Version classiqueVersion mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Première partie. La guerre franco-espagnole de 1793-1794 : les armées

Les principaux aspects de la stratégie des armées françaises des Pyrénées-Orientales durant la guerre franco-espagnole (1793-1795)

Alain Degage

Texte intégral

1Il est connu que la guerre franco-espagnole a pour origine une lettre de Charles IV à la Convention aux termes de laquelle l’Espagne s’engage à observer une stricte neutralité dans les conflits opposant la France à la quasi totalité de l’Europe pourvu que soit préservée la vie de Louis XVI. Le message remis le 25 décembre 1792, considéré par Paris comme un ultimatum, déchaîne les passions, soulève les foudres de Danton et conduit à la déclaration de guerre du 7 mars 1793.

2Le théâtre des opérations qui vont suivre concerne uniquement ici la campagne des Pyrénées-Orientales, non celle du Pays basque car la guerre sera portée sur les deux versants de la chaîne, méditerranéen et atlantique. Il s’étend d’ouest en est de Bellver au Cap Cerbère, du nord au sud de Rivesaltes au Fluvià. En seront témoins les diagonales d’un losange de 120 sur 70 km, à savoir la ligne frontière des crêtes et la grand’route du Roussillon à la Catalogne par le col du Perthus, soit un tiers de la chaîne pyrénéenne (carte 1).

1 – Théâtre des opérations - mars 1793 - août 1795

1 – Théâtre des opérations - mars 1793 - août 1795

3Le versant français est parcouru du sud-ouest au nord-est par les vallées parallèles de la Têt et du Tech débouchant dans la plaine de Perpignan que traversent le Réart et la Canterrane. Au nord-ouest, les contreforts des Corbières se baignent dans l’Agly. Au sud-est, la côte rocheuse est dominée par le tortueux massif de Madeloc à la pointe orientale des Albères. L’ensemble est truffé de fortifications, tant les vallées de la Cerdagne, du Conflent, du Vallespir que Collioure et Port-Vendres avec, notamment, le fort Saint-Elme ou encore le Perthus contrôlé par le fort de Bellegarde.

4Toute pénétration d’envergure en France par les voies classiques apparaît ainsi délicate et hasardeuse, voire impossible sans avoir à se heurter à de multiples défenses. L’Espagne choisit, cependant, d’attaquer en force sur cette extrémité de la chaîne dont une profusion de cols naturels ouvre l’accès au Languedoc par le Roussillon où une victoire effacerait le traité des Pyrénées de 1659. Il revient, en effet, aux troupes de Charles IV d’avoir pris l’initiative des opérations pour une guerre de deux ans et cinq mois qui se divise en trois grandes étapes frappées, peu ou prou, d’un millésime : 1793, irruption espagnole par les cols et percée sur le versant nord des Pyrénées ; 1794, réaction, reconquête et victoires françaises sur le versant sud ; 1795, résistance et sursaut espagnol jusqu’au cessez-le-feu du 1er août (carte 2).

5Evoquer la stratégie de l’armée française au cours de ce conflit implique de considérer également celle de l’armée espagnole puisqu’il s’agit dans tous les cas et quel que soit le parti retenu de conduire les troupes au contact de l’ennemi : la stratégie, au XVIIIe siècle, n’a qu’une connotation militaire. Elle se concrétise, tout d’abord, par la concentration de l’année pourvue du nécessaire afin de combattre sur tel point géographique, ensuite par la mise en marche avec toutes les précautions qu’elle comporte (exploration du terrain, utilisation des renseignements), enfin par le combat, la poursuite ou la retraite dans la direction la plus avantageuse et dans les meilleures conditions. C’est en cela que la tactique et la logistique lui sont indissociables, la première étant la technique du combat propre à chaque arme, la seconde correspondant aux Services du Ravitaillement (vivres, armes, munitions), du Train et de Santé (transport des troupes et de l’artillerie, évacuation des blessés). Le stratège doit dominer l’ensemble suivant la mission qu’il s’est fixé ou qui lui a été confiée tout en sachant qu’il ne peut déterminer et maintenir invariablement les voies et les moyens par lesquels il compte arriver au résultat souhaité. Cette adaptation, qui n’est pas exempte d’intuition, fait dire à Machiavel que la stratégie est un « art ». Pour Clausewitz, elle est « l’emploi du combat, c’est-à-dire la manière de s’en servir ».

2 — Grands mouvements

2 — Grands mouvements

6Il ne s’agira donc pas de raisonner ici sur les dispositions prises par tel exécutant à l’occasion de telle bataille afin de placer colonnes et bataillons, pas plus que de détailler l’effectif et la composition des régiments, le nombre de canons, leurs calibres. Délaissant l’étude de l’armée des Pyrénées-Orientales au profit de la campagne dans son ensemble, il convient de profiter du recul historique pour analyser les grandes manœuvres des commandants en chef tant français qu’espagnols afin de satisfaire à leurs missions, si bien que tel point géographique qui put être un objectif stratégique ne sera observé qu’eu égard à son importance dans les mouvements destinés à y attirer ou y fixer une armée entière (I). Réussites et échecs permettent également de tirer quelques conclusions sur les composantes de la stratégie que sont logistique et tactique dans ce conflit frontalier (II) qui n’aurait pu déplaire à Clisthène puisque réparti entre montagne, plaine et côte avec une certaine égalité.

I. De la défensive à l’attaque

7La guerre est mouvement mais, du moins au XVIIIe siècle, au pas du fantassin et au rythme lent des convois d’artillerie en zone de montagne. Les vingt-neuf mois de la confrontation franco-espagnole témoignent de ce principe et de cette contrainte de part et d’autre de la ligne des crêtes. Face à l’attaque des troupes de Charles IV, l’armée des Pyrénées-Orientales se voit ainsi assigner trois missions successives. Chacune sera menée à bien.

A – Préserver Perpignan (avril-décembre 1793)

8Déclencher le premier l’offensive implique de frapper fort et juste avant de s’assurer de l’avantage de la surprise et du terrain conquis par la désorganisation de l’adversaire. Le lieutenant-général Ricardos entend donc porter le conflit en France sans attendre une attaque française et se fixe pour mission de réduire, ni plus ni moins, Perpignan. Sur les 40 000 hommes dont il dispose pour les Pyrénées, son armée d’invasion en compte 25 000 massés entre Figueras et la Junquera, autant que la France pour tout le Midi dont 8 000 seulement, placés sous les ordres de Servan (il sera muté en avril à la tête de l’armée des Pyrénées-Occidentales) défendent la capitale du Roussillon, un rapport peu en faveur des Français, ce que n’ignore pas Ricardos, qui explique leurs premiers revers.

9Se pose à Ricardos la question du point d’attaque. L’état de la flotte espagnole interdit un débarquement vers Leucate assorti d’une manœuvre de retournement sur Perpignan par le nord ; le massif côtier des Albères est difficile à traverser ; les vallées de l’ouest et le col du Perthus sont fortifiés. Reste, pour passer en France, à trouver un col non gardé proche de la Junquera. Ricardos choisit celui du Porteil, 4 km à l’ouest du Perthus et de Bellegarde, dont il convient toutefois d’aménager les rampes d’accès en chemin carrossable sur les deux versants pour l’artillerie afin de descendre sur le Tech et se trouver à 20 km de Perpignan (carte 3).

10Renseigné sur l’attachement du Haut Vallespir à l’Espagne, Ricardos n’attend pas. De la Junquera, il oblique à l’ouest sur Massanet, franchit le col de Creu également non gardé, plonge avec fantassins et cavaliers sur Coustouges, Saint-Laurent-de-Cerdans, Arles-sur-Tech, Céret (15-20 avril) où il récupère l’artillerie arrivant de Maureillas par le Porteil alors qu’il masque Bellegarde et les forts de la côte. Culbutant quelques troupes françaises commandées par le général Willot, il en observe le repli sur le Réart, au Mas Deu, à 10 km au sud de Perpignan.

11Le général de Fiers, commandant en chef depuis le début avril, confie la défense rapprochée de la ville au général Dagobert, familier du Roussillon, qui, ne pouvant contenir les Espagnols (20 mai), se retire sur les buttes du Serrat-d’en-Vaqué, au Mas Ros, à 4 km seulement au sud de Perpignan. Ricardos est en mesure de réussir son invasion mais, après quelques affrontements, n’exploite pas la situation malgré son évidente supériorité numérique. Il tient à assurer ses arrières (Perpignan est à 50 km de la citadelle de Figueras), réduit le Haut Vallespir et le fort de Bellegarde se ménageant ainsi la route du Perthus. Lui échappent seules la côte et la vallée de la Têt.

12Profitant de ce répit inespéré, de Fiers transforme le Serrat-d’en-Vaqué en camp retranché grâce à un renfort de 13 000 hommes. Les forces s’équilibrent en nombre à défaut d’expérience. Ricardos s’interdit l’affrontement direct. Il opte pour prendre Perpignan par un mouvement tournant à l’ouest et conquiert à partir du 30 juin tous les villages entre la Têt et la route du Perthus en un demi-cercle devant le Serrat qu’il aborde le 13 juillet. Ses objectifs sont simples : à l’est, Cabestany ; au centre, le Serrat ; à l’ouest, Saint-Estève ; au nord, être prêt avec la cavalerie à foncer sur Rivesaltes pour couper toute retraite aux Français vers Salses. Objectif donc : l’encerclement.

13De Fiers, pour sa part, ne se fixe qu’un but qui d’ailleurs s’impose de lui-même : résister à la poussée espagnole, ce qu’il fait au Serrat lors de la bataille dite de Perpignan ou du Mas Ros, le 17 juillet. Ricardos n’insiste pas. Persistant à vouloir tourner les positions françaises par l’ouest, sur l’Agly, il doit s’assurer du Conflent afin d’éviter une prise à revers éventuelle par les garnisons de la vallée de la Têt. Villefranche se rend le 3 août. Il ne manque aux Espagnols que la pointe est des Albères pour être maîtres de la moitié sud du Roussillon. Si Dagobert fonce en Cerdagne, prend Puigcerdà et Bellver qui demeureront françaises jusqu’en juillet 1795, Ricardos n’en est pas gêné. Il est à Trouillas et entend toujours se porter à l’ouest de Perpignan, attaque Millas sur l’Agly le 31 août, se dirige sur Rivesaltes (8 septembre) et occupe les hauteurs de Peyrestortes (à 30 km de la frontière). Ainsi, prend-il Perpignan en tenailles : au nord, à Rivesaltes ; à l’ouest, à Thuir ; au sud, en face du Serrat, avec la route du Perthus à sa disposition. Une attaque espagnole mal conduite depuis Peyrestortes les 17-18 septembre sur le Vernet est repoussée (carte 4) malgré la confusion régnant parmi les généraux français sujets et victimes de rivalités politiques. Ricardos se replie sur Peyrestortes, subit une contre-attaque depuis Baixas et Salses, abandonne les hauteurs dominant l’Agly et concentre ses troupes dans la région de Trouillas. Sa manœuvre d’encerclement par l’ouest et le nord a échoué près du but. Perpignan est sauvée.

3 – Avancée espagnole. Avril – septembre 1793 FR : de Fiers, Barbantane ESP : Ricardos

3 – Avancée espagnole. Avril – septembre 1793 FR : de Fiers, Barbantane ESP : Ricardos

14Dagobert, nommé commandant en chef, exploite aussitôt la situation, attaque à son tour les Espagnols mais est arrêté à Trouillas le 22 septembre. Ricardos ne s’accroche pas aux abords immédiats de Perpignan et se replie vers les Albères où il s’installe de Céret à Villelongue, au camp du Boulou. Il y regroupe ses forces sur un front de 15 km, barre la route du Perthus et lève même le blocus de Collioure et de Port-Vendres se préparant à passer l’hiver sur les bords du Tech.

15Le général d’Aoust qui a pris la place de Dagobert s’installe en un vaste demi-cercle de 30 km face au camp du Boulou depuis Saint-Ferréol, pour y surveiller les ponts de Céret, jusqu’à la côte (carte 5). Dagobert retrouve la Cerdagne, fonce par Puigcerdà sur Camprodon. A l’est, d’Aoust organise sur ordre une descente vers Rosas par les cols de Banyuls et des Balistres dans le but d’isoler Ricardos de ses arrières. Les 28 octobre, les Français franchissent les cols mais ne dépassent pas Espolla (à 12 km des Balistres).

16Sur le versant nord, Ricardos ne se laisse pas intimider par les actions sur Campredon et Espolla (respectivement à 50 et 15 km de Figueras). Depuis le Boulou, il prend Saint-Ferréol et Villelongue aux deux extrémités de son camp. Mieux, il souhaite investir les places côtières. Pour ce faire, les Espagnols de Courten franchissent les crêtes depuis Villelongue, s’assurent d’Espolla, remontent le versant sud par les cols de Banyuls et de la Calme qui, malgré la défense des Banyulencs, tombent entre leurs mains le 15 décembre. Banyuls se rend. Ricardos se concentre sur Port- Vendres, Saint-Elme et Collioure qui succombent. Fin décembre, il conquiert encore Banyuls-dels-Aspres, puis se retire avec le gros de ses forces sur le camp du Boulon, régnant en maître du Tech à la mer. D’Aoust organise la défense rapprochée de Perpignan pendant l’hiver, de Toulouges à Cabestany, de l’Agly à la Têt en un demi-cercle de 15 km. La situation est redevenue celle d’avril 1793 quoique la côte soit passée désormais aux Espagnols. Ricardos a conforté ses positions mais Perpignan n’est toujours pas tombée.

4 – Recul espagnol. Septembre 1793 FR : Dagobert, d’Aoust ESP : Ricardos

4 – Recul espagnol. Septembre 1793 FR : Dagobert, d’Aoust ESP : Ricardos

5 – Positions espagnoles. Octobre – Décembre 1793 FR : d’Aoust, Turreau, Doppet ESP : Ricardos

5 – Positions espagnoles. Octobre – Décembre 1793 FR : d’Aoust, Turreau, Doppet ESP : Ricardos

B – Reconquérir le sol de la République (mars-juin 1794)

17Passé l’hiver, tout bascule en 1794. Ricardos meurt à Madrid en mars, remplacé provisoirement par Las Amarillas à la tête de 25 000 hommes dont 10 000, victimes d’épidémie, sont indisponibles. Côté français, Dugommier, vainqueur à Toulon, est nommé commandant en chef d’une armée de 65 000 hommes dont la moitié provient des divisions d’active inutiles, désormais, en Provence. Sa mission est de reprendre l’offensive. Il choisit comme objectif le camp du Boulon afin de disloquer le dispositif espagnol, s’assurer du col du Perthus et reprendre la côte.

18Le 27 mars, Dugommier s’approche des avant-gardes ennemies qui se replient sur le Boulou (carte 6). La nuit du 29-30 avril, l’attaque est générale alors que la Unión, nouveau commandant en chef espagnol, a installé son quartier général à Céret. A l’est, les Français passent le Tech à Brouilla, occupent Villelongue, Montesquieu et Saint-Christophe. La percée est réussie. La Unión ne réagit pas suffisamment, sous-estimant l’effort français. Dugommier se rabat sur le Perthus. Il ne reste aux Espagnols qu’à évacuer la partie nord en se retirant par le col du Porteil qu’ils avaient franchi, mais dans l’autre sens, un an auparavant.

19Si les Français se doivent de reprendre le fort de Bellegarde (siège qui durera jusqu’en septembre), ils sont libres d’opérer partout ailleurs. Augereau remonte le Tech à l’ouest, plonge dans la vallée de la Muga et se rabat sur les fonderies de Lorenzo. A l’est, du 2 au 27 mai, sont repris Collioure, Port-Vendres, Saint-Elme et Banyuls grâce à l’action combinée de l’infanterie et de l’artillerie débarquée sur la côte. A cet instant, la Haute Cerdagne se soulève risquant d’isoler Augereau en Catalogne. Dugommier effectue une pointe jusqu’à Camprodon et Ripoll mais subit une contre-attaque si bien que, à l’exception de Bellver et Puigcerdà, les Français repassent la frontière le 13 juin. En fait, chaque parti se retrouve au point zéro de mars 1793. Dugommier a reconquis le terrain perdu jusqu’à la ligne des crêtes. Hormis Bellegarde qu’il assiège encore durant une soixantaine de jours, il aura mis deux mois et demi là où les Espagnols de Ricardos en avaient mis dix. Au même instant, à l’ouest des Pyrénées, le 25 juillet, les troupes françaises occupent San Sebastián.

6 – Reconquête française : avril-mai 1794 FR : Dugommier ESP : La Unión

6 – Reconquête française : avril-mai 1794 FR : Dugommier ESP : La Unión

C. Porter la guerre en Espagne (nocembre 1794 – juillet 1795)

20La Convention n’oublie pas qu’elle est l’auteur de la déclaration de guerre et ordonne à Dugommier de profiter du recul espagnol. Le général s’y refuse dans l’immédiat vu ses problèmes de ravitaillement et attend le mois de novembre, six mois mis à profit par La Unión non pour tenter de repousser les Français descendus sur le versant sud de la chaîne, mais pour fortifier la région de Figueras sur 25 km de front entre Lorenzo et Espolla. Dugommier déclenche la bataille de Figueras du 17 au 28 novembre (carte 7). Augereau qui connaît bien la zone ouest tourne légèrement le dispositif espagnol par le sud-ouest obligeant les troupes de La Unión à se replier sur Pont-de-Molins qui résiste au centre autant que la région d’Espolla à l’attaque française. Pérignon remplace à titre provisoire Dugommier mort au combat, suspend les opérations pendant deux jours, observe les retranchements, se décide pour le centre où meurt La Unión, enfonce les Espagnols qui se retirent vers Figueras dont le gouverneur livre l’importante forteresse le 28 novembre. La situation est devenue symétrique de ce qu’elle était vingt mois auparavant côté France. Les Français occupent le terrain, conquièrent Rosas le 3 février 1795 afin de s’assurer d’un port susceptible de recevoir troupes et ravitaillement (Napoléon agira de façon identique quelques années plus tard). Leur ligne s’étire le long de la Muga, de part et d’autre de Figueras, sur la route de Gerona, à 20 km de la frontière.

21Les premières ouvertures de paix ont lieu aussitôt mais Urrutia, successeur de La Unión, reforme son armée qui approche des 90 000 hommes face à 40 000 Français « en proie aux plus cruels besoins », sujets à d’innombrables « absences » ou désertions. Les Espagnols se sont retirés sur le Fluvià, 15 km plus au sud, coupant la route de Gerona, objectif précisément de Pérignon tant depuis Figueras que, à l’ouest, par la Seu d’Urgell (à près de 150 km) qu’il estime pouvoir réduire depuis Puigcerdà. Les premiers combats sur le Fluvià, à Bàscara, Cistella, Pontós ne modifient pas les lignes des deux armées. La guerre est bien en Catalogne mais l’armée française est arrêtée, voire figée dans sa progression vers Gerona.

22Nouveau commandant en chef, Schérer prend ses fonctions le 31 mai à la tête de 35 000 hommes disponibles en Espagne mais connaît les mêmes problèmes que Dugommier l’année précédente. Il dresse, néanmoins, à son tour le plan d’attaque sur Gerona (à 80 km de la France). « Ne rien livrer au hasard », lui est-il prescrit par les politiques peu préoccupés, cependant, à cet instant de la situation de l’armée des Pyrénées-Orientales. Il lui faut donc en priorité songer au ravitaillement de ses hommes, de ses chevaux ou mulets, raison de nouveaux combats dans le bassin du Fluvià, à Espinavesa et Armadàs ce qui conduit au chassé-croisé de Français revenant vers leurs lignes avec blé et troupeaux, d’Espagnols faisant de même avec l’artillerie abandonnée par Schérer. Ce dernier s’acharne à s’accrocher à cette région, zone marécageuse où l’épidémie de fièvres se révèle pire ennemie que les Espagnols.

7 – Avancée française. Novembre 94 – Juillet 95 FR : Dugommier, Scherer ESP : La Unión, Urrutia

7 – Avancée française. Novembre 94 – Juillet 95 FR : Dugommier, Scherer ESP : La Unión, Urrutia

23Sachant les Français exténués sur le Fluvià, Urrutia conçoit un plan de reconquête par la Cerdagne, à l’ouest (à 100 km). Bellver et Puigcerdà tombent en juillet, Mont-Louis n’en est pas loin ; une attaque sur le Tech se précise par Saint-Laurent-de-Cerdans (un retour à la percée initiale de Ricardos en avril 1793) ; sur la côte croise une escadre face à Collioure et à Port-Vendres susceptible de reprendre ces ports et faciliter une tête-de-pont. En fait, Schérer est isolé comme Ricardos l’avait été au camp du Boulon ou, pire, à Peyrestortes, situation périlleuse à laquelle met fin la paix du traité de Bâle signé le 22 juillet, connue à Figueras le 30 et proclamée le 1er août 1795. La France renonce alors au terrain conquis en Catalogne et retrouve la ligne des crêtes. L’Espagne lui remet la moitié de Saint-Domingue. A ce détail près, rien n’a changé par rapport à mars 1793. Ni Perpignan, ni Gerona ne sont tombées.

II. Une guerre sans éclat

24Tout commandant en chef se doit de mener à bien ses missions. Lui revient de prévoir que les moyens mis en œuvre sur le terrain posent le moins possible de problèmes ou, s’il en existe, de trouver les solutions. Les généraux français ne furent pas aisément au bout de leur peine durant ce conflit en matière de logistique. Quant à la tactique générale, au sens de la science de la conduite du combat prise dans son ensemble de 1793 à 1795, et malgré les différences de caractère parmi les officiers généraux des deux partis, existe une similitude certaine des manœuvres exposées précédemment ce qui ne saurait surprendre vu les constantes de l’art militaire en théorie et en pratique sur des terrains ou dans des situations quasiment identiques.

A. L’à-peu-près de la logistique

25Certes, les diverses missions qu’eurent à remplir les commandants en chef français furent militaires. Si l’on accepte toutefois, que la guerre est chose trop sérieuse pour ne la confier qu’à des généraux, il est sûr que, dans cette guerre, les politiques illustrent largement cette réserve. Comment expliquer que Willot soit emprisonné et que La Houlière se suicide après les premiers combats désastreux d’avril 1793, que Vergès et Bernède passent sous la guillotine, que Raymond meure en cellule, que de Fiers, Barbantane et Dagobert soient démis de leurs fonctions au cours de la même année, que Delattre connaisse une rapide promotion, que Schérer soit préféré à Pérignon pour commander l’armée des Pyrénées-Orientales ? Dans tous les cas, s’impose le pouvoir politique sur le militaire par les sociétés populaires, le comité de salut public, les représentants du peuple, Fabre notamment, député de l’Hérault, avocat spécialiste de la valse des généraux pour peu qu’ils n’adoptent pas ses plans ou se permettent seulement de les discuter. Ici réside la différence entre hommes de terrain au fait de leurs possibilités et doctrinaires pour qui seule compte l’offensive comme si la simple vue de l’armée de la République devait suffire à faire reculer l’ennemi.

26De mars à décembre 1793, huit commandants en chef français se succèdent, quasiment un par mois, et le Roussillon subit alors la loi de l’envahisseur. Que 1794 ne connaisse que Dugommier, et les troupes se couvrent de gloire. Certes, plusieurs éléments nouveaux ont aidé en un an à ce retournement de situation mais, si la crainte d’être désavoué et sanctionné en cas d’échec a pu parfois, en effet, motiver certains officiers, il est également sûr que de se savoir soutenu, épaulé, couvert par les politiques responsables et maîtres du conflit ne peut nuire à la sérénité nécessaire aux généraux sur le terrain. Or, il apparaît que ces politiques n’ont pas toujours voulu admettre l’état lamentable des troupes de la Convention à maintes occasions. Pire, certains se sont fait militaires, jouant aux stratèges. D’autres, inversement, se sont désintéressés de l’armée des Pyrénées-Orientales, l’abandonnant à son triste sort. Telles sont, par exemple, les raisons de l’échec sur Rosas en 1793 décidé par une direction politique éloignée des réalités et de l’hécatombe évitée de justesse sur le Fluvià en juillet 1795 alors que l’affaire du Roussillon n’était plus le souci des gouvernants.

27Une telle instabilité politique et militaire par défaut d’unité de vue et de commandement (onze commandants en chef français durant le conflit et seulement trois espagnols si l’on excepte l’intérim de Las Amarillas pendant deux mois) se répercute inévitablement sur le moral des troupes, surtout lorsque les nouvelles de France, sont, sinon alarmistes, du moins suffisamment floues pour faire naître le doute dans les esprits. S’expliquent ainsi, en partie, ces « absences » en nombre constatées dans les régiments, notamment une fois la frontière franchie en 1794-1795 ou celles éprouvées, d’ailleurs, dès 1793 devant Perpignan sans que d’énergiques mesures répressives ni le couperet de la guillotine puissent y mettre ; un terme pour autant. Elles sont endémiques durant cette guerre sur les Pyrénées.

28L’éloignement des bases arrières pose un autre problème : le ravitaillement, connu plus des Français en Catalogne que des Espagnols dans les Albères. Les premiers se trouvent, en effet, à 30 ou 40 km de la frontière lorsqu’ils se battent sur la Muga ou le Fluvià en 1795 et doivent craindre des coups de main sur les rares convois venant du Roussillon ; les seconds ne sont qu’à 6 ou 7 km des crêtes en 1793 avec, derrière eux, une route le Boulou-la Junquera assurée par le col du Perthus, différence qui explique les pillages français en Catalogne ne pouvant, comme toujours, qu’inciter les autochtones à se soulever, se liguer et résister à l’envahisseur, car il s’agit des « carences d’une logistique fondée sur la réquisition à outrance ». Mais qui dit armée mal ravitaillée en vivres et fournitures diverses, dit maladies et épidémies, sinistre réalité éprouvée par Ricardos et Las Amarillas pendant l’hiver 1793-1794 au Boulou et, inversement, pendant la saison chaude par Schérer au milieu des marécages du Fluvià en 1795.

29Ces problèmes sont ceux des armées d’invasion emportées par leur élan, ceux encore de tout occupant plus ou moins englué dans un terrain hostile. Napoléon les connaîtra à son tour en Espagne même, a fortiori en Russie. Il ne les dominera pas. On peut imaginer aisément qu’à durer quelques mois supplémentaires sur le Fluvià, au « pic du cagnard » et au milieu des insectes, la guerre se fût mal terminée pour les troupes françaises. Pures questions de logistique négligées en un temps où le corps médical de l’armée ne pouvait faire de miracles avec le peu de moyens dont il disposait. Cette négligence résulte bien souvent de l’espérance qu’ont les politiques en la victoire sur l’ennemi ou du louable désir qu’ont les généraux de satisfaire aux ordres donnés depuis l’arrière sur le fondement de cartes, en dehors, une fois encore, de toute réflexion pratique. L’adage « Il ne suffit pas que l’intendance suive, il convient qu’elle précède » est parfois délicat à respecter. Qu’en est-il lorsque sa première partie n’est pas même appliquée ? Les problèmes rencontrés par les Français et les Espagnols servent de réponse. Quant aux villes de Collioure, Port-Vendres ou Banyuls, elles ne furent que de bien peu, sinon d’aucune utilité pour les Français ou les Espagnols tour à tour afin de servir au ravitaillement ou à l’évacuation des troupes. Il y eut, certes, quelques convois maritimes depuis le Languedoc, notamment depuis le port de Sète, mais on ne peut y voir une organisation planifiée et assurée. La présence de navires pour appuyer de leurs canons la reprise de ces trois villes ne fut pas d’une aide plus importante. De façon générale, la marine est à passer sous silence dans cette guerre.

30S’ajoute encore, et surtout, à ces problèmes d’unité de commandement, de moral et d’intendance celui du recrutement. Avoir un nombre suffisant de fantassins, une cavalerie disponible et une artillerie adéquate, tels sont les atouts du stratège. Or, pour la France, il s’agit souvent de rafistolage, de coup-par-coup, du fameux système « D », ce qui est évident au début de la guerre en mars-avril 1793 lorsque, aux troupes régulières réduites à la portion congrue face à l’armée de Ricardos, il faut faire appel aux volontaires du Midi, aux Miquelets, aux compagnies bourgeoises, aux garde-côtes, autant d’hommes extirpés des montagnes ou de la plaine et de la côte, des alpages, des vergers, des champs ou des villes, sans doute prêts à se battre – ont-ils le choix ? – mais inexpérimentés, inaptes au combat, sinon à la guérilla pour certains. En octobre-novembre de la même année, un quart des volontaires ayant été renvoyé, la situation est identique : 25 000 hommes sur 35 000 manquent totalement d’instruction militaire. Avec l’arrivée, en 1794, des divisions d’active de Dugommier encadrant volontaires ou recrues des levées en masse et par la mise à profit de quelques périodes d’accalmie sur le terrain pour former, peu ou prou, ce que l’Ancien Régime appelait des « troupes réglées », les résultats positifs au combat prouvent que ne s’improvise pas soldat qui veut du jour au lendemain mais le devient par la discipline, l’entraînement et l’expérience du feu. Le désintérêt des politiques des problèmes de l’armée des Pyrénées-Orientales en 1795 expliquera, toutefois, l’impossibilité pour celle-ci de s’affirmer sur les troupes d’Urrutia. Une guerre de plus de deux ans et un espoir limité de voir finir le conflit ne peuvent pas avoir engendré un engouement particulier à combattre, surtout durant les derniers mois, hors de la mère-patrie.

B. Le classicisme de la tactique générale

31Qu’il s’agisse des commandants en chef français ou espagnols, nul ne pratiqua l’affrontement direct, brutal, massif engageant toutes ses forces sur un point donné. Le théâtre des opérations de ce conflit se révèle être un échiquier où, si la faille est parfois recherchée au centre d’un dispositif, dominent nettement les manœuvres de contournement, de déplacement sur les ailes des champs de bataille, de diversion aux extrêmes de la zone de guerre. En ce sens, cette dernière fut partout à la fois sur 120 km de largeur à défaut de l’être toujours sur 70 km de profondeur. Le prouvent quelques exemples. Juillet-août 1793, Ricardos est au centre devant le Serrat-d’en-Vaqué mais à l’ouest Dagobert prend Puigcerdà et Bellver (à 110 km) alors que la côte subit le blocus terrestre et maritime (à 40 km). Octobre de la même année, d’Aoust fait face au camp du Boulon au centre pendant que Dagobert à l’ouest prend Camprodon (à 80 km) et que Delattre pousse à l’est jusqu’à Espolla (à 30 km). Mai 1794, Dugoinmier assiège Bellegarde au centre, Augereau est dans la vallée de la Muga à l’ouest (à 20 km) alors que les forts côtiers sont repris par les Français (à 25 km). Quasiment au même moment, Doppet attaque Camprodon et Ripoll (à 100 km du Perthus). Juin-juillet 1795, Schérer est bloqué sur le Fluvià au centre mais doit organiser la défense de la Cerdagne, du Conflent (à 80 km), du Vallespir (à 40 km) menacés à l’ouest et au nord-ouest ainsi que surveiller à l’est le cap Cerbère (à 30 km) devant lequel croisent les Espagnols.

32Se vérifie ainsi le principe élémentaire de la tactique des trois forces : centre fixé, ailes mobiles afin de soutenir, couvrir, exploiter, distraire, déborder, tactique retenue sur un objectif précis aussi bien que sur l’ensemble d’un théâtre, apprise dans les écoles militaires ou sur le tas et appliquée tant par le chef de section sur quelques centaines de mètres que par le général sur des dizaines de kilomètres à la fois.

33Cette mobilité qui sert, tour à tour, à l’offensive et à la défensive n’exclut en rien au cours de ce conflit la tactique de retranchement devenant stratégie puisque abcès de fixation, parfois, d’une armée entière pour un temps donné. Les Français l’appliquent en 1793 sans résultat au Réart mais bénéfiquement au Serrat-d’en-Vaqué afin d’interdire à Ricardos d’avancer sur Perpignan, ce que pratique La Unión à Figueras en 1794 et Urrutia sur le Fluvià en 1795 afin de s’opposer à une percée sur Gerona. Quant au camp du Boulon en 1793-1794, il est tout à la fois une base espagnole destinée à mener des opérations dans la plaine et une sorte d’interdiction à soi-même de lâcher le moindre pouce de terrain conquis. En fait, certains de ces retranchements ont donc pour vocation d’arrêter, d’autres de ne pas reculer, voire d’avancer.

34Encore faut-il compter avec la personnalité ou le tempérament des généraux, par exemple la fougue de Dagobert et d’Augereau, la rigueur de de Fiers et de Dugommier face à la lenteur, à la méfiance mais aussi à la méthode de Ricardos et de la Unión, la docilité politique de Doppet face à la rapidité de Courten, la négligence parfois de Delattre et de Schérer face à l’efficacité de La Cuestia et à la sagesse d’Urrutia laissant plus œuvrer le temps que donner le canon tout en créant des diversions.

35Qu’importe cette diversité des caractères. Ce conflit connaît deux autres similitudes. D’une part, l’utilisation conjointe de l’infanterie, de la cavalerie et de l’artillerie à l’occasion des batailles préparées parfois plusieurs mois à l’avance, canons pour créer une trouée, fantassins pour s’enfoncer dans la brèche, cavalerie pour nettoyer, poursuivre ou empêcher l’esquive. Français et Espagnols l’appliquent scrupuleusement, studieusement, serait-on tenté d’écrire. D’autre part, l’adaptation au terrain et l’exploitation du relief, deux autres composantes de la tactique générale : masquer telle fortification surplombante, trouver les cols non gardés et les vallées pénétrantes. Or, les versants français et espagnols présentent des éléments topographiques communs : vallées vers le nord-est et le sud-est depuis les crêtes débouchant dans de basses plaines aux rivières parallèles, peu profondes et pourvues de ponts et de gués, donc aisément franchissables. Le relief s’est imposé de part et d’autre aux commandants en chef dans une tactique identique.

Conclusion

36A tout considérer, les grandes manœuvres de ce conflit franco-espagnol présentent bien des similitudes des deux côtés de la frontière et chaque grand objectif, Perpignan ou Gerona, fut pareillement sauvé pour les uns, raté pour les autres selon le parti considéré. Cette guerre, il faut en convenir, est sans originalité sur le plan stratégique. Elle n’a donné lieu à aucune innovation en matière de tactique, à aucune bataille surprenante par ses conséquences puisque les commandants en chef ne surent ou ne purent exploiter leurs victoires, que ce soit à l’issue de celles de Peyrestortes ou de Figueras pour les Français, du Réart ou de Trouillas pour les Espagnols. Seule l’attaque du camp du Boulon par Dugommier sort du lot ; ce fut elle qui fit basculer la guerre tout en étant, à l’origine, plus un coup de main bénéficiant d’une mauvaise appréciation de La Unión qu’une bataille d’envergure. Durant une semaine, en effet, les troupes de Charles IV ne purent-elles pas se retirer par le col du Porteil ?

37Le mouvement de l’armée espagnole en Roussillon au début du conflit est, deux ans plus tard, celui de l’armée française en Catalogne : pénétration de 30 à 40 km au centre avec éclatement sur les ailes, coup d’arrêt et problèmes de logistique quand bien même la signature de la paix trouva les troupes françaises à mi-chemin entre Figueras et Gerona. Auraient-elles pu, toutefois, aller plus avant en Espagne ?

38Si cette guerre menée à hauteur des Pyrénées-Orientales n’a pas laissé de trace marquante dans les écoles d’état-major, demeurent, cependant, gravés dans l’histoire du Roussillon et la mémoire collective comme autant de hauts faits les combats du Mas Ros – ou de Perpignan – ou de Peyrestortes, la défense du col de la Calme par les Banyulencs, les reprises de Collioure, Port-Vendres et Banyuls, celle de la forteresse de Bellegarde, les redditions de Figueras et de Rosas. Ces actions d’éclat se firent inévitablement au prix de milliers de morts et de blessés tant au combat que par épidémie de fièvres dont le sacrifice eut pour conséquence d’affirmer la présence de la République en Roussillon, une évidence depuis le traité des Pyrénées du moins quant à la définition de la frontière à défaut d’une adhésion totale des populations catalanes pour qui la ligne des crêtes ne fut jamais un imposant obstacle comme le prouvent une histoire, une culture, une langue communes avec le sud.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Il est inutile d’entrer dans le détail bibliographique. Les communications relatives aux deux armées des Pyrénées combleront ce silence. Cette étude repose en effet sur une analyse générale des opérations. Elle est volontairement une réflexion de synthèse menée à partir de l’ouvrage fondamental de J.N. Fervel, Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, 1793-1794-1795, 2 t., Paris, 1851-1853, exposé repris succinctement par J. Pascot, Le Roussillon dans l’histoire, Privat, 1967, pp. 166-209.

La campagne des Pyrénées n’a que peu retenu l’attention des spécialistes d’histoire militaire. Ainsi, la Revue historique des Armées ne lui consacre aucun article. Quant à l’Atlas de la Révolution française, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1989, le tome 3 – L’armée et la guerre – ne l’évoque que par quatre lignes, page 36.

Récemment, l’ouvrage de Michel Cadé, Guerre et Révolution en Roussillon, 1793-1795, Perpignan, 1990, Direction des Services d’Archives, est venu combler ces lacunes.

Table des illustrations

Titre 1 – Théâtre des opérations - mars 1793 - août 1795
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 2 — Grands mouvements
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre 3 – Avancée espagnole. Avril – septembre 1793 FR : de Fiers, Barbantane ESP : Ricardos
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre 4 – Recul espagnol. Septembre 1793 FR : Dagobert, d’Aoust ESP : Ricardos
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre 5 – Positions espagnoles. Octobre – Décembre 1793 FR : d’Aoust, Turreau, Doppet ESP : Ricardos
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre 6 – Reconquête française : avril-mai 1794 FR : Dugommier ESP : La Unión
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 7 – Avancée française. Novembre 94 – Juillet 95 FR : Dugommier, Scherer ESP : La Unión, Urrutia
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/32579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search