Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Cinquième partie : Influences françaises en Espagne

L’influence culturelle française en Espagne après la paix de Bâle

Lucienne Domergue

Texte intégral

1A l’époque moderne, les relations entre Français et Espagnols ont représenté pour leurs gouvernants un problème constant, ne serait-ce que pour des raisons évidentes de géopolitique. A partir de 1700, avec l’avènement des Bourbons au trône d’Espagne, il s’y ajoute des causes plus politiques, et l’on a beaucoup glosé sur le XVIIIe siècle afrancesado. Les divers Pactes de Famille scellent une longue alliance qui instaure des rapports subtils de dominants-dominés, faits, d’une part, de condescendance et, de l’autre, de fascination-exaspération. C’est la Révolution française qui vint briser un équilibre qui s’était révélé assez stable.

  • 1 Il existe sur ces divers aspects une bibliographie innombrable ; pour le point précis des menaces d (...)

2Dès les débuts de la Révolution, du moins dès la fin de l’été 1789, l’obsession des autorités espagnoles, tant civiles que religieuses, avait été la crainte d’une contagion idéologique, qui eût mis en péril l’absolutisme bourbonnien et la prépotence de l’Eglise. On a maintes fois décrit la panique de Floridablanca. Après 1792, sur le fond, ses successeurs -le comte d’Aranda, puis Godoy- ne sont pas d’un autre avis1.

I. La guerre ou la paix ?

  • 2 J. Gómez Arteche, El reinado de Carlos IV, Madrid, 1894, t. III, p. 69-70 : “... España no ha de pe (...)

3Lorsqu’il est sérieusement question de guerre entre les deux pays au lendemain de l’exécution de Louis XVI, le 27 février 1793, Aranda déconseille au roi de se lancer dans cette aventure, et parmi les arguments avancés figure en bonne place celui-ci, qui n’était pas négligeable : la guerre serait une occasion rêvée, pour les révolutionnaires et leurs propagandistes, d’inonder la Péninsule de leurs écrits. Et le ministre alors d’imaginer une sorte de gentleman agreement, qui ferait que l’un tolérerait les pratiques de l’autre, à condition que chacun restât chez soi2.

4De fait, malgré la flambée d’enthousiasme anti-français qui s’empare de la population, au moins dans un premier temps -aussitôt la guerre déclarée-, le rejet qu’inspire une idéologie qui a à son actif la décapitation d’un roi, ne fut pas aussi général ni surtout aussi durable que le Cabinet de Madrid l’aurait souhaité. Les revers militaires eurent souvent raison de l’ardeur populaire.

5Ce qui est donc sûr, c’est qu’une guerre aussi calamiteuse pour les armées espagnoles que le fut bientôt le conflit hispano-français, ajouta infiniment au discrédit qui touchait la politique de Madrid incarnée désormais par le favori Godoy. Ce qui est non moins sûr, c’est que, comme le redoutait Aranda, les occasions de découvrir les nouveautés de France furent multipliées par le fait de la guerre, l’instabilité qu’elle fit naître, les mouvements des civils et des militaires qu’elle suscitait.

  • 3 Lorenzana lui répond sur ce point : “... Me manifiesta el peligroso estado en que se halla la Relig (...)

6En Espagne les premiers responsables de la loyauté monarchique et de l’orthodoxie catholique étaient, bien sûr, le gouvernement -notamment le secrétaire d’Etat- et l’Inquisition : d’ailleurs, depuis septembre 1789 n’avaient-ils pas scellé ensemble une sorte de pacte d’auto-défense ? Le point de savoir si la guerre était dangereuse ou bénéfique sous ce rapport de la contagion idéologique est débattu entre Godoy et l’Inquisiteur général au cours de l’année 1794 : au printemps ce dernier, Manuel Abad y Lasierra, confiait au ministre, dans une lettre du 17 mars, que le duc de Grillon avait même fait des démarches auprès de lui pour obtenir un arrêt des hostilités. Ce Grand Inquisiteur n’eut bientôt plus l’heur de plaire au roi, pour reprendre les termes employés par Godoy au moment de le congédier. Le favori se tourne alors – dès le 28 juin – vers l’archevêque de Tolède : dans la lettre de désignation, il insiste tout particulièrement sur les dangers des idées philosophiques si elles viennent en ce moment à pénétrer en Espagne3.

  • 4 “Siendo los Franceses nuestros únicos vecinos y rayanos, sin más recurso que el mar para nuestra Pe (...)
  • 5 E- livre 9, leg. 925.

7A l’automne, on consulte Lorenzana sur l’éventualité d’une paix ; or le nouvel Inquisiteur se montre férocement hostile à la signature d’un traité, car il redoute, assure-t-il, une avalanche d’écrits dangereux : on ne peut pas faire un seul instant confiance à ces Français et à leurs belles promesses de modération ; ils font tout pour séduire la plèbe et sauront profiter des facilités nouvelles qu’on leur fera de se réinstaller dans ce royaume, qui se couvrira de commerçants, artisans et voyageurs venus du nord4. Lorenzana revient à la charge, notamment lors du Conseil d’Etat du 29 décembre 1794. Godoy évoquait déjà l’après-guerre et le Grand Inquisiteur put alors jouer au prophète Jérémie : « Cuando el Señor Duque de la Alcudia habló de la necesidad que habría después de la guerra de mantener en España un número de tropas mayor que antes en tiempo de paz, insinuó S.E. que las gentes aún las más mozas se iba n acos-tumbrando a pensar y tener ciertos discursos libres que antes no se oían, y por tanto, si antes bastaba un Alguacil para contenerlas, ya no bastaba un Alcalde de Corte con otro de barrio y una ronda ; que para atajar los progresos de este mal había tomado S.M. la precaución de mandar que se fuese a la mano en la enseñanza y prorrogación de ciertos principios de derecho natural de que abusaban los jóvenes con gran daño suyo y del Estado, y por lo mismo convenía que el Consejo y las Universidades velasen sobre ello. Con este motivo dijo el Señor Cardenal Arzobispo Inquisidor General que eran muchas las obras extranjeras en que se notaba lo mucho que cundía y se procuraba cundiese el veneno de la libertad e igualdad, citando como una de ellas una en inglés en 5 tomos bajo el título de Historia eclesiástica y recomendó S. Ema, por su parle el cuidado y la vigilancia en este punto que también resolvió S.M. »5

  • 6 E- 3237-5-1.

8Le 22 mai 1794, Juan de Escoiquiz -il sera un jour son plus féroce adversaire- se faisait également le conseilleur spontané de Godoy : celui-ci se trouve embarqué dans une guerre bien hasardeuse. Escoiquiz démontre d’abord que la guerre était nécessaire, vu la dispersion des Français à travers toute l’Europe. Puis il évoque les seules conditions dans lesquelles l’Espagne pourrait envisager une paix, que beaucoup semblent appeler de leurs voeux : « para evitar los daños que se nos pueden seguir de la revolución francesa », il faut, selon Escoiquiz, « exaltar los ánimos de los Españoles hasta el grado posible contra los Franceses y sus máximas..., de manera que aún cuando flaquee alguna de las (naciones) aliadas se haga respetar, siga la guerra con probabilidad de salir bien, y si se trata de hacer la paz, esté en estado de no recibir la ley y de hacerla en términos que la preserven totalmente del contagio »6 . On sait qu’ici le conseilleur rêve, car en réalité les choses allaient se passer pour l’Espagne de façon très différente. Afin d’éviter la contamination, poursuit Escoiquiz, il convient de tenir en respect les soldats français dont on ne sait que trop l’exaltation ; mieux vaut donc que les combats se déroulent en territoire ennemi plutôt que sur le sol du royanme : « siendo esta guerra de tal especie que interesa infinitamente más que en otras el apartarla de nuestro territorio, por la semilla que trae consigo, por la proporción que nos ofrece de hacérsela con mayor ventaja en su casa »...

Un tenant déclaré de la France révolutionnaire ne saurait partager cette analyse. En 1797, Bourgoing, « ci-devant Ministre plénipotentiaire de la République française à la cour de Madrid », publie son Tableau de l’Espagne moderne, « seconde édition corrigée et considérablement augmentée, à la suite de deux voyages faits récemment par l’Auteur en Espagne ». Pour l’envoyé de Paris, la guerre contre la France, dont l’Espagne est rendue seule responsable, était pure folie : « Mais des projets plus insensés encore sollicitent et obtiennent la préférence. Un vertige qui agitait alors tous les cabinets d’Europe détermine son attention vers la révolution de France. La cour de Madrid se met á la tête des puissances qui ont conjuré son renversement ».... Ainsi est évoqué « cet égarement, excusable peut-être au tribunal des souverains », mais qui aurait pu lui coûter très cher.

9Au moment de clore le tome III par la « récapitulation de mes observations, de mes conjectures et de mes espoirs », Bourgoing s’adresse au « jeune ministre ». Godoy se voit rappeler sa chance, son « heureuse étoile » : « Vous avez présidé à une guerre beaucoup moins désastreuse pour votre pays, qu’elle n’eût pu le devenir, á une paix dans laquelle les sacrifices n’ont pas été mesurés sur les revers ». On le flatte aussi, car le Prince de la Paix encouragerait le progrés des Lumiéres et l’ouverture : « Nous savons que les détails militaires et politiques ne vous occupent pas exclusivement ; que vous voulez encourager les arts et l’industrie ; que loin de redouter les talents, vous vous plaisez à employer ceux que la modestie ou le découragement ensevelissaient dans l’obscurité ; que vous faites voyager des hommes intelligents qui vont puiser hors de leur pays, ces leçons de goût dont vos établissements de luxe et d’agrément ont encore besoin ; qui vont étudier de près ces modèles que la fierté nationale ne doit pas rougir d’imiter. Nous apprenons plus récemment que, secondé par les personnages éminents dont vous avez la confiance, vous avez osé tenir tête à un tribunal formidable autrefois pour les souverains eux-mêmes ; et que, dans ce combat, la victoire est restée au pouvoir temporel.

  • 7 J.F. Bourgoing, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, 1797, t. III, p. 314 et 332- 334. Cet avertiss (...)

10Ces mesures de sagesse, ces actes de vigueur sont du meilleur augure. Vous paraissez sentir qu’on essaierait en vain de régénérer une nation, si on la laissait sous le joug du fanatisme. La votre est depuis quelque temps avide de lumières. Ce ne serait plus impunément que l’on contrarierait cette tendance. Les eaux a la pente desquelles on veut opposer une digue, la franchissent ou la brisent avec effort. Leur cours tranquille fertiliserait, vivifierait les pays qu’elles arrosent, leur irruption violente y porte les ravages. De méme les lumières, si elles avaient encore à lutter contre les institutions qui les repoussent, troubleraient la tranquillité de votre pays, ébranleraient peut-étre son trôné. C’est en les accueillant que l’autorité se préservera des inconvénients qu’elles peuvent avoir pour elle. Je les comparerais volontiers à ces Français révolutionnaires, que les souverains ont cru devoir persécuter pour arrêter la propagation de leurs alarmantes maximes. Ces Français qui, avant la rupture, étaient surveillés avec une sévérité ombrageuse, étaient alors par leurs trames clandestines, beaucoup plus redoutables qu’ils ne le sont depuis que la paix a rétabli les liaisons d’amitié entre les deux nations, et que la franchise préside aux relations des deux gouvernements. Il en sera de méme des lumières. Si vous voulez les rendre dangereuses, repoussez-les, traitez-les en ennemies. Si vous voulez qu’elles soient bienfaisantes pour les peuples, et en même temps innocentes pour les rois, traitez-les en alliées.... Ce serait peut-étre le moyen le plus sur de sauver votre patrie des progrés de cet esprit révolutionnaire dont on prétend qu’elle est menacée »7. Pour Bourgoing, dont la bonne foi en l’occurrence n’est pas très évidente, les Français partisans de la Révolution, à l’inverse de ce que redoutait l’inquisiteur Lorenzana, sont devenus moins dangereux pour l’Espagne depuis que, les deux pays étant à nouveau alliés, les ressortissants français sont tolérés, voire réintégrés dans le royaume voisin. Cette interprétation des faits développée pour les besoins de la cause, on peut la trouver quelque peu tendancieuse.

11Dans la Péninsule, le « battage » fait autour de la paix, une paix présentée comme avantageuse, voire glorieuse, pour le royaume et pour le signataire de cette précieuse paix, à savoir Godoy, ne pouvait que s’accompagner d’un changement de ton à l’égard du nouveau partenaire : désormais la France n’est plus le diable, car il serait indécent pour Sa Majesté Catholique de pactiser avec le diable. Il suffit de prendre deux pages du Mercurio histórico, le journal officiel avec la Gaceta -et donc entièrement entre les mains du gouvernement-, pour se convaincre de cette mutation, pour percevoir ce retournement copernicien, né du subit renversement des alliances. Le clergé lui-même, support et suppôt du régime, est invité à tenir sa partition dans ce nouveau concert : le 9 octobre 1795, une circulaire imprimée adressée par l’évêque de Pampelune au clergé du diocèse préconise une intervention de I’ Eghse « para que se hicieran junciones de la Iglesia dando gracias a Dios por el restablecimiento de la Paz con Francia » ; après avoir béni les fauteurs de guerre, les prêtres encenseront à l’avenir les faiseurs de paix.

II. Deux cas criants d’ingérence française

12La paix signée, on semble croire à Paris que le très catholique royaume a été mis à quia. Dans la décennie suivante divers incidents montrent que le Directoire, puis Napoléon en prennent à l’aise avec leur alliée, mais aussi que cette situation de dépendance exaspère, chez leur partenaire, les traditionnalistes effarouchés comme les tenants d’une autre alternative (le parti anglais) et même une partie de l’opinion publique. Godoy et son cabinet devront naviguer entre ces divers écueils. Deux exemples, pris au début de la période, nous ont semblé significatifs : l’affaire Ramón de Salas et l’appel de l’abbé Grégoire.

  • 8 Cf. R. Herr. España y la révolución del siglo XVIII, Madrid, Aguilar, 1988, p. 272- 275 et L. Domer (...)
  • 9 Inq. 4430-49.

13Après 1795 les tensions se multiplient entre l’Inquisition et le gouvernement : l’affaire Ramón de Salas en fournit un exemple retentissant. Ce professeur de Salamanque est accusé d’avoir rédigé des textes séditieux (un témoin lui attribue en particulier la paternité de l’Oración apologética intitulée Pan y toros, dont des copies manuscrites circulent, entre 1793 et 1796, à Salamanque, puis dans toute l’Espagne) et donc condamnés par le Saint-Office ; vers la fin de 1796, Salas fait appel au roi, si l’on en croit le Moniteur du 21 janvier 1797 ; Lorenzana supplie alors qu’on n’aille pas violer le secret du Tribunal, mais le ministre de Gracia yjusticia, Eugenio Llaguno, est chargé de voir l’affaire et d’examiner les papiers inquisitoriaux ; il devait en conclure que Salas avait été condamné sans preuves suffisantes ; aussi, fin décembre 1796, fut-il remis en liberté8 L’affaire continua à préoccuper les autorités religieuses : en 1797 l’évêque de Santander dénonce au Grand Inquisiteur l’article sur Salas, publié dans le n° 122 du Moniteur et dans le n° 404 du Rédacteur. Très digne, Lorenzana répondit que ce tissu de mensonges ne lui inspirait que du mépris, faisant allusion à sa tâche alourdie encore par l’irruption des mauvais livres et papiers publics9

  • 10 E-2909.

14Au printemps 1797, l’administrateur des Postes de Vitoria, Candamo, envoie copie d’un texte qu’il a pu arrêter : il s’agit d’une prière d’insérer touchant un mémoire de Salas sur le droit civil, mémoire que l’auteur avait déjà fait tenir au citoyen Lacuec de Paris ; cette courte pièce est destinée aux journaux suivants : Le Moniteur, Le Rédacteur, L’Éclair, La Gazette nationale, la Décade philosophique ; on y recommande la diffusion du mémoire de Salas : « en le répandant on viendra au secours de l’innocent opprimé, mais un plus grand but est de préparer le triomphe des Principes, d’appuyer le Gouvernement dans les opérations qu ’il se propose ; elles ne sont pas indifférentes aux intérêts de la France et au reste on ne veut point contredire ni entraver la marche d’un état monarchique, on veut au contraire le débarrasser des entraves dont il est chargé ». Godoy ordonne de ne pas laisser circuler un pareil texte10.

  • 11 Inq. 4429-30.

15Dans son numéro 123 le Moniteur annonce qu’on traduit en espagnol et qu’on publie par souscription à Paris un livre intitulé Colección de obras de los filósofos modernos franceses e ingleses : Rousseau, Locke, Raynal etc. Le Moniteur du 22 février 1797 est saisi par le Saint-Office, car il contient une Lettre du Grand Lama au Pape11-

  • 12 Herr, op. cit., p. 343-344.

16Après l’incident de Salas, il fut question, semble-t-il, de publier un décret notifiant à l’Inquisition de n’emprisonner personne avant d’en avoir averti le roi ; bien que Godoy affirme que ce décret fut signé, Llorente assure que l’évêque de Salamanque, Fernández Vallejo, qui était alors président du Conseil de Castille, dissuada le favori de le publier12.

  • 13 J.A. Llorente, Historia crítica de la Inquisición en España, Barcelone, 1896, t. II, p. 118.

17Le rôle de l’Inquisition est remis en question par ceux qui tiennent les rênes de l’Etat ; dans un rapport au roi, le ministre de Gracia y Justicia, Jovellanos, considère le Saint-Office comme responsable de l’invasion des livres et des papiers étrangers ; l’inefficacité du tribunal tient à la médiocrité de ses membres, le plus souvent des moines ignorants qui font le travail pour les avantages matériels qu’ils en tirent. Llorente13 assure que l’Inquisition manqua être supprimée trois fois de suite en trois ans : en 1797, lors de l’affaire Ramón de Salas, en 1798 à la demande de Jovellanos, en 1799 lorsque Urquijo reçut les plaintes de la France (incidents avec les consuls de Barcelone et d’Alicante).

  • 14 Herr, op. cit., p. 349 sq.

18La Lettre du citoyen Grégoire, évêque de Blois, représentant du peuple français à Don Ramon Joseph de Arce, Grand Inquisiteur d’Espagne parut à Paris, au début de 1798, et fut aussitôt traduite en espagnol par le citoyen Lasteyrie. L’évêque constitutionnel Grégoire lançait un appel au prélat espagnol pour chanter la tolérance religieuse et donc demander la fin du Saint-Office. Les Français essayèrent, comme au plus fort de la guerre psychologique qui accompagna le conflit armé, d’inonder la Péninsule de ce texte14. Les autorités espagnoles (le « janséniste » Jovellanos était alors au gouvernement) furent placées clans une situation difficile face à l’opinion publique et surtout aux secteurs les plus réactionnaires, qui surent en tirer un réel profit. On ne se contenta pas de condamner la lettre en question. Diverses répliques à Grégoire virent aussitôt le jour. L’image de la France souffrit un peu plus de cette ingérence grossière. Il est significatif que, le 4 décembre 1808, avant même de rentrer dans Madrid, ce soit Napoléon qui, en supprimant l’Inquisition, ait accompli ce que Grégoire appelait de ses voeux.

III. Les pressions diverses venant des représentants de la France

19Bourgoing n’est pas le seul diplomate français à se croire alors autorisé à émettre une opinion sur les affaires de l’Espagne, administrant à l’occasion quelque correction fraternelle. Le gouvernement français ne se privait pas d’exercer une sorte de protectorat sur tout ce qui se passait au sud des Pyrénées. Le 3 novembre 1800, un confesseur de Tolosa, Fray Francisco Antonio de Echeverría, se fait l’écho de la situation nouvelle que l’on rencontre depuis quelques années ; il demande à pouvoir absoudre Antonio Urrutia, qui a confessé, voilà vingt-et-un mois, des péchés contre la foi commis pendant qu’il résidait en France, après la signature de la paix. Le moine rappelle qu’il y a cinq ans, en 1795, un décret royal avait prévenu les pénitents que, si par eux-mêmes ou par l’intermédiaire de leurs confesseurs, ils adressaient au Saint-Office une auto-dénonciation spontanée, ils ne seraient pas tracassés pour les péchés qu’ils avaient pu commettre du temps de l’invasion française (en el tiempo de la francesada). En vertu de quoi Urrutia s’est bien livré à cette autocritique (espontánea) ; mais à l’en croire, le malheur a voulu que, par crainte politique, il suive les troupes de la République ; transfuge en terre étrangère, peu instruit en matière de religion, sans la moindre pratique du culte pendant trois ou quatre ans, il eut, au cours de tertulias où l’on parlait en toute liberté des choses de l’Eglise, la « vilaine lâcheté » de proférer des horreurs à trois ou quatre reprises, pour faire comme tout le monde. Lors de l’ocupation du Pays Basque, il aurait même prétendu une fois que l’Inquisition n’avait rien à voir dans les affaires de l’âme. Maintenant le voici tout contrit, car au fond de lui-même il ne pensait pas ce qu’il disait.

20A cette époque, on le voit, les inquisiteurs n’osent guère agir contre les habitants des anciennes régions occupées, qui ont fait preuve d’insubordination à l’égard du roi et adhéré aux maximes des Français ; à Tolosa, ces « traîtres » évoluaient autour de la famille Carrese ; si, en 1798, certains de ces gens sont condamnés à dix ans de proscription aux Philippines ainsi qu’aux dépens, en 1799 déjà, leurs accusateurs doivent payer aussi leur part des frais de justice, avant qu’un décret royal ne vienne bientôt libérer les coupables de toute peine en leur permettant même de rentrer en Espagne, et ils profitent bien de cette indulgence ; bien mieux, en 1800, Juan Antonio Carrese le fils est nommé, par le Secrétaire d’Etat, vice-consul à Paris. L’Inquisition note que Charles IV dut amnistier ces gens en raison des demandes reitérées de la République française ; dans ces circonstances, concluent les inquisiteurs en janvier 1801, nous avons dû suspendre l’exécution de la sentence de capture contre ce turbulent Carrese.

  • 15 E- 4830.

21Parfois, c’étaient les sermons qui irritaient le pouvoir ; ceux qui les prononçaient avaient pris le pli, durant les années précédentes où la croisade anti-française était à l’ordre du jour, de traîner dans la boue les révolutionnaires. Il leur faut à présent abandonner bien vite ce leitmotiv. Le 20 novembre 1796, l’évêque de Palma de Mallorca informe le gouvernement des mesures qu’il a décidées contre un moine franciscain qui, au cours d’un sermon, avait proféré des expressions insultantes pour la République française ; il se serait exclamé à son adresse : « República de Ateístas, Luteranos, Materialistas y otras gentes del infierno » ; aussi l’évêque lui saisit-il le sermon, les licences de prêcher et de confesser ; le pauvre homme se retrouve exilé de Palma et expédié dans le couvent le plus infect de la province, à savoir celui d’Alcudia, village misérable et malsain. Et cela parce que le consul français s’était plaint. Dans sa réponse confidentielle Godoy, qui a conscience que cette punition peut choquer, remarque : « En la política será bien admitida la providencia, pero en la equidad y justicia parecerá rigurosa. Ha hecho bien, pero no mortifiquen al pobre Fraile »15

  • 16 F. Avella Chafer, “El clero francés emigrado en Sevilla durante la Revolución1, in Archiva Hispalen (...)
  • 17 E- 4830.

22Durant le Carême de 1798 le P. Teodomiro Ignacio Díaz de la Vega, prepósito de San Felipe Neri, prêche dans une église de Séville contre la France. Le « citoyen ambassadeur » de la République récrimine et Saavedra tance alors l’évêque, lui reprochant la fureur dont certains ecclésiastiques, notamment le P. Vega, témoignent en chaire à l’égard des Français, de façon si inconsidérée qu’ils mettent en fermentation les passions d’un peuple peu éclairé et compromettent la sécurité publique ; ce procédé, contraire à l’esprit de l’Evangile, mal adapté au lieu sacré où l’on parle, est peu conforme au traité d’alliance qui unit le roi d’Espagne à la République française ; Madrid menace donc les récalcitrants et une circulaire est adressée aux supérieurs des ordres religieux et aux prêtres qui auront à s’abstenir absolument désormais de tout discours -ou même expression, directe ou indirecte- contre la République ou ses membres pris en particulier16. On trouve également mention d’une circulaire de Godoy d’avril 1798 aux capitaines généraux de Valence et d’Aragon, à l’évêque de Valence, au gouverneur de Saragosse, pour qu’ils veillent que les sermons ne renferment plus d’expressions contre le gouvernement français, ceci à propos notamment des récents événements de Rome17.

III. Propagande révolutionnaire et Inquisition

  • 18 Inq. 4430-11

23La République fait surtout peur, et même horreur, aux inquisiteurs. En 1798 un fascicule intitulé Constitution de la République française est introduit à Barcelone ; aux termes de l’édit de décembre 1789, il doit être d’office prohibé par l’Inquisition, comme tout ce qui a trait à la Révolution. C’est un prêtre français, Louis de Laby, de la Congrégation de la Mission, qui le dénonce ; un compatriote, Bezi, curé d’un village de l’archevêché de Toulouse, retourné depuis au pays, le lui a laissé ; le délateur sait d’autre part que le petit livre se vend à Barcelone. Mais l’inquisiteur Valdés croit devoir adopter une attitude prudente : il faut rendre l’exemplaire à Laby sans lui demander de l’expurger, cependant qu’il va lui-même s’en procurer un autre à des fins de qualification ; il recommande de ne pas publier la censure avant que le pape lui-même ne le fasse. Sa crainte : « rendre le tribunal odieux et en faire la cible de l’ire de la République française »18

  • 19 Inq. 4430-40.

24Ce qui exaspère à l’occasion les inquisiteurs, c’est la publicité que l’on fait dans le royaume à propos des faits et gestes des Français. Le 21 janvier 1797, le commissaire Alonso José González dénonce ce qui est en train de se passer à Cadix : « Hoy se han fijado en todos los parajes públicos de esta ciudad, aún con más eficacia que proclaman un jubileo santo, carteles impresos del retrato en estampa fina de Buonaparte, general de la República francesa en los ejércitos de Italia, que se vende en las librerías a 2 reales vellón. Parecerá una cosa inocente o indiferente, y a mí no me queda escrúpulo en opinar, por lo que deduzco que los Españoles vamos acordes en convertirnos herejes, sólo con esta licencia en el actual tiempo. Pues veo y toco un aplauso universal a los mayores enemigos de la Divinidad y Humanidad por serlo de la Santa Madre Iglesia ». Il conclut en assurant que tout cela est plus dangereux à ses yeux que « mille juifs »19.

25A partir de 1796, on trouve mention des multiples interventions que les ambassadeurs de la République successifs tentèrent, généralement avec succès, auprès des autorités espagnoles, notamment afin de faire arrêter les poursuites menées contre des Français ou des sympathisants des idées révolutionnaires, ou encore pour faire rappeler à l’ordre un inquisiteur jugé trop zélé : le 23 octobre 1798, le Grand Inquisiteur répond au ministre Saavedra à propos d’une nouvelle plainte de la France, car « el ciudadano embajador de la República francesa » n’a pas apprécié qu’à Cadix le commissaire du Saint-Office ait saisi les journaux où était inséré le message du Directoire au Conseil des Cinq-Cents sur les incidents de Rome ; le 16 avril, le Cabinet de Madrid s’était empressé d’avertir l’Inquisition d’avoir désormais à agir « pour éviter autant que possible de telles réclamations et les désagréables conséquences qui pourraient en résulter... » Arce signale bien qu’il vient de donner des ordres aux inquisiteurs andalous, en recommandant de suspendre la procédure et d’user « de la dissimulation prudente et raisonnable que dictent impérieusement les circonstances actuelles » ; il défend cependant ses sbires en dénonçant les scandaleux abus que l’on peut voir, surtout à Cadix. On y a saisi divers autres périodiques du même acabit, qui ont seulement été transmis au tribunal de Séville, sans qu’il ne soit rien fait d’autre. « Pero viendo éste (tribunal) que el abuso continúa, que la libertad de los papeles es cada día mayor, que en ellos no se guarda el menor respeto a Nuestra Santa Religión, ni al Gobierno, que a la Persona sagrada de Su Santidad se la imputan vicios horrorosos para denigrarla, y que todo esto se lee en los cafés y parajes públicos de Cádiz con notable escándalo de los buenos Católicos, me lo ha representado en 17 del corriente, recordándome la ninguna obligación que nos imponen los últimos Tratados de Paz con dicha Potencia para sufrir tales ultrajes y suplican-do se adopte algún arbitrio pronto y eficaz para contenerles e impedir su peligrosa y funesta trascendencia entre los Vasallos Españoles ».

26Les incidents de ce type sont hélas ! frequents. Ayant rappelé les plaintes répétées de l’ambassadeur, notamment au printemps 1798, quand le Saint-Office mit en prison le citoyen Joseph Roux coupable du délit de « propositions », l’inquisiteur lance une fois encore un cri (Talarme : il urge de dire au roi « que el daño es conocido, que el peligro se aumenta por dias, que las personas incautas, que por desgracia, son en gran número, se van familiarizando con las especies sediciosas, eversivas del Trono y de la autoridad Pontificia de que abundan aquellos escritos, y que no es fácil señalar el punto en que se podrá contener un mal tan contagioso y que se propaga con la mayor rapidez por tanta multitud de canales, cuanta es la de Papeles públicos que andan en manos de toda clase de personas ».

27Donc l’inquisiteur Arce se dit prêt á déployer l’activité et l’énergie nécessaires si le roi, conscient du péril (« de los riesgos que nos amenazan por la condescendencia de que hasta ahora se ha usado »), l’y invite ; mais il agira avec doigté : « siempre con aquella pausa y detenida reflexión que más bien asegure las ideas pacíficas y de buena armonía con una Potencia aliada... »

IV. La chasse aux mauvais Espagnols

  • 20 L. Domergue, “Los lectores de libros prohibidos en los últimos tiempos de la Inquisición (1770-1808 (...)
  • 21 Llorente, op. cit., t. IV, p. 97.

28Le Saint-Office s’est beaucoup activé à l’issue de la Révolution française, en particulier dans les dernières années du siècle, et on a pu parler à propos de cette période de « chant du cygne » de l’Inquisition20, encore que Llorente ne prenne pas très au sérieux cette fébrilité : « la multitud innumerable de tales expedientes (delatados francófilos) únicamente servía para hacer escribir mucho, y suspender luego el curso hasta ver si sobrevenían noticias de proposiciones singulares capaces de censurarse con nota teológica »21.

  • 22 Inq. 3732-88.

29Dans ces années-là nous avons, pour notre part, retrouvé en grand nombre, parmi le fonds Alegaciones fiscales, des procès entamés pour cause de sympathies pro-françaises. Nous n’en évoquerons que quelques-uns. Le 3 avril 1797, on transmet à Madrid la sumaria contre Fernando Garaioa, notario du Saint-Tribunal à Saint-Sébastien, pour propositions et adhésion à la République, notamment en raison de sa conduite sous l’occupation22.

30L’affaire Antonio Tomás de la Escalera n’alla pas très loin ; elle fait partie de ces innombrables causes pendantes qui ne tardèrent pas à s’enliser. Ce vecino de Dalias, précepteur de grammaire de son état, parle beaucoup trop ; le 12 décembre 1800, le curé de son village le dénonce pour les discours scandaleux qu’il tient : la conduite, le gouvernement des Français, depuis le début de l’insurrection, fut, a été et est digne d’éloges ; l’homme étant né libre, on ne saurait l’obliger à être catholique, ni à en remplir les obligations comme aller à la messe ; Jésus-Christ recommanda à ses apôtres de pratiquer l’Evangile, sans obliger quiconque à le suivre ; en Espagne la religión est vieillie et, par conséquent, elle ne durera pas, car elle n’y produit aucun fruit ; les moines et les nonnes non plus ne dureront pas, ce sont des coquins, des fainéants, des fripons ; aussi les ordres religieux seront-ils bientôt supprimés. Quant au gouvernement de l’Espagne, il est dur et tyrannique ; depuis la mort de leur souverain, les Français jouissent de grands avantages : moindre poids des contributions, nombreuses franchises accordées aux citoyens du fait du nouveau système adopté, qui rend ce pays capable par ses forces et ses « délicats projets » de dominer toutes les monarchies d’Europe. Sans sourciller, l’accusé vaticine pour Charles IV (gavacho, pícaro, tirano) une fin peu enviable : « vendrá a padecer un pronto y general trastomo Su Majeslad reinante, su Real Familia y pueblos de su dominio », et la catastrophe est pour bientôt : comme on est en 1800, le 2 décembre, l’homme, pris d’une sorte de millénarisme, fixe une date significative : ce sera au plus tard à la Noël de 1800 ; sitôt que cette novedad tant désirée se produira, lui-même fera couper la tête à beaucoup de gens de l’endroit, taxés de fripons et de cupides, car ils possèdent quelques biens, et il sera parmi les premiers dans ce nouveau gouvernement dont il rêve, promettant à quelques pauvres artisans que ce jour-là ils seront tous égaux et non plus exploités (oprimidos y abatidos) comme à présent.

31Au moment de la « ratification », le délateur ajoute que l’accusé a lu devant témoins diverses lettres en français renfermant des nouvelles des temps présents et récemment écoulés, et qu’il les traduisait au fur à mesure en espagnol. Torcuato Dotes, un serrurier de 53 ans, se souvient que, huit ans plus tôt (vers 1792 donc), un jour d’été, il en vint à parler avec enthousiasme de l’ouvrage Victorias de Cristo qu’il était en train de lire. Alors le régent de grammaire de répliquer : « Esos son librajos, desengáñese V. que no puede entrar en el cielo más que aquel que está apuntado en el Libro de la vida... » La liberté des cultes prescrite par la République française serait, pour ce mécréant, très louable.

32Le buraliste Francisco Cevallos (estanquero del tabaco) l’a entendu depuis prendre le parti de Bonaparte ; le témoin en déduit qu’il doit être en correspondance avec des Français, d’autant qu’il l’a souvent vu lire en sa présence des lettres apparemment en français. Rosalía Gómez pense qu’il tenait son information d’un bureaucrate (covachuelista), et qu’il recevait aussi par Alméría des lettres de France.

  • 23 Inq. 3730-79.

33Une visite domiciliaire ne devait pas donner grand-chose : à part des livres de rhétorique, des dictionnaires, une bible et des sermons en latin, une Histoire de la conquête de Mexico, les fameuses lettres en français (au nombre de six) ne renfermaient ni plus ni moins que des nouvelles sur la paix entre l’Espagne et l’Angleterre. On laissa donc cet accusé tranquille et la cause fut suspendue23. Comme le fut celle d’Antonio Pérez, avocat à Calpe.

34On trouve entre autres encore le cas de José Ibarrola, membre des Gremios Mayores de Madrid et chargé de diriger à Murcie les manufactures de soie ; en 1797, on le présente au Saint-Office comme ennemi des rois, du pape, des moines ; il est pour le régicide, pour les Français, étant l’ami de Pedro Balance – l’un des novatores et philosophes modernes de l’endroit – et habitué de son salon (tertulia), où un soir il va jusqu’à traiter la religion de futesa et frusleria ; pour ce qui est des livres interdits, lui-même aurait fait à Madrid l’acquisition de tous ceux qu’il avait pu trouver ; puis il en aurait même fait commerce et cela lui avait rapporté gros ; ses discours se bornaient à mépriser tout ce qui ne venait pas des Français, à encenser leur nouvelle constitution, leur liberté, leur égalité et tout l’état actuel de la France, à raconter que les Français avaient bien fait de tuer le roi et le reine, car ils écrasaient le peuple. Après cela il n’est pas étonnant que sur la place de Murcie l’homme passe pour un libertin, un Français achevé et endiablé, un homme sans religion, un aleísta.

35Un témoin, Manuel de Soto, se rappelle que, le 13 novembre 1797, Manuel Narganes était occupé à lire, en compagnie de l’accusé et à la grande joie des deux compères, un petit livre qui semblait être le catéchisme républicain, mais il ne sait plus lequel des deux a gardé le livre.

36Les qualificateurs en concluent qu’en tout temps cet individu avait, par sa conversation, répandu le venin et prôné un système d’irréligion appris dans les livres prohibés, dont il ne manque pas (il en possède des quantités, tant reliés que brochés).

37Cité à comparaître en 1799, l’accusé se conduit de façon désinvolte envers le secrétaire du tribunal (con cierto aire de libertad y de descoco). Les « canuts » de Murcie, interrogés, déclarent qu’ils se fâchaient de le voir faire : « Estas son doctrinas de los Franceses ; miren Vms, lo hizo Olavide quitar las imágenes de las calles y prohibir que se rezase el rosario en ellas » Et Ibarrola : « Bien hecho porque son idólatras los que veneran y dan culto a las imágenes de madera o piedra, y el Rosario rezado en las calles incomoda a las gentes, y regularmente en el de la Aurora no van más que los borrachos y amancebados que salen de su taberna o casas de sus mancebas ».

38Un teinturier le dénonce et lui fait dire « que los Franceses habían bien hecho en lo que habían hecho y que era menester levantar estatua al héroe Robespierre porque sabía muy bien lo que se había de hacer en el mundo, presumiéndose el testigo que esto era hablar contra los Reyes ». Ce même teinturier revient à la charge : en juillet 1799, lors d’une virée (jira) qu’il fit avec des amis au jardin que possède à Churra le marquis del Campillo, certains parlèrent si mal (le reo, un autre teinturier et le muletier) qu’à tout moment il s’attendait à ce que les diables emportent la carriole (galera), ce que le muletier niera avec énergie (selon lui, c’est plutôt le bruit qu’ils faisaient en parlant qui aurait pu effrayer ses mules robustes et ombrageuses).

39On avait saisi au domicile de l’accusé de nombreux livres, surtout en français, à côté de l’Eusebio de P. Montengón et de Viajes de Robertson a las tierras australes (l’un et l’autre à l’index), ainsi que d’autres titres suspects, comme Los aldeanos de Cogollón, Laporte, Ecole de littérature, et Sciences des négociants.

  • 24 Inq. 3731-116. Bien d’autres dossiers pourraient être évoqués ici ; nous renvoyons le lecteur à not (...)

40Mais pour ses lectures, Ibarrola s’est trouvé des témoins à décharge, qui l’auraient vu au contraire lire Kempis et divers ouvrages dévots. Ces livres, en particulier français, qu’on lui a saisis, il les détient par un effet du hasard, ignorant qu’il était de leur interdiction ; mais jamais il n’en a fait commerce, moins encore avec les prohibés ; il aurait même brûlé le Voltaire, mais cela lui coûtait, car il en avait parlé à un dominicain qui lui avait signalé les rares vers peu recommandables qui s’y trouvaient. Au bout du compte l’Inquisition ne lui fit rien24.

V. Les diplomates introducteurs de livres interdits

  • 25 Sur l’enthousiasme anti-français de cet évêque, on verra R. Maruri Villanueva, Ideología y comporta (...)

41Les consuls ont souvent maille à partir avec le Saint-Office : pendant l’été 1796 le consul de France à Santander se heurte à l’évêque Rafael Tomás, qui sera plus tard un servil fameux25, car on le soupçonne de posséder des livres dangereux comme Voltaire et Rousseau ; or ce consul refuse toute inspection de ses livres qu’il dit prêt à renvoyer en France si l’on veut à tout prix effectuer un contrôle chez lui.

  • 26 La carta orden d’Urquijo “sirvió de regla en adelante : que el Tribunal de la Inquisición se conten (...)

42Sur les listes des livres importés après 1795 dans les bagages des consuls, on trouvait des quantités de titres suspects ou dangereux touchant le plus souvent la Révolution. Le 11 novembre 1799, Urquijo fait part à l’inquisiteur de la colère du roi : le consul hollandais à Alicante s’étant suicidé, le vice-consul de la République française devient son exécuteur testamentaire et le gouverneur fait mettre les scellés sur ses papiers ; mais les agents de l’Inquisition les brisent, fouillent et saisissent des livres et des gravures pour une valeur de 50 000 réaux ; d’où les protestations de la Hollande et aussi de la France. Llorente dit que la même chose se produisit à Barcelone avec le consul de France26.

  • 27 C-11 286.

43Le secrétaire de la Légation batave a reçu à la douane de Madrid un ballot de livres, dont beaucoup sont prohibés ; cependant, le gouvernement les lui fait remettre le 27 juin 1805 tout en lui adressant des recommandations de prudence : en effet, comme le rappelle l’Inquisiteur général, depuis la mesure prise par Godoy le 26 novembre 1792, la règle consiste à ne pas saisir ces ouvrages, mais à les laisser à leurs destinataires, à condition qu’ils s’engagent à les emporter à leur départ et à ne jamais les montrer à personne durant leur séjour27.

  • 28 Il s'agissait de quatre cahiers en français, qui seraient remis pour censure à l’Inquisition : Récl (...)

44A en croire les autorités, il se pouvait également qu’on se serve – peut-être même à son insu – d’un diplomate étranger pour importer des ouvrages douteux. Le 5 octobre 1807, le directeur de la Librairie (Juez de Imprentas) Juan Antonio Melón avertit le ministre Caballero qu’un ballot est arrivé en douane au nom de Mr. Hunter, agent anglais ; or celui-ci prétend que les œuvres en question ne sont pas pour lui, qu’il n’est au courant de rien28.

VI. Le retour massif des Français

45Les craintes de Lorenzana se réalisent avec la paix retrouvée. Les Français, qui depuis des siècles allaient et venaient entre leur pays d’origine et leur pays d’adoption, reviennent en force. On assiste également au retour des Français exilés d’Espagne aux termes de la cédule de juillet 1791 et des mesures d’expulsion qui ont suivi la déclaration de guerre.

  • 29 C-11 282. Bien que le ministre des finances Varela ait demandé au roi d’autoriser le retour en Espa (...)

46Josef Guichard a pendant trente-six ans vendu la Gazette dans les Reales Sitios et, fin septembre 1791, on lui avait alloué une somme de vingt-cinq doublons par an ; bien qu’ayant résidé en Espagne depuis l’âge de six ans et pendant cinquante-quatre ans, il dut s’exiler quand parut en 1793 un décret expulsant les Français ; de retour à Madrid, il demande, le 27 janvier 1798, qu’on lui paie à nouveau ces vingt-cinq doublons, d’autant qu’il a perdu son commerce, le débit de la Gazette ayant été accordé à un autre ; mais cette grâce devait lui être refusée29. Nombreux sont ceux qui comme lui se présentent à nouveau sur le territoire espagnol.

  • 30 En voici la teneur : “–¿Qué nos dice Vm. de Francia y de sus extranos casamientos ? -Los casa la ju (...)
  • 31 Inq. 3730-245. Nous avions d’abord été surprise de la mansuétude de ce jugement, car nous ignorions (...)

47D’autres sont plus turbulents. Le négociant Joseph Roux, un Français de Tarragona, a mérité par ses propos d’être dénoncé à l’Inquisition, le 21 février 1796, par Francisco Rovello, un autre commerçant du lieu, gênois celui-ci. Pour ce même délit, Roux avait été arrêté, puis, en vertu des décrets des 4 et 15 mars 1793, emprisonné, enfin condamné le 6 août de la même année à l’expulsion avec saisie de ses biens. Mais, sitôt la paix signée, le voici revenu chez son beau-père ; il aurait eu, avec la femme de Rovello, une conversation inquiétante30 . Non seulement il admire éperdument la France, mais il parle mal du pape et il lit des livres français détestables. Les qualificateurs du Saint-Office sont sévéres (« proposiciones blásfemas, impías, capciosas, sediciosas, enormemente injuriosas a los soberanos y heréticas, y en lo subjetivo reo sospechoso gravemente en la fe, naturalista lleno de impiedades en su corazón y palabras, hombre taimado y empeñado en seducir con dolo y astucia infernal »). Roux est jeté en prison le 1er novembre à la nuit ; on saisit ses livres et ses papiers : dans un coffre il en a 76 en français, tant manuscrits qu’imprimés, dont certains touchent la politique du pays voisin (Convención nacional : Relación o sea manifiesto sobre la deuda pública, su autor el diputado Cambon et Constitución de la República francesa...)’, en outre un franciscain apporte un lot remis par un sien pénitent (un imprimé scandaleux et antichrétien et une liasse de 129 papiers presque tous en français). Bien que certains témoins à décharge prétendent en faire un saint et un mystique, de nombreux autres témoins, notamment des prêtres, l’accablent : depuis son retour d’exil, il défend effrontément les Français, tant et si bien que dans l’infime plèbe beaucoup le haïssent et le traitent entre autre chose de jacobin, juif, hérétique. On a vu plus haut que l’ambassadeur de la République s’est mis en frais pour le citoyen Roux : aussi ne sommes-nous pas surprise de lire à la fin de son alegación fiscal que le Saint-Office le juge exempt, en matière de foi, de tout soupçon, même le plus léger ; encore que pro-français, il est non seulement catholique, mais pieux et dévot dans sa façon d’agir31.

  • 32 E- 3008.

48Jean Baptiste Maignien est un de ces « citoyens français » qui aiment beaucoup les livres ; fin juin 1799, il a fait venir de France par Santander des ouvrages, qui sont depuis retenus dans les locaux de la Suprema ; on y trouve Lucrèce en latin et en français, Ovide en français, les poésies érotiques du Chevalier de Bouflers, des pièces poétiques un peu libres qui dans l’intervalle seront interdites. Maignien pense que ces œuvres sont prohibées, certes, mais pour rien de grave (en latin elles sont tolérées) et comme elles ne sont pas destinées à circuler dans le public, il les réclame. On lui dit non. Les choses ne sont pas aussi limpides ; lui argue, bien sûr, de sa totale bonne foi, puisqu’il a fait dresser l’inventaire des titres licites par le réviseur inquisitorial Joaquîn Castellot ; cependant une caisse aurait été remplie par mégarde avec les œuvres de Rousseau, l’édition de Kehl en 34 tomes. Maignien ne veut pas perdre cette précieuse collection et il demande à la réexpédier sur le champ à Bayonne ; au lieu de cela, gémit-il, on l’a livrée au représentant du Saint-Office à Santander ; le 21 août 1801, Jerónimo de Leoni, réviseur royal, apprend au ministre que ce ne sont pas les œuvres de Jean-Jacques qui sont arrivées, mais seulement deux tomes de Jean-Baptiste Rousseau, Londres, 1791 ; quant aux titres douteux et prohibés qui les accompagnaient, ils furent expédiés en janvier 1800 à l’Inquisiteur général, suivant un ordre d’Urquijo du 29 novembre 1799. En fait, Maignien ne dit pas la vérité, car, selon le réviseur Leoni informé par son collègue de l’Inquisition Vitorica, Rousseau le citoyen de Genève ne vint pas dans une caisse avec les autres, mais à part ; la duplicité de Maignien ne fait pas de doute : « No hubo la ignorancia y equivocación que aparenta sino un conocimiento muy positivo y un designio premeditado » ; séparés des deux autres caisses, venaient sur le même bateau les 30 – et non pas 34 – tomes incriminés qui avaient été placés dans un petit sac ; ils sont toujours bloqués en douane, attendant leur propriétaire, et comme ils n’ont pas été déclarés dans les vingt-quatre heures, ils sont perdus ; selon les réviseurs de Santander, il faut éviter à tout prix de les rendre, afin de combattre le venin des livres ; Maignien avance de bien mauvais prétextes : il serait trop commode de faire venir clandestinement des livres de France et, si la douane les intercepte, de les renvoyer au point de départ, quitte à les récupérer une autre fois, sans douleur et sans perte. Dans le même dossier est glissée la liste des livres saisis sur une embarcation danoise par le bateau corsaire de Santander : il n’y rien que des auteurs français, et certains sont proscrits : Boileau, Racine, Voltaire, Montesquieu32.

VII Le rôle des libraires

49Après la paix de Bâle, les libraires ne manquent pas d’augmenter leurs ventes de livres étrangers, même s’il s’agit de titres prohibés. Blanco White rapporte que le centre de ce commerce se trouve à Madrid et que la clientèle est fournie notamment par les universitaires. Muriel aussi signale que, pendant quelque temps, pour ne contrarier la toute fraîche alliance avec la République, le gouvernement dut fermer les yeux. Pourtant en août 1797 l’imprimeur Quiroga, qui avait procuré une édition de l’œuvre de Volney Les ruines ou méditations sur les révolutions des empires, se retrouve en prison avec quelques autres, sur ordre du gouvernement (ainsi que le dit le Moniteur), tandis que l’édit inquisitorial du 3 septembre 1797 rappelle le célèbre édit de décembre 1789 – véritable déclaration de guerre contre la propagande révolutionnaire – en y ajoutant une mention spéciale pour Les ruines.

  • 33 E- 3008.

50En 1799 eut lieu la persécution des frères Santander, libraires à Valladolid, qui furent emprisonnés par le Saint-Office et en faveur desquels l’ambassadeur de France eut à intervenir. A la section Estado de l’ Archiva Histórico National se trouve la note adressée, le 1er février 1799, à Saavedra par Guillemardet : « Monsieur, J’ai lieu de croire que l’affaire des frères St. Ander (sic) libraires à Valladolid est arrivée à son terme. Il y a quelque temps déjà que V.E. a bien voulu m’annoncer qu’elle avait pris les mesures nécessaires pour l’accélérer. Cette assurance suffit pour que je ne doute pas qu’elle ne soit finie de la manière la plus satisfaisante, mais je désire l’apprendre de V.E. afin de pouvoir en instruire le gouvernement que j’ai l’honneur de représenter. Le compte qui a été rendu au Directoire de la conduite tenue par eux envers des prisonniers français motive l’intérêt que lui inspirent les frères St. Ander qui ont su concilier le voeu de l’humanité avec les devoirs qu’ils avaient à remplir envers leur pays »33.

51Le ministre Urquijo relance alors le Grand Inquisiteur et aussitôt rassure Guillemardet, avant de lui redire, le 28 avril, au reçu du rapport d’Arce, la modération dont ce tribunal use en ces matières : désormais on ne fera pas traîner les choses. Le 27 décembre 1799, nouvelles plaintes des deux libraires reclus à Palencia au couvent des franciscains déchaux : ils peignent de façon pathétique leur sort présent et leur ruine prochaine. Mais Urquijo ne fera rien de plus, la cause étant jugée par la Suprema. Le ministre ajoute : « Tengo alguna idea de él (asunto) y hubiera salido peor si no hubiera sido por ciertas cosas ». Allusion sans doute à la protection de la France et à la mansuétude du Cabinet de Madrid.

  • 34 E- 3008.

52Les libraires espagnols jouissent de la part du ministère d’une certaine compréhension. En 1800, trois libraires de la capitale, Domingo Alonso, Facundo Ramos de Aguilera, Teodoro Argueta se plaignent amèrement d’Andrés Saturnino Duarte, réviseur royal à Agreda, auprès du ministre Urquijo, du « peu d’intelligence » de ce fonctionnaire, qui garde certains livres réputés « douteux » bien que ne figurant pas à l’index. Urquijo consulte l’inquisiteur, puis, bon prince, fait dire au réviseur de ne retenir que les titres expressément prohibés et de rendre les autres aux libraires, afin qu’ils les réexpédient en France. Duarte se rebiffe : ces livres « douteux » en réalité ne le sont pas, ils sont aussi préjudiciables à la religion et à l’Etat que ceux qui sont prohibés ; simplement ils sont dits « douteux », car ils n’ont pas encouru d’interdiction formelle et ne figurent pas encore à l’index ; il en est aussi qui sont arrêtés en raison de leurs maximes révolutionnaires, voire contre-révolutionnaires. Pour les réexporter, ce n’est pas si facile ; on a confié un ballot fermé et cacheté au muletier Elizondo, qu’escorte Don Manuel Palacio, garde monté, mais au poste frontière d’Ainhoa, les Français arrêtent le paquet, qui ainsi ne peut parvenir à Bayonne. Une démarche sera faite auprès de l’ambassadeur de la République, pour que les livres puissent être acheminés, sinon une autre fois on ne les renverra pas, et ce sera au détriment du commerce espagnol34.

VIII. Divers subterfuges pour passer les livres

  • 35 E-3107.

53A l’automne 1796, le cardinal Lorenzana fait le point de la situation à Godoy qui lui a signalé, pour mise à l’index, une Histoire de la Révolution de France, précédée de l’exposé rapide des administrations successives qui ont déterminé cette Révolution mémorable, Paris, 1792 : innombrables sont les œuvres en français introduites « depuis la première révolution de cette nation », où l’on s’exprime avec insolence et de la façon la plus injurieuse envers le gouvernement monarchique, la noblesse, le clergé et la religion ; elles contiennent le venin le plus actif, le plus à même de soulever les peuples contre leurs souverains légitimes, de secouer le joug de la religion catholique et de bouleverser l’ordre hiérarchique au moyen des deux principes de Liberté et d’Egalité. Lorenzana se refuse obstinément à accorder la moindre licence pour lire ces ouvrages-là, et moins encore aux personnes instruites, car l’expérience lui a appris que plus les hommes sont intelligents, plus ils sont vulnérables. C’est surtout par l’intermédiaire des consuls et des commerçants que se fait la diffusion d’écrits si pestiférés et si injurieux pour la monarchie qu’il aurait honte d’en résumer le contenu ; très souvent les frontispices ou couvertures des livres prohibés ont été changés afin de les faire passer plus commodément35.

  • 36 Inq. 2358. Ce dernier ouvrage désespère aussi Joaquîn Antonio del Camino, résidant à Lugo, qui, le  (...)

54Le 5 septembre 1799, le fiscal du tribunal inquisitorial de Saragosse José María de Villafañe saisit l’Inquisiteur Général des mésaventures qui lui sont arrivées lorsqu’il a voulu commander en France les œuvres d’Homère, de Tacite et de Bossuet, ainsi que l’ouvrage que l’abbé Barruel écrivit contre les « philosophes » : « ... entre ellas y en el mismo cajón introdujo el librero volun-tariamente y recomendándola como de mucho mérito la Historia de la Revolución francesa que acaba de prohibirse por el Santo Oficio en uno de sus últimos edictos, y aún envueltos los demás libros con Monitores y papelujos los más incendiarios que de un tiempo a esta parte escriben en aquella nación... sospechándose aquí que maliciosamente hagan lo mismo en todo encargo de esta clase, como lo hacen furtivamente de otros papeles, entre ellos la Vida secreta de la Reina, y que muchos de esta clase, según aviso que se dió a este tribunal, paran en militares nuestros que al fin de la guerra compraron en Olorón y a quienes por la falta de principios pueden causar mayores daños ». La Suprema réagit sur le champ : ordre de faire « qualifier » les Moniteurs et autres imprimés incendiaires, de saisir Historia de la revolución et Vida de María Luisa, dont on a déjà trouvé un exemplaire á Burgos en possession d’un soldat36.

  • 37 Les soldats se font les porteurs des idées révolutionnaires. Le 31 janvier 1794, le Conseil d’Etat (...)
  • 38 E- 2906.

55On se doute que, par leurs constants déplacements, les soldats sont alors de redoutables diffuseurs. De fait, les va-et-vient consécutifs à la guerre avaient augmenté les occasions de faire connaître aux Espagnols la presse et les livres de France. Les troupes d’occupation furent à cet égard d’excellents propagandistes37. Ainsi, pour ce qui est du Pays Basque, on sait qu’en 1795 un certain Payrard écrit de Tolosa en français à Ramón de Zubia résidant à Vitoria : sur le point d’évacuer le pays, le 15 fructidor il lui envoie quelques journaux afin qu’il les fasse lire à d’autres amis : « malgré qu’ils ne soient pas bien intéressants, je pense que vous les verrez avec plaisir » (ce sont 5 numéros de La Sentinelle par J.B. Louvet (du Loiret) représentant du peuple)38.

  • 39 E- 2209. “Mi Huici, Para que Vm. goce de los Monitores y no le cuesten nada, se los envío a la Marq (...)

56De même certains Espagnols ont dû déguerpir après la paix de Bâle. Ainsi Valentin Foronda qui s’est compromis lors de l’entrée des Français à Vitoria. Le voici à Bordeaux et, par le courrier de Bayonne, le 5 octobre 1795, il envoie à Martin Huici, Directeur de la Compagnie des Philippines, des Moniteurs39 Il y joint des commentaires et des nouvelles qu’il a pu glaner par divers canaux. Candamo, l’« oeil » de Madrid à Vitoria, arrête tout au passage et le signale à Godoy. Or, à cette date, le gouvernement n’encourage plus ce zèle, bien au contraire : le 28 novembre 1795, ce même Candamo accuse réception d’une real orden prônant une tolérance à laquelle on n’était plus habitué : « dejar pasar a los diferentes destinos los papeles públicos que vengan de Francia para particulares ».

IX. L’entrée des livres et papiers-nouvelles en provenance de l’étranger

  • 40 Inq. 4430-41.

57Les prises de mauvais livres redoublent après la paix de Bâle, ce qui veut dire que ce genre d’ouvrages rentrait en grand nombre, de façon clandestine et en dépit de tous les contrôles. Le 16 septembre 1796, devant le Conseil de l’inquisition Joaquín Villanueva indique que, dans l’une des caisses de livres adressées au comte de Saruco, il a découvert deux liasses de papiers : divers périodiques de Paris postérieurs à la Révolution, quatre imprimés touchant la nouvelle constitution de la France, ainsi que des livres obscènes dont l’un surtout mériterait de finir au feu40. La procédure de contrôle avait été fixée de façon précise en 1792 afin de faire pièce aux importateurs malintentionnés : un double contrôle s’opérait aux frontières, grâce à la collaboration des deux réviseurs, royal et inquisitorial. Elle ne change guère au cours des années suivantes, même si on la rappelle jusqu’à rabâcher, même si l’on y apporte des aménagements. Ainsi le 8 mai 1799, l’inquisiteur Arce propose à Urquijo que les livres en provenance de l’étranger soient examinés sur place dans les douanes et non pas expédiés à Madrid, cela afin d’éviter les fraudes et collusions qui peuvent se commettre plus aisément à l’intérieur du pays (« suplantando unas en lugar de otras o sustrayendo las que no se quieran sujelar a examen »). Certes, l’Inquisition pourra toujours accorder quelques dérogations, mais il convient de ne pas surcharger la Suprema ; les livres reçus par exemple pour le graveur José Asensio sont bien connus (certains sont prohibés, comme Le Temple de Gnido, peu décent, de Montesquieu). Urquijo ordonne donc qu’ils soient révisés à Vitoria même sans être envoyés à Madrid.

  • 41 E-3124.

58Le réviseur d’Agreda est lui aussi amené, dans son secteur, à déployer un grand zèle ; le 22 août 1799 il adresse au gouvernement un avis sur les oeuvres douteuses qui viennent de tomber entre ses mains. Le Grand Inquisiteur répond le 3 septembre à Urquijo, qui l’a consulté sur ce rapport de Duarte, que pour lui en aucun cas il ne saurait tenir lieu de qualification inquisitoriale ; or la procédure du Saint-Office est d’une lenteur redoutable : « ... El Santo Oficio procede con tanto pulso y madurez para prohibir o expurgar las (obras) de lectura perjudicial y nociva, sin llegar jamás a este extremo hasta calificarlas de tales con las censuras y dictámenes uniformes de. sus calificadores ». Le labeur de ces lointains réviseurs placés aux frontières est done loin d’être inutile, car ils signalent très tôt l’arrivée du danger « porque sucede por desgracia frecuentemente que muchas obras malas ya han causado daños irreparables cuando llegan a noticia del Santo Oficio, o le son delatadas por algunas personas celosas y en unos tiempos en que tanto se hace sudar a las prensas, particularmente en los países extranjeros donde hay libertad para escribir e imprimir lo que se quiere ». C’est bien aux frontières qu’il conviendrait de couper le mal avant qu’il ne pénètre à l’intérieur du royaume et qu’il y pousse des racines41.

59Pour ce qui est des livres importés, il ne pouvait en principe s’agir que d’ouvrages écrits en langue étrangère, voire en latin, en aucun cas en castillan, puisque, vers la moitié du siècle, les Bourbons, et notamment Charles III, avaient souhaité protéger les imprimeurs péninsulaires en les mettant à l’abri de la concurrence des officines des Pays-Bas ou d’ailleurs. Pourtant avec l’Ancien Régime finissant ces règlements paraissent avoir été bien souvent enfreints. Le 17 septembre 1805, Arce répond au ministre des finances Soler qui lui avait soumis Sucesos memorables de Maximiliano Robespierre. L’Inquisiteur reprend d’abord l’argumentation qui avait de tout temps été celle du Saint-Office et que, à propos de la Révolution, le législateur espagnol avait faite sienne : certains sujets, même s’ils sont traités dans la pieuse intention de susciter chez le lecteur une vive répulsion, restent dangereux, surtout s’agissant d’évoquer l’esprit factieux et sanguinaire de ce délinquant qui tâcha son nom de crimes exécrables et inouïs : « ... El poner ahora esta serie de horrores a los ojos del vulgo de nuestra Nación, podría ocasionar gravísimos perjuicios, excitando en las imaginaciones vivas ciertas ideas ajenas del carácter pacífico del Pueblo Español, y que tal vez podrían producir un efecto contrario al que parece se ha propuesto el Autor de la obra, siendo de temer el que algunos ignorantes o malintencionados seducidos con la vana esperanza de las escandalosas fortunas que hicieron en el trastorno de la revolución francesa muchos miserables sin otro mérito que el de hacer mal a toda rienda sin respeto alguno a la Religión y al Estado, se persuadan el que podrán conseguir igual suerte ; y es más que probable el que la lectura de este escrito promueva en todos el deseo de instruirse más por menor en los sucesos de la revolución de la Francia, en cuyo caso se frustarán las sabias providencias tomadas por nuestros gobiernos acerca de este punto desde el año de 1789 y segundadas después por el Santo Oficio de Inquisición que ha prohibido todas las obras, en que se trata de aquellos funestos acontecimientos. La minuciosa enumeración que hace el Autor de esta obra de las crueldades de Maximiliano Robespierre sería tal vez causa de que familiarizándose los Españoles con ellas, se debilitase el justo honor que las tienen, mortificando la sensibilidad de los vasallos bien intencionados y sirviendo por desgracia de estímulo a los que no lo son para exaltar más y más sus criminales intenciones ».

60L'Inquisiteur rappelle le cas d'une autre traduction du français, imprimé à Murcie celle-là et intitulée Persécutión ciel Clero de Francia durante la revolutión : le Gouvernement n’a pas manqué de la faire saisir.

61Enfin cet ouvrage flétrissant l’exemple funeste de Robespierre a été imprimé en espagnol et hors d’Espagne, ce qui est formellement interdit, afin de ne pas léser l’imprimerie nationale. La observancia de nuestras leyes que prohíben con todo rigor semejantes introducciones es en mi corto entender más necesaria que nunca en los presentes tiempos en que los enemigos de la Religión y de los Estados Monárquicos se han propuesto imprimir fuera del Reino en idioma castellano varios escritos así por el interés pecuniario que de ellos les resulta como tal vez por insertar en ellos especies sospechosas y dirigidas a trastornar nuestro sistema político y religioso ». Et l’inquisiteur de citer le Contrat social et d'autres titres dont il dit avoir parlé au ministre dans un précédent rapport en date du 21 août 1805.

  • 42 Inq. 2343-2.

62Souvent dans ce domaine des importations de livres, les sujets de S.M. doivent en référer au pouvoir civil, en l’occurrence au Secrétaire d’Etat, pour obtenir que l’Inquisition arrête ses tracasseries : le 21 avril 1797, le directeur des Reales Estudios, Estanislao de Lugo, se plaint de ne pas avoir encore pu récupérer l’intégralité d’une commande passée à Bayonne à la fin de 1792 ; ce lot a été arrêté à Vitoria ; mais Godoy intervient, d’autant que Lugo a depuis longtemps la licence de lire tout livre prohibé42.

  • 43 “Los abusos nacidos de la codicia de los libreros han dado lugar a varias for-malidades en las adua (...)
  • 44 Autre plainte, le 3 février 1802, du marquis de la Colonilla auprès dUrquijo, contre Verastegui, qu (...)

63A Agreda, Duarte, prétendait mettre le nez dans un envoi adressé au duc d’Osuna ; ce dernier va fonder une bibliothèque publique et, en juillet 1802, il se fâche43. Cevallos refuse d’abord de le dispenser des formalités requises pour tout un chacun ; mais l’autre revient à la charge, rappelant qu’il a la licence inquisitoriale et que de plus il est Conseiller d’Etat. On lui avait envoyé 3 petits tomes intitulés Conspiration du duc d’Orléans contre Louis XVI ; le ministre des finances Varela prend sur lui d’interdire aux réviseurs de ne toucher à rien de ce qui est destiné au duc ; ceux-ci, souvent échaudés, s’inclinent cependant en expliquant leurs scrupules par la crainte des stratagèmes inventés par les fraudeurs : « no es regular que el Exmo Duque de Osuna sea capaz de querer introducir en estos reinos libros contra la Religión y el Estado, pero sin embargo los pueden enviar de Francia al abrigo de su nombre, como se experimenta con tanta frecuencia »44.

64Le 13 octobre 1801, le marquis de Manca écrit de Burgos à l’Inquisition pour lui faire savoir qu’il vient de recevoir de façon anonyme un méchant papier récemment imprimé à Paris pour être répandu en Espagne. On sait que le plus simple moyen pour introduire un écrit était encore de l’adresser par courrier à quelqu’un qui n’était pas suspect aux autorités.

65A la fin du XVIIIe siècle, les livres entraient dans la Péninsule par les ports, mais, en raison des guerres avec l’Angleterre, surtout par les « ports secs », situés dans les provinces du nord, là où étaient établies les douanes avec le royaume de Castille : Vitoria au sortir des Provinces Basques, Agreda au débouché de l’Aragon. A ce dernier point névralgique, le 30 octobre 1796, le réviseur Duarte, au moment de demander une faveur au roi, fait étalage de son zèle de fin limier : pendant la dernière guerre hispano-française, alors que les douanes n’admettaient plus l’entrée des livres de France, il redoubla tant et si bien de vigilance pour empêcher « la sournoise introduction du venin » qu’il a déniché le projet de la constitution espagnole républicaine (sic) dans une œuvre arrêtée par ses soins en douane et pieusement intitulée Aventuras de San Anselmo, ce qui lui valut une nouvelle mission du gouvernement. Puis Duarte revient á la charge le 15 mai 1798 : « Aunque por lo correspondiente a los libros que presentan los conductores en esta Real Aduana se cumple a la letra la real cédula de 15 de octubre de 1792, sin embargo no se logra el fin de impedir la introducción de libros sospechosos en estos reinos y consiste sin duda en que los arrieros los entran ocultamente o los presentan en aduanas subalternas donde acaso se mirará con indiferencia la introducción de libros que no adeudan derecho alguno. Sola la aduana general de esta villa tiene por subalternas las de Cernera, Alfaro, Calahorra, Rincón y Alcanadre y tengo advertido que aunque son frecuentes sus avisos en cuanto a géneros detenidos, no han dado uno solo sobre libros, ni los muchos guardas del resguardo han aprendido ni un solo libro cuando con frecuencia aprenden otros géneros de contrabando. Otro tanto acaece por la raya de Aragón y para prueba del poco cuidado en la mayor parte de las aduanas recuerdo la admiración de los arrieros por lo tocante a esta aduana y el sentimiento con que presentan en ella libros que tantas veces he experimentado. Además he sabido que alguno de los clérigos franceses residentes en ésta se han hecho con algunos libros nuevos de Francia y me consta que no los han presentado al reconocímiento ». Où l’on voit que même les prêtres émigrés chassés par la Révolution donnent du fil à retordre à l’Inquisition, car à aucun moment ils ne peuvent se désintéresser des affaires de leur pays et se montrent avides de se procurer de l’information sur ce qui s’y passe ; que ce soit le plus souvent pour le déplorer, cela ne fait pas de doute ; il reste qu’en trop parler, même en mal, peut s’avérer dangereux ; ces intrus qui dérangent ne sont pas non plus très bien vus et la cause qu’ils défendent pourrait pâtir des sentiments mitigés qu’ils suscitent parmi la population espagnole ; mais surtout leurs perpétuelles discussions sur les faits et gestes des révolutionnaires leurs ennemis finissent par familiariser un peu trop le bon peuple avec ces maximes délétères.

66Le graveur José Asensio Torres fait venir divers ouvrages prétendument utiles pour son métier : l’un, Monarquía prusiana de Mirabeau en 8 volumes, est arrêté en avril 1797 (car impie et injurieux envers le Saint-Siège et les souverains catholiques) et, en juillet de la même année, c’est la Bible mise en français par Sacy (puisque comprise dans l’Index en vertu de la règle 5 et à cause du traducteur), ainsi qu’une Nouvelle Géographie de Guthrie en 3 volumes, saisie en janvier 1800, comme étant suspecte (aux articles « Italie » et « Espagne », on trouve des propositions gravement injurieuses pour la religion et l’Etat). Urquijo, sollicité par le destinataire, a ordonné que le tout soit envoyé à Madrid pour être soumis à la Suprema ; Verástegui, en poste à Vitoria, s’exécute le 6 mars 1800, en signalant qu’à son avis certaines gravures sont si obscènes qu’elles méritent la condamnation, tout comme les « contes moraux » qu’elles accompagnent14. Assez pessimiste, le Grand Inquisiteur ne mâche pas ses mots à propos de ces entrées incessantes de livres : « es lo que sucede con las más de las (obras) nuevas que en tanta abundancia nos introducen la codicia de unos, la curiosidad de otros y ¡ ojalá que no sea. la malignidad de muchos ».

  • 45 Inq. 2245.

67Dans le ressort du tribunal inquisitorial de Logrono, les difficultés sont plus grandes que partout ailleurs, en particulier à la jointure des deux siècles ; le 18 décembre 1801, c’est bien de Logroño que parviennent, sur le bureau du Grand Inquisiteur, les doléances suivantes : un grand retard persiste dans le contrôle des livres, car pendant la guerre passée, devant la menace de l’arrivée des Français, on a transporté les archives dans la Serranía de Cameros, où elles ont été conservées jusqu’à la paix ; ce fut donc une période d’inaction forcée pour le tribunal qui se contentait d’enregistrer les dénonciations45 ; en revanche, à présent, avec une défection pour cause de maladie, il y a surcharge de travail, « por haberse gravado la cámara de este secreto con la invasión del ejército francés y mucha complicidad de testificados que resultan particularmente en las provincias bascongadas por delictos de adictos a las máximas de la República ». De fait à Logroño, le 14 décembre 1801, on ne compterait pas moins de 300 causes pendantes.

68Les doléances des inquisiteurs, surtout lorsqu’ils sont postés à des points stratégiques, comme le Pays Basque, ne cesseront pas pendant toute la période qui va de la Paix de Bâle à la Guerre d’indépendance. Le 21 avril 1801, le réviseur inquisitorial à Vitoria, Verástegui, répond ainsi aux alarmes du tribunal de Logroño : « Las continuas introducciones de esta clase de libros que se hacen por esta frontera según los avisos que me dice tiene V.E. me causan tanto dolor cuanto hallo menos medios para, impedirlas y atajar los graves males que ocasionan. Yo puedo asegurar a V.E. que por la aduana ninguno pasa sin que lo haya yo reconocido, pero también estoy persuadido que no todos los que internan en Castilla se presentan en las aduanas, ya porque algunos los llevarán ocultamente consigo mismo, ya también por las órdenes que otros logran de que no se les registre como embajadores etc. y hoy mismo ¡ cuánto libro o folleto no pasará con motivo del tránsito de la tropa francesa que ha entrado estos días en ésta ! Yo no puedo más que llorar estos males, ya que mi cuidado y diligencia no alcanzan ni son capaces de remediarlos ».

  • 46 Le 25 novembre 1802, Andrés de Egoaguirre, natif de Leiza, est accusé pour propositions ; il est de (...)

69Pour comble de malheur, au début du siècle il prend fantaisie à Bonaparte d’entreprendre jusqu’au Portugal, avec armes et bagages, une promenade militaire, connue en Espagne sous le nom de Guerra de las naranjas. Les réviseurs de livres baissent les bras46.

70La traduction en langue castillane du Contrat social procurée en France par Marchena affole à ce moment-là tout particulièrement la puissance publique. Le 11 août 1801, les inquisiteurs de Logroño informent la Suprema qu’ils ont ouvert un nouveau dossier sur l’introduction de livres prohibés, notamment sur la traduction du Contrat social, par un libraire-imprimeur de Bordeaux, qui a su profiter du passage des troupes françaises ; les commissaires de l’Inquisition sont bien sur pied de guerre ; mais le 30 juillet celui d’Escoriaza avoue son scepticisme : l’ouvrage sera malaisé à saisir « por cuanto en cada punto pasan tropas y artillería con mucho carruaje y a éstos tengo entendido no les registran y por lo mismo no sólo pasarán libros sino también mucho contrabando ». Même son de cloche à Vergara le lendemain : là non plus on n’a rien trouvé en dépit du zèle déployé ; le commissaire a fait proclamer en chaire qu’il est obligatoire de livrer tous les livres prohibés et d’en dénoncer les détenteurs ; on signale également les armées françaises qui passent avec leurs fourgons (« en carromatos donde conducen la artillería llevan mucho contrabando y el que mucho aprecian ellos el de los malditos libros no será éste el menor »), mais sans s’arrêter, si bien qu’il faut alerter les autorités des endroits où ils font halte : Tolosa, Villafranca, Villa Real et Mondragón.

71Pourtant il y a bien pire : « con vestido supuesto de oficiales han pasado libreros de oficio con lo que se les ha antojado » ; il y a donc ces faux officiers qui échappent à tout contrôle, car ces gens ne se laissent pas faire ; on voulait faire ouvrir une caisse, mais les autres s’emportent : « ils les menacèrent, car ils étaient huit avec l’épée dégainée » ; nos inquisiteurs ne sont pas des héros, et cette fois force ne resta pas à la loi. On craint également que l’interprète du bataillon d’artillerie n’ait passé du Montesquieu et du Rousseau (Emile, Nouvelle Héloïse, Contrat social). Le commissaire de Villafranca est franchement inquiet, redoutant qu’il se présente une avalanche d’écrits plus ou moins défendus : « no me extrañaría si me dijesen que han pasado 10 a 12000 ejemplares de todas obras ; la puerta han tenido abierta y nadie, creo, les habrá dicho : « –¿ Qué lleva vmd ahí ? » Ya veré si puedo conocer al librero, que si menudea pedir caballos en la casa de postas, harto será que no caiga ».

72A Irún, au début août, personne n’a encore diffusé le Contrat ; à Miranda on n’a pas plus de renseignements sur un libraire français qui est passé par la ville le 15 juillet, mais dont on pense qu’il n’y a rien vendu.

  • 47 E- 3008.

73En Espagne le livre étranger, et surtout français, est souvent un objet de contrebande, ce qui ne constitue d’ailleurs qu’une gêne bien relative à son importation massive. Le consul espagnol à Bayonne, interrogé par Urquijo à propos de la traduction du Contral social, s'en explique le 27 février 1800 : « En consecuencia de los deseos que V.E. ha manifestado de tener noticia de los libros prohibidos que se introducen en España cuando me mandó supiese si se había traducido en lengua española el Pacto social de Rouchau (sic) y si se había introducido en España, me parece deber participar à V.E. que a principios de esta semana ha salido de ésta para Madrid un contrabandista español al parecer natural de Cervera con una carga entera de libros prohibidos que según su cantidad será para algún librero de Madrid, pues según he podido saber pidió dicho contrabandista al librero de ésta, a saber 4 juegos enteros de las obras de Ruchau (sic), 2 juegos de las obras de Volter, 12 ejemplares de la obra Sistema de la Naturaleza por Mirabeau, 8 ejemplares de las obras de Montesquieu, varias obras de Phaine (sic), varias obras de Helvecio, muchos ejemplares de la obra intitulada Guerra de los Dioses y otras varias obras prohibidas y dejó encargado 1 500 ejemplares del Pacto social en español para cuando venga de París. Yo cuidaré de saber cuándo vengan estos ejemplares últimos y avisaré a V.E. »47

74Le 8 juin 1802, le Conseil de Castille est avisé de l’inquiétude du gouvernement devant la marée des livres étrangers ; on reprend donc la real cédula de 1784 qui établissait un contrôle strict pour tous ces livres. On trouve dans ce nouveau texte, parmi les considérants : « Habiendo acreditado la experiencia que el celo infatigable de los Ministros del Santo Oficio no alcanza a contener los irreparables perjuicios que causa a la religión y al Estado la lectura de malos libros porque la multitud de los que se introducen de los Reinos extranjeros, y la codicia insaciable de los libreros hace poco menos que inútiles sus tareas en este tan importante punto, y urgiendo poner remedio a este desorden etc. »

75Ce qui avait causé alors les alarmes de Madrid, c’est peut-être l’entrée d’un périodique rédigé en espagnol quoiqu’imprimé à Bayonne ; le 1er juin 1804, le gouverneur de Santander avisait le Secrétaire d’Etat Cevallos que cette Gaceta de comercio, literatura y política -procurée par l’officine de Duhars-Fauvet et dont le propriétaire était le libraire Gosse qui se chargeait des souscriptions- était pernicieuse : dans le n° 157 du 14 mai, il avait lu « varias especies e ideas ofensivas a la Augusta Casa y Familia de nuestros soberanos y por otra parte opuestas a todo gobierno monárquico y hereditario ». La saisie est ordonnée aussitôt ; le 30 juin, ce même Tomás de Donoju fait savoir que les Correos ont bien arrêté tous les journaux de Bayonne ; mais il craint que cela ne suffise pas à l’avenir, car les acheteurs alertés feront glisser les numéros sous double enveloppe, comme le lui a indiqué l’administrateur des postes ; le ministre Caballero est mis au courant, il ne sait répondre que ceci : cette gazette est formellement interdite pour de multiples raisons, tant politiques qu’économiques. On rappelle que, le 5 octobre 1803, Cevallos lui-même avait déjà ordonné aux Correos d’empêcher le passage d’une gazette de Bayonne, un Moniteur en castillan. Cela prouve une fois de plus que les entrepreneurs bayonnais ne se le tenaient pas si aisément pour dit.

  • 48 C- 11 287.

76Le commerce de la région de Bayonne profitait largement de la conjoncture pour inonder la Péninsule de ses produits, entre autres ses livres. Le 5 février 1806, le responsable de la Librairie, Melón, demande à son ministre de tutelle s’il peut autoriser l’impression à Madrid d’une Vida de Napoléon, où l’on ne trouve ni plus ni moins que ce qu’on peut lire tous les jours dans les gazettes ; actuellement elle vient de Bayonne où on l’a éditée ; si sa publication est permise en Espagne, on coupera court à la contrebande des libraires bayonnais. Caballero est soupçonneux (« Quels journaux ?, demande-t-il ») et rien n’est résolu48.

  • 49 C-11 288

77Le public hispanique semble avoir été particulièrement friand des livres obscènes, dont la France était à même de le fournir largement ; dans le catalogue des livres français prohibés qu’a établi M. Défourneaux, on peut voir l’importance quantitative de ce produit. En 1806, on saisit un envoi de ce type sur le pont de Miranda de Ebro ; horrifié, le subdélégué de la Librairie en poste à Valladolid en avertit Melón, qui ordonne que le tout soit livré au tribunal inquisitorial le plus proche. Les commentaires qui accompagnent cet échange de correspondance sont comme souvent assez piquants : voyant quels instruments sont employés pour corrompre les mœurs et « énerver la jeunesse », ces représentants de la puissance publique se félicitent des sages dispositions prises par le roi, notamment ce décret du 14 juin 1806 qui ordonne le brûlement de pareils livres dans les douanes mêmes ; hélas !, ajoute-t-on, ce texte n’a pas été appliqué convenablement : « por cualesquiera manos que pasen aunque sean de los más austeros inquisidores no pueden dejar de causar daño. Lo peor es que muchos de tales libros vienen por caminos extraviados en que no alcanza la mayor vigilancia a cortar enteramente su introducción ». Quelques jours plus tard. Melón apprend justement que ces satanés bouquins ont été saisis à Santo Domingo de la Calzada, preuve qu’ils sont allés se promener assez loin de Miranda ; sans doute n’y avait-il pas sur place de délégué de l’Inquisition ; aussi auront-ils eu le temps de faire des ravages que l’on se serait épargnés en les brûlant sur l’heure49

78D’ailleurs, pour ce qui est de la mission de filtrage aux portes du pays qui a de tout temps été confiée à l’Inquisition, le directeur de la Librairie pense que le Saint-Office ne s’en acquitte pas comme il devrait ; le 8 août 1805, il fait un rapport sévère au ministre à propos de livres embarqués à Santander pour les colonies américaines.

  • 50 C- 11 288.
  • 51 Inq. Livre 467, f° 110.

79La France n’hésitait pas à traiter son alliée en colonie, notamment en lui expédiant ses objets manufacturés, au nombre desquels figurent abondamment les livres. Les entrées irrégulières de livres imprimés à l’étranger redoublent dans la première décennie du siècle. Le Juez de Imprentas signale au gouvernement le cas de Barcelone : « se imprimen en Perpiñán y Tolosa de Francia con el mayor descaro en nuestro propio idioma varias obras que se introducen luego por los contrabandistas, teniendo gravísimas sospechas de ser éstas contra el Estado e injuriosas a las personas más sagradas, sin exceptuar a nuestros soberanos ». On prévient les Services des douanes, ainsi que le capitaine général, comte de Santa Clara, pour qu’ils arrêtent à tout prix ces importations. Il s’agissait encore, bien sûr, de l’« infâme brochure » intitulée Vida de la Reina50. Ce doit être le même brûlot que celui qu’un bénédictin avait vu en vente à Oloron en 1795, sous le titre de Vida privada de Luisa de Borbón, princesa de Parma y Reina de España, et agrémenté de quelques gravures51.

  • 52 C- 11 286.

80Le 17 juin 1805, l’imprimeur madrilène Gabriel Sancha proteste contre l’importation de France d’un dictionnaire franco-espagnol ; or lui-même vient de publier avec les licences nécessaires et à grands frais un dictionnaire corrigé, augmenté et amélioré par Capmany. Le directeur de la Librairie ne peut qu’appuyer Sancha ; mais, prudent, il croit devoir ajouter : « si en esta providencia no se contradice a los tratados con Francia » et demander des éclaicissements au Premier Ministre. Cevallos exhume les décrets du 20 novembre 1763 et du 9 juillet 1778 qui dans ce domaine établissaient un strict protectionnisme : « que cualquier libro que se imprimiese o reimprimiese en estos Reinos no se pudiese introducir en ellos de impresión extranjera ». Alors Melón se montre à son tour catégorique : l’édition de Sancha est bien supérieure à tout ce qu’à ce jour les Français ont pu nous envoyer, et ils ne s’en sont pas privés ; si à l’avenir on n’interdit pas expressément ces entrées, on verra bientôt les Français réimprimer tranquillement le dictionnaire de Sancha – à la lettre, ou encore de manière déguisée avec de petites additions –, puis faire des envois massifs vers l’Espagne, développant leurs propres affaires au détriment de la prospérité des Espagnols ; il urge donc de proscrire tout dictionnaire de France, quels qu’en soient l’auteur et l’édition. Melón est écouté ; le 30 octobre on lui demande d’insérer dans la Gaceta de Madrid le texte de la cédule de 1778, afin de prévenir les libraires qu’ils n’ont plus à passer commande en France ; les délégués à la Librairie seront également priés d’arrêter aux frontières tous ces livres indésirables52.

81Les choses ne changent guère dans les années suivantes, puisque Melón peut transmettre au ministre de Gracia y Justicia copie d’une lettre adressée par un libraire ou correspondant français à un collègue espagnol, datée de Bayonne le 8 février 1806 et touchant les livres dangereux expédiés depuis la France ; les décrets du 27 juin 1805 et du 26 juin 1806 une fois encore rappellent qu’il convient de former aux frontières une liste triple des livres contrôlés en présence des deux réviseurs, civil et inquisitorial ; le 11 novembre 1806, une real orden précise à nouveau au Juez de imprentas qu’il faut suivre exactement les prescriptions de novembre 1792 : pour les livres connus, qu’ils soient convenables ou bien dangereux, l’envoi de la liste à Madrid suffit ; c’est pour les douteux seulement qu’un exemplaire sera adressé au juge pour examen.

82Au cours des années qui précèdent la guerre d’indépendance, les consultations sur ces entrées de livres pernicieux faites par le ministre de la Justice, Caballero, auprès du Conseil, du Juge de l’imprimerie, du Grand Inquisiteur, sont très fréquentes, ce qui prouve, si besoin en était, que rien ne parvient plus désormais à arrêter des libraires résolus à satisfaire coûte que coûte une demande chaque jour plus importante.

Conclusion

83Les conditions de pénétration économique et culturelle ont été favorisées par la Paix de Bâle et l’alliance forcée -dans une certaine mesure contre-nature- avec la République, tant et si bien que les habitudes ont été vite prises d’attendre la manne venue de France : les entrées de livres subissent au tournant du siècle un accroissement significatif, les titres innocents passant par les douanes, les dangereux par des chemins détournés.

84Guerre ou paix, au fond qu’importe ! Pour ce qui est de la contamination idéologique, Lorenzana et les traditionalistes espagnols n’ont pas plus raison que Bourgoing et les sirènes de Paris, de Bayonne, voire de Perpignan. Les écrits français, même révolutionnaires, qui sans trop de peine avaient réussi à percer le cordon sanitaire dès les premiers temps de la Révolution – parfois malgré la guerre, souvent à la faveur de la guerre –, se faufilent toujours plus habilement, une fois les armes déposées. C’est en vain que Floridablanca et le Saint-Office avaient pensé pouvoir fermer portes et fenêtres ; il restait toujours des vents coulis. Après 1795, les verrous ayant sauté, l’air circule librement, la lumière – les lumières comme on disait – entre à flots, en dépit des douaniers et des réviseurs. C’est en fait dans ces année-là que les Espagnols firent définitivement connaissance avec les nouveautés politiques, religieuses, économiques, qui ailleurs sanctionnaient la fin de l’Ancien Régime ; c’est bien alors que les élites terminèrent l’apprentissage d’un système qu’ils mettront en application, pour les uns aux Cortès de Cadix, pour les autres au sein du « gouvernement intrus » de Joseph Bonaparte.

Notes

1 Il existe sur ces divers aspects une bibliographie innombrable ; pour le point précis des menaces de contagion idéologique après 1789, on verra notre étude, Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, Lyon, PUL, 1984.

2 J. Gómez Arteche, El reinado de Carlos IV, Madrid, 1894, t. III, p. 69-70 : “... España no ha de perder de vista y si hay algún medio de evitar el contagio del espiritu de libertad sería, ciertamente, estar en paz con su vecino, pero de manera que cada uno viviese en su casa y se gobernase en ella como tuviese por conveniente. No poniéndose sobre este pie, el mal espíritu de libertad se removería y haría tentativas continuas ; por hallarse las dos naciones tan vecinas sería menester estar siempre en defensa para precaverse contra sus frecuentes agresiones”.

3 Lorenzana lui répond sur ce point : “... Me manifiesta el peligroso estado en que se halla la Religión católica y la obediencia debida a nuestro soberano y a todas las légitimas potestades, causado por los malos libros que se han introducido en este Reino y perniciosas doctrinas y libertinaje en el modo de enseñar y discurrir en las Universidades y Academias, en tal grado que por la soberbia Humana parece que los hombres estân cansados de sufrir el yugo de las leyes divinas y humanas y quieren establecer por su capricho un ser supremo imaginario y unos derechos que borren la imagen de Dios, y en lugar de hacerle libre, le Hagan el más infeliz esclavo de sus pasiones sin freno, sin sujeción, sin Dios, sin ley y sin Rey, exponiendo a todos a que, desplegadas las velas de su entendimiento y sin el timón de la piedad, se precipiten en todos los errores de que se han seguido los funestos efectos que lloramos en la Francia y una perturbación horrible, no sólo en aquel desgraciado Reino, sino que ha trascendido a toda la Europa y aún a las demás partes del Mundo” (Archivo Histórico Nacional de Madrid, E-3124 ; toutes les références que l’on trouvera désormais renvoient à ces fonds ; C, E et Inq. désignent respectivement les sections de Consejos, d’Estado et d’Inquisición).

4 “Siendo los Franceses nuestros únicos vecinos y rayanos, sin más recurso que el mar para nuestra Península, se seguirá evidentemente dentro de algunos años que las mâximas republicanas se introduzcan en España sin arbitrio para impedirlo ; pues por más ofertas que hagan ahora de no inquietar a este Reino, jamás me persuadiré a que lo cumplan, porque el veneno con que están inficionados es muy activo, agradable a la plebe, y los ánimos están muy enconados contra la Real Casa de Borbón. Aún ahora hacen la guerra a V.M. a cara descubierta con escritos y libelos muy injuriosos en que se descubre claramente la intención dañada de persuadir a sus vecinos las utilidades que según ellos dicen se les seguirá de echar por tierra el Gobierno monárquico, y quedar todos iguales para mandar, y libres para comerciar sin las trabas de la autoridad Real y sin los gastos para mantener a ésta con todo el esplendor a que ha subido. Con todo el freno que se pone en el día a los mal impresionados, sabe V.M. que con dificultad se contienen y que en medio de la guerra introducen los Franceses sus perversos escritos y libelos, y si se hace la paz con ellos será irrémediable el estrago que causen, pues se llenará el Reino de comerciantes, artistas y viajeros de Francia” (E- 3124).

5 E- livre 9, leg. 925.

6 E- 3237-5-1.

7 J.F. Bourgoing, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, 1797, t. III, p. 314 et 332- 334. Cet avertissement se double d’une nouvelle allusion à l’Inquisition présentée comme inutile : “Il faut du courage... pour le délivrer (le peuple) de ce tribunal qu’il redoute autant qu’il le révère, et qui n’est pas même nécessaire au despotisme, s’il sait réunir la sagesse à l’énergie” (p. 328).

8 Cf. R. Herr. España y la révolución del siglo XVIII, Madrid, Aguilar, 1988, p. 272- 275 et L. Domergue, “La première traduction en langue espagnole du Contrat social (1799)”, Mélanges de la Casa de Velázquez, t. III.

9 Inq. 4430-49.

10 E-2909.

11 Inq. 4429-30.

12 Herr, op. cit., p. 343-344.

13 J.A. Llorente, Historia crítica de la Inquisición en España, Barcelone, 1896, t. II, p. 118.

14 Herr, op. cit., p. 349 sq.

15 E- 4830.

16 F. Avella Chafer, “El clero francés emigrado en Sevilla durante la Revolución1, in Archiva Hispalense (1967), sérié 2, n° 141-146, p. 117 sq.

17 E- 4830.

18 Inq. 4430-11

19 Inq. 4430-40.

20 L. Domergue, “Los lectores de libros prohibidos en los últimos tiempos de la Inquisición (1770-1808)”, in La Inquisición española. Nueva visión, nuevos horizontes, Madrid. Siglo veintiuno, 1980, p. 605-613.

21 Llorente, op. cit., t. IV, p. 97.

22 Inq. 3732-88.

23 Inq. 3730-79.

24 Inq. 3731-116. Bien d’autres dossiers pourraient être évoqués ici ; nous renvoyons le lecteur à notre étude Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française, op. cit. : cf. le Chapitre VII, La répression inquisitoriale contre les partisans de la Révolution.

25 Sur l’enthousiasme anti-français de cet évêque, on verra R. Maruri Villanueva, Ideología y comportamimtos del obispo Menéndez de Luarca (1784-1819), Santander, 1984.

26 La carta orden d’Urquijo “sirvió de regla en adelante : que el Tribunal de la Inquisición se contenga dentro de los límites de sus atribuciones, y en casos análogos se contente con velar para que, por muerte de un embajador, un cónsul, un vicecónsul, o cualquiera otro agente de potencias extranjeras, no se vendan objetos prohibidos a los españoles ni a los extranjeros naturalizados, y aún esta vigilancia sea de manera que no se haga procedimiento alguno capaz de comprometer al rey con los soberanos extranjeros, mediante que lo sucedido en Alicante y otras cosas verificadas en diferentes ocasiones, contra lo que dicta el buen orden público, contribuyen mucho a mantener y aumentar la mala opinión que las naciones tienen del tribunal del Santo Oficio de España...” (Llorente, op. cit., t. II, p. 116-117).

27 C-11 286.

28 Il s'agissait de quatre cahiers en français, qui seraient remis pour censure à l’Inquisition : Réclamations canoniques et très respectueuses adressées par les évêques soussignés à notre Très-Saint Père Pie VII contre divers actes relatifs à l’Eglise anglicane, Londres 1804 ; Suite des réclamations canoniques et très respectueuses etc. 28 (suite). Déclaration sur les droits du Roi, Londres 1805 ; Lettre latine écrite au Pape Pie VII par Mr l’Evêque de St Pol de Léon, Londres 1804, soit trois traductions en français, auxquelles s’ajoutait Le gouvernement français justifié du reproche d’inconséquence.

29 C-11 282. Bien que le ministre des finances Varela ait demandé au roi d’autoriser le retour en Espagne des commerçants juifs, on n’osa pas aller jusque-là ; la real orden du 8 septembre 1797 se contente d’autoriser les artisans étrangers -non juifs- à s’établir dans le pays et on prie l’Inquisition de ne pas les tracasser “à condition qu’ils sachent respecter les coutumes publiques”. Il n’empêche que la panique s’empare des inquisiteurs de Logroño au début du siècle : ils ont peur que quelque juif sorti du quartier Sancti Spiritus de Bayonne ne pénètre dans leur circonscription.

30 En voici la teneur : “–¿Qué nos dice Vm. de Francia y de sus extranos casamientos ? -Los casa la justicia... ; tan bien casados quedan como los demás ; ¿no sabe que cada uno pinta y escribe cómo se le antoja ? ¿jNo repara Vm. que pintar la fe con una venda en los ojos...? -Pues ¿por qué han mudado el nombre de los meses y días y no cuentan con la creación del mundo ? -Los chinos son hombres de gran talento y no llevan esa cuenta.”Puis l’inculpé enchaîne ; “De aqui vino a ajar el estado santo del Sacerdocio : “-Esto es lo mismo que decir que están Ilenándose los infiernos de Franceses, siendo así que no hay infierno y así Vms. no crean que los haiga (sic) y ríanse de eso”.

31 Inq. 3730-245. Nous avions d’abord été surprise de la mansuétude de ce jugement, car nous ignorions à ce moment-là l’intervention de l’ambassadeur de France.

32 E- 3008.

33 E- 3008.

34 E- 3008.

35 E-3107.

36 Inq. 2358. Ce dernier ouvrage désespère aussi Joaquîn Antonio del Camino, résidant à Lugo, qui, le 8 mai 1796, le dénonce à Godoy : un habitant de Saint-Sébastien lui apprend que quelqu’un est allé à Bordeaux, où il l’a vu en vente, mais a refusé de l’acheter ; quand lui-même vivait à Saint-Sébastien, il surveillait l’intrusion des productions suspectes et avait dénoncé un autre libelle ; il souhaite vivement qu’on installe dans cette ville, à faible distance de la frontière du nord, un tribunal du Saint-Office ou au moins deux commissaires revêtus d’autorité et bien dotés, comme le souhaitent beaucoup de gens de l’endroit. Godoy n’en fit rien, mais il se mit très activement à la recherche de cette biographie scandaleuse de la reine, dont on lui avait déjà parlé (E-3124).

37 Les soldats se font les porteurs des idées révolutionnaires. Le 31 janvier 1794, le Conseil d’Etat évoque les 8 000 prisonniers français qui se retrouvent en Espagne après la reddition de Port-Vendres, Saint Elme et Collioure, et dit redouter les risques que leur présence sur le sol national fait courir aux sujets du roi. Le gouvernement juge qu’il faut les expédier dans les îles, très loin de la Péninsule, “atendidas sus máximas en general y algunas ocurrencias de conmoción (informe del conde de Campo Alange) y otras del trato íntimo con españoles (informe de Godoy)” (E- Leg. 923, libro 7).

38 E- 2906.

39 E- 2209. “Mi Huici, Para que Vm. goce de los Monitores y no le cuesten nada, se los envío a la Marquesa y se los enviaré en adelante, si tengo proporción de hacerlos pasar a Irún, porque lo demás sería un chasco. Ayer envié a dicho pueblo cuatro Monitores para la Santiago ; es regular que conozca quién se los envia. No le diga Vm. nada, y mucho menos que se los envío por Vm. La ala derecha del ejército francés ha pasado también el Rin y se ha apoderado de la Corte de Manheim. Para las demás noticias me reftero a los Monitores...”

40 Inq. 4430-41.

41 E-3124.

42 Inq. 2343-2.

43 “Los abusos nacidos de la codicia de los libreros han dado lugar a varias for-malidades en las aduanas de fronteras y costas que necesariamente acarrean incomodidades y dilaciones” (E- 3008).

44 Autre plainte, le 3 février 1802, du marquis de la Colonilla auprès dUrquijo, contre Verastegui, qui a indûment retenu des livres qui lui étaient destinés ; or ce sont ceux-là mêmes que recevait Asensio (E- 3008). S’agissant de gros poissons, les tribunaux de province s’en remettent couramment à la Suprema : ainsi, le 22 octobre 1800 pour la sumaria de José de Moyua, fils du marquis de Rocaverde et frère du lieutenant-général José de Mazarredo, soupçonné d’avoir un litre de peintures obscènes et de le montrer ; ainsi encore le 11 mars 1803, pour le procès intenté contre Ortuño María Aguirre, marquis de Montehennoso, habitant Vitoria, accusé de posséder et de lire des livres interdits (Inq. 2245-1).

45 Inq. 2245.

46 Le 25 novembre 1802, Andrés de Egoaguirre, natif de Leiza, est accusé pour propositions ; il est de plus soupçonné d’avoir fait venir deux caisses de livres interdits (Inq. 2245-1).

47 E- 3008.

48 C- 11 287.

49 C-11 288

50 C- 11 288.

51 Inq. Livre 467, f° 110.

52 C- 11 286.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search