Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Quatrième partie. La période de l’alliance franco-espagnole (1795-1807)

Bayonne, porte de la Péninsule Iberique (1795-1808)

Jean Ansoborlo

Texte intégral

I

  • 1 J. Ansoborlo, L’armée des Pyrénées-Occidentales, 1793-1795, in Société des sciences et des lettres (...)

1La dissolution de l’Armée des Pyrénées-Occidentales et la ventilation de ses unités avaient suivi de près la signature de la paix de Bâle1. Un repli rapide en France avait été promis au gouvernement espagnol et en outre les autres armées françaises avaient des besoins urgents. Après les trois divisions affectées à l’Armée de l’Ouest en Vendée, la plupart des unités partirent successivement et Moncey qui, en raison de son état de santé, avait obtenu sur place le commandement de la 11e division territoriale à Bayonne, conserva un volume de forces juste suffisant face à une frontière redevenue calme. Le traité d’alliance conclu entre le Directoire et le gouvernement espagnol le 14 septembre 1796 assurait cette tranquillité.

  • 2 Sur un plan général, voir J.P. Bertaud, La Révolution armée, les soldats citoyens de 1789 à 1798, R (...)

2L’inquiétude était d’ailleurs plus intérieure qu’extérieure. L’indiscipline des troupes, la fréquence des désertions et des absences illégales, la durée anormale des hospitalisations royalistes dans les villes, exigeaient du commandement des mesures de stabilisation des unités et une série d’opérations de maintien de l’ordre qui, eurent la plupart du temps la forme de simples tournées de police2.

3Moncey commanda la division jusqu’au 5 novembre 1797. Il disposait du général Robert à Bordeaux, de l’adjudant général Guérin à Mont-de-Marsan, du général Mauco à Pau. Le chef de brigade Harispe commandait les bataillons de chasseurs basques. Le général Huet succéda à Moncey du 17.12.97 au 12.12.99, puis le général Dembarrere commanda la division avant le général Dufour qui transféra le quartier général de la 11e division de Bayonne à Bordeaux en avril 1800. Mauco avait assuré des intérims à Bayonne à deux reprises.

II

4La division avait gardé ses 4 bataillons de chasseurs basques aux ordres respectifs de Harriet, Lasalle, Hiriart et Bordarrampe. Regroupés d’abord à Saint-Jean-Pied-de-Port et à Tardets, ils furent à partir de janvier 1796 stationnés à Bayonne, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Jean-Pied-de-Port et Navarrenx. La division disposait en outre de la 114e 1/2 brigade d’infanterie (2/57e RI et 14e Bon du Bec d’Ambes). Le 3e bataillon de cette 1/2 brigade, le 10e Bon du Bec d’Ambes, avait rejoint l’Armée des Alpes aux ordres de Kellerman.

5Nous avons souligné la nécessité de stabiliser les unités ; ceci concerne surtout les chasseurs basques. Ils posèrent de nombreux problèmes qu’on peut résumer en indiquant qu’au mois d’août 96 ils étaient 600 présents dans les unités sur un effectif total de 3 300. Ceci se passe de commentaires. Moncey et Harispe firent l’impossible pour rétablir l’ordre, sanctionnèrent mais assurèrent la protection des égarés vis à vis de Paris et leur retour dans les unités. Les 4 bataillons furent réduits à un seul en septembre 1798, dirigé sur Blaye. Puis Harispe parvint à créer un nouveau 2e bataillon en novembre 1798 avec les conscrits basques de l’année, qu’il réussit à se faire affecter. Ces deux bataillons furent dirigés sur l’Armée de Réserve à Dijon. Le 1er partit de Bordeaux le 28 juillet 1800 et arriva à Dijon le 22 août, le 2e quitta Bordeaux le 14 octobre 1800 avec Harispe et parvint à destination le 5 novembre 1800.

6Ils rejoignirent ensuite l’Armée des Grisons aux ordres du Mac Donald dans les Alpes Rhétiques en mesure d’agir au profit des Armées d’Allemagne ou d’Italie. Finalement ils intervinrent au profit de celle d’Italie dans la Valteline. Après l’armistice de Steyer, ils rentrèrent en France où le 17 mai 1801 les bataillons furent dissous, le 1er fut affecté à la 15e 1/2 brigade légère, le 2e à la 17e 1/2 brigade légère. Ce fut la fin des chasseurs basques, et la fin d’une épopée. De 1793 à 1801, pendant huit ans, aux ordres de chefs de grande qualité dont le plus remarquable fut évidemment Harispe, ils accomplirent au combat et en opérations des actions d’une bravoure et d’une vigueur qui leur méritèrent la juste admiration de tous.

III

  • 3 Sur l’ensemble du sujet traité dans la présente communication, on se reportera à l’ouvrage du génér (...)

7L’évolution de la situation générale en Europe ne va pas tarder dans les premières années du XIXe siècle à mettre la péninsule ibérique au premier rang des préoccupations du Premier Consul et à donner à Bayonne et à sa région une activité extraordinaire. On sait qu’il s’agit là des premiers d’une série d’événements qui vont conduire le général Bonaparte puis l’empereur Napoléon à des erreurs irréversibles et finalement à l’échec. Pour imposer sa volonté au Portugal et ensuite à l’Espagne il va d’abord de 1801 à 1808 rassembler à Bayonne et diriger sur Lisbonne puis sur Madrid plusieurs corps, dont le tableau ci-après donne la liste et les caractéristiques essentielles. Bayonne devient ainsi une porte d’entrée en Espagne, avant d’assister à ses décisions politiques capitales (1808), puis de servir de base arrière aux années en opérations (1808-1814)3.

8Après la paix de Luneville (9 février 1801), l’Angleterre demeurait le seul adversaire de la France. Des différents aspects possibles de la lutte contre celui-ci, la fermeture des ports européens au commerce britannique était l’un des plus indispensables. Cette mesure que l’on n’appelait pas encore le Blocus Continental devait pour être efficace s’étendre à toute l’Europe, bien sûr à la Péninsule Ibérique, surtout au Portugal, colonie traditionnelle des Anglais. Bonaparte avait contre ce petit pays une rancune particulière, il ne lui pardonnait pas d’avoir participé aux opérations maritimes de Malte et d’Alexandrie aux côtés des Anglais pendant la campagne d’Egypte. Dans un ordre du jour à l’Armée d’Orient il avait proclamé : « Un temps viendra où la nation portugaise paiera avec des larmes de sang l’outrage qu’elle a fait à la République »...

L’INVASION DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE 1801-1808

DATE

DENOMINATION

CHEF

COMPOSITION

OBSERVATIONS

Février 1801

Corps d’observation de la Gironde

LECLERC

15.000 H.
9 Bataillons

But : Imposer an Portugal rupture avec
Angleterre. Exécution tacite, alliance avec l’Espagne 1796. Mai 1801 débouché de Badajoz.
Paix de Badajoz puis de Madrid 29 septembre 1801.

Sept. 1803

Camp de Bayonne

AUGEREAU

15.000 H.
2 Divisions

But : Effrayer Portugal. Dissous fin décembre 1803.

Août 1807

1er corps d’observation de la
Gironde

JUNOT

25.000 H
3 Divisions

But : Invasion Portugal et son partage suite au Traité de Fontainebleau
27 octobre 1807.
Bidassoa. 18 oct. Lisbonne .30 nov. 1807.
Décret de Milan 23 décembre 1807.

Novembre
1807

Corps d’observation de la Gironde

DUPONT

24.000 H (Conscription anticipée 1808)

But : Soutien de junot
Bidassoa 22 nov. 1807. Valladolid.
janvier 1808

Décembre
1807

Corps d’observation des Côtes de l’Océan

MONCEY

34 000 H (Dépôts de l’Est)

But : L’Espagne.
Bidassoa. 9 janvier 1808. Burgos.

Janvier 1808

DARMAGNAC
DUHESME

Occupation St-Sébastien – Pampelune
Figueras – Barcelone

Février 1808

Corps d’observation des Pyrénées-Occidentales

BESSIERES

19.000 H
3 Div.

Février 1808

MURAT

Burgos. 13 mars. Madrid 23 mars

9Dès qu’il le put, le Premier Consul s’efforça d’entraîner l’Espagne dans un conflit contre le Portugal. L’Espagne avait de nombreuses raisons, dont des raisons familiales, de n’en rien faire, mais elle ne sut résister à Bonaparte comme elle l’avait fait au Directoire. Pour l’entraîner un corps dit d’observation fut rassemblé à Bayonne en février 1801.

  • 4 F. Morel, Bayonne, Vues descriptives et historiques, 1836, p. 96.

10Le général Leclerc qui commandait ces 15 000 hommes, était le mari de Pauline, l’une des sœurs du Premier Consul. Son corps rassemblé à Bayonne comprenait 9 bataillons, 24 pièces d’artillerie et un millier de chevaux. Accueilli à Irun, conduit par les Espagnols sur Burgos, Valladolid, Salamanque jusqu’à Ciudad-Rodrigo, Leclerc y rassembla ses forces pendant que 40 000 Espagnols se regroupèrent à Badajoz. Mais Espagnols et Portugais n’avaient aucune envie de se battre. « Pourquoi nous battre disait le duc de Lafoès, général en chef des forces portugaises, vieillard (de 82 ans) pétillant d’esprit, à un des principaux officiers de l’armée espagnole, Don Francisco Solano, pourquoi nous battre ? Le Portugal et l’Espagne sont des mulets de charge. L’Angleterre nous a lancés, la France nous aiguillonne. Sortons, agitons nos clochettes s’il est nécessaire, mais au nom de Dieu ne nous faisons pas de mal. On rirait trop à nos dépens »4. Malgré la présence de Leclerc « qui ne fit pas un pas hors de ses cantonnements », il n’y eut pas de combats mais un armistice le 6 juin, suivi de la paix de Madrid du 29 septembre 1801. A l’issue de cette promenade espagnole, les troupes rejoignirent Bayonne et leurs garnisons respectives après une difficile traversée des Landes inondées. Le Portugal fermait ses portes aux Anglais... en principe.

11La situation change après la rupture de la paix d’Amiens 1803. Les hostilités reprenant avec l’Angleterre, il faut absolument obtenir des Portugais la fermeture de leurs ports aux bâtiments anglais. Lannes, ambassadeur à Lisbonne, puis Junot, qui le remplacera, l’exigent. Et à l’appui de cette démarche diplomatique, un corps d’observation de la Gironde, dont la dénomination ne dissimule désormais plus rien, se rassemble à nouveau en octobre 1803 à Bayonne. 15 à 18 000 hommes stationnent autour de la place forte aux ordres d’Augereau et constituent le Camp de Bayonne. Le quartier-général s’installe au château de Marrac, qui fait ainsi sa première apparition dans l’histoire militaire.

12Le général Donzelot est le chef d’Etat-Major du corps. Le général Dorsener commande l’artillerie et le colonel Lagatine le génie. Les deux divisions sont commandées par les généraux Mathieu et Carra St-Cyr qui disposent respectivement des généraux de brigade Laparque et Lapisse, Sarrot et Varre. Les unités d’infanterie sont :

  • les 7e et 20e demi-brigades d’infanterie légère

  • les 3e, 26e, 44e, 63e, 77e, 79e, 83e, et 105e 1/2 Brigades d’infanterie de ligne.

13La cavalerie aux ordres du général Grouchy et du général de brigade Bonardy St-Sulpice comprend la 10e de hussards et les 19e, 24e et 25e de chasseurs.

14Cela crée une nouvelle et certaine agitation dans Bayonne et ses environs. Connaissant la menace, les Portugais cèdent à nouveau, le Camp de Bayonne est dissous avant même d’être rassemblé au complet, le corps d’Augereau est affecté fin 1803 à l’Armée des Côtes de l’Océan à Brest dont l’objectif provisoire est l’Irlande. Il deviendra le 7e corps d’armée qui, sous le même chef, à défaut de gloire portugaise ou irlandaise, ira cueillir en 1805, des lauriers mérités sur les champs de bataille du Danube et du Tyrol.

15Le 14 août 1806, l’empereur occupé par les affaires de Prusse et par la constitution de la quatrième coalition, une escadre anglaise se présente à l’embouchure du Tage. Cette présence sera sans suite, autre que celle de confirmer l’empereur dans l’idée qu’il faudra, dès que cela sera possible, résoudre le problème portugais. Mais Bayonne voit arriver de nouvelles troupes, il s’agit de 2 bataillons de volontaires italiens, simple précaution ? Premiers éléments d’un rassemblement plus important ? L’affaire en restera là, les opérations de Saxe et de Pologne ayant occupé l’empereur jusqu’à Tilsitt c’est-à-dire en juillet 1807.

  • 5 Décret instituant le Blocus Continental. (21 Nov. 1806)

16Les mains libres à l’Est pour appliquer les prescriptions du Décret de Berlin5, 25 000 hommes sont rassemblés sous Junot à Bayonne en août 1807. Il s’agit d’un nouveau corps d’observation de la Gironde dont la mission est cette fois l’invasion du Portugal. Il ne s’agit plus d’une simple menace. Le choix de Junot, qui avait été ambassadeur à Lisbonne de 1802 à 1805, est bon. Il réside dans la maison Dubroco et ses troupes stationnent autour de Bayonne. Le quartier-général et la 1re division (Delaborde) dans Bayonne même, la 2e division (Loison) entre St-Jean-de-Luz, Hendaye et Dehobie, la 3e division (Trarot) à Navarrenx et St-Jean-Pied-de-Port. La cavalerie aux ordres du général Kellerman est à Pau, Oloron, Aire et Castelnau. Le général Taviel commande l’artillerie de l’armée et le colonel Vincent, directeur du génie de Bayonne est attaché à l’armée.

17Des conversations franco-espagnoles menées par Duroc, grand maréchal du Palais, et par Izquierdo, représentant de Godoy à Paris, aboutissent au traité de Fontainebleau du 27 octobre 1807, qui décide tout simplement la disparition du Portugal en tant qu’État indépendant et son partage entre la France et l’Espagne. Junot n’a pas attendu, sans doute par ordre, la conclusion du traité pour entrer en Espagne. La 1re division passe la Bidassoa le 18 octobre et entame une marche qui par Burgos, Valladolid, Salamanque, Alcantara, Abrantes, conduira le corps à Lisbonne. Cette marche ne fut pas des plus brillantes. Le corps de Junot arriva de manière désordonnée sur son objectif.

18C’est que les cadres comme la troupe qui avaient été rassemblés à Bayonne n’avaient pas les qualités de ceux de la Grande Armée. Seuls les 70e et 86e régiments d’infanterie étaient constitués de militaires anciens, le reste de l’infanterie, par la volonté de l’empereur, comprenait essentiellement les 3e bataillons des régiments, c’est à dire des unités de jeunes soldats en cours d’instruction, tirés des dépôts. La cavalerie était fournie par la conscription de 1807. Les difficultés et la longueur de la route, les intempéries et les obstacles rencontrés désorganisèrent la marche des colonnes, qui perdirent 1700 hommes de Bayonne à Lisbonne.

19Junot s’installe à Lisbonne, les souverains portugais s’étant exilés au Brésil, partage comme prévu le Portugal avec les Espagnols, et réduit l’armée portugaise de 36 000 à 10 000 hommes. Au début du mois de mars 1808, il dirige sur Bayonne un corps de 8 à 9000 Portugais pour être intégré à la Grande Armée. Aux ordres du lieutenant-général Gomez Freire, 4000 désertèrent pendant la traversée de l’Espagne, 600 sont laissés dans les hôpitaux, 3240 arrivent à Bayonne où l’empereur les passe en revue le 22 mai 1808. Ceux qui sont ainsi restés forment une Légion portugaise, utilisée par bataillons dans le cadre de la Grande Armée et il faut rappeler leur conduite brillante à Wagram, Smolensk et Moscou.

20En raison de son éloignement, sans doute aussi de sa qualité relative, le corps de Junot ne pouvait demeurer isolé au Portugal. Aussi dès son départ se rassemble à Bayonne en novembre 1807 un 2e corps d’observation de la Gironde, sous le général Dupont qui vient de se couvrir de gloire en Autriche et en Prusse. 24 000 hommes, 3 500 chevaux, 38 pièces d’artillerie le constituent, avec à nouveau beaucoup de très jeunes soldats provenant de la conscription de 1808 anticipée. Sa mission est simple : assurer le soutien de Junot. Les divisions des généraux Barbon (le), Vedel (2e), Malher (3e), la cavalerie du général Fresia, l’artillerie du général Simon Faultrier, le génie du général Dabadie, entrent en Espagne à partir du 22 novembre 1807 et stationnent autour de Valladolid à partir de janvier 1808.

21Jusqu’à la fin de novembre 1807, on peut dire que ces troupes rassemblées à Bayonne et dirigées sur la péninsule ibérique ont effectivement pour raison fondamentale le blocus continental, pour objectif le Portugal, et que leur volume et leur dispositif résultent de précautions militaires élémentaires. Mais que dire, lorsqu’en décembre 1807, un nouveau corps se rassemble à Bayonne, le corps d’observation des Côtes de l’Océan, 34 000 hommes sous le maréchal Moncey. Le soutien de Junot justifie la présence de Dupont, mais celle du maréchal Moncey dépasse les besoins. C’est que l’objectif de l’Empereur n’est plus le Portugal mais l’Espagne. Et là, à Bayonne, nous sommes, sur le terrain, en présence du premier indice apparent et indiscutable de l’évolution de la pensée impériale.

22Le volume des troupes certes, mais aussi la personnalité des chefs pourraient nous montrer qu’il s’agit bien désormais de l’Espagne. Celle du maréchal Moncey, l’ancien commandant de l’Armée des Pyrénées-Occidentales en 1794, après avoir été celui de la division de St-Jean-Pied-de-Port, le chef qui a conduit les soldats de la Révolution jusqu’à l’Ebre en 1795 avec une compétence militaire et une sagesse politique qui lui ont mérité l’estime de ses adversaires, la considération des populations des provinces occupées, et même celle du roi Charles IV. Celle de son chef d’état-major, le général Harispe que Clarke, ministre de la guerre a affecté auprès de lui sur sa demande. Les missions qui seront données à ce corps ne l’orienteront sans doute pas vers le Portugal.

23Moncey et Harispe sont à Bayonne le 2 janvier 1808. Les divisions de leur corps sont : à Bayonne, 1re division général Musnier de la Conserverie, à Dax, 2e division général Morlot, à Mont-de-Marsan 3e division général Gobert. A la tête de la cavalerie le général Grouchy a 2 régiments de dragons à Pau et 2 régiments de hussards à Orthez. L’artillerie du général Cowin est à Peyrehorade. Le génie est aux ordres du général Cazal.

24Les unités franchissent la Bidassoa à partir du 9 janvier, le quartier-général s’installe à Burgos, les troupes se répartissent dans les provinces basques. L’invasion est commencée.

25Elle va se poursuivre aux deux extrémités des Pyrénées. Tous les 3e bataillons des régiments du corps de Junot, qui a pris la dénomination d’Armée du Portugal, les bataillons de réserve cantonnés dans la région de St-Jean-Pied-de-Port entrent en Navarre. Le général Darmagnac à la tête d’un bataillon de chacun des 15e, 47e et 70e de ligne entre à Pampelune et s’empare par surprise de la citadelle sous les yeux de la garnison médusée. Le général Duhesme fait la même chose en Catalogne avec 11 000 hommes, prend Figueras et Barcelone. Le général Thouvenot installe un centre de transit des personnels à St-Sébastien, ce qui, étant donné le volume permanent des transitaires allant ou venant des armées, le rend pratiquement maître de la ville. Les Français tiennent ainsi sans rien dire tout le nord de l’Espagne. Les troupes espagnoles, sans ordre, regardent sans comprendre.

  • 6 Archives de la défense, SHAT, archives modernes, cartons XJ5 et XP19 (camp de Bayonne).

26Et à Bayonne un nouveau corps se rassemble. Il s’agit du corps d’observation des Pyrénées-Occidentales, 19 000 hommes sous Bessières, Duc d’Istrie, l’un des quatre colonels généraux de la garde. Les trois divisions Merle, Verdier et Lassalle entrent en Espagne à partir de février6.

  • 7 Mémoires du général baron Thiebault, Paris, 1893-1895.

27Enfin le volume des troupes en Espagne est désormais tel qu’il lui faut un chef. C’est Murat, grand-duc de Berg, beau-frère de l’empereur, mari de l’intrigante Caroline, nommé lieutenant de l’empereur en Espagne qui est désigné. Il arrive à Bayonne le 26 février 1808 accompagné d’un état-major comprenant en particulier le général Exelmans et le chef d’escadron Dupin, le père de Georges Sand. Murat est reçu par la municipalité bayonnaise avec les honneurs dus à son rang, et le grand-duc de Berg à son tour enthousiasme les Bayonnais et les Bayonnaises, par sa splendeur des uniformes que sa taille et sa vigueur lui permettent de porter de manière inégalable. Le 7 mars il passe sur les glacis la revue de la garde d’honneur bayonnaise. La garde d’honneur basque fixe son attention. Elle est composée « des plus beaux hommes de tout le pays portant le béret bleu, orné d’un large gland, une jaquette rouge, une culotte et des demi-guêtres noires, le fusil à baïonnette et le sabre d’infanterie »7. Le préfet des Basses-Pyrénées, le général de Castellane, sera chargé de former une compagnie de Basques qui devront servir de guides à Murat. Les 60 premiers se mettent en route pour Madrid le 24 mars et y parviennent en 15 jours. Murat, qui avait quitté Bayonne le 9 mars, était à Burgos le 13 et entrait à Madrid le 23 mars avec le corps de Moncey qui, pendant son mouvement, avait été très bien accueilli par les populations.

28Le premier acte de l’affaire d’Espagne est joué.

29Le rassemblement à Bayonne et autour de la ville d’effectifs aussi importants, l’organisation et le départ des différents corps outre Pyrénées, l’arrivée de nouvelles formations donnent une physionomie et une activité exceptionnelle à la ville et à ses environs.

  • 8 J. La Vallée, capitaine au 41e régiment, Voyage dans les Départements de la France. Rapporté par Du (...)

30A la lecture des souvenirs de quelques-uns de ceux qui y sont passés nous retenons : « Propreté, gaieté, élégance, mouvement, voilà ce que Bayonne offre au premier aspect ; et l’unique sentiment qu’elle fait éprouver est le désir d’y retourner. Les rues sont larges et propres, les places publiques nombreuses et bien entretenues. La promenade publique est bien ombragée »8.

  • 9 Mémoires du général baron Paul Thiebault.

31« A cette contrée (il s’agit des Landes)... succède brusquement un pays pittoresque et fertile, à l’ouest duquel et à la jonction de la Nive et de l’Adour, surgit la capitale du peuple le plus vif, le plus gai, le plus agile ; pays non moins remarquable par la beauté de ses habitants que par l’élégance de leur costume, pays que la Bidassoa sépare de la Biscaye, célèbre par ses Biscaïens, comme Bayonne l’est par ses baïonnettes »9.

32Sur les paysages et la population ainsi décrits il faut « plaquer » la présence des militaires, de leurs tenues, de leurs activités, et de leurs besoins. Ils sont nombreux et les couleurs de leurs uniformes mettent dans la verte ceinture de l’agglomération l’éclat de la vie. Ils cantonnent ou bivouaquent hors les murs sur les terrains militaires de la Porte d’Espagne, des glacis, du vaste camp Saint-Léon et les cérémonies qu’ils organisent ont un attrait inhabituel. Ils doivent vivre, s’équiper et ces besoins impliquent l’arrivée en ville, le stockage et la répartition des matériels et des denrées qui leur sont normalement attribués. Mais comme toujours le soldat a des besoins supplémentaires et le commerce bayonnais est florissant et par conséquent souriant. Les chefs sont installés en ville avec leurs états-majors et aides de camp. Autour des beaux immeubles intra-muros les allées et venues sont permanentes et paraît-il, également bruyantes au point de troubler la sérénité des décisions de justice du tribunal voisin.

33L’activité se poursuit en dehors de la ville. L’itinéraire qui conduit en Espagne par Saint-Jean-de-Luz et Hendaye est en permanence parcouru par des unités complètes, des détachements de renfort, le charroi des bagages et du ravitaillement entre les corps et leurs dépôts restés en France, par les malades et les convalescents, les isolés rejoignant leurs formations, les prisonniers évacués. C’est dire que dans Bayonne et en direction de la frontière d’incessants mouvements animent le paysage. Et pourtant en ce début de 1808 nous sommes seulement au début d’une activité qui va prendre une ampleur encore plus considérable.

Notes

1 J. Ansoborlo, L’armée des Pyrénées-Occidentales, 1793-1795, in Société des sciences et des lettres de Bayonne, 1985, n° 141, pp. 189-212.

2 Sur un plan général, voir J.P. Bertaud, La Révolution armée, les soldats citoyens de 1789 à 1798, R. Laffont, Paris, 1985.

3 Sur l’ensemble du sujet traité dans la présente communication, on se reportera à l’ouvrage du général Maximilien Foy, Histoire ries guerres rie la Péninsule, aux travaux de Ducer publiés dans la revue de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne en 1899 et de 1901 à 1910 et à l’ouvrage plus récent de C Derozier, La campagne d’Espagne, 2 vol., Paris, 1971.

4 F. Morel, Bayonne, Vues descriptives et historiques, 1836, p. 96.

5 Décret instituant le Blocus Continental. (21 Nov. 1806)

6 Archives de la défense, SHAT, archives modernes, cartons XJ5 et XP19 (camp de Bayonne).

7 Mémoires du général baron Thiebault, Paris, 1893-1895.

8 J. La Vallée, capitaine au 41e régiment, Voyage dans les Départements de la France. Rapporté par Ducéré, SSLA.

9 Mémoires du général baron Paul Thiebault.

Auteur

Société des sciences, lettres et arts de Bayonne

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search