Desktop versionMobile version

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Cinquième partie : Influences françaises en Espagne

Images de la Révolution française et des révolutionnaires dans la chanson populaire catalane1

Jean Larrieu

Full text

  • 1 La matière de mon propos a été puisée surtout dans : « Canco d’Amor i de Guerra », Livret et partit (...)

1Lors du colloque de 1989 sur « Les Français et la Guerre d’Espagne », la dernière matinée sous le titre générique du « Regard de l’autre » nous révéla, grâce aux communications d’André Fabre, Jordi Planes, Narcisse Alba et Jacques Issorel, l’image que les républicains espagnols, dont de nombreux catalans, avaient de la France :

« France, terre d’asile...
France qui a fourni à l’humanité le Contrat Social...
France, pays de la Révolution qui engendra les principes de liberté...
France, paradis du progrès, de la démocratie, Patrie des droits de l’Homme...
France républicaine. »

2Cette vision amplement positive, confirmée par les discussions avec les acteurs de la Retirada permet, d’ailleurs, de mieux comprendre la déception qu’ils vécurent à leur entrée chez nous.

3Peu avant cette rencontre, Michel Cadé et le Service éducatif des Archives des Pyrénées-Orientales nous avaient offert une remarquable exposition sur « La Révolution dans les Pyrénées-Orientales ». J’y avais remarqué, parmi les documents proposés, une chanson publiée à Barcelone, certainement en 1794, dont les couplets narraient la campagne du général Ricardos en Roussillon comme une véritable promenade militaire : Rien ne lui résistait ! et le refrain s’avérait profondément anti-français. Ce chant était extrait d’un ouvrage d’Angel Ossorio, publié à Madrid en 1913, intitulé : Histoire de la pensée politique catalane pendant la guerre de l’Espagne contre la République française (1793-1795). Michel Cadé devait ensuite me procurer quatre autres chants extraits du même ouvrage.

4Fréquentant assidument le chant choral catalan, j’avais remarqué la connotation anti-française de certains textes et tout ceci me donna l’idée de consacrer mon propos à la vision des événements survenus entre 1789 et 1795 et aux images qui en demeuraient dans cette mémoire des peuples qu’est la chanson populaire, en l’occurence catalane. Je me suis donc plongé dans l’imposant Cançoner Catala publié par Joan Amades, épluché les recueils de sardanes chantées, dont la majorité se consacre à la glorification de la Catalogne ; et aussi analysé le livret et les airs d’une opérette barcelonnaise qui connut un énorme succès : Canço d’Amor i de Guerra.

5Cette œuvre, composée dans les années vingt, reste un des morceaux de bravoure du théâtre lyrique catalan, elle a eu les plus grands interprètes : Montserrat Caballé, Lina Richarte, Josep Maria Carreras, Antoni Miras... L’action se passe en Vallespir pendant la Révolution.

6Il n’est pas toujours évident à la lecture des textes de dégager une image unique de la Révolution. Souvent, on confond les événements de 1793-95 et ceux de la guerre contre Napoléon. Il y a donc parfois vision de la Révolution à travers l’époque napoléonienne.

7Il faut également voir que les dates de composition des chansons varient. Celles, publiées par Ossorio sont contemporaines des événements de même quelques textes publiés par Amades qui furent publiés à Barcelone avec autorisation en feuillets. D’autres sont plus tardives, composées au début du XIXe, elles sont moins polémiques que les précédentes. Enfin la sardane chantée que j’ai retenue date du début du XXe siècle et Canço d’Amor i de Guerra de 1925. Nous avons donc deux séries de productions que je classerai en chansons de la vision immédiate et chansons de la vision lointaine pour lesquelles le temps passé et la littérature abondante publiée depuis la Révolution ont forcé-men influencé les images.

I. Les chansons de la vision immédiate

8Elles sont nées dans une période d’hostilité profonde à l’égard de la France. Cette hostilité entretenue par le pouvoir et l’Eglise génère dans certains milieux traditionalistes une véritable francophobie. Au XVIIIe siècle, tout ce qui vient de France sent le soufre. L’esprit philosophique, les idées de Voltaire et de Rousseau sont condamnées par l’Inquisition et on veille à empêcher leur propagation. Dès les nouvelles des événements de mai à juillet 1789, l’opinion est soumise à censure rigoureuse et les suspects de sympathie envers la Révolution sont persécutés. Dans cette atmosphère, les Catalans sont, si j’ose dire, très surveillés, dans le collimateur du pouvoir. Affrontés déjà au centralisme madrilène, à la négation de la catalanité, ils sont, en plus, suspects d’être facilement séduits par les idées venues « tras los montes » car séparatistes et attirés par la liberté. Jacques Godechot rappelle dans La Grande Nation, que la peur de la contagion révolutionnaire alla jusqu’à interdire aux prêtres français émigrés de prêcher et de confesser. La guerre qui éclate en 1793 amène la France à développer la propagande mais sans grand succès car Madrid veillait et avec l’appui total de l’Eglise espagnole déclenche une violente campagne anti-française. Dès 1793 la guerre contre la France est présentée comme une guerre sainte pour la foi, le roi, la patrie. Le clergé prêche contre la Révolution. Comme les esprits sont surveillés, la presse muselée et que la plus grande partie de la population des campagnes catalanes est illettrée, la censure est efficace et il ne se publie que ce qui est dans la ligne de la francophobie officielle. Il semble d’ailleurs que ces chansons de 1793-95 sont surtout des chansons de commande destinées à susciter l’enthousiasme pour une guerre qui peut-être n’en provoquait pas beaucoup en Catalogne. Cependant, il faut noter que la mémoire de ces textes a traversé le XIXe siècle et que beaucoup sont encore chantés de mémoire au début du XXe siècle. Ainsi, Ai de Mi, une des plus anciennes (1794) est chantée en 1931, la Vinguda del Frances en 1926, Els Fusellers en 1919.

9Les chansons publiées par Casorio ont toutes un point commun. Elles sont structurées comme des goigs, c’est-à-dire des cantiques chantés en l’honneur de la Vierge et des saints, comportant de multiples couplets de 4 ou 6 vers de 7 ou 8 pieds alternés, couplets séparés par un refrain (tomada en catalan) de 4 ou 2 ou 6 vers suivant le cas. Le tout étant chanté pendant les processions qui avaient lieu généralement en plein air et étaient fort longues.

10Celles de la deuxième série (publiées par Joan Amades) sont, sauf la première, plus courtes de quatre à douze couplets au lieu des quatorze à vingt-deux de la première série.

11Analysons successivement la série d’Ossorio et la série d’Amades.

Série d’Ossorio :

121) Tragédies jamais ouïes de la reine de France Marie-Antoinette de Lorraine qui repose au ciel.

13Sous un frontispice représentant la reine décapitée sur un siège, entourée du bourreau, l’épée à la main, et de son assistant levant la tête fraîchement coupée, vingt-et-un couplets de 6 vers de 6 pieds racontent le martyre de Marie-Antoinette. Un refrain de deux vers promet à la « maudite France » qu’elle le paiera : « Ay malahida Fransa la vindràs à pagar ». La chanson débute par une invocation au Christ : « Jésus, Dieu infini et Père de clémence, jamais je n’ai ouï faits d’un tel cynisme, donnez-moi votre aide pour pouvoir les conter, Ah, maudite France tu le paieras ». Le tableau synoptique ci-après montre que les faits sont assez bien connus.

142) Chanson à la gloire des armées espagnoles et de la vaillance des Catalans en l’actuelle Campagne du Roussillon.

15En 22 couplets de 4 vers de 8 pieds avec un refrain de 4 vers, nous est narrée la campagne de Ricardos en Roussillon. Le refrain vaut qu'on s'y arrête : «

Al arma, al arma Espanyols,
Catalans al arma, al arma ;
que lo frenetich Frances
nos provoca, y amenassa. »

16Alarme, alarme Espagnols, Catalans alarme, alarme, le frénétique Français nous provoque et nous menace.

17Le récit est triomphaliste, évoque la reddition de Saint-Laurent-de-Cerdans où « avec grand désir les attendaient quelques Français vaillants que la foi n’avait pas abandonnée », « Céret se donne au roi d’Espagne ». Partout on redresse les autels et noblesse et clergé retrouvent leurs droits. Ensuite suit une série de couplets sur la gloire des troupes catalanes, le premier régiment commandé par le colonel Vives dont l’avant-garde dirigée par Porta porte la mort et la terreur et « Fuig lo Frances aturdit... dient estos no son homes si Dimonis que batallan ». (Le Français stupéfait fuit... disant ce ne sont pas des hommes mais des démons qui se battent). Plus avant l’explication de ces succès arrive. Le ciel est avec eux et les villes tombent, le Vallespir est conquis, presque toute la Cerdagne et Bellegarde tremble, en partie ruinée et ici se place une connotation antisémite : « À contempler les ruines qui, en son château, les gardaient, comme les Juifs pleurent leurs richesses mal gardées : Alarme... » Enfin, l’auteur revient sur la guerre : Mont-Louis ne peut tarder à se rendre et « Perpignan sera bientôt la cible de nos balles ».

183) Nouveaux couplets à la nation catalane pour l’encourager « à prendre les armes en défense de notre Dieu, loi, patrie, roi, personnes, biens, familles et maisons, contre les méchants Français ».

19Vingt-et-un couplets de quatre vers de 8 et 7 pieds alternés sont séparés par un refrain de quatre vers : « Valeureux Catalans partons tous en campagne pour défendre notre Dieu, la loi, la patrie et le roi d’Espagne ». Contre qui ? Contre ces « Français mauvais » qui ont « guillotinat » leur roi, déclaré la guerre au monde et au roi d’Espagne. C’est à une véritable croisade que sont conviés les Catalans : « Armés avec la Sainte foi, gardant de Dieu la loi sainte nous sommes sûrs et certains que nous gagnerons les batailles ». Suivent des exhortations aux combattants : « Aimer Dieu de tout son cœur... être loyaux, obéissants, ... abhorrer jeux et tavernes et aussi les femmes légères qui font perdre l’âme et le corps » ; puis des conseils : « aller bien vêtus, bien chaussés, bien armés, ils seront comme des Miquelets, habillés à la catalane »... « Ils seront bien nourris : pain, riz, viande, salade et dans le sac il y aura langanisse, boudins, pain et fromage aussi et la gourde bien pleine ». Enfin, il faut que tous ceux qui sont bons pour les armes partent et ceux qui n’auraient pas le courage paieront une contribution ainsi que « les évêques et les prélats, les recteurs, curés et frères »...

204) Couplets qui se chantent du nouveau régiment que crée la cité de Barcelone.

21Dix-huit couplets et un refrain, tous de quatre vers, appellent le « volontaire citadin que la cité réclame ». Le régiment offert au roi restera jusqu’à la victoire sur la France. Suit une description du régiment bien vêtu : justaucorps vert, culotte incarnat, mouchoir noir autour du coup, bien armé et composé d’excellents soldats. Puis c’est l’adieu à ceux qui restent et à Barcelone, patrie aimée et si belle, et enfin s’en va la troupe « légère et charmante » des volontaires de la cité.

225) Nouvelle et curieuse chanson des Miquelets de Catalogne qui ont pris les armes volontairement « en défense de la foi de notre roi et de la patrie ».

23Quatorze quatrains et un refrain guerrier :

A la guerra Catalans,
Miquelets al arma, al arma
nons havem de acobardir
per tota la gent de Francia.

24A la guerre Catalans, Miquelets alarme, alarme, il nous faut terroriser tout le peuple de France.

25Il s’agit de combattre les « Gavaigs » qui à la vue des Miquelets bien vêtus, à la catalane, tremblent de tous leurs membres. Ils vont savoir ce qu’il en coûte et Figuères va être reprise. Cette chanson a donc été composée après la retraite de Ricardos et l’entrée des Français dans la ville qui eut lieu le 28 novembre 1794.

Série D’Amades (Cançoner Català) :

261) Pauvre de moi :

27Cette chanson en 23 quatrains évoque la Terreur religieuse, la mort de Louis XVI et le martyre de Marie-Antoinette et de ses enfants.

28Cette chanson fut imprimée et diffusée en feuillets volants en raison de la sensation que fit en Espagne et en Europe la nouvelle de l’exécution du roi et de la reine de France. Véritable complainte faite pour émouvoir, les quatrains alternent avec le refrain :

Pauvre de moi, quelle tristesse
de t’expliquer avec humilité
que ce qui se passe en France
est d’une grande cruauté

29La chanson trace un sinistre tableau :

Qu’ont fait ces prêtres
dont la France ne veut plus ?
Ils vont fuyant de nuit, de jour
pour suivre la loi de Dieu...

30Parlant de la famille royale :

Un prince, qu’ils avaient
nommé Louis,
Dans les bras de sa mère
ils voulurent l’égorger...
La mère va au supplice
le fils reste en prison...
Ne pleure pas ma soeur
je ne puis souffrir plus.
Père et mère sont morts
ils me tueront aussi.
A ces mots, l’infante
à terre tombe évanouie...
Levons les yeux au Ciel
et à la reine souveraine
disons : Dieu tout puissant
libère-nous de cette canaille.

31Et enfin l’envoi :

Roi et reine de France
morts humblement
il n’en coûte rien de vous dire
« Dieu vous a pardonné ! »

32Le tout sur une musique simple et répétitive en forme de mélopée renforçant chez l’auditeur le sentiment de compassion et aussi d’indignation.

332) La Révolution française :

34En neuf quatrains (vers de 6 pieds) la chanson décrit la Révolution dans un raccourci saisissant, avec hostilité, et, là aussi, une connotation antisémite. Elle a été composée en 1793 entre janvier et octobre car, si elle fait allusion à l’exécution de Louis XVI, elle ignore celle de Marie-Antoinette :

La cité de Paris
est très turbulente
les Juifs sont plus puissants
que le peuple chrétien.
Le duc de Mirabeau
le prince Lafayette
se sont faits capitaines
de toute l’Assemblée.
Ils disent ne rien craindre
qu’ils sortiront de tout.
Un jour, viendra l’heure
où il faudra payer.
La reine en solitude
pleure tout affligée
quand elle voit empirer
chaque jour la méchanceté.
En France il n’y a plus
ni curés, ni vicaires
ils ont dû laisser
leurs proches et leurs maisons.
Voyez, quelle tristesse
il fait deuil du Christ
errant de par le monde.
Même à la meilleure heure
ils vont tuer leur roi ;
Ah, maudite France,
tu le paieras !
Ils ont planté un arbre
qui leur donne la liberté.
Ils en mangeront les fruits
devant Satan.
Ceci sera l’assiette
qu ’ils auront préparée
pour manger avec le démon
quand en enfer ils seront.

353) Le général de France :

36En six couplets alternant sextets et quatrains, avec un refrain léger, elle imagine un dialogue entre le général français et Girone alors qu’on sait que le général Baufort ne dépassa pas le Rio Fluvia. Le général demande donc à la ville de se rendre, elle refuse : « Comment veux-tu que je me rende si l’Espagne ne veut pas ? Et, je suis toute entourée de beaux remparts. – Le général poursuit : « Dis-moi, Girone, qui sont ces soldats ? Ils sont fils des campagnes, beaux catalans et, du sang des Français, ils se laveront les mains !

37Oh, Général de France, je t’invite à souper ! un train d’artillerie lui donnera l’aiguillère, deux trains font le vaillant hachoir. La chanson qui en parle et qu’on va lui chanter. Ce sont les fils de ma campagne, beaux Catalans qui, du sang des Français, se laveront les mains ».

38Les cinq autres chansons que j’ai trouvées dans le Cançoner català ne présentent pas autant d’intérêt, le tableau synoptique le montre aisément. Entre un désastre qui n’eut pas lieu (Maçanet) et les enrôlements de troupe contre la France avec bénédictions et absolutions, on y décèle davantage le souci du départ en guerre qu’une image de la Révolution.

39Que conclure de tout ceci ? L’image de la Révolution est confuse. Il ne s’agit pas d’histoire mais de propagande. Le but est clair : susciter la haine et donner une image négative de la France révolutionnaire et des Français. Ce sont des frénétiques, des assassins, des envahisseurs, des sans-Dieu, des bourreaux ne respectant rien, destructeurs d’églises, renversant les autels, tuant et pourchassant les prêtres bref, des scélérats maudits et exécrables, des canailles et « nous ne voulons pas de ces maudits bourreaux ». Trois thèmes reviennent dans ces œuvres : la mort de Marie-Antoinette (2 chansons), la guerre en Roussillon et Ampurdan (3 chansons) et les levées de troupes catalanes (7 chansons) le thème mineur restant la Révolution (1 chanson) centrée d’ailleurs sur la Terreur religieuse et la mort du roi.

40Ici se pose un problème : Quel effet ont eu ces chansons ? Le fait que la majorité concerne la levée de troupes montre, à mon sens, qu’il n’y a pas eu un enthousiasme délirant pour aller se battre en France et on sait que dans l’armée de Ricardos il y eut seulement trois mille Catalans environ. Les chansons glorifient les volontaires, donnent un ton religieux comme de guerre sainte à la lutte contre les Français. Ainsi, les Fusiliers qui fait référence à l’entrée de Ricardos en Roussillon : « Pour la foi, nous allons mourir ».

41Mais à côté de ces chansons, il en est une qui n’apparaît pas sur le tableau : « Sauvé d’aller à la guerre ». Elle raconte l’histoire d’un jeune marié que l’on vient chercher le jour de la noce et qui implore la patronne des Catalans : la Vierge de Montserrat. Le capitaine lui demande la raison de sa tristesse et, à la vue de la jeune mariée si belle, le laisse chez lui.

42Si l’on se réfère aux chansons 3 et 5 publiées par Ossorio, les descriptions des uniformes, la nomenclature de la nourriture qu’ils auront à leur disposition (véritable étalage de victuailles) serait tout à fait destinée à appâter d’éventuels volontaires.

43Et ceci confirme ce que nous disions plus haut : peu d’enthousiasme pour la guerre en France.

II. La vision lointaine

44C’est celle de Canço d’Amor i de Guerra ou histoire d’un amour contrarié mais finalement triomphant entre la fille d’un maître de forge, Francine, et un modeste maréchal-ferrant, marqueur de bétail en Camargue, Eloi, qui a vécu les débuts de la Révolution à Paris et y retournera, pour revenir en Vallespir, capitaine de la République Française qu’il veut faire triompher.

45L’opérette Canço d’Amor i de Guerra a été composée en 1925- 26 par un des maîtres de l’opérette catalane Rafael Martinez Valls sur un livret signé par deux excellents littérateurs Lluis Capdevila et Victor Mora qui cherchèrent leur thème dans la Révolution Française et le situèrent en Vallespir. Ils donnèrent à leur œuvre un titre : « Les soldats de l’idéal » mais l’œuvre fut interdite avant la première car ce nom ne plaisait pas au gouverneur civil de Barcelone, le général Milans del Bosch. Au cours d’une réunion présidée par l’auteur, les auteurs acceptèrent de changer le titre par celui de « Canço d’Amor i de guerra ». Le 16 avril 1926, eut lieu la première et tout de suite, le succès fut impressionnant : après onze mois, 400 représentations. Tout y concourait : la qualité du texte, l’action dont le suspense est soigneusement entretenu, jusqu’à la dernière scène. Une musique inspirée, plaisante et sincère arrivant très vite à charmer le public, les réminiscences de la Marseillaise côtoyant le thème populaire de Montagnes du Canigou (Muntanyes del Canigó), une sardane, une farandole, des romances, bref un des sommets de l’art lyrique catalan dans une période d’ébullition intellectuelle et artistique à Barcelone que l’autoritarisme castillan n’arrive pas à étouffer, sous la dictature de Primo de Rivera.

46L’opérette comporte deux actes dont le second se déroule en quatre tableaux.

47La première image de la Révolution et des révolutionnaires dans « Canço d’Amor i de Guerra » est donnée par un personnage ambigü, Horaci, valet du maire du lieu qui se pose en révolutionnaire fervent. Il a abandonné son prénom de Pep pour celui d’Horaci qu’il a trouvé dans l’Histoire ancienne. Pep c’est l’Ancien Régime. Ce qui l’enthousiasme, ce sont les nouvelles de Paris.

48Dans la première version, Horaci entrait en scène et chantait un air qui a malheureusement disparu des versions de concert et de la discographie pour être remplacé par un simple dialogue. Cet air a été interdit sous le franquisme et semble, à quelques rares exceptions près, être tombé dans l’oubli. Sur un tempo de marche qui n’est pas sans rappeler à un moment « le Contre nous de la tyrannie » de la Marseillaise Horaci chante :

« Salut boniques ciutadanes
Flors de l’amor del Vallespir
vostres ofrenes perfumades
aquest santet sabra agradir
mes en precis tingueu en compte
que la Republica ha manat
que tot lo vell s’en viagen orri
i aixo dels sants ja ha caducat.
Ara el buxi serà l’unic sant que hi haura
i en lloc de ramas de flors
un feix li portarem de caps de morts.

49A cet endroit, Baudilin, un forgeron laisse tomber un morceau de fer et les femmes effrayées par le discours d’Horaci et Horaci lui-même fuient apeurés. Baudilin les rassure et Horaci continue :

En nom de la Republica
els homes de cor honrat
a tort i a dret i a garrotades
sembrarem fratemitat.
Omplirem els carrers de barricades
i llavors tot el mon ha de cridar
Qui gemega ja ha cobrat.

50et les femmes lui répondent :

Ai Deu meu que passara

51Horaci continue dressant un tableau encore plus effrayant :

Han abolit el calendari
en bè de nostre llibertat
els noms de meses i dels dies
de soca arrel han canviat.
En els altars on ara es prega
un sol de foc veures lluir
i en altar de Sant Horaci
se que m’hi volen
posar me a mi
les ordres per demà
que acaben d’arribar
ens manen beure tots un got
un got ben plé de sang amb cautre glops.

52A ce moment Baudilin éternue : même fuite et même dénouement et Horaci reprend : En nom de la Republica...

53Pour résumer, Horaci arrive sur la place devant la chapelle et désormais les femmes ne porteront plus de fleurs au saint, la République a ordonné que « tout le vieux disparaisse et aussi les saints... maintenant le bourreau sera l’unique saint qu’il y aura et au lieu de bouquets de fleurs on lui portera un fagot de têtes de mort... La République imposera de force la fraternité... Les révolutionnaires ont aboli le calendrier et désormais ils ordonnent de boire en quatre gorgées un bol de sang ».

54Tableau terrifiant donc destiné à susciter la répulsion.

55Dans le texte parlé, Horaci se pose en révolutionnaire mais mêle à son discours les nouvelles alarmantes : « Avant hier, la guillotine a raccourci 2322 têtes d’aristocrates. L’égalité, la fraternité et l’égalité s’imposent jour après jour, Vive la mort !... Si j’étais à Paris, je serai un pilier du Comité de Salut Public... ce qui convient, une guillotine à chaque coin de rue et à chaque portail une prison, que meurent les lâches » !... Mais Eloi, le héros le devine : « Pendant qu’il prêche les idéaux de la République, son âme conspire contre la Convention Nationale ». A chaque apparition, Horaci réitère son discours. La Révolution coupe les têtes par milliers et : « la Seine est un fleuve vermeil du sang » des guillotinés.

56On a donc là une image négative de la Révolution mais bientôt apparaît l’image positive.

57Au début du deuxième tableau du second acte, dans une pénombre qui se dissipe peu à peu apparaît un récitant vêtu en sans-culotte qui dit :

La comédie s’arrête pour un instant.
Pardonnez-moi cette incise, cette pause.
Pardonnez-moi c’est l’histoire qui vient vous parler. Nous sommes en France en l’an 1793. Le peuple de Paris qui souffrait de la faim et avait soif de justice a pris d’assaut le palais de Versailles et arrosé de sang les jardins du Petit Trianon où Marie-Antoinette et la princesse de Lamballe jouaient aux bergères. Contre l’aristocratie, contre la féodalité s’est dressé le peuple avec un seul geste et un seul cri. Ce geste et ce cri ont tout remué, tout bouleversé, élevé aux plus hautes charges les hommes humbles de la rue, Danton le plus grand cœur de la Révolution française, Camille Desmoulins le héros du Palais Royal. Ce cri et ce geste du peuple ont fait que tombent les têtes de Louis XVI et de Marie-Antoinette et de tous ceux qui se réjouissaient de l’humiliation, de la misère et de l’affliction, de ceux qui n’avaient ni pain, ni maison, ni Dieu. Le monde entier s’est dressé contre la France. Devant ce péril, devant cette menace, le Peuple français s’est converti en une armée d’hommes volontaires et exaltés qui se couvrent de gloire à Rivoli, à Arcole, en Prusse, en Hollande, détruisant quand il le trouve sur son passage, l’ennemi ou le traître. Et sous la glorieuse bannière tricolore et aux sons de la Marseillaise qui va résonner triomphalement sur le monde vient, d’en bas, vers les Pyrénées, la France.
En Roussillon, en Cerdagne et en Vallespir, maints villages sont un amas de ruines flambantes.
Entendez-vous ? Ce sont les clairons de l’armée de la République. Les incendies, les flammes qui montrent son passage sont l’aube de la victoire qui s’approche. L’Histoire s’arrête, la comédie recommence.

58Là, la gloire de la République s’affirme, elle s’avance triomphante et rien ne l’arrêtera. Certes, on notera l’incursion vers le Directoire et même l’Empire qui montre que, malgré le recul, il y a confusion des faits, ou le raccourci brutal mélangeant journées d’octobre et la Terreur mais les librettistes ne faisaient pas œuvre d’historiens.

59Dans la dernière scène, Eloi réapparait, capitaine de la République. Il fait arrêter les conspirateurs dont Horaci mais la République est aussi magnanime et, avant que ses soldats arrivent, il les libère. Il a retrouvé sa Francine mais il savourera plus tard son bonheur car il a un devoir sacré à accomplir : Le combat pour la liberté et le triomphe de la République. A ce moment on entend les trompettes mezzo forte : Aux armes citoyens, formez vos bataillons, et, alors que les soldats, drapeaux catalans et français en tête, défilent sur scène aux acclamations d’un public debout, le chœur final éclate avec de fortes paraphrases de la Marseillaise :

Ils sont arrivés les braves soldats
Enfants hardis de la victoire
Champions de l’Égalité
L’amour de la patrie guide leurs pas
et la Bannière de la Fraternité
enflamme la nouvelle vie.

60Alors, que penser ? Image positive, négative ? Qu’ont transmis ces chansons à la mémoire populaire ? Quelle connaissance de la Révolution donnent-elles ? Deux époques, deux visions mais aussi deux conceptions différentes. L’une élaborée car sur commande et dans un but précis. L’autre sans calcul. Luis Capdevila et Victor Mora, n’ont pas de parti pris mais eux-mêmes ont pu être influencés par leur folklore qu’ils connaissent bien et la double image qu’ils donnent et surtout la négative ont un lien évident avec la vision immédiate : Horaci évoque la Terreur religieuse en premier puis la guillotine donc des thèmes identiques mais par contre sur le positif quelle différence comme le montre le tableau ci-après :

TITRES : A – 1). Tragédies jamais ouïes de la reine de France Marie-Antoinette de Lorraine qui repose au ciel.
2) . Chanson à la gloire des armées espagnoles et de la vaillance des Catalans dans l’actuelle campagne du Roussillon.
3) . Nouveaux couplets à la nation catalane pour la pousser à prendre les armes en défense de Dieu, loi, patrie, roi, personnages, biens, familles et maisons, contre les mauvais Français.
4) . Couplets qui se chantent du nouveau régiment que fait la cité de Barcelone.
5) . Nouvelle et ancienne chanson des miquelets de Catalogne qui sont sous les armes volontairement en défense de la foi, de notre roi et de la poésie.
B – 1). Parure de roi.
2) . La Révolution française.
3) . Le général de France.

61Comme on le constate, aucune image positive dans les chansons de la vision immédiate. Dans « Canço d’Amor i de guerra » oui, mais avec la confusion 1789-1848. Seule dans la chanson « La Révolución Francesa », la liberté est évoquée mais comme fruit à manger avec le Diable. De même seules six expressions évoquent la Révolution dans les textes de 1793-94 et deux les institutions. Par contre, l’injure, elle, est quatorze fois lancée. Pour ce qui est des acteurs, dix fois ils sont évoqués en vision immédiate et six fois en vision lointaine avec deux différences les Girondins et C. Demoulins qui apparaissent dans « Canço d’Amor i de Guerra ». Dans celles-ci, les institutions sont mieux connues mais c’est surtout sur le plan du vocabulaire que se fait la différence. Cinquante et une évocations avec en tête la République (11 fois) suivie, si j’ose écrire, par la guillotine, la Convention (5 fois) et la Liberté (4 fois).

62Finalement que retiendrait-on sur la Révolution Française à l’écoute de ces chansons ? Assez peu de choses mais par contre qu'elles aient eu une résonnance dans les mentalités parait évident. Dans le vocabulaire anti-français et contre-révolutionnaire se retrouvent les réactionnaires mais les autres ?

63Quand on connaît les Catalans, on est frappé par leur attachement à leur terre et à la liberté et ceci ne date pas d’aujourd’hui. C’est la continuité de l’amour de la terre qui imprègne ce peuple fier et industrieux, jaloux de son indépendance. Comment liberté et égalité les laisseraient-ils indifférents ? Des usages du XIe siècle à la République du général Amettler en 1844 jusqu’à la Géneralitat d’aujourd’hui, leur histoire est jalonnée de combats dont leur folklore rend compte : Els Segadors, leur hymne sur la musique duquel Juan Carlos a pénétré dans sa tribune du stade olympique aux récents jeux de Barcelone ; la Santa Espina cette sardane longtemps interdite par Franco, le Virolai, chant à la Vierge de Montserrat, les sardanes comme la Puntaïre où le message est clair : « Démocrates nous le sommes, férus des droits de l’Homme, de la liberté, de l’égalité mais nous n’aimons pas qu’on nous l’impose et nous voulons être chez nous libres ». Michel Cadé, lors de ce colloque, a précisé que si peu de Catalans combattaient en Roussillon, par contre quand les Français ont envahi l’Ampurdan les volontaires ont afflué pour les combattre. Et ce message nous le trouvons dans cette sardane la Puntaïre qui évoque la naissance de la Sardane don du Ciel et danse de l’amour, sur la terre la plus charmante. Et le final :

Allons fils de Catalogne, donnez-vous les mains
Et, bien unis comme des frères, en temps de paix
comme à la guerre s’élèveront nos chants
et, si quelqu’un, comme hier l’a voulu l’étranger français,
veut envahir nos foyers,
nous les (sic) recevrons hardis, au cri de guerre
ils sauront que cette terre,
nous la défendrons jusqu’à la mort.

Notes

1 La matière de mon propos a été puisée surtout dans : « Canco d’Amor i de Guerra », Livret et partition, Musical emporium – Vda de JM Llobet ed., Barcelona, 1926, 150 feuillets. Recuit de sardanes cantades, Editorial MF, Barcelona 1958, 102 p. Joan Amades, Folklore de Catalunya, Tercera édicio, Editorial Selecta, Barcelona 1982, 1396 P. Je l’ai étayé avec : J. Godechot, La Grande Nation, 2 tomes, Aubier, Paris, 1956, 758 p. ; M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’Etat, 1780-1790, Eché, Toulouse, 566 p. ; J. Sagnes et S. Caucanas (direction) Les Français et la Guerre d’Espagne, Actes du Colloque de Perpignan, Université de Peipignan, CREPF, 1990, 432 p. ; M. Cadé, Guerre et Révolution en Roussillon, 1793-1795, Archives Départementales des Pyrénées-Roussillon, Perpignan, 1990, 255 p.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32769/img-1.jpg
File image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32769/img-2.jpg
File image/jpeg, 100k
Caption TITRES : A – 1). Tragédies jamais ouïes de la reine de France Marie-Antoinette de Lorraine qui repose au ciel.2) . Chanson à la gloire des armées espagnoles et de la vaillance des Catalans dans l’actuelle campagne du Roussillon.3) . Nouveaux couplets à la nation catalane pour la pousser à prendre les armes en défense de Dieu, loi, patrie, roi, personnages, biens, familles et maisons, contre les mauvais Français.4) . Couplets qui se chantent du nouveau régiment que fait la cité de Barcelone.5) . Nouvelle et ancienne chanson des miquelets de Catalogne qui sont sous les armes volontairement en défense de la foi, de notre roi et de la poésie.B – 1). Parure de roi.2) . La Révolution française.3) . Le général de France.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32769/img-3.jpg
File image/jpeg, 78k

Author

Agrégé de l’Université – CREPF

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search