Versione classicaVersione mobile

L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807)

 | 
Jean Sagnes

Introduction

Jean Sagnes

Testo integrale

1Il y a très exactement trois années, le 28 septembre 1989, s’ouvrait le premier colloque de notre Centre de recherche sur les problèmes de la frontière. Il avait pour thème « Les Français et la guerre d’Espagne ». Depuis cette date, notre centre a poursuivi et diversifié ses activités notamment par la création d’une revue, « Frontières », et par l’édition d’un ouvrage « Frontières et espaces pyrénéens au Moyen-Age ».

2Aujourd’hui, à nouveau, nous voici réunis dans cette même salle des archives départementales toujours mise obligeamment à notre disposition par son directeur Marie-Edith Brejon de Lavergnée qui est aussi vice-présidente de notre centre. Et je voudrais tout d’abord remercier le personnel des archives départementales qui une nouvelle fois nous a apporté et continue de nous apporter une aide sans laquelle ce colloque n’aurait pu se tenir dans les conditions qui sont les siennes.

3J’adresse également mes remerciements, pour leur concours financier, à la direction des Archives de France, au Conseil régional du Languedoc-Roussillon, au Conseil général des Pyrénées-Orientales, à la ville de Perpignan, à l’Institut Jean Vigo et au conseil scientifique de l’Université de Perpignan.

* * *

4 Dans l’histoire des relations entre l’Espagne et la France, la période 1793-1807 n’apparaît pas comme primordiale aux yeux de bien des historiens. On a plutôt tendance à privilégier la période suivante 1808-1814 que les historiens français dénomment guerre d’Espagne. Cette guerre, dans laquelle Napoléon se lança inconsidérément, non seulement causa de terribles souffrances au peuple espagnol, mais fut un élément essentiel dans l’affaiblissement militaire de l’Empire français puis dans sa chute en 1814.

5Comparée à cette période marquée par les épisodes fameux du dos de mayo 1808, de la capitulation du général Dupont à Bailen, du siège de Saragosse, la période précédente attire certainement moins l’attention. Pourtant elle nous paraît particulièrement digne d’intérêt avec ses deux phases bien distinctes : celle de l’affrontement armé de 1793 à 1795 puis à partir de 1796 celle de l’alliance qui se prolonge jusqu’au guet-apens de Bayonne en 1808 que sanctionne la déposition du roi Charles IV et de son fils Ferdinand.

6La guerre, déclarée par la Convention à l’Espagne le 7 mars 1793 sur le rapport de Barère, paraissait dans l’ordre des choses, tant était grand apparemment le fossé entre la France révolutionnaire et l’Espagne monarchique. Les réponses radicales qu’apportaient les révolutionnaires aux contradictions de la société française d’Ancien Régime ne pouvaient qu’être réprouvées par le roi, son entourage, la noblesse et le clergé d’Espagne.

7Ne s’agissait-il pas en France depuis 1789 d’abattre le « despotisme » c’est-à-dire l’absolutisme royal et les hiérarchies figées ainsi que le « fanatisme » c’est-à-dire l’intolérance et plus largement la soumission de la société civile aux prescriptions religieuses ? Ne s’agissait-il pas de mettre en place une société nouvelle basée sur la souveraineté nationale, la proclamation des Droits de l’homme et du citoyen, la laïcisation du pouvoir politique et de la société tout entière ?

8A ces raisons de fond ne s’ajoutait-il pas le fait que le roi Charles IV d’Espagne était un Bourbon, petit-fils de Philippe V, lui-même petit-fils de Louis XIV ? A ce titre, Charles IV n’était-il pas un parent de Louis XVI condamné à mort par la Convention et exécuté le 21 janvier 1793 et le roi d’Espagne n’avait-il pas jusqu’au dernier moment multiplié les démarches pour sauver Louis Capet ? N’y avait-il pas depuis le traité du pacte de famille, signé à Paris en 1761, une forte solidarité entre les Bourbons d’Espagne, de France, de Naples et de Parme ?

9Ne faut-il pas enfin rappeler que la France révolutionnaire témoignait d’une vigoureuse force expansionniste elle-même issue de tout un siècle d’essor économique et démographique et que cette force qui portait les Français hors de leurs frontières les poussait à affronter le roi d’Espagne comme elle les poussait à s’opposer à d’autres souverains d’Europe ?

10Ainsi peut-on expliquer la période de guerre 1793-1795. Mais alors pourquoi la paix de 1795 et surtout pourquoi l’alliance des années 1796-1808 ? La première raison est certainement l’état d’épuisement, conséquence de leur impréparation, des deux armées en présence. Mais si cela peut expliquer la paix, cela ne peut rendre compte de l’alliance et surtout d’une alliance solide de plus d’une décennie entre la France nouvelle issue de la Révolution et l’Espagne monarchique. Il faut donc chercher ailleurs.

11Remarquons tout d’abord qu’une partie des élites espagnoles avait été touchée durant le long règne du despote éclairé Charles III (1759-1788) par les lumières d’origine française d’où le terme d’« afrancesados » qui leur avait été donné. Cette Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe siècle, révélée en France dans les années 1950 par les travaux de Jean Sarrailh, est encore mal connue du grand public. S’il est vrai qu’une petite élite seulement s’ouvrit alors aux lumières, ces hommes n’en occupaient pas moins des fonctions importantes dans l’entourage royal avec des économistes comme Olavide, des écrivains comme Fovellanos, des hommes politiques comme Aranda ou Florida Blanca auxquels il convient d’ajouter Cabarrus et même Godoy.

12Le second élément qu’il est nécessaire de mettre en évidence pour comprendre le retournement espagnol des années 1795- 1796 est à rechercher du côté de la politique étrangère et plus particulièrement du côté des conséquences de la politique européenne dite du pacte de famille. Par ce traité de 1761, les souverains signataires se garantissaient mutuellement leurs Etats et leurs possessions. Mais Choiseul, l’inspirateur du pacte, comptait aussi pouvoir contenir l’expansionnisme anglais. Et logiquement, ce pacte avait eu pour effet l’entrée en guerre de l’Espagne contre l’Angleterre. Guerre malheureuse pour la France et pour l’Espagne qui, au traité de Paris de 1763, avaient perdu : l’une (l’Espagne) la Floride, l’autre (la France) l’Inde, le Canada, la partie est de la Louisiane. De plus, pour la dédommager de la perte de la Floride, la France avait cédé à l’Espagne la partie occidentale de la Louisiane. Malgré leurs déboires, ces deux Etats n’en avaient pas moins renouvelé le pacte de famille lors de la guerre d’indépendance américaine en 1779 par la Convention d’Aranjuez.

13Ce bref rappel concernant les rapports entre l’Espagne et la France durant les trois décennies précédant 1789 permet de prendre la mesure d’une constante de la politique européenne de cette fin du XVIIIe siècle à savoir l’opposition entre l’Angleterre d’une part, l’Espagne et la France d’autre part.

14On comprend mieux ainsi pourquoi ces deux derniers pays ont pu passer aussi rapidement de la guerre commencée en 1793 à la paix signée à Bâle le 4 juillet 1795 puis au traité d’alliance de Saint Ildefonse du 19 août 1796.

15C’est donc cette période 1793-1807 que nous nous sommes fixé pour objectif d’étudier au cours de notre colloque avec pour ambition d’apporter un regard nouveau sur les aspects militaires de la guerre de 1793-1795, sur ses répercussions dans les populations civiles au nord et au sud des Pyrénées, sur les passages de la frontière pyrénéenne durant ces années, sur la période de l’alliance elle-même et enfin d’une manière générale sur l’influence de la Révolution française en Espagne.

© Presses universitaires de Perpignan, 1993

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search