Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Souvenirs

Françoise

Ghislaine Jay-Robert

Texte intégral

1Françoise était une érudite, une spécialiste passionnée, une pédagogue enthousiaste et ravie d’entraîner à sa suite ceux qui l’écoutaient, Françoise était une collègue chaleureuse, disponible et attentive, Françoise était une femme, une mère, une grand-mère et pour moi, Françoise était un modèle.

2Dans un monde qui laisse peu de place à ceux qui donnent du temps à leur vie personnelle, elle avait réussi à concilier ce qui souvent paraît antinomique : les enfants et la recherche ; elle était parvenue à créer une famille, à lui apporter bonheur et stabilité et elle avait pu également acquérir une immense culture et en nourrir ses nombreux travaux.

3Elle était là, avec ses paniers remplis de feuilles et de dossiers, sa silhouette un peu ronde, sa couronne de beaux cheveux blancs et son regard brillant de sollicitude et d’humour. Et c’était avec le même plaisir, le même désir de comprendre et la même gourmandise qu’elle parlait de Joe Bousquet, de son petit-fils venu dernièrement chez elle en vacances, ou de Fellini.

4La diversité de ses centres d’intérêt, la richesse de ses connaissances et sa générosité intellectuelle trouvaient leur expression dans une simplicité lumineuse.

5Pour moi, Françoise reste une sorte d’idéal vers lequel je m’efforce de tendre.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search