Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Troisième partie. L’Espagne, terre d’immigration française

Les Français résidents et émigrés dans le Pays valencien : les émotions populaires de 1793 et 1794

Manuel Ardit Lucas, Vicent Gil Vicent et Telesforo Hernandez Sempere

Texte intégral

  • 1 Sur la Catalogne voir Lluís Roura : « Cataluña y la Francia de la Revolución », dans J.R.. Aymes, é (...)

1Les événements qui eurent lieu en pays valencien, principalement dans sa capitale, la ville de Valencia, dans les années 1793 et 1794, méritent une réflexion attentive, puisqu’il s’agit d’émeutes anti-françaises parmi les plus graves enregistrées en Espagne pendant la difficile période qui suivit l’exécution de Louis XVI. Le fait que ces dernières aient éclaté en un territoire éloigné de la frontière franco-espagnole, et par conséquent loin du front des opérations au cours de la guerre contre la Convention, exige une explication. Certes, la façade maritime Valencienne est étendue, et en 1793, tout au moins, il n’y avait pas de raison d’envisager une guerre fondamentalement terrestre. En fait, pendant les guerres de Louis XIV, bien que très éloignées dans le temps, la flotte française avait bombardé la ville d’Alicante en 1691, qui fut presque détruite. Tous ces facteurs, et d’autres auxquels nous allons nous référer ensuite, contribuent à expliquer l’éclatement des émeutes. Mais on ne cesse de s’interroger sur le fait que des événements semblables n’aient pas eu lieu en Catalogne ou dans le pays basque, terres de frontière, alors qu’ils se déroulèrent dans le lointain pays valencien1.

2Le simple hasard historique ne saurait à lui seul expliquer de façon convaincante ce phénomène. Nous aurions plutôt tendance à penser que le pays valencien réunissait toute une série de conditions qui facilitèrent l’éclatement d’un violent soulèvement contre la colonie française. En premier lieu, il faudrait souligner l’importance, tant en termes quantitatifs que qualitatifs, de l’immigration française tout au long du XVIIIe siècle. Celle-ci fut à la fois dense et constante. Les immigrés occupaient des postes clefs dans le réseau commercial, ce qui leur accordait une position prééminente dans le commerce, aussi bien intérieur qu’international. D’un autre côté, le degré de conscience antiseigneuriale qu’avait atteint la bourgeoisie agraire Valencienne était d’une remarquable maturité à la fin du XVIIIe siècle, et faisait de ce territoire, au moins du point de vue des gouvernants, un terrain parfait pour la propagande révolutionnaire. C’est pourquoi il ne fallait pas écarter l’éventualité d’événements semblables à ceux de l’été français de 1789, ce qui, de toute façon, arriva en 1801. La conjonction de ces deux facteurs, à savoir l’immigration française et la conscience antiseigneuriale de la bourgeoisie, pourrait, mieux que des raisons purement aléatoires, expliquer les événements de 1793 et 1794. Tel est le propos de notre présente communication.

  • 2 Archivo Histórico National (AHN), Estado, liasse 3.552, exp. 2, lettre du duc de la Roca à Godoy du (...)
  • 3 AHN, Estado, liasse 629, exp. 3, écrit de la Junta de Comercio de Valencia du 3 avril 1773. Les con (...)

3En 1793 le capitaine général de Valencia, duc de la Roca, déclarait à Godoy que les marchands français étaient « una de las columnas más fuertes de este reyno »2 . Vingt ans auparavant la Junta de Comercio de Valencia avait dénoncé la création d’un « cuerpo de commercio de la nación francesa », lequel dès 1764 avait boycotté les projets de rétablissement de l’ancien Consulado. Cette colonie, avec la collaboration du vice-consul Alexandre Faure, l’ambassadeur français en Espagne et le consul général d’Alicante, paralysait toute initiative par des procès et des réclamations, agissait en marge de la Junta, en usurpant sa juridiction, et s’opposait ouvertement au rétablissement de l’ancien Consulado. Le pouvoir de ce « cuerpo de comercio francés » résidait dans le contrôle de « las dos terzeras partes lo menos de comerciantes por menor, que son franceses, y siguen las máximas antedichas ».3

  • 4 A Castelló de la Plana, en 1721, quand l’approvisionnement du marché était réduit à un marchand et (...)
  • 5 James Casey : « Anatomia de la riqueza en Gandia en 1724 », Actes du 1er Colloque sur le Pays Valen (...)
  • 6 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... », p. 580.
  • 7 Enrique Giménez : Alicante en el siglo XVIII. Economía de una ciudad portuaria en el Antiguo Régime (...)
  • 8 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... » p. 599 et passim.

4Déjà dans le premier tiers du XVIIIe siècle, las llibres de la peyta de Castelló de la Plana de 1702 et 1721 et la distribution de l’equivalente de Valencia de 1719 et 1727 mettent en évidence le contrôle du marché par les commerçants français.4 James Casey décrit une situation pareille à Gandia dans les années 1724 et 1733. En 1724 toute l’activité marchande était entre les mains des Français, tandis que neuf ans plus tard quelques familles françaises monopolisaient toute l’activité commerciale du duché.5. En 1755 à Vinaròs, des dix-huit agents commerciaux inscrits au registre, dix étaient français.6 A Alicante, deux ans plus tard, 60 % de l’activité commerciale était controlée par des Français. En 1766, le corregidor de cette ville affirmait que les grossistes français s’étaient établis là depuis plus de vingt ans7. D’après les registres d’inscription d’étrangers, en 1774 on recensait 480 commerçants, 361 d’entr’eux étaient des Français. Jusqu’en 1791 ceux-ci représentèrent 76 % du total8.

  • 9 Archives du Ministère des Affaires Étrangères, C.P. Espagne, 577, fols. 197r- 201r, 222r-224v ; AHN (...)

5Aux alentours des années 1760, par suite de la croissance du trafic maritime, combiné avec l’augmentation de la demande dans les contrées littorales, où se concentrait la population, 77 % des marchands s’établirent dans les zones côtières. En cette période, la ville de Valence et les ports qui en dépendaient, accueillaient 72 % de la colonie. Ces marchands s’adonnaient au commerce de détail, de redistribution de produits divers qui se vendaient dans le hinterland rural, où leur présence était sporadique. C’est pourquoi l’activité commerciale de ces marchands dépendait d’un réseau de relations économiques, assuré par des marchands au détail et des vendeurs de quincaille itinérants, qui distribuaient les marchandises sur toutes les zones rurales Valenciennes. En 1765 ils réussirent à contrôler le corps de métier des marchands au détail (mecaderes de vara), dont le secrétaire était Pascual Bordalonga.9

6Entre 1764 et 1773 cette organisation connaîtra de grands changements. L’établissement de correspondants permanents remplacera dans bien des cas les anciens intermédiaires, en élargissant l’aire d’influence jusqu’aux contrées de l’intérieur. En même temps, la prolifération de conflits et de litiges, aussi bien que la constante menace de leur exclusion du futur corps de commerce (le Consulado), vont provoquer la diminution du nombre de marchands français au détail à Valencia. Une partie de l’activité commerciale étrangère se déplacera à Alicante, d’où elle étendra son aire d’influence vers le sud-est et tout au long de la route de la Castille. Seulement 17 % des commerçants choisirent de rester dans la capitale du pays Valencien, attirés par la croissance du commerce d’importation des ports dépendants de la douane de Valencia. Ceux-ci étaient dans leur majorité des marchands en gros qui, dans les années 1770, étant donné l’impossibilité d’empêcher la restauration du Consulado, décidèrent de contrôler les postes de direction de la Junta. A partir de cette date divers marchands français, ou descendants de Français, comme Tomás Vagué, Bernardo Lassala, Pedro Peyrolon, Lorenzo Antoine, Francisco Peyrolon et José Lapayese, gouvernèrent l’institution.

  • 10 C’est le cas de Bernardo Lassala, Esteban Riquier ou Juan Duclos, qui dépassent un capital liquide (...)
  • 11 La fortune de Valence atteignait le chiffre de 232.539 livres, seulement à Valéncia, sans compter l (...)

7Les Français et leurs descendants réussirent à accumuler de grands capitaux. Quelques-unes de ces fortunes ont été évaluées par Ricardos Franch, qui a relevé des niveaux très élevés10. Ces commerçants entretenaient une intense activité marchande, qui allait du trafic international au commerce colonial, par l’intermédiaire de Cadix, tout en participant aussi à l’établissement de la Compañia de Filipinas à Valencia, dont était commissionnaire Diego Valence. Il fut le principal accusé de la prétendue conspiration de 179311.

  • 12 Ce fut le cas d’Alcoi, où nous trouvons en 1773 une nombreuse colonie marchande française, qui n’av (...)

8L’approvisionnement du marché intérieur valencien devint un des principaux objectifs du commerce français. L’augmentation de la demande, liée aux transformations sociales que nous analyserons plus loin, poussa beaucoup de marchands au détail à s’installer dans les aires rurales, en établissant un réseau commercial qui unissait l’intérieur aux ports de la côte. La croissance que connaît le commerce contrôlé par des étrangers dans des contrées comme la Ribera Alta, la Costera, la Vall d’Albaida ou l’Alcoià, semble avoir dépassé 250 %. Dans beaucoup de cas, ce fut une conséquence de l’expansion manufacturière12.

  • 13 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... », pp. 591-598.
  • 14 En ce sens est d’une grand intérêt l’abondante correspondance (479 lettres entre 1789 et 1797) écha (...)

9Mais la plus grande concentration du commerce français se situait dans les contrées où la demande locale avait crû de pair avec le développement agraire, l’essor démographique et la hausse du niveau de vie des rentiers. Ce commerce était organisé géographiquement à l’intérieur d’un périmètre littoral qui allait de la Plana jusqu’aux Baix Segura, et tout au long des principales voies de communication reliant la côte au marché castillan. Xàtiva était un marché où s’effectuait l’importation de laine et de blé castillan en échange du riz valencien et d’autres produits agricoles du pays ou apportés de l’extérieur. En cette ville près du tiers de la population exactement 31 % travaillait dans le secteur tertiaire et la croissance de la colonie française voisina 500 pour 100. Dans ces aires, comme c’était le cas de la Plana, un nombre élevé de marchands diversifiaient leurs activités commerciales. La vente de chevaux ou autre bétail, ainsi que les prêts de capitaux occupaient la première place. Ces commerçants vont placer leurs gains dans l’achat de terres, exploitées moyennant des affermages à court terme, terres où ils vont introduire des cultures commerciales qui leur permettent d’augmenter leurs revenus13. La colonie française qui adopta cette stratégie devint une bourgeoisie rurale, qui eut des relations avec les oligarchies locales, dont elle fut la créancière. Ses membres arrivèrent à occuper des charges publiques et exercèrent des responsabilités dans les villages où ils habitaient. Les nouvelles idées véhiculées par la France révolutionnaire depuis 1789, exercèrent sur ces commerçants un puissant attrait. Toutefois, ils manifestaient avec beaucoup de discrétion leur sympathie pour ces idées politiques14.

I. Tensions sociales vers 1790

10Dans la dernière décennie du XVIIIe siècle le pays Valencien était, comme la plupart des pays européens de l’Ancien Régime, une société conflictuelle. De l’ensemble de tensions qui agitaient ce territoire, l’historiographie a souligné traditionnellement l’opposition entre seigneurs et vassaux, mais l’interprétation de ce phénomène a été modifiée substantiellement au cours des dernières années. Les premières études, très partielles en raison d’un faible développement de la recherche historique, présentaient le pays valencien comme une région qui souffrait d’un retard économique profond, socialement très peu évoluée et divisée entre une minorité de puissants seigneurs féodaux et une masse de paysans pauvres. Selon cette interprétation, l’agitation antiseigneuriale, déjà très radicalisée à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles (jacqueries de 1693 et 1705), aurait resurgi à la fin du XVIIIe siècle, en raison de la crise économique, et se serait manifestée dans les mêmes termes qu’au siècle précédent. Il s’agissait purement et simplement de révoltes de paysans pauvres qui se dressaient contre les exactions des seigneurs féodaux oisifs qui pratiquaient l’absentéisme. L’historiographie postérieure a non seulement nuancé un schéma aussi simpliste, mais l’a altéré radicalement.

11Le sous-développement économique valencien a disparu de la plupart des interprétations actuelles. L’expulsion des morisques, origine supposée de tous les maux du pays, est maintenant l’objet d’une profonde réinterprétation. Bien que l’on ne puisse nier les très graves conséquences de la perte soudaine d’un tiers de la population, la ruine de beaucoup de maisons seigneuriales et de leurs créanciers urbains, du point de vue plus strictement agraire, les séquelles de l’expulsion ne furent pas aussi négatives que ce que l’on avait pensé au début. La propriété foncière se concentra d’une façon remarquable et la production agraire s’orienta vers les cultures commerciales, ce qui favorisa l’émergence de couches de paysans et de propriétaires puissants. Ce développement était déjà très évident à la fin du XVIIe siècle. En partant de ce nouveau point de vue, il est difficile d’interpréter les révoltes seigneuriales de la dernière décennie du XVIIe et la première du XVIIIe siècles comme de simples jacqueries ou des révoltes de la misère, puisqu’il s’agit d’événements plus complexes, auxquels participa cette couche de puissants.

12La croissance économique du XVIIIe siècle souligna davantage le sens de cette évolution, en renforçant le pouvoir économique des grands propriétaires ruraux et urbains, tout en aggravant leurs affrontements avec les seigneurs féodaux. Cette opposition fut généralement pacifique, puisqu’elle se matérialisa en des litiges de tout type, encouragés par les notables ruraux, généralement avec l’appui de la majeure partie de la population. Il s’agit de litiges d’une typologie très variée. Dans la plupart des cas ces notables essayaient de s’opposer aux abus et aux excès des seigneurs. Ils s’efforçaient d’obtenir la réduction de toutes sortes de tributs seigneuriaux, tels que les champarts, et de modifier les banalités, etc. Seulement en de rares occasions les villages dépendant d’une seigneurie entreprirent des actions d’une plus grande ampleur, comme par exemple des procès de reversion à la Couronne, ce que la loi rendait possible. Mais ces procès, très longs et coûteux, avaient toujours une issue incertaine. En fait, peu nombreux – seulement quatre – furent les villages Valenciens qui gagnèrent des procès de réversion avant l’instauration du régime libéral.

13Mais en quelques occasions l’opposition antiseigneuriale revêtit la forme d’une révolte violente. Le pays valencien possédait, en ce sens, une longue tradition subversive. La révolte des Gemianies, du début du XVIe siècle fut, entre autres choses, une formidable rébellion antiseigneuriale et anti oligarchique. Moins formidables, mais aussi graves, furent les secousses antiféodales de 1693, connues sous le nom de la Segona Germania, ou celles de 1705, au début de la guerre de Succession à la Couronne d’Espagne en terres Valenciennes. Pendant le XVIIIe siècle les révoltes de 1766 eurent un caractère antiféodal au sud du pays valencien. La révolte de 1801, qui s’étendit principalement aux contrées centrales, a une typologie qui rappelle de très près la Grande Peur de 1789. Sept années plus tard, en 1808, la vacance du pouvoir occasionnée par l’invasion napoléonienne provoqua l’interruption presque totale des prestations féodales. A la base de toutes les émeutes du XVIIIe siècle on trouve toujours une élite dirigeante bourgeoise. C’est pourquoi ces émeutes ne peuvent être qualifiées de jacqueries.

  • 15 Archivo del Palacio Real de Madrid, « Viaje de Zamora por averiguar asuntos reservados propiciado p (...)

14A la fin du XVIIIe siècle le mouvement antiféodal avait atteint une remarquable maturité parfaitement perceptible dans les publications de l’époque. Avocats et juristes étaient parvenus à développer une argumentation complexe, fruit de leur expérience des procès antiseigneuriaux. Quand en 1810 s’ouvrirent les séances parlementaires à Cadix, les députés Valenciens, dont certains étaient des gens de robe, prononcèrent des discours parmi les plus brillants et firent les propositions les plus radicales, suivant le modèle de la dissolution de la féodalité en France. Vers 1790 les terres Valenciennes, peut-être plus qu’aucune autre région espagnole, pouvaient donc être considérées comme réceptives à tout message antiféodal provenant de France. Francisco de Zamora, envoyé en mission secrète par Godoy au pays valencien, dans le but probable de se renseigner sur la situation politique, affirmait que « el reyno de Valencia camina a una insurrección general según las señales »15.

15Le conflit antiféodal, l’affrontement entre seigneurs et vassaux, était probablement le plus remarquable, mais il serait schématique à l’excès de limiter toutes les situations conflictuelles existantes à cette seule donnée. L’évolution sociale, notamment au XVIIIe siècle, avait creusé les différences entre couches sociales, surtout dans les campagnes, avec les conséquences qu’avait entraînées la généralisation des formes contractuelles de cession de la terre, l’augmentation du nombre des brassiers, ainsi que l’accroissement et la diversification des activités non agraires. Tout cela fut à l’origine de tensions, qui apparaissent clairement à travers l’analyse de documents judiciaires, ce qui en ce temps-là n’avait pas de portée politique. Autrement dit, personne ne discutait encore la légitimité des relations capitalistes en ascension. En outre la bourgeoisie naissante, recourait avec beaucoup d’habileté à des procédés très ancrés dans l’Ancien Régime. Elle avait su se servir de fidélités personnelles, de réseaux familiaux et de clientèles, pour éviter l’affrontement avec les secteurs sociaux qui étaient en train de surgir à ses pieds (fermiers, journaliers, etc.) Elle détournait le mécontentement contre l’odieux féodalisme, devenu en quelque sorte un rideau de fumée qui cachait le vrai visage du nouveau monde qui naissait.

  • 16 AHN. Estado, liasse 4.053, exp. 1.

16De toute façon les Français émigrés, établis de longue date ou arrivés récemment, jouèrent un rôle d’une certaine importance dans ce genre de conflits. L’ascension de la bourgeoisie dans l’Ancien Régime n’eut pas lieu seulement dans le cadre de l’affrontement avec l’aristocratie, puisque la réalité fut beaucoup plus complexe. La noblesse n’etait pas homogène, pas plus que la bourgeoisie, mais c’étaient des secteurs différents qui luttaient pour conquérir une place dans le nouvel écheveau des relations économiques et sociales. Les perdants dans ce conflit ce furent autant la haute aristocratie, rentière et absentéiste, que certaines couches de la bourgeoisie très ancrées dans l’Ancien Régime, comme par exemple les fermiers de droits seigneuriaux ; parmi les gagnants nous pouvons trouver aussi bien des membres de la petite noblesse, dont les rentes était plus capitalistes que seigneuriales, que les plus récentes générations de bourgeois qui devaient prospérer aux dépens des privilèges de la bourgeoisie la plus classique. Les Français, marchands et prêteurs sur gages, haïs parce qu’ils contrôlaient le marché et pratiquaient l’usure, pouvaient devenir des boucs émissaires destinés à éliminer des concurrents. Cette situation fut clairement exprimée par les commerçants français de Valencia Pedro Claverie et Luis Labord, quand en septembre 1795 ils faisaient allusion à « el odio y anti-patía que siempre han manifestado los naturales de esta ciudad a nuestra nacion francesa »16.

  • 17 La courte synthèse que nous avons faite est basée sur une bibliographie très ample, impossible à ci (...)

17Nous n’avons pas encore fait mention du milieu urbain, notamment des villes de Valencia et Alicante, de beaucoup les plus importantes du pays. Alicante était une ville éminemment marchande, où la colonie étrangère nombreuse et forte, se trouvait bien intégrée, au point qu’il ne s’y produisit aucun conflit d’importance. Ce ne fut pas le cas de Valencia, ville beaucoup plus grande et avec une activité économique supérieure et plus diversifiée. En fait, Valencia était la ville qui avait la structure sociale urbaine la plus accusée de toute l’Espagne, étant donné la quasi inexistence de population agraire. Cette ville de rentiers, d’artisans et de marchands était, comme toutes les villes de l’Ancien Régime, une poudrière sur le point d’éclater, maintenue en paix grâce à des mécanismes divers, quelques-uns très subtils, comme le contrôle idéologique, le rigide encadrement social et la répression institutionnelle, souvent une authentique auto-répression. La ville vivait du commerce, autant de produits agraires provenant des environs que de produits industriels, notamment des tissus de soie, fabriqués dans la ville même. Pour des raisons encore mal connues, la soie, dont les principaux marchés étaient les colonies d’Amérique, entra en décadence autour de 1790, en engendrant du chômage. Beaucoup de commerçants, touchés aussi par la récession, changèrent la base de leurs affaires, tout en augmentant la part des produits agricoles dans le volume total de leurs opérations, et en investissant leurs capitaux dans l’achat de terres et abandonnant à leur propre destin les artisans de la soie. Nombre de ces commerçants, comme nous l’avons déjà vu, étaient des Français, ce qui facilita la transformation des antagonismes de classe en xénophobie. Dans une conjoncture de récession économique, la bourgeoisie Valencienne elle-même versa peu de larmes devant les malheurs qui frappaient la colonie française, et en certaines occasions tira profit, sans trop de scrupules, de la situation17.

II. Les émeutes de 1793 et 1794

  • 18 Sur le Diaro de Valencia pendant les années de la guerre contre la Conventión, voir Emilia Salvador (...)
  • 19 Eugenio Garcia Almiñana : « Los extranjeros del partido de San Felipe : el recuento de 1791-92 y lo (...)
  • 20 Sur la nouvelle de la tragique mort de Louis XVI et sa diffusion en Espagne, voir Gonzalo Anes : «  (...)

18Le Diario de Valencia, fondé quelques années auparavant, en 1790, publia avec beaucoup de retard, exactement le 13 février de 1793, la nouvelle de l’exécution de Louis XVI, survenue le 21 janvier de cette année18. Les nouvelles quotidiennes, même celles en provenance de lieux éloignés, circulaient à travers la correspondance privée et la communication orale. La presse n’était pas le seul moyen de transmission des nouvelles. Nous ne savons pas avec exactitude quand arriva à Valencia la nouvelle de la mort du roi de France, mais cela dût être sûrement aux premiers jours de février, avant sa publication dans le Diario. À Xàtiva cette information circulait déjà le 10 février19. Probablement le gouvernement de Madrid avait dût la connaître bien avant20.

19Le 6 février le Consejo de Castilla expedia une circulaire ordonnant la levée d’une milice volontaire. Comme c’était l’habitude les autorités compétentes, dans ce cas le capitaine général et l’intendant, faisaient appel à la collaboration des institutions subalternes qui dans la ville de Valencia et son environnement agricole étaient principalement les dirigeants des corporations de métiers et les élus de la huerta. Ceux-ci commencèrent le recrutement dès qu’ils en reçurent l’ordre et le 27 février la levée avait déjà connu quelques progrès, bien que les soldats ne disposaient pas encore d’uniformes. Les conscrits recrutés par les corporations de métiers, défilèrent l’après-midi de ce jour en arborant des enseignes improvisées, l’attitude provocante, dans les rues du quartier commercial, là où la densité de la population française était la plus forte. Quelques jeunes français répliquèrent à cette provocation. Il s’en suivit une échauffourée dont la rumeur se répandit vite et provoqua l’afflux de beaucoup de gens. On jeta des pierres contre les établissements et les maisons des Français et le tumulte dura pendant toute la nuit. Le jour suivant le désordre s’aggrava : on assaillit quelques maisons et quelques boutiques ; on brisa portes et fenêtres, on vola et on détruisit des marchandises, on répandit sur la chaussée meubles et papiers. Les dispositions prises par la plus haute autorité, le Real Acuerdo, organisme formé par les juges de l’Audiencia sous la présidence du capitaine général, témoignaient de la faiblesse de l’Ancien Régime sous le règne de Charles IV. Ceux qui étaient chargés d’apaiser le tumulte, en patrouillant dans les rues de la ville, furent les nobles de la Maestranza, les alcaldes des quartiers, les clavaris des corporations de métiers, les élus de la huerta, le clergé aussi bien séculier que régulier, et la faible milice dont disposait la ville. L’agitation cessa tout de suite. Elle allait toutefois reprendre avec plus de force quelques semaines après.

  • 21 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Arxiu Històric Municipal de València, Libros Capitulares, D-17 (...)

20La plus haute autorité militaire était en ce moment Victorio de Navia, mais ce capitaine général avait déjà été de fait relevé de ses fonctions, puisque le 15 janvier on avait nommé à ce poste le duc de la Roca, qui n’était pas encore arrivé à Valencia et n’avait pas pris possession de la Capitania, ce qui fut fait le 17 mars. Une semaine après son arrivée, le 24, le peuple descendit de nouveau dans la rue, selon les témoignages contemporains, pour exprimer son mécontentement parce que les Français n’avaient pas été bannis du territoire valencien, comme il l’avait demandé lors de l’émeute de février. En cette occasion les atteintes aux biens ne se limitèrent pas à l’assaut des maisons et des commerces, puisqu’on mit le feu à quelques demeures. Selon le nouveau capitaine général « no hubo cas de francès que no fuera saqueada y todos los muebles arrojados a la calle. Las misinas casas de españoles cuya servidumbre era de franceses fueron apedreadas » ; on s’en prit même à l’entrepôt de la Compañia de Filipinas, où quelques Français avaient des intérêts et à l’hôtellerie, du Léon de Oro, avec des conséquences, comme nous le verrons plus loin, d’une certaine importance. L’émeute dura deux jours, comme au mois de février. Le matin du 25 mars les Français de Valencia, au nombre de 326, furent enfermés dans la citadelle ; leurs biens furent transportés à la Lonja des marchands et au Tribunal del Repeso. Le capitaine général publia dans le Diario de la ville, l’ordre d’expulsion des Français du territoire valencien et la saisie de leurs biens. Ces dispositions calmèrent les esprits, bien que l’inquiétude persistât encore pendant un mois à peu près21.

  • 22 Nous ne savons presque rien de l’émigration française civile et militaire qui se produisit alors.
  • 23 AHN, Eslado, Liasse 4. 053, exp. 1.
  • 24 Arxiu Històric Municipal de València, Lonja, boîte 79, exp. 5, « Relacion de los sujetos que exerce (...)

21Bien avant l’éclatement de cette seconde émeute le roi avait signé la Real Provisión du 4 mars ordonnant le bannissement de l’ancien royaume de Valencia de tous les Français non domiciliés, exceptés les ecclésiastiques émigrés et les travailleurs munis d’un contrat en vigueur. En raison de la lenteur de l’appareil administratif et des communications, l’ordre royal (Provisión) arriva à Valencia alors que le second soulèvement avait déjà éclaté. Mais le roi, probablement à la demande du capitaine général, expédia une nouvelle Real Orde le 29 mars, publiée à Valencia le 4 avril, qui allait bien au delà et ordonnait l’expulsion de tous les Français, y compris ceux qui étaient domiciliés ainsi que ceux qui avaient un contrat, à la seule exception des prêtres et des officiers de l’armée22. Par un nouvel arrêté publié deux jours après, le duc de la Roca autorisa les expulsés à faire administrer leurs affaires par des membres de leurs familles, procureurs ou mandataires. Après la signature à Bâle de la paix avec la France, le 22 juillet 1795, disparaissait le motif de l’expulsion, mais le capitaine général de Valencia fit savoir à Godoy les inconvénients qui pouvaient en découler. Le Consejo de Castilla expédia une série de dispositions (consultas) aux mois d’août et de septembre 1795 dans lesquelles il suivait la recommandation du duc de la Roca, qui accordait la levée de la saisie des biens des Français domiciliés en pays valencien, mais ne leur permettait pas pour le moment de rentrer23. On les autorisa à s’y installer à nouveau individuellement, à une date qu’il nous est impossible de préciser, mais en 1800 ils figuraient déjà tous au registre de commerce de la ville de Valencia24.

  • 25 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2.
  • 26 Sur les événements de Xàtiva, qui n’arrivèrent pas à dégénérer en émeute, voir Eugenio Garcia Almiñ (...)
  • 27 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Biblioteca Municipal de València, « Sucesos ocurridos en Valen (...)

22Des émeutes eurent lieu en quelques autres villes et villages, mais nous manquons de renseignements sur chacune d’entre elles. Le soulèvement le mieux connu, à l’exception de celui de Valencia, mais tout aussi important que ce dernier, fut l’émeute de Lliria des 25 et 26 mars25. Il y en eut aussi à Gandia, Requena et dans les villages situés tout au long de la route suivie par les expulsés qui gagnaient la Castille : Alzira, Algemesi et Xàtiva26. A Almansa, village castillan près de la frontière Valencienne, trois Français furent assassinés sous les yeux de la troupe de volontaires valenciens qui les escortait et qui resta passive. A Alicante où la colonie française était nombreuse et importante, il n’y eut cependant aucun événement violent, bien que les Français fussent finalement expulsés, comme tous les autres27.

  • 28 AHN, Estado. liasse 4030, lettre de l’archevêque de Valencia au comte d’Aranda du 20 octobre 1792.
  • 29 AHN, Estado, liasse 4.030.
  • 30 Luis Sierra : « La inmigración del clero francés en España (1791-1800). Estado de la cuestión », Hi (...)
  • 31 Arxiu de la Catedral de València, liasse 73, exp. 2, « Nota de los presbíteros franceses que piden (...)

23Les prêtres émigrés, qui avaient trouvé refuge au pays Valencien depuis le mois d’octobre 1792, et dont le nombre avait atteint peu à peu des proportions importantes, échappèrent dans un premier temps à l’ordre d’expulsion. Toutefois ils n’allaient pas tarder à en être eux aussi les victimes. La plupart provenaient du sud de la France et il y avait autant de prêtres réguliers que séculiers ; on dénombrait même des ecclésiastiques de haut rang. Ils furent accueillis dans des couvents et des paroisses. Bien qu’ils aient fui la Révolution, les autorités les faisaient surveiller attentivement et les obligeaient à certifier qu’ils n’avaient pas prêté serment à la Constitution28. Il n’est pas facile de les recenser tous, non seulement en raison de la diversité des données, mais aussi à cause des transferts qui faisaient varier leur nombre. L’estimation la plus ancienne est celle du capitaine général Victorio de Navia du 12 janvier 1793, qui les chiffre à 645, en englobant les quatre diocèses valenciens : Orihuela (99), Segorbe (40), le territoire valencien de Tortosa (90) et Valencia (416)29. Luis Sierra fournit des chiffres plus élevés. En outre, ces chiffres, qui diffèrent de ceux reproduits ci-dessus, ne permettent pas de différencier les territoires Valenciens et catalans du diocèse de Tortosa : Orihuela (2), Segorbe (54), Tortosa (151) et Valencia (618). Par rapport au chiffre total que donne cet historien pour l’Espagne, en adoptant le chiffre minimum de 6.322 et en supposant que 700 prêtres environ s’étaient établis en pays valencien, ces ecclésiastiques auraient représenté 11 % de l’ensemble. En ce qui concerne les diocèses espagnols, l’archevêché de Valencia occupait la troisième place, derrière Calahorra et Tolède.30 Le calcul des passeports délivrés par l’archevêché de Valencia aux prêtres qui devaient abandonner le pays valencien donne un total de 480, chiffre un peu supérieur à celui de Victorio de Navia31. Un nombre aussi élevé d’hôtes étrangers créa de graves problèmes de subsistance, et rendit difficile le contrôle de leurs mouvements, tant aux autorités qu’aux prieurs des couvents qui les accueillirent.

  • 32 Emilia Salvador Esteban, « La guerra de la Convención... », p. 335.

24Le 13 janvier 1794 le duc de la Roca communiquait à l’archevêque de Valencia Francisco Fabián y Fuero (1719-1801) que les prêtres français devaient abandonner la ville au terme de trois jours. Il ne faisait que mettre à exécution une résolution du 23 décembre qu’il portait maintenant à la connaissance des prélats « como lo exigen la atención y la buena armonía »32. Mais ce fut précisément l’harmonie qui fit défaut, car bien que les autres évêques des diocèses Valenciens n’aient posé aucun problème, l’archevêque de Valencia refusa de permettre l’exécution de cet ordre, en alléguant qu’il avait des instructions contraires du primat d’Espagne, l’archevêque de Tolède. Le capitaine général lui répondit que s’il s’obstinait à gêner cette opération, il serait le premier à partir. En fait, le 17 janvier les prêtres français furent obligés de quitter leurs résidences de Valencia sous la pression de la force militaire envoyée par le capitaine général. Ce jour-là il annonça que les nonnes devraient faire de même le 23. La réponse insolite de l’archevêque déchaîna un virulent affrontement personnel entre les deux autorités.

  • 33 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Biblioteca Municipal de València, « Sucesos ocurridos en Valen (...)

25Parmi les religieuses qui devaient quitter la ville se trouvaient quatre nonnes ursulines (d’Oléron disent les documents, mais qui peut-être provenaient d’Oloron) que Fabián y Fuero avait décidé de placer comme maîtresses dans une école de jeunes filles appelée la Casa de la Ensenanza, fondée bien des années auparavant par son prédécesseur dans l’archevêché, Andrés Mayoral. Il s’agissait d’une école assez importante puisqu’elle accueillait plus de 300 élèves. Jusqu’alors l’école avait été gérée par des maîtresses Valenciennes, mais Fabián y Fuero, alléguant que tel avait été le dessein de Mayoral, décida de les remplacer par les Françaises. Ce même jour, 23 janvier, l’archevêque annonça aux maîtresses Valenciennes qu’elles devaient quitter tout de suite l’établissement. Le capitaine général réagit vite en orchestrant personnellement en face de l’école une importante manifestation, qui assurément n’avait rien de spontanée. Les manifestants empêchèrent la sortie des maîtresses Valenciennes tandis qu’un détachement de soldats, envoyé par le duc de la Roca, se présentait au palais de l’archevêque et lui communiquait qu’il devait se condidérer en état d’arrestation dans sa demeure. Le prélat ferma toutes les portes en se cachant dans une chambre secrète. Les soldats eurent beau pénétrer dans le palais, forcer les serrures des portes et fouiller les chambres, l’archevêque resta introuvable. Pendant plusieurs jours le palais fut littéralement assiégé par l’armée. Le vieil archevêque, qui était âgé de 73 ans, put fuir déguisé en curé, quelques jours après, grâce à la complicité de quelques-uns de ses partisans. Il se dirigea vers l’Aragon dans l’intention probable de gagner son village natal, Terzaga, une localité de la seigneurie de Molina appartenant aujourd’hui à la province de Guadalajara. A Segorbe il fut identifié et la nouvelle de sa fuite arriva ce même jour à Valencia. Bien que le capitaine général envoyât à sa poursuite un juge de l’Audiencia, Fabián y Fuero réussit à passer en Aragon, échappant ainsi à la juridiction des autorités Valenciennes. Le roi approuva tous les procédés du duc de la Roca, ordonna l’instruction d’un procès contre l’archevêque et le chassa du royaume de Valencia, de la Cour et des sites royaux. Il nomma pour lui succéder à Valencia, en vertu du Real Patronato, Antonio Despuig y Dameto, jusqu’alors évêque d’Orihuela et lointain neveu du capitaine général. Dans cette disposition le roi, ou mieux dit son tout-puissant ministre Godoy, profita de la renonciation que l’archevêque avait présentée le 9 janvier 1794, probablement sous la pression des événements33.

III. La trame institutionnelle

26Les émeutes antifrançaises Valenciennes eurent une base populaire évidente, comme nous l’avons déjà expliqué partiellement. Mais il existe des indices d’une trame ourdie par le pouvoir qui, bien qu’elle ne fut pas la cause directe des soulèvements, les encouragea tout au moins. Il s’agit d’une question difficile que les documents utilisés, issus fondamentalement d’organismes officiels, ne permettent pas d’élucider avec la clarté requise. C’est pourquoi notre interprétation se fonde principalement sur des hypothèses déduites des faits et des détails fournis par les sources elles-mêmes.

  • 34 Gonzalo Anes, Economía e « Ilustración » en la España del siglo XVIII, Barcelona, 1969, Ariel, pp.  (...)

27Vicente Maria de Vera de Aragón, duc de la Roca, fut nommé capitaine général des royaumes de Valencia et de Murcie le 15 janviers 1793, en succédant à Victorio de Navia. Mais il ne prit effectivement possession de son poste que le 17 mars, après les premières émeutes du mois de février. Quoi qu’il en soit, la nomination du nouveau capitaine général fut sans nul doute en relation avec ce qui se passait en France puisque Louis XVI, dont le procès était ouvert depuis le 11 décembre, fut condamné à mort le 17 janvier, seulement deux jours après la nomination du duc de la Roca à la Capitanía de Valencia. Le gouvernement espagnol, dirigé depuis le 15 novembre par Manuel Godoy duc de l’Alcudia, était parfaitement informé des événements de Paris. Valencia était une ville dont on pouvait penser, comme nous l’avons déjà remarqué, qu’elle avait des sympathies pour les idées révolutionnaires. Il y a quelques années Gonzalo Anes exhuma un document de 1791, un papier anonyme adressé au marquis de Mirabel (sic, probablement Mirasol) par des travailleurs Valenciens de la soie, dans lequel ils menaçaient de se soulever en raison de la crise industrielle. Pour aussi invraisemblable que puisse paraître ce projet subversif, le fait est que le gouvernement lui attribua une crédibilité telle que Victorio de Navia demanda l’envoi de deux régiments dans la ville34.

28Le gouvernement considérait peut-être à tort la ville de Valencia, et plus généralement tout le pays valencien, comme un territoire où pouvaient se répandre les idées de la Révolution. Il y avait plusieurs possibilités de faire face à une éventuelle connivence entre des agents français de la Révolution et les couches sociales mécontentes : ou bien juguler le mouvement avant qu’il n’éclate, ce qui était difficile, ou bien provoquer le départ des Français, en coupant le mal à sa racine. En ce sens il ne semble pas hasardeux de supposer que le pouvoir pût être l’instigateur du soulèvement. De cette manière deux objectifs à la fois étaient atteints : d’une part on chassait les éventuels propagandistes de la Révolution ; d’autre part on transformait de probables alliés idéologiques du mouvement populaire en ennemis de ce dernier, en recourant à la xénophobie et à la haine de classe.

  • 35 Manuel Lucía y Mazparrota : Apuntamientos biográficos para el episcopologio de Valencia, Arxiu de l (...)
  • 36 Eugenio García Almiñana : « Los extranjeros del partido de San Felipe... » p. 21.
  • 37 AHN, Estado, liasse 4030, lettre de l’aumônier du château, Antonio Sala, à Godoy, du 25 novembre 17 (...)

29Si dans le cas des émeutes du mois de février on pourrait supposer une intervention indirecte du duc de la Roca, par le truchement d’agents ou de fonctionnaires, ce qui reste à démontrer, en ce qui concerne les émeutes de mars, avec le nouveau capitaine général déjà installé à Valencia, certains indices permettent de soupçonner quelques incitations. Bien sûr le mouvement populaire se développa avec une certaine autonomie, difficile à préciser, bien qu’il pût dépasser les buts qu’il avait initialement. Il en fut ainsi parce que les conditions objectives de la subversion étaient réunies, bien que l’étincelle qui mit le feu aux poudres pût avoir pour origine une manœuvre du pouvoir. Mais il est surprenant de constater le retard avec lequel fut publiée à Valencia la Real Provisión du 4 mars, que le capitaine général avait dû connaître à Madrid, ce qui incite à penser qu’il s’agît d’une possible manipulation des événements. Il semble aussi que le capitaine général encouragea le mouvement populaire, au moins par omission, accusation que formule très clairement le chanoine José de Rivero, source fondamentale de la biographie manuscrite de l’archevêque Fabián y Fuero, écrite en 1853 par Manuel Lucía. Le chanoine accuse le duc de la Roca de n’avoir pris aucune disposition pendant les émeutes de mars, et affirme que les soldats protégeaient les insurgés. Ce n’est que sous la pression d’une partie des juges de l’Audiencia, qu’on adopta finalement des mesures répressives. Les peines auxquelles l’Audiencia condamna les séditieux furent commués par le capitaine général en d’autres plus légères, à savoir quatre ans d’exil près de la frontière française, grâce à la collaboration du procureur de la Chambre criminelle José Navarro Vidal, un des alliés du duc de la Roca35. Dans le cas des troubles de Xàtiva la provocation fut assez claire, puisque le 3 mars apparurent huit affiches où on lisait « Viva la Asamblea ». Il est douteux que les auteurs aient été des membres de la colonie française36. A Alicante il y eut une fausse alarme annonçant la fuite de soldats français emprisonnés dans le château de Santa Bárbara, peut-être dans l’intention de provoquer une émeute37.

  • 38 Arxiu de la Catedral de València, liasse 73, exp. 1, « Copia de la consulta... ».

30L’implication du pouvoir dans les événements de 1794 est tout à fait évidente. L’émeute contre l’archevêque Fabián y Fuero fut organisée par le capitaine général lui-même, qui se chargea de recruter les insurgés qui allèrent manifester devant la Casa de la Enseñanza. C’est lui qui envoya la troupe au palais archiépiscopal, qui poursuivit l’infortuné prêtre dans sa fuite, qui mit en prison ses parents et alliés et qui instruisit contre eux des procès. Le pouvoir aurait très bien pu réaliser ses dessins en décrétant le bannissement des Français qui eut lieu en 1793, sans s’en prendre aux ecclésiastiques immigrés, en principe peu suspects d’être des agents de la Révolution. Mais l’opiniâtre attitude de l’archevêque contraria le ferme propos du gouvernement d’éliminer complètement la présence française du pays valencien. En outre, dans la difficile conjoncture de l’année 1794, alors que la guerre contre la Convention avait déjà commencé et menaçait les frontières catalane et basque, le comportement maladroit de Fabian y Fuero remettait en question l’autorité du capitaine général, alors qu’il fallait impérativement préserver une unité d’action institutionnelle devant les menaces de guerre. Le Consejo de Castilla perçut clairement ce danger lorsqu’il analysa la conduite de l’archevêque en ces termes : « El escándalo más terrible en linea de gobiemo es que el mal ejemplo de los mayores en el orden civil o eclesiástico abra el destestable camino a los inferiores de resistirse, impugnar, despreciar y negar la obediencia a las reales órdenes »38.

  • 39 Le duc de la Roca écrivait à Godoy en des termes qui révèlent une grande familiarité. Dans une lett (...)

31L’évidente implication du capitaine général dans les émeutes de 1794 renforce en quelques sorte, a posteriori, l’idée qu’il fut l’instigateur du soulèvement de l’année précédente. Il faudrait prendre en compte la remarquable indépendance d’action du duc de la Roca, qui maintenait une communication directe et rapide avec Godoy : ceci pourrait expliquer le remplacement de la Real Provisión du 4 mars par la Real Orden du 29, qui altéra radicalement la portée de l’expulsion ; d’autre part, l’arrêté relatif au bannissement des prêtres n’obéissant à aucun ordre royal connu, ce qui justifiait le refus de l’archevêque de l’exécuter39.

  • 40 Francisco Martí Gilabert : La Iglesia en España durante la Revolutión Francesa, Pamplona, 1971, Uni (...)
  • 41 Sur les relations’de Fabián y Fuero avec l’Université, voir Salvador Albiñana : Universidad e Ilust (...)
  • 42 Dans un édit du 6 mai 1792 sur la bibliothèque de l’Université de Valencia, il se référait aux « ab (...)

32En outre le capitaine général ne s’était pas trouvé seul dans son affrontement contre l’archevêque. Francisco Marti Gilabert fait état de tensions avec la noblesse à cause de la distribution de prébendes40. Fabián y Fuero était un prêtre dont la formation intellectuelle était complexe. En effet, bien qu’il fût un fervent tomiste et pût réussir à infléchir dans le sens de cette tendance philosophique l’enseignement universitaire, il collabora néanmoins avec Gregorio Mayans dans l’édition des Opéra Omnia de Luis Vives. Il ne fut pas un partisan des Lumières et ses différends avec Juan Antonio Mayans et le recteur Vicente Blasco sont bien connus41 ; il s’attaqua en diverses occasions, avec dureté, aux philosophes français. C’est dire qu’on ne pouvait le suspecter de la moindre sympathie pour la Révolution42. Malgré cela, il donna son appui aux prêtres émigrés dont quelques-uns, comme nous le verrons plus loin, étaient porteurs d’idées plus avancées que celles des ecclésiastiques espagnols. Nous ne savons pas avec précision pourquoi il s’entêta à les maintenir en pays Valencien, à moins qu’il ne se soit agi d’un affrontement personnel contre le pouvoir civil, en se prévalant de sa situation de haut dignitaire de l’Eglise à Valencia.

  • 43 Arxiu de la Catedral de València, liasse 6.063, exp. 57. La délation fut déclarée fausse et l’accus (...)
  • 44 Les données que fournit Francisco Marti Gilabert ne sont pas correctes, puisque les 5.500.000 réaux (...)

33En fait Fabián y Fuero était un personnage controversé. Depuis longtemps il était en butte à des problèmes de nature très diverse, qui lui avaient attiré l’inimitié des autorités civiles. En 1789 on avait ouvert contre lui un procès à la demande de Francisco Salcedo de Agarca, notario mayor de Bénéficios de la curie ecclésiastique, qui alléguait que le prélat était devenu fou et avait laissé le gouvernement de la mitre entre les mains de ses parents et amis43. A ce problème s’ajouta un autre de nature économique, à la suite d’une importante dette de cinq millions et demi de réaux contractée auprès de Pascual Caro, directeur de la Casa de Misericordia et protégé du duc de la Roca. Le seul moyen de s’en acquitter aurait été un fort emprunt auprès du commerce local, qui exigeait des intérêts très élevés, que le prélat ne voulut pas accepter44. C’est alors que le capitaine général répandit la nouvelle que Fabián y Fuero allait renoncer à la mitre, ce qui n’eut pas lieu. On peut supposer que le nouvel archevêque Despuig, parent du capitaine général, aurait transigé lors d’une opération aussi avantageuse pour les marchands de la ville. En fait le même jour 23 janvier 1794, alors que la troupe assiégeait l’archevêché, le capitaine général ordonna l’embargo du patrimoine du prélat. Des désaccords avaient surgi aussi à propos de l’administration de la Casa de la Ensenanza, confiée à Pedro Joaquin de Murcia.

IV. La trame révolutionnaire

  • 45 La bibliographie existante sur la pénétration des idées révolutionnaires en Espagne est nombreuse, (...)
  • 46 AHN, Estado, liasse 3.552, lettre de Bernardo Cebasco au duc de la Roca, écrite à Xàtiva le 30 déce (...)
  • 47 AHN, Estado, liasse 3.552.
  • 48 AHN, Estado, liasse 4.030.
  • 49 Arxiu Històric Municipal de Vilareal, Familia Llorens, 6.789.
  • 50 AHN, Inquisición, liasses 3.722, 3.724, 3.725 y 3.732. Ces documents vont de 1791 à 1795.

34Il ne fait aucun doute que, dans son ensemble, la colonie française en pays valencien n’était pas constituée d’agents de la Révolution. Quelques Français, et même des descendants de Français établis depuis longtemps et bien intégrés, éprouvaient sans aucun doute des sentiments de sympathie à l’égard de la Révolution et faisaient partager leurs penchants politiques45. Par exemple on accusa le marchand de Xàtiva Vicente Bordanova que « hablando de los asuntos de la Francia expresó que los empleos en Francia solamente se daban a los nobles ; que el rey de Francia era un borrachón, y que la reina era una pula pues vivía malamente con un cardenal, quien le havía regalado un collar muy precioso ; que defraudaba los caudales de la Corona y se los remitía al Emperador ; que el ser monarcas eran tener mucha dispotiqués (sic) ; que bastante tiempo havían mandado los reyes ; que los romanos governaron el mundo muchos años ; que la Francia havía de poner la ley a todo el mundo : que nuestro católico monarca era un calzonazos, que quien govemaba todo era la reyna, nuestra señora dando los empleos a quien ella quería ; que tenía amistad, y correspondencia con el Excelentísimo señor duque de la Alcudia ». Bordonova fut emprisonné par la justice de Xàtiva et on saisit ses biens46 . Nous savons aussi que les Français résidant en pays valencien échappaient à la censure de la correspondance en communiquant par lettre avec la France à travers des Etats neutres. C’est ce procédé que dénonça le marchand d’origine irlandaise, établi à Benicarló, Guillermo White, qui le 1er décembre 1793 écrivait au duc de la Roca « La facilidad con que qualquiera que recide en Francia y apetece en España correspondencia puede lograrlo remitiendo sus cartas a Génova y qualquiera país neutral durante las guerras »47, Le capitaine général, Victorio de Navia, affirmait le 12 janvier 1793, en faisant allusion aux Français résidant à Valencia, que « se han moderado mucho en sus combersasiones y especies que vertían, desde que han Ilegado los referidos emigrantes [les prêtres] »48. Nous connaissons un autre cas, celui du marchand de Vilareal Juan Sichet, qui depuis 1790 introduisit des documents et des livres subversifs49. L’Inquisition, toujours vigilante, instruisit un procès contre les libraires Antonio et Pedro Juan Mallén et d’autres individus, presque tous des commerçants, parce qu’ils avaient introduit des livres interdits50. Tout cela nous incite à penser que, malgré la vigilance, les relations entre les Français résidant en pays valencien et leurs compatriotes de l’autre côté des Pyrénées étaient faciles.

  • 51 Dans un écrit du 20 mars 1793, l’évêque auxiliaire de Valencia, le frère pie Melchor Serrano interd (...)
  • 52 AHN, Estado, liasse 4030, lettre du prieur de la chatreuse de Portaceli au duc de la Roca, du 12 dé (...)

35En ce qui concerne les prêtres émigrés, on peut difficilement imaginer qu’ils pussent être attachés aux idées de la Révolution, puisqu’ils étaient arrivés en Espagne précisément en fuyant leur pays. Néanmoins, comme il s’agissait de l’émigration tardive de 1792, il est probable que quelques-uns d’entre eux étaient des ecclésiastiques qui avaient prêté serment à la Constitution, mais voyaient avec inquiétude la voie radicale que prenaient les événements depuis l’abolition de la monarchie le 21 septembre 1792. Bien que nous n’ayions pas d’information suffisante sur la mentalité de ces prêtres, certains documents relatent des actions qui révèlent comment quelques-uns, contrairement à leurs homologues espagnols, se conduisaient avec plus de liberté. C’était le cas de ceux qui refusaient de vêtir leurs habits religieux, et se promenaient en tenue civile et portaient des perruques poudrées51. Nous citerons aussi cet autre cas de cinq chartreux accueillis dans le monastère de Portaceli, lesquels « desde su ingreso en esta comunidad, olvidándose de la clase de huéspedes, y faltando al agradecimien-to de la hospitalidad que se ha exercitado en ellos sin distinción de los propios hijos de la casa, han pretendido gozar en ella de los fueros de antigüedad y presidencia ; de forma, que por evitar quimera fue preciso destinarles en lugar separado en el coro y demás actos de comunidad ; y ya que no pudieron a su arribo a esa ciudad [Valencia] conseguir, como lo intentaron, el quedarse en ella viviendo come seculares, insisten en este monasterio mortificando continuamente a los superiores para que les permitan salir a espaciarses todos los días ». En plus, ils avaient attiré à leur cause quelques jeunes moines et pour cette raison leur séjour dans la chartreuse était considéré comme dangereux étant donné, en outre, qu’ils continuaient à recevoir des lettres de France52.

36Ces cas très précis ne nous permettent pas cependant d’affirmer la présence d’agents de la Révolution en territoire Valencien. Peut-être y en eut-il, mais la documentation utilisée ne le démontre pas. Quoi qu’il en soit, aussi bien les résidents anciens que les prêtres récemment arrivés, c’est-à-dire toute la colonie française, était au courant de ce qui se passait en France ; quelques-uns d’entre eux sympathisaient avec les idées révolutionnaires et ne craignaient pas de manifester leurs opinions en public. Néanmoins, pour apprécier l’incidence réelle de ce phénomène il conviendrait de disposer d’une information plus ample et de procéder à une étude plus approfondie.

  • 53 AHN, Consejos, liasse 18.483.

37Mais les autorités Valenciennes, avec le capitaine général à leur tête, crurent en l’existence d’une conspiration organisée par les membres les plus en vue de la colonie française. Dans l’assaut qui fut donné à l’hôtellerie du León de Oro on trouva des lettres qui semblaient révéler une intrigue dans laquelle étaient impliqués les marchands de Valencia Diego Valence et Pedro Crocier, le suisse Juan Wegelin et l’agent de change de Barcelone Claude Roger. Il s’agissait de textes à double sens qui pouvaient être interprétés de plusieurs façons, étant donné l’ambigüité du langage utilisé. Une de ces lettres, adressée de Barcelone à Juan Wegelin le 7 février 1792 disait : « Caríssimo don Juan : Dexo hasta el correo que viene (por escasearme el tiempo) el responder a sus dos muy interesantes y siempre apreciables últimas, que tengo en mi poder. Daré a vuestra merced qüenta de todo lo que he reflexado sobre el asunto consa-vido, come también mi parecer sobre si conviene o no que tal plan se conosca en ésta, respeto a varias consideracions que creo deven someterse a la seguridad de sus reflexiones ; todo irá. Dios mediante, bien explicado, y no obstante me atendré al parecer de vuestra merced, por si su perspicacidad ve más lejos y mejor que yo ». Comme on peut le remarquer il n’y a pas dans le libellé de cette lettre le moindre indice d'une conjuration, à moins que l’on estime que le mot plan est lourd de sens. Dans l’autre lettre, plus longue, du 10 février, on pouvait relever quelques termes, comme movimiento, à nouveau plan consabido, proyecto, allusions aux corporations de métiers, à la noblesse et à la colonie étrangère, avec des références à Diego Valence et à Pedro Crocier. C’est trop peu et trop ambigu pour que l’on puisse en tirer la moindre conclusion53.

  • 54 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.
  • 55 Ces noms figurent dans le résumé du procès qu’on présenta au Consejo de Castilla le 31 juillet 1794 (...)
  • 56 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2.

38Malgré cette imprécision, le duc de la Roca, qui avait ces lettres en son pouvoir le 27 mars 1793, était convaincu le 3 avril qu’il avait découvert une conjuration qui allait être un « instrumento de la pérdida de ese reyno »54. A la suite de la découverte de ces documents, Diego Valence, Pedro Crocier et Juan Wegelin furent emprisonnés, et l’on instruisit contre eux un procès pour conspiration. A l’issue des premières enquêtes on emprisonna aussi les personnes suivantes : Pablo Lanusse, Jean Bautista Dubosch, José Bordalonga, Antonio Laborde, Juan Laplace, Juan Veyret et Pedro Capdepons. Ces hommes furent en outre les victimes d’une série de dénonciations d’origine assez étrange. Une de ces dernières émanait du frère trinitaire José de Jésus y Maria, lequel, malade au lit, avait assuré à l’aumônier de la citadelle Gregorio Juan Piquer que les Frangais essayaient de « levantarse con la ciudad, plantar el árbol que llaman ellos de la libertad y defenderlo con las armas en la mano » ; une autre, présentée par les avocats Estevan Corones, Juan Bautista Alberola et le curé de Saint André, Francisco Bixquert, ajoutait « que las casas de Laborda, Beyret y Bordalonga eran del complot »55. Le procès instruit à Valencia par le capitaine général et l’Audiencia prit fin sur la condamnation des accusés, qui furent envoyés aux bagnes (presidios) du nord de l’Afrique. Leurs biens furent saisis, mais les condamnés firent appel auprès du Consejo de Castilla, qui estimant que l’accusation était injustifiée, renvoya le dossier à Valencia. Les juges de l’Audiencia confirmèrent la décision (consulta) du Consejo, de sorte que l’on peut affirmer qu’il n’y eut jamais de conspiration. Les lettres n’étaient qu’une simple correspondance commerciale. Mais au cours de l’instruction du procès il fut prouvé que ces Français étaient apparus « en sus conversaciones apacionados por las disposiciones de la Asamblea e interesados en los triunfos de las armas de la República ». On les accusa par la suite de s’être exprimés en des termes qui offensaient la monarchie. Toutefois, ce délit ne leur valut que de simples admonestations56.

  • 57 Ricardo Franch Benavent : El capital commercial..pp. 115-121.
  • 58 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2, memorial de Diego Valence, « ciudadano de la Répública francesa  (...)
  • 59 Archivo del Palacio Real de Madrid, ms. 3.156, « Viaje de Zamora... ».

39Tous les inculpés furent absous du délit de conspiration, mais pas de celui d’opinion, ce qui leur valut d’être condamnés aux dépens. Cependant, Diego Valence subit un long emprisonnement plus en rapport avec des affaires de dettes commerciales qu’avec la raison initiale du procès. Valence, un des marchands les plus riches de Valencia avait été nommé commissionnaire de la Compañia de Filipinas à la demande de Cabarrús. Il se consacrait à l’exportation de soie et de tissus asiatiques57. Dans la conjoncture de récession dont souffrait le négoce de la soie, cette compagnie privilégiée était considérée comme une concurrente préjudiciable aux intérêts locaux. Comme nous l’avons suggéré plus haut, l’accusation d’avoir été le chef de la prétendue conjuration semble avoir relevé plus d’un règlement de comptes entre artisans et marchands que d’autre chose. Effectivement, Valence resta en prison pendant trois ans sous le prétexte qu’il avait dirigé la conspiration de 1793, mais, bien qu’il fût acquitté, il resta en prison pendant de longues années à cause de divers procès qui étaient instruits par le Consulado de Valencia. Différents marchands valenciens, comme Angel Plácido de las Casas, mandataire de la Real Compañia de Filipinas, Mariana Comas et José de Vivanco, lui réclamaient d’importantes sommes d’argent qui atteignaient un total supérieur à quatre millions de réaux, dont il ne pouvait s’acquitter facilement en raison de la perte et de la saisie de beaucoup de ses biens. Les demandants voulaient se faire payer directement sur ses biens saisis, y compris sur ceux d’un établissement que ses neveux administraient à Murcie, sans prendre en compte la dévaluation des Vales Reales. Nous savons que l’Inquisidor general exigeait qu’on lui livrât la personne de Valence, en 1794, pour instruire contre lui une causa de fe58. La péripétie personnelle de Valence démontre que le contentieux anti-français mettait en jeu beaucoup d’intérêts, pas seulement politiques, mais aussi économiques, principalement ceux de la bourgeoisie locale, désireuse d’affaiblir la concurrence commerciale des Français, dans un contexte de décadence générale des affaires et par crainte de la contagion révolutionnaire. C’est pourquoi Francisco de Zamora avait raison quand il écrivait, au mois de mai 1794, alors qu’il était de passage sur les terres de Segorbe, que « los franceses es un pretexte para robos, enemistas y estafas ; y todo dimana de Valencia del general, del juez Navarro y de un tal Bailadores, que ace de juez de embargos de los franceses, y con este pretes-to toma conocimiento de cuantas causas se reciben »59.

V. La révolte populaire

40Comme nous l’avons déjà dit auparavant, l’émotion populaire eut une origine et un développement indépendants des facteurs analysés plus haut. La soierie de la ville de Valencia traversait une période de crise depuis 1790, qui empira précisément la même année de la révolte, avec toutes les conséquences dues au chômage et à la paupérisation de la population artisanale. Cette même année fut supprimée la corporation du métier des torcedores de la soie. Dans ce contexte existait un malaise diffus. Etant donné la structure de putting-out dominante, contrôlée par les marchands, dont beaucoup étaient Français ou d’origine française, cette situation pouvait laisser prévoir le détournement du mécontentement populaire contre cette minorité nationale. D’autre part, comme nous l’avons déjà signalé, la milice volontaire qu’on commença à lever au début de février 1793, fut partiellement organisée par les mêmes corporations de métiers. Cela signifiait armer et organiser les mêmes couches sociales qui souffraient de ce malaise. Il s’agissait d’un procédé dangereux, comme le duc de la Roca lui-même le souligna.

  • 60 Arxiu Històrico Municipal de València, Libros Capitulares, D-173 (1793), fols. 83 v-84r et 91r-92v. (...)

41Une certaine historiographie tend à considérer qu’à la base de toute émeute populaire de l’Ancien Régime il y a une disette. Il ne semble pas que la pénurie de grains jouât un rôle déterminant dans les révoltes Valenciennes de 1793. Cette année cependant, au moins jusqu’au mois de juin, le grain vint à manquer, mais la municipalité réussit à pallier les insuffisances grâce à l’achat de blé qu’elle paya de ses propres deniers60.

  • 61 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.

42La peur est un autre des facteurs qui pesa sur le déroulement des événements. Bien que la déclaration formelle de guerre à la France n’eût pas lieu jusqu’au 23 mars 1793, de sorte que la nouvelle arriva à Valencia alors que la seconde émeute avait déjà pris fin, on devait à l’époque considérer comme proche le début des hostilités. Dans cette ambiance pouvaient circuler toutes sortes de rumeurs. Ainsi on comprend mieux que l’on accordât crédit à l’arrêté que diffusa la justice de Torrent, village proche de Valencia, annonçant un débarquement de la flotte française à la plage du Grau, quand la force militaire du pays était dans un état de faiblesse. Le 28 mars le duc de la Roca faisait savoir que les rumeurs d’invasion étaient continuelles, en même temps qu’il demandait l’envoi de quatre régiments61.

43Dans une ville où, aux premiers jours de février 1793, on constatait en même temps une crise manufacturière, la levée d’une milice populaire et l’incertitude devant une plus que probable déclaration de guerre à la France, toutes les conditions objectives pour l’éclatement d’une révolte étaient réunies. Peut-être une simple petite étincelle était-elle nécessaire pour mettre le feu aux poudres. Que cette dernière émanât ou non des autorités elles-mêmes, telle est l’hypothèse vraisemblable que nous avons formulée. Toutefois le soulèvement n’aurait pas été possible sans l’existence préalable de ce malaise social.

  • 62 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.
  • 63 AHN, Estado, liasse 3. 552, exp. 2.

44La liste des inculpés révèle la prédominance des artisans de la ville de Valencia, qui en constituent la majorité : sur 39, on en dénombre 25 résidant dans la capitale, tandis que les autres étaient des laboureurs ou des journaliers provenant du milieu rural proche. Les peines qu’on leur imposa furent assez sévères : la plupart des condamnés durent purger une peine de 10 ans dans les bagnes (presidios) des Philippines ou de Puerto Rico ; les plus légères varièrent entre 4 et 6 ans et devaient être accomplies à Oran ou à Ceuta62. Nous n’avons pu vérifier si l’information que donnent Rivero et Lucia, sur leur réduction, à laquelle nous avons fait allusion auparavant, est exacte. Bien que les émeutes aient pu être provoquées par le pouvoir, comme nous l’avons répété maintes fois, les autorités elles-mêmes ne pouvaient pas ne pas exercer une répression sur le peuple : pour cette raison elles punirent avec sévérité les insurgés dont on avait pu ou voulu démontrer la participation aux événements. Ainsi on barrait le chemin à une radicalisation éventuelle du mouvement initial. Le duc de la Roca reconnaissait le danger d’armer le peuple quand il écrivait le 2 avril 1793, en exposant le manque de défense dont souffrait le pays : « Espero que se verifique la remesa de tropas para poder desarmar el pueblo que, aunque honrado y leal, no deve jamás subsistir con esta fuerza más tiempo que el inevitable. Entonces podrán cumplirse las sentencias que se fulminaron contre la multitud de reos que van resultando sobre ejecución del alboroto del 24 de marzo »63.

Conclusion

  • 64 Manuel Ardit, Revolution liberal y revuelta campesina, Barcelona, 1977, Ariel, pp. 88-98.

45Cette explication des faits donne un nouvel éclairage qui diffère substantiellement de l’interprétation traditionnelle admise jusqu’à ce jour, soutenue même par un des auteurs de ce travail64. Il y a quelques années on avait tendance à interpréter ce genre d’émotions populaires comme une conséquence des crises de subsistances ou des crises économiques, sans négliger bien entendu les facteurs politiques. Une révision de ce thème oblige l’historien à prendre en considération une multiplicité d’éléments, et c’est précisément cela que nous avons essayé de faire. Envisagés sous cet angle, les événements de 1793 et 1794 sont beaucoup plus complexes, puisque s’y imbriquent une crise sociale, une récession économique, le danger de l’action révolutionnaire d’un secteur de la bourgeoisie Valencienne, une guerre et des conflits entre autorités. Nous sommes partis de l’hypothèse d’une provocation fomentée dans un but intéressé. Toutefois, cet élément n’est pas fondamental dans notre exposé, parce que toutes les conditions objectives d’un soulèvement populaire, aussi bien dans les villes que dans les campagnes étaient réunies. Quelquefois les historiens, en s’attachant aux sources, ce qui est toujours nécessaire, ont adopté des points de vue qui ne s’éloignent pas de ceux des politiques de la fin du XVIIIe siècle. On a souvent insisté sur le rôle de la propagande et de la subversion des agents de la Révolution. Pour notre part, nous mettons l’accent sur la réalité des tensions sociales susceptibles de mettre en branle un processus révolutionnaire, en relation ou non avec les événements français. Au bout du compte c’est ce qui se passa en Espagne, où eut lieu une première tentative de révolution libérale, précisément au cours de la guerre contre les années napoléoniennes.

Notes

1 Sur la Catalogne voir Lluís Roura : « Cataluña y la Francia de la Revolución », dans J.R.. Aymes, éd. : España y la Revolución Francesa, Barcelona, 1989, Crítica, pp. 168-192 ; sur le pays basque, José Maria Portillo : « El Pais Vasco : el Antiguo Régimen y la Revolución », dans cette même œuvre, pp. 239-282.

2 Archivo Histórico National (AHN), Estado, liasse 3.552, exp. 2, lettre du duc de la Roca à Godoy du 9 avril 1793.

3 AHN, Estado, liasse 629, exp. 3, écrit de la Junta de Comercio de Valencia du 3 avril 1773. Les conflits de juridiction posés entre les marchands français et la Junta de Comercio, dans Archives du Ministère des Affaires Etangères, Archives restituées d’Alicante et Valencia, C.P. Espagne, 548 (1767) ; 556 (1769) ; 562 (1771) ; 577 (1775). Sur la conduite d’Alexandre Faure, Arxiu Històric Municipal de Valencia, Tribunal de Comercio, 1773, exp. 39. Sur l’opposition à la création des cuerpos de comercio de Valencia, voir Pere Molas : « València i la Junta de Comerç », Estudis, 3, 1974, pp. 55-111, surtout p. 107. Une mise à jour de ce sujet dans Ricardos Franch Benavent : Crecimiento comercialy enriquecimiento burguès en la Valencia del siglo XVIII, Valencia, 1986, Institució Alfons el Magnànim, pp. 165-167.

4 A Castelló de la Plana, en 1721, quand l’approvisionnement du marché était réduit à un marchand et deux boliguers, tous avaient des noms français, Vicent Gil : « Els comerciants estrangers al Pais Valencià a la segona meitat del segle XVIII : les matricules de 1764 i 1773 », Afers, 5-6, 1987, pp. 576-599. A Valencia, des dix-huit marchands en gros qui figurent dans la distribution de l’équivalente de 1727, quatorze sont des étrangers, d’après Ricardo Franch : Crecimiento comercial..., pp. 120-127.

5 James Casey : « Anatomia de la riqueza en Gandia en 1724 », Actes du 1er Colloque sur le Pays Valencien à l’époque moderne, Pau – Valencia, 1980, pp. 231 -241, esp. p. 234. Voir aussi Isabel Morant : Economia y sociedad en un señorio del Pais Valenciano : el ducado de Gandía (siglos XVIII-XIX), Gandía, 1978, p. 84.

6 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... », p. 580.

7 Enrique Giménez : Alicante en el siglo XVIII. Economía de una ciudad portuaria en el Antiguo Régimen, Valencien, 1981, Institució Alfons el Magnànim pp. 240- 247.

8 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... » p. 599 et passim.

9 Archives du Ministère des Affaires Étrangères, C.P. Espagne, 577, fols. 197r- 201r, 222r-224v ; AHN, Estado, liasse 629, exp. 1.

10 C’est le cas de Bernardo Lassala, Esteban Riquier ou Juan Duclos, qui dépassent un capital liquide de 250.000 livres Valenciennes, d’après Ricardo Franch Benavent : El capital comercial valenciano en el siglo XVIII, Valencia, 1989, Universitat de València, p. 36.

11 La fortune de Valence atteignait le chiffre de 232.539 livres, seulement à Valéncia, sans compter la succursale que ses neveux dirigeaient à Murcie, d’après Ricardo Franch : El capital comercial... p. 118. Voir aussi AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2, memorial de Diego Valence du 2 juin 1798.

12 Ce fut le cas d’Alcoi, où nous trouvons en 1773 une nombreuse colonie marchande française, qui n’avait pas été recensée en 1764. A Ontinyent ces marchands français au détail revendaient les vêtements achetés aux commerçants de Xàtiva, Gandia et Alzira, tout en commercialisant les produits manufacturés locaux, Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... », P. 596.

13 Vicent Gil : « Els comerciants estrangers... », pp. 591-598.

14 En ce sens est d’une grand intérêt l’abondante correspondance (479 lettres entre 1789 et 1797) échangée entre le commerçant français de Vilareal Juan Sichet et Joaquín Llorens, Arxiu Històric Municipal de Vilareal, Família Llorens, 6.789. En 1797, Diego Valence plaçait en tête de sa réclamation la phrase « ciudadano de la República francesa », AHN, Estado, Liasse 3 552, exp. 2.

15 Archivo del Palacio Real de Madrid, « Viaje de Zamora por averiguar asuntos reservados propiciado por el duque de la Alcudia », ms. 3.156, non folioté.

16 AHN. Estado, liasse 4.053, exp. 1.

17 La courte synthèse que nous avons faite est basée sur une bibliographie très ample, impossible à citer ici. En ce qui concerne le milieu rural, on peut consulter Manuel Ardit : Els homes i la terra del País Valencià, Barcelona, 1992, Curial. Pour la ville de Valencia, Fernando Díez : Viles y mecánicos. Trabajo y sociedad en la Valencia preindustrial, Valencia, 1990, Institució Valenciana d’Estudis i Investigació.

18 Sur le Diaro de Valencia pendant les années de la guerre contre la Conventión, voir Emilia Salvador Esteban : « La guerra de la Convención en un periódico español contemporáneo », Cuademos de Investigación Histórica, 3, 1979, pp. 325-349.

19 Eugenio Garcia Almiñana : « Los extranjeros del partido de San Felipe : el recuento de 1791-92 y los alborotos antifranceses de 1793 », Papers de la Costera, 7-8, 1992, pp. 95-124, surtout pp. 113-114.

20 Sur la nouvelle de la tragique mort de Louis XVI et sa diffusion en Espagne, voir Gonzalo Anes : « Las noticias sobre la mueite de Luis XVI en España », Estudios de Historia Social, 36-37, 1986, pp. 63-76.

21 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Arxiu Històric Municipal de València, Libros Capitulares, D-173 (1793).

22 Nous ne savons presque rien de l’émigration française civile et militaire qui se produisit alors.

23 AHN, Eslado, Liasse 4. 053, exp. 1.

24 Arxiu Històric Municipal de València, Lonja, boîte 79, exp. 5, « Relacion de los sujetos que exercen el comercio por maior y menor en esta capital y su particular contribución, divididos por clases, según el cálculo prudente y más aproximade a la opinión pública que se ha podido tomar »

25 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2.

26 Sur les événements de Xàtiva, qui n’arrivèrent pas à dégénérer en émeute, voir Eugenio Garcia Almiñana : « Los extranjeros del partido de San Felipe... ».

27 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Biblioteca Municipal de València, « Sucesos ocurridos en Valencia por causa de los franceses en el año 1793 », fonds Serrano Morales, 6 570, surtout p. 253.

28 AHN, Estado. liasse 4030, lettre de l’archevêque de Valencia au comte d’Aranda du 20 octobre 1792.

29 AHN, Estado, liasse 4.030.

30 Luis Sierra : « La inmigración del clero francés en España (1791-1800). Estado de la cuestión », Hispania, 109, 1968, pp. 393 – 421. La statistique se trouve dans les pp. 405-407.

31 Arxiu de la Catedral de València, liasse 73, exp. 2, « Nota de los presbíteros franceses que piden limosna al Ilustrísimo Cabildo ».

32 Emilia Salvador Esteban, « La guerra de la Convención... », p. 335.

33 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138. Biblioteca Municipal de València, « Sucesos ocurridos en Valencia por causa de los franceses en el año 1793 ». fonds Serrano Morales, 6 570 ; « Representación sobre los sucesos de Valencia », fonds Churat, 980-104. Arxiu de la Catedral de Valencia, liasse 73, exp. 1, « Copia de la consulta que en 17 de julio de 1795 hizo la Cámara al rey nuestro señor don Carlos IV sobre la conducta del Excelentísmo senor don Francisco Fabián y Fuero, arzobispo que fue de Valencia ».

34 Gonzalo Anes, Economía e « Ilustración » en la España del siglo XVIII, Barcelona, 1969, Ariel, pp. 172-173.

35 Manuel Lucía y Mazparrota : Apuntamientos biográficos para el episcopologio de Valencia, Arxiu de la Catedral de València, Pahoner, XV, fols. 26 r – 115 v, surtout fol. 47 r-v. Cette biographie fut publiée par L. de Ontalvilla, pseudonyme de Pascual Boronat : « El arzobispo Fabián y Fuero », Soluciones Católicas, IV, 1986 et V, 1987. La biographie de Lucia procède essentiellement du manuscrit du chanoine contemporain des faits José de Rivero, « Sucesos de Fabián y Fuero », Arxiu de la Catedral de València, liasse 73, exp. 1.

36 Eugenio García Almiñana : « Los extranjeros del partido de San Felipe... » p. 21.

37 AHN, Estado, liasse 4030, lettre de l’aumônier du château, Antonio Sala, à Godoy, du 25 novembre 1794.

38 Arxiu de la Catedral de València, liasse 73, exp. 1, « Copia de la consulta... ».

39 Le duc de la Roca écrivait à Godoy en des termes qui révèlent une grande familiarité. Dans une lettre du 6 septembre 1794, dans laquelle il le pressait d’expulser de Valencia les parents de Fabián y Fuero, apparaît clairement la liberté d’action que lui permettait le duc de l’Alcudia. Voir Carlos Corona Baratech : Révolution y reactión en el reinado de Carlos IV, Madrid, 1957, Rialp, p. 288.

40 Francisco Martí Gilabert : La Iglesia en España durante la Revolutión Francesa, Pamplona, 1971, Universidad de Navarra, pp. 332-333.

41 Sur les relations’de Fabián y Fuero avec l’Université, voir Salvador Albiñana : Universidad e Ilustración. Valencia en la época de Carlos III, Valencia, 1988, Universitat de València, pp. 38-48 et documents reproduits aux pp. 266-273. Ce caractère contradictoire de Fabián y Fuero a été mis en relief par Vicente Cárcel Ortí, qui, en suivant Antonio Mestre, après l’avoir qualifié de « antijesuita, ilustrado y regalista », plus loin met l’accent sur son esprit de chapelle et les affrontements avec les esprits éclairés Valenciens. Voir, de cet auteur, Historia de la Iglesia en Valencia, Valencia, 1987, Arzobispado de Valencia, tome I, pp. 285-290.

42 Dans un édit du 6 mai 1792 sur la bibliothèque de l’Université de Valencia, il se référait aux « abominables filósofos y athéístas Voltaire, Ruseau y otros libertinos que han causado a la Europa las convulsiones atrozes en que la vemos », texte reproduit par Salvador Albiñana : Universidad e Ilustración... pp. 268-269. En des termes semblables, dans la lettre pastorale du 20 novembre 1793, il exhortait à la guerre contre la Conventión, guerre qu’il définissait comme « puramente defensiva, y que se debe llamar con propiedad guerra de Dios porque es contra atheístas que niegan su Divina Majestad », Biblioteca de l’Arxiu de la Catedral de València, Varios, 57, 23.

43 Arxiu de la Catedral de València, liasse 6.063, exp. 57. La délation fut déclarée fausse et l’accusateur condamné à l’exil.

44 Les données que fournit Francisco Marti Gilabert ne sont pas correctes, puisque les 5.500.000 réaux n’étaient pas le chiffre payé par l’archevêque, mais celui qu’on lui réclamait. Voir La Iglesia en España..., p. 333. Le directeur de la Casa de Misericordia avait présenté plusieurs fois au comte de Floridablanca cette affaire, sans obtenir satisfaction. Il l’obtint de Godoy, qui par Real Orden du 31 décembre 1793, ordonna à l’archevêque de Valencia d’exécuter ce paiement. Voir Manuel Lucía y Mazparrota : Apuntamientos biográficos... fol. 42 r-v.

45 La bibliographie existante sur la pénétration des idées révolutionnaires en Espagne est nombreuse, mais nous nous bornerons à citer les récents apports d’Antonio Elorza : « La exceptión y la regla : reaccionarios y revolucionarios en torno a 1789 », Esludios de Historia Social, 36-37, 1986, pp. 179-202, et « El temido Arbol de la Libertad », dans J.-R. Aymes, ed. : España y la Revolución 45 (suite). Francesa, Barcelona, 1989, Crítica, pp. 69-117. Sur la propagande révolutionnaire, Lucienne Domergue : « Propaganda y contrapropaganda en España durante la Revolución Francesa, 1789-1795 », dans cette même œuvre, pp. 118-167.

46 AHN, Estado, liasse 3.552, lettre de Bernardo Cebasco au duc de la Roca, écrite à Xàtiva le 30 décembre 1793.

47 AHN, Estado, liasse 3.552.

48 AHN, Estado, liasse 4.030.

49 Arxiu Històric Municipal de Vilareal, Familia Llorens, 6.789.

50 AHN, Inquisición, liasses 3.722, 3.724, 3.725 y 3.732. Ces documents vont de 1791 à 1795.

51 Dans un écrit du 20 mars 1793, l’évêque auxiliaire de Valencia, le frère pie Melchor Serrano interdisait de dire la messe « a presbítero alguno francés, o de qualquiera otra nación, condición o dignidad que sea, que se presente sin vestido talar o de otro color que el negro, o que teniendo privilegio para Ilevar peluca, la use con polvos, o corona fingida, de modo que no se vea la cabeza, o que lleve rizado o con polvos el cabello, o cortado a otro estilo del que acostumbran les clérigos españoles... », Biblioteca de l’Arxiu de la Catedral de València, Varios, 57,29.

52 AHN, Estado, liasse 4030, lettre du prieur de la chatreuse de Portaceli au duc de la Roca, du 12 décembre 1793.

53 AHN, Consejos, liasse 18.483.

54 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.

55 Ces noms figurent dans le résumé du procès qu’on présenta au Consejo de Castilla le 31 juillet 1794, AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2. Dans ce même dossier figure un memorial de Diego Valence, du 2 juin 1798, dans lequel il accuse comme délateurs « un frayle apóstata de su religion con objeto de lograr impunidad por este servicio a sus excesos y libertinajes ; a un beneficiado opositor a canonicatos : dos abogados con pretensiones a togas (acaso obrando todos por sujestiones ocultas) ». Ce témoignage est en partie corroboré par le capitaine général lui-même, qui dans un écrit adressé à Godoy le 2 avril 1793, et inclus dans ce même dossier, affirme que « el estado actual de la causa nos da ya provada la conjuración y objeto de levantar en este reyno el árbol de la libertad, siendo el principal apoyo de esta prueva dos testigos de excepción, tal que puede ser dos confesores ilustrados que deponen sobre el particular quanto permite el sagrado secreto de su ministerio ».

56 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2.

57 Ricardo Franch Benavent : El capital commercial..pp. 115-121.

58 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 2, memorial de Diego Valence, « ciudadano de la Répública francesa », du 2 juin 1798. Un écrit de l’ambassadeur français en Espagne, du 15 juin 1799, conservé dans cette même liasse, révèle que, à cette date, Valence était toujours en prison. Il y a aussi un résumé du procès contre les Français, du 20 décembre 1796, où se trouve la référence à l’Inquisidor général.

59 Archivo del Palacio Real de Madrid, ms. 3.156, « Viaje de Zamora... ».

60 Arxiu Històrico Municipal de València, Libros Capitulares, D-173 (1793), fols. 83 v-84r et 91r-92v. AHN, Estado, liasse 3.552, exps. 2 et 138. Dans un écrit du duc de la Roca à Godoÿ, du 1er juin 1793, contenu dans le dossier 2 de cette dernière liasse, le duc attribuait la cherté aux accapareurs de grain.

61 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.

62 AHN, Estado, liasse 3.552, exp. 138.

63 AHN, Estado, liasse 3. 552, exp. 2.

64 Manuel Ardit, Revolution liberal y revuelta campesina, Barcelona, 1977, Ariel, pp. 88-98.

Auteurs

Universitat de València

Universitat de València

Universitat de València

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search