Versione classicaVersione mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Quatrième partie. La période de l’alliance franco-espagnole (1795-1807)

L’Espagne et le Directoire

Émilio La Parra López

Testo integrale

1Durant le processus de décomposition de la monarchie espagnole de l’Ancien régime et, plus précisément, sous le règne de Carlos IV (1788-1808), il convient de distinguer, avec ses caractéristiques propres, le quinquennat 1795-1800, c’est-à-dire les années qui correspondent au régime du Directoire en France. La coïncidence n’est pas purement chronologique, mais aussi politique et idéologique, car pendant ces années-là, la France et l’Espagne agissent à l’unisson dans des affaires très diverses et, surtout, dans toutes celles qui touchent aux relations internationales.

2A partir de la paix de Bâle (juillet 1795) et la signature, l’année suivante, du traité d’alliance hispano-français, le gouvernement espagnol change sensiblement de politique. La raison essentielle de ce changement est l’influence qu’exerce le Directoire sur les affaires espagnoles, à la tête desquelles se trouvent toujours Godoy et une bonne partie des ministres qui, quelques années plus tôt, avaient poussé le pays à lutter avec acharnement contre la République française. En 1800, après le changement politique qui se produit en France, à la suite du 18 Brumaire, les affaires politiques se modifient en Espagne et le même personnage, Godoy, mène une politique nettement différente de celle des années précédentes. La spécificité, par conséquent, de la période en question semble évidente, de même qu’il est évident, du moins d’un point de vue général, que la principale influence sur l’orientation des différents gouvernements de Carlos IV est à rechercher essentiellement en France.

  • 1 Voir mon livre La alianza de Godoy con los revolucionarios. España y Francia a fines del siglo XVII (...)

3Ailleurs, j’ai déjà tenté de dégager les caractéristiques de la politique de la monarchie espagnole pendant la période qui nous intéresse1 ; je me limiterai ici, par conséquent, à en signaler quelques-unes des plus importantes : nette dépendance politique et économique de l’Espagne vis-à-vis de la France, rupture des relations au point que l’Espagne déclare la guerre à l’Angleterre, large pénétration des idées françaises, profonde crise financière et commerciale aggravée par la guerre contre l’Angleterre et la difficulté à maintenir des liens commerciaux avec l’Amérique, perte d’influence de la monarchie de Carlos IV sur les affaires italiennes... En ce qui concerne les affaires intérieures, les gouvernements espagnols appuyèrent les idées réformistes d’un groupe, celui que l’on appelait « janséniste », tandis qu’ils subirent l’opposition radicale de deux autres : l’un constitué par tous ceux qui, au XVIIIe siècle, s’opposaient aux idées des Ilustrados (les Lumières, en Espagne), c’est-à-dire la majeure partie du clergé et une part importante des fonctionnaires et des cadres subalternes répartis sur tout le territoire, qui, dans l’ensemble, influencèrent le peuple ; l’autre est celui que l’on appelait Parti aristocratique ou parti anglais, lequel prônait quelques idées réformistes mais qui, pendant ces années-là, se caractérisa essentiellement par son refus de l’alliance avec la France et ses efforts pour évincer Godoy du pouvoir.

4Pour expliquer les alternances au pouvoir pendant cette période de la monarchie espagnole, il faut tenir compte de la convergence sur le gouvernement (et, en définitive, sur le monarque) d’une double pression : celle qu’exerce le Directoire, qui visait toujours à tirer le plus grand profit de l’alliance, en particulier dans le domaine militaire et économique, et celle que fait peser le Parti aristocratique à laquelle s’ajoute l’inertie de tout le secteur opposé aux idées des Ilustrados. Pendant que le Directoire incitait à réaliser des réformes (un pays ankylosé est moins utile, disait-on fréquemment dans les milieux diplomatiques français à propos de l’Espagne) et à éloigner au maximum la monarchie espagnole de l’Angleterre, l’autre parti s’opposait à tout changement et, par pure réaction contre tout ce qui était français, était favorable au rapprochement avec les Britanniques.

5Pendant le gouvernement de Godoy comme secrétaire d’État, poste qui correspondait, en fait, à celui de premier ministre (c’est ainsi que l’entendirent les diplomates français, qui appelaient, en général, « premier ministre » celui qui l’occupait), on essaya de contenter les uns et les autres et, en conséquence, on mena une politique pleine de contradictions. La pression du Directoire, qui n’accepta pas l’ambiguïté de Godoy et son refus d’envahir militairement le Portugal, obligea celui-ci à abandonner le pouvoir en mars 1798. Il fut remplacé au secrétariat d’État par Francisco Saavedra, un homme favorable à l’alliance avec la France et d’esprit indubitablement réformiste ; mais Saavedra ne gouverna que quelques mois, pour cause de maladie, et il le fit en étroite collaboration avec un groupe d’Ilustrados parmi lesquels se firent remarquer Jovellanos (au secrétariat de Grâce et Justice) et Cabarrús qui, bien qu’il n’occupât aucun poste important, exerçait une grande influence sur la politique espagnole. A partir de la deuxième moitié de 1798 jusqu’à 1800, le secrétariat d’État fut occupé par Mariano L. de Urquijo, également profondément Ilustrado et partisan de l’alliance avec la République française.

6De 1795 à 1798, le Directoire établit les bases de son influence sur les affaires intérieures espagnoles et obtint des résultats intéressants, mais il ne réussit pas à ce que le « premier ministre espagnol » secondât ses projets dans trois affaires fondamentales.

71. La signature d’un traité commercial hispano-français, qui aurait accordé des avantages substantiels à l’industrie et au commerce français, aurait permis l’extraction de minerai d’argent en Amérique et aurait évité tout contact commercial de l’Espagne et de ses colonies américaines avec l’Angleterre. L’obtention de ce traité avait été un des principaux objectifs mis en avant par la France pour justifier la fin de la guerre avec l’Espagne en 1795 et resta une obsession pour le personnel diplomatique détaché à la Cour de Carlos IV ; d’autre part, de temps à autre, le gouvernement français recevait des délégations et des mémoires des commerçants français qui se plaignaient des droits de douane trop élevés et d’obstacles de toutes sortes dans les échanges avec l’Espagne, des facilités qu’en revanche obtenaient les Anglais – bien qu’ils fussent en guerre – et de la tiédeur avec laquelle les gouvernants espagnols répondaient aux demandes des Français dans ce sens. Bien que le commerce français eut obtenu d’importants avantages en Espagne, du côté français on note un désir permanent d’obtenir un cadre légal qui les élargît.

82. L’invasion militaire du Portugal, affaire prioritaire dans la politique extérieure française en 1798 dans son affrontement avec l’Angleterre, essentiellement pour des raisons stratégiques : le Portugal jouait le rôle de base pour la flotte britannique et, en même temps, empêchait la réunion des deux flottes françaises de la Méditerranée et de l’Atlantique, ce qui rendait insurmontable l’infériorité vis-à-vis de l’Angleterre. Face à l’intérêt de la France pour intervenir militairement au Portugal, Carlos IV mit en avant ses liens de parenté avec la Cour du pays voisin (la fille du monarque espagnol, Carlota Joao, régent du Portugal en raison de la maladie de sa mère Doña Maria) et son désir légitime d’éviter la chute d’une autre monarchie en Europe.

93. La rétrocession de la Louisiane, colonie du plus grand intérêt pour la France car elle pouvait lui servir de territoire d’échange dans le cas d’un hypothétique accord avec l’Angleterre servait à endiguer les désirs expansionnistes des Etats-Unis que la France voyait d’un mauvais œil, en raison des relations étroites existant entre l’ancienne colonie britannique et la métropole. Le sud des Etats-Unis était le lieu crucial de confluence d’intérêts, de caractère stratégique et commercial, c’est pourquoi aussi bien l’Angleterre que l’Espagne avaient, chacune de son côté, signé un traité avec ce pays (celui de Jay et celui de San Lorenzo) dans le but de respecter leurs intérêts mutuels. Les avantages obtenus par l’Angleterre grâce au traité de Jay (1794) étaient particulièrement irritants pour le Directoire, qui vit dans la rétrocession de la colonie espagnole à la France le seul moyen d’intervenir dans la région et, en même temps, de couper une voie à l’expansion commerciale de l’Angleterre.

10Aucun connaisseur de la politique espagnole n’ignorait que l’orientation que prendrait celle-ci dépendait du secrétaire d’Etat, fonction occupée par une personne qui devait jouir de la confiance de la reine ou, du moins, qui ne suscitât pas son opposition catégorique. Le Directoire estimait donc également fondamental que le « premier ministre » espagnol fût un homme de confiance et ouvert à ses suggestions. Selon le Directoire, Saavedra réunissait ces conditions, mais il ne fut pas d’une grande utilité à cause de la maladie qui, quelques mois après son accession au secrétariat d’Etat, l’empêcha de gouverner. C’est Urquijo qui occupa ce poste pendant les nombreuses absences de Saavedra pour la raison évoquée plus haut, de fin 1798 jusqu’en février de l’année suivante, date à laquelle Carlos IV décida de le nommer secrétaire d’Etat provisoire. C’est alors que se posa le problème, car le gouvernement français ne considérait pas Urquijo comme l’homme adéquat et autour de sa personne se déchaîna toute une action diplomatique que nous allons analyser, car elle illustre avec la plus grande clarté le caractère des relations hispano-françaises à cette époque.

11Urquijo s’était distingué par sa culture francophile, comme la plupart des Ilustrados espagnols, et il avait même eu de sérieuses difficultés avec l’Inquisition à propos de sa traduction de La mort de César de Voltaire. La protection de Floridablanca lui épargna un procès et une condamnation plus que certaine. En août 1792, Aranda le nomma premier adjoint au secrétariat d’Etat, d’où il passa en décembre 1795 à Londres, comme secrétaire de l’ambassade espagnole. En 1797, il revint à la cour, retrouva son poste d’adjoint au secrétariat d’État et, en tant que tel, remplaça Saavedra à partir d’août 1798. À la cour d’Espagne on était, en général, persuadé qu’Urquijo n’était pas destiné à occuper le poste de secrétaire d’Etat, en particulier après qu’il ait reçu, en octobre de cette même année 1798, sa nomination comme ambassadeur auprès de la République Batave. C’est pourquoi, en février 1799, beaucoup furent étonnés, et en particulier les diplomates français, par la nouvelle que Carlos IV se proposait de le nommer à la charge capitale de secrétaire d’État. D’autre part, Urquijo s’aliéna de nombreuses sympathies tant par sa façon d’être (à la cour, d’après lord Holland et l’ambassadeur danois Schubart, on l’accusait d’être hautain et prétentieux) que par ses idées et par son hostilité envers les institutions ecclésiastiques, en particulier la Curie romaine, l’Inquisition et les ordres religieux.

  • 2 Il nous manque une biographie d’Urquijo et, par conséquent, de nombreux points de sa vie et de son (...)
  • 3 Rapport du Ministre des Affaires Etrangères au Directoire, 16 Ventôse An VII (archives des affaires (...)

12Les préventions du Directoire contre Urquijo étaient nombreuses et importantes. Il était suspect de sympathie pour l’Angleterre parce qu’il avait occupé le poste de secrétaire de l’ambassade espagnole à Londres jusqu’en décembre 1795 ; on soupçonnait que son accession au secrétariat d’État était l’œuvre de Godoy, qui aurait eu recours à cet homme jeune et sans grande importance, comme l’était à ce moment-là Urquijo, pour l’utiliser comme instrument de ses desseins et faciliter son retour au pouvoir ; on se méfiait de sa politique à l’égard de la France car, pendant les périodes où il remplaça Saavedra au secrétariat d’État, il avait opposé quelque résistance à certaines demandes d’aide militaire et ne s’était pas toujours montré soumis aux conseils français. Le gouvernement français savait, en outre, qu’Urquijo ne jouissait pas d’une grande popularité, ni auprès d’une bonne partie de la cour espagnole ni auprès du peuple et qu’en raison de son passé il suscitait une opposition absolue contre sa personne de la part de l’Inquisition. En outre, il était au courant de l’amitié d’Urquijo avec le consul général d’Espagne à Paris José de Lugo, qui fréquentait les Jacobins et, par conséquent, le Directoire soupçonnait Urquijo d’être en contact avec ceux-ci2. C’était donc un homme gênant, suspect d’infidélité envers la France et peu aimé en Espagne, ce qui faisait douter de son utilité pour faire aboutir sans trop d’opposition les projets français. C’est pourquoi, Talleyrand tenta, en tant que ministre français des Affaires étrangères, d’éviter la nomination d’Urquijo et de défendre celle d’Azara, qui, par contre, avait toute l’estime du Directoire en raison – d’après Talleyrand – de ses idées philosophiques et de son action en Italie en faveur des intérêts français3.

  • 4 M. Geoffroy de Grandmaison, L’Ambassade française en Espagne pendant la Révolution (1789-1804), Par (...)

13En février 1799, dès que l’on apprit dans les milieux officiels que Carlos IV avait décidé de nommer Urquijo comme titulaire du secrétariat d’Etat, la diplomatie française se mit en branle pour empêcher cette nomination. Mais l’ambassadeur de France en Espagne était, à l’époque, le médecin Ferdinand-Pierre Guillemardet, qui n’était pas l’homme idéal pour influencer avec tact et habileté un monarque absolu tel que Carlos IV dans une affaire aussi délicate que celle-ci. Guillemardet avait été Conventionnel et avait voté la mort de Louis XVI, raison pour laquelle le Directeur Merlin de Douai avait obtenu sa nomination comme ambassadeur en Espagne, si l’on en croit Barras, contre son propre avis et celui d’autres membres du Directoire. Fidèle dès le début au Directoire, il occupa divers postes ; il fut, entre autres, membre du Conseil des Cinq-Cents et se distingua par son opposition à la conspiration du 18 fructidor, ce qui lui valut la faveur du régime. Talleyrand, écrit Geoffroy de Grandmaison, se méfia de ses capacités à respecter les usages définis par l’étiquette et c’est pourquoi il lui donna des instructions très précises et détaillées quand, en mai 1798, il l’envoya à l’ambassade de Madrid4.

  • 5 Lettre de Guillemardet au roi d’Espagne, Aranjuez, 3 Ventôse An VII, archives des affaires étrangèr (...)
  • 6 Lettre de Carlos IV au « Président et membres du Directoire », Aranjuez, 22-2- 1799, Ibid., fols. 1 (...)

14Dans ces instructions, il était instamment prié d’essayer, par tous les moyens, d’atteindre les objectifs essentiels poursuivis par la France (traité commercial, rétrocession de la Louisiane, guerre contre le Portugal, etc.) et on lui signalait explicitement qu’un des principes fondamentaux de sa mission était de faire en sorte, avec modération mais avec fermeté, d’accroître l’influence de la France sur les affaires intérieures de l’Espagne. La nomination d’Urquijo fournit une excellente occasion de mettre en pratique ces instructions et Guillemardet écrivit le 21 février à Carlos IV en lui signalant que le maintien de l’alliance exigeait que le ministre d’État jouisse de la confiance des deux gouvernements, condition que n’offrait pas Urquijo qu’il critiquait sans ménagements, en oubliant en effet de respecter l’étiquette5. Le lendemain, Carlos IV répondit par une lettre adressée au Directoire où il réfutait les accusations portées contre Urquijo et attaquait durement la façon de procéder de l’ambassadeur français dont il exigeait le rappel immédiat. Mais dans cette lettre, Carlos IV alla plus loin et dénonça deux aspects fondamentaux de la politique de l’époque. Procédant de façon peu habituelle dans la correspondance diplomatique au plus haut niveau, Carlos IV critiquait la façon d’agir de Guillemardet en le désignant par son nom : « Il ose... désapprouver un choix que j’ai fait et demander que Je ne désigne aux postes et emplois que les sujets qui trouvent grâce à ses yeux, et ce peut-être contre Vos intérêts et les miens propres, et enfin tenter d’édicter les règles suivant lesquelles je dois me conduire ! » C’est-à-dire que le roi se risquait à dénoncer l’ingérence française dans les affaires espagnoles mais en imputait toute la faute à la personne de l’ambassadeur. Et sans laisser la moindre place au doute, Carlos IV terminait sa missive par ce solennel acte de foi en son amitié pour la République française : « j’abandonne tout pour l’Alliance et J’ai la plus aveugle confiance en Vous »6. Le ton net et catégorique de cette phrase manifeste la contrariété d’un monarque absolu qui ne tolère aucune objection à ses décisions personnelles mais se soumet à la République révolutionnaire en abandonnant tout, expression qui n’est pas une simple formule protocolaire ou de politesse dans ce cas.

  • 7 Lettre du Directoire à Carlos IV, Paris, 15 Ventôse An VII, Ibid., fols. 151-152.

15La lettre de Carlos IV gêna beaucoup le Directoire, d’après Azara, alors ambassadeur d’Espagne à Paris, et quelques jours plus tard, la réponse française arriva. Le Directoire commence en déclarant, avec diplomatie, qu’il ne prétend aucunement s’immiscer dans les affaires intérieures de l’Espagne, mais, aussitôt, il change de ton pour écrire : « ... toutefois, lorsqu’il s’agit de gouvernements amis et précisément parce qu’ils sont amis, Il [le Directoire] ne peut voir avec indifférence des choix qui doivent influer sur les destinées des deux Etats ». Les Directeurs multiplient, plus loin, les critiques contre Urquijo, mais comme Carlos IV avait sollicité la révocation de Guillemardet, ils se voient obligés à transiger un peu et, tout en renouvelant la pleine confiance du gouvernement français à son ambassadeur, ils laissent entrevoir la possibilité d’accepter Urquijo comme ministre d’Etat. Or, le Directoire ne peut pas se contenter d’accepter sans plus la nomination d’Urquijo et il ne peut s’empêcher de préciser nettement que celui-ci devra travailler en accord avec les intérêts français : « ... sans doute, [Urquijo] ne négligea rien pour conquérir l’estime de la République Française, en justifiant pleinement votre confiance et particulièrement dans les efforts que vous l’avez chargé de diriger contre l’ennemi commun »7.

  • 8 Lettre du Directoire à Carlos IV, Paris, 26 Ventôse An VII, Ibid., fols. 196-197.

16Les réflexes de la cour d’Espagne et la détermination dont elle fit preuve en exigeant le rappel de l’ambassadeur français avaient réussi à mettre le Directoire dans l’embarras – comme l’avouaient les Directeurs eux-mêmes dans la lettre précédente – et le roi obtint momentanément une sorte de victoire en obligeant le Directoire à accepter Urquijo. Il était, cependant, difficile à la République française de se contenter de cette solution et douze jours après sa première lettre, le Directoire en écrit une autre à Carlos IV dans laquelle il accentue sa pression contre Urquijo. La déclaration de guerre à l’Autriche et au duché de Toscane le 12 mars et la formation qui s’ensuivit de la deuxième coalition contre la France sont invoquées par le Directoire comme des motifs suffisants pour exiger de ses alliés une attitude entièrement favorable. Les Directeurs réitèrent leurs critiques contre Urquijo qu’ils ne voient pas comme l’homme idoine pour faire face à la situation politique du moment et renouvellent leur pression sur Carlos IV : « ... nous vous engageons, de nouveau, cher et grand ami, à réfléchir sur la force des circonstances actuelles. Vous verrez qu’elles vous demandent le choix d’un homme connu par une grande expérience et par son attachement inaltérable pour le système de la plus étroite union entre la France et l’Espagne »8.

  • 9 Dépêche de Guillemardet, 28 Ventôse An VII, Ibid., fols. 199-200.
  • 10 Voir les mesures gouvernementales d’Urquijo dans mon article : « La crisis política de 1799 », in R (...)

17Malgré tout, Carlos IV ne céda pas et maintint Urquijo à la tête du secrétariat d’Etat ; le Directoire n’accepta pas non plus l’exigence du roi espagnol de rappeler Guillemardet. Cet épisode fut donc réglé par une sorte d’acceptation mutuelle, mais sans enthousiasme, des faits. Cependant, la véritable victoire c’est le Directoire qui la remporta, car Urquijo se vit obligé, à cause de tous ces événements, de répondre avec la plus grande diligence aux requêtes françaises. Guillemardet lui-même, très conscient de cela, fit remarquer à son ministre que, malgré tout, la nomination d’Urquijo au secrétariat d’Etat était peut-être plus avantageuse pour la France que celle d’Azara, car désormais celui-là se sentira obligé de travailler de toutes ses forces à gagner l’estime de la République9. L’ambassadeur avait raison. La politique d’Urquijo se centra sur les intérêts français, ce qui ne fit qu’accroître l’influence que le Directoire exerçait en Espagne depuis la signature de la paix de Bâle10.

  • 11 Rapport de Cléret à Talleyrand (29 Ventôse An VII) et communication du Ministre de la Marine et des (...)

18Les années pendant lesquelles Urquijo fut à la tête du secrétariat d’État furent marquées par un grand élan réformiste mais, en même temps, la crise économique s’aggrava. À son tour, la France commença à voir s’accentuer les problèmes intérieurs, économiques et politiques, de même que les difficultés extérieures à cause de la guerre contre la deuxième coalition. Cette situation difficile poussa le Directoire à augmenter sans cesse ses exigences vis-à-vis de l’Espagne et, bien qu’Urquijo se soit arrangé pour satisfaire de nombreuses demandes françaises, il lui était matériellement impossible de répondre à beaucoup d’autres. On dirait que le Directoire essayait de pousser à bout, continuellement, la patience de son allié, jusqu’à un point insupportable. Par exemple, en mars 1799, Talleyrand envoya un agent en Espagne avec la mission d’obtenir l’autorisation de prélever la somme considérable de 200.000 piastres mensuelles et, à la même époque, le ministre français des Colonies et de la Marine exigeait de la monarchie espagnole qu’elle arme sans délai 25 navires de ligne à Cadix pour héberger 6.000 marins français, qu’elle envoie 4 navires de El Ferrol à Rochefort pour se mettre sous les ordres des autorités françaises et que les bâtiments mouillés à la base de Carthagène soient également prêts à intervenir quand la France l’estimerait nécessaire11. Des exigences de ce genre se multiplièrent de façon incompréhensible, car quiconque connaissait la situation espagnole – et les diplomates français la connaissaient – pouvait aisément supposer qu’il n’existait aucun moyen de les satisfaire, outre que, au cas où elle les aurait satisfaites, l’Espagne aurait complètement perdu le peu d’autonomie militaire et économique dont elle disposait à l’époque.

19Ce harcèlement exercé par la France contribua pour beaucoup à altérer la ligne politique réformiste suivie par Urquijo. En développant logiquement les idées « épiscopalistes » et « régalistes » parfaitement définies par les Ilustrados espagnols (de nombreuses études, bien connues, de Saugnieux, Olaechea, Mestre, Egido, Herr, etc., le mettent en évidence), Urquijo essaya de recouvrer plusieurs des pouvoirs usurpés par Rome à l’Église espagnole (lesquels comportaient un aspect économique important) ; il lança une sérieuse offensive contre l’Inquisition afin de réduire son pouvoir et tenta, également, de contrôler le clergé régulier au bénéfice du clergé séculier. Ce programme de réformes constituait, sans aucun doute, un grand pas en avant dans la modernisation du pays et, en même temps, pouvait rapporter des avantages économiques à l’Etat. Urquijo mit en pratique plusieurs de ces mesures, mais il ne put contrôler leurs effets sur l’opinion publique espagnole ni l’hostilité radicale que lui opposèrent immédiatement, le clergé et le « parti aristocratique ». Les uns et les autres profitèrent des difficultés politiques et économiques qu’entraînait l’alliance avec la France pour consolider leurs positions politiques et pour gagner des partisans, de telle sorte que, au fur et à mesure que les mois passèrent et que les projets réformistes furent connus, l’image d’Urquijo se détériora peu à peu. À leur tour, l’Angleterre, d’une part, et les puissances monarchiques européennes, d’autre part, appuyèrent l’opposition et firent tout ce qu’elles purent auprès de la Cour de Carlos IV pour obtenir le renvoi du secrétaire d’Etat.

20Sous réserve des corrections et des nuances que pourront fournir des études postérieures sur cette période (jusqu’à maintenant, celles dont nous disposons ne sont pas très nombreuses), tout semble indiquer que la pression excessive du Directoire s’avéra néfaste pour le processus réformiste espagnol entrepris par Urquijo en 1799-1800, en parfait accord avec le groupe janséniste. Il est vrai que l’alliance avec la France avait encouragé le réformisme et favorisé la pénétration d’idées nouvelles, mais l’intromission excessive du Directoire dans les affaires intérieures de l’Espagne fut à l’origine d’une instabilité gouvernementale et d’une crainte constante de voir la monarchie absorbée par la République, comme cela s’était produit en Belgique, en Hollande, en Suisse, dans plusieurs États italiens, etc. En 1798 le Directoire obligea Godoy à abandonner le pouvoir alors qu’il avait amorcé un intéressant programme de réformes, en commençant par la nomination à des postes-clefs de figures importantes parmi les Ilustrados. En 1799-1800, il se produisit la même chose et Urquijo ne put mettre à profit le dynamisme des nombreux Ilustrados qui s’offrirent avec plaisir à travailler pour lui ni celui d’autres qui désormais prônaient avec décision des idées plus avancées, de caractère résolument libéral.

  • 12 A. Viñao frago, « Libertinos y republicanos en la Murcia del cambio del siglo. Manuel José Narganes (...)

21Il ne faut pas oublier qu’au sein de la monarchie espagnole commençait à s’organiser un groupe de gens de plus en plus décidés à suivre les lignes politiques appliquées en France. Il s’agit d’individus qu’il conviendrait d’intégrer dans la liste des Ilustrados, mais pour qui le sentiment religieux et l’appui à la monarchie d’Ancien Régime commence à avoir moins d’importance que pour les Jansénistes et ceux que nous pourrions qualifier d’« Ilustrados traditionnels ». Manuel José Narganes, José Ibarrola, Ramón Campos... et de nombreux professeurs, fonctionnaires, quelques prêtres, etc., sont des figures représentatives de cette nouvelle mentalité12. Il a donc existé une possibilité importante de développer une politique de réformes de grande envergure qui, cependant, ne fut pas utilisée. À la fin de l’année 1800 Urquijo dut quitter le secrétariat d’État et le pouvoir fut accaparé par un groupe où prédominaient les opposants aux réformes. Le secteur réactionnaire triomphait, encouragé en outre par le changement qui s’opérait en France : l’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte suscita dans certains milieux espagnols l’espoir d’une transformation profonde de la République et, même d’un possible retour à la monarchie. En outre, le rapprochement de Napoléon avec le Vatican redonna du courage à tout le secteur réactionnaire espagnol qui prit immédiatement sa revanche sur les Jansénistes. L’Inquisition retrouva son pouvoir, les Jansénistes furent inculpés ou exilés, Urquijo fut proscrit et Godoy revint au pouvoir avec un nouveau titre, celui de généralissime. Mais le Godoy de 1801 n’était plus celui de 1795-98 et ses alliés à la Cour d’Espagne non plus. En fin de compte, à partir de ce moment-là, et jusqu’en 1808, commença une nouvelle période aussi différente du quinquennat précédent que celui-ci le fut des premières années du règne de Carlos IV, pendant lesquelles on lutta de façon plus ou moins sanglante contre la France révolutionnaire. Tout devint plus clair : à l’époque du Directoire, la politique des gouvernements espagnols fut contradictoire, selon qu’elle répondait aux pressions françaises ou à celle des groupes réactionnaires d’opposition intérieure, mais il est indubitable qu’elle progressa de façon sensible sur la voie des réformes ; à partir de 1800, la réaction gagna du terrain de façon écrasante, en même temps qu’en France Napoléon imposait un tournant décisif aux affaires publiques.

Note

1 Voir mon livre La alianza de Godoy con los revolucionarios. España y Francia a fines del siglo XVIII, Madrid, CSIC, 1992.

2 Il nous manque une biographie d’Urquijo et, par conséquent, de nombreux points de sa vie et de son action sont très incertains, comme cette accusation française d’avoir été l’instrument de Godoy quand il accéda au pouvoir. Voir A. de Beraza, Elogio de don Mariano Luis de Urquijo, Ministro Secretario de Estado de España, Paris, L.E. Herhan, 1820 ; Lord H.R. Holland, Souvenirs des Cours de France, d’Espagne, de Prusse et de Russie, Paris, Didot Frères, 1892 ; A. Fugier, Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris, Alcan, 1930, T. I, p. 95 ; « Lettres d’un diplomate danois en Espagne (1798-1800) » [baron Herman de Schubart], publié par E. Gigas, Revue Hispanique, 1902, pp. 402 et 413.

3 Rapport du Ministre des Affaires Etrangères au Directoire, 16 Ventôse An VII (archives des affaires étrangères, Paris, Correspondance politique. Espagne, vol. 655, fols. 159-162.)

4 M. Geoffroy de Grandmaison, L’Ambassade française en Espagne pendant la Révolution (1789-1804), Paris, Plon, 1892, pp. 164-165 ; Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire, T. III, Paris, Hachette, 1896, p. 267.

5 Lettre de Guillemardet au roi d’Espagne, Aranjuez, 3 Ventôse An VII, archives des affaires étrangères, Paris, Correspondance politique. Espagne, vol. 655, fol. 101. Les instructions du Directoire à Guillemardet, Ibid., vol. 652, fols. 330-349.

6 Lettre de Carlos IV au « Président et membres du Directoire », Aranjuez, 22-2- 1799, Ibid., fols. 114-115, original en castillan. Cette lettre est reproduite par A. Muriel, Historia de Carlos IV, Madrid, B.A.E., 1959, T. II. pp. 118-1189 ?

7 Lettre du Directoire à Carlos IV, Paris, 15 Ventôse An VII, Ibid., fols. 151-152.

8 Lettre du Directoire à Carlos IV, Paris, 26 Ventôse An VII, Ibid., fols. 196-197.

9 Dépêche de Guillemardet, 28 Ventôse An VII, Ibid., fols. 199-200.

10 Voir les mesures gouvernementales d’Urquijo dans mon article : « La crisis política de 1799 », in Revista de Historia Moderna, n° 8-9, Université d’Alicante, 1990, pp. 219-232.

11 Rapport de Cléret à Talleyrand (29 Ventôse An VII) et communication du Ministre de la Marine et des Colonies à celui des Affaires Etrangères (4 Ventôse), archives des affaires étrangères, Correspondance politique. Espagne, vol. 655, fols. 205-206 et 118-119.

12 A. Viñao frago, « Libertinos y republicanos en la Murcia del cambio del siglo. Manuel José Narganes y José Ibairrola : el Seminario de San Fulgencio y la Real Fábrica de la Seda », in G. Ossenbach et M. de Puelles (éditeurs), La Revolución francesa y su influencia en la educatión en España, Madrid, unfd, 1990, pp. 371-404 : l’introduction de C. Mas Galvañ à R. Campos, De la desigualdad Personal en la sociedad civil, Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, 1989 ; et A. Mestre, « Religión y cultura en el s. XVIII », in R. Garcia Villoslada (Dir.), Historia de la Iglesia en España, vol. IV, Madrid, B.A.C., 1979, pp. 717 sqq.

Autore

Université d’Alicante

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search