Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Première partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : les armées

Les représentants du peuple en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales (1793-1795)

Un exemple d’action psychologique révolutionnaire

Stéphane Berthe

Texte intégral

Introduction

1L’histoire militaire de la Convention se caractérise par l’aspect révolutionnaire de ses armées. Pour faire face aux États coalisés contre la République, le gouvernement révolutionnaire utilise des soldats-citoyens peu aguerris et mal équipés, mais qui par leur nombre ont progressivement arrêté l’invasion menée par les armées ennemies.

2Pour lutter contre l’indiscipline de certains officiers, la désertion et parfois le manque de motivation de ces troupes, la Convention nationale envoie plusieurs de ses membres pour effectuer des missions au sein de chacune des armées de la République. Ils furent les agents d’une action psychologique nécessaire et spontanée.

3Quinze représentants du peuple ont ainsi été envoyés, au cours de diverses missions, auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales de 1793 à 1795.

1. Les représentants en mission face à l’invasion espagnole

4La fuite et l’arrestation de la famille royale à Varennes dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, suscitent des rumeurs de guerre contre l’Espagne dans le département des Pyrénées-Orientales. Ces craintes sont renforcées par la déclaration de l’empereur Léopold II à Pillnitz, le 25 août. La déclaration de guerre de la France au roi de Bohême et de Hongrie le 20 avril 1792, ainsi que la prise des Tuileries le 10 août suivant font envisager le pire à l’administration du département.

  • 1 François Aubry (1747-1798). Il débute sa carrière militaire en 1765, puis entre à l’école d’artille (...)
  • 2 Henri – Maximin Isnard (1758-1825). Elu député du Var en 1789, puis en 1791 à la Législative, il de (...)
  • 3 Antoine -Joseph – Marie Despinassy (1757-1829). D’origine noble, il débute une carrière militaire c (...)

5Le 23 septembre 1792, la Convention nationale envoie six de ses membres sur la frontière des Pyrénées et le long des côtes méditerranéennes pour essayer d’évaluer et d’organiser les moyens de défense. Ces députés de la Convention sont appelés Commissaires de la République. Trois d’entre eux, Carnot, Lamarque, et Garrau se rendent dans les Pyrénées-Occidentales, les trois autres, Aubry1, Isnard2 et Despinassy3 sont chargés d’inspecter les départements de la Drôme, de l’Hérault, de l’Aude, des Bouches-du-Rhône, du Var, des Basses-Alpes, de l’Ardèche, de la Lozère et des Pyrénées-Orientales. Ces trois commissaires arrivent à Perpignan le 12 octobre 1792 et inspectent, dès les jours suivants, les places fortes du département, dont Perpignan, Bellegarde, Fort-les-Bains, Prats-de-Mollo, Mont-Louis, Villefranche, Port-Vendres et Collioure. Ils laissent ensuite des instructions aux autorités civiles et militaires du département pour organiser un bataillon de volontaires, deux compagnies de soixante-dix hommes chacune et donnent l’ordre d’assurer l’approvisionnement de vivres et en cartouches nécessaire aux garnisons des places fortes. Les trois commissaires décident aussi de faire effectuer quelques travaux de restauration dans la plupart des places fortes du département.

6Jusqu’à la fin de l’année 1792, la situation n’évolue guère et le département des Pyrénées-Orientales reste sans réelle défense malgré les nombreuses lettres du procureur général syndic Llucia et des administrateurs du département, adressées au ministère de la guerre pour obtenir des renforts.

  • 4 Ignace Brunel (1742-1795). Né à Magnières dans la Meurthe en 1742, Brunel se fixe dans la ville de (...)
  • 5 Jean-Pascal Rouyer (1761-1919) – Né à Pézenas dans l’Hérault en 1761. Il participe cinq ans à la gu (...)
  • 6 Etienne – François – Louis – Honoré Le Tourneur (1751-1817). Né à Granville dans la Manche en 1751, (...)

7Après l’exécution de Louis XVI, le 21 janvier 1793, le roi d’Espagne Charles IV fit concentrer des troupes près de la frontière des Pyrénées. Par son décret du 22 janvier 1793, la Convention nationale envoyait trois de ses membres en mission dans les départements proches des côtes méditerranéennes. Il s’agit de : Brunel4, Rouyer5, et Le Tourneur6. Deux d’entre eux, le Tourneur et Rouyer ont servi dans l’armée et connaissent bien les problèmes de la défense côtière.

8Rouyer, Brunel et le Tourneur ordonnent aux administrateurs du département des Pyrénées-Orientales d’équiper et d’armer les gardes nationaux.

9Le 7 mars 1793 la Convention déclare la guerre au roi d’Espagne Charles IV. Les trois commissaires de la République inspectent Arles, Fort-les-Bains, Collioure et Port-Vendres à la fin du mois de mars 1793. Ils organisent les premiers éléments de défense et quittent le département au début du mois d’avril.

  • 7 Joseph-Pierre-Marie Fayau (1766-1799). Né à Roche – Servière en Vendée en 1766, Fayau est élu déput (...)
  • 8 Raymond Gaston (1757-1836). Né à Foix (Ariège) en 1757, il était juge de paix lorsqu’il fut élu dép (...)

10Le 9 mars 1793, un autre décret de la Convention nationale envoyait deux représentants en mission par groupe de deux départements pour surveiller l’exécution du décret du 21 février 1793 sur la levée de 300 000 hommes. Fayau7 et Gaston8 sont désignés pour cette mission. Ils se rendent d’abord dans l’Ariège et ensuite dans les Pyrénées-Orientales pour y rassembler un contingent de 1188 hommes. Mais la guerre contre l’Espagne et l’invasion du département ne permettent pas de rassembler tous ces requis, 503 hommes sont seulement réunis. Il faut préciser que quatre bataillons de volontaires dits des Pyrénées-Orientales ont été levés de 1792 à 1793.

11Le 17 avril 1793, l’invasion du département des Pyrénées-Orientales par les troupes espagnoles commence. Les habitants de Saint-Laurent-de-Cerdans aident les troupes espagnoles à passer le Haut-Vallespir. Le 18 avril, les troupes du général Ricardos sont à Arles, puis assiègent le fort Lagarde (Prats-de-Mollo), Fort-les-Bains (Amélie-les-Bains) et Bellegarde qui défend le col du Perthus. Le 19 avril les Espagnols repoussent les troupes de l’adjudant-général Gaultier de Kerveguen.

12C’est à cette époque que le décret de la Convention nationale du 30 avril 1793 envoie trente-six représentants du peuple en mission auprès de chacune des douze armées de la République. Quatre représentants en mission sont ainsi envoyés près l’année des Pyrénées-Orientales.

  • 9 Décret du 30 avril 1793, article 21.

13Deux d’entre eux s’occupent des camps et cantonnements tandis que les deux autres doivent pourvoir à l’approvisionnement des places fortes, des défenses côtières et des ports. Ces conventionnels sont investis de pouvoirs très importants leur permettant de surveiller les généraux, les soldats, les préposés aux transports et aux subsistances militaires, les dépenses nécessaires aux approvisionnements des places fortes, des ports. Ils sont chargés de surveiller l’organisation des bataillons de volontaires, ils peuvent suspendre et faire arrêter les généraux. Ils sont tenus de présenter un rapport de leurs actions chaque semaine à la Convention Nationale et chaque jour au Comité de Salut public9.

  • 10 Claude – Dominique – Côme Fabre (1762-1793). Né à Montpellier en 1762, il devient conseiller à la C (...)
  • 11 Augustin – Jacques Leyris : Né à Alais en 1762, il est député du Gard à la Convention. Il est envoy (...)
  • 12 Pierre-François-Dominique Bonnet. Né à Limoux en 1754, il est avocat lorsqu’il est élu député du Ti (...)
  • 13 Joseph-Etienne Projean (1752-1818). Né à Carbonne (Haute-Garonne) en 1752, il est élu député de la (...)
  • 14 Jean-Espert (1758-1832). Né à Saint-Quintin (Ariège). Avocat et procureur syndic de Mirepoix, il es (...)
  • 15 Louis-Charles de la Motte-Ango, marquis de Fiers (1754-1794). Né à Paris en 1754, il débute comme s (...)
  • 16 Dagobert dit de Fontenille (1736-1794). Entré au régiment de Tournaisis – infanterie en 1756, il co (...)
  • 17 Joseph Cassanyes (1758-1843). Né à Canet en 1758, il fait des études de médecine et exerce son méti (...)

14Les représentants du peuple Fabre10, Leyris11 , Bonnet12 et Projean13 sont ainsi envoyés près l’armée des Pyrénées – Orientales par le décret du 30 avril 1793. Un cinquième conventionnel Espert14 est envoyé par le décret du 5 juin 1793, en remplacement de Leyris qui est rappelé le 6 juillet 1793. Dès leur arrivée à Perpignan entre mai et juin 1793, les représentants en mission n’hésitent pas à critiquer ouvertement le général en chef de Fiers15, ancien chef d’état-major de Dumouriez qui était arrivé à Perpignan le 14 mai 1793. De Fiers était secondé par le général Dagobert16 âgé de cinquante-sept ans. Le 19 mai 1793, Dagobert affronte les Espagnols au Mas Deu, mais l’indiscipline de ses soldats l’oblige à se replier. Ricardos s’empare ensuite de l’ensemble des forts du Vallespir, ainsi que de Bellegarde le 23 juin 1793. Le 17 juillet 1793, les Espagnols attaquent le camp retranché dit de l’Union, le combat est marqué par une vive canonnade et les troupes de Ricardos se retirent. Le général de Fiers veut avant tout protéger Perpignan et refuse tout offensive. Cette inaction est condamnée par Fabre, Bonnet, Projean, Espert et le nouveau représentant du peuple Cassanyes17 envoyé en mission le 6 juillet 1793. De Fiers est remplacé par le général Barbantane le 7 août 1793.

15Entre temps, les représentants en mission Projean et Espert ont été rappelés au sein de la Convention, tandis que Gaston est envoyé en mission près de l’armée des Pyrénées-Orientales en septembre 1793. Fabre et Gaston se rendent à Banyuls, Port-Vendres et Collioure pour y organiser la défense, Cassanyes participe avec le général Dagobert aux opérations militaires menées en Cerdagne : le 28 août les Espagnols sont battus au col de la Perche, le 29 août Dagobert s’empare de Puigcerda et de Bellver en Cerdagne espagnole. Bonnet reste entre Perpignan et Narbonne pour organiser le ravitaillement.

  • 18 Charles, marquis d’Aoust (1763-1794). Né à Douai (Nord) en 1763. Il débute au régiment d’infanterie (...)

16Pendant que Ricardos continue l’encerclement de Perpignan, le général Barbantane pense que la ville est perdue et se retire avec 4000 hommes et le représentant Bonnet à Sigean, puis à Narbonne. Il est suspendu par les représentants en mission le 12 septembre 1793 et c’est Dagobert qui est nommé à sa place. En attendant son arrivée Fabre, Gaston et Cassanyes confient le commandement par intérim au général d’Aoust18.

17Le général Ricardos s’empare de Rivesaltes le 8 septembre 1793 et fait établir un camp retranché à Peyrestortes. Le 17 septembre 1793 le général d’Aoust repousse une attaque espagnole sur le Vernet, puis en accord avec Fabre et Cassanyes il décide de marcher sur le camp de Peyrestortes. Mais auparavant Cassanyes doit aller chercher la division du général Goguet qui se trouve à Salses. D’Aoust et Fabre attaquent sans attendre le retour de Cassanyes, mais ils se heurtent au feu de l’artillerie espagnole et au harcellement de la cavalerie, leur action se poursuit tard dans la nuit, lorsque le camp espagnol est pris par la division du général Goguet qui arrive de Salses, retardée par un contre-ordre. Cassanyes est blessé à la main lors de la prise du camp, mais la victoire est complète.

18Encouragé par ce succès, les généraux Goguet et d’Aoust, ainsi que les représentants du peuple Fabre et Cassanyes décident d’exploiter leur victoire sans attendre l’arrivée du général en chef Dagobert ; leur plan consiste à s’emparer du camp espagnol de Ponteilla dès le 18 septembre, mais l’arrivée de Dagobert remet tout en question, ce dernier veut affirmer son autorité sur l’état-major et décide d’attaquer le camp espagnol le 1er vendémiaire an II (22 septembre 1793)

19Cette nouvelle déclenche la colère de Fabre et de nouvelles rivalités parmi les généraux. Ricardos en profite pour concentrer ses troupes à Ponteilla et pour se préparer à affronter les Français. Le 1er vendémiaire an II (22 septembre 1793), les troupes de la République échouent devant Trouillas et les Espagnols se regroupent sur le Boulon.

20Dagobert démissionne le 8 vendémiaire an II (29 septembre 1793) et retourne en Cerdagne avec sa division. Le nouveau général en chef Turreau prend le commandement de l’année des Pyrénées-Orientales le 20 vendémiaire an II (11 octobre 1793). Là aussi d’Aoust avait assuré l’intérim par la volonté des représentants en mission.

21Le représentant Fabre intervient une nouvelle fois dans la stratégie militaire et rêve de conquérir Rosas. Turreau rappelle Dagobert dans la plaine du Roussillon et ce dernier se heurte une nouvelle fois aux projets de Fabre. Dagobert, chargé de faire une opération de diversion sur Céret, échoue devant la ville le 7 brumaire an II (28 octobre 1793), tandis que l’expédition de Rosas tourne au désastre.

22Turreau demande et obtient son départ le 13 brumaire an II (3 novembre 1793). D’Aoust assure une nouvelle fois le commandement par intérim en attendant l’arrivée du nouveau général en chef Doppet.

23Fabre et Gaston destituent Dagobert le 27 brumaire an II (17 novembre 1793), ce dernier part s’expliquer devant le Comité de Salut public et retrouve son poste dans l’armée des Pyrénées-Orientales le 12 pluviôse an II (31 janvier 1794).

24L’armée des Pyrénées-Orientales est mal commandée, mal approvisionnée lorsque Ricardos reprend l’offensive. Le 17 frimaire an II (7 décembre 1793), les Espagnols s’emparent du camp de Villelongue, le 22 frimaire an II (12 décembre 1793), ils occupent le col de Banyuls, le 30 frimaire an II (20 décembre 1793) Port-Vendres, le fort Saint-Elme et Collioure sont en leur pouvoir. Fabre est tué lors de la prise de Port-Vendres.

25Les représentants en mission Fabre, Gaston, Cassanyes et Bonnet ont aussi lutté contre l’état de délabrement matériel dans lequel se trouvait l’armée des Pyrénées-Orientales.

  • 19 A.D.P.O.L. 103.

26Dans un arrêté daté du 14 août 179319, Bonnet, Fabre et Cassanyes essaient d’organiser le ravitaillement de l’armée des Pyrénées-Orientales. Ils désignent un « administrateur en chef » chargé de leur rendre compte journalièrement de l’état des magasins militaires, qui doivent contenir en permanence une quantité d’approvisionnement de trois mois pour une armée de 40 000 hommes.

  • 20 Mont-Louis
  • 21 A.D.P.O.-L 100

27Le 26 août 1793, ils réquisitionnent les grains, le foin et la paille clans les campagnes pour constituer des réserves à Perpignan, à Collioure et au Mont-Libre20. La Société populaire de Perpignan est encouragée à convaincre les municipalités de fournir des piques, des fusils, des faux et des haches21.

28Malgré toutes ces mesures, l’armée des Pyrénées-Orientales manque de vivres, de tentes, d’armes, de souliers, de vêtements et de foin pour les chevaux. L’arrivée de nouveaux bataillons originaires de l’Aude, de l’Hérault, de l’Ariège, du Gard ou de la Haute-Garonne, aggrave sans cesse cette pénurie. Le mauvais état des routes, la lenteur des transports, la réticence de certaines communes et l’avancée des troupes espagnoles, entravent le bon fonctionnement du service des subsistances militaires.

29Le représentant Bonnet est chargé par ses collègues Fabre et Leyris, le 4 juillet 1793, de s’occuper en priorité du ravitaillement de l’armée des Pyrénées-Orientales.

30Ce conventionnel a effectué un travail de gestion et d’administration remarquable entre Narbonne et Perpignan. Au cours de la campagne de 1793, Bonnet a certainement été le seul conventionnel qui a réellement exécuté les tâches attribuées aux représentants en mission envoyés près l’armée des Pyrénées-Orientales.

31Malgré tous ses efforts, il ne parvient pas à enrayer la pénurie de vivres et d’équipements militaires. Bonnet tombe malade, la Convention le rappelle le 13 brumaire an II (3 novembre 1793), mais il est trop fatigué pour se rendre à Paris et il obtient l’autorisation d’aller se soigner chez lui, dans l’Aude.

32Le 26 frimaire an II (16 décembre 1793), le représentant Gaston écrit au Comité de Salut public et lui reproche son inaction devant la détresse de l’armée des Pyrénées-Orientales et sa responsabilité dans les désastreuses opérations militaires de la fin de la campagne de 1793.

33« Citoyens nos collèges,

  • 22 Aulard (F.A.), Recueil des actes du Comité de Salut public. Paris, 1897, tome 7, pages 456 à 458.

34La bravoure, la bonne volonté, le plus ardent républicanisme ne suffisent pas, quand on manque de moyens qui peuvent assurer la victoire. Nos réclamations auprès de vous ont toujours été infructueuses, vous nous renvoyez à nos pouvoirs illimités, mais cette ressource n’est qu’un grand mot vide de sens, tous les genres de réquisition sont épuisés, et ce n’est que par convulsion que nous fournissons aux besoins pressants de cette armée (...). Nous vous avons plusieurs fois demandé de venir à notre secours, de nous procurer promptement ces objets, sans lesquels il est impossible de vaincre, mais l’insouciance du gouvernement à cet égard nous fait perdre tous les avantages que nous avions obtenu (...). L’ennemi, depuis que nous avons perdu les fameuses positions de Villefranche et du Mas-de-la-Serra, se promène insolemment dans la plaine. Nous n’avons point de cavalerie à opposer à la sienne, le défaut des fourrages a forcé nos généraux à porter la notre sur les arrières (...). Si cela dure, l’armée des Pyrénées-Orientales mourra de faim, les Espagnols la tailleront en pièces, et, si vous n’y prenez garde, ils iront en passant dans les départements du Midi, se réunir aux infâmes Anglais, à Toulon (...)22. »

2. Milhaud et Soubrany : la reprise en main de l’armée

  • 23 Vidal (Pierre), Histoire de la Révolution française dans le département des Pyrénées – Orientales, (...)

35La campagne de 1793 se terminait très mal pour l’armée des Pyrénées-Orientales battue, épuisée et décimée par la maladie. Le 1er nivôse an II (21 décembre 1793), la division du général d’Aoust et les restes de la division du général Delattre s’entassaient dans le camp de l’Union situé en avant de la ville de Perpignan, tandis que les troupes de Ricardos s’emparaient de Port-Vendres, du fort Saint-Elme et de Collioure. Le représentant en mission Gaston écrivait le même jour au Comité de Salut public : « L’ennemi n’a qu’un pas à faire pour s’emparer de Perpignan, et c’est apparemment la dernière lettre que je vous écris23 . »

36Mais Ricardos décide de prendre ses quartiers d’hiver entre Arles-sur-Tech et le Boulou permettant ainsi à l’armée des Pyrénées-Orientales de s’organiser et de recevoir, après la reprise de Toulon, des renforts indispensables pour préparer la campagne de 1794.

37Le décret de la Convention nationale daté du 2 nivôse an II (22 décembre 1793) envoie les deux représentants du peuple Milhaud et Soubrany en mission à l’armée des Pyrénées-Orientales. Ils remplacent Gaston envoyé en mission près l’armée des Alpes et Cassanyes qui est rappelé au sein de la Convention nationale.

38Dès leur arrivée à Perpignan, le 15 nivôse an II (4 janvier 1794), les deux représentants auvergnats, Milhaud et Soubrany s’adressent à l’armée des Pyrénées-Orientales dans une proclamation : « Nous venons au milieu de vous, non pour ranimer votre courage ; le courage des hommes libres est au-dessus de tout événement, mais nous venons pour partager vos glorieux dangers et vous procurer tout ce qui est nécessaire au succès de vos armes.

39Vous venez d’éprouver un grand revers ; mais vous n’avez pas été vaincus, vous avez été trahis (...)

40Nous portons d’une main la glaive de la loi qui doit exterminer tous les coupables et de l’autre les récompenses nationales pour les généraux guerriers qui les auront méritées.

  • 24 A.D.P.O.-L 114. Edouard-Jean-Baptiste Milhaud (1766-1833). Né à Aurillac en 1766, il débute sa carr (...)

41Les traîtres, les lâches, les fripons seront jugés révolutionnairement et fusillés à la tête des camps, le républicanisme incorruptible, le courage et les talents sont les seuls titres aux yeux de la reconnaissance publique (...)24 ».

  • 25 Le 22 vendémiaire an II (13 octobre 1793), le général autrichien Wurmser repousse les Français mal (...)
  • 26 A.D.P.O.-L 114. Lettre adressée aux représentants du peuple dans le Var à Toulon.

42Cette proclamation annonçait à l’armée et à la population le programme que les deux nouveaux représentants du peuple avaient l’intention d’appliquer. Sans attendre, les deux Montagnards inspectent les dépôts militaires de la ville de Perpignan et font un inventaire de tout ce qui manque aux troupes stationnées dans le camp de l’Union. Mais le 23 nivôse an II (23 janvier 1794), Milhaud et Soubrany dressent un triste bilan et annoncent des mesurres très sévères à l’égard du commandement : « Nous avons trouvé cette frontière dans un état plus critique que n’était celle du Rhin lors de la trahison des lignes de Weissenbourg25 : le mal est grand ; le remède sera terrible et nous espérons que la liberté sera vengée auprès des Pyrénées comme dans les autres parties de la République. Plus de trente officiers généraux ou supérieurs sont arrêtés au Castillet et sont livrés à une commission militaire révolutionnaire ; les administrations infidèles seront aussi punies et l’armée sera enfin purgée de ce qu’elle renfermait d’impur. Les trois quart des troupes qui sous nos yeux sont sans souliers, sans habillement et sans fusils n’ont jamais été exercées à la manœuvre (...)26 ».

  • 27 Bouscayrol (René), Soubrany ou la Révolution assassinée, Moulins, éditions Ipomée, 1984, page 175.

43Par leur arrêté du 2 nivôse an II (11 janvier 1794), Milhaud et Soubrany transforment le tribunal militaire composé de magistrats civils et d’un jury de militaires se prononçant sur la culpabilité des accusés, par un tribunal militaire révolutionnaire jugeant sans appel. Composé de cinq membres, ce nouveau tribunal se prépare à prononcer une série d’exécutions capitales, et Soubrany peut ainsi annoncer au Comité de Sûreté générale, le 30 nivôse an II (19 janvier 1794) : « Les traitres, les conspirateurs et les lâches sont ici à l’ordre du jour. Demain, le cy-devant Barrera, émigré, trouvera sous la hache de la guillotine le prix et la récompense de ses forfaits. Sous peu de jours, le tribunal révolutionnaire fera justice de grands coupables (...) »27.

  • 28 Six (Georges) op. cit, tome 1, page 501.

44Milhaud et Soubrany commencent par épurer le commandement de l’armée des Pyrénées-Orientales et outrepassent un décret du Comité de Salut public daté du 3 nivôse an II (27 décembre 1793) ordonnant l’arrestation de tous les officiers nobles de l’état-major. Les deux représentants en mission font emprisonner du 21 nivôse au 1er pluviôse an II (10 au 20 janvier 1794) la plupart des officiers supérieurs que le ministre de la guerre Bouchotte avait mis à la retraite (Grandpré, le Moyne, Duvignau, Soulérac, Soulier, d’Hargenvilliers) ou suspendus, (Montredon, Giacomoni, de Boisconteau, Béthencourt, Bellon de Sainte Margueritte, Cavrois, Ramel, Bemède, Sahuguet, Laffite, Mellinet, Bande, Lenthéric et Boissier) ; Resnier est arrêté lui aussi28.

  • 29 Six (Georges), op cit, tome 2, page 344.

45Giacomoni est libéré dix-huit mois après, Resnier est suspendu de ses fonctions le 2 pluviôse an II (21 janvier 1794) ; d’Hargenvilliers est acquitté, ainsi que Soulérac et Lenthéric mais ils demeurent enfermés jusqu’à la paix. Les généraux Bemède et Ramel ont eu beaucoup moins de chance, ils furent guillotinés. Gignious de Bemède arrêté comme noble et accusé par le représentant Cassanyes et le général Doppet d’avoir refusé des cartouches aux bataillons et d’avoir laissé prendre le camp de Villelongue, le 17 frimaire an II (7 décembre 1793) fut exécuté le 9 pluviôse an II (28 janvier 1794) au camp de l’Union29.

  • 30 Six (Georges), op cit, tome 1, page 316.
  • 31 Six (Georges), op cit, tome 1, page 454.

46Ramel accusé de ne pas être intervenu à Sainte-Colombe lorsque Dagobert se faisait battre à Trouillas, fut guillotiné le 13 germinal an II (2 avril 1794)30. Quatre autres généraux, d’Aoust, de Fiers, Delattre et Chaillet de Vergès furent envoyés à Paris devant le Tribunal Révolutionnaire et guillotinés : D’Aoust, Delattre et Chaillet de Vergès furent guillotinés le 14 messidor an II (2 juillet 1794) et de Fiers périt sur l’échafaud le 4 thermidor an II (22 juillet 1794)31.

  • 32 Affaire Fortet : Ancien président de la commission militaire qui était chargée de juger les émigrés (...)
  • 33 Avant-garde de l’armée des Pyrénées-Orientales : arrêté de Milhaud et Soubrany daté du 29 pluviôse (...)

47Trouvant le tribunal militaire révolutionnaire du premier arrondissement de l’armée des Pyrénées-Orientales trop indulgent et les juges catalans trop faibles pour avoir acquitté certains émigrés et condamné le capitaine Fortet à la déportation32, Milhaud et Soubrany cassèrent le personnel judiciaire dès pluviôse an II (février 1794) et firent incarcérer les anciens juges au Castillet33. Onze condamnations à mort avaient pourtant été prononcées de nivôse à pluviôse an II (décembre – février 1794).

  • 34 Alexandre Pavot Ricord : né à Marseille en 1770, débute une carrière de journaliste aux côtés de Mi (...)
  • 35 Pierre Stanislas « Coriandre » Mittié : Membre du club des Jacobins de Paris, et de la Société Frat (...)
  • 36 Loi du 3 pluviôse an II (22 janvier 1794) sur la justice militaire titre 8, article 4.

48Les représentants en mission instituèrent le 2 ventôse an II (20 février 1794) un tribunal militaire révolutionnaire au personnel entièrement renouvelé. Cinq « bons sans culottes » venus des Bouches-du-Rhône siégeaient dans ce tribunal : Alexandre Pavot Ricord34 qui assurait les fonctions d’accusateur public, Pierre Mittié dit « Mittié fils »35 qui devenait président et trois jeunes volontaires montagnards, Guinard, Belliard et Carbonell : ceci était en contradiction avec la loi36 qui réservait l’exercice de la justice militaire aux civils.

49Parallèlement à ce tribunal militaire révolutionnaire, Milhaud et Soubrany forment le 29 pluviôse an II (17 février 1794) une commission militaire révolutionnaire composée de trois officiers chargée de la police des camps et devant juger les déserteurs et les « conspirateurs ».

  • 37 Code pénal militaire du 12 mai 1793, titre 1, section l article 3 « tout déserteur de l’intérieur s (...)

50Cette commission a prononcé quinze condamnations à mort, dont neuf le premier mois de son activité. Elle n’hésite pas à condamner à mort des déserteurs de l’intérieur37 comme Jacques Roussinié, le 7 germinal an II (27 mars 1794), alors que cette peine était réservée pour la désertion à l’ennemi. Le 28 germinal an II (17 avril 1794), Denis Peyron est condamné à cinq ans de fers pour la même peine.

  • 38 Un arrêté de Milhaud et Soubrany, daté du 15 ventôse an II (5 mars 1794) prévoyait que les infirmie (...)

51Les vols commis par des infirmiers sur des soldats blessés ou malades sont aussi très sévèrement punis : le 28 germinal an II, Thomas Voisin infirmier à l’hôpital de la Montagne est fusillé pour un vol de portefeuilles38.

52Cette commission militaire révolutionnaire fut dissoute le 4 prairial an II (23 mai 1794) en application du décret de la Convention nationale du 19 floréal an II (8 mai 1794) supprimant toutes les commissions militaires et confiant au Tribunal Révolutionnaire de Paris leur juridiction.

  • 39 A.D.P.O.-L supplément 246

53Dans l’ensemble, les tribunaux militaires révolutionnaires furent sans pitié avec les déserteurs à l’ennemi et surtout avec les coupables de royalisme, de fédéralisme et les contestataires du régime républicain : les 3 germinal an II (23 mars 1794) et 29 floréal an II (17 mai 1794), vingt-quatre grenadiers du premier bataillon des grenadiers des Bouches-du-Rhône accusés de trahison sont condamnés à mort pour avoir porté la cocarde blanche dans Toulon39.

  • 40 A.D.P.O.-L supplément 389, 246 et 250.

54Le tribunal militaire révolutionnaire du premier arrondissement de l’armée des Pyrénées-Orientales a prononcé quarante-trois condamnations à mort. Si l’on ajoute celles qui furent prononcées par la commission militaire révolutionnaire, cela fait un total de cinquante-huit exécutions capitales de nivôse an II à prairial an II (janvier à mai 1794)40.

55Le rôle de Milhaud et Soubrany ne s’est pas uniquement borné à la répression. Les deux représentants en mission tentèrent d’établir un lien entre les volontaires qui formaient la grande majorité de l’armée des Pyrénées-Orientales et les Sociétés populaires et plus particulièrement celle de Perpignan.

56Ils encouragèrent la création d’un journal portant le titre de L’Avant-Garde de l’armée des Pyrénées-Orientales.

  • 41 Cadé (Michel), L’écho des Pyrénées, l’Avant Garde de l’armée des Pyrénées Orientales et le journal (...)

57Le premier numéro paraissait le 5 ventôse an II (23 février 1794) sur l’unique presse de Pourtet et Julia à Perpignan. Il avait pour rédacteur Pavot Ricord fils ex-Procureur Général Syndic du département des Bouches-du-Rhône et maintenant accusateur public du tribunal militaire révolutionnaire du premier arrondissement de l’Armée des Pyrénées-Orientales. Plusieurs officiers s’exprimaient aussi à travers ce journal, le général Charlet en Cerdagne, les généraux Peyron et Doppet à Perpignan, mais surtout les représentants en mission Milhaud et Soubrany41.

58Peu à peu ce journal publie de plus en plus régulièrement une rubrique consacrée aux opérations militaires sous le titre de « l’Echo d’Armée des Pyrénées-Orientales », ainsi que les adresses adoptées par les sociétés populaires du département. Une publicité très importante est donnée aux jugements du tribunal militaire révolutionnaire.

59A partir de floréal an II (avril 1794) le contenu de l’Avant Garde de l’Armée des Pyrénées-Orientales devient de plus en plus militaire ; l’armée préparait son mouvement et son attaque sur le grand camp espagnol du Boulou ; ceci annonçait une suite d’opérations militaires qui allait aboutir à la libération du territoire national.

60Quelque temps après, Ricord fut chargé d’une mission par les représentants du peuple et c’est Romarin Bussat qui lui succéda à la tête de la rédaction du journal. Bussat assurait les fonctions d’accusateur auprès du tribunal militaire. Le nouveau rédacteur de l’Avant-Garde était plus modéré et désormais au lieu d’insister sur la rigueur des condamnations du tribunal militaire, il préférait consacrer ses articles à la reprise en main de l’armée par les représentants Milhaud et Soubrany, ainsi qu’aux succès de plus en plus nombreux remportés sur les troupes espagnoles depuis la victoire du Boulou le 12 floréal an II (1er mai 1794).

  • 42 A.D.P.O.-L 94.

61Les représentants du peuple Milhaud et Soubrany ont pu aussi compter sur le soutien de la « Société régénérée de Perpignan » qui ne manquait pas de louer leur courage et leur action dans la reprise en main de l’armée. La « Société régénérée de Perpignan » écrivait dès le 11 ventôse an II (31 décembre 1793) an comité de Salut public : « Milhaud et Soubrany arrivent, tout change de face, les ennemis du peuple sont intimidés, les dilapideurs sont incarcérés, les généraux sont remis entre les mains de la justice, les munitions sont surveillées, les subsistances reprennent leur circulation, les entraves de la machine militaire sont rompues (...), les hôpitaux sont surveillés, le malade reçoit de prompts secours, le soldat blessé des consolations. (...)42. »

62Milhaud et Soubrany se sont aussi occupés du problème du ravitaillement de l’armée des Pyrénées-Orientales. Tous leurs efforts auraient été inutiles sans le décret du 24 pluviose an II (12 février 1794) qui leur donnait le droit de réquisition et sans l’arrêté du Comité de Salut public daté du 7 nivôse an II (27 décembre 1793), qui déterminait le nombre des départements affectés à chacune des armées de la République. La division de l’armée des Pyrénées-Orientales comprenait, outre l’Ariège et les Pyrénées-Orientales, sept départements aux ressources agricoles complémentaires : l’Aude, la Haute-Garonne, l’Hérault, le Tarn, le Gard, l’Aveyron et la Lozère.

  • 43 Lyon.
  • 44 ADPO.-L 94.

63Milhaud était parti pour Narbonne le 5 pluviôse an II (24 janvier 1794) en compagnie du général en chef Dugommier pour organiser les transports de vivres pour l’armée. Soubrany resté à Perpignan, écrivait à Chateauneuf-Randon pour lui demander d’organiser l’envoi de subsistances. Le second appel fut adressé aux représentants en mission Fouché et Laporte rencontrés lors de son passage à Commune-Affranchie43. Ces derniers refusèrent car ils devaient ravitailler l’armée des Alpes44.

64Pour pallier le manque de foin, de fourrage, de vivres et de souliers pour les soldats, Milhaud et Soubrany prennent une série d’arrêtés parfois sévères. Un arrêté du 26 ventôse an II (16 mars 1794) ordonne à tout propriétaire de trois chevaux ou mulets ainsi qu’à tout possesseur de foin d’envoyer vingt-cinq quintaux de foin dans les magasins militaires. Ces quintaux seront payables immédiatement. Tout récalcitrant sera arrêté et condamné à mort dans les vingt-quatre heures comme « complice du despote castillan ».

  • 45 Bouscayrol (René), op cit, page 187.

65Il y eut d’autres arrêtés beaucoup moins sévères : celui du 24 prairial an II (12 juin 1794) ordonnait aux conducteurs de charrettes, chargées de fourrage de faire la distance allant de Narbonne à Perpignan en cinq jours, soit une étape quotidienne de vingt-cinq à trente kilomètres45.

66Contrairement à leurs prédécesseurs, Fabre, Cassanyes, Gaston et Bonnet, les représentants Milhaud et Soubrany ne sont pas intervenus dans la stratégie militaire établie par Dugommier et son état-major. Il est vrai qu’ils étaient tous trois Montagnards et membres de la convention nationale. De plus Dugommier bénéficiait d’une solide réputation de vainqueur depuis la prise de Toulon. Milhaud et Soubrany n’ont toutefois pas hésité à riquer leur vie en participant à de nombreux combats grâce à leur expérience d’officier de carrière. Ils ont su mener à bien leur mission sans entraver la poursuite de la guerre.

67Ils ont réussi à réorganiser l’armée en utilisant la terreur, mal nécessaire, du moins au début de leur mission pour libérer le territoire national.

3. Les conventionnels de l’an III :

  • 46 Moniteur universel du 28 thermidor an II – (15 août 1794).

68Le 26 thermidor an II (13 août 1794) un décret de la Convention nationale précisait que chaque mission des représentants du peuple près les armées ne dépasserait pas six mois, passé ce délai les conventionnels seraient rappelés « s’il y avait lieu »46. Milhaud et Soubrany sont ainsi rappelés au sein de la Convention nationale et rentrent à Paris dès le 26 fructidor an II (12 septembre 1794).

  • 47 Piene Delbrel (1764-1846). Né à Moissac (Tarn-et-Garonne) en 1764, il est avocat puis député du Lot (...)

69Un décret de la Convention nationale daté du 9 fructidor an II (26 août 1794) envoie le député du Lot Pierre Delbrel47 en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales. Il assiste à la reprise de Bellegarde par les troupes de Dugommier le 1er jour complémantaire an II (17 septembre 1794) et annonce la nouvelle à la Convention le jour même.

  • 48 Jean Vidal (1731-1818). Né à Orthez (Pyrénées-Atlantiques) en 1731 il fut élu député des Basses-Pyr (...)

70La première préoccupation de Delbrel fut de résoudre le problème du ravitaillement auquel avaient été confrontés tous ses prédécesseurs. Le 20 fructifor an II (6 septembre 1794), la Convention envoyait Jean Vidal député des Basses-Alpes48, en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales. En accord avec son collège Delbrel, Vidal se rend à Narbonne pour essayer de trouver des vivres et du fourrage. Narbonne était un immense entrepôt qui regroupait toutes les réquisitions qui arrivaient de Montpellier, de Béziers mais aussi de Toulouse. Mais les abus et la négligence nuisaient au service des transports et retardaient l’avancée de l’armée des Pyrénées-Orientales.

71Vidal effectue un long parcours, il se rend à Nîmes le 28 vendémiaire an III (19 octobre 1794) où il rassemble des paires de souliers, mais il tombe malade. Vidal envoie à Lyon un homme de confiance nommé Peschaire qui est agent national près du district de Nîmes, dans le but de demander du fourrage et des grains aux représentants Charlier et Pocholle. Ces derniers ne peuvent pas l’aider car Lyon manque aussi de subsistances.

  • 49 Vidal, (Pierre), Les représentants du peuple en mission à l’armée des Pyrénées-Orientales (1794-179 (...)

72Delbrel était harcelé par les demandes de plus en plus pressantes du général Dugommier qui ne pouvait plus nourrir ses hommes et entretenir sa cavalerie. Delbrel quitta à son tour les Pyrénées-Orientales pour se rendre à Narbonne où il réunit les agents nationaux des différents districts pour se concerter avec eux sur l’organisation de l’approvisionnement de l’armée49. Delbrel regagne le quartier général de la Junquère au début de brumaire an III (octobre 1794). Vidal reste à Nîmes, malade et incapable de poursuivre sa mission.

73Le 27 brumaire an III (17 novembre 1794), Dugommier attaque les troupes de la Unión retranchées derrière « les lignes de Figueres ». Le général en chef français est tué au cours de cette bataille dite de la « Montagne noire ». Delbrel qui assiste à la mort de Dugommier nomme sur le champ le général Pérignon au poste de général en chef provisoire de l’armée des Pyrénées-Orientales. Ce choix est favorable à la suite des opérations militaires, car Pérignon exécute le plan établi par Dugommier. Il reprend l’offensive le 30 brumaire an III (20 novembre 1794). La Unión est tué, la victoire française est complète, la citadelle de Figueres se rend sans combattre le 8 frimaire an III (28 novembre 1794). Vidal apprend la nouvelle et se rend au quartier général de la junquère auprès de Delbrel.

  • 50 Jean François – Marie Goupilleau de Fontenay (1753-1823). Né à Apremont (Vendée) en 1753, il débute (...)

74Surchargés de travail, Delbrel et Vidal demandent à la Convention, dès le 24 vendémiaire an III (15 octobre 1794) qu’on leur adjoigne un autre représentant en mission. Deux conventionnels sont envoyés prés l’armée des Pyrénées-Orientales dès brumaire an III (novembre 1794). Il s’agit de Projean qui effectue une mission auprès de cette armée pour la seconde fois et de Goupilleau de Fontenay50.

75En arrivant au quartier général de Figueres, le 20 frimaire an III (10 décembre 1794) Projean et Goupilleau de Fontenay découvrent une armée minée par la désertion, les maladies et l’indiscipline. De nombreux vols sont commis, très souvent par des bandes de soldats qui menacent les habitants de plusieurs villages de l’Ampurdan, ou qui n’hésitent pas à piller dans les magasins de l’armée. Des entrepôts de chanvre et de fourrage sont incendiés. De nombreux excès de ce type ont eu lieu dans la commune de Castillon, causant de vives réactions de la part de certains habitants qui n’hésitent pas à attaquer des sentinelles.

76Les représentants en mission n’hésitent pas à prendre des mesures sévères : un soldat républicain est condamné à mort et fusillé en frimaire an III (décembre 1794) pour vol et pillage en territoire occupé. Mais cet exemple fut le seul et la plupart des soldats accusés de vol et de violence sur les habitants de la Catalogne furent condamnés à des peines de fer et de prison.

77Aussitôt après la prise de Figueres, le général Pérignon fait investir Rosas dès le 4 frimaire an III (24 novembre 1794). La place était approvisionnée et bien défendue par une citadelle, par le port occupé par des chaloupes canonnières et par un fortin appelé le château de la Trinité ou encore « le Bouton de Roses ». Le siège de Rosas fut long, l’armée des Pyrénées-Orientales était décimée par les maladies, le froid et la faim. Les toiles de tente, les bidons, les vêtements et les souliers manquaient. Delbrel, Goupilleau et Projean essayaient d’organiser le ravitaillement de l’armée assiégeante, tandis que Vidal, toujours malade, se reposait à Figueres : il fut rappelé au sein de la Convention le 8 pluviôse an III (27 janvier 1795).

78Delbrel et Goupilleau restaient à Rosas, Projean se rendait à Narbonne où l’état des magasins militaires était très inquiétant. La situation s’était encore aggravée lorsque les représentants Mallarmé et Bouillerot, en mission dans la Haute-Garonne, avaient autorisé l’envoi de commissaires de la municipalité de Toulouse chargés d’acheter 114 000 quintaux de grains dans le département de la Haute-Garonne. Les conséquences étaient désastreuses pour l’armée des Pyrénées-Orientales à qui devaient revenir toutes les subsistances levées ou réquisitionnées dans la Haute-Garonne comme dans tous les autres départements faisant partie de sa division. Projean se rendit ensuite à Castelnaudary pour rassembler des subsistances mais la neige trop abondante ne permit pas aux charrettes d’atteindre les dépôts de l’armée. Le Canal des deux mers était gelé et aucun transport n’était possible jusqu’à Narbonne.

79Le 15 pluviose an III (3 février 1795), Rosas capitulait, mais l’armée des Pyrénées-Orientales se trouvait sans vivres, sans cavalerie et totalement épuisée par ces longs mois de siège. Delbrel partait pour Narbonne dans le but d’organiser les transports et pour trouver des vivres, mais la levée de la loi du maximum le 4 nivôse an III (24 décembre 1794) rendait encore plus difficile l’achat de grains à bas prix.

80Delbrel et Projean continuaient leurs tournées de réquisitions. Delbrel se rendait à Narbonne, Agde, Sète, Montpellier, Marseille et Toulon, tandis que Projean partait pour Narbonne, Carcassonne et Toulouse, dans le but de rassembler toutes les charrettes disponibles et de réquisitionner du grain, des vivres, de la paille et du foin pour les chevaux.

  • 51 Vidal (Pierre), op cit, page 30

81Le Comité de Salut public ordonnait à l’armée des Pyrénées-Orientales d’organiser uniquement des attaques de front, dans le but de retenir l’armée espagnole sur les bords de la Fluviá. Malgré leurs efforts, les représentants en mission ne parvenaient pas à organiser un ravitaillement suffisant. La commission des approvisionnements de Paris avait donné l’ordre d’expédier de Marseille à Port-Vendres 12000 quintaux de blé, mais son agent répondit que ses magasins étaient presque vides et qu’il ne pouvait pas effectuer cette livraison51.

  • 52 Né Saint-Jean-du-Gard (Gard), il était avocat lorsqu’il fut élu député du Gard à la Convention en s (...)

82Delbrel était épuisé, il finit par obtenir un congé de six semaines. Il fut remplacé par Pelet de la Lozaire52 en floréal an III (avril 1795) tandis que Goupilleau rentrait à la Convention en prairial an III (mai 1795).

83L’armée des Pyrénées-Orientales souffrait toujours du manque de vivres, de souliers et de moyens de transport. Schérer nouveau général en chef depuis le 10 prairial an III (29 mai 1795) proposait de faire avancer son armée plutôt que de la laisser mourir sur place de faim. Pelet et Projean recevaient sans cesse des plaintes de la part des chefs de bataillon qui dénonçaient l’ampleur de la désertion qui affaiblissait l’année, ainsi que l’état de dénuement matériel dans lequel se trouvaient les soldats. Les représentants en mission avaient le sentiment que le Comité de Salut public abandonnait l’armée des Pyrénées-Orientales, les renforts n’arrivaient plus, les opérations militaires de grande envergure étaient suspendus et la division de Cerdagne subissait une violente contre-attaque de la part des troupes espagnoles.

84Schérer devait nourrir ses troupes en utilisant les ressources locales. Le 26 prairial an III (14 juin 1795) il avait tenté de s’emparer des récoltes situées dans la plaine, près de la Fluviá. Les Français réussirent à s’emparer d’une très importante quantité de blé, mais la résistance des troupes espagnoles du général Urrutia ne leur permit pas de mener les opérations militaires au-delà de la Fluviá.

  • 53 Jean-Baptiste Clauzel (1746-1803). Né à Lavelanet (Ariège) en 1746, il est élu député de l’Ariège à (...)
  • 54 François Bousquet (1748-1820). Né à Mirande (Gers) en 1748, il est élu député du Gers à la Conventi (...)

85Un décret du 4 messidor an III (22 juin 1795) rappelait tous les représentants en mission. Pelet et Projean furent ainsi remplacés par Clauzel53 et Bousquet54- Clauzel n’arriva à Perpignan que le 18 messidor an III (6 juillet 1795) où il rencontra Pelet qui se préparait à rejoindre Paris. Clauzel gagnait le quartier général de Figuères le 19 messidor an III (7 juillet 1795). Bousquet qui était en mission à l’armée des Pyrénées-Occidentales ne rejoignit Clauzel qu’après la paix de Bâle en thermidor an III (juillet 1795).

86Clauzel devait affronter à son tour les problèmes causés par la désertion qui avait réduit les troupes disponibles à 15000 hommes. Les hôpitaux militaires étaient saturés, un arrêté du Comité de Salut public daté du 6 messidor an II (24 juin 1794) permettait à certains malades de se rendre chez eux pour se faire soigner. La cavalerie avait été retirée sur les arrières par manque de fourrage. Le 8 thermidor an III (26 juillet 1795) le général espagnol Urrutia reprenait Puigcerda et menaçait le Mont-Libre.

87Mais le 4 thermidor an III (22 juillet 1795), la paix était signée à Bâle entre la France et l’Espagne. Cette nouvelle soulageait l’armée des Pyrénées-Orientales car sa désorganisation devenait de plus en plus inquiétante.

88Clauzel recommandait toutefois aux départements voisins de celui des Pyrénées-Orientales de ne point suspendre les transports et les secours destinés à la division du Mont-Libre et à l’évacuation des troupes stationnées dans la plaine de l’Ampurdan. Clauzel réquisitionnait des centaines de charrettes, de chevaux, de mulets pour évacuer le pays conquis. L’insuffisance des moyens de transport l’obligea à utiliser des bateaux pour évacuer les centaines de blessés et de malades qui se trouvaient dans les hôpitaux de première ligne. A la fin de thermidor an III (août 1795) Clauzel quitta les Pyrénées-Orientales pour se rendre à Toulouse avec ses troupes afin de réprimer une agitation royaliste.

89Le dernier représentant du peuple envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales fut Bousquet. Il participa au rassemblement des 15000 hommes de troupe destinés à rejoindre l’armée d’Italie. Bousquet leva l’état de siège à Perpignan et dans tout le département des Pyrénées-Orientales le 11 vendémiaire an IV (3 octobre 1795). Il continua sa mission dans ce département comme commissaire du Directoire exécutif, jusqu’en nivôse an IV (décembre 1795).

90Quinze représentants en mission avaient ainsi été envoyés près l’armée des Pyrénées-Orientales par la Convention nationale, de 1793 à 1795. Leur rôle fut très difficile, il leur fallut lutter contre la désertion, le manque de ravitaillement et de moyens de transport. Si l’on a pu reprocher à des conventionnels comme Fabre et Gaston d’avoir été les responsables de l’instabilité du commandement de l’armée des Pyrénées-Orientales en 1793, les missions de tous ces représentants du peuple ont contribué aux succès militaires des troupes de la République en leur apportant un appui matériel et moral très important.

Notes

1 François Aubry (1747-1798). Il débute sa carrière militaire en 1765, puis entre à l’école d’artillerie de la Fère la même année et sort lieutenant au premier régiment d’artillerie de Strasbourg en 1767. En 1779, il s’occupe de l’armement de la côte du Languedoc. En 1792 il est adjudant-général, colonel et député du Gard à la Convention en septembre. En mission dans les départements du Midi d’octobre à décembre 1792, il vote la mort du roi, devient général de brigade en mai 1793, arrêté en octobre il revient à la Convention en décembre 1794. Il entre au Comité de Salut Public le 4 avril 1795, puis au Conseil des Cinq-Cents en octobre 1795, où il continue à s’occuper d’affaires militaires. Porté sur la liste des proscrits, il est envoyé en Guyane d’où il s’échappe en 1798 (Kuscinski (A), Dictionnaire des Conventionnels : (Réédition) Brueil-en-Vexin, Editions du Vexin français, 1973. Pages 11 et 12).

2 Henri – Maximin Isnard (1758-1825). Elu député du Var en 1789, puis en 1791 à la Législative, il devient proche des députés de la Gironde. Réélu à la Convention nationale en septembre 1792, il est envoyé en mission dans les départements du Midi d’octobre à décembre 1792. Il vote la mort du roi. Il est membre du Comité de défense générale en mars 1793, et président de la Convention le 16 mai. Décrété d’accusation en octobre 1793, il parvient à se cacher chez un ami et retourne à la Convention le 8 ventôse an III (26 février 1795). Il siège au Conseil des Cinq Cents jusqu’au 1° prairial an V (20 mai 1797) et se retire dans le Var en 1810 ; il est nommé baron d’Empire en 1813. (Kuscinsky, op, cit, pages 337 à 340).

3 Antoine -Joseph – Marie Despinassy (1757-1829). D’origine noble, il débute une carrière militaire comme sous-lieutenant au régiment de l’Ile de France en 1779. Il participe à la campagne de Saint-Domingue et obtient le grade de capitaine en 1790. Il est élu député du Var à la Législative en 1791, puis à la Convention nationale en 1792. Il part en mission dans les départements du Midi d’octobre à décembre 1792. Il vote la mort du roi. En juin 1793, il est promu chef de bataillon à l’armée d’Italie. Décrété d’arrestation en septembre 1793, il se cache à Signe. Despinassy est rappelé au sein de la Convention le 18 frimaire an III (8 décembre 1794). Il est général de brigade le 9 floréal an V (28 avril 1797) et siège au Conseil des Cinq-Cents jusqu’en mai 1797. Il est admis à la retraite en 1811. Le 12 janvier 1816 Despinassy est frappé par la loi d’amnistie et se retire à Lausane où il meurt en 1829. (Kuscinsky, op. cit., pages 204 et 205).

4 Ignace Brunel (1742-1795). Né à Magnières dans la Meurthe en 1742, Brunel se fixe dans la ville de Béziers, dont il est élu maire en 1791. Il est ensuite élu député de l’Hérault à la Convention en septembre 1792. Il siège sur les bancs de la Gironde. Le 22 janvier 1793, il est envoyé en mission sur les côtes méditerranéennes avec Rouyer et Le Tourneur. Accusé de fédéralisme, il est emprisonné en août 1793 et libéré à la fin de l’année suivante. Il est envoyé en mission à Toulon le 28 messidor an III (16 juillet 1795). Accablé par les remords pour avoir transigé avec les ouvriers insurgés de l’arsenal de Toulon, il se suicide le 8 prairial an III (17 mai 1795) (Kuscinsky, op, cit, p. 95)

5 Jean-Pascal Rouyer (1761-1919) – Né à Pézenas dans l’Hérault en 1761. Il participe cinq ans à la guerre d’Indépendance, au service de la marine. Maire de Béziers en 1790, il est élu député de l’Hérault à la Législative en 1791. Il est envoyé en mission à l’Armée du Midi après le 10 août 1792, puis il est promu colonel au troisième régiment d’infanterie de marine en mars 1793. Il est réélu député de l’Hérault à la Convention en septembre 1792. Rouyer est envoyé en mission sur les côtes méditerranéennes le 22 janvier 1793, avec Brunei et Le Tourneur. Il reprend du service dans l’armée. Il siège ensuite au Conseil des Cinq-Cents en 1795, puis il est nommé général de brigade en 1796. Exilé en 1816, il peut rentrer en France en 1829. (Kuscinsky, op, cit, p. 539 et p. 540).

6 Etienne – François – Louis – Honoré Le Tourneur (1751-1817). Né à Granville dans la Manche en 1751, il débute une carrière militaire en 1768 dans l’école du génie de Mézières. Promu au grade de capitaine en 1779, il est élu député de la 6 (suite). Manche à la Législative en 1791, il est ensuite élu à la Convention en 1792. Il vote la mon du roi en janvier 1793 et part en mission le 22 janvier 1793 pour inspecter les côtes méditerranéennes. Nommé chef de bataillon du génie en 1793, président de la Convention le 17 nivôse an II (5 janvier 1795) et président du Directoire en brumaire an IV (novembre 1795) ; général de brigade en 1798, il sert à l’armée d’italie en 1800. Il est préfet de la Loire. Inférieure la même année. En retraite en 1802, il meurt en exil à Lacken en 1817. (Kuscinsky, op, cit, p. 405 et p. 406).

7 Joseph-Pierre-Marie Fayau (1766-1799). Né à Roche – Servière en Vendée en 1766, Fayau est élu député de la Vendée à la Convention en septembre 1792. Il siège sur les bancs de la Montagne et vote la mort du roi. Le 9 mars 1793 il est envoyé avec Gaston dans les départements de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales pour faire appliquer le décret du 24 février 1793, pour la levée des 300 000 hommes. Il est ensuite envoyé dans le département des Deux-Sèvres pour faire appliquer le décret de la levée en masse du 23 août 1793. Après le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) Fayau reste fidèle à la Montagne. Accusé d’avoir soulevé sa section contre la Convention le 1er prairial an III (20 mai 1795), Fayau est décrété d’arrestation, puis amnistié et expulsé de Paris en floréal an IV (mai 1796). Il meurt le 8 germinal an VII (28 mars 1799). (Kuscinsky, op, cit, p. 254 et 255).

8 Raymond Gaston (1757-1836). Né à Foix (Ariège) en 1757, il était juge de paix lorsqu’il fut élu député de l’Ariège à la Législative en 1791, puis à la Convention. Le 9 mars 1793, il est chargé de l’application de la levée des 300 000 hommes dans l’Ariège et les Pyrénées-Orientales. Le 11 septembre 1793, il est envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales. (Kuscinski, op cit, page 285).

9 Décret du 30 avril 1793, article 21.

10 Claude – Dominique – Côme Fabre (1762-1793). Né à Montpellier en 1762, il devient conseiller à la Cour des Comptes, Aides et Finances de Montpellier en 1789. Fabre est élu député de l’Hérault à la Convention en septembre 1793. Il siège dans les rangs de la Montagne et vote la mort du roi. Le décret de la Convention daté du 20 avril 1793, l’envoie en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales. Il est tué le 30 frimaire an II (20 décembre 1793) lors de la prise de Port-Vendres par les Espagnols. (Kuscinsky, op. cit, ).

11 Augustin – Jacques Leyris : Né à Alais en 1762, il est député du Gard à la Convention. Il est envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales le 30 avril 1793. (Kuscinski, op cit, pages 408 et 409).

12 Pierre-François-Dominique Bonnet. Né à Limoux en 1754, il est avocat lorsqu’il est élu député du Tiers aux Etats-généraux. Il est élu député de l’Aude à la Convention le 4 septembre 1792. Il siège dans les rangs de la Montagne et vote la mort du roi. Il est envoyé en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales le 30 avril 1793. Malade, il rentre chez lui en nivôse an II (décembre 1793). Il rentre à la Convention le 30 prairial an II (18 juin 1794), puis fait partie du Conseil des Anciens en prairial an VI (mai 1798). Le coup d’Etat du 18 brumaire met fin à sa carrière politique. (Kuscinsky, op. cit, p. 69 et p. 70)

13 Joseph-Etienne Projean (1752-1818). Né à Carbonne (Haute-Garonne) en 1752, il est élu député de la Haute-Garonne à la Législative en 1791, puis à la Convention en septembre 1793. Il vote la mort du roi. Le 30 avril 1793, il est envoyé en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales. Le 30 thermidor an II (17 août 1794), il est à nouveau envoyé en mission près la même armée. Il est messager de l’Etat de 1795 à 1807 (Kuscinsky, op cit, page 511).

14 Jean-Espert (1758-1832). Né à Saint-Quintin (Ariège). Avocat et procureur syndic de Mirepoix, il est élu à la Convention en septembre 1792. Il est envoyé prés l’armée des Pyrénées-Orientales le 5 juin 1793. Il n’y jouera qu’un rôle secondaire (Kuscinski, op cit, page 246 et 247).

15 Louis-Charles de la Motte-Ango, marquis de Fiers (1754-1794). Né à Paris en 1754, il débute comme sous-lieutenant dans la cavalerie. Maréchal de camp de Dumouriez en 1792. Le 14 mai 1793, il est promu général en chef de l’année des Pyrénées-Orientales. Battu à Thuir, à Trouillas, au Mas Deu, il est suspendu et destitué en août 1793. Il est guillotiné à Paris le 4 thermidor an II (22 juillet 1794). (Six (Georges), Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l’Empire, Saffray, 1934, p. 545).

16 Dagobert dit de Fontenille (1736-1794). Entré au régiment de Tournaisis – infanterie en 1756, il combat en Allemagne et en Corse. En mai 1793, il sert dans l’armée des Pyrénées-Orientales comme général de division, puis comme général en chef. Il est suspendu par Fabre et Gaston en 1793. Il retrouve un commandement en Cerdagne en 1794. (Six (Georges), op cit, tome 1, pages 269 et 270).

17 Joseph Cassanyes (1758-1843). Né à Canet en 1758, il fait des études de médecine et exerce son métier dans les campagnes. En 1788, il est nommé receveur des revenus de la commune de Canet. Il vit surtout du revenu de ses propriétés. En 1790, Cassanyes est élu maire de Canet, puis député des Pyrénées-Orientales à la Convention en septembre 1792. Il siège sur les bancs de la Montagne et vote la mort du roi. Il est envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales en juillet 1793. Il effectue une nouvelle mission à l’armée des Alpes de thermidor an II (août 1794) à ventôse an II (mars 1795). Il siège au Conseil des Cinq-Cents de brumaire an IV (novembre 1795) à prairial an V (20 mai 1797). Il est élu maire de Canet en 1813. Exilé en 1816, il part en Suisse. Il ne rentre en France qu’en 1830. (Kuscinsky, op. cit, p. 118 et p. 119).

18 Charles, marquis d’Aoust (1763-1794). Né à Douai (Nord) en 1763. Il débute au régiment d’infanterie du roi en 1778. Aide de camp de Luckner en 1792, il est nommé général de brigade, puis de division à l’année des Pyrénées-Orientales en juin et août 1793. Il commande provisoirement l’armée à trois reprises. Décrété d’arrestation et accusé d’incapacité, il est guillotiné à Paris le 14 messidor an II (2 juillet 1794). (Six (Georges), op cit, tome 1).

19 A.D.P.O.L. 103.

20 Mont-Louis

21 A.D.P.O.-L 100

22 Aulard (F.A.), Recueil des actes du Comité de Salut public. Paris, 1897, tome 7, pages 456 à 458.

23 Vidal (Pierre), Histoire de la Révolution française dans le département des Pyrénées – Orientales, Perpignan 1889, tome 3, page 86.

24 A.D.P.O.-L 114. Edouard-Jean-Baptiste Milhaud (1766-1833). Né à Aurillac en 1766, il débute sa carrière militaire comme chef de la garde nationale d’Aurillac, avant d’être élu député du Cantal à la Convention en septembre 1792. Il siège sur les bancs de la Montagne. Représentant en mission à l’armée des Ardennes, puis à celle du Rhin en juillet 1793, il est envoyé à l’armée des Pyrénées-Orientales du 29 frimaire an II (19 décembre 1793) au 20 fructidor an II (6 septembre 1794). Il reprend du service dans l’armée d’Italie en 1795. Général de brigade en 1800, il rejoint l’armée d’Allemagne en 1805, général de division en 1806, il combat en Russie. En 1815 il se couvre de gloire à Waterloo. Il obtient un sursis pour échapper à l’exil en 1817. En 1831, il est admis au cadre de réserve. (Kuscinsky, op, cit, p 455 et p. 456).
Pierre Amable de Soubrany (1752-1795). Né à Riom (Puy-de-Dôme) il débute comme sous-lieutenant au Royal Dragons en 1774. Elu député à la Législative, puis à la Convention, il est envoyé près l’armée de la Moselle le 30 avril 1793. Le 2 nivôse an II (22 décembre 1793) il est envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales jusqu’au 9 fructidor an II (26 août 1794) Il est guillotiné à Paris le 29 prairial an III (17juin 1795). Kuscinsky, op. cit, pages 570 et 571).

25 Le 22 vendémiaire an II (13 octobre 1793), le général autrichien Wurmser repousse les Français mal commandés et incapables de défendre les redoutes qu’ils avaient construites, appelés « les lignes de Wissembourg ». Les Français reculaient ainsi jusqu’à Strasbourg. (Cadé (Michel), Guerre et Révolution en Roussillon. Perpignan, Direction des services d’archives, 1990, p. 68)

26 A.D.P.O.-L 114. Lettre adressée aux représentants du peuple dans le Var à Toulon.

27 Bouscayrol (René), Soubrany ou la Révolution assassinée, Moulins, éditions Ipomée, 1984, page 175.

28 Six (Georges) op. cit, tome 1, page 501.

29 Six (Georges), op cit, tome 2, page 344.

30 Six (Georges), op cit, tome 1, page 316.

31 Six (Georges), op cit, tome 1, page 454.

32 Affaire Fortet : Ancien président de la commission militaire qui était chargée de juger les émigrés, Fortet fut accusé d’avoir sauvé quelques coupables. Condamné à la déportation par le Tribunal militaire révolutionnaire, son jugement fut cassé par Milhaud et Soubrany qui le firent condamner à mort le 19 ventôse an II (9 mars 1794).

33 Avant-garde de l’armée des Pyrénées-Orientales : arrêté de Milhaud et Soubrany daté du 29 pluviôse an II (17 février 1794).

34 Alexandre Pavot Ricord : né à Marseille en 1770, débute une carrière de journaliste aux côtés de Mirabeau. Il est procureur général syndic des Bouches-du-Rhône. Arrêté par les fédéralistes, il est libéré par les troupes de la Convention en août 1793 (Cadé, op. cit, page 100)

35 Pierre Stanislas « Coriandre » Mittié : Membre du club des Jacobins de Paris, et de la Société Fraternelle, il est l’un des organisateurs des journées du 31 mai et 2 juin 1793, fatales aux Girondins. Il était membre du Comité de Salut public de Marseille. (Cade, op cit. page 100)

36 Loi du 3 pluviôse an II (22 janvier 1794) sur la justice militaire titre 8, article 4.

37 Code pénal militaire du 12 mai 1793, titre 1, section l article 3 « tout déserteur de l’intérieur sera puni de 5 ans de fer et de 10 ans s’il était en service ».

38 Un arrêté de Milhaud et Soubrany, daté du 15 ventôse an II (5 mars 1794) prévoyait que les infirmiers ou les employés qui voleraient des effets aux malades, seraient punis de mort dans les 24 heures.

39 A.D.P.O.-L supplément 246

40 A.D.P.O.-L supplément 389, 246 et 250.

41 Cadé (Michel), L’écho des Pyrénées, l’Avant Garde de l’armée des Pyrénées Orientales et le journal de l’Armée des Pyrénées-Orientales ; Colloque « Année et opinion publique », Sorèze, juin 1989, page 11.

42 A.D.P.O.-L 94.

43 Lyon.

44 ADPO.-L 94.

45 Bouscayrol (René), op cit, page 187.

46 Moniteur universel du 28 thermidor an II – (15 août 1794).

47 Piene Delbrel (1764-1846). Né à Moissac (Tarn-et-Garonne) en 1764, il est avocat puis député du Lot à la Convention. En avril 1793, il effectue une mission près les armées du Nord et des Ardennes et participe à la bataille d’Hondschoote le 8 septembre 1793. Le 9 fructidor an II (26 août 1794), il est envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales. Il siège au Conseil des Cinq-cents et s’oppose au coup d’Etat du 18 brumaire. Sous la restauration il s’occupe de l’organisation de l’armée. (Kuscinsky, op cit, pages 192 et 193).

48 Jean Vidal (1731-1818). Né à Orthez (Pyrénées-Atlantiques) en 1731 il fut élu député des Basses-Pyrénées à la Convention en septembre 1793. Le 20 fructidor an III (6 septembre 1795) il est envoyé en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales. Il fait partie du Conseil des Cinq-Cents de 1795 à 1797. (Kuscinsky, op cit, pages 604 et 605).

49 Vidal, (Pierre), Les représentants du peuple en mission à l’armée des Pyrénées-Orientales (1794-1795) (dans Revue des Pyrénées), tome 6, 1895.

50 Jean François – Marie Goupilleau de Fontenay (1753-1823). Né à Apremont (Vendée) en 1753, il débute dans un régiment de dragons le 9 mars 1793, il est chargé du décret sur la levée des 300 000 hommes dans le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire. Il est envoyé prés l’armée des Pyrénées-Orientales le 17 brumaire an III (7 novembre 1794). Il siège au Conseil des Anciens jusqu’en 1797. Il occupe un poste d’administration au Mont-de-Piété jusqu’en 1814. (Kuscinsky, op. cit., pages 302 et 303).

51 Vidal (Pierre), op cit, page 30

52 Né Saint-Jean-du-Gard (Gard), il était avocat lorsqu’il fut élu député du Gard à la Convention en septembre 1792. Pelet fut membre du Comité de Salut public de brumaire à ventôse an III (novembre 1794 à mars 1795). Il fut envoyé près l’armée des Pyrénées-Orientales en floréal an III (avril 1795). Il termina sa carrière au Conseil d’Etat sous l’Empire. (Kuscinsky, op. cit, page 478).

53 Jean-Baptiste Clauzel (1746-1803). Né à Lavelanet (Ariège) en 1746, il est élu député de l’Ariège à la Convention. Le 4 messidor an III (22 juin 1795) il est envoyé près l’année des Pyrénées-Orientales. (Kuscinski, op. cit, page 140).

54 François Bousquet (1748-1820). Né à Mirande (Gers) en 1748, il est élu député du Gers à la Convention, le 20 germinal an III (9 avril 1795) il est envoyé à l’année des Pyrénées-Orientales (Kuscinsky, op. cit., page 84).

Auteur

DEA d’histoire — CREPF

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search