Version classiqueVersion mobile

Réalités et représentations de la violence en postcolonies

 | 
Victorien Lavou Zoungbo
, 
Jean-Godefroy Bidima

III. Violences : entre éthiques et justices

Église catholique et dictature au XXe siècle. Allemagne et Argentine en perspective comparée

Jean-Yves Paraïso

Note de l’auteur

Pour les échanges, les informations et la documentation sur l’Argentine, je voudrais remercier sincèrement Ana Patricia W., chercheure germano-argentine à la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Elle est la preuve vivante que l’amitié vraie, dénuée d’opportunisme, de cynisme froid et de calcul, existe encore !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les manifestations de la violence sont protéiformes. Toutes les violences sont aliénantes et la violence la plus brutale ne se trouve pas forcément là où il y a du sang, des assassinats, des camps de concentration ou de la torture. La violence peut prendre des formes plus pernicieuses. Il y a notamment ce que Bourdieu appelle des violences symboliques qui sont d’autant plus insidieuses qu’elles sont dissimulées, masquées, enrobées et, donc, oubliées. Cette dissimulation leur confère une efficacité spécifique plus grande sans pour autant leur ôter leur caractère irréductible de violence. La violence symbolique se passe certes de la force brutale, mais elle n’en est pas moins violence, au sens le plus strict du terme. En son fondement, cette violence symbolique est et demeure violence physique1.

Il ne s’agit point de sous-estimer la violence dans sa dimension symbolique. Toutefois, le présent article se limite au phénomène de la violence telle qu’elle se manifeste dans les dictatures, ...

Auteur

Maître de Conférences en études germaniques à l’Université de Perpignan via domitia. Il est membre du CRILAUP/CRESEM. Ses recherches portent sur le catholicisme de gauche en Allemagne, la nouvelle théologie politique de Johann Baptist Metz et la réception de la théologie latino-américaine de la libération en République fédérale d’Allemagne. Ses principaux ouvrages sont : Catholicisme et Socialisme en Allemagne (1848-1933). Aux origines du catholicisme de gauche. Paris : L’Harmattan, (2003) ; « Brief über die Kirche ». Die Kontroverse um Ida Friederike Görres’Aufsatz. Ein Dokumentationsband. Herausgegeben, eingeleitet und kommentiert von Paraïso, Jean-Yves. Köln/Weimar : Böhlau Verlag (2005) ; La perception de la théologie latino-américaine de la libération en République fédérale d’Allemagne. L’exemple du cercle d’études « Église et libération » (1973-1978). Paris : L’Harmattan, 2013

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search