Versión clásicaVersión móvil

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Quatrième partie. La période de l’alliance franco-espagnole (1795-1807)

Des rapports commerciaux de Bayonne avec l’Espagne de 1795 à 1807

Pierre Hourmat

Texto completo

1Nous nous proposons de présenter quelques considérations générales sur les rapports commerciaux de Bayonne avec l’Espagne de la Révolution au Consulat et de développer deux éléments de la politique commerciale de Bayonne dans ses rapport avec l’Espagne : celui de la constitution commerciale et celui de la politique sanitaire.

I. Les échanges commerciaux entre Bayonne et l’Espagne – Généralités. Avant la Révolution, deuxième moitié du XVIIIe siècle.

  • 1 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne des origines à la Révolution Française de 1789, Bayonne, 1986, (...)
  • 2 Voir J. Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, 1990, p. 56.

2La place considérable occupée par l’Espagne dans les échanges commerciaux de Bayonne s’explique aisément par la situation de la ville dont on se plaisait à dire qu’« elle semblait être moins la dernière ville de France que la première d’Espagne » et que « l’on devait considérer Bayonne comme un port d’Espagne et non comme un port de France »1 . (1) Affirmation que nous ne retenons ici que pour souligner l’importance du rôle tenu par l’Espagne dans le commerce bayonnais, mais affirmation contestable : de 1750 à 1784, 38 % du trafic du port de Bayonne se faisait avec l’Espagne... et 45 % avec les ports français.2

3Ces échanges maritimes avec l’Espagne se font essentiellement avec les ports du Guipuzcoa et de la Biscaye, dont Saint-Sébastien et Bilbao. Près des 2/3 des navires venant d’Espagne arrivent de ces deux ports basques et près de la moitié des navires quittent Bayonne pour l’Espagne, se dirigent vers l’un ou l’autre de ces deux ports.

4Ce trafic maritime de Bayonne avec l’Espagne fait ainsi une large place au cabotage à courte et moyenne distance, assuré par des bateaux de faible tonnage, voire de petites barques, qui s’accommodent par ailleurs, plus facilement des difficultés de franchissement de l’obstacle de la barre à l’embouchure de l’Adour. Ce cabotage avec l’Espagne s’inscrit dans la vaste aire de cabotage des ports bretons à Bilbao.

5Le cabotage avec l’Espagne fait une large place aux barques espagnoles entrées sur lest dans le port de Bayonne. Quant aux navires français se livrant à la navigation au long cours, certains étaient autorisés à toucher, au retour, à Saint-Sébastien et rentraient sur lest. Ajoutons que les chantiers bayonnais de constructions navales travaillent également pour les ports de la côte basque espagnole.

6La place de l’Espagne dans les échanges commerciaux de Bayonne était accrue par un trafic terrestre qui se faisait entre la place de commerce et la Navarre, l’Aragon, la Castille. Plus difficile à chiffrer, ce trafic comportait essentiellement le transport sur Bayonne des laines de Castille et d’ailleurs, et le transport vers l’Espagne de produits manufacturés et de produits coloniaux. Ces échanges utilisaient surtout la voie de Bayonne à Aïnhoa, le Baztan et Pampelune. En 1784, le transport de la seule laine nécessitait 8000 mulets et 1600 conducteurs.

7Les laines d’Espagne arrivant à Bayonne étaient redistribuées dans les villes industrielles du royaume mais également à l’étranger. En retour les étoffes importées à Bayonne étaient réexpédiées vers l’Espagne. Autre élément du commerce bayonnais avec l’Espagne : les eaux de vie (de l’Armagnac en particulier) expédiées vers Bilbao et Saint-Sébastien en fin de notre période. Les produits coloniaux et plus particulièrement le cacao étaient également fournis par Bayonne à la Navarre et à l’Aragon surtout, Bayonne s’approvisionnant en cacao en Hollande et au Portugal.

  • 3 ibid. et Arch. Com. de Bayonne FF526.

8Enfin, bien que fort mal connue, l’importation à Bayonne et le commerce des piastres et des matières d’or demeurent des éléments importants et originaux des activités bayonnaises. N’oublions pas que l’intendant d’Etigny parle en 1755 « de la quantité prodigieuse de matière d’or et d’argent d’Espagne et du Portugal » qui passe à Bayonne et en 1786 il est encore question « des quantités immenses d’or et d’argent » qui passent par Bayonne pour la Monnaie de Paris et les banquiers parisiens.3 A Bayonne même on modernisait alors l’Hôtel des Monnaies.

II. Les débuts de la Révolution 1789-1792

  • 4 Voir P. Hourmat op. cit. p. 558.

9Les Lettres patentes de Louis XVI, le 4 juillet 1784, accordaient le régime de la franchise à Bayonne, à Saint-Jean-de-Luz et au Pays de Labourd (sur la rive gauche de la Nive). Les résultats obtenus par le commerce bayonnais de 1784 à 1789 confirmaient l’essor du trafic maritime. Le transit des marchandises destinées à l’Espagne tripla4.

  • 5 Arch. com. de Bayonne, FF526.

10Cette tendance se maintint en 1789-1790 à une restriction près : la crise de subsistances que connaît alors le royaume de France, et les mouvements populaires qui agitent Bayonne au printemps (émeute de femmes) et à l’été 1789 (émeute de journaliers) font interdire toute « extraction » de grains pour l’étranger et en août 1790 une ordonnance de police municipale défendait également l’extraction pour l’étranger, du lard, gras de cochon, petit salé, « ni par mer, ni par terre ».5

11Toutefois les premières perturbations sérieuses dans le commerce de Bayonne avec l’Espagne n’apparurent qu’en 1795. La détérioration des rapports politiques entre la France et l’Espagne, au temps de Varennes, y préluda. Fin 1791 et début 1792, la société populaire et la municipalité dénoncèrent l’hostilité de la population de Bilbao aux commerçants bayonnais et l’action des émigrés.

  • 6 Arch. com. de Bayonne, 2D9.

12La crainte de la disette (octobre 1792) nuisait à la liberté du commerce des grains et le Conseil Général s’inquiéta de la prohibition, décrétée par la Convention, de l’exportation des monnaies étrangères d’or et d’argent. C’était là « un coup funeste porté au commerce de la place » car Bayonne était « un marché continuel des matières espagnoles et nos voisins déposaient ici le numéraire de leur pays, destiné pour toutes les contrées de l’Europe... et cette place était un point de réunion pour toutes les filtrations du numéraire espagnol qui s’échappait par terre et par mer ». Ne plus pouvoir réexporter ce numéraire portait un rude coup au commerce bayonnais qui réclamait instamment la liberté de cette exportation par mer... elle faciliterait, par exemple, les approvisionnements à faire en Amérique du Nord6.

  • 7 Un exemple : le 23 novembre 1792 on demandait au Directoire du District d’Ustaritz d’interdire même (...)

13Dès ce mois d’octobre 1792 dans la conjoncture d’hostilité des esprits qui s’établit entre l’Espagne et la nouvelle République, les autorités locales et la société populaire s’inquiétaient de toute exportation de comestibles vers l’Espagne et étudiaient les moyens d’empêcher la contrebande.7

III. De la guerre à la paix et à l’alliance 1793-1795

  • 8 Arch. com. de Bayonne, 2D9.

14Le 7 mars 1793 la Convention Nationale déclarait la guerre au roi d’Espagne et le 23 mars l’Espagne la déclarait à la France. Le 29 mars, société populaire et conseil général de la commune, faisaient savoir au Directoire du District que « du bétail passerait encore en Espagne ! » ; les habitants du Pays Basque, ajoutaient-ils, sont accoutumés à ce genre d’échanges et de contrebande...8. Mais la présence sur le terrain de l’Armée des Pyrénées Occidentales empêcha très vite ces échanges.

15Par ailleurs l’échange, imposé sous peine de mort, du numéraire contre les assignats, ruina l’épargne du commerce et « les beaux doublons espagnols disparurent des bas de laine bayonnais ». En ces années d’économie de guerre et d’interruption de tout commerce, quelques prises de corsaires vinrent atténuer la crise de subsistances et, bientôt, l’occupation « des pays conquis » en Espagne permit au commerce bayonnais de renouer dès le temps de guerre avec la tradition des échanges avec ce pays.

16Le 22 juillet 1795 était signé à Bâle le traité de paix entre la République Française et le roi d’Espagne. « En attendant, précisait l’article 11, qu’il soit fait un nouveau traité de commerce entre les parties contractantes, toutes les communications et relations commerciales seront rétablies entre la France et l’Espagne sur le pied où elles étaient avant la présente guerre.

17Il sera libre à tous négociants français de repasser et de reprendre en Espagne leurs établissements de commerce et d’en former de nouveaux, selon leur convenance en se soumettant, comme tous autres individus, aux lois et usages du pays.

18Les négociants espagnols jouiront de la même faculté en France et aux mêmes conditions ».

  • 9 Arch. com. de Bayonne, FF526.

19Peu après la réception du traité, le directeur général des postes de l’armée des Pyrénées-Occidentales, le citoyen Rigolot, adressait à la municipalité de Bayonne un avis par lequel les citoyens étaient prévenus de l’ouverture de la correspondance et des relations commerciales entre la République française et l’Espagne « à compter de lundi prochain, vieux style ». Le départ du courrier pour l’Espagne aurait lieu les lundi et vendredi, à midi : « les lettres pourraient être jetées dans les deux bureaux de poste et passé 11 h, seraient remises au courrier suivant ».9

20La Chambre de commerce de Bayonne ayant été supprimée en 1791, il appartenait aux citoyens correspondants du bureau de commerce, à Bayonne, de présenter leurs vues et observations » sur la possibilité de faire refleurir le commerce dans le département des Basses-Pyrénées », comme le leur demanda le bureau de commerce, en octobre 1795. Les correspondants firent savoir que « les Espagnols, aussitôt la paix faite, avaient porté à Bayonne des froments, du maïs, de l’orge, de l’huile, du savon, du fer, des peaux diverses, des laines, objets bien précieux et bien utiles dans la circonstance ». Il serait à désirer, ajoutaient-ils, qu’ils puissent continuer, surtout pour les comestibles. Mais pour cela, il leur faudrait des échanges ; or la sortie des cacaos, sucre, café, planches de pin et matières résineuses que ces Espagnols avaient cru pouvoir acheter, était prohibée par le décret du 12 pluviose an 3, 31 janvier 1795, et les Espagnols n’avaient pas été autorisés à emporter ces produits.

  • 10 Arch. Ch. de Commerce de Bayonne, G16.5.

21Dans sa lettre du 16 vendémiaire an 4, 18 octobre 1795, le bureau de commerce (établi par le Comité de Salut Public, le 4 ventôse an 3, 22 février 1795) observa qu’il était dans ses principes que les exportations et importations fussent libres, qu’il était pour des échanges réciproques entre France et Espagne. Mais les circonstances ne permettaient pas de demander au Comité du Salut Public, de reporter le décret du 12 pluviose an 3 ; il fallait attendre l’établissement du nouveau gouvernement (du Directoire, octobre 1795) : ce dernier saurait prendre les moyens propres à concourir à la prospérité du commerce.10

22Les interdits tardèrent à être levés et l’alliance espagnole ne tint pas ses promesses, telles que les avait espérées le commerce bayonnais. Celui-ci retrouvait par ailleurs les entraves d’une législation douanière protectionniste.

  • 11 Arch. Ch. de Commerce de Bayonne, G16, 18. Discours des ministres de l’intérieur et des Finances pr (...)

23L’un des meilleurs représentants du commerce bayonnais, Basterrèche, pouvait parler d’un retour « au temps de calamité » (octobre 1796) et s’il participe, à Paris, à la réunion des députés du commerce des principales villes de la République, les mesures annoncées ne lui donnèrent guère satisfaction11.

24Il n’est pas étonnant dès lors, qu’au lendemain du Coup d’État de Brumaire et alors que se mettait en place un nouveau régime d’ordre, la franchise du port ait été une nouvelle fois revendiquée par le commerce de Bayonne.

IV. Le débat sur la constitution commerciale de Bayonne et le problème des échanges avec l’Espagne, en 1802

  • 12 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne, T II, La Révolution, 1789-1799, Bayonne, 1992. p. 32.

25Le débat ouvert dans les années 1780 sur la franchise réclamée par le négoce bayonnais réservait, dès le début, une place importante au sort des échanges commerciaux entre Bayonne et l’Espagne. L’expérience de six années de liberté commerciale (1784-1790) due aux lettres patentes du 4 juillet 1784 alimenta le nouveau débat qui s’ouvrit en 1790, dans un contexte politique plus agité12. Les pro-franchistes avancèrent que depuis 1784 le nouveau régime de liberté commerciale avait favorisé le commerce avec l’Espagne, le transit qui lui était destiné ainsi que l’entrée de l’or et de l’argent espagnols dans le royaume de France au profit des monnaies de Bayonne, de Pau, de Bordeaux et des orfèvres bayonnais. Par ailleurs pendant ces six années, le nombre des vaisseaux de commerce destinés aux échanges entre Bayonne et l’Espagne avait considérablement augmenté et la balloterie, par voie de terre, avait plus que triplé et ce trafic amenait un plus fort retour de piastres en France.

  • 13 Arch. Nat. AD WVI 59. Rapport fait à l’Assemblée Nationale par Delattre contre la franchise du port (...)

26Mais les anti-franchistes remarquèrent que le régime de port franc pouvait être remplacé, avec les mêmes avantages, par le système d’entrepôt, comme le commerce de l’étranger avec l’étranger, concernant l’Espagne. Ils croyaient pouvoir affirmer que la franchise favorisait la contrebande. Quant à l’importation des piastres et métaux précieux, l’un d’eux considérait que Bayonne avait jeté de l’éclat « tant que les mines du Pérou coulèrent en abondance », ce qui n’était plus le cas. Il n’était pas d’ailleurs besoin de la franchise pour attirer le numéraire espagnol : les échanges de produits entre les deux pays y suffisaient, et « la quantité de numéraire arrivé à Bayonne y était attirée par le gain qu’il y avait à faire sur la valeur des espèces... et ce commerce existera tant qu’il offrira un bénéfice certain »13.

  • 14 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne, T II, p. 276.

27Si l’Assemblée Constituante et la Législative ajournèrent le problème du maintien ou de la suppression de la franchise du port de Bayonne, l’état de guerre avec l’Espagne amena sa disparition, de facto, et la loi du 11 nivose an 3, 31 décembre 1794, la supprima pour les trois ports de Bayonne, Dunkerque et Marseille.14

28Après le coup d’Etat de Brumaire, l’avènement d’un nouveau régime et d’un nouveau gouvernement d’ordre qui se voulait « restaurateur », fut l’occasion pour le commerce bayonnais de réclamer le rétablissement de la franchise du port de Bayonne et du Labourd.

29Dans les premières années du Consulat (1801-1802) le commerce bayonnais avait beau jeu de dénoncer la suppression de la franchise comme le résultat « des maximes absurdes du temps de délire qui fut celui de la Révolution » et d’affirmer que les arguments avancés en faveur de cette franchise en 1780-1784 gardaient en 1800-1802 toute leur force de conviction.

30Le débat rouvert entre la régie des Douanes et le Conseil de Commerce de Bayonne (la Chambre de commerce de Bayonne n’était rétablie que le 12 germinal an 11, 9 avril 1803) révéla une nouvelle fois l’importance du problème des rapports commerciaux avec l’Espagne.

  • 15 Arch. de la Chambre de commerce de Bayonne, A3.38. Le Conseil de Commerce était composé des négocia (...)

31En pluviôse an XI fut imprimée à Bayonne, imprimerie de Duhart-Fauvet, une importante « Réponse du Conseil de Commerce de Bayonne aux objections faites par la régie des Douanes, contre la franchise du port de cette ville », datée du 25 frimaire an 11, 16 décembre 180215 . Pour les partisans de la franchise, l’un des buts poursuivis était de rétablir dans son ancienne prospérité le commerce de Bayonne avec l’Espagne et de rendre au port de Bayonne la supériorité qu’il avait eue autrefois sur Saint-Sébastien et Bilbao. Et comme cette franchise eût été inutile sans celle du territoire servant à la communication avec les provinces intérieures de la péninsule, ils la réclamaient également (comme en 1784) pour le pays de Labourd.

32Ces pro-franchistes (comme on l’aurait dit en 1790) développèrent l’argument de l’importation des piastres espagnoles. Les assortiments de marchandises rassemblées à Bayonne, port franc et livré au commerce de l’étranger à l’étranger, attireraient les piastres en grande abondance. Ainsi « dans les six années qu’a duré la franchise, il est entré en France, par Bayonne, 30 millions de livres chaque année ». Les marchands de l’Aragon, de la Castille et de la Navarre, qui venaient s’approvisionner à Bayonne « par les défilés des Pyrénées », depuis la suppression de la franchise de cette ville portaient leurs piastres à Saint-Sébastien et Bilbao alors qu’à Bayonne il n’en entrait plus que deux millions par an ! C’est qu’à Saint-Sébastien et Bilbao, ports francs, les Espagnols trouvaient des marchandises étrangères à plus bas prix.

33Autre effet néfaste de la suppression de la franchise : la réunion à Bayonne de marchandises des divers pays mettaient les marchands espagnols à même de les comparer et à déterminer souvent leur préférence en faveur des produits français ! Argument bien faible, voire contestable comme nous le verrons plus loin.

  • 16 En octobre 1800 par le second traité de Saint Ildefonse, l’alliance aboutissait à la cession de la (...)

34Mais en 1802 la conjoncture de paix et d’alliance avec l’Espagne offrait à la régie des douanes une nouvelle argumentation pour le rejet de la franchise16.

35La régie évoqua « les relations amicales » établies entre l’Espagne de Charles IV et la République consulaire ; ainsi que les conventions auxquelles on avait souscrit pour la répression de la fraude de part et d’autre de la frontière. Les auteurs du Mémoire de la régie, allèrent jusqu’à faire état « de la proscription du commerce anglais que l’Espagne avait adoptée à l’instigation du gouvernement français » !

36Ainsi « tant de condescendance (de la part du gouvernement espagnol), une bonne intelligence aussi bien établie et aussi utile » ne sauraient permettre d’adopter une mesure « hostile » à l’égard de notre allié et de ses plus chers intérêts, car la franchise de Bayonne aurait pour inévitable conséquence, de « verser chez cette nation, la contrebande dont la ville serait désormais le dépôt ! ».

37Il fut aisé au Conseil de Commerce de Bayonne de dénoncer ce zèle étranger apporté par la règle à défendre l’Espagne de la fraude ! Un zèle qui ne l’avait pas suffisamment éclairé sur l’état du commerce anglais dans le royaume d’Espagne ! Car « ce commerce n’y était point proscrit et il ne pouvait l’être ! Il était libre et légalement et de fait dans le Guipuzcoa et le Biscaye ». Les ports de Bilbao et de Saint-Sébastien regorgeaient de marchandises anglaises et même les villes de l’intérieur en étaient abondamment pourvues. Les négociants bayonnais affirmaient qu’à la foire de juillet (1802), à Pampelune, les marchandises anglaises « étaient au-dessous des prix d’Angleterre » ! C’est que dans ces provinces, le gouvernement ne pouvait enfreindre « les privilèges constitutionnels », entendons par là les fueros.

38Les négociants bayonnais observaient par ailleurs qu’en fait l’Espagne n’avait proscrit du commerce anglais que « les toiles de coton, les basins et quelques autres fabrications », elles ne l’étaient pas comme anglaises, mais comme nuisibles aux fabriques espagnoles ! la meilleure preuve en était la proscription des produits français de même espèce.

39Enfin, si la régie des douanes se montrait si étrangement soucieuse de ne pas favoriser la contrebande destinée à l’Espagne, pourquoi ne repoussait-elle pas les piastres « dont la sortie était si sévèrement et si vainement prohibée par le gouvernement espagnol » ? Leur admission en France ne blessait-elle pas les relations amicales que la régie cherchait tant à ménager ?

V. Les échanges franco-espagnols et la franchise

40Dans le mémoire de la règle des douanes, il était rappelé que la France fournissait à l’Espagne : des draperies de toutes sortes, des dentelles d’or et d’argent fin, des soieries, des quincailleries, des toiles dont la quantité s’était accrue depuis la réunion à la République de la Belgique.

41Ces marchandises étaient payées en piastres, en laines et autres matières premières.

42Ce commerce assurait d’importants bénéfices et était facilité par le voisinage. Dès lors, pourquoi faudrait-il admettre à ces bénéfices, gratuitement, l’étranger (qui fréquenterait le port franc) ?

43En particulier, les marchandises anglaises afflueraient dans le port franc pour concurrencer les productions françaises et obtenir la préférence des marchands espagnols. Il y avait là un danger pour l’industrie. Or cette concurrence n’aura rapporté qu’un léger bénéfice de commission gagné par un nombre limité de négociants bayonnais.

44On retrouvait là cette appréciation qui voulait que la franchise n’était profitable qu’à l’oligarchie du commerce bayonnais.

45A ces observations, le conseil de commerce rétorquait que si la concurrence n’existait pas à Bayonne, port national et protégé, elle aurait lieu dans les ports francs voisins de Saint-Sébastien et de Bilbao et il serait « plus sage d’attirer cette concurrence là où l’on pouvait l’influencer (à Bayonne) et non là où l’on est sans influence » (Saint-Sébastien). Quant au danger que courrait l’industrie nationale, il n’y avait pas de raison pour que le négociant français et bayonnais cherchât à gagner une commission sur la marchandise étrangère de préférence à la marchandise française !

46Enfin l’avantage de la franchise ne se trouvait pas dans la seule commission pour négociants mais dans le travail fourni à des « milliers » d’ouvriers.

VI. La contrebande

47A en croire la régie des douanes, le régime de la franchise favorisait la contrebande, mais le Conseil de commerce observait qu’en fait c’était la répression de la fraude qu’elle facilitait ! La contrebande qui se faisait à partir du « dépôt » de Saint-Sébastien devait « embrasser une suite de défilés dans la montagne qu’il était impossible à garder ». Par contre si le dépôt se trouvait dans le port franc de Bayonne, la barrière s’établissait sur la rivière de l’Adour. Toutefois le Conseil de commerce s’empressait de rappeler que l’on ne pouvait détruire la contrebande mais seulement la « limiter ».

VII. La rivalité de Bayonne d’avec Bilbao – Saint-Sébastien

48C’est dans la conclusion de sa réponse, que le Conseil de commerce de Bayonne soulignait le grand désavantage pour la France, de livrer à deux ports étrangers, Saint-Sébastien et Bilbao, un commerce qu’elle pouvait établir dans un port national (Bayonne). « Par quelle fatalité voulait-on ruiner la localité française au profit des deux localités étrangères » ? L’histoire la plus récente était là pour rappeler qu’avant la franchise de 1784, Saint-Sébastien et Bilbao florissaient alors que Bayonne était dans la misère. Au temps de la franchise (1784-1790) Bayonne commença à devenir une ville florissante alors que Bilbao languissait et que Saint-Sébastien se dépeuplait. Enfin depuis sa suppression, Bilbao avait « repris son éclat », Saint-Sébastien se repeuplait alors que Bayonne retombait dans sa première détresse.

49La franchise offrait le grand avantage pour la République de pouvoir offrir, sur son territoire, aux Espagnols, « la comparaison de nos marchandises avec les marchandises étrangères », d’y attirer leur argent et « politiquement parlant de leur faire prendre insensiblement des habitudes assez fortes pour substituer avec le temps, l’influence française à l’influence anglaise ».

50En ce qui concerne la violation des conventions franco-espagnoles, et le tort porté à la bonne intelligence tant politique que commerciale qui existait entre la France et l’Espagne, par l’établissement d’un port franc, qui ne serait qu’un dépôt de contrebande nuisible à une nation alliée, le commerce bayonnais rétorquait que la bonne intelligence entre les deux nations n’avait pas été altérée en 1784. Par ailleurs la « non franchise » de Bayonne n’était d’aucune utilité pour l’Espagne, car il ne fallait pas oublier qu’elle était contrainte « par les privilèges constitutionnels de la Biscaye et du Guipuzcoa, d’endurer cette même franchise à Saint-Sébastien et à Bilbao.

51Quant à appeler dans la zone franche de Bayonne et du Labourd la concurrence étrangère destinée à l’Espagne et porter tort ainsi à l’industrie nationale (exportatrice), « ne dirait-on pas, ajoutait le Conseil de commerce de Bayonne, qu’il ne tient qu’à nous de nous approprier le commerce espagnol... de chasser à l’instant de l’Espagne toutes les nations rivales ? Oublierait-on que les Anglais surtout étaient en possession de la plus grande part de ce commerce, et qu’ils avaient « l’avantage des habitudes qu’ils conservent par le bas prix de leurs marchandises » ? En fait, on ne saurait s’emparer du commerce espagnol – ou de tout autre – « qu’en offrant plus d’avantages, en vendant à plus bas prix et de meilleure qualité ». « Que nos fabricants, s’exclamaient les négociants bayonnais, baissent leur prix, qu’ils se contentent d’un moindre bénéfice, alors nous pourrons rivaliser en Espagne avec les autres nations dont l’Angleterre ».

52Ainsi, repousser de Bayonne les marchandises étrangères attirées par la franchise, dans l’espoir que les Espagnols y viendront chercher les marchandises françaises, devait être considéré comme une utopie !

53Pour conclure, le Conseil de commerce observait « qu’un territoire sans produits, un voisinage sablonneux... ne laissent à Bayonne d’autres moyens d’existence que son commerce avec l’Espagne. Ce commerce est sa propriété naturelle... or deux ports rivaux s’élèvent sur ses ruines... Il est d’évidence que la franchise est la seule constitution commerciale applicable à ce port, à ce pays ». Il n’y avait pas de milieu entre la franchise pure et entière du port de Bayonne et la translation de son commerce à Saint-Sébastien et Bilbao ; « le malheur de notre situation nous forcera à porter nos capitaux et peut-être un jour nos personnes à l’étranger » !

  • 17 Extrait du registre des délibérations du Conseil général du département des Landes. Session de l’an (...)

54Le Mémoire responsif du Conseil de commerce de Bayonne fut présenté au Premier Consul par le général Moncey (juin 1803) ; il l’accueillit « très grâcieusement » mais rien ne suivit, si ce ne fut en septembre l’octroi d’un entrepôt réel au port de Bayonne. Le Conseil d’arrondissement de Bayonne, sur l’initiative des représentants du négoce bayonnais, exprimait en germinal an X, mars 1802, le vœu du rétablissement de la franchise. Il fut repris dans le Mémoire du Conseil général du département du 25 floréal an XI, 10 mai 1803. On y soulignait plus particulièrement les avantages qu’en retirerait la circulation d’un numéraire alors insuffisant dans l’ensemble du département. De son côté le Conseil général du département des Landes appuya la demande du rétablissement de la franchise, laquelle, entr’autres avantages « attirerait à Bayonne une plus grande quantité de métaux précieux de l’Espagne, ces métaux refluant dans les Landes y établiraient une plus grande circulation de numéraire et par conséquent des conditions de ventes plus rapides et plus avantageuses17.

VIII. Les rapports commerciaux de Bayonne avec l’Espagne et le problème sanitaire, au temps du Consulat

55En temps de guerre maritime avec l’Angleterre, le commerce terrestre et maritime avec l’Espagne voisine et alliée demeurait dans les premières années du Consulat, la principale activité d’échanges de la place de Bayonne.

56Le cabotage de Bayonne à Bilbao se maintenait malgré les difficultés éprouvées par « les patrons de barques » français et espagnols à échapper aux « entreprises hardies » des croiseurs anglais qui s’aventuraient au plus près de la côte par beau temps.

57Le 16 messidor an 8, 5 juillet 1800, les prieurs et consuls de Saint-Sébastien informaient le maire de Bayonne Lacroix-Ravignan qu’ils avaient établi des signaux de reconnaissance destinés aux navigateurs français afin d’assurer une plus grande sécurité et mettre les caboteurs à l’abri des corsaires anglais. Mais en août de la même année, au dire du négociant bayonnais Duluc, ce cabotage se trouvait « entièrement interrompu » par les audacieux croiseurs anglais venus jusqu’au fond du golfe de Gascogne et qui n’hésitaient pas à se montrer devant Saint-Jean-de-Luz et Bayonne. Toutefois en septembre-octobre, leur retraite, due au mauvais temps de saison, vit s’animer les échanges entre Bayonne et les ports de Biscaye et Guipuzcoa, qui recevaient alors quelques bâtiments américains.

58En l’été 1800, une autre circonstance favorisa le trafic terrestre entre Bayonne et Navarre-Aragon. Comme le voulait la législation protectionniste, l’importation des grains et des comestibles dépendait de l’état des récoltes dans la République consulaire. En août la récolte de blé en Navarre et Aragon fut très abondante alors que dans le département des Basses-Pyrénées, les espérances de récolte du maïs étaient réduites de moitié. Dès lors diverses maisons de commerce de Bayonne obtinrent de Paris et de Madrid l’autorisation d’importer des grains. En ces circonstances, le commerce de Bayonne pouvait observer que « ces achats de grains espagnols » allaient permettre de libérer certains débiteurs espagnols, d’activer la branche du commerce, de faire baisser le prix du froment en France de façon à maintenir le prix du pain et, argument auquel le gouvernement se montrerait sensible, de faciliter le recouvrement des impositions !

59Ce faisant, le commerce de Bayonnais osait exprimer sa mauvaise humeur à l’égard d’une réglementation à l’application de laquelle veillait la Direction des Douanes de Bayonne.

60Les entraves douanières ne constituaient pas alors le seul obstacle aux échanges. Leur interruption due à l’état sanitaire de l’Espagne avait déjà causé de forts préjudices au commerce de Bayonne dans la dernière année du Directoire.

61Le 17 nivôse an 7, 16 janvier 1799, le ministre de l’intérieur recevait un mémoire de plusieurs négociants de Bayonne au sujet de l’interruption des communications commerciales avec l’Espagne. Les négociants se plaignaient du préjudice qui résultait pour eux de cette mesure. Ils prétendaient que la maladie épidémique qui avait ravagé l’Andalousie, était concentrée dans cette seule province et qu’elle s’y éloignait insensiblement. Or d’autres informations étaient parvenues au ministre ; s’il était vrai que l’influence du vent du Nord avait ralenti momentanément les ravages du fléau, il s’en fallait de beaucoup qu’il eût cessé et il était à craindre que le retour des vents chauds ne ranimât « la fureur de cette épidémie ».

62Par ailleurs le ministre accordait peu de crédit à l’efficacité des mesures prises par le gouvernement espagnol, les précautions prises par ce dernier avaient eu surtout pour objet de prévenir les communications avec la province. Ailleurs la négligence était de règle et des marchandises venant de l’Andalousie avaient circulé dans les provinces voisines.

  • 18 Arch. Nat. F8. 72 (Epidémie d’Espagne).

63Dans sa lettre aux citoyens composant le bureau consultatif de commerce de Bayonne, le ministre de l’intérieur observait que « le commerce de Bayonne loin de se plaindre des mesures prescrites par le gouvernement, devait applaudir à sa vigilance et aux soins qu’il prenait de garantir le territoire de la République de l’invasion d’un fléau aussi destructeur »18.

IX. Novembre 1800 – mars 1801. Epidémie en Andalousie

64Le 21 fructidor an 8, 8 septembre 1800, le commissaire de police de Bayonne informait le sous-préfet qu’une épidémie s’était déclarée à Cadix. Un bâtiment venu de la La Vera Cruz y aurait apporté la fièvre jaune. Les autorités locales de Bayonne se préoccupèrent de savoir si les précautions d’usage avaient été prises à Bilbao et à Saint-Sébastien à l’égard des bâtiments venus de Cadix ou d’Amérique.

65Le commissaire de police demanda au commissaire principal de la marine d’ordonner au pilote-major de la barre d’empêcher. qu’aucune chaloupe ne communiquât avec un bâtiment qui viendrait de Cadix et des ports environnants et la directrice de la poste, la dame Mailfaire, reçut l’ordre de tremper toutes les lettres venant de Cadix dans du vinaigre. Les plantons placés aux portes de la ville en interdirent l’entrée aux individus venant de Cadix et qui n’avaient pas quitté cette ville depuis au moins 40 jours. Le maire de la commune voisine de Saint-Esprit prit de semblables mesures.

66Peu après des lettres particulières destinées à des commerçants bayonnais firent état des progrès effrayants de l’épidémie qui aurait fait un millier de morts en huit jours et l’ambassadeur de la République française à Madrid faisait savoir au gouvernement français que l’épidémie faisait « des progrès alarmants ».

  • 19 Arch. Nat. F8. 72.

67Le 15 brumaire an 9, 6 novembre 1800, le préfet Guinebaud, au vu de la lettre du ministre de l’intérieur du 28 vendémaire, 18 octobre, et des divers arrêtés pris par le sous-préfet de Bayonne approuvés par le préfet, et considérant que les mesures prises par le gouvernement espagnol étaient « mal observées et illusoires », arrêtait que « toute communication quelconque était provisoirement interrompue entre l’Espagne et le département des Basses-Pyrénées » ; aucune marchandise, aucun individu venant d’Espagne, même avec passeport, ne pourrait dépasser la frontière. Le commissaire principal de marine ne permettra l’entrée d’aucun vaisseau venant d’Espagne dans les rades de Bayonne, Saint-Jean-de-Luz et Socoa. Les trois sous-préfets des arrondissements frontaliers (Bayonne, Saint-Palais, Mauléon) disposeraient d’une force armée suffisante pour garnir tous les points de communication avec l’Espagne et des postes avancés seraient placés partout où il sera nécessaire. Le préfet demanda des troupes et en attendant gendarmes, troupes réglées disponibles, colonnes mobiles étaient requis. Le directeur des Douanes, à Bayonne, devait « tenir sévèrement la main à ce que tous les employés sous ses ordres, fussent constamment en activité dans leurs postes »19.

68A cette date, le préfet parlait « des progrès alarmants de la peste en Espagne ». Cette contagion n’était autre chose que « celle qui avait dépeuplé le royaume africain de Fez et du Maroc. Cadix était désert et Séville était à peu près dans le même état... toute l’Andalousie était infectée » (4 novembre 1800). Or le gouvernement n’avait pris aucune mesure sérieuse et les cordons sanitaires étaient rompus à chaque instant et « une foule de personnes partaient sans passeport, cherchant à rentrer en France par tous les moyens possibles ».

  • 20 Arch. Nat. F8. 72. Lettre du préfet Guinebaud au ministre de l’intérieur.

69Le préfet ne se contenta pas de prendre un arrêté pour interrompre toute communication avec l’Espagne ; il demanda des forces militaires aux préfets des Landes, Gers, Gironde et Hautes-Pyrénées, pour former « un cordon capable de retenir les émigrants ». Il fit mieux : il proposa aux consuls de mettre en état de siège les villes frontières et de punir de la peine de mort tout individu convaincu d’avoir passé la frontière20. C’était le seul moyen d’empêcher le passage. C’est dire l’inquiétude qui s’empara des autorités administratives françaises.

  • 21 Arch. Nat. de Commerce de Bayonne G16. 26. Ces négociants avaient noms : Poydenot, Cabarrus, Dalema (...)

70Mais cette brutale réaction ne fut pas du goût de tous ; une trentaine de négociants bayonnais pétitionnèrent auprès du bureau consultatif de commerce de Bayonne, le 5 frimaire an 9, 26 novembre 180021. La prohibition de toute communication avec l’Espagne avait été « funeste pour le commerce et nuisible pour l’Etat ». Certes ils rendaient justice aux motifs qui avaient dicté la mesure ; mais on lui avait donné une trop grande portée car il aurait été possible de « concilier la sûreté des personnes avec les intérêts du commerce ». Certains que l’épidémie était concentrée dans la province d’Andalousie où elle s’éteignait insensiblement les négociants pétitionnaires demandaient les modifications suivantes à l’arrêté :

711° tous les navires, barques, chaloupes et autres bâtiments faisant le cabotage de Bayonne à Saint-Sébastien, Bilbao, Santander devraient être admis librement et sans assujetissement à aucune quarantaine. Il en serait de même pour les navires venant des ports de Galice et des Asturies. Il en serait de même également de toutes personnes allant et venant journellement de Saint Sébastien, Bilbao, Santander à Bayonne et vice-versa, ainsi que de celles de la Navarre, de l’Aragon et des deux Castilles.

72Mais les capitaines des navires concernés et les voyageurs doivent faire viser dans les lieux où ils iront, le passeport qui leur aura été délivré par les autorités dont ils dépendent.

732° les marchandises venant par terre, provenant, selon des certificats authentiques, de la Galice, Asturies, Navarre, Castilles, Aragon et des trois provinces (basques) pourront rentrer librement en France.

743° Restera prohibée l’entrée des laines de Séville, d’Andalousie, de Caceres, d’Estramadoure et celle des cotons venant par terre de Lisbonne.

754° On assujettira à une quarantaine plus ou moins rigoureuse les objets suivants, venant par terre de Cadix : cochenille, indigo, quinquina, jalap, poivre de tabasco, salse pareille, baume de Pérou, safran, vanille.

76Le bureau consultatif de commerce au vu de la pétition observa que « les nouvelles venues d’Espagne étaient désormais rassurantes : que l’interruption avait déjà produit de grands préjudices au commerce de Bayonne et de la République et que le mal s’aggravait ; que nos fabriques manquaient de laines, que nous étions privés de fers très nécessaires et bientôt de sucre, café, bois de teinture que nous tirions de la côte d’Espagne et que notre département le serait du froment qu’il pouvait obtenir à bas prix de Navarre pour suppléer à la modicité de nos dernières récoltes ; que le préjudice affectait également nos exportations vers l’Espagne.

77Les marchandises destinées à ce pays s’engorgeaient dans Bayonne « à un point effrayant ».

78Aussi le bureau de commerce estima-t-il que la demande des négociants était justifiée et que le gouvernement devait la satisfaire d’urgence. Pétition et arts du bureau furent adressés au préfet des Basses-Pyrénées et au ministre de l’intérieur.

  • 22 Arch. Nat. F8. 72. Arrêté du préfet Guinebaud.

79L’atténuation des effets de l’épidémie se confirmant, le préfet prit un nouvel arrêté, le 23 frimaire an 9, 14 décembre 1800, qui permettait les communications avec l’Espagne par les points suivants : le Pas de Béhobie, Sar, Aïnhoa, Saint-Etienne-de-Baïgory, Saint-Jean-Pied -de-Port, Urdos, Laruns, les individus venant d’Espagne devant présenter leur passeport et des certificats précisant leur lieu de départ. Demeuraient prohibées les marchandises provenant de l’Andalousie et des provinces voisines. Les douaniers devaient s’en assurer.22

80Au dire du préfet, la mesure était basée « sur la prudence et sur l’intérêt majeur, politique et commercial des habitants de la frontière ». De nouveaux avis venaient d’arriver sur la fin du fléau en Espagne, des Te Deum y avaient été chantés en de nombreuses villes. Par ailleurs, dans le département des Basses-Pyrénées, les grains avaient subi une augmentation due à l’arrêt des importations d’Espagne.

  • 23 Arch. Nat. F6. 72. Le préfet au ministre de l’intérieur : « Les personnes accoutumées à ce fléau as (...)

81Mais le préfet entendait maintenir d’indispensables précautions, car l’épidémie pouvait se réveiller quelques mois après23.

  • 24 Arch. Nat. F8. 72. Arrêté du préfet des Basses-Pyrénées, Guinebaud.

82Finalement l’arrêté du 14 ventôse an 9, 5 mars 1801, rétablissait la liberté de communication entre l’Espagne et le département. Même les cotons et laines, qui ne venaient pas directement de Cadix et de l’Andalousie, seraient admis à la frontière et libres de pénétrer dans l’intérieur de la République24 .

X. Nouvelle épidémie décembre 1803 et septembre-octobre 1804

83Après la paix d’Amiens de mars 1802, le commerce bayonnais reprit une nouvelle activité. Une très belle récolte de maïs (ou blé d’Inde) permit à divers négociants bayonnais d’obtenir l’autorisation d’exporter du maïs en Espagne.

84Le commerce de Bayonne attendait alors les heureux effets d’un traité de commerce entre la République consulaire et le royaume d’Espagne, projet alors étudié par Chaptal.

85Mais avec la reprise de la guerre maritime en mai 1803, les croiseurs anglais réapparurent dans le golfe et, début 1804, ce fut la rupture entre l’Espagne et l’Angleterre.

86Ce retour à une conjoncture d’alliance politique et navale avec le pays voisin était à priori favorable aux échanges avec l’Espagne, au cabotage parfois menacé par l’ennemi commun et au transport terrestre.

87Mais revint alors le temps des épidémies.

88En frimaire an 12, décembre 1803, le préfet des Basses-Pyrénées Castellane reçut divers avis concernant « une maladie contagieuse qui exerçait des ravages à Malaga et à Barcelone ». Il s’empressa de demander au général commandant la 11e division militaire, de mettre à sa disposition 4 compagnies d’infanterie, « attendu la dissolution de l’armée de Bayonne et le départ du 3e régiment d’infanterie, en garnison à Bayonne ». Elles permettraient de rompre toute communication terrestre avec l’Espagne.

89Le sous-préfet et le commissaire principal de la marine prirent des mesures semblables à celles adoptées en octobre-novembre 1800.

90Fort heureusement des nouvelles rassurantes parvinrent d’Espagne et le préfet révoqua ses ordres de circonstances, en germinal an 12, avril 1804.

91Une nouvelle alerte, en fin d’année, fut plus sérieuse. L’épidémie ayant reparu en septembre 1804, les sous-préfets des arrondissements frontaliers et le commissaire principal de la marine à Bayonne prirent les premières mesures, dont la mise en quarantaine de tout bâtiment venant de la Méditerranée. Le général Avril, commandant d’armes de la place de Bayonne, mit à la disposition du sous-préfet 48 hommes à répartir entre les lieux de passage vers l’Espagne (11 vendémiaire an 13, 3 octobre 1803).

  • 25 Arch. Nat. de Commerce G75.
  • 26 L’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de S.A.R. le prince régent de Portugal près la (...)

92Les progrès de l’épidémie à Malaga, Cadix, Carthagène, Alicante et lieux circonvoisins amenèrent le préfet à interrompre une nouvelle fois toute communication par terre et par mer avec l’Espagne. Ce fut l’objet de l’arrêté du 26 vendémiaire an 13, 18 octobre 1804.25 L’entrée de tout individu venant d’Espagne (même Français, et muni de passeport et de certificat de santé)26, de marchandises de toute espèce, d’animaux, était prohibée. « Lettres et paquets venant d’Espagne ne seraient reçues que s’ils avaient été imbibés du vinaigre le plus fort ». Les gardes nationales des communes, notamment celles de la frontière, étaient mise, en réquisition permanente pour repousser avec la troupe, les individus, les marchandises et les bestiaux venant d’Espagne.

  • 27 Arch. Nat. F8. 72. Quelques 115 signatures étaient apposées au bas de la pétition.

93La rigueur de la prohibition détermina les négociants bayonnais à réclamer des modifications aux mesures prises. Dans une pétition adressée au ministre de l’intérieur27 ils rappelèrent que les personnes et les choses venant des lieux les plus voisins de la frontière étaient traitées comme celles venant de Malaga ! On prétendait à tort que le gouvernement espagnol ne prenait aucune mesure ; en fait l’épidémie n’avait pas pénétré dans l’intérieur, et à 20 lieues de Malaga, Grenade était épargnée. D’ailleurs, observaient les négociants bayonnais, les premiers symptômes de la maladie s’étaient manifestés à Malaga dès juillet et pendant trois mois le danger de s’introduire en France avait existé ! En fait dès que les chaleurs avaient diminué, l’épidémie avait décru. Le Te Deum avait été chanté à Cadix, Malaga, Alicante et les habitants qui avaient fui dans la campagne étaient rentrés dans les villes.

94En attendant « d’immenses dépôts de marchandises s’étaient accumulés sur les deux frontières » ;

  • côté espagnol des matières premières, laines, cotons, indigos, cochenille destinées aux manufactures françaises ; et par le défaut de magasin à Irun, ces marchandises restaient exposées en plein air, risquant la détérioration et le vol !

  • côté français, les marchandises destinées à l’Espagne étaient déposées dans des magasins mais « leur détention n’était pas moins funeste » car les marchands espagnols ne pouvant les recevoir en temps voulu, les laissaient pour compte aux vendeurs français et allaient s’approvisionner dans les marchés anglais ».

95La valeur de ces marchandises formait plusieurs millions qui échappaient « à l’activation des manufactures françaises... et à la consommation en Espagne ».

96L’arrêt brutal du trafic maritime avait fait retenir « au bas de la rivière » de l’Adour, 20 navires dont 14 espagnols, 2 français, 1 américain, 1 prussien, 1 danois, 1 portugais. Ces navires étaient traités « comme s’ils avaient la peste à bord ». Mieux encore, un conflit de pouvoir entre le préfet maritime et le préfet du département faisait que la visite de santé n’avait pas encore eu lieu.

97Un navire venu directement de Cadix, avait été l’objet, sur l’ordre du gouvernement, d’une mesure de renvoi. Nos pétitionnaires observaient que le dit navire avait quitté Cadix le 3 octobre, et qu’il n’y avait pas eu un seul malade à bord pendant les 60 jours écoulés depuis son départ. Par ailleurs repoussé de Bayonne, et désormais « marqué de cette tâche indélébile de suspicion », il serait repoussé de partout ! Et s’il s’échouait sur la côte de l’Océan de Bayonne à Bordeaux on empêcherait difficilement « la filtration des marchandises... devenues la proie des habitants... ».

98Les négociants affirmaient cependant que comme tout Français, « ils préféraient leur santé à leur argent et étaient intéressés à repousser les gênes d’une maladie épidémique contagieuse ». Il convenait à cette fin de prendre quelques précautions utiles sans recourir à une totale prohibition.

Nos pétitionnaires proposèrent :

991° d’ouvrir deux passages aux marchandises et aux individus venant d’Espagne, l’un vers Perpignan, l’autre vers Bayonne. Sur chacune des routes d’Espagne y conduisant, seraient placés des bureaux de santé. Ces derniers vérifieraient les carnets de santé, délivrés dans les lieux d’origines et vérifieraient « la santé des individus et la santé des marchandises par les moyens que la médecine et la chimie pouvaient indiquer ». A côté de ces bureaux, seraient placés des lazarets pour les marchandises et les personnes suspectées. Un règlement graduerait la durée de la quarantaine.

1002° En ce qui concernait les navires, on pouvait s’inspirer des règlements des lazarets de Marseille, « modèle le plus parfait ». Même si « l’embouchure de l’Adour » (sic) offrait peu de facilités pour un lazaret, on pouvait toutefois le faire, la nécessité l’imposant.

101Les négociants pétitionnaires se disaient « les organes du commerce de France en la circonstance actuelle » – mais ils auraient pu, concluaient-ils, présenter « une population (celle de Bayonne) qui n’existait que par les salaires du commerce, réduite (par l’arrêté du préfet) à l’inaction et bientôt à l’indigence, les aubergistes sans voyageurs, les voitures sans emploi et partout la consternation ». Ils n’avaient pas hésité à parler, pour le commerce français, « de la crise la plus violente qui ait existé depuis 1789 » !

102La Chambre de commerce de Bayonne rétablie le 9 avril 1803 présenta également ses observations au ministre de l’intérieur, le 5 brumaire an 13, 27 octobre 1804. Si elle applaudissait aux motifs qui avaient dirigé le préfet, elle recommandait des moyens aussi sûrs et moins funestes pour remplir le but du gouvernement. Elle reprit les arguments de la pétition mais y ajouta quelques autres considérations.

103Ainsi pour les marchandises abandonnées, à Irun, les denrées coloniales dont la France n’était pourvue que par l’Espagne, étant repoussées, elles renchérissaient à l’intérieur et « seraient bientôt épuisées ».

104Quant aux matières d’or et d’argent, « aliment de nos monnaies si nécessaires aux paiements du commerce, aux opérations de la (nouvelle) Banque de France », elles étaient retenues également à la frontière, exposées à la saisie !

  • 28 Arch. Nat. F8. 72. Signèrent ces observations : Laborde, Noguez, Président, Meillan, Lagravère, Fou (...)

105Et la Chambre de commerce concluait : « il n’y a aucune proportion entre la mesure désastreuse adoptée et le danger si éloigné qui l’a dictée »28.

  • 29 Arch. Nat. F8 72. Lettre du préfet Castellane du 13 brumaire an 13 – 4 novembre 1804.

106Ces démarches du commerce de Bayonne irritèrent le préfet des Basses-Pyrénées qui discernait chez les négociants la volonté d’éluder l’exécution de son arrêté. A Bayonne, le commissaire principal de la marine ne croyait pas à la réalité du danger et s’opposait en cela au sous-préfet ; cette attitude faisait au commissaire des partisans parmi le commerce bayonnais (novembre 1804)29.

  • 30 Arch. Nat. F8 72. Avis du Conseil général du commerce.

107Le Conseil général du commerce à Paris fut saisi de l’affaire par la Chambre de commerce de Bayonne. Il fut favorable à l’établissement de quarantaines et de lazarets et à la distinction à faire entre les marchandises peu susceptibles de propager la contagion (sucre, café, cacao, cochenille, indigo, bois de teinture) et celles qui l’étaient (laines, cotons, cuirs) ; ainsi fallait-il proscrire les laines d’Andalousie, et même celles d’Estramadoure et de la Manche. Le conseil observait que l’interruption de toute communication avec l’Espagne ajoutait aux difficultés nées de la guerre avec l’Angleterre mais qu’il s’agissait tout de même du grand intérêt de la santé publique. Le 25 brumaire an 13, 16 novembre 1804, le conseil demandait que le gouvernement s’informât sur l’état réel de l’épidémie dans la péninsule30.

108Fort heureusement elle régressa et dès le 15 frimaire an 13, 6 décembre 1804, le préfet adoptait des mesures moins rigoureuses. Le 10 nivose an 13, 31 décembre 1804, les communications entre le département et l’Espagne furent rétablies. Près de trois mois d’interruption dans ces échanges maritimes et terrestres avaient porté préjudice au commerce bayonnais. Mais comme le déclarait le Conseil général des Basses Pyrénées, le préfet avait eu le courage de « faire céder les intérêts commerciaux au plus grand intérêt de la conservation de la vie... il lui avait fallu également se défendre du sentiment de l’humanité pour l’Espagne, nation amie » (11 floréal an 13, 1er mai 1805).

109Ces interruptions dans les relations entre le département et l’Espagne suffisaient à rappeler l’importance des échanges commerciaux entre Bayonne et la péninsule.

Notas

1 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne des origines à la Révolution Française de 1789, Bayonne, 1986, p. 504.

2 Voir J. Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, 1990, p. 56.

3 ibid. et Arch. Com. de Bayonne FF526.

4 Voir P. Hourmat op. cit. p. 558.

5 Arch. com. de Bayonne, FF526.

6 Arch. com. de Bayonne, 2D9.

7 Un exemple : le 23 novembre 1792 on demandait au Directoire du District d’Ustaritz d’interdire même l’exportation des fèves, car « même si la loi se tait, l’opinion publique l’exige ! » 2D9.

8 Arch. com. de Bayonne, 2D9.

9 Arch. com. de Bayonne, FF526.

10 Arch. Ch. de Commerce de Bayonne, G16.5.

11 Arch. Ch. de Commerce de Bayonne, G16, 18. Discours des ministres de l’intérieur et des Finances prononcés le 19 frimaire en présence des députés extraordinaires des principales villes de commerce le 9 décembre 1796.

12 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne, T II, La Révolution, 1789-1799, Bayonne, 1992. p. 32.

13 Arch. Nat. AD WVI 59. Rapport fait à l’Assemblée Nationale par Delattre contre la franchise du port de Bayonne.

14 Voir P. Hourmat, Histoire de Bayonne, T II, p. 276.

15 Arch. de la Chambre de commerce de Bayonne, A3.38. Le Conseil de Commerce était composé des négociants : Barthélémy, Poydenot, Pierre Etienne Cabarrus, Claverie, Bonet, Bertrand, Jean Batbedat, Dufourcq, Laserre, Galart aîné, Pierre Lostau, Moillan, Faurie, Chégaray.

16 En octobre 1800 par le second traité de Saint Ildefonse, l’alliance aboutissait à la cession de la Louisiane à la France et à la promesse du royaume d’Etrurie pour le gendre de Charles IV.

17 Extrait du registre des délibérations du Conseil général du département des Landes. Session de l’an 10. Arch. Ch. de Commerce de Bayonne G16. 39.

18 Arch. Nat. F8. 72 (Epidémie d’Espagne).

19 Arch. Nat. F8. 72.

20 Arch. Nat. F8. 72. Lettre du préfet Guinebaud au ministre de l’intérieur.

21 Arch. Nat. de Commerce de Bayonne G16. 26. Ces négociants avaient noms : Poydenot, Cabarrus, Daleman, Faurie, Basterrèche, Recur, Pouyet, Lahirigoyen, Marsan, Lostau, Lesca, Bertrand, Dubrocq.

22 Arch. Nat. F8. 72. Arrêté du préfet Guinebaud.

23 Arch. Nat. F6. 72. Le préfet au ministre de l’intérieur : « Les personnes accoutumées à ce fléau assurent qu’il ne s’assoupit quelquefois que pour se réveiller avec plus de force, 3 ou 4 mois après ».

24 Arch. Nat. F8. 72. Arrêté du préfet des Basses-Pyrénées, Guinebaud.

25 Arch. Nat. de Commerce G75.

26 L’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de S.A.R. le prince régent de Portugal près la Cour de Rome, le chevalier Pinto de Souza, venant de Madrid, fut retenu à Irun par l’effet de l’arrêté préfectoral. Le préfet demanda au ministre de décider. Arch. Nat. F8. 72.

27 Arch. Nat. F8. 72. Quelques 115 signatures étaient apposées au bas de la pétition.

28 Arch. Nat. F8. 72. Signèrent ces observations : Laborde, Noguez, Président, Meillan, Lagravère, Fourcade, P.E. Cabarrus, Claverie, Déchégaray. J.B. Bonet.

29 Arch. Nat. F8 72. Lettre du préfet Castellane du 13 brumaire an 13 – 4 novembre 1804.

30 Arch. Nat. F8 72. Avis du Conseil général du commerce.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search