat de métier tend à faire place au « citoyen-soldat » qui, en principe, sait pour quelles raisons, en principe aussi, nobles et exaltantes, on l’invite à faire le sacrifice de sa vie. Encore qu’il n’y ait pas une grande nouveauté, la spécificité de la guerre conduite contre l’Espagne entre 1793 et 1795 pourrait être recherchée aussi du côté de « comportements économiques » et de « comportements idéologiques » observables dans les territoires espagnols occupés : d’un côté, rafles de céréales, destruction d’infrastructures industrielles (en Catalogne-Sud), de l’autre, oppression et violences en matière religieuse (fermetures de lieux de culte et déportations d’ecclésiastiques en Pays basque-Sud). Vaste champ, donc, ouvert aux spécialistes des affaires militaires qui, sans se contenter de décrire les soldats en campagne ou dans leurs casernements, pourraient, aux côtés de leurs collègues d’autres disciplines historiques, interroger la mentalité de la troupe, apprécier les interventions des représentants en missions mués en stratèges, qualifier le style d’occupation des territoires envahis, appréhender l’attitude des populations à l’égard des armées, mesurer les effets des épidémies, de la disette, etc.

15A la surprise, peut-être, de l’auditoire perpignanais, l’Histoire locale a été moins représentée qu’on aurait pu l’imaginer. Là encore, on peut estimer que cette faible représentation de l’Histoire locale illustre une tendance propre à l’historiographie actuelle, alors que, au sud des Pyrénées, l’Histoire locale, stimulée par l’avènement des autonomies, connaît d’aussi beaux jours que sous le franquisme, mais pour d’autres raisons. Pendant le colloque de Perpignan, hormis de fugitives allusions à tel ou tel village roussillonnais ou basque, seul le bourg de Millas a été minutieusement évoqué. Les avantages et aussi, au passage, les limites de l’Histoire locale ont été entrevus. Je reprends à mon compte une partie des encourageantes conclusions de Serge Bianchi dans les Recherches sur la Révolution : « L’histoire locale permet de vérifier, relativiser, voire infirmer certaines conclusions de l’histoire vue d’en haut (...). Elle permet le croisement continuel de la « petite » et de la « grande histoire », dans leurs rapports dialectiques (...) ; elle permet une typologie passionnante des comportements des communes, selon les terroirs et les équipes au pouvoir (...) ; enfin, elle permet de percevoir des problèmes avec une acuité particulière ». Il reste que, en laissant de côté les petites zones d’obscurité irréductible (manqueront toujours quelques chiffres, dates, identités, et la connaissance de certaines motivations ou circonstances), l’Histoire locale, lorsqu’elle se circonscrit à un seul champ d’étude, est inapte à répondre à une question fondamentale : est-ce que ce territoire est assimilable à un cas classique, représentatif d’un ensemble plus vaste ? Ou a-t-on affaire à une exception, ou au composant d’un ensemble minoritaire ? En bref, l’Histoire locale, rigoureusement indispensable, n’accède à une pleine valeur que si, alimentant une longue série de monographies semblables, elle facilite l’établissement d’une typologie issue de la confrontation approfondie et de la classification de cas multiples. Même en l’absence de cette typologie élaborée, l’Histoire locale a aussi la vertu de pouvoir susciter, à partir d’un seul cas examiné, non pas des conclusions générales qui, obtenues par simple extrapolation, seraient dès lors aventurées ou fragiles, mais des interrogations du plus haut intérêt. La communication portant sur Millas est l’illustration de l’utilité de l’Histoire locale dans la mesure où tel fait menu, précis et daté (par exemple, le départ du curé) peut se voir conférer, de manière peut-être insoupçonnée, une signification vaste et un poids considérable sur les événements à venir.

16D’autres formes d’Histoire, plus familières aux chercheurs universitaires que l’Histoire militaire et que l’Histoire locale, ont figuré, durant le colloque, à la place où on les attendait. Je ne les rappelle que pour mémoire, afin de souligner, une nouvelle fois, leur intérêt intrinsèque et la fécondité de leur complémentarité souhaitable : l’Histoire d’une famille (Jaubert de Passa), qui peut recouper l’Histoire locale ; l’Histoire politico-sociale (la gallophobie à Valencia en 1795-1798) ; l’Histoire politico-diplomatique (les négociations conduisant à la Paix de Bâle, et « Godoy et le Directoire, 1795-1798 ») ; l’Histoire humano-politique, si on peut dire (l’émigration française en Espagne) ; l’Histoire saisie à l’échelon d’une région (Languedoc, Pays Basque-Nord ; enfin – et peut-être aurais-je dû commencer par là pour suggérer la richesse des informations et des idées qu’elle ne cesse de livrer – , l’Histoire culturelle dont l’aire à explorer est immense puisque, sous ce chapeau, se trouvent associés l’écrit (ici, les livres subversifs importés de France ou traduits du français, que les instances espagnoles de contrôle s’efforçaient d’éliminer ou de neutraliser après la Paix de Bâle), l’iconographie (ici, des tableaux de Gamelin représentant les batailles du camp de l’Union et de Peyrestortes) et le domaine musical (ici, des chansons en catalan, d’esprit anti-français ou contre-révolutionnaire, composées pendant la « Guerra Gran »).

17L’une des trois grandes caractéristiques du colloque perpignanais, en dehors de la diversité des approches historiographiques, dérivait du choix, prononcé par les organisateurs, de la séquence historique à aborder : moins de quinze ans. C’est dire que les communications devaient se rapporter à un temps court – ce qui, au passage, explique l’absence, par impossibilité, de grands panoramas et de vastes synthèses – et non pas s’inscrire dans un continuum historique ou temps long de l’Histoire. Ce regard, obligatoirement analytique, qu’il fallait porter sur des périodes qui parfois ne dépassaient pas trois ans rendait difficile ou inutile l’appréciation de la réalité, de la permanence et de la force des structures socio-économiques, des familles de pensée, des courants commerciaux, des mentalités, des sentiments collectifs, ou bien demeurés sous-jacents aux événements survenus, ou bien articulés à des composantes nouvelles.

18Or il n’était ni fatal ni facilement prévisible que l’ensemble des communications suscite l’impression d’un « tempo historique » extraordinairement dynamique et mouvementé. En effet, au terme d’une période ballotée – celle qui correspond à la guerre franco-espagnole de 1793-1795 – s’ouvre logiquement, et en apparence, une période de relative accalmie, surtout du côté espagnol, qui conduit jusqu’à l’explosion du violent conflit de 1808-1814. Or trois communications au moins (l’une concernant le domaine militaire, l’autre le domaine du « commerce des idées » et la troisième, la haute politique madrilène) ont nourri l’impression qu’entre la Paix de Bâle et le 2 mai 1808, le Directoire et le gouvernement de Godoy, et, plus généralement, la France et l’Espagne traversent un bref et fragile « entre deux guerres » qui n’est pas même, métaphoriquement, une parenthèse ou une petite oasis, mais plutôt un branle-bas de combat ; en ce qui concerne la Péninsule, l’incendie pouvait éclater au Portugal, et des tensions et incidents sporadiques annoncent l’imminence ou la probabilité d’un affrontement franco-espagnol. Ces communications auront ainsi ruiné le mythe ou simulacre, créé par les gouvernements parisien et madrilène d’alors, du rétablissement d’une pacifique et cordiale amitié franco-espagnole, forgée par le traité de Bâle. En forçant un peu l’expression, on pourrait dire que la séquence 1795-1807 paraît s’étioler dans sa signification et son importance historiques, au point d’apparaître tout juste comme un coin planté ou une anomalie entre deux périodes homologues, plus porteuses de sens et plus lourdes de conséquences, à savoir les conflits franco-espagnols de 1793-1795 et 1808-1814. Mais il est vrai que cet énoncé serait invalidé si, prenant du recul et de la hauteur, on embrassait d’un seul coup d’œil les relations franco-espagnoles entre 1714 (fin de la Guerre de Succession d’Espagne) et 1823 (intervention française en Espagne).

19Conformément à la vocation du C.R.E.P.F., l’aire géographique concernée par les communications, à l’exception de deux d’entre elles, se circonscrivait aux territoires proches de la frontière politique pyrénéenne. Hormis deux autres d’entre elles qui situaient l’objet d’étude à une certaine distance de la frontière des Pyrénées-Orientales (l’une dans l’Occitanie languedocienne et l’autre dans le Levant espagnol catalanophone), ces communications ont confirmé, si besoin était, la spécificité du déroulement de l’Histoire lorsque celle-ci a pour siège une région montagneuse à apparence de barrière, traversée, qui plus est, par une frontière (prétendument ou effectivement) internationale. Les communications portant sur la réalité militaire auront confirmé, de leur côté, l’intérêt ancien que revêtent, du point de vue stratégique, les cols, les hauteurs dominantes et les fortifications commandant les passages. Mais l’impression majeure qui restera est que, sans parler même des zones de franchissement facile comme la Cerdagne ou le Val d’Aran, cette chaîne pyrénéenne a été, dans l’ensemble, d’une perméabilité plus grande qu’on aurait pu le supposer, ce qui ne manquera pas de conforter dans leur crédo ou préférence ceux qui tiennent la frontière franco-espagnole pour une aberration ou un démenti apporté au postulat de la « frontière naturelle ». Il est un fait que, malgré les difficultés accrues opposées par le relief montagneux au passage des hommes, des animaux, des marchandises et des idées, la frontière en Pays basque, en Ariège et en Pays catalan a vu passer, entre 1792 et 1807, une population (d’émigrés, de soldats, de saisonniers, de colporteurs, d’espions, de prisonniers...) et une masse de produits (livres, étoffes, matières premières...) trop importantes pour qu’un quelconque cordon sanitaire, le plus serré fût-il, ait pu interrompre cette circulation dans les deux sens.

20L’autre spécificité de l’espace géographique concerné par le colloque tient à une manière de symétrie imparfaite observable aux deux extrémités de la chaîne pyrénéenne. Cette figure géométrique s’applique même aux zones littorales, puisque à l’homologie Bayonne – Saint-Sébastien on pourrait faire correspondre l’absence, sur la côte catalane, de tout port important au nord et au sud du cap de Creus. En d’autres termes, la problématique catalane, largement abordée durant le colloque (éventualité ou réalité de la « trahison » ou « collaboration », unité linguistique, communauté de traditions, convergence ou opposition d’intérêts, aspiration à une grande Catalogne réunifiée...) pourrait être appliquée mutatis mutandis aux Pays Basques français et espagnol, pareillement scindés et éventuellement désireux de s’unir et de rejeter la tutelle imposée par leur capitale d’Etat respective. Cette démarche historiographique de va-et-vient (de Bayonne à Perpignan, d’Ustaritz à Céret, de Bilbao à Gérone, etc.) est, à coup sûr, prometteuse d’intéressantes révélations ou hypothèses.

21En dehors même de la période de conflit armé entre la France et l’Espagne, qui fait éclater au grand jour des incompatibilités de systèmes idéologiques et des oppositions de tous ordres (diplomatique, politique, économique...), la période de paix, d’alliance et, en principe, d’amitié restaurée qu’ouvre le traité de Bâle invite à se pencher sur l’extrême difficulté à laquelle se heurtent les politiques désireux d’instaurer l’harmonie entre deux pays et d’asseoir entre eux une alliance solide lorsque sont impliquées deux nations – en l’occurrence, la française et l’espagnole – de force et d’ambitions inégales. Dans ce cas-ci, le voisinage immédiat, l’appartenance à un même ensemble culturel, religieux et linguistique, semblent passer au second plan. En effet, l’évidence et l’importance du déséquilibre au profit de l’un des deux partenaires engendrent des phénomènes perturbateurs qui rendent dérisoires et fallacieuses les déclarations, solennelles ou chaleureuses, d’amitié partagée. A fortiori lorsque la France révolutionnaire s’est vue en mesure de dicter sa loi au « tyran de Madrid » et d’imposer en Euskadi-Sud et en Catalogne-Sud un régime d’occupation à sa convenance, mais aussi pendant la période de réconciliation et de rétablissement des échanges de toute nature, la France avait contre elle, quels qu’aient été ses desseins, même louables, d’être plus incontestablement puissante que l’Espagne proclamée amie. Tout comme à l’époque où Floridablanca, dans son Instruction réservée destinée à Charles III, exprimait confidentiellement son exaspération de voir l’allié français dicter à l’Espagne les conditions d’une amitié qui serait désavantageuse à celle-ci, les rapports franco-espagnols pendant le Directoire sont traversés de tensions parce que l’Espagne souffre de se voir imposer une alliance qui est surtout profitable à la France et qui favorise ses visées impérialistes ou ses penchants à l’ingérence.

22Hormis le thème précédent qui déborde largement le cadre chronologique et l’espace géographique pris en compte par le colloque, la plupart des grandes idées, plus ou moins neuves, qui m’ont paru se dégager sont relatives au versant nord des Pyrénées et, ou bien éclairent une spécificité régionale, ou bien consolident quelque schéma applicable à l’entier du territoire national.

23En ce qui concerne le Roussillon qui, très naturellement, a été plus à l’honneur que l’Ariège, la Bigorre, le Béarn ou le Pays basque, il paraît entendu que cette province, contrairement au Nord-Est de la France, au Centre et à l’Ouest qui globalement s’inscrivent soit contre la Révolution, soit en sa faveur, doit être rattachée à l’ensemble plus vaste du Midi à propos duquel les historiens estiment qu’il présente deux pôles à la fois (« Midi rouge, Midi blanc ») et qu’il est « coupé en deux – comme l’écrit Michel Vovelle –, partagé entre un engagement fort vif, lieu des réactions intenses aux grands traumatismes collectifs, mais en même temps apte à basculer du blanc au rouge ou inversement ».

24Et pourtant, à radicaliser ainsi le(s) basculement(s) des opinions et des comportements en faveur de telle ou telle option majeure (la collaboration avec les troupes espagnoles d’invasion, le refus de la conscription...), on donnerait trop l’impression que le Roussillon est frappé de plein fouet par la Révolution, qu’il s’implique à fond dans un processus de soutien ou de rejet, alors que, au contraire, s’est dégagée l’impression que les effets et l’écho de la Révolution telle qu’elle se développe à Paris et dans les pays de langue d’oïl sont considérablement affaiblis quand l’onde de propagation atteint ce bout de monde (par rapport à l’épicentre révolutionnaire) qu’est le Roussillon. Alors que, du fait de la guerre avec le pays limitrophe, on aurait pu imaginer une forte mobilisation, massive et exaltée, pour ou contre la Révolution, on a l’impression que le Roussillon fait partie de cette vingtaine de départements où la guillotine n’est jamais passée – tel pourtant n’a pas été le cas – et qui, dès lors, « sont restés aux franges de l’événement révolutionnaire » (M. Vovelle). En tout état de cause, le schéma historiographique qui consisterait à appliquer aux communautés villageoises le « modèle » de la Révolution parisienne ne paraît pas recevable ici. Et puis, comment à Millas, au fond du Capcir ou de la Cerdagne, la Révolution est-elle rapportée ? En qui s’incarne-t-elle ? La parole des représentants du peuple en mission est-elle entendue ? Comme on l’a vu à travers l’exemple de Millas, la fermeture de l’église du village, le départ du curé, l’appel sous les drapeaux de quelques compatriotes ont, sans doute, plus frappé les esprits, sur place, que les grands discours tenus à Paris et les grandes manifestations à caractère symbolique savant.

25Sans doute en a-t-il été ainsi parce que le traumatisme révolutionnaire qui pourtant signifiait l’irruption de l’idéologie, le déferlement du discours mobilisateur, l’exacerbation des passions a, dans le même temps, révélé, dans les villes comme dans les villages, le poids déterminant des intérêts immédiats (lié à l’argent, au commerce, à la production artisanale, à la recherche d’un travail), des données matérielles (la distance à la frontière, la situation proche ou éloignée des axes de circulation des individus, des gazettes et des idées), des traditions familiales et des réseaux de connaissances. Or tout cela se situe, sinon hors du champ des idéologies (l’attachement au curé du village ou l’ascendant conservé par un riche propriétaire terrien revêt un signe idéologique), du moins hors du champ de l’idéologie enfantée par la Révolution en marche. Cela ne veut pas dire que l’analphabétisme dominant (au sens strict du terme, ou bien politique, métaphoriquement parlant) ou les centaines de kilomètres qui séparent Perpignan de Paris retranchent la Catalogne-Nord de la Révolution ; cela veut dire simplement que les rapports de cette province à la Révolution ne peuvent s’inscrire dans telle grille interprétative qui serait opérante pour étudier la Basse-Bretagne ou la Haute-Normandie.

26La complexité du problème pour la Catalogne-Nord s’accroît sous l’effet d’un double phénomène dont l’un vaut probablement pour tout le territoire national et dont l’autre est propre aux territoires qui, dans des temps reculés ou plus récemment, ont connu un régime d’autonomie ou ont prétendu s’en donner un. Le premier phénomène a trait au clivage, que l’on sait manifeste et fort, entre la ville et la campagne, ou le milieu urbain et le milieu villageois, et ce, en raison d’intérêts souvent antagonistes ou de postures contrastées par rapport au projet révolutionnaire. Le Roussillon ne paraît pas avoir fait exception. On a même vu, dans le cas de Millas, un même personnage adopter, face à des événements révolutionnaires venus déranger le cours de son existence, des attitudes antinomiques, selon qu’il se trouvait dans son village ou à Perpignan.

27L’autre aspect des choses est encore plus difficile à appréhender, sans compter que peuvent interférer, au moment d’écrire l’Histoire, des convictions intimes et des présupposés. En clair, la Révolution, beaucoup plus que dans le Limousin, la Champagne ou la Bourgogne par exemple, « questionne » l’identité du Roussillon et de la Catalogne dans ses deux grandes composantes. Alors qu’en Catalogne-Sud les paroles des chants qu’on a eu le plaisir d’entendre inciteraient à penser que la guerre contre les envahisseurs français autorise la célébration d’une catalanité certes non subversive et non destructrice de l’unité monarchique espagnole, il n’a pas semblé que, de l’autre côté des Pyrénées – et pas même lorsque des Roussillonnais, passant au service des Espagnols, se retiraient par là de l’ensemble national –, la Révolution ait servi à révéler une catalanité enfouie, ou à la revigorer. A l’inverse, aucune des communications présentées n’autorise à dire que cette même révolution a accéléré le processus de francisation des esprits, puisqu’il est logique de penser que les effets de la propagande déployée dans ce sens ont été largement neutralisés par les effets des malheurs qui se sont abattus sur le province (invasion, pénurie, enrôlements, punitions...) du fait de la Révolution.

28Mais la question n’est pas tranchée, et elle sera d’autant plus difficilement tranchée que la stricte neutralité dans ce domaine est elle aussi difficile à préserver : les liens qui rattachaient les Roussillonnais à la France étaient-ils solides ? Etaient-ils supportés avec exaspération ? Souhaitait-on les rompre ? Les Catalans du sud étaient-ils des frères dans le malheur, face aux tyrannies parisienne et madrilène ? Une fois exécuté Louis XVI, irait-on faire allégeance au Bourbon d’Espagne ?... Certes, ces questions ne sont pas neuves, et maints historiens ayant participé ou non au colloque de Perpignan ont déjà apporté des réponses solides, mais il est un fait que les auteurs des communications, amenés à croiser ces questions sur leur chemin – si on peut dire –, se sont gardés de se prononcer de manière catégorique, préférant, dans quelques cas, cacher leurs préférences sentimentales.

29Qui a pris, comme moi, d’abondantes notes au cours des deux journées et demi de travail doit être en mesure de retenir nombre d’énoncés originaux ou suggestifs ou dérangeants que j’aurais eu plaisir à transcrire in extenso, mais pour lesquels je procéderai, en définitive, à une simple présentation par échantillonnage. Voici, entre autres, quelques affirmations, hypothèses ou questions auxquelles je donnerai parfois un tour très ramassé, qui m’ont paru spécialement utiles dans la perspective d’un examen à poursuivre ou d’une nécessaire recherche d’illustrations :

  • La « terreur », même organisée, même institutionnalisée, n’est pas obligatoirement... terrible quand elle s’applique loin de l’épicentre parisien.

  • Ailleurs qu’à Millas, les pauvres brassiers seraient-ils hostiles à la Révolution ? Ou seulement déçus par elle ?

  • La menace espagnole aurait-elle renforcé un sentiment de solidarité occitane ?

  • La « contamination » idéologique de l’Espagne par la Révolution ne ferait-elle pas plus de ravages, une fois la paix revenue, que lorsque les troupes françaises d’invasion sont porteuses du « virus » ?

  • Les représentants du peuple en mission ont-ils joué un rôle faste ou néfaste dans la conduite de la guerre contre l’Espagne ?

  • Qui, à la conclusion de la Paix de Bâle, sort vainqueur de la guerre ?

  • La guerre, normalement associée à ravages et désastre, a-t-elle dynamisé une partie de l’économie régionale ?

  • En Roussillon, convient-il de parler de « catalanisme » ou de « catalanité » ?

  • Dans les mouvements de nature effectivement populaire dont les victimes sont, selon le cas, des résidents français en Espagne ou des « ennemis de la Révolution » en France, faut-il voir de la spontanéité ou une manipulation ?

  • La « Guerra Gran » : conflit secondaire ou conflit majeur ?

30Cette dernière question, dans le bric-à-brac antérieur, me fournit un des éléments de l’épilogue. Il tient du vœu et du credo personnel. Plus que jamais lorsque l’étude historique porte sur un territoire à cheval sur une frontière (naturelle ou politique, acceptable ou récusée), s’affirme la nécessité historiographique d’un double regard ou regard croisé, destiné à alimenter les comparaisons, le repérage des influences réciproques, le déchiffrement du jeu des intérêts mêlés, la prise en compte des images que projette le voisin.

31La meilleure connaissance de soi passe, du reste, par la connaissance de l’autre, saisi, en particulier, dans ses différences. A l’heure où l’Europe cherche à se définir et à se construire, je trouve heureux que le colloque perpignanais m’offre l’occasion de proclamer que cette connaissance de l’autre, qu’il soit fondamentalement différent ou fondamentalement semblable, sert à fonder, puis à fortifier, les amitiés personnelles et les alliances internationales.

Notes

1 Un temps suffisamment long m’était laissé après le colloque pour que je puisse réélaborer et développer, si je l’avais jugé convenable, les quelques notes manuscrites dont j’étais porteur au moment d’ébaucher des conclusions. Mais, par honnêteté, j’ai fait le choix de ne pas donner à publier un texte qui aurait été trop différent du discours que j’ai tenu oralement. Le seul écart sensible entre ce discours et sa version écrite concerne son dernier tiers. En raison d’une 1 (suite), contrainte chronologique, j’ai dû escamoter la plus grande partie de l’énumération des idées-forces et des énoncés originaux relevés, énumération que je n’ai pu conduire jusqu’au bout. Cependant, je conserve, en dépit de son schématisme, la forme originelle de ces observations qui – on s’en apercevra – tendaient à démontrer in fine que ce colloque avait été une réussite incontestable, au plan scientifique entre autres.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search