Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Troisième partie. L’Espagne, terre d’immigration française

Les déchirements d’une famille roussillonnaise devant les crises franco-espagnoles de 1793 à 1808, d’après les « Souvenirs » inédits de François Jaubert de Passa (1785-1856)

Jacques Saquer

Texte intégral

« ... L’armée espagnole prit position au Boulou et le quartier général alla s’établir à Céret, sans prévoir les périls de ce cantonnement. Je vis donc le Comte de la Unión s’installer chez mon oncle De Pons, et le général portugais chez ma mère. A la même époque, le général Augereau était à Passa chez mon aïeul. On voit que la guerre nous imposait, de part et d’autre, une hospitalité très onéreuse et elle ne nous offrait, en échange, qu’un peu de bienveillance et une chance de plus pour être proscrits... »
F. Jaubert de Passa. « Mes Souvenirs >> TI chap. 4.


« ... La direction nouvellement imprimée à la politique impériale annonçait de vastes projets, de grandes secousses territoriales et pour l’Espagne en particulier des malheurs irréparables. Mon père, attentif à tous ces mouvements en fut vivement impressionné. Depuis son entrevue avec le Duc d’Ossuna il savait que le cabinet de Madrid était placé sur une pente fatale... La gravité des événements prévus altéra sa santé et une indisposition légère à son début, s’aggrava rapidement par les préoccupations de son esprit... Le 15 mars 1808, mon père s’éteignit...
FJ. de P. « Mes Souvenirs » T II chap. 58.

  • 1 Voir notre thèse : « Souvenirs de Voyage de Mission en Espagne en 1819 ». Catalogne et Pays Valenci (...)

1Voilà en quels termes, avec un recul d’un demi-siècle, François Jaubert de Passa se penche sur ses souvenirs de l’hiver 1793-94, après la victoire française de Peyrestortes, et sur ceux de la mi-mars 1808 qui précèdent de quelques jours l’émeute d’Aranjuez. L’abdication de Charles IV et l’avènement de Ferdinand VII qui devaient précipiter « la guerre del Francès ». Originaux et intéressants ces témoignages d’un homme dont la vie active fut illustrée de preuves nombreuses d’attachement au Roussillon, sa « petite patrie », à la France sa « grande », et à l’Espagne à laquelle l’agronome et l’historien qu’il fut voua un culte intellectuel profond1. Ces dispositions d’esprit, il les avait trouvées dès l’enfance, dans sa famille de vieille aristocratie catalane, tantôt robine, tantôt militaire, et toujours enracinée dans le terroir tout en cultivant de fortes relations avec les élites contemporaines de ces trois nations. La tradition chez les Jaubert de Passa n’était pas tièdement vécue et les situations peu ordinaires dans lesquelles les plongèrent les événements de la frontière des Pyrénées-Orientales entre 1793 et 1808 peuvent nous aider à mieux approcher les liens de « l’Internationale aristocratique » et la complexité des attitudes des « ci-devant » face à la tentation d’émigrer. Nous citerons longuement ces évocations extraites des deux premiers tomes d’une œuvre inédite qui en comporte six et dont nous préparons une édition critique. Les « Souvenirs » de François Jaubert de Passa furent écrits tardivement, entre 1848 et 1856, dans les dernières années d’une vie riche d’engagements dans le service public, depuis 1806, et particulièrement voués, dans ce domaine, au Roussillon et aux relations franco-espagnoles. Il n’écrivait pas pour le public mais pour l’éducation de son petit-fils, Henri. Il explique souvent quels critères ont présidé aux choix de ces « Souvenirs ». Il y a, évidemment, parfois de légères confusions chronologiques que l’historien corrige aisément mais les reconstitutions sont rigoureuses, basées sur les plus fortes impressions d’enfance, des notes familiales, et, à partir des années actives, sur des carnets personnels. Une large et précieuse correspondance permet, par recoupements, de vérifier les réseaux de relations et un grand nombre des faits évoqués.

2Pour mieux comprendre les déchirements de la famille Jaubert de Passa devant les crises franco-espagnoles de 1793 à 1808 nous évoquerons, en citant aussi souvent que possible le témoignage direct de l’auteur des « Souvenirs », les racines familiales, les ruptures et les perplexités provoquées par les événements de la Grande Révolution française enfin le déchirement entre la gratitude pour certains protecteurs français et la nostalgie de vieilles admirations espagnoles.

*
* *

3Les racines : Au cours d’une histoire de cinq siècles, les Jaubert ont enfoncé profondément leurs racines dans la fidélité à la tradition « une foi, un roi, une loi », sous les souverains catalans d’abord, les rois d’Espagne ensuite, la monarchie française enfin. Vieille aristocratie d’épée, confirmée par la robe (1627- 1642) et reconnue pour « Les quatre quartiers » de la réaction nobiliaire et la fin de l’ancien régime français.

4« C’était un digne homme que mon aïeul et de plus il était le représentant le plus complet des temps anciens et des bonnes mœurs de nos pères » (Souvenirs I1). Jacques Jaubert de Passa, cet aïeul, avait été officier des gardes de la province sous le maréchal de Noailles et « il avait siégé avec modestie et retenue à l’assemblée provinciale de 1787 ».

5Le père, Pierre, Docteur ès Lois et avocat à Céret, avait noué depuis sa jeunesse des liens étroits avec d’autres notables de trois nations voisines, catalans comme le conseiller Vergés, les marquis d’Oms et d’Aguilar, castillans comme le duc d’Osucra le Marquis de Casa-Cagigal ou français de Languedoc parmi lesquels Chaptal et Cambacérès qui devaient plus tard aider le jeune François au Conseil d’Etat napoléonien.

6Un oncle, Joseph, prêtre, qui n’était pas resté insensible aux « Lumières », avait servi Loménie de Brienne quand il était archevêque de Toulouse, en qualité de secrétaire.

7Un autre oncle enfin, Jean-François, juriste lui aussi, semblait particulièrement ouvert aux courants politiques nouveaux jusqu’à... l’opportunisme le plus méprisable si l’on en croit son neveu !

  • 2 L’hiver 1792-93.

8Les ruptures : Dans son ensemble, aïeul compris, la famille Jaubert n’avait pas mal accueilli la Révolution des juristes et des notables « dans le respect du roi ». Mais « ... si la Révolution pénétra à Passa, ce ne fut pas par ses dogmes mais uniquement par ses terreurs... Un jour, il m’en souvient, c’était un jour d’hiver2je vis arriver un cavalier porteur d’une dépêche qui fut remise à mon père. Dès lors la tristesse et le découragement furent plus que jamais au logis.

9On y murmurait, à voix basse, les mots du roi, de misère et d’émigration. J’ignorais complètement la langue française et j’avoue même que j’avais contre elle d’assez vives répugnances... Lorsque j’interrogeais le bon curé, celui-ci... me disait à voix basse : « Mon enfant, prions Dieu pour ceux qui souffrent et demandons lui qu’il soit miséricordieux pour votre père et pour toute votre famille. » T. I1

  • 3 Joseph de Kennedy ou Candy (1718-1793) descendait de Bernard de Kennedy gentilhomme irlandais de la (...)

10Survint alors, dans les premiers mois de 1793, dans une ferme de Maureillas, l’arrestation par des miquelets de « l’oncle Candy ou plutôt Kennedy, baron du Boulon et gentilhomme, de la suite du roi Jacques3 T. I2. Conduit enchaîné à Perpignan, il put, sur son chemin, embrasser ses cousins de Passa avant d’être sommairement condamné à mort « comme émigré » et guillotiné aussitôt. T. I2

11Les perplexités : Après s’être réunis autour de l’aïeul Jacques à Passa « chacun dut pourvoir séparément à sa sûreté personnelle et tous ensemble avaient compris qu’en laissant mon aïeul dans l’isolement on lui donnait une chance de plus pour échapper aux proscriptions ». T. I4

  • 4 Jean-François Jaubert de Passa.

12Deux oncles choisissent des voies diamétralement opposées : « un frère de mon père4, avocat peu actif, se rendit à Céret pour y continuer comme magistrat une carrière laborieuse et fort agitée ». Nourrissant, en effet, des idées de plus en plus avancées il fut même procureur de la commune de Céret avant d’être arrêté par les Espagnols et... sauvé par l’intervention de son frère Pierre, le père de François, auprès de son ami le duc d’Ossucra de l’Etat-Major du général Ricardos.

13L’autre oncle, le prêtre Joseph, qui s’était replié à Thuir puis à Passa, préféra, à l’arrivée de l’armée espagnole reprendre le chemin de Toulouse. Arrêté en mai 1793 à Avignon et près de Villefranche du Lauragais, il fut le premier ecclésiastique toulousain à monter sur l’échafaud en février 1794.

14Le père enfin : « mon père, trop mêlé jusqu’alors aux affaires publiques, s’éloigna prudemment des électeurs pour mieux échapper à des mandats qui répugnaient à ses sentiments, et l’eussent jeté dans les assemblées délibérantes comme une victime. Il alla chercher un refuge au village des Masos et nous amena avec lui » (I4). La petite famille devait connaître là de rudes aventures du fait des Miquelets français, ce qui les décida à revenir à Céret occupée par les Espagnols parmi lesquels se trouvaient de vieilles connaissances, Osuna et Casa Cagigal. On envisageait même l’émigration « en cas d’échec de l’armée espagnole » !

15Mais « Vive la France, quand même ! » F. Jaubert de Passa rappelle ici l’étonnante situation des siens déjà évoquée en exergue, l’aïeul à Passa entouré de l’État-major de l’armée française, son grand-oncle logeant le nouveau généralissime espagnol, comte de la Union, ses parents abritant le général commandant la division portugaise adjointe à l’armée espagnole.

16Trois développements pleins d’intérêt montrent comment s’est alors formé dans son âme d’enfant le goût de l’ordre, le respect de l’autorité bien organisée à quelque camp qu’elle appartienne, admiration pour la tradition militaire ibérique et reconnaissance pour l’action des « vrais » soldats français !

1 – Enfances militaires...

  • 5 A la fin de l’hiver 1793-94.

17« J’avais à peine neuf ans5. A cet âge, on aime le bruit des armes et tout ce qui est surprise ou spectacle. Les Espagnols me servirent à souhait. Ils campaient sous des tentes près de Céret et rivalisaient de luxe avec leurs alliés. J’allais journellement visiter le camp sous la protection d’un des officiers de l’état-major. Quelquefois cependant des attaques imprévues donnaient un tout autre aspect aux troupes mais leur rentrée au camp ramenait invariablement les mêmes réjouissances et les mêmes fanfares. Le matin je suivais à l’église l’aumônier portugais, logé chez ma mère... quelquefois aussi, on rognait sur mes promenades du soir et j’allais à l’Hôpital militaire auprès des malades et des moribonds. De bonne heure j’ai donc vu la mort de près, et je pense que c’est sous les auspices de l’aumônier portugais que j’ai pris l’habitude de ne pas trop la craindre... » I4.

2 – Mon grand-père échappe à un grand péril

18« ... Cependant la guerre se rapprochait de Céret. Tandis que le général Augereau, après avoir attaqué les redoutes de Saint Luc, et le camp retranché de la Unión, prenait une position menaçante à l’ermitage de St Ferréol le général Pérignon se rapprochait du Boulou et le général en chef Dugommier, surveillait toutes les opérations posté sur le plateau culminant de Banyuls.

19Profitant de ces manoeuvres faites au-delà des armes, les Miquelets français, en vrai pillards revinrent à Passa, mais cette fois c’est la tête de mon aïeul qu’ils avaient promise. Heureusement pour la famille que le général Pérignon averti à temps envoya du Boulou à Passa cinq officiers de choix avec une escorte de hussards de Chamborant. Les Miquelets trouvèrent donc à l’entrée du village les hussards à cheval et le sabre à la main. Or Chamborant, à cette époque, jouissait d’une grande réputation de bravoure et on l’avait surnommé le « Régiment de la Mort ». Les Miquelets qui venaient chercher une victoire et non des périls furent saisis de peur. Ils reculèrent en toute hâte, se débandèrent de crainte de surprise et disparurent pour ne plus revenir. Mon aïeul ne connut que plus tard le péril auquel il venait d ’échapper.

  • 6 Voir le récit n° 3 infra. Il s’agissait du général Moustache, ci-devant marquis Beaupoil de Saint A (...)
  • 7 La correspondance de François Jaubert de Passa corrobore tous ces « Souvenirs ».

20La reconnaissance est une bonne chose, mais trop souvent le cœur est impuissant ou maladroit pour l’exprimer d’une manière convenable. Pour cette fois la Province nous vint en aide et elle se chargea de récompenser magnifiquement les libérateurs de mon aïeul. Trois d’entre eux devinrent maréchaux de France et les deux autres obtinrent aussi de bonne heure le grade de général, nous retrouverons bientôt l’un de ces derniers à. Céret6, l’autre était le comte Caffarelli. Le promoteur de la généreuse et puissante intervention du général Pérignon était Monsieur Bonaventure Delcros (frère de Jean Delcros, payeur général), mon co m-patriote, alors attaché comme payeur au Quartier Général de la Division Pérignon. Je fus un jour assez heureux en utilisant la haute position de mon ami le comte de Boubers, inspecteur général des finances en tournée, pour arrêter la décision ministérielle qui, plus tard, brisa sans retour la carrière de M. Delcros et le laissa sans fortune. En 1804 je vis à Paris les maréchaux Pérignon, De Montebello et Clauzel. Je fus accueilli par eux avec cette bienveillance qui caractérise les hommes éminents par leurs services. Je paye en ce moment un dernier tribut à leur mémoire. Leurs noms appartiennent à l’Histoire chargée de raconter leurs exploits, mais je devais dire à mes enfants, combien ils furent bons et secourables pour un vieillard7 » I5

3 – Retraite de l’armée espagnole. Céret est livrée au pillage. Traité de Bâle.

21« Tandis que Dagobert, détaché du corps d’armée, dégageant rapidement la haute vallée de la Têt, dans l’autre vallée, l’adjudant-commandant Lannes manœuvrait sur les hauteurs de Montesquieu. Le général Pérignon occupait la route militaire du Boulou et Augereau, placé sur la droite, attaquait les positions avancées de Céret. Pressée de toutes parts l’armée espagnole se hâta de repasser la frontière. Si sa retraite ne fut pas une déroute, elle en fut uniquement redevable à la division portugaise qui prolongea la résistance et donna aux bagages le temps de s’échapper par le col de Portell.

22Les Français entrèrent dans Céret, divisés en colonnes d’attaque. Dans les premiers moments la ville fut pillée. Lorsque l’ex-marquis Beaupoil de Saint Aulaire, plus connu sous le sobriquet de général Moustache, arriva chez ma mère la maison était déjà complètement dévalisée. Ce jour-là, les heures furent, pour ma famille, d’une lenteur désespérante. Chaque instant de la journée fut marqué par un effroi, par un péril ou par une vive secousse. Ma mère, malgré l’entourage de tous ses enfants fut assaillie par d’horribles menaces. Je l’ai vue, jetée à terre, foulée sous les pieds de quelques soldats, écarter résolument les sabres qui menaçaient sa poitrine et se relever au milieu des pillards étonnés de son courage. Le général Moustache vint nous délivrer de cette tourbe insatiable. Lorsque cet excellent homme parut dans le salon la bizarrerie de son costume et sa rude physionomie nous inspirèrent d’abord de nouvelles terreurs, mais celles-là du moins furent courtes. Moustache se rua sur les pillards, les frappa du plat de son sabre, les bouscula sur l’escalier et puis, se retournant vers ma mère, le chapeau à la main :

23« Madame, lui dit-il, il y a, à Passa, un vieillard que je respecte et à qui j’avais promis de vous préserver de tout péril. J’arrive trop tard et ce n’est pas ma faute. Personne dans Céret n’a voulu m’indiquer votre demeure. Il paraît qu’on vous aime ici comme à Passa. Rassurez-vous maintenant, votre maison sera respectée, comptez-y. Que ma vue ne vous effraye pas trop. Pour le soldat je suis le général Moustache, un sabreur. Pour vous, Madame, je suis un ami dévoué. Où est Monsieur Jaubert ? Où sont vos oncles ? Qu’ils ne fassent pas la folie d’émigrer ! Dites-leur de revenir ici sans délai. Je veux les voir ce soir même. Dépêchez-vous et prévenons un malheur qui demain, peut-être, serait irréparable. C’est bon, c’est bon, pas de remerciements. Agissez, voilà l’essentiel ! ».

24A ces mots, le général tourna le dos et disparut. Ses paroles quoique brèves et saccadées revêtaient de nobles sentiments que ma mère comprit. Deux heures après, mon père et mes oncles, cachés dans la montagne, étaient de retour.

25Nous prenions en famille un repas fort exigu, lorsque le général revint s’installer chez ma mère. Il n’eut hélas, pour tout mobilier qu’un peu de paille jetée dans un coin de la chambre. C’est par lui que nous apprîmes le péril auquel venait d’échapper mon aïeul. L’aménité de son langage contrastait singulièrement avec l’exagération de sa tenue. C’est que son costume et ses manières étaient un emprunt fait aux moeurs du temps et aussi un déguisement. En réalité l’armée avait été pour lui un refuge contre les proscriptions. Malheureusement sa carrière fut courte. Toujours courant après les périls il trouva bientôt sur le champ de bataille une mort honorable.

26Bellegarde succomba le 18 septembre et dès ce jour la province fut complètement évacuée par les Espagnols.

27Mon père accepta peu après des fonctions publiques pour n ’être pas classé parmi les hommes suspects. Il fut nommé procureur-syndic (sous-préfet) à Céret et quelques mois plus tard, membre de Directoire du département. Ces dernières fonctions l’obligèrent à établir sa résidence à Perpignan.

28La maison de ma mère avait été complètement dévalisée. Ne voulant pas faire la dépense d’un nouveau mobilier elle nous amena à Passa durant le mois d’avril 1795. Le 22 juillet de la même année le traité de Bâle rendit inutile l’Armée des Pyrénées-Orientales et elle reçut l’ordre de s’acheminer sans retard vers l’Italie. » I6

29« Le mal à l’Espagne ! » (¡ Me duele España ! Miguel de Unamuno)

30Nous avons déjà montré dans le deuxième exergue que Pierre Jaubert de Passa, le père de François, était mort le 15 mars 1808 quelques jours à peine avant que n’éclatent les événements qui préludèrent à là radicalisation de « l’Affaire d’Espagne » (Guerra del Francès). D’après ses proches, sa fin aurait été hâtée par l’appréhension de cette catastrophe politique. François Jaubert de Passa dans le Tome I chap. 10 de ses « Souvenirs » reconstitue une conversation dont il fut témoin à Barcelone, en 1802 entre son père et le duc d’Ossuna. Ces propos permettent de mieux comprendre qu’on ait eu « mal à l’Espagne » chez les Jaubert de Passa :

31« Parmi les Grands restés à Barcelone après le départ de Charles IV celui que mon père avait revu avec le plus d’empressement était le duc d’Ossuna. Ce puissant seigneur avait paru autrefois comme ambassadeur à Paris avec une suite de cent gentilhommes et dans, moins de huit mois, avait dépensé trente millions en frais de représentations. Pour amortir cette dette il lui avait suffi d’abandonner à ses créanciers quelques années de revenu de ses troupeaux mérinos. Depuis longtemps il ne suivait la cour que parce qu’on le suspectait et qu’un ministre disgracié de sa trempe donnait encore de l’ombrage au vaniteux Godoy. Le duc d’Ossuna jouissait en Espagne d’une haute considération, acquise par la droiture de son esprit, par sa vieille expérience et par la noblesse de son caractère. Rien n’avait pu le subjuguer ni le faire plier aux petitesses du gouvernement imposé par un caprice de la reine Marie-Louise.

32La veille de son départ de Barcelone, je vis arriver le duc d’Ossuna, plus soucieux qu’à l’ordinaire. Il s’assit sur un canapé et disserta longuement sur l’état du pays. La conversation se termina par les paroles suivantes dont l’accent mélancolique me frappa.

33« Mon ami, vous espérez et moi je renonce même à l’espérance ! Dans ma conviction, il est déjà trop tard pour espérer un sage retour vers les choses du passé. Ne voyez-vous pas que le salut de la monarchie est confié à des mains faibles et impures, que tous ceux qui gouvernent ou administrent ont débuté par le parjure ou une lâcheté, que la nation s’impatiente, que l’armée murmure, que le commerce est aux abois et qu’on trafique de l’honneur national à la Bourse de Madrid ! Nous touchons, croyez-le bien, à une crise fatale et peut-être à une Révolution aussi violente que la vôtre. Si Godoy reste au pouvoir avant six ans j’irai vous demander asile à passa. Entendez-vous ? Six ans ! Pas davantage. Oh ! Il faut encore six ans pour rompre les derniers liens et les derniers appuis du trône ; pour dépouiller la couronne des rois d’Espagne et tous ses diamants. Encore six ans pour que la vieille fidélité castillane succombe et soit privée même d’un tombeau ! »

  • 8 Lors de son voyage de mission en Espagne du Levante en 1819, F. Jaubert de Passa bénéficia à son to (...)

34Quelle triste prédiction ! Six ans plus tard j’étais à Passa au chevet du lit de mon père. Nous venions d’apprendre la chute de Godoy, les événements d’Aranjuez et la fuite du favori royal vers Bayonne. A cette explosion trop prévue de la haine publique venait malheureusement se joindre l’abdication de Charles IV en faveur d’un étranger à peine gentilhomme, l’exil de Ferdinand à Valençay et l’occupation de Madrid par l’armée française. Nous attendions à Passa le vieux duc d’Ossuna mais la Providence lui avait évité le spectacle de toutes ces misères, il était mort. »8

*
* *

35De telles expériences marquèrent à jamais le jeune François Jaubert de Passa. Elles donnèrent, le moment venu, à l’adulte qu’il était devenu, haut fonctionnaire d’un grand pays vaincu, le courage d’aller seul en août 1815, à la demande d’un conseil de crise réuni à la préfecture de Perpignan, parlementer avec le général Castagnos, « El Gitano », vainqueur de Dupont à Bailen, qui commandait l’armée espagnole d’invasion massée au Perthus.

36Castagnos devait dès lors manifester à Jaubert de Passa une durable considération empreinte de sympathie qui se révéla précieuse lorsqu’il dut affronter en 1819, pour les besoins de sa mission à Valence le redoutable capitaine général Elio, restaurateur de Ferdinand VII et de l’Inquisition, devant lequel tremblait tout le Levante.

37Ses premières relations militaires françaises se révélèrent tout aussi amicales et surent lui rendre service lorsqu’il brigua l’entrée au Conseil d’Etat napoléonien en 1805. Il fut même question alors d’un rapprochement par le mariage avec la famille Pérignon.

38Surtout les expériences renforcèrent son goût naturel pour l’ordre et la paix, son culte de l’efficacité française et du panache espagnol, sa conviction de la fécondité d’un rapprochement entre ces deux pays qu’atteste, entre autres cette superbe conclusion d’une lettre du 22 décembre 1829 au duc Decazes, l’ancien premier ministre constitutionnel de Louis XVIII, qui l’honorait de son amitié depuis son voyage de mission en Espagne en 1819 :

39« ... Qu’on ne s’y trompe point l’Espagne n’est pas un Etat qui parcourt sans s’arrêter les périodes d’une décadence à l’origine de laquelle on assigne diverses époques. Cette nation, après avoir marché en tête de la civilisation s’est mise volontairement à la suite des autres. Mais qui suit marche et il y a une grande différence entre un peuple en décadence et un peuple arriéré. »8

  • 9 Custine (Marquis de), L’Espagne sous Ferdinand VII. Recueil de Lettres écrites de mars à avril 1831 (...)

40Propos bien plus optimistes que ceux de Custine à la même époque9. Il faut aller chercher les sources de cette confiance dans les fréquentations et les expériences du jeune Jaubert de Passa pendant les péripéties franco-espagnoles à la frontière des Pyrénées-Orientales, de 1793 à 1808 et même à 1815. Son voyage de mission technique au Levante en 1819 et les nombreux contacts qu’il put établir à cette occasion dans toutes les classes de la société du pays valencien et de Catalogne devaient le conforter dans ses convictions, l’Histoire prit un autre chemin !...

Notes

1 Voir notre thèse : « Souvenirs de Voyage de Mission en Espagne en 1819 ». Catalogne et Pays Valencien de François Jaubert de Passa (1785-1856). Présentation
– Notes – Commentaires – Edition Critique par Jacques Saquer Université Paul Valéry. Montpellier III. 1988, 315 p. d’édition critique, 50 p. d’illustrations, plans.
– Voir également notre présentation biographique et bibliographique de l’homme et de l’œuvre : François Jaubert de Passa (1785-1856), pour une nouvelle approche d’un grand mécanisme de l’histoire roussillonnaise in le Roussillon dans la première moitié du XIXe siècle. 93e volume de la Société Agricole Scientifique et Littéraire des P.-O., Perpignan 1985, p. 43 à 72.

2 L’hiver 1792-93.

3 Joseph de Kennedy ou Candy (1718-1793) descendait de Bernard de Kennedy gentilhomme irlandais de la suite du roi Jacques II d’Angleterre qui suivit celui-ci en exil en France et vint s’établir plus tard au Boulon muni de lettres patentes de Louis XIV. La seigneurie du Boulon échut à ses descendants à partir d’août 1755.

4 Jean-François Jaubert de Passa.

5 A la fin de l’hiver 1793-94.

6 Voir le récit n° 3 infra. Il s’agissait du général Moustache, ci-devant marquis Beaupoil de Saint Aulaire.

7 La correspondance de François Jaubert de Passa corrobore tous ces « Souvenirs ».

8 Lors de son voyage de mission en Espagne du Levante en 1819, F. Jaubert de Passa bénéficia à son tour de la sollicitude de la famille d’Ossuna dont les racines Valenciennes étaient fortes puisque la duchesse descendait des Borja. Le nouveau duc, Pedro de Alcantara contemporain exact de Jaubert, esprit éclairé, peintre et plus tard directeur du Musée de Prado illustrait, aux yeux de Jaubert, ce qu’une élite intelligente et active – toutes classes confondues – pouvait faire pour l’Espagne si on l’encourageait.

9 Custine (Marquis de), L’Espagne sous Ferdinand VII. Recueil de Lettres écrites de mars à avril 1831, paru en 1838. Réed. F. Bourin Paris 1992.

Auteur

Docteur en Histoire — C.R.E.P.F.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search