Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Deuxième partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : économie, mentalités, diplomatie

La dernière phase de la Guerra Gran : entre la « guerre à mort » et les tentatives de paix

Lluis Roura

Texte intégral

1En août 1794, le conflit qui apparaît en Catalogne, entre la monarchie espagnole et la France républicaine, connaît sa phase la plus violente avec la déclaration formelle de « guerre à mort ».

2Cependant, et pratiquement en même temps, ont lieu les premières tentatives en vue d’une solution négociée de la guerre.

3Il faut donc se demander quel est le sens de cette apparente contradiction dans le déroulement de la seconde moitié de ce conflit. S’agit-il d’une nette disparité de critères entre les décisions militaires et les décisions d’ordre politico-diplomatique ? Met-elle plutôt en évidence un dysfonctionnement entre les autorités qui se trouvaient dans les Pyrénées-Orientales et les décisions du CSP ou de la Convention ? Les motifs et les critères ont peut-être sensiblement varié au fur et à mesure que se déroulait le conflit, ce qui a pu donner lieu, à un moment donné, à l’imbrication de mesures contradictoires.

4Cependant, il faut aussi considérer que les deux initiatives peuvent ne pas être nécessairement contradictoires et ne pas s’exclure l’une l’autre. On peut penser qu'elles furent plutôt l’expression, dans deux directions différentes, d’une même perception et d’une même volonté par rapport à la guerre : celle d’en accélérer la fin en particulier parce qu’elle excédait toutes les estimations dont elle avait fait l’objet, aussi bien d’un côté que de l’autre.

I. Les raisons de la guerre à mort

5La deuxième campagne de la guerre, qui avait commencé en 1794, prit un nouveau tournant. De nombreux facteurs entraînèrent un renversement de situation pour les troupes espagnoles déployées dans le Roussillon en 1793. A la supériorité des effectifs et à la plus grande stabilité du commandement de l’armée française venait s’ajouter une intense campagne de propagande ; à l’inverse, du côté espagnol, l’indécision politique et les problèmes économiques étaient prédominants, outre la perte progressive d’enthousiasme face à un conflit qui se prolongeait.

  • 1 Archives de la guerre (Vincennes) [AG] : B4 103 [14 messidor, an II].
  • 2 Archive Histórico National (Madrid) [AHN] : « Estado », doss. 3941 (1).

6Il est donc possible que des tendances favorables à une négociation aient commencé très tôt à se manifester. Le 2 juillet 1794, un déserteur de l’armée espagnole déclarait aux autorités françaises que les officiers espagnols continuaient à résister uniquement parce qu’ils croyaient en une paix imminente et en la viabilité d’une alliance avec la France contre l’Angleterre ; et il insistait sur le fait que le moral de l’armée était au plus bas1. Dans une lettre « ultra confidentielle » adressée par la cour à La Unión, le 11 septembre, il est mentionné que déjà le 24 juillet, l’opportunité d’engager des négociations de paix avait été évoquée officiellement2. Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que des actions inconsidérées, par les armes ou par la ruse, aient été menées parallèlement. Elles allaient fournir, pour leur part, un prétexte à la radicalisation de la guerre.

  • 3 A.G. : B4. 16 (copie des communiqués du 25 juillet – 7 thermidor, an II)

7A ce propos, un épisode survenu le 25 janvier fut particulièrement important. Alors que les Français menaient leur intense campagne de propagande – par des proclamations – dans la petite localité des Escaules, dans l’Ampurdàn (près de Llers et de Pont-de-Molins), quelques habitants avaient établi un contact avec les Français qui étaient sous les ordres du général de brigade Mirabel. Bien que celui-ci ait manifesté quelque méfiance à cet égard, son supérieur, Augereau, approuva sans réserve l’initiative et sollicita immédiatement l’accord des représentants du peuple. Augereau pensait que cela pourrait précipiter une insurrection en Catalogne qui accentuerait la tension entre la population catalane et l’armée espagnole3.

  • 4 AHN : « Estado », doss. 3941 (2), (lettre en provenance de Figueras, du 25 juillet 1794).

8La Unión, dans sa correspondance avec la cour, nous fournit un résumé intéressant des faits et de leur dénouement : « le commandant des postes de garde du territoire de la commune de les Escaules... ce matin à 5 h. (autour du 25 juillet) observa que six Français s’étaient approchés du village et appelaient des habitants en les assurant qu’ils n’avaient rien à craindre. Ceux-ci leur répondirent que s’ils laissaient leurs armes ils s’approcheraient. Les Français exigèrent qu’ils fassent de même : les deux parties acceptèrent et se rencontrèrent en dehors du village. Le commandant, déguisé en paysan, s’approcha du groupe assez près pour entendre que les Français leur demandaient quelle était la réponse aux papiers qu’ils leur avaient fait parvenir... et s’ils étaient de les Escaules. Ils répondirent qu’ils les avaient remis à leur général et qu’ils appartenaient à la Milice de Barcelone car ils avaient peur (la Unión ne spécifie pas s’ils avaient peur des Français ou des Espagnols) de dire qu’ils étaient du village. Alors les ennemis leur fixèrent rendez-vous pour le lendemain et ajoutèrent qu’ils emmèneraient deux habitants de San Lorenzo pour qu’ils leur montrent comment ils étaient traités ». Le commandant en informa la Unión qui, aussitôt, ordonna que le lendemain ces mêmes habitants, auxquels se joindraient des soldats déguisés en paysans, attirent les Français pour « s’en saisir et leur donner une bonne leçon ». Dans le post-scriptum de la lettre il ajouta : « toutes les sentinelles ayant été postées aux endroits appropriés, l’opération se déroula comme prévu ; parmi les ennemis il y eut neuf morts, dont un officier et un civil, et deux prisonniers ; de notre côté il y eut deux morts, du 2e bataillon de Barcelone »4.

  • 5 Cf. Archives Nationales (Paris) [AN] : Ad VI, 79.

9La virulence de la réaction d’Augereau et des militaires de l’armée des Pyrénées-Orientales, réclamant immédiatement « la guerre à mort » contre les Espagnols et renonçant à faire une différence quelconque entre Catalans et Espagnols après ce qu’ils qualifièrent de perfidie et de trahison de la part des Catalans, ne semble pas être directement la conséquence logique de ces événements, mais plutôt du climat dans lequel s’étaient déroulées les tentatives des Français pour attirer la population catalane et en particulier de la précipitation d’Augereau pour que se réalise la rencontre, sans même avoir obtenu de réponse à l’accord sollicité auprès des représentants du peuple5.

  • 6 AP, vol XCIV, p. 492.
  • 7 AN, AD VI, 79.
  • 8 On peut trouver le texte imprimé de la capitulation de Collioure dans un communiqué des représentan (...)
  • 9 Dugommier donna l’ordre d’imprimer les lettres de La Unión, accompagnées de ses observations et de (...)
  • 10 AHN : « Estado », doss. 3941 (1).
  • 11 Cf. AG : : B4. 13 (30 pluviôse an II)

10Les jours suivants, au cours de la séance du 11 août, la Convention décréta « qu’il ne sera plus fait de prisonniers espagnols »6. C’était une décision qui intervenait peu après « Thermidor » ; cependant il ne semble pas qu’elle ait directement découlé ni de l’application de la politique générale française, ni de tels événements, si ponctuels. Je la crois plutôt liée à ce qui fut considéré comme le non-respect délibéré, de la part des Espagnols, des termes de la capitulation de Collioure (le 26 mai) ; et en particulier aux contacts infructueux que Dugommier et la Unión avaient établis pour régler ce contentieux (en réalité cette décision ne fut prise, en ce qui concerne les autres fronts, que le 10 nivôse an III – 30 décembre 1794)7. D’après les propositions de Dugommier relatives à la capitulation du port de Collioure, et acceptées par le général Navarro, les Espagnols devaient remettre à la République la presque totalité des prisonniers français8. Cependant la Unión alléga que, lui, n’avait pas autorisé cette capitulation. Mais le dialogue de sourds qui se poursuivit par écrit entre la Unión et Dugommier, au cours du mois de juillet9, ne paraît pas correspondre tout à fait, de la part du général espagnol, aux intentions qu’avait le gouvernement à ce moment-là. Celui-ci, dans une lettre « ultra confidentielle » du 4 août, et dans l’éventualité d’une entrevue personnelle entre le général Dugommier et la Unión, lui signalait expressément, en le mandatant pour la mener à bien, que même si c’étaient les problèmes posés par la reddition de Collioure qui motivaient l’entrevue, il ne devait pas oublier que le but essentiel était la négociation de la paix10 11. Dans cette lettre le gouvernement espagnol précisait à La Unión que cette entrevue devait avoir lieu même en présence du représentant du peuple (circonstance qui pouvait s’interpréter comme une certaine reconnaissance du pouvoir républicain en France). Cependant cela n’allait être possible que si la France désirait aussi arriver à un accord.

II. Continuité et ruptures dans les contacts et les négociations

11Un processus de négociation supposait habituellement un nouveau front, le front diplomatique, entre des pays qui s’opposaient militairement ; cependant il ne pouvait avoir une existence effective que dans la mesure où il surmontait ses propres difficultés. Il convient donc de rétablir les diverses phases du déroulement des tentatives pour maintenir la négociation en vue d’un traité de paix entre la France et l’Espagne. Nous verrons ainsi que, aussi bien la violence que la négociation, peuvent être considérés comme les deux faces d’une même réalité.

12Etant donné l’échec de la tentative du gouvernement espagnol, dans un intérêt unilatéral, pour engager une négociation directe au niveau des responsables militaires entre juillet et août 1794, il fallait avoir recours à des tentatives indirectes au moyen d’intermédiaires. Ainsi, entre septembre et novembre 1794, on eut l’idée de faire intervenir, en vue d’une négociation de paix, les responsables respectifs de l’aide et des indemnités octroyées aux prisonniers de guerre des deux armées.

  • 12 Archives du Ministère des Affaires Etrangères (Paris), [AAE] : « Mém. et doc. » ; France, vol. 653  (...)
  • 13 « C’était un temps où la peine de mort était prononcée contre quiconque en France osait parler de p (...)
  • 14 AAE ; « Mém. et doc. » France, vol. 653, p. 3610, p. 84.

13Ce changement intervenait au moment où la France n’exclurait pas l’idée d’une négociation, même si elle l’envisageait plutôt pour assurer la situation favorable dans laquelle elle se trouvait, en obligeant l’Espagne à solliciter la paix en des termes plus conformes à une capitulation et à une défaite, qu’à une négociation ; mais aussi à un moment où l’armée des Pyrénées – Orientales commençait à connaître des problèmes qui l’affaiblissaient, – les épidémies, les désertions, le ravitaillement – et qui, d’après l’historique envoyé par le CSP à Barthélémy le 12 mai 1795, rendaient la paix nécessaire12. Le 11 septembre 1794 Simonin, le pagador des prisonniers français en Espagne, reçut la visite de la Unión en vue d’établir la paix, après avoir obtenu une autorisation très nuancée – et officieuse – dans ce sens du CSP13. Aux premiers jours d’octobre, la position française, indiquée par le CSP, était d’être à l’écoute des propositions espagnoles et en même temps de « faire les dispositions offensives avec plus de vigueur que jamais »14. Ces contacts se concrétisèrent en novembre, lorsque Simonin communiqua les propositions espagnoles qui, d’après l’historique cité plus haut, contenaient les points suivants :

  1. l’Espagne reconnaîtrait la République française ;

  2. la France remettrait à l’Espagne les enfants de Louis XVI ;

    • 15 AG : B4.19.

    la France donnerait au fils de Louis XVI, les provinces limitrophes de l’Espagne, qu’il gouvernerait en tant que roi. Comme il fallait s’y attendre, de telles propositions provoquèrent une réaction indignée de la France, ainsi que la rupture immédiate des contacts pour établir la paix et Simonin reçut l’ordre formel de ne plus effectuer de telles missions ; le 24 novembre le CSP donnait l’ordre suivant : « C’est à notre artillerie à répondre par un feu bien soutenu ; disposez tout et frappez » ; et il ajoutait : « Prenez des mesures pour faire revenir sur le champ Simonin d’Espagne ; il compromet la dignité du peuple français »15.

  • 16 AAE : « Mém. et doc. » France, loc. ut. p. 84 vol.
  • 17 Ibidem
  • 18 AAE : « Mém. et doc. » France 653, p. 3610, f. 85.

14Il fallut attendre jusqu’en 1795 pour voir se représenter, des deux côtés, l’occasion de mener des négociations de paix. Pendant ce temps, la France avait obtenu de nouvelles victoires significatives, dont l’occupation de l’Ampurdán ; alors que l’armée espagnole était dans la pire des situations, après l’échec des plans de La Unión et sa mort au combat et après une retraite précipitée qui s’était soldée par l’abandon à l’ennemi du fort de Figueras. Ce fut le nouveau capitaine général de Catalogne, Urrutia, qui tenta le 13 janvier de renouer les contacts16. Mais à bien considérer cette date – qui coïncide avec la mise en place, à l’initiative d’Urrutia, d’une levée en masse de la population civile catalane par la création des Tercios de Miqueletes – j’ai plutôt tendance à penser que ce fut un moyen de retarder l’offensive et de gagner du temps pour organiser ces Tercios, dont la formation avait, en outre, l’aval d’une Junta où étaient représentées les municipalités catalanes. La réponse immédiate et négative du général Pérignon (qui depuis la mort de Dugommier, en novembre, était général en chef de l’armée française) fut désapprouvée par le CSP qui, dans une lettre du 3 février, recommanda aux représentants des Pyrénées-Orientales de préserver toutes les chances d’une possibilité de négociation de paix avec l’Espagne. Apparemment, cette attitude fut motivée par la situation dans laquelle se trouvait l’armée, affaiblie par les maladies et le manque de moyens17. Les représentants du peuple profitèrent de la médiation de l’ambassadeur des Etats-Unis en Espagne pour que Urrutia puisse avoir connaissance d’une nouvelle lettre de Pérignon dans laquelle il laissait entendre que la République française était dans des dispositions favorables à une négociation de paix18.

15En réalité les premiers pas venaient d’être faits qui allaient aboutir au traité de Bâle. En effet, le 6 février, le CSP prenait une série de mesures sans équivoque quant à sa volonté de mener à bien une négociation : il libéra le fils de Crillón qui appartenait à l’armée d’Urrutia pour qu’il joue un rôle de médiateur auprès du gouvernement espagnol, comme il l’avait laissé entendre ; en même temps il s’adressa aux ambassadeurs Barthélémy et Lallement (à Bâle et à Venise) qui avaient qualité pour intervenir comme négociateurs et il recommanda au premier, parallèlement aux négociations qu’il menait à bien avec la Prusse, de tenter de les engager avec l’Espagne ; et il chargea Bourgoing (ancien ambassadeur à Madrid) d’écrire à Iriarte (ancien « chargé d’affaires » du gouvernement espagnol à Paris, entre 1791 et 1792) et à Ocáriz (successeur « officieux » d’Iriarte jusqu’en 1793 et ancien consul général). Le 17 mars, le CSP donna mission à Bourgoing de rencontrer Goupilleau afin de négocier, sous les ordres de ce dernier, avec le représentant que choisirait l’Espagne. En même temps il donnait à Goupilleau les premières instructions précises pour la négociation. Celles-ci comportaient, outre que l’Espagne devait reconnaître la République et se retirer de la coalition, la conclusion d’une alliance contre l’Angleterre, la restitution à l’Espagne des conquêtes de la guerre, à l’exception du port de Pasajes, de San Sebastián et de Fuenterrabia : la révision des traités de commerce. De plus, l’Espagne devait fournir un nombre déterminé de têtes de bétail et renoncer aux anciens litiges frontaliers ; restituer à la France les biens confisqués aux Français : céder à la France la partie espagnole de Saint-Domingue ; et la France promettait son aide pour mener à bien la conquête du Portugal.

16L’Espagne n’ayant pas donné suite, on pouvait en déduire qu’elle connaissait et répétait les instructions données aux négociateurs français ce que le gouvernement espagnol pouvait difficilement accepter ; mais aussi, ce silence mettait certainement en évidence qu’elle était beaucoup moins disposée à négocier car elle semblait tirer profit, sur le front, de la trêve latente que cela supposait. De sorte que la France prit de nouvelles mesures pour renforcer l’action militaire et, en même temps, donna de nouvelles instructions pour négocier un traité ; surtout après la signature du traité de paix, le 5 avril, entre la République et la Prusse.

  • 19 AG : B4 (30 ventôse, an III, n° 1). Sur la politique du CSP à ce moment-là en ce qui concerne Catal (...)

17A ce moment-là, la fin du conflit paraissait plus urgente pour la France que pour l’Espagne. Le CSP lui-même écrivit à Goupilleau, le 20 mars, qu’il avait renoncé à prolonger l’occupation de la Catalogne ou à assiéger Barcelone... La raison invoquée était le manque d’hommes et de moyens ; il fallait donc y suppléer par des mesures propres à une guerre défensive, en s’appuyant sur les positions déjà acquises et signer la paix19.

18Les nouvelles instructions françaises données à Goupilleau le 17 avril laissaient pour plus tard la conclusion d’une alliance défensive-offensive ; elles renvoyaient au traité avec la Prusse en ce qui concernait les prisonniers ; demandaient à l’Espagne le remplacement des treize bateaux détruits à Toulon ; insistaient sur la non restitution de Guipúzcoa, à laquelle s’ajoutait maintenant celle du Val d’Aran ; et au lieu de la partie espagnole de Saint Domingue, demandaient la restitution de la Louisiane. Tout en indiquant qu’aucun de ces points n’était une condition sine qua non. Après que Ocáriz eut donné une preuve de la bonne volonté de l’Espagne bien que la France ait repoussé son offre de cessez le feu considérant que c’était un prétexte pour gagner du temps, l’attitude de la France s’assouplit encore, même si elle insistait sur l’importance de la restitution de la Louisiane. Cependant la demande de l’Espagne concernant les enfants de Louis XVI, posée comme condition préalable, mit fin encore une fois à ces nouvelles tractations.

19Mais, aussi bien du côté espagnol que français, on avait intérêt à voir le conflit se terminer et donc à ne pas bloquer les négociations.

20C’est alors que commença une dernière étape qui mit en évidence une constante de l’évolution de la guerre : le dysfonctionnement entre les positions radicales des autorités et des intermédiaires agissant directement sur le conflit, et celles des responsables de la politique générale des deux pays. Ainsi, tandis que se fermait une des voies de la négociation, et que dans les Pyrénées on était partisan d’accentuer la pression militaire, une autre voie commençait à donner des résultats : celle qu’avait sauvegardée parallèlement le représentant de la République à Bâle, Barthélémy. Le 10 mai celui-ci informait le CSP que Iriarte venait d’arriver. Tous deux allaient bientôt devenir des négociateurs plénipotentiaires.

  • 20 Memorias del Principe de la Paz. Première partie (cf. édition dans Biblioteca de Autores Españoles, (...)

21Avec les instructions remises à Barthélémy, le 11 mai, commence réellement la dernière phase, définitive, des négociations de paix entre l’Espagne et la France. La souplesse apparente de la position française, définie avec une grande habileté diplomatique, associée à la nouvelle impulsion donnée à la pression militaire par les Espagnols (il faut rappeler les combats significatifs de Fluviá, à la mi-juin, qui mettaient en évidence la fragilité des troupes françaises ; et la reprise de Victoria et Bilbao, à la mi-juillet, sur le front occidental, au moment où les Espagnols reprenaient l’initiative en Cerdagne) firent croire facilement à la diplomatie espagnole que la position de la France était le fruit de concessions obtenues laborieusement et le résultat de la pression militaire, qui lui donnait l’avantage. Sans réfuter complètement cette appréciation que Godoy lui-même s’appliqua à mettre en avant dans le but de rehausser ainsi les mérites attachés au titre de Prince de la Paix que lui avait généreusement conféré le roi20, il ne faut pas oublier que, pour l’essentiel, le traité de Bâle ne différait pas des instructions déjà données à Barthélémy le 11 mai, c’est-à-dire avant sa négociation (et, comme nous l’avons vu) de celles données à Goupilleau le 17 mars.

22Ces instructions prévoyaient :

23« ... un traité avec l’Espagne pourrait être établi sur les bases suivantes :

  1. rétablissement de l’harmonie, bonne intelligence, etc.

  2. restitution des biens confisqués ou séquestrés en Espagne ;

  3. restitution des conquêtes faites par la France ;

  4. rétrocession à la France de la Louisiane (il est suggéré que ce point peut être nuancé : être inclus comme article secret ou faire l’objet d’un futur traité) et, s’il est possible, cession de la partie espagnole de Saint-Domingue ;

  5. garantie réciproque du territoire et des colonies ;

  6. rétablissement du commerce au moyen d’un traité éventuellement avantageux ;

  7. permission de faire venir d’Espagne des bestiaux ;

  8. médiation de l’Espagne en faveur de Naples et de la Sardaigne ;

  9. (article secret) promesse de ne traiter avec l’Angleterre que sous condition de la restitution de Gibraltar.

  • 21 AAE : « Mém. et doc. » France, V° 653, p. 3610, f. 89.

24Ce à quoi le CSP ajoutait, dans une note, l’observation suivante : « Cet article (c’est-à-dire le n° 9) flattera l’Espagne, il nous prouvera l’avantage de chasser les Anglais de la Méditerranée, et il entraînera par la suite l’Espagne dans les hostilités contre l’Angleterre. L’ordre dans lequel ces articles sont placés n’est peut-être pas indifférent. Chacun est pour ainsi dire la compensation de l’autre, et met à couvert la dignité des parties contractantes »21.

  • 22 La réalité était évidente pour tous. La Gazette Nationale qui publiait la nouvelle de la signature (...)

25Dans le texte définitif du traité, la France sut renoncer à tout ce qu’il n’était pas nécessaire d’expliciter (par exemple les garanties sur les territoires coloniaux respectifs, ou le pacte contre l’Angleterre)22. Le temps allait se charger de montrer, le moment venu, la nécessité de le faire dans les « nouveaux » traités correspondants, dont le plus important allait être celui de San Ildefonso, une alliance offensive-défensive contre l’Angleterre qui devait mettre en évidence, en 1796, la véritable portée du traité de Bâle.

III. Intérêts et arguments liés à la paix

26Pour donner toute sa valeur à l’étape finale des négociations de paix, il faut tenir compte de la nature des intérêts et des raisons, des deux côtés et en particulier pour les Français, car c’était eux qui avaient changé d’attitude et pouvaient sembler prêts à revenir sur leurs exigences.

27Les raisons profondes de l’intérêt de mettre fin à la guerre découlaient en fin de compte de la fragilité des motifs qui l’avaient déclenchée ; les autres raisons étaient le résultat des répercussions d’un conflit qui, pour les deux camps, se prolongeait bien au-delà des prévisions.

  • 23 Cf. A. Muriel : Historia de Carlos IV, dans BAE, V° 114 Madrid 1959, éd. Atlas, p. 19811.

28Pour la monarchie espagnole, au milieu de l’année 1795, les motifs qui la poussaient à conclure un accord n’étaient pas très différents, en réalité, bien que cela n’ait pas été reconnu de ceux qui un peu plus d’un an auparavant avaient valu à Aranda d’être mis à l’écart, pour les avoir exposés devant le roi, dans un net affrontement avec Godoy. Les « tristes événements, après la première campagne militaire, et le manque de moyens qui affectaient dramatiquement l’armée espagnole, étaient des circonstances qui venaient s’ajouter à des arguments d’un plus grand poids. Comme l’avait signalé Aranda, l’Espagne avait eu le malheur d’entrer en guerre contre la France parce que d’une part, il s’agissait d’un pays dont la population était le double de celle de l’Espagne et qu’elle luttait avec l’enthousiasme que lui donnait « le plus grand des stimulants, celui de la liberté personnelle » ; d’autre part, et depuis le début, parce que « c’est une fatalité déplorable »« que « cette guerre l’Espagne la fait contre elle-même, aujourd’hui et pour l’avenir » (Aranda faisait allusion aux conséquences avantageuses qui pourraient en résulter pour l’Angleterre). De sorte que, au manque de raisons militaires justifiant cette guerre, il fallait ajouter le manque de raisons politiques ; en particulier si on avait conscience, comme Aranda, que « en ce qui concerne l’Espagne la guerre actuelle n’est pas une guerre d’Etat à Etat, elle ne la fait pas non plus dans son intérêt mais dans l’intérêt de son Souverain qui s’y croit obligé pour des considérations de liens de parenté et d’amitié... Défendre une telle cause ne donne pas le droit d’anéantir un royaume, parce que ce qui compte avant tout, c’est le bien de tous ses fils, ses sujets, et non la glorification du lignage d’une famille »23.

  • 24 Le premier des articles « à part et secrets » établissait que « pendant cinq années consécutives à (...)
  • 25 Le commerçant perpignanais François Faure, qui désirait être nommé consul de France à Barcelone, pr (...)

29En ce qui concerne la France, il est évident qu’il y avait des raisons politiques de poids pour mettre fin à la guerre avec l’Espagne : d’une part il fallait obtenir la reconnaissance internationale de la République pour garantir sa stabilité ; et d’autre part il fallait faire obstacle à l’Angleterre, tout en réduisant le front des opérations militaires devenu démesuré, aussi bien du fait de son extension géographique que dans la mesure où il impliquait la majeure partie des pays d’Europe avec lesquels la France s’affrontait pratiquement seule. Les raisons économiques découlaient en grande partie de la situation politique indiquée, mais également de motivations spécifiques relatives en particulier au commerce colonial et ausi avec l’Espagne. Elles allaient être mises en évidence par le souci de maintenir les articles spécifiques du texte du traité de paix ; le premier article lui-même « à part et secret », ajouté au traité, était à cheval entre les dommages de guerre et un accord préférentiel pour l’amélioration d’un secteur économique déterminé, celui du bétail...24. D’autre part il ne faut pas oublier l’importance des rentrées de monnaies d’or et d’argent que supposait, pour la France, le commerce avec l’Espagne25.

30Et enfin il ne faut pas non plus sous-estimer les raisons militaires avec les graves problèmes logistiques et de ravitaillement, ainsi que celui de la relève des troupes, qui affaiblissaient l’armée.

  • 26 AAE : « Corresp. polit. ». Espagne, vol. 637, f.f 13811.

31Deux documents du 13 avril, relatifs aux négociations de paix avec l’Espagne, explicitent un bon nombre des intérêts spécifiques qui motivaient les attitudes et les propositions françaises. Dans le premier de ces textes l’importance de l’aspect économique commercial de la paix avec l’Espagne apparait fondamentale. Il est dit : « chaque délai dans les négociations amène de nouvelles pertes pour notre industrie, pour nos approvisionnements, pour notre marine, pour notre système politique » ; et aussi que, à cause de l’entrée en guerre avec l’Espagne : « l’Angleterre s’empara de son commerce, nous perdîmes l’empire de la Méditerranée, la traite des piastres, les matières premières de l’Espagne, et nous lachâmes un ennemi de plus contre nos malheureuses colonies... »26. Partant de ces constatations, l’auteur de ce texte se pose la question du droit et de l’opportunité qu’il y aurait à exiger des indemnisations (des dommages) de guerre à l’Espagne. Le droit aux indemnisations de guerre doit être subordonné, dit-il, à la possibilité de voir satisfaits des intérêts plus essentiels pour la France, si elle évite de retarder l’accord (ce qui devient inévitable si elle prétend exiger des compensations territoriales... ; « l’Espagne sera notre amie quand nous le voudrons sincèrement, et son amitié vaut mieux que quelques villes désertes... »).

  • 27 Le Moniteur Universel, n° 319 (19 Termidor an III), Paris 1847, éd. Plon, V° 25, p. 391.
  • 28 AAE : « Corresp. polit. » Espagne, v° 637, f. 140.

32Quant au second des textes mentionnés, on y souligne l’importance de la cession de la partie espagnole de Saint Domingue ; pour obtenir de plus en plus de produits précieux, pour étendre l’activité de la marine marchande et militaire, et parce qu’un transfert de population française vers une possession coloniale (en particulier des délinquants et des marginaux) équivaut à renforcer la liberté. De sorte qu’il faut considérer cette cession comme étant beaucoup plus importante que celle de certaines places sur la frontière des Pyrénées. Boissy d’Anglas, qui partageait ces vues, et pour en montrer l’importance devant la Convention, affirma sans détours que : « en vous cédant la partie de Saint-Domingue qu’il possède, le gouvernement espagnol vous forme à perpétuité la plus riche possession du monde »27, tout en sachant que cela allait réduire les bénéfices provenant de la contrebande due à la division politique de l’île. Les bases sur lesquelles il faut établir cet accord, est-il souligné dans le texte en question, doivent être la compensation et non le dédommagement ; car l’essentiel, c’est d’établir un pacte national qui rétablisse (sur le modèle du pacte de famille) les principales dispositions relatives au commerce et à la défense mutuelle (qui sont les véritables intérêts de la République dans un accord avec la monarchie espagnole)28.

  • 29 Sur la politique coloniale de la Révolution et l’abolition de l’esclavage, avant et après thermidor (...)
  • 30 « On peut dire en général, que le fameux pacte de famille était réellement un pacte national », (so (...)

33Tout ceci mettait donc en évidence, à la fois que les arguments moraux et idéologiques, qui avaient présidé à la politique extérieure de la Révolution à ses débuts, bien qu’ils n’aient pas disparu tout à fait, occupaient en réalité la seconde place parmi les motifs de réaction politique internationale à partir de thermidor. L’hégémonie progressive du secteur réactionnaire de la Montagne allait définir sa politique extérieure à partir des motivations politico-économiques très éloignées des valeurs révolutionnaires. J’ai déjà mentionné les réticences que provoquait la disparition de la contrebande si l’île de Saint-Domingue était unifiée ; mais ce qui est plus révélateur, c’est que ce manque à gagner pouvait se considérer comme largement compensé du fait que l’incorporation de la partie espagnole allait devenir un véritable révulsif pour l’indépendance coloniale aussi bien que pour l’abolition de l’esclavage, décrétée dans les premières années de la Révolution française29. Il semble, en outre, qu’avait disparu toute pudeur dans une approche de l’ancienne diplomatie monarchique : en particulier pour ce qui concernait la volonté de rétablir l’ancien « pacte de famille »30.

  • 31 AAE : « Fonds des limites Espagne (1659-1834) », limites des Pyr.-Or., vol. 459, doc. 111.

34A l’évidence, on devait donc finir par signer la paix les regards tournés essentiellement vers les intérêts politico-économiques mentionnés. Même les points de vue militaires, qui s’étaient forgés au cours de l’expérience de la guerre elle-même, allaient être relégués à l’arrière-plan. Ainsi, des observations aussi pertinentes en l’occurence que celles de Grandvoinet (chef de bataillon dans le corps du génie de l’armée des Pyrénées-Orientales) relatives à la frontière avec l’Espagne, allaient être tout juste prises en considération. Pour Grandvoinet le traité avec l’Espagne offrait l’occasion d’établir des limites précises parce que la guerre avait démontré que les Pyrénées étaient loin d’être une barrière infranchissable (aussi bien socialement que militairement) ; par conséquent, disait-il, il fallait contrôler le long de la frontière une bande de sécurité sur le versant sud des Pyrénées ; une ligne qui ne devait pas être plus arbitraire que celle, artificielle, suivie par la séparation des versants des Pyrénées31.

  • 32 AAE : « Mém. et doc. », Espagne, n° 50.

35Si à l’heure de signer le traité avec l’Espagne on faisait abstraction des critères des protagonistes militaires, cela n’avait rien d’étonnant ; on ne devait pas non plus prendre en considération la réalité sociale de la zone frontalière. De même que l’on n’en avait pas tenu compte lors de la déclaration de guerre, il n’allait pas non plus en être question maintenant. Dans un mémoire que le Roussillonnais Delcasso, membre du conseil des Cinq-Cents, présenta au Directoire, les références qu’il fait à la situation dans la zone frontalière et aux limites rétablies par le traité de Bâle, révèlent la méconnaissance de cette réalité sociale, dans leur formulation : « Le traité de paix conclu avec l’Espagne, dit Delcasso32, laisse nos limites telles qu'elles avaient été fixées par celui des Pyrénées ; c’est-à-dire que, jusqu’à présent, nous sommes sans limites, car celles arrêtées par le traité des Pyrénées sont si bizarres qu’on peut dire que nous n’en avons pas... » et il ajoute : « Je ne cesserai d’inviter le gouvernement à ne pas donner sa confiance à des hommes qui ne sont point instruits des localités, de nos besoins et de nos liaisons avec l’Espagne... » Delcasso décrit en particulier l’absence réelle de frontière en ce qui concerne les droits de pâturage, situation imputable à ceux qui à l’époque avaient reconnu le traité des Pyrénées ; et il déplore que, précisément à cause de cette méconnaissance, des limites qui se révèlent préjudiciables à la France aient été rétablies, aussi bien du fait des avantages réels attachés aux coutumes que pratiquent des bergers espagnols, que de l’instabilité que cela engendre le long de la frontière, dans la mesure où les conflits entre les gardiens de troupeaux et la population, de part et d’autre de la frontière, sont l’occasion de tensions et de violences permanentes, et en même temps d’une remarquable solidarité d’intérêts.

  • 33 Antoni Capmany, Centinela contra franceses, éd. de F. Etienvre, Londres 1988, Tamesis Books, pp. 97 (...)

36Du côté espagnol, le traité franco-espagnol de Bâle fut très vite sévèrement critiqué par les observateurs les plus lucides. Si Capmany33 l’a qualifié de « paix précipitée et insensée » c’est parce que ses caractéristiques étaient inséparables du traité de 1796, par lequel « l’Espagne devint esclave et tributaire de la France à perpétuité », ... victime de pertes et de ruines incalculables dans notre commerce et notre navigation, dans la marine militaire et dans nos fabriques, toute communication avec les Indes ayant été interrompue... ».

  • 34 Cf. mon étude sur le thème : Guerra gran a la ratlla de França, 1793-1795, Barcelona (sous presse), (...)

37A mon avis, il est évident qu’on ne peut faire une évaluation historique de la paix de Bâle sans la confronter à celle du conflit lui-même ; en particulier si l’on constate que la guerre ayant été déclarée sans tenir compte du peuple, ou plutôt en lui en faisant porter tout le poids sur ses épaules et surtout sur celles des populations de la frontière, de même, la fin de la guerre était décidée dans les bureaux des diplomates en ignorant à nouveau ses intérêts34.

38Il est évident que cette réalité se retrouve fondamentalement dans l’apparente contradiction entre la violence radicale de la guerre jusqu’à la fin du conflit et le développement parallèle du processus de négociation de paix.

39Il semble donc qu’il faille considérer la paix de Bâle comme un facteur de plus dans le processus de distanciation entre les intérêts de l’Espagne et ceux de la société. En ce qui concerne la monarchie espagnole, il s’agit d’un processus qui s’intensifiait progressivement sous le règne de Carlos IV et dont l’ampleur allait se révéler dans la crise révolutionnaire lors de la guerre contre l’occupation napoléonnienne. Cependant, il faut tenir compte de deux facteurs qui allaient tempérer et dissimuler la gravité de la situation. D’une part l’inefficacité de l’Etat lui-même – dont les faibles moyens d’action limitaient la marge de manœuvre – ; et d’autre part l’habileté des secteurs les plus réactionnaires de la société pour mettre en avant la défense de la tradition. Ceux-ci surent tirer parti du manque de responsabilité des secteurs rénovateurs – dont les propositions n’avaient qu’un but, s’emparer du pouvoir et des structures – et de leur propre habileté à canaliser vers « l’ennemi étranger » le moindre signe d’agitation populaire. Mais évidemment, ce sont des questions qui dépassent le propos de ce travail.

Notes

1 Archives de la guerre (Vincennes) [AG] : B4 103 [14 messidor, an II].

2 Archive Histórico National (Madrid) [AHN] : « Estado », doss. 3941 (1).

3 A.G. : B4. 16 (copie des communiqués du 25 juillet – 7 thermidor, an II)

4 AHN : « Estado », doss. 3941 (2), (lettre en provenance de Figueras, du 25 juillet 1794).

5 Cf. Archives Nationales (Paris) [AN] : Ad VI, 79.

6 AP, vol XCIV, p. 492.

7 AN, AD VI, 79.

8 On peut trouver le texte imprimé de la capitulation de Collioure dans un communiqué des représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées – Orientales (AN : AF II, 260, doss. 2194, doc. 8).

9 Dugommier donna l’ordre d’imprimer les lettres de La Unión, accompagnées de ses observations et de ses réponses (cf. Archivo general de Simancas (Valladolid) [AGS] : XII « Secretaria de guerra », doss. 6669). Une partie de cette correspondance se trouve aussi dans les vol. XCIV, pp. 485-492.

10 AHN : « Estado », doss. 3941 (1).

11 Cf. AG : : B4. 13 (30 pluviôse an II)

12 Archives du Ministère des Affaires Etrangères (Paris), [AAE] : « Mém. et doc. » ; France, vol. 653 (P. 3610), pp 83-84.

13 « C’était un temps où la peine de mort était prononcée contre quiconque en France osait parler de paix » est-il dit dans un mémoire sur ces faits (AAE : « Mém. et doc. » Espagne n° 210, pp. 141-148) ; « le citoyen Simonin... en expliqua l’objet en enfermant dans sa lettre quelques feuilles d’olivier, et ce symbole ayant été accueilli par le CSP, on autorisa l’agent fiançais à écouter les positions de l’Espagne. Mais la conférence... n’avait au reste aucun caractère officiel... ».

14 AAE ; « Mém. et doc. » France, vol. 653, p. 3610, p. 84.

15 AG : B4.19.

16 AAE : « Mém. et doc. » France, loc. ut. p. 84 vol.

17 Ibidem

18 AAE : « Mém. et doc. » France 653, p. 3610, f. 85.

19 AG : B4 (30 ventôse, an III, n° 1). Sur la politique du CSP à ce moment-là en ce qui concerne Cataluña, cf. L1. Roura : « Une République catalane au temps de la Révolution française ? », dans Révolution et République. L’exception française, Colloque international (IHRF, Paris 21-26 septembre 1992), [Actes sous presse].

20 Memorias del Principe de la Paz. Première partie (cf. édition dans Biblioteca de Autores Españoles, t. 88 et 89, Madrid 1965, ed. Atlas). Voir à ce sujet la communication présentée à ce même colloque par A. Marcet.

21 AAE : « Mém. et doc. » France, V° 653, p. 3610, f. 89.

22 La réalité était évidente pour tous. La Gazette Nationale qui publiait la nouvelle de la signature du traité rapportait les propos de Treilhard à la Convention : « La République compte un ennemi de moins et un allié de plus » (souligné par l’auteur). Le Moniteur Universel, réédité par éd. Plon, Paris 1847, V° 25, p. 366.

23 Cf. A. Muriel : Historia de Carlos IV, dans BAE, V° 114 Madrid 1959, éd. Atlas, p. 19811.

24 Le premier des articles « à part et secrets » établissait que « pendant cinq années consécutives à partir de la ratification du présent traité, la République française pourra faire venir d’Espagne chaque année des juments et des étalons 24 (suite). d’Andalousie, des brebis et des moutons mérinos, au nombre de 50 pour les étalons, 150 pour les juments, 1000 pour les brebis et 100 pour les moutons », (Muriel : Historia de Carlos IV, Madrid 1959, BAE, vol. Il, p. 243).

25 Le commerçant perpignanais François Faure, qui désirait être nommé consul de France à Barcelone, proposait au Directoire, en date du 25 brumaire de l’an IV (16 novembre 1795), un plan pour rétablir le commerce avec l’Espagne. D’après ses renseignements, pour la période antérieure à 1789, il était entré en France, en monnaies d’or et d’argent, une moyenne qui oscillait entre 50 et 60 millions par an (AN : AEB III. 335). Bien que nous ne sachions pas s’il fait cette évaluation en francs ou en piastres, en supposant que ce soit en francs, cela représenterait le double du montant des importations habituelles de la France en provenance de l’Espagne. Si nous comparons avec les données fournies par M. Arnauld pour 1787, cf. An : AEB III. 336.

26 AAE : « Corresp. polit. ». Espagne, vol. 637, f.f 13811.

27 Le Moniteur Universel, n° 319 (19 Termidor an III), Paris 1847, éd. Plon, V° 25, p. 391.

28 AAE : « Corresp. polit. » Espagne, v° 637, f. 140.

29 Sur la politique coloniale de la Révolution et l’abolition de l’esclavage, avant et après thermidor, cf. Y. Benot : La Révolution française et la fin des colonies, Paris 1988, éd. La Découverte ; et, plus récemment, F. Gauthier : « La Révolution française et le problème colonial. Le cas Robespierre », dans Les Annales Historiques de la Révolution française (1992), pp. 169-192.

30 « On peut dire en général, que le fameux pacte de famille était réellement un pacte national », (souligné par l’auteur) affirmait le texte cité dans la note 28.

31 AAE : « Fonds des limites Espagne (1659-1834) », limites des Pyr.-Or., vol. 459, doc. 111.

32 AAE : « Mém. et doc. », Espagne, n° 50.

33 Antoni Capmany, Centinela contra franceses, éd. de F. Etienvre, Londres 1988, Tamesis Books, pp. 97 et 8311.

34 Cf. mon étude sur le thème : Guerra gran a la ratlla de França, 1793-1795, Barcelona (sous presse), éd. Curial.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search