Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Troisième partie. L’Espagne, terre d’immigration française

De l’émigration du clergé basque et bayonnais en Espagne au temps de la Révolution (1789-1803)1

Pierre Hourmat

Texte intégral

I. Définition de l’émigré

  • 1 Pour cette contribution à l’histoire du clergé basque et bayonnais au temps de la Révolution, les s (...)

1L’émigré et l’émigration au temps de la Révolution française posent, en Pays Basque comme ailleurs en France, un problème de définition – et corrélativement d’évaluation numérique.

2La législation concernant l’émigration des ecclésiastiques n’a cessé d’évoluer des années de la Législative (octobre 1791- septembre 1792) à celles de la Convention (septembre 1792-octobre 1795) et du Directoire (octobre 1795-novembre 1799). Dans le même temps, les mesures prises par les autorités départementales, de district, voire municipales, ajoutèrent à la complexité de l’arsenal répressif. Les variations politiques de la Terreur à la réaction thermidorienne et au lendemain du coup d’Etat de Fructidor (4 septembre 1797) modifièrent inévitablement la législation concernant les prêtres émigrés : des dispositions contradictoires y furent introduites que les autorités locales exploitèrent soit dans un esprit de méfiance à l’égard de ces émigrés, soit dans un esprit de bienveillance.

3C’est ainsi que le décret du Conseil Général du département des Basses-Pyrénées, en date du 29 vendémiaire an II, 20 octobre 1793 – d’une extrême sévérité à l’égard des prêtres réfractaires porteurs de signes contre-révolutionnaires, des prêtres rentrés illégalement sur le territoire de la République, et des prêtres dénoncés pour incivisme – précisait, par son article 17 : « les prêtres déportés volontairement et avec passeports, ainsi que ceux qui ont préféré la déportation à la réclusion, sont réputés émigrés ». Cette disposition allait à l’encontre de la législation antérieure qui distinguait nettement les déportés des émigrés et elle n’interdit pas ultérieurement de nombreuses réclamations d’émigrés inscrits sur la liste officielle qui sollicitaient leur radiation de la dite liste par suite de leur état de déportés.

  • 2 Arch. comm. Bayonne.

4La complexité de la législation de répression s’accentua après Thermidor et au temps du Directoire, et la chute de Robespierre fut loin de marquer un renversement de tendance favorable aux prêtres émigrés et déportés et dès septembre 1794, les autorités locales s’en tiennent à la violence du discours habituel sur le fanatisme religieux « qui a dominé plus particulièrement dans le pays (basque) et avait accaparé des biens immenses » et sur « les prêtres hypocrites, hommes imposteurs et fourbes... », discours préludant à de nouvelles mesures concernant la vente des biens appartenant aux prêtres émigrés2.

5Pour simplifier les données du problème inhérent à la définition de l’émigré – et à l’évolution de son statut juridique – nous considérerons dans un premier temps que le prêtre émigré est le prêtre inscrit sur la liste des émigrés du département des Basses-Pyrénées, liste générale et suppléments.

II. La liste des émigrés

  • 3 Revue Historique et Archéologique du Béarn et du pays Basque, 1912.

6Cette liste a été publiée3 et le document nous fait connaître les nom, prénoms, surnom, qualité et dernier domicile connu de l’émigré.

  • 4 D. Greer donne le chiffre voisin de 449 pour les Basses-Pyrénées. Voir Jean Vidalenc Les émigrés fr (...)
  • 5 Voir la carte de France de l’émigration 1789-1799 dans le Dictionnaire critique de la Révolution Fr (...)

7Le nombre des émigrés inscrits s’élève pour l’ensemble du département à 4464 – ce qui place les Basses-Pyrénées parmi les 16 départements français ayant moins de 500 émigrés – dont trois départements pyrénéens – celui des Pyrénées-Orientales faisant exception, avec... ses 3800 émigrés5.

  • 6 Il est vrai que le pourcentage des émigrés dont l’état est non identifié est l’un des plus élevés d (...)

8Sur 446 émigrés inscrits, 142 étaient des ecclésiastiques, soit 32 % du total – pourcentage plus élevé que dans l’ensemble de la France où le clergé vient au premier rang avec 25,25 % du total (avant les paysans et les nobles)6.

9Mais empressons-nous de remarquer que la partie béarnaise des Basses-Pyrénées n’a alimenté qu’une émigration bien plus faible qu’en Pays Basque et Bas-Adour : 182 émigrés inscrits pour les 230 000 habitants du Béarn et 264 pour les 126 000 habitants du Pays Basque et Bas-Adour. Ce dernier avec 35 % de la population du département a fourni 60 % des émigrés inscrits.

10Autre disparité : la part du clergé dans l’émigration reconnue comme telle, fut beaucoup plus élevée en Pays Basque (49 %) qu’en Béarn (8 %).

  • 7 Rappelons ici que l’évêque Pavée de Villevieille émigra dès mars 1791. Il se fixa à Urdach. Mais en (...)

11Ainsi sur 264 émigrés inscrits, du Pays Basque et Bas-Adour, 128 étaient membres du Clergé. Parmi ces derniers, 18 appartenaient aux ci-devant communautés religieuses du royaume de France, dont 4 religieuses et 14 religieux : 4 Jacobins, 1 Augustin, 1 Carme, 4 Cordeliers, 2 Capucins, tous originaires des couvents de Bayonne, et 2 Recollets, de Saint-Jean-de-Luz. Cinq chanoines du chapitre de la cathédrale Notre Dame de Bayonne, le doyen du chapitre de Bidache, et l’évêque de Bayonne Pavée de Villevielle avaient été également inscrits sur la liste7.

12Sur la centaine de prêtres inscrits, 21 étaient curés de paroisse, 20 vicaires, et parmi la soixantaine de « prêtres » émigrés, certains étaient dits « prêtres habitués », d’autres moins nombreux « prêtres matutiniers », deux « professeurs au séminaire » et deux « prêtres missionnaires ».

III. Prêtres insermentés

13La première opposition au nouveau régime avait été le refus du serment imposé à l’ecclésiastique chargé de fonction publique. Le décret du 27 novembre 1790, sanctionné le 26 décembre, établissait la formule du serment civique à prêter par les ecclésiastiques fonctionnaires publics : « je jure de veiller avec soin sur les fidèles de la paroisse qui m’est confiée, d’être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée Nationale et acceptée par le Roi ».

  • 8 Voir Histoire de Bayonne, Tome II. La Révolution 1789-1799 de P. Hourmat, Bayonne, 1992, p. 67.

14De nombreux prêtres du Pays Basque et de Bayonne refusèrent, en janvier 1791, de prêter le serment sans le modifier. Certains se contentèrent d’y ajouter la restriction proposée par les évêques contestataires de l’Assemblée Nationale : « exceptant formellement les objets qui dépendent essentiellement de l’autorité spirituelle ». Ce fut ce que crurent devoir faire le curé de Notre Dame de Bayonne, Darralde, et ses vicaires. Cette restriction fut jugée inadmissible par le corps municipal8.

15Mais d’autres firent preuve de plus de rigueur dans l’affirmation de leur foi traditionnelle. Le curé d’Hendaye ajouta à la restriction, l’affirmation qu’il ne saurait reconnaître d’autre évêque que Pavée de Villevielle. L’un des prêtres habitués de Saint-Jean de-Luz déclara que le serment suivi de la restriction était « le seul qu’il pouvait prêter sans blesser l’autorité de l’Eglise et sa soumission à son chef visible, le vicaire de Jésus Christ ». Son compatriote Jauretche affirma vouloir maintenir la Constitution Civile du Clergé, mais seulement « dans tout ce qui ne touchait pas à sa religion catholique, apostolique et romaine dans laquelle il était né et voulait, avec la grâce de Dieu, vivre et mourir ».

16D’autres allèrent plus loin et osèrent condamner avec sévérité et en public, les nouveautés du temps. Le curé de Hasparren se permit de « faire suspecter la conduite de l’Assemblée Nationale ».

  • 9 Voir Les paroisses du Pays Basque pendant la période révolutionnaire de P. Haristoy (reprints 1981) (...)

17Enfin certains prêtres qui avaient cru pouvoir prêter le serment (sans restriction) ne tardèrent pas à le rétracter au cours d’une « explication » présentée publiquement à leurs paroissiens... à la grande indignation de certaines autorités locales9.

18Le refus du serment fut le premier acte d’opposition de ceux qui devaient ultérieurement émigrer. Il fut suivi, quand l’occasion s’en présenta, du refus de reconnaître l’autorité du nouvel évêque, élu le 1er mars 1791, « l’intrus » Sanadon et de prendre en compte ses mandements. Par ailleurs, fort de l’assentiment de leurs fidèles paroissiens, certains prêtres non assermentés ne se laissèrent pas exclure de leurs lieux de culte sans résister.

  • 10 Ibid.

19La mise en place de l’église constitutionnelle ne se fit pas sans difficulté en Pays Basque, et par manque de personnel assermenté, et par hostilité de la population. En l’absence d’un curé ou d’un vicaire constitutionnel, et pour éviter une interruption du service, certaines municipalités autorisèrent le maintien à leur cure de prêtres non-assermentés comme le montre leur inscription sur l’état du clergé en avril... 179210.

IV. Emigrés ou déportés ?

20Les renseignements que nous fournit la liste officielle des « émigrés » demeurent bien pauvres. Par contre les demandes de radiation de la liste (autorisées par l’arrêté du 30 pluviose an 4) faites ultérieurement et plus généralement au temps du directoire, soit par les intéressés, soit par leurs parents, frères, sœurs, héritiers, soucieux d’éviter la vente des biens des émigrés, biens séquestrés, nous apportent d’utiles précisions sur le sort des prêtres exilés.

V. L’affaire Béhola11

  • 11 Arch. Nat. F7 5490. Le dossier Béhola permet de compléter et de corriger ce que dit P. Haristoy, du (...)

21Jean-Baptiste Béhola, vicaire à Biarritz puis à Saint-Pée-sur Nivelle, avait été inscrit sur le troisième supplément à la liste générale des émigrés du département des Basses-Pyrénées. Ses biens ayant été séquestrés, le citoyen Duronea, de Saint-Pée, fit savoir qu’il souhaitait acquérir deux pièces de terre provenant des biens de Béhola, émigré.

22Les frères de l’émigré, eux-mêmes prêtres et anciens curé et vicaire de Louhossoa, et leur sœur, pétitionnèrent pour faire opposition à la vente et pour ce faire, obtenir la radiation de Jean-Baptiste Béhola de la liste des émigrés.

23Les pétitionnaires firent parvenir un certificat de la municipalité du canton de Biarritz faisant état de la présence de Jean Baptiste Béhola dans la dite commune de Biarritz de 1787 au 7 février 1792 et un autre certificat délivré par l’administration municipale du canton de Macaye, daté du 25 vendémiaire an 5, 16 octobre 1796, attesté par neuf témoins, constatant que le prétendu émigré avait résidé dans la commune de Louhossoa, du 9 mai 1792 à la loi de déportation des prêtres réfractaires (celle du 26 août 1792).

24L’Administration départementale des Basses-Pyrénées, dans sa séance du 4 thermidor an 5, 22 juillet 1797, observa que les trois frères Béhola étaient insermentés et sujets à la loi de déportation du 2 août 1792. Mais cette loi les obligeait de prendre un passeport de déporté, or Jean-Baptiste ne pouvait fournir la preuve de son obtention.

25Toutefois ses héritiers s’étaient pourvus dans le temps prescrit par la loi du 26 fructidor an 4, 12 septembre 1796, tant pour la demande en radiation que pour l’envoi en possession provisoire de ses biens. L’administration départementale arrêta qu’il y avait lieu non seulement de suspendre la vente des biens soumissionnés par le citoyen Duronea, mais encore de mettre les héritiers de Jean-Baptiste Béhola en possession provisoire de ses biens. Il y avait lieu également de le rayer de la liste des émigrés « à moins que le Directoire exécutif (de Paris) ne pensât que le défaut de passeport... ne dût y faire obstacle ».

26Ajoutons que le citoyen Duronea avait demandé que les deux autres Béhola fussent également inscrits sur la liste ! Mais il n’avait pu apporter la preuve du départ des deux frères Martin et Michel avant la loi du 26 août, loi de déportation.

VI. L’affaire Jean Baptiste Dubertrand Ducanelle12

  • 12 Arch. Nat. F7 5491

27Jean-Baptiste Dubertrand Ducanelle, prêtre originaire de Bayonne et résidant à Anglet avait été également inscrit sur la liste des émigrés alors qu’il avait dû rejoindre l’Espagne « sous les menaces de certains révolutionnaires » muni d’un passeport délivré par le Conseil Général de la commune de Bayonne, le 18 septembre 1792.

28Dès le 6 mars 1793, de Durango en Espagne, il écrivait une lettre dans laquelle il s’opposait à la mise en vente du bien de Jouanina qu’il avait acquis de la Nation en 1791 et qui avait été séquestré comme bien d’émigré.

29Ses héritiers intervinrent ultérieurement pour que fut suspendue la vente du bien séquestré. Le 3 messidor an 4, 21 juin 1796, le maître de pension Charles Sallenave, fondé de pouvoir de son fils, l’un des héritiers du prêtre « déporté », essayait d’obtenir à celte fin le concours du député du département à la législature, Pénartin, et le 8 fructidor an 4, 25 août 1796, Marie Dubertrand Ducanelle veuve Lissalde, Marie Dubertrand Ducanelle veuve Durcudoy et le fondé de pouvoir du prêtre présumé « émigré », pétitionnèrent auprès de l’administration municipale du canton de Biarritz, afin de radier Dubertrand Ducanelle de la liste des émigrés. L’administration municipale y donna une suite favorable (25 fructidor an 4, 11 septembre 1796) et l’administration départementale confirmait le 8 nivose an 5, 28 décembre 1796, qu’il n’y avait pas lieu de procéder à la vente du domaine de Jounanina et qu’en exécution de la loi du 26 fructidor an 3 (12 septembre 1795) les cohéritiers seraient mis en possession provisoire du domaine et de tous les biens meubles et immeubles, en attendant la décision définitive du Directoire Exécutif sur la radiation de la liste des émigrés du prêtre Ducanelle.

VII. Les affaires Joffroy, Jauretche et Marsan

  • 13 Arch. Nat. F7 5491.

30Jean-Baptiste Joffroy, prêtre de Saint-Jean-de-Luz, avait été inscrit sur le 1er supplément à la liste des émigrés. Sa sœur, Marie-Baptiste, adressa une pétition à l’Administration centrale du département des Basses-Pyrénées, le 15 floréal an 5, 4 mai 1797, pour qu’il fut rayé de la liste, ayant été déporté : la pétitionnaire rappelait que Jean-Baptiste Joffroy avait été compris, comme prêtre réfractaire, dans l’arrêté du Directoire du District d’Ustaritz du 17 novembre 1792. Il s’était fait délivrer un passeport par la municipalité de Saint-Jean-de-Luz. Le Directoire du District reconnut l’état de déporté du prêtre, par l’arrêté du 8 brumaire an 4, 30 octobre 1795 et la sœur pétionnaire fut réintégrée dans la possession de ses biens séquestrés. La mesure s’inspirait de la loi du 22 fructidor an 4, 8 septembre 1796. Elle fut confirmée par l’Administration centrale du département et en attendant la décision du Directoire Exécutif, la pétionnaire fut provisoirement maintenue dans la jouissance des biens du prêtre réfractaire.13

31François Jauretche, autre prêtre de Saint-Jean-de-Luz, exerçant les fonctions de vicaire jusqu’au refus du serment, fut porté sur la liste des émigrés par la municipalité, en janvier 1792. Quand intervint une mesure de séquestre, le 14 germinal an 6, 3 avril 1798, affectant les biens que « l’émigré » possédait en indivision avec son frère et sa sœur, ces derniers réclamèrent sa radiation de la liste, arguant de la déportation du prêtre au lendemain de la loi du 26 août 1792. Ils produisirent deux certificats de résidence – l’un de la commune de Saint-Jean-de-Luz, attestant la présence du prêtre dans cette ville jusqu’en décembre 1791, l’autre de la commune d’Espelette y confirmant sa résidence de décembre 1791 au 22 septembre 1792 et un passeport délivré par la commune de Souraïde, le 22 septembre 1792, précisant que le prêtre devait rejoindre les environs de Pampelune.

  • 14 Arch. Nat. F7 5492

32L’administration départementale accueillit favorablement la demande, le 22 brumaire an 7, 17 novembre 1798...14.

33Claude François Marsan, ci-devant vicaire à Urt, fut inscrit sur la liste des émigrés du département et le séquestre mis sur ses biens. Le 8 floréal an 6, 27 avril 1798, Jeanne Marie Marsan fondé de procuration de Marie Guillot, veuve Marsan, marchande à Bayonne, réclama contre l’inscription. Elle représenta que Claude François Marsan avait été obligé, après son refus du serment, de quitter la commune d’Urt, pour se retirer à Bayonne, chez sa mère, jusqu’au 4 juillet 1792. Un arrêté du District l’en éloigna de 4 lieues et il alla se fixer à Aïnhoa où il résida du 5 juillet au 20 septembre 1792. A cette dernière date il s’empressa de prendre un passeport pour l’Espagne, comme l’y obligeait la loi du 26 août 1792. Déporté, il avait été inscrit, à tort, sur la liste des émigrés. La demande de radiation s’accompagnait de la demande de levée du séquestre mis sur les biens de « l’émigré » et sur ceux de sa mère (la maison n° 102, rue de la Salie, à Bayonne).

  • 15 Arch. Nat. F7 5492.

34L’administration municipale de Bayonne (Sauvinet jeune étant président), déclara n’apercevoir aucun motif de nullité dans les pièces du dossier et l’administration départementale arrêta qu’il y avait lieu de rayer Claude François Marsan de la liste des émigrés. Pour y être définitivement statué, la pétitionnaire devait se pourvoir devers le ministre de la police générale. Le même arrêté prononçait, provisoirement, la levée du séquestre mis sur les immeubles et meubles du prêtre et de sa mère (2 messidor an 6, 20 juin 1798).15

35Après le coup d’Etat de Brumaire, les demandes de radiations furent accueillies plus favorablement, prenant l’allure de mesures d’amnistie.

VIII. Les affaires Darrigol, Daguerre et Ducasse

36Le 17 ventose an 6, 7 mars 1798, Salvat Darrigol de Villefranche exposait dans une lettre adressée au ministre de la police, que son frère Martin, ci-devant curé de Guéthary avait été inscrit, par erreur, sur la liste supplémentaire des émigrés et lui faisait parvenir les pièces constatant sa qualité de déporté.

37L’affaire venue devant l’Administration centrale du Département, celle-ci examina le passeport délivré à Martin Darrigol, par la municipalité de Villefranque le 12 septembre 1792, le procès-verbal de séquestre de ses biens, du 7 décembre 1793, ainsi que l’avis favorable à la radiation émis par l’administration municipale du canton d’Ustaritz, le 12 brumaire an 8, 4 novembre 1799. Au vu de ces diverses pièces l’administration départementale arrêta que l’inscription de Martin Darrigol était « déclarée non avenue et sans effet » (2 pluviose an 8, 22 janvier 1800).

38Il en fut de même pour Jean Daguerre, ci-devant curé de Villefranque, inscrit sur le premier supplément à la liste des émigrés alors qu’il avait été déporté, muni d’un passeport pour l’Espagne, en septembre 1792. Sur avis favorable de l’administration centrale du département (4 germinal an 8, 25 mars 1800) il fut radié de la liste.

  • 16 F7 5491

39Jean-Pierre Emmanuel Ducasse, ci-devant chanoine du chapitre de la cathédrale Notre Dame de Bayonne, avait été également déporté, en application de la loi du 26 août 1792, et son mobilier séquestré. Inscrit sur la liste supplémentaire des émigrés, il fallut attendre la décision du préfet Guinebaud, le 22 prairial an 8, 11 juin 1800, lequel au vu de la pétition d’Elisabeth Ducasse, veuve Behic, de Bayonne, déclarait que le ci-devant chanoine avait été porté par erreur sur le troisième supplément de la liste des émigrés16.

IX. Un cas difficile : celui de Dominique Lahetjuzan17

  • 17 F7 5492. Ce dossier que nous exploitons ici, permet de répondre en partie, aux interrogations que s (...)
  • 18 Voir Histoire de Bayonne, TII, La Révolution 1789-1799 par p. Hourmat p. 209.

40Le 4 prairial an 6, 23 mai 1798, Pierre Lahetjuzan laboureur et propriétaire d’Argainea, à Sare, réclama auprès de l’administration municipale du canton de Sare, contre le séquestre établi sur ses biens et qui « avait mis le comble à ses malheurs ». En mars 1794, il avait été l’une des victimes de l’arrêté du 13 ventose an II, pris par les représentants en mission à la suite de la désertion de soldats basques ; les habitants de « la commune infortunée » de Sare avaient été déportés18 et sous ce règne de laTerreur, écrivait Pierre Lahetjuzan, « il avait été dépouillé, ainsi que ses concitoyens, de tout son mobilier... tous les effets, grains, bestiaux, fourrages, meubles, habits et linges avaient été alors vendus aux enchères ». En réintégrant son foyer (septembre 1794), il ne trouvait que « des ruines ». « Accablé par tant de revers, Pierre Lahetjuzan espérait en un avenir plus heureux pour ses enfants, quand intervint le séquestre sur ses biens... en exécution de l’arrêté de l’administration centrale du 1er nivôse an 6, 21 décembre 1797 » (après le coup d’Etat de Fructidor).

41Ce séquestre affectait les biens du prévenu d’émigration Dominique Lahetjuzan, fils de Pierre. Mais le pétionnaire observait que seule, l’erreur ou la calomnie avait prévenu le prêtre d’émigration. « Mon fils Dominique desservait dans la commune de Sare, en qualité de vicaire, lorsqu' en exécution du décret du 3 mai 1792 pris par le Directoire du département, il dut s’éloigner de 4 lieues. Muni d’un passeport, il se retira dans la commune de Larressore et c’est là qu’il se trouvait quand la loi du 26 août 1792 lui notifia sa déportation. « Empressé de lui obéir » il obtint un nouveau passeport de la municipalité de Larressore le 12 novembre 1792, et passa en Espagne.

42N’étant pas émigré, mais déporté, les biens de son père, Pierre, n’avaient pas été séquestrés et la loi du 9 floréal an 3, 28 avril 1795, ne pouvait leur être appliquée.

43Le pétionnaire joignit à sa réclamation la copie du passeport délivré à Dominique Lahetjuzan, ex-prêtre :

« La nation, la Loi, et le Roi (sic’)
Département des Basses-Pyrénées. District d’Ustaritz
Municipalité de Larressore.
Laisser passer librement Dominique Lahetjuzan, ci-devant vicaire de la commune de Sare, canton du même nom, district d’Ustaritz, département des Basses-Pyrénées, âgé de 26 ans, taille d’environ 5 pieds, cheveux et sourcils noirs, yeux de même, nez un peu relevé, bouche ordinaire, menton rond et fosseté, front plat, visage ordinaire.
Le dit Dominique Lahetjuzan s’étant présenté ce jour, devant nous, officiers municipaux, pour nous déclarer qu’étant obligé de quitter le sol de la France, en vertu de la loi du 26 août 1792, et désirant donner des preuves de son respect pour les lois, qu’il se retire ce jour en Espagne, jusqu’à ce qu’il soit autorisé à rentrer dans sa patrie. Et à cy, signé avec nous et le procureur de la commune. Délivré en la maison commune, à Larressore, le 12 novembre 1792, l’an 4e de la Liberté ».

44Mais l’administration départementale observa que la municipalité de Sare avait inscrit Dominique Lahetjuzan comme prêtre ayant émigré vers le 1er avril 1792 et que le district d’Ustaritz l’inscrivit également comme émigré par son arrêté du 1er pluviose an 3 (20 janvier 1795) et ce fut au vu de ces faits que l’administration départementale l’inscrivit sur la 3e liste supplémentaire. Elle considérait que les « passeports ne sauraient détruire cette inscription » car l’intéressé aurait bien pu émigrer et être ensuite revenu pour se faire délivrer ces passeports... et de conclure que l’émigration du dit prêtre était présumée réelle et le séquestre justement mis sur les biens de son père : il ne pouvait être levé qu’autant que le pétitionnaire opérerait le partage avec la République (lois du 9 floréal an 3, 28 avril 1795 – et du 20 floréal an 4, 9 mai 1796).

45Pierre Lahetjuzan ne se découragea pas et expédia de nouvelles pièces (certificat de résidence). Il observa que l’inscription faite par la municipalité avait été le fait de... deux officiers municipaux !

46Finalement, l’Administration centrale du département renvoya la décision de radier Dominique Lahetjuzan devant le Directoire exécutif – comme le voulait la loi du 28 pluviose an 4, 17 février 1796 ; cependant cette administration se disait convaincue, au vu des nouvelles pièces, qu’il était intervenu une erreur dans son inscription sur la liste des émigrés, mais il appartenait au ministre de la police de statuer (1er frimaire an VII, 21 novembre 1798).

X. Des émigrés, déportés sur dénonciation

47La loi du 26 août 1792, par son article 6, soumettait tous les ecclésiastiques non assermentés, séculiers ou réguliers, prêtres, simples clercs mineurs ou frères lais, quoique non assujettis au serment (n’exerçant pas de fonctions publiques) à la déportation... « lorsqu’ils auront occasionné des troubles ou lorsque leur éloignement sera demandé par 6 citoyens domiciliés dans le même département ».

  • 19 Voir V. Portes, Application de la Constitution Civile du Clergé au Pays Basque dans Revue Historiqu (...)

48Ces dénonciations furent peu nombreuses. Ainsi le 2 novembre 1792, les citoyens Harriet, Leclerc, Latrilhe, Célis, Cazabat et Jean Ferrère demandaient la déportation de divers prêtres de Hasparren dont la conduite et les discours anticiviques tendaient à soulever le peuple contre la loi et à troubler le repos intérieur de la République.19

49Le 10 novembre 1792, à la séance du Directoire d’Ustaritz, séant à Bayonne, fut présentée une pétition des citoyens Pêche, Guillaume, Beau, Voches, Destibeaux, Célis, Louis Denthés, Lartigue Fils et autres... qui demandaient que les prêtres réfractaires de Bayonne : Dithurbide et Fauvet de Bayonne, Saint-Martin de Villefranque, Salha de Bardos, Larrouy de Guiche fussent déportés de la République Française, car « ils ne cessaient de troubler l’ordre public ». Le Directoire fit droit à la demande et arrêta que les dits insermentés se conformeraient aux dispositions de l’article 1 de la loi du 26 août (ils devaient sortir, dans la quinzaine, du royaume).

  • 20 F7 5493.

50C’est ainsi que le lendemain Salha Pierre, ci-devant chanoine de Bayonne, résidant alors à Bardos se vit notifier, par un gendarme national (en résidence à Hasparren) l’arrêté du Directoire. Salha Pierre se fit délivrer un passeport par la municipalité de Bardos et rejoignit l’Espagne. Il fut cependant inscrit sur le 3e supplément de la liste des émigrés. Son frère Valentin Salha pétitionna auprès de l’Administration départementale en ventôse an 8, mars 1800, pour demander sa radiation et l’administration municipale du canton de Bardos attesta qu’il avait pris le passeport en novembre 1792. L’arrêté du préfet Guinebaud, en 15 germinal an 8, 5 avril 1800, fit de l’inscription de Salha, une « erreur »20

51D’autres dénonciations intervinrent les 16 et 17 novembre 1792, et le 12 décembre et certains de ces déportés furent également inscrits sur la liste des émigrés.

XI. La terre d’émigration

  • 1 « L’ancienne et nouvelle religion de la France ou les changements que l’Assemblée Nationale a faits (...)
  • 21 V.P. Haristoy, op. cit., Tome I p. 196.

52Les prêtres insermentés « prirent le chemin de l’Espagne » à deux exceptions près : celle du curé de Lahonce, Darrigol et celle du vicaire de Bayonne, Romatet. Le premier après avoir refusé le serment et les mandements de l’évêque constitutionnel émigra en Hollande ; il y composa dès l’année de son arrivée, un manuscrit en langue basque (Franziako Erligione Zaharra eta berria edo Bilzar nazionalak Franziako erligione Zaharrean erran nahi da erligione katolikoa egiten dituen mudantzak edo gambia men-duak)1.21 Mais Darrigol se rendit peu après en Espagne et mourut à Logrono, auprès de son frère, riche négociant exilé en Espagne.

53Le ci-devant vicaire de Bayonne Romatet refusa le serment comme fit le curé de la cathédrale et rejoignit l’Angleterre. Il en apprit la langue et, de retour dans sa ville, il l’enseigna dans une de ses institutions.

54Nous avons fort peu de renseignements sur les prêtres du Pays Basque et de Bayonne émigrés en Espagne. Il apparaît toutefois que le plus grand nombre d’entre eux chercha à séjourner au plus près de la frontière, se fixant à Fontarabie, Urdax, Valcarlos, Pamplune, Durango, Bilbao...

55Exceptionnellement nous connaissons le sort de certains émigrés en terre d’exil, grâce aux enquêtes judiciaires qui suivirent les arrestations de ceux qui rentrèrent illégalement sur le territoire de la République. C’est ainsi que le nommé Bonnefemme, prêtre insermenté et réputé émigré, fut arrêté dans la commune de Bidache, au quartier des Barthes, le 5 nivose an 4, 26 décembre 1795. Conduit devant le juge de paix et officier de police du canton de Bidache, Bonnefemme déclara être le ci-devant doyen de l’église de Bidache. Fin septembre 1792 il dut quitter le territoire français...

56A cette date, Bonnefemme rejoignait Cambo puis Itxassou « en compagnie de guides ». « Effrayé par les menaces et par les mauvais traitements auxquels les prêtres insermentés se trouvaient exposés », il ne prit pas le temps de se faire délivrer un passeport. D’Itxassou, il prit « les chemins de montagnes » conduisant en territoire espagnol.

57Arrivé à Irun, Bonnefemme reçut du général Ricardos l’ordre de se rendre à Tolosa où il demeura deux mois.

58De là il rejoignit Bergara pour y demeurer six mois. Il se fixa enfin à Vitoria d’où il fut chassé par l’offensive de l’Armée des Pyrénées-Occidentales. Forcé d’interner, il s’établit à Madrid.

59La paix de Bâle étant signée en août 1795 Bonnefemme obtenait du duc d’Alcudia (Godoï) un passeport pour rejoindre la frontière française et de l’archevêque de Tolède un laisser-passer qui le recommandait à la bienfaisance publique. Dès lors Bonnefemme se rendit à Urdax, « frontière d’Espagne ». Il y attendit deux semaines pour avoir des nouvelles de sa famille et rejoignit Saint Sébastien « pour être plus à portée d’avoir des nouvelles de France »

60Bonnefemme prenait soin de souligner que pendant le temps de son émigration, il n’avait jamais porté les armes contre la France et qu’il n’avait fréquenté que des ecclésiastiques.

  • 22 Voir dans la Revue de Gascogne, année 1905, le compte rendu de « Relation de todos ecclesiasticos f (...)

61Le clergé basque dut beaucoup à la générosité des évêques espagnols des diocèses frontaliers, dont celui de Pampelune et certains prêtres de Bayonne (Lahirigoyen, vicaire de la cathédrale) et du Pays Basque (les curés de Meharin et de Louhossoa) furent accueillis comme beaucoup de prêtres du Sud-Ouest de la France, par l’évêque d’Orenze, Pierre d’Alcantara de Quevedo22.

62La période d’afflux la plus marquée suivit la loi de déportation du 26 août 1792. C’est alors que Charles IV publiait ses « Lettres patentes au sujet de l’hospitalité à donner aux ecclésiastiques français émigrés » inspirées par la défiance à leur égard et le souci des intérêts matériels du clergé espagnol... Mais la générosité de certains évêques vint adoucir les douloureuses conditions de vie des émigrés.

XII. Emigration et conjoncture de paix... et d’alliance

  • 23 Arch. Nat. F7 36856. Lettre du 20 brumaire an 4, 11 novembre 1795.

63Au lendemain de la paix de Bâle (août 1795) de nombreux prêtres émigrés revinrent, comme l’avait fait Bonnefemme, sur la frontière dans l’espoir d’un prochain retour. Dès l’automne 1795, les autorités administratives des districts d’Ustaritz et de Saint Palais s’en inquiétèrent. Un « républicain », anonyme, de Bayonne, dénonça auprès du Directoire Exécutif (à Paris) « les prêtres émigrés du district d’Ustaritz qui formaient un cordon autour de ce district, dans la commune espagnole limitrophe de notre territoire... ces prêtres, ennemis irréconciliables de la République attirent à eux beaucoup de monde, disent toujours que la révolution ne tiendra pas et font tout le mal que l’on doit attendre d’eux. » Il convenait d’obtenir du Gouvernement espagnol « de tenir les émigrés et les prêtres déportés à 30 lieues des frontières ». Sans cette mesure, poursuivait notre « républicain », « ils fanatisent le peuple de ces contrées, ils font molester les patriotes, ils occasionnent des troubles... et eux, hors des atteintes de nos lois, jouissent impunément du barbare plaisir de nous avoir fait du mal »23 .

  • 24 Arch. Nat. F7 36856. Rapport du 27 pluviose an 4, 15 février 1796.

64Peu de temps après parvenait du ministre de l’intérieur au ministre des Affaires extérieures, un rapport qui fixait l’attention sur les prêtres réfractaires qui avaient fui le sol de la République et qui, pour la plupart, habitaient sur l’extrême frontière de l’Espagne ; « ils pénétraient même sur le territoire de la République, en secret, pour prêcher contre les lois de la République Française et damner ceux qui les suivent et qui paient des impôts ». Il convenait d’intervenir auprès de la Cour d’Espagne pour faire interner les prêtres français. A cette date (février 1796) l’envoi d’un nouvel ambassadeur, le citoyen Pérignon, pouvait être une circonstance favorable à la démarche que « nos relations amicales avec l’Espagne feraient accueillir »24.

  • 25 Arch. Nat. F7 36856.

65Mais il n’y eut pas lieu de faire la démarche : de Badajoz, le 24 janvier 1796, le Prince de la Paix informait le chargé des affaires de la République que les ordres avaient été donnés afin que tous les émigrés français se retirent de la frontière à une distance considérable et à Madrid, on reçut l’avis officiel de la Navarre, de la Biscaye et de la Catalogne25.

66La mesure, plus ou moins suivie d’effet, ne devait guère rétablir la tranquillité d’esprit parmi les autorités administratives françaises. Des prêtres rentrèrent en nombre sur le territoire de la république ; ils y étaient encouragés par les passeports que leur délivraient les autorités espagnoles ! et ils étaient dans l’ignorance, bien souvent, de la rigueur des lois les concernant.

  • 26 Ibid.

67En Pays Basque, ils furent accusés de favoriser, « par leurs insinuations perfides », la désertion de chasseurs basques... voire, le brigandage !26

XIII. Les émigrés non inscrits sur la liste générale et les suppléments à la liste

68Aux 128 prêtres « inscrits », émigrés du Pays Basque et de Bayonne il convient d’ajouter 111 ecclésiastiques exilés en Espagne, dont 45 curés de paroisse, 20 vicaires, 13 prêtres, 3 chanoines, tous insermentés ou pour un très petit nombre ayant rétracté le serment prêté dans un premier temps.

69Sur ces 111 émigrés en Espagne, 57 sont dits « déportés » et font partie de la grande vague d’émigration de septembre-novembre 1792.

70Nous avons pu ainsi établir une liste nominative de 239 ecclésiastiques qui émigrèrent en Espagne.

71Nous connaissons par ailleurs les noms de 87 prêtres assermentés ce qui permet d’évaluer approximativement que 3 ecclésiastiques sur 4 ont émigré.

72Dans la ruine de l’Eglise constitutionnelle en 1793-1794, la plupart des assermentés abdiquèrent et la déprétisation fut l’un des éléments de la déchristianisation.

73Quant aux émigrés (et déportés) un grand nombre d’entre eux (une quarantaine à notre connaissance) devaient retrouver leurs curés et leurs fonctions de vicaire lors de l’établissement de l’église concordataire. Certains anciens constitutionnels reprochèrent à l’évêque Loyson de favoriser les anciens réfractaires ; ils perdaient de vue que ces derniers avaient été trois fois plus nombreux que les premiers.

Notes

1 Pour cette contribution à l’histoire du clergé basque et bayonnais au temps de la Révolution, les sources utilisées ont été aux Arch. Nat. F7 5490 à 5493. Emigration. Demandes de radiations et de maintenue. Classement départemental. Basses-Pyrénées. F7 3685. Statistique personnelle et morale. Classement départemental, aux archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. La série Q (en particulier Q 333, Q 331.) Ajoutons-y, la si précieuse documentation fournie par P. Haristoy dans Les paroisses du Pays Basque pendant la période révolutionnaire, TI, II, III, 1895. Reprints 1981. La série F7 permet d’apporter quelques corrections ou compléments à cette documentation.

2 Arch. comm. Bayonne.

3 Revue Historique et Archéologique du Béarn et du pays Basque, 1912.

4 D. Greer donne le chiffre voisin de 449 pour les Basses-Pyrénées. Voir Jean Vidalenc Les émigrés français 1789-1825. Université de Caen, 1963, p. 377. Une erreur s’est glissée dans le tableau des départements en ce qui concerne la population du département des Basses-Pyrénées, laquelle s’élevait en 1791 à 376 203 habitants (Voir P. Hourmat, Bayonne et le Pays Basque au temps de la Révolution – Choix de documents année 1791 – Publication de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne, 1991).

5 Voir la carte de France de l’émigration 1789-1799 dans le Dictionnaire critique de la Révolution Française de François Furet et Mona Ozouf, Flammarion, 1988 p. 355.

6 Il est vrai que le pourcentage des émigrés dont l’état est non identifié est l’un des plus élevés dans le département des Basses-Pyrénées... ibid. p. 358.

7 Rappelons ici que l’évêque Pavée de Villevieille émigra dès mars 1791. Il se fixa à Urdach. Mais en juin 1791, il revint au séminaire de Larressore puis dans sa maison de Saint-Michel, près Bayonne. Etroitement surveillé, il reprit le chemin de l’exil ; il fut accueilli par l’évêque de Pampelune. Il se retira finalement au couvent des Bernardins d’Oliva, en Navarre. Il y décéda, le 6 novembre 1793. Voir Daranatz JB, L’évêque de Bayonne exilé en Espagne 1791-1793 dans la Revue internationale des études basques, 1913-1914 p 145.

8 Voir Histoire de Bayonne, Tome II. La Révolution 1789-1799 de P. Hourmat, Bayonne, 1992, p. 67.

9 Voir Les paroisses du Pays Basque pendant la période révolutionnaire de P. Haristoy (reprints 1981) auquel nous avons emprunté les exemples précédents (classement par paroisses).

10 Ibid.

11 Arch. Nat. F7 5490. Le dossier Béhola permet de compléter et de corriger ce que dit P. Haristoy, du prêtre émigré op. cil. Tl p. 193.

12 Arch. Nat. F7 5491

13 Arch. Nat. F7 5491.

14 Arch. Nat. F7 5492

15 Arch. Nat. F7 5492.

16 F7 5491

17 F7 5492. Ce dossier que nous exploitons ici, permet de répondre en partie, aux interrogations que se posaient Philippe Veyrin dans son étude sur « Un bascophile ingoré. L’abbé Dominique Lahetjuzan 1766-1818, dans Gure Herria 1924 p. 129.

18 Voir Histoire de Bayonne, TII, La Révolution 1789-1799 par p. Hourmat p. 209.

19 Voir V. Portes, Application de la Constitution Civile du Clergé au Pays Basque dans Revue Historique et Archéologique du Béarn et du Pays Basque 1912, p 210.

20 F7 5493.

21 V.P. Haristoy, op. cit., Tome I p. 196.

22 Voir dans la Revue de Gascogne, année 1905, le compte rendu de « Relation de todos ecclesiasticos franceses que... han Ilegado à la ciudad y obispado de Orense », de Arturo Vasquez-Nunez. La précieuse étude de J. Contrasty sur le clergé français (Revue de Gascogne, 1908) réfugié en Espagne n’apporte à cet égard que peu de précisions. Le va et vient des exilés rend difficile leur recensement. On consultera également Geoffroy de Grandmaison : Le clergé français en Espagne pendant la Révolution dans Le Correspondant 1891 p. 938 et Victor Pierre, Le clergé français en Espagne 1791-1802 dans Revue des Questions Historiques, avril 1904.

23 Arch. Nat. F7 36856. Lettre du 20 brumaire an 4, 11 novembre 1795.

24 Arch. Nat. F7 36856. Rapport du 27 pluviose an 4, 15 février 1796.

25 Arch. Nat. F7 36856.

26 Ibid.

Notes de fin

1 « L’ancienne et nouvelle religion de la France ou les changements que l’Assemblée Nationale a faits dans l’ancienne religion, c’est-à-dire la religion catholique »

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search