Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Quatrième partie. La période de l’alliance franco-espagnole (1795-1807)

La paix de Bâle, d’après les « Mémoires » de Godoy

Alice Marcet

Texte intégral

1Manuel de Godoy est né à Badajoz, le 12 mai 1767, dans une famille de petite noblesse pauvre. A dix-sept ans, il devient garde du corps de Charles IV. Quatre ans plus tard, en 1788, il devient l’amant de la reine Marie-Louise : sa fortune est assurée. Lieutenant général et duc de la Alcudia, en novembre 1792, à vingt-cinq ans, il est fait premier ministre d’Espagne à la place du duc d’Aranda. Comme aux plus beaux jours de la monarchie des Habsbourgs, et sans doute plus encore, il est un valido tout puissant. C’est lui, pour une bonne part, qui a été à l’origine de la déclaration de guerre de l’Espagne à la France, après la mort de Louis XVI, comme c’est lui qui a été à l’origine de la signature du traité de Bâle, le 22 juillet 1795, qui mettait fin à la première coalition. A cette occasion, il devait être fait Grand d’Espagne et recevoir le titre de Prince de la Paix. Ensuite, en 1796, il allait être le pilier de l’alliance défensive et offensive entre la France et l’Espagne, qui devait coûter très cher à cette dernière. En 1798, la haine du prince héritier, Ferdinand, le parfum de scandale qui l’entoure et l’opposition à ses tentatives de réformes intérieures, aboutissent à son renvoi, avec, toutefois, le titre de capitaine général. Il revient au pouvoir en 1800, maintient l’alliance avec la France contre l’Angleterre, qui aboutit à la défaite de Trafalgar et à la perte de la plupart des colonies espagnoles d’Amérique. Un moment tenté de se rapprocher des coalisés, il revient dans l’alliance française à la nouvelle d’Iéna. De là, une violente réaction, conduite par le prince des Asturies, accusé dès lors de trahison et incarcéré par Charles IV, à l’instigation de Godoy. Au moment où les monarques espagnols s’apprêtent à fuir au Mexique pour échapper à la trop grande influence napoléonienne, le soulèvement d’Aranjuez (18 mars 1808) précipite la chute de Godoy. Emprisonné sur ordre de Ferdinand, libéré par les Français, il rédige, à Bayonne, l’acte d’abdication de Charles IV. Il partage l’exil français des souverains et leurs errances, avant de se fixer à Paris, en 1819. C’est là qu’il écrit ses Mémoires, entre 1836 et 1838. C’est là aussi qu’il meurt, le 7 décembre 1851.

2C’est l’édition parue en 1965, à Madrid, réalisée par don Carlos Seco Serrano, parue en deux volumes dans la Biblioteca de autores españoles, desde la formación del lenguaje hasta nuestros dias, qui a été utilisée. Sous le titre de Memorias críticas y apologéticas para la história del reinado del señor don Carlos IV de Borbón, on a affaire à un vaste plaidoyer pro domo, pour ne pas dire un monument à la propre gloire de Godoy.

  • 1 M. Godoy, Memorias..., Madrid, 1965, p. 66. Voir également l’ouvrage récent de E. La Parra López, L (...)
  • 2 Sur l’Espagne des années 1795-1796, on se reportera à P. Loupes, L’Espagne de 1780 à 1802, Paris, S (...)

3Dans les chapitres VII à XXIX, Godoy explique sa politique à propos de la guerre contre la Convention, puis la paix de Bâle et polémique avec les auteurs du temps, dont il dit qu’ils sont toujours critiques à son endroit, sans crainte de se contredire, aussi bien parce qu’il a préconisé la guerre lorsqu’il fallait le faire que parce qu’il a été favorable à la paix lorsqu’elle a été nécessaire et qu’on a pu la conclure dans l’honneur1 : Andrès Muriel, prêtre espagnol émigré en France depuis 1813, qui a publié, en 1827, une traduction en français de l’œuvre anglaise de William Coxe, L’Espagne sous les rois de la maison de Bourbon, depuis l’avènement de Philippe V, en 1700, jusqu’à la mort de Charles III, en 1788, où notes et addenda contre Charles IV et Godoy abondent, l’auteur opposant constamment la grandeur de Charles III à la faiblesse de Charles IV ; Dominique de Fourt de Pradt, qui a été vicaire général de Rouen, en 1789, et a participé aux États Généraux, avant d’émigrer, en 1791. Rentré en 1801, il est devenu aumônier de Napoléon, grâce à sa parenté avec Duroc (1804), évêque de Poitiers (1805) et a participé à la rencontre de Bayonne et à l’abdication de Charles IV, à la suite de quoi il devait recevoir comme récompense l’archevêché de Malines. Lorsqu’il a perdu ce dernier, après l’échec d’une mission en Pologne, il est devenu un adversaire farouche de Napoléon, qu’il attaque dans son ouvrage intitulé Histoire de l’ambassade dans le Grand Duché de Varsovie en 1812, publié en 1815 après Waterloo. N’ayant pas réussi à rentrer en grâce auprès des Bourbons, il se consacre jusqu’à sa mort, le 18 mars 1837, à la rédaction d’ouvrages d’histoire contemporain. Il porte de nombreuses attaques contre Godoy dans ses Mémoires historiques sur la Révolution espagnole, publié en 1816. Il oppose à ces deux auteurs des témoignages « impartiaux » émanant d’auteurs français comme Lacretelle in Histoire de la France du XVIIIe siècle, en particulier le tome XII, livre XXIII ; ou encore Marcillac, dans son Histoire de la guerre entre la France et l’Espagne en 1793, 1794 et partie de 1795 ; Thiers, dans son Histoire de la Révolution française ; le général Foy, etc.2.

  • 3 M. Godoy, op. cit. p. 30.
  • 4 id. ibid.
  • 5 id. ibid.
  • 6 id. ibid. p. 31.
  • 7 id. ibid. pp. 32-33.

4Godoy commente les relations entre la Convention et les diverses puissances européennes, insistant sur l’attitude provocatrice de la première jusqu’à la condamnation et l’exécution de Louis XVI, et le bien-fondé de la réaction des voisins de la France, face au « torrent » révolutionnaire : « Qui oserait reprocher aux voisins de la France de s’être armés contre lui ? Quels manifestes a publiés alors la Convention afin de calmer leurs inquiétudes ? Par quelles mesures de modération a-t-elle manifesté que son intention se limitait à se défendre ou à combattre ses ennemis sans s’en prendre à l’ordre politique des autres puissances ? Quel peuple ou quel gouvernement a-t-il été épargné par ses diatribes ou ses menaces ?3. La France ne respectait pas ses voisins, qui ne pouvaient donc, en aucun cas, rester neutres4. Il appelle Thiers à la rescousse, rappelant que celui-ci, dans son Histoire de la Révolution française, tome IV, p. 12, déclare que la politique de la Convention l’amenait à ne pas attendre qu’on lui déclarât la guerre, mais au contraire, à la provoquer5. L’exécution du 21 janvier 1793 s’inscrivait dans cette optique et fut l’occasion de la rupture avec toute l’Europe. Donc, la guerre qui devait mettre le continent à feu et à sang fut voulue et provoquée par « les hommes qui opprimaient alors la France »6. La meilleure preuve en est que malgré la douleur et le deuil occasionnés par la mort du roi, le gouvernement espagnol, ainsi que l’aurait déclaré Godoy à Bourgoing, le chargé d’affaires français, au cours d’un entretien officieux, n’avait pas l’intention de déclarer la guerre, même s’il se disait prêt à affronter les troupes françaises si celles-ci prenaient l’initiative. Sans vouloir le démembrement de la France par les coalisés, ce qui aurait rompu l’équilibre européen, l’Espagne souhaitait simplement que la France revînt à plus de modération et cessât de répandre ses doctrines pernicieuses, en particulier en Espagne7. Si l’Espagne n’a pas réagi immédiatement, ce n’est pas par faiblesse, comme le pensent ceux qui ne la connaissent pas, et le gouvernement français lui-même, mais par esprit de modération et par désir de sauvegarder la paix, si cela avait été encore possible. Bourgoing devait quitter l’Espagne, le 23 février 1793. La Convention mettait l’embargo sur les navires espagnols avant même de déclarer la guerre, le 7 mars.

  • 8 id. ibid. p. 35.

5Barère rédigea un rapport pour le Comité de Défense Générale, publié dans le Moniteur du 8 mars, où il disait : « Les intrigues de la cour de Saint-James ont triomphé à Madrid et le nonce apostolique a affûté les poignards du fanatisme dans les États du Roi Catholique »8. Il énonçait également une série de reproches à l’encontre de l’Espagne :

    • 9 id. ibid. p. 35 – Allusion à un décret du ministre Floridablanca par lequel tous les étrangers rési (...)

    que depuis le 20 juillet 1790 le roi d’Espagne avait obligé les résidents français de son royaume à renier leur patrie9,

  • que lors de l’insurrection de Saint-Domingue, les Espagnols avaient livré aux Noirs des armes et du ravitaillement et leur avaient remis des réfugiés français, massacrés par la suite,

  • qu’après le 10 août, les Espagnols avaient rappelé leur ambassadeur à Paris et qu’ils n’avaient pas reconnu l’ambassadeur de la République française,

  • que des troupes étaient massées à la frontière,

  • que l’Espagne donnait de l’aide aux émigrés,

  • qu’il y avait collusion évidente entre les gouvernements espagnol et anglais, bien que ce dernier eût déclaré la guerre à la France,

  • que le gouvernement espagnol laissait se poursuivre les prédications en chaire contre les idées françaises et laissait le peuple molester les Français,

    • 10 id. ibid. pp. 35 à 39.

    etc. etc10.

  • 11 id. ibid. pp. 41 à 47.

6De là, une sorte d’union sacrée et de sentiment unanimement favorable à la guerre contre la France (23 mars 1793) dont Godoy affirme avoir facilité l’éclosion, contrairement à ce que prétend l’un de ses détracteurs, Andrès Muriel, qui oppose la fermeté de Charles III à la pusillanimité de Charles IV et la valeur de Floridablanca à l’incapacité de Godoy, d’où la facilité avec laquelle les idées de la Révolution française se seraient répandues et la France se serait imposée à l’Europe11.

7C’est donc avec tout le pays derrière lui et avec une totale pureté d’intentions que Charles IV, secondé par Godoy, qui en revendique l’honneur, a mené sa politique contre la France.

  • 12 id. ibid. p. 56.
  • 13 id. ibid. pp. 57 à 61.
  • 14 id. ibid. p. 61.

8Godoy se livre ensuite à une relation des campagnes militaires de 1793, en particulier en Roussillon, d’où il ressort que les armées du roi catholique se sont couvertes de gloire, car « Que ne peut-on faire avec des troupes espagnoles et un général comme Ricardos ? », s’exclame-t-il12 . Même la retraite de Peyrestortes s’est faite dans l’ordre et avec tous les honneurs. Godoy profite de l’occasion pour prononcer la louange de son frère, le brigadier Godoy, vainqueur des vétérans de Dagobert à Thuir. Il met en parallèle les batailles de Hondschoote (9 septembre) et de Wattignies (16 octobre) remportées par les armées françaises, d’une part, et celles de Trouillas (8 septembre) et du Boulon (15 octobre) remportées par celles du roi d’Espagne, sans compter les divers succès de novembre et de décembre à Céret, à Villelongue, à Laroque, à Saint-Génis, au col de Banyuls, ceux de Banyuls-dels-Aspres, de Port-Vendres, de Saint-Elme et Collioure, qui ont obligé les Français à s’enfermer à Perpignan, au moment même où ils l’emportaient sur les autres fronts, par exemple au Geisberg, à Wissembourg, à Landau, à Kaiserslautern. Ainsi, tandis que les coalisés, vaincus, sont contraints de repasser le Rhin et de se mettre « sous la protection des canons de Mayence », que les Français prennent leurs quartiers d’hiver dans le Palatinat, les Espagnols, vainqueurs, prennent leurs aises pour camper dans la vallée du Tech13. D’où la nécessité, pour le Comité de Salut Public, de prendre des mesures d’urgence, comme en témoignent le Moniteur ainsi que Barère dans ses comptes-rendus à la Convention14. Sur la frontière de Navarre et des Provinces Basques, non seulement les Français ont été contenus, mais les forces d’Espagne se sont installées en territoire français.

  • 15 id. ibid. p. 62, citant, sans référence, le texte de Pradt.

9Les accusations portées par Pradt contre Godoy sont donc particulièrement mal venues, dit celui-ci, surtout lorsque l’ancien archevêque de Malines affirme « qu’à Madrid, du fin fond du palais, un favori paralysait les succès des années espagnoles et rendait vaines la valeur naturelle du soldat et la dévotion à la patrie dont faisaient preuve les généraux »15. Godoy, lui, considère qu’il a collaboré, au même titre que les autres ministres, au succès des armes espagnoles. Peut-être plus que d’autres puisque, aussi bien, c’est lui qui a fait désigner les chefs militaires qui en devaient être les artisans et leur a fait donner carte blanche pour leurs actions.

  • 16 id. ibid. pp. 63 à 65.

10L’écho résultant de la prise de Toulon a été dû, selon Godoy, au fait que les forces espagnoles n’étaient pas seules, mais unies aux forces sardes, napolitaines et surtout anglaises. Les Espagnols auraient souhaité une action concertée avec les insurgés fédéralistes de Provence, de Lyon, de Bordeaux et même avec les Bretons et les Normands, appuyés sur la révolte vendéenne, afin de chasser le gouvernement révolutionnaire et de le remplacer par une monarchie tempérée. Ce vaste projet devait avorter à cause de l’absence d’un chef capable d’unir toutes les forces d’opposition intérieure en France et surtout à cause de la politique anglaise : le refus anglais de faire venir à Toulon le comte de Provence (comme le souhaitait le gouvernement espagnol) ; le fait qu’il suffisait à l’Angleterre de détruire un port important et de s’emparer de la flotte française ; et, surtout, de faire durer les difficultés internes d’un pays qui lui portait ombrage16. Dans cette affaire, la seule faute de l’Espagne aura été d’avoir fait confiance aux Anglais.

  • i id. ibid. p. 67, note 66 : « Le comte d’Aranda avait plus de facilité et d’avantages lorsqu’il parl (...)

11Au début de 1794, un vaste débat s’est ouvert au Conseil d’Etat sur le bien-fondé de la poursuite de la guerre. Les succès remportés par la France, en effet, ont alors donné une nouvelle vigueur au parti pro-français ou, du moins, favorable aux idéaux des Lumières et qui s’était toujours montré hostile à la guerre. Son porte-parole n’était autre que le comte d’Aranda, ancien ministre de Charles III, ancien ambassadeur d’Espagne à Paris. Il est allé jusqu’à suggérer une alliance franco-espagnole contre les coalisés. Pour Godoy, Aranda raisonnait en termes d’Ancien Régime, à savoir la recherche de l’équilibre matériel entre les puissances, alors que dans le moment, il fallait lutter contre les idées révolutionnaires qui menaçaient le fondement même des régimes monarchiques. Aranda a présenté au Conseil un texte « longuement travaillé », ce qui donne à Godoy l’occasion d’une remarque vipérine à l’encontre du comtei. Il en ressort que le parti de la paix considère que

  1. la guerre contre la France est injuste,

  2. qu’elle est impolitique,

  3. qu’elle est ruineuse,

  4. qu’elle met la monarchie même en péril. Charles IV a écouté cette diatribe du comte d’Aranda sans

  • 17 id. ibid. p. 70.

12« le moindre trouble. Tout l’éclat de la majesté resplendissait dans ses yeux avec une lumière sereine ; on voyait le roi, bien plus que l’homme, dans son attitude noble et calme »17. Godoy s’est donc contenté de présenter les idées du roi sur la question. Il voulait la paix, lui aussi, mais contrairement au comte, seulement lorsqu’elle pourrait se faire avec des garanties certaines et sur des motifs bien fondés, sans qu’il s’agisse d’une « désertion », sans qu’elle « apparaisse comme une infamie aux autres coalisés ». La guerre était juste et nécessaire, nécessaire parce que juste. La France, par ses déclarations, manifestes et autres avait fait que la Révolution ne demeurât pas un fait de politique intérieure, mais elle avait mis le feu à l’Europe, d’où la nécessité de l’intervention. Il ne s’agissait nullement d’imposer quoi que ce fût à la France : le jour semblait proche où les tyrans qui l’opprimaient tomberaient, où un changement politique s’opérerait. Alors l’Espagne se retirerait de la guerre. Si la France était vaincue, il faudrait empêcher alors son démembrement afin de sauvegarder l’équilibre européen. Dans l’immédiat, Charles IV, par la voix de Godoy, mettait le conseil en garde contre deux dangers : l’un, évident, était la violence française ; l’autre, plus subtil et plus grave dans le long terme, consistait dans le fait que l’Angleterre tirait de nombreux avantages de la guerre. Aussi la prudence conseillait-elle de faire face, dans l’immédiat, au premier danger et de se préparer à résister au second. Si la France l’emportait, ce serait la volonté du ciel, le gouvernement espagnol s’y conformerait et rien ni personne ne l’empêcherait de conclure la paix quand il le faudrait, avec l’accord d’autres puissances et toujours dans l’honneur. Godoy relève, au passage, qu’on a beaucoup loué le comte d’Aranda pour avoir voulu faire la paix, alors qu’on l’a vilipendé, lui, pour l’avoir faite !

13Il est surtout résulté de ce débat : la disgrâce du comte, son procès, son emprisonnement à l’Alhambra de Grenade (même l’Inquisition a profité de l’occasion pour se tourner contre lui) et la poursuite de la guerre.

  • 18 id. ibid. p. 87.
  • 19 id. ibid. p. 100.
  • 20 id. ibid. p. 100.

14« C’est alors, diront certains, que se sont réalisées les prévisions du prudent comte d’Aranda »18- La campagne de 1794 a été marquée, en effet, par les défaites des Alliés et donc de l’Espagne, encore que celle-ci ait été, aux dires de Godoy, moins touchée que les autres et sans qu’elle ait démérité. Si Dugommier, vainqueur de La Unión au camp du Boulon (1er mai 1794) malgré l’héroïsme des Espagnols, a progressé jusqu’à Figueres, enlevant Bellegarde, Port-Vendres, Collioure, les Alliés étaient au même moment défaits aux frontières du nord (Fleurus) ou en Italie ; Bellegarde avait soutenu un siège de trois mois, là où Valenciennes était tombée au bout de neuf jours et Condé, au bout de trois. Au cours de l’été et surtout de l’automne, Moncey a remporté quelques succès en Navarre et dans les Provinces Basques, où il a « vengé » l’échec de Roland à Roncevaux, bien que les populations aient opposé des cantiques en l’honneur de la Vierge du Rosaire à la Marseillaise, chantée par les soldats français. Même après la mort de Dugommier, la lutte s’est développée à l’est où, toujours dans l’honneur, et malgré la défense héroïque d’Izquierdo, Roses est tombée aux mains des Français et le front s’est stabilisé sur une ligne allant de l’Escala à Camprodon. « Et c’est ainsi qu’avec les effluves des fleurs printanières nous sont parvenus aussi les premiers murmures de paix, et ils émanaient des ennemis »19. « Etant données les circonstances européennes et le changement de principes et de politique dont la France faisait preuve, le temps était venu d’accueillir la paix si elle se présentait honorable et offrait de meilleurs temps et espérances d’être durable, bien assise. »20. Tout cela ayant été rendu possible par les événements du 9 thermidor.

  • 21 id. ibid. p. 101.
  • 22 id. ibid. p. 102.

15Malgré ses victoires, en effet, la France n’avait que ce moyen de reprendre sa place dans le concert des nations. La coalition avait tout à y gagner depuis que, la Révolution étant par ailleurs un fait acquis, la France avait renoncé à sa politique expansionniste et s’était défaite de « l’association d’anthropophages »21 qui l’avait, elle-même, asservie. Aussi, le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume, qui avait été le premier à prendre les armes quand cela s’était révélé nécessaire, devait-il être le premier à conclure la paix dans l’intérêt de ses peuples, même au prix de quelques sacrifices : par le traité de Bâle, du 5 avril 1795, il reconnaissait la République et lui abandonnait ses territoires situés sur la rive gauche du Rhin, au moins jusqu’à la conclusion de la paix définitive avec l’Empire. Godoy évoque la déclaration de Rewbell à la Convention, qu’il cite de la manière suivante : « La République, gouvernée par des tyrans et agitée par des factieux, a soulevé contre elle les puissances qui semblaient avoir juré sa perte. Voyez-les maintenant venir et opter pour la paix, depuis que vous avez prouvé au monde que l’humanité et la justice seront désormais vos guides dans le gouvernement de ce grand peuple »22. Aux mois de juillet et août, nombreux furent les princes d’empire qui devaient se rendre à Bâle afin de négocier, soit d’eux-mêmes, soit en accord avec l’Empereur.

  • 23 id. ibid. p. 102, note 98.

16Dans ces conditions, l’Espagne n’étant pas la première à accepter la paix offerte, elle pouvait y souscrire en donnant satisfaction à l’opinion, sans déchoir. Il était cependant indispensable d’éviter de faire « ne fût-ce que l’ombre d’un sacrifice exigé par la France », comme ce devait être le cas dans un premier temps. L’Espagne ne pouvait traiter que sur la base du respect total de son intégrité territoriale. En outre, elle demandait un geste de générosité à l’égard des orphelins du Temple qui devraient lui être remis. Godoy ajoute, en note et avec beaucoup d’amertume, que si l’Espagne n’a pas pu réaliser bien des projets désintéressés, la faute en revient « à ceux qui préférèrent les subsides et le parrainage de l’Angleterre » et que lui-même, arrivé en France en pauvre exilé, ne devait même pas recevoir un signe de reconnaissance de la part des Bourbons nouvellement restaurés23.

  • 24 id. ibid. p. 103.
  • 25 Godoy fait, à cette occasion un panégyrique exalté de celle qui fut Notre-Dame de Thermidor, madame (...)

17Cette position officielle du gouvernement de Madrid a déclenché une vive réaction belliciste en France et amené des disgrâces et des changements dans le commandement de l’armée des Pyrénées-Orientales, tandis que des renforts étaient envoyés du côté espagnol en Navarre, que « la Catalogne augmentait par milliers le nombre de ses indomptables miquelets, que de Valence partaient ses fougueux vélites, légers comme le vent, d’Aragon, ses fils valeureux, obstinés et entêtés, avec la baïonnette au bras... »24. En dépit de la reprise de la guerre, et grâce aux interventions espagnoles, le sort des prisonniers du Temple a été quelque peu adouci, même s’il était trop tard pour le Dauphin. La France l’a fait amplement connaître, avec des commentaires flatteurs pour l’Espagne. Sous l’influence de Tallien, les négociations devaient du reste, être bientôt reprises. Godoy pense que la volonté de paix de Tallien était largement conditionnée, d’une part, par les préparatifs d’invasion réalisés en Angleterre et qui devaient aboutir au désastre de Quiberon (20 juillet 1795) et, d’autre part... par l’influence de Teresa Cabarrús25. Il suffisait de trouver des conditions acceptables par les deux parties.

  • 26 id. ibid. p. 104.

18D’un important échange de notes préliminaires, il ressortit que l’on pouvait s’entendre sur la base de la restitution à l’Espagne des places occupées par les Français, moyennant la cession à la France de la partie espagnole de l’île de Saint-Domingue, ce qui, selon Godoy, devait entraîner l’accord unanime du Conseil car l’île se trouvait alors dans un tel état d’anarchie qu’il ne pouvait en résulter que des désastres pour qui la possédait, cette « possession (étant alors) non seulement inutile, mais encore onéreuse pour l’Espagne »26. Plus rien, dès lors, n’empêchait la signature de la paix retardée simplement par ce que le hasard voulut que les plénipotentiaires eurent quelque difficulté à se rencontrer. Cela prolongea la guerre d’un mois, avec quelques rudes combats, par exemple en Cerdagne, où Puigcerdá devait être reprise par les troupes d’Espagne, ainsi que Bellver, tandis que Moncey menaçait Pampelune, occupait Vitoria et Bilbao et poussait jusqu’à l’Ebre, le 24 juillet. La signature eut lieu à Bâle, le 22 juillet, entre don Domingo de Triarte pour l’Espagne, et François Barthélémy, pour la République française. La ratification fut faite par la France, le 1er août, par l’Espagne, le 4. Certains affirment que l’offensive de Moncey sur Miranda de Ebro aurait poussé le gouvernement de Charles IV à précipiter la paix. Pour Godoy, on pourrait tout aussi bien soutenir que la menace espagnole sur Mont-Louis a poussé la France à cette signature.

  • 27 id. ibid. pp. 106-107, note 104.

19Godoy insiste sur le fait que les places rendues par la France à l’Espagne, le sont avec leurs armes et munitions, dans l’état où elles se trouvent au moment de la signature (Article 5 du traité) : or, non seulement elles sont en bon état, mais, et c’est en particulier le cas de Roses, elles ont été améliorées par les Français. Il rapproche ceci de l’article 6 du traité de Lunéville par lequel la France rendra à l’Empire les places de la rive droite du Rhin, mais totalement démantelées27. L’annexion de la moitié espagnole de Saint-Domingue n’est devenue effective que quatre ans après le traité de Bâle. Encore ne sera-ce pas la République française, mais Toussaint Louverture qui la réalisera, en 1799. Les relations commerciales redeviendront ce qu’elles étaient avant la guerre, jusqu’à ce qu’un nouveau traité de commerce ait été négocié. L’Espagne peut maintenir ses relations avec toute autre puissance, y compris celles qui sont toujours en guerre contre la France, comme l’Angleterre. Le traité stipule, naturellement, un échange de prisonniers, étendu aux Portugais servant dans les armées du roi catholique. La paix est établie également avec les Provinces-Unies et le roi d’Espagne pourra servir de médiateur entre le Portugal, Naples, Parme et les divers États italiens et la France, en vue de la paix entre eux.

  • 28 id. ibid. p. 109, notes 111 et 112.

20Godoy fait une série de remarques intéressantes à propos du rôle de médiateur proposé au roi d’Espagne, ainsi qu’au roi de Prusse. Certains, dit-il, considèrent que ces deux souverains se sont déshonorés par leur acceptation, alors que cela doit, au contraire, être totalement porté à leur crédit. Si, comme on le dit parfois, la Prusse a vu là l’occasion d’accroître son influence dans l’Empire, cela entre dans la logique de la défense des intérêts de l’État. Quant à l’Espagne, elle poursuivait un double objectif : sauvegarder les intérêts des princes italiens, et surtout du pape, en favorisant une paix générale qui faciliterait, d’autre part, la restauration de la monarchie en France. Cela ne devait pas aboutir car l’Autriche entendait récupérer tout ce qu’elle avait perdu et qu’elle était encouragée à continuer la guerre par l’Angleterre qui lui promettait constamment son aide. D’abord, la poursuite de la guerre a renforcé la République en France ; ensuite, elle a aggravé les pertes autrichiennes ; enfin elle a permis « qu’un homme dont la capacité et l’ambition seraient restées milles, comme c’est le cas pour tant d’autres capacités et ambitions tous les jours parce que les circonstances ne se prêtent pas à leur épanouissement, soit mis en action et en évidence afin de troubler le monde entier ». L’histoire a amplement confirmé le bien-fondé de la politique de paix menée par l’Espagne et la Prusse à ce moment-là28.

  • 29 id. ibid. p. 110.
  • 30 id. ibid. p. 110.

21« Aucun traité entre la France et les autres puissances à cette époque (et bien moins encore par la suite) demanda moins de sacrifices que le traité de Bâle entre la France et l’Espagne, si on peut appeler sacrifice la cession de la partie espagnole de l’île de Saint-Domingue, déjà terre de malédiction pour les Blancs et véritable cancer accroché aux entrailles de quiconque en serait le maître dans l’avenir (...). Loin d’y perdre, nous avons gagné en nous débarrassant des ennuis que procurait cette île »29. C’est ainsi que conclut Godoy. La paix est venue récompenser la valeur, la fermeté, la pureté d’intentions, l’absence d’hostilité, le sens de l’honneur d’un pays qui n’a jamais combattu stipendié par l’Angleterre ni par quiconque et dont la France n’a jamais oublié qu’il avait été son ami et son allié30.

  • 31 id. ibid. p. 111.
  • 32 id. ibid. p. 111.
  • 33 id. ibid. p. 111.
  • 34 id. ibid. p. 112.
  • 35 Cité par Godoy, ibid. pp. 113-114.
  • 36 Cité par Godoy, ibid. p. 115.

22Cette réalité a pourtant été contestée par les ennemis de Godoy, au premier rang desquels se trouvent l’évêque Pradt et l’abbé Muriel. Pradt, dans ses « mémoires pseudo-historiques » accable de mensonges et d’outrages « ce favori (qui) prétendait diriger les armées de la même manière qu’il gouvernait la cour » et qui n’est autre que lui-même31. L’avance des Français en Espagne, en 1795, n’aurait été contenue que par la signature d’une paix que « le favori s’est appropriée plus par sottise que par insolence, se faisant une gloire des malheurs publics, comme ailleurs de la prospérité et de la réussite »32. Cela vaut à Pradt le titre d’« historien prostitué », qui médit et ment sans vergogne. Quant à l’abbé Muriel, dans son Espagne sous les rois de la maison de Bourbon, volume VI, chapitre III, pages 69-70, s’il accuse Godoy d’avoir signé une « paix honteuse, suivie d’une alliance plus honteuse encore », cela n’exprime que « le prurit de médisance dont est atteint cet auteur »33. Or, Godoy a traité avec une France revenue à de meilleurs sentiments que dans un passé proche et alors que la Prusse, la Suède, le Danemark, la Toscane, Venise et la Suisse avaient déjà envoyé leurs ministres, comme l’Empereur devait envoyer le sien à Bâle, et que la Diète de Ratisbonne poussait son chef à hâter ses négociations avec la République34. Godoy appelle à la rescousse le témoignage des historiens français. Ainsi, Lacretelle écrit dans son Histoire de France au XVIIIe siècle, tome XIII, Livre XIII, pp. 290-291, que le Comité de Salut Public prit l’initiative des pourparlers de paix avec l’Espagne qui répondit avec « le flegme national », tandis que « le duc de la Alcudia (Godoy) mêlait d’importantes actions militaires aux négociations »35. Quant à Marcillac, dans son Histoire de la guerre entre la France et l’Espagne en 1793, 1794 et partie de 1793, il écrit, pages 109 et 111, que le roi catholique a voulu pour ses sujets « une paix solide et durable, lui sacrifiant même les triomphes auxquels se préparaient ses armées »36. D’autres auteurs, comme Thiers, viennent encore confirmer les allégations de Godoy.

  • 37 id. ibid. pp. 116-117, note 125.

23Il convient, ici, de souligner ce que Godoy présente seulement comme une incidente. Il évoque un ouvrage collectif dont les auteurs, dit-il, sont des militaires, intitulé Victoires, conquêtes, désastres, revers, etc. des Français, de 1792 à 1815. Selon ceux-ci, pour faire face aux offensives françaises, il eût fallu mobiliser l’Espagne tout entière dans une lutte dont l’issue était incertaine : or, le contact avec les Français risquait d’amener des mouvements de contestation parmi les minorités. Godoy reconnaît, en note, que ce fut effectivement un argument important en faveur de la paix dans les débats du Conseil, d’autant plus que l’histoire montre que les minorités, appuyées par les armes de l’étranger, peuvent devenir très dangereuses. Il donne comme exemples la déposition d’Henri IV, la révolte des Comunidades de Castille ou des Germanias de Valence sous Charles-Quint, sans compter le redoutable prestige des anciennes constitutions du royaume d’Aragon. En juin 1795, des lettres interceptées avaient montré que les Français faisaient du prosélytisme révolutionnaire non sans quelque succès et que des petits groupes faisaient des « projets démocratiques », divisés seulement sur la question de savoir si on proclamerait une seule république ibérique ou plusieurs, les Français ayant intérêt à la pluralité, afin de pouvoir mieux les dominer. Parmi les partisans de ce mouvement républicain se comptaient de nombreux moines et certaines réunions se tenaient dans les couvents. La « contagion gagnait du terrain » au point qu’à Burgos, une société secrète était prête à accueillir les Français, tandis que dans les milieux proches de la cour, des jeunes gens s’étaient montrés coiffés du bonnet phrygien et que des dames de la noblesse n’avaient pas hésité à arborer les trois couleurs37.

  • 38 id. ibid. p. 118.

24Au total, parce que la paix s’est faite dans l’honneur, dans la gloire, et qu’elle a évité à l’Espagne de sombrer dans l’anarchie, elle a donné lieu à une joie immense. La cour de Madrid, se faisant l’interprète de la « gratitude nationale » a conféré alors le titre magnifique de Prince de la Paix au duc de la Alcudia, c’est-à-dire Godoy, écrit-il lui-même, en se faisant un plaisir de citer l’historien Lacretelle dans le tome IV, chapitre XI, pages 248-250, de son ouvrage38.

  • 39 id. ibid. pp. 120-121.

25Désintéressée, l’Espagne a soutenu sans faiblir la guerre aussi longtemps qu’il a été nécessaire. Par la suite, la République s’effondrait d’elle-même : il suffit de rappeler les crises du printemps de 1795 et surtout celle du 13 Vendémiaire. La Restauration était pratiquement acquise, n’eût été l’intérêt de l’Angleterre pour qui la France n’était pas encore assez diminuée. Elle a entraîné la Russie et l’Autriche à sa suite et la guerre a continué avec sa séquelle de désastres et de ruines pour les puissances européennes et l’irrésistible ascension d’un « homme éclaboussé du sang de ses propres concitoyens », « héros dévastateur », « incarnation de la Révolution », pour le plus grand malheur des peuples : Bonaparte, dont le génie militaire devait permettre à la France de s’emparer d’immenses territoires, aux dépens des princes italiens et de l’Autriche, le tout confirmé lors de la signature du traité de Campo-Formio. Tout cela aurait pu être évité si la paix générale avait été faite en temps voulu, comme la firent à Bâle, la Prusse et l’Espagne39. La seule puissance à avoir sauvegardé son intégrité devait être cette dernière, que la France, non seulement respecta, mais, avec qui elle entretint des relations de sincère amitié durant treize ans, jusqu’à ce qu’un homme, toujours le même, les rompît.

  • 40 id. ibid. p. 123.

26Si des malheurs devaient atteindre l’Espagne, ce ne fut pas à cause de la paix de Bâle, mais parce que, loin de s’opposer à « cet homme », des « traîtres » l’ont appelé, l’aidant ainsi à se rendre maître du royaume. Ces mêmes traîtres ont alors « détrôné Charles IV et enchaîné Godoy »40.

27Mais il s’agit là d’une autre histoire.

Notes

1 M. Godoy, Memorias..., Madrid, 1965, p. 66. Voir également l’ouvrage récent de E. La Parra López, La alianza de Godoy con los revolucionarios. España y Francia a fines del siglo XVIII, Madrid, CSIC, 1992.

2 Sur l’Espagne des années 1795-1796, on se reportera à P. Loupes, L’Espagne de 1780 à 1802, Paris, SEDES, 1985. L’ouvrage le plus récent sur l’ensemble de ces questions est celui de J.R. Aymes (éd.), España y la Revolución francesa, Barcelona, Crítica, 1989.

3 M. Godoy, op. cit. p. 30.

4 id. ibid.

5 id. ibid.

6 id. ibid. p. 31.

7 id. ibid. pp. 32-33.

8 id. ibid. p. 35.

9 id. ibid. p. 35 – Allusion à un décret du ministre Floridablanca par lequel tous les étrangers résidant en Espagne devaient prêter serment de fidélité à la religion catholique, devaient également renoncer à tout droit de relation et de dépendance à l’égard de leur pays d’origine. Tout cela par crainte de la diffusion des idées jacobines.

10 id. ibid. pp. 35 à 39.

11 id. ibid. pp. 41 à 47.

12 id. ibid. p. 56.

13 id. ibid. pp. 57 à 61.

14 id. ibid. p. 61.

15 id. ibid. p. 62, citant, sans référence, le texte de Pradt.

16 id. ibid. pp. 63 à 65.

17 id. ibid. p. 70.

18 id. ibid. p. 87.

19 id. ibid. p. 100.

20 id. ibid. p. 100.

21 id. ibid. p. 101.

22 id. ibid. p. 102.

23 id. ibid. p. 102, note 98.

24 id. ibid. p. 103.

25 Godoy fait, à cette occasion un panégyrique exalté de celle qui fut Notre-Dame de Thermidor, madame Tallien : « Dans les fers de sa prison, où elle était gardée pour être envoyée au supplice, elle conçut l’idée de libérer une infinité de victimes : son talent, son énergie, sa persévérance lui permirent de réussir. Jamais les grâces et l’influence du beau sexe n’avaient obtenu de triomphes aussi grands que les siens. Cette femme illustre n’a pas oublié le pays où elle était née, elle a souhaité la paix et contribué à procurer ce bien aux deux nations ».

26 id. ibid. p. 104.

27 id. ibid. pp. 106-107, note 104.

28 id. ibid. p. 109, notes 111 et 112.

29 id. ibid. p. 110.

30 id. ibid. p. 110.

31 id. ibid. p. 111.

32 id. ibid. p. 111.

33 id. ibid. p. 111.

34 id. ibid. p. 112.

35 Cité par Godoy, ibid. pp. 113-114.

36 Cité par Godoy, ibid. p. 115.

37 id. ibid. pp. 116-117, note 125.

38 id. ibid. p. 118.

39 id. ibid. pp. 120-121.

40 id. ibid. p. 123.

Notes de fin

i id. ibid. p. 67, note 66 : « Le comte d’Aranda avait plus de facilité et d’avantages lorsqu’il parlait que lorsqu’il écrivait. L’ardeur de son caractère et la haute idée qu’il avait de lui-même lui montaient à la tête dans les débats et cela lui donnait une certaine force quand il disait sa pensée en improvisant ; mais par ailleurs, cette même chaleur lui nuisait souvent car elle l’empêchait de respecter son auditoire, lui faisait prendre un ton toujours hautain et coléreux à l’extrême. Ses écrits avaient, bien qu’à un moindre degré, le même caractère d’orgueil et de désir de domination, mais ils étaient tous lourds et indigestes, leurs idées confuses et emmêlées, la phrase malaisée, les idées mal enchaînées... le tout plein de circonlocutions rendant les concepts particulièrement confus. Ce jugement n’est pas seulement le mien : tout le monde lui a trouvé ces mêmes défauts ».

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search