Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Première partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : les armées

Un peintre à l’armée des Pyrénées-Orientales : Jacques Gamelin et les victoires de 1793

Michel Cadé

Texte intégral

1Rares sont les batailles de la Révolution qui ont eu pour témoin un peintre de talent capable, à partir de croquis pris sur le vif, de restituer quelque chose de l’atmosphère et de la couleur des combats. Certes multiples sont les œuvres d’atelier évoquant les grands moments militaires de la Révolution et de l’Empire, mais ces habiles reconstitutions aux accents dramatiques qui font le charme un peu désuet de la galerie historique de Versailles, témoignent plus à force de gestes exagérés du milieu qui les vit naître que de la réalité qu’elles entendent décrire. Œuvres de convention plus que de conviction, elles figent le mouvement de l’histoire en images pieuses, parfois sublimes, souvent médiocres, et sont à l’historien d’un faible secours pour la connaissance de l’événement qu’elles prétendent relater.

  • 1 Longtemps ces toiles qui ont inspiré les tableaux de grand format que peignit Charles-Caïus Renoux (...)

2Deux représentations de deux des plus importantes batailles livrées en 1793 par l’armée des Pyrénées-Orientales échappent, pour partie au moins, à cette fatalité de l’héroïsation des combats, ce sont les deux toiles de 0,58 m sur 1,25 m peintes par Jacques Gamelin, la première en 1793, la seconde en 1799 et ayant pour sujet respectivement « La bataille du Camp de l’Union ou du Mas Ros » livrée devant Perpignan le 17 juillet 1793 et « La bataille de Peyrestortes », victoire française du 17 septembre 17931.

I. Une vie d’artiste

  • 2 Sur Gamelin, on pourra consulter l’article Gamelin dans Benezit (E.), Dictionnaire critique et docu (...)

3Nul, peut-être, plus que Jacques Gamelin n’était, de par sa formation, capable de restituer la véracité, non exempte à l’évidence de subjectivité, des combats auxquels il avait assisté, en tant que capitaine topographe attaché à l’armée des Pyrénées-Orientales. Né à Carcassonne, le 3 octobre 1738, Jacques Gamelin2, fils de drapier était destiné par son père à lui succéder. Celui-ci, afin de l’initier à la tenue des comptes d’un établissement important, l’avait fait entrer comme commis aux écritures chez un riche toulousain, le baron de Puymaurin, lui-même fils d’un prospère drapier anobli par Louis XV. Découvrant chez son commis un véritable goût pour le dessin, le baron de Puymaurin lui ouvre les portes de l’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse. Poursuivant l’habituel cursus d’un peintre au XVIIIe siècle, Jacques Gamelin monte à Paris où il suit les cours de l’Académie royale puis s’en va en 1764 parachever ses connaissances à Rome. Reçu à l’Académie Saint-Luc comme élève, il ne tarde pas à y devenir professeur en 1771 avec le titre envié de peintre de bataille. Nommé la même année peintre du pape Clément XIV, il se marie à Rome et commence une vie de peintre de Cour, chargé de commandes tant de peintures de bataille que de peintures à sujet religieux.

4Rentré en France pour visiter son père malade, le décès de celui-ci le rend riche. Il décide alors d’entreprendre à Toulouse ce qui sera son grand œuvre un recueil d’ostéologie et de myologie. Il y travaille de 1775 à 1780, engloutissant toute sa fortune dans cette œuvre étrange, où il se plait à faire danser les squelettes, avec un sens du fantastique morbide que n’eussent désavoués ni les auteurs des danses macabres du Moyen-Age finissant, ni le maître de Saragosse, ce Francisco Goya qu’il avait peut-être fréquenté durant son séjour italien.

5Malgré un travail minutieux de recherche, malgré un rendu rigoureux des os et des muscles, l’ouvrage de Gamelin fut un échec. Doit-on incriminer l’incapacité des graveurs toulousains à rivaliser avec leurs confrères parisiens, l’insuffisance de certaines études anatomiques ou tout simplement, alors que dans toute l’Europe des Lumières se multipliaient les ouvrages de ce type, ce que l’on appellerait aujourd’hui une mauvaise étude de marché ? Toujours est-il que le recueil de Gamelin lui resta sur les bras. Quasiment ruiné il se remit à peindre, fut quelque temps professeur à Montpellier et semble avoir trouvé de nombreux clients pour des tableaux qu’il faisait à la commande, avec un certain éclectisme, puisqu’il exécuta alors aussi bien des paysages et des scènes de genre ou de batailles que des peintures religieuses. Il travailla en particulier pour l’archevêque de Narbonne, ville où la Révolution le surprit nanti de grosses commandes qu’il ne devait pas achever.

6Participant au mouvement révolutionnaire, Jacques Gamelin s’engagea en 1793 dans l’Armée des Pyrénées-Orientales, comme volontaire d’un bataillon de l’Aude avec ses fils. Ses connaissances le firent nommer capitaine du génie, plus spécialement chargé d’établir cartes et plans, et c’est ainsi qu’il participa aux batailles du Camp de l’Union et de Peyrestortes en 1793 et du Boulou en 1794. Après le conflit nommé professeur de dessin à l’Ecole Normale de Carcassonne, il continua jusqu’à sa mort en 1803 à peindre des scènes de bataille, profitant jusqu’au bout des leçons que lui avait donné l’histoire, que désormais il reconstituait loin du tumulte des combats dans la quiétude de son atelier.

II. Histoire de deux tableaux

  • 3 En 1835 le directeur des Musées royaux attribue le portrait de Dagobert à Maurin (A.D.P.O. 4 N 93). (...)

7Les deux tableaux de la main de Gamelin qui sont aujourd’hui conservés à la préfecture des Pyrénées-Orientales ainsi qu’un portrait de Dugommier du même et un portrait d’attribution plus incertaine de Dagobert3, ont été achetés par le département, le premier peu de temps après la bataille qu’il représente, le second six ans plus tard.

  • 4 A.D.P.O. – L.36
  • 5 idem..

8Le 29 juillet 1793, soit 12 jours après la bataille du Camp de l’Union, l’administration départementale apprend que « le citoyen Gamelin peintre établi à Narbonne s’occupe à peindre la journée admirable du 17 juillet de la liberté et la bataille qui eut lieu ce jour-là près de Perpignan ». Elle délibère aussitôt que le procureur général syndic du département lui écrira « pour traiter avec lui sur l’achat du tableau original de cet ouvrage pour être exposé dans la salle des séances de l’administration »4. Le 14 octobre suivant, le tableau, qui porte l’inscription Gamelin pinx 1793 l’an 2 de la République une et indivisible est à Perpignan et le Conseil du département décide « qu’il sera fait mention honorable de l’offre du dit Gamelin sur le présent verbal ». Ce tableau « offert » est en fait bel et bien payé par l’administration départementale » qui accorde (à Gamelin) une indemnité de 1500 livres à prendre « sur les fonds des arts et métiers »5.

  • 6 A.D.P.O. – L. 501

9Le second tableau ne fut acquis qu’en 1799. En effet il porte l’inscription Gamelin an 8 R et correspond à une dépense de 800 livres ordonnée par le département des Pyrénées-Orientales en faveur de Jacques Gamelin pour « différents ouvrages de peinture »6, dont peut-être, outre la bataille de Peyrestortes, le portrait de Dugommier, le 2 mars 1800 sur les sommes mises à la disposition de l’administration pour solder les dépenses de l’année précédente. Sans doute l’ex-conventionnel Joseph Cassanyes devenu, le 3 thermidor an VII (21 juillet 1799) président de l’administration départementale à la faveur du coup d’Etat républicain du 30 prairial an VII (18 juin 1799) avait-il voulu, en donnant un pendant à la bataille du Camp de l’Union à laquelle il avait participé, exalter le rôle central qui avait été le sien dans la victoire de Peyrestortes plutôt que de choisir la bataille plus décisive du Boulon dont Gamelin avait fait aussi un croquis mais où il n’était pas. D’ailleurs dans le contexte d’union de tous les républicains d’après le coup d’Etat de prairial, il eût été inopportun de rappeler l’époque de la terreur que symbolisait la victoire du Boulon, tandis que la bataille de Peyrestortes avait le mérite de mettre en scène l’unanimisme supposé des révolutionnaires locaux, l’alliance entre modérés « girondins » et rares « montagnards » des Pyrénées-Orientales ayant survécu à la rupture parisienne des 31 mai et 2 juin jusqu’à l’hiver 1793. L’achat en même temps du portrait de Dugommier sur fond de Collioure, port qu’il avait repris, permettait de rendre hommage à l’ensemble de ceux qui avaient combattu à l’armée des Pyrénées-Orientales sans référence nette à la période de la terreur ou à d’autres représentants en mission que le fils du pays, Cassanyes.

III. La lumière du Camp de l’Union : guerre et paix

10Il est évident que de ces deux tableaux le plus précieux pour l’histoire est le premier. Gamelin l’a peint alors même que les souvenirs du combat étaient tout frais dans sa mémoire, les esquisses dont il s’aidait étant à peine nécessaires pour l’activer.

  • 7 A.D.P.O. – L. 1005
  • 8 Mémoire de Dagobert au Comité de salut public fin 1793.

11Cette ambitieuse composition est une vue panoramique du camp français attaqué de jour par les Espagnols. Placé en arrière du camp, du côté de Perpignan, le peintre observateur le domine ; il en dresse l’horizon avec en fond le Canigou et ses contreforts tout auréolés des fumées du combat sur la partie droite, et sur sa partie gauche la chaîne des Albères, où l’on distingue nettement les tours de la Massane et de Madeloc, surplombant la mer où l’on aperçoit quelques voiles. Le camp lui-même est signalé par des arbres de la liberté auxquels sont accrochés des drapeaux et dont l’un au moins est assez malencontreusement placé près d’une grosse batterie d’artillerie, ce qui permit à l’ennemi de régler ses tirs comme le signala, pour le déplorer, le général Daoust chef d’état-major à l’administration du département le 21 juillet7. La moitié gauche du tableau est une vue de l’organisation du camp ; on y distingue les tentes blanches des soldats, impeccablement alignées, ce qui témoigne d’une bonne connaissance de l’organisation des camps héritée de l’armée d’Ancien Régime, et dont Dagobert regrettera quelques mois plus tard que les généraux hâtivement promus par les représentants n’aient qu’une connaissance médiocre8.

12L’activité des hommes dans le camp paraît grande mais, dans l’ensemble, les mouvements s’effectuent avec discipline. Tandis que des troupes se rassemblent au centre du camp – fantassins en ordre profond et cavaliers un peu plus dispersés – à proximité du combat, elles se mettent en ligne, en ordre mince, pour offrir moins de prise aux projectiles ennemis, sauf au pied de la grande batterie, où une troupe s’apprête pour contre-attaquer à la baïonnette. Ainsi voit-on hésiter les troupes sur la formation à prendre, ordre mince hérité de l’Ancien Régime et bataillons chargeants baïonnettes croisées. Gamelin nous fait d’ailleurs ici les témoins de visu d’une période où les deux armées celle d’Ancien Régime et celle des volontaires sont loin d’être fondues en une seule. A la gauche du tableau, entre dans le camp français une troupe en uniforme blanc alors que la majorité des soldats est représentée portant l’uniforme bleu et blanc des volontaires.

  • 9 Mémoire de Dagobert au Comité de salut public fui 1793.

13Cependant, il est clair que pendant cette bataille l’arme principale est l’artillerie et principalement une grosse batterie sur une éminence ainsi que devait l’évoquer le général Friget de Barbentane, l’un des principaux acteurs de la journée : « J’établis alors de notre principale batterie le feu de nos grosses pièces qui pouvaient seules y atteindre... cette batterie fut la seule qui répondit au feu vif de l’ennemi... L’ennemi dirigea dans cette partie son plus grand feu, mais il ne put pas démonter aucune de nos pièces qui tirèrent avec un succès si grand qu’elles firent cesser plusieurs fois le feu de l’ennemi »9.

14Combat frontal mal engagé par les Espagnols dont l’artillerie ne put forcer au silence, bien au contraire, les canons français, la bataille du Camp de l’Union se solda après une contre-attaque française à demi-réussie par un demi-échec des troupes de Ricardos qui revinrent sur leurs positions. La bataille du Camp de l’Union, duel d’artillerie qui avait vu les troupes républicaines tenir sous la mitraille, méritait bien son nom de « Valmy catalan ».

15Gamelin a donné dans son tableau des éléments qui permettent de se représenter l’atmosphère de ce moment exceptionnel, les fumées du duel d’artillerie, qui enveloppent la base du Canigou, nous restituent le son du canon comme l’agitation disciplinée du camp renvoie à la volonté des troupes de tenir quand même. Ces soldats qui courent, vers le lieu de rassemblement ou celui du combat, isolés ou par petits groupes indiquent une ardeur que le déroulement de la journée ne démentira pas. Les drapeaux accrochés aux arbres de la liberté, les tentes bien alignées, le mélage d’agitation et de discipline montrent que le général de Fiers, en quelques semaines avait fait d’un agrégat de soldats d’Ancien Régime et de volontaires une armée. Le témoignage de Gamelin me semble d’autant plus recevable qu’il a su éviter toute héroïsation de la journée : du lieu qu’il a choisi pour peindre l’action nous ne verrons des Espagnols rien d’autre que les feux de leurs pièces, pas donc de ces combats de cavalerie qu’il excellait à peindre, ni d’exploits en gros plan mais la guerre telle qu’il l’a vue, de près et de loin, avec l’œil du topographe mais aussi avec le regard d’un artiste épris de paix.

Jacques Gamelin : La bataille du Mas Ros ou du camp de l’Union (17 juillet 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25) exécutée entre juillet et octobre 1793. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

Jacques Gamelin : La bataille du Mas Ros ou du camp de l’Union (17 juillet 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25) exécutée entre juillet et octobre 1793. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes (17 septembre 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25), exécutée en 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes (17 septembre 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25), exécutée en 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : le village de Peyrestortes, au premier plan deux volontaires battant la charge.

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : le village de Peyrestortes, au premier plan deux volontaires battant la charge.

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : l’assaut du plateau, effet de clair de lune, en bas à gauche volontaires et jeunes femmes

Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : l’assaut du plateau, effet de clair de lune, en bas à gauche volontaires et jeunes femmes

Jacques Gamelin : Portrait de Jacques Coquille Dugommier (1738-1794) Commandant en chef de l’Armée des Pyrénées-Orientales. Huile sur toile, vers 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

Jacques Gamelin : Portrait de Jacques Coquille Dugommier (1738-1794) Commandant en chef de l’Armée des Pyrénées-Orientales. Huile sur toile, vers 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).

16Car sur ce fond de bataille, de bruit et de fureur, au milieu des cris des soldats et du bruit du canon ou des bataillons en marche, Gamelin a en premier plan peint une scène de paix.

17La bataille du Camp de l’Union se présente comme une déchirure : au loin la série des plans qui va du rassemblement des troupes pour, passant par les tirs d’artillerie, aboutir aux montagnes qui ferment l’horizon et au ciel qui le dépasse, vaste camaïeu de bleus et de gris, superbement brossé ; au premier plan, au centre, deux officiers à cheval, qui permettent à Gamelin de jouer de sa virtuosité de peintre de bataille mais sentent l’atelier, dans une sorte de chemin creux à partir de quoi se révèle le panorama de la bataille et, de chaque côté, deux levées de terre. Celle de gauche couverte de buissons est couronnée par un arbre fracassé, classique figure dans la peinture des XVIIe et XVIIIe siècles de la mort, il renvoie à ce qui se joue au loin, et est en quelque sorte redondant avec le sujet du tableau, qu’au mieux il souligne. A son pied, un homme et un enfant regardent passer les deux cavaliers, symbole du peuple des campagnes ils peuvent paraître dire le lien qui existe entre ceux qui combattent et ceux qui travaillent, tous nécessaires à la survie de la République.

18La scène que nous montre la levée de terre de droite est plus inattendue. Tandis que deux énormes bœufs couchés tournent le dos à la bataille et ruminent paisiblement, deux paysannes entassent des gerbes de blés tandis qu’un paysan semble prendre quelque repos, à peine troublé par le passage des cavaliers que son chien ne paraît pas même apercevoir. Fait beaucoup plus troublant, un homme désigne à un enfant cette scène bucolique le dos résolument tourné aux combats. L’avenir n’est pas aux exploits guerriers mais aux travaux des champs, sachons nous détourner des violences du présent pour préparer des lendemains d’abondance. Ce brusque surgissement du rythme paisible des travaux des champs au milieu de ceux de Mars ne laisse pas de surprendre. L’intention pacifique est évidente, d’inspiration rousseauiste ou chrétienne, elle donne au tableau représentant la bataille du Camp de l’Union une résonance surprenante, qui est toute à l’honneur du courage de Gamelin, quel que soient les justifications de type académique que l’on puisse lui trouver. Le peintre du pape devenu volontaire de la République n’était pas un homme ordinaire.

IV. La nuit de Peyrestortes

19Le second tableau représente la bataille de Peyrestortes, le 17 septembre 1793, à laquelle Gamelin participa avec la division de Salses qui ne parvint devant le plateau où étaient retranchés les Espagnols qu’à la nuit tombée. Peint six ans après les combats, ce tableau a sans doute bénéficié des croquis que Gamelin fit sur place mais a aussi subi les déformations qu’impose la mémoire à un événement vécu de façon traumatisante ; la nuit avait conféré à cette bataille une allure fantastique, les peurs avaient été telles que l’on avait pris un rideau d’arbres pour des cavaliers, et l’un des fils de l’auteur y avait été blessé.

20La toile représente un plateau de nuit, couronné des feux et fumées des canons et des fusils – courtes touches de rouge et de jaune vif et larges volutes blanches – et éclairé par une pleine lune du plus bel effet, qui se dévoile au sortir d’une nuée noire dans le coin gauche du haut du tableau. Sous cette obscure clarté, l’on distingue, au pied du plateau, un village endormi environné de soldats, les uns à pied, les autres à cheval qui courent à l’assaut de la pente en colonnes. Les officiers ont tiré leurs sabres, les soldats mis la baïonnette au canon, au premier et au second plan les tambours battent. C’est l’instant où les troupes arrivées de Salses se lancent à l’attaque, les unes sont déjà à mi pentes que les autres parviennent juste en vue de leur objectif, en particulier par la droite une assez nombreuse cavalerie, arme qui cependant ne paraît guère avoir joué de rôle décisif dans ce combat.

21Plus libre à l’égard de la vérité historique que lors de l’exécution du premier tableau, Gamelin s’est livré à sa passion des chevaux en toute impunité. Le détail de l’équipement des soldats est fort soigné et paraît s’inspirer des souvenirs du peintre avec un grand souci d’exactitude, redingote bleu à liseré rouge, pantalon tirant sur le blanc, bicorne noir, buffleterie blanche, havresac, sabre et fusil, tout témoigne d’une observation minutieuse. Un petit groupe de cavaliers empanachés à gauche, représente sans doute l’état-major de la division de Salses, parmi ces hommes à plumets bleu blanc rouge on est tenté de reconnaître Cassanyes lui-même. Au premier plan à droite, un bouquet d’arbres noir, agité par le vent, au centre un arbre tordu et courbe qui ne porte que quelques rares feuilles, un olivier, symbole de la paix, renvoie à l’arbre foudroyé au premier tableau. De même, à gauche, en premier plan, deux soldats se séparent à regret de deux femmes ; ces mains qui s’étreignent, ces regards suppliants nous renvoient aux images de paix de la bataille du Camp de l’Union. Cependant, ici le message est moins clair, la guerre qui courbe les rameaux d’olivier, les jeunes femmes qui finalement vont laisser les volontaires aller vers leur devoir et leur destin, nous disent la guerre nécessaire, juste. Le regret de la paix se décline ici sur le mode de la guerre.

22Il y a pourtant chez le vieux maître une volonté de symétrie lorsqu’il peint, à six ans d’intervalle, cette deuxième œuvre pour un même lieu, la salle des séances de l’administration départementale. A la première, toute de lumière et de couleurs, s’oppose la nuit de feu de la seconde mais l’on retrouve dans les deux toiles la même présence affirmée de la nature indifférente aux passions humaines, ici la lune, là la montagne, le même désir par l’emploi d’une vue panoramique de l’événement d’éloigner le spectateur du cœur de l’action réduite à la fumée des armes, un semblable appel à la paix, avec les nuances notées plus haut, en premier plan.

V. Deux œuvres originales

23Peintre de facture classique, qui a retenu de Poussin et de ses épigones l’importance du paysage en arrière fond, habitué aux compositions savantes et au calme de l’atelier, Gamelin s’est retrouvé brusquement, et sans y être réellement préparé, au cœur de ces tableaux de bataille qu’il avait si souvent peint. Il en a tiré, me semble-t-il, un double enseignement, d’abord la petitesse des individus dans le tourbillon des combats, l’incompréhensible désordre qui sous les apparences de la discipline y préside, ensuite le prix de la paix. C’est cela qu’il a mis dans ses tableaux, tout en essayant d’être un témoin honnête de ce qu’il avait vu, prenant garde aux détails des manœuvres ou de l’équipement du soldat. Peintre de paysages autant que de batailles il a privilégié le premier élément au détriment du second, au point d’en exagérer dans la bataille de Peyrestortes les dimensions, l’escarpement aux allures de falaise du souvenir de Gamelin n’ayant que peu à voir avec le modeste plateau de Peyrestortes.

24Ainsi ces tableaux ne sont ni de simples croquis pris sur le vif et agrandis, ni des œuvres d’atelier avec ce que le mot signifie d’artifice et aussi de qualité plastique mais ils sont le résultat de la rencontre des deux. Œuvres étonnantes, où se mêle au témoignage direct le sens des grands mouvements appris dans l’étude des classiques, où au discours de l’évidence répond celui d’une symbolique raffinée, ces deux tableaux sont le plus beau monument construit à la gloire d’une armée oubliée, l’armée des Pyrénées-Orientales ; ils sont aussi les rares témoins d’une rencontre entre un artiste et son objet non plus sur le motif traditionnel mais face à la réalité crue, sans fard, effarante de la guerre. C’est de cet effarement et de son refus qu’est née la singulière originalité de ces tableaux.

Notes

1 Longtemps ces toiles qui ont inspiré les tableaux de grand format que peignit Charles-Caïus Renoux pour la Galerie historique de Versailles ont vu leur titre interverti. Voir Michel Cadé, « La bataille du Mas Ros et la bataille de Peyrestortes. A propos de deux tableaux de Gamelin aux titres intervertis » Etudes Roussillonnaises, T. X, 1991, p. 101-111. Ces deux toiles classées monuments historiques sont aujourd’hui conservées dans les salons de la préfecture des Pyrénées-Orientales.

2 Sur Gamelin, on pourra consulter l’article Gamelin dans Benezit (E.), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs... réédition Librairie Gründ, 1976, Chanoine Barthe, Biographie de Gamelin, Carcassonne, 1851, David (Henri), Jacques Gamelin, sa vie, son œuvre (1738-1802), Audi, Th. Bouquet, 1928, Jacques Gamelin 1738-1803, (Catalogue de l’exposition Gamelin de Carcassonne en 1938), Musée Municipal, Carcassonne, 1938.

3 En 1835 le directeur des Musées royaux attribue le portrait de Dagobert à Maurin (A.D.P.O. 4 N 93). En 1938 Mademoiselle Mouton, commissaire de l’exposition Gamelin de Carcassonne l’attribue à Gamelin (cf. note 2). Le fait que, sur ce portrait, Dagobert porte des épaulettes ornées d’étoiles de général de division pourrait nous incliner à penser, celles-ci ne distinguant ni dans l’armée d’Ancien Régime ni dans l’armée révolutionnaire les généraux (remarque que je dois à (3 suite) Michel Péronnet), que ce dernier tableau n’est pas l’œuvre de Gamelin, si ce n’était le cas aussi pour le portrait de Dugommier. Des repeints, attestés sous la Restauration, des œuvres de Gamelin sont sans doute responsables de ces anachronismes.

4 A.D.P.O. – L.36

5 idem..

6 A.D.P.O. – L. 501

7 A.D.P.O. – L. 1005

8 Mémoire de Dagobert au Comité de salut public fin 1793.

9 Mémoire de Dagobert au Comité de salut public fui 1793.

Table des illustrations

Titre Jacques Gamelin : La bataille du Mas Ros ou du camp de l’Union (17 juillet 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25) exécutée entre juillet et octobre 1793. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes (17 septembre 1793). Huile sur toile (0,58 x 1,25), exécutée en 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32599/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : le village de Peyrestortes, au premier plan deux volontaires battant la charge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32599/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Jacques Gamelin : La bataille de Peyrestortes, détail : l’assaut du plateau, effet de clair de lune, en bas à gauche volontaires et jeunes femmes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32599/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Jacques Gamelin : Portrait de Jacques Coquille Dugommier (1738-1794) Commandant en chef de l’Armée des Pyrénées-Orientales. Huile sur toile, vers 1799. (Préfecture des Pyrénées-Orientales).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32599/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search