Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Souvenirs

Le théâtre de Françoise Haffner

Philippe Dubreuil

Texte intégral

1J’aurais tout aussi bien pu titrer ce court propos « Le cinéma de Françoise Haffner ». Cela ne lui aurait sans doute pas déplu, elle qui aimait tant le 7e art. Mais l’expression est de nos jours trop mal connotée et ce d’autant que c’est de théâtre dont il s’agit ici et même de théâtre dans le théâtre ! Peut-être, « Le théâtre fait son cinéma » ?

2J’ai rencontré Françoise Haffner en deuxième année de licence de Lettres. Elle professait, j’étudiais. Au programme : Corneille, L’Illusion comique et Rotrou, Le Véritable Saint Genest. J’avais un peu fréquenté le premier, j’ignorais tout du second et bien plus encore de cette pratique littéraire qui consiste à mettre le théâtre dans le théâtre, comme dans un jeu de poupées russes. Quelle idée !

3Nous eûmes droit durant les six séances de deux heures consacrées à ce cours, à une avalanche de mises en abyme, de perspectives parfois fausses, d’enchâssements de scènes qui s’empilaient, s’emboîtaient et même s’enlaçaient, d’effets de miroirs et d’échos où l’on se perdait. J’ai conservé les quelques notes prises à l’époque. Elles témoignent de cette profusion quelque peu brouillonne de termes qui se déversaient en continu sur nous dans un silence qui tenait autant de notre admiration devant la qualité du propos que de notre étonnement à voir son plaisir et son enthousiasme à nous le faire partager. Si elle n’avait pas eu devant elle un vieux cahier auquel elle ne se référait que rarement, on aurait pu croire qu’elle venait de découvrir des analyses qu’elle était aussi heureuse que pressée de nous offrir. Son regard parcourait alors la salle en quête d’autres regards à croiser qui auraient exprimé le même bonheur d’avoir reçu ce qu’elle venait de donner, expression d’une sensibilité, d’une complicité, voire d’une communion, qui allait bien au-delà de la seule compréhension du texte. C’était une approche globale, presque amoureuse, de la littérature.

4En fait, Françoise Haffner était dans un jeu permanent de séduction tantôt avec le texte tantôt avec son auditoire. Son cours était la représentation théâtrale du spectacle tragi-comique d’un ménage à trois, elle-même dans le rôle du professeur, nous autres, les étudiants, et le texte. Une succession de scènes, avec tour à tour le professeur et le texte, le professeur et les étudiants, le professeur seul soliloquant, les étudiants seuls se distrayant à la pause, et même les longs monologues du texte, préparait la grande scène finale quand, sous le regard bienveillant et réjoui du professeur, les étudiants et le texte tombaient dans les bras les uns des autres. C’était du théâtre vivant, illustration du théâtre dans le théâtre, bien plus riche que celui du Corneille ou de Rotrou avec cinq plans scéniques (2 appartenant au texte, 3 au cours) qui s’ouvraient, se pénétraient, s’enrichissaient, s’illustraient les uns les autres dans le décor Spartiate de la salle de cours d’un des derniers bâtiments préfabriqués de l’Université. Et il fallait bien ces débordements confus des mots dans le discours pour créer l’illusion, il fallait ces cascades de verbes et d’images pour nous séduire et nous attirer dans ce jeu de scènes, il fallait cette mise en scène pour nous faire vivre, comprendre et aimer par l’intérieur la littérature du théâtre dans le théâtre.

5Il fallait même les nombreuses digressions dont Françoise Haffner émaillait son discours comme autant de distractions, chemins de traverse qui, en brouillant un peu plus le décor d’ajouts baroques, relançaient notre attention toujours prompte à s’égarer. Cependant la digression l’entraînait, l’enfonçait même, et nous avec elle, dans un labyrinthe d’autres digressions d’où elle ne réussissait à sortir, souvent à regret d’ailleurs, qu’au prix d’un brutal « revenons à notre sujet ». Je me souviens notamment d’une remarque faite à propos du mot « chef-d’œuvre ». Françoise Haffner nous avait alors demandé ce qu’était un chef-d’œuvre et quelle définition on pouvait en donner. Comme nous restions silencieux, elle nous livra cette comparaison, reprise de Valéry, il me semble, Un chef-d’œuvre, c’est quand un petit garçon qui vient de manger un pot de confiture à la petite cuillère, dit « encore ». Pas mal a-t-elle ajouté avant (j’ai craint un instant qu’elle ne digresse sur la recette de la gelée de coings) d’enchaîner sur la différence entre comparaison et métaphore, trouvant à celle-ci plus de pertinence et de fulgurance qu’à celle-là qui nous raconte une histoire... et de rebondir sur le jeu sémantique des démonstratifs de celle-ci et de celle-là avant de revenir, cinq siècles plus tôt, à nos chers auteurs.

6 Elle était ainsi, Françoise Haffner, boulimique de mots et partageuse d’idées. Sa pédagogie était celle de l’exemple et de l’amour du texte. Faites comme moi, aimez d’abord le texte pour ensuite mieux le comprendre, abandonnez-vous au plaisir des analyses littéraires, elles vous le rendront au centuple, vibrez avec elles et cherchez l’émotion, ce sera votre récompense, vous en ferez un festin.

7Avril 2013

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search