Desktop versionMobile Version

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Deuxième partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : économie, mentalités, diplomatie

Le Languedoc et la guerre avec l’Espagne (1793-1795)

Georges Fournier

Volltext

1La guerre avec l’Espagne ne joue qu’un rôle secondaire dans l’histoire de la Révolution française. Le prestige des armées prussiennes et autrichiennes, la menace quelles faisaient peser sur Paris principal foyer révolutionnaire, plus tard dans le cas de l’armée des Alpes le champ ouvert aux exploits de Bonaparte, contribuèrent à rejeter dans l’ombre un conflit somme toute court, et jamais décisif pour l’avenir de la République. Vues du Languedoc, cependant, les perspectives changent. Dans la mesure même où il fut longtemps négligé par Paris, le front espagnol a lourdement pesé sur l’histoire languedocienne : d’abord en exigeant de l’ancienne province un effort de guerre pour lequel elle n’était nullement préparée, mais aussi, plus indirectement mais non moins profondément, en contribuant à infléchir les rapports complexes entre la Révolution parisienne, les autorités locales, et les populations concernées. C’est surtout à partir de l’exemple de trois départements, la Haute-Garonne, l’Aude et l’Hérault, que nous essaierons de préciser cette situation. Mobilisation patriotique ou prompte lassitude ? Impulsion nationale ou large part d’initiative locale ? Aggravation de la crise économique ou stimulant fugitif ? Autant de questions qui, selon les périodes et les aspects envisagés, méritent des réponses nuancées.

I. L’Espagne : une menace longtemps négligée (1791-1793) :

  • 1 AD. Aude, Carcassonne, Correspondance, D2 n° 1.

2Le Languedoc a ressenti très tôt la menace espagnole, mais l’a vécue longtemps à travers un sentiment d’isolement, et comme le révélateur d’une certaine indifférence des gouvernements et des assemblées révolutionnaires à l’égard de départements éloignés du foyer révolutionnaire parisien. Dès le 11 août 1790, la municipalité de Carcassonne, dans une lettre au ministre de l’intérieur, voyait dans la hausse spectaculaire du prix des grains, et dans les troubles qu’elle entraînait, les conséquences de la peur d’une invasion espagnole1. A l’été 1791 la nouvelle de la tentative de fuite du roi raviva les inquiétudes, et une lettre des administrateurs des Pyrénées-Orientales à leurs homologues, annonçant les dispositifs de guerre pris par les Espagnols à Puigcerda, déclencha une série de correspondances entre les administrateurs des départements languedociens, ainsi qu’avec ceux du Lot, du Gers, et des Hautes-Pyrénées, occasion déjà de dénoncer l’inaction des ministres. Le passage croissant des émigrés contribua à alimenter la tension. Le 27 octobre 1791, le procureur général syndic de l’Aude écrivait au député Fabre :

  • 2 Correspondance des députés de l’Aude pendant la Révolution, La Révolution française, n° 30, 1896, 1

« Les émigrations deviennent plus considérables de jour en jour, les ci-devant passent par douzaines en Espagne [...] on a vu passer plusieurs bandes à côté de cette ville vers une heure après minuit, et l’on mande de Quillan, Caudiès et Bélesta qu’on n’a point vu en plusieurs années sur la route d’Espagne autant d’étrangers qu’on en voit depuis plusieurs jours. Je crains que l’Assemblée nationale ne songe à arrêter cette émigration alarmante d’hommes et d’espèces que lorsqu’il n’en sera plus temps »2.

3Le 11 novembre 1791, après les premières levées de volontaires, s’adressant à leurs députés, les administrateurs audois ne cachaient pas leur impatience :

  • 3 Correspondance des députés de l’Aude..., op. cit.

« Tout le monde murmure du mauvais état où se trouve cette partie de nos frontières, qui est dépourvue d’artillerie et de bras. Nous vous prions, Messieurs, d’en prendre prétexte pour demander au ministre de la guerre de s’occuper promptement des moyens les plus prompts pour mettre cette partie des frontières en état de défense [...] ; M. de Chollet a placé nos deux bataillons de volontaires dans sept garnisons différentes [...] ; ils sont par ce moyen les premiers exposés à une incursion des Espagnols, qu’on nous assure très prochaine. La garnison de Puygcerda vient d’être tout récemment renforcée, et il est certain que si les troupes veulent tenter une attaque du côté de Perpignan ou du côté du département de l’Ariège, par l’Espitalet, nous n’avons aucune résistance à leur opposer. On nous assure encore que la garnison de Pampelune est très nombreuse, qu’on l’augmente journellement, et que le projet des Espagnols est de faire une invasion du côté de Bayonne. Nous nous sommes convaincus par les nouvelles politiques qu’on prend beaucoup de précautions pour mettre à l’abri de toute attaque nos frontières, du côté du Nord ; par quelle fatalité celles du Midi seraient-elles livrées aux mouvements de nos ennemis ? »3.

4Tout en envisageant l’ensemble des problèmes internationaux, le Conseil général de l’Hérault insistait à son tour le 7 décembre sur la nécessité de prendre en compte un danger espagnol d’autant plus grave qu’on le soupçonnait de se conjuguer avec la contre-révolution méridionale :

  • 4 Procès-verbaux des séances de l’Assemblée administrative de l’Hérault pendant la Révolution, Montpe (...)

« Considérant que nous sommes menacés d’une invasion prochaine et qu ’il est important de redoubler de surveillance envers les ennemis de la chose publique ;
Que les administrateurs du département de l’Hérault sont d’autant plus intéressés à s’assurer si les arsenaux sont suffisamment pourvus qu’il est département maritime, qu’il n’y a entre le département des Pyrénées-Orientales et lui que le département de l’Aude... »4.

5Les clubs des principales villes exprimaient les mêmes craintes tandis que les officiers municipaux de Carcassonne, dénonçant le 30 janvier 1792 la désertion de six officiers, réclamaient des officiers patriotes pour « défendre les frontières méridionales ». La même municipalité ajoutait d’ailleurs le 14 mars à cette méfiance un réflexe protectionniste :

  • 5 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n° 1.

« Nous sommes effrayés de la grande quantité de vieux linge qui est enlevé de notre ville et ses environs pour l’Espagne. Nos papeteries sont sans activité, et une branche de commerce infiniment importante est au moment de passer chez nos voisins faute de moyens assez coercitifs pour empêcher la sortie des matières premières. »5.

6Alors même que les Languedociens multipliaient les appels à l’aide face à la menace espagnole, ils faisaient eux-mêmes assez peu pour leur propre défense. Jacques Godechot a pu souligner la différence entre la rapidité des levées de volontaires dans l’Est de la France et la longue passivité du Midi à cet égard. L’Aude, en se vantant le 11 novembre 1791 d’avoir déjà deux bataillons sur la frontière, fait exception. Encore faut-il sans doute nuancer les affirmations de ses administrateurs, puisque le 21 novembre encore les officiers du deuxième bataillon réclamaient des chemises pour 200 de leurs hommes toujours rassemblés à Carcassonne. Dans l’Hérault, le premier bataillon ne fut sur pied que le 2 octobre 1791, et on se préoccupait toujours de son armement à la fin novembre. Le second bataillon n’était pas encore rassemblé à la fin juillet 1792. En Haute-Garonne, le premier bataillon ne fut définitivement organisé que le 2 décembre 1791, un deuxième bataillon put se joindre à lui pour gagner Perpignan le 1er avril 1792. Quelques semaines plus tard, d’ailleurs, le premier bataillon de Haute-Garonne repartait pour disperser les contre-révolutionnaires du camp de Jalès, avant de gagner l’armée des Alpes, tout comme le premier bataillon de l’Aude.

  • 6 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II (...)
  • 7 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II (...)

7La guerre avec l’Autriche et la Prusse, à partir du 20 avril 1792, avait détourné l’attention des militants révolutionnaires vers le Nord et l’Est, sans mobiliser pour autant les populations. Les inquiétudes vis à vis du Piémont-Sardaigne et les visées sur la Savoie, concrétisées par son occupation en septembre, transformèrent à l’été 1792 « l’armée du Midi » en une armée des Alpes aux dépens de l’armée des Pyrénées. L’effort de guerre du Languedoc qui s’accentua à partir de la fin juillet 1792, fut ainsi détourné vers le Sud-est. Les administrateurs de l’Hérault constatant le 7 août que « l’armée du Rhin est alimentée par dix-neuf départements et celle du Midi par trente », en concluaient d’ailleurs que les levées d’hommes devaient rester mesurées « d’autant que cette partie de la France ne paraît pas exposée à un danger aussi imminent que celui dont le Haut-Rhin paraît menacé6 ». Le 12 août, ordre arrivait de Paris de diriger les troupes disponibles vers Valence, et le 2 septembre l’Etat-major désignait significativement Montpellier comme point de ralliement des volontaires nationaux de 11 départements largement ancrés sur le Sud-ouest, puisqu’on y comptait tous les départements pyrénéens, le Tarn, le Gers et la Haute-Garonne7.

  • 8 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II (...)

8Le 9 septembre, cependant, apprenant à la fois que ces troupes devraient partir pour Romans et que le général Montesquiou avait autorisé certains départements à garder leurs volontaires pour répondre au danger espagnol, le conseil de l’Hérault arguait de la même menace pour présenter une requête identique8. Cette résolution n’empêcha d’ailleurs pas les mêmes administrateurs, le 12 novembre, d’expédier vers Valence cinq compagnies du Tarn et deux de l’Aveyron, destinées à former un bataillon de réserve de l’armée du Midi, sous le prétexte que l’inconduite des volontaires risquait de provoquer une insurrection à Montpellier. Le 20 novembre 1792 la Convention considérait d’ailleurs Montpellier comme base arrière de l’armée des Alpes, comme le confirment les instructions données à ses commissaires. Mais à cette date, depuis deux mois déjà, l’Assemblée avait choisi Toulouse comme quartier général des deux armées pyrénéennes. Carnot, en mission en novembre, y conçut même l’organisation d’une armée de 40 000 hommes, mais le projet n’aboutit pas faute de moyens. Le maire Derrey y accueillait cependant le 14 décembre le général Servan avec un bel optimime :

  • 9 Cité par Ph. Nelidoff, La Municipalité de Toulouse pendant la Révolution française, Thèse Droit, To (...)

< Après des travaux longs et multiples, une nouvelle gloire vous est réservée : celle de briser le sceptre de la tyrannie espagnole et de conquérir l’amour d’un peuple qui bénit déjà votre nom. Un despote célèbre disait « il n’y a plus de Pyrénées ». Que ces paroles trouvent aujourd’hui une application heureuse. Le tyran, quinzième du nom, ligué avec son petit-fils, voulait forger de nouvelles chaînes aux Espagnols et aux Français tandis que nous, jaloux de ne former qu’une même famille avec tous les peuples de l’Europe, nous allons jeter les fondements de la bienveillance et de la fraternité universelle. Citoyen général, revêtu plusieurs fois et à juste titre de l’emploi si honorable et si difficile de diriger les forces de la République, vous déjouerez par votre seule présence les perfides complots des despotes »9.

9Pourtant deux jours avant la déclaration de guerre à l’Espagne, le général Lacuée pouvait écrire au même Servan :

  • 10 M. Lyons, Révolution et Terreur à Toulouse, Privat, 1980, p. 182.

« Si nous étions aussi prêts que les Espagnols [...] je crois qu’avant huit jours nous serions maîtres de toutes les places fortes de la frontière, mais que faire quand on n’a ni canons, ni fusils, ni argent, ni soldats ? Il faut gémir, écrire, et attendre la mort ou le déshonneur, ou peut-être l’un et l’autre »10.

10Dès le 26 mars, le procureur-général-syndic de l’Aude, tout en mettant en valeur ses propres efforts, reprenait ses accusations :

« Citoyens, si l’administration du département de l’Aude donne dans cet instant les preuves les moins équivoques de son patriotisme, de l’attachement à ses devoirs, de sa soumission aux lois, il est bien douloureux qu’elle soit entravée dans ses opérations par la lenteur du ministre de la guerre à répondre aux réclamations qui lui sont faites pour fournir aux dépenses de l’habillement et de l’équipe – ment des nombreux volontaires que nous venons de lever. Vous le saviez, que nous n’avions que deux bataillons ; eh bien je vous annonce avec la plus grande satisfaction que nous en avons déjà sept d’organisés, que ce recrutement a été effectué dans moins de quinze jours, et que nous avons espoir d’en former un huitième. »

11Les « députés de France à la Convention nationale pour le département de l’Aude », tout en soulignant leurs propres démarches et les promesses obtenues, répondaient significativement le 29 avril à de nouvelles plaintes :

  • 11 Correspondance des députés de l’Aude... op. cit.

« ... Vous êtes trop près de l’ennemi et trop loin de nous pour que vous ne soyez pas quelques instants abandonnés à vos seules forces. C’est l’effet de la trahison et de l’ineptie des précédents ministres, que l’Assemblée législative, la Convention, vous et nous avons inutilement excités pendant un an à mettre notre frontière en état de défense. De belles promesses, de fausses assurances sont tout ce qu’on a pu obtenir de leur perfide insouciance »11.

12Mais, loin de se contenter de cette mise en cause du passé, les réclamations, dès lors, se firent de plus en plus virulentes :

« Votre Comité de salut public, le pouvoir exécutif semblent désirer que tous les départements méridionaux soient séparés de la République française [...]. Nous ne cessons de nous plaindre depuis six mois ; nous ne cessons de demander des secours, et jamais nous ne sommes écoutés » (30 juin).
« Citoyens, nous devons vous le dire, et nos administrés le disent, que vous n’aimez pas la liberté ! Ils disent qu’ils sont fondés à le dire, parce qu’oubliant tout à la fois que vous êtes Français et citoyens de l’Aude, vous ne vous êtes donné aucun mouvement, vous n’avez fait aucune démarche pour sauver notre patrie ; [...] ils le saluent parce que l’un de vous est membre du Comité de salut public [Ramel-Nogaret], parce qu’il connaît d’une manière plus particulière nos événements, et qu’il montre à cet égard la plus grave, la plus criminelle peut-être indifférence » (7 juillet).
« Par quelle fatalité les départements méridionaux sont-ils abandonnés, surtout lorsqu’ils ont envoyé tous les moyens de défense à la frontière, surtout encore lorsqu’ils ont fait autant de sacrifices ? » (31 juillet 1793).

13Même activité et même impatience à Toulouse ou à Montpellier, où les administrateurs de l’Hérault déclarent le 12 juin, dans une Adresse à la Convention plus nettement politique :

  • 12 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 211.

« Soutenu par son patriotisme et par un zèle à toute épreuve le département de l’Hérault a pu croire jusqu’à ce jour qu’il était assez fort pour lutter contre les dangers qui menacent la République française ; mais lorsqu’il s’agit d’extirper le mal même de votre sein, l’administration doit reconnaître son insuffisance, s’entourer des lumières de ses administrés, leur découvrir l’abîme, les inviter à faire connaître leur vœu... »12.

II. Gestion locale de la guerre ou « Fédéralisme » ? (1793) :

14En ce printemps-été 1793 plusieurs éléments sont à distinguer, même s’ils se conjuguent de façon complexe : un effort de guerre languedocien considérable, mais fortement marqué par la notion de défense immédiate d’une frontière menacée ; la conduite largement décentralisée de cette politique ; les interférences de cette action avec la crise dite « fédéraliste ».

15Fort laborieuse jusque-là en dehors de quelques milieux militants, les levées d’hommes connurent en Languedoc une brusque accélération à partir de mars 1793, surtout après les premières défaites sur le front des Pyrénées-Orientales. Dans une lettre à la Convention du 28 mai les administrateurs de l’Aude rappelaient : « le département [...] devait fournir 2800 volontaires pour l’armée de 4000 hommes improvisée sous les murs de Narbonne ; en moins de quatre jours, 3200 hommes armés partirent » ; ils ajoutaient à ce contingent les 600 « braconniers montagnards » fournis après le 26 avril par le district de Lagrasse pour sa propre défense, et la levée similaire de 1200 hommes, il est vrai plus difficile, dans le district de Quillan. Au total, précisaient-ils :

  • 13 Correspondance des députés de l’Aude... op. cit., p. 247.

« le département [...] a dans ce moment aux frontières plus de 5000 hommes [...] et pour avant-garde 5500 hommes prêts à partir au premier signal, pour corps d’armée presque tous les citoyens du département... »13

  • 14 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 180.

16Le premier juin, le département de l’Hérault estimait avoir fourni un effort encore plus important, en ayant 10 000 hommes sous les armes, dont 6000 volontaires à l’armée des Pyrénées-Orientales14.

17En réalité, il faut souligner surtout l’originalité du sursaut languedocien face à l’invasion espagnole, même si l’on doit se méfier des formules enthousiastes des commissaires et des administrateurs rendant compte de leur action. Il y eut ici ou là des résistances et des bilans déficitaires, on n’en dépassa pas moins, souvent, dans les villes en particulier, les contingents requis. Il est difficile de vérifier la véracité d’un phénomène évoqué dans plusieurs rapports, et que résume l’expression de Lombard-Lachaux le 28 avril 1793 : « Des communes entières sont parties avec leurs curés à leur tête ». Le réflexe de « levée en masse » est en tout cas parfois indéniable. Même si ce n’est pas le plus probant, relevons-le d’abord dans le discours : nous venons de le rencontrer dans la correspondance des administrateurs de l’Aude, nous le retrouvons le 11 mai chez les officiers municipaux de Carcassonne qui, après avoir fait partir plus que leur contingent, écrivent à leurs députés à Perpignan :

  • 15 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

« ... nous désirerions aussi être instruits de tous les moyens de défenses que l’on emploie et de savoir qu’il est nécessaire que nous envoyions d’autres forces ou secours. Dites et répétés à nos frères de Perpignan qu’au premier signal nous nous lèverons s’il le faut tous en masse pour voler à leur secours ».15

  • 16 A.D. Aude, Fitou, Délibérations, 4 E 1D2.

18Mais il est plus révélateur de noter la même attitude chez les gardes nationaux, qui demandent assez fréquemment, comme à Carcassonne ou Montpellier, de partir « en corps » et non en fonction de l’âge et de la situation de famille. Certains villages fournissent aussi des contingents massifs, ainsi Fitou, il est vrai aux portes des Pyrénées-Orientales, lève le 1er avril 29 volontaires qui s’ajoutent aux 14 déjà partis, ce qui représente environ 35 % des citoyens, le contingent s’étendant de 16 à 54 ans16. Le conseil de l’Hérault cherchait d’ailleurs le 13 mai à tirer parti de ce patriotisme de proximité :

  • 17 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 126.

« En appelant les patriotes dans un moment de crise où ils peuvent seuls sauver la liberté, on ne doit point craindre les mêmes difficultés que pour les levées déjà faites ; elles disparaîtront, si les conseils de district ont soin de faire connaître la nécessité et le genre de service des bataillons demandés, d’annoncer qu’ils ne seront destinés, pendant quelques mois seulement, qu’à la défense de l’intérieur du département et par suite à celle des départements voisins qu’il importe d’empêcher d’être envahis par l’ennemi, pour éloigner de notre pays le danger ; enfin qu’ils seront payés par le département »17.

19Même si les administrateurs, en fonction de leurs piètres possibilités en équipements, établirent une sélection et un certain ordre dans ce qui aurait pu être une cohue, la levée languedocienne pour la frontière espagnole se distingua donc, par ses modalités et l’état d’esprit des recrues, des précédents contingents. Les inconvénients ne tardèrent pas à s’en faire sentir. Les difficultés d’armement et d’habillement, la précarité du ravitaillement, la répugnance à se prêter à la discipline militaire, vinrent rapidement à bout d’une résolution passagère. « Quelques mois », avaient promis les administrateurs. Dès la fin mai, les compagnies franches de Castelnaudary et Carcassonne réclamaient la relève. Ce à quoi les officiers municipaux opposaient une autre logique :

  • 18 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

« ... Dans un moment où nous avons besoin de soldats instruits et de toutes nos forces, dans un moment où nous avons besoin de ménager les ressources de la République, on ne peut remplacer des troupes exercées après un si court service [...], de vrais soldats ne doivent pas se contenter de combattre quinze jours lorsqu’ils ont des ennemis à vaincre. Dispersés ces hordes enrégimentées qu’on ose opposer à votre courage et vous viendrez ensuite jouir de la reconnaissance et de l’estime de vos concitoyens. »18.

20Les demandes de rappel affluaient au même moment à Toulouse et à Montpellier. Mais le Comité de salut public avait prévenu le développement de cette épidémie en dénonçant dès le 23 mai les recrutements temporaires. Aussi les Représentants réunis à Perpignan subordonnèrent-ils le 27 tout départ à la fourniture durable d’un contingent d’égale force. Les communes dont les citoyens s’étaient levés en masse furent donc lésées, puisqu’elles n’avaient pas les moyens de les remplacer. Le conseil de l’Hérault se fit ainsi l’écho le 1er juin des plaintes de Marsillargues, qui, ayant vu partir toute sa cavalerie disponible n’avait même plus les moyens de moissonner. Invoquant ses efforts précédents et le danger de contre-révolution en Lozère et Aveyron le département réclamait même, sans grande chance de succès, le retour de 2500 hommes.

  • 19 A.D. Aude, L 96, Extrait du procès-verbal de la session du Conseil du département de l’Aude, 30 aoû (...)

21En fait, les désillusions des Languedociens et la perspective d’un conflit durable se traduisirent surtout par le développement des désertions. La répugnance à l’idée d’une conscription méthodique n’effaçait d’ailleurs pas entièrement le sens des mobilisations exceptionnelles. Ainsi les Audois interprétèrent-ils d’abord selon leur propre optique la « levée en masse » décrétée le 23 août 1793 et notifiée le 29 par une lettre des représentants à l’armée des Pyrénées-Orientales. Dès le 30, le conseil du département de l’Aude décidait de faire sonner le tocsin « pour annoncer que le département de l’Aude, que la République sont en danger, et que, dès lors, tout citoyen doit devenir soldat pour défendre la liberté de tous, et les propriétés de chacun ». Des commissaires du département et des districts devaient répéter l’opération dans chaque commune pour y rassembler les citoyens en état de porter les armes et les organiser en compagnies pour marcher vers le front. Seuls les laboureurs et bergers de la troisième et quatrième classes seraient épargnés pour sauver l’agriculture. Tous les grains et légumes secs du département étaient mis en réquisition pour la subsistance de la force armée19. De nouvelles dispositions, plus sélectives, ayant été finalement adoptées, le maire de Carcassonne, Jacques Dat, parti le 28 avril à la tête des gardes nationaux de la ville, puis rappelé à son poste municipal, écrivait aux Représentants à Perpignan :

  • 20 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

« Un moment sublime s’était fait ressentir, un bataillon s’était formé pour marcher à l’ennemi. Votre arrêté qui explique le mode de la levée en masse, qui à ce que je crois ne devrait être proposé qu’à ceux qui ne s’étaient pas encore mis en mouvement, a bien affaibli l’énergie de nos concitoyens [...]. Depuis quatre jours ils se croyaient au moment de leur départ, ils avaient cessé tous leurs travaux ; le Département considérant que votre arrêté devait être exécuté à la rigueur, prononcèrent [sic] que les jeunes gens seuls partiraient. Cette décision anéantit le bataillon, l’ardeur de nos concitoyens ne fut plus la même. [...]. Je crois donc que je dois prêcher par exemple, c’est la plus belle éloquence. Je partirai avec les premières compagnies. Je me rangerai dans les rangs pour supporter avec mes frères d’armes toutes les fatigues de la guerre »20.

22Bel exemple de patriotisme individuel qui cherche à retrouver l’élan du printemps 1793, alors même que les conditions de recrutement sont devenues différentes. En fait, bon gré mal gré, les Languedociens devaient désormais se plier à la conception d’une véritable campagne militaire dont les modalités leur échappaient.

  • 21 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 87.

23Longtemps, on l’a vu, en partie à leur corps défendant, les autorités locales gardèrent une large initiative dans l’organisation de la défense pyrénéenne. Même les premiers représentants en mission durent constamment s’appuyer sur elles, et par là même leur laisser une grande latitude. Cette situation exigeait des contacts fréquents entre départements méridionaux. Le 10 septembre 1792, au moment où ils songeaient à faire valoir les besoins de l’armée des Pyrénées face aux prétentions de l’armée des Alpes, les administrateurs de l’Hérault acceptaient la proposition de leurs collègues du Var d’une « concertation de tous les départements méridionaux », dont les commissaires se réunirent à Avignon. En avril 1793, les départements intéressés, les principales villes, des sociétés populaires même, envoyèrent des commissaires à Perpignan pour leur rendre compte des opérations et des besoins de leurs concitoyens mobilisés. Le 29 avril, le représentant Rouyer demandait au conseil général de l’Hérault, à celui du district de Montpellier et à la municipalité, de députer en commun auprès du général Biron à l’armée du Var pour obtenir les généraux pour le front espagnol21. Le même jour, les représentants Letourneur et Brunei approuvaient la décision du conseil des Pyrénées-Orientales d’inviter les administrations de « l’Aude, l’Ariège, la Haute-Garonne, l’Hérault, le Gard et le Tarn, à envoyer chacune un député pour concourir par des mesures communes à repousser l’ennemi ». Le 9 mai, le conseil de l’Hérault arrêtait de « former un comité central de défense composé de cinq membres de l’administration et des députés que les départements voisins seront invités à envoyer ». Dans une perspective toute différente, mais illustrant pourtant le besoin des représentants de s’appuyer sur une structure régionale, il faut rappeler le 14 mai la délibération de la Société populaire de Toulouse, inspirée par Chabot, demandant « que les représentants se concertent ensemble pour sauver la chose publique menacée dans le Midi de la France », et invitant « les sociétés populaires qui lui sont affiliées dans les départements de l’armée des Pyrénées à députer un de leurs membres » à Toulouse. Le 8 juillet encore, en pleine crise « fédéraliste », les représentants à l’armée des Pyrénées-Orientales, demandaient la constitution à Narbonne d’un comité central de correspondance, composé de membres des administrations et des sociétés populaires. Et le représentant montagnard Dartigoeyte écrivait d’Auch le 11 septembre 1793 au Comité de salut public :

  • 22 Aulard, Recueil des Actes du Comité de Salut Public.... VI p. 435.

24« Il faudrait nécessairement établir un comité central, soit à Toulouse, soit à Auch ou ailleurs, d’où partiraient toutes les réquisitions et qui serait le centre de la correspondance. »22.

25Au niveau départemental, enfin, il faut attendre le 29 décembre 1793 pour voir disparaître le Comité civil et militaire de Narbonne, créé le 24 avril par Rouyer pour coordonner l’action des différentes administrations, et où s’étaient cotoyés sans grands problèmes « jacobins » et « fédéralistes ».

26Il est remarquable que, dans l’immédiat, le triomphe des Montagnards n’ait interrompu ni la gestion départementale de l’effort de guerre, ni la concertation interdépartementale. La décentralisation instaurée par la Constituante, l’éloignement de Paris, les décisions parfois contradictoires des représentants en mission selon leur point d’attache, expliquent cette situation.

  • 23 M. Lyons, Révolution et Terreur à Toulouse, p. 60.
  • 24 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 39.
  • 25 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.
  • 26 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 289.

27Dans ces conditions, les interférences de la guerre avec la crise « fédéraliste » s’avèrent particulièrement complexes. La menace espagnole a renforcé le sentiment d’une solidarité méridionale et l’irritation à l’égard d’un pouvoir central longtemps absent. Le modérantisme des administrations départementales, avant même de s’inquiéter de l’extrémisme sans-culotte et d’appuyer les Girondins, a développé un certain antiparlementarisme dès l’époque de la Législative, opposant la confusion parisienne des luttes de partis aux besoins insatisfaits de la frontière pyrénéenne. Mais la guerre avec l’Espagne modifie les perspectives. Avec elle on peut dire qu’apparaît en Languedoc la première Terreur. Le Comité de surveillance révolutionnaire de Toulouse se forme le 20 mars, et le 16 avril la société populaire, invoquant la menace espagnole, réclame l’établissement d’un tribunal révolutionnaire. A ce moment plus de 200 suspects sont emprisonnés23. A Montpellier, un Comité central de surveillance s’installe le 9 avril, et rend compte au conseil le 19 d’arrestations « en grand nombre »24. A Carcassonne, le 17 avril, le représentant Mailhe, venu de Toulouse, préside à la mise en place d’un Comité de surveillance qui entame la chasse aux suspects. Dès lors s’installe localement un débat sur l’ampleur à donner à cette Terreur. De même, les réquisitions pour le ravitaillement de l’armée accentuent la pénurie et la hausse des prix, durcissent les positions de ceux qui, comme les officiers municipaux de Carcassonne, exigent des mesures sociales auxquelles les administrations départementales acquises au libéralisme économique se refusent. Mais le clivage essentiel se marque entre ceux qui, désormais, renoncent à critiquer Paris pour prôner l’union autour de la Convention, et ceux qui, comme le procureur général syndic de l’Aude, Bastoulh, continuent à mettre en cause les dirigeants parisiens : « ils veulent livrer les départemens méridionaux au fer des tyrans pour leur ôter les moyens de combattre leurs complots liberticides ». Situation inextricable où chacun risque de s’enfermer dans des attitudes contradictoires. Les représentants retiennent à Toulouse ou dans la vallée du Rhône, pour tenir en respect les « fédéralistes », des troupes destinées au front espagnol. Les administrations départementales, tout en affirmant leur volonté de répondre aux besoins de l’armée, ont la tentation de lever des contingents pour soutenir leur opposition à la Convention montagnarde. Dans la région considérée, il est vrai, la tentative tourne court. Dès le 16 mai, sans rencontrer de résistance, la municipalité de Carcassonne dirige vers Perpignan la garde soldée mise sur pied par le département « persuadés que l’emploi de cette force était plus nécessaire sur la frontière qui se trouvait dénuée de tous secours que dans cette ville »25. Le 25 juin, le conseil général de Haute-Garonne refuse de se lancer dans l’aventure, qui serait « le signal de la guerre civile, qu’il est essentiel de prévenir dans un moment où la République est cernée par des armées formidables ». A la différence du Gard, l’Hérault renonce début juillet à la formation d’une force départementale, puis demande le 13 juillet aux deux partis de réunir « tous leurs efforts contre le véritable ennemi de la liberté qui a envahi les Pyrénées26.

28Alors que pendant longtemps la menace espagnole avait plutôt contribué à l’affirmation d’un particularisme languedocien, la gravité de la situation sur le front pyrénéen conduisait à la soumission rapide des « fédéralistes » dans les départements les plus proches de la frontière. Même si, en retour, les aspects les plus violents de la Terreur jacobine furent ainsi épargnés à ces régions, on peut s’interroger sur les raisons d’une répression anti-fédéraliste et dépurations importantes au niveau d’un personnel dirigeant qui avait souvent fait la preuve de son patriotisme. Si l’esprit partisan n’y est pas étranger, il ne faut négliger ni le mythe de la collusion des « fédéralistes » avec l’Espagne, présent chez certains représentants en mission, ni surtout la volonté d’imposer à une région proche du front, et où survivait une forte tradition provinciale, l’intégration la plus poussée possible aux principes du gouvernement révolutionnaire. Les déboires de la gestion décentralisée de la guerre conduisaient d’ailleurs tout naturellement à une rigueur centralisatrice, quitte à substituer aux élans désordonnés du patriotisme de 1793 la lente et difficile affirmation d’un appareil politique et militaire. Les succès de 1794 semblent consacrer l’efficacité de cette rupture. Pourtant, plutôt que de s’attarder sur un système bien connu par ailleurs, et qui n’avait désormais rien de régional, mieux vaut s’interroger sur un bilan d’ensemble, qui permette de prendre en compte les constantes comme les évolutions.

III. Le Languedoc et la guerre d’Espagne : esquisse d’un bilan

  • 27 P. Pourcine, Le département de l’Aude et la guerre avec l’Espagne 1793-1795, thèse IIIe cycle, Univ (...)

29Le renforcement du gouvernement révolutionnaire a-t-il marqué un développement considérable de l’effort de guerre languedocien ? Numériquement, l’ampleur des désertions, et l’instabilité de ce fait des effectifs réellement engagés, ne permettent pas de trancher. L’Aude avait, on l’a vu, fourni à l’été 1793 plus de 5000 hommes, l’Hérault 6000 hommes, avec dans les deux cas une capacité non négligeable de mobilisation temporaire supplémentaire. D’après le préfet Barante, écrivant il est vrai en 1802, l’Aude aurait eu en 1794 9000 hommes sous les armes, l’Hérault en avait théoriquement au même moment sans doute plus de 10 000. Mais la Terreur n’est pas parvenue à endiguer sérieusement le mouvement de désertion. D’après P. Pourcine, le tribunal militaire siégeant à Narbonne, où les déserteurs représentaient plus de la moitié des prévenus, n’a jamais manifesté une grande rigueur. Quelques condamnations à mort furent prononcées, dans le cas d’intelligence avec l’ennemi. Mais, s’agissant de déserteurs vers l’intérieur, les acquittements l’emportèrent nettement sur les quelques années de fers prévues par la loi27. Compte-tenu des délais de procédure, si le nombre des sentences culmine nettement à l’été 1794 beaucoup d’affaires remontent en fait à l’hiver précédent. Qu’il s’agisse de désertions ou de poursuites contre les réfractaires à la réquisition, le laxisme des autorités municipales et des comités de surveillance, même quand leur ferveur révolutionnaire ne fait pas de doute, est encore plus grand. Tout se passe comme si le refus de partir, ou le retour au village, étaient considérés comme des réflexes naturels, difficiles à maîtriser. La fin de la Terreur accentua naturellement le phénomène. Encore faut-il souligner que, tant que dura la guerre avec l’Espagne, les départements languedociens fournirent des contingents supérieurs à la moyenne française. Au contraire, la perspective d’avoir à servir sur des fronts plus éloignés semble avoir porté après 1795 les défections à un niveau rarement atteint ailleurs. Au total, outre l’amélioration du commandement, le mérite du gouvernement révolutionnaire est d’avoir réussi à maintenir des contingents relativement stabilisés, donc peu à peu aguerris.

  • 28 A.D. Aude, Carcassonne, Correspondance, D2 n.3.

30Dès 1793, l’insuffisance des réquisitions et les résultats décevants des marchés passés avec les entrepreneurs avaient amené les autorités locales comme les représentants à amorcer l’organisation d’ateliers nationaux. Réclamé au printemps par les officiers municipaux pour lutter contre l’égoïsme des fabricants, un atelier pour l’habillement des troupes fut mis en service à Carcassonne en septembre 1793. Un an plus tard, il avait fabriqué « environ 120 000 objets d’habillement »28. Fin mai 1793 le département de l’Aude avait décidé la création d’un atelier d’affûts de canons, en septembre une centaine d’ouvriers y travaillaient onze heures par jour. Un atelier de selles et bottes entra aussi bientôt en activité. A Toulouse, s’organisèrent une poudrerie, une fabrique de baïonnettes, un arsenal, et une fonderie de canons, qui ne fonctionna qu’à partir de 1794, tout comme la fabrique de baïonnettes et l’atelier de réparation d’armes de Carcassonne. De toute façon, c’est en 1794 que l’ensemble des entreprises militaires atteignirent leur plein rendement.

  • 29 Voir aussi, Cl. Alberge, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Egalité », Etudes su (...)

31Créé dès le début de la guerre, surchargé dès l’été 1793, le service de santé parvint également à son plus grand développement en l’an II. Dans l’Aude, on comptait alors 18 hôpitaux militaires représentants plus de 5000 lits, dans l’Hérault une dizaine, soit plus de 4000 lits. La mortalité y était d’ailleurs très forte : 134 morts par mois dans un des hôpitaux de Carcassonne pendant l’hiver 1793-1794.29

32Tous ces efforts supposaient une logistique efficace. Les réquisitions de charrettes furent dès le début une lourde charge pour les villages, et en l’an II seule la Terreur put les rendre opérantes. Pourtant, en prairial an II, il aurait fallu près de 2500 charrettes à Narbonne, il y en avait tout au plus un millier. Le Comité civil et militaire de Narbonne avait rapidement compris l’importance vitale du canal du Midi : à l’été 1793, un printemps humide ayant permis de limiter l’interruption annuelle de navigation, on ne comptait pas moins de 20 barques par jour entre Carcassonne et Narbonne pour le fourrage, et autant pour les autres denrées. En outre, les péniches étaient le meilleur moyen, au retour, pour acheminer sans trop de secousses les blessés vers Carcassonne ou Toulouse.

  • 30 P. Pourcine, Le département de l’Aude et la guerre avec l’Espagne, op. cit., indique pour les délit (...)

33Dans tous les domaines, donc, l’an II vit l’aboutissement des voies tracées en 1793, mais la Terreur permit, avec une efficacité toute relative, de lutter contre les malversations multiples des entrepreneurs, et contre la mauvaise volonté des ouvriers, mécontents de la hausse des prix, accélérée par les réquisitions de l’armée.30

  • 31 Pour plus de détails, G. Fournier et M. Péronnet, La Révolution dans l’Aude, Horvath, 1989, pp. 111 (...)

34Les levées d’hommes désorganisèrent la vie agricole, les charrois ruinèrent l’infrastructure routière, les réquisitions pesèrent lourdement sur la crise de subsistances. Le bilan économique, pourtant, fut loin d’être entièrement négatif. L’industrie textile, reconvertie dans l’habillement des troupes, sortit provisoirement du long marasme qu’elle traversait depuis les années 1780. Les chômeurs non requis trouvèrent des emplois dans les ateliers militaires et les hôpitaux. L’activité de la batellerie et du cabotage fut stimulée. La paix avec l’Espagne, aggravant les effets de la crise liée au brusque retour de la liberté économique, accentua les tensions sociales. Un mois plus tard, le 5 fructidor an III (22 août 1795), la municipalité de Carcassonne réclamait la réouverture des travaux de détournement du canal du Midi pour absorber la montée du chômage31.

  • 32 G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc, du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècle(...)

35Les changements qui ont marqué la mobilisation des hommes et des moyens de l’an II visaient surtout à vaincre les lassitudes et les renoncements, et à assurer la continuité de l’effort initial. Le séjour plus prolongé des représentants dans les départements languedociens à partir de la crise « fédéraliste », l’effacement, avec la mise en place du gouvernement révolutionnaire, des administrations départementales, se traduisent incontestablement par un recul de la gestion locale des affaires militaires. En dehors de Toulouse ou Montpellier, cependant, les représentants ne font que des séjours relativement courts, et parfois tardifs. Ils doivent s’appuyer largement sur les sociétés populaires, les administrations de districts, les agents nationaux et les municipalités, tous organismes il est vrai épurés par leurs soins, mais après consultation de leurs informateurs locaux. Essayons, à partir de quelques exemples, de mesurer la part réservée à ces administrations locales. Au conseil général de la commune de Carcassonne, les affaires militaires, y compris les réquisitions pour l’armée, exigent 6 débats en 1792 (3,6 % des délibérations), 128 en 1793 (18,1 %), 453 en 1794 (23,5 %), 129 en 1795 (20,3 %). Dans le gonflement considérable des affaires en 1794 les questions militaires occupent donc une place privilégiée : elles venaient en second rang en 1793, bien après les subsistances, elles se situent nettement au premier rang en 1794. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, si elles prennent une part encore plus grande dans les activités de l’exécutif municipal, il n’y a pas à ce niveau de croissance significative en pourcentage : 36 % de la correspondance des officiers municipaux au premier semestre de 1793, 35 % lors du second semestre, 38 % pour le premier semestre de 1794, avec en outre, il est vrai, 28 % de la correspondance de l’agent national. Une grande partie de ces affaires a donc été délibérée en conseil, et plus encore en 1794 qu’en 1793. Beaucoup de ces délibérations, certes, étaient de simples préalables avant exécution, mais un nombre non négligeable impliquaient une large part d’initiative. Par contre, les liens directs avec le front s’effacent au début de 1794 : la correspondance des officiers municipaux avec Perpignan passe de 10 % au premier semestre 1793 à 16 % au second, pour retomber à 12,8 % au premier semestre de 1794, le courrier devenant en fait très rare à partir du mois d’avril. Les villages offrent des évolutions fort diverses. Dans le Toulousain, à Castelmaurou les affaires militaires occupent 21,7 % des délibérations en 1793 et 30 % en 1794. Mais la charge s’accroît surtout dans le Biterrois, en fonction des réquisitions de charrettes : à Lieuran, on passe de 20 % des délibérations en 1793 à plus de 35 % en 1794. A la différence des villes, les délibérations villageoises, prises le plus souvent sous la pression des autorités supérieures, laissent peu de place à l’initiative locale32.

36Outre les activités déjà énoncées, les autorités municipales urbaines eurent à résoudre le délicat problème du logement des troupes et de leurs rapports avec les habitants. A Carcassonne, alors qu’il y avait en janvier 1794 une garnison de 1700 hommes, sans doute en cours d’instruction, le passage régulier de plusieurs centaines de militaires représentait une lourde charge. La caserne étant saturée, il fallait avoir recours au logement chez l’habitant, les pauvres même ne pouvant être épargnés. Le 9 septembre 1793, le conseil municipal dénonçait une situation telle que les femmes même des patriotes partis pour le front devaient supporter ce logement, dangereux pour elles. Ils réclamaient donc la transformation des maisons nationales en casernes. Et le 28 novembre les officiers municipaux écrivaient à l’administration du département :

  • 33 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

« C’est un vrai impôt que la nécessité où nous nous trouvons tous les jours de loger des volontaires, et les habitants des campagnes, pour qui la Révolution est faite, tranquilles, fort à leur aise dans leurs foyers vivent exempts de cette corvée. Il faut qu’elle pèse sur eux. Il faut, afin que les lois de l’égalité ne soient pas violées qu’ils payent pour cet objet une contribution pécunière qui nous indemnisera d’autant ».33

37Cette étrange argumentation resta sans effet, même après la transformation de quelques couvents en casernes les lamentations se poursuivirent.

38L’indiscipline des troupes contribuait d’ailleurs largement à les faire ressentir comme un corps étranger, perturbant les habitudes provinciales. Par suite, semble-t-il, de la faiblesse ou de l’indifférence des généraux commandant la place, l’instauration du gouvernement révolutionnaire n’apporta sur ce plan aucune amélioration. L’agent national et les officiers municipaux multipliaient en vain des mesures de police qu’ils n’arrivaient pas à faire respecter, même s’il leur arrivait de procéder à l’emprisonnement pour quelques jours des plus remuants. Le 9 germinal an II (29 mars 1794), l’agent national écrivait au général Fabrefonds :

  • 34 A.D. Aude, Carcassonne, Correspondance des agents nationaux, D2 n.2.

« Le temps de la subordination est venu, il faut que le soldat plie sous la volonté des chefs qui veulent établir le règne de la justice. S’il s’écarte des devoirs prescrits par la morale il doit être puni. Les volontaires en cantonnement dans cette commune portent l’alarme dans les campagnes, ils tirent aux canards, aux pigeons, et les emportent. »34

39Pendant l’été 1794 les hussards multiplièrent les incidents, faisant scandale à la société populaire comme au spectacle, brutalisant les habitants, vendangeant les vignes à leur façon, transformant leur caserne en « cloaque ». Le 28 messidor l’agent national adressait cette fois aux représentants à l’armée des Pyrénées-Orientales une dénonciation véhémente contre le général Lierre Marboc :

« Le peu de respect que ce général divisionnaire a eu pour la municipalité et l’indécence de sa conduite sont prouvés. Vous ne permettrez pas que la Liberté et la vie des citoyens soient si ouvertement compromises. [...] Sous l’ancien régime de pareils écarts auraient été impunis. Le despotisme royal tolérait le despotisme militaire ; mais les temps sont changés. Des républicains qui ont fait guillotiner le premier n’épargneront pas le second ».

40Le même jour, il transmettait la même plainte à l’accusateur public près le tribunal militaire, à Narbonne :

  • 35 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.2.

« ... Il est constant qu’il a méconnu, outragé l’autorité municipale, et que les droits des citoyens ont été violés. Nous savons réprimer l’audace des tyrans ; nous saurons faire rentrer dans son devoir l’individu qui s’en écarte. Il est étonnant que celui qui est armé contre le despotisme l’exerce »35.

41Ce franc-parler des autorités municipales ne parvint guère à obtenir d’amélioration. Leur attitude n’était d’ailleurs pas dépourvue d’ambiguïté : après avoir tant souffert de la présence des troupes, elles déplorèrent, après la paix, leur départ qui les laissait seules face au mécontentement populaire provoqué par l’aggravation de la crise économique.

42Vus de près, les militaires n’honoraient guère la République ; face à l’ennemi, « nos frères d’armes » devenaient des héros et mêmes leurs succès lointains ramenaient au front des Pyrénées. Evoquant le 26 thermidor (13 août 1794), la victoire de Fleurus, la municipalité de Carcassonne s’adressait à la Convention en ces termes :

  • 36 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.3.

« Ainsi donc les cris de mort des esclaves de la Castille avaient retenti dans les bataillons des despotes du Nord et y avait semé le découragement et l’effroi. [...].
Le peuple de cette commune s’est aussi livré aux élans de la fraternité et de la bienfaisance lors de la défaite totale des Espagnols et son évacuation du territoire français [...].
... poursuivez sans relâche les ennemis du dedans et du dehors et ne posez les armes que lorsque vous ne verrez dans tous les peuples du monde que des admirateurs et pas un ennemi »36.

43Cette exaltation patriotique nourrissait naturellement une vision négative de l’Espagne et des Espagnols. A l’été 1793, il est sans cesse question de leurs « hordes sanguinaires ». Le 30 août, les officiers municipaux de Carcassonne répondent à ceux de Calvisson, dans le Gard :

« Citoyens, comme vous nous sommes levés en masse pour exterminer cette horde d’esclaves, qui souillent depuis longtemps le territoire de la République. Ils apprendront, nos ennemis, ce que peuvent un peuple d’hommes libres ».

44Les mêmes, écrivent le 6 octobre aux représentants dans les Pyrénées-Orientales :

« La jeunesse française cueille sur les frontières de l’Espagne des lauriers journaliers, une terre libre ne sera plus bientôt souillée des pas des esclaves du despote, qui veulent le fanatisme et la barbarie. »

  • 37 A.D. Aude, Carcassonne, Délibérations, DI n° 6.

45Le 31 mai 1794, le conseil municipal de Carcassonne, apprenant la reprise de Collioure, se réjouit de la fin du « séjour infâme de l’Espagne sur le territoire français », et s’apitoie sur le sort « de nos concitoyens victimes infortunés de la férocité de l’espagnol ». Ces jugements contrastent évidemment avec les bonnes relations qu’une ville comme Carcassonne entretenait avec l’Espagne avant la Révolution et avec la vision positive de ce pays qu’on trouve à la fin du XVIIIe siècle dans l’œuvre du Languedocien Florian37.

  • 38 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n. 3.

46Si la xénophobie engendrée par les guerres de l’an II est indéniable, peut-être ne faut-il pas exagérer la portée d’une phraséologie de circonstance. Les déserteurs et prisonniers espagnols, de plus en plus nombreux en Languedoc à partir de la fin de 1794, semblent avoir été assez bien accueillis, compte-tenu de la dureté générale du moment. A Carcassonne, en janvier 1795, ils sont chargés de la réparation des chemins moyennant salaire. On les trouve au même moment dans de nombreux villages languedociens, où ils sont employés aux travaux agricoles et dispersés dans les diverses exploitations sans surveillance particulière. Ils reçoivent alors une livre de pain et 14 sols par jour. Après la paix la situation se normalisa semble-t-il assez vite. Le 18 prairial an V (6 juin 1797), la municipalité de Carcassonne « a permis au citoyen Joseph Moreno Espagnol et à son épouse de représenter la naissance de l’enfant Jésus en les prévenant du droit à acquitter pour les indigents »38. Curieux retour des choses pour un peuple dont on n’avait cessé de dénoncer la ferveur religieuse.

*
* *

47Quand on examine les rapports entre le Languedoc et la guerre d’Espagne on est tenté d’opposer nettement la première et la seconde année de l’ère républicaine. « Par quelle fatalité les départements méridionaux sont-ils abandonnés ? » Cette question angoissée, les Languedociens se la posèrent sans cesse, au moins jusqu’à l’automne 1793, avec une indignation d’autant plus grandissante qu’après une longue passivité eux-mêmes consentaient de grands sacrifices pour faire face à l’invasion espagnole. L’éloignement géographique, comme la priorité d’autres urgences, leur paraissait moins des excuses valables que le signe tangible de la distance qui séparait les intérêts débattus dans la capitale des soucis immédiats de l’ancienne Province. Les administrations départementales, amenées à se concerter pour assurer la gestion locale de l’effort de guerre, se trouvèrent ainsi un moment confortées dans leur hostilité commune à la politique parisienne, tandis que les Languedociens prenaient en masse la direction de la frontière. Mais ce réflexe essentiellement défensif, même si les orateurs exaltés rêvaient déjà de « briser le sceptre de la tyrannie espagnole », ne résista ni au désordre d’une mobilisation improvisée, ni aux dures perspectives d’une guerre prolongée. Dans les départements les plus menacés, les administrateurs, paralysés par leurs responsabilités militaires au moment où s’accumulaient les défaites, hésitèrent d’autant plus à s’engager franchement dans le mouvement « fédéraliste » que l’opinion locale se montrait divisée. Les déboires de la gestion décentralisée de la guerre précipitèrent donc l’instauration d’une rigueur centralisatrice.

48L’opposition entre les deux périodes, outre qu’elle ménage souvent de longues transitions, n’est cependant pas absolue. Si les Languedociens durent se plier à un nouveau type de guerre, légitimé par ses succès, les autorités locales épurées gardèrent un rôle primordial dans la mise en œuvre d’un effort dont elles avaient elles-mêmes défini dès 1793 les principales orientations sans parvenir à les faire aboutir. De leur côté, le Comité de salut public et ses représentants ne réussirent jamais à enrayer sérieusement le flot des désertions, ni à résoudre l’opposition entre civils et militaires à l’arrière du front. De toute façon, malgré les résistances, les malversations, les souffrances accumulées, de l’élan désordonné de 1793 au relâchement de l’an III en passant par les dures contraintes de l’an II, les départements considérés prirent une part considérable à la guerre sous ses différents aspects. Ils en furent nécessairement marqués, en des proportions, toutefois qu’il convient de nuancer. On peut s’interroger sur la profondeur réelle, en dehors d’une petite minorité, d’un nationalisme volontiers xénophobe succédant à un large patriotisme de proximité. L’économie de guerre, en dehors de quelques créations durables à Toulouse ne fut qu’un palliatif précaire à une crise durable, ressurgie au lendemain de la paix de Bâle. D’abord imposée par la guerre, la centralisation administrative se consolida ensuite dans un contexte où la frontière des Pyrénées tenait bien peu de place.

Anmerkungen

1 AD. Aude, Carcassonne, Correspondance, D2 n° 1.

2 Correspondance des députés de l’Aude pendant la Révolution, La Révolution française, n° 30, 1896, 1.

3 Correspondance des députés de l’Aude..., op. cit.

4 Procès-verbaux des séances de l’Assemblée administrative de l’Hérault pendant la Révolution, Montpellier, 1889-1898, I p. 225.

5 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n° 1.

6 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II p. 150.

7 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II p. 150.

8 Procès-verbaux des séances de L’Assemblée administrative de l’Hérault..., II p. 72, III p. 131, II p. 150.

9 Cité par Ph. Nelidoff, La Municipalité de Toulouse pendant la Révolution française, Thèse Droit, Toulouse, 1990, 1127 p. dactylographiées, p. 375.

10 M. Lyons, Révolution et Terreur à Toulouse, Privat, 1980, p. 182.

11 Correspondance des députés de l’Aude... op. cit.

12 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 211.

13 Correspondance des députés de l’Aude... op. cit., p. 247.

14 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 180.

15 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

16 A.D. Aude, Fitou, Délibérations, 4 E 1D2.

17 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 126.

18 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

19 A.D. Aude, L 96, Extrait du procès-verbal de la session du Conseil du département de l’Aude, 30 août 1793.

20 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

21 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 87.

22 Aulard, Recueil des Actes du Comité de Salut Public.... VI p. 435.

23 M. Lyons, Révolution et Terreur à Toulouse, p. 60.

24 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 39.

25 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

26 Procès-verbaux des séances... Hérault, op. cit., III p. 289.

27 P. Pourcine, Le département de l’Aude et la guerre avec l’Espagne 1793-1795, thèse IIIe cycle, Université des Sciences sociales, Toulouse, 1985. p. 324.

28 A.D. Aude, Carcassonne, Correspondance, D2 n.3.

29 Voir aussi, Cl. Alberge, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Egalité », Etudes sur Pézenas et sa région, 1971, n° 3.

30 P. Pourcine, Le département de l’Aude et la guerre avec l’Espagne, op. cit., indique pour les délits jugés au tribunal militaire de Narbonne, 52 % de désertions, 17,2 % de vols, 9,2 % de malversations diverses, p. 325.

31 Pour plus de détails, G. Fournier et M. Péronnet, La Révolution dans l’Aude, Horvath, 1989, pp. 111-127.

32 G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc, du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècle, 3 t., 914 p. dactylographiées, Université de Toulouse-Le Mirail, 1991. T 1,2° partie, et T IV, Annexes.

33 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.1.

34 A.D. Aude, Carcassonne, Correspondance des agents nationaux, D2 n.2.

35 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.2.

36 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n.3.

37 A.D. Aude, Carcassonne, Délibérations, DI n° 6.

38 A.D. Aude, Carcassonne, D2 n. 3.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search