Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Deuxième partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : économie, mentalités, diplomatie

Révolution et contre-révolution en Roussillon : l’exemple de Millas (1789-1793)

Etienne Frenay

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer ma vive gratitude à Madame Bréjon de Lavergnée, directrice des services d’archi (...)

1La Révolution a trouvé peu de soutiens dans la paysannerie des Pyrénées-Orientales. L’armée espagnole est souvent bien accueillie lorsqu’elle pénètre, en avril 1793, dans le département. La présente communication se propose la recherche des raisons de ce comportement à travers l’étude du village de Millas. A une certaine distance de la frontière, dans la vallée de la Têt, une région où le parti patriote n’est pas négligeable, la commune de Millas s’est si profondément engagée dans la contre-révolution que 160 hommes et 25 femmes ont suivi l’armée espagnole dans sa retraite, en septembre 1793, un cas extrême dans le district de Perpignan1.

I. La communauté de Millas en 1789

2Millas, sur la rive droite de la Têt, à 17 kilomètres en amont de Perpignan est, en 1789, une grosse bourgade d’environ 1500 habitants. Son terroir s’étend à la fois dans la plaine irriguée par le canal dit Las Canals et, au-delà de la Têt, sur les pentes de la colline de Força-Réal qu’elle partage avec Corneilla-de-la-Rivière. La communauté vit sous la double autorité de la grande propriété et de son clergé.

Un pays de grande propriété

  • 1 A.D.P.O.-L. 663, matrice du rôle de la contribution foncière pour l’année 1793.

3La terre échappe largement à la paysannerie du village. Sur 350 foyers recensés, 9 familles possèdent, en 1793, 51,7 % du patrimoine foncier mais ce chiffre ne donne pas une idée complète de leur prépondérance1. Dans une économie tournée vers les cultures vivrières, les champs de la plaine, arrosés ou à l’aspre sont l’essentiel. Ces 9 familles possèdent un peu plus de 70 % de la superficie de ces champs et dominent la société villageoise. Huit de ces 9 familles sont nobles.

4Jusqu’en 1789, l’administration ne reconnaît la noblesse qu’au prince de Montbarrey, à la marquise de Blanès et à Jean Çagarriga. Le premier est tout à fait étranger au village. Ancien secrétaire d’Etat de la guerre, il vit à Versailles ou à Besançon. La marquise et Çagarriga résident dans leurs hôtels de Perpignan. Leurs intérêts à Millas sont importants. La marquise, seigneur du village, y lève d’importants droits féodaux – une dîme au douzième sur les blés, la luzerne, les agneaux, les olives, les raisins, des censives, les droits de lods et vente – et elle possède le moulin, le four et le château. Çagarriga est le premier propriétaire de la commune. Leur fermier commun, Emmanuel Torrent est un des personnages dominants de la communauté.

  • 2 L 664
  • 3 L 1194, 8 août 1792.

5D’origine modeste, ce fils de tailleur, orphelin à deux ans, a su se hisser à la condition de pagès en affermant la levée d’impôts et en louant des propriétés. En 1789, Jean Çagarriga lui confie depuis plusieurs années ces terres contre un fermage annuel de 6.600 livres2. En 1785, la marquise l’a chargé de la gestion de ses intérêts. Torrent est lui-même propriétaire d’un domaine moyen, d’un moulin à l’huile, d’une briqueterie, d’un haras pour le dépiquage des blés, d’un troupeau d’ovins. Son influence s’étend au-delà du village et il participe à la société qui entretient le grand canal d’irrigation de la vallée qui fournit aussi l’eau à la ville de Perpignan3. Premier employeur du village, il est à la tête d’une importante clientèle, salarie les collecteurs qui recueillent les dîmes, confie une partie des terres de Çagarriga à des sous-fermiers et exploite directement le reste en embauchant des ouvriers à la journée. Des domestiques attachés à sa personne forment, dans son ombre, une sorte de milice privée. Agé de 51 ans en 1789, cet homme est un « battant », d’un caractère impulsif, autoritaire, sinon brutal, ses compatriotes l’ont surnommé le Baronillou. Le Baronillou qui n’a rien d’un conciliateur, est prêt à défendre fermement les intérêts de ses mandants.

  • 4 1J 212, Précis de plaidoirie (1772)
  • 5 3 E 7. 187. 5 juin 1751. 5 bis. C 907

6« Accoutumé à ne pas trouver d’obstacle à ses désirs dans le terroir de Millas »4 , le noble Ignace Boixo est l’autre personnalité du village. Cadet de famille, il est devenu héritier universel, en 1751, lorsque son père a déshérité son frère aîné Jean qui souhaitait se marier contre la volonté paternelle5. Ignace administre ses biens avec rigueur, prête à intérêt et réinvestit régulièrement ses gains en achats de terre. Il est propriétaire, en 1793, d’environ une centaine d’ayminates – 89 en bons champs – entretient un troupeau d’ovins d’au moins 400 têtes et un haras d’une vingtaine de chevaux destinés au dépiquage des blés. Il a épousé, en 1763, une fille du baron Raphaël Noell, grand notable de Saint-Laurent-de-Cerdans. Marie-Thérèse Noell lui a donné 5 garçons et 2 filles vivants au début de la Révolution. Agé de 60 ans en 1789, éprouvé par des coliques néphrétiques, il se prépare à laisser sa succession à son fils aîné Dominique. En 1789, ses propriétés, celles de ses neveux, les nobles Jacques Boixo, Dominique Puig, Joseph Bombes et celles de son gendre, le roturier François Ferriol regroupent plus de 23 % du patrimoine foncier du village. Il est permis de parler d’un clan Boixo.

  • 6 Torreilles (Ph), Perpignan pendant la Révolution, tome I, page 115, Perpignan, 1896.

7Dans la période de troubles qui débute, la noblesse du village est divisée. Ignace Boixo et ses neveux sont nobles mais bourgeois nobles. L’administration fiscale de l’Ancien Régime les classent même parmi les bourgeois vivant de leurs rentes5bis. Tout au long du siècle qui se termine, les gentilhommes ont contesté leur noblesse. En mars 1789 encore, avec d’autres, Jean Çagarriga a demandé au Conseil souverain de ne pas enregistrer les lettres patentes du 29 février 1789 par lesquelles le roi leur reconnaissait la noblesse6. Les deux composantes de l’ordre privilégié n’abordent donc pas la Révolution dans les mêmes dispositions. Les jeunes héritiers Boixo et Ferriol qui ont fréquenté l’Université de Perpignan sont informés des nouveautés politiques et prêts à soutenir une Révolution qui leur convienne.

8En dehors des 9 grands propriétaires, une cinquantaine de foyers seulement sur 350 possèdent au moins une ayminate de bonne terre, 40 autres en détiennent de petites parcelles de quelques cartonates. Les deux tiers des Millassois sont exclus de la possession des terres de la plaine.

9Cependant, peu de ménages sont totalement privés de propriétés. Les plus pauvres se partagent la colline de Força-Réal plantée en vigne et oliviers. Les grands propriétaires ne possèdent qu’environs 8 % du vignoble, ils délaissent la viticulture, n’entretiennent que quelques ayminates qui ne leur fournissent guère plus que leur consommation domestique. Par contre, 300 foyers sur 350 possèdent à Força-Réal quelques parcelles de faible valeur.

10Les brassiers ne sont pas totalement démunis mais doivent compléter les ressources tirées de leurs petits domaines soit en prenant en fermage des parcelles des grands héritages, soit en s’embauchant comme salariés. La dénomination « brassier » utilisée à Millas, sous l’Ancien Régime, pour désigner cette paysannerie dépendante dissimule une assez grande diversité de situations. Le brassier expérimenté, propriétaire d’un cheval ou d’une paire de bœufs qui loue une dizaine d’ayminates et exploite pour son compte 4 ou 5 ayminates de vigne est fort proche du pagès indépendant. La terminologie révolutionnaire classe d’ailleurs ces exploitants dans le groupe « laboureur ».

11La situation des brassiers, propriétaires d’un jardin, de quelques cartonates de vigne complantées d’oliviers et qui complètent leurs ressources en se louant à la halle, la veille au soir ou le matin pour la journée, est bien inférieure. Les ouvriers sans terre, les domestiques, souvent venus de la montagne, parfois des pauvres villages du Fenouillet languedocien, forment seuls un véritable prolétariat.

  • 7 59 J 8, Mémoire de Pierre Ferriol.

12Mais qu’ils vivent dans une certaine aisance ou dans la pauvreté, les brassiers sont dépendants, qu’ils souhaitent obtenir une terre en fermage ou être embauchés pour la journée. La maladie, les mauvaises récoltes, l’endettement quand il faut emprunter pour se marier ou attendre la nouvelle récolte sont leur lot. Les grands propriétaires entourés de clientèles qu’ils font travailler, aident à l’occasion. Le petit fils d’Ignace Boixo, évoque ce soutien dans ses Mémoires : « Les maisons Boixo et Ferriol étaient regardées à Millas comme la providence des pauvres et les malheureux y trouvaient toujours quelque chose à glaner »7. Les familles de notables et de leurs clients cohabitent, dans le village, souvent depuis des siècles. De lointains cousinages, des liens anciens d’homme à homme donnent à la société villageoise une forte cohésion renforcée par l’esprit de clocher. La communauté fait corps face aux villages voisins de Néfiach, Saint-Féliu-d’Amont, Corneilla-de-la-Rivière avec lesquels elle entretient des antagonismes anciens que la Révolution renouvelle en leur donnant un certain contenu politique.

  • 8 A.C. Millas 1, registre de délibérations conservé par les Archives départementales, 25 mars 1788.

13Cependant, il serait abusif d’idéaliser l’harmonie sociale du village. En avril 1788, une contestation oppose les vignerons aux propriétaires des champs. Le revenu des vignes est estimé par le collecteur des impôts aux deux tiers de celui des champs. L’estimation est d’une grande injustice. La valeur d’un champ est 6 fois supérieure à celle d’une vigne, mais les propriétaires de la plaine, nobles comme roturiers, s’opposent à une taxation plus raisonnable8.

14Dans son cahier de doléances rédigé le 13 avril 1789, la communauté met en cause la grande propriété nobiliaire, demande la création d’un impôt unique payé par les privilégiés les non privilégiés, et les propriétaires absentéistes. Dans le même élan, la communauté critique le privilège qui exempte la noblesse et le clergé du payement de l’impôt municipal du trentième et des frais d’entretien du pont sur la Têt. Elle sait peut-être que Jean Çagarriga perçoit à Millas un fermage annuel de 6 600 livres et n’est imposé par les services fiscaux que pour 2 518 livres. Mais la contestation ne va pas loin, une minorité de brassiers – sans doute guère plus de 2 sur 10 – ose, après 1789, prendre ses distances avec la grande propriété.

15Les pagès, à la tête d’une dizaine d’ayminates et de quelques vignes sont les seuls paysans indépendants. Satisfaits de leur sort, soumis à la discipline de la société patriarcale, le respect des traditions est la règle de leur vie. Le pagès Jean Bach qui préside, en 1792, la Société populaire est plutôt une exception dans son milieu.

16Dans ce monde rural, les commerçants et les artisans sont les éléments les plus disposés à entendre le discours révolutionnaire. Certains marchands s’attachent aux grandes familles qui leur fournissent leur clientèle mais d’autres trouvent dans leur réussite les moyens de leur indépendance, surtout si l’horizon de leurs activités a dépassé le cadre étroit du village et leur a permis de prendre quelques distances avec le conformisme de la communauté. Le marchand de draps, Joseph Aragon, un Ariégeois, arrivé à Millas en 1763, en est une illustration. Son commerce qui s’étend sur plusieurs communes est une grande réussite. Analphabète lui-même, il a fait donner une éducation soignée à ses fils Jean et Joseph, patriotes militants à partir de 1791.

17L’influence du Languedoc a sans doute été essentielle pour beaucoup. Parmi ceux qui occupent des responsabilités dans le parti patriote, de 1791 à 1793, le mercadier Joseph Camps et le boulanger Saillens que leurs relations commerciales ont conduit hors de la province sont mariés à des Languedociennes. Le serrurier Joseph Camps, le maire de 1792, a marié sa fille au serrurier languedocien Pierre Cauneille qui fait maison commune avec lui au village. De même, le chirurgien Marcelin Imbert, promu capitaine, en décembre 1791, n’aurait pas emmené, en 1792, une quarantaine de Millassois combattre dans l’armée des Alpes puis l’armée du Rhin, s’il n’avait pas servi, sous l’Ancien Régime, pendant 8 ans, dans le régiment de Bourbon.

18Des liens familiaux antérieurs à 1789 ont sans doute joué leur rôle et annoncent les engagements de l’époque révolutionnaire. Le pagès Jean Bach est marié à une sœur du mercadier Joseph Camps, lui-même apparenté aux Raynalt d’Estagel acquis aux idées nouvelles. Joseph Aragon a marié, en 1783, sa fille Eulalie à Martin Roig de Corneilla-de-la Rivière. Roig, capitaine d’une compagnie de chasseurs de montagne en 1793 est le beau-frère de François Arago d’Estagel, un des dirigeants du département sous la Convention – le père du savant.

  • 9 3 E 29, 47, 13 avril 1787.

19Des expériences purement villageoises sont aussi à l’origine des choix politiques. La qualité des rapports du boulanger Saillens et de la marquise de Blanès étaient certainement médiocres depuis longtemps mais sont devenus franchement mauvais lorsque la marquise a usé, en 1787, de son « droit de préférence », pour enlever à Saillens un jardin qu’il avait acheté l’année précédente mais que guignait Emmanuel Torrent qui en devient propriétaire9.

20Les artisans et ouvriers – tisserands, briquetiers, cordiers ou maçons – souvent issus de villages voisins et donc peu intégrés dans la commune ce qui leur laisse de l’indépendance, fournissent aussi, à partir de 1791, une certaine assise populaire au parti patriote.

21L’engagement des éléments actifs des deux partis, patriotes et aristocrates qui s’affrontent en 1793, s’est préparé avant 1789 et leurs choix semblent fixés dès l’automne 1791. Les transfuges – essentiellement des brassiers – sont relativement rares.

La tutelle de l’Eglise

  • 10 3 E 29, 46, 18 juin 1791.

22L’Eglise est, avec la grande propriété, l’autre puissance de la société millassoise. Elle reste espagnole dans ses orientations. La personnalité catalane s’est formée au cours des longues luttes menées par les rois et l’Eglise contre les infidèles et les hérésies. Ce passé règle toujours les consciences comme en témoigne ce certificat délivré, en juin 1791, à un élève chirurgien par le maire Ignace Boixo et 3 notables du village : « Ses pères et mères, écrivent-ils, n’ont jamais été repris de justice, ni descendants d’aucune secte mahométane, juive, luthérienne, calviniste, ni de toute autre mauvaise secte, mais bien au contraire sont tous des descendants de très bons chrétiens, observateurs des commandements de Dieu et de l’Eglise, sans la moindre tache d’infamie »10. L’écart mental entre cette formule de notaire approuvée par 4 personnalités du village et la politique de l’Assemblée constituante est saisissant. En 1791, l’égalité est reconnue en France aux protestants depuis deux ans et les juifs l’ont obtenue en partie ou sont sur le point de l’obtenir. Le maire et ses amis en restent aux statuts de pureté de sang des XVIe et XVIIe siècles espagnols. Leur conservatisme s’explique. L’Eglise par le recrutement local de son clergé, l’utilisation qu’elle fait de la langue catalane est, depuis 1659, face au pouvoir d’État de la monarchie française, la gardienne de la personnalité régionale. Toute remise en cause de ses valeurs traditionnelles est ressentie comme une remise en cause de la communauté elle-même.

  • 11 Capeille (J), Etude historique sur Millas, Céret, 1900.

23Religion et vie civile se confondent. Les marguillers qui gèrent le patrimoine de l’Eglise sont choisis en même temps que le conseil spécial de la ville et les clavaires. Le consulat finance le prédicateur du carême, les processions, fournit les cierges des cérémonies11. Les places du batlle et des consuls à la messe et dans les processions sont réglées par la justice du marquisat.

  • 12 G 810, G 813, G 815.

24L’autorité du clergé semble sans contestation et d’autant mieux assurée que ses effectifs sont impressionnants. En 1789, 10 prêtres, 4 clercs tonsurés, sans compter l’ermite de Força-Real assurent le culte soit 1 prêtre pour 35 familles, une densité analogue à celle de Saint-Laurent-de-Cerdans où Raymond Sala dénombre un prêtre pour 150 à 200 habitants. Ce clergé est en majorité originaire de Millas. Les études au séminaire étant assez coûteuses, il est issu de familles de petits ou grands notables qui ont déjà souvent fourni des prêtres au village. Obtenir un bénéfice ecclésiastique est une façon honorable de placer un fils cadet. Les bénéfices sont attribués par les héritiers des fondateurs ou par les consuls de la communauté12. Les nominations sont donc une affaire de relations dans le milieu local. Après avoir obtenu un bénéfice, le postulant doit être accepté par la communauté des prêtres, c’est-à-dire par les siens. L’investiture de l’évêque n’apporte qu’une confirmation à un choix déjà fait. Ce clergé est uni à ses paroissiens dont il est bien connu par des liens anciens de parenté et d’amitié. Joseph Aigouin, le curé domer du village, depuis 23 ans, est le fils d’un officier languedocien mais sa mère est originaire de Millas.

  • 13 Q 115, Q483, L 61 (4 mai 1791), L 1164.

25Les richesses ne mettent pas de barrière entre ce clergé et les fidèles. La marquise de Blanès, seigneur du village, perçoit à son profit l’essentiel des dîmes. Les revenus annuels de la communauté ecclésiastique, en y incluant les fermages de ses propriétés, quelques dîmes, des censives et les rentes des fondations pieuses peuvent être évalués à 5 600 livres. Le curé, grâce à sa portion congrue de 700 livres, dispose de 960 livres. Les ressources des autres prêtres de la communauté sont d’environ 500 livres, ce qui leur assure tout juste une vie décente, même quand quelques ressources supplémentaires s’ajoutent, pour certains, aux revenus de la communauté13.

26Comme ailleurs, la vie religieuse a été organisée, au XVIIe siècle, dans l’esprit de la contre-réforme. Avant 1659, le protestantisme n’est pas à Millas une menace lointaine. La frontière avec le Languedoc est proche et les huguenots y sont actifs. L’annexion n’a fait qu’augmenter les menaces de contamination.

  • 14 De Beaulieu (E.M.), Les sanctuaires de la Vierge en Roussillon, Perpignan, 1904, page 142.

27Le culte de Notre-Dame-du-Remède, présente dans le grand retable de l’Eglise paroissiale et qui dispose d’une chapelle au bord de la rivière, est significatif. Il s’est développé, à Barcelone, à partir d’une statue de la Vierge brisée par des protestants flamands14. La participation à la messe du dimanche, la communion – pas seulement à Pâques –, la confession forment le fond des pratiques religieuses. S’y ajoute la participation aux confréries : ancienne confrérie de la Sanch, confrérie du Rosaire et confrérie du Saint-Sacrement. Elles réunissent régulièrement notables, brassiers et artisans et créent entre leurs membres des liens qui renforcent la cohésion du village. Même les femmes sont admises, à Millas, à administrer la confrérie du Rosaire. Les grandes processions sont aussi l’occasion de rassemblements attendus. Le 25 mars, à Saint-Féliu-d’Amont, le lundi de Pentecôte à Força-Réal, le 8 septembre à la chapelle de Notre-Dame-du-Remède. Le 10 décembre, le village célèbre Sainte-Eulalie, patronne du village.

  • 15 Revue catalane, 15 novembre 1917.
  • 16 L non classé, procès Raymond.

28Le culte des reliques15, la peur du démon, la prière pour obtenir de bonnes pluies, « pour la bénédiction des fruits de la terre » ou pour échapper aux maladies alimentent peut-être souvent pour l’essentiel la vie spirituelle des fidèles mais l’éclat des cérémonies contribue à les attacher au culte. Le grand retable commandé, en 1647, au sculpteur Tremollas les préside dans l’Eglise paroissiale, avec ses statues de Sainte-Eulalie, de Notre-Dame-du-Remède, de Saint-Jean. Il fait le décor du fond de l’église, éclairé par des cierges que la communauté et la marguillerie exigent de leurs fermiers. Une des rares conditions imposées aux postulants qui sollicitent leur admission dans la communauté des prêtres est de savoir pratiquer le plain-chant. L’orgue financé par un bénéfice particulier et par la municipalité accompagne les offices. La messe du dimanche est d’une grande solennité servie par un abondant personnel de prêtres et de diacres, suivie au premier rang par le batlle et les consuls, même si elle garde par certains côtés un caractère rustique. Des témoignages nous montrent le maire Ignace Boixo prisant, se mouchant et crachant pendant l’office du dimanche, en juillet 179116.

  • 17 L. non classé, procédure après les incidents du 17 février 1791 qui ont opposé les habitants de Mil (...)
  • 18 C. 1791.

29L’influence du clergé dépasse le cadre de l’église. Maître de l’état-civil, il est le conseiller de la vie sociale quotidienne, arbitre les querelles de famille, s’efforce de calmer les émotions populaires. Quand, en 1791, Raymond, le fils naturel du maire Ignace Boixo fait du scandale dans le village pour obtenir de son père une part d’héritage, le curé s’efforce de l’apaiser. Le même curé protège, en février 1791, deux hommes de Néfiach, prisonniers des Millassois qui les molestent17. Dans un souci de paix, il intervient en faveur des propriétaires de terres irriguées quand la communauté envisage, en 1788, d’augmenter leurs impôts. Enfin il distribue le quinquina, remède des paludéens et les autres médicaments contenus dans les « boites » que lui fait parvenir l’intendant18.

  • 19 59 J 8, Mémoire de Piene Ferrio, f. 43.
  • 20 Statistique établie à partir des signatures des mariés et mariées de 1780 à 1790 (136 mariages).

30Sa vie quotidienne réglée par la tradition, isolée des provinces intérieures par la langue, par la conscience de son identité originale, par ses méfiances, la population de Millas participe assez peu aux émotions qui troublent le reste du royaume. Sans doute y-a-t-il, à Millas, des esprits rebelles, ceux qui, pendant l’automne 1793, organiseront le brûlement de statues religieuses19. Mais l’influence des lumières est limitée. Le catéchisme, les sermons, les processions alimentent le fond des croyances. La commune possède une école mais 95 % des femmes sont analphabètes. Le 21 septembre 1788 une assemblée de la communauté se déclare presque à l’unanimité – 79 voix – contre l’ouverture d’une école de filles. Trois hommes sur quatre sont eux aussi analphabètes, et, parmi eux, 92 % des brassiers, 44 % des commerçants, un tiers des pagès, les paysans aisés20.

  • 21 A.C. Millas, registre de délibérations, 24 avril 1792

31Les jeunes héritiers des grandes familles qui ont poursuivi des études à Perpignan sont au courant des nouvelles écoles de pensée mais rares sont au niveau du village – en dehors peut-être du chirurgien Marcelin Imbert – les personnalités enclines à vulgariser les lumières dans la paysannerie. Les seuls « instruits » militants des réformes sont de tout jeunes hommes d’une vingtaine d’années comme « l’étudiant en philosophie », Jean Aragon, isolés aux côtés des brassiers avec lesquels ils manifestent dans les rues de Millas, pendant l’automne 1791. Soucieux de surmonter ce handicap, en avril 1792, la municipalité patriote justifie le recrutement d’un instituteur en faisant valoir que « vu la crasse ignorance qui règne dans cette ville », « sans l’instruction, il est impossible que les enfants de cette commune puissent goûter le fruit de la Constitution »21.

II. Les premières difficultés

32A partir des élections de 1790, le département est administré par des patriotes feuillants comme Llucia ou jacobins comme Moynier. Ces politiques, même s’ils n’aiment pas les avouer, connaissent les faiblesses de la Révolution dans les Pyrénées-Orientales. L’hostilité du clergé et de la paysannerie à la Constitution civile du clergé rend leur tâche difficile dès la fin de 1790. Leur souci constant est d’éviter une dérive du département vers la contre-révolution. Ils ont besoin pour cela de bonnes relations avec des grands notables comme les Boixos de Millas, capables de maîtriser une paysannerie susceptible de devenir turbulente.

33L’histoire de la Révolution à Millas jusqu’au ralliement du village à l’armée espagnole, en juillet 1793, est l’histoire du lent affaiblissement de l’alliance qui unit la famille Boixo à la direction départementale à mesure que la communauté prend ses distances avec la Révolution.

34Le clan Boixo est formé de politiques avisés qui pensent sans doute que la Révolution risque de leur faire perdre quelques privilèges mais que les réformes peuvent aussi ouvrir de nouvelles perspectives à leurs activités, et ils les acceptent à condition qu’elles ne franchissent pas certaines bornes. Le notaire Joseph Grau définit leur point de vue, le 18 juin 1791 : « Ils sont pour la Révolution, mais pas pour la révolte ».

35Ignace Boixo devient maire de Millas, son fils Dominique, avocat, entre, en mai 1790, dans le conseil du district ; son gendre François Ferriol, avocat lui aussi, est élu, en septembre 1791, vice-président du Conseil départemental. Le notaire perpignanais Jean Baptiste Ferriol, frère de François, fait même partie de la délégation qui représente le département à la fête de la fédération, le 14 juillet 1790.

  • 22 L 664.

36Les élections municipales du 1er février 1790 donnent directement le pouvoir politique à Ignace Boixo, élu maire avec 129 voix, soit 86 % des suffrages des 139 présents – 49,6 % des voix des inscrits. La consultation confirme l’autorité de la famille22. Boixo s’entoure d’officiers municipaux qui lui sont souvent attachés par des liens anciens mais choisis selon les traditions politiques catalanes qui accordent une représentation au moins symbolique aux différents « bras » de la société. Sont élus un mercadier, un pagès, un boulanger, un pauvre brassier, le fermier du prince de Montbarrey.

  • 23 L 430
  • 24 L 664.

37La nouvelle municipalité rencontre ses premières difficultés dès l’automne avec les problèmes nés de la Constitution civile du clergé. L’assemblée nationale, en transférant à la collectivité les biens de l’église, s’est immiscée dans les affaires du village. Le patrimoine de la communauté des prêtres est constitué de donations faites par des familles qui conservent un droit de patronage sur ces biens que le village considère comme siens. Pour une partie des habitants, la nationalisation est donc une spoliation. La mise en place de la Constitution civile du clergé pose des problèmes encore plus difficiles. Non seulement elle impose le serment au clergé mais, en ne salariant qu’un curé et deux vicaires, elle met fin à l’antique communauté des prêtres et ignore 7 de ses 10 membres, même si elle leur accorde une pension. Dès l’automne 1790, le village est en émoi. Près de 20 % des habitants demandent, dans une pétition, de « conserver la religion dans laquelle ils étaient nés et voulaient mourir »23. Les élections municipales du 21 novembre se déroulent dans une certaine agitation. La participation est faible – moins de 25 % des inscrits. « Un esprit de discorde » divise le village. Le maire Ignace Boixo n’est réélu qu’avec 37 voix sur 63 votants soit 14 % des inscrits24.

  • 25 L 1448, L 430, L 1157 (23 janvier 1791).

38Dans la crise qui débute, les dirigeants de la municipalité soutiennent la Constitution civile et choisissent ostensiblement leur camp. Ils organisent, le dimanche 16 janvier 1791, de concert avec les communes voisines, une manifestation d’« union patriotique », « dans ce moment décisif, écrivent-ils, où les ennemis de la Constitution répandent que l’Assemblée nationale veut détruire le culte de nos pères. Loin de nous cette idée. » Le Club de Perpignan, « Les amis de la Constitution », enchanté de ce renfort reçoit » avec un plaisir infini « la nouvelle du rassemblement. Llucia, le procureur syndic du département, en difficulté à Perpignan, remercie lui aussi les Millassois d’« avoir les premiers fait retentir votre plaine de cris de « Vive la nation ». Sans doute sous la pression de la municipalité, le 23 janvier 1791, le curé Aigouin et ses vicaires prêtent le serment. En apparence, tout est pour le mieux25.

  • 26 Cité par Vidal (P.), Histoire de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1 (...)

39La situation se dégrade cependant très vite. Des prêtres de l’ancienne communauté dénoncent la nouvelle Constitution du clergé. Pendant la semaine de Pâques, « des ministres pervers » « ont abusé (à Millas) du pouvoir que leur donne le tribunal de la pénitence »26. Quatre jours après l’entrée en fonction de l’évêque constitutionnel Deville, le 1er mai, le curé et ses vicaires rétractent leur serment. Les esprits se calment cependant. Commence une période ambigüe qui dure jusqu’à l’été de 1792. Au district, à Perpignan, Dominique Boixo soutient la politique religieuse de l’administration et au village la famille entretient les meilleurs rapports avec le clergé non jureur. Le Directoire départemental et la municipalité semblent avoir conclu un accord tacite et gèlent la situation. Le clergé non jureur continue le culte. La liberté religieuse accordée par le décret du 7 mai 1791 le permet. Il suffit de ne pas élire de prêtre constitutionnel pour éviter les incidents, ce qui est d’autant plus facile que « les prêtres bien intentionnés » sont rares dans les Pyrénées-Orientales. Le curé réfractaire Aigouin tient les registres de baptêmes, mariages, sépultures pendant l’année 1791. Les anciens prêtres bénéficiaires l’assistent. L’ancienne communauté des prêtres survit à la Constitution civile du clergé jusqu’en juillet 1792.

III. Un automne chaud

  • 27 L 268, lettre au député Roca.
  • 28 L67, 30 juillet 1791.
  • 29 L 270, lettre de Moynier aux députés du département (26 janvier 1792).
  • 30 L. non classé, témoignage de Jacques Bach, prêtre, procédure, après la fusillade du 9 octobre 1791  (...)

40A partir de l’été 1791, après la fuite du roi à Varennes, la situation politique devient cependant plus difficile à gérer. L’Espagne dont l’hostilité est manifeste semble se préparer à la guerre. Llucia, procureur syndic du département estime, dès août 1791, que les aristocrates « ont pour eux le Vallespir, pays limitrophe de l’Espagne que nous ne pouvons plus contenir »27 2829. Le 24 septembre à Perpignan, le comte de Saillens tente de soulever le 12e bataillon de chasseurs et de s’emparer de la citadelle. Il échoue mais l’alerte est chaude. Ces affrontements politiques ébranlent la cohésion de la société millassoise. A la fin juillet, un « nombre considérable » de citoyens refuse de s’acquitter de leur contribution patriotique. Le Directoire du département y voit « l’effet d’un civisme refroidi ». La question religieuse reste au cœur de la crise politique. Depuis plusieurs mois, un habitant de la commune voisine de Corbère est en prison en Espagne, à Figuères, pour avoir soutenu « qu’il ne croyait pas que le pape eût le droit de nous excommunier ». En octobre 1791, deux jeunes patriotes instruits, Joseph Aragon et Jean Gousi provoquent les prêtres du village réunis devant la maison du curé, leur « vomissent » mille injures « disant » que c’était à Ille qu’on les menait et que s’il y avait dans ce moment là une pièce de canon », « ils la verraient tirer sur les prêtres à leur grande satisfaction »30. Ces propos rejoignent ceux du vigneron Barthélemi Garriga qui « disait qu’il faudrait faire sauter la calotte des prêtres de Millas ». Fait nouveau, certains patriotes passent de l’anticléricalisme au défi antinobiliaire. Le « Ça ira » est leur chant pendant l’automne 1791. Le musicien aveugle Sébastien Borrell, issu d’une famille de pagès en voie de déclassement, joue l’air sur son violon jusque sous le nez du maire Boixo. Certains déclarent « qu’il fallait détruire les nobles et les riches de cette ville, même quelquefois à leur face ».

  • 31 L non classé, procès Raymond.

41Petit événement mais significatif du changement de climat social, l’arrivée au village du tailleur Raymond, enfant naturel d’Ignace Boixo et de la fille d’un tailleur du village31. Elevé en nourrice, Raymond, qui vivait en Languedoc s’installe à Thuir et sort de l’ombre, au début de l’été 1791, pour réclamer une part de l’héritage familial. Mal accueilli, il multiplie les scandales dans les rues du village, provoque même son père pendant la grand-messe du dimanche. En vain, mais l’affaire est pénible et se termine en justice. Est-on à la veille d’une entrée inédite des milieux populaires sur la scène politique ?

  • 2 bis. L non classé, procès de Sébastien Borrell.
  • 32 L non classé, procès de François Olive, mémoire de Moynier.

42A vrai dire, en l’absence de quelque gradué en droit capable de prendre en mains leurs revendications, les brassiers analphabètes ne semblent pas être parvenus à s’exprimer autrement que dans des rixes ou des vols de lapins2. Le parti « aristocrate » est armé pour se défendre. Les Boixos ne s’impliquent pas directement dans les luttes villageoises et continuent leur collaboration avec les autorités patriotiques de Perpignan. La riposte vient d’Emmanuel Torrent, le fermier de la marquise et de Jean Çagarriga. D’après Moynier, procureur syndic du département à la fin de 1791, le parti aristocrate « grossissait tous les jours par l’usage qu’il faisait des moyens que fournit la fortune et la séduction ». Il dispose d’un club. Ses membres « donnoient des repas à ceux qu’ils mettaient dans leur intérêt », « refusoient de vendre du blé aux citoyens dont ils connoissoient les vrais principes et la fermeté », portaient la cocarde rouge en attendant d’arborer la cocarde blanche. Les patriotes « étaient continuellement provoqués, insultés, menacés ». Toujours d’après Moynier, « le nombre des citoyens domiciliés à Millas qui étaient attachés à la Constitution était fort petit ». Minoritaires, ils forment cependant une opposition active32.

43Pendant l’automne 1791, les violences se succèdent entre les hommes de Torrent et les patriotes. Le 19 septembre, le maire interdit danses et rassemblements de nuit mais les patriotes les plus entreprenants bravent l’arrêté. La foire aux chevaux du 29 septembre est l’occasion de rixes entre de jeunes brassiers « aristocrates » et des habitants de Néfiach. Au début octobre, la haine entre les deux partis est à son paroxysme. Joseph Aragon tire un coup de feu en direction des fils Boixo, de leur cousin le notaire et du prêtre Jacques Bach. Dans la nuit du 9, de jeunes Millassois aidés par des gens de Néfiach mitraillent la maison de Torrent où, après une nouvelle rixe, des « royalistes » se réfugient le 1er novembre.

44Cette guerre civile larvée prend fin le 13 novembre. Une partie du conseil municipal doit être renouvelée. Pour assurer la régularité du vote, le directoire du District envoie à Millas un observateur accompagné d’une unité de la garde nationale de Perpignan, renforcée par des soldats de ligne du régiment de Cambrésis.

  • 33 L 664

45Ignace Boixo usé par une mauvaise santé, ses ennuis personnels et sans doute désireux de prendre de la distance avec une évolution politique difficile à maîtriser et qui ne lui convient pas, ne se représente pas aux élections municipales. La participation au scrutin est importante. La majorité des 94 votants élit Emmanuel Torrent, maire et trois de ses amis, officiers municipaux33. C’est un triomphe pour la fraction la plus combative du parti « aristocratique ».

  • 34 Sur ces événements : Q 719 et dans L non classé : procédure après les incidents du 13 novembre 1791 (...)
  • 35 L 664.

46Mais, au cours de la soirée qui suit, des violences retournent la situation. Des brassiers s’affrontent au cabaret et dans la rue. Le sergent qui commande le détachement de la garde nationale perpignanaise est menacé par le brassier Sébastien Gouchan, un homme de Torrent, armé d’un pistolet. Dès lors, les événements se précipitent. Gouchan et un autre suspect se réfugient dans la maison de Torrent. La garde nationale et la ligne renforcées par les patriotes du village en font le siège, tirent sur la façade jusqu’à épuisement de leurs munitions. Dans la maison d’où Emmanuel Torrent s’est évadé par les toits, sans doute avec les fugitifs, les assaillants ne trouvent que 7 jeunes domestiques armés qui y assuraient la défense du Barounillou. Dans les jours qui suivent, Torrent et les nouveaux élus démissionnent34- Le 27 novembre, le serrurier Joseph Camps, est élu maire avec 18 voix sur 26 votants, moins de 7 % des inscrits. Comme le 5 novembre 1790 à Perpignan, des violences nocturnes permettent aux patriotes soutenus par la garde nationale de gagner la mairie. L’élection de Camps et de trois de ses amis politiques, le salpétrier Joseph Gelade, le vigneron André Garriga, le pagès Jean Bach est une victoire patriote mais les patriotes restent minoritaires dans la population et trois officiers municipaux représentent le parti adverse avant tout attaché à la défense du clergé du village. La rupture entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires n’est pas complètement consommée et la municipalité Camps est encore dans une certaine mesure une municipalité de compromis35.

  • 36 L 935

47Les patriotes y sont d’autant moins assurés que, le mois suivant, en décembre, le chirurgien Marcelin Imbert s’engage dans la garde nationale soldée, suivi par 44 compatriotes en majorité des brassiers, souvent les patriotes les plus décidés36. Réunis dans la 8e compagnie du 1er bataillon, sous le commandement de Marcelin Imbert qu’ils ont élu capitaine, ils rejoignent, en 1792, l’armée des Alpes, puis l’armée du Rhin où ils participent aux batailles de Lauterbourg, Weissembourg, Fleurus.

IV. La rupture en 1792

48L’année 1792 est l’année de la rupture. A partir du printemps, le Directoire départemental débordé pratique une politique plus agressive à l’égard des « prêtres factieux » et prend un arrêté, le 9 avril, les éloignant du département. Comme dans la plupart des communes, l’arrêté n’est pas appliqué à Millas où le clergé non jureur continue ses activités. Mais, même si la commune veut l’ignorer, la politique nationale s’impose à elle.

  • 37 L 91 (10 mai 1792) et le registre de délibération de la commune de Millas.
  • 38 A.C. Millas : les lettres de l’évêque et du curé Aigouin sont conservées dans le registre de délibé (...)
  • 39 L 69 (12 juillet 1792) et L 605.

49Le mois suivant, en mai, le district exige la vente des chapelles et la livraison de leur mobilier37. A Millas, les deux ermitages de Força-Réal et de Notre-Dame-du-Remède sont concernés. Il faut faire leur inventaire. Le 28 mai, la procession du lundi de Pentecôte à Força-Réal aura-t-elle lieu ? Qui rétribuera le clergé ? La municipalité Camps n’entend pas se compromettre par un financement illégal. La procession elle-même n’est-elle pas contraire à la loi puisque la chapelle est fermée ? Le district interdit d’ailleurs peu après celle des gens de Corneilla-de-la-Rivière. L’émotion est grande. Le patriote Jean Bach, procureur de la commune reconnaît que « puisque chaque année, on avait la dévotion d’aller à Force-Réal en procession pour la bénédiction des fruits de la terre, le peuple de Millas voulait absolument continuer cet usage ». Avec beaucoup d’arrogance, le district s’en prend aux traditions les plus sacrées du village. Les passions s’exacerbent. A partir de juin, les patriotes disposent d’une société patriotique, installée dans une maison que leur loue la commune38 39Présidée par Jean Bach, elle répercute les mots d’ordre venus de Paris et de Perpignan. Le 14 juin, la municipalité retire de l’église « tous les bancs », symboles des anciens privilèges. Le clergé du village est mis en cause par une pétition demandant « la transportation des caisses ou armoires des prêtres hors de l’église de cette ville ». La municipalité refuse d’accéder à la demande mais, en juillet, la situation continue de se détériorer. Le 12, dans la commune voisine de Corbère, des citoyens demandent, par pétition, le départ du curé non jureur qui abandonne peu après la commune. Le 24 le curé Joseph Aigouin se décide au départ, accompagné de ses deux vicaires : « Il me faut ma sûreté et non des périls » écrit-il dans sa lettre d’adieu. Comme « les autres prêtres sont déjà partis », le soir du 24, Millas se trouve sans clergé.

  • 40 A.C. Millas.

50La situation est totalement inédite et l’anxiété à son comble. Le salut des âmes est en question. Qui baptisera les nouveaux-nés, assistera les mourants et les enterrera ? La crise semble si dangereuse que, le 26, l’évêque constitutionnel consulté recommande de rappeler le « Sr Aigouin qui montre les meilleures dispositions à vous servir »40. Le 28, le directoire du département emboîte le pas, ne voyant pas d’inconvénient au retour d’Aigouin et de ses vicaires et recommandant simplement à la municipalité « de protéger leurs personnes par les moyens que la loy a mis en leur possession ».

  • 41 A.C. Millas, registre des délibérations.

51Mais Aigouin ne revient pas. Au conseil municipal, les patriotes décidés à faire appel au clergé constitutionnel – le maire, Joseph Camps, Gelade, Garriga et Jean Bach – sont isolés face aux dix autres officiers municipaux et notables. Les patriotes s’efforcent d’allécher le conseil en offrant de brûler le terrier du village et de réviser la matrice foncière mais ces propositions ne trouvent pas d’audience. La sécheresse et l’entretien des canaux d’irrigation sont sa seule véritable préoccupation. La décision prise, le 23 septembre, de désarmer la commune, reste lettre morte41. Le départ des prêtres est la date charnière dans l’histoire de la Révolution à Millas. La cassure irrémédiable droite – gauche qui divise le village, pendant les siècles suivants, peut être datée du jour du départ du curé Aigouin.

  • 42 L non classé, procès de Sébastien Borrell, 23 messidor an 2.

52L’arrivée, en janvier 1793, du prêtre constitutionnel Joseph Bosch, ancien moine carme, élu curé de Millas le 16 décembre 1792 impose un choix même à ceux qui auraient voulu rester neutres. Assister à la messe de l’intrus, c’est s’excommunier. La population se partage entre les fidèles qui suivent les offices de Bosch et les autres. L’année suivante, après le départ de l’armée espagnole, avoir assisté aux messes du prêtre jureur devient un brevet de civisme. Le patriote activiste Sébastien Borrell menacera Antoine Jorda de la prison « par la raison qu’il n’allait pas à la messe du prêtre constitutionnel ».42

  • 43 L 1203 (17 juillet 1792) et L 664 (3 décembre 1792).
  • 44 L 1152 (8 octobre 1792).
  • 45 A.C. Millas, registre de délibérations (14 juin 1792) et L 91 (14 juin 1792).

53Depuis les élections de 1790, le directoire départemental a le souci constant d’éviter la dérive des Pyrénées-Orientales vers la contre-révolution. En avril 1792, la garde nationale de Millas a élu capitaines de compagnie Emmanuel Torrent et Raphaël Boixo. Dominique Boixo a reçu le commandement de la garde nationale du canton. La promotion de Torrent est inquiétante, l’autorité des Boixo confirmée. Dans une situation si trouble, le département fait des efforts pour sauvegarder de bonnes relations avec la famille. Dominique s’y prête. Docteur en droit, âgé de 25 ans, lorsqu’il a été élu, en 1790, membre du conseil du district, il n’entend sans doute pas briser sa carrière par une rupture prématurée avec le pouvoir. Il est présent au district, « en surveillance permanente » à partir du 18 juillet 1792 : « La patrie en danger demande-t-elle mes faibles services, écrit-il en décembre 1792, je quittai tout, je volai à mon poste où je n’ai cessé jusqu’à un légal remplacement de servir la République naissante qui s’élève majestueusement sur les débris de la constitution libre décrétée aux années 1789, 1790, 1791 »43. Le 8 octobre 1792, il signe encore un document accordant une allocation à l’évêque constitutionnel44 et, en décembre, il accepte le poste de procureur de sa commune où il reçoit, le 1er janvier 1793, le serment du prêtre constitutionnel Joseph Bosch. Son adhésion à la nouvelle république est cependant pour le moins pleine de réticences et il pratique à l’évidence un double langage. En juin 1792, des patriotes du village l’arrêtent alors qu’il escorte une dame de la noblesse en route pour l’émigration45 et la garde nationale du canton dont il assurait le commandement le remplace, en juillet, par le boulanger Saillens. C’est sans doute dans la crainte d’une rupture et pour tranquilliser ses alliés tout autant que par peur de révoltes populaires que Sérane, le président du département dénonce violemment le « maratisme » en décembre 1792. « Le peuple des Pyrénées-Orientales est raisonnable » écrit-il. Pourquoi s’inquiéter si les milieux populaires sont bien tenus en mains ? La fragile alliance qui permet de contenir Millas et tant d’autres villages n’en est pas moins en train de se défaire. Le procès du roi et son exécution en janvier 1793, l’éviction des députés girondins condamnée d’ailleurs par l’assemblée primaire du canton, le 23 juin 1793, sont autant d’événements qui après le départ des prêtres, décident les notables de Millas à rompre complètement avec la Révolution. L’accord de la majorité des habitants leur est acquis.

  • 46 L 664, 2 décembre 1792.

54Les élections de novembre 1792 font entrer les patriotes de Millas dans les conseils du département où le boulanger Saillens remplace François Ferriol au conseil du département et le juge de paix Joseph Camps-Camps prend la place de Dominique Boixo au District mais, à Millas, les sentiments du plus grand nombre s’expriment clairement, le 2 décembre 1792, lors de l’élection de la nouvelle municipalité. Le taux de participation est le plus élevé depuis le début de la Révolution : 153 électeurs se déplacent. Signe de la cassure irrémédiable qui divise le village, les patriotes sont écartés de l’assemblée municipale. Le nouveau maire Joseph Boher et les 5 officiers municipaux élus sont hostiles au nouveau cours de la Révolution, au moins à sa politique religieuse. Ignace Boixo revient dans la municipalité comme notable et, comme nous l’avons vu, son fils Dominique y exerce la charge de procureur46.

V. Dans l’attente de l’armée espagnole

  • 47 L 665, 14 avril et 8 mai 1793.
  • 48 L 937, 5 avril 1793.
  • 49 L 1051 et L 665 et dans L non classé : procès de François Modem et Pierre Roca.

55Les difficultés provoquées par la mobilisation des jeunes hommes sont un autre signe du rejet de la politique de la Convention. Millas a fourni plus de soldats que la moyenne des communes du département. A la fin du mois de mars 1793, 34 volontaires du 1er et 2e bataillons combattent dans la région du Rhin, 3 dans les troupes de ligne mais une vingtaine des 44 engagés de décembre 1791 sont revenus en 1793. Trouver les 7 hommes demandés à la commune, dans le cadre de la levée des 300 000 hommes s’avère difficile47 ; dès qu’ils ont eu connaissance du décret du 24 février, des jeunes patriotes parmi les plus militants se sont enrôlés dans une compagnie de chasseurs de montagne commandée par François Cazellas de Corbère. Combattre aux côtés des amis du pays, dans les environs du village, est un plaisir, et met à l’abri d’un départ plus lointain dans l’armée régulière. Quand il se présente à Millas, le 5 avril 1793, pour enrôler 15 soldats dans le 4e bataillon, Colomer, le commissaire envoyé par le district ne trouve qu’un volontaire, le frère du curé, Bonaventure Aigouin, ancien moine cordelier de 59 ans. Les 14 autres recrues sont désignées d’autorité48. Les enfants des bonnes familles se font immédiatement remplacer. Quant aux autres, pour la plupart des journaliers d’Emmanuel Torrent, ils désertent lorsqu’ils reçoivent, le mois suivant, des lettres du village les invitant à rentrer chez eux pour la moisson. 13 sur 14 obtempèrent. Les désertions sont d’ailleurs aussi nombreuses dans les autres villages du Ribéral49.

  • 50 Aulard (A)., Recueil des actes du Comité de salut public avec la correspondance officielle des repr (...)
  • 51 L 69 (26 avril 1793, L 55 (28 avril 1793), L 664, L 1196.

56Dès la fin mars 1793, l’atmosphère politique est trouble. Des désordres nécessitent la venue dans la commune voisine d’Ille-sur-Têt des représentants en mission de la Convention50. A la fin avril, quelques jours après le début de la guerre, le patriote Joseph Aragon est empêché d’évacuer ses biens menacés de pillage par des mouvements populaires soutenus par la municipalité51. La levée des 300 000 hommes aggrave peut-être la crise politique mais elle ne provoque pas de mouvement insurrectionnel. La situation des Pyrénées-Orientales est, au début de 1793, assez semblable à celle d’une Vendée qui ne se serait pas engagée dans la révolte. Avec une différence toutefois. La Vendée est seule, adossée à la mer. Devenir une tête de pont de l’armée anglaise n’est qu’une éventualité qui ne se réalisera pas. L’issue des événements est liée, dans les Pyrénées-Orientales, à l’attitude de l’Espagne, à son intervention attendue depuis 1790 et qui devient presque certaine à partir de l’exécution du roi en janvier 1793. A Saint-Laurent-de-Cerdans, sur la frontière, les notables, maîtres eux aussi du double langage, assurent la direction du département de leur fidélité mais décident de franchir le pas et font appel au roi d’Espagne : « Vers le 10 avril, d’après Fervel, trois des principaux habitants de cette commune, Noëll, Costa et Garcias s’en furent à Figuères offrir à l’ennemi de lui livrer l’entrée de leurs montagnes. » Ignace Boixo, marié à Marie-Thérèse Noëll est le beau-frère du maire de Saint-Laurent, Abdon Noël. Il est certainement au fait de ces projets et sollicité par sa belle-famille qui se trouve au centre de la conspiration qui se prépare. La frontière française est dégarnie, le cours que prend la Révolution inacceptable, sa cause semble perdue. La présence française en Roussillon va se jouer, le clan Boixo doit choisir.

  • 52 10 J 29. S’agit-il de Dominique ?
  • 53 10J 88.

57Depuis plusieurs générations, la famille sujette du roi de France s’efforce de préparer les siens à des charges administratives françaises. Jean, le frère aîné d’Ignace était docteur en droit de l’Université de Toulouse. En 1774, Ignace avait placé un de ses fils dans une pension de Narbonne, sans doute pour lui faciliter l’apprentissage de la langue française52. Jusqu’en 1792. Dominique a parié pour une carrière judiciaire ou politique à Perpignan. Cependant les relations avec l’Espagne n’ont jamais été rompues. Pierre Boixo, le neveu d’Ignace et Joseph Ferriol, frère de François, son gendre, sont gardes du corps du roi d’Espagne. Le catalan est la langue de la vie privée. Ignace tient son compte en catalan53.

58L’identité culturelle avec le Principal est restée presque complète.

  • 54 Marcel (Alice), Les conspirations de 1674 en Roussillon, Annales du Midi, 1974.

59La famille ne peut pas oublier que ses ancêtres ont animé la conspiration de 1674 qui se proposait le retour de la province à l’Espagne. Jean Boixo, étudiant à Barcelone a été le courrier de cette conspiration. Emmanuel Boixo, curé de Fourques, enrôlé dans une compagnie de miquelets a été exécuté sur la place de la Loge à Perpignan et Jean n’a dû son salut qu’à sa fuite54. Le passé remonte dans les consciences dans les moments de désarroi. Le 17 avril 1793, quand l’armée espagnole pénètre en Vallespir, la garde nationale de Saint-Laurent-de-Cerdans lui ouvre la voie et s’intègre dans l’armée espagnole sous le nom de Légion du Vallespir.

  • 55 L 36 (27 septembre 1793), 59 J 8, 10 J 34.
  • 56 Q 734 et les dossiers individuels de la série Q,
  • 57 L 663, matrice de la contribution foncière de 1793
  • 58 Procès dans L non classé et état civil de Perpignan.

60Dès ce moment, les choix sont fait à Millas. Lorsque l’armée espagnole approche, le Conseil du département décide, le 1er juillet 1793 de désarmer le village que les Espagnols occupent le lendemain. Les patriotes les plus engagés s’enfuient. En accord avec l’occupant, la famille Boixo prend alors directement en main la direction des affaires publiques. Le général Ricardos nomme Dominique Boixo régidor et une assemblée de chefs de famille élit, le 22 juillet, son beau-frère François Ferriol, consul et son cousin Dominique Puig devient batlle. Le notaire Garau, un autre cousin, assure le secrétariat de la nouvelle municipalité55. Dominique Boixo, lève à ses frais, une unité militaire de deux cents hommes dite « compagnie de Millas » que le général espagnol Ricardos incorpore le 22 juillet 1793 dans le régiment de Soria, au titre de compagnie auxiliaire. Ses membres combattent, pendant l’été, l’armée française dans les environs du village. Cette collaboration tourne au désastre après la défaite espagnole de Peyrestortes, le 17 septembre 1793, lorsque l’armée espagnole évacue la vallée de la Têt. La panique s’empare de Millas. La « compagnie » se replie, suivie par une partie de ceux qui ont trop ouvertement affiché leurs sentiments contre-révolutionnaires et qui craignent, à tort ou à raison, pour leur vie. 160 hommes, accompagnés de 25 femmes, émigrent56. Le roi d’Espagne leur accorde, le 6 décembre 1794, la citoyenneté espagnole. Dès le mois d’octobre 1793, les patriotes, débarrassés de leurs adversaires, sont maîtres du village. Après quelques exceptions, les biens des émigrés sont vendus : 36,5 % du patrimoine foncier de la commune changent de mains57. 7 hommes et 1 femme sont exécutés pour trahison ou émigration entre l’été 1793 et l’année 179658.

VI. La crise religieuse au cœur du débat

61Le passage de Millas à la contre-révolution était-il inévitable ? En 1790, le village accepte, dans sa majorité les réformes révolutionnaires. L’équipe municipale d’Ignace Boixo comprend aussi bien ceux qui émigreront que ceux qui deviendront les chefs du parti patriote. La combativité d’Emmanuel Torrent a pesé sur les orientations politiques du village et a donné une cohésion au parti « aristocrate ». En vendémiaire an 9, le maire, Joseph Aragon le présente comme la « cause principale de l’émigration de tant de brassiers ». L’accusation semble excessive et le comportement des Boixos a, pendant longtemps, plus relevé d’un suivisme prudent que de l’appel à la révolte. Leur retournement est tardif.

  • 59 L 269.

62Le village a été ébranlé dans ses assises par la crise religieuse qui développe peu à peu ses effets. Rome a beaucoup plus de poids que Paris dans la conscience populaire et Rome a condamné la Constitution civile. Après des hésitations, le curé Aigouin et ses vicaires rétractent leur serment en mai 1791. L’incompréhension entre le pouvoir politique et les fidèles est à son comble quand les autorités perpignanaises s’en prennent aux traditions les plus sacrées comme le pèlerinage à Força-Réal Le 1er mars 1793, le procureur syndic Llucia écrit aux députés du département qu’en Catalogne « le peuple considère cette guerre comme une guerre de religion »59. C’est sans doute aussi la conviction de beaucoup à Millas. Les difficultés liées à l’inflation, le recrutement des jeunes gens pour l’année ne font qu’amplifier le mécontentement.

  • 60 3 E 29, 45 (13 juillet 1790), 3 E 29, 46 (6 février 1791).
  • 61 Cahiers patriotiques ou Journal des administrations des sociétés populaires du département des Pyré (...)
  • 62 L 664 (25 novembre 1792).
  • 63 L non classé, procès de Valentin Gil (26 ventôse an 4).

63La masse des brassiers n’a guère de raisons de s’attacher au nouveau régime qui lui a peu apporté. Même la suppression de la dîme n’a pas été un bénéfice pour les fermiers. A partir de juillet 1790, les contrats prévoient une augmentation des fermages du montant de la dîme abolie – un douzième60. La distribution de terres aurait pu lier les brassiers à la Révolution mais les bourgeois patriotes de Perpignan, presque tous propriétaires fonciers, sont opposés non seulement à une réforme agraire, mais aussi à un « partage des terres des émigrés » ou des communaux. Sérane, le président du département s’explique clairement sur ce sujet, à la fin de 1792 : « Le pauvre s’est arrêté devant la propriété, devant les jouissances qui lui étaient promises ; il attendra encore61. « En réponse et pour essayer de se concilier ses compatriotes, le patriote Colomer, membre du Conseil départemental dénonce, le 25 novembre 1792, devant les citoyens du canton, l’administration du département qui « n’a pu encore faire le bien dans les communes pour avoir été obsédée par certains citoyens domiciliés à Perpignan et n’ayant pu s’occuper du bien général »62. Face à la politique si décevante menée par Perpignan, ne vaut-il pas mieux rester, entre soi, fidèles à l’ordre ancien du village ? Ainsi s’explique sans doute le mot du brassier Valentin Gil, enrôlé, en juillet 1793, dans la compagnie pro-espagnole de Millas. Quand on lui demande le mot de passe de la nouvelle unité militaire, il répond : « Regimento dels paysanos ».63 .

64L’appartenance au monde catalan joue son rôle à plusieurs niveaux. L’annexion de 1659 a engendré des comportements à certains égards « coloniaux ». Les Roussillonnais savent affecter une fausse soumission tout en restant bien décidés, quand ils le peuvent, à agir selon leurs propres inspirations. Le double langage leur est familier. Une connivence lie les gens du pays, même s’ils sont de tendances opposées. Ces habitudes rendent possibles entre les dirigeants départementaux et leurs administrés des accommodements, des accords tacites qui seraient difficiles ailleurs. La rupture s’opère lentement, de façon souterraine et ne se révèle complètement qu’avec l’arrivée de l’armée espagnole. Pas de révolte brutale comme en Vendée et pourtant le clergé réfractaire a peut-être encore plus d’ascendant sur les esprits que dans l’Ouest. L’Eglise assume la conservation de l’identité catalane. Qui s’attaque au clergé s’en prend au plus profond de la personnalité de la communauté.

65Le sentiment d’appartenir à la nation française est fragile. « Je suis catalan » est la conviction de tous. Un patriotisme français ne peut s’enraciner que chez ceux pour lesquels il est le complément de convictions républicaines. Et, à l’inverse, les idées républicaines ne sont facilement accessibles qu’à ceux qui ont des relations avec la culture française des lumières. C’est le cas de Marcelin Imbert qui entraîne, en décembre 1791, une quarantaine de ses compatriotes dans la garde nationale soldée. Au moment des grands choix de l’été 1793, l’identité de langue, de droit, de pratiques religieuses avec le Principal rend facile la fraternisation avec les Espagnols. Conscients de ce danger, les patriotes perpignanais prennent toujours soin de préciser dans leurs proclamations, que le roi d’Espagne est un roi « castillan ».

66Mais, plus qu’un nationalisme catalan actif, ce sont les choix de la Révolution – sa politique religieuse, l’exécution du roi – qui poussent tant d’habitants de Millas à sympathiser avec l’Espagne. Au début de juillet 1793, chacun pense que les Français sont finis. Les défaites de leur armée, après le 17 avril 1793, ont achevé de convaincre nombre d’hésitants. L’avenir appartient aux armes.

Notes

1 A.D.P.O.-L. 663, matrice du rôle de la contribution foncière pour l’année 1793.

2 L 664

3 L 1194, 8 août 1792.

4 1J 212, Précis de plaidoirie (1772)

5 3 E 7. 187. 5 juin 1751. 5 bis. C 907

6 Torreilles (Ph), Perpignan pendant la Révolution, tome I, page 115, Perpignan, 1896.

7 59 J 8, Mémoire de Pierre Ferriol.

8 A.C. Millas 1, registre de délibérations conservé par les Archives départementales, 25 mars 1788.

9 3 E 29, 47, 13 avril 1787.

10 3 E 29, 46, 18 juin 1791.

11 Capeille (J), Etude historique sur Millas, Céret, 1900.

12 G 810, G 813, G 815.

13 Q 115, Q483, L 61 (4 mai 1791), L 1164.

14 De Beaulieu (E.M.), Les sanctuaires de la Vierge en Roussillon, Perpignan, 1904, page 142.

15 Revue catalane, 15 novembre 1917.

16 L non classé, procès Raymond.

17 L. non classé, procédure après les incidents du 17 février 1791 qui ont opposé les habitants de Millas à ceux de Néfiach.

18 C. 1791.

19 59 J 8, Mémoire de Piene Ferrio, f. 43.

20 Statistique établie à partir des signatures des mariés et mariées de 1780 à 1790 (136 mariages).

21 A.C. Millas, registre de délibérations, 24 avril 1792

22 L 664.

23 L 430

24 L 664.

25 L 1448, L 430, L 1157 (23 janvier 1791).

26 Cité par Vidal (P.), Histoire de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1885, page 190.

27 L 268, lettre au député Roca.

28 L67, 30 juillet 1791.

29 L 270, lettre de Moynier aux députés du département (26 janvier 1792).

30 L. non classé, témoignage de Jacques Bach, prêtre, procédure, après la fusillade du 9 octobre 1791 contre la maison d’Emmanuel Torrent.

31 L non classé, procès Raymond.

32 L non classé, procès de François Olive, mémoire de Moynier.

33 L 664

34 Sur ces événements : Q 719 et dans L non classé : procédure après les incidents du 13 novembre 1791. Voir aussi L 91, 17 novembre 1791 et L 1203.

35 L 664.

36 L 935

37 L 91 (10 mai 1792) et le registre de délibération de la commune de Millas.

38 A.C. Millas : les lettres de l’évêque et du curé Aigouin sont conservées dans le registre de délibérations de la commune.

39 L 69 (12 juillet 1792) et L 605.

40 A.C. Millas.

41 A.C. Millas, registre des délibérations.

42 L non classé, procès de Sébastien Borrell, 23 messidor an 2.

43 L 1203 (17 juillet 1792) et L 664 (3 décembre 1792).

44 L 1152 (8 octobre 1792).

45 A.C. Millas, registre de délibérations (14 juin 1792) et L 91 (14 juin 1792).

46 L 664, 2 décembre 1792.

47 L 665, 14 avril et 8 mai 1793.

48 L 937, 5 avril 1793.

49 L 1051 et L 665 et dans L non classé : procès de François Modem et Pierre Roca.

50 Aulard (A)., Recueil des actes du Comité de salut public avec la correspondance officielle des représentants en mission, Paris 1889-1899, tome III, page 165, lettre de Rouyer, Le Tourneur et Brunet.

51 L 69 (26 avril 1793, L 55 (28 avril 1793), L 664, L 1196.

52 10 J 29. S’agit-il de Dominique ?

53 10J 88.

54 Marcel (Alice), Les conspirations de 1674 en Roussillon, Annales du Midi, 1974.

55 L 36 (27 septembre 1793), 59 J 8, 10 J 34.

56 Q 734 et les dossiers individuels de la série Q,

57 L 663, matrice de la contribution foncière de 1793

58 Procès dans L non classé et état civil de Perpignan.

59 L 269.

60 3 E 29, 45 (13 juillet 1790), 3 E 29, 46 (6 février 1791).

61 Cahiers patriotiques ou Journal des administrations des sociétés populaires du département des Pyrénées-Orientales, n° 2.

62 L 664 (25 novembre 1792).

63 L non classé, procès de Valentin Gil (26 ventôse an 4).

Notes de fin

1 Je tiens à exprimer ma vive gratitude à Madame Bréjon de Lavergnée, directrice des services d’archives des Pyrénées-Orientales pour l’aide qu’elle a bien voulu m’apporter tout au long de la préparation de ce travail.

2 bis. L non classé, procès de Sébastien Borrell.

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search