Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Quatrième partie. La période de l’alliance franco-espagnole (1795-1807)

France-Espagne : réflexions sur des politiques extérieures (1701-1808)

Michel Péronnet

Texte intégral

1Dans son Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe publié en 1713 à Cologne un des négociateurs, l’abbé de Saint-Pierre, établit un classement des « dix-neuf plus puissants souverains de l’Europe, appelés à signer les cinq articles fondamentaux pour la formation du corps européen. Savoir : 1. L’Empereur. 2. Le Roi de France. 3. Le Roi d’Espagne. 4. Le Roi de Portugal. 5. Le Roi d’Angleterre. 6. La République de Hollande... ». Du septième au quinzième rang se placent, dans l’ordre : les rois de Danemark, de Suède, de Pologne, « la Tsarine, l’Electeur de Saxe, le Roi de Prusse, l’Electeur de Bavière, l’Electeur Palatin ». A la quinzième place viennent « les Suisses », à la seizième, « le Duc de Lorraine ». Enfin ferment la marche : « La République de Venise, le Grand Duc de Toscane, le Roi de Sardaigne ». Ces dix-neuf plus puissants souverains d’Europe forment le corps européen et contribuent « chacun selon son revenu et ses charges aux dépenses communes pour la subsistance des troupes de l’alliance générale sur les frontières ». Ainsi se trouve posée la situation initiale permettant d’étudier les relations entre la France, l’Espagne et la République de Hollande à l’orée du XVIIIe siècle.

2En 1713 en effet, les traités d’Utrecht et de Rastatt sont les instruments diplomatiques qui permettent l’installation d’un Bourbon sur le trône d’Espagne au prix de sacrifices importants les uns à long terme bénéfiques comme la perte des Pays-Bas défendables seulement si la route des Flandres est maintenue ouverte, les autres à court terme, facteurs de guerre comme l’éviction d’Italie, de Minorque, de Gibraltar et les avantages commerciaux et coloniaux concédés à l’Angleterre. Dans les relations entre la couronne de France et la couronne d’Espagne dès lors la notion dynastique et familiale devient un élément important : le Bourbon de Versailles est chef de nom et d’armes de la Maison. Les rapports entre les parents se règlent par la signature de Pactes de famille.

3Du côté français, il y aura lieu de suivre les divers "systèmes" mis en œuvre par les ministres : système Chauvelin, système Fleury, système d’Argenson, système Choiseul, système Vergennes. Si l’on ajoute à tous ces « systèmes » ministériels l’active politique de Louis XV et sans doute de Louis XVI menée par « le secret du Roi », on peut constater que les rapports entre France et Espagne sont ainsi animés par des hommes avec leurs sympathies et leurs antipathies. Des variations d’orientation notamment en France sont imputables à des choix stratégiques : politique continentale contre politique maritime ; alliances anti-autrichiennes où l’Espagne n’a guère de rôle à jouer ; alliances anti-anglaises où l’Espagne a non seulement un rôle à jouer mais à propos desquelles le souverain espagnol prend quelquefois des initiatives.

4Du côté espagnol, au temps de Philippe V et de la reine Elisabeth, la récupération des territoires italiens perdus à Utrecht et Rastatt est l’élément déterminant des orientations espagnoles et quelquefois le roi de France se trouve pour un temps entraîné dans des alliances anti-espagnoles.

5La Révolution Française modifie radicalement les rapports entre le roi des Français et le roi d’Espagne et ensuite entre la République qui a jugé et exécuté le chef de la branche aînée des Bourbons. Il faut cependant remarquer qu’à l’exclusion d’une guerre assez courte des deux campagnes de 1793 et de 1794, la paix règne entre la République française et la couronne d’Espagne. Les rapports entre les deux pays iront même jusqu’à la conclusion d’alliances offensives et défensives contre l’Angleterre.

6Les enjeux des relations franco-espagnoles pendant le XVIIIe siècle sont considérables et multiples. Leur définition, l’étude de leur évolution permet de mettre en évidence les mobiles des relations extérieures entre deux espaces de souveraineté : la France et l’Espagne, dans le cadre d’un espace plus vaste en cours de construction : l’Europe. La Révolution française en modifiant les lignes de force de cette Europe propose le passage à l’Europe de la république universelle sans référence religieuse à la place de l’Europe des princes chrétiens, fussent-ils éclairés.

7Les différents facteurs des relations entre Etats peuvent ainsi être mis en évidence, leur évolution relative analysée ainsi que le dosage de l’importance de ces divers facteurs dans les combinaisons du moment. Le premier de ces facteurs est le facteur dynastique : les membres d’une même maison souveraine, les Capétiens de la branche Bourbon, sont installés sur plusieurs trônes d’Europe. Ce facteur entraîne des types de relations familiales très divers entre les membres de la dynastie et ces dissensions familiales se mesurent à travers les mariages, les successions patrimoniales et des conceptions de gouvernement mêlant souvent des considérations fondées sur l’affection ou l’amour ou encore l’autorité fraternelle avec des considérations liées à l’honneur et à la gloire de la dynastie ou encore avec des considérations générales relevant de la stratégie générale.

8Les deux couronnes ont des intérêts mondiaux par leurs commerces, leurs colonies, et le heurt des intérêts mondiaux au XVIIIe siècle fait surgir des zones d’affrontement à l’échelle du monde. Les deux couronnes se heurtent là à un rival de taille : l’Angleterre et sa stratégie d’acquérir « l’empire des mers ». La conséquence de cette mondialisation des problèmes pour certains Etats Européens, est d’imposer un choix stratégique : la mer et la marine, le continent et l’armée. L’Angleterre, malgré le boulet hanovrien, a choisi la mer et elle organise un outil puissant : la Royal-Navy. L’Espagne a tendance, avec le souhait d’annexer le Portugal, à privilégier la mer donc la marine. La France, puissance prestigieuse sur le continent, est engagée dans les conflits européens pour maintenir sa prépondérance mais elle ne peut négliger la mer et entretient une marine suffisante. Vers la fin du XVIIIe siècle, ces enjeux mondiaux finissent par l’emporter et l’on peut penser que les alliances françaises, espagnoles, hollandaises, victorieuses dans la guerre d’Amérique, deviennent une donnée fondamentale des relations extérieures. Un front secondaire en Méditerranée s’ouvre pour les Français des échelles du Levant et pour les Espagnols des présides d’Afrique du Nord. L’irruption des Russes en Méditerranée après Tschesme pousse naturellement la France et l’Espagne à l’alliance.

9En 1625, le comte duc d’Olivares dans un mémorandum adressé au roi, précise que « l’affaire la plus importante de sa monarchie est qu’il devienne roi d’Espagne.. Si votre Majesté obtient qu’il n’y ait aucune différence entre les royaumes [Portugal, Aragon, Valence], elle sera le prince le plus puissant du monde... » A la même époque, Richelieu intervient auprès de Louis XIII en lui soumettant ses projets : « Si votre Majesté veut se rendre le roi le plus puissant du monde... ». Les deux ministres posent en excellents termes les visées stratégiques des souverains dans l’Europe des princes chrétiens : accéder à la puissance mondiale. La course à la puissance commence en ce début du XVIIe siècle et l’on pourra à partir de ce moment étudier la montée des grandes puissances et poser le problème de la naissance et du déclin de ces grandes puissances.

10A l’issue des grandes coalitions contre Louis XIV se place la signature des Traités d’Utrecht et de Rastatt qui apparaissent comme les instruments diplomatiques de référence pour l’Europe jusqu’à la nouvelle redistribution des cartes au Congrès de Vienne en 1815.

11La couronne d’Espagne est reconnue par l’Europe à Philippe, petit-fils de Louis XIV, à condition de renoncer à la couronne de France pour lui-même et ses descendants. Or en 1713, Louis XIV n’a plus qu’un seul descendant direct : Louis, âgé de 5 ans. Dans la coutume française de la monarchie héréditaire, dynastique et successive par ordre de primogéniture mâle selon l’ordre providentiel de Dieu, le roi régnant détient la monarchie en dépôt viager sans pouvoir aucunement en disposer. La règle de droit international nouvelle vient s’imposer sur la règle coutumière de droit monarchique. En cas de disparition du jeune Louis, la couronne reviendrait par droit successif d’essence divine à Philippe V et par droit international consacré par des traités au duc d’Orléans. Tant que cette question ne sera pas résolue par le mariage de Louis XV et la naissance d’un Dauphin, elle pèse sur les relations entre la France et l’Espagne. La question de succession réglée il ne restait aucun obstacle à de bonnes relations fondées sur l’appartenance des souverains à la même maison dont le chef est le roi de France.

12La politique de mariage est le complément normal de la monarchie dynastique : c’est grâce à elle que l’Autriche – la maison d’Autriche – a réussi à s’imposer en Europe en accumulant les successions. Les souverainetés réunies sur la tête de Charles Quint pouvant être considérées comme l’accomplissement le plus réussi de cette politique. Le contrôle du Portugal par la couronne espagnole peut aussi être invoqué comme un excellent résultat d’une politique des deux maisons royales. La succession d’Espagne est aussi née de cette politique de mariage : l’on sait que Louis XIII et Louis XIV ont épousé des infantes, tout comme Ferdinand et Léopold. Il se trouve que les rois de France ont épousé des aînées et les empereurs des cadettes. C’est aussi pour revendiquer leur héritage apporté en mariage par des infantes que l’Électeur de Bavière ou le duc de Savoie interviennent dans la succession. En effet, la monarchie apparaît aussi comme une affaire de patrimoine et de transmission du patrimoine selon des droits complexes variables selon les lieux. La guerre de succession d’Espagne révèle parfaitement ces diverses facettes du régime monarchique notamment cette conception patrimoniale de la possession.

13Philippe V épouse en secondes noces Elisabeth Farnèse qui par un jeu compliqué d’alliances matrimoniales apporte ses droits sur Parme, Modène et la Toscane. Philippe V roi d’Espagne, se trouve impliqué dans les complexes affaires italiennes où il trouve face à lui un empereur désireux d’affirmer sa suzeraineté sur cette partie de l’Empire en investissant des princes qui lui doivent foi et hommage ; où il trouve aussi un duc de Savoie devenu roi de Sicile. Il accepte auprès de lui comme principal ministre Alberoni qui le pousse à s’engager à fond en Italie. Philippe V voit aussi en Italie des souverainetés pour ses fils du second lit écartés de la succession d’Espagne par la primogéniture. Ainsi la couronne d’Espagne écartée d’Italie par les traités d’Utrecht et de Rastatt entame-t-elle une politique de reconquête qui entraîne avec elle une politique d’intervention en Méditerranée occidentale contre les Etats barbaresques pour assurer la sûreté des communications maritimes.

14Les traités d’Utrecht et de Rastatt avaient d’autres conséquences sur les choix stratégiques du roi d’Espagne. En permettant une intervention anglaise dans les colonies espagnoles, il poussait le roi d’Espagne à une politique d’organisation et de défense des colonies, ce qui impliquait une politique navale pour assurer des communications étendues de Manille à Cadix en passant par Porto-Bello et la Vera-Cruz.

15Les Anglais, par négociation, se sont imposés comme partenaire commercial privilégié au souverain du Portugal et ils profitent du trafic brésilien plus spécialement de l’or. Le roi d’Espagne voit d’un mauvais œil son ennemi colonial installé à ses portes. Faut-il ajouter qu’en donnant aux flottes anglaises deux points d’appui stratégiques : Gibraltar et Minorque, les traités d’Utrecht et de Rastatt ne contribuent pas au rétablissement de relations paisibles entre les couronnes d’Espagne et d’Angleterre ?

16Les clauses commerciales des traités d’Utrecht et de Rastatt provoquent de larges brèches dans le système de l’exclusive espagnole puisque un des contrats (asiento) de la couronne, celui du monopole du trafic des esclaves, est donné pour 30 ans aux Anglais. Ces mêmes marchands anglais obtiennent la permission, par levée de l’exclusive, d’envoyer aux foires de Porto-Bello un vaisseau de 500 tonneaux chaque année : très vite, le vaisseau reste au large des côtes américaines, se remplit continuellement pour se revider à chaque occasion propice.

17Du côté français, le régent puis le ministre Bourbon ont une politique étrangère dominée par le souci de permettre l’accession au trône de la branche d’Orléans en cas de disparition du jeune roi d’où le nécessaire appui de l’Angleterre et de l’Empire pour obtenir l’application du droit international dans l’éventuelle succession française. Sur ce terrain du droit international et de la reconnaissance des changements dynastiques par le concert européen, le régent retrouve les rois d’Angleterre issus de la Glorieuse Révolution. Le droit successoral anglais a été établi par le parlement anglais qui a fait de la religion protestante la condition du choix du roi dans un cadre dynastique par primogéniture mâle sans exclure ni l’accès au pouvoir des femmes, ni la transmission du pouvoir par elles. Il existe face aux souverains issus de la Glorieuse Révolution les descendants des souverains Stuart évincés par cette « révolution » qui invoquent un principe de légitimité.

18La succession monarchique de l’Angleterre a appelé au trône, tenant ses droits des femmes, l’électeur de Hanovre. Devenu le roi d’Angleterre Georges I, cet électeur du Saint-Empire conserve un vif intérêt pour les affaires allemandes et au delà pour la Baltique. Cette Baltique où par ailleurs la Royal Navy se ravitaille en bois de construction, en mats, en goudrons et en poix.

19La France, sur ce point, dispose de ses alliances traditionnelles de revers : la Suède, la Pologne, la Turquie, ce qui amène souvent à suivre une politique traditionnelle anti-Habsbourg ou anti-autrichienne. La percée des nouvelles monarchies prussienne ou moscovite n’est pas encore suffisamment affirmée pour que la paix du Nord et la paix de Passarowitz étant signées, un intérêt français se signale en direction de l’Europe centrale et orientale.

20Les traités d’Utrecht, de Rastatt, tout en réglant un certain nombre de problèmes laissaient deux insatisfaits : l’empereur Habsbourg frustré de la Couronne d’Espagne détenue par sa maison depuis Charles Quint et Philippe V, roi d’Espagne, Bourbon, qui veut rétablir à son profit le patrimoine réuni autour de la couronne d’Espagne par les Habsbourgs notamment en Italie et défendre les colonies contre tout empiètement. Il rencontre parmi les peuples qu’il gouverne un parti espagnol qui pousse à cette action. Il trouve en Elisabeth Farnèse une adhésion complète. L’Italien Alberoni seconde le projet de Philippe V. Entre 1715 et 1725, les rapports franco-espagnols ne sont pas bons pour des raisons dynastiques ; la légitimité monarchique successive de France et pour des raisons de prestige, de gloire, d’honneur que le régent voudrait acquérir et que Philippe lui refuse. En fait, tous les belligérants sont financièrement à bout, certaines provinces, lieu de combat, sont en pleine reconstruction. Les armées sont licenciées pour la plupart. Les marines, qui ont beaucoup servi, ne sont pas renouvelées.

21Les ennemis de la veille : l’Angleterre et les Provinces-Unies d’une part, le royaume de France d’autre part, s’unissent entre eux pour maintenir la paix en Europe contre les mécontents d’Utrecht : Philippe V, Charles VI. La triple alliance du 4 janvier 1717 unit les trois puissances pour le maintien de l’équilibre européen. Le ministre du régent, Dubois, le ministre Stanhope s’entendent pour maintenir la paix et toutes les tentatives espagnoles échouent sur intervention de la flotte anglaise ou de la diplomatie française. Le 9 juillet 1717 les forces espagnoles débarquent en Sardaigne, possession de l’empereur, et entament le siège de Cagliari. Un an plus tard l’escadre anglaise de Méditerranée détruit une escadre espagnole qui appuyait des opérations de débarquement en Sicile. Le 19 octobre 1718, l’Angleterre déclare la guerre à l’Espagne, bientôt suivie par la France le 9 janvier 1719. Durant la campagne de 1719, les forces espagnoles subissent des revers : sur terre, en Pays-Basque, devant les troupes françaises ; en Sicile devant les troupes impériales ; sur mer devant la Royal Navy qui bloque les côtes et bombarde Vigo. Le traité du 26 janvier 1720 met fin à cette guerre : Victor Amédée reçoit la Sardaigne en échange de la Sicile qui va à l’empereur. Philippe V est reconnu roi d’Espagne par l’empereur. Un des fils de Philippe V et d’Elisabeth Farnèse reçoit le duché de Parme.

22Ce qu’on a pu appeler le système de Stanhope se met en place entre 1713 et 1720. Il repose sur un système de 1barrières1 déployées contre la France : aux Pays-Bas devenus autrichiens, aux Provinces-Unies, en Lorraine, en Savoie, en Bavière. Il repose aussi sur la mise en activité de points d’appui pour la Royal Navy : Gibraltar, Minorque, Hanovre, et des interdictions internationales privant l’adversaire de ces points d’appui : démilitarisation de Dunkerque et fermeture de l’Escaut. Le système est complété par des accords commerciaux bilatéraux : tel l’accord Angleterre-Portugal connu sous le nom du négociateur anglais : le traité de Methuen conclu en1703.

23En mai 1721, se place une des dernières initiatives de la papauté pour réconcilier entre elles les puissances catholiques qui n’aboutit pas.

24Les années 1724-1725 sont celles de la liquidation du contentieux franco-espagnol. Le fils de Philippe V, devenu roi d’Espagne le 9 février 1724 meurt le 31 août et Philippe reprend la couronne. Le 1er mars 1725, le projet de mariage prévu entre une infante et Louis XV est annulé ; l’infante est renvoyée en Espagne et Louis XV épouse une princesse plus âgée qui peut lui donner des héritiers : un dauphin naît en novembre 1729. Les espoirs de Philippe V de réunir sur sa tête les deux couronnes de France et d’Espagne s’éloignent et libèrent ainsi une politique dynastique qui aurait dû s’appuyer sur le droit successif des Capétiens contre le droit international des traités européens et qui n’a plus dans l’instant aucune raison de remettre en cause ce droit international.

25En 1727, une courte guerre oppose Anglais et Espagnols marquée par l’échec espagnol dans la tentative de reprendre Gibraltar.

26Le maintien de la paix en Europe s’appuie sur la volonté de deux ministres : Fleury en France et Walpole en Angleterre, tous deux pendant près de 20 ans réussissent à éviter les grandes crises belliqueuses comparables à celles de la fin du règne de Louis XIV. Dans l’ensemble, les deux hommes s’ingénient à maintenir le statu quo sur la base des traités d’Utrecht et de Rastatt.

27La question italienne reste une pomme de discorde entre Philippe V et l’empereur Charles, les deux rivaux de la succession d’Espagne qui, malgré des tentatives d’accord, notamment en 1729, ne parviennent pas à établir une paix durable. Beaucoup de projets de l’empereur inquiètent la Quadruple Alliance notamment ceux qui visent l’établissement de relations commerciales entre l’Autriche et le monde par les ports de la côte adriatique. D’autres projets autrichiens contre les Ottomans, contre la Pologne, aboutissent à la mise en place d’un système de relations en Europe centrale et orientale. Entre les deux systèmes de relations les liens demeurent restreints et, entre 1725 et 1740, reposent sur la reconnaissance de la succession dynastique des Habsbourgs selon les dispositions de la Pragmatique sanctionne texte, acte du souverain, modifie l’ordre de succession de la branche autrichienne des Habsbourgs. On retrouve là les facteurs dynastiques, les facteurs familiaux, les facteurs patrimoniaux, le heurt des droits : ceux d’un royaume, ceux du droit international, ceux du droit divin de la monarchie héréditaire dynastique et successive. A cela vient s’ajouter l’existence au centre et à l’Est de l’Europe d’immenses territoires de statut incertain dont l’annexion procure à bon compte gloire et succès aux princes conquérants. Les souverainetés sur lesquelles reposait l’équilibre de l’Europe Centrale et Orientale se sont affaiblies par rapport aux souverainetés nouvelles qui se sont renforcées en Autriche, en Prusse et en Russie. Reste enfin l’élément non négligeable d’entente en Europe centrale et orientale : la présence d’un ennemi commun des princes chrétiens le sultan ottoman musulman. Les relations entre Etats d’Europe centrale et orientale tendent à s’établir entre ces Etats et à former un système indépendant. L’Angleterre cependant pour la Baltique et le Hanovre, la France pour des raisons de prestige international et de respect des alliances traditionnelles avec la Suède, la Pologne, l’Empire Ottoman, la Hollande pour la Baltique, sont amenées à s’intéresser aux problèmes d’Europe centrale et orientale. La succession d’Autriche pèse sur les relations internationales entre les Etats européens et Philippe V profite de cette situation d’expectative encouragée par Fleury en France et Walpole en Angleterre qui veulent éviter le retour de conflagrations générales comme la guerre de la ligue d’Augsbourg ou de la guerre de succession d’Espagne provoquées par les réactions européennes à la tentative d’hégémonie française. Louis XIV avait développé des projets stratégiques débouchant sur des conquêtes, « s’agrandir est la plus noble occupation d’un roi », contribuant à la gloire du roi qui se répand sur tout le royaume. Les Mémoires de Louis XIV ne laissent planer aucun doute : « Il m’était bien doux de trouver ma gloire dans celle d’un Etat aussi puissant que ce royaume ». Du côté anglais, les facteurs gloire et conquêtes s’étaient estompés avec les princes hanovriens. Les milieux marchands et bancaires anglais représentant les « monneyed interests », avaient été satisfaits par les clauses des traités d’Utrecht et de Rastatt ; ils se méfient des projets de l’empereur sur l’Escaut et Anvers, sur Trieste et l’Adriatique. Dans les deux diplomaties, la française, avec Chauvelin, l’anglaise, avec Newcastle, dominées par les influences de Fleury et de Walpole, se met en place une tradition transmise par les bureaux des ministères et les diplomates de carrière ; la tradition anti-autrichienne, devenant quand celle-ci s’estompe, la tradition anti-espagnole. C’est en effet par rapport à ces deux inspirations que s’orientent les relations diplomatiques de la France comme de l’Angleterre.

28En 1731, la mort du duc de Parme devient l’occasion d’un affrontement entre l’Autriche et l’Espagne. Le souverain Habsbourg, en même temps empereur du Saint-Empire, rappelle les droits impériaux en Italie du Nord : droit d’investiture des souverains et échange de foi et hommage. L’intervention de la France et de l’Angleterre permet d’éviter une extension du conflit et Don Carlos, fils de Philippe V et d’Elisabeth Farnèse devient duc de Parme : par lui les « Espagnols » reviennent en Italie et ouvrent à nouveau la Méditerranée occidentale.

29La guerre de succession de Pologne permet de nouer une alliance entre la France et l’Espagne en novembre 1733 connue sous le nom de Pacte de famille. Ce pacte unit entre eux tous les souverains de la dynastie des Bourbons, le roi de France, étant reconnu comme le chef de la branche aînée : voilà pour l’aspect dynastique et héréditaire. Le pacte repose sur le sentiment « d’union, d’amitié, d’alliances » qui unit entre eux les membres d’une même famille « dans une amitié la plus étroite » et aussi longtemps que vit la famille, voilà pour le sentiment familial. Le pacte engage les contractants mais aussi « leurs héritiers et successeurs », voilà pour l’aspect transmission patrimoniale. De la dynastie, de la famille, on glisse à la souveraineté de chacun dans son Etat et aux objectifs de la politique : « contribuer avec sincérité et efficacité à tout ce qui a trait à l’honneur, la gloire et aussi les intérêts et les entretiens de l’autre ». L’alliance fondée sur le sentiment familial, le sentiment dynastique, le sentiment monarchique s’accompagne de dispositions offensives et défensives de mutuelle assistance pour « se porter réciproquement garantie de tous leurs royaumes, Etats et seigneuries en Europe et au dehors ». Les articles 3 et 4 sont de circonstances, mais ils sont susceptibles d’extension : de circonstances puisqu’ils portent sur la garantie des droits de l’infant Don Carlos sur Parme, Plaisance et la succession grand ducale de Toscane, mais susceptibles d’extension puisqu’ils prévoient une intervention du roi très chrétien : « si l’Angleterre suscitait des hostilités.. » : cette fois l’ennemi commun est clairement désigné. Ces articles sont d’autant plus importants que le « présent traité demeurera totalement secret... ». La conclusion est claire : « Le présent traité... sera considéré comme un pacte de famille perpétuel et irrévocable... qui doit pour toujours convaincre le monde de l’amitié la plus étroite entre leurs majestés catholiques et très chrétiennes ».

30La France réussit à obtenir la neutralité des Provinces-Unies et du roi de Sardaigne, ce qui permet à l’Espagne de s’emparer de Naples et de la Sicile, en prenant Gaete et Capoue (novembre 1734) et la Sicile (août 1735). Ce but étant atteint, la politique française s’infléchit en faveur de l’Autriche tout au moins pour l’Italie. Le révélateur de cette nouvelle orientation est clans le cadre des connivences Fleury-Walpole, le renvoi du chef de la diplomatie française Chauvelin : le « système de Chauvelin » reposait entièrement sur une conviction anti-Habsbourg, anti-Autriche, et sur le développement et l’affermissement de l’alliance espagnole. Le 9 juillet 1737, Chauvelin renvoyé, la situation diplomatique est débloquée et un accord inspiré par la France règle les rapports entre la France, la Lorraine, la Pologne, l’Espagne et l’empereur. Le roi de Pologne, beau-père du roi de France renonce à sa couronne polonaise et reçoit le duché de Lorraine : ce duché entre dans son patrimoine et est appelé à être transmis à ses héritiers, les fils de sa fille, les futurs rois de France. Le duc de Lorraine se voit reconnaître l’expectative du grand-duché de Toscane. En échange de l’abandon de ses droits sur la Toscane, l’infant Don Carlos reçoit le royaume de Naples.

31Les Anglais maintenaient grâce à l’asiento des esclaves et grâce aux vaisseaux de permission leur pression sur le commerce colonial espagnol. Le gouvernement espagnol de son côté donnait des instructions de fermeté aux commandants d’escadres chargés d’empêcher la contrebande. Du côté anglais, les entraves mises à la contrebande par les Espagnols provoquaient des réactions vives parmi les milieux du négoce maritime qui se sentaient mal soutenus par Walpole. Les relations extérieures de l’Angleterre, en effet, ne dépendent pas seulement du souverain ou de ses ministres, les assemblées, Chambre des Communes, Chambres des Lords, interviennent dans la conduite de ces affaires : elles sont pour partie l’expression d’une opinion publique dont les dirigeants anglais doivent tenir compte. En 1738, Robert Jenkins, capitaine du Rebecca montre partout son oreille coupée par les gardes-côtes espagnols et répond quand on l’interroge sur ses sentiments en face de tels barbares : « J’ai remis mon âme à Dieu et ma cause à mon pays » Dans une ambiance hostile à l’Espagne et favorable à une déclaration de guerre, l’oreille de Jenkins joue un rôle important et cristallise les oppositions au pacifisme de Walpole forcé de déclarer la guerre à l’Espagne en octobre 1739. Les opérations navales commencent pendant la campagne de 1740 : une escadre anglaise est envoyée aux Antilles et contre Porto-Bello. Les escadres espagnoles et une escadre française sont envoyées en renfort.

32Le 20 octobre 1740, la mort de l’empereur Charles VI déclenche la guerre de succession d’Autriche qui affecte l’Europe entière et qui se poursuit, par la guerre de sept ans, jusqu’en 1763 avant que les voies divergent entre une Europe atlantique du grand large et une Europe continentale de l’accumulation des territoires sous une même couronne.

33La diplomatie française devient à cette époque extrêmement difficile à suivre dans la mesure où le Conseil du roi, le ministre des affaires étrangères, le personnel diplomatique permanent des bureaux ministériels, des ambassades et des consulats est souvent mis en concurrence avec un « secret du roi » ou encore avec un ambassadeur extraordinaire qui semble agir de sa propre initiative comme le maréchal de Belle-Isle.

34Des fronts nouveaux s’ouvrent pendant cette guerre : fronts continentaux plus ou moins habituels : Italie du Nord, Pays-Bas, vallée du Danube, mais d’autres le sont un peu moins : Canada, Antilles, Indes, Amérique du Sud et Méditerranée occidentale. La couronne d’Espagne s’engage peu sur le continent, en Italie, pour soutenir les droits de Don Philippe et du roi de Naples, Charles, en revanche on voit apparaître des escadres combinées franco-espagnoles en Amérique et en Méditerranée.

35Durant la guerre de succession d’Autriche, les principaux inspirateurs des orientations diplomatiques européennes disparaissent : en février 1742 Walpole doit démissionner sous la pression des membres de la chambre des communes, soutenus par une opinion publique soudée ; en janvier 1743, le cardinal de Fleury, principal ministre, meurt après avoir exercé les responsabilités du pouvoir auprès de son royal élève Louis XV depuis près de vingt ans ; le 9 juillet 1746, Philippe V disparaît à son tour et la couronne revient à Ferdinand, son second fils d’un premier lit qui a épousé Marie de Portugal. Ferdinand est un personnage royal énigmatique, sa politique parait inspirée par un idéal de paix chrétienne s’exprimant clairement dans cet adage « paz con todos y guerra con nadie » qui trouve chez Louis XV un écho très favorable. Une certaine historiographie parle à leur propos de politique fénelonienne. En mai 1748, Louis XV adresse une lettre à Ferdinand VI allant dans le sens d’une paix sans vainqueur ni vaincu. Il est possible d’expliquer la paix blanche d’Aix-la-Chapelle par ce désir des deux souverains occidentaux de mettre fin à une guerre devenue sans objectif : Louis XV est le chef d’une maison souveraine dont le Pacte de famille renouvelé en octobre 1743 assure la cohésion et qui s’inspire d’un idéal chrétien.

36En octobre et novembre1748, le traité d’Aix-la-Chapelle est le nouvel instrument diplomatique régulateur des relations internationales. La question italienne est réglée en faveur des fils d’Elisabeth Farnese et de Philippe V : Charles devient roi de Naples, Philippe duc de Parme. Le roi de France trouve intérêt à ce rééquilibrage en faveur des Bourbons contre l’empereur dans la mesure où la guerre de succession d’Autriche a montré notamment en 1746 le manque de couverture du flanc sud du royaume : les Impériaux et les Sardes ont menacé la Provence. La combinaison des forces maritimes et des forces terrestres de France et d’Espagne a permis de poser les bases d’une protection anti-anglaise en Méditerranée. En Méditerranée occidentale se sont affrontées des forces terrestres non négligeables : françaises, espagnoles, napolitaines contre les forces sardes (45 000 hommes), autrichiennes (30 000 hommes) et des forces navales combinées franco-espagnoles contre des escadres anglaises : les fronts de combat se situent autour de Gênes, de Nice, de Naples, dans la vallée du Pô, devant Toulon où l’escadre espagnole qui y a hiverné rencontre avec le renfort de l’escadre française les forces navales anglaises dans la bataille du Cap Sicié (22 février 1743). L’importance du développement des marines de combat n’a pas échappé aux ministres chargés de ce département : Maurepas en France, Patiño en Espagne. Dès la paix d’Aix-la-Chapelle, il devient clair que la puissance hégémonique est liée à la possession d’une forte marine. Or la marine anglaise de guerre, la Royal Navy, est depuis le milieu du XVIIe siècle la plus forte marine du monde. Il appartient aux puissances maritimes de s’unir contre elle, ce qui apparaît une des constantes stratégiques du XVIIIe siècle naval : la France, l’Espagne, les Provinces Unies disposent, alliées, de la supériorité maritime permettant d’obtenir la victoire et de maintenir ouvertes les lignes de communication avec les colonies.

37Les traités d’Aix-la-Chapelle en revanche ne réglaient ni les questions coloniales puisque les conquêtes étaient réciproquement rendues, ni surtout les questions européennes. La Prusse qui s’est emparée de la Silésie contre l’Autriche craint l’esprit de revanche de Marie-Thérèse . Le roi d’Angleterre cherche toujours à coup de subsides à lever des armées en Allemagne pour défendre le Hanovre. L’empereur, ancien duc de Lorraine, grand-duc de Toscane, mari de Marie-Thérèse, réunit autour de lui les princes allemands. La Moscovie joue sa partie vers le Sud contre les Ottomans, vers le Nord contre la Suède, au centre contre la Pologne.

38Le célèbre renversement des alliances de 1756 est l’illustration de l’emboitement des circonstances créant une situation nouvelle résultant d’initiatives généralement sans liens entre elles, réagissant pourtant les unes sur les autres sans que les conséquences aient été clairement prévues. Quoiqu’il en soit la Prusse passe du côté anglais, l’Autriche du côté français. Le renversement des alliances n’affecte pas le Pacte de famille. La mort de Ferdinand VI modifie les orientations stratégiques de la Couronne d’Espagne dans la mesure où Charles III devenu roi le 10 août 1759 pratique une nouvelle politique s’exprimant dans l’adage inspiré de celui de Ferdinand mais radicalement différent : « Paz con todos y guerra a Inglaterra ».

39L’opinion anglaise ne s’était pas satisfaite des clauses du traité d’Aix-la-Chapelle qui renouvelaient le contrat de traite des noirs (asiento) et le vaisseau de permission sans pour autant régler le problème de la contrebande avec les colonies espagnoles, ni le sort des établissements clandestins anglais du Honduras.

40Charles III mène une politique prudente durant la guerre dite de Sept ans déclenchée par l’Angleterre contre la France. Après une série d’incidents sur les limites entre les colonies anglaises et françaises, particulièrement dans la vallée de l’Ohio et une autre série dans les îles à sucre, l’Amirauté, sur ordre du premier ministre, ordonne l’arraisonnement de tous les navires français à la mer ou dans les ports. L’amiral Boscawen qui s’était révélé durant la guerre précédente à Porto Bello (1740) et illustré dans une expédition aux Indes Orientales (1747), avait reçu en 1755 les félicitations du Parlement pour avoir arraisonné deux navires français et avait été nommé amiral. L’ordre de saisie donné le 8 juillet 1755 est exécuté par Boscawen et s’exerce contre près de 300 navires privant le royaume de France et des cargaisons et des équipages. Le roi de France exige la restitution des prises et son ultimatum n’ayant été suivi d’aucune réponse, il déclare la guerre au roi d’Angleterre le 21 décembre 1755. L’Espagne mal préparée à une guerre immédiate, les Provinces-Unies, pour les mêmes raisons, déclarent leur neutralité en octobre 1755 pour la première et avril 1756 pour la seconde, mais entendent comme neutres maintenir leur trafic commercial avec les belligérants sans être gênés par des visites en mer et des inspections de cargaison. Le droit de la mer, partie du droit international, commence non seulement à se dégager comme c’était le cas depuis un siècle avec le Mare Liberum de Grotius mais à s’affirmer, à être invoqué et finalement à s’appliquer devant ce que faute de mieux on pourrait appeler la pression d’une opinion européenne qui commence à émerger.

41Les escadres françaises interviennent dès le début de la campagne et permettent la prise de Minorque (avril 1755) et de la Corse (août 1756) assurant ainsi la protection des lignes maritimes intérieures en Méditerranée occidentale grâce à des points d’appui qui sont autant de pertes effectives ou potentielles pour les escadres anglaises.

42La neutralité espagnole se heurte aux exigences de visite des navires par les escadres anglaises pour maintenir le blocus des ports français. Sur le plan colonial, les Espagnols ne reconnaissent pas l’implantation de colons anglais au Honduras d’une part, et entendent d’autre part exercer leurs droits de pêche sur Terre-Neuve. Charles III pour sa part est personnellement hostile à l’Angleterre : il se souvient de la présence des escadres anglaises dans les eaux de Naples du temps où il régnait là, en 1740 et en1742, si bien qu’il se décide en août 1759 à envoyer un ultimatum à l’Angleterre qui est repoussé, puis un second en juillet 1761 lui aussi repoussé. Charles III se rapproche alors de la France et signe le 15 août 1761 le troisième pacte de famille. La solidité du lien familial et dynastique apparaît dans le cas des rapports entre la France et l’Espagne étendus à Panne-Plaisance et au royaume de Naples comme un des fondements des relations internationales. Ces rapports d’amitié et d’amour familial, teintés d’affection respectueuse entre le chef de la maison des Bourbons et les branches royales cadettes se doublent à l’évidence d’enjeux stratégiques communs : la défense contre une Angleterre envahissante et dominatrice. Le 2 janvier 1763 le roi d’Espagne déclare la guerre au roi d’Angleterre. Les escadres françaises n’ont pu défendre Belle-Isle et la France doit, pour récupérer cette île, restituer Minorque aux Anglais. Par souci d’honneur et aussi par expression de l’équité du chef de famille, les pertes de l’Espagne, la Floride passée à l’Angleterre, sont compensées par des territoires offerts par la France : l’immense Louisiane, du Canada à l’embouchure du Mississipi. La France perd le Canada mais récupère Gorée et les îles à sucre.

43De nouveau à partir de 1763 apparaît un hiatus dans les relations européennes : les puissances maritimes poursuivent leurs affrontements sur tous les océans du monde alors que les puissances continentales s’efforcent à coup de conquêtes territoriales d’aboutir à une répartition des provinces vacantes mais aussi à une nouvelle redistribution des souverainetés en détruisant l’Etat polonais et en se partageant ses dépouilles. Le premier partage en 1772 a provoqué les protestations indignées du concert européen mais n’a pas été suivi d’un coup d’arrêt laissant ainsi libre cours à l’expansion des czars, empereurs et rois de Prusse, menaçant ou marginalisant les puissances voisines : Suède, Danemark, Empire Ottoman et créant des ententes durables pour exercer un pouvoir tricéphale sur toute l’Europe du centre et de l’Est. On a peut-être sous-estimé ou sous-évalué l’importance de ces nouvelles données géostratégiques des années 1750-1770 pour expliquer les relations internationales en Europe.

44A partir de 1763 avec Choiseul, avec Florida Blanca, avec Vergennes, avec Sartine, avec Louis XV puis Louis XVI, avec Charles III, le royaume de France et le royaume d’Espagne unis par le Pacte de famille reconstituent leurs forces et plus spécialement leurs forces maritimes. En 1772, si le programme de Choiseul, construction de 90 vaisseaux et de 45 frégates, n’est pas entièrement exécuté, il n’en demeure pas moins que les escadres françaises inscrivent sur leurs rôles 66 vaisseaux de ligne, flambant neuf et de nouveau type, 35 frégates et 21 corvettes. L’effort naval espagnol est du même ordre. La flotte hollandaise tant sur le plan commercial que sur le plan militaire reste importante. A l’échelle stratégique apparaît la nécessité d’unir les efforts des trois flottes secondaires pour vaincre la Royal Navy. A l’échelle stratégique aussi se dégage, face aux conquêtes coloniales anglaises, la nécessaire union des Etats possesseurs de colonies ou animateurs de réseaux commerciaux lointains : on retrouve là encore l’union nécessaire à l’issue victorieuse de la compétition internationale du royaume de France, du royaume d’Espagne et des Provinces-Unies. C’est à l’ouest de l’Europe sans avoir encore de netteté brutale que l’émergence des facteurs économiques dans les relations internationales, se distingue. La politique de relations internationales en Europe centrale et orientale reste dominée encore très largement par l’esprit de conquête et de recherche de la gloire du prince dans un système monarchique.

45Les relations internationales en Europe occidentale se trouvent liées à des facteurs complexes mêlant dans un dosage varié des aspirations à la domination économique, à la domination politique, à la domination coloniale, voire à la domination religieuse. Tous ces facteurs et souvent beaucoup d’autres s’enchevêtrent et s’entremêlent rendant souvent très difficile l’évaluation des décisions politiques et stratégiques de ceux qui, rois et ministres, engagent des moyens d’exécution. Choiseul est sans doute renvoyé par un roi, pacifique et chrétien, pour avoir prêté une oreille trop attentive aux suggestions de Charles III, roi belliqueux et chrétien, et s’être heurté ainsi « au secret du Roi » sans compter à celui de la Du Barry proche du parti jésuite. Les opinions publiques plus ou moins développées apparaissent comme un des éléments capables d’influencer les décisions des gouvernants. L’opinion publique en Angleterre fait pression sur les dirigeants à travers des élections périodiques et par l’intermédiaire de relais comme les partis et la presse. En France si des partis sont loin d’être organisés, il n’en demeure pas moins qu’une presse de Nouvelles à la main ou de Gazetins plus ou moins secrets, diffuse des nouvelles et surtout des rumeurs qui font passer les réactions d’une toute nouvelle opinion publique des jardins du Palais-Royal au château de Versailles. En république des Provinces-Unies, des partis bien constitués, une presse à tradition ancienne, permettent l’expression de l’opinion publique. Dans les pays de la dynastie des Bourbons : Espagne, France, Naples et Parme, les décisions d’expulsion des jésuites à la suite de l’attitude hostile des couronnes faisant pression sur le pape a pesé sur l’opinion. Ce facteur n’a pas été examiné dans son incidence sur les relations entre puissances catholiques au sein desquelles existe partout un parti dévot ou parti jésuite, ce qui pose déjà dans la seconde moitié du XVIIIe, dans les monarchies catholiques, l’étude de la nature et de l’intensité du choc entre les idées de ceux qu’on appelle les philosophes modernes et les forces religieuses traditionnelles surtout puissantes parmi les fidèles des campagnes.

46L’occasion de déclencher une guerre est donnée en 1770 par l’affaire des Malouines. Des îles ont été découvertes par Bougainville au large de l’Amérique du Sud sur la route du Cap Horn en face du Rio de la Plata et il les nomme Malouines pour honorer ses commanditaires de Saint-Malo. Peu après une escadre anglaise débarque des colons. Le gouverneur espagnol de Buenos-Aires monte une expédition et débarque à son tour aux Malouines le 10 juin 1770. Dans la crise hispano-anglaise qui suit, Louis XV ordonne à Choiseul de se retirer pour éviter une déclaration de guerre de la France à l’Angleterre mais en exécution du Pacte de famille les diplomates français réussissent à obtenir la reconnaissance internationale des droits espagnols sur les Malouines.

47Cet épisode est significatif : les Espagnols, en l’occurrence Florida-Blanca à Madrid, Aranda à Versailles, demandent l’appui français et l’application du pacte de famille ; ils demeurent prudents par crainte d’une guerre les exposant seuls à l’Angleterre qui, faut-il le rappeler ? dispose d’un point d’appui sûr dans la péninsule Ibérique, Gibraltar, et d’un allié fidèle le royaume de Portugal, lié à elle par un traité jamais remis en cause depuis 1703. Une guerre entre la couronne d’Espagne et les Anglais risque vite de se transformer, d’une part, en guerre terrestre avec le Portugal et en Amérique en guerre entre le Brésil Portugais et les colonies espagnoles et, d’autre part, en guerre maritime avec les Anglais dans le reste du monde. En France un homme d’expérience est choisi par Louis XVI pour diriger les services diplomatiques : Vergennes. Dans un mémorandum au roi du 8 décembre 1774, il expose les grandes orientations qu’il propose : s’opposer au nom de « la justice et de la décence » au « brigandage international », et maintenir l’équilibre de l’Europe, de toute l’Europe. Le mémorandum concerne principalement la situation de l’Europe centrale et orientale définie comme le théâtre des rivalités prusso-austro-russes, qu’il faut laisser se développer tout en veillant à éviter des débordements vers la Suède, le Danemark, l’Empire, l’Italie et la Turquie et en condamnant le « brigandage international » qu’a été le tout récent partage de la Pologne. L’ennemi principal est clairement désigné : l’Angleterre ; il s’agit d’attendre son heure en isolant diplomatiquement ce royaume c’est-à-dire en empêchant l’Angleterre de s’allier avec l’Autriche comme en 1740 ou avec la Prusse comme en 1756 pour lever un soldat de l’Angleterre, pour garder le Hanovre et engager la France dans une guerre terrestre. La conséquence en terme de préparation est la poursuite d’une politique décidée en matière de marine : construire des navires de guerre, selon le meilleur modèle pour pouvoir engager une guerre maritime. Le programme de Choiseul est exécuté par lui d’abord, par ses successeurs ensuite, Sartine et Castries. En Espagne, Florida-Blanca, ministre de Charles III sert les mêmes desseins stratégiques. Sur ces bases la France et l’Espagne, Louis XVI et Charles III, Vergennes et Florida-Blanca cherchent à mettre l’Angleterre en position d’agresseur aux yeux de l’opinion européenne pour amener les autres souverains à adopter une attitude de neutralité clans un conflit où un agresseur qui a clairement manifesté son agression est exposé à une riposte décidée d’agressés défendant leur bon droit.

48L’occasion du conflit, soutenir la cause des Insurgents américains, des coloniaux en révolte contre leur métropole, réunit difficilement les divers protagonistes spécialement la couronne d’Espagne qui craint un mouvement de même type dans son univers colonial. Les options stratégiques imprégnées de longue durée géo-stratégique, de longue durée géo-historique, de systèmes d’alliances fondés sur des principes universels, de moyenne durée en matière économique, sont aussi le jeu des relations personnelles entre les personnes exerçant le pouvoir. En France, Vergennes, auteur du mémorandum d’orientation de politique générale en décembre 1774 a la confiance de Maurepas, l’ancien ministre de la Marine à l’époque de Fleury, celle du roi, celle de ses collègues, il connait et sait se concilier les diverses coteries de la cour. Charles III souhaite faire renouer l’Espagne avec la grandeur et tant son ministre Florida-Blanca que son ambassadeur à Paris, Aranda, le servent avec fidélité. Cependant, dans cette entente des personnes chargés du pouvoir, dans cette alliance des Bourbons, dans ce désir commun de venir à bout de l’Angleterre, se glissent quelques fausses notes encore mal perçues, les Français se méfient des Espagnols et les traitent avec condescendance, les Espagnols craignent les Français et les traitent avec une méfiance hostile. D’un côté le mépris, de l’autre la morgue. Pour l’instant les deux opinions publiques n’ont pas de lieu de rencontre : la concurrence espagnole dans la draperie et la soie n’est pas encore inquiétante, les rivalités commerciales entre Français et Espagnols à Cadix pour le marché colonial d’Espagne restent limitées. Les deux couronnes suivent une politique catholique traditionnelle et nationale et sont d’accord pour limiter l’influence des jansénistes et celle des jésuites. Les deux Etats mènent une lutte publique contre les « nouveaux philosophes » et les « incrédules modernes ». Cette politique catholique ne suscite aucune opposition dans une Italie partagée entre une souveraineté italienne sarde et des Etats sous contrôle des Habsbourgs ou des Bourbons. Les deux couronnes ont une politique semblable en Méditerranée ; assurer la sécurité des liaisons maritimes en empêchant les Etats barbaresques d’agir d’où des croisières annuelles avec les chevaliers de Malte et des croisières d’appui : l’escadre espagnole bombarde Alger en 1775.

49Le 17 décembre 1777 le roi de France reconnait l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, puis le 6 février 1778 signe un traité d’alliance fondé sur la garantie mutuelle de l’intégrité des possessions et droits, ce qui déclenche la guerre entre la France et l’Angleterre. Le 12 avril 1779 par la Convention d’Aranjuez le Pacte de famille est renouvelé et l’Espagne entre en guerre aux côtés de la France contre l’Angleterre. Les escadres françaises à la mer depuis 1778 comprennent environ 70 vaisseaux de ligne de 120 à 164 canons, 35 frégates armées de 30 à 45 canons et 21 corvettes. La flotte espagnole est composée de 60 vaisseaux de ligne et de 45 frégates. On peut constater les effets d’une politique à long terme s’exprimant d’abord dans une politique dynastique et familiale et ensuite dans la claire prise de conscience de la tentative anglaise d’hégémonie mondiale fondée sur la puissance maritime. Les deux marines françaises et espagnoles équilibrent plus que largement la Royal Navy et elles reprennent l’initiative stratégique en matière maritime sur toutes les mers du globe y compris dans la Manche où en été 1779 circulent l’escadre de Ferrol, l’escadre de Cadix aux ordres de Cordoba et l’escadre de Brest aux ordres d’Orvilliers, formant une imposante flotte de plus de 70 vaisseaux de ligne. L’échec relatif des croisières en Manche en 1778 et 1779 est dû à l’absence d’un bon point d’appui sur les côtes françaises pour permettre aux flottes de s’abriter en cas de besoin et de se réapprovisionner : de cette situation sortira la décision de s’équiper et de mettre en défense la rade de Cherbourg. Si les escadres combinées échouent devant Gibraltar elles reprennent pourtant Minorque (1781).

50Les escadres anglaises interceptaient la navigation neutre et visitaient les navires pour s’assurer qu’ils ne transportaient aucune marchandise vers les ports français ou espagnols déclarés en état de blocus. Malgré la règle de droit international : le pavillon couvre la marchandise, il arrivait que la marchandise destinée à un ennemi de l’Angleterre ne soit pas couverte par le pavillon du navire neutre qui la transportait et soit déclarée de bonne prise. Autour de Catherine II se constitue une ligue des neutres pour faire respecter le droit maritime. La Suède, le Danemark, la Hollande y adhèrent. En novembre 1780 un ultimatum anglais est repoussé par la Hollande qui entre en guerre à son tour. L’entrée en guerre de la Hollande fait rebondir la guerre maritime et étend encore les théâtres d’opération. C’est l’escadre française de Suffren qui protège le Cap, base hollandaise, contre l’escadre anglaise.

51L’Angleterre complètement isolée en Europe est forcée de négocier la paix. L’Espagne recouvre la Floride et récupère Minorque. La France retrouve la Louisiane, toutes les îles à sucre et Tobago, conserve les comptoirs des Indes, garde ses droits de pêche autour de Saint-Pierre et Miquelon. Le traité de paix du 3 septembre 1783 consacre la victoire des ennemis de l’Angleterre.

52Cette victoire repose sur l’alliance traditionnelle maintenant des Bourbons, sur les accords entre les Bourbons et les Provinces-Unies et sur une politique prudente de la France dans les affaires d’Europe centrale et orientale. La politique anglaise dès lors va s’orienter vers la dislocation de ces diverses alliances.

53L’Angleterre mène en Hollande une politique de soutien au stathouder Guillaume V d’Orange qui vise à établir à son profit une monarchie autoritaire avec l’appui de Frédéric II de Prusse dont il a épousé la nièce : celle-ci est la sœur de Frédéric-Guillaume, l’héritier du trône de Prusse. Le parti orangiste traditionnel est composé de calvinistes rigoureux au point de vue religieux et de noblesse rurale, de paysans, d’artisans et de marins au point de vue social. Le parti républicain ou encore patriote réunit des calvinistes modérés et tolérants au point de vue religieux et des propriétaires fonciers, des manufacturiers, des armateurs, des négociants, des hommes de loi. L’opposition entre ces deux « partis » repose surtout sur la conception du pouvoir : dynastique et autoritaire pour les orangistes, républicain et délibératif pour les patriotes. En 1787, trois provinces sur les sept constituant les Provinces-Unies sont au pouvoir des patriotes, quatre en celui des orangistes. Une intervention militaire prussienne met fin à l’aventure patriote. Le 15 avril 1788 puis le 13 août 1788, l’Angleterre, la Prusse et les Provinces Unies passent un traité d’alliance.

54De son côté, la Russie de Catherine II est entraînée dans une guerre de conquête monarchique pour la gloire de la souveraine, d’expansion territoriale pour l’accroissement des ressources de l’Empire et de recherches de débouchés commerciaux et maritimes en Baltique et en Méditerranée pour le développement économique du pays. L’entente entre les trois monarchies orientales demeure fragile et l’Angleterre manœuvre pour empêcher l’expansion de la puissance russe en Baltique. La France et l’Espagne s’inquiètent de la pénétration russe en Méditerranée après la victoire navale de Tsechmé contre la flotte turque. Depuis 1787, la Russie est en guerre avec la Turquie et avec la Suède : elle recherche dans cette conjoncture la neutralité de la Prusse et de l’Autriche. L’Autriche et la Prusse sont engagées dans une lutte d’influence en Allemagne, dans le cadre de l’Empire L’empereur Joseph II souhaite faire échanger la Bavière – un électorat – contre les Pays-Bas, possession des Habsbourgs d’Autriche, érigée pour la circonstance en royaume L’électeur de Bavière est balotté entre l’accroissement de puissance pour sa dynastie et la légitime implantation territoriale de cette dynastie. L’Autriche de Joseph II y voit un accroissement territorial important et surtout la réduction de ses lignes de communication étirées à l’extrême en ce qui concerne les Pays-Bas. La Prusse voit d’un mauvais œil ce déplacement territorial qui devient un déplacement de pouvoir en faveur de deux alliés de la France, ennemis de la Prusse. Un temps indépendantes les politiques maritimes et coloniales et les politiques continentales tendent à se réunir de nouveau et à recréer les conditions d’un conflit touchant l’ensemble de l’Europe.

55Un mémorandum de février 1787 dû à Vergennes rend compte de cette situation difficile : « ... La Hollande nous a échappé... le Hanovre... la Baltique... Le Danemark appartient à la Russie... La Suède ne mérite plus notre confiance... La Prusse est amalgamée à l’Angleterre... L’Empire est composé de membres... sans accord entre eux... ». Vergennes préconise alors un rapprochement avec la Russie en maintenant l’alliance autrichienne et en renforçant le Pacte de famille. En France, même plus ou moins clairement exprimés réapparaissent des courants d’opinion en faveur de l’alliance autrichienne ou de l’alliance prussienne, ou encore en faveur du Pacte de famille.

56A la mort de Charles III, le 14 décembre 1788 son fils Charles devient roi d’Espagne, il a épousé sa cousine, Marie-Louise de Parme et n’a pas à la différence de son père administré successivement le duché de Parme et le royaume de Naples avant d’accéder au trône d’Espagne. Le royaume de Naples est venu en héritage à son frère Ferdinand dès 1759. Son oncle, Don Philippe, duc de Parme, a transmis le duché à son propre fils Ferdinand, en 1765. La politique des mariages continue à renforcer les liens dynastiques par des liens familiaux.

57Ce sont souvent de nouveaux souverains comme Léopold puis François-Joseph dans l’Empire, comme Frédéric-Guillaume en Prusse, comme Charles IV en Espagne qui se trouvent confrontés à la nouvelle situation historique créée par les révolutions de France et de Brabant.

58Léopold, puis François-Joseph liquident la question brabançonne à la fois par l’intervention militaire et par des concessions politiques : le rétablissement des privilèges, droits et franchises du Brabant, tels qu’ils sont formulés dans la Joyeuse entrée de Brabant.

59Charles IV, Florida-Blanca, Aranda sont pour leur part à l’origine des débats de l’Assemblée nationale française sur l’attribution du droit régalien de paix et de guerre soit aux représentants de la nation élus à l’assemblée législative, soit au délégué de la nation, le roi des Français par droit héréditaire et constitutionnel. Dans le courant de l’été 1789, une escadre espagnole explore la côte de Californie : elle découvre à Nootka-Sound un comptoir clandestin anglais et saisit les bateaux qui s’y trouvent. Le gouvernement anglais proteste, arme la flotte, envoie un ultimatum à l’Espagne qui finalement décide de restituer les navires saisis. L’Espagne défendait sa position en s’appuyant sur le vieux droit de découverte avec bulle du pape et traité hispano-portugais et la possession immémoriale qui en découle. Les Anglais opposaient le droit international de prise de possession d’un territoire vacant. Le gouvernement espagnol avait reçu une fin de non-recevoir française à sa demande d’exécution des clauses du pacte de famille

60D’entrée les événements révolutionnaires inquiètent le gouvernement espagnol. Dans toute l’Europe un mouvement hostile à la philosophie française se développe depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle tant en pays protestant dans le piétisme luthérien ou le méthodisme anglican, qu’en pays catholique avec l’action de l’Inquisition espagnole du Saint-Office romain des Assemblées du clergé de France. Dès le 21 septembre 1789, le gouvernement espagnol décide de saisir tous les imprimés « s’opposant directement ou indirectement à la subordination, à la vassalité, à l’obéissance, au respect dû à notre vénérable monarque et au vicaire de Jésus Christ parce que de telles idées sont opposées aux doctrines des saints-apôtres Pierre et Paul ».

61Le 12 octobre 1789, Louis XVI correspond avec Charles IV : « J’ai choisi votre Majesté comme chef de la seconde branche pour déposer la protestation solennelle que j’élève contre tous les actes contraires à l’autorité royale depuis le 15 juillet de cette année... »

62L’évocation de l’affaire Nootka-Sound devant l’assemblée nationale amène celle-ci à examiner l’attribution du droit de paix et de guerre. Le 22 mai 1790, le débat aboutit à un décret dont les principes fondamentaux sont nets : « le droit de paix et de guerre appartient à la nation, la guerre ne pourra être décidée que par un décret de l’Assemblée Nationale, sur la proposition formelle et nécessaire du roi et qui sera sanctionné par lui... » Le 26 août 1790 l’Assemblée nationale sur proposition du roi adopte un décret « qui reconnait tous les engagements précédemment contractés... ». Mais l’assemblée nationale s’oriente de plus en plus vers une politique répudiant toute idée de conquête comme essentiellement liée à la monarchie d’ancien régime : elle oppose au droit des rois ceux de la nation et ceux du consentement des peuples. Ces principes sont mis en application en septembre 1791 avec la réception d’Avignon et du Comtat dans le royaume à la demande des habitants, « selon la volonté clairement exprimée de la nation ».

63Les suites de Varennes, l’arrestation de la famille royale, les appels en faveur de la République, la suspension des pouvoirs du roi, posent à l’échelle de l’Europe le problème de la légitimité monarchique opposée au principe selon lequel « toute souveraineté réside dans la nation ». Les rois commencent à s’émouvoir et Léopold Ier, le 6 juillet 1791, dans une déclaration affirme que « l’arrestation du roi a compromis l’honneur de tous les souverains et la sûreté de tous les gouvernements ». La question de la légitimité du pouvoir est posée face à l’Europe. La déclaration de Pillnitz va dans le même sens.

64C’est finalement pour défendre ces principes antagonistes que la guerre est déclarée le 22 avril 1792 entre le roi et la nation française d’une part et le roi de Prusse, le roi de Bohème-Hongrie d’autre part. Le 30 décembre 1791, Brissot au club des jacobins déclare que 1le moment est venu d’une autre croisade : Une croisade de la liberté universelle.1

65Le 10 août 1792 provoque le départ des ambassadeurs étrangers de Paris et très nettement la rupture des relations diplomatiques de la France avec le reste du monde. Les victoires françaises de l’automne 1792 posent le problème des buts de guerre et des territoires conquis. Le 22 octobre la Convention dans une déclaration affirme le principe de se « conformer aux vœux des populations » puis le 19 novembre, elle offre « Fraternité et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer la liberté... ». Enfin le 15 décembre l’Assemblée lance le fameux mot d’ordre « Guerre aux châteaux, paix aux chaumières ! Aide aux pays délivrés ! »

66Le procès du roi et le rejet des interventions espagnoles, le sort de Louis XVII, affectent définitivement les relations entre la République française et les Bourbons d’Espagne, de Naples et de Parme. La République déclare la guerre à l’Espagne le 7 mars 1793, ce qui amène un traité d’alliance offensif et défensif entre l’Espagne et le Portugal (15 juillet 1793) et un renforcement de l’alliance du Portugal et de l’Angleterre (26 septembre 1793). Le 12 juillet 1793 Naples à son tour entre en guerre contre la République.

67Le 8 avril 1793 les buts de guerre sont définis entre les alliés : rétablissement de la monarchie en France, accompagné de la remise en vigueur de la Constitution de 1791. Chacun des alliés recherche des garanties contre la France : colonies et démilitarisation de Dunkerque pour l’Angleterre, Alsace et Lorraine pour la Prusse, Bavière pour l’Autriche, Navarre et Roussillon pour l’Espagne.

68La guerre franco-espagnole se déroule aux deux extrémités de la chaîne des Pyrénées. La campagne de 1793 permet aux forces françaises de contenir les troupes espagnoles. La campagne de 1794 se déroule sur le territoire espagnol.

69Depuis 1790, l’Espagne fait face à la guerre sainte proclamée par le sultan Moulay Zazid contre l’Espagne. Le sultan du Maroc appartient à la tendance musulmane rigoureuse des Oualabites. Ce second front paraît beaucoup plus important à l’Espagne qui y emploie ses meilleures troupes.

70La paix entre la monarchie espagnole des Bourbons et la République Française est conclue le 22 juillet 1795 au prix pour l’Espagne de Saint-Domingue. Le 16 mai 1795, la Hollande avait signé la paix. La réunion des flottes françaises : 76 navires de ligne ; espagnoles : 65 navires de ligne, et hollandaises une vingtaine est de nouveau possible pour faire équilibre aux 115 navires de ligne anglais.

71La défense de leurs positions coloniales contre l’expansion anglaise pousse les Hollandais et les Bourbons d’Espagne à s’allier de nouveau avec la France contre l’Angleterre. Les intérêts géostratégiques mondiaux prennent le pas sur les intérêts dynastiques et familiaux, voire sur le principe même de la légitimité monarchique. Le 19 août 1796 l’alliance de la monarchie des Bourbons d’Espagne et de la République Française est scellée par le Traité de San-Ildefonso et en octobre 1796, le Bourbon entre en guerre contre l’Angleterre. Alors commence une nouvelle phase des relations entre la France et l’Espagne. Tallien annonce « avec l’appui des navires hollandais et espagnols... lançons-nous hardiment sur les côtes de la Nouvelle Carthage ».

72Les relations franco-espagnoles reposent aussi sur l’image réciproque qu’ont d’eux les deux nations. En Espagne, une certaine xénophobie soigneusement cultivée à travers la notion d’hispanité devient souvent une gallophobie. Sur ce fond de gallophobie vient se développer une nouvelle vision du Français sans roi, sans Dieu, sans loi auquel s’oppose le soldat catholique dans la guerre de religion. La révolution, pour les Espagnols, est le résultat du complot de trois sectes : la secte philosophique ou athée, la secte calviniste et la secte janséniste. Paris devient la nouvelle Babylone, la France athée s’oppose à la Sainte Espagne. Le comte de la Unión dans une proclamation aux Catalans rappelle que « l’ennemi incendie, massacre et pille... qu’il a l’orgueilleuse témérité de détrôner Dieu... que son irréligion provoque des sacrilèges... La France est l’opprobre du genre humain... L’Espagne défend le roi et la constitution religieuse ».

73Les relations entre la France et l’Espagne au cours du XVIIIe siècle mettent en jeu toutes les composantes des relations extérieures européennes. La première dimension dans l’Europe des princes est la dimension dynastique : une même famille exerce le pouvoir sur des territoires divers : Bourbons de France, d’Espagne, de Naples, de Parme. La dynastie des Bourbons a emporté la victoire dans la course à la puissance qui l’opposait à la dynastie des Habsbourgs.

74Dans le petit nombre des puissances qui mènent le jeu diplomatique et militaire figurent la France et l’Angleterre : à une politique d’équilibre avec Walpole et Fleury, succède un affrontement permanent souvent appelé la seconde guerre de 100 ans. Cette considération géo-stratégique pèse sur les alliances et les grandes décisions stratégiques d’engagement sur mer ou sur terre. Si le choix, comme en 1776, est la guerre mondiale maritime, seule l’union des trois flottes française, espagnole et hollandaise, est capable de rivaliser avec la Royal Navy à nombre égal, de maintenir ouverte les lignes de communication, de protéger les points d’appui coloniaux lointains.

75A partir de 1789, les conséquences des événements réunis sous le nom de Révolution française pèsent sur les relations européennes et sur les relations franco-espagnoles. Le principe de légitimité monarchique, de droit divin, de l’alliance du Trône et de l’Autel, est remis en cause par le principe de légitimité nationale, expression de la volonté commune des citoyens, de la liberté politique et de la liberté religieuse.

76Dans l’Europe des princes chrétiens dans laquelle les conquêtes territoriales mesuraient la « gloire et l’honneur du souverain », la conquête militaire apparaît substantiellement liée au régime monarchique.

77Les intérêts géo-stratégiques en jeu sont suffisamment puissants pour que la monarchie espagnole, pour que la hiérarchie catholique espagnole, limitent leurs critiques acerbes de la République Française, de l’athéisme des philosophes, de l’irréligion des Français. Dès 1796, l’union des trois flottes est refaite et ce n’est pas le lieu ici d’expliquer pourquoi des succès sur mer et la défaite anglaise n’ont pas couronné cette politique.

Bibliographie

Approches bibliographiques


 J. DROZ, Histoire diplomatique, 1648-1919, Paris, 1952.
P. RENOUVIN (dir.), Les relations internationales – T. 2, De Louis XIV à la Révolution, T. 3 La Révolution, Paris, 1950/1955.
 L. BELY, Les relations internationales en Europe (XVIIe-XVIIIe), Paris, 1991.

II
KAISER,
Politics and war : European conflict from Philippe II to Hitler, Harvard, 1990.
D. Mc KAY, H. M. SCOTT,
The rise of the Great Powers, 6th édit., London, 1991.
P. KENNEDY, Naissance et déclin des grandes puissances, London, 1988, Paris, 1989.
G. BOUTHOUL, R. CARRERE, Le défi de la guerre, (1740-1974), Paris, 1976.
G. PARKER, La révolution militaire, Paris, 1993.

III
P. LOUPES, L’Espagne de 1780 à 1802, Paris, SEDES, 1985.
J. F. LABOURDETTE, Le Portugal de 1780 à 1802, Paris, SEDES, 1985.
J. GEORGELIN, L’Italie à la fin du XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1989.
TUNON DE CARA (éd.), Historia de España, (en cours), Barcelona.
B. BENNASSAR, Histoire des Espagnols, 2 volumes, Paris, 1985.

IV
J. CHAUMIE, Les relations diplomatiques entre la France et l’Espagne : de Varennes à la mort de Louis XVI, Bordeaux, 1957.
Le réseau d’Antraigues, Paris, 1962.
J. SAUGNIEUX, Les jansénistes et le renouveau de la prédication dans l’Espagne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Lyon, 1976.
L. DOMERGUE, Le livre en Espagne au temps de la Révolution Française, Lyon, 1984.
J. R. AYMES (éd.), España y la révolución francesa, Barcelona, 1989.
EL JACOBINISME, Colloqui intemacional de Barcelona, Fundacio Caixa de Catalunya. Barcelona1989.

V
M. ACERRA, J MEYER. L’empire des mers. Paris. 1990.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search