Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Deuxième partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : économie, mentalités, diplomatie

Les guerres de la Révolution et la mémoire collective en Roussillon

Peter McPhee

Texte intégral

  • 1 Depuis les années 1960, une historiographie impressionnante a analysé ce phénomène. Voir, en partic (...)
  • 2 Les résultats des scrutins de cette période se trouvent aux Archives départementales des Pyrénées-O (...)

1Un des développements les plus importants des années de la Seconde République (1848-51) fut la création parmi une partie des classes populaires urbaines et rurales de la France d’une allégeance en masse aux notions de justice sociale, économique, et politique que celles-ci considéraient comme implicite dans l’idée même d’une « république démocratique et sociale ». Loin d’être l’histoire d’un Paris radical de nouveau submergé par des vagues successives de réaction provinciale, ces années sont maintenant considérées comme l’occasion d’une mobilisation politique rurale en masse, révélatrice non seulement d’anciennes opinions socio-politiques mais aussi de nouvelles prises de conscience et de nouvelles prises de position1. Dans les Pyrénées-Orientales, une grande proportion de la population prit un tel engagement, qui s’avérerait profond et durable. La puissance des républicains dans ce département est évidente d’abord dans les résultats des élections2. Dans l’euphorie qui suivit la Révolution de février 1848, les premières élections en France par suffrage mâle universel (le 23 avril) furent l’occasion d’une expression catégorique de soutien pour la République : 95 % des voix furent données aux candidats venant de milieux nettement républicains. Les élections présidentielles du 10 décembre 1848, qui presque partout en France aboutirent à une victoire écrasante pour Louis-Napoléon, furent vivement contestées dans les Pyrénées-Orientales. Les candidats républicains, Cavaignac et Ledru-Rollin, obtinrent une majorité contre les 47 % de Napoléon. De plus, les voix obtenues par Ledru-Rollin, le seul candidat démocrate-socialiste sans ambivalence (29 %), furent bien plus élevées qu’ailleurs en France. Aux élections de la nouvelle assemblée le 13 mai 1849, la liste républicaine, dominée par des hommes qui se nommaient « démocrates-socialistes » ou « Montagnards », obtint 67 % des voix, ce qui constitue, ici encore, un pourcentage bien plus élevé que dans les autres départements de la France. Ces élections sont d’autant plus frappantes puisqu’elles furent le lieu d’une bataille des républicains contre une opposition conservatrice (ou de « l’Ordre ») résurgente, après quinze mois d’instabilité et de déceptions politiques et économiques.

2A la suite du coup d’Etat de décembre 1851, qui mit fin aux espoirs de ces républicains, Karl Marx écrivit une série d’articles sous la rubrique « Le dix-huit brumaire de Louis Bonaparte », dans laquelle il appliqua sa méthodologie de matérialisme historique aux années de crise de la Seconde République et de sa chute. Il commença la série par une de ces réflexions perspicaces qui le caractérisaient :

Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas d’après leur libre arbitre, dans des circonstances choisies par eux ; ces circonstances leur sont données, transmises par le passé. La tradition des générations disparues pèse comme un cauchemar sur le cerveau des vivants.

3Dans le septième de ses articles Marx fit preuve d’une fine appréciation de la complexité politique de la France rurale et d’une pénétration certaine des motivations qui déterminaient les choix politiques polarisés des communautés rurales. Cependant, selon Marx, même les secteurs politiquement avancés de la population rurale étaient esclaves du passé ; alors que les expériences politiques intenses qu’ils avaient subies durant les quatre années suivant 1848 les avaient dégourdis, ils demeuraient enchaînés à des attitudes, à des préjugés et à un vocabulaire arriérés. Si l’écrasement des travailleurs révolutionnaires parisiens dans la guerre civile de juin 1848 les avait libérés de l’illusion, créée par la Révolution française, d’une fraternité avec les républicains bourgeois, par contre, l’idéologie des « rouges » ruraux restait encore sous le joug de « la mainmorte du passé ».

  • 3 Georges Duveau, 1848, Paris, 1965, p. 120. Sur la mémoire collective, voir Pierre Nora (éd.) Les li (...)
  • 4 Par exemple, voir Georges Dupeux, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848- (...)
  • 5 Paul Bois, Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis (...)

4Le « rouge » ou le « blanc » de la Seconde République était âgé de 30 à 40 ans. Ses parents avaient vécu les années de la Révolution française et de l’Empire et, pour emprunter l’expression de Georges Duveau, leurs enfants auraient inévitablement absorbé avec le lait maternel certains jugements au sujet de la société et de la politique3. Certes, certains des historiens de la Seconde République ont tendance à considérer la population rurale du milieu du dix-neuvième siècle comme des novices politiques sans mémoire4. Ayant évité la question de la fonction des expériences et des souvenirs individuels et collectifs, il n’est guère étonnant que ces historiens se demandent alors pourquoi des catégories sociales ou des communautés particulières eurent un comportement politique qui démentît les structures économiques et sociales. Après tout, pour employer la formule la plus simple, les actions de l’homme ne constituent pas seulement une réaction à la réalité de sa vie quotidienne, mais sont aussi exécutées en fonction de sa perception de cette réalité. Pour reprendre le commentaire de Paul Bois concernant la Sarthe, « pourrait[-on] croire que ces peuples n’ont pas de traditions, et arrivent tout neufs, vierges pour ainsi dire, à la vie politique...[L] a véritable explication du présent, ne serait-ce pas dans le passé qu’il la faudrait chercher ? »5.

  • 6 Eugène Ténot, La province en décembre 1851 : étude historique sur le coup d’Etat, Paris, 1865.

5Mais, si chaque maisonnée, chaque communauté et chaque région avait des souvenirs distincts et différents, ces derniers n’étaient d’ailleurs aucunement fixes ou immuables, car ils se trouvaient constamment modifiés ou renforcés. Ainsi le contraste établi par l’historien du dix-neuvième siècle, Eugène Ténot, entre un « Midi rouge » en 1849 et un « Midi blanc » en 1815,6 laisse échapper non seulement les divisions nettes à l’intérieur du Midi mais aussi le sens dans lequel le royalisme populiste de 1815 était un produit historique récent et non une « tradition ». Ceci est important. Les souvenirs de la Révolution de 1789 étaient partout vivants, mais leur nature et leur importance variaient selon les régions et les classes.

6Les souvenirs collectifs doivent donc être compris d’une façon progressive ou historique. Tout comme le caractère particulier de chaque communauté était le résultat de sa propre évolution historique, de même ses habitants apercevaient leur univers à travers le prisme de leurs propres expériences et par les souvenirs des autres transmis oralement. Lorsqu’ils réagissaient aux menaces contre leur bien-être, ils ne le faisaient pas d’une manière machinale ou dépourvue d’idéologie. Leur perception de nouvelles et d’anciennes menaces et leurs choix particuliers de riposte, individuels ou collectifs, étaient fonction d’une compréhension historiquement et culturellement définie de leur milieu.

*
* *

  • 7 Michel Brunet, Le Roussillon : une société contre l’Etat 1780-1820, Toulouse, 1986 ; Michel Cadé, G (...)

7Durant la période des guerres révolutionnaires de 1793-95, le département des Pyrénées-Orientales connut toute l’amertume et toutes les privations typiques des régions frontalières : c’était, sinon une époque de politisation en masse, du moins une période de bouleversement social et économique profondément traumatisant. Les dissensions au sujet de la vente de biens du clergé et des émigrés et de la Constitution Civile du Clergé étaient soulignées avec du sang puisque liées aux scissions entre ceux qui voulaient se battre pour la France contre l’alliance contre-révolutionnaire, et ceux qui étaient prêts à littéralement trahir la France pour l’Espagne. En 1793-94, la moitié sud du département était occupée par les troupes espagnoles, et à leur suite vinrent des centaines de prêtres et d’autres émigrés qui avaient ouvertement uni leurs forces à celle des aspirants à une victoire militaire sur la France et sur les Catalans se battant dans les armées françaises. Suite aux victoires des armées jacobines, seuls les départements du Bas-Rhin, du Var, et des Bouches-du-Rhône avaient plus d’émigrés que les Pyrénées-Orientales, qui en comptaient 3 854, qui, de plus, représentaient 3,48 % de la population totale du département7.

  • 8 Luce Abatut, « Un club révolutionnaire à Perpignan : « Les Amis de la Constitution », Conflent 25,2 (...)
  • 9 M. Brunet, op. cit., p. 261.

8Certes, même si l’on ne pouvait dire que la majorité de la population était nettement hostile à la Révolution, la grande masse du peuple avait très peu participé à la vie politique institutionnelle de 1789-1815. A son apogée, le Club des Amis de la Constitution de Perpignan, le club le plus important du département, n’eut jamais plus de 100 membres8. Malgré cela, la vie politique populaire fut profondément transformée. Selon l’historien de la réaction populaire à la Révolution, Michel Brunet, la Révolution fut un désastre pour les Roussillonnais et apporta la négation de la liberté religieuse, l’intolérance, le désordre économique, la régression des services publics, l’instauration du service militaire, une fiscalité plus lourde, l’ethnocentrisme et un Etat toujours plus pesant. Une de ses conséquences fut la rupture des anciennes solidarités villageoises suite aux manœuvres désespérées des factions rivales à tirer le maximum d’un contexte de guerre, d’émigration et de chaos. Même si les conclusions de Brunet nous paraissent exagérées et sélectives, force est de nous mettre d’accord avec lui sur le fait que « la Révolution a engendré de nouveaux clivages, plus profonds, plus tranchés, plus irréductibles que les antagonismes traditionnels »9. Mais, selon lui, ces divisions n’étaient en aucun sens « politiques » et devaient rester immuables pendant le dix-neuvième siècle :

  • 10 Ibid., pp. 544-545. La thèse de l’archaïsme de la campagne, que nous trouvons peu convaincante, est (...)

Drapeau rouge, drapeau blanc, bonnet phrygien et fleur de lys, ces colifichets n’avaient peut-être pas beaucoup plus d’importance que les fanions des scouts qui servent de ralliement aux camps adverses lors des grands jeux... A certains égards on pourrait décrire la période toute entière [dès 1789] et le tourbillon des événements avec ses travestissements et ses masques comme un vaste Carnaval politique où se mêlent inextricablement les affrontements ludiques et les violences réelles.10

9Par contre, il nous semble que, malgré l’absence d’une politisation formelle en masse durant la période révolutionnaire, et alors qu’il est certain que cette population éprouvait du ressentiment contre les intrus, qu’ils fussent français ou espagnols, ces années laissèrent un héritage de souvenirs collectifs et individuels et d’attitudes propres à créer des divisions politiques profondes.

10Au dix-neuvième siècle, ces souvenirs des guerres révolutionnaires n’étaient plus spécifiques – par exemple, l’on ne parlait plus, selon nos sources, de batailles particulières – mais ils gardaient toute leur résonance. Dès le début de la campagne électorale quasi-démocratique et très acrimonieuse de François Arago en été de 1846, l’organe de la préfecture, le Journal des Pyrénées-Orientales, chercha à le condamner par association avec des images de désordre et de sang, et par une répétition du mot-clé, de guerre. Voici comment le journal présenta le bilan probable de son succès éventuel aux élections :

  • 11 Journal des Pyrénées-Orientales 27 mai 1846.

c’est faire descendre l’élection dans la rue ; c’est la faire discuter sur une table de cabaret... c’est la guerre de celui qui n’a pas contre celui qui possède ; c’est la guerre de celui qui ne veut pas travailler contre celui qui a le droit de posséder... avec lui triomphe le radicalisme, c’est-à-dire plus de monarchie, plus de religion, plus de prospérité pour la France, plus de travaux d’utilité générale, plus d’instruction ; mais le règne de l’intolérance, le bouleversement des propriétés, la guerre à l’extérieur enfin, et l’anarchie à l’intérieur11.

11Même si le ton des accusations lancées au cours de la campagne électorale contre Arago était sans pertinence aucune, cet article de tête sentait la rhétorique et les préjugés sociaux d’une élite hantée par le passé et soucieuse pour l’avenir.

  • 12 Félicien Maudet, La Révolution de 1848 dans le département des Pyrénées – Orientales, Perpignan, 19 (...)

12Mais la Révolution fournit des souvenirs bien plus marquants que de simples slogans. Il n’y a pas d’indice plus frappant à cet effet que les comptes de la Caisse d’épargne de Perpignan. Après son établissement en 1836, elle avait progressé régulièrement, et même la crise économique de 1846-47 n’avait pas représenté pour elle une entrave. Pourtant la nouvelle de la Révolution de février 1848 lui fut presque fatale : en cette année, le nombre des comptes décrut de 76,63 % (de 1968 à 460) et celui des versements de 97,57 % (de 1072 642 francs à 26 079). Le 27 février on retira 200 000 francs et à la fin du mois l’agitation parmi la foule qui voulait retirer ses épargnes fut si grande que la banque dut fermer et être protégée par les soldats12 . Ce ne fut pas avant les années 1860 qu’elle recouvrit son calibre d’avant 1848. L’explication de Vergès de Ricaudy, directeur de la banque au début du vingtième siècle, est caractéristique de l’insécurité sociale si répandue en février 1848 :

  • 13 E. Vergès de Ricaudy, Notice historique sur la Caisse d’épargne de Perpignan, Perpignan, 1908, p. 1 (...)

Le nom de la République aux terribles souvenirs épouvanta le peuple. Il se rappelait encore les horreurs et les désastres de toute nature, commis par la grande Révolution qui avait commencé par la République : la dette publique annulée : les assignats sans valeur ; la propriété avilie ; la vie menacée....13.

13Les légitimistes surtout étaient hantés par le passé. Des trente légitimistes d’Elne qui avaient souscrit au début de 1850 à l’achat d’une médaille pour commémorer Genoude, vingt-huit venaient de quatre familles, ayant tous des parents qui avaient émigré pendant la Révolution. L’un d’entre eux mit comme signature :

  • 14 Etoile du Roussillon 20 février 1850.

Thomas Ginestou, boulanger, abonné à la Gazette de France et à l’Etoile du Roussillon, légitimiste pur sang, petit-fils d’émigré, fils d’émigrée, genoudiste et henriquiste jusqu’au martyre, et au-delà si c’était possible, 50c14.

  • 15 Philippe Torreilles, « Le Roussillon de 1789 à 1830 d’après les mémoires et la coiTespondance de M. (...)
  • 16 Archives nationales [ci-après AN] F19 2560 [ADPO 2J 65].

14Ecrivant en 1848, l’éminent savant et homme politique conservateur Jaubert de Passa déclare à propos de la Révolution, anticipant sur Marx, que « cette fatale époque m’a laissé des souvenirs qui tourbillonnent dans ma tête comme ceux d’un pesant cauchemar »15. Ils pesaient autant pour l’évêque aveyronnais, de Saunhac-Belcastel, issu d’une famille noble émigrée, et pour ses curés, jeunes, légitimistes, et amers envers une Révolution qui avait provoqué le déclin de leur diocèse16.

  • 17 Robert Saut, « Le conventionnel Cassanyes dans sa commune », Conflent 51 (1969-70), pp. 114-123 : L (...)

15Les souvenirs collectifs – qu’ils soient positifs ou négatifs – de ces années-là restaient puissants, pesant parfois « comme un cauchemar ». Dans la Salanque, l’exception au phénomène général de la radicalisation des basses terres au milieu du siècle, ces souvenirs soutenaient le contrôle socio-économique des grands propriétaires légitimistes comme Joseph de Lazerme. Déjà prédisposée par sa religiosité populaire à se méfier de la Révolution, cette plaine céréalière fut transformée en zone de réquisition pendant la guerre révolutionnaire. A Canet, à la limite sud de la Salanque, le colonel d’un régiment de cavalerie et un conventionnel en mission à l’armée nommé Milhaud, scandalisèrent la commune en 1794. Les deux hommes se moquèrent de la « superstition » en s’asseyant sur l’autel et en buvant au calice le meilleur vin du domaine des Lazerme. Ensuite ils brûlèrent les retables de l’église et obligèrent les habitants à danser autour du feu sur la place publique. Malgré l’énergie déployée par un autre notable local, le conventionnel Joseph Cassanyes, pendant les guerres, le double effet de son impopularité, due à sa gestion de la commune, et des actions de l’armée jacobine renforça la domination des Lazerme. Dans la mesure où il y avait une mobilisation politique après 1848, elle consistait en une antipathie des « petits » contre les « gros » plutôt qu’en un mouvement démocrate-socialiste. Si une partie des journaliers de cette commune appauvrie contestait la puissance de l’absentéiste Lazerme – vers le milieu du siècle il possédait plus de 1000 hectares, environ 37 % de la superficie de la commune – ce défi ne signifiait pas un soutien pour Cassanyes fils, le plus riche des résidents17.

16Mais les souvenirs collectifs des guerres dans un autre village de la vallée de la Têt, à 40 kilomètres à l’ouest de Canet, étaient en contraste net avec ceux de la Salanque. Pour une partie de la population de Rodès, l’aspect le plus important de la guerre était que des victoires avaient été remportées et des terres communales mises en sûreté par les armées et la politique jacobines. Déjà divisés par l’exode en masse des prêtres catalans en 1792, Rodés et les villages avoisinants du Bas-Conflent se trouvèrent au centre même des batailles de 1793-94 entre les armées républicaines et les troupes espagnoles. A la suite d’une bataille importante, Rodès même fut occupé pendant six mois par l’armée espagnole. Après la Révolution, Rodès fut dominé par un notable archétype de la première moitié du dix-neuvième siècle, le plus gros propriétaire de la commune, Joseph Cornet de Candy. Candy était issu de l’union en 1804 entre un bourgeois local âgé de 65 ans et la fille, âgée de 13 ans, d’un émigré noble dont le château au Boulon, à trente kilomètres de Rodès, avait servi de quartier général à l’armée espagnole. Une lutte prolongée pour le contrôle de l’administration locale fut entamée après la Révolution de 1830 entre une minorité de républicains et les partisans de Cornet. La libération de la vie politique en 1848 fut aperçue par ceux-là comme l’occasion de réaffirmer leur identité républicaine à l’image des jacobins de 1792, évidente dans une chanson locale composée pour les élections d’avril 1848 :

  • 18 ADPO U 1530 ; Peter McPhee, « On Rural Politics in Nineteenth-Century France : The Example of Rodès (...)

Nous sommes citoyens
Citoyens de campagne
Soldats républicains
Durs comme une montagne
Soldats de Roussillon...
Unis commes des frères
Prêts à marcher au pas
Vers toutes les frontières18.

  • 19 Peter McPhee, Collioure et la Révolution française, 1789-1815, Perpignan, 1989, Conclusion.

17Pendant la première moitié du siècle, des images positives de la Première République furent retenues par ceux qui, malgré leur désapprobation ou leur ambivalence au sujet des aventures de Bonaparte en Espagne, trouvaient le légitimisme nostalgique intolérable. D’une façon ou d’une autre, le bonapartisme en souffrit. A Collioure et Port-Vendres, libérés d’une occupation espagnole dévastatrice par les armées jacobines en 1794, et où la constitution jacobine de 1793 avait été accueillie avec enthousiasme, les souvenirs des privations de 1808-15 expliquent en partie pourquoi Louis-Napoléon n’obtint que 8 % des voix en décembre 1848 et pourquoi les républicains y furent massivement majoritaires en mai 184919. D’un autre côté, les communautés occitanes du Fenouilledès et des Corbières avaient accepté la Révolution avec plus d’enthousiasme puisque le régime seigneurial y pesait plus lourdement que dans le Roussillon et, de plus, elles ne furent occupées par l’année espagnole en 1793 grâce aux contingents de conscrits et de volontaires venus du Bas-Languedoc. Il est bien possible aussi que l’acceptation de Louis-Napoléon dans le Fenouilledès sous la Seconde République fût facilitée par le fait que la majeure partie de cette région au temps de l’Empire était livrée à une agriculture de subsistance et se trouvait loin de la réquisition et du négoce militaire qui sévissaient contre le sud et l’est du département.

18En effet, tous ces témoignages semblent confirmer ce que Marx constatera en 1852 : « la tradition des générations disparues pèse comme un cauchemar sur le cerveau des vivants ». En d’autres mots, ces derniers avaient été si imprégnés de l’idéologie héritée et des souvenirs personnels de la période révolutionnaire, qu’ils fussent positifs ou négatifs, que les changements graduels et irréguliers survenus dans l’économie et la société depuis 1795 ou 1815 furent simplement absorbés au cœur de leurs attitudes si fortement enracinées.

  • 20 Voir les réflexions perspicaces d’Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, 1990, ch. 1.

19Cependant, les éléments dont nous disposons sur les années de libération politique et de répression entre 1848 et 1851 ne sont nullement aussi nets et suggèrent une autre conclusion, qui permet, de plus, d’intégrer de façon plus dynamique la juxtaposition quelque peu ambiguë, faite par Marx, de changements socio-économiques et de continuité idéologique. Le discours politique dans les Pyrénées-Orientales pendant ces années de tension était plein de références à la Révolution française ; néanmoins, ce sont plutôt des allusions à un processus historique commencé en 1789, et qui n’indique pas nécessairement que les gens avaient gardé les mêmes conceptions du monde pendant soixante années. En fait, les images de la Révolution et de ses guerres étaient en permanente reconstruction puisque les habitants du Roussillon au dix-neuvième siècle – comme tous les autres – y cherchaient la signification d’un présent en transformation20.

  • 21 John M. Merriman, The Margins of City Life : Explorations on the French Urban Frontier, 1815-1851, (...)
  • 22 ADPO 3M1 74.

20Les conséquences même de la Révolution française dans le département facilitèrent la promotion d’une image de la Révolution comme triomphe bourgeois et donc inachevé. Selon les préfets du Premier Empire et de la Restauration, la superficie des bien nationaux vendus aux années 1790 fut proportionnellement plus grande que dans tout autre département, concernant au moins 30 000 acquéreurs et 30 millions de francs21. L’unique étude régionale publiée jusqu’à ce jour concerne le Confient. Ici, le pourcentage total de terre vendue était de 5,75 % (5,1 % du premier état, 0,65 % du deuxième). Cette statistique générale recèle cependant un fait très important : la portion dans le Bas-Conflent était de 30,0 %, tandis que dans le Haut-Conflent, seul 0,51 % de cette terre montagneuse, aride et difficile à labourer changea de main. Ainsi, des plaines fertiles et étroites le long de la Têt, de Rodès à Olette, une très considérable proportion fut vendue. De plus, alors que les paysans plus pauvres étaient plus nombreux parmi les 648 acheteurs que les bourgeois, ces derniers achetèrent 46,9 % des terres labourables et 14,7 % des terres fertiles, tandis que les paysans purent se permettre seulement 4,7 % des terres fertiles et 43,4 % des étendues forestières (le reste de la terre alla à des acheteurs dont la profession nous est inconnue, ce qui souligne la nécessité d’être prudent dans cette analyse). Un processus semblable semble avoir eu lieu dans la région avoisinante du Ribéral. A la base des hostilités à Millas sous la Seconde République était la colère suscitée par le fait que, pendant la Révolution, une minorité d’une trentaine de bourgeois avait réussi à monopoliser l’achat des terres. En juin 1848, l’un d’entre eux, Cazes, fut expulsé de Millas pour avoir refusé de participer à la danse de la farandole, après le travail, sous une écharpe rouge sur la place publique. Le maire-adjoint lança à Cazes qu’« un homme comme lui qui tenait sa fortune de la première République ne devait pas aujourd’hui être l’ennemi de la nouvelle ».22

  • 23 E. et L. Delonca, Un village en Roussillon : Illa, terra de Rosselló, Perpignan, 1947.

21De même, il semble indéniable qu’il y avait une connexion entre la vie politique violente d’Ille-sur-Têt sous la Seconde République et ses expériences durant la Révolution. Les Illois réagirent véhémentement à la Révolution : d’une part, à peu près 5 % de la population émigra avant même la guerre, mais d’autre part, la ville fournit un nombre important de fonctionnaires en 1789-94. Ces divisions politiques étaient attisées par le fait qu’Ille était au centre de la région la plus affectée par la vente des terres et était tombée entre les mains des émigrés et des Espagnols en 1793-9423. Cette période laissa des souvenirs profonds. Quand, en 1848, le procureur de Prades tenta d’expliquer le radicalisme d’Ille, il conclut que :

  • 24 ADPO 3M1 74

La République de 93 a laissé là des souvenirs qui se perpétuent de père en fils, qui ne disparaîtront jamais de l’esprit des habitants et contre lesquels il est inutile à lutter. Les doctrines socialistes ont toujours compté, dans cette commune, grand nombre de partisans et elles y étaient secrètement chéries et professées bien avant qu’elles eussent l’honneur bien inattendu d’être prêchées du haut de la tribune de l’assemblée nationale24.

  • 25 AN C 1548.
  • 26 Philippe Torreilles, « Mémoires d’un curé de campagne au XIXe siècle », Ruscino 26 (1926), p. 144.

22Un des bulletins de vote aux élections de mai 1849 à Trouillas, un petit village au sud-ouest de Perpignan et lieu des batailles décisives des guerres révolutionnaires cinquante-six ans plus tôt, comporte ce même mélange de rhétorique nouvelle et ancienne : « Merde pour tous les carlistes et vive le drapeau Rouge et toujours la République, ... il nous faut trancher la tête des émigrés ».25 A peu près à la même époque, des menaces telles que celles-ci poussèrent le prêtre royaliste du village de Claira, dans la Salanque, à écrire dans son journal : « Si le commerce ne s’ouvre, si l’ouvrier reste sans travail, nous touchons à une révolution sanglante qui dévorera le riche impie ou indifférent d’aujourd’hui comme elle dévora le noble et le clergé de 1793... »26. Ces perceptions d’un processus historique – plutôt qu’une compréhension statique du monde – se rapprochent remarquablement de celles des républicains illois, bien que venant de l’autre bout de l’éventail politique.

  • 27 Bibliothèque nationale Le 701064.

23Ces images d’un processus historique commencé en 1789 et qui aboutirait au triomphe des « rouges » furent très communes : si les républicains étaient certains d’une chose, c’était que l’avenir était à eux et que la dynamique historique les menait vers la conquête du pouvoir. Le Comité central démocratique promettait à ses disciples à la veille des élections du 13 mai 1849 : « l’avenir nous appartient, et il se réalisera à ce cri : Vive la République démocratique et sociale ! »27. Ce ton d’optimisme résonne aussi dans toute la lettre adressée à l’Emancipation de Toulouse en août 1851 par Vaugon, un marchand de chandelles perpignanais :

  • 28 Emancipation 15 août 1851.

24Oui, monsieur, je suis socialiste... Je crois que l’homme est né noble et généreux, que nos religions, nos lois et nos préjugés le rendent seul méchant en le mettant en lutte perpétuelle avec ses besoins les plus légitimes, avec les lois imprescriptibles de la nature qui sont les lois de Dieu, les seules justes et morales28.

  • 29 L’Indépendant 18 mars 1846.

25Il n’est pas étonnant que le mouvement républicain ait interprété le cours général de l’histoire européenne en fonction d’une dichotomie entre le progrès et la décadence, entre la liberté et la répression, entre le républicanisme et la monarchie. Malgré tout, c’est un fait frappant qu’un si grand intérêt fût maintenu dans les événements d’Italie, de Pologne, et d’Angleterre, par exemple. En 1846, avec sa cotisation de 70 francs au fonds créé au profit de la cause polonaise, Etienne Douffiagues envoya d’Arles ses commentaires sur l’effet de la nouvelle des luttes polonaises sur cette petite ville.29

  • 30 Narcisse Vidal, Un monument à Robespierre sur le pic du Canigou (Pyrénées-Orientales), Perpignan, 1 (...)

26Le point culminant de cette tendance des républicains roussillonnais à se comprendre comme partie intégrante d’un processus inéluctable, et à réinterpréter leur passé d’une perspective jacobine, est une brochure rédigée en 1889 par Narcisse Vidal, un ancien instituteur devenu journalier à Bélesta, et qui avait été déporté après le coup d’Etat de décembre 185130. Vidal avait formé le projet de construire une tour de 30 à 40 mètres de haut au sommet du Canigou pour commémorer 1789 sur laquelle seraient inscrits les noms de Robespierre, de Saint-Just, et des Montagnards des Pyrénées-Orientales qui avaient voté pour la mort de Louis XVI en 1793. Selon lui, « Ce monument sera [...] le phare du Midi révolutionnaire ». Les éléments principaux de l’idéologie de Vidal étaient sa foi dans l’inévitabilité historique du triomphe jacobin, son républicanisme et son anti-cléricalisme inflexibles. Il plaçait Robespierre, qui pour lui était infaillible, au centre d’un processus historique qui avait commencé avec Spurius Cassius et les Gracchi (trois martyrs de la cause « du partage des terres du peuple »), passant par Spartacus et Etienne Marcel, et se terminant avec Ledru-Rollin et Gambetta (« ô humanité », se lamentait-il, « que ta marche est lente ! »). Il réserva ses paroles les plus acerbes aux libéraux (« le libéral est un véritable moulin à vent ! ») : les Girondins, les républicains modérés, qui avaient étouffé Ledru-Rollin en 1848, et les opportunistes de la Troisième République. C’est l’amour du luxe et le manque de ferveur Spartiate qu’il trouvait si repoussant chez Danton et Lamartine. Pour Vidal, les années 1792-93 avaient été les plus glorieuses de toute l’histoire humaine, bien que leur importance ne dût être pleinement appréciée qu’après le triomphe final de leurs principes.

27On se tournait ainsi vers la révolution comme vers une source d’inspiration, que ce soit pour des airs – tels que celui de la « Carmagnole » ou le « Ça ira », adaptés, au besoin, à de nouvelles chansons qui visaient les paysans et les viticulteurs – ou encore pour célébrer un individu comme exemple. Aucune personnalité de la Révolution ne fut évoquée et redéfinie plus souvent que Robespierrre. L’histoire fascinante des attitudes envers Robespierre au dix-neuvième siècle semble indiquer non seulement qu’elles variaient énormément d’un bout à l’autre de l’éventail politique, mais celui-ci en vint à personnifier le socialisme du milieu du siècle aussi bien que le démocrate révolutionnaire : on aurait bel et bien oublié son opposition à la redistribution des biens et à l’intervention continue de l’Etat dans l’économie. Cette relation dialectique entre, d’une part, les actions et l’idéologie de Robespierre et, d’autre part, le milieu en transformation dans lequel son âme était invoquée, est présente dans les paroles d’une chanson écrite grossièrement sur une feuille de papier déchiré, trouvée par les gendarmes après le coup d’Etat de décembre 1851 dans la poche d’un tailleur de pierres d’Estagel (Pyrénées-Orientales), âgé de 25 ans :

  • 31 ADPO 3M193 ; Peter McPhee, « The Seed-time of the Republic : Society and Politics in the Pyrénées-O (...)

craignez craignez lès fis de Robes Pière
il sont encore dans tout leurs fureurs
vous écxiter vous pousser leur colère
Maleur vous redouté leurs fureurs
heure le jeurs en sortent d’esclavage
Nous crieront tous vive légalité
de sés tirant nous ferons un carnage
la liberté Regera pour jamais bis31

28La chanson se terminait avec ces mots dans une écriture différente, « vivre en travallan ou mourir an combattant ». C’était l’appropriation tel quel du slogan employé par les travailleurs du textile lyonnais pendant l’insurrection de 1831.

  • 32 Voir, par exemple, Ideology and Popular Protest, New-York, 1980, ch.2.

29Ce slogan nous rappelle aussi, de façon vivante, une des contributions historiques principales de George Rudé : une interaction dynamique entre les perceptions et la réalité est au centre de la conceptualisation de l’idéologie populaire. Rudé estime que les masses rurales, comme tout autre groupe social, apercevaient le monde à travers une série de conceptions « inhérentes » et « dérivées », c’est-à-dire d’attitudes, de valeurs et de préjugés, qu’elles avaient absorbés « avec le lait maternel » en tant que membre de groupes sociaux particuliers (et, nous ajouterions, d’un sexe ou d’une ethnie spécifique), et qui étaient constamment renforcés et modifiés par des idées provenant d’ailleurs, oralement ou par écrit, des idées qui n’étaient pas simplement adoptées et assimilées dans leur forme originale mais qui étaient adaptées à des usages spécifiques.32 De telles notions innées ou acquises n’étaient pas statiques ; puisque les habitants de la France rurale des années 1840 vivaient dans un monde en mutation, il y avait en effet un rapport dialectique entre l’idéologie populaire et une réalité qui change. Le monde en évolution dans lequel les ruraux vivaient n’était pas simplement construit socialement par leurs perceptions, mais, à son tour, il avait l’effet de changer, de modifier, ou de renforcer ces perceptions au fur et à mesure qu’augmentait ou diminuait leur pertinence à la compréhension de leur environnement. De plus, avec le temps, les idées venues d’une génération antérieure, conçues, par exemple, pendant la Révolution, devenaient inévitablement les idées innées des générations suivantes, c’est-à-dire des idées, pour certains positives et pour d’autres négatives, des expériences de 1789-1815 transmises à la nouvelle génération depuis son enfance.

  • 33 Sur ces changements économiques, voir E. Frénay, « Un nouveau départ économique », dans J. Sagnes, (...)
  • 34 Des chiffres précis n’existent qu’à partir de 1860 environ. Nous avons tiré nos estimations de J.-A (...)
  • 35 G. Galtier, Le vignoble du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1960, t. 2, pp. 1 (...)
  • 36 A. Vigo, « Evolution », p. 67 ; A. Siau, « Rapport sur l’industrie maraîchère des Pyrénées-Oriental (...)

30Pendant les décennies comprises entre le retour des Bourbons en 1815 et la chute de la Monarchie de Juillet en 1848, les souvenirs collectifs des guerres révolutionnaires et de la Révolution en général furent – selon les cas – renforcés, modifiés, ou affaiblis par des transformations économiques et politiques. Premièrement, un changement socio-économique considérable – la transition vers la monoculture, surtout la viticulture, déjà bien en cours en 1850, dans de grandes parties des contreforts et de la plaine – est à la base de l’engagement républicain du milieu du siècle, et explique comment cet engagement eut lieu dans certaines régions et non dans d’autres.33 Cette « révolution viticole » fut un processus graduel qui avait commencé pendant le XVIIIe siècle, mais, depuis 1830, la superficie des vignobles avait augmenté de 50 % presque aux deux-tiers de son total actuel. Vers 1850, l’espace planté de vignes (47 930 ha) dépassa celui des céréales (44 500).34 L’introduction de la vigne comme produit destiné à la vente encouragea les habitants des communes montagneuses à émigrer dans la plaine, et créa donc un prolétariat rural nombreux et mobile tout près des influences urbaines35. La politisation des régions vinicoles fut aidée par leur connaissance de la politique nationale, acquise de par leur participation à une économie commerciale nationale, et même internationale. On peut dire en autant d’un autre secteur de l’économie des basses vallées et de la plaine, l’horticulture. La superficie des jardins maraîchers à Perpignan crut de 186 hectares en 1826 jusqu’à 914 hectares en 1855 (grâce surtout à la culture d’artichauts, asperges, haricots, aubergines, pommes de terre, et choux fleurs).36 Par contre, la pêche, les forges catalanes et le textile étaient en pleine crise à cause de la concurrence internationale.

  • 37 Michel Martzluff, « L’incursion du général Mina en Cerdagne pendant l’expédition militaire des 100  (...)

31Deuxièmement, dans ces décennies les blessures laissées par la période de la Révolution et de l’Empire eurent très peu de temps pour guérir. En 1814, le bonapartisme n’était plus une cause populaire dans les Pyrénées-Orientales pour plusieurs raisons ; en conséquence, ce fut le libéralisme qui était le mieux placé pour profiter du désenchantement causé par la Restauration. Ceci se manifesta, par exemple, au moment où Louis XVIII se trouva mêlé à la restauration de Ferdinand VII au trône d’Espagne, après le coup des officiers en 1820. De grandes quantités d’armes et de provisions furent envoyées pour aider les libéraux espagnols, et des groupes de Carbonari furent formées, dont le jeune Etienne Arago fut un des leaders nationaux. Le soutien de la préfecture pour les 18 000 à 20 000 « soldats de la foi », réfugiés carlistes, mena à plusieurs affrontements entre ces soldats et la population civile.37 La vue des troupes françaises paradant encore une fois à travers le pays catalan renforça l’opposition au royalisme, et la vieille tradition de désertion ou de fuite devant la conscription acquit une implication républicaine.

  • 38 Rémi Gossez et jean Viennay, François Arago, Perpignan, 1952, p. 21.
  • 39 Philippe Rosset, « L’agitation anticléricale dans le diocèse de Perpignan au début de la Monarchie (...)
  • 40 P. Rosset, « L’agitation anticléricale » ; AN F19 2560.

32Dans ce processus complexe et dynamique de formation des idéologies, les années autour de 1830 furent essentielles. Le déchaînement des libertés politiques, quelque temporaire fût-il, après la Révolution de 1830, et la répression qui s’ensuivit facilitèrent une certaine mobilisation politique qui, sur une plus petite échelle, préfigurait un processus parallèle d’activisme et de répression sous la Seconde République. Pour la bourgeoisie libérale, la chute de la Restauration représenta le triomphe des idées de 1789 et de la « modernité ». Mais la nouvelle de la Révolution fut aussi le signal de réjouissances effrénées, surtout à Perpignan, où Lazerme, le ministériel à toute épreuve, faillit être tué au cours d’un charivari frénétique.38 Dans plusieurs bourgs jusqu' ici dominés par les légitimistes et où il y avait eu une Terreur Blanche après 1815 – Prats-de-Mollo, Vinça, Arles-sur-Tech et St-Laurent-de-Cerdans – des libéraux célébrèrent bruyamment la chute de Charles X39. A Perpignan en février 1831, quand l’arbre de la liberté eut été planté, la cathédrale et le séminaire furent envahis et endommagés. L’évêque, de Saunhac-Belcastel, qui avait soutenu ouvertement Charles X aux élections de 1830, ne put pas rentrer dans son diocèse pendant trente-deux mois, jusqu’en avril 1833. Philippe Rosset a pu dénombrer 54 conflits, dans 48 communes, entre des curés et la population : la plupart de ces conflits impliquait des curés légitimistes et, ce qui est significatif, ils étaient localisés dans les régions les plus politiquement mouvementées sous la Seconde République : la Salanque, le Ribéral, le Bas-Conflent, et le Vallespir.40

  • 41 ADPO 3M161, 62 ; Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, Toulouse, 1987, t. 2, pp. 237, (...)

33En tout, les années de la Monarchie de Juillet, en particulier 1831 et 1832 virent plus de 60 incidents de nature politique où les autorités durent intervenir.41 On peut noter deux faits au sujet de cette agitation. Premièrement, le mouvement républicain ne semblait avoir aucun accent ouvertement socialiste, étant motivé plutôt par des rivalités politiques inter- et intra- communales et par des conflits datant de la Révolution et l’Empire. L’incidence des protestations contre des curés légitimistes et intransigeants le suggère. Une autre preuve en est que, dans le langage populaire, les républicains des années 1830 étaient connus comme des « patriotes », et non des « rouges ». Deuxièmement, la force numérique du mouvement républicain (que l’on distingue du soutien passif aux réformes) était bien plus faible, et celle des légitimistes bien plus forte, que sous la Seconde République. Il y eut même des manifestations légitimistes à Collioure, qui sera complètement dominé par les républicains après 1848.

  • 42 Laurent Grau, « Le milieu de la notabilité politique dans les Pyrénées-Orientales sous la Monarchie (...)
  • 43 Horace Chauvet, Histoire du parti républicain dans les Pyrénées-Orientales (1830- 1877), d’après de (...)

34On voit dans les rapports de la police et de la gendarmerie la conviction que les républicains progressivement aliénés du temps de la Monarchie de Juillet s’étaient assuré une identité séparée et une force numérique accrue. Cette conviction fut renforcée par la victoire municipale électorale des républicains, surtout dans la plaine. Même si la loi électorale de 1831 ne donne le droit de vote aux élections nationales qu’à 842 hommes en 1836 ou à 1051 dix ans plus tard (ceux qui sont imposés au-dessus de 200 F), au niveau local, la nouvelle loi électorale permet la réapparition d’une vie politique démocratique. Les conseillers municipaux devaient désormais être élus plutôt que nommés, et dans les communautés de moins de 1 000 personnes les 10 % de la population les mieux nantis (approximativement 45 % des adultes mâles) voteraient. Après trente ans la politique réapparut ainsi légalement et officiellement dans chaque village.42 Vers 1837 il n’y a pas moins de 15409 électeurs municipaux ; la même année, 33 % des conseils étaient qualifiés comme appartenant à « l’opposition démocratique » dans les Pyrénées-Orientales. Déjà dans les années 1830, les élections municipales à Perpignan avaient introduit un grand nombre de républicains dans le gouvernement local, et ils furent bientôt en majorité. En juillet 1842, par exemple, le conseil municipal résolut de ne pas envoyer ses condoléances à Louis-Philippe pour la mort de son fils, à cause de la critique sévère du régime qu’il aurait eu à y ajouter.43

  • 44 Etienne Frénay, Arago et Estagel, son village natal, Estagel, 1986, pp. 93-104.
  • 45 M. Agulhon, 1848, p. 5.
  • 46 Philippe Rosset, « Pierre Labrusse, instituteur. Les mémoires d’un maître d’école dans les Pyrénées (...)
  • 47 Une partie de ce discours est reproduit dans Etienne Frénay et Philippe Rosset (éds), La Seconde Ré (...)

35C’est dans ce contexte que réside l’importance politique réelle de François, Etienne et Emmanuel Arago : c’est-à-dire, le rôle qu’ils partagèrent avec d’autres activistes comme les vulgarisateurs de l’éthique républicaine et réformiste des années 1830 et 1840, dans le succès avec lequel ils rendirent les Catalans plus réceptifs aux idées, aux institutions et à la langue françaises.44 Vers 1830, comme l’a écrit Maurice Agulhon, « être républicain, c’était être homme de la guillotine et du maximum, un oppresseur policier des personnes et des biens, un « homme de sang ».45 C’était encore selon les mots du jeune Pierre Labrusse d’Olette, qui avait rencontré un professeur républicain de l’Ecole normale de Perpignan en 1843, « un maniaque, un franc-maçon, disait-on, un jacobin, un tyran ! ».46 François Arago joua certainement un rôle capital dans le grand mouvement de réforme politique de 1839-41 qui, quoique infructueux, marqua un changement significatif de la tactique des républicains après les émeutes avortées des années 1830. Son discours à la Chambre en mai 1840, où il préconisa la réforme électorale et « une nouvelle organisation du travail » fut un des plus considérables de la période entière de la Monarchie de Juillet.47 Brillants, énergiques, et démocrates convaincus, les Arago jouaient donc un rôle fondamental dans cette œuvre de popularisation, d’assainissement de l’image de la République. Mais ils ne faisaient que refléter, et même pas toujours avec précision, le républicanisme croissant de leur pays, dont les origines remontent à la Révolution française. Le rôle des Arago comme reflet prestigieux d’un sentiment démocratique majoritaire mais ambigu fut un des facteurs qui préparait le champ politique de la Seconde République. Graduellement, les notions positives associées au républicanisme – à savoir les élections démocratiques, l’égalitarisme, un régime « du peuple » – arrivaient à rivaliser avec les images de la Terreur, de la guerre et des privations qui avaient dominé les mémoires collectives et les idéologies officielles après 1799.

  • 48 Ici, nous réitérons l’argument final de Paul Bois dans Paysans de l’Ouest, p. 678.
  • 49 Voir, par exemple, Peter M. Jones, Politics and Rural Society in the Southern Massif Central c. 175 (...)

36En fin de compte, la meilleure façon d’expliquer la géographie politique des Pyrénées-Orientales, et de la France, du dix-neuvième siècle est la relation dialectique entre les structures en mutation de chaque communauté ou région, les perceptions non statiques, bien que produites historiquement, que les ruraux avaient de leur univers, et la conjoncture particulière de la Seconde République. La question de savoir si les souvenirs collectifs de la Révolution et de ses guerres ont joué un rôle dans le conditionnement des choix politiques pendant le dix-neuvième siècle est liée aux changements socio-économiques.48 Dans la Salanque, par exemple, ces profonds changements n’avaient pas eu lieu ; et dans la plus grande partie du Massif Central et de l’Ouest, non plus.49

37L’argument central de cette communication est que le comportement politique de la masse du peuple des Pyrénées-Orientales en 1848-51 peut être en partie expliqué par l’effet de 1789-1815 sur les structures socio-économiques et les mémoires collectives, et les expériences des décennies depuis 1815. Cependant, comme nous l’avons noté, la Seconde République entraîna la masse du peuple dans la vie politique active pour la première fois. De plus, bien des préoccupations des députés aux assemblées de la Seconde République – le contrôle des chemins de fer, l’allocation du chômage, les structures fiscales – sont des indications de l’environnement changeant dans lequel les républicains opéraient maintenant. Pour ces raisons, une explication de la prise de position doit dépasser les limites d’un simple examen des expériences antérieures.

  • 50 ADPO 3M172 ; Emancipation 18 avril 1851.
  • 51 ADPO 1U 2192.

38Premièrement, alors que les conséquences sociales et économiques des guerres, de la vente des terres et de l’émigration étaient profondes, on ne peut prétendre qu’il y eût aucune réaction par rapport aux années 1790 qui ressemblât à une prise de conscience politique analogue à celle du milieu du siècle. Ceci s’applique surtout aux communes rurales de moins de 2000 habitants. Deuxièmement, il semblerait que la force numérique du républicanisme ait beaucoup augmenté jusqu’en 1850. Par exemple, Céret, qui était divisé également entre « rouges » et « blancs » sous la Seconde République, avait été considéré comme un bourg-pourri par les légitimistes dans les premières décennies du siècle, et avait été la partie du Vallespir qui avait capitulé le plus vite devant les envahisseurs espagnols et rejeté le plus obstinément l’accord ecclésiastique révolutionnaire. En 1850, en contraste, selon le sous-préfet de Céret, les activistes « rouges » de la région basaient leur propagande sur une notion républicaine de « cette désastreuse époque ».50 Finalement, si les républicains et les légitimistes au milieu du dix-neuvième siècle continuaient à être inspirés – ou hantés – par les souvenirs collectifs et personnels de la Révolution et de l’Empire, il est également évident que les républicains explicitaient une idéologie engendrée par une société en transition. Les Pyrénées-Orientales des « démocsocs » n’étaient plus les Pyrénées-Orientales des Jacobins. A St-Laurent-de-Cerdans, les souvenirs de 1793-94 étaient si profonds – la municipalité avait accueilli l’armée espagnole et les hommes du village avaient combattu à ses côtés pendant un an – que la population était massivement légitimiste ou carliste dans les années 1830.51 Cependant, conséquence des transformations socio-économiques et politiques pendant les années de la Monarchie de Juillet, vers 1850 la commune était numériquement entre les mains des républicains.

*
* *

39Nous avons commencé cette communication en nous référant spécifiquement à l’argument de Marx au sujet des limites imposées par l’héritage idéologique de la Révolution française relatif à la capacité des hommes d’envisager des solutions à de nouveaux problèmes ; selon lui, dans la France rurale du milieu du dix-neuvième siècle, en particulier, un demi-siècle de transformation capitaliste ne pouvait être défini, ni une alternative socialiste envisagée, parce que les producteurs agricoles continuaient à imaginer le présent comme s’il était le passé. Nous avons soutenu que l’attention que Marx accorde au rôle du passé dans les perceptions politiques est un élément central dans l’étude politique de la France rurale du dix-neuvième siècle, et que son omission constitue une lacune importante dans plusieurs monographies sur la période.

  • 52 P. Nora, Lieux de mémoire, t.l, p. xix.

40En même temps, nous sommes en désaccord avec lui au sujet de la fonction précise du passé dans le conditionnement de la formation idéologique. La Révolution française et l’Empire sont omniprésents dans les significations que les Roussillonnais – et tous les autres, sur ce point – donnaient au déroulement dramatique des tensions sous la Seconde République, mais pas de la façon répétitive et aveuglante suggérée par Marx. D’abord, les souvenirs des années 1789-1815 furent utilisés comme modèle positif par les organisations républicaines rurales, qui prirent les noms de Montagnards ou de Jacobins aussi bien que « démocsocs » ou « rouges », et comme exemple négatif par le parti de l’Ordre qui évoquait des images de cannibalisme, de destruction des églises, et de loi agraire. Deuxièmement, la gauche et la droite avaient une image historique d’elles-mêmes qui faisait partie d’un processus qui avait peut-être commencé en 1789 mais qui demeurait inachevé en 1848 et qui, de plus, avait pris un nouveau tournant. Troisièmement, les républicains avaient commencé à redéfinir la Révolution française la considérant comme le passé, repeignant Maximilien Robespierre, notamment, comme un socialiste insurgé. Pour reprendre l’argument de Pierre Nora – que « la mémoire est un phénomène toujours actuel, un lien vécu au présent éternel ; l’histoire, une représentation du passé » – les représentations historiques commençaient à contester le pouvoir de la mémoire.52

41Un point pour conclure, que nous ne pouvons pas élaborer ici, est que Marx, comme la plupart des historiens, n’insista point sur le rapport dynamique entre les attitudes politiques populaires et les formes culturelles et les langages régionaux à travers lesquels elles étaient exprimées. Prenons un exemple d’un des bastions du mouvement « démocrate-socialiste » catalan de ces années-là, la petite ville de Collioure. Parmi ses quinze sociétés ou « cercles » républicains clandestins en 1815, un fut nommé « Robespierre ». Comme celle de leurs compatriotes, l’idéologie des républicains colliourencs fut caractérisée par une conviction que le mouvement « démoc-soc » faisait partie d’un processus international. Au milieu de 1850, selon le commissaire spécial de police, les marins de Collioure chantaient une longue chanson – le « Chant des soldats » du Lyonnais Pierre Dupont – consacré entièrement aux notions d’une croisade armée pour la liberté, de la fraternité universelle, d’une guerre contre la contre-révolution européenne. Elle se terminait ainsi :

  • 53 ADPO M 1832. Maurice Agulhon reproduit le texte intégral de la chanson dans Les Quarante-Huitards, (...)

Que la République française
entraîne encore ses bataillons
au refrain de la Marseillaise
à travers des rouges sillons,
que la Victoire, de son aîle,
touche nos fronts et cette fois la République universelle
aura balayé tous les rois.
Aux armes ! courons aux frontières,
qu’on mette au but de nos fusils
les oppresseurs de tous pays
la poitrine des Radeski
(ou : les Changarnier, les Radeski)
les peuples sont pour nous des frères
et les tyrans des ennemis.53

42Mais cette idéologie n’était qu’une partie d’une culture distinctive. Le 5 mars, un commissaire de police rapporta de Collioure que :

  • 54 P. McPhee, « Seed-time of the Republic », p. 205 ; voir aussi notre Politics of Rural Life, ch. 6-7

une jeune personne de la localité représentant la Déesse de la liberté a été portée en triomphe dans toute la ville. Elle était ainsi costumée : robe rouge, manches courtes laissant les bras à découvert et entièrement nus, sans coiffure, ayant les cheveux flottants. Sa main droite était armée d’un poignard, et elle tenait de la gauche un drapeau tricolore.54

43Sur un plan, cette procession était une manifestation du radicalisme de Collioure, attestée par le déguisement de deux femmes en Marianne, le symbole de la République française. Vue de plus près, cependant, une telle parade ne représentait pas une reconstitution des grands festivals de la Révolution mais une intégration de symboles républicains dans les rituels religieux et folkloriques, qui, à leur tour, furent utilisés à des fins politiques, car le jour où Marianne (la Vierge Marie du républicanisme) paradait était le Mardi Gras, l’avant-dernier jour du carnaval. La procession du Mardi Gras à Collioure signifiait le bouleversement de son univers, le moment où le monde était renversé et Marianne symbole de la république sociale triomphait suprêmement dans la vie publique. Et, là, Marianne parlait catalan.

Notes

1 Depuis les années 1960, une historiographie impressionnante a analysé ce phénomène. Voir, en particulier, Maurice Agulhon, La République au village. (Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République), Paris, 1970 ; Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, 1975 ; Pierre Lévêque, Une société en crise : la Bourgogne au milieu du XIXe siècle, Paris, 1983 ; Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans au milieu du XIXe siècle : les hommes et leurs mentalités, Paris, 1964 ; Ted W. Margadant, French Peasants in Revolt. The Insurrection of 1851, Princeton, New Jersey, 1979 ; John M. Merriman, The Agony of the Républic : The Repression of the Left in Revolutionary France, 1848- 1 (suite). 1851, New Haven, Connecticut, 1978 ; Philippe Vigier, La Seconde République dans la région alpine, 2 vols., Paris, 1963. Parmi les études générales sur la Seconde République, voir M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République, 1848-1852, Paris, 1973 ; Peter Mc Phee, The Politics of Rural Life : Political Mobilization in the French Countryside, 1846-1852, Oxford, 1992.

2 Les résultats des scrutins de cette période se trouvent aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales [ci-après ADPO] 2M1 60, 65, 66, 67. Cette série (M – Administration générale et économie) est toujours en cours de reclassification. Parmi les études récentes de cette période, l’excellente thèse de Gérard Bonet a analysé le journal l’indépendant dans Un journal dans l’histoire : l’histoire d’un journal, 1846-1848, Perpignan, 1987. L’histoire de la Seconde République est esquissée par E. Frénay dans J. Sagnes (éd.), Le pays catalan, Pau, 1983, t. 2, pp. 691-708 : et Peter McPhee, « Les semailles de la République : société et politique dans les Pyrénées-Orientales sous la Seconde République », Bulletin du Centre d’histoire contemporaine du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (1991), pp. 3-17.

3 Georges Duveau, 1848, Paris, 1965, p. 120. Sur la mémoire collective, voir Pierre Nora (éd.) Les lieux de mémoire, 2 tomes en quatre vols., Paris, 1984-1986 ; Jean-Clément Martin, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, 1989 ; Raymond Huard, « Souvenir et tradition révolutionnaire : le Gard (1848-1851) », Annales historiques de la Révolution française 258 (1984), pp. 565-587.

4 Par exemple, voir Georges Dupeux, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848-1914, Paris, 1962 ; T. Margadant, French Peasants in Revoit, op. cit.

5 Paul Bois, Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Le Mans, 1960, pp. 30-31.

6 Eugène Ténot, La province en décembre 1851 : étude historique sur le coup d’Etat, Paris, 1865.

7 Michel Brunet, Le Roussillon : une société contre l’Etat 1780-1820, Toulouse, 1986 ; Michel Cadé, Guerre et Révolution en Roussillon, 1793-1795, Perpignan, 1990.

8 Luce Abatut, « Un club révolutionnaire à Perpignan : « Les Amis de la Constitution », Conflent 25,29-36 (1965-1966) ; Hélène de la Fabrègue, Les comités révolutionnaires dans les Pyrénées-Orientales (1793-1795), Diplôme d’études supérieures, Nanterre, 1971.

9 M. Brunet, op. cit., p. 261.

10 Ibid., pp. 544-545. La thèse de l’archaïsme de la campagne, que nous trouvons peu convaincante, est aussi le thème d’Eugen Weber, La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, 1870-1914, surtout ch. 15.

11 Journal des Pyrénées-Orientales 27 mai 1846.

12 Félicien Maudet, La Révolution de 1848 dans le département des Pyrénées – Orientales, Perpignan, 1929, pp. 102-103 ; Henri Aragon, La vie civile et militaire de Perpignan sous le général Castellane (1830-1852), Perpignan, 1926, pp. 269-70, 277.

13 E. Vergès de Ricaudy, Notice historique sur la Caisse d’épargne de Perpignan, Perpignan, 1908, p. 110.

14 Etoile du Roussillon 20 février 1850.

15 Philippe Torreilles, « Le Roussillon de 1789 à 1830 d’après les mémoires et la coiTespondance de M. Jaubert de Passa », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales [ci-après BSASL] 38 (1897), pp. 201-274. Voir aussi Carlos de Lazerme, Carlistes et légitimistes (souvenirs), Perpignan, 1937, pp. 64-65.

16 Archives nationales [ci-après AN] F19 2560 [ADPO 2J 65].

17 Robert Saut, « Le conventionnel Cassanyes dans sa commune », Conflent 51 (1969-70), pp. 114-123 : Les Quatre Saisons du conventionnel Cassanyes, Perpignan, 1983 ; Joseph Cassanyes : un catalan dans la Révolution française, Perpignan, 1989 ; Peter McPhee, « Social Change and Political Conflict in Mediterranean France : Canet in the Nineteenth Century », French Historical Studies 12 (1981), pp. 68-97.

18 ADPO U 1530 ; Peter McPhee, « On Rural Politics in Nineteenth-Century France : The Example of Rodès, 1789-1851 », Comparative Studies in Society and History 23 (1981), pp. 247-277.

19 Peter McPhee, Collioure et la Révolution française, 1789-1815, Perpignan, 1989, Conclusion.

20 Voir les réflexions perspicaces d’Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, 1990, ch. 1.

21 John M. Merriman, The Margins of City Life : Explorations on the French Urban Frontier, 1815-1851, New-York, 1991, pp. 135-136, 267.

22 ADPO 3M1 74.

23 E. et L. Delonca, Un village en Roussillon : Illa, terra de Rosselló, Perpignan, 1947.

24 ADPO 3M1 74

25 AN C 1548.

26 Philippe Torreilles, « Mémoires d’un curé de campagne au XIXe siècle », Ruscino 26 (1926), p. 144.

27 Bibliothèque nationale Le 701064.

28 Emancipation 15 août 1851.

29 L’Indépendant 18 mars 1846.

30 Narcisse Vidal, Un monument à Robespierre sur le pic du Canigou (Pyrénées-Orientales), Perpignan, 1889.

31 ADPO 3M193 ; Peter McPhee, « The Seed-time of the Republic : Society and Politics in the Pyrénées-Orientales, 1846-1852 », Thèse de doctorat, Université de Melbourne, pp. 294, 297-98. De la même manière, en avril 1850, la répression poussa un « rouge » de Rivesaltes à écrire directement à Baroche, ministre de l’intérieur : « Oui il y a des hommes qui sèment des haines. Oui il y a des hommes qui dénaturent tous les faits, tous les actes... C’est vous. Ce sont vos collègues... Chose étrange, le peuple français est honnête homme, et le gouvernement un bandit... J’ai voté pour le Dru Rolin (sic), je vauterais (sic) qu’un Barbès et mieux qu’un Robespierre ». [ADPO 3M174]

32 Voir, par exemple, Ideology and Popular Protest, New-York, 1980, ch.2.

33 Sur ces changements économiques, voir E. Frénay, « Un nouveau départ économique », dans J. Sagnes, Le pays catalan, t. 2, ch. 15 ; G. Gavignaud, « Spécialisations maraîchères et fruitières en Roussillon et conjoncture viticole (XIXe-XXe siècles), Economie et société en Languedoc-Roussillon de 1789 à nos jours, Montpellier, 1978, pp. 88-92.

34 Des chiffres précis n’existent qu’à partir de 1860 environ. Nous avons tiré nos estimations de J.-A. Brutails, Notes sur l’économie rurale du Roussillon à la fin de 34 (suite). l’Ancien Régime, Perpignan, 1889 ; P. Degrully, Essai historique et économique sur la production et le marché des vins en France, thèse de doctorat, Université de Montpellier, 1910 ; L. Rives, L’économie agricole des Pyrénées-Orientales, Toulouse, 1942 ; A. Vigo, L’évolution économique récente des Pyrénées-Orientales, thèse de doctorat, Université de Montpellier, 1936 ; G. Wérey, « L’Evolution de la répartition du territoire des Pyrénées-Orientales », Revue du Ministère de l’Agriculture 142 (1958), pp. 203-249. Gavignaud, « Spécialisations en Roussillon », p. 89, estime la superficie viticole à 38 349 hectares en 1820.

35 G. Galtier, Le vignoble du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1960, t. 2, pp. 122-132.

36 A. Vigo, « Evolution », p. 67 ; A. Siau, « Rapport sur l’industrie maraîchère des Pyrénées-Orientales », BSASL 10 (1856), pp. 198-222

37 Michel Martzluff, « L’incursion du général Mina en Cerdagne pendant l’expédition militaire des 100 000 fils de Saint-Louis », BSASL 93 (1985), pp. 114-116.

38 Rémi Gossez et jean Viennay, François Arago, Perpignan, 1952, p. 21.

39 Philippe Rosset, « L’agitation anticléricale dans le diocèse de Perpignan au début de la Monarchie de Juillet », Revue historique 268 (1982), p. 185 ; ADPO M 1722.

40 P. Rosset, « L’agitation anticléricale » ; AN F19 2560.

41 ADPO 3M161, 62 ; Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, Toulouse, 1987, t. 2, pp. 237, 581 ; J. Merriman, Margins of City Life, pp. 137-143.

42 Laurent Grau, « Le milieu de la notabilité politique dans les Pyrénées-Orientales sous la Monarchie de juillet », BSASL 93 (1985), pp. 123-125.

43 Horace Chauvet, Histoire du parti républicain dans les Pyrénées-Orientales (1830- 1877), d’après des documents et des souvenirs inédits, Perpignan, 1909, pp. 22-32.

44 Etienne Frénay, Arago et Estagel, son village natal, Estagel, 1986, pp. 93-104.

45 M. Agulhon, 1848, p. 5.

46 Philippe Rosset, « Pierre Labrusse, instituteur. Les mémoires d’un maître d’école dans les Pyrénées-Orientales au milieu du XIXe siècle », Annales du Midi 91 (1979), p. 517.

47 Une partie de ce discours est reproduit dans Etienne Frénay et Philippe Rosset (éds), La Seconde République dans les Pyrénées-Orientales (1848-1851), Perpignan, 1981, pp. 130-136. Voir aussi Raymond Huard, « Un homme de science devant la Révolution française », François Arago. Actes du colloque national, Perpignan, 1987, pp. 175-191.

48 Ici, nous réitérons l’argument final de Paul Bois dans Paysans de l’Ouest, p. 678.

49 Voir, par exemple, Peter M. Jones, Politics and Rural Society in the Southern Massif Central c. 1750-1880, Cambridge, 1985.

50 ADPO 3M172 ; Emancipation 18 avril 1851.

51 ADPO 1U 2192.

52 P. Nora, Lieux de mémoire, t.l, p. xix.

53 ADPO M 1832. Maurice Agulhon reproduit le texte intégral de la chanson dans Les Quarante-Huitards, Paris, 1975, pp. 105-108.

54 P. McPhee, « Seed-time of the Republic », p. 205 ; voir aussi notre Politics of Rural Life, ch. 6-7.

Auteur

Université de Melbourne

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search