Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Première partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : les armées

Une armée oubliée : l’armée des Pyrénées-Orientales (1793-1795)

Michel Cadé

Texte intégral

1De toutes les années de la Révolution l’année des Pyrénées Orientales est la plus oubliée. Celle qui fut la mal aimée de la Convention, parce que le théâtre d’opération des Pyrénées semblait à la grande assemblée d’autant plus secondaire qu’elle partageait le solide mépris des militaires français pour les capacités offensives de l’armée espagnole, n’a guère attiré les historiens du XXe siècle. Il est vrai que l’histoire militaire est parfois victime du discrédit qui s’attache, à tort, sans doute, à l’histoire-bataille et que, s’agissant de l’armée des Pyrénées-Orientales, s’y ajoute une méconnaissance de l’importance pour la suite des événements des hommes qui y combattirent.

2Si ses premiers généraux en chef, guillotinés pour deux d’entre eux, manifestement peu capables pour quelques autres, ce qui n’empêche pas le nom de Barbentane de figurer sous l’Arc de Triomphe, n’ont guère marqué l’histoire militaire, la belle figure de Dugommier qui mourut au combat après avoir volé sur les ailes de la victoire aurait dû sauver son armée de l’oubli, mais Dugommier dans les mémoires reste plus célèbre pour avoir commandé Bonaparte et repris Toulon que pour avoir écrasé La Unión au Boulon. Par delà l’épopée propre à l’armée des Pyrénées-Orientales, que des hommes tels que les maréchaux d’Empire Augereau, Lannes, Pérignon, Victor, les généraux Bon, Cafarelli, Clausel, Lamer, Sauret ou le chirurgien Larrey aient accompli sur ce terrain ingrat leurs premiers exploits, qu’ils aient fourni à l’Armée d’Italie ses meilleurs cadres me parait mériter quelque attention.

3Il ne sera pas ici directement question du conflit qui mit au prises dans les deux Catalognes de 1793 à 1795 l’armée révolutionnaire et l’armée espagnole. Mais, passé un court rappel des circonstances qui amenèrent à la création de l’armée des Pyrénées-Orientales, je m’attacherai essentiellement à l’analyse de ses composantes et à son fonctionnement dans les vicissitudes du conflit.

I. Un théâtre d’opérations négligé

  • 1 Cadé (Michel), Guerre et révolution en Roussillon, 1793-1795, Perpignan, Direction des Services d’A (...)

4Dès qu’elle avait appris la fuite du roi et son arrestation à Varennes, la nuit du 21 au 22 juin 1791, l’administration départementale des Pyrénées-Orientales s’était inquiétée d’un éventuel conflit avec l’Espagne1. L’Assemblée nationale constituante puis la Législative comme les différents ministres de la guerre n’avaient vu dans les demandes des administrateurs catalans que l’effet d’une peur sans fondement.

  • 2 A.D.P.O.L 921 cité dans Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 15.

5Le général de Montesquiou qui, depuis avril 1792, commandait l’Armée du Midi et avec 50000 hommes devait défendre la France des Pyrénées aux Alpes, n’hésitait d’ailleurs pas à dégarnir la frontière catalane en juin 1792, persuadé qu’il était que le danger viendrait pour son armée du Piémont. Tout occupé au début septembre à préparer la réunion de la Savoie à la France, il rassurait l’administration des Pyrénées-Orientales sur ses capacités à faire face à une invasion espagnole en des termes qui faisaient montre d’une singulière suffisance : « Il ne s’agit donc, messieurs, que de m’instruire à temps ; et vous le pouvez toujours, car enfin une armée et surtout une armée espagnole n’arrive pas en poste. Si en effet l’Espagne était assez folle pour faire au mois de septembre une entreprise de ce genre, je vous réponds que, malgré la distance où nous sommes de vous, [je me] mettrais en état de lui opposer une force double de la sienne »2.

  • 3 Michel Cadé, Guerre... p. 17-19 et Napoléon Fervel, Campagnes de la Révolution française dans les P (...)

6La Savoie conquise le 22 septembre, l’un des premiers soins de la Convention fut de scinder l’armée du Midi en deux : l’armée des Alpes et celle des Pyrénées dont l’ex-ministre de la guerre Joseph Servan reçut le commandement. Installé à Toulouse il devait vite constater le dénuement des 30 000 hommes de troupe qui lui étaient confiés et l’abandon dans lequel avaient été laissés les systèmes de fortification, en particulier dans les Pyrénées-Orientales3.

  • 4 Amédée Doppet, Mémoires politiques et militaires du général Doppet, Paris, Bourdouin frères, 1824, (...)

7Le 7 mars 1793, la Convention déclarait dans l’enthousiasme la guerre au roi d’Espagne sans se soucier de l’état d’impréparation de ses troupes sur la frontière pyrénéenne, ce que le général Doppet qui devait commander en chef l’armée des Pyrénées-Orientales souligne dans ses mémoires : « Ce qu’il y eut de bien bizarre dans cette guerre, c’est qu’elle fut déclarée sans avoir fait, je ne dis pas des préparatifs d’attaque, mais pas même le moindre préparatif de défense »4.

  • 5 Sur l’ensemble des opérations dans les Pyrénées-Orientales et en Ampurdan voir pour une description (...)

8Le résultat ne se fit pas attendre. Le général Ricardos qui commandait les troupes espagnoles, estimées à 35000 hommes dont 19000 massés sur la frontière, n’eut aucune difficulté pour bousculer en avril les quelques 2000 soldats qu’alignait, hors des troupes de place, devant lui le vieux général de la Houlière5. Face à l’échec, prévisible mais inattendu, des troupes françaises le Comité de salut public décida le 30 avril de scinder en deux l’armée des Pyrénées, Servan continuant de commander sa partie occidentale et le général de Fiers, démissionnaire à l’armée du Nord recevant le commandement de l’armée des Pyrénées-Orientales. Tandis qu’il cheminait vers Perpignan l’énergie des représentants en mission dans le Midi conjuguée aux efforts du procureur général syndic des Pyrénées Orientales, l’ex-législateur Llucia, était parvenue à mettre les départements les plus proches l’Aude, l’Ariège, la Haute-Garonne, l’Hérault et le Gard en état de mobilisation et les troupes, essentiellement composées de volontiares, affluaient sur Perpignan.

  • 6 Non compris les commandements de la Houlière, Champion et Grandpré, successifs généraux divisionnai (...)
  • 7 A.D.P.O. L117 cité dans Michel Cadé, Guerre et..., op. cit. p. 86.

9L’année 1793 vit alterner revers et succès et valser les généraux en chef. Du 13 mai 1793, date de l’arrivée de Fiers, au 10 janvier 1793 date de l’arrivée de Dugommier, sept généraux en chefs s’etaient succédé ; l’un d’entre eux, d’Aoust ayant assuré trois intérims, c’est neuf changements de commandement en chef qu’avait connus en huit mois l’armée des Pyrénées-Orientales6. De cette cacophonie militaire les nouveaux représentants Fabre, Gaston et dans une moindre mesure Cassanyes étaient largement responsables. Dugommier bien épaulé par deux représentants étrangers à la région, Milhaud et Soubrany, disposant de troupes aguerries venues avec lui de Toulon fit renouer l’armée des Pyrénées-Orientales avec la victoire ; le 2e sans culottide an II (18 septembre 1794) la prise de Bellegarde succédant à la victoire du Boulou le 12 floréal an II (1er mai 1794) libérait, suivant en cela l’exigence du Comité de salut public, le territoire national. Désormais, c’est en Catalogne espagnole dans l’Ampurdan et en Cerdagne qu’allait se poursuivre la guerre. Malgré la mort de Dugommier, le 27 brumaire an 3 (17 novembre 1794), l’armée des Pyrénées-Orientales sous le commandement du général Pérignon s’empare de Figueras, puis de Rosas le 15 pluviose an III (3 février 1795). Mais, de nouveau la Convention se soucie peu de ce théâtre d’opérations lointain ; le ravitaillement est chichement mesuré à une armée qui paraît abandonnée aux représentants Delbrel et Goupilleau qui déclarent à l’adresse du Comité de salut public avoir « le cœur ulcéré de l’oubli dans lequel on a laissé cette brave armée et des malheurs qui sont prêts de l’accabler »7. Lorsque la paix de Bâle est signée le 9 thermidor an III (22 juillet 1795), l’armée que commande alors Scherer est rongée par la désertion et en passe, après avoir perdue la Cerdagne espagnole, de perdre la Cerdagne française.

10Il est évident, d’après ce qui précède, que l’armée des Pyrénées-Orientales a connu deux périodes bien distinctes : l’une avant l’arrivée de Dugommier, où elle est commandée de façon peu efficace et où elle est composée presque uniquement de bataillons de volontaires des départements proches, et l’autre où, le commandement s’étant nettement amélioré, elle a vu sa composition se modifier sensiblement. Cependant entre ces deux armées successives mais non réellement distinctes, la seconde comprend toujours les éléments de la première, les points communs, base de volontaires méridionaux, absentéisme fréquent pour cause de maladie ou de désertion, logistique insuffisante, etc., l’emportent sur les différences.

II. Une armée de volontaires méridionaux dans la tourmente

  • 8 S.H.A.T. Vincennes B4 166.
  • 9 A.D.P.O.L 925.

11L’armée des Pyrénées-Orientales dont le secteur s’étendait du Rhône au Val d’Aran nous est assez bien connue grâce aux différents états conservés soit par le Service Historique de l’Armée de Terre soit aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales. Pour l’historien ces états ne sont pas tous de même valeur. Certains se contentent de donner le nombre de soldats par emplacements sans indication des unités, c’est le cas du tableau fourni les 15 septembre 1793 par le général Dagobert8 ; d’autres indiquent de façon précise les unités présentes à l’armée des Pyrénées-Orientales, leurs effectifs et les emplacements où elles sont cantonnées mais négligent de signaler la part des soldats effectivement sous les armes et celle des absents au corps9 ; enfin, à ces précisions, les états dressés par le général Lamer, le 25 fructidor an II (11 août 1794) pour les représentants en mission et le 21 frimaire an III (11 décembre 1794) pour le général Pérignon ajoutent un décompte des effectifs théoriques et des « présents sans les armes », qui nous permet de mesurer la force réelle de l’armée des Pyrénées-Orientales.

12En août 1793, l’armée des Pyrénées-Orientales est forte de 28452 hommes dont plus de 900 sont immobilisés dans des garnisons. Les troupes de ligne y sont peu nombreuses 1205 hommes appartenant au 7e, 61e et 19e régiments d’infanterie, non compris le 1er bataillon d’infanterie légère, 600 hommes, dans le Val d’Aran. La cavalerie est un assemblage hétéroclite de troupes de l’Ancien Régime, 665 hommes des 14e et 19e régiments de chasseurs à cheval, le dernier réduit à 117 cavaliers, et 27e régiment de cavalerie, de gendarmes et de volontaires montés, la cavalerie de Montpellier, les dragons du Tarn et la cavalerie de la légion des Pyrénées.

13Le gros des troupes est fourni par les bataillons de volontaires, 36 en tout dont 30 portent une indication d’origine nette. Pour les autres, les 6 bataillons des volontaires des Côtes maritimes paraissent s’être tous recrutés sur la côte sud de l’Atlantique ou méditerranéenne et les troupes irrégulières comme la légion des Corbières ou les braconniers, montagnards, venaient en majorité de l’Aude, la région des Pyrénées de la Haute Garonne. Sur les 30 bataillons dont l’origine nous est connue avec certitude, 18 venaient des départements proches, cinq de l’Aude, trois du Gard, de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales, deux de l’Ariège et de la Haute-Garonne, parmi les autres deux seulement venaient du Nord de la Loire, le bataillon de Nantes et celui de la Section du Temple à Paris.

14Dix-sept de ces bataillons seulement avaient été formés avant le 1er mars 1793 et constituaient des unités où le volontariat était réel, les autres troupes levées, bon gré, mal gré, lors de la levée des 300 000 hommes n’avaient guère d’allant. Elles le prouvèrent à diverses occasions, en particulier lors de la panique du 20 mai au combat du Mas Deu.

15Mal armés, souvent mal commandés, ces soldats sont pourtant capables d’exploits ; l’insuccès des Espagnols devant le camps de l’Union le 17 juillet, la victoire de Peyrestortes le 17 septembre en témoignent. Mais, les erreurs du commandement et la médiocrité des renforts qu’elle reçoit alors que la maladie et la désertion ravagent les camps, amène avec les défaites une véritable déliquescence de l’armée des Pyrénées-Orientales.

  • 10 A.D.P.O.L 108.

16L’état du 13 frimaire an II recense 51414 hommes, dont 12834 au service de place, soit une très sensible augmentation de l’effectif théorique, seule la cavalerie voit ses effectifs diminuer, mais l’ardeur au combat des nouvelles troupes est médiocre. En effet, ce gonflement des effectifs n’a été obtenu que par l’appel fait à la levée en masse, et les bataillons nouveaux, venus essentiellement de l’Aude, de l’Hérault, du Gard et de la Haute-Garonne, sont sans armes ni instruction. Ils sont 9000 requis en tout, venus faire nombre ; les autres unités sont de formation récente et quelques troupes à fortes motivations idéologiques, comme la légion de Moselle ou le bataillon des Vengeurs de Béziers, ne peuvent inverser la tendance. La défaite du camp de Villelongue fut consommée le 22 frimaire an II, lorsque selon le représentant Gaston « les troupes de la masse prirent la fuite et rétrogradèrent à la débandade »10.

  • 11 Lettre de Dugommier au ministre Bouchotte citée dans Capitaine Paul Pineau, Le Général Dugommier, P (...)
  • 12 Capitaine Paul Pineau, Le Général Dugommier, op. cil., pp. 409-411.

17Mais, que pouvait faire d’autre une armée que Dugommier, après avoir pris son commandement, décrit ainsi dans un rapport daté du 18 pluviose an II (20 janvier 1794) : « Les anciens bataillons qui y servent depuis la formation de l’armée ne conservent que très peu d’anciens soldats, tous ont été détruits par l’ennemi et la maladie. Les nouveaux en très grande partie ne sont pas armés et ce n’est peut-être que cette armée qui présente en ordre de bataille, dans une avant-garde, des hommes qui n’ont que leurs ongles et leurs dents pour se défendre »11. A cette armée qui ne devait pas dépasser les 20 000 valides, une épidémie de typhus avait couché des milliers d’hommes dont le général en chef Doppet – il ne se remit que lentement et finit par laisser la place à Dugommier venu pour le remplacer à titre provisoire – le vainqueur de Toulon amenait un renfort notable. Certes celui-ci était moindre que ce qu’il eut souhaité12, mais, avec plus de 10 000 hommes, constituait le cœur de la nouvelle armée auquel devait s’agréger des troupes venues de Toulouse en direction de Toulon et des troupes prélevées sur l’armée des Pyrénées-Occidentales, portant ses effectifs théoriques à environ 90 000 hommes.

18Ces soldats étaient pour l’essentiel des volontaires trempés au feu des combats de Toulon. Certes, trois bataillons des troupes de ligne soit environ 1500 hommes et quelques centaines de cavaliers venaient de l’armée d’Ancien Régime, encore avaient-ils été complétés avec des volontaires. Les bataillons de volontaires formaient la majeure partie des troupes de Dugommier. Originaires des départements du Sud, ils mêlaient des bataillons du Gard, le 1er, de l’Ariège, le 1er, ou de la Haute-Garonne, les 3e, 4e et 5e, à des bataillons drômais, alpins, ardéchois, des Bouches-du-Rhône ou du Vaucluse. Le caractère méridional des troupes de l’armée des Pyrénées-Orientales demeurait inchangé, tout au plus tirait-elle un peu plus ces nouveaux bataillons de l’Est que de l’Ouest. A ces troupes régulières s’ajoutaient la légion des Allobroges, qu’avait commandée Doppet, et la légion de la Montagne, fille des Sociétés populaires, que commandait le sans-culotte Chastel, de son prénom Lapin Calchique Scorcenaire. A l’abattement des soldats épuisés par les défaites de la fin 1793, ces bataillons apportaient le parfum de la victoire et les convictions révolutionnaires.

  • 13 A.D.P.O L 925 et Capitaine Paul Pineau, Le Général..., op. cit. pp. 408-411 et René Bouscayrol, Sou (...)
  • 14 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 87-88.
  • 15 Amédée Doppet, Mémoires, op. cit. p. 56-57.

19Loin de procéder à l’amalgame, le mot juste est embrigadement, Dugommier décida de ne porter en première ligne que des troupes aguerries et armées. Les « volontaires » de la levée en masse furent renvoyés dans des camps d’entraînement devant Toulouse, Carcassonne et Montpellier où, en attendant de recevoir un armement minimal, ils reçurent une instruction militaire. Plus tard, ils furent incorporés à des corps, troupes de ligne ou bataillons de volontaires, sans que l’on tint compte de leurs origines géographiques13, ce qui fait qu’à partir de la fin 1794 la dénomination géographique des bataillons ne garantit plus la provenance des soldats : ainsi l’on trouve des Piémontais et des Polonais dans le 1er Bataillon des Alpes-Maritimes, des Ariégeois et des Héraultais dans le 4e bataillon du Gard14. Si les origines se mêlent, les hommes du Midi demeurent toujours largement majoritaires dans les bataillons de volontaires. Début 1795 sur 78 bataillons qui affichent leur origine géographique, 77 ont été recrutés dans le Midi. Certes, nombre de professionnels en rupture d’engagement viennent de tout le continent donner à l’armée des Pyrénées-Orientales un petit air cosmopolite et parfois inattendu ; ainsi Amédée Doppet dans ses mémoires nous apprend qu’il enrôla dans la légion des Allobroges des Suisses qu’il avait sauvés le 10 août du massacre des Tuileries !15 .

  • 16 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 102.

20Bien commandée, solidement encadrée, l’armée des Pyrénées-Orientales renoua avec la victoire en 1794 et dura sans grands changements dans sa composition jusqu’à la signature de la paix de Bâle. Ensuite, les volontaires méridionaux embrigadés abandonnèrent au département des Pyrénées-Orientales leurs drapeaux et partirent à l’armée d’Italie, retrouver le dénuement avant de se lancer derrière Bonaparte à la poursuite de la gloire. Les pieds nus et les vêtements en haillons étaient pour les rescapés de l’armée des Pyrénées-Orientales d’aussi vieilles connaissances que les fumées de la victoire, les charmes de la maraude16 et l’absentéisme.

III. Une demie armée

  • 17 A.D.P.O.L 925 Rapport du général Lamer chef de l’Etat major de l’armée des Pyrénées-Orientales aux (...)

2128 452 hommes en août 1793, 51 414 en décembre, de la même année, 94949 en août 1794 et 90 112 en décembre, les chiffres, même compte-tenu de la médiocrité des troupes issues de la levée des 300 000 hommes puis de la levée en masse, peuvent sembler formidables. Certes, les troupes en garnison, donc militairement immobiles, s’élèvent à environ 10 000 hommes en 1793 et à encore 4000 hommes en 1794. Cette même année sont comprises dans les états, les troupes chargées de défendre la place de Narbonne (6° division) et de veiller à la sécurité des côtes (7° division), soit un peu plus de 7 000 hommes auxquels il faut ajouter les 2700 hommes qui occupent le Val d’Aran et ne sont d’aucune utilité pour la division de Montlibre (N° 5) à laquelle ils sont rattachés. Mais, même ainsi, l’armée des Pyrénées-Orientales apparaît à la fin 1794 forte de plus de 75 000 hommes, pourtant au même moment le général Lamer chef de l’Etat-major juge ne pouvoir disposer que de 52668 soldats dont un peu plus de 36 000 seulement sont disponibles pour poursuivre les combats dans l’Ampurdan, la division de Mont libre étant, du fait de l’hiver, incapable d’agir hors de Cerdagne17.

22Ce déficit d’effectif, qui porte au total, toutes troupes confondues, sur 40 000 hommes en août 1794 et sur 38 000 en décembre a plusieurs explications parfois non exclusives les unes des autres.

  • 18 idem.
  • 19 A.D.P.O L 1017.
  • 20 A.D.P.O L 927.

23Une première catégorie d’absents au corps, la moins importante, est produite par le général Lamer « par les besoins d’hommes qu’ont les différents service de l’armée qui ne peuvent se recruter et se compléter nulle part [ailleurs que dans l’armée elle-même] »18. Ainsi les escortes des convois extrêmement nombreux, le service des hôpitaux, l’intendance dans un sens large. Comparables sont les absents qui ont été réquisitionnés pour leurs connaissances techniques, ouvriers partis vers les ateliers de l’intérieur, le Comité de salut public lui-même se préoccupe de ce recrutement de spécialistes19, et surtout vers les propres ateliers de l’armée, qu’ils soient consacrés aux réparations des armes ou des véhicules ou qu’ils fonctionnent de façon provisoire, lors par exemple de la construction d’ouvrages fortifiés comme à Bellver de Cerdagne20.

  • 21 Voir note 11.
  • 22 Voir note 17.
  • 23 A.D.P.O.L 1006

24La deuxième cause, majeure celle-ci, d’absence au corps à l’armée des Pyrénées-Orientales est le résultat de l’hospitalisation des soldats, blessés dans les rencontres certes mais surtout atteints par le typhus à la fin 1793 et par des fièvres, sans doute une forme de malaria, pendant l’occupation de l’Ampurdan. Ces ravages de la maladie ont été considérablement accrus par la mauvaise tenue des hôpitaux pendant toute l’année 1793, ainsi qu’en témoigne Dugommier dans une lettre adressée le 13 pluviose an II (1° février 1794) au ministre Bouchotte : « J’ai visité les hôpitaux. Je ne saurais te peindre le désordre que j’y ai vu. Depuis le 1er nivose (21 décembre) plus de 5000 de nos frères d’armes en ont été les victimes. C’est tout dire. La malpropreté dans les lits, sur les personnes, dans les salles, dans les cours, y propage la peste. J’en ai rendu compte aux représentants. Ils prennent de grandes mesures pour établir un meilleur ordre et soulager les malades »21. Hors épidémie, le général Lamer estime à 10 % en moyenne le nombre des malades de l’armée22. L’absence des militaires hospitalisés se prolonge souvent bien au-delà de leur convalescence. En effet, nombre de blessés et de malades sont évacués des hôpitaux de première ligne vers ceux de l’intérieur, Béziers, Narbonne, Lagrasse, Pézenas, Montpellier, Limoux, Castelnaudary, Toulouse, etc. Là, profitant d’une surveillance moindre qu’en première ligne, ils prolongent leur séjour, voire rentrent chez eux en « convalescence » et profitent des avantages de la désertion sans en encourir les risques. Le 25 thermidor an II (12 août 1794) Arrosoir Delmas, chef du 7e Bataillon de l’Ariège à l’effectif théorique de 975 hommes dont seulement 328 sont sous les armes, constate que « sur près de 300 hommes du bataillon que je commande, que j’ai le malheur d’avoir dans les hôpitaux, un grand nombre peut en être sorti et je ne puis néanmoins les déclarer dans leurs communes pour qu’elles prennent les moyens indiqués par la loi pour les faire joindre »23.

  • 24 A.D.P.O.L 937 et Lp 1067.
  • 25 A.D.P.O. L1051.
  • 26 A.D.P.O.L 925.

25Mais, à l’évidence, la source la plus préoccupante des absences au corps est la désertion. Pendant toute la durée de vie de l’armée des Pyrénées-Orientales elle sera la première cause de récrimination des officiers. Les exemples en sont multiples, des lettres de Daoust en juillet et octobre 1793 au département des Pyrénées-Orientales24 à celles du chef du 1er bataillon du district d’Albi cherchant ses déserteurs sans succès dans son département et s’en plaignant amèrement auprès du général Lamer25. Celui-ci, en 1795, constate des désertions massives lorsqu’il tente de compléter les troupes de ligne en y incorporant des requis de la levée en masse : « Lors de l’incorporation des Corps dits de la Masse, il y eut tant de désertion et de désordre qu’il est impossible de placer la force de chacun de ces corps »26.

  • 27 A.D.P.O.L 927.
  • 28 A.D.P.O.L 1028

26La désertion sera à son comble en 1795. L’incapacité de l’armée à entreprendre de grandes opérations et les rumeurs de paix se conjuguent alors avec les mauvaises conditions d’approvisionnement et la recrudescence de l’activité des troupes espagnoles pour pousser à la désertion en masse les troupes de la division de Montlibre. Le 25 messidor an III (14 juillet 1795) le général Charlet a vu déserter 2600 hommes de troupes régulières sur un effectif théorique de 8260 mais, selon les états du 28 frimaire an III, de 7325 soldats soit plus de 35 % des effectifs de sa division27. Si l’on ajoute que, quelques jours auparavant, les bataillons de miquelets, troupes supplétives qui dans la division de Montlibre jouaient un rôle central avaient massivement pris la clef des champs, pour le seul 4e bataillon, 316 déserteurs dont la quasi totalité des officiers et des sous-officiers28, on comprend mieux la défaite totale que devait subir le 26 juillet la division de Cerdagne : Puigcerda et Bellver reconquises, les généraux Charlet, Despinoy, Martin prisonniers malgré la résistance acharnée de leurs dernières troupes. Seule la paix de Bâle sauva la Cerdagne française.

  • 29 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 95 et 137 ; ces solidarités ont été particulièrement étudiées p (...)

27La désertion, qui fut l’une des plaies de l’armée des Pyrénées-Orientales, fut facilitée par l’origine des troupes qui la composaient, les volontaires des Pyrénées-Orientales, de l’Ariège, de l’Aude, de l’Hérault, en particulier, mais l’on a vu que ce n’était guère différent pour ceux du Tarn, n’éprouvaient que peu de difficultés pour regagner leurs villages ; là ils pouvaient compter sur des solidarités familiales pour n’être pas inquiétés29. Sans doute finissait-on souvent par les faire revenir au bout de quelques mois mais ils étaient remplacés par de nouveaux candidats au retour au village. L’armée des Pyrénées-Orientales sous l’orgueil des chiffres était un véritable tonneau des danaïdes, qui dans le meilleur des cas ne disposait de guère plus du tiers de ses effectifs théoriques pour entrer en opérations. Encore la réussite de celles-ci étaient-elles soumises à des capacités manœuvrières qui dépendaient étroitement d’une logistique manifestement peu satisfaisante.

IV. Les déconvenues de la logistique

  • 30 Officiellement qualifiée d’arrondissement, cette circonscription est souvent désignée dans les text (...)
  • 31 Arrêté du Comité de salut public du 20 ventose an II (10 mars 1794). A.D.P. O 925.

28Le Comité de salut public, incapable de pourvoir à partir de Paris au ravitaillement de ses armées, avait attribué à chacune d’elles une circonscription30 chargée de pourvoir à son approvisionnement. Celle des Pyrénées-Orientales comprenait la Haute-Garonne, l’Ariège, l’Aude, le Tarn, l’Hérault, le Gard, l’Ardèche, la Lozère, l’Aveyron, les Pyrénées-Orientales auxquels s’ajoutaient, uniquement pour les vêtements, le Lot et le Cantal31. L’éloignement de ces départements du théâtre d’opération nécessitait des transports longs et coûteux qu’abrégeaient cependant le Canal des deux mers qui pouvait drainer sur Narbonne les vivres et les matériaux provenant du Tarn, de la Haute-Garonne, de l’Aude ou de l’Hérault. Mais, à partir de Narbonne, les transports devaient se faire en charrette, réquisitionnées pour la plupart. Cette rupture de charge ralentissait considérablement les approvisionnements de l’armée des Pyrénées-Orientales qui, par ailleurs, se heurtaient au mauvais vouloir tant des producteurs dont la récolte était requise que des transporteurs forcés et au manque de conscience professionnelle des services chargés de nourrir et équiper l’armée.

  • 32 Voir dans le même volume l’article de Stéphane Berthe.

29Assurer la rapidité et l’honnêteté des transports fut la préoccupation constante des représentants et des généraux avec des fortunes diverses. Milhaud et Soubrany à Perpignan et à Narbonne, Chaudron Rousseau à Toulouse et à Montauban, utilisant la menace, assortie d’effets, et la harangue patriotique parvinrent au début 1794 à relever une situation qui était lors de leur arrivée désastreuse en particulier dans le domine clef des four- rages32 . Lorsque ceux-ci manquaient, non seulement la cavalerie de l’armée était réduite à l’impuissance mais les transports entre Perpignan et Narbonne menacés ; non seulement la capacité offensive des troupes de l’armée des Pyrénées-Orientales était réduite presque à néant mais son existence même mise en cause.

  • 33 Amédée Doppet, Mémoires op. cit. Lettre de Tuneau au ministre de la guen e du 18 brumaire an II (8  (...)

30En octobre 1793, Turreau, nommé commandant en chef, mesure l’ampleur du désastre ; « l’indiscipline et le désordre règnent dans cette année... plusieurs parties de l’administration sont vicieuses... les moyens de subsistance n’y sont pas assurés et... faute de fourrage, je serai peut-être obligé de reporter sur les derrières le peu de cavalerie qu’il me reste. Il est intéressant que vous sachiez qu’en cas d’un mouvement rétrograde une partie de l’artillerie serait la proie de l’ennemi à défaut de mulets ou de chevaux pour l’enlever »33.

  • 34 Idem p. 241.

31Doppet, le 11 frimaire an II (1er décembre 1793), découvre une armée à l’abandon « En abordant le quartier général, en visitant les diverses colonnes j’ai trouvé une infinité de chevaux et de mulets morts d’inanition. J’ai vu partout nos frères d’armes sous les tentes sans un brin de paille et quelques bataillons n’ont même pas de tente »34.

  • 35 Capitaine Paul Pineau, Le Général op. cit. p. 403, (Lettre de Dugommier à Bouchotte du 4 pluviose a (...)
  • 36 Idem, p. 408-411 (Lettre de Dugommier à Bouchotte du 24 pluviose an II, 17 février 1794).
  • 37 Idem.

32Dugommier, qui se plaint en janvier 1974 « qu’il y a plus de huit jours que les chevaux n’ont point d’avoine, que leur ration de foin est très diminuée35 », est atterré en février devant les conséquences de cette pénurie persistante de fourrage : « J’ai fait, avant hier, la revue des chevaux et mulets attachés à l’artillerie, aux ambulances et aux vivres. La majeure partie est dans un état pitoyable. J’en ai fait réformer plusieurs qui dévoraient inutilement nos fourrages et j’en ai envoyé d’autres au repos pour se rétablir loin de nos magasins et redevenir utiles à la chose publique. D’après cette revue il nous en reste environ 8 à 900 pour nos besoins généraux. L’artillerie seule en exige près de trois mille. »36. Dugommier n’était pas homme à se contenter de lamentations. Après avoir pesté contre ceux qui laissaient pourrir des fourrages sur le port de Narbonne faute de charroi, il entreprit de redonner de la mobilité à son artillerie en y attelant des hommes : « J’ai établi quelques compagnies de « traîneurs » pour suppléer au service des chevaux. Si l’armée se met en mouvement avant que nous en ayons la quantité requise, ils serviront au transport des pièces de 4, de 8 et même de 12. Je n’hésite pas à t’assurer que ce genre de trait est infiniment préférable, dans les défilés et sur les montagnes où nous allons passer. L’intelligence et l’adresse de ces traîneurs suppléent à la facilité des chemins qu’exigent les animaux pour mener rondement leur chose »37. L’armée victorieuse, ses problèmes d’approvisionnement en fourrage ne se trouvèrent pas résolus pour autant, au contraire. L’allongement des lignes de communication imposa de créer un dépôt intermédiaire entre l’armée occupant l’Ampurdan et Narbonne, ce fut Maureillas, toute opération d’envergure fut alors soumise à son bon approvisionnement.

  • 38 A.D.P.O. L925. Mémoire du général chef de l’État major au général en chef.

33Le 25 messidor an II (13 juillet 1794) le général Lamer chiffrait les besoins pour 20 000 hommes pénétrant à 30 lieux dans le pays ennemi et y séjournant un mois, à 200 000 quintaux de grain, 89 000 de foin, 25 500 d’avoine, 8 250 de paille38. Pour acheminer sur Maureillas dans un délai convenable cette masse considérable d’approvisionnement, il fallait 200 voitures d’une capacité de 15 quintaux, ce qui nécessitait (le trajet aller-retour y compris deux jours de repos étant entre Narbonne et Maureillas de 12 jours) 2400 voitures et 2003 mulets de bât pour le transport de Maureillas à la Jonquera. L’artillerie exigeait pour être réellement mobile entre 6 et 8 000 chevaux qui venaient s’ajouter aux 21 660 bêtes nécessaires aux transports et aux quelques 2 000 chevaux de la cavalerie.

  • 39 A.D.P.O. L119.
  • 40 A.D.P.O.L 117 (rapport au Comité de salut public du 18 nivose an III (7 janvier 1795).

34A ceux qui, comme Milhaud et Soubrany,39 pensaient pouvoir vivre sur le pays conquis, Lamer répondait que ce pays était déjà épuisé et malsain et que la guerre n’arrangeait rien car l’on avait à faire à « un ennemi lâche et dévastateur qui fait une guerre de destruction et tâchera de protéger sa fuite par le désert ». La suite des événements lui donna raison. L’armée des Pyrénées-Orientales ne pouvait être approvisionnée correctement en Espagne que par la mer, comme le signalaient les représentants Delbrel, Goupillau de Fontenay et Vidal au Comité de Salut public en janvier 1795 « ... il faut s’occuper promptement de nos besoins, il faut que la mer soit notre premier moyen de transport pour les subsistances »40. Le Comité de salut public se souciait peu de prendre Barcelone et les Espagnols tenaient la mer, l’armée des Pyrénées-Orientales fut condamnée à vivre chichement sur sa conquête. Malgré de nombreux handicaps, cette armée négligée avait remporté son lot de victoires, mais atteignait ses limites, les éléments qui avaient fait sa force sur un territoire montagneux perdaient beaucoup de leur capacité opérationnelle en rase campagne.

V. Une armée montagnarde

35Montagnarde, l’armée des Pyrénées-Orientales le fut triplement. Elle le fut par l’origine de ses corps, elle le fut idéologiquement, elle le fut par le théâtre des opérations où elle intervint et par la tactique qu’elle y employa.

  • 41 Troupes traditionnelles en Roussillon de chasseurs éclaireurs équipés très légèrement Michel Cadé, (...)

36Quinze bataillons venaient des régions de haute-montagne, Pyrénées ou Alpes, auxquels il faut ajouter la légion savoyarde des Allobroges et pour partie la légion des Pyrénées dont le recrutement ne fut sans doute pas aussi montagnard, quinze autres venaient des pays de moyenne montagne du Massif Central ou des chaînons préalpins, la légion des Corbières et certains bataillons de l’Aude étaient aussi formés de troupes ayant l’habitude des forts dénivelés tout comme le 4e bataillon des chasseurs de montagne et les corps irréguliers de miquelets41. Au total c’est plus du tiers des troupes opérant à l’armée des Pyrénées-Orientales qui avait une origine montagnarde et donc des qualités opérationnelles particulièrement adaptées au terrain sur lequel elles évoluaient.

37On peut s’étonner de me voir insister maintenant sur l’importance de l’adhésion de l’armée des Pyrénées-Orientales à l’idéologie montagnarde après ce que j’ai écrit de l’ampleur du phénomène de désertion, mais la contradiction n’est qu’apparente. Si ceux qui partaient n’avaient sans doute pas un attachement très solide aux valeurs jacobines, encore faudrait-il en procédant à une analyse fine des motivations des déserteurs nuancer ce que ce propos a d’abrupt, ceux qui restaient par-contre faisaient un choix où l’idéologie avait plus à voir que la contrainte.

  • 42 Michel Péronnet, « La République avant la République, la pétition de la Société des Amis de la Cons (...)
  • 43 Encore que, dans ce dernier cas, ce soit surtout à l’armée que le patriotisme de Mirabel se soit ma (...)

38Dès la formation de l’armée des Pyrénées-Orientales l’enthousiasme républicain avait été fort dans certaines unités, les fêtes à l’occasion de l’anniversaire des événements du 10 août de l’année précédente l’avaient clairement montré. Le général Goguet qui commandait à Salses, avait été de ceux qui, à la Société populaire de Montpellier, avaient, à l’annonce de la fuite du roi, demandé sa déchéance et la proclamation de la République42. D’autres officiers de volontaires comme le général Dugua ou les chefs de bataillon Lannes, de Lectoure, ou Mirabel, d’Agde, étaient connus pour l’ardeur de leur engagement patriotique43. Cependant c’est avec l’arrivée des troupes de Toulon, qui avait été précédée d’une épuration de l’Etat-major, que l’armée des Pyrénées-Orientales devint une véritable armée montagnarde

  • 44 A.D.P.O. 1 1455, 1456, 1458, 1459 et Michel Cadé « Sociétés populaires en Roussillon, le souffle de (...)

39Ses chefs, et de nombreux volontaires, participent alors activement aux réunions de la Société populaire de Perpignan, dont le général en chef en congé de maladie, Doppet, est membre, tout comme le commandant de la place, le général Peyron, qui la préside quelques semaines avant d’en laisser la direction officielle à Coriandre (Pierre), Mittié et Pavot Ricord (Alexandre), respectivement président et accusateur public du tribunal militaire révolutionnaire où ils siégeaient, en contradiction avec la loi, quoique volontaires44. Le secrétaire de la société est alors l’adjudant général Duphot, et l’on peut relever dans les registres de la Société la participation plus ou moins régulière à ses séances des généraux et adjudants généraux : Zinc Cosson, Jacques Cros, Gazard, Icas, Lallemant, Caffarelli, Dugua, Bonnet, Chrétien et Dagobert. Les volontaires du 2e bataillon des Alpes-Maritimes fondent à Pollestres, où ils sont cantonnés, une société populaire, les troupes en garnison à Villefranche, à Bouleternère, à Céret et Prats-de-Mollo, voire à Puigcerda animent des sociétés populaires et se font les ardents prosélytes des idéaux jacobins, tandis que ceux des bataillons du Gers se font gloire de leur participation aux séances de la société de Perpignan.

  • 45 Amédée Doppet, Mémoires..., op. cit., p. 55.
  • 46 Idem, p. 96.
  • 47 A.D.P.O.U.U 799

40Cet aspect sans-culotte de l’armée des Pyrénées-Orientales est encore accentué par l’existence en son sein de troupes recrutées sur une base idéologique, les légions des Allobroges, des Pyrénées, de la Moselle et de la Montagne, les bataillons de la Montagne, Brutus et des Vengeurs. Doppet qui évoque dans ses mémoires la levée de la Légion des Allobroges insiste sur le fait que son noyau dur fut constitué par les membres du club parisien des Patriotes étrangers composé « de Suisses et de Savoisiens »45. Autorisée par l’Assemblée législative le 31 juillet, la légion des Allobroges en cours de formation, participa à la journée du 10 août. Certes, dans le cours de son ouvrage, Doppet mentionne aussi le fait que « ce corps, composé de plusieurs nations, avait beaucoup de déserteurs étrangers »46, cependant il paraît avoir gardé à l’armée des Pyrénées-Orientales toute sa fougue. Révolutionnaires et de tous les combats, les légionnaires Allobroges ne furent pas les derniers à exercer sur l’armée une surveillance républicaine. Ainsi le 21 germinal an II (10 avril 1794) c’est sur dénonciation d’un Allobroge qu’est arrêté puis exécuté après jugement un carabinier flamand accusé d’avoir dit à haute voix : « Merde pour les Français, ils ne donnent point de manger aux Allemands. Vivent les Espagnols qui leur donnent à manger »47.

  • 48 Cette légion avait été formée après la réunion des sociétés populaires à Valence (Drôme), les 7 et  (...)
  • 49 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 111-112, extrait de l’Avant-Garde de l’Armée des Pyrénées-Orien (...)

41C’est aussi un officier allobroge, le sans-culotte Chastel qui prend le commandement de la légion de la Montagne, fille des Sociétés populaires, organisée à Marseille en brumaire an II (novembre 1793). Ce corps présent à partir de 1794 à l’Armée des Pyrénées-Orientales, se définissait comme « Une armée de jacobins [qui] répandra la lumière dans les camps et la terreur dans les rangs ennemis » et qui entendait privilégier l’égalité sur la liberté : « Point de muscadins, point de ci-devant, point de riches, dans les terres où croit l’or, il ne vient ni herbe ni plante : de même le riche est stérile ou ne sait enfanter que des crimes. Des Sans-Culottes, des Sans-Culottes, voilà les vrais défenseurs de l’Egalité ; voilà ceux qui sauveront la République »48. Cet engagement révolutionnaire n’était pas de surface, ainsi, lorsque l’on proposa de décerner des récompenses pécunières aux soldats particulièrement méritants, les bataillons composant la brigade du général Mirabel, y opposèrent un refus catégorique : « Point d’argent dans notre métier ; il le gâte, surtout quand il s’agit de l’honneur de la préséance pour monter à l’assaut et crier au haut du fort : Vive la République ! Périsse ce métal corrupteur !... Nous ne sommes affamés que de l’amour de la gloire et de la liberté ; la même ardeur nous anime tous. Les vainqueurs de Toulon et de Ville-affranchie seront vivement secondés par les bataillons des Pyrénées-Occidentales et par ceux qui ont toujours combattu avec honneur dans cette armée ; ils déclarent qu’ils ne manquent de rien et que la République a sans cesse les yeux ouverts sur leurs besoins »49.

42Ainsi, c’est autour des idéaux républicains, et d’une sorte de surenchère jacobine, que les troupes de la première armée des Pyrénées-Orientales et les bataillons venus à son secours s’amalgamaient en une nouvelle armée des Pyrénées-Orientales à qui l’idéologie montagnarde servait de ciment. Ce processus fut poussé à son maximum dans la division n° 1 que commandait Augereau et à laquelle appartenaient la brigade Mirabel et la légion de la Montagne.

  • 50 Pour l’ensemble des éléments actuels, Napoléon Fervel, Campagnes de la Révolution française dans le (...)

43Si la motivation est pour beaucoup dans la valeur d’une troupe, elle n’est pas tout. L’armée des Pyrénées-Orientales, composée essentiellement de fantassins, souvent armés légèrement, les chasseurs étant le type de soldat le plus répandu, souffrit toujours d’une absence chronique de cavalerie, celle-ci ne dépassa les 2800 cavaliers qu’à l’été 1794 pour revenir à l’hiver à environ 2000 cavaliers. Dugommier tenta de pallier, comme dans les autres armées de la République, cette insuffisance par le recours à l’artillerie légère, hippomobile, venant épauler les mouvements d’infanterie mais le terrain et le type de troupe à la disposition des généraux imposèrent bien souvent un genre d’opérations qui s’apparente au coup de main. Si l’on excepte le duel d’artillerie du 17 juillet sous le camp de l’Union, les victoires françaises sont au moins pour partie le résultat de coups de main réussis50. A Peyrestortes, c’est l’arrivée à la nuit de la division de Salses se lançant à l’escalade du plateau de Peyrestortes par sa pente la plus raide, que les Espagnols jugeant le terrain assez fort ont négligé de le renforcer, qui décide de la victoire.

44Les opérations de Dagobert en Cerdagne, comme plus tard celles de Doppet et Charlet, sont une suite de coups de main opérés par une troupe qui se déplace sans cavalerie mais fait franchir à son artillerie légère tous les obstacles, souvent à la force des bras. Si les Français s’assurent ainsi le contrôle de la Cerdagne espagnole, ils ne peuvent ni prendre la Seu d’Urgell, ni se maintenir à Campredon qui finit par brûler, ni à Ripoll qu’ils se contentent de piller. Le rêve fou du représentant Fabre de prendre avec quelques milliers d’hommes et sans artillerie de siège Rosas relève de la systématisation, par un homme dépourvu de connaissances militaires, de la tactique qui a été employée jusque là à l’armée des Pyrénées-Orientales. Dagobert qui en connait les limites s’oppose avec vigueur mais vainement au représentant mais n’est guère lui-même à l’aise en rase campagne.

45La victoire du Boulou elle-même commence par une double manœuvre en terrain montagneux : Augereau attire La Unión sur lui parce que celui-ci dans une région accidentée ne peut réellement mesurer l’ampleur du danger et se l’exagère ; le général Martin avec sept bataillons de chasseurs s’empare des hauteurs des Albères s’établissant ainsi dans une position qui lui permet de surplomber le camp du Boulou et de couper aux troupes de la Unión la route de Bellegarde et de l’Espagne. La suite de la bataille se déroule pour partie en plaine, et ces combats ne sauraient, sous peine de ridicule pour l’auteur, être réduits à des opérations de montagne mais celles-ci ont été essentielles dans la mise en place du dispositif qui devait mener à la victoire. Le moment clef en est d’ailleurs la prise de Montesquieu dont une colonne de grenadiers épaulée de chasseurs s’empare après un rude combat mené à la baïonnette, « l’arme des républicains », qui préfigure les assauts, lancés plus tard, contre les lignes de Figueres. Le mordant des fantassins l’emporte ici sur l’artillerie ennemie.

  • 51 Paul Pineau, Le Général... op. cit. 4581, (Lettre de Dugommier au Comité de Salut public datée du 2 (...)

46La reprise de Collioure et de Port Vendres souligne l’importance des opérations en terrain escarpé dans la tactique des troupes françaises. Il est vrai que, ne disposant pas de la capacité à mettre en blocus par la mer les deux places, Dugommier n’avait pas d’autre solution. Néanmoins, ses soldats réalisent un véritable exploit en amenant de l’anse de Paulliles l’artillerie française à la force des bras au-dessus du Fort Saint-Elme. Pendant l’été 1794, la majeure partie des combats se déroule dans le secteur de la première division, division de droite, commandée par Augereau, autour de Saint-Laurent de la Mouga dans un cadre montagneux où les chasseurs font merveille. Il est en de même, et c’est Dugommier qui le souligne lors de l’attaque lancée par la Unión le 5° jour complémentaire an II (21 septembre 1794) pour tenter de dégager Bellegarde « ... Il trouva [La Unión] pour son malheur quelques bataillons de chasseurs qui justifièrent bien leur dénomination et qui, après quelques heures d’engagement très chaud, mirent en déroute tout ce gibier espagnol... Nos chasseurs ont pris à l’ennemi quatre pièces de canon et quelques autres effets... »51.

47La bataille décisive de la Montagne Noire commence par l’aile droite française, c’est-à-dire sur le terrain le plus accidenté, les postes espagnols sont enlevés à la baïonnette et lorsqu’Augereau s’arrête, il a désintégré l’aile gauche espagnole. La mort de Dugommier ralentit un instant les opérations. Lorsqu’elles reprennent, les Espagnols, tournés par les troupes d’Augereau et attaqués par celles de Pérignon, se débandent ; encore une fois l’armée des Pyrénées-Orientales avait forcé la victoire dans la montagne.

48Par contre, après la prise de Rosas, la même armée se montre impuissante à accrocher sérieusement en plaine les troupes espagnoles. La guerre se réduit à une série d’opérations modestes aux alentours de la Fluviá qui marquait la séparation entre les deux armées. S’il faut faire entrer en ligne de compte l’épuisement de l’armée des Pyrénées-Orientales de nouveau délaissée par le gouvernement, il est hors de doute que sa capacité opérationnelle en plaine était bien inférieure à ce qu’elle était en terrain montagneux. En rejoignant l’armée d’Italie, elle allait se retrouver dans son élément avant de faire l’expérience du génie de Bonaparte au secours duquel devait venir à Arcole le coup d’œil et l’audace d’Augereau.

VI – D’un Napoléon l’autre

  • 52 Il recueillit en particulier de la bouche même du conventionnel Cassanyes le récit de la bataille d (...)

49Mal aimée, l’armée des Pyrénées Orientales passant à l’armée d’Italie avait rejoint ce qui allait devenir la légende napoléonnienne, elle s’y engloutit. Son destin fut l’oubli. Pourtant au XIXe siècle, il se trouva un homme pour s’intéresser à l’aventure de ces soldats de l’an II dont les exploits furent masqués par ceux de leurs frères des armées du Nord ou de l’Est. Cet homme, le chef bataillon Napoléon Fervel est l’auteur du remarquable Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales paru en 1851-1853 à la Librairie Militaire. Historien scrupuleux, Fervel ne s’était pas contenté d’explorer les archives mais avait arpenté le terrain où s’étaient déployées les troupes de l’armée des Pyrénées-orientales. Non content d’avoir placé ses pas dans les traces des volontaires, il s’était fait archéologue pour retrouver l’emplacement des redoutes et des batteries, et avait pratiqué avec bonheur l’histoire orale, recueillant des confidences des rares rescapés, 50 ans après les événements, des combats de 1793 à 1795.52

50Maître dans la description des combats, moderne par son souci d’aller au delà des sources d’archives, Fervel, qui est aussi homme de son temps et traque plus le fait événementiel que la série ou la connexion, n’est pas simplement un historien militaire mais est dans toute la plénitude du terme un historien. Il m’a paru qu’à l’heure où cet article, et quelques autres dans cet ouvrage, ramenaient au soleil de Clio, l’armée des Pyrénées-Orientales, il était juste que l’on se souvienne de Napoléon Fervel son premier biographe.

Notes

1 Cadé (Michel), Guerre et révolution en Roussillon, 1793-1795, Perpignan, Direction des Services d’Archives, 1990, p. 11.

2 A.D.P.O.L 921 cité dans Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 15.

3 Michel Cadé, Guerre... p. 17-19 et Napoléon Fervel, Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, Paris, Librairie militaire, t. 1, 1851, pp. 26-27.

4 Amédée Doppet, Mémoires politiques et militaires du général Doppet, Paris, Bourdouin frères, 1824, p. 224.

5 Sur l’ensemble des opérations dans les Pyrénées-Orientales et en Ampurdan voir pour une description rapide Michel Cadé, Guerre... op. cit. chapitre 1 à 4 et pour une analyse détaillée Fervel (Napoléon), Campagnes... op. cit. Sur l’armée révolutionnaire en général voir Carnissier (André (sous la direction de) Histoire militaire de la France, T2 de 1715 à 1871 (sous la direction de Jean Delmas), Paris, P.U.F. 1992, chapitres 3, 8 à 12.

6 Non compris les commandements de la Houlière, Champion et Grandpré, successifs généraux divisionnaires de mars à avril 1793, agissants en sous-ordres de Servan.

7 A.D.P.O. L117 cité dans Michel Cadé, Guerre et..., op. cit. p. 86.

8 S.H.A.T. Vincennes B4 166.

9 A.D.P.O.L 925.

10 A.D.P.O.L 108.

11 Lettre de Dugommier au ministre Bouchotte citée dans Capitaine Paul Pineau, Le Général Dugommier, Paris, Henri Charles Lavauzelle, 1902, pp. 402- 403.

12 Capitaine Paul Pineau, Le Général Dugommier, op. cil., pp. 409-411.

13 A.D.P.O L 925 et Capitaine Paul Pineau, Le Général..., op. cit. pp. 408-411 et René Bouscayrol, Soubrany ou la Révolution assassinée, éditions Ipommée, 1984, pp. 203-207.

14 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 87-88.

15 Amédée Doppet, Mémoires, op. cit. p. 56-57.

16 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 102.

17 A.D.P.O.L 925 Rapport du général Lamer chef de l’Etat major de l’armée des Pyrénées-Orientales aux représentants daté du 25 fructidor an II (11 août 1794). Le Mont-Libre ou Montlibre est l’actuel Mont-Louis.

18 idem.

19 A.D.P.O L 1017.

20 A.D.P.O L 927.

21 Voir note 11.

22 Voir note 17.

23 A.D.P.O.L 1006

24 A.D.P.O.L 937 et Lp 1067.

25 A.D.P.O. L1051.

26 A.D.P.O.L 925.

27 A.D.P.O.L 927.

28 A.D.P.O.L 1028

29 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 95 et 137 ; ces solidarités ont été particulièrement étudiées par Michel Brunet dans Le Roussillon une société contre l’Etat, Toulouse, Eché, 1986

30 Officiellement qualifiée d’arrondissement, cette circonscription est souvent désignée dans les textes d’époque sous le terme de division de l’armée des P.O.

31 Arrêté du Comité de salut public du 20 ventose an II (10 mars 1794). A.D.P. O 925.

32 Voir dans le même volume l’article de Stéphane Berthe.

33 Amédée Doppet, Mémoires op. cit. Lettre de Tuneau au ministre de la guen e du 18 brumaire an II (8 novembre 1793), p. 244-245.

34 Idem p. 241.

35 Capitaine Paul Pineau, Le Général op. cit. p. 403, (Lettre de Dugommier à Bouchotte du 4 pluviose an III, 23 janvier 1793).

36 Idem, p. 408-411 (Lettre de Dugommier à Bouchotte du 24 pluviose an II, 17 février 1794).

37 Idem.

38 A.D.P.O. L925. Mémoire du général chef de l’État major au général en chef.

39 A.D.P.O. L119.

40 A.D.P.O.L 117 (rapport au Comité de salut public du 18 nivose an III (7 janvier 1795).

41 Troupes traditionnelles en Roussillon de chasseurs éclaireurs équipés très légèrement Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 129-133.

42 Michel Péronnet, « La République avant la République, la pétition de la Société des Amis de la Constitution de Montpellier ; juin-juillet 1791 » à paraître dans les Actes du colloque : La République en Languedoc-Roussillon, Nîmes, 4 et 5 septembre 1992.

43 Encore que, dans ce dernier cas, ce soit surtout à l’armée que le patriotisme de Mirabel se soit manifesté selon Maurice Pacull « Guillaume Mirabel, général de la Révolution (1752-1794) » in Etudes sur l’Hérault, 5, 1989 – 6, 1990.

44 A.D.P.O. 1 1455, 1456, 1458, 1459 et Michel Cadé « Sociétés populaires en Roussillon, le souffle de la Révolution et le poids des armes », Les pratiques politiques en Province à l’époque de la Révolution, C.H.C.L.M.R., Université Paul Valéry, Montpellier 1988, pp. 115-133

45 Amédée Doppet, Mémoires..., op. cit., p. 55.

46 Idem, p. 96.

47 A.D.P.O.U.U 799

48 Cette légion avait été formée après la réunion des sociétés populaires à Valence (Drôme), les 7 et 8 septembre 1793 avec l’aval des représentants du peuple Boisset, délégué par la Convention dans la Drôme et Barras et Servière délégués dans les Bouches-du-Rhône. Le texte de Chastel est celui du prospectus d’enrôlement, le lecteur pourra en trouver l’intégralité dans Michel Cadé, Guerre..., op. cil. p. 104-106 et A.D.P.O. Lp 105.

49 Michel Cadé, Guerre..., op. cit. p. 111-112, extrait de l’Avant-Garde de l’Armée des Pyrénées-Orientales, n° 32, 9 thermidor an II (27 juillet 1794).

50 Pour l’ensemble des éléments actuels, Napoléon Fervel, Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, op. cit.

51 Paul Pineau, Le Général... op. cit. 4581, (Lettre de Dugommier au Comité de Salut public datée du 2 vendémiaire an III, 23 septembre 1794).

52 Il recueillit en particulier de la bouche même du conventionnel Cassanyes le récit de la bataille de Peyrestortes où celui-ci avait joué un rôle central.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search